Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

3 - Vers un nouvel ordre économique et social ?

Quand les chefs de manufacture et les gens de travail retrouvèrent leur place naturelle dans la société, après Brumaire an viii

Gérard Gayot

Texte intégral

  • 1 Arch. nat., 44 AQ 5, André de Neuflize, Mémoires, f° 125. André de Neuflize (1784-1836) rédigea ces(...)

« Le Premier Consul, en prenant les rênes du gouvernement, avait conçu la pensée profonde d’effacer tous les partis, et de se constituer comme point central et dominant ; aussi sa politique tendait-elle à effacer, tous les jours, les traces de leurs violences et surtout de leurs réactions. Les exclusions qu’avait entraînées le coup d’État du 18 fructidor ne subsistant plus, M. de Neuflize se retrouvait naturellement placé en première ligne à Sedan et dans le département. Il fut nommé, en février 1801, membre du Conseil général des Ardennes, dont M. Frain, ancien conventionnel modéré, était le Préfet,... et maire de la ville, (au début d’août 1803) »1.

1Hommage respectueux du fils – André II de Neuflize – rendu au père pour ses belles promotions obtenues après le coup d’État de brumaire ? Sûrement : André II, alors en pleine déconfiture – en 1836 –, se prend à regretter la belle époque où, à 16 ans, il avait assisté au retour en force de son père dans le monde des affaires manufacturières et à son retour en grâce sur la scène politique locale. Mais il y a plus, dans ces quelques lignes, que l’expression de l'admiration filiale. On y trouve une explication tellement robuste du consentement des élites à la prise des rênes du gouvernement par Bonaparte quelle a donné la matière du titre de cette communication.

  • 2 Arch. comm. Sedan, D 10b, lettre de la commune de Sedan au citoyen J. Bouchotte, ministre de la Gue (...)
  • 3 G. Gayot, « Les sans-culottes de Sedan, le brave soldat Hernandez, le manufacturier millionnaire et (...)

2Un titre qui aurait fait ricaner les gens de travail de Sedan, ces ouvriers sans-culottes2 des manufactures de draps qui avaient contribué à la déroute et à la fuite de La Fayette le 14 août 1792, qui avaient combattu avec fougue en 1793, les projets de ce millionnaire modérantin d'André I Poupart – le « de Neuflize » n’étant plus en usage -3, et qui avaient applaudi à la fructidorisation de ce réactionnaire en septembre 1797. Car, les glorieux tondeurs républicains, anciens militants du Club de la Montagne, eurent beau crier À bas les mécaniques ! lors de la visite de Bonaparte à Sedan le 7 août 1803, ils avaient retrouvé après brumaire leur place naturelle dans la société. La loi de germinal an XI (12 avril 1803) la leur avait déjà fermement indiquée, et l’arrêté et la circulaire de décembre 1803 sur le livret les y installaient définitivement, en position de soumis. Ce retour des ouvriers à l'obéissance et à l’infériorité sociale sur lequel nous reviendrons, fut la conséquence logique d’une autre restauration, ou plutôt selon André de Neuflize, de l’institution, après brumaire, d’un ordre naturel des places dans la société.

  • 4 J.-P. Jessenne, Histoire de la France. Révolution et Empire, 1783-1815, Paris, Hachette, 1993, p. 1 (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Chaptal, Circulaire du Ministre de l’Intérieur relative à l’exposition des produits de l’industrie, (...)
  • 7 Ibid.

3La constitution du Premier Consul en point central et dominant est peut-être plus joli et plus approprié à la situation que l’établissement de la dictature bonapartiste, mais rien que de banal dans cet énoncé des principes du nouveau gouvernement, comme il n’y a rien d'original à y ajouter l'effacement des partis, sinon une manière de parler par euphémisme du recul des libertés, du renoncement à une citoyenneté effective et de l’accord passif d'une large partie de l’opinion publique4. Où le chef de manufacture sedanais fait preuve de plus d’intuition, c’est quand il considère, avec faveur, le dispositif mis en place pour accompagner le coup de force accompli au centre de la société politique : aussi, la politique (de Bonaparte) tendait-elle à effacer, tous les jours, les traces de violence (des partis) et surtout de leurs réactions. Car, agir quotidiennement, afin que les honnêtes gens – le mot est alors à la mode5 – se déshabituent de leurs craintes d’un retour à l’Ancien Régime ou à l’anarchie et que s’estompent leurs mauvais souvenirs des excès partisans, revient pour le gouvernement à créer les conditions de leur consentement actif à l’exercice du pouvoir, à en appeler à leur confiance et à leur en garantir la réciprocité. Le gouvernement parle, écrit Chaptal en 1801, et jamais les Français n’ont méconnu la voix d’un gouvernement digne d’eux6. Chacun à sa façon, le ministre-savant et le marchand-fabricant raisonnent comme Montesquieu. Les principes et la forme du gouvernement ayant été corrompus par les partis et les factions, les meilleures lois sont devenues mauvaises, et les mœurs, c’est-à-dire l’esprit de la nation, ses manières d’être, d’agir et de sentir, sur lesquelles se fondent les principes, ont été perverties. Mais avec le coup d’État de Brumaire et la Constitution de l’an VIII, l'État est revenu aux principes nouveaux que la Révolution avait fait germer dans tous les esprits et que l’anarchie avait étouffés7.

  • 8 Montesquieu, L’Esprit des Lois, 1748, XX, 1. L. Althusser, Montesquieu. La politique et l’histoire,(...)

4Voilà le gouvernement qui convient aux mœurs des Français, à condition qu’ils consentent à en effacer avec lui les traces de corruption ! Voilà un gouvernement conforme à la dignité retrouvée des Français ! À condition qu’ils participent activement au fonctionnement des nouvelles institutions mises en place par le gouvernement dans la société civile : là, ils recouvreront leur identité perdue et ils retrouveront leur place naturelle, celle que leur confèrent talent, travail et mérite. À condition d’adopter d’autres manières d’agir dans la cité que la fureur partisane ou l’ostracisme, de renouer avec l’esprit pacifique et les douces mœurs du commerce8, et d’attendre avec confiance la reconnaissance de ces vertus civiles par le gouvernement, comme André de Neuflize qui apprit sa nomination par le Premier Consul à la mairie de Sedan, en août 1803, quelques jours avant la visite de... Bonaparte. Mais, pour que le gouvernement offrît aux manufacturiers de nouvelles formes de sociabilité et la perspective d’un changement de mœurs dans le métier, pour que les salariants – ainsi Turgot désignait-il les donneurs d’ouvrage, les Verleger – osassent lui faire connaître leur demande d’institutions et de lois nouvelles, il fallut attendre le coup d’État de brumaire. Plus, les honnêtes gens du commerce et de la manufacture attendirent que Chaptal vînt les électriser, un autre mot à la mode en cette fin de siècle où l’on avait dépensé tant d’énergie.

Impressions de manufacturiers recueillies sur la frontière nord vers 1800

  • 9 S. Pasleau, John Cockerill. Itinéraire d’un géant industriel, Liège, Éd. du Perron, 1992, p. 16-17. (...)
  • 10 Arch. Comm. Verviers, Archives modernes, farde 1/10, 4 germinal an XII.
  • 11 Arch. nat., F12 2207, lettre du maire de Verviers, 26 mai 1808, citée par P. Lebrun, op. cit., p. 2 (...)
  • 12 H. Delrée, E. Hélin, « Introduction des fameuses mécaniques anglaises à Verviers », Bulletin de la (...)

5En octobre 1799, à Verviers, dans le département de l’Ourthe, tout le monde s’entretient d’un mécanicien irlandais, en fait un Anglais de bonne souche né dans le Lancashire en 1755, un certain William Cockerill qui, selon ses propres dires, vient d’arriver en France, une manière de montrer qu’il connaît bien la géopolitique de son temps. Attendu avec impatience par Jean-François Dieudonné, dit Iwan, Simonis, l’un des plus grands fabricants de draps de l’Ourthe et de France, il est aussitôt installé avec sa famille dans la foulerie Dauchap, un ancien moulin à farine, pour inventer des mécaniques à carder et à filer la laine mérinos. Survient le coup d’État de brumaire, et les Verviétois parlent de plus en plus de ce faiseur de Cockerill qui tarde à mettre au point un moulin soidisant capable de filer 400 écheveaux avec 4 personnes, là où il fallait 200 bras9. Ils se moquent aussi ouvertement de Simonis et de son associé Jean-François Biolley – 899 livrets ouvriers à eux deux en 180410 – qui ont financé imprudemment les recherches d’un inconnu, étranger et, de surcroît irlandais. On rit moins en janvier 1801, quand les premières machines sont mises à l’essai11, et l’on ne rit plus du tout le 4 thermidor an X (23 juillet 1802), quand William Cockerill et son nouvel associé et futur gendre James Hodson signent avec Biolley et Simonis le « contrat du siècle » qui prévoit la fourniture, à 400 livres sterling/pièce, de « 6 assortiments de machines à drousser, carder et filer la laine d’après la même construction et dimensions que celles déjà faites »12. En 1802, pour les Verviétois comme pour le poète, le siècle avait deux ans, mais la rumeur d’un Napoléon perçant déjà sous Bonaparte leur était nettement moins perceptible que le fracas des diables volants et des mulejennys annonçant l’avènement de la révolution industrielle.

  • 13 T.R. Kraus, éd., Auf dem Wege in die Moderne. Aix-la-Chapelle, Aachener Geschichtsvereins, 1994, p. (...)
  • 14 J.R. Suratteau, « La politique du Directoire à l’égard de l’Allemagne », dans Annales historiques d (...)
  • 15 Febvre, Le Rhin. Histoire, mythe et réalités, Paris, Librairie académique Perrin (1re éd. Paris, A. (...)

6À une dizaine de lieues, à l’est de l’ancien pays de Liège, on entrait dans le département de la Roër, chef-lieu : Aix-la-Chapelle, maire : Jakobi, marchand de draps, commissaire de l’Administration centrale : Anton Joseph Dorsch. Ce dernier s’était signalé, dès 1794, en écrivant dans le Aachener Inschauer : « Si ce pays devient partie intégrante de la République, alors les marchés du Levant se réouvriront, nous pourrons nous approvisionner en laine espagnole, et le plus haut degré de prospérité sera à venir »13. Le ton était donné, il ne changera plus. Ainsi, à la fin du siècle, ce fabricant de soie de Krefeld qui demande la réunion à la France, répète son serment d’être fidèle aux lois de la République et ajoute : « cela favorisera l'industrie »14. Lucien Febvre avait déjà noté dans Le Rhin que la génération qui avait grandi dans le nouveau milieu du Rhin francisé s’y sentait plus à l’aise que l’ancienne société, et il citait, pour illustrer ces dispositions différentes, le cas de Görres passé de la francité au germanisme, et l’extrait d’un rapport de A.G. Camus à l’Institut au retour d’un voyage en Allemagne en l’an X : « Toutes les vues des personnes actives sont tournées vers les fabriques, les manufactures et le commerce »15. Le secrétaire de la préfecture d’Aix-la-Chapelle a représenté en 1803 une allégorie de l’encouragement à l’industrie qui exprime, autant qu’un grand discours, cet entrain qui régnait depuis les traités de Bâle dans les départements de la nouvelle frontière de la Grande Nation.

Allégorie de l’encouragement à l’industrie.

Allégorie de l’encouragement à l’industrie.

Aix-la-Chapelle (1803)
À l’arrière plan, la cathédrale et l’hôtel-de-ville. Devant, la prairie, et à la gauche d’Apollon, un arbre à deux troncs, peut-être le symbole des richesses forestières. Au centre, le dieu romain Apollon, réplique du dieu celtique Granus, selon la banderole. Derrière et devant lui, sur l’herbe, les produits de l’industrie d’Aix-la-Chapelle : à la gauche du dieu, trois balles de drap emballé, deux de cramoisi, une de bleu ; à droite, des draps chamois et blanc, déballés ; à ses pieds un paquet d’aiguilles d’Aix, et un paquet ficelé sur lequel repose deux feuilles de papier dépliées ; un chaudron pour l’industrie du cuivre, un tas de charbon de terre pour les mines, et une conduite d’eau pour l’eau thermale.

7Car, sur l’ancienne frontière, peu de signes équivalents d’enthousiasme ou même d’initiative. Dans ce qu’ils appellent craintivement depuis peu les départements de l’intérieur, les négociants et les industriels paraissent pour la plupart, découragés, sans force ; quelques-uns anticipent sur la reprise, beaucoup attendent, et nombreux sont ceux qui ne savent même plus ce qu’ils attendent.

  • 16 Arch. nat., F7 6609, affaires politiques, département du Nord, an V – an XIV. Je remercie Jean-Pier (...)
  • 17 Arch. nat., AF IV 1019, dossier 3, pièce 70, procès-verbal de visite des manufactures les plus inté (...)

8En brumaire an VIII, Floris Delaoutre, fabricant de draps à Roubaix, se dépense sans compter – il est prêt à y mettre 100 livres – pour garder à la maison son fils qui vient d’être appelé aux frontières pour défendre la patrie toujours en danger. « J’ai réellement, dans ce moment, 150 métiers battants ; figurez-vous les détails et les embarras d’une pareille besogne... À quatre heures (du) matin, je me lève, c’est assez pénible, il fait nuit et commence à faire froid. Le temps jusqu’au jour est consacré aux écritures, une fois le jour venu, c’est à l’ouvroir jusqu’au soir, à recevoir les ouvriers et s’occuper des différents détails de la fabrique. (Et ma femme qui vient d’accoucher) ne pourra d’ici un mois me rendre aucun service, au contraire, j’aurai bien des soins à lui rendre... il est impossible que je reste ici seul ». Dans une lettre, également interceptée par la police, Louis Defrenne, un collègue de Delaoutre, qui veut lui aussi faire échapper son fils à la conscription, ajoute : « Les Roubageois (sic) commencent à espérer que leur commerce reprendra, tant mieux pour nos pauvres ouvriers »16. Deux ans plus tard, à l’occasion de la mission de Fourcroy, conseiller d’État, et de sa visite des manufactures les plus intéressantes de la ville de Lille, Mazurel revient sur la mauvaise conjoncture au début de l’an VIII : « j’ai beaucoup perdu, surtout depuis deux ans, par le défaut de consommation dû à la préférence que l’on donne aux draps de Verviers et autres fabriques dans la Belgique ». Un manufacturier d’indiennes, Marès-Coulon, est plus catégorique : « l’inertie (où il est) est forcé de demeurer (tient à la) foule de manufactures élevées dans la Belgique et à ce que la grande et belle ville de Lille a cessé d’être la frontière de la France »17.

9Sur la même frontière de l'intérieur, dans le département des Ardennes, le climat maussade n’est guère différent, propice à l’expression des anciens qui, pour en avoir vu d’autres, veulent en remontrer à ces jeunes manufacturiers désemparés. Ainsi, Louis Labauche, 63 ans, près d’un demi-siècle de draperie derrière lui, s’adressant au préfet récemment nommé à Mézières :

  • 18 Arch. comm., Hannogne Saint-Martin, lettre du maire Louis Labauche au préfet des Ardennes,1er floré (...)

« Tout ce qui peut augmenter le commerce de la France ne cesse de m’occuper. Le projet qu'a présenté le citoyen Guimet, ingénieur, pour rendre le port de Marseille plus commode et y construire un port secondaire ne peut qu’y contribuer. Ne serait-ce pas y ajouter encore si on tolérait à Marseille une Église grecque et une Mosquée ? Alors ce port deviendrait par ses franchises et ses relations avec le Levant, un des plus commerçants d’Europe. On objectera peut-être qu’il n’y a pas d’exemples de pareils établissements. Qu’importe, donnons le premier, puisqu’il peut nous procurer des avantages qui par la suite deviendraient incalculables. D’ailleurs, ne serait-ce pas gagner beaucoup que de familiariser les Turcs avec nos mœurs ? Ils en deviendraient plus traitables dans leurs opérations commerciales avec la France ». Et pour conclure une bonne vieille maxime mercantiliste : « Je ne me connais en rien dans la politique des gouvernements mais, comme ancien négociant, l’expérience m’a convaincu que celui qui faisait le plus de commerce avait le plus d’argent, et augmentait la population »18.

  • 19 nat. F1e III, Ardennes 5, rapport du commissaire du Directoire exécutif, prairial an VI.

10Mais, pour ce projet audacieux de relance du commerce par l’octroi de lieux de culte aux infidèles – encore faut-il rappeler qu’il date de 1802 et qu’il est formé après le Consulat, par un... protestant –, que de plaintes sur la stagnation, que de récriminations contre la réunion de la Belgique, que de regrets aussi quand la plume paraît écrire presque machinalement des vérités sur les règlements de fabrication qui ne sont plus bonnes à dire ! Depuis l’an VI jusqu’à brumaire an VIII, et au-delà, avec le préfet Frain, c’est le même refrain qui remonte des Ardennes à Paris : « La suppression des travaux de la manufacture d’armes de Charleville – 3000 ouvriers – la chute du commerce des clous et des cuirs depuis la réunion de la Belgique, l’état de stagnation dans lequel sont les fabriques de drap et le défaut de garnisons ont ruiné ce département »19. Les fusils et pistolets sont fabriqués à Liège, les clous de Charleroi sont de bonne qualité, les cuirs de selle et de bottes de Malmédy et Stavelot sont préférés à ceux de Givet, les draps de Verviers sont déjà en vente à Paris, ceux d’Eupen et d’Aix-la-Chapelle vont suivre, et Sedan peine à suivre. Enfin, ces précieuses garnisons de Rocroi (Roclibre), Givet-Charlemont (Libremont), Charleville (Libreville, et bientôt Napoléonville-sur-Meuse), Mézières et Sedan sont maintenant cantonnées sur le Rhin, et ce sont les meuniers et les marchands-fabricants belges et allemands, français et républicains sans doute, mais depuis peu, qui les nourrissent, les équipent en en tirant les mêmes bénéfices que les fournisseurs ardennais... quand elles étaient leurs clients.

  • 20 Arch. nat., Fle III Ardennes 5, tournée du préfet Frain, 18 frimaire an IX (9 décembre 1800).
  • 21 G. Gayot, op. cit., p. 421.
  • 22 Journal de copies de lettres commencée le 14 brumaire an IX de Nicolas Suchetet, fabricant à Sedan, (...)

11La tournée d’inspection du préfet en frimaire an IX confirme l’examen de la situation industrielle et commerciale du département en l’an VI. Givet a toujours « perdu son commerce et sa garnison », Mézières a retrouvé l’une et l’autre mais toujours aussi petits, Charleville a été anéanti par la concurrence belge, et à Sedan, « les manufacturiers attendent le moment d’étendre leurs relations, c’est-à-dire la paix »20. Nulle mention par le préfet de signes de reprise dans les grandes manufactures comme celle d’André de Neuflize qui a pourtant déjà déstocké des draps entreposés et bloqués à Francfort, et qui a réussi à faire venir en droiture, par voie de terre, des laines de Bayonne21. Nulle allusion non plus aux initiatives de quelques Sedanais, comme Nicolas Suchetet dont la fabrique de draps va, écrit-il à son frère en ventôse an IX, « passablement bien », grâce à un voyage de deux mois, au cours de l'été 1800, où il a démarché avec succès des clients en Flandre. Il était accompagné de sa fille Laure et de son fils, « elle était habillée en jeune homme ce qui était sans gêne pour elle et pour nous. Je lui ai fait voir la mer et nous sommes revenus par Paris où nous sommes restés 15 jours. C’était au1er vendémiaire. Nous avons vu plusieurs fois Bonaparte et la fête brillante qui a eu lieu ce jour-là »22.

  • 23 J.-P. Hirsch, op. cit., p. 250-251.

12En 1800, il y avait donc au moins un ou deux manufacturier sedanais heureux, car, à en croire le préfet, les autres fabricants lui semblaient tellement désorientés, qu’il proposait au gouvernement de faire revivre l'ancien règlement avec des experts jurés pour contrôler le drap à la fin du tissage et à la teinture. « Dès que cette police (du métier) n’exista plus, ajoutait-il, le nombre des fabricants s’est multiplié, pour la plupart sans capacités ni lumières ». Même son de cloche dans le Nord, du côté du préfet Joubert, dès prairial an VIII, qui déclarait aux filtiers de Lille et de Bailleul être prêt à « provoquer du gouvernement les mesures propres à (les) encourager et à empêcher ou prévenir la fraude »23.

13Plus que dans la mauvaise passe où se trouvaient leurs affaires, c’était bien là qu’était l’origine du mal-à-l’aise de la plupart des industriels. Et les signes d’une reprise imminente n’y changeaient rien ; au contraire, chez les anciens, ils approfondissaient ce sentiment. Ayant perdu leurs marques, au propre comme au figuré, ils ne voyaient pas bien comment ils allaient saisir ces occasions de s’en sortir, et ils voyaient trop bien comment les nouveaux venus se ruaient sans scrupule sur ce qu’on n’appelait pas encore les « opportunités ». Dans les nouveaux départements français, on avait moins d’état d’âme. On était Français depuis peu, l’expérience de la nouvelle citoyenneté était encore trop récente pour avoir déçu au point de ne déjà plus y croire ; et surtout, à l’exception d’Aix-la-Chapelle intra-muros, la vieille ville d’Empire, la tradition de la liberté d’entreprise, sans règlement ni corporation, le libre accès depuis toujours au métier de marchand-fabricant et la familiarité avec le turnover des Verleger avaient doté les entrepreneurs de la Roër et de l’Ourthe d’un solide pragmatisme et d’une grande pugnacité. Chaptal saura tenir compte des dispositions d’esprit de ces Belges et de ces Allemands qui n’y avaient jamais regardé de trop près pour savoir si ce qu'ils faisaient était dans les normes, mais qui sentaient si bien le vent quand il soufflait à l’industrie.

  • 24 Ibid., p. 237-249, introduction du chapitre IX intitulé « Naissance de la libre entreprise ? ». Ce (...)

14Dans les départements de la frontière intérieure, en revanche, le moral n’y était plus. L’entrée dans la profession de manufacturier d’amateurs ou d’incapables gâchait les produits et le métier, engendrait la fraude et décourageait les bons fabricants de bien fabriquer. Toujours sur le même ton, le ton du professionnel désabusé : les règlements étaient bafoués, on ne contrôlait plus rien, ni les fabricats, ni les fabricants. Qui fait bien, ne craint rien, disait-on avant 1789 ! En 1800, si rien ne changeait, qui faisait bien allait bientôt passer pour un sot. L’honneur du métier et l’autorité qu’il confère à celui qui l’exerce, les fondements de l’identité professionnelle dans « l’ancien temps », pour ne pas dire « le temps des despotes » et des « privilèges gothiques », étaient en train de se perdre, et aucun lieu pour en revendiquer la sauvegarde, à part l’atelier, et encore – la Révolution avait tant fait pour que la discipline s’y relâche. Le désordre des métiers, c’est-à-dire le désordre social, menaçait, et aucune institution auprès de laquelle se faire entendre par le vote ou par la pétition, aucune association – surtout ne pas prononcer le mot corps ou corporation – sur laquelle s’appuyer pour former et formuler l’intérêt collectif du groupe, plus rien, sinon le risque de paraître une faction travaillant contre l’intérêt général et la liberté. Le sens des mots avait été tellement brouillé qu’on ne savait même plus leur trouver un juste emploi pour dire ce qu’on attendait. Certains industriels eurent, malgré tout, encore assez de ressources et de métier pour dire ce qu’ils ne voulaient plus24.

15Et, dès lors qu’ils eurent pris la parole dans les nouvelles assemblées qu’il avait conçues pour eux, Chaptal les écouta.

La « chaptalisation » des institutions de l’industrie et du commerce

  • 25 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 18, note 1. ID., Le commerce. Instruction, Recueil de textes (...)
  • 26 Cette expression intéressante a été trouvée dans Arch. comm. Sedan, F1 bis, conseil de commerce de (...)
  • 27 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., n° 134, p. 154-157, circulaire du Ministère de l’Intérieur relat (...)
  • 28 Ibid.

16Chaptal prit officiellement ses fonctions au Ministère de l’Intérieur le 21 janvier 1801(1er pluviôse an IX), après en avoir assuré l’intérim depuis le 6 novembre 180025. Pour faire entendre la voix du gouvernement et pour recueillir les avis de tous les « anciens habitants » de France et de tous « ses nouveaux citoyens », n’oubliant ainsi personne, ni les Français des « départements de l’intérieur »26, ni les Français en deçà de la nouvelle frontière de la Grande Nation, il dut en passer par les préfets, nouvellement nommés « premiers magistrats de France »27. Trois mois étaient à peine passés depuis son installation que Chaptal, se rendant compte qu’avec la meilleure volonté du monde, les préfets ne pourraient pas assurer l’une de leurs missions les plus urgentes, la liaison entre le Commerce et l’État, les engagea à « (dire) à ceux qui dirigent les manufactures que dans le palais de l’État, la sagesse prépare en silence toutes les institutions qui peuvent assurer la prospérité publique ». Et après une incantation à la « nation industrieuse et laborieuse, conquérante dès que Colbert le voulut », la référence obligée en matière d’innovation institutionnelle, le ministre indiqua le sens de son projet : « ramener dans les fabriques les travaux fixes et réguliers au lieu de cette inquiétude vague qui dissipe en efforts insensés les ressources du temps et du talent »28. Pour une reprise du dialogue, devenu de sourds, pour une reprise des affaires, devenue idéale, il fallait de nouvelles institutions.

Il n’y avait presque plus d’organisation sociale

  • 29 Mes souvenirs sur Napoléon, par le comte de Chaptal, publié par son arrière petit-fils, Paris, Plon (...)
  • 30 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, La France restaurée 1944-1954, Paris, Fayard, 1986, p. 33. Que les paro (...)
  • 31 Ibid.

17Tel est le consternant état des lieux en 1800, dressé par Chaptal dans ses Souvenirs sur Napoléon29, à la manière des partisans de la « restauration » de la France en 194430. Sans doute ce grand commis de l’État aimait-il donner à penser qu’avant lui rien n’avait été comme avant ? D’ailleurs, il n’hésite pas un instant : « Après dix ans d’anarchie qui venaient de dévorer la France, il n’y avait presque plus d’organisation sociale, il fallait imposer d’autres lois, il fallait ranimer l’industrie et le commerce »31, s’exposant ainsi à l’accusation de plagiat, ou plutôt de reprise, sous un autre nom, de cadres institutionnels créées sous la Révolution ou dont la tradition remontait à l’Ancien Régime, ce que n’ont pas manqué de lui reprocher Charles Schmidt et, après lui, nombre d'historiens. Libre à nous d’insister ainsi sur la continuité, dans le temps long, de l’esprit des lois et des institutions afin, entre autres, de ne pas accréditer la légende de l’annonciation d’un nouveau régime par Bonaparte et par Chaptal, mais il ne faut pas pour autant perdre de vue l’« effet d’annonce », surtout s’il réussit au moment où il est produit, ni oublier le temps vécu par les administrés, surtout si ceux-ci ont éprouvé le soulagement d’être enfin bien administrés.

  • 32 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., n° 136, p. 163-165. Circulaire du Ministère de l’Intérieur relat (...)

18Trois semaines après l’avoir laissé prévoir, Chaptal invita les préfets à former auprès d’eux un « conseil formé d’un très petit nombre d’hommes les mieux recommandés par l’opinion publique par leur moralité et leurs connaissances pratiques ». Jugeant qu’« un homme seul, livré à tous les détails d’une administration compliquée, ne saurait connaître par lui-même tous les besoins des arts, du commerce et de l’agriculture d’un département », le ministre-savant leur ordonnait de s’entourer d’« hommes éclairés, vieillis dans la pratique d’une profession qu’ils ont honorée ; des hommes utiles qui pourront leur dire l’état des arts en 1789, les causes des variations et de tous les changements survenus, les nouveaux genres d’industrie qu’on peut créer ». Ainsi se constituèrent, proposés par les maires et désignés par les préfets, les conseils d’agriculture, arts et commerce, à partir du 16 floréal an IX (6 mai 1801), soit 18 mois avant l’établissement des chambres de commerce – 26 décembre 1802 – et plus de trois ans avant celui des chambres consultatives de manufactures, fabriques, arts et métiers – 2 avril 1804 –. Ces conseils, qui se baptisèrent aussitôt « conseils de commerce » se considérèrent comme les interlocuteurs privilégiés du ministre, et Chaptal leur accorda le statut de corps intermédiaire permanent dans l’organisation de la société civile qu’il projetait de mettre en place32.

  • 33 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 131, note 1. G. Dejoint, La politique économique du Directoir (...)
  • 34 G. Dejoint, op. cit., p. 78, note 2. Arch. nat. AF III 62.
  • 35 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 108, p. 128, no 117. G. Dejoint, op. cit., p. 77, notes 1 et (...)
  • 36 Travaux de Dominique Margairaz (Université de Paris I).
  • 37 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 22, note 1.
  • 38 Arch. nat. Fle III Ardennes 5, rapport sur l'esprit public, 1erbrumaire an VIII.

19Il est vrai que les nouveaux conseils de Chaptal ressemblaient aux Bureaux consultatifs des 59 villes qui répondirent à la circulaire de Delacroix, ministre des Relations extérieures, du 2 décembre 1796, sur l’état du commerce et sur les clauses à insérer dans un éventuel traité de commerce avec l’Angleterre33 ; ou au Bureau consultatif de Lyon qui adressa un mémoire sur un projet de traité de commerce avec l’Espagne le 18 mai 179734, ou à ceux qui, en petit nombre, répondirent aux circulaires de François de Neufchâteau du 30 août 1797 sur la statistique industrielle, et du 15 octobre 1798 sur le bilan de la première exposition35. Et s’ils reprirent leur activité en l’an IV, ces organismes locaux du commerce et de l’industrie furent peu prompts à se réunir et à faire connaître leurs observations à l’autorité de tutelle, sauf quand celle-ci les sollicita. Nous saurons bientôt si François de Neufchâteau a été plus attentif à théoriser son action qu’à se doter des moyens de l’entreprendre36, mais la mésaventure qui lui arriva en nivôse an VII en dit long sur la crise que traversait la sociabilité professionnelle des industriels : écrivant au Bureau consultatif de Saint-Étienne, il s’aperçut que ce bureau n’existait pas. La mairie s’empressa d’une créer un...37. La désorganisation était bien là ; en bas comme en haut, et il régnait partout un « inconcevable découragement »38.

La méthode Chaptal : réformer les institutions et changer les mœurs

  • 39 Les membres des conseils d’agriculture, arts et commerce étaient nommés par le préfet sur une liste (...)
  • 40 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 18 et note 2. Arch. nat. F12 501.

20Les marchands-fabricants obtinrent donc une représentation en mai 1801. Il faudrait s’arrêter là, ne pas faire de commentaire, tant une chose pareille paraissait encore inconcevable en ce début de siècle, et à coup sûr sous le Directoire. Ne pas ajouter officielle, permanente, représentative39, tant un pareil encouragement à se rassembler autour de confrères reconnus pour leur compétence et leur honorabilité pouvait sembler un impensable privilège accordé à des hommes encore sous le choc de la loi d’Allarde, ce formidable dispositif anti-association mis en place au nom de la liberté économique et de l’unité nationale. Et lorsque Chaptal annonça aux préfets, le 29 prairial an IX (18 juin 1801), un mois après celle des conseils locaux, la création d’un Conseil général d’agriculture, arts et commerce, comme la suite des Conseils des principales villes40, les manufacturiers purent avoir le sentiment réconfortant d’un plan achevé, d’une organisation complète et d’une construction institutionnelle équilibrée. Du jamais vu depuis longtemps ! Depuis l’Ancien Régime ? Peut-être, mais ce n’était pas à dire, et puis c’était si loin...

  • 41 F. Concato et P. Largesse, Éléments pour une histoire de la Chambre consultative des arts et manufa (...)
  • 42 Arch. comm. Sedan, F1 bis, source citée, 18 fructidor an IX.
  • 43 T.R. Kraus, éd., op. cit., p. 207.
  • 44 Arch. Etat Liège, FFP (Fonds Français Préfecture), 698 (3), archives des chambres consultatives de (...)

21En tout cas, la réforme de Chaptal était tellement inespérée qu’elle obtint auprès des fabricants le succès propre aux bonnes nouvelles auxquelles on ne croyait plus. Du moins, en France « intérieure » : à Elbeuf, comme sans doute à Lille, où Chaptal se fit un devoir de rappeler aux filtiers trop empressés qu’il n’était quand même pas dans ses projets de rétablir des associations partielles, sauf à entretenir le chaos administratif, les manufacturiers anticipèrent l’initiative ministérielle, et se regroupèrent avant mai 180141 ; à Sedan, le Conseil de commerce fut installé le 5 septembre 1801, avec la fierté d’une Draperie Royale qui retrouvait le chemin de l’honneur, c’est-à-dire sans arts, ni agriculture420 Car, en Belgique et dans le département de la Roër, les fabricants firent moins vite ; sauf à Aix-la-Chapelle, ville corporée de « temps immémorial », où l’on adopta cette institution, somme toute familière, dès octobre 180143, ailleurs, les Verleger se firent prier par les préfets, à l’instar du grand Bernard Scheibeler, qui prétexta une maladie des nerfs et le dédoublement de son entreprise, à cheval sur Eupen et sur Monschau, pour échapper à la corvée des réunions du Conseil d’Eupen mis en place en février 180244. À Verviers, à Eupen, à Stolberg, la loi d’Allarde n’avait pas créé d’état d’âme particulier, parce qu’en 1791, on n’était pas Français... et qu’on avait toujours exercé son métier de marchand-fabricant librement, sans règlements ni jurandes. Là, la reprise avait déjà commencé sans institution, elle se poursuivait avec une nouvelle organisation, mais les mœurs du Commerce n’avaient pas changé.

  • 45 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 438, p. 325, circulaire du Ministère de l’Intérieur aux préfe (...)
  • 46 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 140, p. 182, fructidor an IX – août-septembre 1801.
  • 47 Arch. comm. Sedan, F1 bis, Conseil de commerce de Sedan, délibération 8 brumaire an X – 17 octobre (...)

22En France, Chaptal entreprit de changer les habitudes, ou plutôt il innova en matière de méthode et de rythme de travail. Beaucoup plus souvent que ses prédécesseurs, il consulta, demanda conseil, sollicita les avis, au point que les industriels usèrent rapidement d’une liberté de ton et d’un franc-parler qu’un François de Neufchâteau n’aurait pas pris seulement pour des marques de confiance. Entre les préliminaires de Londres (1er octobre 1801) et la paix d’Amiens (27 mars 1802), pas moins de huit mémoires ou réponses à des questionnaires, sans demande statistique, sont adressés à Chaptal par le Conseil de commerce de Sedan. La discussion commencée tout au début de 1802 sur le projet de Code de commerce45, ou celle lancée, à la fin de l’été 1801, sur le projet tendant à réformer les abus nuisibles aux progrès de l’industrie46 est l’occasion pour les manufacturiers de rappeler d'abord qu’ils ont besoin de 300 000 à 400 000 francs par mois pour payer leurs ouvriers. Une manière spectaculaire de décliner leur identité d’hommes utiles, de salariants distribuant de quoi vivre à plus de 10000 salarié(e)s, comme l’avaient fait leur père et leur grand-père. Et cette expérience professionnelle transmise de père en fils les autorise à recommander le rétablissement des maîtrises « pour freiner la cupidité et l’inexpérience. Purement fiscales, elles étaient devenues odieuses et un obstacle à l'industrie. Mais la première Institution était vraiment utile parce qu’elle avait pour objet de constater la capacité de ceux qui voulaient embrasser une profession quelconque ». Ce pas franchi, ils peuvent conseiller le plus tranquillement du monde, à Chaptal, la création de « jurés de commerce dont la formation doit être organisée par la Loi » – gardes-jurés eût été nostalgique ? – chargés de constater les contraventions aux fabrications. Enfin, pour réprimer la fraude et les contrefaçons de marque, il n’y a rien de mieux qu'un « inspecteur ambulant, autorisé à vérifier les magasins des fabricants ou détaillants suspects de contravention, à dresser des procès-verbaux, à faire des saisies, des inspecteurs dont l’expérience a déjà fait sentir l’utilité pour la restauration de nos fabriques et dont l'organisation n'a besoin que d’être perfectionnée »47. Décidément, Chaptal dut entendre de tout, mais le retour de la confiance était à ce prix, et le consentement des citoyens ne s’obtenait sûrement pas à coup de sanctions pour délit d’opinion colbertiste.

  • 48 A. Fugier, Histoire des relations internationales. Tome IV : La Révolution française et l’Empire na (...)

23Où les industriels poussèrent l’audace le plus loin, et firent le plus de peine au ministre, ce fut quand ils se déchaînèrent contre la politique commerciale prêtée au gouvernement. Il est vrai qu’on savait, à Sedan et ailleurs, Chaptal prêt à revenir au traité fatal de 1786 pour mieux stimuler la concurrence, et que le Premier Consul n’avait pas suffisamment affiché sa « volonté de nuire à l’industrie anglaise »48. Mais enfin,

  • 49 Arch. comm. Sedan, F1 bis, source citée, délibération brumaire an X – octobre-novembre 1801.

« le goût dominant qui existe en France pour tout ce qui est étranger, ce que l’on peut appeler la promotion anglomane pouvait détruire l’activité que l'heureux événement du 18 brumaire est venu augmenter. Il est encore récent ce fatal traité qui, en paralysant toutes nos manufactures nationales, en privant des millions d’hommes de leurs ressources ordinaires les ont prédisposés à une révolution……. (sic : il y a bien 10 points de suspension) les plus terribles effets naissent souvent de causes qui, au premier aperçu, paraissent puériles. C’est au gouvernement à peser dans sa sagesse ce qui peut être le plus avantageux à la Nation qui attend tout de sa protection. Nous réclamons le privilège exclusif de fournir aux besoins de trente millions de nos concitoyens »49.

  • 50 Schmidt, L’industrie, op. cit., n° 142, p. 183-187, rapport du Ministère de l’Intérieur aux consuls (...)

24L’intérêt de ces délibérations passionnées et de ces discours passéistes tient autant à ce qu’ils disent qu’à ce qu’ils ont pu être tenus. Grâce à Chaptal des voix qui avaient renoncé à s’exprimer à la tribune ou même à dialoguer sur le métier s’élevèrent à nouveau dans les assemblées professionnelles. Il y a plus : la voix de ces hommes éclairés et utiles était entendu à Paris, la preuve, on parlait de Sedan dans le journal, dans le Moniteur, comme on parlait partout des draps de Lodève, de Sedan et de Louviers, des couteaux de Saint-Étienne à 5 centimes50 et de leurs fabricants. La preuve ultime de la reconnaissance par le gouvernement du recouvrement heureux de cette identité perdue : la lettre de Chaptal.

Un instrument de la méthode Chaptal : la lettre de réponse

  • 51 Arch. comm. Sedan, F2, Lettre de Chaptal, 30 nivôse an X – 20 janvier 1802.

Lyon, le 30 nivôse an X (20 janvier 1802)
« Le Ministre de l’Intérieur aux membres du Conseil de Commerce établi à Sedan.
J’ai lu avec intérêt, Citoyens, les réponses que vous m’avez faites aux questions que je vous avais proposées. J’ai comparé les deux échantillons de Casimir que vous m’avez adressées, et je me suis convaincu que depuis dix ans il y a un perfectionnement remarquable dans la fabrication des Manufactures de Sedan.
Il manquait dites-vous, aux vœux du Commerce, la Paix générale, et une loi sur la police des manufactures ; l’un et l’autre vœu va être bientôt exaucé ; le traité définitif ne tardera pas à être conclu, et j’espère que dans le courant de la session actuelle, le Corps législatif convertira en loi le projet qui vous a été adressé et sur lequel vous m’avez donné votre avis.
Le Commerce de Sedan doit être aussi rassuré sur les craintes qu’il avait conçues relativement au traité de Commerce avec l’Angleterre. Il sait que les préliminaires de la Paix n’ont point fait cesser les prohibitions existantes, et qu’il n’est aucunement question d'apporter des changements à nos rapports commerciaux avec cette Puissance.
J’ai remarqué avec plaisir, Citoyens, que la fabrication de l’acier poli était devenu une branche considérable du Commerce de Sedan et que la découverte d’un nouveau cylindre avait ajouté au fini des ouvrages une grande économie. J’aime à croire que les produits de cette fabrication fourniront non seulement à la consommation intérieure de la République, mais qu’ils pourront entrer chez l’Étranger en concurrence avec ce qu’il a de mieux en ce genre de l’industrie.
Recevez, Citoyens, mes remerciements particuliers du zèle qui vous anime. Je n’attendais pas moins d’une réunion de Citoyens instruits et dévoués à la Prospérité Nationale.
Je vous salue »
Chaptal51.

25Au début et à la fin de la lettre, du concret, des produits locaux, des étoffes de laines et des pièces de métal ; le corps de la lettre : trois questions vraiment posées, trois réponses sans détour. Indiscutablement, le Ministre de l’Intérieur était au courant des affaires et des inquiétudes sedanaises, et entre le Ministre et ses administrés, le courant passait bien. Les décisions suivaient, conformes aux projets et aux propositions. Comme il passait bien entre Chaptal et ses commis au Ministère, le premier ayant, semble-t-il, convaincu ses subordonnés de recueillir les « opinions spontanées » des fabricants et de connaître le « véritable vœu du commerce » avant de prendre des mesures et de faire voter des lois. Ainsi, les instructions (voir annexe) données à Scipion Mourgue, chef de division au Ministère de l’Intérieur aux côtés de Coquebert de Montbret, ancien consul à Hambourg, et de Peuchet, statisticien, en avril-mai 1803, chargé de s’informer sur les vœux des fabricants de draps de Sedan, quelques semaines avant la visite de Bonaparte : on y lira peu de certitudes, de multiples interrogations et beaucoup de prudence. Et des précautions, il lui fallut en prendre de nombreuses pour poser, avec le concours des fabricants, deux problèmes qu’il pressentait liés, le statut des « gens de travail » et l’introduction des machines, et en esquisser les solutions.

La terreur qu’inspirent les ouvriers et la tentation d’introduire les mécaniques52

  • 52 Arch. nat. F12 654, rapport de Scipion Mourgue à la suite de sa mission à Sedan, messidor an XI.
  • 53 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 157, p. 201-204, 225-241.
  • 54 Préambule du texte de la loi de Germinal.

26Dans son article 1er, la loi du 22 germinal an XI (12 avril 1803) annonce l’éventualité – « il pourra être établi » – de la création des Chambres consultatives de manufactures, fabriques, arts et métiers, et elles seront effectivement établies dans 156 « villes et bourgs », le 12 germinal an XII (2 avril 1804)53. Dans le temps court d’une politique de sociabilité dynamique et novatrice, qui fut le temps réel de Chaptal et des marchands fabricants pour la mise en œuvre, il faut suivre au plus près les mois, les jours et le rythme de l’offre ministérielle et des réponses des manufacturiers. La fameuse loi dite de Germinal a donc bien été préparée en étroite collaboration avec les Conseils de commerce de 1801. On peut même dire que cette loi a été autant leur œuvre que celle de Chaptal ; du moins, ils en eurent la conviction. Croyant avoir reçu, avec les Conseils, l’assurance d’une représentation de leurs communautés professionnelles et ainsi, l’engagement implicite et sans tapage du nouveau pouvoir de reconsidérer la loi d’Allarde, les manufacturiers français attendaient de la Loi relative aux manufactures fabriques et ateliers la révision de l'autre volet, le réaménagement du dispositif anti-coalitions de la loi Le Chapelier, évidemment à leur avantage, mais aussi au détriment des ouvriers, ce détriment devant être signifié avec force. Ils avaient trop tremblé pendant la Révolution pour ne pas espérer beaucoup de la volonté répressive du gouvernement et du livret ouvrier. D’ailleurs, n’était-ce pas le rôle de ceux qui avaient retrouvé leur place naturelle dans la société civile de conseiller le législateur qui « voulait mettre fin à l’anarchie et à l’arbitraire qui dévoraient les ateliers »54 ? N’était-ce pas eux, hommes d’expérience et rompus aux conflits sociaux, qui auraient à appliquer la nouvelle loi ? N’était-ce pas le rôle de ceux qui avaient enfin retrouvé leur représentation de proposer des mesures susceptibles de réformer les mœurs dans les fabriques ? N’était-ce pas eux, les « maîtres », non, disons plutôt les « chefs de manufacture », qui auraient à « ramener l’ouvrier aux sentiments d’honneur et de probité dont dix ans de désordre ne l’ont que trop écarté ». Et le livret était le meilleur moyen pour que l’ordre règnât. À condition d’avoir un bon livret :

  • 55 Arch. comm. Sedan, F1 bis, délibération du Conseil de commerce, brumaire an X, source citée.

« L’ouvrier peut le perdre, le détruire volontairement, n’y faire porter aucune mention de sa mauvaise conduite par un maître (sic) distrait au moment de la séparation et prétexter qu'il a passé cette période sans travail.
1/Il faut obliger tous les fabricants à tenir un registre par ordre alphabétique de leurs ouvriers et d'y porter copie de toutes les notes inscrites sur le livret
2/Il faut astreindre l’ouvrier sans travail à se présenter au Bureau établi par l’art. 63 (du projet de 1801 soumis aux Conseils de commerce) et à y déposer son livret jusqu’à son nouvel emploi.
Ainsi, ayant égaré son livret, l’ouvrier pourrait facilement le faire rétablir par les divers manufacturiers chez lesquels il a travaillé. Ce livret contiendrait dans tous les cas l’histoire complète de la vie de l’ouvrier, et celui-ci n’aurait aucun moyen d’éviter la mention défavorable qu'il aurait mérité, à moins de laisser une lacune qui le rendrait encore plus suspect ;
Enfin, ce qui n’est pas sans intérêt, la Police et le gouvernement connaîtrait toujours et à chaque instant le nombre des ouvriers sans travail. Le fabricant qui en aurait besoin pourrait trouver les noms et s’assurer de la conduite de ceux qu’il voudrait employer »55.

  • 56 J.-P. Hirsch, op. cit., p. 354-355.
  • 57 G. Gayot, « Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et à Verviers, premiers (...)

27Voilà comment un groupement de la société civile exprimait fin 1801 son consentement au coup d’État : reconnaissant de l’y avoir réintégré avec représentation et une partie de ses prérogatives, il offrait l’aide de son « fichier » au gouvernement pour un bon fonctionnement centralisé de la société politique, et il demandait en retour les pleins pouvoirs sur la société manufacturière et sur la surveillance sociale. Chaptal renâcla à aller dans ce sens, mais il laissa certains manufacturiers parler ainsi, afin qu’ils conservassent, aux yeux de tous, leur autorité, qui avait été si souvent bafouée, et le soutien de l’État, qui leur avait tant marqué. En fait, les marchands-fabricants faisaient par avance appel, avec la certitude qu’ils gagneraient, de la condamnation symétrique prévue par Chaptal des coalitions ouvrières « pour suspendre, empêcher ou enchérir les travaux, et de toute coalition entre ceux qui font travailler les ouvriers »56. D’ailleurs à Eupen et à Verviers, là où les fabricants étaient habitués aux conflits du travail, et où les chefs de fabrique avaient toujours fini par imposer leur loi, on s’embarrassait peu de subtilité : les lois d’Allarde et Le Chapelier qui supprimaient les jurandes et interdisaient les coalitions ouvrières étaient de bonnes lois. Avant de devenir Français, ils n’avaient pas de maîtrises, mais ils avaient des grèves, il leur était donc devenu très avantageux d’appartenir à la Grande Nation57.

  • 58 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 138, p. 182, 22 messidor an IX (11 juillet 1801).
  • 59 Arch. nat. F12 2207. L.M. Lomüller, Guillaume Ternaux, 1763-1833, créateur de la première intégrati (...)

28Tous les manufacturiers avaient repris confiance : la condamnation symétrique était une argutie juridique. L’État avait besoin d’eux pour remettre de l’ordre dans les ateliers et pour y essayer les ingénieuses mécaniques. Allait-il interdire ou empêcher les ententes entre fabricants pour l’usage de ces machines qui, à l’évidence, étaient destinées à faire travailler les ouvriers ? Les armées en guerre ou cantonnées sur la frontière nouvelle avaient trop de soldats à vêtir ou à rhabiller de drap militaire, et il fallait au contraire, et dans l’urgence, favoriser ces initiatives collectives mécaniciennes, quand bien même les ouvriers eussent à en pâtir. Deux goulots d’étranglement pour la réussite de cette initiative : en amont le cardage de laine et la filature, en aval la finition, le tondage du drap. Dès 1801, Chaptal ouvrit un concours pour le perfectionnement des machines à ouvrir, peigner, carder et filer la laine, la date du concours fut prorogée jusqu’au 15 thermidor an X, et le 20 vendémiaire an XI (12 octobre 1802), Douglas obtint son brevet pour un assortiment – un ensemble de mécaniques à carder et à filer qui devint vite célèbre en France. Recommandé par Chaptal, par les Consuls, puis par tout le gouvernement, il fut promu fournisseur de machines privilégié sur tout le territoire français58. Ses assortiments n’étaient pas des meilleurs sur le marché des nouvelles techniques, mais ce fut ainsi, comme si Chaptal et Bonaparte avaient été repris par la tentation colbertiste de la concession de monopoles. Et pourtant, ils ne pouvaient pas ne pas savoir qu’à Verviers, les machines de Cockerill, mécanicien non breveté, avaient commencé à donner de bons produits depuis janvier 1801, c’est Ternaux qui parle, ni ignorer que le 23 juillet 1802, les citoyens Simonis et Biolley avaient signé avec Cockerill le contrat qui allait permettre à Verviers de se mécaniser rapidement, plus rapidement qu’en France59.

29Il accorda moins de faveur et fut plus circonspect dans le secteur des machines à tondre. Il est vrai que dans cette branche de l’industrie drapière, tout était à craindre : les ouvriers étaient aux aguets de la moindre nouveauté contraire à leurs usages immémoriaux, à leur Constitution disaient les tondeurs anglais d’E.P. Thompson, – rappelons-nous les cris « À bas les mécaniques ! », lors de la visite de Bonaparte à Sedan les inventeurs étaient souvent des faiseurs, ou des bricoleurs impatients de vendre cher ce qui marchait à peine - on retrouve à cet autre bout de la chaîne technique... Douglas - ; et surtout les manufacturiers avaient fait des machines à tondre leur chose à eux, une arme de guerre pour abattre définitivement les tondeurs, une machine à humilier. Labauche, notre manufacturier en retraite qui rêvait une mosquée à Marseille, écrit encore au préfet Frain en 1803, qui transmettra ces rêves plus méchants à Chaptal :

  • 60 Arch. comm. Hannogne-Saint-Martin, source citée, lettre au préfet Frain, 5 nivôse an XII (27 décemb (...)

« Les mécaniques à tondre sont les plus pressantes à mettre en usage. Le citoyen Brincourt, qui a mis chez lui des machines à l’essai, a reçu une lettre anonyme par laquelle on le menace de mettre le feu à sa maison... 3000 tondeurs avant la Révolution, 1200 aujourd’hui, la plupart des vieillards, voilà une manufacture de réputation anéantie si on ne fait usage des mécaniques. En général, les tondeurs sont des gens de la campagne qui ont abandonné la culture des terres pour apprendre ce métier qui donne de gros gains. À peine 200 sont nés à Sedan. Beaucoup sont paresseux, mauvais ouvriers, ivrognes, de mauvais sujets auxquels on ne donne de l'ouvrage que lorsque l’on en a absolument besoin. Les avantages de l’établissement des mécaniques : 1e soutenir la concurrence des fabriques anglaises. 2e rendre des bras à l’agriculture qui en manque, et alors la levée des hommes pour nos armées serait moins sensible pour les campagnes. 3e enfin, à la paix, il faudra repeupler nos colonies. En économisant les bras dans nos manufactures par les mécaniques de tout genre, nous y parviendrons avec plus de facilité »60

30À Sedan, contre les ouvriers et pour les machines, on a la rancune tenace et l’espoir féroce, le mépris social et l’anglomanie perverse ; sans rien partager de semblable, Chaptal laisse dire. En France, sur les machines à filer, on discute, on tergiverse, on hésite ; Chaptal fait faire. À Verviers, on parle peu, on fait ; Chaptal laisse faire. Trois milieux, trois manières de gouverner, trois ralliements, et à la fin, le consentement.

Conclusion

  • 61 G. Bachelard, L’eau et les rêves, Paris, José Corti, 1942, p. 146.

31On n’avancera pas dans la compréhension des coups d’Etat réussis ou avortés, ni des Révolution achevées ou permanentes, tant qu’on continuera à écraser le temps court sous le poids du temps long. Si, comme l’écrit Bachelard, « le caractère dominant de la durée », c’est « le rythme »61, il est sûr que le rythme du temps court de la rupture, du temps que l’événement met à se produire, à être connu et accepté, ou refusé, n’est pas le même que le rythme du temps séculaire qui amortit les ondes de choc, assourdit les bruits et calme les émotions. Reste que les hommes ont fait l’histoire de la Révolution et de Brumaire au rythme du temps de leur vie, et ce temps fut court.

  • 62 En cours, la thèse d'I. Moullier sur le Ministère de l'Intérieur de Chaptal à Montalivet.
  • 63 A. Gramsci, « Notes sur Machiavel, sur la politique et sur le Prince moderne », dans Gramsci Textes (...)
  • 64 Discours au Conseil d’État, 30 mai 1802. Cité par J.-P. Jessenne, op. cit., p. 193.

32Or l’action de Chaptal, dans le champ qui est le nôtre, la remise en route de la société civile dans le bon sens, n’a duré que 4 ans ; et nous n’en avons observé que les débuts, sans prêter attention à des « détails » comme ses relations avec Bonaparte, ou le démarrage de la machine ministérielle qu’il était chargé de conduire62. Pourtant, en quelques mois il paraît avoir réussi, là où le Directoire avait échoué pour avoir voulu trop diriger, à galvaniser les énergies autour d’institutions et d’associations plus souples et bien appropriées à son projet. Antonio Gramsci pensait déjà que le bonapartisme en 1800, c’était le jacobinisme continué, comme méthode de gouvernement et de direction intellectuelle et morale pour obtenir l’hégémonie sur la société politique et sur la société civile63. « Effacer tous les jours les traces des partis, de leurs violences et surtout de leurs réactions », c’était créer les conditions politiques du consentement au nouveau régime. Mais le consentement, pour qu’il durât, devait être organisé, il lui fallait des lieux d’expression et des institutions que pût investir de son plein gré la classe dirigeante, cette élite qui était en possession des trois qualités cardinales, selon le Premier Consul : « les Lumières, la propriété, le commerce »64. En en réintégrant la plupart à leur place naturelle – dirigeante – dans la société civile, et en leur offrant de rejoindre leur groupe de référence, Chaptal a été au devant d’une demande mal formulée, ou qu’ils avaient renoncé à faire connaître : être reconnu pour ce qu’on est, c’est-à-dire un citoyen pas comme un autre, pas un trop grand, mais pas non plus un simple citoyen d’une assemblée primaire, entre les deux, le membre d’un corps intermédiaire où l’on pouvait se sentir bien ensemble.

  • 65 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, Paris, Fayard, 1968, p. 20, p. 312-3 (...)
  • 66 G. Gayot, La franc-maçonnerie française. Paris, Gallimard, coll. Folio, 1991, p. 38, p. 37 : courbe (...)
  • 67 Bibl. nat., FM2 416, dossier Famille Unie, Sedan. G. Gayot, « Serviteurs ou partisans : les francs- (...)

33Ce besoin, propre à chacun, mais plus particulièrement à ceux qui ont le sentiment d’appartenir à l’élite, n’avait pu être satisfait au cours de la période révolutionnaire – unité et uniformité nationale obligeaient – ni pendant la République de l’an III et du Directoire, où s’installa un véritable « marasme de la vie associative ». Hostile à la fois à la sociabilité jacobine et clubiste, et à la sociabilité d’Ancien Régime – encore l’application de la loi d’Allarde et de sa « circulaire anti-associations » Le Chapelier-, la politique très directive du Directoire en matière culturelle et associative65 entretint un sentiment croissant d’isolement et de dénuement chez les individus désireux de sortir honorablement – pas comme un « muscadin » – de l’anonymat. Aussi, ce ne fut pas rien dans le petit monde des fabricants que la création des Conseils de commerce, en 1801, dans plus d’une centaine de villes de la Grande Nation qui en avaient fait la demande. Pour ceux qui y entrèrent et pour leurs pairs : la reconnaissance, dans la société civile, de leur identité d’homme utile et de leur distinction sociale. Comme ce ne fut pas rien que la réouverture officielle des loges maçonniques après 1800, avec autorisation préfectorale, prélude à un formidable essor associatif qui emporta les notables avérés, les nouveaux fonctionnaires et les militaires victorieux dans 520 ateliers en 1806 et plus de 1000 en 181066 ; à cette date, sur les colonnes de la loge La Famille Unie, à l’orient de Sedan, avaient trouvé « naturellement » leur place William Cockerill, Guillaume Ternaux, et... André II de Neuflize, l’auteur de notre exergue67. Pour ces chevaliers d’industrie et pour les autres frères initiés aux mystères de l’Art Royal : la reconnaissance, dans la société civile, de leur identité d’homme éclairé et de loyal citoyen.

  • 68 G. Gayot, art. cit., note 3.

34Et les gens de travail, comment vécurent-ils Brumaire et ses suites ? Nombre de cardeurs de laine et de tondeurs de draps durent recevoir leur livret comme une dégradation honteuse, et regarder le travail aux mécaniques comme un asservissement indigne. N’avaient-ils pas été de valeureux soldats, de bons militants des journées et des clubs, des fidèles défenseurs de la Nation ? De la bouche même des tribuns patriotes, ils avaient entendu qu’ils avaient fait l'histoire, qu’ils avaient sauvé la patrie en danger à plusieurs reprises ; ils avaient été félicités pour avoir, le 7 juillet 1793, pris violemment à parti André I Poupart, le père de notre auteur préféré, qui leur avait lancé, en pleine bataille politique, cette terrible menace de lock-out économique : « que deviendront les ouvriers s’ils n’ont plus les manufacturiers ? »68 Cette génération-là, celle des « ouvriers sans-culottes » oublia-t-elle, dans le bruit des nouvelles machines et dans la peine à vivre, qu’elle avait fait la Révolution, qu’elle en avait entendu les mots, qu’elle en avait été un acteur collectif, quand elle marchait groupée ?

  • 69 M. Agulhon, La République au village, Paris, Plon, 1970. ID., Histoire vagabonde, III. La politique (...)

35Sur les chemins secrets suivis par les passions politiques et la mémoire du peuple, ces cheminements que Maurice Agulhon a si magistralement retracés69, deux petits jalons retrouvés dans l’ombre d'un commissariat de police, deux « survivants de la Révolution », pris en flagrant délit de mémoire fidèle, une époque où l’histoire revenait comme ça, « naturellement », « sans devoir de mémoire ».

  • 70 Arch. nat., F'9786.6. Cité par G. et H. Bourgin, Le régime de l’industrie en France de 1814 à 1830,(...)

36* 5 avril 1822, Sedan. Le baron de Neuflize (notre auteur) ayant voulu augmenter les heures de travail des tondeurs à la machine et diminuer leur salaire reçoit une lettre anonyme l’accusant de « frustrer l’ouvrier des fruits de son travail » et menaçant de brûler ses établissements. 15 avril : arrestation par un lieutenant de gendarmerie de l’ouvrier tondeur Jardot qui lui déclare : « Être soldat pour Napoléon, je suis prêt tout de suite. Pour Louis XVIII, on ne m’aura pas ». Entendu par des agents dans une réunion ouvrière secrète. Jugé pour propos séditieux : 1 an de prison, 500 F d’amende70.

  • 71 Arch. nat.F7 3788. Cité par G. et H. Bourgin, op. cit., 1912, tome I, p. 57, no 32.

37* 3 février 1817, Sedan, fête de Saint-Biaise, patron des drapiers. Les ouvriers de la fabrique doivent selon l’usage offrir un pain bénit à la messe. Le pain, qui était déposé chez les contremaîtres de M. de Neuflize, a été orné de rubans aux trois couleurs, surmonté d'une cocarde tricolore, et porté dans cet état à l’église. Le prêtre, qui devait officier, a enlevé la cocarde et l’a retirée en son pouvoir. Mouroux, principal acteur de cet acte séditieux, en en craignant les suites, s’est rendu chez le prêtre et lui a fait ses excuses en ces termes : « Notre intention n’était pas mauvaise ; nous savons que nous ne devons pas nous mêler des affaires du gouvernement, mais nous sommes les enfants de la Révolution (souligné, à juste titre, par le commissaire de police) »71 Il paraît que l’intention des ouvriers était, après la messe, de se présenter chez le sieur Robert, fabricant, distingué par son dévouement pour la famille royale, et de lui offrir par dérision la cocarde et les rubans qui auraient été bénits. Mouroux est arrêté. L’affaire suit...

38Mouroux et Jardot avaient des complices. Chacun avait père et mère, femme et enfants. Autant d’affaires à suivre par l’historien de 1780 à 1848, avec ou sans commissaire de police.

Annexes

Annexe

Instruction de Chaptal, Ministre de l’Intérieur, au citoyen Scipion Mourgue. floréal an XI (avril-mai 1803). Arch. nat. F12 654.

« Je désire, Citoyen, qu'en vous rendant dans le Dépt du Nord, vous passiés par celui des Ardennes, où il m’importe que vous recueillés les renseignements que je vais vous indiquer sur le vœu des fabricants d’étoffes de laine de ce pays et notamment de ceux de Sedan. Je verrais avec plaisir que vous puissiéz aller faire les mêmes recherches à Aix-la-Chapelle et à Verviers. Cependant le tems de la réunion des Conseils Généraux est trop prochain pour que je l’exige.

La fabrication et le commerce de la draperie en France s’exploitoient autrefois sous la surveillance des inspecteurs des manufactures créés en... Les manufacturiers qui se livraient à ce genre d’industrie étaient réunis en corporations soumises à des règlements variés suivant les localités et les privilèges particuliers accordés à certaines fabriques. Ces règlements étaient relatifs au personnel des fabricants et marchands et au matériel des objets produits de leur industrie.

Les règlements du personnel étaient utiles en ce qu’ils établissaient une sorte d’hiérarchie et responsabilité entre les manufacturiers et entre ceux-ci et les commerçants non manufacturiers. Les coalitions d’ouvriers devenaient moins dangereuses. Le prix de l’objet fabriqué était moins sujet à ces variations subites, si dangereuses au commerce, et la réunion des fabricants et marchands en corporation offrait à la société en général et au commerce en particulier, une espèce de garantie morale infiniment affaiblie depuis que chaque manufacturier ou marchand, éloigné de la surveillance des syndics des corporations, de celle même de chacun des membres de ces corporations, est autorisé à employer tous les moyens qu’il croit propre à assurer ses succès.

J’ai bien senti, ces avantages, cependant, je ne pense pas qu’il convienne de provoquer le rétablissement des corporations telles quelles étaient. Je sais à quel point l’esprit de fiscalité s’était introduit dans ces institutions. Je sais combien l’obtention des maîtrises étaient devenu ruineuses pour l’ouvrier industrieux. Je sais que si les corporations prévenaient le danger des coalitions des ouvriers, elles autorisaient tacitement celles des maîtres contre ces premiers. Je sais que sous le prétexte de maîtrise, il s’exerçait une odieuse persécution contre tous les hommes industrieux qui n’avaient pas les moyens de se faire agréer aux corporations. Je suis enfin bien convaincu que la liberté est l’âme du commerce. Mais, par malheur, à côté de cette liberté, se trouve la licence, et la première question sur laquelle je désire que vous recueillés le vœu de quelques fabricants et négociants éclairés est celle de savoir par quelles mesures on pourrait se procurer les avantages que je vous ai développés sans s’exposer à tomber à nouveau dans les inconvénients que je viens d’écrire. Je ne veux point préjuger ici leurs opinions, afin que les ayant spontanées et des principales villes de fabriques à la fois, je puisse mieux connaître le véritable vœu du commerce à cet égard...

La seconde partie des règlements, c’est-à-dire celle relative au matériel des produits de l'industrie offrait, avec bien plus de disparates encore, des avantages désirables et des inconvénients dangereux.

Par les règlements sur le matériel, le gouvernement paraissait offrir aux négociants et aux consommateurs sa garantie pour la qualité des objets produits par l’industrie nationale.

Mais quelles persécutions ne s’exerçaient pas sur les fabricants sous prétexte de ces règlements ? À quel point l’influence du riche fabricant ne devenait-elle pas funeste au pauvre artisan industrieux et hors d’état de supporter la perte d’une ou plusieurs pièces d’étoffes reconnues d’un moindre nombre de fils en chaîne ou d’une trame faite avec des laines de qualités différentes à celles prescrites par les règlements.

Jamais, assurément je ne proposerai au gouvernement le rétablissement des bureaux de marque tels qu’ils furent crées en 1779, 1780, et existèrent jusques en 1791. Cependant, je sens qu’il serait désirable que le négociant et le consommateur fussent à l’abri de la honteuse fraude à laquelle malheureusement se livrent trop de fabricants, depuis qu’une liberté illimitée leur laisse l’arbitre de présenter dans le commerce des étoffes dont rien n’indique les portées ni les qualités, dont rien ne garantit les apprêts, et qui, par leurs défectuosités trop souvent reconnues exposent les fabriques les plus renommées à la perte de leur réputation. Ce danger est d’autant plus grand que les étoffes qui sortent de ces fabriques sont plus répandues à l’étranger, et la paix devant étendre les relations de la fabrique de Sedan plus au loin encore qu’elles ne l’étaient avant la révolution, vous sentez, Citoyen, combien il serait désirable, non seulement pour la gloire et la prospérité de l’État, mais encore pour l’intérêt des fabricants et du Commerce, que des mesures pussent être prises pour donner aux Négociants et aux consommateurs une sécurité qui ne pourra naître que de la bonne foi des manufacturiers ou de la garantie qu’offrira le gouvernement.

C’est assez vous dire combien il est désirable que vous cherchiés à connaître le vœu des fabricants sur le meilleur mode de parvenir à assurer au consommateur l’intégrité des marchandises qui lui sont présentées, sans pourtant entraver l’industrie par des dispositions réglementaires contraires à nos principes de liberté et à la prospérité du commerce.

Il est encore un point essentiel sur lequel je vous engage à provoquer l’expression des désirs du Commerce, et c’est sur le genre de protection ou d’encouragement que nos fabricants peuvent désirer du gouvernement en pays étrangers. Les spéculations de l'intérêt privé font bien mieux connaître aux négociants les entraves que trouve leur industrie par la prohibition ou la partialité des gouvernements étrangers que ne peuvent le faire au gouvernement les rapports de nos envoyés diplomatiques. La ferme volonté du [Premier]1er Consul étant que nos Citoyens et les produits de l’industrie soyent traités partout comme ceux des Nations les plus favorisées, ou d’opposer aux entraves que notre commerce pourrait éprouver une réciprocité qui force les autres gouvernements à plus de justice. Je mets un grand intérêt à connaître les désirs ou les plaintes de nos fabricants et négociants et mettrai un zèle extrême à provoquer du gouvernement des mesures qui leur prouveront la sollicitude de ses soins paternels ».

Notes

1 Arch. nat., 44 AQ 5, André de Neuflize, Mémoires, f° 125. André de Neuflize (1784-1836) rédigea ces Mémoires peu de temps avant sa mort. Pour l’Ancien Régime et la période révolutionnaire, il utilisa les papiers de famille et ses souvenirs. M. de Neuflize auquel André II fait allusion est son père, André I Poupart de Neuflize (1752-1814), anobli en 1769 par lettres du roi Louis XV, avec son père Abraham Poupart, mort dans son lit en 1793. G. Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), Paris, Éditions de l'EHESS, 1998, p. 335-338, 356, 409-435.

2 Arch. comm. Sedan, D 10b, lettre de la commune de Sedan au citoyen J. Bouchotte, ministre de la Guerre, 17 avril 1793.

3 G. Gayot, « Les sans-culottes de Sedan, le brave soldat Hernandez, le manufacturier millionnaire et le général La Fayette », dans Annales historiques de la Révolution française, 306, oct.-déc. 1996, p. 704-711.

4 J.-P. Jessenne, Histoire de la France. Révolution et Empire, 1783-1815, Paris, Hachette, 1993, p. 199.

5 Ibid.

6 Chaptal, Circulaire du Ministre de l’Intérieur relative à l’exposition des produits de l’industrie, 28 germinal an IX (18 avril 1801) ; Arch. nat. F1A 24, imprimé. Cité dans C. Schmidt, L’industrie. Instruction, Recueil de textes et Notes, Paris, Imp. Nat., 1910, Commission de recherche et de publication des documents relatifs à la vie économique de la Révolution, no 134, p. 154-157.

7 Ibid.

8 Montesquieu, L’Esprit des Lois, 1748, XX, 1. L. Althusser, Montesquieu. La politique et l’histoire, Paris, PUF, 1959, rééd. Quadrige/PUF, 1992.

9 S. Pasleau, John Cockerill. Itinéraire d’un géant industriel, Liège, Éd. du Perron, 1992, p. 16-17. P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers pendant le XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. Contribution à l’étude des origines de la révolution industrielle, Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, 1948, p. 234-235.

10 Arch. Comm. Verviers, Archives modernes, farde 1/10, 4 germinal an XII.

11 Arch. nat., F12 2207, lettre du maire de Verviers, 26 mai 1808, citée par P. Lebrun, op. cit., p. 235, note 4. Arch. État Liège, FFP (Fonds Français, Préfecture), 335.

12 H. Delrée, E. Hélin, « Introduction des fameuses mécaniques anglaises à Verviers », Bulletin de la Société royale Le Vieux Liège, oct.-déc. 1986, 235, XI, p. 205-206.

13 T.R. Kraus, éd., Auf dem Wege in die Moderne. Aix-la-Chapelle, Aachener Geschichtsvereins, 1994, p. 203 ; Aachener Inschauer, 20 décembre 1794, p. 1228.

14 J.R. Suratteau, « La politique du Directoire à l’égard de l’Allemagne », dans Annales historiques de la Révolution française, 255-256, avril-juin 1984, p. 266.

15 Febvre, Le Rhin. Histoire, mythe et réalités, Paris, Librairie académique Perrin (1re éd. Paris, A. Colin, 1935), 1997, p. 221-222.

16 Arch. nat., F7 6609, affaires politiques, département du Nord, an V – an XIV. Je remercie Jean-Pierre Hirsch (Université de Lille 3) pour m’avoir communiqué ces « impressions du Nord ». Le meilleur ouvrage publié, à ce jour, sur l’esprit des institutions et des lois du commerce et de l’industrie au XVIIIe et au XIXe siècle, reste le sien : J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éd. de l’EHESS, 1991, 534 p.

17 Arch. nat., AF IV 1019, dossier 3, pièce 70, procès-verbal de visite des manufactures les plus intéressantes de la ville de Lille, 16 pluviôse an X. Relevé par J.-P. Hirsch, voir note 16.

18 Arch. comm., Hannogne Saint-Martin, lettre du maire Louis Labauche au préfet des Ardennes,1er floréal an X (21 avril 1802), écrite avant la signature de l’accord avec la Sublime Porte (25 juin 1802)

19 nat. F1e III, Ardennes 5, rapport du commissaire du Directoire exécutif, prairial an VI.

20 Arch. nat., Fle III Ardennes 5, tournée du préfet Frain, 18 frimaire an IX (9 décembre 1800).

21 G. Gayot, op. cit., p. 421.

22 Journal de copies de lettres commencée le 14 brumaire an IX de Nicolas Suchetet, fabricant à Sedan, lettre à son frère Martin à Etais (Bourgogne), 8 ventôse an IX, 26 février 1801, Fonds de la Société historique et archéologique du Sedanais.

23 J.-P. Hirsch, op. cit., p. 250-251.

24 Ibid., p. 237-249, introduction du chapitre IX intitulé « Naissance de la libre entreprise ? ». Ce titre, avec le point d’interrogation, aurait pu être celui de la thèse ; une manière de reconnaître que mon paragraphe doit beaucoup à ce chapitre.

25 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 18, note 1. ID., Le commerce. Instruction, Recueil de textes et Notes, Paris, Imp. Nat., 1912, Commission de recherche et de publication des documents relatifs à la vie économique de la Révolution, p. 22.

26 Cette expression intéressante a été trouvée dans Arch. comm. Sedan, F1 bis, conseil de commerce de Sedan, délibérations, mémoire adressé à Chaptal. brumaire an X.

27 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., n° 134, p. 154-157, circulaire du Ministère de l’Intérieur relative à l’exposition des produits de l’industrie, 28 germinal an IX – 18 avril 1801, Arch. nat., Fla 24, imprimé, voir note 6 du présent article.

28 Ibid.

29 Mes souvenirs sur Napoléon, par le comte de Chaptal, publié par son arrière petit-fils, Paris, Plon, 1893. Cité C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 22.

30 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, La France restaurée 1944-1954, Paris, Fayard, 1986, p. 33. Que les paroles et la musique du réformateur Chaptal en 1800 et des modernisateurs en 1944 aient un air de famille n’est guère surprenant : pour l’un comme pour les autres, il s’agit de la même « ardente obligation » : reconstruire la France... ou la Grande Nation.

31 Ibid.

32 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., n° 136, p. 163-165. Circulaire du Ministère de l’Intérieur relative à la statistique et à la création des conseils d’agriculture, arts et commerce, 16 floréal an IX – 6 mai 1801, et non pas 11 mai 1801 comme il est écrit p. 163. L’erreur est rectifiée par C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 425, p. 322.

33 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 131, note 1. G. Dejoint, La politique économique du Directoire, Paris, Librairie Marcel Rivière, 1951, p. 78, p. 132.

34 G. Dejoint, op. cit., p. 78, note 2. Arch. nat. AF III 62.

35 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 108, p. 128, no 117. G. Dejoint, op. cit., p. 77, notes 1 et 2.

36 Travaux de Dominique Margairaz (Université de Paris I).

37 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 22, note 1.

38 Arch. nat. Fle III Ardennes 5, rapport sur l'esprit public, 1erbrumaire an VIII.

39 Les membres des conseils d’agriculture, arts et commerce étaient nommés par le préfet sur une liste établie par les maires. La cooptation fut de règle, avant que l'élection aux Chambres consultatives, établies en 1804, ne vînt confirmer cette cooptation.

40 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., p. 18 et note 2. Arch. nat. F12 501.

41 F. Concato et P. Largesse, Éléments pour une histoire de la Chambre consultative des arts et manufactures d’Elbeuf, 1801-1861, Elbeuf, Chambre de commerce et d'industrie d’Elbeuf, 1992, p. 11-13. J.-P. Hirsch, op. cit., p. 252.

42 Arch. comm. Sedan, F1 bis, source citée, 18 fructidor an IX.

43 T.R. Kraus, éd., op. cit., p. 207.

44 Arch. Etat Liège, FFP (Fonds Français Préfecture), 698 (3), archives des chambres consultatives de Liège, Verviers, Eupen, Huy, Malmédy. Arch. Etat Liège, FFP, 698 (3), source citée, lettre au citoyen préfet du département de l’Ourthe, 29 pluviôse an X.

45 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 438, p. 325, circulaire du Ministère de l’Intérieur aux préfets pour leur communiquer le projet de code de commerce rédigé par ordre du gouvernement, 9 frimaire an X – 20 décembre 1801.

46 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 140, p. 182, fructidor an IX – août-septembre 1801.

47 Arch. comm. Sedan, F1 bis, Conseil de commerce de Sedan, délibération 8 brumaire an X – 17 octobre 1801.

48 A. Fugier, Histoire des relations internationales. Tome IV : La Révolution française et l’Empire napoléonien, Paris, Hachette, 1954, p. 163, p. 173-174.

49 Arch. comm. Sedan, F1 bis, source citée, délibération brumaire an X – octobre-novembre 1801.

50 Schmidt, L’industrie, op. cit., n° 142, p. 183-187, rapport du Ministère de l’Intérieur aux consuls concernant les « manufactures et les gens de travail », 13 ventôse an X – 4 mars 1802, Moniteur du 17 ventôse an X, p. 668. C. Schmidt, L’industrie, op. cit., n° 145, p. 188-191, circulaire du Ministère de l’Intérieur relative à l’exposition des produits de Industrie française, 6 floréal an X – 26 avril 1802.

51 Arch. comm. Sedan, F2, Lettre de Chaptal, 30 nivôse an X – 20 janvier 1802.

52 Arch. nat. F12 654, rapport de Scipion Mourgue à la suite de sa mission à Sedan, messidor an XI.

53 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 157, p. 201-204, 225-241.

54 Préambule du texte de la loi de Germinal.

55 Arch. comm. Sedan, F1 bis, délibération du Conseil de commerce, brumaire an X, source citée.

56 J.-P. Hirsch, op. cit., p. 354-355.

57 G. Gayot, « Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et à Verviers, premiers centres drapiers de la France du Directoire », dans H. Leuwers, éd., Du Directoire au Consulat, 2. L’intégration des citoyens dans la Grande Nation, Villeneuve d’Ascq, Crhen-o, 2000, p. 239-253.

58 C. Schmidt, L’industrie, op. cit., no 138, p. 182, 22 messidor an IX (11 juillet 1801).

59 Arch. nat. F12 2207. L.M. Lomüller, Guillaume Ternaux, 1763-1833, créateur de la première intégration industrielle française, Paris, La Cabro d’Or, 1978, p. 156.

60 Arch. comm. Hannogne-Saint-Martin, source citée, lettre au préfet Frain, 5 nivôse an XII (27 décembre 1803). E.P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard-Seuil, 1988, éd. anglaise, 1963.

61 G. Bachelard, L’eau et les rêves, Paris, José Corti, 1942, p. 146.

62 En cours, la thèse d'I. Moullier sur le Ministère de l'Intérieur de Chaptal à Montalivet.

63 A. Gramsci, « Notes sur Machiavel, sur la politique et sur le Prince moderne », dans Gramsci Textes, Paris, Éditions sociales, 1983, p. 256-318.

64 Discours au Conseil d’État, 30 mai 1802. Cité par J.-P. Jessenne, op. cit., p. 193.

65 M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, Paris, Fayard, 1968, p. 20, p. 312-315.

66 G. Gayot, La franc-maçonnerie française. Paris, Gallimard, coll. Folio, 1991, p. 38, p. 37 : courbe des ateliers en France 1774-1936.

67 Bibl. nat., FM2 416, dossier Famille Unie, Sedan. G. Gayot, « Serviteurs ou partisans : les francs-maçons ardennais à l’époque du Consulat et de l’Empire », Revue du Nord, LU, juil.-sept. 1970, p. 339-366.

68 G. Gayot, art. cit., note 3.

69 M. Agulhon, La République au village, Paris, Plon, 1970. ID., Histoire vagabonde, III. La politique en France, d’hier à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 1996, « Survivants de la Révolution », p. 15-42.

70 Arch. nat., F'9786.6. Cité par G. et H. Bourgin, Le régime de l’industrie en France de 1814 à 1830, Paris, Picard, 1921, tome II : (1821-1824), p. 97, no 267.

71 Arch. nat.F7 3788. Cité par G. et H. Bourgin, op. cit., 1912, tome I, p. 57, no 32.

Table des illustrations

Titre Allégorie de l’encouragement à l’industrie.
Légende Aix-la-Chapelle (1803)À l’arrière plan, la cathédrale et l’hôtel-de-ville. Devant, la prairie, et à la gauche d’Apollon, un arbre à deux troncs, peut-être le symbole des richesses forestières. Au centre, le dieu romain Apollon, réplique du dieu celtique Granus, selon la banderole. Derrière et devant lui, sur l’herbe, les produits de l’industrie d’Aix-la-Chapelle : à la gauche du dieu, trois balles de drap emballé, deux de cramoisi, une de bleu ; à droite, des draps chamois et blanc, déballés ; à ses pieds un paquet d’aiguilles d’Aix, et un paquet ficelé sur lequel repose deux feuilles de papier dépliées ; un chaudron pour l’industrie du cuivre, un tas de charbon de terre pour les mines, et une conduite d’eau pour l’eau thermale.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search