Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

3 - Vers un nouvel ordre économique et social ?

Les négociants face à Brumaire

Recherche sur l’état d’esprit du monde des affaires devant le changement de régime

Matthieu de Oliveira

Texte intégral

1L’idée est généralement admise que le 18 Brumaire, en plus d’être le moment de la prise du pouvoir par Napoléon Bonaparte, constitue le point de départ d’une période de reprise économique et commerciale et que le nouveau régime a bénéficié du soutien massif des milieux d’affaires, financièrement impliqués dans le coup d’État.

  • 1 L. Bergeron, « Problèmes économiques de la France napoléonienne », Revue d’histoire moderne et cont (...)

2On présente bien souvent ces derniers comme particulièrement satisfaits de voir disparaître le Directoire, considéré comme une période de ruine consommée du commerce, maritime bien sûr avec la poursuite de la guerre avec l’Angleterre qui tient les mers, mais aussi terrestre avec l’interruption et plus souvent la rupture des circuits traditionnels des échanges. Le régime honni est également caractérisé par une instabilité politique chronique et apparaît surtout à la fois comme le symbole et le responsable de l’inflation galopante et de la banqueroute des deux tiers qui ruinent créanciers et rentiers, alors que s’enrichissent spéculateurs et autres fournisseurs aux armées. Enfin au moment du coup d'État, la France connaît depuis l’an VII une grave crise économique qui se poursuit au cours des premiers mois de l’an VIII1.

  • 2 Cité par J. Tulard, Le 18 Brumaire. Comment terminer une révolution. Paris, Perrin, « Une journée d (...)
  • 3 Cité par J. Lacour-gayet, Histoire du Commerce, t. IV : Le commerce du XVe s. au milieu du XIXe s., (...)
  • 4 J. Tulard, Napoléon ou le mythe du sauveur, Paris, Fayard, 1977, 496 p.
  • 5 Th. Lentz, Le Grand Consulat, 1799-1804, Paris, Fayard, 1999, p. 209.

3Au lendemain du coup d’État, Fouché indique dans un rapport officiel au triumvirat au pouvoir que « la nouvelle des journées des 18 et 19 brumaire a excité la satisfaction de la presque universalité des citoyens français. [Le peuple] attend un gouvernement sage qui assure une garantie à tous. Le cri unanime est à la paix »2 alors que Le Moniteur signale que « la classe des négociants est particulièrement dans la joie »3. De fait, le nouvel homme fort du pays semble avoir manifesté une volonté clairement affichée de rallier la bourgeoisie au Consulat comme à sa personne : il se présente comme le « sauveur » des notables et des possédants4, comme le promoteur d’une paix tant désirée et nécessaire prélude à une stabilisation de la Révolution dont il se réclame, tout en annonçant qu’elle prend fin. Aussi est-ce presque naturellement que l’on considère que le Consulat est soutenu par les milieux d’affaires qui en espèrent un retour à la paix et le rétablissement des relations commerciales normales, une réapparition du numéraire et un crédit plus facile. Ainsi donc, « les milieux d’affaires avaient salué l’avènement du Consulat provisoire avec enthousiasme [... même si] les « capitalistes » attendaient plus qu’une remise en ordre politique »5.

4Dans une lettre – souvent citée – à son ami Greffulhe, réfugié à Londres depuis 1792, le négociant-banquier parisien Barillon semble se présenter comme le porte-parole de l’ensemble du monde des affaires lorsqu’il déclare, non sans emphase : « Alors arrive le 18 Brumaire et le gouvernement réparateur de Bonaparte ; tous les esprits s’exaltèrent et chacun entrevit l’aurore du bonheur et de la tranquillité intérieure ; les hommes prirent d’autres idées et les choses changèrent de face ». À l’en croire, la prise du pouvoir par Napoléon Bonaparte, garant de la paix et promoteur de la prospérité commerciale constitue à la fois un bienfait et une libération.

5Il semble cependant difficile de considérer que le monde des affaires, groupe composé de tous ceux qui vivent de l’achat et de la vente des marchandises comme de l’argent, commerçants, négociants et autres banquiers, a réagi de façon unanime à la disparition du Directoire et à l’avènement du Consulat. Peut-on estimer que les négociants contemporains de Brumaire participent à l’aspiration, présentée comme générale, à un retour à l’ordre ? Comment réagissent-ils à la nouvelle du coup d’État et leur réaction les distingue-t-elle du reste de la population française ? Manifestent-ils effectivement une adhésion, un soutien tangible au nouveau régime et sous quelles formes ?

6Cette communication se fixe pour objectif d’étudier et d’analyser le comportement et le discours du monde négociant au moment du passage du Directoire au Consulat. À cet effet, je soumettrai tout d'abord à l’examen les pièces du dossier qu’on présente traditionnellement à l’appui de la thèse du soutien des hommes d’argent au nouveau régime, avant de présenter successivement la position des principaux banquiers parisiens et des grandes places négociantes de la France de l’époque, pour enfin confronter ces éléments aux informations recueillies dans la correspondance passive d’un des principaux négociants lillois de l’époque, François Briansiaux.

***

7L’un des principaux éléments sur lequel repose l'idée d’un large soutien des milieux d’affaires au régime consulaire réside dans l’appui financier consenti par « les » banquiers, manufacturiers et autres fournisseurs aux armées de la capitale au général Bonaparte, lui permettant de subvenir aux menus frais du coup d’État puis aux besoins immédiats du nouveau pouvoir.

8Parmi les généreux contributaires, on cite en premier lieu les banquiers Lecouteulx de Canteleu, originaire de Rouen et ancien président du Conseil des Cinq-Cents, Barillon, Germain, Mallet ou encore Perrégaux, par ailleurs beau-père de Marmont, aide de camp de Bonaparte ; on parle également du manufacturier Richard ou encore des fournisseurs aux armées Michel-Jean Simons, originaire de Bruxelles et installé dans la capitale depuis 1791 après un fructueux séjour à Dunkerque, et Collot, qui avait opéré lors des campagnes d’Italie et aurait mis à la disposition des comploteurs entre 500 000 francs et 2 millions. Remarquons au passage que la plupart de ces individus ont très largement profité des largesses, directes ou indirectes, du Directoire qui a complaisamment fermé les yeux sur les modalités de leur enrichissement, aussi important que rapide.

  • 6 On évoque pêle-mêle la menace d’un emprunt forcé sur les riches décidé par le Directoire le 6 août (...)
  • 7 On aurait promis à Lecouteulx le portefeuille des Finances, qui revient finalement à Gaudin.
  • 8 On parle de consciences à acheter, sans jamais préciser lesquelles.

9En tout état de cause, il semble acquis que ces manieurs d’argent ont fait le choix du Consulat. Et pourtant, l’ignorance persistante des détails de la conspiration ne permet pas de chiffrer précisément l’apport de ces hommes d'argent, de déterminer les raisons exactes de leur « trahison » envers le Directoire6 et ce qu'ils espéraient en échange de leur contribution7, ni même de déterminer exactement à quoi ces sommes ont été employées8.

10Une fois le coup d’État réussi, Bonaparte entreprend d’obtenir un soutien plus concret, en écus sonnants et trébuchants, des milieux financiers : dès le 3 frimaire an VIII, il convoque les principaux banquiers parisiens pour exiger d’eux une avance d’un montant de 12 millions destinés à financer les premières décisions. L’appui formel et immédiat de ces hommes d’argent se limite cependant à la somme de 3 millions, illustrant une certaine méfiance du monde des affaires à l’égard d’un régime encore fragile en dépit du charisme de son chef.

11Autre indice « concret » généralement avancé en faveur d’un soutien du monde négociant au coup d’État de Brumaire et de son ralliement au nouveau régime : l’évolution à la hausse du cours de la rente, considérée par les contemporains et les historiens comme une sorte de thermomètre du moral de ce groupe professionnel et plus largement de l’ensemble de la nation. À la veille du coup de force, le tiers consolidé atteint péniblement 11,38 francs pour un pair de 100 francs ; or, dès le 20 brumaire, il atteint 14 francs puis dépasse 20 francs le lendemain. En somme, en moins d’une semaine, le cours du titre public de référence connaît une hausse de près de 100 %.

12Le « marché » semble dès lors prendre fait et cause pour le Consulat naissant qui entreprend de tranquilliser les fortunes en même temps qu’il veut apaiser les consciences religieuses et politiques. Le « Concordat des rentiers » (L. Bergeron) est signé le 23 thermidor an VIII (11 août 1800), lorsque le pouvoir annonce le paiement des rentes et pensions du second semestre de l’an VIII en numéraire, puis ratifié le 20 floréal an X (10 mai 1802) lorsque le tiers consolidé hérité du Directoire devient de 5 % consolidé et que la contribution foncière est affectée en priorité à son paiement. Cette « lune de miel » entre les rentiers et Bonaparte dure jusqu’à la paix d’Amiens, pour le moins, le cours de la rente augmentant à chaque succès du nouveau pouvoir, atteignant 30 francs au moment de Marengo, 55 francs à la fin de l’an IX et 65 francs au moment de la paix avec l’Angleterre.

  • 9 G. Ramon, Histoire de la Banque de France d'après les sources originales, Paris, Grasset, 1929, p.  (...)
  • 10 Bonaparte en souscrit 30 à titre personnel ; Hortense de Beauharnais 10 ; Bourrienne et Lagarde, re (...)

13Enfin, la fondation de la Banque de France, le 16 nivôse an VIII (6 janvier 1800), apparaît traditionnellement comme l’expression la plus aboutie de l’association entre ce qui n’est pas encore « la haute banque » et le Consulat. Principalement parce que le nouvel établissement est fondé à l’initiative de Lecouteulx et de Perrégaux, deux des principaux bailleurs de fonds du 18 Brumaire, et qu’il bénéficie du soutien actif du nouveau régime et en particulier du Premier Consul. Le premier historien de l’institution, Gabriel Ramon, a d’ailleurs contribué à propager l’idée d’une alliance de fait, mais également d’intérêt, entre les deux parties, lorsqu’il écrit que « les conditions de stabilité gouvernementale et la confiance indispensable à la réalisation d’une aussi grande entreprise firent défaut pendant tout le cours de l’été et de l’automne 1799 et ne se trouvèrent réunies qu’après le 18 Brumaire »9. De fait, la nouvelle donne politique permet à un projet mûri de longue date, ce qui explique sa rapidité d’exécution, de prendre forme et d’apparaître comme la première réalisation d’un régime qui ne lui offre somme toute qu’un cadre apparemment favorable. La protection et le concours bien vite accordés par le Consulat au nouvel établissement par les décrets du 28 nivôse an VIII (18 janvier 1800), sanctionnés par la souscription par le Premier Consul et ses proches d'un nombre relativement important d’actions de la nouvelle Banque de France10, ne doivent cependant pas faire oublier la méfiance du public, et au premier chef des négociants, à son égard.

  • 11 A. Aulard (éd.), Paris sous le Consulat, tome I : du 18 brumaire an VIII au 30 brumaire an IX, Pari (...)

14Les bulletins de police s’en font l’écho en rapportant qu’« on ne voit de ressources que dans l’existence d’une banque formée par une association de particuliers et hors de la dépendance du Gouvernement » (28 nivôse an VIII) et que « la formation d’une banque [nationale] est une institution dont les négociants doivent recueillir les principaux fruits. Cependant, loin d’en préparer le succès, ils insinuent qu’elle ne peut inspirer de confiance puisqu’elle tiendra au Gouvernement » (3 pluviôse an VIII)11. Les expériences malheureuses des premières décennies du XVIIIe s. et les échecs cuisants des dix années qui viennent de s’écouler constituent alors un puissant motif de défiance, tant on craint que la protection publique, en établissant un lien direct entre le Trésor public et la Banque, soit le premier jalon d’un processus d’émission de papier-monnaie dont personne, et le monde des affaires moins que tout autre, ne veut. On est bien loin alors des réactions laudatives mentionnées par Fouché et Le Moniteur.

***

15En somme et au vu des éléments présentés jusqu’ici, le soutien des milieux négociants pour réel qu’il soit au moment de Brumaire, semble n’être réellement effectif qu’à Paris, se circonscrire aux principaux « capitalistes » de la place et connaître rapidement ses limites.

16Cette affaire de la Banque de France demeure cependant l'un des éléments centraux du soutien des milieux d’affaires de la capitale au Consulat, comme semblent l’attester l’attitude de quelques-uns des premiers banquiers parisiens dont les réactions et sentiments, mentionnées dans les mémoires publiés ainsi que dans divers travaux d’histoire bancaire, nous sont connus.

  • 12 Mallet frères & Cie. 250 ans de banque, plaquette commémorative, s.d., non paginé.
  • 13 P. Barral, Les Périer et l’Isère au XIXe s. d’après leur correspondance familiale, Paris, PUF, « Ca (...)

17Ainsi si la Maison Mallet apparaît comme affaiblie à la chute du Directoire, elle se fait une fierté de figurer parmi les rares banques parisiennes à n’avoir jamais fermé ses portes et espère profiter des jours meilleurs que semble promettre Bonaparte : « Après l’anarchie du Directoire, la sage administration de Bonaparte et la paix retrouvée ont permis aux associés de reprendre leur activité, de renouer avec d’anciens clients et de reconstituer leur réseau international de correspondants ». C’est également à ce moment que le chef de la maison, Guillaume Mallet, est sollicité par Lecouteulx et Perrégaux pour participer à la fondation de la Banque de France12. Ils sont rejoints par Claude Périer, installé dans la capitale depuis l’an III et qui « comme beaucoup d’autres financiers, [...] approuva Brumaire [...]. Il participa aussi à la création de la Banque de France. Sous la qualification inexacte de négociant de Grenoble, il fut l’un des sept premiers régents : ce fut lui, dit-on même, qui rédigea les statuts »13.

  • 14 J. Laffitte, Mémoires, publiés par Paul Duchon, Paris, Firmin-Didot, 1932, p. 47.

18Jacques Laffitte, futur gouverneur provisoire de la Banque, qui n’est encore que premier commis chez Perrégaux, rappelle quant à lui que « Bonaparte, à son retour d’Egypte, avait dispersé le Directoire et jeté les représentants par les fenêtres. C’était fort bien, disait-on. Pour ma part, s’il était resté Premier Consul, je lui aurais, je crois, pardonné »14.

  • 15 Ch. Grand, Trois siècles de banque. De Neuflize, Schlumberger, Mallet, 1667-1991, Paris, Éd. EPA, 1 (...)

19Enfin Dominique André, installé à Paris en 1798, s’est tenu un temps à l’écart des affaires, tant « les scandales du Directoire et les tensions politiques et militaires » l’incitaient à la prudence. « Ce n'est qu’après le 18 Brumaire que le calme semble revenir en France et que les affaires retrouvent une certaine moralité [...] Il est temps de passer à l’acte. En 1800, il s’établit comme négociant indépendant »15 et fonde ce qui devient rapidement une importante maison de banque.

20Une fois encore, la confrontation des situations de part et d’autre du 18 Brumaire tourne à l’avantage du Consulat, présenté comme une ère de confiance et de prospérité. Il convient cependant de noter qu’il s’agit là de témoignages bien souvent reconstruits a posteriori et d’études qui, pour reposer généralement sur les archives, jugent rétrospectivement l’année 1800 à l’aune d’une conjoncture qui ne cesse de s’améliorer jusqu’à la Paix d’Amiens.

21Reste à déterminer si cette appréciation se trouve partagée par l'ensemble des communautés négociantes à travers le pays. Dans quelques-unes des principales villes négociantes du pays, l’acquiescement au changement de régime, pour n’être pas aussi direct, n'en apparaît pas moins effectif, en tout cas à Bordeaux, Nantes, Le Havre, Lille, Gand, Strasbourg, Lyon et Marseille.

  • 16 P. Butel, « Crise et mutation de l’activité économique à Bordeaux sous le Consulat et l’Empire », R (...)
  • 17 Cité par P. Butel, « Guerre et blocus sous la Révolution et l'Empire », Etat, finances et économie (...)
  • 18 P. Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 287-288.
  • 19 A. Corvisier (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privat, 1987, p. 147 (...)

22À Bordeaux16, la situation économique n’a cessé de se dégrader depuis 1791 : à la révolte de Saint-Domingue ont succédé la guerre avec l’Angleterre, la crise de 1793-1794, le premier blocus de l'an V, bientôt renforcé en l’an VI, enfin accentué par les répercussions de la crise que traverse en l’an VII la place de Hambourg. Si bien que le Journal du Commerce de Bordeaux ne peut que constater, dans sa livraison du 18 octobre 1799 que « Rien n’est plus triste, plus désolant que les nouvelles fournies par la correspondance des principales villes maritimes depuis quelques jours : pénurie générale des espèces, nombreuses banqueroutes par lesquelles se distinguent aujourd’hui les maisons naguère les mieux accréditées, gêne apportée par la marine anglaise dans toutes nos communications avec l’étranger »17. On comprend dès lors que la nouvelle du 18 Brumaire y ait été accueillie avec un certain soulagement mêlé du grand espoir d’une reprise commerciale. À Nantes18, la situation n’est guère plus brillante, pour des raisons strictement similaires et le conseil municipal, progressivement passé sous le contrôle des négociants à la faveur des épurations périodiques pratiquées par le Directoire, aspire au calme et au retour de la prospérité. Au Havre19, le 18 Brumaire est d’abord accueilli comme un coup d’État de plus, même si les Havrais manifestent une certaine satisfaction devant la volonté affichée par le Premier Consul de mettre un terme à la Révolution. Et si la guerre se poursuit, elle se fait plus lointaine.

  • 20 L. Trenard (dir.). Histoire de Lille, tome III : L’ère des révolutions (1715-1851), Toulouse, Priva (...)
  • 21 Le négociant Édouard Vanhoenacker écrit ainsi à son frère Joseph que « Le séjour du Premier Consul (...)
  • 22 F. Leleux, À l’aube du capitalisme et de la révolution industrielle, Liévin Bauwens, industriel gan (...)
  • 23 G. Livet et F. RAPP (dir.), Histoire de Strasbourg, Toulouse, Privat, 1987, p. 266-268.

23À Lille20, c’est la « conjoncture dramatique » de la fin du Directoire – délabrement de l’urbanisme mais surtout crise économique et misère ouvrière- qui explique « l’accueil favorable réservé au coup d’État de brumaire et le ralliement d’acteurs de la Révolution » au nouveau régime. Deux plébiscites plus tard, la ville accède au rang de préfecture du département, aux dépens de Douai et pour le plus grand plaisir des négociants21. À Gand, l'instauration du Consulat coïncide avec l’essor de la production cotonnière, pourtant initié sous le Directoire, et la nomination du manufacturier Liévin Bauwens au poste de maire symbolise en quelque sorte l’alliance de fait entre la ville – et au-delà le département – et le nouveau maître du pays22. À Strasbourg, l’appauvrissement du plus grand nombre et l’enrichissement rapide et outrageant de quelques-uns achèvent de déconsidérer le Directoire : « il ne fallait pas s’attendre, dans de telles conditions, à la défense vigoureuse de l’ordre directorial. Le coup d’État des 18 et 19 brumaire ne rencontre localement que ralliement ou résignation »23. C’est en particulier le cas du monde des affaires qui peuple la municipalité sous la direction du commerçant Livio, nommé au fauteuil de maire au début de l’année 1800.

  • 24 A. Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, Privat, 1975, p. 307-311.
  • 25 Voir également la communication de B. Benoît, « Le pari lyonnais en l’an VIII », dans ce volume.
  • 26 Ch. Bonnet, Les Bouches du Rhône sous le Consulat et l’Empire, évolution économique et vie socio-po (...)
  • 27 R. Duchesne et J. Contrucci, Marseille, 2600 ans d’histoire, Paris, Fayard, 1998, p. 466-467.

24Depuis la crise fédéraliste, négociants et marchands lyonnais attendent le moment de revenir aux affaires, préférant en attendant mettre leurs actifs à l’abri. Les luttes politiques du Directoire et la permanence des troubles entretenus par les agents royalistes expliquent la facilité avec laquelle le coup d’État est accueilli et accepté24. La promesse faite par Bonaparte au retour de Marengo qu’avant deux ans le commerce de la ville aura repris sa prospérité d’antan achève de rallier le monde des affaires toujours sensible à l’amélioration de la conjoncture25. À Marseille enfin, « la situation de guerre où se trouvait la France depuis 1792 avait mis fin brusquement à l’essor que le grand commerce marseillais avait connu tout au long du XVIIIe s. et la prise du pouvoir par Bonaparte suscita de grands espoirs en laissant entrevoir un retour prochain à la paix et donc à la prospérité du grand commerce [...] Pourtant, au 18 Brumaire, la guerre continuait encore »26. Cet espoir vite déçu de voir le port retrouver sa prospérité d’antan explique sans doute le divorce presque immédiat entre les notables de la bourgeoisie commerçante de la ville et un régime qui les menait à la ruine27.

25Il ne s’agit pourtant là que de données très générales qui mettent avant tout en lumière les réactions de places dont l'activité repose certes essentiellement sur le négoce, mais font le plus souvent la part belle aux répercussions politiques du coup d’État en province comme aux attitudes collectives de la population toute entière, pour autant qu’on puisse en juger.

***

26Qu’en est-il du petit monde des affaires, par opposition à la grande banque parisienne dont on a rappelé les réactions ? Comment les négociants appréhendent-ils effectivement le changement de régime dans la capitale comme dans les villes de province, qu’en attendent-ils et comment en rendent-ils compte au travers de leur correspondance commerciale ?

  • 28 Voir par exemple la vision particulièrement dynamique de la propagation de la nouvelle de la fuite (...)

27Tout d’abord, qu’en est-il de la vitesse de diffusion des informations qu’elles soient politiques ou commerciales, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles ? La rapide succession des événements d’importance nationale au cours de la décennie 1789-1799 entraîne la multiplication des occasions de voir les nouvelles se répandre à travers le pays, par le biais des canaux officiels comme privés28. Et dans le monde du commerce plus que dans d’autres sans doute, l’information constitue en elle-même une denrée de première nécessité et celui qui la détient, si possible avant les autres, se trouve bien souvent en mesure d’en tirer le meilleur parti.

  • 29 Ses archives sont conservées au Centre des Archives du Monde du Travail (désormais CAMT), à Roubaix (...)

28Disposer d’un réseau important, étendu et diversifié de correspondants à travers le pays ou même l’Europe confère sans aucun doute un avantage de taille au destinataire des missives. Au cours de la période révolutionnaire et impériale, le négociant lillois François Briansiaux forge peu à peu l’un des réseaux de correspondants les plus complets et les plus denses à travers le continent ; entre 1792, date de son installation à Lille, et son décès en 1825, il est ainsi en contact avec 3196 correspondants installés dans 362 villes différentes29.

  • 30 Voir dans le même esprit la correspondance entre Dauchy, armateur dunkerquois installé à Paris, et (...)

29À l’époque de brumaire an VIII, le Lillois dispose à titre d’exemple de 4 correspondants à Amiens, 6 à Anvers, 6 à Arras, 4 à Bergues, 3 à Bordeaux, 3 à Boulogne, 2 à Bruges, 3 à Bruxelles, 11 à Calais, 2 à Castres, 9 à Douai ou encore 11 à Dunkerque. L'importance de sa correspondance passive – 122 cartons sur les 402 qui forment le Fonds Briansiaux – peut donc laisser espérer que les négociants mentionnent et même commentent, parallèlement ou à la suite des opérations commerciales qu’ils traitent de concert, les événements parisiens, le contexte politique qui en découle et leurs conséquences sur l’activité du monde négociant30. Ces éléments, confrontés à ce que l’on a présenté jusqu’ici comme la « version officielle » des rapports entre le monde négociant et le nouveau régime, devraient permettre de confirmer ou d’infirmer cette vision générale, en tout état de cause de la nuancer et peut-être même de faire apparaître des disparités géographiques, certaines régions s’avérant plus favorables que d’autres à la disparition du Directoire et à son remplacement par le Consulat.

  • 31 J’ai dépouillé pour cette étude plus de quarante cartons de correspondance commerciale en provenanc (...)

30Cette étude s’appuie donc sur le dépouillement, certes incomplet mais couvrant de larges portions du territoire de la France de l’époque, de la correspondance passive du négociant lillois au cours de cette année charnière31. Elle vise à mettre en lumière les commentaires sur la période qui précède immédiatement le coup d’État, puis sur les réactions, positives ou négatives, qui s’ensuivent.

  • 32 CAMT, 3 AQ 311 : Lettre du 29 brumaire an VII (20 novembre 1799).

31Déjà le 28 brumaire an VII, un an presque jour pour jour avant la prise du pouvoir par Bonaparte, la nouvelle de la disparition de Monneron, emportant avec lui plusieurs millions appartenant à la Caisse des Comptes Courants secoue le monde des affaires de la capitale. Très rapidement, l’information se diffuse en province et Briansiaux en est directement informé par l’un de ses correspondants parisiens dès le lendemain : « Vous aurez appris par le courrier du soir la faute qu’ont fait les administrateurs de la Caisse des Comptes Courants de notre ville en publiant la disparition du Directeur général et prévenant qu'on ne payerait que 300 mille francs par jour. De suite l’allarme a été générale », lui écrit Gramagnac32 qui ne relate pas tant la défection de Monneron elle-même, qu’il suppose déjà connue, que la réaction des administrateurs de l'établissement bancaire et ses conséquences sur le marché de l’argent de la capitale.

32En premier lieu, j’ai pu constater à de nombreuses reprises des interruptions dans les correspondances au cours des années VII et VIII, avant d’observer une reprise des relations épistolaires et commerciales, reprise qui ne fait que se confirmer à mesure qu’approche la signature de la Paix d’Amiens.

  • 33 CAMT, 3 AQ 307 : Lettre du 15 fructidor an VII (2 septembre 1799).
  • 34 CAMT, 3 AQ 277 : Lettre du 12 brumairean VIII (3 novembre 1799).

33Dans les mois qui précèdent le coup d’État, le monde du commerce se trouve dans une bien piètre situation et la confiance fait défaut sur la plupart des places à la suite des défections, suspensions de paiements et autres faillites. En fructidor an VII, le négociant parisien Douaud signale à Briansiaux que « les affaires sont très mauvaises, mais nous avons icy plusieurs faillites »33 ; même son de cloche à Gand, où le gantois Dejaegher indique, à moins d’une semaine du 18 brumaire que « Les affaires, par suite de tous les dérangements qui ont éclatés en divers endroits, sont nulles et il est à désirer qu’elles puissent bientôt reprendre leur ancienne activité »34. La crise financière et économique endémique qui frappe la France de l’époque entretient de façon presque palpable un climat de méfiance dont les négociants sont à la fois les principaux propagateurs et les premières victimes. On aspire alors surtout à la paix et au calme sans entrevoir de réelle solution et il apparaît clairement que la correspondance négociante n’est pas le réceptacle de spéculations autres que commerciales.

  • 35 CAMT, 3 AQ310.

34Cette prudence, qui s’apparente par certains aspects à du désintérêt pour les affaires de l’État, se retrouve de part et d’autre du moment même du 18 Brumaire, comme l’indiquent les trop rares correspondances s’étirant sur plusieurs mois ou semaines. À titre d’exemple, le négociant parisien B. Flahaud entretient une correspondance assez dense avec Briansiaux, en particulier au cours des derniers mois de l’an VII et des premiers de l’an VIII. On dispose ainsi de sept lettres pour le seul mois du coup d’État, respectivement datées des 8, 11, 15, 17, 21, 25 et 28 brumaire35, missives qui seraient donc susceptibles de rendre compte de l'état d’esprit dans la capitale alors même que le pouvoir change de main ou du moins de refléter les opinions, craintes ou espoirs de leur expéditeur. Bien au contraire, ces lettres demeurent exclusivement consacrées aux opérations en cours entre les deux hommes, portant sur des barriques de sucre, dont « le cours a beaucoup varié depuis quinze jours » (11 brumaire). Cette sensibilité du marché du sucre au cours de la première quinzaine de brumaire constitue à vrai dire le seul indice d’une certaine nervosité des milieux du négoce qui ne parviennent pas à prévoir l'évolution de la conjoncture, qu’elle soit économique ou politique, à quelques jours seulement du coup d’État. Et une fois celui-ci réussi, Flahaut se contente d’indiquer que « les affaires sont absolument mortes depuis les derniers événements. Il faut espérer qu’elles reprendront sous peu » (25 brumaire).

  • 36 CAMT, 3 AQ 240 : Lettres des 9 vendémiaire, 27 brumaire et 29 pluviôse an VIII (1er octobre et 18 n (...)

35Le 9 vendémiaire an VIII à Bordeaux, Lubbert frères & fils rendent compte de l’apathie des affaires et ne peuvent que constater : « Nous avons ici la faillite de L. Beyerman & Th. Martell. L’on est pas rassuré sur quelques autres maisons que l’on croit engagées avec la place de Hambourg [...] On prétend que Londres ne tardera pas non plus à faire parler et que Paris offrira également des malheurs. Dans cet état de choses, on se méfie de son ombre et les affaires sont grandement en souffrance » ; ce contexte pour le moins morose perdure par-delà la prise du pouvoir par Bonaparte, puisque le 27 brumaire « les affaires sont toujours ici réduites aux seuls achats d’objets de commission journalière. On croit qu’ils [les vins] ne seront pas chers, même dans l’hypothèse d’une paix dont on n’ose pas désespérer. Dieu veuille nous la donner promptement pour pouvoir d’autant mieux et d’autant plus tôt oublier les effets de cette funeste guerre ». Les espoirs de paix demeurent la seule préoccupation des Bordelais qui abordent de nouveau le sujet le 29 pluviôse : « On parle depuis longtemps de paix, mais cet événement ne semble pas encore aussi prochain qu’on le désirerait. Il faut pourtant espérer que les Gouvernants de l’Europe se décideront finalement à faire cesser les fléaux de la guerre dans l’intérêt de tous »36.

  • 37 CAMT, 3 AQ 300 : Lettres des 4 et 29 brumaire an VIII (26 octobre et 20 novembre 1799).

36Autre maison parisienne, Blancard fils & Cie propose à Briansiaux, en date du 4 brumaire an VIII, une opération conjointe portant sur « l’article du fromage de Hollande, 1re qualité, dit Tête de Mort », spéculation lucrative « qui réunit tous les avantages sans courir de chance défavorable » et susceptible selon elle de dégager « un bénéfice réel de 40 à 50 % », sans faire aucune allusion à la situation intérieure du pays ou même au climat commercial dans la capitale. En dépit de l’attrait apparent d’une telle affaire, François Briansiaux ne semble cependant ne pas s’être laissé tenter, puisque par la lettre suivante, datée du 29 brumaire suivant, les Parisiens lui demandent de « ne plus [s’]occuper de l’opération des fromages, que nous avons terminé par une autre voie »37. Strictement focalisés sur leur activité commerciale, ces négociants parisiens semblent ainsi vivre comme hors du temps et se désintéresser complètement des bouleversements politiques, aux conséquences pourtant importantes pour leurs affaires. À moins que la réponse négative de Briansiaux, ou son absence de réponse, soit la cause de leur silence et qu'ils aient préféré réserver le fruit de leurs réflexions politiques à d’autres correspondants.

  • 38 CAMT, 3 AQ 320 : Lettre du 25 brumairean VIII (16 novembre 1799).
  • 39 CAMT, 3 AQ 243 : Lettre du 4 pluviôse an VIII (24 janvier 1800). C’est moi qui souligne.

37Cette apparente absence de commentaires face aux événements politiques se retrouve également dans la correspondance de Reynal & Cie, de Paris, qui se contentent simplement d’accuser réception, le 25 brumaire, de la missive de Briansiaux : « Nous recevons la vôtre qui, pour le compte de M. Dambricourt aîné de Saint-Omer, nous remet cinq effets [suit la mention du nom des tirés et du montant de chacune des traites]. Nous vous offrons nos services et sommes bien sincèrement vos dévoués serviteurs »38. Hors de la capitale, les réactions sont tout à fait comparables et les références au contexte ou aux événements politiques demeurent très exceptionnelles. Les bienfaits que le Premier Consul promet de la mise en place du nouveau régime se font attendre encore quelques semaines, puisque le 4 pluviôse an VIII, soit plus de deux mois après Brumaire, les négociants bruxellois Palmaert & Opdenberg indiquent encore à leur correspondant lillois que « Le commerce est toujours mort [sur notre place] »39.

38On le voit, la correspondance passive de François Briansiaux ne contient aucune mention directe du coup d’État de Brumaire et bien rares sont les indications se rapportant simplement au contexte politique ou même économique. Doit-on pour autant attribuer cette absence à un désintérêt général des négociants pour les affaires publiques, à une certaine lassitude devant ce qui peut apparaître comme un nouvel avatar du Directoire ? C’est peu probable tant les événements « historiques » influent sur la marche des affaires, ranimant ou faisant disparaître la confiance.

39S’agit-il alors d’une prudence que l’on pourrait qualifier d’excessive, dans la mesure où elle prend la forme d’un resserrement sur les strictes activités commerciales ? Cela semble sans doute plus probable, sans être pour autant tout à fait satisfaisant. Dans cette hypothèse, les négociants craignent, alors que le pouvoir change de main, de faire part à des correspondants lointains de leur vision des choses, de laisser une trace épistolaire d’une prise de position qui pourrait leur être reprochée par la suite et en viennent finalement à bannir les sujets politiques de leurs lettres. Il s’agirait en somme d’une forme d’autocensure, par crainte de voir ces propos se retourner contre leur émetteur à la suite d’une ouverture « inopportune » de la missive. En dépit des liens professionnels qui les unissent et qui reposent essentiellement sur la confiance, les négociants semblent ainsi faire preuve d’une méfiance manifeste à l’égard de leurs correspondants : on évite en somme de se livrer trop directement, d’exprimer librement son opinion sur les événements.

40Rappelons cependant qu’il s’agit là de négociants qui pour la plupart, ne se sont jamais rencontrés en personne, qui ne se connaissent que professionnellement et dont la réputation commerciale sert de carte de visite.

  • 40 On trouve également des circulaires de dissolution, mais elles sont beaucoup plus rares, les échecs (...)
  • 41 Contre sept « seulement » en l’an VII et treize en l’an IX, ce qui semble confirmer un retour de la (...)

41Dès lors et dans la mesure où la correspondance commerciale ne livre, de façon directe, que fort peu d’indices effectivement utilisables, j’ai entrepris d'intégrer au corpus étudié un type de document présentant une autre facette du discours négociant : les circulaires annonçant la formation d’une nouvelle maison de commerce ou encore la poursuite de ses activités sous une autre forme, parfois avec de nouveaux associés40. J’ai ainsi retrouvé onze circulaires commerciales datées de l’an VIII41 et qui recouvrent la période allant des semaines précédant immédiatement le coup d’État à la fin de l’année (voir tableau ci-dessous). Elles proviennent de la capitale pour près de la moitié d’entre elles (5), mais également de divers points du territoire français (Calais, Avignon et Montpellier), départements réunis inclus puisque deux d’entre elles sont expédiées de Belgique (Louvain et Ostende).

  • 42 CAMT, 3 AQ 247 : Circulaire du 11 floréal an VIII (1er mai 1800).

42Dans leur immense majorité cependant, elles ne livrent elles aussi que des informations propres aux activités commerciales de leur émetteur, à l’image de Thomas Spiers, expliquant son établissement comme « courtier de navires » à Calais par les sollicitations de ses amis, les encouragements de ses concitoyens, l’expérience acquise lors d’un séjour dans le nord de l’Europe et sa connaissance des langues étrangères42.

Onze circulaires commerciales de l’an VIII

Brumaire

1er - Doyen & Cie, de Paris [...]

Nivôse

1er - S. Billing, de Paris

Pluviôse

25- Figuières & Cie, de Paris

Ventôse

17- Th. Honnorez, de Louvain

Germinal

21- Orledge White & Cie, de Calais

Floréal

1er - Dambrin & Cie, de Paris ;
1er - Gramagnac et Cie, de Paris ;
11 - Th. Spiers, de Calais ;
17 – P. Ollivier & Cie, d'Avignon [...]

Thermidor

1er - Brock, Rigaud & Cie, de Montpellier

Fructidor

28 - Baes, de Bal & Cie, d’Ostende

  • 43 CAMT, 3 AQ 310 : Circulaire du 25 pluviôse an VIII (14 février 1800). C’est moi qui souligne.

43En fait, seules deux d’entre elles font explicitement référence au contexte particulier de cette année qui voit la France changer de régime politique. La première émane de la maison de commerce Figuières & Cie, de Paris ; son gérant éponyme rappelle les raisons qui l’ont poussé à reprendre puis étendre ses activités : « Depuis un certain temps, la prudence m’avait prescrit de resserrer de plus en plus mes affaires ; je m’en étais assez bien trouvé pour ne rien changer à ce système ; mais différents amis, tant dans cette ville que dans les départements, m’ont remontré que les circonstances commerciales, loin de me priver plus longtems de mes liaisons, devaient au contraire me faire une nécessité de reprendre et se sont offerts de se lier avec moi pour me mettre à même d’y travailler d’une manière plus étendue »43.

44La seconde est signée de la maison parisienne Gramagnac & Cie, lors de son retour aux affaires à la suite de son association avec Dugay :

  • 44 CAMT, 3 AQ 311 : Circulaire du 1er floréal an VIII (21 avril 1800). C’est moi qui souligne.

« Le mauvais état de ma santé m’avait décidé, il y a plus d’un an, à me retirer pour quelques temps des affaires. Cette interruption de travail, à l’époque des plus grandes secousses du commerce, loin d’affaiblir le souvenir de mes amis, m’a valu au contraire des témoignages encore plus grands d’estime et de confiance, aussitôt qu'ils ont su que je rentrais dans la carrière du commerce [...] Plusieurs années d’expérience, la prudence qui en est le fruit et que les circonstances commandent plus que jamais, une activité soutenue et le zèle le plus désintéressé, réunis à des capitaux suffisants, sont les titres que nous présentons à votre confiance »44.

45Notons en premier lieu que les deux négociants ont trouvé plus sage de se retirer des affaires au cours du Directoire, par « prudence » comme en raison « des plus grandes secousses du commerce ». Pourtant, ils sont désormais prêts à embrasser de nouveau la carrière commerciale, signe qu’un certain climat de confiance se diffuse au cours de l’année et à travers le pays (« tant dans cette ville que dans les départements »). La prudence, vertu cardinale du négoce, demeure cependant plus que jamais nécessaire, même si la perspective d’une paix prochaine et générale fait espérer une extension de l’activité.

***

46C’est bien dans ce contexte qu’il faut replacer la lettre de Barillon, en fait datée du 12 janvier 1802, soit plus de deux ans après la réussite du coup d’État et alors que le régime, installé et raffermi, poursuit avec succès un processus de stabilisation et de modernisation et s’apprête à signer, le 25 mars suivant, un traité de paix avec l’Angleterre dont le monde du commerce attend beaucoup. Pour autant, il convient d’insister sur le fait que cette très forte attente de paix, sans cesse plus nécessaire, explique que l’attention du monde des affaires se trouve rapidement comme focalisée sur la Paix d’Amiens. La conclusion de cette dernière vient en quelque sorte occulter le contexte de défiance et d’approximation dans lequel a eu lieu le 18 Brumaire, rétrospectivement présenté comme le point de départ d’un « âge d’or ».

  • 45 C’est d’ailleurs ce que semblent indiquer les synthèses récentes : J.-O. Boudon, Le Consulat et l’E (...)

47À la veille comme au lendemain du coup d’État, Napoléon Bonaparte n’apparaît pas dans les correspondances négociantes comme le sauveur unanimement attendu qu’il prétendait être45. Et si les milieux d’affaires ont finalement soutenu le régime consulaire, c’est pour se détourner progressivement de l’Empire, que sa politique commerciale, conjuguée aux exigences de la conscription et à l’aggravation de la pression fiscale, rend bien vite insoutenable.

Notes

1 L. Bergeron, « Problèmes économiques de la France napoléonienne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1970, p. 469-505 et L ‘épisode napoléonien. Aspects intérieurs, 1799-1815, Paris, Le Seuil, « Nouvelle histoire de la France contemporaine », 1972, p. 29-30.

2 Cité par J. Tulard, Le 18 Brumaire. Comment terminer une révolution. Paris, Perrin, « Une journée dans l’histoire », 1999, p. 153.

3 Cité par J. Lacour-gayet, Histoire du Commerce, t. IV : Le commerce du XVe s. au milieu du XIXe s., Paris, Éd. SPID, 1951, p. 309.

4 J. Tulard, Napoléon ou le mythe du sauveur, Paris, Fayard, 1977, 496 p.

5 Th. Lentz, Le Grand Consulat, 1799-1804, Paris, Fayard, 1999, p. 209.

6 On évoque pêle-mêle la menace d’un emprunt forcé sur les riches décidé par le Directoire le 6 août 1799 ainsi que le décret Delbrel qui prévoyait de retirer aux fournisseurs les délégations sur le produit des impôts qui leur étaient jusque là concédées.

7 On aurait promis à Lecouteulx le portefeuille des Finances, qui revient finalement à Gaudin.

8 On parle de consciences à acheter, sans jamais préciser lesquelles.

9 G. Ramon, Histoire de la Banque de France d'après les sources originales, Paris, Grasset, 1929, p. 15.

10 Bonaparte en souscrit 30 à titre personnel ; Hortense de Beauharnais 10 ; Bourrienne et Lagarde, respectivement secrétaire particulier du Premier Consul et secrétaire général des Consuls, 5 chacun ; Murat et Maret, 2 chacun ; Duroc et Lemaroix, ses aides de camp, respectivement 5 et 1 ; etc....

11 A. Aulard (éd.), Paris sous le Consulat, tome I : du 18 brumaire an VIII au 30 brumaire an IX, Paris, Cerf, Noblet & Quantin, 1903, p. 95 et 118. C'est moi qui souligne.

12 Mallet frères & Cie. 250 ans de banque, plaquette commémorative, s.d., non paginé.

13 P. Barral, Les Périer et l’Isère au XIXe s. d’après leur correspondance familiale, Paris, PUF, « Cahiers d'histoire », 1964, p. 38-39.

14 J. Laffitte, Mémoires, publiés par Paul Duchon, Paris, Firmin-Didot, 1932, p. 47.

15 Ch. Grand, Trois siècles de banque. De Neuflize, Schlumberger, Mallet, 1667-1991, Paris, Éd. EPA, 1991, p. 62-63.

16 P. Butel, « Crise et mutation de l’activité économique à Bordeaux sous le Consulat et l’Empire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1970, p. 540-558.

17 Cité par P. Butel, « Guerre et blocus sous la Révolution et l'Empire », Etat, finances et économie pendant la Révolution française, Colloque de Bercy 12-13-14 octobre 1989, Paris, CHEFF, 1991, p. 573.

18 P. Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 287-288.

19 A. Corvisier (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privat, 1987, p. 147. Voir également la communication d’Éric Saunier, « Le 18 brumaire au Havre : l’impossible coup d’Etat », dans ce volume.

20 L. Trenard (dir.). Histoire de Lille, tome III : L’ère des révolutions (1715-1851), Toulouse, Privat, 1991, p. 314.

21 Le négociant Édouard Vanhoenacker écrit ainsi à son frère Joseph que « Le séjour du Premier Consul dans notre bonne ville nous a procuré l’établissement de la Préfecture du département du Nord qui. par une fausse combinaison, avait été placé dans la chétive ville de Douay » ; Archives Départementales du Nord, 102 J 53, Fonds Decroix, lettre du 2 vendémiaire an XII.

22 F. Leleux, À l’aube du capitalisme et de la révolution industrielle, Liévin Bauwens, industriel gant*ois, Paris, Sevpen, 1969, p. 119.

23 G. Livet et F. RAPP (dir.), Histoire de Strasbourg, Toulouse, Privat, 1987, p. 266-268.

24 A. Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, Privat, 1975, p. 307-311.

25 Voir également la communication de B. Benoît, « Le pari lyonnais en l’an VIII », dans ce volume.

26 Ch. Bonnet, Les Bouches du Rhône sous le Consulat et l’Empire, évolution économique et vie socio-politique, Paris I, thèse de doctorat, 1986, p. 121.

27 R. Duchesne et J. Contrucci, Marseille, 2600 ans d’histoire, Paris, Fayard, 1998, p. 466-467.

28 Voir par exemple la vision particulièrement dynamique de la propagation de la nouvelle de la fuite du roi, de son départ de la capitale à son arrestation à Varennes en juin 1791 qu’ont proposé G. Arbellot et B. Lepetit : on y voit la nouvelle courir le long de la route, poursuivant la voiture royale, s'en approchant sans cesse un peu plus pour finalement la rattraper dans le village de l'Argonne. G. Arbellot et B. Lepetit (dir.), Atlas de la Révolution française, tome I : Routes & Communications, Paris, EHESS, 1991, p. 71.

29 Ses archives sont conservées au Centre des Archives du Monde du Travail (désormais CAMT), à Roubaix, sous la cote 3 AQ. Sur l’étendue et l’organisation géographique de son réseau de correspondants, voir M. DE Oliveira, Argent privé et argent public sur les routes du nord. Réseaux et flux financiers en Europe du nord-ouest de la Révolution à l’Empire. Lille III-Paris X, thèse de doctorat, 1999, p. 31-36.

30 Voir dans le même esprit la correspondance entre Dauchy, armateur dunkerquois installé à Paris, et Briansiaux de la rupture de la paix d'Amiens à la quatrième coalition, présentée par M. DE Oliveira, « Entre la paix et le profit, les hésitations d’un négociant en denrées coloniales (1803-1806) », Études & Documents IX, 1997, p. 511-550.

31 J’ai dépouillé pour cette étude plus de quarante cartons de correspondance commerciale en provenance de plus de vingt villes des départements français et réunis, villes connues pour l’importance de leur commerce et en premier lieu celles citées dans la partie précédente.

32 CAMT, 3 AQ 311 : Lettre du 29 brumaire an VII (20 novembre 1799).

33 CAMT, 3 AQ 307 : Lettre du 15 fructidor an VII (2 septembre 1799).

34 CAMT, 3 AQ 277 : Lettre du 12 brumairean VIII (3 novembre 1799).

35 CAMT, 3 AQ310.

36 CAMT, 3 AQ 240 : Lettres des 9 vendémiaire, 27 brumaire et 29 pluviôse an VIII (1er octobre et 18 novembre 1799 et 18 février 1800).

37 CAMT, 3 AQ 300 : Lettres des 4 et 29 brumaire an VIII (26 octobre et 20 novembre 1799).

38 CAMT, 3 AQ 320 : Lettre du 25 brumairean VIII (16 novembre 1799).

39 CAMT, 3 AQ 243 : Lettre du 4 pluviôse an VIII (24 janvier 1800). C’est moi qui souligne.

40 On trouve également des circulaires de dissolution, mais elles sont beaucoup plus rares, les échecs faisant souvent l'objet d'une publicité moindre.

41 Contre sept « seulement » en l’an VII et treize en l’an IX, ce qui semble confirmer un retour de la confiance à mesure que la réorganisation consulaire prend corps.

42 CAMT, 3 AQ 247 : Circulaire du 11 floréal an VIII (1er mai 1800).

43 CAMT, 3 AQ 310 : Circulaire du 25 pluviôse an VIII (14 février 1800). C’est moi qui souligne.

44 CAMT, 3 AQ 311 : Circulaire du 1er floréal an VIII (21 avril 1800). C’est moi qui souligne.

45 C’est d’ailleurs ce que semblent indiquer les synthèses récentes : J.-O. Boudon, Le Consulat et l’Empire, Paris, Montchrestien, « Clefs Histoire », 1991, p. 14 et J.-P. Jessenne, Révolution et Empire, 1783-1815, Paris, Hachette, « Carré histoire », 1993, p. 184.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540