Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

3 - Vers un nouvel ordre économique et social ?

Le 18 Brumaire, un enjeu colonial ?

Yves Bénot

Texte intégral

  • 1 Voici ce qu'il écrit au dernier paragraphe de son texte (précédemment lu à l'Institut le 21 fructi (...)

1Le 20 vendémiaire an VIII (12 octobre 1799), la Décade Philosophique comportait un article de Moreau de Saint-Méry, sur un sujet certes technique puisqu’il concernait la canne à sucre d’Otaïti qu’il convenait, selon l’auteur, d’introduire et d’encourager à Saint-Domingue, mais qui était aussi l’occasion pour celui qui en 1791, avait si vigoureusement défendu l’esclavage, de faire allégeance au régime de liberté institué par la loi du 16 pluviôse an II1 C’était un mois avant le coup d'État, et c’était un signe ostensible que l’opinion publique de ce temps avait cessé de remettre en cause le grand principe de l’émancipation des esclaves. Non qu’il n’y eût plus rien de ce parti colon qui s’était si fort manifesté en 1793, et lors de l’offensive de droite en 1797 avant fructidor, mais c’est un parti vaincu pour ce qui est de la constitutionnalisation de l’abolition de l’esclavage. On admettra que le ralliement d’une personnalité telle que celle de Moreau de Saint-Méry, fût-il verbal ou tactique ou encore sous la pression de l’air du temps, implique que les esclavagistes, « de base » pour ainsi dire, ne peuvent plus que remâcher leurs rancœurs en silence. C’est sans doute dans la même période qu’une autre tête pensante de l’esclavagisme, Palisot de Beauvois, faisait entendre à Grégoire qu'il admettait l’égalité des humains de toutes couleurs. Cependant, quelques mois plus tard, le même Moreau de Saint-Méry travaille au ministère de la Marine et des Colonies dans un bureau de propagande en compagnie de l’esclavagiste avoué Baudry des Lozières, en somme à la préparation du retour à l’ancien régime colonial. Les temps ont changé...

  • 2 Arch. nat., AFIV 1187 (30 novembre, 3 décembre 1799, 9 janvier 1800 ; analyse des rapports dans C.(...)

2Peu après la sortie du numéro de La Décade, Bonaparte était de retour à Paris, et les préparatifs du coup d’État allaient bon train. Dans les conversations où ont dû s’esquisser les grandes lignes du programme d’action du futur gouvernement, a-t-il été question de changements dans le régime des colonies ? Rien n’autorise à le penser, et d’autant moins que parmi les brumairiens actifs en ces jours, Talleyrand a fait son deuil des colonies des Antilles pour souhaiter une nouvelle colonisation dans d’autres régions du monde, Égypte ou Sénégal, par exemple, que nombreux sont les membres de l’équipe de La Décade dans ce groupe, et ils sont absolument antiesclavagistes, que Sieyès, s’il ne se passionne pas pour ces problèmes, a été membre de la Société des amis des Noirs – même s’il n’y a pas été vraiment actif-, enfin que l’on doit bien admettre que la présence parmi les brumairiens de membres de la seconde Société des amis des Noirs et des Colonies, tels que Lescallier, implique la présence d’hommes qui, au moins à cette date-là, sont encore engagés du côté abolitionniste. Il a sans doute été question des colonies sous un autre angle, puisque Truguet, dans un mémoire postérieur au 18 Brumaire2, fera référence à un avertissement qu’il aurait alors donné à Bonaparte sous la forme : ou Orient ou Occident, pas les deux en même temps, ce qui peut se dire aussi, porter secours ou à l’Égypte, ou aux colonies de la mer des Caraïbes, mais nous ne sommes pas en mesure de faire les deux.

  • 3 Trois, car il ne faut pas oublier la Guyane où l'abolition a été proclamée par le commissaire de l (...)
  • 4 Arch. nat., Col., CC9a (23).
  • 5 En effet, le rapport au Directoire du ministre de la Marine, alors Pléville-Le Pelley, du 11 octob (...)

3Aussi bien, les problèmes pendants concernant les colonies tels qu’ils se présentent au petit matin du 20 brumaire ne concernent pas le sort des ex-esclaves, ni même les règlements de culture établis dans les trois colonies où l’esclavage a été effectivement aboli3, mais bien d’autres chapitres de la vie politique et administrative. Tout d’abord, si le Directoire a nommé de nouveaux agents pour la Guadeloupe et pour la Guyane – mais qui sont encore à Rochefort-, il n’a rien pu décider pour Saint-Domingue ; Adet sollicité a refusé, Laveaux, volontaire, n’a pas été agréé. Or, depuis le 1er fructidor4, le Directoire a été informé que la guerre civile a éclaté dans ce territoire libéré seulement l’année précédente des anglais, guerre donc entre Toussaint-Louverture qui gouverne au nord et à l’ouest, et Rigaud qui gouverne au sud, et qui paraît être une guerre contre les mulâtres de la part des noirs. Enfin, il n’y a toujours pas de représentants du pouvoir central dans l’Océan indien, Ile-de-France et Réunion, les colonies qui depuis 1796 se sont constituées en parties autonomes de la République et refusent absolument d’appliquer la loi du 16 pluviôse. Il est vrai que cette situation anormale dure maintenant depuis plus de trois ans5, et que la République n’a pas sous la main les forces nécessaires pour imposer la loi en question à cette distance.

4Après le coup d'État, ces questions vont évidemment faire surface, mais de manière fort inégale, et surtout, de manière différente pour l’opinion publique et pour le pouvoir qui consulte et tente d’agir dans une discrétion aussi grande que possible. C’est seulement le 4 nivôse an VII (25 décembre 1799), au bout d’un mois et demi, que paraît un texte officiel sous la forme d’une proclamation aux habitants de Saint-Domingue, qui confirme, ou semble confirmer, l’abolition de l’esclavage, alors qu’elle ne figure plus parmi les principes constitutionnels. Il est donc intéressant de confronter ce qu’en peut savoir le simple citoyen – cultivé – à travers la lecture de la presse, et ce que nous en savons à travers les archives qui font apparaître tout un travail de coulisses. Ce ne sont pas là des lignes parallèles, en tout cas pas exactement. Mais, à travers un échantillon représentatif, on peut espérer saisir au moins un certain reflet de l’oralité de ces quelques semaines où se dessinent les nouvelles orientations. Les journaux étudiés sont : Le Journal de Paris, Le Moniteur (qualifié par ses confrères de « journal officiel »), Le Journal des hommes libres (en principe, néo-jacobin), L’Ami des Lois (républicain modéré), Le Citoyen français (apparu après le coup d’État), Le Publiciste (droite, le rédacteur est Charles de Lacretelle), Le Bien-informé (Bonneville), L’Aristarque (royaliste), Le Propagateur, Le Rédacteur. À ces dix quotidiens, il faut ajouter Le Messager des Relations extérieures, dont je n’ai trouvé une série complète que jusqu’au 17 frimaire an VIII (8 décembre 1799), L’Antidote et La Clef du Cabinet des souverains, dont seuls quelques numéros dépareillés ont pu être examinés, mais se sont révélés utiles.

5Une première remarque s’impose ; certains de ces journaux ne portent qu’une attention limitée aux questions coloniales, ainsi Le Journal des hommes libres ou Le Journal de Paris, d’orientations fort différentes, se préoccupent médiocrement du sort de Saint-Domingue en particulier, des colonies en général. Même Le Bien-informé (qui ne mérite guère son titre) ne présente qu’un petit nombre d’occurrences dans ce domaine, alors que Bonneville avait pris des positions antiesclavagistes dans les débuts de la Révolution. Mais le petit nombre d’occurrences est une donnée qui doit être corrigée par la considération du contenu ; ce qui apparaîtra pour le journal de Bonneville s’applique aussi au Citoyen français, dont on va voir l'importance pour notre sujet. Par ailleurs, les informations sur ces terres d’outre-mer sont tributaires de l’arrivée des vaisseaux en provenance des colonies, ou des États-Unis, de l’arrivée et du dépouillement des lettres reçues à Paris, ce qui explique qu'autour de la période 8-17 frimaire an VIII (29 novembre – 8 décembre 1799), on découvre abondance d’informations sur Saint-Domingue en liaison avec l’arrivée d’un aviso à Lorient – et le retour du colonel Vincent. C’est dire que la presse se sent surtout concernée par la question qui agite les cercles du pouvoir comme ceux des colons réfugiés : qui choisir, Toussaint ou Rigaud ?

6Mais, avant de nous y arrêter, il convient de marquer que la révélation apportée par l’étude de ces journaux, c’est que dès le 12 frimaire (3 décembre), se répand le bruit du rétablissement de l’esclavage et d’un retour à la législation de l’Ancien Régime. Quatre de nos journaux seulement contiennent cette information qu’ils prennent soin de démentir ; Le Citoyen français dès le 13 frimaire (4 décembre), Le Propagateur le 14 frimaire (5 décembre), de même que L’Ami des Lois, enfin Le Moniteur le 16 frimaire (7 décembre). La présence du Moniteur dans cette courte liste incite à penser que l’affaire a été prise au sérieux en haut lieu. Mais on se trouve en face de deux types de textes, Le Citoyen français et L’Ami des Lois déclarant que « cette assertion est une calomnie contre l’heureuse journée du 18 brumaire et contre les consuls de la République française. On ne veut point de réaction, même contre la barbarie démagogique ; comment peut-on en supposer une contre l’humanité et la déclaration des droits ? » C’est cette référence aux principes fondateurs, à la déclaration des droits (qui va disparaître du texte constitutionnel peu après) que les deux autres journaux omettent, c’est assez significatif. Seul, Le Citoyen français suggère une source, d’ailleurs étrangère, en écrivant : « Serait-il vrai qu’un homme revêtu d’un caractère public mais qui n’est pas autorisé à transmettre des renseignements politiques à son gouvernement, vient d’écrire au sien que les Consuls avaient l’intention de provoquer le rétablissement de l’esclavage des noirs et de l’organisation coloniale sur l’ancien pied ? » On voit mal quel pourrait être ce diplomate. Les autres journaux se contentent de commencer par On a écrit... Nous autres, nous constatons que cette rumeur fait son apparition au lendemain ou au surlendemain de la réunion des colons chez le ministre de la Marine et des Colonies, Forfait, réunion demandée par une lettre du seul Bonaparte du 30 novembre. Certes, l’ordre du jour concernait exclusivement la situation à Saint-Domingue et les choix à faire. Le rapport de Forfait en date du 12 frimaire (3 décembre) note une grande difficulté à trancher entre Toussaint et Rigaud, et un refus de prendre parti sur la question cruciale des forces militaires à envoyer là-bas (combien et comment ?). Mais peut-on savoir si d’autres propos n’ont pas été tenus à cette occasion ? Ou bien devrait-on établir une relation entre la rumeur et les travaux auxquels se livre depuis le 18 Brumaire un haut-fonctionnaire des colonies, Granet, ancien membre de la deuxième société des Amis des noirs pourtant, et qui vise, en accord avec Cambacérès, à transformer la liberté des ex-esclaves en une sorte de servage avantageux aux propriétaires ? Ce même Granet revendique cependant la rédaction de la proclamation Aux Habitants de Saint-Domingue, du 4 nivôse (25 décembre), et celle-ci garantit explicitement la liberté des noirs, tout en ayant l’air d’en faire un don gratuit de la République, au mépris d’une histoire récente, que Granet ne peut pas ignorer. On remarquera que ce texte, publié dans la presse le 7 ou le 8 nivôse, ne garantit cependant la liberté qu’à Saint-Domingue ; plus grave, il sera assez rapidement suivi d’une sorte de commentaire publié par Le Moniteur, qui fait donc figure d’article « officieux », et qui entend rassurer les propriétaires et planteurs : la propriété est un droit tellement sacré qu'il n’y avait pas de nécessité de le redire, alors qu’il fallait d’urgence rassurer les noirs. Sur quoi ? Au moins sur le fait que la Constitution met fin au principe d’assimilation inscrit dans la Constitution de l’an III, et à la constitutionnalisation de l’abolition. On trouve ce texte reproduit, sans plus de commentaire qu’il n’y en a eu pour la proclamation elle-même, dans L’Antidote du 17 nivôse (7 janvier 1800). Bref, il est pour l’instant difficile d’identifier la source d’une rumeur, seulement en avance de deux ans et demi, à moins qu’il ne s’agisse de quelque ballon d’essai, mais, encore une fois, venu de qui ?

7Cela dit, la presse a tendance comme toujours à juger des décisions en matière coloniale sous l’angle des clivages politiques métropolitains. Il en est ainsi pour Victor Hugues, dont on annonce d’abord que la nomination est révoquée puis, après le renvoi du ministère de Bourdon (autre membre de la seconde Société des amis des Noirs), confirmée par Forfait, dont c’est un des premiers actes ministériels. Le Publiciste écrivait à ce sujet le 24 brumaire (15 novembre), alors que l’on tenait la révocation pour acquise : « On s’est souvenu sans doute qu’il avait été auprès du tribunal révolutionnaire de Brest ce que Fouquier-Tinville était à Paris, et on n’a plus besoin de bourreau à la Guyane ». Au contraire, quand la nomination est confirmée, Le Journal des hommes libres de tous les pays commente ainsi, le 11 frimaire an VIII (2 décembre 1799) : « Le gouvernement a confirmé la nomination de Victor Hugues pour la Guyane. Les républicains ne sont donc pas proscrits, comme on nous le répète ; et si quelques-uns sont écartés des places qu’ils rempliraient dignement, c’est parce que les menées de l’intrigue ont malheureusement trop d'accès près des hommes en place ». Comme on voit, c’est la France qui compte, et non la Guyane ; pour le reste, le rédacteur a dû être ultérieurement déçu quant au républicanisme de Hugues, et de tant d’autres. Cependant, même la priorité à la politique métropolitaine ne peut pas empêcher des chevauchements. Au lendemain du coup d’État, il y a tout de même eu des arrestations, en dépit des grandes déclarations sur la réconciliation générale, et des arrestations de républicains, précisément ; entre autres, celle de Sonthonax. Le 29 brumaire (20 novembre), tous les journaux publient un arrêté daté du 26, qui ordonne la déportation de cinquante-neuf personnalités, dont, aux côtés de Destrem, Aréna, Charles Hesse, Antonelle, celle de Sonthonax. Protestation générale, de droite et de gauche ; pour cette fois, le mouvement de l’opinion est tel que Bonaparte est obligé de reculer (provisoirement), et l’arrêté est rapporté dès le 4 frimaire. Or, si le refus de nouvelles proscriptions est général, peu tiennent à rappeler le rôle d’un Sonthonax, et à remettre sur le tapis ce qui concerne l’émancipation des esclaves. Sauf pourtant Le Bien-informé qui insère le 6 frimaire (27 novembre) une lettre de J.-J. Leuliette qui tient à souligner que le citoyen Sonthonax « a rempli la plus difficile de toutes les missions et la plus glorieuse pour un ami de l’humanité. Les planteurs de l’Amérique, les marchands d’esclaves pourraient seuls l'accuser ; mais les philosophes de tous les pays peuvent le regarder comme un de leurs plus ardents apôtres ». Plus loin, il le caractérise comme un « énergique défenseur d’une caste malheureuse en faveur de laquelle la philosophie a si longtemps réclamé ». Voilà qui est bien, et dont on trouve aussi un résumé dans Le Propagateur daté du 7 frimaire. En revanche, Le Journal des hommes libres ne défend pas le républicain Sonthonax comme il a défendu le républicain Hugues. Mais même la lettre de Leuliette laisse perplexe : pourquoi évite-t-il d’écrire noir sur blanc : abolition de l’esclavage des noirs, pourquoi semble-t-il chercher à tout prix des équivalents ou des allusions ? Se créerait-il déjà un tabou ?

8Si, laissant là la métropole, nous cherchons dans la presse des informations et commentaires sur la situation aux colonies, nous devons d’abord relever une absence, d’ailleurs aisément explicable, celle des colonies de l’Océan indien dont on reçoit des nouvelles encore plus difficilement que des Antilles. Quand il en arrive, ce sera le cas en nivôse, elles sont étrangement confuses. C’est ainsi qu’on peut lire l’annonce d’une « insurrection » à l’Ile-de-France dans L’Antidote du 26 et du 27 nivôse (16 et 17 janvier 1800), alors que le 10 nivôse, le Journal des hommes libres n’a reçu que de bonnes nouvelles de cette même colonie : le commerce va bien. Comme on sait, c’est à la Réunion qu’il y avait eu un mouvement indépendantiste assez vite étouffé. Quant à la Guadeloupe où Desfourneaux va être remplacé par le triumvirat Laveaux-Baco-Jeannet, dont le départ est annoncé autour du 3 frimaire an VIII (24 novembre), il semble que les lettres reçues et reprises dans certains journaux ne tendent qu’à faire l’éloge de l’administration de l’agent remplacé. Naturellement, on ignore encore que, sans attendre l’arrivée de la commission, il a déjà été rembarqué manu militari. Le 13 frimaire, on lit dans Le Moniteur, comme dans L’Ami des Lois, une lettre de commerçants de Basse-Terre à leurs homologues du Havre ; dans le dernier nommé, on apprend que Desfourneaux, aidé par le général Pélardy, a réussi à établir un règlement de culture qui « ne blessât ni la liberté des affranchis, ni l’intérêt des propriétaires, qui encourageât les premiers sans dépouiller les seconds », en quelque sorte un vrai miracle...

  • 6 Arch. nat., Col, CC9a (23).
  • 7 Dans le triumvirat désigné le 25 décembre 1799, Vincent et Raimond peuvent d'emblée être jugés fav (...)

9L’essentiel, c’est tout de même Saint-Domingue ; et si, sur d’autres sujets, les journaux peuvent se montrer soit indifférents, soit simples copieurs des autres, ici les prises de position sont nécessairement plus nettes. À la suite de l’arrivée de l’aviso L’Enfant prodigue en brumaire à Lorient, des documents importants sont parvenus en France. On est en droit de penser que leur publication et leur présentation en tant que justification de Toussaint-Louverture doivent quelque chose à Vincent, revenu de la colonie. Le Messager des Relations extérieures publie en effet les 9, 10, 11 et 12 frimaire (30 novembre, 1er, 2 et 3 décembre) toute une série de documents, à commencer par la proclamation officielle de Roume contre Rigaud. La polémique éclate aussitôt, car ce sont des journaux que l’on est en droit de classer à gauche, L’Ami des Lois et le Journal des hommes libres qui interviennent très vivement contre Toussaint. Le 10 frimaire, le second se félicite d’avoir mis en garde contre Toussaint « depuis longtemps ». Il écrit : « On ne peut plus révoquer en doute les funestes divisions qui règnent à Saint-Domingue. Toussaint-Louverture et Rigaud, agents de l'ancien Directoire, s’y font une guerre acharnée depuis le 27 prairial. Ils s’accusent tous deux d’être rebelles et traîtres à leur pays et déchirent ainsi, au nom de la Patrie, la plus riche et la plus importante de nos colonies. Il y a longtemps que le Journal des hommes libres avait reçu contre Toussaint-Louverture des accusations graves de plusieurs citoyens noirs qui l’avaient vu et jugé sur les lieux ». On pense évidemment à Mentor, autre membre de la deuxième Société des amis des Noirs et, par ailleurs, en butte à l’hostilité de Bonaparte depuis le 19 brumaire. Quant à L’Ami des Lois, c’est dès le 4 frimaire (25 novembre) qu’il avait nettement pris parti contre Toussaint ; « Il y a longtemps que nous l’avons dit, Toussaint est le plus ambitieux et le plus cruel de tous les tyrans ; il a toujours trompé le gouvernement ; il est le plus mortel ennemi de la France, et l’instrument dont se servent les Anglais pour détruire entièrement cette colonie. Nous laissons aux événements actuels et futurs le soin de justifier nos prédictions ». Sur quoi le journaliste ajoute d’un air détaché : « C’est l’ingénieur Vincent qui a apporté la nouvelle des derniers désastres ». Le Messager n’a pas manqué de riposter, le 11 frimaire, au Journal des hommes libres en déclarant qu’il se permet de condamner sur le témoignage de « plusieurs noirs » un homme « que le gouvernement de l'île, tous les colons et la grandissime majorité des hommes de couleur proclament leur libérateur et leur père ». Le débat va être aussitôt relancé par la publication de la fameuse lettre d’Hédouville libérant Rigaud de toute subordination à l’égard du général en chef ; c’est ce que fait L’Ami des Lois le 14 frimaire (5 décembre), suivi par Le Moniteur le 16. Le premier explique que comme d’autres journaux (que Le Messager) « ont répété sommairement cet article » (la proclamation de Roume, dans Le Propagateur, entre autres), « et que la pièce officielle qui s’y trouve pourrait induire en erreur les personnes peu instruites des événements de cette colonie, l’intérêt de la vérité nous fait un devoir de la combattre par une autre pièce également officielle et par des faits dont l’authenticité ne saurait être révoquée en doute ». Le Messager, le 15 frimaire (6 décembre), doit prendre en considération cette donnée – connue depuis longtemps du ministère et du gouvernement, mais non publiée6 -, et il répond ainsi : « [...] s’il est vrai, comme l’assurent les colons intéressés à dire la vérité, que Toussaint-Louverture a sauvé la colonie des horreurs de l’anarchie et d’une nouvelle révolution, s’il est vrai que placé dans la position la plus difficile par rapport aux États-Unis et aux Anglais qui voulaient y porter le désordre et la famine, il a su pourtant les ménager et s’en faire respecter assez pour éviter une rupture avec les uns et déjouer les projets des autres, s’il est vrai enfin qu’il eut sauvé et conservé la colonie à l’État, on le demande aux hommes de bonne foi : serait-il juste de faire des reproches à Toussaint, serait-il prudent surtout, dans la situation où il se trouve, et avant d’avoir pu juger, de l’irriter par des outrages ? » Cette réponse a l’avantage d’être plus proche des réalités immédiates de la diplomatie de Toussaint, et ce sont en effet des considérations non négligeables. Mais on aura aussi remarqué à quel point l’auteur de ces textes se réfère à l’opinion des colons blancs de Saint-Domingue, et fait peu de cas de la condition des noirs majoritaires, en tout cas des cultivateurs. Malheureusement, de l’autre côté, cet argument ne pèse guère plus, et pas seulement faute de connaissances ; la question est posée par rapport à la République française, par qui des deux est-elle le mieux servie. Rapportée à la politique métropolitaine, cette polémique a tout l’air d’opposer une gauche pro-Rigaud à une droite pro-Toussaint. Est-ce pour cela que la mission de conciliation dont Bonaparte devenu Premier Consul décidera le 25 décembre (décision qui n’apparaît qu’un peu plus tard dans la presse), ses choix paraissent plus orientés vers Toussaint que vers Rigaud ?7 Mais comme nous savons par ailleurs qu’il fait déjà préparer une expédition militaire pour (ou mieux, contre) Saint-Domingue, il n’y a pas lieu d’en tirer de conclusions.

  • 8 Pour ce qui est des massacres attribués à Toussaint, au Môle et à Mirebalais (deux lieux fort éloi (...)

10D’autres dépêches qui circulent de journal en journal ne peuvent que plonger les lecteurs dans un abîme de contradictions et d’incertitudes. D’une part, on lit que le commerce avec les États-Unis prospère, que, dans le Nord et l’Ouest, la culture reprend, d’autre part, on apprend que « Toussaint et Rigaud se font une guerre d’extermination », que Toussaint, après avoir repris le Môle, a massacré pas moins de 2000 mulâtres et noirs libres, mais aussi des blancs nombreux à Mirebalais, etc.8, il devient vain d’essayer d’en tirer un tableau tant soit peu cohérent. Mais pas non plus de conclure de la publication de telle ou telle lettre par tel ou tel journal à une prise de parti ou opinion de ses rédacteurs. Quand on rencontre un commentaire engageant le journal, il peut se faire qu’il soit aussi vague que celui du Propagateur le 8 frimaire qui rejette la responsabilité de toute la situation présente sur le gouvernement qui a fait de mauvais choix d’agents, en a envoyé qui ne connaissaient rien au pays, etc. Mais ce texte même est-il du journal, ou serait-ce un élément d'une lettre de Saint-Domingue, ce n’est pas non plus clair. C’est pourquoi il faut bien privilégier la polémique Messager versus Ami des Lois et Journal des hommes libres, le seul cas où des positions nettement tranchées se dessinent.

11Cependant, le pouvoir, dès le Consulat provisoire, a dû faire face aux problèmes coloniaux. Mais, dans des conditions quelque peu différentes du tableau offert par la presse. Chronologiquement, à notre connaissance, du moins, le premier point sur lequel a été attirée l'attention de Bonaparte, ce sont les Mascareignes, en état de rébellion tolérée sous le régime précédent. Maintenant, l’occasion paraît bonne à leur avocat et à leurs députés (blancs) de chercher avec le nouveau régime une sorte de ratification de la situation de fait. Mais une telle démarche remet en question la place de l’abolition de l’esclavage dans l’ensemble du système législatif français, – et républicain, ou supposé tel. Une fois l’antiesclavagiste Bourdon écarté du ministère et remplacé par Forfait, les bureaux vont donc se mettre à réfléchir à ce (provisoire) nœud gordien et à essayer de le trancher. Or, dans les journaux pris en examen, nous n’avons relevé aucun écho, si ténu fût-il, de cette question des îles de l’Océan indien, dont cependant les rédacteurs de la presse n’ignorent pas qu’elles ont maintenu l’esclavage des noirs, et entendent s’opposer à l’émancipation. Ou bien, la rumeur de décembre du rétablissement de l’esclavage doit-elle être mise en relation avec la réflexion de Granet au ministère et à ses entretiens sur ce sujet avec Cambacérès ? Peut-être, mais toute preuve, voire indice, fait défaut. Il reste que, ministre de la justice, Cambacérès a dès le lendemain, du coup d’État, fait mettre en chantier une refonte de la législation qui conserverait le principe de l’abolition, que lui-même a sans doute voté quand il siégeait à la Convention, mais l’annulerait en fait par d’autres dispositions, et rétablirait la traite sous un déguisement rhétorique approprié.

  • 9 C. Wanquet, op. cit., p. 535-564, et Y. Bénot, op. cit., p. 46-56.

12Quand ce travail a-t-il été entrepris exactement, c’est ce que les archives disponibles n’indiquent pas, mais comme le rapport de Granet, ex-législateur devenu haut fonctionnaire, a été remis le 23 nivôse (2 janvier 1800), il n’y aurait rien d’abusif à se reporter au début de décembre 1799 pour sa mise en train, peut-être plus tôt pour les premières conversations9. Bien entendu, comme le rappelle un peu plus tard un ancien colon de Saint-Domingue, Alliot-Vauneuf, « depuis le 18 Brumaire, les intrigants s’agitent pour faire nommer leurs affiliés agents pour Saint-Domingue ». Le contexte de ce mémoire remis en frimaire (le jour n’est pas indiqué, mais c’est après le 12 puisqu’il y est fait mention de la réunion des colons chez Forfait) suffit à montrer que les intrigants sont les colons ultras qui veulent une reconquête militaire de Saint-Domingue en attendant de pouvoir revenir à l’ancien ordre de choses. C’est précisément pour convaincre le pouvoir de l’impossibilité et du danger d’une telle politique que cet ancien colon se hâte d’envoyer un premier rapport.

  • 10 Parmi les nombreux auteurs de mémoires ou rapports, on citera les anciens députés Sonthonax, Ralli (...)

13En principe, toutes les consultations qui se succèdent à partir du début décembre sur Saint-Domingue n’ont d’autre but que de permettre de décider d’une politique face à la guerre civile, et de choisir le ou les agents. Nous constatons que Truguet a jugé bon d’intervenir dès le 9 frimaire (30 novembre 1799), comme s’il redoutait déjà une dérive esclavagiste et militariste. Le 5 frimaire (26 novembre), un des dirigeants des mulâtres, Pinchinat, avait, lui, écrit pour lancer une violente diatribe contre Toussaint. C’est encore le 9 (30 novembre), quand les dépêches de la colonie sont parvenues au gouvernement, que Bonaparte (seul) demande à Forfait d’organiser une consultation des colons, celle du 12 dont nous avons parlé-, mais d’après Alliot-Vauneuf, il y aurait eu plusieurs réunions. Le même jour, l’adjudant-général Devaux, retour de Saint-Domingue, remet un rapport où il conclut en faveur de Rigaud, tout en faisant l'éloge de Toussaint. Nous n’entendons pas mentionner tous ces textes, dont beaucoup, y compris ceux des députés (présents ou anciens) Belley et Thomany, sont hostiles à Toussaint, que défend au contraire Rallier, le 15 frimaire (6 décembre). On notera seulement que Sonthonax, consulté le 17 frimaire (8 décembre) l’a été sur l’ordre des consuls, les trois, et non plus du seul Bonaparte. Directement, la question du décret du 16 pluviôse n’est jamais abordée, sauf par Truguet ou par Rallier. Mais il est clair qu’en général, ceux qui marquent leur désir d’une intervention « musclée », comme on dirait aujourd’hui, ne visent pas la pacification dans la guerre civile seulement, mais les moyens du rétablissement de l’ordre. À cet égard, s’il semble invraisemblable que Sonthonax puisse songer à un tel retour en arrière, en proposant l’envoi d’au moins 30 000 hommes, en dénonçant vigoureusement Toussaint, en prônant Rigaud qu’il avait été jusqu’à mettre hors-la-loi en 1796, il se compromet gravement. Peut-être était-ce le but de la consultation... En tout cas, on ne voit pas que dans les années suivantes, il se soit exprimé sur les questions brûlantes concernant les colonies10.

14Les résultats immédiats de toute cette agitation sont moins importants en eux-mêmes que du fait que ces débats eux-mêmes, tant autour des Mascareignes que de Saint-Domingue, attestent qu’il n’y a plus de principe intangible sur ce terrain. Au contraire, on l’a vu précédemment, jusqu’à la veille du 18 Brumaire, il y a dans la référence au 16 pluviôse, explicite ou implicite, comme une obligation admise de ceux-là mêmes qui ne sont pas aussi convaincus de sa bienfaisance qu'ils veulent le paraître. Ce qui explique que parmi les membres de la seconde Société des amis des Noirs, on puisse trouver à côté du noyau d’abolitionnistes ardents, des hommes comme Lescallier ou Granet, qui vont jouer un rôle discret mais essentiel dans le passage d’une politique révolutionnaire aux colonies au rétablissement de la colonisation d’Ancien Régime – du moins là où elle sera possible. Il n’apparaît pas qu’avant le coup d’État lui-même, cette orientation ait été tant soit peu évoquée ou envisagée.

15Successivement, le texte même de la Constitution revenant à la formule qui en 1791 tentait en fait de pérenniser l’esclavage, la proclamation du 4 nivôse, qui s’adresse uniquement aux habitants de Saint-Domingue (et les autres ? Les Mascareignes, notamment ?), mais aussi un décret du 13 nivôse (3 janvier 1800), sont les pierres d’attente de la nouvelle politique coloniale. Le dernier en date a peu retenu l’attention, cependant, à sa manière, il marque un tournant. Il s’agit des indemnités accordées aux colons réfugiés en France et qui sont (ou sont supposés) sans ressources. Le décret fixe comme règle pour déterminer le montant de l’indemnité l’équivalence avec les rations et traitements de l’armée. Pourquoi ? Selon les attendus signés par Lucien Bonaparte, alors ministre de l’Intérieur, la décision est justifiée par l’assimilation de ces colons aux « défenseurs de la patrie », pas moins ! Le ministre insiste : s’ils sont réfugiés en France, c’est en quelque sorte pour avoir résisté à l’ennemi ! Or, pour quelques colons de la Martinique qui n’ont pas voulu rester avec les Anglais, le gros des réfugiés vient de Saint-Domingue ; s’ils ont été des « défenseurs de la patrie », ce serait donc contre les esclaves ou libres de couleur insurgés pour la liberté... C’est dire que ces quelques mots sont d’une particulière gravité, surtout avancés sous la responsabilité d’un Bonaparte.

16Le 18 janvier, Forfait présente son rapport sur la situation des Mascareignes ; le procès-verbal du Consulat le résume en écrivant qu’il n’est pas favorable à la « manumission des esclaves ». Donc, il ne sera plus question d’abolition de l’esclavage dans ces deux colonies, de sorte qu’elles ne seront même plus rebelles. Un pas décisif est franchi ; sans doute ne change-t-il pratiquement rien pour ces îles lointaines, mais les discussions de Paris ne peuvent non plus rien changer à ce qui se passe à Saint-Domingue. En revanche, pour la France métropolitaine, c’est un changement radical de politique, car jusque là, si la loi du 16 pluviôse n’était pas appliquée dans l’Océan indien, c’était du moins en infraction à la volonté nationale. Plus maintenant.

17On a cependant soutenu que Bonaparte n’avait pas encore fixé son cap, qu’il consulte justement parce qu’il n’aurait pas encore décidé de sa politique coloniale ; ou encore, qu’il est « pragmatique », terme que l’on emploie avec une connotation positive, qu’il importe de refuser face à une question de principe aussi fondamentale que celle de l’abolition ou du rétablissement de l’esclavage. On oublie cependant que le Bonaparte de brumaire a derrière lui une expérience de pouvoir civil d’un peu plus d’un an en Égypte, au cours de laquelle il a rencontré nécessairement la présence d’un esclavage qu’il s’est bien gardé d’abolir, en partie blanc, en partie noir. S’il a fait libérer les esclaves musulmans des Chevaliers de Malte, c’est qu’il était alors sur le chemin de l’aller, et que ce geste pourrait lui faciliter la conquête des populations égyptiennes. Le 16 pluviôse n’y est pour rien. Il faut aussi relever que, saisi par Lescallier le 15 novembre 1799 du problème chronique des îles de l’Océan indien, Bonaparte se tourne aussitôt vers les colons de l’Ile-de-France ou de la Réunion disponibles en France. C’est encore lui qui réclame la consultation des colons de Saint-Domingue. Dans ces conditions, le coup d’encensoir de Lucien Bonaparte à ces mêmes colons ne peut plus apparaître comme une initiative purement personnelle, mais s’inscrit dans une continuité. Or, en cette fin de siècle, le parti colon a perdu son unité de l’an II. La politique de Toussaint-Louverture a rallié des blancs, tant sur place qu’en France ; d'autres, on l'a vu, ont réfléchi et admis l’abolition. Or, la démarche de Bonaparte tend à s’appuyer plutôt sur le noyau des irréductibles qu’à profiter des évolutions les plus heureuses.

18 A priori, le coup d’État du 18 Brumaire, dont beaucoup de républicains attendaient une pacification interne avant la pacification externe n’impliquait pas nécessairement une remise en cause de la ligne générale en matière coloniale. Bien entendu, le seul fait du changement de gouvernement et de constitution excite les appétits, et incite les mécontents à tenter leur chance, mais il est plus significatif que pendant la première période, quelles que soient les intentions profondes, les écrits de tous ces gens évitent de demander le rétablissement de l’esclavage, que, même pour les Mascareignes, il arrive que l’on fasse mine d’envisager une abolition graduelle. Si donc, les choses ont rapidement changé, c’est que le poids de l’autorité suprême s’exerce dans le sens de la réaction – un mot que j’emploie ici à dessein puisque le même pouvoir prétend vouloir éviter toute « réaction ». Ainsi, l’enjeu colonial totalement absent dans les trois semaines de préparatifs du coup d’État s’impose très vite dans toute sa gravité dès les deux premiers mois du pouvoir personnel de Bonaparte. C’est un basculement de la politique coloniale de la République, qui s’oriente déjà vers le retour à l’Ancien Régime.

Notes

1 Voici ce qu'il écrit au dernier paragraphe de son texte (précédemment lu à l'Institut le 21 fructidor – 7 septembre) : C'est dans une étendue aussi immense que celle de ce vaste pays – Saint-Domingue – que l'imagination aime à se diriger en anticipant sur l'époque où des êtres que la cupidité seule cherchait à y multiplier et qui sont appelés désormais à goûter tous les bienfaits de la liberté – souligné par moi, Y.B. – prouveront que la prospérité et le bonheur peuvent habiter des colonies d'où l'esclavage a été banni pour jamais – souligné par moi, Y.B.

2 Arch. nat., AFIV 1187 (30 novembre, 3 décembre 1799, 9 janvier 1800 ; analyse des rapports dans C. Wanquet, La France et la première abolition de l'esclavage, Paris, Karthala, 1998, p. 573-578 ; et Y. Bénot, La démence coloniale sous Napoléon, Paris, La Découverte, 1991, p. 47-49.

3 Trois, car il ne faut pas oublier la Guyane où l'abolition a été proclamée par le commissaire de la Convention Jeannet-Oudin sans qu'il y ait eu d'insurrection en cours.

4 Arch. nat., Col., CC9a (23).

5 En effet, le rapport au Directoire du ministre de la Marine, alors Pléville-Le Pelley, du 11 octobre 1797, reprend les conclusions et l’esprit d’une note de Lescallier antérieure de deux semaines, dans laquelle celui-ci excusait, voire justifiait, les « patriotes » des Mascareignes. Lescallier venait alors de remplacer Bourdon (le futur ministre de 1799) à la direction du bureau des Colonies.

6 Arch. nat., Col, CC9a (23).

7 Dans le triumvirat désigné le 25 décembre 1799, Vincent et Raimond peuvent d'emblée être jugés favorables à Toussaint, plus qu’à Rigaud.

8 Pour ce qui est des massacres attribués à Toussaint, au Môle et à Mirebalais (deux lieux fort éloignés...), on les relève dans L'Ami des lois du 4 frimaire (25 novembre), puis du 29 frimaire (20 décembre), dans L'Aristarque des 2 et 30 frimaire (23 novembre et 21 décembre), dans Le Propagateur du 8 frimaire (29 novembre) ; il y a des variantes, car il a tantôt massacré 2000 mulâtres au Môle, tantôt 500. Quant aux dépêches soulignant que le commerce va bien au Cap, on les trouve dans Le Publiciste du 10 frimaire (1er décembre), dans Le Moniteur du 11, La Clef du cabinet des souverains du 23 frimaire (14 décembre) ; une autre série est formée par un texte présent dans Le Publiciste du 12 frimaire (3 décembre), L'Aristarque du 11, L'Ami des lois du 30, etc...

9 C. Wanquet, op. cit., p. 535-564, et Y. Bénot, op. cit., p. 46-56.

10 Parmi les nombreux auteurs de mémoires ou rapports, on citera les anciens députés Sonthonax, Rallier, Belley, Boisrond jeune et Tonnelier, les militaires Devaux, Joseph Domingue, Larivière, Morin, plus Pinchinat et l'ancien colon Alliot-Vauneuf. Pour les Mascareignes, on s'en tiendra à Lescallier et aux anciens députés Serres et Louis Monneron. C. Wanquet, op. cit., permet de compléter la liste pour ces ceux colonies.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search