Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1 - Des justifications et des contradictions d'un coup d'État

Les louanges de l’instruction au service de la propagande bonapartiste : exercices publics et discours des prix à l’École centrale de Lille (1796-1800)

Philippe Marchand

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple L. Trenard (sous la direction de), Histoire de Lille. L’ère des révolutions (1715- (...)

1L’historiographie régionale récente du passage du Directoire au Consulat insiste beaucoup sur la lassitude des populations prostrées dans l’attente d’un rassembleur, d’un sauveur. Son arrivée suscite leur adhésion immédiate et générale que confortent rapidement les concessions faites aux uns et aux autres1. Ce scénario laisse dans l’ombre un aspect important des choses : la mise en condition de l’opinion par la propagande. La question que nous posons est donc la suivante : peut-on repérer dans le département du Nord des actions ayant pour objectif de glorifier Bonaparte et d’entraîner l’adhésion à sa personne ? Quels sont les thèmes et les symboles utilisés ?

  • 2 Sur l’École centrale de Lille, cf. J. Peter, L’enseignement secondaire dans le département du Nord (...)
  • 3 Cf. Ph. Marchand, « Quels professeurs pour les collégiens ? 1791-1795 », dans Les débuts de l’Écol (...)

2Pour répondre à ces questions, il nous a semblé intéressant d’interroger une certaine catégorie de documents : les exercices publics et les discours des prix de l’École centrale de Lille2. Plusieurs raisons expliquent ce choix. Tout d’abord la régularité de cette série de documents puisque la cérémonie des prix a lieu chaque année selon le même scénario : exercices publics avec exposition des productions des élèves du cours de dessin puis discours avant la remise des prix. Nous sont parvenus les exercices publics des années 1798 et 1800, les discours prononcés en 1798, 1799 et 1800. Second intérêt de cette documentation pour notre propos : ils émanent d’agents de l’État, professeurs, administrateurs du département, commissaire du directoire exécutif auprès de l’administration municipale, préfet. En troisième lieu, si les cérémonies de prix sont organisées à la gloire de l’institution, des travaux scolaires et de leurs auteurs, elles donnent l’occasion de s’adresser solennellement aux élèves et par-dessus leurs têtes aux public qui y assiste. Rappelons d’ailleurs que les sujets des exercices publics et surtout les discours étaient imprimés et diffusés par l’imprimeur-libraire Jacquez. Enfin, il ne faut pas oublier qu’avec la Révolution, l’actualité avait fait irruption dans les collèges dont nombre d’enseignants avaient fait preuve d’un réel engagement civique accompagné parfois d’un engagement politique3. Une partie de ce personnel se retrouve à l’École centrale de Lille.

28-29 fructidor an VI-14 et 15 septembre 1798 : le chef de guerre

  • 4 Arch. dép. Nord Programme d’exercices publics qui auront lieu à l’école centrale du Département du (...)
  • 5 Arch. dép. Nord L4841, Programme d’exercices publics qui auront lieu à l’école centrale du départe (...)
  • 6 Sur le rôle de la presse et de l’imagerie, cf. M. Vovelle, La Révolution française, images et réci (...)

3À trois heures de relevé, le 28 fructidor, élèves, parents, représentants du directoire du département, du jury central d’instruction publique, du directoire du district et de la municipalité de Lille se pressent nombreux à l’entrée de l’École centrale du département du Nord pour y assister aux exercices publics suivis de la distribution des prix, couronnement de l’année scolaire. La cérémonie se déroule dans une grande salle dont les murs ont été pour la circonstance décorés avec les dessins réalisés par les élèves de François Watteau pour l’épreuve de composition historique4. Le sujet proposé est : « La bataille d’Arcole du 29 Brumaire an V (19 novembre 1796) ». L’Antiquité qui avec Marius assis sur les ruines de Carthage avait fourni le sujet de la composition historique de 17975 est donc délaissée en 1798 au profit d’une actualité encore fraîche dont le « héros » est alors loin de la France. Faut-il rappeler que dans l’orchestration publicitaire qui avait accompagné la succession des victoires de la campagne d’Italie, la presse et l’imagerie financées par Bonaparte avaient fait un sort au fait d’armes, longtemps indécis, qui s’était déroulé le 25 - et non le 29-brumaire an V (15 novembre 1796) sur un modeste pont aux confins de la Vénétie lors des opérations menées pour s’emparer de Mantoue6. Les gravures de Carie Vernet, de Lembert, de Bellangé ou de Thévenin représentant l’épisode du pont d’Arcole étaient partout, devenant ainsi une des pièces majeures de la propagande bonapartiste. Avec François Watteau, responsable de l’enseignement du dessin à l’École centrale de Lille, le fait d’armes qui appartient déjà à la légende devient donc objet d’enseignement.

  • 7 G. Maes, Les Watteau de Lille Louis Watteau (1731-1798) François Watteau (1758-1823), Paris, Arthe (...)
  • 8 Dans cette production à la gloire de Bonaparte, on retiendra en particulier la Bataille des Pyrami (...)

4Petit-neveu d’Antoine Watteau, fils du peintre lillois Louis Watteau, François Watteau est professeur-adjoint du cours de dessin de l'École centrale depuis juillet 1796. Il en devient le titulaire au décès de son père le 27 août 17987. Absent de la vie publique dans les premières années de la Révolution, François Watteau entre en politique en septembre 1792. Il affirme un réel engagement jacobin en adhérant à la Société populaire, puis en siégeant dans le tribunal révolutionnaire et au comité de surveillance en 1793-1794. Il acquiert une réputation de révolutionnaire au sens le plus radical du terme qui lui vaut de figurer au printemps 1795 sur la liste des terroristes à désarmer. Il ne sera pas inquiété longtemps. Son républicanisme affirmé trouve un écho dans plusieurs de ses toiles réalisées de 1792 à 1796. Les années 1797-1798 le voient rejoindre le camp des admirateurs de Bonaparte dont il célèbre les succès militaires et autres dans de nombreuses productions qui s’échelonnent de 1798 à 18038. Son choix de la bataille d’Arcole comme sujet de la composition historique n’a donc rien de surprenant

  • 9 Rappelons que dans la gravure de Carie Vernet, Bonaparte, à pied, suivi d’Augereau à cheval, est l (...)

5François Watteau ne se contente pas de proposer un sujet. Il l’accompagne d’un commentaire qui doit en guider la réalisation : « Bonaparte accompagné d’Augereau, chacun un drapeau tricolore à la main, guidé par Minerve renverse et culbute l’ennemi en s’écriant : Grenadiers, suivez votre Général » et trace lui-même un chemin à la victoire ». Dans la « valse hésitation » (M. Vovelle) des artistes autour de la tentative de franchissement du pont et de l’épisode du drapeau9, François Watteau choisit la version qui unit Bonaparte et Augereau dans la même gloire. Mais comme tous les autres illustrateurs, il « oublie » le flottement manifeste dont l’armée a fait preuve ce jour là et laisse croire au franchissement du pont et à la victoire sur l’ennemi. Il passe sous silence la première tentative d’Augereau pour traverser le pont, l’échec du second assaut emmené par Bonaparte. Aucune mention du reflux des soldats sous la grêle de balles de l’ennemi, aucune allusion à Bonaparte culbuté, jeté cul par-dessus tête dans l’Alpone et sauvé par le sacrifice de l’héroïque Muiron qui lui fait un rempart de son corps. Tout en accordant une place à Augereau, la mise en scène suggérée par François Watteau impose Bonaparte comme personnage central. Le général en chef est « accompagné » d'Augereau, il est « guidé par Minerve », il « trace... lui-même le chemin à la victoire ». Augereau n’est plus qu’un fidèle second uni à son chef par un lien quasi charnel comme celui qui unit Bonaparte à ses soldats et que vient rappeler la phrase sans doute apocryphe « Grenadiers, suivez votre Général. » François Watteau fait donc d’un exercice scolaire un excellent vecteur de la propagande bonapartiste. Le héros est loin, mais son image est présente sous les yeux des spectateurs.

  • 10 Arch. dép. Nord 4840 – Bibl. mun. Lille 26964, Discours prononcé par le citoyen Guffroy-Vanghelle, (...)

6C’est donc dans ce décor à la gloire du héros d’Arcole que Guffroy-Vanghelle, professeur de belles-lettres, est le premier à prendre la parole le 29 fructidor dans la série des discours précédant la remise des récompenses10. Ce n’est pas un inconnu pour les Lillois. Docteur en théologie de l’Université de Paris, prêtre du diocèse de Noyon, Guffroy-Vanghelle entre au collège de Lille en 1783. Quand la Révolution éclate, il y régente la rhétorique. En 1791, il prête serment à la Constitution civile du clergé. Élu curé de la paroisse de Saint-André, il préfère poursuivre sa carrière d’enseignant et retrouve sa chaire de rhétorique au collège. Il fait partie de ces professeurs qui font entrer la Révolution dans les collèges. En même temps, il s’engage au service de la cité. D’abord juge suppléant au tribunal du district de Lille, il entre dans la municipalité des sans-culottes (octobre 1793-juillet 1794). Le 21 brumaire an II (18 novembre 1793), il dépose ses lettres de prêtrise en accompagnant ce geste d’une déclaration qui le range parmi ceux que M. Vovelle désigne comme « blasphémateur véritable » et se marie. Comme François Watteau, il est quelque peu inquiété au lendemain de la chute de Robespierre. Son retour au premier plan est cependant très rapide. En 1796, il est choisi pour enseigner les belles-lettres à l’École centrale et au lendemain de l'adoption de la loi Daunou, il préside le jury d’instruction chargé du recrutement des instituteurs et des institutrices dans l’arrondissement de Lille.

  • 11 Cf. A. Fugier, Napoléon et Paris, Paris, J.-B. Janin, 1947, p. 39 qui rappelle les instructions du (...)
  • 12 On peut supposer qu’à ce moment de son discours, l’orateur dirige les regards du public vers les d (...)

7Construit selon les règles de la plus pure rhétorique et sur un mode très argumentatif, son discours commence par un exorde qui en pose la problématique : dans un État libre où chacun a désormais accès « aux honneurs, à la gloire et à la fortune », le désir et le besoin de s’instruire devient suffire pour attirer les élèves dans les écoles centrales. Cependant la jeunesse n’étant pas assez raisonnable pour comprendre cette vérité, il faut la stimuler par des distributions de prix dont la Grèce ancienne avait déjà montré les heureuses conséquences. Mais même stimulé, le talent n’est rien sans la liberté. Sans liberté, le génie quand bien même il existerait, et Guffroy-Vanghelle convoque à l’appui de sa démonstration les exemples de « Virgile, Horace sous l’ambitieux Octavien, de Boileau et de Racine sous l’orgueilleux Louis XIV » est obligé de « ramper, de s’avilir jusqu’à l’adulation. Ce n’est que dans les Républiques que le génie peut s’élever... C’est alors qu’il produit les chefs d’œuvre faits pour l’immortalité ». Revenant au présent, l’orateur constate que par un juste retour des choses, « les chefs d’œuvre qui couvraient la Grèce au temps de sa liberté et dont les restes ont longtemps fait l’ornement et la richesse de cette Rome si superbe autrefois, et si indigne ensuite de posséder ces trésors » viennent « se transplanter au milieu de la Grande Nation ». Cette allusion, qui est en même temps une justification aux prélèvements d'objets d’art opérés dès les premières victoires en Italie11 donne à l’orateur l’occasion de se lancer dans un excursus à la gloire du « héros de la victoire d’Arcole dessinée dans ces tableaux par les élèves du cours de dessin »12 Dans la bouche de Guffroy-Vanghelle, Bonaparte est « un héros cher à la France ». Il est le général victorieux « qui a assuré notre supériorité sur le plus puissant des ennemis », celui qui « au cours de cette journée immortelle a fixé le sort d’un combat d’où dépendait le sort de l’Italie ». Mais, il est aussi celui qui vient de se lancer dans une expédition lointaine « pour y remplir tout ce que promettent d'heureux les destinées de la Patrie ». À ce moment de son discours, Guffroy-Vanghelle demande au public de lui pardonner « cet élan naturel d’admiration pour un guerrier qui tout jeune encore a déjà tant vécu pour la patrie et pour la gloire » et annonce qu’il se hâte de finir. Cette transition fort subtile dans laquelle il est question du jeune guerrier lui permet de s’adresser directement aux élèves « pour tirer de sa petite digression une instruction importante ». Commence alors pour le public scolaire l’éloge de l’élève Bonaparte « qui s’est distingué dans ses études comme il l’a fait dans les combats », qui « a préludé à ses triomphes par des victoires plus douces remportées sur ses condisciples », qui « s’est convaincu de bonne heure qu’il faut acquérir du savoir si l’on veut sortir de la foule et goûter le plaisir de rendre à son pays des services signalés ». Il peut alors conclure, « Jeunes élèves, voilà votre modèle » et se lancer dans une péroraison à, l’adresse des professeurs et des spectateurs.

29 fructidor an VII-15 septembre 1799 : le stratège en herbe

8À nouveau, élèves, professeurs, parents et administrateurs sont réunis à l’École centrale pour la cérémonie de la distribution des prix. Au lendemain de son succès à Aboukir (25 juillet 1799), Bonaparte a quitté l’Égypte le 22 août. Mais la nouvelle de son retour en France n’est pas encore connue. Masséna en Suisse, Berthier en Hollande sont à la veille de livrer des batailles décisives dans la lutte contre les armées de la seconde coalition. En France, l’influence grandissante de la gauche jacobine, la menace d’un affrontement entre le Directoire et les Néo-jacobins renforcent l’incertitude politique aggravée par les crises financières. À Lille, la fête du 9 thermidor – 27 juillet 1799 a été le prétexte d’une violente manifestation royaliste.

  • 13 Les discours de Girard-Janin, de Sachon et de Dusaultoir, administrateur du département sont publi (...)

9Contrairement à celle de l’an VI, la cérémonie n’est pas précédée d’exercices publics ce qui explique sans doute l'absence sur les murs de productions des élèves du cours de dessin. Trois orateurs prennent successivement la parole. Si le discours particulièrement bref du représentant du département s’avère d’une affligeante banalité, ceux de Girard-Janin, professeur de grammaire générale, et de Sachon, commissaire du directoire exécutif près l’administration de Lille, méritent de retenir l’attention13.

10Au-delà des habituels lieux communs sur les bienfaits de l'instruction garante d’une bonne organisation politique et sociale, Girard-Janin par toute une série de glissements oratoires directement liés à l'actualité en arrive à une violente critique du régime en proie « à des secousses qui ont retardé jusque-là l’affirmation de la constitution et conséquemment l’époque du bonheur qu’elle promet ». Et d’ajouter : « Qu’importe, d’ailleurs, à des hommes ineptes et sans honneur que l'État souffre, pourvu qu’ils pillent et s’enrichissent : ne pouvant commander le respect par leurs qualités personnelles, il s’imaginent follement parvenir au même but par le clinquant de l’opulence : entourés de rivaux aussi ineptes aussi vils qu’eux, leur vanité s’accroît sans mesure ; et pendant les combats que se livrent ces Pigmées, la Patrie déchirée par mille intrigues croissantes penche vers sa ruine ». Comment faire cesser « cette lutte indécente et dangereuse » ? Girard-Janin en appelle à des « hommes éclairés et vertueux ». Avec eux, « l’ordre succède au chaos, les mœurs à la corruption, le bien-être général à la misère et au désespoir ». Contrairement à Guffroy-Vanghelle, Girard-Janin se garde de personnaliser son discours. Mais comment ne pas penser à Bonaparte pour ramener l'ordre ?

11Sachon n'use pas des mêmes précautions. Comme l'orateur précédent, il fait l’éloge, sans cesse répété dans ce type de discours, de l’instruction « gage et appui du bonheur public ». Puis s’adressant directement aux élèves, il développe l’idée que même dans les amusements, « tout doit tendre à faire des citoyens précieux ». Et à l'appui de son propos, il prend pour exemple Bonaparte, mais cette fois le Bonaparte de Brienne, l’élève studieux, le stratège en herbe organisant un combat à coups de boules de neige. « Ce n’est ni avec des joujoux, ni avec des colifichets que le héros d’Italie et d’Égypte attendait le moment de reprendre ses livres, sa plume ou son crayon. Les jeux de Bonaparte, à votre âge, étaient les exercices savants d’un officier instruit, et faute de matériaux et d’outils, la neige sous ses mains délicates, prenait les formes et les proportions d’un rempart ». Et l’orateur peut alors conclure : « Nous apercevons, parmi vous, plus d’un émule de Bonaparte. Il vous appartient de réaliser cette glorieuse opinion ». Au total, huit lignes sur quarante et une consacrées à Bonaparte, son nom prononcé trois fois, ses campagnes d’Italie et d’Égypte rappelées, n’avons-nous pas là l'homme qui peut substituer l’ordre au chaos, les mœurs à la corruption, le bien être général à la misère et au désespoir ?

30 fructidor an VIII-17 septembre 1800 : « le premier homme du monde »

  • 14 Pierre Matthieu Joubert, député aux États généraux, évêque constitutionnel, marié en 1793, fonctio (...)
  • 15 Arch. dép. Nord 4841 Programme d’exercices publics qui auront lieu à l’École centrale du départeme (...)
  • 16 A. Fugier, op. cit., p. 99-100.

12Première distribution des prix depuis le coup d’État de brumaire présidée par Joubert, préfet du département depuis mars 180014. La foule semble encore plus nombreuse que lors des cérémonies de 1798 et 1799. À nouveau, les murs de la salle sont décorés avec les productions des élèves de François Watteau. Le sujet proposé à leur inspiration pour la composition historique était « La mort de Desaix à Marengo 24 prairial an VIII (13 juin 1800) » survenue trois mois auparavant seulement15. L’empressement de François Watteau à proposer cet épisode de la geste consulaire comme exercice scolaire mérite d’être relevé. Comme pour l’épisode du pont d’Arcole, François Watteau met l’accent dans l’explication du sujet sur la valeur exemplaire du thème choisi pour la composition historique : « Le sujet de la composition est la mort de Desaix, tué à la bataille de Marengo. Il représente ce général dans le moment où, atteint d'un coup mortel et tombant entre les mains du jeune Lebrun, il lui dit : « Allez dire au Premier Consul que je meurs avec le regret de n’avoir pas assez fait pour vivre dans la postérité ». On remarquera cependant qu’il reprend la version officielle diffusée dans le célèbre Bulletin de l’armée de Réserve du 26 prairial (15 juin) dicté par Bonaparte. Il en retient en particulier les paroles que le Premier Consul met dans la bouche de Desaix, « nobles paroles qui honorent le guerrier mourant et qui, en même temps, minimisent quelque peu son rôle au bénéfice de celui de son chef »16, personnage central du discours du préfet.

  • 17 Bib. Mun. Lille 26744 Discours prononcé par le Citoyen Joubert, Préfet du département du Nord, le (...)

13Contrairement aux années précédentes, la distribution des prix est dissociée des exercices publics et ne voit qu’un seul discours prononcé avant la remise des prix : celui du préfet17. Faut-il y voir l’air du temps ? La volonté de retenir l’attention des spectateurs ? Construisant son discours autour de l’opposition entre « les misérables et gothiques préjugés qui obscurcissaient l’entendement » et « l’éclat majestueux du flambeau de la raison et de la philosophie », Joubert rappelle que désormais « l’ignorance, la superstition et l’hypocrisie » ne sont plus qu’un souvenir. On le doit à la Révolution qui de surcroît a proscrit « ce système monstrueux et révoltant suivant lequel un nom prétendu célèbre, une antique naissance usurpaient les grâces, les honneurs, le premier rang de la société et condamnaient le mérite à l’oubli, souvent même au mépris ». C’en est fini de ce temps grâce « à cette révolution immortelle qui nous reste aujourd'hui avec toute sa pureté ». Cette justification implicite du coup d’État de brumaire présenté comme une opération destinée à consolider la Révolution permet alors à l’orateur d’en arriver à l'objet central de son discours : Bonaparte, fils de la Révolution. Cette idée d’un lien naturel entre la Révolution et le Premier Consul que marque le « sans elle » répété deux fois et le « mais la Révolution seule » fait alors l'objet d’un développement consacrés aux qualités dont l’orateur pare le héros. « Sans elle », Bonaparte que nous admirons et que nous chérissons, n’eut été qu’un homme ordinaire ; sans elle Bonaparte, qui fixe aujourd’hui les regards et l’admiration de l’Europe, qui dans ce moment balance, pour ainsi dire, les destinées du monde, eût végété dans une honteuse obscurité. Mais la Révolution, qui seule pouvait donner l’essor à son génie et déployer ses talens, l’a mis à sa véritable place, l’a élevé au plus haut degré de gloire qu’un mortel puise atteindre ; et disons le sans flatterie, son génie, son courage, son humanité, ses vertus pacifiques, lorsqu’il a tant de droit à la célébrité d’un conquérant, en ont fait le premier homme du monde ». Ce panégyrique s’achève, et cela ne doit pas étonner, par l’appel à imiter « ce modèle étonnant » sans céder au découragement « par la juste crainte de ne pouvoir l’atteindre ».

  • 18 C’est l’objet d’une enquête en cours qui comportera l’analyse des programmes rendus publics par le (...)

14À l’origine des écoles centrales, il y avait un double rêve : faire des lieux d’apprentissages de connaissances, ouvrir des espaces de liberté contribuant à la diffusion des Lumières. Même si nous n’avons pas insisté sur ce point, exercices publics et discours des prix présentés dans ces quelques pages montrent que l’École centrale de Lille a adhéré à cette double mission. Et pourtant cela ne l’a pas empêché de succomber à l’orchestration publicitaire développée autour du héros d’Arcole et de contribuer, même s’il convient de ne pas surestimer l’impact de ces quelques manifestations, à la propagande bonapartiste. La chose n’est pas paradoxale quand il s’agit du préfet, représentant de l’État consulaire. Elle l’est plus quand on voit qu’elle est le fait d’individus comme François Watteau, Guffroy-Vanghelle. Faut-il les ranger parmi ces jacobins qui considéraient Bonaparte comme un authentique fils de la Révolution capable de la fixer ? Faut-il les taxer d’opportunisme ? Plus que leurs raisons personnelles que l’historien ne peut pénétrer, il nous semble intéressant à travers ces exemples de voir comment le rêve-le service de la patrie - cède la place à la réalité : le service d’un « homme ». Il serait intéressant de voir ce qu’il en a été dans les autres écoles centrales dont le Premier Consul signera rapidement l’arrêt de mort18. Ses préventions contre les écoles centrales étaient-elles fondées ?

Notes

1 Cf. par exemple L. Trenard (sous la direction de), Histoire de Lille. L’ère des révolutions (1715-1851), Toulouse, Privat, 1991. On se reportera aussi à la collection « Histoire des Villes ».

2 Sur l’École centrale de Lille, cf. J. Peter, L’enseignement secondaire dans le département du Nord pendant la Révolution 1789-1802, Lille, 1912 – E. Leclair, L’École centrale de Lille 1795-1803, Lille, René Giard, 1904. Exercices publics et discours des prix n'ont guère retenu l’attention de ces deux auteurs.

3 Cf. Ph. Marchand, « Quels professeurs pour les collégiens ? 1791-1795 », dans Les débuts de l’École républicaine (1792-1802), Revue du Nord, t. LXXVIII, octobre-décembre 1996, p. 837-851.

4 Arch. dép. Nord Programme d’exercices publics qui auront lieu à l’école centrale du Département du Nord les 28 et 29 du fructidor an VI de la République. À Lille De l’Imprimerie Jacquez. Publié dans E. Leclair, op. cit., p. 76-85. Ces dessins comme ceux réalisés en l'an VIII sont perdus.

5 Arch. dép. Nord L4841, Programme d’exercices publics qui auront lieu à l’école centrale du département du Nord les 29 et 30 fructidor, an V de la République. À Lille de l’Imprimerie Jacquez.

6 Sur le rôle de la presse et de l’imagerie, cf. M. Vovelle, La Révolution française, images et récits. Tome V Prairial an III (mai 1795)-à brumaire an VIII (novembre 1799), Paris, Livre Club Diderot – Messidor, 1986 – Ch.-M. Bosséno, « Je me vis dans l’histoire ». Bonaparte de Lodi à Arcole », dans Annales historiques de la Révolution française, 1998, no 3, p. 449-465 – J.-P. Bertaud, La presse et le pouvoir de Louis XIII à Napoléon Ier, Paris, Perrin, Pour l’Histoire, 2000. On rappellera que repoussés par Alvinzi, les Français ont battu en retraite et n’obtiennent la victoire que deux jours plus tard en contournant Arcole.

7 G. Maes, Les Watteau de Lille Louis Watteau (1731-1798) François Watteau (1758-1823), Paris, Arthena, 1998. Le programme des exercices publics de l’an VI ne précise qui de Louis ou de François Watteau a choisi le sujet de la composition historique. L'âge de Louis Watteau, une santé dégradée qui se traduit par son absence au Salon lillois d'avril 1796 pour la première fois depuis sa création (1773) laissent à penser que François Watteau est seul responsable de l’enseignement du dessin au moins pendant le second semestre de l’année 1797-1798 et donc responsable du choix du sujet de la composition historique.

8 Dans cette production à la gloire de Bonaparte, on retiendra en particulier la Bataille des Pyramides (1799) (Musée de Valenciennes).

9 Rappelons que dans la gravure de Carie Vernet, Bonaparte, à pied, suivi d’Augereau à cheval, est le seul à brandir un drapeau. Dans la gravure de Lembert, Bonaparte et Augereau à cheval, brandissent tous deux un drapeau (cf. la reproduction de ces gravures dans M. Vovelle, op. cit., p. 78). Sur Arcole, cf. L. Madelin, Histoire du Consulat et de l’Empire, t. 2 : L’ascension de Bonaparte, Paris, Hachette, 1938.

10 Arch. dép. Nord 4840 – Bibl. mun. Lille 26964, Discours prononcé par le citoyen Guffroy-Vanghelle, professeur de belles-lettres, le 19 fructidor 6e année républicaine à la distribution des prix faite à l’École centrale du département du Nord, établie à Lille. De l’Imprimerie Jacquez. Sur Guffroy-Vanghelle, cf. Ph. Marchand, Recherches sur l’histoire de l’enseignement. Le collège de Lille, 1er avril 1765-10 nivôse an V (30 décembre 1796) Thèse de 3e cycle, 1971 (Arch. dép. Nord 3321, 1 et 2)

11 Cf. A. Fugier, Napoléon et Paris, Paris, J.-B. Janin, 1947, p. 39 qui rappelle les instructions du Directoire à Bonaparte : « Cette glorieuse campagne... doit joindre à l’éclat des trophées militaires le charme des arts bienfaisants et consolateurs » (7 mai 1796).

12 On peut supposer qu’à ce moment de son discours, l’orateur dirige les regards du public vers les dessins.

13 Les discours de Girard-Janin, de Sachon et de Dusaultoir, administrateur du département sont publiés dans E. Leclair, op. cit., p. 94-99. Nous n’avons aucun renseignement sur Girard-Janin. Sachon est membre du conseil municipal de Lille sous le Consulat.

14 Pierre Matthieu Joubert, député aux États généraux, évêque constitutionnel, marié en 1793, fonctionnaire à l’octroi de Paris, nommé préfet le 2 mars 1800. Il ne resta à ce poste que quelques mois.

15 Arch. dép. Nord 4841 Programme d’exercices publics qui auront lieu à l’École centrale du département du Nord les 28 et 29 Fructidor, an huit de la République A Lille, De l’Imprimerie Jacques

16 A. Fugier, op. cit., p. 99-100.

17 Bib. Mun. Lille 26744 Discours prononcé par le Citoyen Joubert, Préfet du département du Nord, le 30 fructidor an VII, à la distribution des prix de l’École centrale à Lille.

18 C’est l’objet d’une enquête en cours qui comportera l’analyse des programmes rendus publics par les professeurs des écoles centrales. À titre d’exemple, on citera le cas de Spitalier du Seillans, titulaire du cours d’histoire à l’école centrale de Boulogne. Dans le programme du 15 vendémiaire an VIII (15 octobre 1799), il annonce qu’il présentera dans son cours un abrégé de l’histoire de la Révolution française qui s’achève avec « le récit de la campagne mémorable qui, grâce au génie du plus grand homme de notre siècle, affirmait pour jamais la liberté française et donnait la paix au continent » (Arch. dép. Pas-de-Calais, collection Barbier B1148 Les professeurs de l’École centrale du département du Pas-de-Calais aux pères de famille. Analyse de l'ordre et de la marche de l’instruction dans les différents cours, an VIII). Chaplet, professeur d’histoire à l’Ecole centrale de Limoges, consacre une leçon à la « bataille d’Actium. Libéré romaine accablée sous des fers que dix huit siècles n’auraient pu briser sans les descandans de fiers Gaulois les héros d’Italie » [souligné dans le texte. Arch. nat. F/17/1 344/5. Cours d’histoire de Chaplet professeur d’histoire à l’École centrale de Limoges 5 fructidor an VI (22 août 1798)]

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search