Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1- Les personnels politiques

Synthèse des débats

Texte intégral

1Le débat s'est engagé d'abord sur la signification qu'il faut apporter aux itinéraires des personnels politiques par-delà la Révolution française. Marcel Dorigny souligne, à propos de la communication d'Edna Lemay, qu'on gagnerait à mettre en rapport les options politiques prises par les Constituants dans l'Assemblée de 1789 et leur éviction ou leur intégration en 1800. Jean-Clément Martin, quant à lui, plaide la prudence dans l'interprétation de la présence d'un individu ou d'un groupe au sein des personnels d'un régime, en termes d'adhésion à celui-ci. Il souligne que de nombreux facteurs peuvent intervenir dans les raisons de cette présence : souci de servir l'État quelque soit le régime en place, nécessité pour les gouvernements de faire avec les compétences disponibles, rôle des réseaux d'influence qui mettent en avant des personnalités à la place d'autres qui préfèrent rester dans l'ombre, etc.. À ces remarques, Jacques Logie acquiesce, mais fait remarquer que la prudence n'interdit nullement la démarche fondamentale qui consiste à mesurer le renouvellement des personnels en concomitance avec le changement de régime. John Dunne dit aussi son accord avec l'idée de l'importance à accorder aux réseaux et aux clientèles, mais, ajoute-t-il, encore faut-il mettre en œuvre des moyens précis d'appréhender ces phénomènes ; des études méthodiques des personnels sont à même de les fournir ; l'examen des consultations menées pour la nomination et le renouvellement des maires constitue, à cet égard, une bonne base de travail. Jacques Bernet ajoute qu'il serait intéressant d'adjoindre l'étude du renouvellement des juges de paix à ces investigations.

2Le débat sur la pertinence de ces approches se double d'interrogations sur les méthodes, Christine Le Bozec interroge Bernard Bodinier sur les suites qu'il entend donner au décompte des notables, tandis que Jean-Pierre Jessenne appelle à la rigueur dans la manière d'enregistrer et classer les professions et les fonctions ; il met en garde en particulier contre la tentation de ranger les nombreuses personnalités, caractérisées par le poste public qu'elles occupent, de maire, juge de paix, etc., parmi les fonctionnaires, ce qui aboutit à gonfler arbitrairement le rôle des agents de l'État stricto sensu. Bernard Bodinier complète son intervention en soulignant que la prosopographie lui paraît constituer le nécessaire prolongement de la démarche, surtout pour les personnalités les mieux identifiables comme les députés aux États généraux, les préfets ou les conseillers généraux ; mais ce suivi ne peut concerner qu'une partie des personnels. C'est pourquoi les deux approches lui paraissent nécessaires pour cerner les phénomènes essentiels, comme le renforcement de la place des propriétaires puis des nobles parmi les notables, après le Consulat et plus encore sous la Restauration.

3La remarque conduit Matthieu de Oliveira a une interrogation complémentaire sur la place des milieux dits économiques parmi les notables - nous préférerions pour notre part parler des milieux de l'entreprise et du commerce ; l'intervenant souligne leur faible présence dans les différents cas étudiés. Bernard Bodinier acquiesce globalement, mais en relevant des exceptions notoires comme le premier sous-préfet de Louviers qui est un fabricant d'Elbeuf ; il note aussi que proportionnellement, la sélectivité est plus dure encore pour les agriculteurs, très présents parmi les maires, voire parmi les notables départementaux, mais absents des fonctions nationales. Jacques Logie confirme aussi cet effacement du monde manufacturier.

4Jean-Pierre Jessenne conclut la séance en appelant à l'approfondissement de ces études des personnels, moyen indispensable d'une étude décentrée du politique, à condition qu'elles associent rigueur des méthodes quantitatives et croisement avec des approches prosopographiques et qualitatives sur les modes de désignations, les luttes d'influences. Enfin, il souligne qu'en ce domaine plus qu'en d'autres peut-être, l'étude de moments spécifiques comme Brumaire doit s'inscrire dans la durée à la fois pour appréhender les antécédents et relever les inflexions ultérieures qui peuvent éclairer les évolutions d'un régime et de son assise socio-politique.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search