Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1 - Des justifications et des contradictions d'un coup d'État

Synthèse des débats

Texte intégral

1Ce débat, au cours duquel dix intervenants ont pris la parole, s’est articulé autour de quatre thèmes. En premier lieu, répondant à la communication de Darrin McMahon, Pierre Serna lance la discussion sur l’attitude de Bonaparte vis-à-vis des Lumières, de la Contre-Révolution et de la mise en place des droites. Si celui-ci n’a pas fait grand-chose pour défendre la philosophie des Lumières face à la Contre-révolution, il a fait beaucoup en donnant naissance à une extrême-droite républicaine. Pierre Serna appuie ses dires sur les écrits de Charles de Lacretelle. Darrin McMahon acquiesce et y voit un acte de naissance des droites, courant non unifié, dont il a rencontré les protagonistes en étudiant le Journal des Débats ou L’année littéraire. Jean-Yves Guiomar fait remarquer que l’histoire étant faite par des littéraires et non par des historiens, il ne faudrait pas négliger un personnage considérable, Chateaubriand. Et c’est aussi une période où toutes les grandes pointures et les seconds couteaux « se recasent ». Quant aux Idéologues, ont-ils été à la hauteur ?

2Bernard Gainot précise que si un discours anti-lumières a préexisté à la Révolution française, il est des moments où il prédomine pendant son déroulement, comme au printemps 1797, lorsqu'il accompagne l’offensive des Clichyens. Il relie ce problème à celui colonial qui dépasse de beaucoup la personne de Bonaparte. Se développent des thèses racistes et comme les attitudes se radicalisent, la position centriste des Idéologues devient intenable. Daniel Teysseire opine mais rappelle qu’ils sont restés fermes sur leurs principes même si leur position était effectivement difficile à maintenir.

3Concernant l’idéologie coloniale, Yves Bénot défend l’idée que les arguments qui réduisent ce problème à un affrontement entre tendances monarchistes restauratrices et tendances républicaines semblent aujourd’hui totalement dépassés. Le clivage Lumières/anti-lumières et monarchistes/républicains n'est pas opératoire si l’on considère les publications du républicain Virey ou même si l’on se réfère à celles de Marat. Celui-ci croyant à la perfectibilité des masses et non à celle de l’individu, annonçait déjà dans ses écrits une certaine forme de fixisme.

4Le second thème est abordé par Jean-Paul Bertaud qui désire prolonger l’intervention de Philippe Marchand. Rappelant les performances réalisées par la propagande auprès des armées, l’utilisation de la presse subventionnée par Lucien Bonaparte, il constate une minutieuse préparation psychologique. Il connaît aussi celle développée dans les lycées. Quant à ce qui fleurit dans les Écoles centrales, il pose la question du contenu du corpus des discours pour les distributions de prix. Ne trouverait-on pas le thème de la France éternelle, de la continuité des rois comme de la Révolution ? Philippe Marchand répond qu’il n’a pas trouvé cet appel à l’histoire du pays, mais que c’est l’actualité qui est en cause, qui fait irruption dans ces discours. Il ajoute qu’il n’y avait pas d’instructions officielles si ce n’est les circulaires vagues de Quinette : « C’est aux professeurs à interpréter les programmes ». Il ajoute qu’il a tout de même trouvé un professeur d’École centrale annonçant : « Je vais faire un abrégé de l’Histoire de la Révolution française en allant jusqu’à notre grand homme ».

5Après avoir mentionné qu’une personnalité s’impose, Sieyès, mais elle disparaît rapidement du processus de légitimation, Roger Dupuy aborde le troisième thème. Il fait remarquer que ni l’armée, ni les généraux ne furent dupes, sachant qu’un général victorieux, c’était un César en puissance. Il s’arrête sur le terme « Consulat » qui suggérerait la brièveté d’un mandat. C’était dans l’air du temps que ce terme, précise-t-il. Bernard Gainot répond que c’est Daunou qui le met en application en février 1798 au moment des discussions sur la République romaine. Roger Dupuy conclut son intervention en nuançant le terme « enthousiasme » utilisé par Raymonde Monnier. Il pense qu’à ce moment celui-ci fait partie de l’héritage mais que ce qui est déterminant c’est le thème de la lassitude. À ce propos, Jean-Paul Bertaud rappelle que Bonaparte se présente comme le plus civil des généraux en habits de l’Institut, qu’il veut écarter l’idée et l’image d’une dictature militaire.

6Enfin le dernier axe de la discussion s’attache aux rapports des soldats avec le régime. Raymonde Monnier s’appuyant sur les travaux d’Annie Crépin montre qu’ils pensent être les seuls à pouvoir défendre la République. Jean-Paul Bertaud les décrit comme des professionnels de la guerre, qui modèlent les jeunes recrues, tout en restant des citoyens. En effet, les soldats restent attachés aux valeurs fondamentales comme celle d’égalité par exemple. Il y a bien sûr des conscrits qui traînent les pieds mais l’intervenant conclut sur le fait que ceux qui sont à l’intérieur de l’armée, 200 000 hommes avant l’arrivée de Bonaparte, se sont fondus dans un creuset de modèle républicain, refusant de voir arriver « dans les fourgons des avocaillons du Directoire, les gens de la monarchie ».

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540