Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1 - Des justifications et des contradictions d'un coup d'État

Brumaire, moment de rupture pour une référence républicaine ?

Le trajet de la notion de patrie

Raymonde Monnier

Texte intégral

  • 1 J. Godechot, « Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle », 13e Congrè (...)

1La notion de patriotisme au XVIIIe siècle a nourri des débats théoriques quant à ses rapports avec le cosmopolitisme et avec l’idée de nation1. La controverse sur patriotisme et cosmopolitisme remontait à l’époque des Lumières et de l’Encyclopédie, et connaît des prolongements sous la Révolution. Elle intéresse plus particulièrement les relations entre états, qui ont leur importance tant du point de vue de la politique intérieure que des problèmes de la guerre. Néanmoins, s’agissant de traiter de la nature du patriotisme révolutionnaire et de sa réorientation en Brumaire, je centrerai mon propos sur le problème du lien politique et des institutions républicaines, autour des valeurs qui relient la notion de patrie à la République et à la Liberté.

2Dans la période qui précède le coup d’état, une référence revient de façon récurrente dans les discours officiels, celle de 1792. Après le débat sur la patrie en danger, la position de la République est mise en parallèle avec les circonstances de sa fondation. La situation d’urgence créée par les revers militaires commande le renvoi à la déclaration de 1792, mais pour convoquer des arguments qui mettent plutôt l’accent sur ce qui distingue la situation présente de ce moment révolutionnaire. Qu'est-ce qui fait qu’à la fin du Directoire, au moment où les circonstances extérieures appellent la cohésion nationale, la notion de patrie semble en panne ? Plutôt que de rassembler, le débat sur la patrie en danger suscite des divisions.

3Le problème de la République et de ses moyens de survie sous le Directoire amène à s’interroger sur la notion de patrie et sur les caractères du républicanisme révolutionnaire, confronté dès l’origine au problème des moyens de fonder la République dans la guerre. On peut saisir l’évolution de la notion à partir des textes, que ce soit les discours officiels ou les éloges lors des célébrations privées ou publiques, en l’honneur des héros morts pour la patrie, mais aussi à travers les formes que prend le culte de la patrie, ses manifestations et ses effets sur l’opinion, et l’évolution du Panthéon républicain. Le sentiment patriotique est indissociable d’un contexte culturel et politique, de sa relation à la révolution et à la république, et de la capacité des dirigeants à donner vie au forum.

Le vieux mot, le doux nom de patrie

  • 2 Abbé Coyer, Dissertations pour être lues, la première sur le vieux mot de patrie, la seconde sur la (...)

4La promotion du « vieux mot de patrie » est caractéristique de l’actualité, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, d’un débat sur les principes politiques dans les termes du républicanisme classique. Pour l'article patrie, Jaucourt s’est inspiré d’un texte de l’abbé Coyer, dans lequel la métaphore chrétienne de la Vierge au manteau éclaire l’aspiration à une communauté authentique face à la violence de la société2. « Il n’est point de patrie sous le joug du despotisme », écrit Jaucourt. Le rappel de l’idée que s’en faisaient les Anciens renvoie aux énoncés de Montesquieu ; le modèle est illustré d’histoire et d’exemples de vertu où tous concourent au bonheur et à la gloire commune. L’idéal de la république romaine ravive au XVIIIe siècle la conscience vécue, face au luxe et à la corruption, d’une valeur nécessaire au vivre ensemble, qui même dans le partage inégal des richesses « conserve une sorte d’égalité, en ouvrant à tous le chemin des premières places ». La publication de l'Encyclopédie marque un tournant dans le renouveau de l’idée de patrie et la diffusion du mot et des dérivés, patriote, emprunté à l’anglais dans son sens moderne, et patriotisme (les deux mots apparaissent dans le Dictionnaire de l’Académie en 1762).

  • 3 M. Launay, Jean-Jacques Rousseau écrivain politique, CEL. ACER, 1969.
  • 4 Œuvres Complètes, Pléiade, 1964, III, p. 255. Sur l’idéal de la cité-patrie, voir B. Baczko, Rousse (...)

5Dès ses premières œuvres Rousseau fait un emploi réitéré du mot Patrie, toujours avec la majuscule, un mot dont il apprécie la force et la douceur. La notion est associée à l’idéal de liberté et le terme est souvent corrélé avec les mots vertu et mœurs3. Rousseau revient plusieurs fois dans son œuvre sur le sentiment patriotique, une passion qui ne s’épanouit que dans la liberté : « Il est certain que les plus grands prodiges de vertu ont été produits par l’amour de la patrie : ce sentiment doux et vif qui joint la force de l’amour propre à toute la beauté de la vertu, lui donne une énergie qui sans la défigurer, en fait la plus héroïque de toutes les passions ». L’exemple de Rome, cité de l’amour exclusif de la patrie, inspire l’idéal de la Cité patrie, lieu d’intégration harmonieuse des citoyens, où l’individu éprouve le sentiment de son appartenance à la communauté, à la patrie qu’il aime4.

  • 5 Sur la notion en Allemagne, voir M. Gilli, « La sécularisation de la notion de patriotisme en Allem (...)
  • 6 Formule célèbre citée par H. Dupuis, « Le roi dans la patrie », dans AHRF., 1991, no 2, p. 139-157. (...)
  • 7 A. Dupront, « Du sentiment national », La France et les Français, Paris, Pléiade, 1972, p. 1429.

6La patrie, qui rassemble les citoyens autour des idéaux de liberté et de bonheur, par l’attachement au bien public et le dépassement de soi, est devenue au XVIIIe siècle une instance légitime supérieure, et inspire les critiques de la décadence morale de la société et d’une monarchie, qui pour beaucoup a cessé d’incarner le bien commun5. Les exigences éthiques d’une loi morale formulée en termes de liberté et d’égalité dans la pratique de la vertu, tant par le mouvement philosophique que par le courant janséniste, entre en contradiction avec la figure traditionnelle du roi dans la nation, avant que la théorie révolutionnaire de la souveraineté ne dépouille le roi de ses attributs sacrés, et ne finisse par évacuer le « roi père » du corps de la nation au profit de la mère Patrie : « Louis doit mourir parce qu’il faut que la patrie vive »6. Inversion décisive, le père disparaît à mesure que le sentiment s’agrandit, et que les révolutionnaires « s’emparent de la notion et de ses images pour lui donner son destin épique »7.

  • 8 Histoire de la langue française, IX, II, Paris, A. Colin, 1967, p. 665.
  • 9 H. Dupuy, « Patrie dans les discours de Danton (1787-1794) », Langages de la Révolution (1770-1815) (...)
  • 10 Œuvres de Maximilien Robespierre, Paris, PUF, t. X, 1967, p. 461.

7Sous la Révolution, patrie prend dans les événements une valeur affective si forte que le nom lui-même devient une force vivante et agissante. Ferdinand Brunot remarque que nulle famille de mots n’a reçu plus d’accroissement sous la Révolution8. Les emplois de patrie renvoient le plus souvent à l’étymologie du mot, un terme de parenté qui appelle le lexique de l'action et du sentiment (amour, défense, aimer, sauver, servir, mourir pour), du lien affectif à une personne qu’on aime et qu’on invoque9. Le mot vient le plus souvent en fin de segment, comme pour garantir la validité du discours et de l'action révolutionnaire. La patrie est signe de ralliement, et en même temps est une instance unique (le mot est presque toujours employé avec l’article défini et n’apparaît pas au pluriel), et cela pour chaque sujet : l’emploi avec des possessifs est fréquent (16 % des cas chez Robespierre et 10 % des qualifications chez Danton). Les emplois chez Robespierre, montrent comment la notion de peuple est sublimée dans l’idée que la vertu, « l’amour de la patrie et de ses lois », est le principe de la république et de la démocratie. « L’amour sublime de la patrie » engendre les héros : « Malheur à celui qui cherche à éteindre ce sublime enthousiasme et à étouffer, par de désolantes doctrines, cet instinct moral du peuple, qui est le principe de toutes les grandes actions »10

Le culte de la patrie

  • 11 Moniteur, XIII, p. 12, 44, 565. L’Ami du Peuple, no 671.

8La crise de l’été 1792 donne au mot patrie une intensité sans précédent, et à la notion une puissance extrême de contenu et d’expression, où l'enthousiasme joue un rôle moteur dans l’élan collectif, le cri par excellence étant celui de « la patrie en danger ». Vergniaud, en proposant « ce cri d’alarme » le 3 juillet à l’Assemblée, annonçait le renouvellement des prodiges « qui ont couvert d’une gloire immortelle plusieurs peuples de l’antiquité [...] Appelez, il en est temps, appelez tous les Français pour sauver la patrie ». Le cri de la patrie en danger relançait la Révolution et permettait l’acceptation des « grandes mesures » que la Constitution n’avait pu prévoir, pour « sauver la Constitution et la liberté ». Tant que la Révolution n’était pas « définitivement close et terminée », il n’y avait à consulter « que l’imminence du danger public et la loi suprême du salut du peuple » (Delaunay d’Angers) ; « pour être libre, observait encore Marat, il fallait avant tout vouloir l’être à quelque prix que ce fût ». Le thème rejoint celui de l’énergie : « Comment les peuples qui ont conquis la liberté l’ont-ils conservée, dit Danton. Ils ont volé à l’ennemi et ne l’ont point attendu [...] Tout appartient à la patrie, quand la patrie est en danger »11.

  • 12 Les Révolutions de Paris, no 166.

9La proclamation solennelle dans toute la France soulève une émotion générale dans le climat de désarroi causé par la tension politique et les défaites aux frontières. À Paris, la Commune devient un véritable comité de défense et met Paris debout pour sauver la patrie ; préfigurant l’effort de la levée en masse, tout concourt à seconder l’élan patriotique des volontaires et des fédérés. « Nous ne sommes plus reconnoissables et le patriotisme a fait de nous des hommes nouveaux. [...] Citoyens ! cette guerre ne ressemble pas aux précédentes. [...] On ne vous envoie pas pour combattre ; vous y allez ; vous savez pourquoi ; vous êtes là pour votre propre affaire : ainsi donc comptez sur vous autant que sur votre général, et qu’il ne soit pas dit que tout le peuple français abandonna aux mains de trois ou quatre individus le salut de la patrie »12.

  • 13 A. Soboul, « Sentiment religieux et cultes populaires : saintes patriotes et martyrs de la liberté  (...)
  • 14 P. Bordes, La Mort de Brutus de Pierre-Narcisse Guérin, publié à l’occasion de l’exposition Lucius (...)

10Cet enthousiasme mène en 1793 à ce qu’il n’est pas excessif d’appeler un véritable culte de la patrie, où les célébrations jouent un rôle médiateur entre culture populaire et culture politique des élites révolutionnaires13. La notion est au centre des déterminations sociales, politiques, morales et religieuses mises en œuvre pour préserver l’unité révolutionnaire quand la situation exige la cohésion nationale la plus forte. Le cycle de fêtes où la trinité patriotique Marat-Lepeletier-Chalier est associée à d’autres martyrs, aux philosophes et aux héros de l’Antiquité, suscite une relance de l’énergie révolutionnaire analogue au mot d’ordre de la levée en masse : Le peuple français debout contre les tyrans. L’héroïsation publique de la figure virile de Brutus, modèle du devoir républicain, fait partie du nouveau système de représentations du peuple « régénéré », imposant sur le thème de la terreur et de la vertu, l’exemple du dévouement inflexible à la patrie14.

  • 15 Bonnet, « Les morts illustres. Oraison funèbre, éloge académique, nécrologie », dans Les Lieux de m (...)

11Le culte des martyrs, dans ses hommages au patriotisme militant prépare l’exaltation des défenseurs de la patrie anonymes, des actions collectives et individuelles célébrées dans les Annales du civisme et de la vertu. La Révolution égalitaire de 1793 préfère à la gloire des grands hommes la vertu et le sacrifice des humbles, et célèbre la bravoure et l'héroïsme au quotidien dans les armées de la République. Le Panthéon révolutionnaire se développe dans un contexte culturel et politique qui a donné vie au forum dans un souci d’intégration collective et de reconnaissance réciproque dans les valeurs de la République. L’éloquence vivante du patriotisme en acte remplace à l’Assemblée nationale et dans la Cité le style onctueux de l’éloge académique des grands hommes, pour électriser les âmes et cimenter les énergies15.

  • 16 L.-S. Mercier, Le Nouveau Paris, éd. J.-C. Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, p. 573.
  • 17 I. Woloch, Jacobin Legacy, the democratic movement under the Directory, Princeton U.P., 1970. B. Ga (...)

12Jusqu’à la fin du Directoire, la patrie demeure une valeur de ralliement dans la défense de la République. À la veille du 18 Brumaire, la menace venait sans doute moins de l’ambition d’un chef militaire ou des néo-jacobins, qui menaient leur action dans le cadre de la constitution, que de la réaction royaliste, de « l’épouvantable réaction royale »16. La carte du renouveau du mouvement jacobin en province montre une forte mobilisation républicaine dans les zones de troubles, notamment dans le Sud-Ouest. Ce « jacobinisme des frontières », se ressource aux idéaux démocratiques de la Révolution et développe une pédagogie fraternelle dans les fêtes décadaires et les banquets civiques où les militaires ont une place de choix17. Les néo-jacobins, qui mettent en avant un programme de « persuasion démocratique », risquaient-ils, de réintroduire le peuple dans le jeu politique en faisant appel au patriotisme ?

  • 18 F. Brunel, S. Goujon, Les Martyrs de Prairial. Textes et documents inédits, Genève, Georg éd., 1992 (...)
  • 19 Le Tribun du Peuple, no 34, p. 52, no 36, p. 126, no 40, p. 215 (Reprint EDHIS, 1966, II).

13Les classes populaires avaient été exclues de la scène publique en Prairial et à Paris, dans les faubourgs, les derniers sans-culottes étaient isolés. Chacun depuis cultivait la mémoire de ses morts. Comme les soldats, qui tenaient sur les registres de contrôle des troupes le mémorial de leurs camarades tombés dans les combats, les néo-jacobins entretenaient le souvenir du suicide héroïque des martyrs de Prairial « immolés pour la cause sacrée du peuple », souvenir qu’avait réveillé dès brumaire an IV les publications de Tissot. Un an après le procès de Vendôme et l’affaire de Grenelle, Topino-Lebrun recourait à l’analogie pour placer Babeuf au Panthéon républicain des Martyrs de la Révolution avec La Mort de Caius Gracchus18. L’interprétation politique du tableau fut-elle vraiment si restreinte dans les milieux cultivés ? L’exil de l’œuvre à Marseille dit assez qu’elle pouvait sembler gênante dans les cercles officiels. Il importe peu que la critique radicale de la « république des riches » et des effets du despotisme des patriciens n’ait mobilisé derrière Babeuf qu’une poignée de militants révolutionnaires. Contrairement à ce que pense le Tribun du Peuple, qui espérait un embrasement de « ce nouvel élan de patriotisme », les autorités avaient bien compris le danger, et que celui qui prenait l’égalité parfaite et le bonheur commun pour devise « était un homme à étouffer »19.

  • 20 A. Aulard, Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire, t. V, 1902, p. 755-756.
  • 21 Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), Paris, Klincksieck, 1999, fasc. 6 : « Un mot (...)

14À Paris, où se préparait la chute du régime et où la propagande jouait sur la force des signes, le discours et le programme des jacobins du Manège manquait son but. Les piques, les sans-culottes, symboles d’union dans les dangers de la Patrie en 1793, ressuscitaient les emblèmes de la terreur ; les mesures réclamées contre les traîtres et les dilapidateurs accentuaient l’aversion pour les lois de salut public. En thermidor, quand le gouvernement s’apprête à agir contre le club de la rue du Bac, l’action des jacobins est complaisamment mise en avant par la police qui rapporte les rumeurs les plus inquiétantes. À la veille du débarquement de Bonaparte, L’Ami des Lois lance un nouvelle, reprise sans grande conviction par Le Publiciste et La Clef des cabinets : « On parle de l’arrivée des départements à Paris de beaucoup d’individus qui y viennent jurer sur le buste de Brutus de renverser tous les oppresseurs »20. Dans le vocabulaire du Directoire, les mots d’ordre des « exclusifs » ne renvoyaient plus l’écho de l’énergie de l’an II, mais de ce qu’ils dénonçaient eux-mêmes dans l'autre camp comme « toutes les fureurs d’une réaction nouvelle »21. On voit comment l’emploi des mots dans le champ des conflits produit des jeux de sens et mobilise les vocabulaires pour confronter les dynamiques sociales. L’instabilité politique du Directoire et les réactions en chaîne entretenaient la peur et les passions, tandis qu’après dix années de crises révolutionnaires, de nombreux citoyens n’aspiraient plus qu’à la sécurité et à la paix.

  • 22 J. Godechot, La Grande Nation, Paris, Aubier Montaigne, 2e édition, 1983. Région, Nation, Europe : (...)
  • 23 Le Messager des relations extérieures, 24 vendémiaire an VIII.
  • 24 La Clef du Cabinet, no 1598, 17 floréal an VIII.

15Depuis les victoires de l’an II, on avait cru la République invincible, mais ce n’était plus le cas en 1799. À la période d’expansion de la Grande nation, qui avait vu la multiplication des Républiques sœurs, succédait le temps de la retraite devant les armées de la coalition. La paix était possible si la République renonçait à exporter la Révolution pour accepter une coexistence pacifique avec les régimes monarchiques. En Europe, les « patriotes » eux-mêmes étaient favorables à une adaptation pragmatique des principes français aux réalités nationales22. Mais sur ces questions aussi l’opinion était divisée. Le Directoire n’avait pas la force nécessaire pour résister à la popularité de Bonaparte, qui bénéficia en l’an VIII de toutes les rancœurs accumulées par le régime, et des illusions nées du 18 Brumaire. L’annonce de son retour avait provoqué à Paris une « commotion électrique » : « il rend l’espoir à tout le monde [...] Bonaparte a prouvé qu’on pouvait allier la victoire à la modération et le patriotisme à l’humanité. On croit voir arriver avec lui la gloire, la paix et le bonheur »23. Et en floréal an VIII, « La Paix ! la paix ! est aujourd’hui le cri de guerre qui guide aux combats les défenseurs de la patrie »24. Il ne fallut à Bonaparte que quelques mois, les effets d’une campagne brillante et du prodige de Marengo pour incarner tous les espoirs d’une paix glorieuse. Le moment de Marengo est particulièrement apte à rendre compte de l’évolution du culte de la patrie de la Révolution au Consulat.

la Patrie reconnaissante : le nouveau Panthéon républicain

  • 25 M. Ozouf, La fête révolutionnaire. 1789-1799, Paris, NRF, 1976, p. 140. R. Monnier, « L’apothéose d (...)
  • 26 Adresse de la Convention au Peuple français, 18 vendémiaire an III.

16De l’an II à l’an VIII, le culte de la patrie suit différentes orientations, plus ou moins durables ; elles s’inscrivent dans une évolution générale qu’il est plus facile de saisir sur le moyen ou le long terme. S’agissant du caractère des fêtes officielles ou de la dialectique entre célébrations nationales et fêtes séparées, Brumaire ne marque pas une rupture. Le cérémonial des fêtes au début de l’an III n’a pas rompu avec celui des grandes fêtes précédentes, mais il fait une place appuyée à l’appareil guerrier. L’apothéose de Rousseau donne l’occasion d’honorer avec éclat les récents succès militaires25. Le rapport présenté par Chénier pour la fête des Victoires du 30 vendémiaire propose des « jeux militaires » au Champ de la Fédération par les élèves de l’École de Mars, l’attaque simulée d’une forteresse « au milieu des trophées de nos quatorze armées triomphantes », « une musique fière et belliqueuse animant des danses civiques ». L’heure est à l’exaltation des vertus guerrières du peuple français : « Les vertus guerrières enfantent le héros, les vertus domestiques forment le citoyen... »26. Le 10 prairial an IV, les victoires de l'armée d’Italie donnent lieu à une autre grande fête militaire, qui prélude au triomphe qui accueillera Bonaparte à son retour à Paris.

17Le gouvernement est conscient de l’enjeu décisif des fêtes dans la rhétorique de réconciliation nationale. Le second Directoire réussit à redonner quelque éclat aux grandes célébrations publiques, en y associant jeux et courses de chars au Champ de Mars ; ont-elles pour autant répondu à l’intention de « réveiller l’esprit public » ? Les journaux notent souvent le faible concours des spectateurs. Si on compare à un an d’intervalle les commémorations de l’an VII et de l’an VIII, on voit que le Consulat réussit là où le Directoire a échoué. La fête anniversaire du 10 août en l’an VII se déroule sur fond de tensions politiques, dont rend compte le discours de Sieyès : « Le Directoire exécutif connaît tous les ennemis [...] Il vous déclare qu’il sera également inflexible contre tous ». En l'an VIII, l’anniversaire du 14 juillet est, au dire de tous les journaux, la première grande fête réussie depuis des années.

  • 27 Moniteur, XXIX, p. 29-33.
  • 28 Sur ces éloges et la cérémonie funèbre du 30 fructidor an VII, voir Moniteur, XXIX, p. 788, 793-795 (...)

18Depuis l’an V, la République a rendu hommage aux généraux morts aux armées dans d’imposantes cérémonies. Après celle de Marceau, et suivant de peu la fête de la République en l’an VI, la pompe solennelle de Hoche déploie « au champ de la patrie et de la gloire » ses défilés et ses hymnes guerriers. La Patrie poursuit son dialogue avec les ombres dans les éloges officiels et les hommages particuliers. L’éloge funèbre de Hoche par Daunou, en rappelant la bravoure et la valeur militaire du guerrier, met au compte de la République cet actif instinct de liberté, qui agrandit les cœurs et féconde, « dans la paix comme dans la guerre, tous les talents, toutes les vertus, toutes les gloires ». Le rédacteur du Moniteur souligne le caractère « religieux et antique » de la cérémonie et apprécie que les fêtes nationales offrent « cette pompe à la fois simple et majestueuse, qui distinguaient les fêtes des Républiques de la Grèce et de Rome, et qui attachaient si puissamment les cœurs à la patrie »27. Lors de la mort de Joubert, tué à Novi, plusieurs députés font aux Conseils l'éloge des « vertus guerrières et civiques » du général républicain28.

19Le moment de Marengo permet, comme celui de l’automne 1793, de saisir le sens de la dialectique entre espace public et médium des institutions dans l’expression de l’esprit public et le rôle du culte des héros dans le ralliement aux valeurs du régime. Le Consulat abandonne les fêtes décadaires pour ne conserver que deux grandes fêtes nationales, l’anniversaire du 14 juillet et celui de la fondation de la République ; mais parallèlement on assiste à un regain des célébrations séparées dans les institutions particulières, en pleine renaissance. La victoire de Marengo, la mort des généraux Desaix et Kléber, le retour du premier Consul à Paris sont, pour les élites dans les institutions et pour le peuple dans des fêtes nationales, autant d’occasions de manifester et d’exprimer leur adhésion active au régime.

20Dès l’annonce de la victoire, connue à Paris le 2 messidor, les fêtes spontanées se succèdent pour fêter Marengo, puis le retour du premier Consul, avant l’apothéose patriotique de la fête de la Concorde, le 14 juillet : les récits circonstanciés des journaux montrent que Bonaparte a véritablement conquis Paris. Dans les trois derniers mois de l’an VIII, de l’annonce de la victoire de Marengo à la fête de la République, ont lieu à Paris plusieurs cérémonies officielles au Temple et au Champ de Mars.

21La presse rend compte ou signale dans la même période, à côté de services religieux pour les héros morts à Marengo, au moins une douzaine de célébrations civiles séparées dans des temples ou des institutions particulières, dont moitié du 10 au 21 messidor.

  • 29 Rapport du ministre de l’Intérieur aux Consuls, 23 prairial (La Clef du Cabinet, no 1242). La press (...)
  • 30 La Clef du Cabinet, no 1271 ; Journal des Défenseurs de la Patrie, no 1667.
  • 31 Journal des Défenseurs de la Patrie, no 1668.

22Tout concourrait à donner un nouvel essor au sentiment patriotique : la fête de l'Union des Français, décidée pour célébrer la pacification de l’Ouest, avait été reportée au 14 juillet, jour où devaient également être posées les premières pierres des colonnes départementales, et de la colonne nationale, place de la Concorde pour « que partout, à la même heure, retentissent les noms de ces généreux guerriers dont le sang a coulé pour la patrie »29. L’empressement des Parisiens à se porter en foule aux divers lieux des cérémonies entraîne dans la presse un parallèle avec la fête de la Fédération : « Il n’appartenait qu’à un gouvernement fondé sur la justice et la raison, de rappeler les douces émotions que fit naître cette explosion vraiment nationale, vers un nouvel ordre de choses, en consacrant ce jour à une fête qui, en rappelant cette grande époque, fût célébrée sous les auspices de la concorde »30. « Paris n’a jamais offert un coup d’œil aussi étonnant », de la cérémonie solennelle à la mémoire de Desaix au Temple de Mars au magnifique spectacle qu’offrait la place de la Concorde, « où tout élevait l’âme ; tout disait, voilà les Francs ». Au Champ de Mars le peuple, descendant des talus, envahit l’enceinte et l’on dut annuler les courses de chars31.

23Les cérémonies particulières dont il est rendu compte dans la presse permettent de tester l’opinion des élites attachées ou résignées à l’œuvre de la Révolution. Elles se mêlent au tribut d’admiration et de reconnaissance qu’offre Paris à « l’armée de héros » et au général-consul. La campagne de l’an VIII s’y prête d’autant mieux qu’elle est jalonnée d’exploits qui prennent tout de suite une dimension légendaire. Dans ses commentaires, la presse autorisée, toutes tendances confondues, use plus de son pouvoir d’amplification pour créer un consensus autour du nouveau régime que d’une véritable réflexion critique. D’autant que si on exprime à l’occasion des réserves sur l’orientation culturelle ou religieuse, ou si on souligne les tendances partisanes d’un autre journal, l’opinion générale est à la dénonciation des partis qui font obstacle à l’unité nationale. Apparaissant comme « étranger à tous les systèmes », Bonaparte semble porter tous les espoirs de la République dans une « glorieuse pacification ».

  • 32 La Clef du Cabinet, no 1248. Desaix était mort sur le coup, mais on lui prêtait ces paroles : « All (...)

24Les honneurs rendus au général Desaix, les éloges, les monuments à sa mémoire, sont significatifs des inflexions provisoires ou plus durables données au culte des héros. Dès l’annonce de sa mort à Marengo, les rapports officiels lui prêtent les dernières paroles qui appellent l'éloge de sa vertu exemplaire, aussitôt rendu par Daunou au Tribunat : « Qu’on ne demande plus comment tous ces héros ont acquis, si jeunes, tant de gloire ; Desaix en mourant a révélé leur secret. C’est l’amour de la gloire qui les guide. Ce sentiment s’épure dans les Républiques [...] il leur fait faire tout ce qu’il est possible de faire pour vivre dans la postérité »32. Les éloges du général brodent sur le thème de la vertu héroïque, de la belle âme, de l’amour raisonné de la gloire, pour faire de Desaix le modèle du militaire philosophe.

  • 33 Le Citoyen français, no 314, 3 vendémiaire an IX.
  • 34 J. M. Humbert, « Entre mythe et archéologie : la fortune statuaire égyptisante de Desaix et Kléber  (...)
  • 35 La Décade, no 33, p. 366-368. Voir Y. Hersant, « L’invention d’Ossian », dans Le Culte des grands h (...)
  • 36 [Cousin d’Avallon] Histoire des généraux Desaix et Kléber..., Paris, chez Barba, an X (1802). Ce su (...)

25Au milieu d’un grand appareil militaire, les fêtes officielles offrent les motifs de nouveaux modèles antiques ; le 1er vendémiaire Bonaparte pose la première pierre du monument place des Victoires, où « étoit élevé un temple antique en granit, orné des bustes des généraux Kléber et Desaix »33. Il s’agissait en fait d’une maquette en vraie grandeur du projet de Chalgrin, inspiré du temple de Denderah, d’après le dessin de Denon34. Sous le Consulat, les monuments à Desaix matérialisent sur les places publiques le mythe de l’expédition d’Égypte, tandis que le culte cherche ailleurs que dans l’antiquité gréco-romaine l’image du nouveau héros national. Tous les arts, l’éloquence, la poésie et la musique, participent au succès des célébrations : à la Société philotechnique, la séance se termine par une scène des chants d’Ossian, témoignant du goût pour ce poète d’un genre nouveau, inventé et inscrit par MacPherson dans une filiation héroïque35. Le culte de la mémoire fait de Desaix le nouveau héros national : avec l’histoire de sa vie, parue en 1802, émerge l’image du nouveau Bayard Français, à qui les soldats français et autrichiens avaient donné le surnom de Guerrier sans peur et sans reproche36.

26À Paris, le Temple de Mars (Saint-Louis des Invalides) est devenu le lieu de prédilection des fêtes du Consulat, le seul lieu clos des grandes célébrations patriotiques dont l’essentiel se déroule en plein air, sur les places dégagées des décors éphémères de la Révolution. L’Hôtel des Invalides était déjà sous le Directoire une station obligée des cérémonies officielles : on y distribuait des marques d’honneur à des militaires blessés, à l’occasion des fêtes ou des pompes funèbres des généraux. Il servira de cadre, en juillet 1804, à la distribution spectaculaire des premières décorations de la Légion d’Honneur, avant de devenir un haut lieu des célébrations impériales. Mais au début du Consulat, les cérémonies gardent un caractère républicain, honorant tant les généraux que les défenseurs de la patrie morts ou blessés.

  • 37 Voir les actes du colloque Louis Charles Antoine Desaix, officier du roi, général de la République,(...)
  • 38 Les restes de Hoche devaient être réunis à ceux de Chérin et de Marceau, dans le mausolée élevé sur (...)

27Il en va de même des initiatives publiques ou privées et des monuments. Les fêtes funèbres de l’an VIII associent à la mémoire de Desaix, tous ses compagnons d’armes tombés à Marengo. Si on vante dans les éloges les vertus du général, c’est aussi l’occasion de rendre hommage à l’armée entière : ce qui est mis en avant dans l’évocation des batailles, ce n’est pas l’exploit individuel, mais l’héroïsme collectif déployé dans des combats qui ont pris dans l’instant valeur d’épopée, ainsi du passage du Rhin en l’an V. Par delà le respect des codes du genre, les éloges ont intégré les valeurs de l’héroïsme révolutionnaire37. Les sites des monuments signalent l’intention patriotique : les premières autorités ou les collectivités locales placent les mausolées des généraux, notamment ceux de Desaix, sur les lieux symboliques d’une guerre libératrice, de Strasbourg au Grand Saint-Bernard, des bords du fleuve frontière du Rhin aux sommets emblématiques du passage des Alpes, unissant ainsi dans la mémoire les guerres de la Révolution et les campagnes napoléoniennes38.

  • 39 La Décade, no 28, p. 63 ; no 30, p. 187 (10 et 30 messidor an VIII).
  • 40 Béranger, Le Peuple instruit par ses propres vertus, Paris, 1787. Voir J.-J. Tatin, « L’homme du pe (...)

28Les Colonnes aux défenseurs de la patrie s’inscrivent dans le projet général de mémoriaux et de statues qui, par delà l’édifice parisien dédié aux grands hommes, devait constituer le véritable Panthéon civique national. Le désir de « voir succéder des monumens solides et durables » à des « simulacres provisoires » exprimait, avec la volonté de clore la Révolution, l’espérance « d’un ordre de choses fixe et stable »39. De nombreux décrets ou arrêtés avaient depuis l’an II manifesté l’intention de conserver la mémoire des individus morts pour la patrie. Dans son rapport sur les fêtes nationales, Robespierre avait développé les principes du Panthéon républicain : « Nos sublimes voisins entretiennent gravement l’univers de la santé du roi, de ses divertissements, de ses voyages [...] Nous lui apprendrons, nous, les noms et les vertus des héros morts en combattant pour la liberté [...] Mânes inconnus et révérés, si vous échappez à la célébrité, vous n’échapperez point à notre tendre reconnoissance ». L’exaltation de l’héroïsme des humbles propose un nouveau modèle de vertu populaire, loin des modèles laïcs des dernières années de l’ancien régime40.

  • 41 Moniteur, XXIX, p. 832-833.

29C’est par référence à la Rome antique que Lakanal fait adopter le 28 germinal an II l’érection au Panthéon d’une colonne de marbre : à l’origine devaient y être gravés « les noms des citoyens morts pour l’égalité au 10 août 1792 ». On décide d’y inscrire successivement les noms des généraux morts sur le champ de bataille, ceux des soldats qui se sont illustrés par leur bravoure, puis les marins du Vengeur. C’est dans le même esprit qu’est décidée à la veille du 18 Brumaire l’ouverture d’un livre national des Fastes Militaires : déposé au Panthéon, il recueillerait les noms de tous ceux qui se sont distingués ou sont morts pour leur pays41. La guerre a transformé le culte des grands hommes et le Panthéon en temple de l'émulation patriotique et des vertus héroïques.

  • 42 Journal des Hommes Libres, no 254. On trouvera une analyse des dessins exposés dans, La Décade, no (...)
  • 43 La Décade, no 1, 10 vendémiaire an IX, p. 54.

30Les victoires de l’an VIII suscitent des projets de monuments, qui s’ils n’ont pas tous des réalisations immédiates ou sont détournés par l’Empire de leur destination première, prolongent l’intention d’honorer les individus morts pour la patrie et visent à la consolidation de la mémoire nationale. Tel est le projet ouvert au concours pour l’érection de Colonnes à la mémoire des défenseurs de la patrie ; on en prévoyait deux à Paris et une dans chaque département. Les projets furent exposés dans la salle de l’Institut national au début de l’an IX : « Jamais plus beau sujet ne fut présenté au patriotisme et au génie » (Lucien Bonaparte). La première Colonne nationale devait être élevée place de la Concorde « à l’endroit même où s’élevait une statue colossale de la Liberté »42. En même temps, la souscription ouverte à Paris pour un monument à Desaix inaugure une pratique civique et patriotique : une initiative privée s’associe aussitôt après Marengo aux initiatives officielles et à celles d’autres collectivités locales (Riom, Clermont-Ferrand, Strasbourg) pour conserver le souvenir des morts. La translation solennelle des cendres de Turenne, la veille des cérémonies officielles à la mémoire de Desaix et Kléber, au temple de Mars où ses mânes devaient reposer, ainsi « naturalisés parmi les fondateurs de la République », traduisait la volonté de consolider et d’unifier la mémoire nationale, au même titre que les monuments qui devaient remplacer les allégories de la Révolution43. Le sentiment patriotique génère dans les célébrations l’illusion d’une re-fondation de la République dans la paix.

  • 44 Journal des Hommes Libres, no 215, 13 messidor an VIII.

31Bonaparte cristallisait les espérances aussi bien dans le pays qu’à l’armée, même si les perspectives étaient différentes et si tous les partis n’avaient pas les mêmes raisons d’espérer. La paix « ce mot si doux ! il verse à la fois dans l’âme et l’oubli des maux et les plus sincères espérances »44. La victoire de Marengo suscite un élan d’enthousiasme, où les représentations des Lumières se mêlent à celles de la Révolution pour projeter sur le nouveau régime tous les espoirs de bonheur et de paix universelle.

***

32La notion de patrie était depuis 1789 irrésistiblement liée à l’idée de Révolution et à la lutte pour la Liberté. « Vivre libre ou mourir », la devise du patriotisme révolutionnaire accompagne la célébration des vertus héroïques du peuple français. Du culte des individus à celui des défenseurs de la patrie dans des hommages collectifs, l’irrésistible ascension de Bonaparte suit le goût pour l’héroïsation des généraux morts au champ d’honneur. Avec la campagne légendaire de l’armée de réserve en 1800, leur gloire et celle de l’armée se confondent en un hommage réciproque dont la figure centrale est celle de Bonaparte. Après la victoire de Marengo, dans un contexte propice aux célébrations de la victoire et à l’embaumement des héros, les récits de presse amplifient le processus de ralliement universel au régime, sur les images parallèles du militaire philosophe (Desaix) et du guerrier pacificateur (Bonaparte). De l'art d’évoquer les mânes aux récits qui décrivent le concert de vœux et l’enthousiasme du peuple, tout concourt à la représentation symbolique d’une communauté réconciliée autour de la figure héroïque du général-consul. En dépit de la mutation guerrière de la notion, et du culte ostentatoire des héros de l’Empire, il est remarquable que la légende unit dans une même célébration le patriotisme révolutionnaire et l’aventure impériale, la dimension épique des soldats de l’an II et celle de la Grande armée, attestant dans la mémoire des liens indissolubles qui s’étaient noués en France entre le sentiment de la patrie et la Révolution.

Notes

1 J. Godechot, « Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle », 13e Congrès International des sciences historiques, Moscou, 1970, Paris, Sté Et. Robespierristes, 1973 ; J.-R. Suratteau, « Cosmopolitisme et patriotisme au siècle des Lumières » (1979), Transactions of the fifth International Congress of the Enlightenment, Oxford, 1981, p. 411-440.

2 Abbé Coyer, Dissertations pour être lues, la première sur le vieux mot de patrie, la seconde sur la nature du peuple, La Haye, Pierre Gosse Junior, 1755.

3 M. Launay, Jean-Jacques Rousseau écrivain politique, CEL. ACER, 1969.

4 Œuvres Complètes, Pléiade, 1964, III, p. 255. Sur l’idéal de la cité-patrie, voir B. Baczko, Rousseau. Solitude et communauté, Paris, EPHE, 1974, p. 312 et suiv.

5 Sur la notion en Allemagne, voir M. Gilli, « La sécularisation de la notion de patriotisme en Allemagne à la fin du18 e et au début du XIXe siècle », dans Les Limites de siècles, PU Franc-Comtoises, 1998, II, p. 387-401.

6 Formule célèbre citée par H. Dupuis, « Le roi dans la patrie », dans AHRF., 1991, no 2, p. 139-157. P. Contamine, « Mourir pour la patrie », Les Lieux de mémoire, s.d. P. Nora, II, La nation***, Paris, Gallimard, 1986, p. 11-43.

7 A. Dupront, « Du sentiment national », La France et les Français, Paris, Pléiade, 1972, p. 1429.

8 Histoire de la langue française, IX, II, Paris, A. Colin, 1967, p. 665.

9 H. Dupuy, « Patrie dans les discours de Danton (1787-1794) », Langages de la Révolution (1770-1815), Paris, INALF, collection Saint-Cloud, 1995, p. 479-489. A. Geffroy, « Le mot patrie chez Robespierre », ibid., p. 491-502.

10 Œuvres de Maximilien Robespierre, Paris, PUF, t. X, 1967, p. 461.

11 Moniteur, XIII, p. 12, 44, 565. L’Ami du Peuple, no 671.

12 Les Révolutions de Paris, no 166.

13 A. Soboul, « Sentiment religieux et cultes populaires : saintes patriotes et martyrs de la liberté », Comprendre la Révolution, Paris, Maspéro, 1981, p. 169-185. La mort de Marat, s.d. J.-C. Bonnet, Paris, Flammarion, 1986. J’ai étudié la diffusion du culte à Paris dans Atlas de la Révolution française, 11, Paris, p. 85 (sous presse à l’EHESS), et « Mouvement patriotique et culte des martyrs de la liberté », dans Hommage à Michel Péronnet (à paraître).

14 P. Bordes, La Mort de Brutus de Pierre-Narcisse Guérin, publié à l’occasion de l’exposition Lucius Junius Brutus. L’Antiquité et la Révolution française, Musée de la Révolution française, Vizille, 1996, p. 59 et suivantes.

15 Bonnet, « Les morts illustres. Oraison funèbre, éloge académique, nécrologie », dans Les Lieux de mémoire, s.d. Pierre Nora, II La nation***, p. 217-241.

16 L.-S. Mercier, Le Nouveau Paris, éd. J.-C. Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, p. 573.

17 I. Woloch, Jacobin Legacy, the democratic movement under the Directory, Princeton U.P., 1970. B. Gainot, Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire. Structure et pratiques politiques, Thèse, Paris I, 1993.

18 F. Brunel, S. Goujon, Les Martyrs de Prairial. Textes et documents inédits, Genève, Georg éd., 1992. P. Bordes, A. Jouffroy, Guillotine et peinture. Topino Lebrun et ses amis, Paris, Editions du Chêne, 1977.

19 Le Tribun du Peuple, no 34, p. 52, no 36, p. 126, no 40, p. 215 (Reprint EDHIS, 1966, II).

20 A. Aulard, Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire, t. V, 1902, p. 755-756.

21 Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), Paris, Klincksieck, 1999, fasc. 6 : « Un mot nouveau en politique, réaction sous Thermidor (R. Monnier), et « Réaction dans le Midi (1795-1800), le vocable de la vengeance » (S. Clay), p. 127-186. J. Starobinski, Action et réaction. Vie et aventures d’un couple, Paris, Seuil, 1999.

22 J. Godechot, La Grande Nation, Paris, Aubier Montaigne, 2e édition, 1983. Région, Nation, Europe : unité et diversité des processus sociaux et culturels de la Révolution française, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1988. La République et l’Europe, Paris, 1994 (AHRF, 1994, no 2). AHRF, 1999, no 4, La France du 18 Brumaire et l’étranger.

23 Le Messager des relations extérieures, 24 vendémiaire an VIII.

24 La Clef du Cabinet, no 1598, 17 floréal an VIII.

25 M. Ozouf, La fête révolutionnaire. 1789-1799, Paris, NRF, 1976, p. 140. R. Monnier, « L’apothéose du 20 vendémiaire an III », dans Rousseau visité. Rousseau visiteur, Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, XLII, 1999, p. 403-428.

26 Adresse de la Convention au Peuple français, 18 vendémiaire an III.

27 Moniteur, XXIX, p. 29-33.

28 Sur ces éloges et la cérémonie funèbre du 30 fructidor an VII, voir Moniteur, XXIX, p. 788, 793-795, 801, 803, 813.

29 Rapport du ministre de l’Intérieur aux Consuls, 23 prairial (La Clef du Cabinet, no 1242). La presse rend compte d’une même union de sentiments patriotiques dans les fêtes brillantes des départements (Le Citoyen français, no 249, Journal des Défenseurs de la Patrie, no 1673).

30 La Clef du Cabinet, no 1271 ; Journal des Défenseurs de la Patrie, no 1667.

31 Journal des Défenseurs de la Patrie, no 1668.

32 La Clef du Cabinet, no 1248. Desaix était mort sur le coup, mais on lui prêtait ces paroles : « Allez dire au premier Consul, que je meurs avec le regret de n’avoir pas assez fait pour vivre dans la postérité ».

33 Le Citoyen français, no 314, 3 vendémiaire an IX.

34 J. M. Humbert, « Entre mythe et archéologie : la fortune statuaire égyptisante de Desaix et Kléber », Le Culte des grands hommes au XVIIIe siècle, Entretiens de La GarenneLemot, s.d. J. Pigeaud et J.-P. Barbe, Paris, Nantes, CRINI, 1998, p. 219-232. Les formes furent jugées trop massives, et la maquette détruite deux mois plus tard.

35 La Décade, no 33, p. 366-368. Voir Y. Hersant, « L’invention d’Ossian », dans Le Culte des grands hommes, op. cit., p. 103-107. Le tableau de Girodet-Trioson, l’« Apothéose des héros français morts pour la patrie », est caractéristique de ce moment de refondation en quête de nouvelles racines.

36 [Cousin d’Avallon] Histoire des généraux Desaix et Kléber..., Paris, chez Barba, an X (1802). Ce surnom était déjà évoqué dans les éloges funèbres au Tribunat (La Clef du Cabinet, no 1261, séance du 16 messidor an VIII).

37 Voir les actes du colloque Louis Charles Antoine Desaix, officier du roi, général de la République, Riom, 19-20 mai 2000, (AHRF, no 324, à paraître).

38 Les restes de Hoche devaient être réunis à ceux de Chérin et de Marceau, dans le mausolée élevé sur les bords du Rhin (Moniteur, XXIX, p. 723, 725).

39 La Décade, no 28, p. 63 ; no 30, p. 187 (10 et 30 messidor an VIII).

40 Béranger, Le Peuple instruit par ses propres vertus, Paris, 1787. Voir J.-J. Tatin, « L’homme du peuple au Panthéon », RHMC, 1985, p. 537-560.

41 Moniteur, XXIX, p. 832-833.

42 Journal des Hommes Libres, no 254. On trouvera une analyse des dessins exposés dans, La Décade, no 1, p. 225-229, 10 vendémiaire an IX. Il semble que la seule réalisation durable de « colonne trajane » ait été la colonne Vendôme.

43 La Décade, no 1, 10 vendémiaire an IX, p. 54.

44 Journal des Hommes Libres, no 215, 13 messidor an VIII.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search