Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1 - Des justifications et des contradictions d'un coup d'État

Des justifications et des contradictions d’un coup d’État

Rapport Introductif

Bernard Gainot

Texte intégral

1Nous connaissons tous l’épisode fameux de la rencontre entre le Premier Consul et Chateaubriand, tel que narré par ce dernier dans les Mémoires d’outre-tombe :

« Après l’adoption du Concordat par le Corps législatif en 1802, Lucien, ministre de l’Intérieur, donna une fête à son frère ; j’y fus invité comme ayant rallié les forces chrétiennes et les ayant ramenées à la charge. J’étais dans la galerie, lorsque Napoléon entra ; il me frappa agréablement ; je ne l'avais jamais aperçu que de loin...
Bonaparte m’aperçut et me reconnut, j’ignore à quoi. Quand il se dirigea vers ma personne, on ne savait qui il cherchait ; les rangs s’ouvraient successivement ; chacun espérait que le Consul s’arrêterait à lui : il avait l’air d’éprouver une certaine impatience de ces méprises. Je m'enfonçais derrière mes voisins. Bonaparte éleva tout à coup la voix et me dit : « Monsieur de Chateaubriand ! » Je restai seul alors en avant, car la foule se retira et bientôt se reforma en cercle autour des interlocuteurs. Bonaparte m’aborda avec simplicité : sans me faire de compliments, sans questions oiseuses, sans préambule, il me parla sur-le-champ de l'Égypte et des arabes comme si j’eusse été de son intimité et comme s’il n’eût fait que continuer une conversation déjà commencée entre nous. « J’étais toujours frappé », me dit-il, « quand je voyais les cheikhs tomber à genoux au milieu du désert, se tourner vers l’Orient et toucher le sable de leur front. Qu'était-ce que cette chose inconnue qu’ils adoraient vers l’Orient ? »
Bonaparte s’interrompit, et passant sans transition à une autre idée : « Le christianisme ! Les Idéologues n’ont-ils pas voulu en faire un système d’astronomie ? Quand cela serait, croient-ils me persuader que le christianisme est petit ? Si le christianisme est l’allégorie du mouvement des sphères, la géométrie des astres, les esprits forts ont beau faire, malgré eux, ils ont encore laissé assez de grandeur à l’infâme... »

2L’entente tacite entre le chef de l’État et l’un des principaux représentants du courant de la restauration catholique n’est pas fortuite. Elle constitue l'une des données essentielles de l’équivoque de brumaire. Coup politique fomenté par les républicains conservateurs, inspiré par les membres les plus éminents de l’Institut, qui sont en position hégémonique dans le champ intellectuel de la période directoriale, son principal bénéficiaire sait capter un air du temps alimenté par la nostalgie des temps prérévolutionnaires, et par la résistance à l’individualisme libéral. Cette alliance inattendue sape les acquis que les Idéologues croyaient consolider.

3Darrin Mac Mahon estime même que ce courant culturel antirévolutionnaire est devenu largement hégémonique dès le début du Consulat. Il est très puissant dans la littérature (Chateaubriand, bien sûr, mais aussi Laharpe, Fontanes), et dans la presse. Le Journal des débats est certainement le journal le plus lu de la période, et il est largement acquis aux thèses de la restauration catholique.

4En réalité, ce mouvement qui triomphe sous le Consulat a ses racines à l’époque précédente. Une première grande offensive avait déjà été lancée en 1796, et surtout au début de l’année 1797, accompagnant la victoire des monarchistes constitutionnels aux élections de l’an V. Un journal tel que L’accusateur public de Richer-Sérizy en témoigne, de même que la publication de l’ouvrage de Laharpe ; Du fanatisme dans la langue révolutionnaire.

5Il s’agit bien d’un vaste mouvement de réforme intellectuelle et morale au sens gramscien du terme ; à savoir que la conquête de l’hégémonie dans le domaine culturel est le préalable du changement politique et social. La cible, c’est l’esprit philosophique, globalement associé à l’esprit révolutionnaire. Ses protagonistes ont su habilement tirer profit des mutations de l’opinion publique, qui s’expriment par exemple à travers les critiques des cérémonies officielles dépourvues d’émotion, des pompes funèbres dénuées d’apparat, à travers tous les discours sur la dilution de l’autorité naturelle par les principes de l’individualisme libéral, ce qui entraîne la corruption des mœurs, la ruine du système éducatif, etc.

6Bien sûr, après quelques hésitations, les républicains conservateurs se ressaisissent. Roederer publie les Observations morales et politiques sur les journaux détracteurs du XVIIIe siècle, de la philosophie et de la Révolution, le journal des Idéologues La Décade riposte à l’ouvrage de Rivarol De la philosophie moderne, etc.

7Daniel Teysseire nous présente plus particulièrement le cas du docteur Cabanis, et nous invite à nous interroger sur la signification de l’auto-désignant de ce groupe qui persévère dans la défense de l’héritage des Lumières : « patriote conservateur ». En 1798, déjà, un journal fondé par des représentants très proches, politiquement et humainement, de Cabanis, à savoir Garat, Daunou et Chénier, s’appelait Le Conservateur. L’usage du terme prête aujourd’hui à équivoque, et nous conduit à l’anachronisme. Car que s’agissait-il à l’époque de conserver ? Rien moins que la République, que le gouvernement révolutionnaire avait fondé. Il n’y a aucune solution de continuité entre le moment de révolution-fondation et le moment de constitution-conservation. Robespierre avait développé cet argumentaire à la fin de 1793. Cabanis le reprend au soir du 19 brumaire, dans la salle glaciale de l’Orangerie du château de Saint-Cloud désertée par la plupart des représentants évacués par la force des baïonnettes, lugubrement éclairée par quelques chandeliers. Il assume intégralement l'héritage des assemblées précédentes, il reconnaît l’identité de vues entre les pères de la Constitution de l’an III et les révisionnistes de l’an VIII. Il s’agit de parachever l’œuvre antérieure, en corrigeant simplement les dysfonctionnements qui faisaient glisser le régime constitutionnel vers l’anarchie et la tyrannie populaire.

8Telle est finalement la grande illusion de cette journée des dupes ; révolution auto proclamée qui doit achever le cycle des révolutions ; violation du régime constitutionnel au nom des principes qui ont établi ce même régime constitutionnel ; revendication de l’héritage des Lumières en épousant les rancœurs et les nostalgies de larges fractions de la population qui amalgament ce legs à un individualisme libéral qu’elles haïssent. Ce malentendu n’est pas sans précédent ; au lendemain du 9 thermidor, les vainqueurs de Robespierre voulaient continuer le gouvernement révolutionnaire, avant d’être emportés par une lame de fond où la peur le disputait à la vengeance. Les illusions de Cabanis ne tarderont pas à se dissiper, ainsi que celles de tout ce courant que Daniel Teysseire appelle les brumairiens idéologistes, pour les distinguer des brumairiens bonapartistes, distinction problématique, à mon sens.

9Le patriotisme de Cabanis, c’est son progressisme, c’est-à-dire son attachement à la perfectibilité du genre humain. La notion de perfectibilité est bien un enjeu majeur de la période, le nombre d’ouvrages consacrés à ce thème dans la période 1800-1803 l’atteste. Darrin Mac-Mahon cite un extrait du Journal des Débats de 1803, qui porte pour titre : De la perfectibilité. Autour de cette notion s’affrontent ceux qui croient à la promotion physique et morale des classes populaires (Cabanis est du nombre), et ceux qui organisent la représentation de la société autour du péché originel, condamnant toute amélioration graduelle comme expression de vanité.

10Le patriotisme de Cabanis, c’est encore la main tendue aux néojacobins, contre lesquels le coup de brumaire vient de trouver sa justification idéologique et pratique, et la reconnaissance de la sincérité de leur initiative de déclaration de la patrie en danger, présentée par le général Jourdan le 13 septembre 1799. Ce grand débat est également évoqué par Raymonde Monnier. Rémanence de la situation de 1792, mais plus encore différence entre les deux contextes, qui ne sont pas seulement des contextes factuels, mais aussi des contextes sémantiques. La communication de Raymonde Monnier nous incite à une réflexion sur la polysémie du couple patriote/patriotisme au cours de la décennie, dans une démarche parallèle à celle que nous avions amorcée à Valenciennes et à Lille autour de l’expression « La Grande Nation ».

11En 1799, déclarer la patrie en danger, c’est tout à la fois évoquer un âge d’or, celui des origines de la République, un climat d’enthousiasme, mais aussi d’unanimité, de fusion. C’est le temps matriciel de l’indifférenciation, celui où tous les républicains étaient unis comme des frères. Mais la nostalgie de l’an VII est contre-balancée par l'appréhension, née de l’expérience de la première terreur. La ferveur patriotique est entachée du massacre des prisons, l’enthousiasme révèle son double inversé : le fanatisme révolutionnaire.

12Comment évoquer le salut de la patrie, tout en évitant son corollaire : le dessaisissement du législatif au profit d’une dictature de salut public dégénérant en tyrannie ?

13Le paradigme des républiques antiques, où la liberté était conditionnée par la pratique de la vertu, autre nom de l’amour de la patrie, est désormais remis en cause par la liberté des modernes, chère à Benjamin Constant ou à Siéyès, qui mesure le degré de liberté publique à l’aune de la satisfaction des besoins et à la pratique des vertus privées.

14L’évolution de la notion de patriotisme de 1792 à 1799 porte la marque de divers transferts ; transfert de sacralité en 1793, lorsque les symboles et les rituels du culte catholique imprègnent les cérémonies qui mettent en scène l’élan de la levée en masse ; puis, à partir de 1795-1796, transfert d’énergie, du peuple en masse sur les capacités à entraîner les brigades des jeunes généraux de l’armée nouvelle.

15Il y a bien évolution également du terme patriote ; si les fêtes des victoires, davantage encadrées par l’institution militaire, continuent malgré tout de relever d’une pédagogie unanimiste, d’un modèle d’intégration civique régi par la métaphore de la fusion, en revanche l'emploi du mot « patriote » renvoie fréquemment à la division. Il y a plusieurs nuances de « patriotes », affirme le discours officiel, ce qui vaut mise en garde. Et des publicistes se proclament dès 1795 patriotes de 89, pour mieux se différencier de prétendus patriotes de 93, que l’on peine à trouver en dehors des bulletins de police.

  • 1 Le texte écrite ne nous a pas été remis.

16À la fin du Directoire, la catégorie patriote de 93 semble ne pas plus avoir de réalité que la catégorie babouviste, si l’on envisage d’un œil critique les fertiles productions de l’imaginaire policier, ou les proclamations préélectorales du ministère de l’Intérieur. Jean-Marc Schiappa, dans sa contribution1, constate cet effacement du babouvisme à la fin du Directoire, si on définit les babouvistes comme les révolutionnaires partisans de la communauté des biens. On rencontre bien des militants démocrates qui furent impliqués dans la Conspiration des Égaux, il y a bien des traces nombreuses d’activités clandestines, mais, à partir de 1797, le babouvisme a été absorbé par le néo-jacobinisme, c’est-à-dire l’aménagement démocratique de la Constitution de l’an III. La disparition des structures-relais de ce courant après brumaire, comme les cercles constitutionnels, ou la presse démocrate indépendante, ouvre de nouveau un espace à la pratique conjurative, qui revêt de multiples formes. Seules, les archives de la répression rendent compte de cette pratique, dont l’exploration reste un large champ ouvert à la recherche.

17De même faut-il interroger la nature du ralliement au Consulat de certains dirigeants marquants du courant néo-jacobin, un peu rapidement assimilé à un reniement. Des collègues italiens ont récemment évoqué les trajectoires de Marc-Antoine Jullien, ou de Pierre-Joseph Briot. Jean-Marc Schiappa évoque le « bonapartisme » d’Émile Babeuf, le fils du Tribun du Peuple dont l’éducation fut confiée à Félix Le Peletier, mais, là encore, de quelle nature est ce bonapartisme ?

18Philippe Marchand s’est intéressé à un autre type de cérémonie publique ; les remises de prix de fin d’année scolaire dans les écoles centrales (qui se déroulent vers la fin du mois de fructidor, donc au début du mois de septembre), et les discours auxquels donnent lieu ces attributions de récompenses. Il prend pour exemple l’École centrale de Lille, à trois dates différentes ; septembre 1798, septembre 1799, septembre 1800. À cette dernière date, nous ne sommes guère surpris que le discours de distribution des prix, qui s’appuie sur les dessins des élèves de François Watteau, ayant pour thème La mort de Desaix à Marengo, procède au subtil transfert du service de la patrie, au service du grand homme : Allez dire au Premier Consul que je meurs avec le regret de n’avoir pas assez fait pour vivre dans la postérité. Cette phrase mûrement réfléchie, saturée de sens, aurait été prononcée par le jeune général frappé en plein cœur, et en pleine charge, selon la version officielle. Cette reconstruction de l’événement illustre le propos de Philippe Marchand, à savoir la mise en condition de l’opinion par la propagande.

19Il est intéressant de remarquer que les épisodes marquants de la légende napoléonienne, le pont d’Arcole ou la bataille de boules de neige à Brienne, sont déjà en place dans les discours de l’époque directoriale. La plupart des émetteurs de ces discours, professeurs ou commissaires, étaient des jacobins ou d’anciens jacobins. Les écoles centrales se voulaient une concrétisation du projet pédagogique des Lumières, par Idéologues interposés. Dès les débuts du Consulat, elles deviennent la cible des attaques conjointes des réalistes et des antirévolutionnaires, et finissent par céder la place aux lycées. Le modèle hiérarchique et autoritaire remplace le modèle libéral.

20Parmi les brumairiens, Daniel Teysseire oppose les « cyniques » aux « idéologistes ». Il y eut surtout un bon nombre de naïfs. Mais naïveté et cynisme ne sont-elles pas la double face de la médaille, à la gloire du Premier Consul, naturellement ?

Notes

1 Le texte écrite ne nous a pas été remis.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search