Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Pouvoir local et contrôle du territoire

Le plébiscite de l’an viii et la construction du système préfectoral

Jeff Horn

Texte intégral

  • 1 L’auteur voudrait remercier Steven Clay, Malcolm Crook et en particulier Jean-Pierre Jessenne pour (...)

1Le plébiscite de l’an VIII ratifiant le coup d’état des 18-19 Brumaire joua un rôle important dans le lancement du système préfectoral de la Champagne méridionale. Malgré les falsifications des résultats bien connues de Lucien Bonaparte, qui sont démontrées par Claude Langlois1, une analyse en profondeur des résultats du plébiscite permet de tirer des leçons significatives ; aussi bien les historiens modernes que les administrateurs contemporains, à l’échelle locale et nationale, tirèrent clairement des conclusions conséquentes des résultats du plébiscite. Ces administrateurs firent face aux problèmes locaux révélés par le plébiscite, contribuant ainsi au renforcement du soutien en faveur du régime embryonnaire. La stabilité administrative et politique remarquable qui accompagna les compétences du système préfectoral, comme établi dans l’Aube, s’installa avec la reconnaissance réussie des problèmes locaux, et l’intérêt porté à ces derniers, qui avaient été révélés par le plébiscite de l’an VIII.

  • 2 Les deux premières citations viennent de J.-N. Feugé, Lettre du commissaire du gouvernement près l’ (...)
  • 3 Voir les citations de J.-N. Feugé de 8 et 21 frimaire an VIII et J.-N. Feugé, Compte de la situatio (...)

2Le coup des 18-19 Brumaire est perçu dans l’Aube comme une énième manifestation de la politique de bascule qui ronge le gouvernement central depuis l’an III. Bien que cela fût justifié par la prétendue menace d’un coup jacobin, les prêtres réfractaires et le royalisme représentent en Champagne méridionale un danger bien plus menaçant à l'ordre public que les justifications invoquées. La propagande royaliste circule très activement, les cloches sonnent pour rassembler les fidèles aux messes dites par les prêtres réfractaires, et l’on tente d'inciter les conscrits de la région et les prisonniers de guerre autrichiens à se révolter. Le coup encourage les prêtres à faire répandre les rumeurs selon lesquelles « le culte catholique allait être rétabli dans son ancienne splendeur, les fêtes nationales et décadaires supprimées ainsi que l’annuaire républicain, la convocation aux exercices du culte au son des cloches permise, les contributions et le droit de passe abolis, &c », pendant que le groupe de royalistes, petit mais actif, exprime « hautement le désir de voir remonter sur le trône la famille des Bourbons »2. Malgré ces rumeurs et les difficultés croissantes dans la perception des impôts et la conscription et on voit aussi une augmentation des désertions et une incapacité à réquisitionner du grain à des fins militaires, l’intervention énergique de la gendarmerie permet de maintenir l’ordre dans l’Aube3 Il faut noter que la gendarmerie est secondée par des colonnes mobiles de quelques cantons « sûrs » réquisitionnées par l’administration centrale.

  • 4 J.-N. Feugé, Compte, 8 frimaire, an VIII.
  • 5 J.-N. Feugé, Compte politique de la situation du département pendant le mois de frimaire an VIII, A (...)

3Après les premières nouvelles du coup d’État, les Jacobins de l’Aube restent passifs, jusqu’à ce que Bonaparte purge 61 députés, pour la plupart des Jacobins, du Conseil des Cinq-Cents. C’est alors que les Jacobins aubois témoignent « une satisfaction maligne, persuadés que cet acte du Gouvernement le ferait considérer comme réacteur et exciterait des murmures et des mécontentements »4. Le commissaire près le département, Jean-Nicolas Feugé, signale que les actions des Jacobins troublent l’ordre, et qu’elles rendent « inquiets et défrancs » les véritables partisans du gouvernement. Même les Jacobins, qui se sont ralliés au coup de Brumaire, n’inspirent pas confiance : « on désire leur conversion, mais on doute de leur sentiments »5.

  • 6 Arch. nat. F1CIII Aube 3 et 8, F1BII Aube 2 et Arch. dép. de l’Aube Lv223b, Lvll9a et L307.
  • 7 J.-N. Feugé, Compte, 15 pluviôse, an VIII.
  • 8 Voir mon article « Qui nous protégera de la garde nationale ? : Le conflit ruralo-urbain dans le dé (...)

4Ces troubles se sont intensifiés par la détérioration de la situation économique, qui se révèle particulièrement désastreuse dans l’Aube. Les rapports administratifs locaux insistent sur les conséquences sociales potentiellement désastreuses à Troyes6. Feugé exprime sans cesse la nécessité d’établir des ateliers de charité offrant des emplois aux ouvriers, en se justifiant ainsi : « J’insiste beaucoup sur ce point, parce qu’il importe extrêmement à la tranquillité publique »7. Les administrateurs de l’Aube craignent que les Troyens se soulèvent comme en septembre 1789, quand ils ont assassiné le maire pendant une émeute alimentaire. Cet incident avait déclenché un conflit entre la population urbaine de Troyes et les notables ruraux du département, qui culmina en la domination jacobine précoce sur l’Aube. Après le coup de Brumaire, pour les élites du département, la menace du royalisme et des prêtres réfractaires est bien faible comparée à l’agitation causée par la faim des ouvriers et artisans sans travail de Troyes8.

  • 9 Les élections de l’an VII démontrent que le Directoire n’a pas bâti un consentement républicain. De (...)
  • 10 Malcolm Crook a trouvé des résultats semblables pour la Marne et la Côte-d'Or. « Aux urnes, citoyen (...)
  • 11 A. Babeau, Histoire de Troyes pendant la Révolution, Paris, 1873-74, 2 t., t. II. p. 489.
  • 12 A. Babeau, op. cit., t. II, p. 443 et Résultats des élections des officiers municipaux, 3 germinal, (...)

5Cette peur est réflétée dans les résultats du plébiscite de l’an VIII. Les élections de l’an VII ont été désastreuses pour le gouvernement dans l’Aube9. Après une participation stable autour de 18 à 20 % de l’an III à l’an VI, seuls 9 % des citoyens ayant droit de vote ont exercé leur droit en l’an VII. Deux fois plus de Troyens que les autres Aubois ont voté (17 % au lieu de 8 %)10. Malgré les efforts impressionnants déployés par les partisans gouvernementaux locaux face à une opposition forte et une apathie encore plus omniprésente, le gouvernement central était resté mécontent des résultats électoraux de l’Aube. Plusieurs administrateurs départementaux et officiers municipaux de Troyes avaient été purgés en Ventôse de l’an VII (mars 1799)11. Cette action dégoûta l’électorat de la ville ; pour les élections municipales de l’an VII, la participation y baissa de 41 %12.

  • 13 J.-N. Feugé, Compte politique de la situation du département pendant le mois de frimaire an VIII.

6Cette atmosphère d’antipathie de la part des citoyens envers le gouvernement central fut accentuée par l’arrivée d’un délégué consulaire à la mi-Frimaire. Si la situation de Troyes en rappelait de nombreuses autres de 1789, les actions de ce délégué durant cette période de crise de guerre rappelaient l’« agent du comité de salut public » qui avait terrorisé le département pendant l’an II. Cette impression fut confirmée lorsque le délégué remplaça un certain nombre d’administrateurs et commissaires locaux sans aucune consultation locale. Bien qu’au moins un officier municipal fût reconnu en tant que « chef de parti », les autres avaient la solide réputation d’être des bons administrateurs et des républicains13. Cette purge n’apaisa pas les peurs locales, et semblait indiquer un retour aux méthodes gouvernementales de la Terreur, ce qui n’incitait pas les administrateurs locaux à se dévouer aux effets du plébiscite dans des délais aussi brefs.

  • 14 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 240.
  • 15 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 240.

7Bonaparte décide de ratifier le coup des 18-19 Brumaire par scrutin. C’est sa manière d’utiliser sa popularité personnelle pour surmonter la résistance qui existe au sein du gouvernement, et de consolider ainsi la stabilité de son autorité. Cet objectif ne lui laisse pas beaucoup de temps pour se préparer. La constitution de l’an VIII, document que le plébiscite vise à faire approuver, est publiée le 15 décembre 1799 (le 24 Frimaire)14. Plus de 90 % de la France votent en l’espace de 15 jours15.

  • 16 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 408.

8Une nouvelle procédure de vote est ainsi créée ; tout homme français âgé de 21 ans et résidant dans la commune depuis plus d’un an et n’étant pas indigent, en faillite, reconnu coupable d’un crime ou domestique peut s’inscrire sur la liste électorale dans la colonne « oui » ou « non », ce qui élimine le vote à bulletin secret. Il est intéressant de noter ce que le ministre de l’Intérieur Lucien Bonaparte et les éditeurs jacobins du Journal des Hommes libres pensent de ce système : ils croient qu’il donnera aux électeurs une plus grande liberté de vote, plus proche de leur souhaits réels16. Juges de paix, tribunaux et administrations départementales et municipales gardent des registres. La plupart des notaires qui ont créé les bureaux de vote dans les villages et dans les quartiers de villes font de même. Les bureaux de vote restent également ouverts trois jours entiers. Comme aide supplémentaire, Lucien Bonaparte ordonne que les patrons paient les citoyens pour le temps passé au bureau de vote.

  • 17 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 207-209.
  • 18 C. Langlois pense que l’électorat dénombre cinq millions en l'an VIII, mais six millions est plus p (...)

9Malgré toutes ces mesures, les résultats nationaux ne donnent pas le consentement populaire dont ont besoin les partisans de Brumaire. Bien que cela ne soit pas su à l’époque, Lucien Bonaparte falsifie massivement les résultats électoraux de l’an VIII, afin de faire croire à un soutien populaire général du coup. Selon les résultats officiels, 3 011 107 citoyens approuvent la constitution, et seuls 1 562 d’entre eux s’y opposent, sur une électorat national d’environ six millions ; cela signifie que la moitié de la nation politique a voté « oui »17. Langlois estime cependant que seulement environ 1,6 millions d'électeurs ont véritablement voté « oui », c’est-à-dire qu’un peu plus d’un quart de l’électorat a effectivement voté18.

  • 19 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 414.
  • 20 M. Crook garde l’estimation de René Baticle de 1909 qui donne 1.9 millions de votants en 1793 et il (...)

10Bien que le taux d’abstention de presque 70 % parmi les électeurs éligibles ne puissent être considéré comme un vote d’enthousiasme retentissant, Langlois affirme que « [...] les résultats réels du plébiscite de l’an VIII [...] furent un relatif succès ». Cela semble particulièrement vrai à la lumière de la crise militaire, économique et politique profonde de fin 179919. Si moins de gens votent en l’an VIII que pour la constitution des Montagnards en 1793, on compte des centaines de milliers des votants en plus en 1799 que pour la constitution de l'an III20.

  • 21 Il y avait 48 250 ayant droit de vote en l’an VII. Arch. dép. Aube L215-233. À peu près 59 000 Aubo (...)
  • 22 Pour plus d'informations, voir mon article : « Toute politique est locale : Une relecture critique (...)

11Dans l’Aube, 11 000 acceptent la nouvelle constitution, représentant moins de 19 % des citoyens éligibles21. Ce pourcentage est beaucoup plus faible que la moyenne nationale, et l’on constate un déclin léger par rapport à l’an III. Lorsque l’on compare à 1793 où plus de 40 % des Aubois avaient voté, ou à 1790 où l’Aube menait la nation avec plus de 73 %, on conclut que la participation de la Champagne méridionale pour l’an VIII est particulièrement anémique22.

  • 23 Arch. nat. BII97.

12La pression officielle est moins évidente dans l’Aube en l’an VIII que pour tout autre scrutin après l'an IV. Dans certains cantons, les agents municipaux signent les listes électorales pour des personnes ayant déjà signé d’autres procès-verbaux, et en signeront encore durant d’autres élections. Ces agents signent également pour des gens se trouvant en dehors du département soit pour fournir l’armée, soit pour servir dans l’armée. Seuls les officiels et les employés de l'état ont signé pour eux-mêmes. Dans plusieurs communes du canton de Romilly, l’agent municipal présente la liste à chaque citoyen et lui demande de signer. Ces communes fournissent 134 « oui » sans aucun « non », mais 17 personnes refusent de voter. L’agent indique simplement « refusé à signer »23.

  • 24 Lettre des membres composant l’Administration municipale du Canton de Marigny Citoyen Ministre de l (...)
  • 25 É. Larguillon, Lettre du Président de l’Administration municipale du Canton d’Arcys au Citoyen Mini (...)

13À la suite de cela, les administrateurs locaux font toute une série de demandes pour savoir pourquoi les Aubois n’ont pas voté. Les officiers municipaux du canton de Marigny prétendent : « si les registres ne présentent pas un ensemble de signatures suivant la population de ce canton ; c’est défaut d’instruction. Mais nous sommes assurés que la majorité entière des administrés a reçu avec enthousiasme la Constitution qui lui est présentée [...] »24. Etienne Larguillon, président de l’administration municipale du canton d’Arcis, affirme : « Presque tous les habitants des communes du canton ont cru que parce qu’ils avaient manifesté par un assentiment général et unanime leur vote pour l’acceptation, il suffisait que l’officier public vous en fit connaître le confirmation pour eux par la signature du registre »25.

  • 26 B. Gabiot, Lettre du commissaire du gouvernement près l'administration municipale du canton de Chap (...)
  • 27 Comme Jean Tulard a dit, en l’an VIII, Bonaparte n’est pas encore le sauveur. Lyons souligne que la (...)

14Le manque de votes est inquiétant aux yeux des contemporains de cette époque. Bertrand Gabiot, commissaire municipal du canton de Chappes, signale qu’il existe un important soutien populaire implicite en faveur du régime qui n’est pas reflété dans les chiffres26. Il est important qu’un commissaire souligne cela dans un canton où l’on dénombre 137 votes sur un électorat possible de presque 800 personnes ; cela représente tout de même 17 %, comparés aux maigres 5 %, soit 37 personnes ayant voté en l’an VIL Gabiot, partisan du Directoire, se délecte à faire des déclarations optimistes sur le soutien populaire en faveur du nouveau régime. Gabiot et bien d’autres fonctionnaires semblent vouloir que le Consulat fonctionne : ils ne considèrent pas le 18 Brumaire comme la fin de la Révolution ou du besoin pour la République de trouver une légitimité électorale, encore moins comme la naissance d’un empire ; ces fonctionnaires voient le 18 Brumaire comme un moyen d’en finir avec les problèmes du Directoire27. Gabiot est désigné maire en l’an VIII, mais lorsque le Consulat commence à prendre ses distances vis-à-vis de ses racines républicaines, il quitte ses fonctions pour ne plus jamais revenir.

  • 28 Les réferences à Bonaparte sont rares. Une exemple est le Registre contenant quatre feuilles cotés (...)
  • 29 Registre servant à inscrire les noms des citoyens de la Commune du Grand Dierrey qui se sont presen (...)
  • 30 J.-N. Feugé, Compte, 8 frimaire, an VIII.
  • 31 Le Consulat a gardé plusieurs élements de la culture politique républicaine, du début, le gouvernem (...)

15La correspondance officielle souligne que lorsque les Aubois votent pour la constitution de l’an VIII, ils ne pensent pas qu’ils votent pour Bonaparte personnellement, mais pour une structure différente de la République28. La constitution en elle-même est au centre de la plupart de leurs commentaires. Un Aubois veut des « articles supplémentaires à la constitution » garantissant « le libre exercice des cultes, le rétablissement des mœurs et de l’instruction publique, la mise de la dette publique sous la sauve garde de la nation »29. Feugé note : « les vrais républicains n’ont vu dans ces événements que la consolidation de la République et l'établissement d'un Gouvernement stable »30. Les consuls affirment que « la Révolution est terminée » dans leur proclamation du 24 frimaire (15 décembre 1799) en présentant la constitution à la population ; pour les Aubois, cette proclamation signifie le retour à la paix et à l’ordre public, et non la fin de la République31. L’Empire n'est pas, et n’aurait pas pu être, imaginable à ce stade.

  • 32 Il y a question sur combien de votes « contre » à l’échelle nationale. Langlois donne 3-5 000 et Cr (...)
  • 33 Voir mon article « Bread and Circuses: Napoleonic Electoral Festivals in the Department of the Aube (...)

16Les votes « contre » constituent un problème pour les administrateurs locaux32, mais les 40 personnes qui n’acceptent pas la constitution de l’an VIII sont moins embarrassantes que son rejet par la commune de Planty, dans le canton de Villadin, qui affiche 3 contre 16. À Pont-Hubert, le commissaire cantonal, le président, et le secrétaire de l’administration et deux autres personnes votent « non », et ce canton traditionnellement très participatif n’enregistre que 23 votes. Malheureusement, aucun d’entre eux n’explique son vote, pas plus que les autres Aubois ayant voté « non ». Mais ces électeurs ne semblent pas inquiéter les autorités. Pierre Marteau de Planty est bientôt désigné adjoint, le commissaire Jean-Baptiste Gérard-Auvity est désigné maire et devient un notable du département. Ainsi, les autorités sont sans rancune vis-à-vis des 0,4 % de citoyens ayant osé exprimer leur opposition. Ce sera seulement pour les plébiscites suivants que les administrateurs locaux de l’Aube tiendront à maintenir l’unanimité33

  • 34 Les régistres ont été trouvés aux Arch. nat. BII96-98 et les autres informations viennent de ma thè (...)

17Les résultats de cette ville agitée qu’est Troyes revêtent davantage d’importance aux yeux des administrateurs. Pendant toute la décennie révolutionnaire, les électeurs de Troyes sont les plus jacobins du département, et les républicains les plus convaincus. En l’an VIII, les administrateurs et les employés de l’état doivent subir une forte pression gouvernementale pour empêcher le nombre de votants de chuter complètement. Ces groupes constituent le pilier de la participation électorale auboise, en particulier à Troyes. Les commis dans les bureaux des administrations municipale et départementale, les employés du tribunaux, tout le dépôt militaire, et la gendarmerie réunissent leurs forces. Étant donné que la plupart de ces fonctionnaires sont des anciens jacobins, ils espèrent peut-être qu'une approbation public du nouvel ordre leur permettra de conserver leur poste. Plus de 30 % des Troyens qui votent en l’an VIII reçoivent un salaire de l’État et 5 % supplémentaires reçoivent une pension d’État34.

  • 35 Cette analyse vient des listes de votants aux élections munipales. Arch. dép. Aube L212, L228 et L2 (...)

18Malgré l’intervention impressionante des fonctionnaires et bénéficiaires de l’Etat, la participation totale de Troyes en l’an VIII chute légèrement. Cette chute n’est pourtant pas trop inquiétante aux yeux des administrateurs locaux observant la situation, car les votants de Troyes en l’an VIII sont très différents de ceux qui avaient voté sous le Directoire. Les votants troyens sous le Directoire comprenaient un pourcentage relativement important de travailleurs, pour la plupart des tisserands et des maîtres artisans. En d’autres termes, les électeurs reflétaient la composition sociale de ce grand centre manufacturier35. En l’an VIII, l’élite économique vote massivement pour la première fois depuis des années. Les propriétaires, les hommes de loi et les professions libérales représentent environ 22 % des électeurs. Cependant, il faut souligner l’intervention des notables industriels et commerciaux. Les négociants et fabricants constituent plus de 18 % de l’électorat. Les maîtres artisans représentent encore 12 % des électeurs, mais le nombre de tisserands chutent au niveau minuscule de 1 %, ce qui peut expliquer l’absence de votes contre à Troyes.

19Les contemporains de cette époque interprètent aisément les résultats, car plus des deux tiers des électeurs ont indiqué leur profession. Les résultats de l’élite des hommes de loi, des propriétaires et des professionnels sont de bon augure pour la stabilité à long terme du régime ; cependant, la décision collective apparemment mystérieuse de 80 fabricants en gros, qui ont rarement voté durant la décennie révolutionnaire, à soutenir publiquement la constitution de l’an VIII, donne une indication importante sur les peurs locales. Ces peurs permettent d’expliquer l'acceptation rapide du coup et la popularité croissante du Consulat puis de l’Empire dans l’élite sociale et économique de ce département. Une fois gagnée, l’Aube restera loyale envers Bonaparte pendant toute une génération.

  • 36 Extrait du registre des délibérations de l’Administration centrale du département de l’Aube, 26 Fri (...)
  • 37 Langlois a fait cette observation utile. C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 405.

20Les fabricants, qui renvoyaient des milliers de tisserands et d’autres ouvriers à cause de la dépression causée par la crise de guerre, redoutent leurs anciens employés36. Les fabricants veulent la protection que le Directoire n’a pas assurée ; les fabricants et le reste de l’élite auboise espèrent que les Brumairiens peuvent la leur donner. Pour cette élite, Bonaparte n’est pas seulement le vainqueur de l’Italie et l’artisan de la paix à Campo-Formio ; il est aussi l’homme de Vendémiaire an IV37. Selon mes soupçons, c’est l’homme de Vendémiaire et l’artisan de la paix que les Troyens votant en l’an VIII veulent voir à la tête de la République. Les notables veulent le respect de la loi, le maintien de l’ordre public, la fin des factions et la paix, et ils sont prêts à soutenir tout régime lui apportant cela.

  • 38 Par example, Lucien Bonaparte, Circulaire du Ministre de l'Intérieur aux administrations centrales (...)

21Le Consulat tire bien ses leçons des résultats électoraux de l’Aube. Tout d’abord, il cherche à se concilier l’appui des ouvriers turbulents et des jacobins mécontents. C’est en partie à la lumière de cela qu’il faut considérer les différentes proclamations précédentes de Lucien Bonaparte et la désignation de l’ex-conventionnel Jean-Jacques Cambacérès en tant que deuxième consul38. Le maintien explicite du calendrier républicain, les mesures contre le clergé réfractaire et la décision de soumettre la constitution à un vote populaire rassurent les jacobins inquiets. Le gouvernement central désigne également Jean-Nicolas Laloy préfet provisoire en pluviôse (début février 1800). Cet ancien docteur de Chaumont avait été un jacobin populaire dans la région et il avait des liens dans l'Aube. Il n’acceptait pas le poste mais sa nomination rassure également les Aubois.

  • 39 É. Dejean, Un Préfet du Consulat : Jacques-Claude Beugnot, organisateur des préfectures au ministre (...)
  • 40 J.-R. Prod'Homme, « L'Administration préfectorale de l'Aube et les préfets impérieux », dans La Vie (...)

22Le premier préfet de l’Aube est Charles-Louis Bruslé qui arrive en germinal (le 23 mars). Bonaparte lui-même rejette le candidat de Lucien au poste de préfet permanent de l’Aube, et désigne Bruslé, qui dominera le département pendant un quart de siècle39. Bruslé avait été député du département des Deux-Sèvres au Conseil des Cinq-Cents pendant l’an VI et l’an VII. Du fait de ses compétences administratives « exceptionnelles », il devient un véritable proconsul dans le département40.

  • 41 Charles-Louis Bruslé a noté son dépendance sur les troupes « à rétablir et à maintenir la tranquili (...)
  • 42 Journal du département de l'Aube 10 et 16, 19 ventôse et 19 frimaire, an IX plus Montefeuil. Lettre (...)

23L'arrivée de Bruslé met fin à la brève politique consistant à apaiser les jacobins et les travailleurs aubois. Au lieu de cela, Bruslé et les maires sont exhortés à la fois localement et de Paris à prendre des mesures énergiques pour défendre l’ordre public. D’autres gouvernements ont tenté de le faire pendant la décennie révolutionnaire, en vain. Ce qui fait la différence sous le Consulat est l’arrivée d’une brigade de vétérans loyaux à Bonaparte, mise en garnison à Troyes pour cinq ans. Pour la première fois depuis l’an II, les agents locaux du gouvernement central peuvent compter sur les forces armées pour soutenir leurs ordres si nécessaires41. La présence de troupes garantit également que les zones rurales envoient suffisamment de grain pour nourrir les ouvriers affamés de Troyes lors des maigres récoltes, au début du Consulat42. Le maintien de forces aussi importantes dans la Champagne méridionale montre à quel point le gouvernement central craignait une révolte à Troyes, avant que Marengo et Hohenlinden dissipent la menace d'une invasion.

  • 43 Extrait du registre des délibérations de l'administration centrale du département de l'Aube, 8 frim (...)
  • 44 J.-N. Feugé, Compte, 8 Frimaire, An VIII.

24On fait rarement appel à ces forces, mais là où ses prédécesseurs faisaient des proclamations inapplicables, Bruslé peut appliquer les lois visant à restaurer l’ordre public et à protéger les personnes et les propriétés, ce qui est grandement désiré par l’élite43. Comme Feugé l’exprime peu après le coup, les Aubois avaient formé « dans le secret des voeux pour un gouvernement qui les protégeât et qui leur offrît une garantie sûre pour leurs personnes et pour leurs propriétés. Les journées des 18 et 19 Brumaire leur ont présenté des moyens de voir leurs vœux accomplis [...] »44.

  • 45 J.-N. Feugé, Compte, 15 Pluviôse, An VIII et 9 Nivôse, An VIII.

25L’analyse de Feugé sur ce que veulent les Aubois du gouvernement central est non seulement presciente, mais précise. Jusqu’après le plébiscite de l’an VIII, Feugé écrit au ministre de l’Intérieur que les habitants de l’Aube présentent cinq demandes principales : la fin des factions destructives dans la politique nationale ; la paix ; la fin de la conflit entre la République et l’Église catholique, afin d’exercer leur religion librement ; l’ordre public, allant de pair avec l’application de la loi ; enfin, la protection des personnes et des propriétés, en particulier pour ceux ayant acquis des terres nationales45. Ces demandes coïncident avec les objectifs immédiats du nouveau régime. Ce qui n’est pas un hasard.

26Non seulement l’État central a coopté ou détruit les différentes factions, mais il contribue à restaurer l’ordre dans quelques provinces, soit par la force, soit par la menace de la force. En outre, les victoires militaires permettent à Bonaparte de conclure le traité de Lunéville et le concordat en l’an IX. Au dire de tous, la victoire, l’élimination de la menace d'invasion et la résolution de la querelle révolutionnaire avec la papauté accroissent beaucoup la popularité du nouveau gouvernement.

  • 46 Ces chiffres viennent des rapports fragmentaires au ministre de l'Intérieur en germinal de l’an X p (...)
  • 47 Les rapports des sous-préfets en donnent la preuve. Arch. dép. Aube M. 34-36.

27La date des élections de l’an IX permet de profiter de ces succès. Les 92 % des citoyens ayant droit de vote qui participent à la sélection des notables communaux dépassent de loin le pourcentage d’inscrits pour toute élection révolutionnaire auboise, et mènent à nouveau la nation46. Ce record de participation témoigne en partie de l’efficacité de la machine électorale locale mise en place par Bruslé qui met les électeurs sous une forte pression administrative ; or, ce record est dû principalement aux mesures du gouvernement central visant à renforcer le soutien provincial47. Cette approbation remarquable du régime révélée avec les élections de l’an IX illustre le succès du Consulat.

  • 48 Par exemple, Lettre du juge de paix du canton de Ramerup au préfet, 3 frimaire, an X, Arch. dép. Au (...)
  • 49 Une version plus détaillée peut être trouvé en mon article « Bread and Circuses »

28Cependant, Bruslé comprend à quel point il est précaire de soutenir le gouvernement, mais aussi dans quelle mesure la falsification des résultats de l’an VIII et le succès extraordinaire de l’an IX rendent sa tâche difficile lorsque l’on demande aux Français : « Napoléon Bonaparte doit-il devenir consul à vie ? ». En l’an X, Bruslé manipule48 et recourt à une tactique inspirée des élections militaires de l'an VIII pour modifier les statistiques. Lors du festival célébrant la paix d’Amiens le 10 Prairial, Bruslé demande à la foule si elle approuve cette proposition. Il est salué avec des hauts « oui », déclare alors le vote unanime et ordonne au maire de Troyes d’inscrire tous les vétérans, pompiers et gardes nationaux de Troyes dans la colonne « oui ». Bruslé ajoute d’un coup 3 995 « oui », qui représenteront 47 % des votes finalement comptabilisés pour l’ensemble de l’arrondissement49. Ce préfet modèle avait très bien appris ses leçons de l’an VIII.

  • 50 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 405.
  • 51 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 405.

29Bien sûr, la participation auboise décline à partir de l’an IX, mais elle augmente de plus de la moitié à partir de l’an VIII pour atteindre 30 %, chiffre bien en-dessous de la moyenne nationale de 50 %50. Selon Langlois, c’est pour la première fois en l’an X que plus de la moitié des français éligibles votent, mais il faut attendre l’an XII pour que l’Aube, année où plus de 60 % des Aubois approuvent la création de l’Empire. Langlois écrit : « En l’an X, on votera sur un bilan » des actions effectuées pendant les deux années précédentes51. Il faut encore deux ans pour convaincre les Aubois. Pourtant, une fois convaincue, l’Aube reste un département bonapartiste pendant toute la décennie suivante, prouvant sa dévotion à l’Empereur pendant la campagne de France en 1814, les Cent Jours et une bonne partie de la Restauration.

30L’expérience de l’Aube pendant cette période démontre les faiblesses du Consulat à ses débuts. Cette faiblesse encourage non seulement les préfets mais aussi les responsables de l’État central à concilier l’opinion publique locale, comme cela est exprimé avec le plébiscite de l’an VIII. Soutenus par une présence militaire, les préfets de l’Aube contiennent la menace de la révolte des sans-emploi et des ouvriers affamés troyens comme en 1789 ; en outre, ils gagnent le soutien de l’élite puis du reste de la population, en donnant aux citoyens ce qu’ils disent vouloir au moment du plébiscite de l’an VIII.

  • 52 Jean Tulard n’est pas d'accord. Il trouve que ce plébiscite était une consultation réelle de l'opin (...)

31Les plébiscites de Bonaparte sont généralement dénigrés pour être non représentatifs et non démocratiques52. Une chose est sûre : en entretenant un semblant de processus électoral, et en en limitant son importance, le Consulat encourage la participation politique sans abandonner son autorité décisionnelle. La décision d'organiser un plébiscite peu après le coup d’État vise à conserver la tradition révolutionnaire et à rassurer de nombreux républicains inquiétés par Brumaire. Ainsi, les premiers plébiscites bonapartistes jouent un rôle important dans la consolidation initiale du régime. Lorsque l’on estime que les résultats ne peuvent pas suffisamment le légitimer, Lucien Bonaparte falsifie les résultats. La propagande pour cette sanction apparemment populaire en faveur du Consulat joue un rôle important dans le renforcement du nouveau régime, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. On peut déplorer les actions de Lucien, mais il est impossible d'ignorer leur impact.

32Le plébiscite de l’an VIII créé également un lien entre les 18-19 Brumaire et la construction du système préfectoral. Lucien a peut-être bien caché les résultats nationaux à ses contemporains et aux générations suivantes, mais de nombreux administrateurs locaux et nationaux ne sont pas dupes. Dans les provinces, le succès du coup d’État, puis du Consulat, n’est pas automatique ; les préfets et maires entre autres doivent le transformer en réalité. Ces bureaucrates tirent des leçons de ces résultats, et les appliquent ; ainsi, ils contribuent à transformer l’Aube : d'un département déchiré par les factions et considéré comme au bord d’une révolte, elle devient l’un des partisans les plus ardents du nouveau régime.

Notes

1 L’auteur voudrait remercier Steven Clay, Malcolm Crook et en particulier Jean-Pierre Jessenne pour les aides dans la préparation de cette communication. C. Langlois, « Le plébiscite de l’an VIII ou le coup d’état du 18 pluviôse an VIII », dans Annales Historiques de la Révolution française, 207, 1972, p. 43-65, 231-246, 390-415.

2 Les deux premières citations viennent de J.-N. Feugé, Lettre du commissaire du gouvernement près l’administration centrale de l’Aube au citoyen Ministre de l’Intérieur, 21 frimaire, an VIII et la troisième de son Compte de la situation morale et politique du département de l'Aube pendant le mois de brumaire an VIII, 8 frimaire, an VIII. Sur le pouvoire du royalisme, voir son Compte moral et politique du Département de lAube, pendant les mois de thermidor et fructidor an VII, 6 vendémiaire, an VIII. Arch. nat. F1CIII Aube 3.

3 Voir les citations de J.-N. Feugé de 8 et 21 frimaire an VIII et J.-N. Feugé, Compte de la situation politique du département de l'Aube pendant le mois de nivôse an VIII, 15 pluviôse, an VIII, Arch. nat. F1CIII Aube3.

4 J.-N. Feugé, Compte, 8 frimaire, an VIII.

5 J.-N. Feugé, Compte politique de la situation du département pendant le mois de frimaire an VIII, Arch. nat. F1CIII Aube3.

6 Arch. nat. F1CIII Aube 3 et 8, F1BII Aube 2 et Arch. dép. de l’Aube Lv223b, Lvll9a et L307.

7 J.-N. Feugé, Compte, 15 pluviôse, an VIII.

8 Voir mon article « Qui nous protégera de la garde nationale ? : Le conflit ruralo-urbain dans le département de l’Aube en 1790 » qui sera publié dans Annales Historiques de la Révolution française.

9 Les élections de l’an VII démontrent que le Directoire n’a pas bâti un consentement républicain. Deux vues importantes et contradictoires : L. Hunt, D. Lansky et P. Hanson, « The Failure of the Liberal Republic in France, 1795-1799 : the Road to Brumaire », dans Journal of Modem History, 51, n° 4, 1979, p. 734-59 et B. Gainot, Les mouvements néo-jacobin à la fin du Directoire : structure et practique politique, 3 t., Université de Paris I, thèse, 1993.

10 Malcolm Crook a trouvé des résultats semblables pour la Marne et la Côte-d'Or. « Aux urnes, citoyens!: Urban and rural electoral behaviour during the French Revolution », dans A. Forrest et P. Jones. eds. Reshaping France: Town, country and region during the French Revolution, New York, 1991, p. 160.

11 A. Babeau, Histoire de Troyes pendant la Révolution, Paris, 1873-74, 2 t., t. II. p. 489.

12 A. Babeau, op. cit., t. II, p. 443 et Résultats des élections des officiers municipaux, 3 germinal, an VII, Arch. dép. Aube L230.

13 J.-N. Feugé, Compte politique de la situation du département pendant le mois de frimaire an VIII.

14 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 240.

15 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 240.

16 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 408.

17 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 207-209.

18 C. Langlois pense que l’électorat dénombre cinq millions en l'an VIII, mais six millions est plus probable. Pour Langlois, un peu moins d'un tiers a voté en l'an VIII.

C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 207-209.

19 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 414.

20 M. Crook garde l’estimation de René Baticle de 1909 qui donne 1.9 millions de votants en 1793 et il cite 1.3 millions de participants pour l'an III. Elections in the French

Revolution: An apprenticeship in democracy, 1789-1799, Cambridge, 1996, p. 106, 121.

21 Il y avait 48 250 ayant droit de vote en l’an VII. Arch. dép. Aube L215-233. À peu près 59 000 Aubois sont éligibles. Charles-Louis Bruslé, Tableau dressé par le préfet du département de l'Aube en exécution des articles L1 et L11 de la loi du 13 ventôse an neuf, concernant la formation et le renouvellement des listes d'éligibilité prescrites par la constitution, 8 fructidor, an IX, Arch. nat. F1CIII Aube 5.

22 Pour plus d'informations, voir mon article : « Toute politique est locale : Une relecture critique de Le nombre et la raison : la Révolution française et les élections »," dans Annales Historiques de la Révolution française, 311 : 1, Janv.-Mars 1998, p. 89-109.

23 Arch. nat. BII97.

24 Lettre des membres composant l’Administration municipale du Canton de Marigny Citoyen Ministre de l’Intérieur, an VIII, Arch. nat. BII97.

25 É. Larguillon, Lettre du Président de l’Administration municipale du Canton d’Arcys au Citoyen Ministre de l’Intérieur, 10 nivôse, an VIII, Arch. nat. BII96.

26 B. Gabiot, Lettre du commissaire du gouvernement près l'administration municipale du canton de Chappes au ministre de l'intérieur, 7 nivôse, an VIII, Arch. nat. BII97.

27 Comme Jean Tulard a dit, en l’an VIII, Bonaparte n’est pas encore le sauveur. Lyons souligne que la Révolution n’est pas encore terminée. J. Tulard, Napoléon ou le mythe du sauveur, Paris, 1987, p. 119-120 and Martyn Lyons, Napoleon Bonaparte and the Legacy of the French Revolution, New York, 1994, p. 2-3.

28 Les réferences à Bonaparte sont rares. Une exemple est le Registre contenant quatre feuilles cotés et paragraphiés par le Président de l’administration du canton de Les mont ; ouvert à l’administration municipale dudit canton pour recevoir les votes des citoyens sur l’acceptation de la Constitution offert au peuple français le 22 frimaire an huit, Arch. nat. BII97.

29 Registre servant à inscrire les noms des citoyens de la Commune du Grand Dierrey qui se sont presenté à l’administration municipale du canton [de Marigny], pour l’acceptation de la constitution offerte au peuple français par les membres composant le gouvernement en date du 22 Frimaire an VIII de la République française, an VIII, Arch. nat. BII97.

30 J.-N. Feugé, Compte, 8 frimaire, an VIII.

31 Le Consulat a gardé plusieurs élements de la culture politique républicaine, du début, le gouvernement bonapartiste avait des principes politiques très différents que pendant la décennie révolutionnaire. LYONS, Napoleon Bonaparte, op. cit, 1994.

32 Il y a question sur combien de votes « contre » à l’échelle nationale. Langlois donne 3-5 000 et Crook trouve à peu près 2 000. C. Langlois, « Le plébiscite », art, cit., p. 60 et Napoleon Cornes to Power, p. 76. La nombre rapporté était 1 562.

33 Voir mon article « Bread and Circuses: Napoleonic Electoral Festivals in the Department of the Aube », dans Ch. Crouch, K. O. Eidahl, et D. D. Horward, eds., The Consortium on Revolutionary Europe 1750-1850: Selected Papers 1996, Tallahassee, FL, 1996, p. 52-58.

34 Les régistres ont été trouvés aux Arch. nat. BII96-98 et les autres informations viennent de ma thèse.

35 Cette analyse vient des listes de votants aux élections munipales. Arch. dép. Aube L212, L228 et L230. Les commissaires départementaux successifs ont remarqué la même chose.

36 Extrait du registre des délibérations de l’Administration centrale du département de l’Aube, 26 Frimaire, An VIII et les rapports de Feugé pour brumaire, frimaire et particulièrement nivôse. Voir aussi le Journal de l’école centrale du département de l’Aube pendant l'an VIII et les rapports de police qui se trouvent aux Arch. de la Mairie de Troyes 2I11 5.

37 Langlois a fait cette observation utile. C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 405.

38 Par example, Lucien Bonaparte, Circulaire du Ministre de l'Intérieur aux administrations centrales des départements, 7 nivôse, an VIII, Bib. nat. 4-Lb43 435 et C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 397.

39 É. Dejean, Un Préfet du Consulat : Jacques-Claude Beugnot, organisateur des préfectures au ministre de l'intérieur 1799-1800, préfet de la Seine-Inférieur 1800-1806, Paris, 1907, p. 6-7.

40 J.-R. Prod'Homme, « L'Administration préfectorale de l'Aube et les préfets impérieux », dans La Vie en Champagne 52, décembre 1957, p. 15.

41 Charles-Louis Bruslé a noté son dépendance sur les troupes « à rétablir et à maintenir la tranquilité publique » ; J.-A. Chaptal, Lettre du ministre de l'intérieur au Bruslé, 21 floréal. an X, Arch. dép. Aube M596.

42 Journal du département de l'Aube 10 et 16, 19 ventôse et 19 frimaire, an IX plus Montefeuil. Lettre du commissaire de police au maire de la ville de Troyes, 12 floréal, an IX (Mai 2, 1801), Arch. mun. de Troyes 2I11 5.

43 Extrait du registre des délibérations de l'administration centrale du département de l'Aube, 8 frimaire, an VIII, Arch. nat. F1CIII Aube 8 et Ch.-L. Bruslé, Lettre du préfet du département de l'Aube aux maires des communes du même département, 17 brumaire, an IX, Arch. mun. de Troyes P45.

44 J.-N. Feugé, Compte, 8 Frimaire, An VIII.

45 J.-N. Feugé, Compte, 15 Pluviôse, An VIII et 9 Nivôse, An VIII.

46 Ces chiffres viennent des rapports fragmentaires au ministre de l'Intérieur en germinal de l’an X par trois sous-préfets. Arch. dép. Aube M. 34-36. L’Yonne, à côté, était à 76,5 %. J.-Y. Coppolani, Les élections en France à l’époque napoléonienne, Paris, 1980, p. 215.

47 Les rapports des sous-préfets en donnent la preuve. Arch. dép. Aube M. 34-36.

48 Par exemple, Lettre du juge de paix du canton de Ramerup au préfet, 3 frimaire, an X, Arch. dép. Aube M595.

49 Une version plus détaillée peut être trouvé en mon article « Bread and Circuses »

50 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 405.

51 C. Langlois, « Le plébiscite », art. cit., p. 405.

52 Jean Tulard n’est pas d'accord. Il trouve que ce plébiscite était une consultation réelle de l'opinion publique et que c'était une décision dangereuse. Napoléon ou le mythe du sauveur, p. 119-120.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search