Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Les dynamiques locales d'un coup d'État

Réception et acceptation du coup d’État du 18 Brumaire an VIII dans le département de l’Aisne

Laurent Brassart

Texte intégral

  • 1 Th. Lentz, Le Grand Consulat, Paris, Fayard, 1999, 630 p, p. 150.

1Il est désormais acquis que le coup d’État du 18 Brumaire n’a pas rencontré instantanément que ferveur et approbation parmi la population française. Une synthèse récente évoque même « une certaine retenue » de la plupart des Français1. La thèse maintes fois énoncée sur la dépolitisation de la France intervenue sous le Directoire expliquerait-elle ce peu d’enthousiasme ?

  • 2 M. Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La Déco (...)

2À partir de l’exemple d’un département picard, l’Aisne, qu’une récente typologie géopolitique de la France en Révolution a considéré, à raison, comme relevant de « la France de l’ordre des grandes cultures »2, seront interrogées les modalités et les significations des réceptions et acceptations d’un coup d’État que les positions modérées des différents acteurs politiques du département n’avaient aucune raison apparente de refuser. Mais davantage que de saisir un uniforme état de l’opinion du département, il convient plutôt d’appréhender les différentes dynamiques locales face au coup d’État. La disparité des réactions intervenues à tous les niveaux des pouvoirs locaux doit permettre d’identifier, certes la diversité des formes de politisation entre villes et campagnes, mais surtout les attentes contradictoires au sein des collectivités locales. Au travers les comportements des populations et le système des pouvoirs locaux axonais, c’est essentiellement l’enjeu de la recomposition du lien politique et social, dans toutes ses modalités, qui sera analysé aux lendemains du coup d’État du 18 Brumaire an VIII.

Disparités des réceptions et des acceptations locales du 18 brumaire

Les tergiversations de l’administration centrale du département

  • 3 Arch. dép. de l’Aisne, L 314. Arrêté du 23 messidor an VII.

3Aux lendemains du coup d’État, en frimaire an VIII, un pamphlet, écrit par J. B Regnard, un ancien administrateur du département de l’Aisne « fructidorisé » en l’an V, devenu administrateur de la ville de Laon avant d’être destitué à nouveau en messidor an VII3, met en cause l’attitude du personnel politique départemental à l’égard du coup d’État. Prenant à partie les membres de l’administration départementale, il accuse :

  • 4 Arch. nat., F1b II, Aisne 2. J. B. Regnard, L’Observateur de l’Aisne ou essai sur la situation pol (...)

« Aujourd’hui, quelle est votre conduite ? De quel œil avez-vous reçu la nouvelle du retour de Bonaparte, quels sentiments vous inspire l’immortelle journée du 18 Brumaire ? Pourquoi la consternation se peint-elle sur vos fronts livides ? Qu’est devenue cette allégresse démagogique qui avait coutume d'accompagner les proclamations des lois les plus désastreuses ? Pourquoi n’avoir proclamé que deux jours après sa réception et avec une mesquinerie révoltante, la Loi institutive de la commission consulaire ? Pourquoi avoir étouffé les cris du peuple en faveur du vainqueur de l’Égypte et des Libérateurs de la France ?... »4.

  • 5 Arch. nat., AF IV1444.
  • 6 Procès-verbaux de séances du Conseil des anciens, la proclamation de Bonaparte (19 brumaire), les (...)

4Doit-on attribuer les accusations de ce « fructidorisé » à une volonté de vengeance personnelle ou à une réelle démonstration d’opposition des pouvoirs départementaux au coup d’État ? Le comportement des pouvoirs départementaux paraît au mieux pour le moins ambigu, au plus suspect. Dans un compte-rendu présenté par Fouché aux consuls sur la réception par les pouvoirs constitués départementaux du coup d’État, on constate qu’à la date du 27 brumaire (18 novembre) le département de l’Aisne était le seul des 3 départements picards à n’avoir pas encore fait connaître son ralliement5. Et quand on sait que Laon, le chef-lieu, se trouve à moins de 3 heures de route de Paris, la distance ne peut être invoquée comme alibi. Plutôt qu’une opposition franche au coup de force, la tergiversation semble avoir été l'attitude de l’administration centrale du département. En effet, du 19 au 22 brumaire, celle-ci enregistre les actes que lui adresse le nouveau pouvoir6. Cependant, une nuance s’impose : sur les 6 documents reçus, seuls 3 - les décrets du 18 et 19 Brumaire et la proclamation de Bonaparte - ont été réimprimés et diffusés à la totalité des communes du département. Au-delà de l’ordinaire exécution des fonctions techniciennes de relais de l’information du sommet de l’État vers sa base, bien peu de zèle est donc manifesté par les cinq membres de l’administration centrale. Suffisamment pour ne pas éveiller la suspicion du nouveau pouvoir, pas assez pour parler d’approbation du coup d’État. En d’autres temps, notamment lors de la réception de la nouvelle de l’attentat perpétré le 9 floréal an VII (28 avril 1799) à l’encontre des deux ministres plénipotentiaires français à Rastatt, les mêmes membres de l’administration centrale avaient su davantage payer de leurs personnes qu’en Brumaire an VIII. La comparaison des réimpressions des actes officiels relatifs à ces deux événements par le pouvoir intermédiaire axonais en atteste.

Comparaison du nombre de réimpression des actes officiels décidé par l’administration départementale de l’Aisne

Nature du document

Nombre de placards

Attentat de Rastatt a

Proclamation du Directoire
Loi du 22 floréal an VII
Total

3500
1500
5000

18 et 19 Brumaire

Décrets du 18 brumaire an VII
Loi du 19 brumaire
Arrêté du 20 brumaire
Total

1100
1100
1100
3500

a.- Arch. dép. L 314. 22 floréal an VII et 4 prairial an VII.

5La réception des événements de Rastatt a donc provoqué parmi le personnel politique départemental beaucoup plus d’émotion que ceux de Saint-Cloud. Pourtant d’un événement à l’autre, seulement six mois se sont écoulés et les membres de l'administration départementale sont restés en place.

6Il est évident que le pouvoir central départemental hésite sur la position à tenir aux lendemains de la réception du coup d’État. En fait, la complète adhésion au nouveau régime intervint après une période de tergiversations d’une dizaine de jours soit vers le 27 brumaire (18 novembre). Significative est à cet égard la réimpression ce même jour de la loi du 19 brumaire, contenant la proclamation de Bonaparte au peuple français, en 1100 placards et 1100 in-4. L’adhésion paraît définitive le 6 frimaire (27 novembre), soit 18 jours après les événements de Saint-Cloud, lorsque les membres du pouvoir départemental émettent une longue adresse à l’intention de leurs concitoyens. En même temps qu’ils proclament leur loyalisme à l’égard des Consuls, notamment au « héros législateur » et au « philosophe conquérant » ils reconnaissent, à demi-mot, le trouble qui fut le leur lors de la réception du coup d’État et en font amende honorable :

  • 7 Arch. dép. de l’Aisne, L 315, 6 frimaire an VIII.

« Buonaparte, Sieyès [...] n’ont fait rien que de grand, rien fait que pour la liberté, [...] Nous ne vous dissimulerons cependant pas que des patriotes ombrageux (tous les républicains le sont) ont paru concevoir quelques craintes qu’il ne fût porté atteinte à cette liberté dont ils se sont de tout temps, déclarés les amants jaloux. Mais ces craintes nous paraissent devoir cesser devant les mêmes motifs qui garantissaient nos espérances »7.

7Par un tel aveu, les membres de l’administration départementale, entendent préserver leur légitimité en répondant aux méfiances que leur comportement a suscité auprès d’une population axonaise qui s’est, elle, montrée moins réservée dans son acceptation.

Les administrations municipales : des réactions plus urbaines que rurales

8Les hésitations du pouvoir central n’ont guère été partagées par leurs subalternes, les administrations municipales de canton. Celles-ci optent majoritairement pour l’indifférence ou pour l’acceptation ostensiblement déclarée, mais jamais pour l’opposition.

  • 8 Arch. nat., AF IV 1443, adresses aux consuls sur les événements du 18 brumaire an VIII auxquelles (...)
  • 9 Arch. nat., F1c III, Aisne 9 : commune d’Acy, le 5 frimaire an VIII et commissaire du gouvernement (...)
  • 10 Arch. dép. de l’Aisne, La Révolution en 200 documents, op. cit., adresse de Villeneuve-sur-Fère, p (...)
  • 11 Soit de Soissons, Fère-en-Tardenois, Acy, Villeneuve-sur-Fère et Château-Thierry,

9Depuis le département, six adresses de félicitations pour les événements des 18 et 19 brumaire ont été envoyées aux consuls8, auxquelles il faut rajouter deux autres destinées au ministre de l’intérieur9. Sur ces huit adresses, cinq émanent des villes les plus importantes : Laon, chef-lieu de département, Soissons (une adresse de la municipalité et une autre du commissaire), Château-Thierry et Réunion-sur-Oise (Guise). Il ne manque que la voix d’approbation de « la capitale » économique du département, Saint-Quentin. Quant aux trois autres adresses, elles proviennent pour deux d’entre elles de municipalités de canton rurales : Fère-en-Tardenois et Acy. L’autre, celle de Villeneuve-sur-Fère, se définit comme celle « des habitants de la campagne, simples et vrais qui viennent vous exprimer leur joie et leur reconnaissance »10. À l’exception de cette adresse, il ressort tout d’abord de ce corpus que seuls les corps constitués ont pris la parole, et d’autre part que la ville l’a prise davantage que la campagne. Plus surprenante est, en revanche, l’origine géographique de ces adresses de félicitations. La majorité d’entre elles provient des plaines de grandes cultures du sud du département11 dans une région où le Directoire avait rencontré auparavant peu de difficultés à établir son autorité.

  • 12 S. Bonin et C. Langlois, Atlas de la Révolution française, t. 6 Les sociétés politiques sous la di (...)

10L’absence d’initiatives individuelles - hormis celles des commissaires de Château-Thierry et Soissons-, ou des formations politiques est l’autre fait marquant de ce corpus d’adresses axonaises. Si le département ne fait pas figure de terre de prédilection des sociétés politiques (cinq ont été dénombrées en l’an VII12), il l’est en revanche beaucoup plus pour les garnisons militaires. Or toutes se sont tues, notamment le régiment d’artillerie à cheval de La Fère qui participa pourtant à la campagne d’Italie.

  • 13 Arch. dép. de l’Aisne, L 1976-2047, délibérations des administrations municipales des cantons.

11Toutefois la faiblesse des adresses envoyées, l’absence d’activisme des sociétés politiques ne signifient pas apathie politique de la population axonaise. D’autres formes de politisation se révèlent. D’une part, les « solennités » et l’importance des fastes déployés lors de la proclamation des décrets du 18 et 19 brumaire par les pouvoirs municipaux, d’autre part l’accueil que les populations leur ont réservées, peuvent avoir valeur d’acceptation ou de refus du 18 brumaire. Or, d'après les registres de délibérations de 20 administrations municipales de canton, 16 ont accueilli les événements de brumaire passivement : tantôt se contentant d’afficher les placards envoyés par l’administration centrale et d’en faire une simple lecture publique, tantôt - la majorité surtout rurale - ignorant complètement les événements au point de n’en trouver aucune trace dans leurs registres13.

  • 14 Arch. dép. de l'Aisne, L 627, administration municipale de Laon.

12En revanche toutes les villes principales du département ont organisé des cérémonies pour célébrer l’événement. À Laon, chef-lieu du département, le ralliement au nouvel ordre est ostensiblement marqué lors de la fête décadaire du 20 brumaire (11 novembre) : en la cathédrale, sont assemblés membres de l’administration municipale, détachement de la garde nationale, troupes militaires et surtout — phénomène rare aux fêtes décadaires de l’an VII — « un grand concours de peuple [...] répandu dans les galeries ». Le déroulement de cette cérémonie reprend la trame et la pompe officielle des fêtes décadaires : proclamation des actes officiels du 18 et 19 brumaire, ouverture de la fête par un chant « dont le refrain à la liberté est répété avec enthousiasme par les spectateurs », lecture publique des textes officiels sur les événements qui « excite le plus vif enthousiasme ». La cathédrale alors « retentit des cris longtemps prolongés de Vive la république ! Vive la Liberté ! La Patrie est sauvée ! »14. Ainsi, peut-on constater que le sens et l’apparat de la fête décadaire sont détournés et travestis sous la pression de la population. Mobilisée par les événements du 18 brumaire, l’assistance populaire, n’hésite pas à manifester bruyamment sa présence, pour une fois massive, et son adhésion au coup d’État, alors que quelques mois auparavant elle préférait les bals illégaux aux fêtes officielles. En revanche, significatif de sa réticence à accepter le coup d’État, l’administration centrale du département n’assiste pas à cette cérémonie tenue en son chef-lieu. D’une manière tout à fait inaccoutumée à une fête républicaine, les citoyens se sont substitués à l’administration départementale. D’officielle et solennelle, la fête est devenue populaire et chaleureuse. Du jamais vu à Laon sous le second Directoire.

  • 15 Arch. dép. de l’Aisne, L 627.

13À Saint-Quentin, là aussi les citoyens semblent avoir témoigné d’un enthousiasme supérieur à celui de leur municipalité. Comme à Laon, le même schéma d'une fête officielle investie et détournée spontanément par une assistance de citoyens est reproduit. Après une froide cérémonie officielle de lecture des actes officiels sur la place publique, « dans l’enthousiasme de la joie, les citoyens présents demandent que le carillon de la maison commune et une décharge d’artillerie célèbrent le mémorable événement qui les rassemble. L’administration se rend au vœu général... »15. La pompe et la solennité que la municipalité avait refusé de donner à l’événement, sa population les lui confèrent spontanément par le travestissement des cérémonies officielles.

14Ainsi, dans le département de l’Aisne, aucune opposition majeure au coup d’État n’est à relever. Seulement celle, discrète, dissimulée et temporaire, des pouvoirs départementaux. Sinon, la plupart des autorités urbaines, hormis celle de Saint-Quentin, ont fait preuve d’un timide ralliement. Les campagnes méridionales du département ont davantage clamé leur adhésion que les septentrionales totalement muettes. Mais dans l’ensemble, les municipalités rurales ont reçu l’événement avec beaucoup plus de distance que les populations urbaines. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles lui aient été indifférentes.

Des engagements politiques aux significations diverses

15Comprendre l’attitude des différents acteurs de la vie politique locale face au coup d’État renvoie tout d’abord à la question des soutiens locaux de celui-ci. La sociologie politique du département, ou du moins d’une grande partie des communes de celui-ci, incite l’historien à suspecter de fortes connivences entre élites départementales et « brumairiens ».

Une trahison des notables ?

  • 16 Sur le personnel nommé en l’an VIII, cf. Arch. nat., AF IV 1014 et F 1c V, Aisnel.
  • 17 Sur le redressement et les mutations du « complexe textile » Saint-Quentinois, cf. D. Terrier, Les (...)

16Il y a tout d’abord le cas de la capitale économique du département Saint-Quentin, dont on a vu précédemment que sa municipalité, à la différence de ses administrés, avait plutôt froidement reçu et accepté le coup d’État. Cette ville était en l’an VII dirigée par une administration municipale où la bourgeoisie du textile était peu représentée ; sur 7 membres, seul le président, Charles Delafosse était manufacturier. Preuve que les grandes dynasties patronales du textile, souvent hégémoniques sur les pouvoirs locaux saint-quentinois jusqu’en fructidor an V, étaient devenues distantes avec le régime directorial. Or, la réorganisation administrative du Consulat restaura, quelques mois plus tard, l’oligarchie des manufacturiers sur les principaux leviers de commande de la ville et du département : le puissant négociant Joly fut nommé au conseil de préfecture, ses collègues Fizeau et Cottin au conseil général du département, Duez sous-préfet de Saint-Quentin et, le plus célèbre d’entre eux, Joly-Banneville maire16. Toutes les grandes familles du textile retrouvent avec le nouveau régime leur hégémonie politique et sociale éclipsée lors des derniers temps du Directoire. En même temps, avec le Consulat est inauguré « l’élan cotonnier » d’une ville traditionnellement tournée vers le lin : l’activité manufacturière de la ville entame sa mutation et se relève17. Comment la bourgeoisie manufacturière locale, fortement ébranlée dans sa fortune par la crise des assignats, pouvait-elle demeurer fidèle à un Directoire qui en poursuivant la guerre, première cause du déclin économique de la ville, fragilisait chaque jour davantage sa puissance ? Si ce groupe social ne s’était pas rallié aux « Brumairiens » avant le coup d’État, notamment en participant à son financement, nul doute qu’il le fit promptement après.

La culture patriotique du département

  • 18 Sur le patronage militaire de candidats axonais aux fonctions civiles au lendemain du 18 Brumaire (...)
  • 19 A. Crépin, « L’apprentissage de la défense nationale dans les départements picards », dans M. Cube (...)
  • 20 Arch. dép. de l'Aisne, L 588.
  • 21 Arch. nat., F1c III, Aisne 3, rapport du commissaire du Directoire exécutif près de l'administrati (...)

17La bourgeoisie manufacturière n’est pas le seul soutien possible sur lequel pouvaient compter Bonaparte et Sieyès pour faire accepter leur coup d’État par les pouvoirs départementaux. Effectivement une importante société militaire vit dans l’Aisne, à la tête desquels se trouvent notamment les généraux Sérurier, Dumas (le géniteur de l’écrivain), qui connaissaient Bonaparte pour avoir servi à ses côtés en Italie, et d’autres officiers parmi lesquels Caulaincourt et Caffarelli (nommé le 4 nivôse an VIII soit le 25 décembre 1799 au premier Conseil d’État). Outre, ces généraux et leur clientèle18, les « putchistes » pouvaient aussi compter sur leur propre popularité, et plus particulièrement Bonaparte. Effectivement, bon nombre de conscrits axonais, en particulier ceux qui sont enrôlés dans le régiment d’artillerie à cheval de La Fère avaient participé à la première campagne d’Italie où Napoléon forgea sa gloire et perfectionna sa propagande. Enfin, dans un département frontalier avec la Belgique, qui a connu dans sa partie septentrionale les affres de l’occupation autrichienne de la fin août à la fin septembre 1793, la culture patriotique et militaire semble assez forte. Le département n’a guère posé de problèmes majeurs en matière de levée d’hommes19. Les fêtes civiques les moins désertées lors des ans VI et VII furent celles célébrées à la mémoire du général Hoche, en vendémiaire an VI, et à la gloire des victoires militaires20. Dans un tel contexte de forte culture patriotique et de sacralisation de l’armée, l’accession au pouvoir d’un général victorieux, fils de la Révolution, ne pouvait pas déplaire aux populations axonaises. D’ailleurs, benoîtement, le 27 vendémiaire an VIII (19 octobre 1799), dans un climat caractérisé par la détérioration des rapports entre les pouvoirs locaux et leurs administrés, le commissaire central du département, Martin, fait remarquer à Quinette, ministre de l’intérieur que « le retour de Bonaparte [d’Égypte] a fait la plus agréable sensation jusque sur les enfants »21.

Réseaux et opportunisme politiques, les deux ressorts de la vie politique axonaise

18L’acceptation du coup d’État par les pouvoirs constitués du département s’explique notamment par les structures de la vie politique axonaise pendant la Révolution. Dans son pamphlet, Régnard s’insurge contre l’opportunisme du personnel politique directorial axonais, craignant en cela que le 18 brumaire ne fasse que perpétuer un ordre politique ancien :

  • 22 Arch. nat., F1b II, Aisne 2. L’Observateur..., op. cit., p. 4-5.

« Je sais ce qu’ils vous proposent, ces oiseaux de proie, ces vautours politiques disséminés dans notre département : à chaque secousse révolutionnaire, ils ont l’art de changer habilement de masque, de s’emparer des chances du jour et de recueillir dans leur défaite les fruits de la victoire : ainsi au 18 fructidor même, au 30 prairial [...] Le triomphe des protégés ne doit-il pas tomber avec le crédit des protecteurs ? Serait-il dans l’ordre immuable des choses, que notre département fût sans discontinuation livré à l’influence de quelques ambitieux, qui n’ont que l’audace pour talent et le vice pour apanage »22 ?

  • 23 Ibid., p. 11.

19À travers ceux qu’il qualifie de « caméléons politiques »23, l’ancien administrateur du département vise les députés de l’Aisne et leurs clients qui tiennent depuis l’an III et indépendamment des vicissitudes de la conjoncture politique nationale, tous les rouages du système des pouvoirs intermédiaires. Effectivement le personnel politique départemental se rattache à quelques grands réseaux que dominent les ténors politiques axonais qui siègent dans les Conseils à Paris ou dans les ministères. Si, à la différence des anciennes gloires du département tels les Desmoulins, Condorcet, Saint-Just ou Babeuf, leur renom ne dépasse pas la Thiérache et le Tardenois, il n’en demeure pas moins qu’ils ont su faire preuve, à la différence de leurs aînés, d’un remarquable sens de la survie politique ; particulièrement les deux plus influents : Jean Debry de Vervins et Nicolas Quinette de Soissons. Cette longévité politique et les responsabilités qu’ils exercèrent sous le second Directoire - Debry fut le seul ministre plénipotentiaire à réchapper à l’attentat de Rastatt, Quinette fut ministre de l'Intérieur du 5 messidor an VII (23 juin 1799) au coup d’État du 18 brumaire - leur permirent de se bâtir un empire politique dans le département où la plupart des membres nommés par le Directoire aux fonctions les plus importantes relevèrent de leur clientèle. Or le 19 Brumaire an VIII, Debry et Quinette n’ont pas fait connaître immédiatement, clairement et à l’unisson, leur position à l’administration centrale.

20Pourtant, Jean Debry semblait en avoir préalablement préparé les conditions d’acceptation dans le département. Effectivement, le député de l’Aisne écrit, le 9 brumaire an VIII, au commissaire du directoire exécutif dans l’Aisne, une lettre qui ressemble fort à un ralliement à un futur sauveur de la République nommé Bonaparte.

  • 24 Arch. dép. de l’Aisne, La Révolution en 200 documents, op. cit., p. 349.

« J’ai vu Bonaparte quatre fois depuis mon retour. Le résumé de ses affections et de ses projets est ceci : égalité des droits, sûreté pour tous, diffusion des moyens, prééminence des vertus et des lumières. Je n’ai trouvé chez aucun homme plus de sentiment de la véritable gloire, de cette gloire à laquelle ni les Cromwell, ni les César, ni les Gengis ne savent jamais atteindre. Il est simple, sans cérémonie. Il ne dit presqu’aucune frivolité, et surtout n’affecte point de ne pas en dire. Il me parle de la République et de mes enfants parce qu’il sait que ce sont là les objectifs de tous mes soins. Son esprit est toujours vers l’avenir et ambitieux du perfectionnement des hommes. [...] Sa santé n’est point mauvaise et promet des secours à la République. [...] La domination de la violence ne lui paraît autre chose que la domination des portefaix. Il ne voit à la paix que lorsque chaque chose sera à sa place, c’est-à-dire les Républicains unis, les administrateurs administrant, etc... »24.

21Difficile dans cette description de ne pas croire que le député n’ait pas cherché à convaincre l’administration centrale d’adhérer prochainement à un sauveur providentiel de la Révolution appelé Bonaparte - ce qui ne veut pas pour autant dire que Debry appartienne aux conjurés du 18 brumaire, même si sa passivité au Conseil des Cinq-Cents laisse en suspend bien des suspicions. Entre un Debry favorable à Bonaparte et un Quinette révoqué de son ministère de l’Intérieur le 18 brumaire par ce même Bonaparte, l’embarras de l’administration centrale de l’Aisne face au coup d’État paraît bien compréhensible. Toutefois, le ralliement ostensible de tous les ténors politiques du département - y compris Quinette - au nouveau pouvoir hâta certainement celui de l’Administration départementale intervenu seulement le 27 brumaire.

  • 25 Arch. nat., F1c III, Aisne 9, adresse du commissaire du gouvernement près de l'administration muni (...)
  • 26 Arch. nat., AF IV 1444, adresse de la municipalité de Laon aux consuls.

22Dès lors, l’opportunisme du personnel politique départemental tant fustigé par Regnard se révèle de nouveau. Les adresses d’adhésion des municipalités axonaises et celles des commissaires, outre les flatteries ampoulées, se terminent souvent par quelques doléances jamais désintéressées. Ainsi le commissaire de Soissons propose ses services aux Consuls25 ou encore la municipalité de Laon demande « Que les places et les fonctions publiques à votre nomination ne soient confiées qu’à des citoyens qui auront donné de longs témoignages de leur amour ardent pour la République, de leur parfait désintéressement et de leur capacité à les remplir... »26.

23Outre les manufacturiers et ouvriers saint-quentinois distants avec le Directoire en raison de ses échecs économiques, une autre partie de la population - les ruraux, majoritaires - attend du 18 brumaire la fin définitive d’un ordre politique qui leur paraît immuable et parfois oppresseur. Au besoin, cette société rurale entend se réapproprier spontanément un État en qui elle ne se reconnaissait plus.

Les populations rurales face au coup d’État : le 18 brumaire ou la redéfinition du lien politique, culturel et social

La réception du coup d’État par les populations rurales : adhésion au Consulat ou désaveu du Directoire ?

24L’acceptation du coup d’État par les populations rurales se manifeste moins par l’envoi d’adresses que par le geste. Les formes et les enjeux de sa politisation sont autres. Le 18 brumaire offre à une partie des Axonais, aux plus anonymes d’entre eux, la possibilité d’investir un espace politique dont le système électoral et les pratiques politiques inhérentes au département les avaient exclus. Davantage qu’une adhésion au nouveau pouvoir consulaire, les populations rejettent le Directoire, son système des pouvoirs locaux et une partie de ses mesures.

25Les quelques municipalités ayant pris la parole au travers d’une adresse sont en grande majorité issues du Sud du département. Cette typologie n’est que le reflet inverse des comptes-rendus sur l’esprit public de l’an VIL Le sud du département, région de plaines de grandes cultures, dans l’orbite du pouvoir politique parisien, ne se prête guère aux soulèvements et à la pratique du brigandage à la différence des régions septentrionales plus ou moins acquises depuis l’an V à l’anti-révolution. Que le 18 brumaire libère en priorité la parole des communautés rurales méridionales plutôt que celles des communautés septentrionales n’a donc rien de surprenant. En raison d’un carcan plus efficace des pouvoirs locaux, le ressentiment et la haine des populations du Sud à l'encontre du système des pouvoirs directoriaux n’avaient pu auparavant s’exprimer. À ce propos, le contenu des adresses est sans équivoque. Celle de Ville-neuve-sur-Fère, petite commune de 384 habitants selon le dénombrement de l’an IX, relevant de l’administration de canton de Fère-en-Tardenois, révèle que :

  • 27 Arch. dép. de l’Aisne, La Révolution en 200 documents, op. cit., p. 351-352.

« Le peuple [...] voyait la source de ses maux moins encore dans les vices de ses gouvernants que dans ceux des institutions publiques qui versatiles au gré des passions, N’OFFRAIENT PLUS DE GARANTIE A PERSONNE. Un arbitraire révoltant régnait partout. Depuis le Directoire jusqu’aux agents de nos villages, tous ne s’occupaient qu’à nous forger chaque jour de nouvelles chaînes [...] C’est dans ce département surtout que cette persécution agit avec le plus d’audace et de rage. L’administration centrale de Laon, dans tous les temps, révolutionnaire à outrance et maintenant dirigée par des Jacobins formés en clubs sous ses auspices, a porté récemment le dernier coup à tous les cultes. Nos églises sont fermées le dimanche ; se reposer, s’habiller, se recréer publiquement le dimanche est un crime pour lequel nous sommes traduits devant les tribunaux. Ces excès ont été dénoncés à plusieurs reprises mais toujours en vain. Vous avez vu, Citoyens consuls, cette horrible tyrannie... »27.

  • 28 Arch. dép. de l’Aisne, L 314, arrêté de l’administration centrale de l’Aisne sur les institutions (...)
  • 29 La loi du 6 octobre 1791 prévoyait que nulle autorité ne pouvait suspendre les travaux de la campa (...)
  • 30 Arch. nat., F1c III, Aisne 3, le 17 thermidor an VII.
  • 31 Arch. nat., F1c III, Aisne 3, le 27 vendémiairean VIII.
  • 32 Arch. dép. de l’Aisne, L 315
  • 33 Arch. dép. de l’Aisne, L 564, lettre du ministre de l’intérieur à l’administration centrale de l’A (...)
  • 34 Arch. dép. de l’Aisne, L 562, lettre de Fouché à l’administration centrale de l'Aisne, le 28 vendé (...)

26Ces griefs sont unanimement repris dans toutes les autres adresses émanant des municipalités rurales. Par conséquent, ces adresses des ruraux sont moins des témoignages adhésion que des doléances pour une reformulation des liens politiques et culturels qui les lient à l’État. Quatre doléances sont ainsi exprimées : application des libertés religieuses telles que la Constitution de l’an III les avait prévues, retour au calendrier chrétien, instauration définitive de la paix et surtout démantèlement du système directorial des pouvoirs locaux tenu pour la cause de tous ces maux. Est particulièrement contestée la politique anti-catholique mise en œuvre par l’ensemble des pouvoirs intermédiaires, depuis l’administration départementale jusqu’aux commissaires des administrations cantonales. Cette politique atteint son paroxysme en l’an VII avec l’arrêté de l’administration centrale pris en date du 24 messidor an VII (12 juillet 1799) : interdiction de travailler les décadis et jours de fêtes nationales, y compris lors des semailles et de la moisson sous peine de condamnation par les tribunaux de police (et non plus par les juges de paix), interdiction de jeux et bals les jours de dimanche et fêtes romaines et surtout restriction de l’ouverture des temples aux jours de décadi, quintidi et fêtes nationales28. En assimilant trop facilement catholicisme à royalisme, refus des fêtes républicaines et du calendrier républicain à la contre-révolution, les membres de l’administration départementale ont déclaré une guerre ouverte aux populations des campagnes, qui contribua grandement à la montée des tensions dans le département en l’an VII. Les accusations de « tyrannie » et « d'arbitraire » formulées par les habitants de Villeneuve-sur-Fère à l’encontre des pouvoirs intermédiaires sont plus que recevables : l’arrêté du 24 messidor an VII outrepasse le cadre légal29. Pendant l’été, les communautés villageoises et urbaines négligent son application. D’autres, comme dans le nord du département, s’en prennent violemment aux soutiens locaux du régime. Le système des pouvoirs locaux entre dans une phase de grave dysfonctionnement entre les communautés et les pouvoirs intermédiaires. Les campagnes échappent au contrôle de l’administration départementale, et le surinvestissement politique de l’été de l’an VII, dû à son tournant néo-jacobin, n’y a pas peu contribué. De thermidor an VII à vendémiaire an VIII, le commissaire central Martin requiert l’aide de la gendarmerie et des commissaires pour réprimer des campagnes en révolte contre l’application de l'arrêté du 24 messidor an VII30. Un mois plus tard, le 27 vendémiaire (19 octobre), le même claironne que « la situation politique s’améliore de jour en jour [...] L’exercice des cérémonies religieuses est exclusivement presque partout transféré aux décadis. Peu de prêtres s’en mêlent publiquement, les magisters, les tonneliers, les marchands fripiers leur ont succédé et discréditent beaucoup cette « sainte » besogne »31. Mais l'application de mesures répressives jusqu’au coup d’État fournit la preuve que cet ordre, provoqué à coup de déploiement de la gendarmerie et de suspension des municipalités à l’été de l’an VII, n’est que factice32. D’ailleurs, les pétitions de la population, à l’instar de celle de l’administration municipale de Château-Thierry33, réclament l’arbitrage du gouvernement. Si bien qu’après avoir longtemps soutenu les pouvoirs intermédiaires du département, Fouché, ministre de la police générale, et Quinette, ministre de l’intérieur, interviennent au début de Brumaire pour protester contre cet arrêté34. Mais l’administration départementale ne le rapporte pas pour autant.

L’État réapproprié par la société civile

  • 35 Arch. nat., F1c III, Aisne 15, le ministre de l’intérieur à l’administration centrale de l’Aisne, (...)
  • 36 Arch. nat., F1c III, Aisne 15, le commissaire du gouvernement au ministère de l’Intérieur le 23 ni (...)
  • 37 Arch. nat., F1c III, Aisne 9, le commissaire du gouvernement au ministère de l’Intérieur, le 22 ve (...)

27Dans ces conditions, le 18 Brumaire est d’abord interprété par les populations axonaises comme le désaveu des pouvoirs locaux intermédiaires et de leur politique. Le coup d’État sonne le signal du renversement des pouvoirs locaux et des intrusions arbitraires du Directoire dans la société. Pour les communautés, ce retour à l’ordre se réalise dans le désordre. Églises réouvertes par les agents sous la pression de la population, saccage des objets du culte théophilanthropique comme à Ribemont35, fêtes républicaines ignorées, retour aux pratiques culturelles traditionnelles, refus de la conscription36, tels sont les aspects les plus spectaculaires de « la réaction brumairienne » dans l’Aisne. Les ruraux investissent par la force l’espace politique local, laissé vacant par des pouvoirs locaux, tantôt complices de leurs administrés, tantôt paralysés par l’absence d’ordres en provenance d’une administration départementale débordée. Sous la pression des populations, le 18 Brumaire provoque une disjonction des deux sphères du système des pouvoirs locaux : les municipalités échappent au contrôle des pouvoirs intermédiaires des commissaires et de l’administration départementale. Le 23 nivôse an VIII (13 janvier 1800), désabusée, l’administration centrale rédige un rapport sur l’effondrement du système des pouvoirs locaux et le triomphe de ce qu’elle appelle « la réaction ». Un nouveau rapport daté du 22 ventôse an VIII confirmera au ministère que cette situation perdure37.

  • 38 J. Bernet, « Cultes chrétiens et civiques en Picardie à l’époque de la première séparation de l’ég (...)
  • 39 Arch. nat., F1c III, Aisne 15, le commissaire du gouvernement au ministère de l'Intérieur le 23 ni (...)

28Un ordre nouveau s’est instauré dans les campagnes qui n’est ni celui de l’État relayé par les pouvoirs intermédiaires, ni celui de la contrerévolution. À propos de la politique religieuse du Directoire, il a été écrit au sujet de la Picardie que « le retour à la pratique catholique ancestrale et le patriotisme national n’étaient pas nécessairement incompatibles dans une région frontalière comme la Picardie, où cultes catholique et civique auraient pu coexister pacifiquement et même dû se compléter harmonieusement »38. La « réaction brumairienne » des populations axonaises le confirme. Ré-appropriation des églises et des pratiques culturelles interdites, tels furent les objets et surtout les limites que n’ont jamais dépassées les populations. Jamais cette réaction populaire ne bascula dans la contre-révolution. Bien qu’aigri par la tournure des événements dans son département, le commissaire Martin reconnaît que « les ministres du culte ont peur de se compromettre dans l’esprit de leurs paroissiens... »39. Les membres du clergé des « fanatiques » n’étaient donc pas « ces agents du royalisme » perpétuellement fustigés par les autorités départementales sous le Directoire.

L’effondrement du système des pouvoirs locaux

  • 40 Arch. dép. de l’Aisne, L 315, Arrêts des 12, 15 et 18 frimairean VIII.
  • 41 Arch. dép. de l’Aisne, L 315.

29Désavouée pour son zèle à servir le Directoire et la lenteur de son ralliement au Consulat, l’administration centrale de l’Aisne n’est plus en mesure de se faire obéir de ses administrés. Celle-ci peine à accomplir l'achèvement de la conscription qu’elle avait mené depuis vendémiaire an VIII. La répétition de ses arrêtés menaçants demeure désormais sans effets40. Dans certains cantons du nord-est, les réfractaires sont entrés en insurrection. Le 22 frimaire (13 décembre), devant l’incapacité des colonnes mobiles de gendarmerie et des commissaires à rétablir l’ordre, l’armée est dépêchée sur les lieux41.

  • 42 Cf. L. Brassart, Du Directoire au Consulat : le département de l’Aisne. Crise et transition politi (...)
  • 43 Arch. nat., F1c III, Aisne 15, le commissaire du gouvernement au ministère de l’Intérieur le 23 ni (...)

30Outre ce discrédit, l’échec de l’administration centrale à contrôler les populations du département immédiatement après le 18 brumaire tient surtout à l’effondrement du système des pouvoirs locaux dont elle est la tête. Cela est d’autant plus patent si l’on compare la situation des avant et après brumaire : alors qu’en vendémiaire an VIII, de précédentes insurrections de réfractaires dans le Vermandois avaient été réduites grâce à la collaboration des différentes autorités constituées civiles et de la gendarmerie42, désormais en frimaire an VIII, de plus petites rebellions perdurent et nécessitent l’intervention de l’armée. Les pouvoirs civils n’interfèrent plus. Les interrelations entre les différents acteurs civils de la hiérarchie du système des pouvoirs locaux sont rompues. Le commissaire Martin s’en explique au ministre de l'intérieur, le 23 nivôse an VIII (13 janvier) : « Les administrateurs municipaux sont dans un état d’inertie complète ; ils ne veulent pas disent-ils pour un instant qu’ils ont à rester en place, se rendre odieux à leurs concitoyens, comme si l’on pouvoit se rendre odieux en servant son pays ! Les patriotes les plus sages et les plus modérés sont injuriés et maltraités sous prétexte qu’ils sont jacobins »43. La proclamation de la nouvelle constitution le 13 frimaire an VIII (4 décembre 1799) a ébranlé le fragile édifice des pouvoirs locaux. D’où la démission, à l’échelle des communes, des agents et commissaires qui doutent de leur reconduction. En ce sens, la promulgation de la Constitution de l’an VIII fut la véritable rupture politique dans le département : la rupture avec le Directoire est nette tant pour les populations que pour l’administration départementale, rassurée de ne pas avoir à subir le succès de la contre-révolution. Pourtant, la vacance de toute autorité des pouvoirs intermédiaires au sein de l’espace politique départemental est aussi imputable aux tergiversations des consuls.

  • 44 Arch. nat., F1b II, Aisne II, lettre du ministre de l’Intérieur au président de l’administration c (...)
  • 45 Arch. nat., F1c III, Aisne 9.
  • 46 Arch. nat., F 1c III, Aisne 15, Lettre du ministre de l’intérieur au commissaire central, le 16 pl (...)

31Pragmatique, le pouvoir consulaire entend, d’une part maintenir l’administration départementale, le temps de nommer la nouvelle, d’autre part faire un geste politique à destination des populations du département, dont les intérêts sont antagonistes avec ceux de leur administration. Ce subtil jeu d’équilibre n’en contribue pas moins à déstabiliser le pouvoir départemental. Pour le conforter, les ministres lui réaffirment leur soutien... tout en désavouant sa politique religieuse, afin de s’attirer les bonnes grâces des populations. Confortée, l’administration départementale l’est, lorsque le ministre de l’intérieur Lucien Bonaparte refuse à son vieux président malade, Aubry-Dubochet, sa démission remise le 25 brumaire an VIII (16 novembre)44. Confortée, elle l’est encore dans les rapports sans défiances mutuelles qu’elle entretient avec le représentant Barré, délégué des consuls dans la le division militaire45. Confortée, elle l’est encore plus, lorsque les ministres la félicitent de son attitude inflexible quant au maintien des fêtes civiques46.

  • 47 Arch. nat., F3 II, Aisne 1, frimaire an VIII.

32Mais ces petites consolations, quels effets ont-elles sur les membres de l’administration centrale lorsque les ministres démembrent la politique qu’ils avaient précédemment initiée. Effectivement, le 17 frimaire (8 décembre), le ministre de l’Intérieur ordonne que le très controversé arrêté du 24 messidor an VII sur la police des cultes soit rapporté puisqu’il n’est qu’un « excès de pouvoir »47.

  • 48 Arch. nat., F7 3648 1, 26 nivôse an VIII.

33Autre geste symbolique des consuls destiné aux populations : le 26 nivôse an VIII (16 janvier 1800), le ministre de la Police générale, Fouché, au terme d’une véritable joute juridique entamée depuis brumaire avec le pouvoir départemental, libère, en l’absence de preuves, un vieux prêtre détenu à Laon en attente de déportation pour rétractation de serment. Pendant une année, cet emprisonnement avait déchaîné les passions dans le Nord-Est du département : les villageois protestant de l’innocence du prêtre, les autorités cherchant à hâter sa déportation. Devant le refus d’obtempérer des pouvoirs départementaux, désavoués au profit des communautés d'habitants du canton, Fouché, doit réitérer, le 3 pluviôse (23 janvier) son ordre de libération48. Cet acte symbolique s’inscrit dans le cadre de la politique de réconciliation nationale, de « détente religieuse », inaugurée avec les arrêtés des consuls des 8 frimaire et 3 nivôse an VIII visant à atténuer les déportations de prêtres réfractaires.

  • 49 C. Langlois, « Le plébiscite de l’an VIII ou le coup d'État du 18 pluviôse an VIII » dans AHRF, 19 (...)

34Ainsi, de brumaire à pluviôse, en désavouant l’administration départementale et sa politique religieuse, les consuls ont transformé le rejet du Directoire par les populations rurales en une adhésion au Consulat. Ils répondent à ce souci exprimé par les villageois de Villeneuve-sur-Fère de voir réinstaurer, plus que reformuler, le lien social et politique entre l’État et les citoyens, brisé par les pouvoirs locaux du Directoire. Accueilli silencieusement dans maints villages le 19 brumaire, le Consulat fut bruyamment salué dès le 13 frimaire lors de la promulgation de la Constitution et massivement approuvé lors du plébiscite truqué du 18 pluviôse an VIII49.

***

35Le coup d’État des 18 et 19 Brumaire an VIII n’a pas provoqué dans un département à la tradition politique aussi modérée que l’Aisne, un enthousiasme spectaculaire. Surtout, au sein d’une même unité départementale, les réactions ont fortement varié selon les différents niveaux des pouvoirs locaux. Ainsi, peut-on constater que l’essentiel des approbations clairement exprimées provient davantage des milieux urbains que ruraux. Néanmoins un clivage est à dégager entre d’une part les populations, de l’autre les personnels politiques, particulièrement ceux des pouvoirs intermédiaires. Les premières, surtout si elles sont urbaines, ont salué le coup d’État, alors que les seconds ont fait preuve de beaucoup plus de discrétion, voire comme dans le cas de l’administration centrale d’hésitations. En fait, le ralliement des autorités politiques résulte davantage d'une culture politique opportuniste et clientèlaire que de la force de conviction. Ainsi l’administration départementale n’a adhéré au nouveau régime que le 27 brumaire quand Jean Debry et Nicolas Quinette lui ont fait connaître leur ralliement.

36L’accueil favorable des populations, surtout urbaines, au coup d’État d’un général prestigieux, n’est guère surprenant dans un département où la culture patriotique paraît bien ancrée. De surcroît, dans la principale ville du département, Saint-Quentin, les conjurés rencontrèrent aussi une adhésion enthousiaste de la part des dynasties manufacturières, alors écartées des fonctions politiques locales, et de leurs ouvriers, appauvris par la récession économique de la ville textile qu’ils imputent au défunt Directoire.

  • 50 J.-P. Jessenne, Pouvoir au village et Révolution. Artois, 1760-1848. Lille, PUL, 1987, 308 p., p.  (...)
  • 51 Ibid., p. 259.

37En revanche, outre le silence des corps militaires et des fantomatiques sociétés populaires du département, les populations rurales se sont peu exprimées à l’occasion du coup d’État. Plutôt que d’invoquer une dépolitisation illusoire ou une « infra-politisation » du monde rural, il convient de reconsidérer ses pratiques politiques. Si les ruraux n’ont pas salué et acclamé le nouveau pouvoir politique en tant que tel, ils ne lui ont pas été non plus indifférents. Le 18 Brumaire signifie pour eux, l’avènement d’une refondation des liens politiques, sociaux et culturels qui les unissent à l’État-Nation, bien plus que l’accession au pouvoir du général Bonaparte. Est ainsi confirmée cette tendance de la paysannerie à « l’indifférence pour la grande politique nationale » réservée aux notables, conséquence « d’une politisation essentiellement focalisée sur les affaires locales »50. En ce sens, s’ils n’affichent pas leur pleine adhésion à la personne des consuls, les ruraux s’empressent de se réapproprier par la force l’État, dans ses formes locales et symboliques, notamment pour détruire certaines mesures qui entravaient leurs pratiques culturelles et religieuses. Doit-on déceler dans cette attitude des ruraux axonais une revendication à l’auto-gouvernement ? Cela reste incertain tant « La réaction brumairienne » des populations du département a signifié qu’elles souhaitaient davantage la destruction du Directoire et de son système de pouvoirs locaux que celle des acquis de la Révolution demeurés incontestés. Devant la tentative des populations rurales de se réapproprier l’État, même temporairement, le système des pouvoirs locaux directoriaux s’effondre. Face à ce dysfonctionnement des rouages de l’État, le nouveau pouvoir hésite sur la conduite à tenir : désavouer les pouvoirs départementaux contestés au péril de compromettre son autorité, ou soutenir ces mêmes pouvoirs au risque de s’aliéner des communautés rurales qui ne lui ont pas encore signifié pleinement leur adhésion ? Jusqu’à l’installation du préfet en ventôse an VIII, le Consulat louvoie, mais semble, par l’entremise de gestes à la portée symbolique très forte, répondre aux aspirations des communautés, aux détriments des pouvoirs intermédiaires du département. Le rejet du Directoire des populations peut alors se transformer en adhésion au Consulat. Ainsi, s’élabore dans l’Aisne, en concomitance avec les premiers gestes de réconciliation religieuse, une recomposition sur une nouvelle base des liens entre l’État et les citoyens. Comme en Artois, ce phénomène évoque les prémisses « d’une sorte de concordat » passé entre l’État consulaire et les communautés rurales51.

Notes

1 Th. Lentz, Le Grand Consulat, Paris, Fayard, 1999, 630 p, p. 150.

2 M. Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La Découverte, 1993, 363 p, p. 329-331.

3 Arch. dép. de l’Aisne, L 314. Arrêté du 23 messidor an VII.

4 Arch. nat., F1b II, Aisne 2. J. B. Regnard, L’Observateur de l’Aisne ou essai sur la situation politique de ce département à l’époque du 30 brumaire an VIII, Reims, an VIII, 16 p, p 9.

5 Arch. nat., AF IV1444.

6 Procès-verbaux de séances du Conseil des anciens, la proclamation de Bonaparte (19 brumaire), les circulaires explicatives de Fouché, Cambacérès (20 brumaire), celle de Berthier (le 22 brumaire)

7 Arch. dép. de l’Aisne, L 315, 6 frimaire an VIII.

8 Arch. nat., AF IV 1443, adresses aux consuls sur les événements du 18 brumaire an VIII auxquelles il faut ajouter l’adresse de la commune de Villeneuve-sur-Fère, issue de la collection particulière de M. Courtin à Laon, reproduite dans Arch. dép. de l’Aisne, La Révolution en 200 documents, département de l’Aisne, 1990, 367 p, p. 351-352.

9 Arch. nat., F1c III, Aisne 9 : commune d’Acy, le 5 frimaire an VIII et commissaire du gouvernement (du Directoire exécutif est biffé) près de l’administration municipale de Soissons intra-muros, le 27 brumaire an VIII.

10 Arch. dép. de l’Aisne, La Révolution en 200 documents, op. cit., adresse de Villeneuve-sur-Fère, p. 351-352.

11 Soit de Soissons, Fère-en-Tardenois, Acy, Villeneuve-sur-Fère et Château-Thierry,

12 S. Bonin et C. Langlois, Atlas de la Révolution française, t. 6 Les sociétés politiques sous la direction de J. Boutier et Ph. Boutry, Paris, EHESS, 1992, 132 p., p 104.

13 Arch. dép. de l’Aisne, L 1976-2047, délibérations des administrations municipales des cantons.

14 Arch. dép. de l'Aisne, L 627, administration municipale de Laon.

15 Arch. dép. de l’Aisne, L 627.

16 Sur le personnel nommé en l’an VIII, cf. Arch. nat., AF IV 1014 et F 1c V, Aisnel.

17 Sur le redressement et les mutations du « complexe textile » Saint-Quentinois, cf. D. Terrier, Les Deux âges de la proto-industrie, les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880. Paris, EHESS, 1996, 311 p, p. 155-161.

18 Sur le patronage militaire de candidats axonais aux fonctions civiles au lendemain du 18 Brumaire an VIII, cf. Arch. nat., Fl bII, Aisne 2.

19 A. Crépin, « L’apprentissage de la défense nationale dans les départements picards », dans M. Cubells, dir., La Révolution française : la guerre et la frontière, Paris, Editions du CTHS, 2000, 527 p., p ; 48. À propos de la levée d'hommes de l’an VII. l’auteur écrit : « les trois-quarts des appelés de l’Aisne partirent et, dans leur immense majorité, parvinrent sous les drapeaux, ce qui, étant donné l’importance de la « désertion en route » constituait un exploit que seule une minorité de départements accomplit ».

20 Arch. dép. de l'Aisne, L 588.

21 Arch. nat., F1c III, Aisne 3, rapport du commissaire du Directoire exécutif près de l'administration centrale de l’Aisne au ministre de l’intérieur le 27 vendémiaire an VII.

22 Arch. nat., F1b II, Aisne 2. L’Observateur..., op. cit., p. 4-5.

23 Ibid., p. 11.

24 Arch. dép. de l’Aisne, La Révolution en 200 documents, op. cit., p. 349.

25 Arch. nat., F1c III, Aisne 9, adresse du commissaire du gouvernement près de l'administration municipale de Soissons intra-muros au citoyen ministre de l’Intérieur.

26 Arch. nat., AF IV 1444, adresse de la municipalité de Laon aux consuls.

27 Arch. dép. de l’Aisne, La Révolution en 200 documents, op. cit., p. 351-352.

28 Arch. dép. de l’Aisne, L 314, arrêté de l’administration centrale de l’Aisne sur les institutions républicaines et la police des cultes du 24 messidor an VII.

29 La loi du 6 octobre 1791 prévoyait que nulle autorité ne pouvait suspendre les travaux de la campagne pendant les semences et les récoltes et la loi du 17 thermidor an VI sur l’application des institutions républicaines n’est pas revenue sur cette disposition. Enfin, la constitution de l’an III proclamait la liberté des cultes et la loi du 11 prairial an III en la réglant, permettait notamment le partage des « temples » entre les différents cultes et la possibilité de les célébrer quotidiennement.

30 Arch. nat., F1c III, Aisne 3, le 17 thermidor an VII.

31 Arch. nat., F1c III, Aisne 3, le 27 vendémiairean VIII.

32 Arch. dép. de l’Aisne, L 315

33 Arch. dép. de l’Aisne, L 564, lettre du ministre de l’intérieur à l’administration centrale de l’Aisne, 8 brumaire an VIII.

34 Arch. dép. de l’Aisne, L 562, lettre de Fouché à l’administration centrale de l'Aisne, le 28 vendémiaire an VIII.

35 Arch. nat., F1c III, Aisne 15, le ministre de l’intérieur à l’administration centrale de l’Aisne, le 16 pluviôse an VIII.

36 Arch. nat., F1c III, Aisne 15, le commissaire du gouvernement au ministère de l’Intérieur le 23 nivôse an VIII.

37 Arch. nat., F1c III, Aisne 9, le commissaire du gouvernement au ministère de l’Intérieur, le 22 ventôse an VIII.

38 J. Bernet, « Cultes chrétiens et civiques en Picardie à l’époque de la première séparation de l’église et de l’État (1795-1801) », dans H. Leuwers et alii, Du Directoire au Consulat : l’intégration des citoyens dans la grande nation. Lille, Crhen-o, 2000, 315 p, p. 166.

39 Arch. nat., F1c III, Aisne 15, le commissaire du gouvernement au ministère de l'Intérieur le 23 nivôse an VIII.

40 Arch. dép. de l’Aisne, L 315, Arrêts des 12, 15 et 18 frimairean VIII.

41 Arch. dép. de l’Aisne, L 315.

42 Cf. L. Brassart, Du Directoire au Consulat : le département de l’Aisne. Crise et transition politique du 18 fructidor an V au 26 messidor an IX. Université de Rouen, Mémoire de DEA sous la direction du professeur Jean-Pierre Jessenne, mai 1999, 281 p, p. 159-161.

43 Arch. nat., F1c III, Aisne 15, le commissaire du gouvernement au ministère de l’Intérieur le 23 nivôse an VIII.

44 Arch. nat., F1b II, Aisne II, lettre du ministre de l’Intérieur au président de l’administration centrale de l’Aisne, pluviôse an VIII. Attribuer cette démission à un désaccord politique entre les deux parties serait erroné : Aubry-Dubochet avait depuis l’an VII exprimé son intention à son protecteur Quinette et au directeur Sieyès de quitter ses fonctions en raison de la dégradation de son état de santé et de son souhait de rejoindre Paris. C’est ce révèle notamment sa correspondance avec le directeur Sieyès dans Arch. nat., Fonds Sieyès, 284 AP 15. Lettre d’Aubry-Dubochet au directeur Sieyès, le 16 fructidor an VII.

45 Arch. nat., F1c III, Aisne 9.

46 Arch. nat., F 1c III, Aisne 15, Lettre du ministre de l’intérieur au commissaire central, le 16 pluviôse an VIII.

47 Arch. nat., F3 II, Aisne 1, frimaire an VIII.

48 Arch. nat., F7 3648 1, 26 nivôse an VIII.

49 C. Langlois, « Le plébiscite de l’an VIII ou le coup d'État du 18 pluviôse an VIII » dans AHRF, 1972, p 43-65, p. 230-246, p. 390-415. Pour le département de l’Aisne, l’auteur relève 25281 « oui » contre 6 « non » à la Constitution le 6 pluviôse et 33594 « oui » affichés officiellement par le pouvoir.

50 J.-P. Jessenne, Pouvoir au village et Révolution. Artois, 1760-1848. Lille, PUL, 1987, 308 p., p. 258.

51 Ibid., p. 259.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search