Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - La consolidation d'un pouvoir personnel

« Gouvernement du lion... ou règne de l’astre brillant ? »1

Le 18 Brumaire au regard des historiens contemporains du premier Consulat (1800-1802)

Pierre Serna

Texte intégral

  • 1 Le titre de cette communication est inspiré de deux brochures : J. L. Drobecq, Le Gouvernement du L (...)
  • 2 J.-P. Gallais, Histoire du 18 Brumaire et de Buonaparte, suivi de Pièces justificatives, Paris, 181 (...)

1« L’Histoire du 18 Brumaire n’est point connue », affirmait en 1814, le journaliste royaliste Gallais2.

  • 3 Ibid., p. 92.

2Ce n’est que lors de la première Restauration que, les langues se déliant et les plumes se faisant plus libres, certains allaient s'empresser de dévoiler la vérité sur cette journée qui venait après le 18 fructidor, le 22 floréal et le 30 prairial. Gallais pouvait dénoncer alors la mise en scène, dans l’Orangerie de Saint-Cloud ; et la supercherie des poignards brandis sur le jeune général pouvait éclater au grand jour. « C’était un jeu concerté entre ses partisans, tant pour renforcer l’intérêt de la scène, que pour exciter l’indignation publique contre ses ennemis. On sait que Robespierre, Collot d’Herbois, et Tallien avaient aussi, comme lui, l'honneur d’être assassinés sans courir aucun danger. On n’a jamais pu savoir si le général était dans le secret de cette farce ; mais dans ce cas-là, il prouva qu’il était bon comédien, il joua son rôle à merveille »3.

  • 4 A. Aulard, « Bonaparte et les Poignards des Cinq-Cents », dans La Révolution Française, tome 27, 11(...)
  • 5 Cf. N. Petiteau, Napoléon, de la Mythologie à l’Histoire, Paris, Seuil, 1999.

3Courageux de dévoiler une vérité, à laquelle Alphonse Aulard donnera un fondement historique à la fin du siècle4, mais nullement téméraire au point de l’exposer durant le règne de Napoléon, Gallais par son histoire, révèle à sa manière, l’entrée dans la mythologie de toute l’historiographie se rapportant à Napoléon, à partir de 18145. Dès lors, les récits du coup d’État, vus à travers les poncifs de la légende, noire ou dorée, même lorsqu’ils présentent un élément historique nouveau, comme ici la reconstitution du mensonge de l’assassinat politique, buttent sur un point aveugle qui ne manque pas de laisser planer un mystère : Bonaparte, dans ce cas précis, était-il ou non la dupe de cette mise en scène ?....

4De fait, l’écriture de tous les événements marquants des journées des 18 et 19 Brumaire, est, à partir de 1814, surdéterminée par l’aventure impériale et son fracassant échec sur la « morne plaine » de Waterloo.

5La plus qu’abondante production bibliographique à propos du 18 Brumaire, au XIXe siècle comme au XXe siècle, a semblé reposer sur un malentendu savamment entretenu, aussi bien par les défenseurs que par les détracteurs du jeune général. Tous, pour des raisons opposées, sans doute, ont eu intérêt à dresser, en Bonaparte, le portrait prévisible de Napoléon et à décrire, dans le Consulat, la chronique d'un Empire annoncé.

  • 6 Rabaut et Lacretelle, Précis historique de la Révolution française, Paris, Didot, 1806, tome VI, p. (...)

6Rabaut et Lacretelle, dès 1806, s’adonnent à cet exercice, bientôt imité, de la reconstruction historique. « Une joie vive, un espoir vague, mais qu’on cherchait à conserver, enfin, ce qui caractérise le sentiment national éclata à Paris, lorsqu’on y annonça l’arrivée de Bonaparte [Nous sommes en 1799]. Tout ce qu’il y avait d’opprimés en France (et je viens de montrer combien le 18 fructidor en avait augmenté le nombre) avait hâté de ses vœux le retour de Bonaparte ; depuis longtemps chacun portait dans son âme quelques pressentiment des destinées du conquérant »6.

  • 7 Cf. J. Caldwell, The Era of Napoléon. A Bibliography of the History of Western Civilisation, 1799-1 (...)
  • 8 De façon étonnante, N. Petiteau (op. cit.) reproduit cette pratique, en faisant commencer son étude (...)

7À partir de 1815, et surtout après le décès du prisonnier de Sainte-Hélène, en 1821, une multitude de biographies tentent de percer le secret d’une personnalité unique ; les études politiques essaient de tirer les conséquences pour la France et l’Europe des années de pouvoir consulaire puis de dictature impériale7. Dans tous ces écrits, le récit du 18 Brumaire, invariant morceau de bravoure, devient le pivot de la narration en conditionnant tous les chapitres suivants. Du traitement du passage du Rubicon par le général, découle l’ensemble de l’appréciation de son œuvre politique ultérieure. Fondées sur la mémoire vive, sur la presse ou bien sur des documents officiels, lorsque ceux-ci sont disponibles, ces études délaissent les histoires, les pamphlets, les relations anecdotiques, l’ensemble des textes contemporains des événements, sous le prétexte qu’ils ne peuvent être que partiaux, voire manipulés, sûrement pas assez documentés en tout état de cause, et ne pouvant manifester le recul nécessaire à l’analyse des faits8.

8Or, il se trouve que la production sur le 18 Brumaire et son protagoniste, au moins jusqu’en 1802, offre, bien au contraire, et un éventail interprétatif de l’événement, et surtout une source de réflexions sur le personnage et la nature du régime qu’il vient d’imposer. Les premiers travaux sont révélateurs de l’acuité et de la lucidité politique de ceux qui prennent la plume afin de livrer leur impression immédiate sur les deux journées qui viennent de terminer l’expérience directoriale et révolutionnaire. La censure n’est pas encore totale. Les flatteurs sont loin d’être seulement habiles dans leurs louanges. Les royalistes n’ont pas dit leur dernier mot et les émigrés lâchent des traits encore acerbes. Bref, le 18 Brumaire et la variante de régime républicain dont il a accouché sont des sujets de réflexion, des thèmes porteurs de l’édition...

9C’est que les contemporains subissent de plein fouet ces deux nouveautés que l’on a vite fait de croire usées jusqu’à la corde et que l’on peut traduire de façon presque naïve : Qui est ce Bonaparte ? Et qu’est-ce que ce régime qu'il vient de donner à la France, le soir même de son coup d'État ?

10De la réponse à ces deux questions, dans le feu de l’actualité des années 1800, 1801 et 1802, dépend bien souvent l’interprétation de la Révolution qui vient de se terminer et de la place de Bonaparte comme libérateur de la France ou fossoyeur des dix années précédentes.

  • 9 Ont été consultées la série de l'Histoire de France à la BNF (Lk2), H Monglond, La France révolutio (...)

11Ainsi, pour peu que l’on y prête garde, force est de constater qu’une abondante littérature est éditée, en France, en Angleterre, en grande partie répertoriée dans le travail d’Henri Monglond, même si la dispersion des œuvres, à cause de la censure, rend difficile la lecture exhaustive du corpus relevant du 18 Brumaire9. Plusieurs registres sont tout de suite repérables. Le récit de la journée à Saint-Cloud, l’histoire immédiate de la Révolution, l’hagiographie du nouveau maître, ou bien l’analyse des conséquences politiques du coup d’État pour la République, permettent d'introduire une réflexion sur le Premier Consul et le Consulat.

12La louange d’abord : intéressée, elle montre une partie du personnel, placé dans les institutions du savoir, mettre sa plume au service d’un pouvoir en quête de rapide légitimité. Quelques hommes politiques occupent alors le terrain de l’édition parisienne...

13Cependant, un deuxième type de récit se fait jour, le plus souvent à Londres. L’opposition au Consul est forte et revêt par le biais de l'Histoire, la forme d’une critique. L’aspect polémique et les attaques acerbes culminent dans les dissertations qui comparent Bonaparte aux tyrans du passé.

14Enfin, du côté des historiens reconnus, des idéologues et de l’Institut, une importante littérature paraît, dont le statut mérite une étude attentive, tant, sous l’apparente approbation, la critique et, au moins les inquiétudes, semblent toujours possibles.

15Dans quelle mesure, ces réserves nuancées influent-elles sur une opinion politique qui n’a pourtant plus grand moyen de s’exprimer ? Peut-on en trouver un quelconque écho dans la presse, même si celle-ci se trouve rigoureusement surveillée sous le strict contrôle de Fouché ? [...] Dans quelle mesure les conditions de production et de réception des pamphlets qui s’éditent malgré tout, donnent-elles à percevoir un espace de liberté d’expression encore possible ? Comment ces pages font-elles des journées de Brumaire et de leur principal acteur, des éléments d’histoire immédiate ? Comment transforment-elles, même dans la critique, le personnage Bonaparte et son action, en objets de prestige, forçant les contemporains à relire l’héritage révolutionnaire, le tout sur fond de recomposition des systèmes d’alliances parmi les idéologues, les journalistes, les juristes qui prennent part à cette littérature ?[...]

Les mille visages de Napoléon10

  • 10 Cf. M. Covin, Les Mille Visages de Napoléon, Paris, L’Harmattan, 1999. Cet essai pose la question d (...)
  • 11 Cf Ch.-M. Bosséno, « Je me vis dans l’Histoire » : Bonaparte, de Lodi à Arcole, Généalogie d’une Im (...)

16Si le recul historique suffit à définir Bonaparte par son œuvre dans les domaines les plus divers, tel n’est pas le cas en 1799. Bonaparte n’est pas forcément très « connu » au moment du coup d’État. Certes, son système de propagande, bien mis en place durant la campagne d’Italie, a donné de lui une image des plus flatteuses11. Certes, son aura de général victorieux en Égypte a précédé son retour. Mais d’autres, parmi ses égaux militaires, Masséna, Joubert, entre autres, ont également joui d’un prestige au moins aussi grand. Sieyès peut donc légitimement penser que l’homme récemment débarqué à Fréjus, pourrait se contenter seulement d’être son bras armé.

17Devant ce manque de repères sur sa véritable identité, le Premier Consul devient, dès le 19 brumaire, l’objet de nombreuses spéculations sur sa personnalité et sur son rôle dans l’histoire. Les récits, différents entre eux, posent alors la question de savoir à qui peut-on le comparer dans le passé, plutôt que de savoir qui il sera dans le futur.

18Trois périodes sont convoquées : l’Antiquité, le Moyen Âge et la période moderne. Les trois offrent des héros positifs, négatifs ou ambigus, selon l’angle de comparaison avec Bonaparte.

  • 12 F. d'Ivernois, Mon dernier mot sur Bonaparte, à Londres, de l’imprimerie de W. et C. Sphibury, Show (...)
  • 13 Ibid., p. 5.

19C’est ainsi que les invariants du portrait à charge se mettent en place rapidement. De Londres, une brochure construit les bases de tous les anathèmes à venir. Il est d’abord l’étranger, l’indésirable « corse ambitieux »12. Venu du Sud, comme tous les sycophantes de la Révolution française, il n’a amené dans la France du nord, que le désordre, la passion déréglée, la politique de tête brûlée dont le climat méridional l’avait doté. « Le fils de l’Ami des hommes, condamné à périr sur l’échafaud, par arrêt du parlement de Dijon, devient législateur et maître d’opinion en 1789. Le directeur provençal, homme flétri dans l’opinion, chassé honteusement de plusieurs corps, rebut des tripots et des prisons, s’assoit sur le fauteuil directorial en l’an V [...] Ne nous étonnons donc plus de l’élévation subite d’un homme autrefois peu connu : elle est dans l’ordre des choses »13.

  • 14 Ibid., p. 20.
  • 15 Ibid., p. 4.

20Deux Provençaux et un Corse, tous trois décrits sous les traits de nobles déclassés, libertins, perdus de vices, partis à l’assaut de la capitale, ne peuvent qu’évoquer d’autres temps, lorsque « Rome n'a pu résister aux barbares, Huns, Vandales, Goths, parce que ces peuples ne craignaient ni le péril ni la mort et ne désiraient que le sang et le pillage »14. Bonaparte s’inscrit donc dans une lignée de destructeurs. « Érostrate brûla le temple d’Éphèse, Mirabeau détruisit la monarchie, Bonaparte dont l’humeur farouche, la continuelle exaltation et l’esprit de révolte qui en est le fruit, avaient fait un mauvais sujet sous la monarchie, devait faire de grandes choses et s’élever rapidement sous le régime républicain »15.

  • 16 Ibid., p. 8. Dans une autre brochure de 1799, Les trois Consuls ou Réflexions d’un Royaliste sur la (...)

21Assimilé aux incendiaires, aux démolisseurs, Bonaparte ne voit même pas son courage physique reconnu. Au contraire même, à tous ceux qui auraient tendance à percevoir en lui un nouveau Cromwell, l’auteur précise bientôt qu’il n’en est rien, car la façon mâle dont usa le républicain anglais au moment de dissoudre le Long Parlement, qu’il chassa de la seule force de sa voix, contraste douloureusement avec la piteuse scène qu’offrit le général tremblant et secoué, sauvé seulement par la clairvoyance de son frère. Bonaparte « n’est que le singe maladroit de Cromwell »16.

  • 17 Ibid., p. 26. D’autres références sur cette veine éditoriale peuvent être trouvées dans Jean Tulard(...)

22Avant de conclure, l’auteur anonyme met en garde les Français sur les choix qui s’offrent à eux : ou bien Bonaparte et la guerre continuelle, ou bien Louis XVIII et la paix éternelle. La conclusion n’est plus qu’un sombre florilège à l’encontre du Premier Consul. « Un général qui n’a eu de succès qu’en appliquant au militaire les systèmes financiers du charlatan Necker, en faisant des emprunts sur les générations futures ; un égorgeur qui commença par s’égaler aux assassins des 2 et 3 septembre, un de mignons de Barras, dont il épousa l’impudique maîtresse, un hypocrite italien, un homme révolutionnaire. Voilà le despote qu’on oppose au monarque légitime, et c’est pour lui que quarante mille hommes viennent de rester étendus sur un champ de bataille »17.

  • 18 Cf. Napoléon Bonaparte à Saint-Cloud, du Coup d’État de Brumaire à l’Empire, catalogue d’exposition (...)

23Lorsque les mots ne suffisent plus, les images viennent à la rescousse. Ainsi, parmi d’autres, la gravure éditée à Londres, peu après le 19 Brumaire et intitulée The corsical Crocodile dissolving the Council of Frogs est très réussie. Métamorphosé en animal féroce tout droit venu des rives du Nil, Bonaparte, chaussé de bottes, armé d’un sabre et déjà couronné, tient dans chaque main une grenouille, attifée d’une toge et d’un chapeau de député. Protégé par une rangée de crocodiles au garde-à-vous, menaçant, le reptile effraie les batraciens qui fuient par les fenêtres pendant que l’un d’entre eux, essaie de lui porter un coup de couteau. Les éléments pour la légende de l’ogre dévorant ses compatriotes sont déjà en place18.

24D’un autre côté, les défenseurs du Premier Consul ne restent pas inactifs. À leur tour, ils vont trouver dans l’Histoire, autant de glorieuses références pour leur champion. De nouveau, les héros de l'Antiquité sont cités à comparaître, cette fois, pour garantir l’intégrité du jeune général.

  • 19 Delisle de Sales, De la Fin de la Révolution française et de la Stabilité possible du Gouvernement (...)

25Delisle de Sales, trop flatteur, évoque à la fin de l’année 1800, la fulgurante victoire de Marengo et conclut : « Il paraît qu’il faut l’espace de dix-huit siècles, pour produire un autre César »19 [...]

  • 20 Mémoires historiques sur le 18 Brumaire, contenant les Détails exacts et plus circonstanciés que to (...)

26La référence au général romain est ambiguë. Le 18 Brumaire déjà, au Conseil des Anciens, un sénateur, Dentzel, avait alerté ses pairs. Craignant la fin de la liberté, il voyait dans l’intervention de Bonaparte la marque d’un Cromwell ou d’un César20.

  • 21 Alors que cet écrit fut attribué tour à tour à Lacretelle jeune, à Fontanes ou à Esménard, Henri Mo (...)

27Plus tard, le rapprochement entre les deux chefs militaires vaut même à Lucien Bonaparte d’être exilé à Madrid. Il est vrai que la brochure Parallèle entre César, Cromwell, Monck et Bonaparte, parue à la fin de l’année 1800, n’a pu passer inaperçue21 et certains passages malgré le ton général n’ont pu qu’irriter le premier Consul.

  • 22 Ibid., p. 11-12.

28Ainsi l’auteur remarque qu’une conformité frappante avec César a été relevée par certains observateurs. Il s’agit de désamorcer cette comparaison et de trouver d’autres héros dans l’Antiquité. Certes, « ils sont nés tous les deux dans les guerres civiles, et tous les deux les ont terminées ; mais César, en accablant le parti le plus juste, et Bonaparte, en ralliant les citoyens contre le parti des brigands ; et ici, Bonaparte et César qui se ressemblent comme guerriers diffèrent comme politiques[...] L’ignorance révolutionnaire avait tout confondu ; il est temps de rétablir les vraies notions de l’Histoire et de la Politique : c’est contre les démagogues que Brutus s’est armé. César a été le chef des démagogues : il est arrivé au pouvoir suprême, en étouffant la voix des bons citoyens, par les cris forcenés de la multitude. Bonaparte, au contraire, a rallié la classe des propriétaires et des hommes instruits, contre une multitude forcenée. Les acclamations de ses soldats sont les seuls suffrages du dictateur ; et la puissance du Premier Consul a reçu la sanction de trois millions de citoyens votant individuellement et en secret dans toute la latitude de leur liberté »22. En réalité, la comparaison est plus flatteuse lorsqu’elle s’opère avec le jeune conquérant grec, Alexandre.

  • 23 Laudateurs et opposants puisent ainsi dans une « antiquité toute de convention, abstraite et idéali (...)

29Finalement, l’histoire ancienne ne livre qu’un message ambigu et, à terme, contre-productif pour le Premier Consul. Décorum politique, toile de fond linguistique, inspiratrice de la mode et des arts, soit, l’Antiquité ne saurait pourtant être la matrice exacte dans laquelle doivent se couler les héros modernes, au risque de les prendre en flagrant délit de répéter les usurpations anciennes23.

  • 24 Cf. O. Lutaud, « Emprunts de la Révolution française à la première Révolution anglaise », dans Revu (...)

30En revanche, l’histoire des révolutions anglaises est trop proche, trop allusive, offre trop de similitudes, a priori troublantes, pour ne pas être mise à contribution par les observateurs du Consul qui tentent de débusquer quel rôle il aurait joué au XVIIe siècle24. Est-il Cromwell ou Monck ? Dans les deux cas, ce sont ses détracteurs qui tentent de le présenter sous les traits du despote républicain. Les royalistes ne le verraient que trop bien dans la partition d’un Monck, passeur du sceptre royal au roi légitime en exil.

  • 25 Parallèle..., op. cit., p. 4 et 9. Bientôt, c’est le général Lafayette qui doit assumer le rôle du (...)

31Ni l’un ni l’autre évidemment, ne sauraient convenir à l’intéressé. « Cromwell eut la cruauté de voir tomber la tête auguste qu’il avait condamnée... Il semble dans la plus fameuse époque de sa vie, n’avoir servi de modèle qu’au farouche Robespierre et au vil d’Orléans [...] » Quant à jouer la partie de Monck [...] « Ne sait-on pas qu’il est certaines destinées qui appellent la première place ?[...] Que Bonaparte est trop grand pour jouer un second rôle ?.... Et d’ailleurs, s’il pouvait jamais imiter Monck, ne voit-on pas que la France serait replongée dans les horreurs d’une nouvelle révolution ?[...] »25.

  • 26 L. Fontanes, Éloge funèbre de Washington, prononcé dans le Temple de Mars, le 20 pluviôse de l’An V (...)
  • 27 Ibid., p. 29.

32La mémoire d’un autre général plus prestigieux va devoir supporter le jeu de la comparaison. L’annonce du décès de Washington est l’occasion pour Fontanes de dresser un portrait où les similitudes soulignées sont autant d’attentes politiques, preuve que le jeu des comparaisons ne présente pas seulement des diatribes serviles. Certes, l’éloge de Washington permet de lire en creux celui du général qui vient de décréter un deuil national. Ainsi, « il faut ordinairement qu’à la suite de ces grandes crises politiques, survienne un personnage extraordinaire, qui, par le seul ascendant de sa gloire, comprime l’audace de tous les partis et ramène l’ordre au sein de la confusion... Ainsi tout est pour nous, dans son histoire, une suite d’instructions et d’espérances »26. L’orateur poursuit sur la modestie et la modération du personnage qui, jamais ne tenta d’accaparer personnellement le pouvoir. Enfin il exhorte Bonaparte à imiter son aîné américain, lequel, plus que la victoire, offrit à son pays une paix durable et solide avec l’Angleterre. « Bientôt l’hymne de la paix retentira dans ce temps de la guerre ; alors le sentiment universel de la joie effacera le souvenir de toutes les injustices et de toutes les oppressions »27. Ici, la limite de la comparaison se fait clairement sentir. Elle permet au moins de mesurer le désir de paix, à l’origine de l’illusion, un temps entretenue dans les cercles éclairés, sincèrement convaincus du désir de concorde européenne de la part de Bonaparte. A contrario, elle permet de penser la part constitutive de césarisme dans le régime né le 19 Brumaire, régime finalement reconnu et craint du fait de ses victoires militaires, incapable d’asseoir son autorité sur la seule dimension civile de son œuvre.

33Seule la bataille remportée assure la légitimité du pouvoir de Bonaparte et rend rapidement difficile toute comparaison avec le paisible et retraité gentleman-farmer américain.

34Ailleurs et dans d’autres ouvrages se trouve la solution. S'il est bien quelqu’un dont le parcours offre des similitudes, parce qu'il a été un jeune général étranger, débarqué sur les côtes, et presqu’aussitôt acclamé en restaurant la paix civile, c’est à n’en pas douter Guillaume d’Orange, roi d’Angleterre, en 1688, par son acceptation du Bill of Rights.

  • 28 G. M. Sallier-Chaumont de la Roche, Histoire de Bonaparte, Premier Consul de la République français (...)

35C’est en 1802, que paraît l’Histoire de Bonaparte, sous la plume de Sallier-Chaumont de la Roche. Le texte propose la synthèse des différentes louanges précédemment éditées et résume tous les portraits élogieux de Bonaparte, en utilisant l’ensemble des artifices en vogue depuis le 19 Brumaire, confirmés par la pacification du pays, la signature du Concordat et la paix avec l’Angleterre, au moment où le Consulat à vie vient d’être approuvé par le biais de la consultation électorale28.

36Dans la perspective philomonarchiste de l’auteur, Bonaparte aurait ainsi mis à profit l’exemple du peuple anglais qui, pour expier ses écarts politiques et rendre justice aux mânes de l’infortuné Charles Ier, rappelant la famille de celui-ci sur le trône, vit renaître le principe de nouvelles guerres civiles, dont le résultat fut cette mémorable Constitution de 1688, admirée pour sa sagesse. Ce nouvel acte politique flétrit les Stuart par une déchéance solennelle et le sceptre britannique fut remis entre les mains d’un général hollandais qui, « dans un siècle de gloire, devint un des plus illustres monarques de l’Europe ».

  • 29 Ibid., p. 118.

37Le sens de la comparaison amène logiquement à une réflexion sur le fondement politique du Consulat à vie : « N’était-il pas naturel que l’on vît s’élever sans ombrage un pouvoir qui, né de la Révolution même, n’avait point de vengeances à exercer contre elle ; qui, se rapprochant des principes de la monarchie, n’avait plus rien à récriminer contre les partisans du système politique que la France depuis quatorze siècles, à toujours vénéré comme la base fondamentale de ses institutions ? »29.

38Chercher donc une figure historique légitimant le 19 Brumaire et le parcours politique de la France en deux ans, revient à évoquer la personnalité d’un fondateur de dynastie outre-Manche, mais aussi à faire émerger dans l’actualité, les pères des grands lignages de l’histoire du pays.

39Au fil des parutions, s’impose l’évidence. Ce n’est ni dans l’Antiquité ni dans une contrée étrangère, que l’histoire de Bonaparte puise son intelligibilité, mais bien dans l’Histoire de la France.

  • 30 Cf. P. Serna, « Refaire l’Histoire, écrire l’Histoire, ou comment raconter le 18 Brumaire avant 180 (...)

40Pour ce faire, le Premier Consul est présenté, en 1799, comme l’anti-Directeur, l’opposé de ces cinq rois fainéants qui, par leur incurie, ont placé le pays, dans une situation apocalyptique30. Il est le créateur d’un âge nouveau et, à ce titre, il doit être perçu, tel un des pères des dynasties médiévales. Clovis, Charles Martel, Charlemagne, Hugues Capet et, plus tard, Henri de Navarre, figures tutélaires de l’histoire nationale, sont convoqués.

  • 31 Saluer-Chaumont, Histoire de Bonaparte, op. cit, p. 111.

41En instaurant un nouveau pouvoir exécutif, en réorganisant tous les pouvoirs, toutes les autorités, et en élevant la République à l’égal de tous les royaumes de l’Europe, Bonaparte ne fait que continuer une histoire glorieuse de la France. Fondateur d’un régime nouveau, sera-t-il à l’origine d’une nouvelle dynastie ? [...] Certains le souhaitent, faisant remarquer son absence de descendance et donc le risque de chaos pour la France, s’il venait à disparaître. Peur active, savamment entretenue, elle pousse à la consolidation rapide du Consulat, en rappelant un autre fait glorieux du passé, survenu en l’an 987. « On ne dut pas s’étonner d’un consentement si prompt et si unanime. On voulait une fixité dans l’ordre politique. Un certain parti commença à sentir qu’une dynastie n’est point une génération divine, que la famille d’Hugues Capet, placée par une révolution sur le trône des carolingiens, n’avait d’autres droits que ceux de la jouissance. De tels droits devraient naturellement cesser d’être, quand une nouvelle révolution ramènerait un autre ordre des choses. Un système contraire perpétuerait la confusion dans les rapports politiques »31.

  • 32 V. Comeiras, Histoire politique et raisonnée du Consulat, Paris, Hacquart, 1801, p. 277.

42Préférant insister sur la dimension républicaine de l’institution consulaire, Victor Comeiras rappelle, lui, le rôle de Clovis et surtout de Charlemagne, ami de la sagesse, patriote, législateur, unificateur des assemblées de la nation, afin d’établir le parallèle avec « ce général magnanime, que la main de la victoire montrait dans le lointain aux Français, comme leur superbe, mais dernière espérance »32.

43Enfin, se détachant de tous ces modèles qui ne sauraient, néanmoins, épuiser le personnage, Bonaparte apparaît tel qu’il doit perdurer dans l’Histoire, comme un personnage unique et incomparable, écrivant les événements et se projetant dans leur suite plutôt que répétant un chapitre déjà écrit dans le passé. La réflexion sur la nature du régime du Consulat ne peut alors que s’imposer davantage pour tous les auteurs.

Le consulat : monarchie républicaine ou république monarchique ?...

  • 33 Fantin, Antoine Désodoard, Abrégé chronologique de la Révolution de France, à l’usage des Écoles pu (...)

44Un constat semble partagé par tous ceux qui sont parvenus sains et saufs au soir du 19 Brumaire, par tous ceux qui ont « survécu », pour reprendre le mot de Sieyès, et que Fantin Désodoard résume à sa façon : « Nous avons vécu dix siècles dans l’espace de quelques années et dans cet intervalle les événements successifs sont si prodigieux qu’il en eût fallu moins autrefois pour bouleverser tous les gouvernements de l’Europe »33.

45Cependant, contrairement à une propagande insidieuse qui ne cesse, depuis l’an III, de présenter les conséquences de ces violentes transformations sous les traits de la lassitude d’un peuple éreinté par tous ces brusques changements, afin de mieux l’éloigner des affaires publiques, certains perçoivent l’opportunité dynamique offerte par les événements de Saint-Cloud.

  • 34 Lacretelle aîné, Sur le 18 Brumaire, à Siéyes et à Bonaparte. Tableau de la Révolution jusqu’au 18 (...)

46Avec une certaine habileté, Lacretelle aîné, énonce la nouvelle donne offerte par les événements du 19 Brumaire. Il perçoit la dimension politique d’un événement, à ce point neuf, qu’il peut transformer la Révolution elle-même en son propre Ancien Régime, en fondant une nouvelle République : « La Révolution, vieille de dix ans de troubles, de désastres, d’oppressions, de destructions, des hommes et des choses, était devenue comme notre Ancien Régime. Il fallait qu’elle se régénérât elle-même, qu’elle se régénérât par un gouvernement qui fût à la fois à elle et par elle [...] Nous revoilà à la position de 1788 [...] »34.

  • 35 Le problème s'était déjà posé en l’An III et avait reçu des réponses bien différentes. Cf. B. Baczk (...)
  • 36 Mémoires historiques sur le 18 Brumaire, contenant les Détails exacts et plus circonstanciés que to (...)

47La formule est subtile, car il ne suffit plus de dire, comme lors de toutes les journées révolutionnaires qui ont ponctué la décennie, « la Révolution est finie »35, et de répéter ces mots, une fois de plus, au soir du 19 Brumaire, comme le député Béranger : « La journée du 18 est celle du peuple souverain, de l’égalité, de la liberté, du bonheur, et de la paix ; elle terminera la Révolution, et fondera la République, qui n’existait encore que dans le cœur des républicains »36 [...] encore faut-il donner un sens à cette clôture.

48Le soir même du 19 Brumaire déjà, une nuance entre le discours de Cabanis et celui de Lucien Bonaparte permet de saisir un des enjeux de la refondation politique à venir. Le physiologiste, membre du corps législatif, insiste sur une continuité entre les différentes et prestigieuses assemblées depuis 1789, chacune ayant joué un rôle préparatoire : la Constituante proclamant la liberté, la Législative sapant la monarchie, la Convention fondant la République, l’Assemblée des Cinq-Cents, enfin par son salutaire réveil, en ce jour de Brumaire, venant consolider tout l’édifice.

  • 37 Ibid., p. 98-104.

49En revanche, le frère du général, l’authentique artisan du coup d’État, reprend ensuite la parole, afin de préciser que « les Constituants de 89 furent les pères de la Révolution, mais les législateurs de l’an VIII furent les pères et les pacificateurs de la Patrie »37. Le raccourci qui met face à face les géniteurs de la Révolution en 1789 aux fondateurs de la concorde nationale en 1799, a pour but manifeste d'effacer tout ce qui a pu se produire entre ces deux années. L’Histoire s’invente au soir même d’un coup d’État présenté comme surgi ex nihilo et seulement comparable aux actes de l’année 1789. Lucien libère Napoléon de toute redevabilité au passé proche, le droit d’inventaire se limitant au cadre du respect de la souveraineté du peuple, de la République et du système représentatif. Ainsi débarrassés de toute hypothèque tirée sur les événements antérieurs, les Consuls ont trois mois pour inventer une nouvelle formule politique.

50Mais, quelle république est encore concevable, en brumaire de l’an VIII ? [...] Laquelle des versions possibles pourrait-elle convenir à la France ?[...]

  • 38 Ibid., p. 24. Prise de parole de Grandmaison, le matin du 19 Brumaire, devant l’Assemblée des Cinq- (...)

51« Sera-ce celle de Venise, celle des États-Unis ?[...] Prétendra-t-on qu’en Angleterre, la république et la liberté existent ?[...] Certes, ce n’est pas pour vivre sous de tels gouvernements que nous avons depuis dix ans, fait tous les sacrifices imaginables... Ce n’est par pour avoir une Constitution semblable à celle des États-Unis, ou un gouvernement comme celui de l’Angleterre »38.

52Au soir de la journée, il existe une alternative : soit la commission consulaire prépare une république autoritaire où l’exécutif s’impose à une représentation contrôlée ; soit elle rétablit un système représentatif pacifié et capable d’organiser un gouvernement efficace. Deux brochures présentent avec des arguments réfléchis les deux perspectives juste avant que ne soit dévoilé et soumis au vote le projet de Constitution de l’an VIII.

53Lacretelle fait paraître peu après le 10 frimaire, une longue lettre qu’il adresse à Siéyès et à Bonaparte, où il défend clairement l’idée d’une transformation des Consuls en dictateurs-législateurs, et le régime en despotisme, républicain et éclairé.

54Dans cette perspective, faire table rase du passé, pour l’auteur, ne revient pas à assumer la « pars destruens » des années précédentes mais à envisager la « pars construens », dans le nouveau régime, à l’aube du XIXe siècle. Pour Lacretelle, l’âge des révolutions est terminé, celui de la Constitution s’annonce, à la condition que soient pris en compte tous les acquis « immuables » qui interdisent de penser le mois de décembre 1799, similaire, en bien des points, à l’année 1788, comme une régression politique. En ce sens, il serait réducteur de ne lire cette proposition que sous l’angle d’un point de vue tant soit peu « réacteur ».

55« La liberté des citoyens par la loi, leur égalité devant la loi, l’inviolabilité de ceux qui expriment le vœu du peuple, la responsabilité des fonctionnaires qui agissent pour le peuple, la division de tous ces pouvoirs, le droit d’élire ceux qui font la loi, la délégation du droit d’élire ceux qui doivent l’exécuter » sont les fondements intangibles d’un nouveau régime à inventer dans un cadre républicain repensé.

  • 39 Lacretelle aîné, op. cit., p. 67.

56L’ambiguïté n’est pas permise : « Disons-le, au risque d’étonner le grand nombre [...] le système représentatif est la plus grande et la meilleure des créations de l’esprit humain [...] ce système ne prenant pas son levier dans le ciel, pour gouverner la terre, comme toutes les autres espèces de gouvernements »39. Lacretelle part du principe que, dans un régime solide, les principes de Constitution et de Révolution doivent s’exclure. Le premier principe qui empêche absolument cette république de devenir démocratique, pose le peuple en souverain qui ne commande jamais et qui n’obéit qu’à lui-même. Doté d’une volonté, il n’a point de corps. Ainsi, les institutions doivent servir à renforcer le pouvoir exécutif, à son tour limité par la distinction des pouvoirs.

  • 40 Ibid., p. 76.

57« Le système représentatif, [soumet] les actes du gouvernement aux lois, les lois à la Constitution au plus grand intérêt du peuple, [fait] sortir tout le gouvernement du peuple, mais en l’excluant de tout son exercice ; lui laissant la nomination de tous les pouvoirs qui représentent sa volonté, faisant conférer en son nom, ceux qui exercent son action [...] »40.

58Afin d’éviter les problèmes nés des élections de 92, de 95 et des années suivantes, les dictateurs-législateurs doivent constituer un corps représentatif composé d’hommes de toutes les nuances, pourvu que les deux partis (républicains démocrates et philomonarchistes) ne soient plus seuls, et dans un second temps, soumettre cette assemblée au vote.

59Ce que Lacretelle imagine, c’est une république autoritaire. L’exécutif deviendrait le principal ressort de la machine politique, non sans courir le risque d’un dérapage. L’auteur en est bien conscient, au moment où il évoque la nécessité d’une attention commune afin de prévenir toute dérive. Comment ?.... Rien n’est dit sur ce sujet. Il est seulement fait mention des vertus des Consuls...

  • 41 H. Lemaire, La Révolution du 18 Brumaire, présentée sous sa véritable Forme ou la Vérité au Peuple (...)

60Tout autre est le projet proposé par Henri Lemaire, le 15 frimaire de l’an VIII41. De tous les pamphlets, récits, mémoires, satires, celui-ci est le seul qui défende concrètement une expression démocratique de la République, en demandant certes une réforme des institutions, mais en conservant la prédominance du pouvoir législatif.

  • 42 Ibid., p. 10.

61« Souvenons-nous toujours, que la multiplicité des sénateurs, l’équilibre des pouvoirs et leur permanence mutuelle, sont les plus sûres garanties de la liberté publique, et n’oublions pas qu’en créant des magistrats inamovibles ou une autorité toujours ou quelques fois indépendante, nous nous forgerions des fers »42.

62Contrairement à Lacretelle qui déniait aux citoyens la possibilité d’intervenir directement dans le gouvernement et ne pensait les élections que sous l’aspect d’une ratification d’une Constitution soumise au vote approbateur, Lemaire imagine, le moment venu, d’organiser des élections du peuple entier. Démontrant l’absurdité d’un système qui ne confierait les droits de citoyenneté qu’aux rentiers, aux propriétaires de revenus fonciers ou aux plus fortunés, l’auteur soutient que seule la vertu et la valeur sont les conditions nécessaires pour participer au corps politique.

63Courageusement, Lemaire affirme que le système représentatif devient légitime, seulement lorsque la minorité dans le sénat de la nation voit ses droits d’expression politique reconnus. Ainsi, le pouvoir exécutif peut être resserré à la base, c’est-à-dire qu’un agent subalterne peut gouverner seul et avec autorité une certaine portion du territoire, mais au sommet ce même pouvoir doit au contraire, conserver une collégialité dans laquelle doit exister une parfaite égalité de puissance.

  • 43 Ibid., p. 28.

64Si ce n’était le cas, le républicain démocrate déclare sans hésiter : « Je dis qu’en notre situation actuelle placer un homme dans quelque partie de la magistrature suprême, ce serait désigner une victime à l’envie, et vouer l’État à de nouvelles crises politiques. Hors le cas du despotisme, il faut que le calomniateur rencontre dans chaque partie de la magistrature, un faisceau de réputation à combattre, et d’ailleurs, chez une nation, arrachée à la monarchie, il est extrêmement dangereux qu’aucune institution ait le moindre rapport avec elle »43. Lemaire perçoit avec lucidité, le réel danger d’un exécutif indépendant et surtout d’un rappel dans les institutions de la situation politique d’avant 1789.

65Le Consulat tel qu’il se définit dans la Constitution de l’an VIII, devait, à sa façon, répondre à toutes ces mises en garde. Il garantit la force du pouvoir exécutif. II maintient le suffrage universel tout en réduisant considérablement sa portée. Il assure à une seule tête de gouverner tout en ne rompant pas formellement pas avec la collégialité du pouvoir.

  • 44 J. Ch. Assali, « Napoléon et l’Antiquité », op. cit., p. 16.

66En ce sens, le Consulat se veut aussi une institution neuve ou plutôt resurgie de la fameuse république romaine. « La terminologie de l’an VIII empruntait beaucoup à l’Antiquité, par ses Consuls, son Tribunat, et son Sénat. Parallèlement à l’avantage signalé de l’absence de références monarchique, cela permettait aux autorités consulaires de prétendre fonder leur propre légitimité »44.

  • 45 V. Comeiras, Histoire politique et raisonnée du Consulat..., op. cit., p. XIV.

67En 1801, lorsque les doutes ne sont plus possibles sur la nature du régime mis en place et fonctionnant depuis un an, Victor Comeiras fait paraître une histoire politique du Consulat de la Rome antique. L’exposé historique consiste à démontrer que, placé au centre de la puissance administrative, le Consulat entraîne le Conseil du Sénat, le pouvoir exécutif de tous les magistrats, la faculté de puissance des généraux, et tout corps politique de l’État : il est la cheville ouvrière de la grandeur des Romains. « Ce tableau, conclut l’auteur, acquiert pour nous un nouveau degré d'intérêt, depuis que nous avons adopté un mode de gouvernement si rapproché de celui du peuple le plus étonnant qui ait existé sur la terre »45.

68Perspicace, l’historien perçoit l’originalité du nouveau régime dans sa capacité, jusque-là non atteinte, de réunir les intérêts privés à la collectivité. Déjà les clichés fonctionnent d’une Convention qui aurait tout sacrifié à l’être collectif, abstrait et destructeur de la nation et d’un Directoire qui aurait laissé les intérêts égoïstes s’afficher sans vergogne.

  • 46 Ibid., p. XXIII. XXIV.

69L’angle d’attaque est ici quelque peu différent : « Chez les Grecs et les Romains, l’individu n’était rien, et le public était tout : chez les modernes, l’individu est tout, et le public n’est rien. l’État parmi nous, n’est qu’un assemblage de différents départements qui offrent aux citoyens, en échange de leurs services, la considération, la richesse, l’élévation et le pouvoir... Nos lois politiques et civiles se sont ressenties de cet esprit. La propriété est devenue notre cri de ralliement, comme la liberté était celui des Anciens »46. Il revenait au Numa de la fin du XVIIIe siècle de tempérer le gouvernement fondé sur l’enthousiasme des plus nobles passions collectives et celui des particuliers se consacrant à leur seule richesse économique. Bonaparte serait l’inventeur de cette spécificité politique française qui placerait au cœur de la construction d’un État fort, la garantie des libertés de l’individu, différence essentielle par rapport au modèle anglais qui instaure, lui, au cœur de la construction du libéralisme, des institutions politiques ne servant qu’à réguler l’initiative privée.

  • 47 Sallier-Chaumont dans son Histoire de Bonaparte, rappelle que le Premier Consul a agi à l’instar de (...)

70Cette idée de la préservation de l’individu, public et privé à la fois, a dû suffisamment impressionner les contemporains pour se retrouver dans plusieurs essais, dès la fin de l’année 1800, lorsque la stabilité politique est un fait acquis et le premier bilan de l’expérience consulaire rendu possible47.

  • 48 V. Comeiras, op. cit., p. 264-266

71En 1801, le Consulat apparaît à Comeiras comme le meilleur de tous les régimes essayés jusque-là et, confiant dans l’avenir et les qualités civiques du Consul, l’auteur propose cette analyse de la décadence de l’institution à Rome : « Auguste regardait la force militaire comme la base la plus solide du gouvernement ; mais il ne pouvait se dissimuler combien un pareil instrument devait paraître odieux. Son caractère et sa politique lui firent adopter des mesures plus sages ; il aima mieux régner sous les titres respectables de l’ancienne magistrature, et rassembler sur sa tête tous les rayons épars de l’autorité civile. Dans cette vue, il permit au Sénat de lui donner pour sa vie le Consulat et la puissance tribunitienne, et dès lors, tout fut perdu. Quel assemblage monstrueux ne devait pas former la réunion de tant de pouvoirs distincts, et jusqu’alors séparés l’un de l’autre ? [...] Le système du gouvernement impérial devient ainsi une monarchie absolue, revêtue de toute la forme d’une république »48.

72La maladresse par anticipation de Comeiras, montre d’abord que des républicains convaincus ont pu penser sincère la position de Bonaparte et sa volonté réelle de conserver en l’état, la forme républicaine du Consulat. Elle montre, dans ce cas, non pas le manque de clairvoyance de l’historien mais sa prise de conscience du parasitage que constitue l’intrusion du fait militaire dans la politique civile.

73D’autres, à leur tour, ne vont pas tarder à cerner le danger d’une dérive du régime sous l’influence du fait militaire.

  • 49 J. Fiévée, Du 18 Brumaire opposé au Système de la Terreur, Paris, Maradan 1802, p. 24-27.

74Pour Joseph Fiévée, cela ne saurait poser de problème. Un lien naturel existe entre « un militaire qui a l’instinct du gouvernement » et la politique. De fait, « depuis que l’esprit militaire a passé dans le gouvernement, tout est création, tout est conservation »49.

  • 50 Ibid., p. 47.

75L’auteur soutient à l’encontre du Directoire, et de façon cohérente, que « fonder un pouvoir sans bornes sur des conquêtes et vouloir écarter tous les militaires du gouvernement, est une conception métaphysique qui, dans la position du Directoire, devait avoir pour résultat l’introduction forcée des militaires dans le gouvernement ». Cependant, l’esprit militaire n’implique pas forcément un gouvernement militaire, mais plutôt un renforcement du « pouvoir actif qui tempère la pétulance des corps délibérants »50.

  • 51 Delisle de Sales, De la Fin de la Révolution, op. cit., p. 66.

76Delisle de Salles, peut-être pour prévenir tout dérapage du Consulat vers la dictature, avance dans un procédé qui semble antiphrastique, en 1800, qu’il n’est pas envisageable que Bonaparte « se maintienne par la force, par l’ascendant qu’il a sur les armées » [...] « Pourquoi les armées renverseraient-elles la Constitution contre le vœu du peuple ? »51, demande-t-il comme pour se rassurer.

77Les observateurs des nouvelles institutions politiques, qu’ils les approuvent ou non, ont dû intégrer cette dimension « Spartiate » du régime, cette introduction du fait militaire dans le politique. Et les royalistes de réciter, à qui veut les entendre dans les cafés parisiens, ces vers de Mérope, la tragédie de Voltaire :

  • 52 Le Vasseur, Les Trois ne font qu’Un ou le Ministère de La Trinité républicaine dévoilée. Prophétie (...)

« Un soldat tel que moi peut justement prétendre, à gouverner l’État, quand il l’a su défendre :
Le premier qui fut roi, fut un soldat heureux,
Qui sert bien son pays, n’a pas besoin d’aïeux »52.

  • 53 E. Toulongeon, Histoire de France depuis la Révolution de 1789, écrite d’après les Mémoires et les (...)

78Cela ne saurait surprendre le premier grand historien de la Révolution, Emmanuel Toulongeon, qui voit au contraire, dans l'alliance du sabre et de la Constitution, la conclusion logique de la décennie révolutionnaire. Pour l’ancien député à la Constituante, non seulement le fait militaire est déterminant pour comprendre l’histoire de la Révolution, mais aussi parce qu’il a été tout de suite une partie intégrante des événements politiques de la Révolution. Ainsi, dès l’affaire Réveillon, « les chefs révolutionnaires... furent assurés d’une armée brave à leurs ordres et les agents de l’autorité virent avec satisfaction, que les troupes n’avaient pas refusé l’usage de leurs armes, mais avec cette différence qu’ici c’était la suite et la fin d’une ancienne habitude d’obéir ; et là, le début et le commencement d’un nouvel effort »53.

79Depuis le début donc de la décennie, le monde militaire a été au cœur du processus révolutionnaire. Le Consulat et son chef ne seraient que la traduction politique de cet état de fait. Le 18 Brumaire n’est plus que la confirmation du sort inextricablement lié de la République et de l’armée. Le Consulat, présenté sous les traits d’une république militaire ne devait pas être forcément du goût de Bonaparte. Celui-ci multipliait au contraire les efforts pour donner de lui l’image du plus civil des généraux, et faisait croire qu’il était convaincu de la supériorité de la plume sur l’épée, autant de postures, en partie contredites par les faits.

  • 54 Delisle de Sales, De la Fin..., op. cit., p. 61-62.

80Enfin, la nouveauté de ce régime apparaît à d'autres dans sa mixité. Delisle de Sales le définit précisément lorsqu’il analyse la force du Consulat dans le fait que le Premier Consul n’est là que pour dix ans et qu’il le sait bien. Cette élection de dix en dix ans évite les inconvénients des monarchies héréditaires et maintient tous les avantages d’une République. « Ainsi, ajoute-t-il, je peux dire avec raison que la France est une république semi-monarchique et par conséquent durable »54.

81Ce point de vue a le mérite de montrer comment de nombreux contemporains ont dû percevoir un régime « pan-institutionnel », tentant, sans le revendiquer, d’incarner une synthèse entre toutes les systèmes politiques précédents et espérant en tirer toute sa légitimité, en 1802, avant et après le sénatus-consulte du 16 Thermidor de l’an X qui offre à Bonaparte le Consulat à vie. Ces opinions émanent d’auteurs plutôt connus pour leurs opinions philomonarchistes. Il n’en demeure pas moins que, face à un manque de repères évident du fait de la nouveauté de la situation politique qui se présentait à eux, nombreux ont dû être les Français qui ont pu percevoir le Consulat comme une république monarchique.

82Si beaucoup de personnes sont intéressés à approuver la consolidation du gouvernement par la refondation d’un exécutif puissant que les monarchistes semblent respecter et que les républicains, convertis par Bonaparte, appliquent, il ne manque pas aussi d’esprits pour saisir que la fin du Directoire a signifié l’achèvement d’une expérience se traduisant par la mise en place d’une république parlementaire, à l’état d'ébauche durant l’été 1799 et qui, finalement, n’avait pu aboutir.

  • 55 Essai pour servir d’introduction..., op. cit., p. 224.

83Un monarchiste réformateur, également conscient de ce que l’opportunité de fonder un parlementarisme respectueux des libertés est passée et ne saurait se représenter de sitôt, évoque ce régime mature. « Ce système ne pourrait être sage qu'autant que ces deux partis seraient d’accord entre eux sur les bases du gouvernement, qu’ils lui seraient également attachés et qu’ils ne disputeraient que l’occupation des places et les avantages de la domination. C’est ainsi qu’on les voit chez un peuple voisin, se combattre et se vaincre tour à tour, sans que de cette lutte, ni de la victoire, il en résulte rien de fâcheux pour la Constitution ni pour l’État... »55.

84L’expérience du Directoire était gâchée et sa mémoire piétinée. Le temps d’une république parlementaire était bien révolu. En 1802, l’apprentissage des règles démocratiques - être d’accord sur le fait que l’on n’est pas d’accord, selon la formule de Bronislaw Baczko - est remis à un futur plus qu’hypothétique. De gré ou de force, Bonaparte semble avoir mis la plupart des acteurs d’accord sur son « nouvel-ancien régime », un Consulat qui, à la fin de l’année 1802, de république autoritaire et militaire se mue en césarisme naissant...

85Le 18 Brumaire a-t-il eu lieu ?.... En se plaçant dans la perspective des contemporains de l’année 1802, il est légitime de se poser la question. N’est-il pas une reconstruction fantasmatique, politique, constitutionnelle, royaliste, bien pensante, de ce qu’aurait pu être, pour les uns, le berceau d’une république conservatrice, ou bien pour les autres, le moment qui allait préparer la restauration de la monarchie légitime ?

86Certes, il s’est passé quelque chose à Saint-Cloud. Une journée, complètement ratée du point de vue de la science du putsch, a bien eu lieu. Certes encore, le Consulat et le Premier Consul ont transformé le sort d’une révolution et ont multiplié les changements dans les domaines les plus divers de la société civile, de la justice, de la diplomatie, de l'économie, changements largement initiés avant le 18 Brumaire et qu’il serait vain de vouloir passer sous silence.

87Reste pourtant à se demander pourquoi les hommes du Consulat et la société de l’époque ont éprouvé la nécessité de se forger, à un moment précis du Directoire, le besoin d’un sauveur de la chose publique. La réponse est peut-être du côté du décalage, toujours perceptible, entre la profusion - déjà en 1802 - d’écrits et d’images sur le Premier Consul et la personne de Bonaparte. L’impression demeure que le jeune général échappe à tous les récits qui tentent de le circonscrire. Homme protée, il est tous les portraits que l’on dresse de lui et, en même temps, quelque chose de plus. Son Consulat, synthèse de tous les pouvoirs, nouveau système politique mâtiné d’Ancien Régime, accouche d’une forme institutionnelle radicalement nouvelle.

88Plus précisément, le Consulat et son chef, dans les récits qui paraissent entre le coup d’Etat et 1802, semblent utilisés, voire instrumentalisés, comme s’ils étaient des projections de tous les programmes, de tous les espoirs, et aussi... de toutes les haines.

89Kaléidoscope de la politique, personnage pan-historique, à la tête d’un régime pan-institutionnel, Bonaparte laisse faire, comprenant le bénéfice qu’il peut retirer de cette abondante littérature qui le place, en bien ou en mal, toujours au centre. De la même façon, cependant, chaque auteur, en s’inventant « son » Bonaparte, dans l’éloge ou l’opprobre, renforce le personnage bien réel cette fois, qui, à partir de 1802, par le Consulat à vie, assume un nouveau choix politique.

90Ainsi, tous ceux qui se sont exprimés là-dessus, entre 1799 et 1802, ont contribué à forger dans l'imaginaire politique des Français, le mythe, finalement néfaste aux institutions républicaines, de l’homme providentiel, du sauveur de la nation, du militaire vertueux, qui, à chaque fois, au XIXe et au XXe siècle, deviendra le fossoyeur de toutes les républiques postérieures au 19 Brumaire.

91Dans presque tous les textes étudiés, Bonaparte opère à l’instar d'une coquille vide, seule structure capable de s’emplir de la contradiction constitutive d’une politique française, héritière de la Révolution et de la monarchie, ayant fondé en 1789 d’abord, en 1799 ensuite, la spécificité de l’État en France : un appareil institutionnel permettant de jouir de la liberté propre à chacun, dans un exécutif fort. S’aveuglant volontairement ou non, la plupart des observateurs politiques, ont ardemment souhaité, entre 1800 et 1802, que Bonaparte incarnât cet idéal.

92Faut-il le préciser ? À force d’être imaginé au-delà de tout ce qu’il avait pu faire, Bonaparte, doué d’une grande intelligence politique, tira rapidement profit de tous les reflets qu’on lui renvoyait et métamorphosa, à son tour, son destin de brillant officier, promu Consul, en celui d’homme politique unique, devenu Empereur des Français.

93Finalement, un personnage hors du commun, le Premier Consul, était venu s’immiscer entre le général de 1799 et le Consul à vie de 1802. Jouant son premier acte, entre ces deux dates, il devait tenir le rôle fascinant d’un nouveau Pygmalion, s’incarnant dans le Consulat, modelant les institutions républicaines, sculptant à sa mesure une République conservatrice, avec la complicité des loges, du parterre et de la critique.

94... 1799-1802 : Bonaparte, l’invention du roi de la République, ou la préfiguration du monarque présidentiel.

Notes

1 Le titre de cette communication est inspiré de deux brochures : J. L. Drobecq, Le Gouvernement du Lion, Fable allégorique à Buonaparte, Paris, Prairial, An VIII ; et Tancrémont, Quelques Taches découvertes à l’Œil simple, dans l’Astre brillant du Jour, malgré les Éteignoirs et les Baillons, Paris. An VIII.

2 J.-P. Gallais, Histoire du 18 Brumaire et de Buonaparte, suivi de Pièces justificatives, Paris, 1814, première partie, p. 11.

3 Ibid., p. 92.

4 A. Aulard, « Bonaparte et les Poignards des Cinq-Cents », dans La Révolution Française, tome 27, 11e année, no 2, 1894, p. 113-127.

5 Cf. N. Petiteau, Napoléon, de la Mythologie à l’Histoire, Paris, Seuil, 1999.

6 Rabaut et Lacretelle, Précis historique de la Révolution française, Paris, Didot, 1806, tome VI, p. 80.

7 Cf. J. Caldwell, The Era of Napoléon. A Bibliography of the History of Western Civilisation, 1799-1815, New York et Londres, Garland Publishing, 1991, 2 vol.

8 De façon étonnante, N. Petiteau (op. cit.) reproduit cette pratique, en faisant commencer son étude sur le discours historiographique à partir de 1814, alors que de grands thèmes constitutifs de cette même étude, la mythologie et l'histoire ont déjà été mis en place, entre 1799 et 1804. J. K. Burton dans Napoléon and Clio: historical writting, teaching and thinking, during the First Empire, Carolina Academic Press. 1979, s'intéresse, quant à elle, davantage aux méthodes d'enseignement de l'Histoire et à la conception du passé que l'empereur tente d’imposer aux historiens. A. Jourdan, à sa suite, dans Napoléon, Héros, Imperator, Mécène, a montré les enjeux essentiels que constituait pour le maître de la France, la maîtrise de l'écriture du passé, devenue source de légitimation de sa domination sans partage. Chapitre I, Napoléon et l’Histoire, p. 19-56.

9 Ont été consultées la série de l'Histoire de France à la BNF (Lk2), H Monglond, La France révolutionnaire et impériale, Annales bibliographiques méthodiques... Grenoble, B. Arthaud, 1938, tome IV et V, années 1799-1802. La Bibliothèque historique de la ville de Paris possède également une collection importante de pamphlets sur les deux journées.

10 Cf. M. Covin, Les Mille Visages de Napoléon, Paris, L’Harmattan, 1999. Cet essai pose la question du réalisme de la représentation de Napoléon et met en perspective une sémiologie des effigies de l’Empereur.

11 Cf Ch.-M. Bosséno, « Je me vis dans l’Histoire » : Bonaparte, de Lodi à Arcole, Généalogie d’une Image de Légende, dans Annales historiques de la Révolution française, n° 313, juillet-septembre 1998, p. 449-465.

12 F. d'Ivernois, Mon dernier mot sur Bonaparte, à Londres, de l’imprimerie de W. et C. Sphibury, Show-Hill, et à Paris, de l'imprimerie de Duval de Monroz, 1801, p. 3.

13 Ibid., p. 5.

14 Ibid., p. 20.

15 Ibid., p. 4.

16 Ibid., p. 8. Dans une autre brochure de 1799, Les trois Consuls ou Réflexions d’un Royaliste sur la Journée de Saint-Cloud, imprimerie royale, ce thème est repris « L’usurpation est un fardeau que les lâches partagent. Il faut le génie de Cromvel (sic) pour le soutenir. »

17 Ibid., p. 26. D’autres références sur cette veine éditoriale peuvent être trouvées dans Jean Tulard, L’anti-Napoléon, la Légende noire de l’Empereur, Archives Julliard, 1965, le Dictatorial (1799), ou La vérité du Corse usurpateur du D'âne de Louis XVIII par un Soldat vendéen (1800).

18 Cf. Napoléon Bonaparte à Saint-Cloud, du Coup d’État de Brumaire à l’Empire, catalogue d’exposition, novembre 1999, p. 51. « The corsican Crocodile dissolving the Council of Frogs », chez William Holland, eau-forte rehaussée d’aquarelle, Paris, Institut de France, Bibliothèque Thiers.

19 Delisle de Sales, De la Fin de la Révolution française et de la Stabilité possible du Gouvernement actuel, Leipzig, 1800. p. 36. Le passage du Saint-Gothard et la légende qui s’ensuit ne pouvait manquer de produire une comparaison avec Hannibal... Cf. Louis Dubroca, La Vie de Bonaparte, Premier Consul de la République française. Pacificateur de l’Europe, depuis sa Naissance jusqu’au 18 Brumaire, An X, Époque de la Paix générale, Paris, An X de la République, p. 109.

20 Mémoires historiques sur le 18 Brumaire, contenant les Détails exacts et plus circonstanciés que tous ceux qui ont paru jusqu’à ce Jour, des Séances des deux Conseils des 18 et 19 Brumaire An VIII, chez la citoyenne Gauthier, BNF Lb42 815. p. 15. Prudent, Foix, docteur de la faculté de médecine de Montpellier, compose une ode au Premier Consul sur la paix conclue à Lunéville entre l’Autriche et la République française qu'il conclut par ce vers : « Tu surpassas César, tu nous rendras Titus », dans Le Triomphe de la République française et son Indépendance par les Événements du 18 Brumaire et ses Suites, Paris, Didot, An X, p. 8.

21 Alors que cet écrit fut attribué tour à tour à Lacretelle jeune, à Fontanes ou à Esménard, Henri Monglond donne à Lucien Bonaparte la paternité du Parallèle entre César, Cromwell, Monck et Bonaparte. Fragment traduit de l’Anglais, S.l.n.d. in 8°, 15 p., tout en notant que la seconde partie, plus malveillante, a pu être écrite à plusieurs mains.

22 Ibid., p. 11-12.

23 Laudateurs et opposants puisent ainsi dans une « antiquité toute de convention, abstraite et idéalisée : peu importe que la connaissance soit exacte historiquement, pourvu que l'image employée atteigne son but ». Cf. J.-C. Assali, « Napoléon et l’Antiquité », dans Souvenir Napoléonien, janvier 1984, no 333, p. 2-23. De plus, les contemporains sont déjà sensibles à la dimension d'une histoire des révolutions qui s’enchaînaient les unes aux autres depuis l’antiquité. « Les similitudes ont été tellement frappantes que l’on a été assez généralement porté à penser que les chefs de la Révolution avaient fait une étude particulière de toutes celles qui ont existé jusqu'à nos jours, qu’ils les avaient méditées longuement pour s’approprier tous les moyens par lesquels leurs précurseurs s’étaient ouvert des succès dans cette carrière difficile ». Essai pour servir d’introduction à l’Histoire de la Révolution française, par un ancien magistrat du Parlement de Paris, Paris, Leriche, An X, 1802, p. 184.

24 Cf. O. Lutaud, « Emprunts de la Révolution française à la première Révolution anglaise », dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, octobre-décembre 1990. p. 589-607.

25 Parallèle..., op. cit., p. 4 et 9. Bientôt, c’est le général Lafayette qui doit assumer le rôle du Monck raté de la Législative. « Le général Lafayette, alors commandant de la garde nationale parisienne, recueillit les débris de toutes ces idolâtries, et aurait pu en tirer le plus grand profit, s’il avait eu cette résolution de caractère et de jugement héroïque dont parle Retz... Mais aussi incapable de jouer le rôle de Monck que celui de Cromwell, il mit bientôt tout le monde dans le secret de sa nullité », dans Histoire de la Révolution française, par B. de Moleville, première partie : 1788-1791, chez Giguet 1801, p. 27.

26 L. Fontanes, Éloge funèbre de Washington, prononcé dans le Temple de Mars, le 20 pluviôse de l’An VIII, p. 13.

27 Ibid., p. 29.

28 G. M. Sallier-Chaumont de la Roche, Histoire de Bonaparte, Premier Consul de la République française, depuis sa Naissance jusqu’à l’An XI, Paris, Barba, Lb44 342.

29 Ibid., p. 118.

30 Cf. P. Serna, « Refaire l’Histoire, écrire l’Histoire, ou comment raconter le 18 Brumaire avant 1802 », dans Cahiers d'histoire, 1999, no 77, p. 101-120.

31 Saluer-Chaumont, Histoire de Bonaparte, op. cit, p. 111.

32 V. Comeiras, Histoire politique et raisonnée du Consulat, Paris, Hacquart, 1801, p. 277.

33 Fantin, Antoine Désodoard, Abrégé chronologique de la Révolution de France, à l’usage des Écoles publiques, Paris, chez Barra, 1802, tome I, p. 49.

34 Lacretelle aîné, Sur le 18 Brumaire, à Siéyes et à Bonaparte. Tableau de la Révolution jusqu’au 18 Brumaire, à Paris, Imprimerie du journal de Paris, An VIII, p. 51.

35 Le problème s'était déjà posé en l’An III et avait reçu des réponses bien différentes. Cf. B. Baczko, Comment sortir de la Terreur : Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989.

36 Mémoires historiques sur le 18 Brumaire, contenant les Détails exacts et plus circonstanciés que tous ceux qui ont paru jusqu’à ce jour... Chez la cit. Gauthier, op. cit., p. 77.

37 Ibid., p. 98-104.

38 Ibid., p. 24. Prise de parole de Grandmaison, le matin du 19 Brumaire, devant l’Assemblée des Cinq-Cents.

39 Lacretelle aîné, op. cit., p. 67.

40 Ibid., p. 76.

41 H. Lemaire, La Révolution du 18 Brumaire, présentée sous sa véritable Forme ou la Vérité au Peuple français, sur la Ruine de la Constitution de l’An III, 15 frimaire de l’an VIII, S.l.

42 Ibid., p. 10.

43 Ibid., p. 28.

44 J. Ch. Assali, « Napoléon et l’Antiquité », op. cit., p. 16.

45 V. Comeiras, Histoire politique et raisonnée du Consulat..., op. cit., p. XIV.

46 Ibid., p. XXIII. XXIV.

47 Sallier-Chaumont dans son Histoire de Bonaparte, rappelle que le Premier Consul a agi à l’instar de Guillaume d’Orange, le guerrier constituant, qui avait donné naissance à « l’individu politique », op. cit., p. 181. Roederer, insiste tout particulièrement sur cette dimension lorsque, un an après l’installation du Consulat, dressant le tableau de l’ensemble des réalisation dans le domaine public, il constate que Bonaparte a également « remis en honneur le travail, l’amitié et le mariage, ces trois grandes garanties du bonheur particulier » dans Roederer, La première Année du Consulat de Bonaparte, 19 Brumaire an XIX, BNF Lb43 346, p. 14.

48 V. Comeiras, op. cit., p. 264-266

49 J. Fiévée, Du 18 Brumaire opposé au Système de la Terreur, Paris, Maradan 1802, p. 24-27.

50 Ibid., p. 47.

51 Delisle de Sales, De la Fin de la Révolution, op. cit., p. 66.

52 Le Vasseur, Les Trois ne font qu’Un ou le Ministère de La Trinité républicaine dévoilée. Prophétie sur les Résultats des Événements de Saint-Cloud, p. 3.

53 E. Toulongeon, Histoire de France depuis la Révolution de 1789, écrite d’après les Mémoires et les Manuscrits contemporains, recueillis dans les Dépôts civils et militaires. Par le citoyen F.E. Toulongeon, ancien militaire, ex-Constituant, membre de l’Institut national de France, Paris, Treutel et Wurtz, 1801, 4 vol. , p. 35.

54 Delisle de Sales, De la Fin..., op. cit., p. 61-62.

55 Essai pour servir d’introduction..., op. cit., p. 224.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search