Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Pouvoir local et contrôle du territoire

De la mise en ordre du territoire : le recours au discours géographique pour cautionner les nouveaux découpages territoriaux

Isabelle Laboulais-Lesage

Texte intégral

  • 1 P. Guiral, « Napoléon et la géographie de son temps », dans Mélanges géographiques offerts au doye (...)

1C’est par le biais de la construction d’un savoir que je vais aborder cette question du « contrôle du territoire ». Il ne s’agira pas tant pour moi de montrer comment la géographie s’est trouvée instrumentalisée par le politique au moment du passage du Directoire au Consulat1, mais je voudrais plutôt observer la manière dont les géographes ont contribué à la mise en ordre du territoire et comment cette contribution a influencé leur discipline.

  • 2 D. Nordman, Frontières de France, De l’espace au territoire, XVI-XIXe siècles, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 3 Daniel Nordman a dénombré une quinzaine de nouveaux titres entre 1790 et 1795 ; cf. D. Nordman, M. (...)
  • 4 M. Pelletier, H. Ozanne, Portraits de la France, les cartes, témoins de l’histoire, Paris, Hachett (...)
  • 5 M.N. Bourguet, Déchiffrer la France, La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris (...)
  • 6 B. Lepetit, Atlas de la Révolution française, tome V, Le territoire (2), Les limites administrativ (...)

2La « pratique géographique du pouvoir »2 n’apparaît pas comme une spécificité brumairienne, ni même comme une particularité de la Révolution. Pourtant, au cours de la période plusieurs indices témoignent d’un intérêt spécifique porté à la maîtrise et à l'organisation du territoire. Alors que le cadre départemental est en place depuis dix ans, que la surface territoriale s’est considérablement étendue, les hommes au pouvoir doivent se donner les moyens de le contrôler, et d’intégrer les espaces récemment conquis. Des mesures législatives sont donc prises pour étendre et uniformiser cette grille administrative. Ainsi, la constitution de l’an VIII pose le principe de la division de la France en départements et en arrondissements communaux, et la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) règle l’organisation de l’administration départementale. Certes, le maillage départemental reste inchangé, mais la structure des pouvoirs locaux est transformée : les cantons se trouvent privés de leur administration, et constituent l’unité électorale et judiciaire élémentaire alors que les arrondissements judiciaires de 1799 se voient dotés des rouages de l’administration générale ; la loi du 27 ventôse an VIII (18 mars 1800) instaure un tribunal criminel par département, qui, dans 85 cas sur 98, se tient au chef-lieu. Outre ce maillage, qui, en instaurant une véritable territorialisation du pouvoir, rend la mainmise politique plus efficace, l’État doit mettre en place des procédés fiables de connaissance de ce territoire élargi. C’est ainsi que la cartographie occupe une place croissante : la publication des atlas en témoigne3, mais aussi, en 1802, l’arrêté qui décide de l’exécution d’une carte du cadastre général au 1/50000e dans 1915 communes et qui, parallèlement, met en place une commission chargée de doter la topographie d’un langage uniforme (celui qui sera utilisé pour la carte d’État-Major réalisée entre 1832 et 1880)4 ; enfin il faut bien sûr citer l’immense entreprise statistique dont Chaptal a fixé le schéma en 1801 et qui doit permettre de disposer d’un inventaire précis du territoire français5. Durant cette période, un processus de territorialisation de la politique se met donc en place et la nouvelle géographie administrative qui procède à une « uniformisation du maillage administratif intermédiaire »6 doit être connue de tous, car c’est en elle que doivent s’ancrer le bon fonctionnement du régime et les représentations du territoire national. Or, la conscience des différences régionales n’a pas disparu avec la Révolution, et si en 1800 elle ne donne lieu à aucun régionalisme militant, elle contribue néanmoins à rendre l’ancien maillage très tenace.

  • 7 D. Nordman, « Figures géographiques de la France », dans Langages de la Révolution (1770-1815), Ac (...)

3On se trouve donc là dans une période de tension, « là où la relation entre le passé et le présent, l’ancien et le nouveau, le proche et le lointain, paraît exiger une attention pédagogique soutenue »7. Par rapport aux géographies de la France parues au cours des premières années de la Révolution, les géographies publiées à partir de 1799 semblent vouloir assumer l’héritage des années qui viennent de s’écouler – le découpage départemental - tout en arrêtant la Révolution, c’est-à-dire en figeant le territoire français dans les limites imposées par ce maillage. Ainsi, l’argumentaire spatial mobilisé doit-il permettre d’effacer l’attachement local au profit de la norme territoriale et c’est pour en prendre la mesure que je vais m’attacher à l’un des groupes qui produit ce savoir territorialisé : les géographes.

  • 8 M.-V. Ozouf-Marignier, La formation des départements. La représentation du territoire français à l (...)

4Pour eux aussi, le territoire apparaît si ce n’est comme un problème, au moins comme un enjeu déterminant ; car, au moment de la transition d’un savoir encyclopédique à des savoirs spécialisés, ils rencontrent les pires difficultés pour assigner une place spécifique à la géographie. Leurs outils et leurs méthodes ne sont pas encore constitués et ils peinent à se faire entendre, entre d’une part la botanique et la minéralogie qui ont fait de l’espace l’objet de leurs travaux et d’autre part la cartographie et la statistique qui, en cherchant à dresser un inventaire du territoire, ont fait de l’espace le cadre de leurs enquêtes. C’est pourquoi, en m’attachant aux géographies de la France publiées entre 1799 et 1804 – ouvrages qui cherchaient à présenter, voire à légitimer le nouveau découpage territorial - je me suis demandée comment, dix ans après le débat sur le découpage départemental8, au moment où il s’agit de diffuser la pédagogie du territoire, les géographes interviennent dans cette « mise en ordre du territoire » ; et notamment comment ils se réapproprient le département alors qu’ils n’ont pas participé aux débats au moment où les découpages sont intervenus, alors que des administrateurs sont en train d'en donner des descriptions dans les annuaires départementaux.

  • 9 J.M. Mahias, Géographie moderne de la France par le cours des fleuves et des rivières ou méthode f (...)
  • 10 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. III.
  • 11 J.M. Mahias, Géographie moderne de la France, op. cit., p. XXXV.
  • 12 « Ce plan est plutôt celui d’un parc d’agrément, construit dans des matériaux durs : le projet pré (...)
  • 13 « Sous ce point de vue, mon travail, s’il n’est pas le meilleur, est du moins celui qui s’applique (...)

5Puisqu’à cette période la géographie n’est pas une discipline aux objets et aux méthodes précisément fixés et validés par des cadres institutionnels, j’ai considéré comme géographes tous les auteurs d’une « géographie » qui, par l’intermédiaire de la circulation imprimée, ont vu leur nom associé à cette forme de discours. Or, derrière l’hétérogénéité sociale évidente de ce groupe, un point commun s’impose : l’ambition de présenter la nouvelle division de la France9 ; et cette ambition a suscité une mobilisation quantitativement remarquable puisque, entre 1799 et 1804, une dizaine de géographies de la France avouait cet objectif dans leur titre. De plus, dans le discours de ces géographes, on retrouve la volonté de montrer que ce maillage administratif est désormais figé définitivement. Dubroca note d’ailleurs dans l'avant-propos de sa Nouvelle géographie élémentaire de la France-. « Au moment où la République française, par ses traités de paix avec les puissances de l’Europe a acquis une stabilité qui fixe désormais ses possessions et leur étendue ; au moment où les bases fondamentales de son organisation politique, judiciaire et administrative ont été posées, je crois remplir un but utile en offrant aux jeunes gens un ouvrage élémentaire sur la Géographie de la France et sur les nouvelles institutions que comporte sa description. »10 ; Mahias quant à lui estime que « tout habitant d’un pays libre doit être instruit des intérêts de sa patrie »11. C’est la même certitude de stabilité qui, en brumaire an X, anime le projet de jardin patriotique adressé par Hautier au premier Consul, puisque c’est dans la pierre que celui-ci propose de fixer l’image - forcément durable - de la patrie qu’il entend diffuser12. Ce sentiment partagé souligne que les géographes conçoivent leurs ouvrages comme des références dans lesquelles les lecteurs devront pouvoir forger la connaissance de leur patrie, c’est la raison pour laquelle ils font tous (ou presque) figurer dans leurs travaux un tableau récapitulatif des circonscriptions, et lorsqu’ils ajoutent à tout cela des données quantitatives, ils se vantent souvent de leur actualité et de leur exactitude13.

  • 14 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. IV.
  • 15 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. V.

6Bien que tous les auteurs de géographies de la France publiées entre 1799 et 1804 tentent de faire « connaître à leurs lecteurs le pays qu’ils habitent »14 ; leur position sociale respective diffère. On distingue des géographes reconnus, comme Mentelle et Malte-Brun, mais aussi des employés des ministères, comme Chanlaire et Herbin, enfin des polygraphes, comme Dubroca, Mahias ou Le François. Conscient de cet éclatement des travaux de géographie, Mentelle ne manque pas de souligner, dans l’avis au lecteur qu’il rédige pour la Géographie mathématique, physique et politique de toutes les parties du monde, le fossé qui, selon lui sépare, les géographes et Herbin, qu’il présente comme « employé au ministère du grand-juge et principal rédacteur de la Statistique générale de la France »15. Il explique en effet que ce dernier « se proposait de donner ici en quelque sorte le résumé et la quintessence de son grand ouvrage qui est puisé principalement dans des sources officielles ; mais ayant rédigé ce VIe volume, jusqu’à la page 497, M. Herbin s’est trouvé tellement surchargé d’autres occupations qu’il lui devenait impossible de terminer ce travail avec la promptitude que nécessitait l’impatience de nos souscripteurs » ; puis le géographe ne se contente pas d’expliquer qu’il a repris la suite de « l’employé », il précise « j’ai cherché à suppléer à son silence par des articles supplémentaires », consacrés au climat et aux montagnes. Ainsi, avec à la fois discrétion et fermeté, Mentelle montre comment le géographe améliore le travail d’un employé qui se préoccupe seulement de topographie et dont l’œuvre s’apparente à une pratique administrative, soucieuse d’exactitude. Un commentaire identique vaudrait aussi probablement pour Chanlaire qui était, quant à lui, attaché à l’administration des eaux et forêts, au bureau topographique du cadastre.

  • 16 D. Nordman (dir.), L’École normale de l’an III, Leçons d’histoire, de géographie et d’économie pol (...)

7Pourtant lorsqu’on se tourne vers les ouvrages eux-mêmes, il est difficile de distinguer l’écriture des géographes reconnus et celle des non géographes ; et on retrouve là le problème des compétences géographiques avant l’institutionnalisation de la discipline. En effet, rien dans la formation de tous ces auteurs de géographie ne semble permettre de les distinguer nettement des « véritables géographes » ; même Mentelle qui, d’une certaine manière, incarne le géographe officiel, ne doit sa notoriété et sa légitimité qu’à ses publications puis à ses cours de géographie, d’abord à l’École militaire, puis à l’École normale de l’an III16. Comme les autres auteurs de géographie de la France - Chanlaire, Dubroca, Mahias et Crozat-, au début de sa carrière Mentelle apparaît comme un polygraphe, et ce n’est que progressivement qu’il se tourne vers la géographie, pour finalement se spécialiser dans cette forme de savoir, alors que Dubroca quant à lui fait plutôt figure de patriote soucieux d’exprimer son sentiment patriotique et ses convictions républicaines sous plusieurs formes, y compris la forme géographique. Cette diversité des géographes nous renvoie à l’éclatement apparent de la discipline et à la fluidité qui la caractérisent. Malgré tout, leurs manières d’aborder la géographie de la France s’avèrent ici assez homogènes.

  • 17 « Afin d'éviter la confusion d'idées que peut offrir une carte de France représentant toutes les d (...)
  • 18 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. VI.
  • 19 « On est supposé à la première leçon ne voir qu’un point ou pour mieux dire qu'une commune ; puis, (...)

8Au cœur de ces géographies, les nouvelles circonscriptions administratives s’avèrent omniprésentes - comme l’indique le titre de la plupart des géographies de la France publiées entre 1799 et 1804, celles-ci se donnent pour objectif de présenter la nouvelle division de la France- ; les circonscriptions administratives ne sont pas des objets de description, mais des matrices. Ainsi, d’après Mentelle, les divisions constituent un « élément fastidieux », mais il juge leur connaissance « indispensable dans une géographie exacte ». Pour autant, elles doivent être exposées de façon claire au risque sinon d’entraîner « la confusion d’idées »17. C’est donc dans un souci de clarté que les chefs-lieux de préfecture et de sous-préfecture constituent les principaux points de repère de ces géographies ; le volume de la Géographie mathématique, physique et politique indique même « en lettres majuscules » ces noms de lieux, car, grâce à ce procédé, précise Mentelle : « on voit au premier coup d’oeil qu’un tel endroit est situé dans tel arrondissement, dont le chef-lieu le précède dans la description »18. Les circonscriptions administratives constituent bien les objets essentiels de cette géographie car dans sa « méthode nouvelle », Mentelle considère une commune comme le point élémentaire, puis il s’attache au chef-lieu, et aux départements ; ce sont ainsi les éléments de la nouvelle géographie administrative qui lui servent de référent19. Tout doit concourir à diffuser la norme territoriale imposée par l'État.

  • 20 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. V.

9D’ailleurs en 1804, la cinquième édition de ce même ouvrage propose aussi, intercalée entre la géographie de la France et la présentation des autres continents, la liste des archevêchés et des évêchés suffragants. Mentelle n’est pas le seul à suivre cette voie car si Dubroca annonce dans l’avant-propos de son livre qu’il n’a pas composé une nomenclature complète, il ajoute immédiatement que « les noms et la description souvent détaillée et neuve des chefs-lieux de chaque département et de ses arrondissements s’y trouvent avec exactitude »20. L’objet ici c’est bien le territoire du pouvoir, c’est-à-dire la nouvelle topographie de l’administration.

  • 21 E. Mentelle, C. Malte Brun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. 208.
  • 22 E. Mentelle, La géographie enseignée par une méthode nouvelle, op. cit., p. 73.
  • 23 A. Le François, Abrégé de la géographie de Crozat, op. cit., p. 31-34, p. 34-90.
  • 24 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. V.

10Pourtant, la plupart des géographes s’efforcent de comparer anciennes et nouvelles divisions. Dans l’ouvrage de Chanlaire et Herbin, il s’agit avant tout de rappeler pour chaque commune non seulement la justice de paix à laquelle elle se rattache, mais aussi le canton dont elle faisait anciennement partie. Ainsi, de la même manière, dans la plupart des géographies, les auteurs s’efforcent de dresser un parallèle entre « l’ancienne division en provinces et le rapport de ces provinces avec les départements de la nouvelle division »21, parfois il s’agit de proposer une correspondance entre « les anciennes divisions de la France par gouvernements et la division par départements »22 ; la référence aux anciennes divisions n’est pas toujours la même ; mais en aucun cas elle ne doit apparaître comme une réminiscence des anciens maillages, tout au plus peut-on la voir comme un moyen de faciliter les correspondances entre les deux systèmes. Seule l’édition de l’an VIII de l’Abrégé de la géographie de Crozat consacre trois pages à l’ancienne division de la France, il présente en effet les 32 grands gouvernements de « l’ancienne France » ainsi que leur capitale dont il estime qu’elles doivent être connues, avant de se tourner vers la nouvelle division de la France23. Peut-être cette présentation de l’ancienne géographie administrative est-elle liée à l'ancienneté de l’ouvrage qui, pour les circonstances, n’a été que partiellement repris ; à moins qu’il ne s’agisse ici d’une volonté de développer une conscience d’appartenance, en laissant une place à la mémoire du territoire. En revanche, Dubroca exclut toute comparaison, il n’entend se donner pour objet que l’organisation actuelle de la France. Il précise d'ailleurs : « Je ne me suis point attaché à rappeler les anciennes divisions et dénominations de la France. Elles sont inutiles pour le jeune homme que l’on veut éclairer, sans fatiguer sa mémoire, et sans la surcharger de choses ou de noms qu’on lui dit ensuite d’oublier »24.

11Pour les uns et les autres, ce qui importe surtout c’est de présenter le département comme le gabarit de cette « nouvelle géographie de la France », en mettant à jour aussi vite que possible le nombre des départements ; et pourtant alors que Mentelle, dans son édition de 1803, évoque 108 départements, la même année, Dubroca en recense 120 !

  • 25 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. 72.
  • 26 « La France est divisée par départements ; chaque département se sous-divise en arrondissemens com (...)

12Pour mieux légitimer encore le maillage départemental, Mentelle et Dubroca rappellent les principes politiques qui ont présidé à sa mise en place puis ils s’arrêtent sur les processus de nomination, en rappelant que le plus souvent ce sont les cours d’eau qui ont permis de nommer les départements. Pour mieux réaffirmer la pertinence de ce choix Dubroca va même jusqu’à écrire : « le nom seul du département suffit souvent pour en indiquer la position géographique et c’est un avantage que n’offraient pas les dénominations anciennes »25 - mais à aucun moment ils ne commentent la nature du découpage. Seul le résultat compte – connaître l’organisation administrative de la France26 - mais les processus de mise en place restent ignorés, même le paradigme naturaliste dont l’usage était alors devenu très courant est tenu à l’écart du discours des géographes, celui-ci entend avant tout présenter la nouvelle grille territoriale.

  • 27 « montrer comment cette population est distribuée ; car il ne nous paraît pas suffisant de savoir (...)
  • 28 P.G. Chanlaire, P.E. Herbin, Tableau général de la nouvelle division de la France, op. cit., p. VI

13D’ailleurs, le département n’est que très rarement présenté comme une étendue, les géographes se préoccupent plutôt des lieux que des distances. Toutefois dans la troisième édition de sa Géographie enseignée par une méthode nouvelle (1799), Mentelle propose une courte notice renfermant la surface en hectares de chaque département, ainsi qu'un inventaire très sommaire de la population en 1789 - l’édition de 1804 donne quant à elle les chiffres de la population « actuelle »-, des noms des lieux principaux, de la longitude et de la latitude du chef-lieu ; mais en aucun cas ces informations ne lui permettent de déduire la superficie exacte du territoire français, sa préoccupation reste ici avant tout le maillage départemental. En revanche, l’étendue territoriale apparaît explicitement comme l’objet d’étude de Herbin et Chanlaire. En effet, à l’opposé des géographes auxquels on a imposé un nouveau maillage, Herbin et Chanlaire ont été chargés de réorganiser les justices de paix, c’est la raison pour laquelle ils se sont préoccupés de la distribution des lieux à l’intérieur des circonscriptions. Or, à cette période, la notion de distribution échappe complètement aux géographes. En revanche, pour Herbin et Chanlaire, cette notion semble vraiment cruciale, puisqu’on la retrouve dans leurs développements consacrés à la population : ici c’est encore la répartition des individus qui doit contribuer à caractériser un département27. Certes les objets pris en compte par les auteurs du Tableau général de la nouvelle division de la France sont les objets des géographes – les lieux, qu’il s’agisse des communes, des fermes, des usines, des maisons - mais l’usage qu’ils en ont n’a rien à voir avec celui des géographes ; ils ne se contentent pas de les localiser puis d’en dresser une nomenclature, ils analysent la distribution des lieux pour fonder de nouveaux découpages et parvenir à une connaissance aussi précise que possible de la « véritable circonscription du territoire de chaque commune »28. La collation d’informations concernant des territoires contigus doit enfin les conduire à la connaissance précise de l’étendue territoriale, c’est-à-dire à la superficie exacte du territoire français. Contre toute attente, ce sont les « non-géographes » - ceux qui ne sont pas considérés comme géographes par les géographes auto proclamés - qui, à l’intérieur de ce corpus, offrent l'approche la plus spatialisée. Reste à voir maintenant comment chacun de ces auteurs présente le maillage départemental afin de repérer un éventuel « ordre géographique ».

  • 29 « Ils sont donc tous portés à anticiper sur une réalité problématique, à tenir pour acquis que les (...)
  • 30 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. 208.
  • 31 E. Mentelle, Géographie physique, militaire, statistique et topographique de la France, op. cit., (...)
  • 32 E. Mentelle, Géographie physique, militaire, statistique et topographique de la France, op. cit., (...)

14C’est en suivant l’ordre alphabétique que Herbin et Chanlaire ont classé chaque chef-lieu, et c’est à cette structure qu’ils s’en remettent pour organiser la table des communes qu’ils entendent publier dans leur projet de dictionnaire. Ce qui peut nous apparaître comme un refus de classer les départements peut aussi passer pour un signe de la neutralité égalitaire qui avait inspiré la constitution des départements, selon Mona Ozouf l'ordre alphabétique peut permettre de ne faire de la France qu’un seul lieu29. Mais Mentelle condamne cette méthode, et sur un ton sans appel, il affirme : « la moins géographique est sans contredit de les présenter par ordre alphabétique de provinces ou de départements. Cette méthode a l’inconvénient de ne laisser que des noms dans la mémoire sans fixer aucunement dans l’imagination la position des uns et des autres »30. L’ordre alphabétique n’est donc utilisé dans ses géographies que pour ordonner les informations des tableaux synoptiques dont elles ne sont pas avares. Ainsi, dans la Géographie physique, historique, statistique et topographique de la France en 108 départements, Mentelle annonce 132 tableaux dont un tableau comparatif des provinces romaines sous Auguste et des provinces sous la Monarchie, un tableau des divisions de la République française par département, préfecture et sous préfecture, un tableau de l’ancien territoire français, comparé avec le nouveau, par provinces, départements et chefs-lieux, un tableau des tribunaux de la République, par sièges des tribunaux criminels, de première instance, de commerce et d’appel, un tableau des divisions militaires... etc.31. Toutes ces informations sont censées compléter la partie topographique, mais, pour Mentelle, il ne s’agit là que d’une étape qui doit permettre de parvenir à « un ordre plus didactique »32, qui est censé caractériser la géographie.

  • 33 « Nous partirons d’un seul point, choisi, à peu près, dans le centre, puis nous verrons quelles pa (...)
  • 34 D. Nordman, « une représentation géographique du territoire sous la Révolution : le « jardin patri (...)
  • 35 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. VI.
  • 36 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. 208.
  • 37 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. VII.
  • 38 A. LeFrançois, Abrégé de la géographie de Crozat, op. cit., p. 34-90.
  • 39 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. 76-77.

15Dans sa Géographie enseignée par une méthode nou velle, Mentelle, qui se veut pédagogue, suggère d’aller du plus proche au plus lointain33 : il propose en effet de partir de Bourges pour s’éloigner peu à peu. Daniel Nordman a montré que cette méthode était très courante dans la pédagogie révolutionnaire car elle faisait connaître l’ordre administratif en combinant « l’uniformité (grâce à la présence d’unités spatiales comparables, les départements) et la diversité (chaque département doit être signalé par une production agricole spécifique) »34. Par ailleurs, dans sa Géographie mathématique, physique et politique, Mentelle propose une présentation des départements « dans un ordre géographique, par zones et régions »35. Cette fois, le géographe utilise la statistique comme source mais il réorganise les informations puisées selon un ordre distinct de celui imposé par Chaptal au préfet, un ordre strictement géographique qu'il estime « consacré par l’usage et indépendant de toutes les sortes de disposition que la politique et l’administration pourraient réclamer comme utiles »36. C’est ce qui fait d’ailleurs pour lui de cet ouvrage la « topographie de la France, la plus régulière, la plus exacte, la plus satisfaisante qui ait paru jusqu’ici dans une géographie »37. On voit bien ici que la géographie veut se dégager des enquêtes conduites à l’échelle départementale par les préfets, pourtant elle peine à affirmer son identité face à un savoir topographique qui imprègne l’entreprise statistique en cours. Ainsi, les ambitions géographiques de Mentelle restent limitées aux intentions car, dans la Géographie mathématique, physique et politique, comme dans la Géographie physique, historique, statistique et topographique de la France en 108 départements, il se contente finalement de proposer une division zonale qu’il applique au territoire français et suivant laquelle il présente les départements. La France est donc partagée entre la région du nord, la région du milieu et la région du midi et chacune d’elle est subdivisée entre région occidentale et région orientale. Le François recourt à un procédé similaire et avoue quant à lui qu’il a partagé le territoire français en trois zones, à l’aide d’une carte et d’un compas : si les outils peuvent être présentés comme ceux du géographe, en revanche la méthode semble pour le moins expéditive, d’autant qu’à l’intérieur de ces trois groupes les départements sont tout simplement présentés selon l’ordre alphabétique38 ! A peu de choses près, Dubroca utilise la même méthode, proposant une répartition fixée à partir des points cardinaux : « nous décrirons d’abord les départements qui correspondent aux 4 point cardinaux de la France ; nous parlerons ensuite de ceux qui se trouvent dans l’intérieur et nous terminerons par le tableau de ses possessions coloniales », il distingue ainsi 5 groupes de départements : ceux situés à l’est de la France, ceux situés vers le nord, à l’ouest, au midi et dans l’intérieur. Le flou des catégories utilisées laisse présager de la faible pertinence géographique de cette typologie39.

  • 40 J.M. Mahias, Géographie moderne de la France, op. cit., p. 99.
  • 41 J.M. Mahias, Géographie moderne de la France, op. cit., 2e partie.
  • 42 D. Nordman, « De quelques catégories de la science géographique. Frontière, région et hinterland e (...)
  • 43 A. LeFrançois, Abrégé de la géographie de Crozat, op. cit., p. 34-35.

16D’ailleurs, même lorsque l’un d’entre eux tente de donner une définition aux termes géographiques utilisés, celle-ci manque toujours de portée problématique comme le montre cet extrait : « Les régions se divisent en grandes et en moyennes. Une grande région est une étendue considérable de terre habitée par plusieurs peuples contigus, compris sous une même nation, séparée par des régions voisines ou par des bornes naturelles, ou par le langage des habitants [...], les moyennes régions se subdivisent encore en portions plus petites que l’on appelle pays »40. Ces définitions sont aussi dépourvues d’efficacité concrète puisque cette définition ne donne finalement lieu qu’à un découpage cardinal. Mahias distingue en effet les régions orientale, occidentale, méridionale, septentrionale, citérieure, ultérieure ; découpage qui, malgré ses limites évidentes, ne peut pas être mis en place, du moins pas dans le cas de la géographie française puisqu’il opte finalement pour une division entre quatre parties et cela, non sans mal puisque sa troisième partie est baptisée « centre et ouest », elle est subdivisée en trois ensembles : « entre les anciennes limites des Pays-Bas et la Seine, entre la Seine et la Loire, entre la Loire et ceux qui doivent leur nom aux rivières qui se perdent dans la Garonne à droite »41. La région n’implique dans ce cas qu’un ordre du discours42, mais le partage de l’espace reste artificiel, il est seulement censé rendre possible la description, car les processus de découpage et de nomination restent très élémentaires, et surtout détachés de tout souci de compréhension spatiale. D’ailleurs, Le François précise la technique selon laquelle il a procédé à la répartition des départements ; il explique ainsi que lorsqu’un département se trouvait à cheval entre deux parties, il l’a rattaché à celle où se situait le chef-lieu43 !

  • 44 I. Laboulais-Lesage, Lectures et pratiques de l’espace, l’itinéraire de Coquebert de Montbret, sav (...)
  • 45 J. Lavallée, J.-B. Breton, L. Brion père, Voyage dans les départements de la France, Paris, 1792-1 (...)

17En aucun cas, dans ces géographies de la France, le maillage politique n’est mis en cause, en aucun cas ces zones ni ces régions ne constituent des unités spatiales analysées puis construites, tout juste s’agit-il d'un cadre surimposé, dépourvu de fondements. Alors qu’à la même période dans le Journal des Mines44 ou dans des collections comme celle de Lavallée45 certains auteurs commencent à souligner le carcan départemental comme un cadre inadapté à toute description strictement géographique, les géographes ont quant à eux bien du mal à s’en défaire. A ma grande surprise, dans leurs textes, ils n’emploient quasiment pas le mot « territoire », c’est le mot « patrie » qui le remplace le plus souvent ; et, curieusement, c’est dans le Tableau général de la nouvelle division de la France que ce terme est le plus fréquemment utilisé, peut-être parce que ses auteurs sont les seuls qui cherchent à donner du sens au territoire. Pour les autres, la division départementale quadrille leur description géographique, elle leur impose un cadre, et s’ils ne parviennent pas à proposer un nouveau genre géographique c’est avant tout parce qu’ils se contentent de dresser un tableau – une matrice - qui rassemble des faits chiffrés et localisés sans se préoccuper d’espace, ils se contentent d'indiquer des lieux – en l’occurrence les chefs-lieux-, si bien que chacun est en mesure d’en faire autant, chacun peut se déclarer géographe !

  • 46 Sur ce sujet, on pourra se reporter à la contribution de Denis Retaillé.

18Ce n’est pas seulement le politique qui a instrumentalisé la géographie, mais c’est, dans le même temps, la géographie qui s’est fondue dans les exigences politiques. En effet, tous ces géographes aux positions diverses semblent proches du pouvoir, non pas nécessairement à la manière de Mentelle qui à partir de l’an III fait un peu figure de géographe officiel, mais la préface de ces géographies témoigne au minimum d’une proximité idéologique avec les réformes entreprises par le Consulat. Si le politique a donc fait appel à la géographie pour légitimer et faire entrer le maillage territorial mis en place par la Révolution dans le savoir géographique commun, les géographes qui cherchaient simplement à dresser un état du monde ont considéré ce cadre comme forcément légitime, ils n’ont jamais cherché à rendre raison au département, ce qui leur a évité de se poser la question du découpage. Ainsi, en ignorant le fonctionnement du territoire, les hommes au pouvoir et les géographes ont ensemble fait abstraction de la société pour fonder la nation46.

Notes

1 P. Guiral, « Napoléon et la géographie de son temps », dans Mélanges géographiques offerts au doyen Ernest Bénévent, Gap, Ophrys, 1954.

2 D. Nordman, Frontières de France, De l’espace au territoire, XVI-XIXe siècles, Paris, Gallimard, 1998, p. 110.

3 Daniel Nordman a dénombré une quinzaine de nouveaux titres entre 1790 et 1795 ; cf. D. Nordman, M.-V. Ozouf-Marignier, Atlas de la Révolution française, tome IV, Le territoire (1), Réalités et représentations, Paris, EHESS, 1989, p. 58.

4 M. Pelletier, H. Ozanne, Portraits de la France, les cartes, témoins de l’histoire, Paris, Hachette-BNF, 1995, p. 228.

5 M.N. Bourguet, Déchiffrer la France, La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Editions des archives contemporaines, Ordres Sociaux, 1988 ; J.-C. Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), Paris, Société des Etudes Robespierristes, 1977.

6 B. Lepetit, Atlas de la Révolution française, tome V, Le territoire (2), Les limites administratives, Paris, EHESS, 1989.

7 D. Nordman, « Figures géographiques de la France », dans Langages de la Révolution (1770-1815), Actes du 4e colloque international de lexicologie politique, Paris, Klincksieck, 1995, p. 436.

8 M.-V. Ozouf-Marignier, La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1992 ; « L’espace et le temps reconstruits : la Révolution française, une révolution des mentalités et des cultures ? », dans Actes du colloque organisé à Marseille par la Commission scientifique régionale pour le Bicentenaire de la Révolution française et le centre méridional d’Histoire sociale des mentalités et des cultures (Université de Provence), Aix-en-Provence, 1990 ; P.-H. Derycke, « La Révolution française et la maillage territorial », dans Economies et sociétés, Histoire de la pensée économique, 7-8-9-10, 1990.

9 J.M. Mahias, Géographie moderne de la France par le cours des fleuves et des rivières ou méthode facile pour en apprendre en peu de temps la nouvelle division, Paris, 1800, 2 vol. ; A. LeFrançois, Abrégé de la géographie de Crozat, par demandes et par réponses avec la nouvelle division de la France par départemens, Paris, 1800 ; E. Mentelle, Cours de cosmographie, de géographie et d’histoire ancienne et moderne divisé en 120 leçons, Paris, 1800-1801, 3 vol. ; P. G. Chanlaire. P. E. HerbinDeHalle, Tableau général de la nouvelle division de la France en départements, arrondissements communaux, justices de paix, Paris, 1802 ; P. G. Chanlaire, P. E. Herbin, Atlas de la République française composé de 102 feuilles indiquant les départements, les arrondissements communaux, des justices de paix actuelles, les anciens cantons servant à l’intelligence du Tableau général de la nouvelle division de la France, Paris, 1802 ; L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France d’après son organisation actuelle, Paris, 1803 ; J.B. Ladvocat, Dictionnaire géographique portatif, traduit de l’anglais sur la 13e édition de Laurent Echard par le citoyen Vosgien, avec la nouvelle division de la France, Paris, 1803 ; E. Mentelle, Géographie mathématique, physique et politique de toutes les parties du monde rédigée d’après ce qui a été publié d’exact et de nouveau par les géographes, naturalistes, voyageurs, auteurs de statistique des nations les plus éclairées, La France, 6e et T volumes, Paris, 1803 ; E. Mentelle, La géographie enseignée par une méthode nouvelle, ouvrage destiné aux Écoles centrales, Paris, 1804, réédition ; E. Mentelle, Géographie physique, historique, statistique et topographique de la France en 108 départements, Paris, 1804.

10 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. III.

11 J.M. Mahias, Géographie moderne de la France, op. cit., p. XXXV.

12 « Ce plan est plutôt celui d’un parc d’agrément, construit dans des matériaux durs : le projet prévoit des rigoles en marbre pour les fleuves, des bassins pour les mers, des ports gravés dans la pierre, des terrasses et des bustes d’hommes célèbres. La pierre ici domine. [...] Il a une fonction de conservation de musée révolutionnaire, dans la mesure où il propose à l’attention des visiteurs des bustes de citoyens qui se sont illustrés dans la défense de la patrie, dans la vie politique, dans la science. », D. Nordman, « Figures géographiques de la France », op. cit., p. 433 ; sur le même sujet on pourra aussi consulter D. Nordman, « Une représentation géographique du territoire sous la Révolution : le « jardin patriotique », Lectures, 24, 1989, p. 223-240.

13 « Sous ce point de vue, mon travail, s’il n’est pas le meilleur, est du moins celui qui s’applique le plus directement à la situation actuelle de la France, et par conséquent le plus utile. », L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. IV.

14 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. IV.

15 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. V.

16 D. Nordman (dir.), L’École normale de l’an III, Leçons d’histoire, de géographie et d’économie politique, Paris, Dunod, 1994.

17 « Afin d'éviter la confusion d'idées que peut offrir une carte de France représentant toutes les divisions du territoire de la République, divisions que l'on nomme départements... », E. Mentelle, La géographie enseignée par une méthode nouvelle, op. cit., p. 8.

18 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. VI.

19 « On est supposé à la première leçon ne voir qu’un point ou pour mieux dire qu'une commune ; puis, à la seconde apercevoir tout le département dont elle est le chef-lieu ; à la troisième leçon, on est censé s’être élevé encore plus haut et apercevoir les départements qui entourent le premier que l’on connaît déjà. Enfin, en continuant de s’élever de plus en plus on arrive à voir toute la France. », E. Mentelle, La géographie enseignée par une méthode nouvelle, op. cit., p. 9.

20 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. V.

21 E. Mentelle, C. Malte Brun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. 208.

22 E. Mentelle, La géographie enseignée par une méthode nouvelle, op. cit., p. 73.

23 A. Le François, Abrégé de la géographie de Crozat, op. cit., p. 31-34, p. 34-90.

24 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. V.

25 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. 72.

26 « La France est divisée par départements ; chaque département se sous-divise en arrondissemens communaux, et en cantons de justice de paix. Chaque ressort de justice de paix a une assemblée de canton ; chaque arrondissement communal ou district de souspréfecture a un collège électoral d’arrondissement et chaque département a un collège électoral de département », L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. 49-50.

27 « montrer comment cette population est distribuée ; car il ne nous paraît pas suffisant de savoir que tel département contient tant d’habitants ; il faut distinguer la manière dont cette population se trouve répartie sur son territoire, puisque la population d’un département dont le dixième des habitants est dans les villes, diffère totalement de celle d’un département qui n’a dans les villes qu’un vingtième de sa population. ; et qui, quelquefois, n’offre pas une ville de 6000 ou de 4000 habitants. », P. G. Chanlaire, P. E. Herbin, Tableau général de la nouvelle division de la France, op. cit., p. VI.

28 P.G. Chanlaire, P.E. Herbin, Tableau général de la nouvelle division de la France, op. cit., p. VI.

29 « Ils sont donc tous portés à anticiper sur une réalité problématique, à tenir pour acquis que les départements se valent, à refuser le palmarès, à considérer la France comme un seul et même lieu : ce que symbolise alors dans leurs travaux la neutralité égalitaire de l’ordre alphabétique », dans M. Ozouf, « La Révolution française et la perception de l’espace national : fédérations, fédéralisme et stéréotypes régionaux », L’Ecole de la France, Paris, Gallimard, 1984, p. 33-34.

30 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. 208.

31 E. Mentelle, Géographie physique, militaire, statistique et topographique de la France, op. cit., p. 107-120.

32 E. Mentelle, Géographie physique, militaire, statistique et topographique de la France, op. cit., p. 1.

33 « Nous partirons d’un seul point, choisi, à peu près, dans le centre, puis nous verrons quelles parties l’avoisinent, et nous étendant ainsi de proche en proche, nous parviendrons jusqu'aux pays qui sont hors de la France, et même jusqu’aux extrémités du monde. », E. Mentelle, La géographie enseignée par une méthode nouvelle, op. cit., p. 8-9.

34 D. Nordman, « une représentation géographique du territoire sous la Révolution : le « jardin patriotique » », op. cit., p. 229.

35 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. VI.

36 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. 208.

37 E. Mentelle, C. MalteBrun, Géographie mathématique, physique et politique, op. cit., p. VII.

38 A. LeFrançois, Abrégé de la géographie de Crozat, op. cit., p. 34-90.

39 L. Dubroca, Nouvelle géographie élémentaire de la France, op. cit., p. 76-77.

40 J.M. Mahias, Géographie moderne de la France, op. cit., p. 99.

41 J.M. Mahias, Géographie moderne de la France, op. cit., 2e partie.

42 D. Nordman, « De quelques catégories de la science géographique. Frontière, région et hinterland en Afrique du Nord (XIXe et XXe siècles) », dans Annales HSS, 5, 1997.

43 A. LeFrançois, Abrégé de la géographie de Crozat, op. cit., p. 34-35.

44 I. Laboulais-Lesage, Lectures et pratiques de l’espace, l’itinéraire de Coquebert de Montbret, savant et grand commis d’Etat (1755-1381), Paris, Champion, 1999, p. 300-322.

45 J. Lavallée, J.-B. Breton, L. Brion père, Voyage dans les départements de la France, Paris, 1792-1802.

46 Sur ce sujet, on pourra se reporter à la contribution de Denis Retaillé.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search