Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1 - Des justifications et des contradictions d'un coup d'État

La justification idéologique de Brumaire par Cabanis ou le discours d'un « patriote conservateur »

Daniel Teysseire

Texte intégral

  • 1 On trouvera une bibliographie récente très complète sur les Idéologues dans « Madame Helvétius et (...)
  • 2 D'autant que j'ai déjà donné une certaine analyse de ce texte dans mon article « Lien social et or (...)

1Pour bien situer mon propos deux remarques préliminaires s'imposent. La première porte sur le mot « idéologique ». Bien évidemment, celui-ci doit s'entendre dans les deux sens du terme : celui contemporain de l'époque qui nous intéresse, c'est-à-dire de « propre aux Idéologues » ou, mieux, « Idéologistes »1 (« Idéologique » prendrait alors un I majuscule) ; et celui, général et actuel, de théorique, voire d'abstraitement théorique (« idéologique » se contenterait alors d'un i minuscule). La deuxième remarque concerne le corpus sur lequel s'appuie mon propos. En effet, vu le temps et l'espace impartis, il convient de considérer « la justification idéologique de Brumaire par Cabanis » stricto sensu, c'est-à-dire en ne prenant pas en compte son long texte du 25 frimaire an VIII (16 décembre 1799) intitulé « Quelques considérations sur l'organisation sociale en général et particulièrement sur la nouvelle constitution », précisément parce qu'il porte sur un des effets de Brumaire, la Constitution de l'an VIII2, et non sur le coup d'État lui-même.

  • 3 G. Lefebvre, La France sous le Directoire (1795-1799) [...], Paris, Éditions sociales, 1977, p. 72 (...)

2Je me tiendrai donc à deux textes de Cabanis, du jour même du coup d'État, c'est-à-dire du 19 brumaire, instituant une organisation constitutionnelle provisoire avec trois consuls provisoires comme exécutif et deux commissions parlementaires (2 x 25 membres) comme législatif, chargés conjointement de préparer et d'établir une nouvelle constitution3.

3Ces deux textes sont :

  • Discours prononcé par Cabanis à la suite du rapport de la commission des sept. Séance du 19 brumaire an VIII », que nous abrégerons en Discours ;
  • Projet de résolution portant qu'il sera fait une adresse au Peuple Français, présenté au nom d'une commission par Cabanis, député de la Seine. Séance du 19 brumaire an VIII », abrégé en Résolution4.
  • 5 G. Lefebvre, op. cit., p. 726.

4Le premier texte, le Discours, constitue ce que nous appellerions aujourd'hui une explication de vote d'un des Brumairiens - pour reprendre l'expression de Georges Lefebvre5 - en faveur d'une décision de rupture totale avec le système de la Constitution de l'an III, contre les partisans d'un véritable provisoire, comme le simple ajournement des Conseils existant au 1er nivôse an VIII (22 décembre 1799).

5Autrement dit, nous avons bien affaire à une justification à chaud de Brumaire, mais dont nous allons voir que son caractère on ne peut plus circonstanciel ne l'empêche pas d'avoir la caractéristique de tout discours idéologiste cabanisien, à savoir celle d'être d'une certaine ampleur théorique. C'est ainsi que, pour cette justification, sont convoqués et les grands principes et le souci de l'intérêt du peuple et l'histoire entière, de la Révolution, le tout s'intégrant dans une argumentation que l'on peut organiser, suivant un modèle cher aux sciences de l'éducation, en finalité, objectif et moyens.

La finalité : le bonheur individuel et social

6L'idée neuve qu'est le bonheur est toujours d'actualité en 1799, du moins pour Cabanis, comme le montre son interpellation à ses collègues des Cinq-Cents ou à ce qu'il en reste :

« [Citation 1] Votre véritable mission, citoyens représentants, est de rendre heureux ce peuple magnanime pour lequel vous stipulez. Tant qu'il n'est pas heureux, il peut se croire, et il est réellement, en droit d'élever la voix contre vous. Et, en effet, le bonheur qui, en dernier terme, est le but de tous les efforts individuels, n'est-il pas aussi celui de l'organisation sociale et des lois ? [souligné par moi, D.T.] Les constitutions et les législations sont-elles autre chose que des moyens pour y atteindre ? » (Discours, p. 451).

  • 6 Perspective que reprend Robespierre dans son projet de Déclaration, puisque le préambule indique q (...)

7Ce rappel de la finalité eudémoniste de toute société politique, on ne l'avait pas entendu depuis Saint-Just, bien sûr, mais institutionnellement, officiellement en quelque sorte, depuis l'article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de la Constitution de l'an I stipulant que « Le but de la société est le bonheur commun. » Car la Déclaration des Droits et des Devoirs de l'Homme et du Citoyen de la Constitution de l'an III est complètement muette sur ce point, beaucoup plus même que la Déclaration de 1789 qui, dans son « Préambule », rappelle quand même que celle-ci est là « afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution et du bonheur de tous »6.

8C'est donc au nom de cette finalité politique suprême du bonheur que doit cesser « le temps des ménagements, des petites transactions, des demi-mesures » (Ibidem). Mais, s'interroge Cabanis :

« [Cit. 2] qui soupire après le moment heureux où des représentants dignes de lui ne craindront pas d'y faire [dans « ses lois et son gouvernement »] tous les changements qu'exige son bonheur [encore souligné par moi D.T.], les changements sans lesquels il ne croit pouvoir se promettre ni liberté, ni sûreté, ni protection pour son industrie, ni garantie pour ses jouissances » ? (Discours, p. 454)

  • 7 Élu à la suite des opérations électorales anti-jacobines du 22 floréal an VI (11 mai 1798).

9Bien évidemment, le peuple, « le peuple lui-même, le peuple tout entier » (Ibid.). Donc, c'est le bonheur du peuple qui justifie la « révolution de Brumaire » que l'on est en train de conduire. Et ce n'est pas tellement en tant que Représentant du Peuple élu de la Seine7, mais bien plutôt en tant que médecin praticien à Auteuil que Cabanis se donne le droit de parler du peuple et au nom du peuple :

« [Cit. 3] J'entends dans ce Conseil citer souvent le peuple ; mais c'est presque toujours par des hommes qui connaissent bien mal ses opinions, ses sentiments, ses vœux véritables. Je puis, j'ose le dire, en parler avec plus de connaissance de cause ; je vois tous les jours la classe indigente et manouvrière, je la vois cette classe respectable, ou dans sa chaumière, ou dans son quatrième étage » (Ibidem)

  • 8 Bibl. hist. Ville de Paris, ms. 6338.

10Certes, une attestation du Comité de surveillance de la Commune d'Auteuil datée de six ans auparavant, c'est-à-dire du 19 brumaire an II (9 novembre 1793), lui reconnaissait le droit « d'exercer son état de médecin dans toutes les maisons où il serait appelé »8, et prouve donc qu'il exerçait dans la commune de son lieu de résidence, chez madame Helvétius. Mais, depuis qu'il est membre de l'Institut (1795) et député, exerce-t-il encore vraiment ? Difficile de répondre. Ce qui est sûr, c'est que sa profession de médecin a conforté, conforte et confortera Cabanis dans ses choix politiques de la promotion physique et morale des classes populaires, même si cette promotion est souhaitée et voulue comme graduelle, par diffusion de la richesse générale globale, comme le prouve la suite de la citation précédente :

« [Cit. 4]et je puis attester avec vérité que nulle part l'horreur des lois prétendues populaires ne se manifeste avec plus d'énergie ; que nulle part il ne se forme des vœux plus ardents pour le retour à un système de justice et de sécurité, que le peuple sait bien maintenant être le seul capable de faire jouir tous les citoyens de la richesse de quelques-uns et de faire circuler l'aisance dans toutes les parties du corps social. » (Discours, p. 454/5)

  • 9 Pour une analyse plus détaillée de ce progressisme de Cabanis, voir notre développement « La mise (...)

11La finalité de Brumaire, c'est donc, pour notre médecin idéologiste, le bonheur du peuple réalisé par et dans sa promotion, résultant elle-même du développement général de la société9. La question qui se pose alors est celle de savoir quel objectif immédiat faut-il se donner pour atteindre une telle finalité ?

l'objectif : un gouvernement constitutionnel pour la République

12La réponse de Cabanis à cette question est simple et péremptoire :

« [Cit. 5] Le système républicain et la liberté elle-même ne doivent être considérés que comme des moyens de bonheur [souligné par moi] : mais ceux-là sont indispensables, puisque hors de la République, la liberté ne saurait se conserver pure, et que sans liberté, il est impossible de rendre heureux des êtres qui font usage de leur raison. » (Discours, p. 452)

  • 10 Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, Paris - Genève, Slatkine, 1980, p. 407 (Repr (...)

13Ce qui se manifeste ici, c'est l'articulation fondamentale de la politique idéologiste : la rationalité consubstantielle à l'humanité ne peut pas se réaliser pleinement en dehors d'un autre système de gouvernement que celui « fondé sur l'égalité et la liberté », comme Cabanis appelle la République, quasi au même moment, dans le « Huitième Mémoire » des Rapports du physique et du moral de l'homme10. Tout simplement parce que c'est le seul à fonctionner comme la raison, à la liberté et à l'égalité, puisque la raison ne peut jamais être contrainte, en même temps qu'elle est également présente en chaque homme. Il y a donc une congruence absolue et essentielle entre la République et la rationalité. C'est d'ailleurs pour cette raison que la République est le régime qui, non seulement convient le mieux aux progrès des Lumières, mais même celui qui les assure naturellement. Et l'objection que l'on pourrait avancer que la citation donnée ci-dessus ne parle pas d'égalité et donc réduit le contenu de la République à la seule liberté - cette objection ne tient pas, car, un peu plus loin, notre médecin idéologiste, lyrique, s'exclame :

« [Cit. 6] Égalité, Liberté, République ! noms chéris, noms sacrés, tous nos vœux, tous nos efforts, toutes les puissances de nos âmes vous appartiennent, sont consacrées à votre culte ; c'est pour vous que nous vivons, c'est pour votre défense que nous sommes prêts à périr : mais vous serez toujours de vains mots, si vous n'êtes pas garantis par un ensemble d'institutions sociales vigoureuses ; si, dans leur propre organisation, ces institutions ne trouvent pas elles-mêmes des gages certains de leur stabilité » (Discours, p. 453/4)

14Tout s'éclaire : la République, « système de gouvernement fondé sur l'égalité et la liberté », est celui du plein exercice de la rationalité de l'homme ; encore faut-il qu'elle s'incarne dans des institutions qui ne la mettent pas en péril, elle, et, du même coup, l'exercice de la raison. C'est tout le problème de ce que doit être le gouvernement constitutionnel qui permette à la République de perdurer.

  • 11 Robespierre, Œuvres t. X : Discours, Paris, PUF, 1967, p. 274.

15Sur ce point, les choses sont aussi claires que précédemment, et même plus. En effet, Cabanis, comme beaucoup d'autres, s'inscrit dans le cadre défini par Robespierre dans son Rapport du 5 nivôse an II (25 décembre 1793) distinguant - dans l'ordre qui suit - le « gouvernement constitutionnel [qui a pour] but de conserver la République » du « gouvernement révolutionnaire [qui a pour] but de [La] fonder »11. Dans cette perspective, il est bien et constitutionnaliste et conservateur, conservateur parce que constitutionnaliste et constitutionnaliste parce que conservateur, bref, parce qu'il veut que la République soit un régime stable et durable. On sait ce que cela implique ; que « le royalisme ne relèvera pas la tête ; [que] les traces hideuses du gouvernement révolutionnaire seront effacées » (Résolution, p. 458). C'est toujours l'idéal, le projet, la volonté appelons cela comme l'on voudra - des hommes de l'an III de refuser toute restauration, de la monarchie millénaire comme du gouvernement révolutionnaire de l'an II, afin de « concourir à l'affermissement définitif du système républicain » (Discours, p. 456). L'adjectif « définitif » marquant bien fermement combien cet idéal, ce projet, cette volonté politiques sont authentiquement républicains. Mais si le projet politique de l'an III est toujours valide, pourquoi changer la Constitution qui l'incarnait ? Réponse de Cabanis à cette objection implicite :

« [Cit. 7] Il faut d'ailleurs rendre justice à cette constitution. Les bases en sont excellentes, et on ne connaissait point encore une aussi bonne division des pouvoirs. Mais ses auteurs, que l'on devra toujours citer avec reconnaissance, et qui firent dans le temps, beaucoup plus peut-être qu'on ne pouvait attendre d'eux, ont reconnu depuis eux-mêmes qu'elle renfermait des vices ; que certaines parties en étaient trop faibles, d'autres mal coordonnées avec le tout ; qu'en un mot, n'offrant pas des garanties suffisantes de sa solidité, elle encourage les factions à l'attaquer sans cesse, leur fournit même des moyens périodiques de la renverser et force les patriotes conservateurs [souligné par moi] à la violer sans cesse eux-mêmes pour la dérober à leurs coups » (Discours, p. 452-453)

16La volonté politique d'une conservation définitive de la République implique, mieux, signifie même l'existence d'une constitution ; mais si celle-ci est sans cesse violée, justement pour assurer cette conservation, cette dernière perd tout son sens, car ce qui reste, de viol en viol, ce n'est plus que l'instabilité permanente. Autrement dit, la conservation définitive de la République se transforme en révolution permanente. Ce qui conduit à deux choses : d'abord, à un système de gouvernement qui est pire que le gouvernement révolutionnaire dont on voulait sortir - car lui, au moins, avait ses règles propres, qui étaient celles de la défense de la République naissante - ; ensuite, à ce que la stabilité définitive recherchée tourne en son contraire. Résultat : c'est l'idée même d'une République assurée de sa durée par une constitution, qui perd toute signification.

« [Cit. 8] Il est résulté de là que l'idée de République, et celle de brigandage et d'oppression se sont liées dans beaucoup de têtes, comme du temps de Chaumette et d'Hébert [et donc pas du temps de Robespierre et de Saint-Just, par exemple], celle de philosophie se trouva confondue avec celle d'un athéisme cynique et dévastateur » (Discours, p. 453)

17Pour Cabanis, ce qui est en cause est très important, c'est rien moins que la crédibilité même de la République - pour parler comme de nos jours. La « révolution de Brumaire » doit donc être la dernière, pour redonner son sens à la volonté politique de mettre en place un gouvernement républicain solidement et durablement établi. D'ailleurs, tout le déroulement de la Révolution ne concourt-il pas à cela ? Et Cabanis de convoquer toute l'histoire des dix dernières années pour les ériger en moyen de réalisation de cet objectif constitutionnel nécessaire à la finalité suprême du bonheur du peuple.

Un moyen exceptionnel : la Révolution elle-même

18La troisième justification de Brumaire, c’est donc la Révolution elle-même qu'il faut non pas couronner - c'est ce que fera croire Bonaparte et les brumairiens bonapartistes-, mais bien parachever ; ce qui est loin d'être tout à fait pareil ! Ce qui est à réaliser, Cabanis, encore lyrique, le dit en s'exclamant à l'adresse de ses collègues :

« [Cit. 9] Que votre destinée est belle et grande, législateurs ! Il vous est réservé de donner la paix à l'Europe ; de rendre notre République plus stable et plus calme que ne le fut jamais aucune monarchie [souligné par moi] ; d'embellir cet état tranquille, si nécessaire au développement de tous les genres de prospérité, par l'enthousiasme des sentiments généreux que la liberté seule peut nourrir » (Discours, p. 455)

19Passons sur la conclusion de la paix, deuxième élément du bonheur du peuple qui est la finalité suprême de Brumaire - deuxième élément, également, du malentendu entre Napoléon Bonaparte et les idéologistes brumairiens-, pour ne retenir que cette République pacifique (à l'intérieur et à l'extérieur), progressiste et généreuse, pour tous, qui n'est que le parachèvement des différentes étapes de l'histoire politique de la Révolution, comme le prouvent les lignes qui suivent immédiatement celles que nous venons de donner :

« [Cit. 10] L'Assemblée constituante brisa les fers du peuple français, et proclama l'égalité ; l'Assemblée législative sapa tous les fondements de la monarchie ; la Convention nationale fonda la République : vous aurez plus fait que toutes ces assemblées immortelles ; vous aurez réalisé étendu, consolidé tous les biens qu'elles s'étaient promis de leurs efforts » (Discours, p. 455)

20On ne peut rêver d'assumation plus « patriote » de toute la Révolution française : chaque assemblée a apporté sa pierre à la mise en place de ce « système de gouvernement fondé sur l'égalité et la liberté » qu'est cette République pacifique, progressiste et généreuse que l'on vient d'évoquer, et qu'il ne reste plus qu'à inscrire dans la durée en l'établissant solidement.

  • 12 Morellet, Mémoires inédits [...] sur le dix-huitième siècle et sur la Révolution, éd. par J.-R Gui (...)

21Du coup, le doux Cabanis - comme, paraît-il, certains l'appelaient - assume quasiment tout de la Révolution. On a vu, dans notre citation 8, qu'il préférait mettre en cause Chaumette et Hébert plutôt que Robespierre et Saint-Just, par exemple. N’écrit-il pas d'ailleurs un peu plus loin que « la chaleur révolutionnaire » n'a été que « l'effet de la désorganisation violente de l'ancien ordre des choses » (Discours, p. 453) liée aux trois grandes œuvres opérées par les trois grandes assemblées de la Révolution, comme vient de l'indiquer notre citation 10 ? On reconnaît là le « démocrate » que Morellet dénonce dès 1789 dans ses Mémoires12 ! Il assume même l’histoire la plus récente du Directoire. En effet, notre idéologiste rend non seulement justice, comme nous l'avons vu (citation 7), à la Constitution de l'an III malgré ces défauts, mais encore hommage - hommage qui est en train de devenir posthume ! - à ses auteurs et au régime lui-même dont il est en train de demander la destruction :

« [Cit. 11] Les auteurs de la Constitution de l'an III, je me plairai toujours à le redire, ont rendu des services immortels à la liberté, ils n'ont pas seulement enchaîné pour un temps assez long les fureurs des factieux, mais ils ont fixé les incertitudes et dissipé l'effroi que le gouvernement révolutionnaire avait fait naître dans toutes les âmes. Par eux le système républicain s'est enfin réalisé, puisque c'est de ce moment que le peuple l'a vu s'allier avec une certaine tranquillité publique, sans laquelle tout gouvernement doit bientôt périr » (Discours, p. 452)

22De l'autre côté, sans doute pour bien montrer que ce parachèvement de la Révolution en une République bien établie à quoi doit aboutir « la révolution de Brumaire » est ouvert à tous les républicains, Cabanis - qui a été fructidorien - assume également l'esprit néo-jacobin qui a soufflé durant l'été 1799. Ne dit-il pas en effet :

« [Cit. 12] il faut être juste envers ceux qui voulaient faire déclarer la patrie en danger [proposition Jourdan du 13 septembre 1799] ; ils avaient bien senti qu'en restant dans les sentiers battus, nos moyens actuels sont insuffisants pour sauver la République et la liberté » (Discours, p. 454)

23Certes, aussitôt après, Cabanis ajoute, toujours au nom de son constitutionnalisme de principe, que ce moyen proposé aurait abouti à son contraire ; il n'empêche, les néo-jacobins avaient, ont le même souci que notre Idéologue : celui de sauver « définitivement le système républicain », pour reprendre ses mêmes mots déjà vus. Il faut donc garder ce but politique fondamentalement nécessaire, et se donner une nouvelle constitution qui le permette ; tel est ce qui justifie immédiatement le passage à l'acte « révolutionnaire » de Brumaire.

24Concluons. Pour la pensée politique idéologiste qui est celle de Cabanis, l'analyse de la situation se présente de la manière suivante. L'exercice naturellement libre de la rationalité par chaque homme trouve sa meilleure expression politique dans « le système de gouvernement fondé sur l'égalité et la liberté », c'est-à-dire dans la République. Pour que cet exercice naturellement libre de chacun puisse devenir une réalité permanente, il faut donc que son expression politique qu'est la République perdure - sinon c'est le retour au despotisme et conséquemment à l'oppression de la raison, bref, la perte du bien-être (au sens vraiment littéral de ce terme) fondamental de l'homme et donc de ses possibilités de perfectionnement. En conséquence il faut se donner le moyen d'assurer cette persévérance de la République dans la durée. Le régime constitutionnel qui succède au régime révolutionnaire est fait pour cela. La Constitution de l'an III était le premier essai de réalisation effective de ce régime constitutionnel ; cet essai était en train d'aboutir au contraire du but recherché, c'est-à-dire à l'inverse de la persévérance dans la durée, bref, à l'instabilité permanente. Du coup, la crédibilité de la République est menacée et, par voie de conséquence, la conquête fondamentale du plein exercice de la libre rationalité, remise en question. Pour éviter cela, qui serait la fin des Lumières, il faut faire un autre essai de régime constitutionnel, tout simplement en changeant de constitution, très vite, afin que les choses ne s'aggravent pas davantage pour la crédibilité de la République et le développement de la rationalité éclairée. Et peu importe le contenu précis de cette nouvelle constitution, dont Cabanis ne dit d'ailleurs pas grand chose sinon qu'il doit « avoir pour but de régulariser plus vigoureusement toutes ces mêmes forces [lesquelles, précisément] ?, de resserrer tous ces mêmes liens, d'imprimer une plus grande énergie aux ressorts moteurs » (Discours, p. 454), l'essentiel étant, comme nous l'avons déjà vu, de « concourir à l'affermissement définitif du système républicain ». C'est vague et - c'est le cas de le dire - très idéologique ! Devant une situation événementielle précise posant un problème politique concret, l'idéologisme, en particulier l'idéologisme politique serait-il déjà une abstraction illusoire ; bref, l'Idéologie serait-elle déjà une idéologie ?

  • 13 J. Michelet, Histoire du XIXe siècle, Paris, Robert Laffont - Le Club français du livre, 1971, p.  (...)

25Admettons-le un instant. Mais alors constatons combien cette justification idéologique de Brumaire par l'idéologiste Cabanis contraste, par son recours aux grands principes des Lumières et de la Révolution, avec la réalité sombre, sinistre, voire sordide de cette séance de nuit du coup d'État, telle que nous la décrit Michelet en suivant le récit du bailleur de fonds Collot, avec la plupart des Représentants (à qui sont censés s'adresser les vastes propos de notre Idéologue) « couchés sur trois banquettes, l'une servant de siège, l'autre de marchepied, la troisième d'oreiller »13. Mais ce contraste, en fin de compte, ne nous livre-t-il pas la signification profonde de Brumaire : une rencontre momentanée, circonstancielle, conjoncturelle, et donc grosse de bien des malentendus présents, de déceptions futures et de rancœurs à venir entre des cyniques politiques - ou, au mieux, des politiques cyniques avides de l'exercice du pouvoir, et des républicains sincèrement convaincus, soucieux du bonheur du peuple et respectueux des grands principes et des grands acquis des Lumières et de la Révolution.

Notes

1 On trouvera une bibliographie récente très complète sur les Idéologues dans « Madame Helvétius et la Société d'Auteuil ». Textes réunis et présentés par J.-P. De Lagrave avec le concours de M.-Th. Inguenaud et D. Smith, dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 374, 1999, p. 123-134.

2 D'autant que j'ai déjà donné une certaine analyse de ce texte dans mon article « Lien social et ordre politique chez Cabanis », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 267, 1989, p. 375-378.

3 G. Lefebvre, La France sous le Directoire (1795-1799) [...], Paris, Éditions sociales, 1977, p. 725-726 et J. Godechot [Présent.], Les Constitutions de la France depuis 1789, Paris, Garnier-Flammarion, 1970, p. 145.

4 Tous deux dans Cabanis, Œuvres philosophiques. Texte établi et présenté par C. Lehec et J. Cazeneuve. Seconde partie, Paris, PUF, 1956, p. 451-459 (Corpus général des philosophes français, auteurs modernes, tome XLIV, 1). Bibl. nat. : 8° Le 13 3811 et 3810.

5 G. Lefebvre, op. cit., p. 726.

6 Perspective que reprend Robespierre dans son projet de Déclaration, puisque le préambule indique que celle-ci est là « afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur ».

7 Élu à la suite des opérations électorales anti-jacobines du 22 floréal an VI (11 mai 1798).

8 Bibl. hist. Ville de Paris, ms. 6338.

9 Pour une analyse plus détaillée de ce progressisme de Cabanis, voir notre développement « La mise en œuvre de la perfectibilité par l'éducation » dans notre article « Lien social et ordre politique [...] » référencée ci-dessus à la note 2, p. 394-398. Que l'on peut compléter par notre récent développement « Le radicalisme politique de Cabanis » de notre contribution à l'ouvrage Madame Helvétius et la Société d’Auteuil référencé ci-dessus à la note 1, p. 64-70.

10 Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, Paris - Genève, Slatkine, 1980, p. 407 (Reprint de l'éd. de Paris, 1844, reprenant la seconde éd. de Paris, 1805)

11 Robespierre, Œuvres t. X : Discours, Paris, PUF, 1967, p. 274.

12 Morellet, Mémoires inédits [...] sur le dix-huitième siècle et sur la Révolution, éd. par J.-R Guicciardi, Paris, Mercure de France, 1988, p. 306.

13 J. Michelet, Histoire du XIXe siècle, Paris, Robert Laffont - Le Club français du livre, 1971, p. 697 (Les Grands Monuments de l'Histoire, t. 9).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search