Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

3 - Vers un nouvel ordre économique et social ?

Brumaire : Vers un nouvel ordre économique et social ?

Rapport Introductif

François Antoine et Jean-Pierre Jessenne

Texte intégral

1Ce thème important, et certainement trop peu repris dans les travaux récents, eut sans conteste mérité des développements plus longs. Néanmoins, les trois contributions proposées par Matthieu de Oliveira, Gérard Gayot et Yves Bénot ont le mérite de nous confronter aux questions essentielles que pose la difficile mise en contexte d'un événement avant tout politique, avec à la fois les attentes socio-économiques, qui ont pu contribuer à son déclenchement, et les inflexions des pratiques qu'il a éventuellement entraînées.

2En ce qui concerne les antécédents, Matthieu de Oliveira et Yves Bénot relativisent, dans deux perspectives différentes, la vigueur de la mobilisation des milieux d'affaires dans l'opération coup d'État. Le premier nous montre qu'en matière de financement, les engagements sont difficiles à connaître, mais ne paraissent pas considérables. Quant à Yves Bénot, il prouve avec rigueur d'une part que les acquis de la République en matière d'abolition de l'esclavage semblaient, en l'an VIII, n'être guère mis en cause, d'autre part que les préoccupations à propos des colonies étaient à la fois diverses selon les territoires concernés et focalisées sur les troubles administratifs et civils, notamment à Saint-Domingue. Faudrait-il donc non seulement revaloriser l'œuvre économique du Directoire, mais aussi minorer l'attente d'un nouvel ordre dans les classes dirigeantes ?

3En tout cas, ce que prouve avec force le rapprochement des trois communications, c'est que les comportements qui font suite au coup d'État, sont très variables selon les milieux, les circonstances et les moments. L'étude de correspondances, suggère à Matthieu de Oliveira que l'écho de Brumaire dans les milieux d'affaires n'est pas retentissant et que l'attentisme prudent prévaut. En abordant la question cruciale de l'organisation des marchés du textile, Gérard Gayot démontre que les attitudes changent radicalement selon le positionnement concurrentiel, selon que l'on craint la compétitivité des fabriques de Belgique, donc la confirmation d'un marché élargi à une « Grande France », ou que l'on se réjouit de cette dimension nouvelle des échanges. Enfin, Yves Bénot s'attache à décrypter comment, en quelques semaines, après Brumaire, l'amalgame des pratiques différentes selon les colonies, des changements de personnels ministériels, du regain des revendications contre l'abolition finit par remettre à l'ordre du jour le rétablissement de l'esclavage. Mais nul doute que la conclusion d'Yves Bénot suscitera la discussion : c'est le fait que Bonaparte soit favorable à ce rétablissement qui entraînera la décision. En tout cas, il est sûr qu'à cet égard, il s'agit moins d'un nouvel ordre que d'une réaction.

4En fait, Gérard Gayot nous entraîne lui à analyser des éléments de ce nouvel ordre, en introduisant une réflexion sur les attentes et la régulation économiques qui dépasse le simple antagonisme entre opposition et soutien à Brumaire et à ses suites. On retiendra cette formule clin d'œil et très suggestive de la « chaptalisation des institutions du commerce et de l'industrie », pour résumer la création de lieux et d'organismes, conseil d'agriculture, arts et commerce d'abord, chambres de commerce ensuite, où puisse se régler par la transaction entre l'État et les entrepreneurs, la question de la reconnaissance mutuelle de l'autorité et de la compétence, avec là aussi pour conséquences, des pratiques variables selon les activités et les territoires. Reste que Gérard Gayot nous renvoie aussi à une question que nous avons parfois tendance à oublier, en isolant Brumaire comme combat politique et affaire de classes dirigeantes : comment les gens du travail marient-ils la mémoire des engagements sans-culottes et la soumission au livret ouvrier ou à une mécanisation qui s'accélère ?

Auteurs

Université libre de Bruxelles

Université de Rouen - GRHIS et CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540