Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Pouvoir local et contrôle du territoire

La réception de Brumaire par les acteurs de la vie politique locale

La région d'Amboise, Indre-et-Loire

Anne Jollet

Texte intégral

  • 1 La situation politique dans cet espace a été précédemment analysée dans « Approche d'un microcosme (...)
  • 2 A. Aulard, Histoire politique de la Révolution française. Origines et Développement de la Démocrati (...)
  • 3 G. Lefebvre, Napoléon, Paris, PUF, 1953, p. 1.

1On a choisi de s'interroger sur la signification du coup d'état de Brumaire an VIII en poursuivant l'enquête sur le personnel politique d'un petit espace de la France du Centre-Ouest, le canton d'Amboise en Indre-et-Loire1. La question est de savoir comment l'événement a été reçu au niveau des responsables locaux et quels changements celui-ci va entraîner dans leur composition à l'occasion de la mise en place des nouvelles municipalités au cours de l'an VIII. Ce moment hasardeux du 18 Brumaire, porteur à termes de transformations décisives dans l'évolution politique du pays, a-t-il été un véritable événement ou bien a-t-on vécu ici comme à Paris et dans nombre de départements, sans grande émotion, cette « nouvelle journée », reprise d'un scénario qui pouvait sembler désormais assez bien connu et ne devoir guère apporter de nouveauté ? Événement faible, somme toute, comme concluait Alphonse Aulard dans son Histoire politique de la Révolution française2. En d'autres termes, reprenant l'interrogation de Georges Lefebvre dès les premières lignes de son Napoléon, le 18 Brumaire fait-il époque dans la longue guerre de la Révolution et de l'Europe qui se poursuit de 1792 à 1815 ?3

  • 4 F. Brunel, Thermidor. La chute de Robespierre, Bruxelles, Ed. Comlexe, 1989.

2En engageant cette réflexion, on est amené inévitablement à penser à Thermidor dans les termes dans lesquels Françoise Brunei a évoqué ce moment entre rupture et péripétie, mais aussi de façon générale aux coups de force qui réussissent au sein des systèmes politiques représentatifs, dont la condition même de réussite réside dans les espérances contradictoires qu'ils soulèvent à un moment qui associe intensité de la passion et de l'incertitude, dans le fait qu'ils apparaissent autant comme la possible restauration d'ordres anciens que comme les prémisses d'installation d'ordres neufs que chacun, de façon contradictoire, peut imaginer selon ses vœux4.

3Nous étudions ici la réception de Brumaire au niveau des autorités locales, de la vie politique de deux cantons, de trois municipalités de canton, deux rurales et l'autre urbaine constituée par la ville d'Amboise. Il s'agit d'une quinzaine de communes rurales, plus la petite ville d'un peu plus de 5 000 habitants, Amboise, soit environ 15 000 habitants au total, dont 10 000 ruraux. Le contraste est grand entre l'intense vie politique de la ville où les partis sont marqués, où les hommes pensant la vie publique et aspirant à y prendre part sont nombreux, et les communes rurales voisines où les équipes dirigeantes sont plus stables, moins violemment travaillées par les oppositions politiques, où les prises de position sont plus discrètes et s'abritent derrière l'exécution des lois.

Le pouvoir de républicains sûrs d'eux-mêmes

  • 5 La situation des communes rurales est en fait assez diverses, et certaines grosses bourgades vitico (...)

4Pour comprendre le sens de l'accueil fait à l'annonce des changements opérés à Paris les 18 et 19 brumaire, il faut rappeler l'état des rapports de force locaux au moment de l'événement. La ville d'Amboise, par son rôle ancien de centre administratif local, son rôle récent de chef-lieu de district, la diversité de la bourgeoisie petite et moyenne qui s'y trouve rassemblée, connaît une vie politique d'une grande intensité depuis 1789, vie qui s'est diversifiée, enrichie dans ses formes, enrichie de par le nombre accru des intervenants au long de la décennie révolutionnaire. Cette animation de la vie politique de la ville tranche avec la faible mobilisation de beaucoup de communes rurales environnantes5.

5La situation de la ville d'Amboise en 1799 est caractérisée par la domination des républicains. Le renforcement de leurs positions a été très marqué aux lendemains de Fructidor et c'est dans l'atmosphère du retour au pouvoir d'anciens dirigeants de l'an II et d'une radicalisation républicaine réelle que Bru maire va advenir.

  • 6 Arch. com. Amboise, D15, 10 et 18 fructidor an VII.
  • 7 Arch. com. Amboise, D14.

6On vient de célébrer dans la ville la fête de la chute du trône, puis le 10 fructidor, la fête de la Vieillesse. Vincent, le président de l'administration cantonale, a fait un discours sur les devoirs des républicains auprès des vieillards ; on s’est rendu en cortège à la place de la Liberté où l'on s'est assemblé autour de l'arbre de la régénération en chantant « Amour sacré de la patrie ». On y a crié « Vive la République », « Vive la constitution de l'an III ». Quelques jours plus tard, on a célébré avec faste l'anniversaire du 18 Fructidor. Le compte rendu de la journée évoque cortège, chants et discours et précise que Vincent a entonné « Amour sacré de la patrie »6. L'activité des derniers mois a été ardente pour faire vivre le culte décadaire, pour changer les noms de rue qui s'intitulent désormais « rue Socrate », « rue Platon », « rue Confucius », « rue Zoroastre »...7.

  • 8 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279, 22 brumaire an VIII. Pour une vue plus globale, R. Vivier, Chou (...)
  • 9 Arch. com. Amboise, D15, 25 fructidor an VII.

7La vie locale est traversée par les grands problèmes de l'époque et, avec une urgence particulière, par la question du brigandage et de la chouannerie. Les « brigands de l'Ouest » ne sont pas loin. Les « chouans » sont présents dans le nord du département, à une vingtaine de kilomètres d'Amboise « d'où ils pourraient à chaque instant se porter dans le canton pour y exercer leur brigandage [...] »8. Des visites domiciliaires ont lieu à la demande du département conformément à la loi du 16 thermidor avec « autorisation pour arrêter les émigrés rentrés, les prêtres déportés, les égorgeurs et les chefs chouans »9. Le Cercle constitutionnel qui suscite des interventions hostiles, est l'objet de la protection de l'administration municipale.

  • 10 Arch. com. Amboise, D13.

8L'administration cantonale, de plus en plus nettement dominée jusque là par la bourgeoisie conservatrice, pour partie proche de la noblesse locale et violemment antijacobine, a connu un infléchissement dès février 1797 quand un certain Duprat a été nommé commissaire du Directoire. Celui-ci est alors entré en conflit avec les membres de l'administration, conflit que Duprat concourt à radicaliser après Fructidor en dénonçant aux autorités départementales les « principes royalistes » des administrateurs amboisiens10. Il finit par obtenir gain de cause et le 14 décembre 1797 une administration provisoire est nommée.

  • 11 A. Jollet, « Approche d'un microcosme politique de l'an II à l'an III [...] », op. cit.
  • 12 J. P. Froger, Amboise et sa région entre Révolution et contre-révolution, 1789-1800, Amboise, 1985, (...)
  • 13 A. Jollet, « La temporalité d'un ardent révolutionnaire à travers une publication auto-justificativ (...)
  • 14 Arch. com. Amboise, D11. On retrouve parmi les 17 noms de ceux qui forment cette nouvelle société, (...)

9Les hommes au pouvoir sont désormais ceux de l'an II11. Le commissaire du Directoire exécutif, Duprat, le président de l'administration cantonale, Vincent, sont de ceux qui ont dirigé le district en l'an II, ont été victimes de l'épuration modérée de Guimberteau en janvier 1794, ont été remis à la tête de la vie politique locale au printemps de l'an II lors de la nouvelle épuration à laquelle ont procédé les représentants en mission Hentz et Francastel12. Duprat fait partie de ceux qui n'ont pas été écartés en septembre 1794, lors de l'épuration post-thermidorienne qui a destitué les plus virulents tenants du gouvernement révolutionnaire, les frères Gerboin13. Il devient alors vice-président du directoire du district au moment où les anciens dirigeants sont pourchassés comme terroristes. Il est cependant écarté par les électeurs en l'an III et il ne renoue avec le pouvoir qu'en février 1797 lors de sa nomination comme commissaire du Directoire exécutif. Il lutte alors pour le renouvellement de l'administration après Fructidor. Les administrateurs provisoires sont d'anciens acteurs de l'an II, des artisans à nouveau, un boulanger, un charpentier, et l'officier de santé Vincent. Les assemblées primaire de mars 1798 viennent confirmer cette orientation et Vincent devient président de l'administration cantonale, Duprat restant commissaire du Directoire. Vincent, ancien membre du Comité révolutionnaire de l'an II, a lui été désarmé en thermidor. On le retrouve aussi parmi ceux qui font part de la création d'une société littéraire aux lendemains du décret de fructidor an III portant suppression des sociétés populaires14. Comme Duprat, il est également de ceux qui se réunissent en décembre 1797 pour demander à exercer le culte théophilanthropique. C'est donc dans un contexte de fortes tensions politiques locales qui voit se poursuivre la lutte pour toutes les fonctions publiques entre des individus dont les prises de position tout au long des années révolutionnaires sont bien connues localement, dans un contexte marqué par une très nette reprise en main jacobine et une forte affirmation des principes républicains, que va arriver à Amboise l'annonce de la « révolution » de Brumaire.

  • 15 Arch. dép. Indre-et-Loire, Rôle de taille de l'élection d'Amboise, 1787. Alexandre Boistard est pré (...)
  • 16 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 3.

10La situation de l'administration du canton d'Amboise-extra, qui rassemble huit communes rurales de la périphérie d'Amboise, témoigne d'une évolution assez proche. Le président de la municipalité de ce canton est le citoyen Jean-Alexandre Boistard, riche tonnelier des faubourgs d'Amboise en 178915. Il est de ceux à qui l'on a confié le pouvoir lors de l'épuration radicale du printemps 1794 puisqu'il a alors été nommé maire de la commune d'Amboise-extra. Lui aussi, dans le cadre de l'administration cantonale, favorise la célébration des fêtes républicaines et le culte décadaire, la chasse aux déserteurs et aux royalistes16.

  • 17 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279.

11Le président de l'administration cantonale de Saint-Ouen, canton rural de la rive nord de la Loire, est le citoyen Charles Denis Billault, « propriétaire » de la commune de Noizay, bien connu pour son engagement républicain. Billault est une personnalité politique à l'échelle de la région d'Amboise. Il était, en 1789, curé de la paroisse rurale voisine de Nazelles. Il fait partie des prêtres, nombreux ici, qui ont accepté la constitution civile du clergé et se sont fortement investis dans les affaires publiques. Il est devenu président du directoire du district d'Amboise en novembre 1792. Il est de ceux qui se firent déchristianisateurs, renoncèrent à la prêtrise et se marièrent. Il est aussi de ceux qui sont épurés en janvier 1794 par Guimberteau lors de son passage à Amboise. Tandis que d'autres grandes figures du district révolutionnaire ont disparu de la vie politique locale lors de la réaction conservatrice de l'an III, Charles Denis Billault est devenu agent municipal de Noizay, fort bourg viticole, en 1796 et président de la municipalité de canton de Saint-Ouen. L'autre personnalité politique de cette administration est le commissaire du Directoire exécutif, Moreau, homme de loi, qui déploie une importante activité pour faire exécuter les demandes du gouvernement en matière d'impositions comme de levées d'hommes17.

  • 18 Arch. dép. Indre-et-Loire, Rôle de taille de l'élection d'Amboise, 1787.
  • 19 A. Jollet, Terre et société en Révolution. Approche du lien social dans la région d'Amboise, Paris, (...)

12Mais la plupart des agents municipaux et adjoints des communes rurales de ces deux cantons, exploitants agricoles aisés, propriétaires ou, locataires de fermes importantes localement, ou marchands ruraux, n'expriment dans le cadre de leur activité guère de prises de position personnelles. Ainsi en va-t-il de Denis Leguay, adjoint municipal de la commune de Noizay, « tonnelier » sur le rôle de taille de 1787, payant la taille la plus élevée de la collecte, essentiellement pour la ferme d'une grosse exploitation18. Par ailleurs, modeste acheteur de biens nationaux, il n'intervient guère dans la vie politique de la période hors de sa commune. Ainsi en va-t-il de Pierre Brassard, gros laboureur de la commune voisine de Nazelles, adjoint de cette commune, de Joseph Reboussin, laboureur de Saint-Ouen, adjoint. Ainsi, avec une envergure économique et sociale plus grande, de François Morin, ancien fermier de la seigneurie de Pocé, marchand, premier imposé de sa collecte, premier maire de sa commune, un des plus gros acheteurs locaux de biens nationaux, adjoint municipal de Pocé19. Ces hommes, résidents dans leur commune, actifs et non rentiers, transmettent, exécutent avec plus ou moins de diligence les demandes venant du district puis du département. Cette dimension d'exécution des affaires courantes est particulièrement nette dans le cadre du fonctionnement de l'administration de canton de Saint-Ouen : les agents repartent avec leurs affiches, après avoir été eux-mêmes informés par le Bulletin des Lois et avoir tranché sur quelques affaires communes comme le paiement des garde champêtres, les demandes de dégrèvement d'imposition, les levées d'hommes, les réquisitions de chevaux...

Le coup d'état, un événement faible dans le court terme de l'événementiel révolutionnaire

13Les réactions de ces administrations à l'annonce des 18 et 19 Brumaire prennent des formes assez différentes qui témoignent de divergences d'appréciation sur un événement dont la portée n'est pas ressentie comme majeure.

  • 20 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 3.

14À Amboise-extra, les décrets des 18 et 19 brumaire sont lus le 25 brumaire. Les délibérations de la municipalité de canton ne font mention d'aucun commentaire à ce sujet20. La question est abordée en second point de l'ordre du jour après qu'il ait été fait mention de la réception des papiers concernant les demandes de dégrèvement d'impôt. Il est seulement mentionné qu'un exemplaire des décrets sera remis à chaque agent municipal qui en fera lecture et les publiera solennellement. Le tout se résume à 6 lignes alors que le point suivant concernant des questions d'urbanisme, d'enlèvement de décombres, donne lieu à 41 lignes d'explications. Suivent des développements concernant le règlement interne du travail du Conseil, témoignage du sentiment que les travaux se poursuivent. On veille à la sûreté (police des auberges, surveillance des étrangers...), aux réquisitions de chevaux, à la nomination d'un receveur de l'administration d'Amboise-extra, etc. La séance suivante reprend sur les préoccupations majeures du temps qui semblent laisser peu de place au changement institutionnel : on continue à se soucier de la lutte contre les « brigands » et on prend des mesures énergiques contre les conscrits qui ne se présentent pas. La prestation du serment se déroule le 13 frimaire sans donner lieu à aucun commentaire : 5 agents municipaux sur les 8 du cantons sont présents. De même, fin décembre (4 nivôse an VIII), les résultats du vote sur la constitution, acceptée par 24 oui, ne donnent pas lieu à développement. Les séances suivantes témoignent de la poursuite de l'activité sans changement, ni dans le ton, ni dans les préoccupations.

  • 21 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 3, 19 ventôse an VIII.

15Il ne nous semble pas qu'il faille voir dans ce silence une indifférence aux problèmes politiques nationaux. L'opportunisme politique se traduit habituellement plus par des louanges de circonstance que par le silence. Le laconisme est trop systématique et contraste trop avec des développements qui témoignent de la capacité du secrétaire à rédiger et des administrateurs à délibérer. Outre le citoyen Boistard évoqué ci-dessus, l'administration comporte des ruraux, tels Monmousseau, ancien administrateur du district en l'an II, compagnon des frères Gerboin dans de multiples démarches, qui pour beaucoup n'ignorent ni les pratiques ni les clivages politiques. Il semble donc plus juste de conclure à une forte réserve, voire une hostilité de cette administration. La résistance se précise quelques mois plus tard, en mars 1800, autour du refus de détruire l'autel de la patrie situé dans le temple décadaire rendu au culte catholique et dans l'hostilité ainsi affichée à la politique religieuse du nouveau gouvernement. Les administrateurs insistent sur le fait que cet autel, dont ils viennent de régler l'achat des draps le 13 frimaire, est « utile pour les fêtes et en particulier pour les mariages »21.

  • 22 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279, 25 brumaire an VIII.
  • 23 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279, 4 nivôse, 25 pluviôse an VIII.

16La réaction de l'administration du canton de Saint-Ouen est assez différente. La nouvelle de Brumaire arrive officiellement ici aussi le 25 brumaire (16 novembre). Mais elle donne lieu à une description du contenu du « paquet » reçu beaucoup plus précise qu'à Amboise-extra. Les différentes mesures de « Salut Public » sont détaillées dans la délibération. Le secrétaire y rappelle « la suppression du Directoire exécutif », « l'exclusion de plusieurs membres du corps Législatif », « la création d'une commission consulaire consultative »... et l'administration arrête « que ladite loi va être sur le champ publiée dans la commune chef-lieu de canton avec l'assistance d'un détachement de la garde nationale sédentaire et chaque agent municipal est chargé de la faire publier et afficher à l’effet de quoi des exemplaires leur seront adressés »22. Le commissaire du Directoire est l'élément actif de cette réunion qui ne réunit que 5 présents pour les 8 communes concernées et pour laquelle le président de l'administration, Billault, est absent. Le commissaire manifeste un zèle réel à faire connaître l'événement qui cependant n'interrompt, ni n'infléchit les pratiques de l'assemblée dans les mois qui suivent. La réunion suivante, le 5 frimaire, n'a fait déplacer qu'un agent municipal, celui de Saint-Ouen, qui est sur place, et on ne peut délibérer. Le fait n'est pas exceptionnel : faut-il l'interpréter comme l'expression d'une indifférence aux événements en cours ? Dix jours plus tard, ce qui correspond au déroulement normal des séances, le 15 frimaire, les 8 communes sont représentées et tous les présents prêtent le serment. Les affaires courantes continuent à être réglées dans les mêmes termes qu'avant le coup d'état. Le 4 nivôse, lecture est faite de la Constitution de la République française et l'administration décide « d'aller à l'instant la proclamer solennellement dans le temple décadaire... », démarche qui n'apparaît pas dans les délibérations de l'administration d'Amboise-extra. De même, la procédure du vote sur la constitution est présentée avec plus de détail, mais les résultats ne sont pas mentionnés ici, peut-être pour ne pas mettre en évidence le nombre infime des votants comme à Amboise-extra. Quelques semaines plus tard, le 25 pluviôse (14 février 1800), les délibérations indiquent que le nouveau serment de fidélité à la constitution est prêté à Saint-Ouen par les 8 agents municipaux présents, le commissaire du gouvernement et le secrétaire, alors que l'épisode n'est pas mentionné dans les délibérations d'Amboise-extra23. Il semble bien qu'entraînée par le commissaire du gouvernement, l'administration de Saint-Ouen fasse preuve d'un grand conformisme politique qui ne va pas sans une forme d'adhésion.

  • 24 Arch. com. Amboise, D19, 23 brumaire an VIII.
  • 25 Arch. com. Amboise, D19, 29 brumaire an VIII.

17Cependant l'administration de la ville d'Amboise est la seule à saluer l'événement avec un réel enthousiasme. Les lettres arrivent le 23 brumaire et l'administration déclare qu'elle « procédera ce soir à 2 heures précises avec toute la pompe que permettent les localités à la promulgation de ces pièces officielles »24. Rapidité d'exécution, sens de l'événement civique, on retrouve bien là le comportement habituel de l'administration amboisienne, mis au service de la « révolution de brumaire ». La lecture des décrets est reprise le lendemain. Le 29 brumaire (20 novembre), l'administration lit la lettre du Ministre de la police générale du 18 brumaire invitant ses concitoyens à « être calmes et à résister aux suggestions perfides des ennemis de la révolution ». L'administration d'Amboise fait alors publiquement un commentaire très favorable de l'événement qui évoque « les changements mémorables et salutaires opérés dans les journées des 18 et 19 de ce mois par la majorité des deux conseils ». Elle invite « à seconder le gouvernement dans ses projets bienfaisants et à s'unir pour rendre le nom de Citoyen français si grand que chacun orgueilleux de le porter oublie ces désignations funestes à l'aide desquels les factions ont préparé nos malheurs par nos divisions »25. Cette interprétation officielle sera rendue publique par sa publication dans l'arrondissement.

18La diversité des appréciations que l'on peut percevoir à travers l'accueil réservé aux mesures des 18 et 19 brumaire témoigne de la difficulté des républicains à trancher sur leur signification politique dans un contexte ressenti par tous comme celui d'un très grand péril pour la République, où la menace majeure est celle du royalisme sous ses différentes formes.

Le sentiment dominant lors de l'événement et pendant les mois qui suivent : la Révolution continue

19Brumaire semble vécu par la plupart des acteurs alors à la tête des institutions locales, comme un moment dans une révolution qui forme un tout. Il est question de « décret », de « révolution » à propos de l'événement, jamais d'individus singuliers responsables ou acteurs de cet événement ; jamais un nom propre n'apparaît, pas même celui d'un jeune général.

  • 26 A. Jollet, « La temporalité d'un ardent révolutionnaire... », op. cit.
  • 27 Une exception est constituée par la lettre que le maire provisoire d'Amboise-extra fait parvenir au (...)

20Dans les écrits des acteurs locaux à ce moment, l'expression « révolution » désigne parfois les événements parisiens, mais elle désigne surtout ce temps long, singulier, dans lequel on est entré en 1789, cadre temporel dans lequel s'est déroulée leur action, dans lequel leurs implications politiques prennent sens26. Les écrits ne mentionnent, par contre, que rarement des activités ou situations sociales d'avant la « révolution »27. C'est dans la logique de l'engagement dans la révolution que les uns et les autres motivent acceptation ou refus des fonctions auxquelles ils sont nommés après Brumaire, démarche mentale, sincère ou non peu importe ici, qui conforte l'interprétation de la portée de l'événement proposée ci-dessus.

  • 28 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 50, 7 thermidor an VIII.
  • 29 Almanach historique de la Touraine, Tours, Vauquert-Lambert, 1789.
  • 30 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279, 1 nivôse an VIII. « Lettre [...] portant demande d’un tableau d (...)

21À l'été de l'an VIII, lors de la nomination des nouveaux maires, les individus pressentis répondent encore dans ces termes. Ainsi le citoyen Haren de Saint-Règle, quand il refuse le 7 thermidor an VIII sa nomination comme maire, se justifie en mettant en avant ses fonctions « depuis la Révolution » : « l'exercice de différents emplois que j'ai occupé depuis la Révolution, écrit-il, a tellement épuisé ma santé et ma modique fortune... »28. Pourtant Haren est aussi un homme de l'Ancien régime, ancien avocat, procureur fiscal au tribunal seigneurial en 1789, un des nombreux officiers et hommes de lois qui habitent alors la petite ville29. Il siégea à la commission intermédiaire de Touraine en 1787, mais de ceci il n'est pas question. Un temps nouveau - sur lequel l'administration départementale va d'ailleurs très vite demander des comptes pour les consuls30 - est en cours et c'est ce temps auquel Haren fait référence : il se justifie en se présentant comme ancien administrateur du district en 1790, procureur syndic, toujours procureur syndic lors du renouvellement des membres du district en novembre 1792, agent national lors de l'épisode terroriste de l'automne 1794 et toujours agent national lors de l'épuration de l'administration du district menée par le représentant Guimberteau en janvier 1794.

  • 31 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 48, 14 thermidor an VIII.

22De même lorsque le citoyen Charles Denis Billault, désormais « propriétaire » de la commune de Noizay, s'adresse au « citoyen préfet d'Indre-et-Loire » pour accepter la place qui lui est proposée, il s'inscrit de façon plus explicitement politique dans la continuité, continuité des principes de la république : « [...] comme je suis persuadé, écrit-il en août 1800, qu'en république l'homme attaché aux principes ne doit pas plus refuser les emplois qui lui sont offerts que se permettre d'en briguer un seul, j'accepte votre nomination et vous proteste de toute l'étendue de ma bonne volonté à remplir les obligations de cette place »31.

  • 32 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 48, 14 thermidor an VIII.

23Continuité des principes, mais aussi des hommes puisque Billault est l'ancien président de la municipalité de canton de Saint-Ouen tandis que l'ancien agent de la commune, devenu ensuite maire provisoire, le citoyen Leguay, devient l'adjoint du nouveau maire32.

24Le citoyen Moreau de Saint-Ouen à qui l'on propose la place de maire de Saint-Ouen, ancien commissaire du Directoire puis du gouvernement, n'est pas un nouveau venu non plus. Il répond à sa nomination par une très longue lettre dans laquelle il justifie lui aussi son acceptation par une fidélité et une fidélité républicaine :

« [...] Si je ne consultais que mes intérêts et ma tranquillité je ne balancerais pas en vous témoignant ma reconnaissance de la marque de confiance que vous avez en moi de vous prier d'en nommer un autre ; mais de tels motifs n'ont point été la règle de ma conduite depuis le commencement de la révolution, je me suis au contraire cru obligé de répondre à la confiance qu'ont bien voulu me témoigner mes concitoyens et le gouvernement, je n'ai point calculé les pertes et les tourments qui en ont été la suite ; mon but est d'être utile à mes concitoyens et de servir ma patrie... Ennemi de tous les partis, je n'ai connu et ne connaîtrai que celui de la République ».

Un prudent renouvellement : la formation des nouvelles élites

25Si de nombreuses acceptations témoignent d'un zèle républicain, la situation de l'an VIII témoigne aussi de la lassitude d'une partie des hommes qui, dans une fonction ou une autre, d'un moment politique à l'autre, ne se sont guère éloignés des charges publiques et aussi, au fil des mois, d'un découragement.

26Cette situation, particulièrement nette dans les communes rurales les plus modestes, va favoriser, en dépit de la prudence appliquée du gouvernement, le début d'un renouvellement des cadres politiques locaux. La prudence du gouvernement, qui procède par choix de candidats potentiels à qui la fonction est proposée, accentue ce qui est aussi un symptôme de crise politique.

  • 33 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 50, 7 thermidor an VIII.

27On a évoqué plus haut le refus de Haren. Il justifie aussi ce refus par l'épuisement de ses capacités et le besoin d'un repli sur la vie privée après tant d'investissement pour la chose publique dans sa lettre au préfet du 7 thermidor an VIII (26 juillet 1800)33 dans laquelle il écrit : « [...] permettez moi de vous observer que l'exercice de différents emplois que j'ai occupé depuis la Révolution a tellement épuisé ma santé et ma modique fortune que je suis absolument forcé de me borner désormais à la seule qualité de simple citoyen, dont j'ai encore beaucoup de peine à remplir les obligations quant aux impôts surtout et à la subsistance de ma famille [...] »

  • 34 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 8 thermidor an VIII.

28La lassitude, voire l'exténuation, dues à un engagement dans les affaires publiques qui n'en finit pas, sont aussi les motifs mis en avant par Mathieu Chariot, le maire provisoire d'Amboise-extra. Il refuse sa nouvelle nomination comme adjoint en se justifiant par l'ampleur d'un investissement dont il fait l'historique : « depuis le 17 mai 1787 (vieux style) jusqu'à ce jour j'ai constamment sacrifié et mes veilles et mon temps le plus précieux (celui de ma jeunesse) à la chose publique, soit dans les affaires du syndicat et de la municipalité de cette commune soit dans celle du directoire du district d'Amboise depuis le 23 juin 1790 (v.s.), époque de sa formation et enfin de suite de l'agence municipale. Vous conviendrez qu'après avoir successivement et sans interruption exercé ces diverses fonctions publiques pendant plus de treize ans d'un travail pénible et onéreux il est de toute justice que, père de famille, je jouisse enfin des douceurs du repos et que je puisse m'occuper dans les temps de calme de mes affaires personnelles »34.

29Cette fuite face aux responsabilités est particulièrement sensible dans les communes rurales et la crise va être particulièrement longue, aux dépens du citoyen Chariot, à Amboise-extra. Elle est exemplaire d'une situation qui va devenir chronique et introduit à un autre temps de la politique, celui du désengagement des modestes élites révolutionnaires.

  • 35 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 7 thermidor an VIII.
  • 36 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 19, 8 thermidor an VIII.
  • 37 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 13 fructidor an VIII.
  • 38 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 23 brumaire an IX.

30En effet, le 7 thermidor, le propriétaire Deslandes Roy répond au préfet qu'il lui est impossible d'accepter la place de maire d'Amboise-extra qui lui est proposée car, explique-t-il dans sa réponse, « [...] dans la nuit du 5 au 6 de ce mois j'ai failli mourir [...] »35. Le lendemain 8 thermidor, Mathieu Chariot, propriétaire, ancien agent municipal, maire provisoire depuis la disparition de la municipalité de canton, est donc à son tour sollicité par le préfet à qui il vient de signifier son refus du poste d'adjoint36. Le refus des autres candidats pressentis le maintient bien malgré lui dans ses fonctions de maire. Il s'en plaint dans une nouvelle lettre au préfet du 4 fructidor an VIII (22 août 1800) dans laquelle il demande à celui-ci de pourvoir à ces places de maire et d'adjoint, se plaignant d'être « seul chargé des affaires depuis plus d'un an qu'il n'y a point d'adjoint dans cette commune » parce qu'il lui est de « toute impossibilité de continuer plus longtemps d'exercer ces fonctions ». Un autre pressenti, le citoyen Loret, « commissionnaire » en 1789, « négociant » en 1800, un des nombreux marchands de vin de la région, refuse à son tour prétextant les nombreuses absences auxquelles l'obligent ses affaires37. A la suite de quoi, le maire provisoire informe le préfet qu'il mettra fin à ses activités et s'en remet au préfet pour l'organisation de la municipalité de la commune. Le 22 brumaire an IX, Mathieu Chariot est cependant toujours l'interlocuteur du préfet dans la recherche d'un nouveau maire et de son adjoint. C'est seulement le 20 frimaire an IX (11 décembre 1800) que le maire provisoire peut recevoir le serment du nouveau maire, le citoyen Jean-Baptiste Ducruzel, entrepreneur, qui avait pourtant refusé la place d'adjoint quelques semaines auparavant en mettant en avant la nécessité où il était de se « livrer sans réserve aux travaux » de sa manufacture38.

31Il a donc fallu près d'un an avant que la loi du 22 nivôse an VIII organisant les nouvelles municipalités puisse entrer ici dans les faits.

32La lenteur des nominations et le prolongement du provisoire ne sont pas exceptionnels. Ils contribuent d'ailleurs à la faible visibilité des choix en cours. Pourtant le resserrement de la vie politique dans les mains d'un groupe de plus en plus restreint est bien sensible dès la période d'installation de l'an VIII, lié à la fois au faible enthousiasme de beaucoup et aux exigences multiples, sociales, culturelles, politiques du préfet qui refuse nombre de candidatures proposées par les maires provisoires. La difficulté à renouveler les dirigeants politiques locaux est considérablement accentuée, phénomène qui va devenir chronique et favoriser l'installation de véritables dynasties de notables, sans que la responsabilité du pouvoir central soit très visible dans ce moment de mise en route.

  • 39 Arch. com. Amboise, D11.
  • 40 L. Bergeron, G. Chaussinand-Nogaret dir., Grands notables du Premier Empire, t. 8 Indre-et-Loire, P (...)

33L'installation progressive d'un personnel nouveau est pourtant sensible. Ainsi à Amboise, la ville, avec ses quelques 5000 habitants, le centre politique de l'espace, le maire est nommé par arrêté dès le 2 mai 1800 et il prend ses fonctions le 21 novembre. Il n'est autre que Louis-François Calmelet, échevin depuis 1763, devenu maire d'Amboise en 1778, procureur du roi auprès de l’élection en 1789, maire jusqu'en 1790, juge du tribunal jusqu'en l'an IV, remarquable exemple de longévité politique, pour lequel la « révolution » a été une parenthèse, un temps où, présent dans la ville, son activité politique y a été discrète. Élu président de l'administration cantonale d'Amboise en 1795, il refuse le poste en mettant en avant son âge et ses infirmités39. À 65 ans, il redevient maire après une absence de dix années et il va le rester jusqu'à ce que l'âge lui fasse abandonner ses fonctions seulement treize ans plus tard40.

  • 41 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 3.

34Ainsi discrètement, pendant que les uns acceptent au nom des principes républicains, d'autres individus, plus fortement encore enracinés dans l'Ancien Régime et ses formes de pouvoir que le juriste Calmelet, prennent place dans les administrations locales : ainsi peut apparaître comme exemplaire du moment le fait, qu'à la suite du refus de Haren, le préfet nomme, dès l'an VIII, maire de la petite commune rurale de Saint-Règle, voisine d'Amboise, pour remplacer les agents et adjoints de l'époque directoriale, exploitants agricoles cossus, un certain de Saint, anciennement Saint de Bois Lecomte, membre de la noblesse locale, parent d'émigré41.

Conclusion

  • 42 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 36, 11 août 1808.

35Le retour des hommes de l'Ancien régime se fera progressivement, sous l'Empire, en particulier lors du renouvellement de 1808 et des renouvellements pour cause de décès42.

36Mais dans l’immédiat, Brumaire, qui ne débouche pas sur de grands changements dans le personnel administratif, entraîne néanmoins très vite une subtile recomposition dont la dimension conservatrice a pu, dans la diversité des situations locales, l'intrication des choix individuels et des décisions politiques concertées, au cours de l'an VIII, être peu perceptible aux acteurs de la vie locale amboisienne et notamment aux républicains en place. Cette faible visibilité des évolutions en cours, dans un sens peu favorable aux républicains encore au pouvoir localement, renvoie à l'engagement passionné de ces derniers dans une lutte constante, obsédante, contre le brigandage royaliste, dans une dynamique de reconquête républicaine. Pour l'emporter dans cette lutte, ils sont prêts à admettre et à promouvoir un gouvernement fort, sachant réaliser l'union des républicains et leur faire oublier le souvenir des factions. L'ampleur politique de l'événement n'est guère ressentie sur le moment et il faut plusieurs mois avant que le changement politique, notamment à travers la tutelle de plus en plus pressante des préfets, soit localement sensible.

Notes

1 La situation politique dans cet espace a été précédemment analysée dans « Approche d'un microcosme politique de l'an II à l'an III : l'exemple d'Amboise en Touraine », M. Vovelle dir., Le Tournant de l'an III. Réaction et terreur blanche dans la France révolutionnaire, Actes du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, oct. 1995, Paris, CTHS, 1997, p. 325-337.

2 A. Aulard, Histoire politique de la Révolution française. Origines et Développement de la Démocratie et de la République (1789-1804), Paris, Librairie Armand Colin, 1913, p. 701.

3 G. Lefebvre, Napoléon, Paris, PUF, 1953, p. 1.

4 F. Brunel, Thermidor. La chute de Robespierre, Bruxelles, Ed. Comlexe, 1989.

5 La situation des communes rurales est en fait assez diverses, et certaines grosses bourgades viticoles comme Saint-Martin-le-Beau, au sud d'Amboise, connaissent des moments de forte mobilisation.

6 Arch. com. Amboise, D15, 10 et 18 fructidor an VII.

7 Arch. com. Amboise, D14.

8 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279, 22 brumaire an VIII. Pour une vue plus globale, R. Vivier, Chouans et brigands en Touraine, Ed. Picard, 1927, 86 p.

9 Arch. com. Amboise, D15, 25 fructidor an VII.

10 Arch. com. Amboise, D13.

11 A. Jollet, « Approche d'un microcosme politique de l'an II à l'an III [...] », op. cit.

12 J. P. Froger, Amboise et sa région entre Révolution et contre-révolution, 1789-1800, Amboise, 1985, p. 129.

13 A. Jollet, « La temporalité d'un ardent révolutionnaire à travers une publication auto-justificative de l'an II », dans Pour la Révolution française, Mélanges publiés en hommage à Claude Mazauric, Rouen, 1998, p. 57-62.

14 Arch. com. Amboise, D11. On retrouve parmi les 17 noms de ceux qui forment cette nouvelle société, le nom de nombre des membres du comité de surveillance de l'an II.

15 Arch. dép. Indre-et-Loire, Rôle de taille de l'élection d'Amboise, 1787. Alexandre Boistard est présent sur le rôle des faubourgs d'Amboise comme « tonnelier » et avec 29 L de taille est le 21e imposé de cette collecte de près de 900 feux.

16 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 3.

17 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279.

18 Arch. dép. Indre-et-Loire, Rôle de taille de l'élection d'Amboise, 1787.

19 A. Jollet, Terre et société en Révolution. Approche du lien social dans la région d'Amboise, Paris, CTHS, 2000, notamment p. 75, p. 446.

20 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 3.

21 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 3, 19 ventôse an VIII.

22 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279, 25 brumaire an VIII.

23 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279, 4 nivôse, 25 pluviôse an VIII.

24 Arch. com. Amboise, D19, 23 brumaire an VIII.

25 Arch. com. Amboise, D19, 29 brumaire an VIII.

26 A. Jollet, « La temporalité d'un ardent révolutionnaire... », op. cit.

27 Une exception est constituée par la lettre que le maire provisoire d'Amboise-extra fait parvenir au préfet pour refuser la place d'adjoint qui lui est proposée en l'an VIII puisque celui-ci met en avant son implication dans les affaires publiques depuis 1787, Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 8 thermidor an VIII.

28 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 50, 7 thermidor an VIII.

29 Almanach historique de la Touraine, Tours, Vauquert-Lambert, 1789.

30 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 279, 1 nivôse an VIII. « Lettre [...] portant demande d’un tableau de tous les fonctionnaires publics du canton contenant [...] les fonctions exercées pendant la Révolution... ».

31 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 48, 14 thermidor an VIII.

32 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 48, 14 thermidor an VIII.

33 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 50, 7 thermidor an VIII.

34 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 8 thermidor an VIII.

35 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 7 thermidor an VIII.

36 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 19, 8 thermidor an VIII.

37 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 13 fructidor an VIII.

38 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 49, 23 brumaire an IX.

39 Arch. com. Amboise, D11.

40 L. Bergeron, G. Chaussinand-Nogaret dir., Grands notables du Premier Empire, t. 8 Indre-et-Loire, Paris, Éd.. CNRS, 1982, p. 78-79.

41 Arch. dép. Indre-et-Loire, 4 L 3.

42 Arch. dép. Indre-et-Loire, 2 M 36, 11 août 1808.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search