Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Les dynamiques locales d'un coup d'État

Synthèse des débats

Texte intégral

1La référence à une identité lyonnaise invoquée par Bruno Benoit suscite plusieurs questions. Bernard Gainot demande dans quelle mesure « l’identité modérée centriste » peut s’appliquer à l’ensemble de la population de Lyon depuis la Révolution, quand on sait que ces prétendues identités locales ou régionales sont le produit, au XIXe siècle, de certaines fractions des notables. Dans le même ordre d'idée, Guy Lemarchand rappelle le caractère un peu suranné de l'explication par les identités à la manière d'André Siegfried. Il oppose à ces appréciations globales la variété des situations locales et, aussi, les motivations sociales. A cet égard, il rappelle que justement les classes dirigeantes lyonnaises bénéficient après Brumaire d'une reprise économique, marquée par une continentalisation aux dépens des ports atlantiques, et s'interroge, à son tour, sur le rôle de ces élites dans la fixation de cette « identité » et sur les modes de transfert de leur discours vers la population lyonnaise. Dans cette direction, Claude Mazauric invite à comparer le cas de Lyon à ceux de Bordeaux ou du Havre où la bourgeoisie apparaît comme une noblesse de substitution dont la fortune colossale provenait avant tout du commerce colonial et de la traite négrière ; il interroge : ces élites n'étaient-elles pas attachées à la prospérité et à l'ancienne société d'avant 1789 ? Leur était-il possible de se reconnaître dans un Etat-Nation ayant aboli l'esclavage ?

2Bruno Benoit répond sur plusieurs points. Il acquiesce à l'idée que le terme d’identité est une construction rétrospective du XIXe siècle, mais souligne qu'elle s'est « républicanisée », en étant notamment reprise à son compte par Herriot. Mais à ces yeux, l'histoire révolutionnaire de Lyon constitue la principale réponse : sous la Révolution, Lyon fut d’abord la « Ville affranchie » du décret du 12 octobre 1793, qui lui permit d’affirmer sa spécificité politique, alors que sous l’Ancien Régime la seconde ville du royaume, dépourvue de Parlement, était surtout une capitale économique et religieuse. La municipalité, dominée par les élites issues du monde des affaires, favorable à 1789 et aux Droits de l'homme, accepta une république libérale de type girondin. Lyon ne fut touchée par la « lutte des classes » qu’à la marge, la majorité des travailleurs manuels collaborant avec les fabricants. Sous la Révolution, les « Chalier » n’ont pas représenté plus de 10 % des 35000 citoyens actifs et non actifs de la ville. L’essentiel de la population s’est donc retrouvé dans le discours modéré et libéral et reconnu dans les élites, formées des professions libérales et des milieux d’affaires, pour qui le libéralisme était porteur d’avenir pour la ville. La pénétration de ce modèle fut par ailleurs favorisé, explique Bruno Benoit, par l'organisation du travail et la synergie entre marchands fabricants et chefs d'ateliers. Elle était aussi favorisée par la géographie urbaine et la mixité sociale, la ségrégation étant alors plus verticale qu’horizontale dans le vieux Lyon. L’Église jouait aussi un rôle fédérateur pour une population globalement pratiquante : La Croix Rousse ouvrière était ainsi tenue par des associations charitables et les fêtes religieuses étaient très populaires. Il faudrait également tenir compte des réseaux maçonniques, lieux de rencontre entre les élites et les courants libéraux et républicains.

3À Christine Le Bozec qui demande quel est le sens du mot républicain à Lyon au cours de cette période, Bruno Benoit répond qu'au moment de Brumaire, le sens est déterminé par les évènements antérieurs et demeure flou : être républicain à Lyon signifie d’abord être attaché aux franchises municipales, gérer les affaires publiques locales. La référence est plutôt alors la république marchande de Venise ou les villes de Flandre. À cette identité « modérée », Jacques Logie oppose le fait que la ville fut aussi le berceau des Compagnons de Jéhu et du soleil, qui n’avaient rien de modéré. Bruno Benoit insiste sur le fait que l'histoire révolutionnaire de la ville est contradictoire et sujette à des lectures opposées : Lyon s’affirme républicaine lors du siège d’août 1793 et invite les représentants en mission à venir assister à la fête du 10 août. Mais la ville est depuis 1790 un refuge de prêtres réfractaires et de nobles. Elle est aussi la base du chef contrerévolutionnaire Jean-Pierre Bartholomez, homme clé de tous les réseaux du sud-est, assurant pendant le siège la liaison avec les royalistes émigrés, via la Suisse. Lyon n’était pas en soi une ville « aristocratique », mais l’exécution de Chalier, le 16 juillet 1793, trois jours après l’assassinat de Marat, fut une provocation pour Paris et la Convention. Lorsque la ville est prise, le 9 octobre 1793, le douteux Précis et 700 cavaliers royalistes s’enfuient, laissant les habitants exposés à la répression de Couthon puis Fouché et Collot d’Herbois. Les Lyonnais n’auraient fait que défendre leur ville et leur conception de la République contre Paris qui ne les comprend pas.

4Le débat s'élargit alors à la question de l'existence et du sens d'un « centre » dans la vie politique révolutionnaire. Pierre Serna s'interroge sur la filiation de cette notion de Barnave à Bonaparte. Le 18 brumaire aurait été la victoire de l’anti-politique contre la politique, des forces modérées contre une gauche violente et une droite manipulatrice, de même que le discours de Barnave, le 16 juillet 1791, proclamait : ou nous, ou les royalistes ou les mouvements populaires ! Comme celui de Robespierre en décembre 1793 était : ou nous, ou les Enragés ou les Indulgents ! Comme la pratique du Directoire imposant des candidatures officielles signifiait : ou nous, ou les Rouges ou les Blancs ! Ce centre, qui bloque les expressions politiques antagonistes, sa grande victoire, c'est le 18 brumaire. Le 18 brumaire serait-il cette victoire de l’anti-politique contre la politique, des forces modérées contre une gauche violente et une droite manipulatrice ou bien ce « centre », victorieux le 18 brumaire, n’a-t-il pas voulu stériliser la vie politique française ? Dans ce cas, n'est-ce pas aussi une attitude politique, voire même un extrémisme du centre ? Ainsi, le terme modéré en soi ne veut rien dire.

5Isser Woloch prolonge cette analyse en soulignant que le centre n'accepte pas la légitimité des partis, tandis que Bernard Gainot rappelle qu'en certains cas, comme à Grenoble ou dans l’Eure, les « néo-jacobins » ont été en mesure de former des coalitions électorales durables, en l’an VI et l’an VII, avec des libéraux ne relevant pas du même héritage politique ; de ce fait on peut discuter du qualificatif d’"Exclusifs" » qui leur est accolé. Isser Woloch reconnaît la possibilité de telles coalitions électorales mais les distingue de la pratique des administrations.

6Les échanges portent aussi sur les variables des dynamiques locales du Coup d'Etat qui servaient de titre à la séance. Les relations entre les grandes catégories d'acteurs sont ainsi mises en avant. Jacques Logie, à propos du cas du Havre, fait remarquer à Eric Saunier que, si la nomination des maires sous le Consulat dépendait des préfets, ces derniers, généralement étrangers à leur ressort, ne pouvaient être insensibles aux groupes de pression locaux. Jean-Paul Bertaud, un peu gêné par le terme de « société militaire », demande à Laurent Brassart comment il peut appréhender les relations entre les officiers et les civils locaux, notables et population. Il fait référence à l’importante thèse de Suzanne Fiette sur Cafarelli. L'auteur de la communication sur l'Aisne indique que des personnalités locales et des militaires résidants ont dressé des listes de candidats pour les futures institutions consulaires ; le général Soult a ainsi patronné des notabilités du département. Le frère du général Serrurier devait être sous-préfet à Soissons.

7Certaines personnalités suscitent une attention particulière. Successivement, Guy Lemarchand, André Goudeau et François Pascal évoquent le rôle des frères Lindet dans l'Eure. M. Pascal précise que seul Thomas y joue un rôle important après 1793. Claude Mazauric prolonge cette observation en soulignant la variété des figures de l'efficacité politique : Robert, homme d'Etat Républicain mais jamais affilié aux Jacobins, plutôt à gauche et surtout remarqué pour ses options économiques en faveur du développement d'un contrôle public de l'activité privée et un des premiers à envisager une banque nationale ; Thomas, membre du club de Bernay et effectivement plus présent localement.

8Finalement plusieurs intervenants reviennent sur la nécessaire finesse de l'appréciation des comportements collectifs. Guy Lemarchand évoque l'Eure où la forêt d’Ouche, frontière de la Basse Normandie gagnée par la chouannerie fut menacée par le royalisme, tandis qu’à Evreux, le flambeau du jacobinisme est maintenu ; il renvoie aussi au cas de l'Aisne. À son propos, Laurent Brassart ajoute que les ruraux sont particulièrement prudents face à Brumaire. Les rares adresses qui émanent des villages exposent surtout des doléances. On y salue la mort du régime, mais on ne dit pas encore « vive Bonaparte ». D'ailleurs, le Consulat ne destitue pas immédiatement l’administration départementale de l’Aisne, qui ne s’était pas d’emblée ralliée à lui, pour éviter un vide du pouvoir avant l’arrivée du préfet. Il s’agit à la fois d’assurer l’ordre dans les campagnes en émoi et de rallier les ruraux, dont l’adhésion n’était pas forcément acquise.

9Jacques Bernet suggère qu'on peut certainement généraliser ces incertitudes sur la situation intérieure et extérieure à la veille de Brumaire et sur les orientations du nouveau régime. L’adhésion au coup d’Etat était ambiguë : pour certains Bonaparte sauvait la République menacée par les royalistes, pour d’autres il évitait le retour de l’an II et annonçait une restauration catholique, sinon monarchique. L’opinion populaire, lasse de la guerre, attendait du négociateur de Campo-Formio une paix victorieuse ; les notables et les milieux d'affaires espéraient l’ordre et la stabilité intérieure.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540