Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - La consolidation d'un pouvoir personnel

Synthèse des débats

Texte intégral

1Au cours de ce débat quatorze intervenants ont pris la parole. Dans un premier temps, l’on s’interroge sur les formes de légitimation du pouvoir, en se référant à des modèles envisageables tels César, Cromwell (Pierre Serna), ou sur l’absence d’un modèle tel Lycurgue, le législateur (Marc Bélissa). Cette remarque provoque la surprise de Jean Bart qui voit dans la nouvelle commission pour préparer un code civil une réelle volonté de construire des lois. Bernard Gainot penche plutôt vers le rejet de modèle tandis que Daniel Teysseire décèle un syncrétisme du monarchisme fondé sur l’élection populaire, qu’on le nomme césarisme ou bonapartisme.

2L’intervention de Claude Mazauric propose que la discussion s’articule d'une part autour des formes qui peuvent se réapproprier celles monarchiques, autour des structures vues comme un effort de mise en forme de données stables après la Révolution, d’autre part autour des enjeux politiques qui passent par des choix créatifs, constituant ainsi un ensemble de catégories d'objets qui participent d’une volonté de consolidation du pouvoir nouveau.

3Trois points essentiels se dégagent alors du débat.

4En premier lieu, le problème des élections posé par Bernard Gainot, qu’il présente comme un fait de sociabilité, puisque le vote avait lieu en assemblée pendant la période révolutionnaire, acte qui devient seulement politique avec le passage au vote individuel. Ce point est développé par Serge Bianchi qui interroge Malcolm Crook. Celui-ci décèle une continuité certaine dans le processus et pense que c’est un phénomène qui a convaincu bien des Républicains. Ils reconnaissaient là un régime qui demeurait constitutionnel.

5En second lieu un échange de points de vue concerne la recherche de ce qui pouvait fonder la légitimité du nouveau régime.

6 La guerre ? Roger Dupuy présente un « crescendo vers Austerlitz » et pense que le mythe du chef victorieux, la propagande de la victoire, la préparation des esprits à la victoire, l’armée, la guerre sont des éléments importants de légitimation. Mais, ajoute-t-il, l’effondrement de 1815 montre que cette légitimité n’était pas la bonne. Jacques-Olivier Boudon conteste la justification par la guerre au début du Consulat, moment qu’il considère comme une marche vers la paix intérieure et extérieure. La proposition faite par Roger Dupuy pourrait se révéler opératoire mais seulement à partir de 1805.

7 Le sacre ? Cette cérémonie pourrait effacer et anéantir celui des Bourbons, ainsi les dépasser puisque le pape sacre les fondateurs de dynasties (Jacques-Olivier Boudon). Le pontife reconnaît ici la quatrième dynastie qui se réapproprie les droits du monarque auprès du Saint-Siège, tout comme il y a réappropriation des formes monarchiques, idée développée par Jacques-Olivier Boudon et Claude Mazauric. Mais comme le précise Jean-Paul Bertaud, il s’agit cette fois de sacrer un roi du peuple, sous des formes monarchiques mais au sein de structures républicaines. Et pour éliminer les Bourbons, il faut aussi faire des procès spectaculaires à Moreau, Pichegru, « mettre en scène la mort de Cadoudal » ainsi que le « second régicide » que constitue l’exécution du Duc d’Enghien, filleul de Louis XVI. C’est d’ailleurs Hulin, vainqueur de la Bastille, qui le juge. L’élimination d’Enghien était nécessaire pour fonder une autre légitimité que celle dynastique des Bourbons.

8Claude Mazauric rappelle que fonder une dynastie, mener la guerre victorieuse, se faire sacrer, certes c’est important, mais il demeure un élément central dans une dynastie, c’est celui d’assurer une descendance. Argument que Roger Dupuy avait présenté comme légitimité supérieure. Jacques-Olivier Boudon précise que l’on peut toujours l’assurer par l’adoption. Claude Mazauric pense que Napoléon obtint trop tard cette légitimité et qu'il a existé un décrochement chronologique trop long entre « les fastes du sacre » et le moment où « l’empereur peut assurer une dynastie ».

9Enfin le troisième axe, celui du poids du Concordat, est évoqué par Jacques Bernet qui le présente comme une refondation, une relégitimation qui ne fait pas un roi très chrétien, mais au contraire institutionnalise la liberté du culte et le pluralisme religieux. Cette idée est reprise par Jacques-Olivier Boudon. Il précise que lorsqu’il y a crise avec l’Église c’est bien plus avec la papauté qu’avec l’Église de France, le Consulat, le Premier Empire puis le Second Empire ayant développé fortement l’idée de refonder une Église de type nationale. Philippe Boutry signale « un élément significatif ». Dans le cadre du Concordat, si le chef du gouvernement ne professait plus la religion catholique, il faudrait le réviser, expliquant ainsi qu’un Jules Ferry ne pouvait être élu président de la République.

10Jacques Logie constate que les arguments, développés au cours de ces échanges, montrent à l’envi à quel point le moment Brumaire était porteur d’événements en devenir. Pour tirer une brève conclusion, après avoir suivi l'ensemble de ce débat, il faudrait ajouter que Brumaire était aussi chargé de toutes les contradictions du moment révolutionnaire.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search