Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - La consolidation d'un pouvoir personnel

L’incarnation de l’État de Brumaire à Floréal

Jacques-Olivier Boudon

Texte intégral

  • 1 G. deStaël, Dix années d'exil, édité par S. Balayé et M. VianelloBonifacio, Paris, Fayard, 1996, p (...)

1Relatant son arrivée à Paris au moment du 18 Brumaire, Germaine de Staël écrit dans ses Mémoires : « C'était la première fois depuis la Révolution que j'entendais un nom propre dans toutes les bouches »1.

  • 2 Voir A. Jourdan, Napoléon, héros, imperator, mécène, Paris, Aubier, 1998, 396 p.
  • 3 Voir sur ce thème, dans une ample bibliographie, E. Kantorowicz, Les deux corps du roi : essai sur (...)

2La perception du pouvoir change avec l'avènement de Bonaparte. Le Premier consul s'est en effet employé très tôt à une personnalisation du pouvoir qui tourne de plus en plus à une identification de l'État et de son principal dirigeant. Cette personnalisation du pouvoir sous le Consulat, sanctionnée par le passage à l’Empire et la cérémonie du sacre, a été souvent décrite. Mais on s’est en général contenté d’y voir un renforcement de l’autorité et un enracinement de la dictature dans le pays. En revanche, on s’est moins interrogé sur cette stratégie de Bonaparte qui le pousse à être omniprésent dans la société, non seulement en images2 ou par le récit de ses exploits, mais aussi en chair et en os. Or le renforcement des structures de l’État, voulu par Bonaparte, s’est accompagné, très tôt, d’une volonté d’identifier l’État à son chef. Mais pourquoi une telle démarche qui s’apparente par bien des traits à une tentative de restauration des formes de gouvernement monarchique ?3 En quoi cet usage de la représentation de l’État modifie-t-il à l’inverse les pratiques de gouvernement de l’époque révolutionnaire ? On a longtemps focalisé l’attention sur Bonaparte, mais on s’est moins interrogé sur les conséquences de cette incarnation de l’État dans sa personne. N’est-ce pas en définitive une des manières qui ont permis de donner sens à l'État auprès des populations ?

De la collégialité à l’unité de gouvernement

  • 4 Voir Thierry Lentz, Le Grand Consulat 1799-1804, Paris, Fayard, 1999, 627 p.

3À vouloir trop vite considérer que l'Empire est en germes dans le 18 Brumaire, on feint d’oublier que la constitution de l’an VIII établit en France un régime dans lequel l’exécutif est partagé entre trois têtes. Certes, les pouvoirs du Premier Consul sont notablement renforcés par rapport à ceux de ses collègues, mais il n’est alors que le premier d’entre eux. Le Consulat s’inscrit, de ce point de vue, dans le prolongement du Directoire, en conservant, au moins dans les formes, une direction collégiale4. Du reste, le triumvirat ainsi constitué compose ce que la constitution de l’an VIII appelle le « gouvernement ». Et si les attributions du Premier Consul sont précisées dans les articles 40 à 43, les suivants, c’est-à-dire les articles 44 à 59, ne parlent plus que du « gouvernement ». On connaît bien sûr la fameuse boutade. « Qu’y a-t-il dans la constitution ? Il y a Bonaparte ». Mais Bonaparte, en l’an VIII, n’a pas réussi à imposer constitutionnellement sa seule personne à la tête du pays.

  • 5 Voir A. Boulant, Les Tuileries, palais de la Révolution (1789-1799), Paris, 1989, 149 p.
  • 6 Cambacérès, Mémoires inédits. Éclaircissements publiés par Cambacérès sur les principaux événements (...)

4Il s’y emploie donc dans les mois suivants, avec une pratique qui vise moins à marginaliser les deux autres consuls qu’à apparaître comme le seul détenteur du pouvoir, c’est-à-dire le seul chef de l’État, même si, notons-le, ce terme n’est guère alors utilisé. Pour cela, il renoue avec les traditions monarchiques. Le premier geste est symbolique, mais revêt une importance toute particulière. Le lendemain de la proclamation des résultats du plébiscite, Bonaparte décide en effet d’abandonner le Palais du Petit-Luxembourg où siégeait le gouvernement depuis le 20 brumaire pour s’installer aux Tuileries. La volonté de rupture avec le Directoire qui officiait en ces lieux est manifeste. Bonaparte préfère au Luxembourg les Tuileries, palais de la monarchie, mais aussi lieu de réunion des premières assemblées révolutionnaires5. L’ambiguïté demeure apparemment, sauf à considérer qu’aux yeux du Premier Consul, les Tuileries sont avant tout le symbole du gouvernement de l’État, quels que soient les régimes. Cette idée d’une continuité recherchée entre la monarchie, fût-elle constitutionnelle, et le Consulat naissant est du reste exprimée par Cambacérès dans ses Mémoires, récemment publiés : « L’idée qui le dominait était de donner au gouvernement le caractère d’ancienneté qui lui manquait. Il aurait voulu faire disparaître les autorités qui s’étaient succédé depuis 1792, et que la puissance consulaire parut hériter de la monarchie ».6 La dimension symbolique de ce choix est telle que Bonaparte n’a jamais réussi à s’acclimater à ce château qu’il délaisse, une fois son pouvoir bien assis. L’essentiel en 1800 n’est pas de s’offrir un palais confortable, mais d’investir le symbole du pouvoir en France.

  • 7 Ch.-O. Zieseniss, Napoléon et la Cour impériale, Paris, Tallandier, 1980, 427 p., p. 18.
  • 8 J. Fouché, Mémoires, édités par M. Vovelle, Paris, Imp. Nat., 1992, p. 139-140.

5Le transfert aux Tuileries a aussi pour conséquence de scinder le gouvernement. Cambacérès a refusé de venir s’y installer, préférant l'hôtel d’Elbeuf, place du Carrousel. Lebrun qui occupe le pavillon de Flore l’abandonne en 1802 pour l’hôtel de Noailles. Bonaparte reste désormais seul au centre du pouvoir. Encore fallait-il que cette translation soit perçue par la population, au moins parisienne. Le déménagement donne donc lieu à l’une des premières grandes manifestations publiques du Consulat, le 19 février 1800. C’est l’occasion de faire défiler les représentants de l’État devant une foule nombreuse, massée le long du trajet. Les trois consuls sont réunis dans une même voiture tirée par six chevaux blancs. Ils sont précédés par les ministres et par les conseillers d’État qui ont pris place, les premiers dans des voitures particulières, les seconds dans des fiacres7. La procession permet ainsi à la foule d’identifier les nouveaux maîtres de la France. Tout le gouvernement au sens large quitte le Luxembourg pour les Tuileries, nouveau siège du pouvoir. La volonté de conquérir l’opinion est indéniable, comme le suggère Bourrienne dans ses Mémoires : « Il faut que le chef du gouvernement attire à lui les regards par tous les moyens possibles, mais il faut aller doucement ». Fouché pour sa part voit dans le transfert aux Tuileries le signe d’une personnification du pouvoir, attendue par la population après dix années d’anonymat : « Il prit les rênes du gouvernement le 25 décembre, et son nom fut désormais à la tête des actes publics, innovation inconnue depuis la naissance de la République. Jusqu’alors les chefs de l’État avaient habité le palais du Luxembourg ; nul n’avait encore osé envahir le domicile des rois. Bonaparte, plus hardi, quitte le Luxembourg et vient avec pompe et en grand appareil militaire occuper le château des Tuileries, désormais le séjour du Premier Consul [...] Cette magnificence plut à la nation qui s’applaudit d’être représentée d’une manière plus digne d’elle »8.

  • 9 Mémoires de A.-C. Thibaudeau 1799-1815, Paris, Plon, 1913, 2e éd., 561 p., p. 15.

6Deux jours plus tôt, la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) instituait les préfets. La concordance n’est pas fortuite. Au même moment, le gouvernement invite les préfets à personnifier l’État dans leur département, en se dotant notamment d’un hôtel du département, comme le rappelle Thibaudeau, envoyé à Bordeaux : « Le Premier Consul voulait que les préfets eussent une maison montée et de la représentation, qu'ils donnassent des repas, des bals, des fêtes, pour procurer de la considération à l'autorité, de la dignité au gouvernement et lui rallier les partis »9. Dans cette perspective, l’installation de Bonaparte aux Tuileries sert de modèle.

7Les Tuileries symbolisent l’unicité de gouvernement. Face à la dispersion géographique et au cloisonnement qui caractérisent les assemblées, le pouvoir exécutif tend à s’identifier aux Tuileries et donc au locataire des lieux. Toute la machine gouvernementale y est réunie. C’est aux Tuileries que s’installe le Conseil d’État qui confirme ainsi son rôle de conseil souverain. C’est aussi en ces lieux que se réunissent les ministres. C’est enfin aux Tuileries que se rendent ambassadeurs et représentants des puissances étrangères, aussi bien que hauts fonctionnaires venus prêter serment entre les mains du Premier Consul. Or, dans tous ces actes gouvernementaux, Bonaparte est omniprésent ; il préside un nombre important de séances du Conseil d’État — par exemple 55 des 102 séances réunies pour préparer le Code civil — ; il dirige le conseil des ministres, tous les mercredis. Il reçoit aussi un nombre important de visiteurs étrangers ou français, pour la plupart frappés de l’extrême activité du Premier Consul et comme hypnotisés par sa seule présence. On ne saurait négliger la dimension charismatique de Bonaparte. C’est du reste une des raisons qui pousse le Premier Consul à entreprendre des voyages en province, destinés à donner un visage au chef de l’exécutif.

Bonaparte à la rencontre des français

  • 10 Arch nat., F 7/3703, Rapport de police du 7 brumaire an XI, « Une circulaire aux préfets des dépar (...)
  • 11 Ch. Ledré, Le cardinal Cambacérès, archevêque de Rouen 1802-1818, Paris, Plon, 1943, XXXI-536 p.
  • 12 E. Dejean, Un préfet du Consulat, Jean-Claude Beugnot, Paris, Plon, 1907, 452 p.

8Bonaparte a immédiatement compris le parti qu’il pourrait tirer du contact direct avec les populations. Dès le retour d’Égypte, il a perçu le besoin d’identification des foules à un héros. Il a su aussi mettre en scène ces manifestations d’enthousiasme. Parvenu au pouvoir, il a plusieurs occasions de parcourir le pays, en particulier lorsqu’il se rend en Italie au printemps de 1800 ou lorsqu’il va à Lyon deux ans plus tard régler les affaires de la République italienne. Mais il faut attendre quelques mois encore pour qu’il renoue avec le voyage de type monarchique, en décidant de visiter la Normandie, première région à accueillir ainsi le chef de l’État. Il est alors devenu Consul à vie. Cette visite mérite que l’on s’y arrête pour bien comprendre la manière dont Bonaparte cherche à asseoir son pouvoir. Le choix n’est pas fortuit. La Normandie a été choisie tout d’abord pour sa situation géographique, face à l’Angleterre ; le Premier Consul veut manifester concrètement le retour à la paix. Il prolonge pour ce faire son périple jusqu’à la côte. C’est aussi pour cette raison que l’accent est mis sur la visite des manufactures, symbolisée par le tableau d’Isabey représentant Bonaparte visitant la manufacture des frères Sevène. Bonaparte doit apparaître comme le protecteur des intérêts économiques. Mais la Normandie est aussi une région qui a été marquée par la chouannerie. En s’y rendant, malgré les risques d’attentat, très présents dans les préoccupations de la police10, Bonaparte manifeste le retour à la paix civile. Enfin, quelques mois après la mise en place du Concordat, il vient se rendre compte sur place des effets de la paix religieuse, alors que l’archevêché de Rouen a été confié au frère du second consul, Mgr Cambacérès11. Le voyage du Premier Consul est donc un moyen pour Bonaparte de vérifier le bon fonctionnement des institutions récemment mises en place et de connaître les hommes qui les animent, au premier rang desquels figure le préfet, Beugnot, ancien membre de la Législative et cheville ouvrière de l’organisation des préfectures en 180012. Ce dernier joue du reste un rôle essentiel dans la mobilisation des populations autour de la personne de Bonaparte, car il va sans dire que l’attrait qu’il suscite, le charisme qu’il dégage ont été savamment entretenus par une propagande prompte à louer les vertus du « grand homme », à preuve cet appel du préfet Beugnot à ses concitoyens, à la veille de l'arrivée de Bonaparte en Normandie :

  • 13 Arch nat., 40 AP 15 (Papiers privés de Beugnot), Le préfet de Seine-Inférieure à ses concitoyens, (...)

« Le premier Consul arrive dans deux jours au milieu de vous. C’est à lui que vous êtes redevables de la victoire, de la paix, du retour de la morale, de l’ordre et des lois ; c’est lui dont l’activité également infatigable dans la paix comme dans la guerre n’aspire qu’au travail après le travail, qui dévoue sa vie et tous les instants de sa vie à votre bonheur. Il a fait plus que de fonder l’empire, il l’a tiré de ses ruines pour l’élever d’une main ferme au premier rang entre les puissances [...]
Le nom de ce héros remplit le monde. L’étranger accourt pour le contempler des extrémités de la terre, partout, au-dedans, au-dehors, ses paroles sont reçues comme des oracles de la sagesse, il est devenu l’arbitre commun des peuples et des rois.
Combien ne devez-vous pas être heureux et fiers de le posséder. Il vient pour interroger vos besoins et vos ressources ; pour raviver l’agriculture, le commerce et les arts utiles par lesquels vous êtes anciennement renommés [...]
Jouissez de ce bienfait que tant d’autres départements vont vous envier. Un jour les vieillards rediront à leurs enfants qu’ils ont vu Bonaparte. Toutes ses paroles seront répétées et ainsi vous allez recueillir pour l’avenir de grands, de touchants souvenirs »13.

  • 14 Voir Ph. Deschamps, « Les Entrées royales à Rouen », Connaître Rouen, III, s. d., 20 p. et plus gé (...)
  • 15 Arch. dép. de Seine-Maritime, 1 M 325/1c, Rapport du préfet de Seine-Inférieure, s.d. L’entrée de (...)
  • 16 J.-P. Chaline, Deux bourgeois en leur temps. Documents sur la société rouennaise au XIXe siècle, R (...)
  • 17 Joséphine à Joseph Bonaparte, 2 novembre 1802, dans Impératrice Joséphine, Correspondance 1782-181 (...)
  • 18 Arch. dép. de Seine-Maritime, 1 M 325, Discours du président du Conseil général à Madame Bonaparte (...)
  • 19 Voir F. Cosandey, La reine de France. Symbole et pouvoir XVe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2000

9La mise en scène du voyage est essentielle dans le processus de personnification de l'État. Le périple en province contribue en effet à l’orientation monarchique du régime. Les rites des voyages royaux sont strictement respectés, depuis l’organisation du trajet, jusqu’aux cadeaux offerts à Bonaparte, en passant par les diverses cérémonies protocolaires14. La volonté d’imitation est manifeste, comme le montrent les références à l’Ancien Régime. Dans un rapport sur la visite, le préfet de Seine-Inférieure précise ainsi : « Il a été prononcé sur le Premier Consul et sur Madame Bonaparte, jusques dans les derniers réduits, des mots touchants et qu’aucun gouvernement n’avait entendus depuis Louis XII »15. Les rapports officiels mettent l’accent sur le bon accueil des populations. Celui-ci surprend d’autant plus qu’une certaine méfiance prévalait avant le départ, si l’on en croit un bourgeois de Rouen, futur maire de la cité, Curmer, qui note : « Quelques Rouennais prudents qui approchaient du chef de l'État l'avaient prévenu sur le caractère froid de nos populations mais les choses se passèrent tout autrement : l'enthousiasme fut extrême »16. Malgré quelques rapports de police qui font état de plaintes à l’égard de Bonaparte — mais elles concernent en général une visite annulée ou un séjour écourté — la plupart des témoignages confirment l’engouement de la population pour les visiteurs. Joséphine qui accompagne son mari en est la première frappée de ce phénomène : « Il a été reçu ici avec un enthousiasme difficile à exprimer, écrit-elle à Joseph Bonaparte ; on vient de dix à douze lieues pour le voir, et, sans exagération, il y a toujours devant les fenêtres vingt mille âmes qui le demandent sans cesse »17. Naturellement préparé et organisé dans ce sens, le voyage n’en permet pas moins de mesurer la popularité du Premier Consul. Le choix d’associer Joséphine au périple, et donc de lui donner une position quasi officielle qu’aucun texte ne lui accorde alors, tend à renforcer la construction monarchique du pouvoir. Elle est sinon la souveraine, du moins la « première dame de France », ce que plusieurs de ses hôtes se plaisent à souligner. Ainsi le président du Conseil général s’adresse à Joséphine en ces mots : « digne épouse du grand homme qui gouverne la France, tandis qu’il est occupé à guérir les plaies de l’État, votre sollicitude pénètre les secrets du malheur pour les soulager, et les bienfaits que vous répandez, Madame, sont d’autant plus flatteurs qu’ils sont offerts par la délicatesse et par la main des grâces »18. Avec Joséphine, s’amorce la reconnaissance du couple au sommet de l’État. La mise en valeur de l’épouse du Premier Consul, magnifiée par David dans le tableau du sacre, se prépare dès les premières années du régime. L'image de la reine de France est présente derrière cette mise en scène de la femme du général consul19.

10Bonaparte entend donc imposer sa présence physique aux Français, conscient que ceux-ci ne désirent pas simplement être gouvernés d’en haut. Le contact direct avec la population a donc été un des éléments essentiels de l’affirmation d’un État aux structures renforcées. Il contribue à la personnification du régime.

Bonaparte en majesté

  • 20 Les consuls n’apparaissent collectivement que comme destinataires des prières adressées à la fin d (...)

11La constitution de l’an VIII bornait encore les pouvoirs du Premier Consul. Mais plusieurs textes ultérieurs tendent à orienter sa fonction dans un sens monarchique. Ainsi le texte du Concordat fait du Premier Consul un véritable chef d’État, catholique qui plus est. L’identification est très nette dans le dernier article qui stipule que « dans le cas où quelqu’un des successeurs du premier consul actuel ne serait pas catholique » une autre convention serait nécessaire. Autrement dit, si la Convention du 26 messidor an IX est scellée entre le gouvernement français et le pape Pie VII, il est clair que le gouvernement est ici identifié au seul Bonaparte20. Mais le texte va plus loin encore en faisant du Premier Consul l’héritier direct des anciens rois. L’article 16 est de ce point de vue sans ambiguïté : « Sa Sainteté reconnaît dans le Premier Consul de la République française les mêmes droits et prérogatives dont jouissait près d’elle l’ancien gouvernement ». On évite soigneusement d’évoquer directement l’ancienne monarchie, mais le caractère personnel du privilège ainsi attribué à Bonaparte ne fait aucun doute. Il est aux yeux du pape le continuateur des rois de France, ce qui signifie pour Pie VII que Bonaparte tient son pouvoir de Dieu. Naturellement cette conception de l’origine du pouvoir à laquelle l’Église reste attachée est en contradiction avec le principe de la souveraineté nationale sur lequel repose le Consulat. Mais le pouvoir consulaire laisse cependant se diffuser une imagerie populaire qui montre le Premier Consul, restaurateur des autels, dominé par un Dieu aérien. Le Concordat a donc contribué à inscrire dans la loi, mais aussi dans les esprits, l’orientation monarchique du régime.

12La constitution de l’an X marque une étape supplémentaire dans l’affirmation du Premier Consul comme véritable monarque. Avant même que l’hérédité soit décrétée, deux ans plus tard, il est doté du pouvoir de désigner son successeur. De plus, il jouit d’un droit de grâce dont seuls les rois d’Ancien Régime avaient bénéficié avant lui. Bonaparte tend donc à représenter de plus en plus le protecteur de l’Église catholique et le magistrat suprême. Il incarne tout à la fois les fonctions religieuses et juridiques du nouvel État.

13Mais l’identification se poursuit en d’autres domaines. Premier Consul, Bonaparte choisit d’assumer lui-même les fonctions de chef d’armée, dès la campagne d’Italie de 1800. Là encore, il rompt avec la tradition révolutionnaire qui plaçait les affaires militaires sous la tutelle du pouvoir civil. Les deux domaines sont confondus sous Bonaparte. Naturellement, les motivations sont multiples et la volonté de ne laisser à quiconque le soin de rentrer victorieux en France, pour lui disputer le pouvoir, n’est sans doute pas la moindre des raisons de ce choix. Mais ce dernier a aussi des conséquences sur la représentation que les Français se font de l’État. La présence physique du général consul, comme il se fait appeler, à la tête de ses troupes, tend à assimiler l’armée de la nation à l’armée de Bonaparte. La proclamation que le Premier Consul adresse aux jeunes Français, le 21 avril 1800, l’illustre : « Jeunes Français, si vous êtes jaloux de participer à tant de gloire, de contribuer à des succès qui doivent à la fois confondre les malveillants intérieurs et la politique machiavélique du cabinet de Saint-James [...] : aux armes ». Au-delà des volontaires, Bonaparte cherche à créer un lien direct entre les conscrits et leur chef et ainsi à donner corps à l’armée. Le Premier Consul se doit donc d’apparaître à la tête de ses armées et de partager leurs difficultés de progression. On connaît le célèbre tableau de David montrant Bonaparte au passage du Saint-Bernard, sur un cheval fringant, alors qu’un baudet l’avait porté au sommet. Aux consuls restés à Paris, Bonaparte n’avait pas caché les difficultés de la progression : « Nous luttons contre la glace, la neige, les tourmentes et les avalanches », mais prudent, il ajoutait, alors que l’armée n’avait pas achevé son passage : « A moins que cela ne fût nécessaire, je crois que vous ferez bien de ne pas donner ces nouvelles au public ». Ce dernier doit donc attendre la publication au Moniteur du Bulletin de l’armée de réserve où on lit notamment : « Le Premier Consul est descendu du haut du Saint-Bernard, en se ramassant sur la neige, traversant les précipices et glissant par-dessus des torrents ». Avant même le tableau de David, la propagande officielle développe le mythe d’un chef de guerre aux dimensions surnaturelles.

14Les bulletins dépeignent, avec force exagération, l'enthousiasme des populations italiennes devant l’arrivée de l’armée française, mais ils n’ont garde non plus d’insister sur la présence réelle de Bonaparte à la tête de l’armée : « Quant au Premier Consul, on répand dans le peuple que ce n’est pas lui, mais un de ses frères, ce qui l’oblige de se montrer beaucoup au peuple ». Depuis la première campagne d’Italie, Bonaparte a constamment joué de l’image de l’homme omniprésent. Chef de guerre, en même temps que chef d’État, Bonaparte conserve l’uniforme, une fois revenu à Paris ; il ne l’abandonne pour le costume civil qu’une fois signée la paix d’Amiens. En gardant la tenue militaire, alors qu’il a quitté l’armée pour reprendre la direction des affaires civiles, Bonaparte signifie qu’il entend assumer de front l’ensemble des pouvoirs que lui confère la constitution.

  • 21 Rapport de Béranger devant le Tribunat, cité par G. Thuillier, La réforme monétaire de l'an XI. La (...)

15Parmi ces pouvoirs figure le droit de battre monnaie, attribué au gouvernement par la constitution de l’an VIII. La réforme de germinal an XI établit une nouvelle valeur pour le franc et précise les conditions de fabrication de la nouvelle monnaie. Quel meilleur symbole de l’incarnation de l’État en Bonaparte. Le nouveau régime a fait du rétablissement de la stabilité financière un de ses objectifs prioritaires. Or les pièces présentent d’un côté « la tête du Premier Consul, avec cette légende : ‘Bonaparte, Premier Consul, de l’autre, deux branches d’olivier (symbole de paix et d’abondance), avec la légende ‘République française ». Présentant cette nouvelle pièce, le conseiller d’État Béranger ajoute : « Cet emblème convient à une nation dont les puissants ennemis ne sauraient troubler la paix intérieure, et qui trouve dans son territoire et son industrie toujours croissante une source intarissable de richesses »21. Ainsi le nouveau franc est présenté comme le symbole de la liberté de commerce et de la croissance revenue. La publicité faite autour de la création du franc germinal vise aussi à magnifier la fin de l’anarchie financière et le retour à l’état de droit que manifeste également le rétablissement d’une administration fiscale rationalisée. La présence de Bonaparte sur l’avers d’une monnaie devenue le symbole du retour à la confiance contribue un peu plus à associer la figure du Premier Consul à l’État, d’autant mieux que l’un des usages privilégiés de cette nouvelle monnaie est le paiement de l’impôt. Or ce qui appartient à César doit retourner à César. Certes, la diffusion de ces nouvelles pièces s’effectue avec lenteur, mais par la monnaie, Bonaparte pénètre partout.

  • 22 Arch. hist. de l’Archevêché de Paris, 1 D II, 1 (Papiers de Belloy), Lettre pastorale de Monsieur (...)

16Il est aussi omniprésent dans les cérémonies religieuses. Conformément à la lettre du Concordat, la messe devait s’achever par une prière. L'article 8 précise en effet : « La formule de prières suivantes sera récitée à la fin de l’office divin, dans toutes les églises catholiques de France : Domine, saluant fac rempublicam ; domine, salvos fac consules ». Le sens du mot latin, ‘Res publica’, est ambigu. Il peut certes désigner la République, mais il signifie avant tout l’État. L’ambivalence de la formule de prières, reprise de la liturgie d’Ancien Régime, tend implicitement à associer l’État à ses dirigeants. Mais le pluriel se fait vite singulier, surtout lorsque les prières sont appuyées par des éloges du Premier Consul. Premier mandement rédigé après la ratification du concordat, la lettre pastorale de l’archevêque de Paris, Mgr de Belloy, est une bonne illustration de cette identification de l’État à un homme providentiel, placé par Dieu à la tête de la France : « Tout à coup, un homme, la terreur de l'Orient, et le vainqueur des rois de l'Occident, reparaît sur le sol de la patrie. La fin du châtiment est arrivée. Tout semblait désespéré et tout change dans un clin d'œil. Dieu qui marchait autrefois devant Cyrus, prépare tout devant l'homme de son choix. À son aspect, les factions qui déchirent l'intérieur sont renversées ; et les ligues puissantes qui menaçaient notre indépendance se dissipent »22. Il est frappant de voir, dans cette lettre pastorale, l’accent mis sur l’aspect visuel de la présentation du Premier Consul (« un homme... paraît », « à son aspect »). L’image l’emporte sur le nom, car Bonaparte devient l’archétype de l’homme providentiel, à l’image d’Alexandre, Constantin et Clovis, auxquels Mgr de Belloy compare le Premier Consul. Chaque victoire, chaque traité de paix suscitent ainsi de nouveaux élans de ferveur, commandés par le pouvoir, mais qui tous contribuent à identifier le gouvernement du pays au seul Bonaparte. Il devient à la fois, aux yeux des catholiques, le général victorieux, le restaurateur des cultes et l’homme de paix. Et pourtant, son pouvoir paraît menacé par une série d’attentats, dont le Premier Consul se sert pour asseoir sa légitimité.

La mise en scène du régicide

17Les divers attentats organisés contre Bonaparte ont à leur manière contribué à légitimer le pouvoir du Premier Consul. Leur instrumentalisation par le régime n'est pas cependant dénuée d’ambiguïtés. En effet, il lui faut tout à la fois défendre le tenant du pouvoir contre des tentatives d’assassinats et en même temps ne pas laisser voir la fragilité d’un trône encore chancelant. L’examen des réactions suscitées par les attentats commis contre Bonaparte montre comment le pouvoir s’est finalement servi de ces attentats pour démontrer l’osmose entre l’État et son chef.

  • 23 A. Aulard, « Bonaparte et les poignards des Cinq-Cents », La Révolution française, t. 27, 1894, p. (...)

18Tout commence après le coup d’état du 18 Brumaire, ou plutôt du 19. L’attitude de Bonaparte y a été pour le moins brouillonne et ses discours mal inspirés. Mais immédiatement la propagande met l’accent sur un élément sans fondement historique23, la tentative de meurtre dont aurait été victime Bonaparte au cours de l’algarade avec les députés des Cinq-Cents. Le coupable est même désigné — il a nom Aréna — et la légende d’ajouter que Bonaparte eut la vie sauve grâce à l’intervention de deux grenadiers dont le fameux Thomé. Cette représentation de la journée permet à Bonaparte de sauver la face et surtout de renvoyer aux députés l’accusation de transgression de la légalité qu’ils lui opposent. Le recours à une arme, fût-elle blanche, dans une enceinte parlementaire, contre le général chargé d’assurer la protection des assemblées, est une atteinte à la légalité. De plus, l’image tant de fois reproduite d’un Bonaparte, cherchant à s’expliquer, menacé d’un couteau, renvoie dans l’imaginaire collectif à une série de tableaux et de représentations mettant en scène le régicide. La scène efface les autres protagonistes de la journée et braque la lumière sur le seul Bonaparte, transformé en un instant en dépositaire de la légitimité politique contre les « factieux ». Avant même d’être couronné, Bonaparte est donc assimilé au chef de l’exécutif, par la menace qui pèse sur lui. Le couteau désigne le véritable maître du pouvoir.

19Les complots organisés sous le Consulat sont en revanche diversement utilisés. Ainsi au lendemain du complot dit des poignards, largement téléguidé par la police qui a laissé se développer une action dont elle avait eu tôt connaissance, le pouvoir reste relativement discret. Bonaparte remercie en effet le Tribunat pour le message qu’il lui a adressé à cette occasion, en minimisant le danger encouru et ajoute aussitôt : « J’entre dans ces détails, parce qu’il est peut-être nécessaire que la France sache que la vie de son premier magistrat n’est exposée dans aucune circonstance. Tant qu’il sera investi de la confiance de la nation, il aura rempli la tâche qui lui a été imposée ». Bonaparte refuse de laisser croire qu’un danger pèse sur lui, mais il contribue à la personnification du régime, en évoquant le lien privilégié qui l’unit au peuple ; il fait certes allusion au plébiscite, mais plus encore aux manifestations d’enthousiasme populaire qu’il a pu constater.

  • 24 J.-O. Boudon, « Régicide et opinion publique. L'instrumentalisation de l'attentat sous le Premier (...)

20En revanche, l’attentat de la rue Saint-Nicaise donne lieu à une exploitation beaucoup plus systématique de ce qui est clairement présenté comme une tentative de régicide, menaçant la stabilité même de l’État. Le complot Cadoudal-Pichegru, dévoilé en février 1804, est exploité dans la même perspective. Il favorise, on le sait, le passage à l’Empire. Il est en effet utilisé pour justifier le renforcement des pouvoirs du chef de l’exécutif24. Dans son message au Sénat, du 25 avril 1804, Bonaparte se sert des menaces pesant sur lui pour justifier l’évolution des institutions : « Vous avez jugé l’hérédité de la suprême magistrature nécessaire pour mettre le Peuple français à l’abri des complots de nos ennemis et des agitations qui naîtraient d’ambitions rivales [...) Je vous invite donc à me faire connaître votre pensée tout entière ». Le Sénat accepte finalement d’adopter un sénatus-consulte, le 28 floréal an XII (18 mai 1804), attribuant à Napoléon Bonaparte le titre d’« Empereur des Français ». La transformation progressive en monarque du chef de l’exécutif est achevée. Mais le sénatus-consulte de floréal ne fait que sanctionner un état de fait.

  • 25 J.-O. Boudon, Histoire du Consulat et de l’Empire (1799-1815), Paris, Perrin, 2000, 512 p.
  • 26 J.-O. Boudon, « Grand homme ou demi-dieu ? La mise en place d'une religion napoléonienne », dans R (...)

21La construction de l’État bonapartiste, dont les principales bases sont posées entre 1800 et 1804, depuis l’institution des préfets jusqu’à la publication du Code civil, s’accompagne d’un renforcement progressif des pouvoirs de Napoléon Bonaparte. La personnalisation du pouvoir suit ce mouvement. Elle est renforcée par le recours aux rituels d’Ancien Régime qui tendent à rapprocher le nouveau régime de l’ancien. Elle contribue donc à identifier le nouvel État, en construction, au chef qui le dirige. Cette identification est favorisée par l’implication du Premier Consul dans l’action civile de son gouvernement. Apparaissant comme l’homme de la paix intérieure et extérieure, il peut tour à tour se prévaloir de ses succès en matière ecclésiastique, de sa réforme financière ou de son œuvre juridique, allant jusqu’à accepter que le Code civil prenne le nom de Code Napoléon. C’est précisément parce que l’œuvre politique du Consulat est considérable que Bonaparte parvient à incarner un État réformateur25. Reste à savoir dans quelle mesure cette incarnation de l’État en Bonaparte a favorisé son acceptation par les populations. Est-ce à Bonaparte, Premier Consul, ou à l’État, que les Français acceptent de verser leurs impôts ou de donner leurs fils ? De quelle manière le régime s’identifie-t-il à un homme unique, rendant hypothétique sa transmission ? Tous les efforts de Napoléon après 1804 visent précisément à assurer la pérennité de son oeuvre, en favorisant, sans véritable succès, le transfert du culte de sa personne vers la dynastie qu’il entend fonder26.

Notes

1 G. deStaël, Dix années d'exil, édité par S. Balayé et M. VianelloBonifacio, Paris, Fayard, 1996, p. 68.

2 Voir A. Jourdan, Napoléon, héros, imperator, mécène, Paris, Aubier, 1998, 396 p.

3 Voir sur ce thème, dans une ample bibliographie, E. Kantorowicz, Les deux corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1989, 639 p. ; R. E. Giesey, Cérémonial et puissance souveraine : France XVe-XVIIe siècles, Paris, A. Colin, 1987, 171 p. et Le roi ne meurt jamais : les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1987, 355 p. ; ou encore A.-M. Lecoq, « La symbolique de l’Etat. Les images de la monarchie des premiers Valois à Louis XIV », dans P. Nora dir., Les Lieux de mémoire, t. 2, La Nation, vol. 2, 662 p., p. 145-192.

4 Voir Thierry Lentz, Le Grand Consulat 1799-1804, Paris, Fayard, 1999, 627 p.

5 Voir A. Boulant, Les Tuileries, palais de la Révolution (1789-1799), Paris, 1989, 149 p.

6 Cambacérès, Mémoires inédits. Éclaircissements publiés par Cambacérès sur les principaux événements de sa vie politique, présentation et notes de L. Chatel de Brandon, Paris, Perrin, 1999, 2 tomes, t. 1, p. 489.

7 Ch.-O. Zieseniss, Napoléon et la Cour impériale, Paris, Tallandier, 1980, 427 p., p. 18.

8 J. Fouché, Mémoires, édités par M. Vovelle, Paris, Imp. Nat., 1992, p. 139-140.

9 Mémoires de A.-C. Thibaudeau 1799-1815, Paris, Plon, 1913, 2e éd., 561 p., p. 15.

10 Arch nat., F 7/3703, Rapport de police du 7 brumaire an XI, « Une circulaire aux préfets des départements que le premier Consul doit parcourir les charge d'une surveillance spéciale sur tout ce qui peut intéresser l'ordre et la sûreté, et principalement sur les chouans amnistiés, qui habitent ces départements, et peuvent avoir des rapports habituels avec ceux des départements voisins ».

11 Ch. Ledré, Le cardinal Cambacérès, archevêque de Rouen 1802-1818, Paris, Plon, 1943, XXXI-536 p.

12 E. Dejean, Un préfet du Consulat, Jean-Claude Beugnot, Paris, Plon, 1907, 452 p.

13 Arch nat., 40 AP 15 (Papiers privés de Beugnot), Le préfet de Seine-Inférieure à ses concitoyens, 2 brumaire an XI (brouillon).

14 Voir Ph. Deschamps, « Les Entrées royales à Rouen », Connaître Rouen, III, s. d., 20 p. et plus généralement Ch. Desplat et P. Mironneau dir., Les entrées. Gloire et déclin d’un cérémonial, Biarritz, JD Éditions, 1997, 268 p.

15 Arch. dép. de Seine-Maritime, 1 M 325/1c, Rapport du préfet de Seine-Inférieure, s.d. L’entrée de Louis XII datait de 1508. Sans doute la référence à Louis XII s’explique-t-elle parce qu’il avait été gouverneur de la Normandie avant d’accéder au trône. Depuis lors, François Ier, Henri II, Charles IX, Henri IV, Louis XIV, Louis XV et Louis XVI étaient venus à Rouen.

16 J.-P. Chaline, Deux bourgeois en leur temps. Documents sur la société rouennaise au XIXe siècle, Rouen, Société de l'histoire de Normandie, p. 79. Voir aussi J.-P. Chaline, « Napoléon et Rouen », Connaître Rouen, V, 1984, 15 p.

17 Joséphine à Joseph Bonaparte, 2 novembre 1802, dans Impératrice Joséphine, Correspondance 1782-1814, éditée par B. Chevallier, M. Catinat et Ch. Pincemaille, Paris, Payot, 1996. 421 p., p. 130.

18 Arch. dép. de Seine-Maritime, 1 M 325, Discours du président du Conseil général à Madame Bonaparte, 30 octobre 1802.

19 Voir F. Cosandey, La reine de France. Symbole et pouvoir XVe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2000.

20 Les consuls n’apparaissent collectivement que comme destinataires des prières adressées à la fin de l’office (article 8).

21 Rapport de Béranger devant le Tribunat, cité par G. Thuillier, La réforme monétaire de l'an XI. La création du franc germinal, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1993, 892 p., p. 443.

22 Arch. hist. de l’Archevêché de Paris, 1 D II, 1 (Papiers de Belloy), Lettre pastorale de Monsieur l'archevêque de Paris, 18 avril 1802.

23 A. Aulard, « Bonaparte et les poignards des Cinq-Cents », La Révolution française, t. 27, 1894, p. 113-127.

24 J.-O. Boudon, « Régicide et opinion publique. L'instrumentalisation de l'attentat sous le Premier Empire », dans M. Bouyssy dir., L'émotion politique, Paris, Publications de la Sorbonne, (à paraître).

25 J.-O. Boudon, Histoire du Consulat et de l’Empire (1799-1815), Paris, Perrin, 2000, 512 p.

26 J.-O. Boudon, « Grand homme ou demi-dieu ? La mise en place d'une religion napoléonienne », dans Romantisme, numéro consacré à la figure du « grand homme », coordonné par M. Agulhon, 1998, 2, no 100, p. 131-141.

Auteur

Université de Rouen - GRHIS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540