Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Les dynamiques locales d'un coup d'État

Les réactions au coup d’État de Brumaire dans l’Eure

André Goudeau

Texte intégral

  • 1 J.-L. Suissa, Le département de l’Eure sous le Consulat et l’Empire, Évreux, 1983.

1Au début de la Révolution, l’Eure avait connu des émeutes de subsistances puis, le département s’était rallié au fédéralisme normand (juin-juillet 1793) qui, dans son affrontement avec la Convention montagnarde, échoua à Brécourt. La répression terroriste y fut ensuite relativement modérée, notamment grâce à Robert Lindet. Sous le Directoire, la chouannerie se développa, souvent relayée par le pur brigandage. Après dix ans de luttes politiques marquées par des troubles, la population de l’Eure aspirait à cette sécurité indispensable au développement économique. « Brumaire eut un impact particulier dans le département, d’autant que les circonstances locales, en ce début de l’an VIII, semblaient le rendre inévitable - voire souhaitable » écrit Jean-Luc Suissa1.

2Signal du retour à l’ordre, Brumaire était-il attendu ici plus qu’ailleurs ? Comment le coup d’État y fut-il reçu ? Quelles furent ses conséquences immédiates au niveau institutionnel et dans la population ?

Le département à la veille de Brumaire

3Durant le Directoire, une agitation se manifesta de façon endémique dans l’Eure. Relevant parfois du simple brigandage mais le plus souvent inspirée par les royalistes et créant un climat d’insécurité dans la population, cette « malveillance » selon le mot des autorités se manifestait sous des formes différentes plus ou moins graves : diffusion de libelles et d’imprimés royalistes, destruction d’arbres de la Liberté, attaques de diligences, pillage de fermes par des « chauffeurs » ou exactions parfois suivies d'incendies et de meurtres.

  • 2 F. Renault, Robillard, le banditisme dans l’Eure sous le Directoire, Rouen, Maîtrise, 1987.

4Le brigandage fut le plus actif dans les régions boisées du Pays d’Ouche en liaison avec la grande chouannerie de l’Ouest. Robillard et sa bande s’y firent remarquer, s’attaquant particulièrement aux fonctionnaires républicains et aux acquéreurs de biens nationaux2. La désertion fut le principal aliment du banditisme.

5Les administrateurs du département n’étaient pas épargnés. Ainsi, le 6 messidor an V (24 juin 1797), alors qu’ils sortaient d’un dîner chez le Duc de Bouillon, plusieurs membres de l’administration centrale essuyèrent des coups de feu et Goubert, président, fut tué sur le coup. L’enquête piétina mais, sous le Consulat, cet assassinat fut attribué à la bande des frères Le Pelletier, agissant pour le compte de la chouannerie.

6Face à ces coups de main, les autorités semblaient désemparées. L’administration centrale du département multipliait les adresses contre les Chouans et envoyait l’un des siens dans les cantons victimes de la « malveillance ». Mais l'agitation s’étendit peu à peu dans la partie orientale du département, Raoul Gaillard, ancien déserteur, sévissant dans le Vexin et la forêt de Lyons. La situation eut tendance à se dégrader au cours de l’an VII, obligeant plusieurs membres de l’administration centrale à entreprendre une tournée générale contre les « brigands royaux ».

  • 3 D. Pingué, Jacobins et jacobinisme en Normandie orientale. Les Sociétés politiques dans l’Eure et (...)

7À l’autre extrémité de l’opinion, un courant républicain avancé subsistait dans l’Eure, héritier du réseau des sociétés populaires de l’an II étudiées par Danièle Pingué3. Ce mouvement néo-jacobin s’exprima notamment au sein des cercles constitutionnels, autorisés au lendemain de fructidor, et qui se développèrent durant l’an V. D’abord implantées dans des petites villes comme Rugles, Beuzeville, La Croix St Leufroy, Bourg-Achard, Pacy, Pont-de-l’Arche, Gaillon, Breteuil, Étrépagny, ces sociétés politiques apparurent ensuite dans des cités plus importantes comme Verneuil ou Bernay. À Evreux, deux cercles concurrents se formèrent en ventôse an VI (février 1798) : l’un nettement jacobin siégeait aux Ursulines, l’autre plus modéré se réunissant au collège.

  • 4 Bulletin de l’Eure, no 1 au no 144, Microfilm 1 Mi 31, Arch. dép. de l’Eure.
  • 5 I. Wolloch, Jacobin Legacy, the Democratic Movement under the Directory, Princeton, Princeton Univ (...)

8Dans son journal le Bulletin de l’Eure4 publié à Evreux, l’imprimeur Touquet apporta son soutien au premier, considérant l’autre club comme un regroupement de royalistes excluant les « vrais républicains ». Isser Woloch5 qui a analysé le contenu de ce périodique souligne que « Les comportements et les questions exprimées par le Bulletin de l’Eure [...] offrent une perception extraordinairement claire des opinions néojacobines. Bien que les Jacobins de l’Eure n’allèrent pas jusqu’à formuler un programme de parti, ils arrivèrent à exprimer une prise de conscience [...] à l’égard des questions politiques, morales et sociales ». Ce journal, véritable « organe des Jacobins du département », parut de frimaire an V (novembre 1796), à floréal an VI (avril 1798). Il s’en prenait aux royalistes et à leurs complices, critiquant également l’administration centrale dont le « républicanisme » lui semblait suspect. Celle-ci réagit en faisant placer des scellés sur les presses de Touquet, décision rapidement annulée par le Ministre de la Police générale. Reprenant sa campagne contre l'administration du département « Le Bulletin de l’Eure » fut finalement interdit le 2 floréal an VI (21 avril 1798).

  • 6 Arch. dép. de l’Eure, 5 L1 à 5 L4.

9Affrontant la chouannerie et en butte aux critiques du Bulletin de l’Eure, l'administration centrale connut une situation relativement stable durant le premier Directoire. Le poste de commissaire central fut confié à Crochon, avocat de Pont-Audemer qui, en juillet 1793, avait manifesté des sympathies fédéralistes. Après l’assassinat de Goubert, l’administration du département fut présidée par Langlois, ancien député à la Législative. En floréal an VI (avril 1798), Crochon fut élu aux Cinq-Cents. La place de commissaire central devenait vacante et, assailli de propositions, le Ministre de l’Intérieur choisit Savary, ancien conventionnel girondin. Toujours présidée par Langlois, l’administration centrale comprenait Pain, Guilbert, Morel et Rioust6.

10Le 3 brumaire an VII (24 octobre 1798), un arrêté du Directoire prononça la destitution de deux membres de l'administration centrale : Pain et Rioust. Éliminés pour des motifs somme toute assez flous - être « opposés aux principes républicains » - ils paraissaient avoir été victimes de vengeances. Tous deux adressèrent de longs mémoires à François de Neufchâteau, Ministre de l’Intérieur ainsi qu’au directeur Merlin de Douai, mais sans résultat.

11Savary ayant été élu au Conseil des Cinq-Cents en l’an VII (avril 1799), le poste de commissaire central devint de nouveau vacant et, le 29 floréal an VII (18 mai 1799), le Directoire y nomma Gilles Rever. Candidat malheureux lors du choix de l’évêque constitutionnel d’Évreux en 1791 puis élu député à la Législative, l’ancien curé de Conteville semblait avoir abandonné la politique active mais il accepta néanmoins de devenir commissaire du département. Parallèlement, l’Administration centrale était largement renouvelée : présidée par Lehec, elle était composée de Morel, Gattier, Harou et Dulong. Le commissaire Rever s’efforça de relancer la lutte contre la chouannerie et le brigandage.

  • 7 Arch. nat., F1 b II - Eure 2

12Peu après le coup d’État de prairial an VII (18 juin 1799), quatre membres de l’administration centrale : Lehec, Dulong, Gattier et Morel étaient destitués, décision qualifiée de « calamité publique » par la députation du département. Les ministres de l’Intérieur et de la Police générale hésitèrent pendant près d’un mois avant de trancher en faveur de la révocation. Après un mandat fort bref et tandis que la situation se dégradait toujours sur le front de la chouannerie, Rever présenta sa démission le 4 fructidor an VII (21 août 1799). Déçu par l’impuissance du Directoire, il constatait qu’on ne tenait aucun compte de ses avis, notamment à propos de la destitution des administrateurs départementaux7.

Thomas Lindet commissaire

13Étant donnée la détérioration de la situation, les candidats au poste de commissaire exécutif devenaient rares. Plusieurs députés de l’Eure : Eudes, Leroy, Langlois et Dupont (de l’Eure) proposèrent alors Thomas Lindet, ancien évêque constitutionnel d’Évreux, ex-conventionnel montagnard. Il est vraisemblable que son frère Robert, devenu ministre des finances du Directoire appuya sa candidature.

14Le 30 fructidor an VII (16 septembre 1799), Thomas Lindet accepta de s’engager aux côtés d'une administration centrale qui devait faire face à de nombreux problèmes. Amputée de deux membres, Blin et Milcent démissionnaires, elle se trouvait réduite à « trois républicains » et voyait ses bureaux complètement désorganisés. Lindet obtint la révocation du secrétaire Roussel jugé par trop négligent. Pain, évincé en octobre 1798 le remplaça et se mit au travail, réformant le secrétariat et les bureaux tandis que des fonctionnaires connus pour leurs opinions royalistes étaient renvoyés.

15Peu d’administrations municipales de canton se montraient résolues face aux « brigands royaux ». Faisant alors référence à « cet enthousiasme qui illustra les premières années de la révolution », Thomas Lindet encouragea la renaissance de comités révolutionnaires sur lesquels il pourrait s’appuyer, au grand dam de ses adversaires qui l’accusaient de vouloir revenir en 1793. Se plaignant des moyens trop faibles dont il pouvait disposer, le commissaire demandait régulièrement des secours, notamment des cavaliers. Le 16 vendémiaire (8 octobre 1799), l’administration centrale se trouvait enfin au complet puisque Vallée, commissaire à Bourgtheroulde et Delacroix, de Verneuil, avaient accepté d’en faire partie. La lutte contre les « brigands royaux » devenait la priorité.

  • 8 Arch. nat.. F1 c III - Eure 8.

16Toutefois, l’Eure se trouvait dans une situation très délicate pour les républicains comme le constatait Lindet dans son rapport au Directoire : « Dans tous les cantons de ce département, douze à quinze exceptés (L’Eure compte alors 56 cantons), le royalisme et le fanatisme ont fait des progrès rapides et si alarmants que la République n’existe plus que dans le cœur d’un très petit nombre de citoyens dont les mains sont restées pures et dont les principes sont invariables. Ces hommes brûlant toujours du même feu, toujours animés d’un amour aussi vif pour la Liberté, l’indépendance triompheraient bientôt de la multitude des contre-révolutionnaires qui ont juré leur perte, [...] si on les mettait à portée de réduire à l’impuissance de nuire les bandes éparses qui circulent dans ce département dont la réunion si elle s’opérait sur un point quelconque causerait des désastres, des malheurs plus grands que ceux dont nous avons à gémir depuis trois mois ». Puis le commissaire mettait en cause « la pusillanimité des fonctionnaires civils, l’emploi des palliatifs et des demi-mesures » et soulignait le rôle des déserteurs dans ce brigandage : « Sans exagérer, on peut porter le nombre des déserteurs de ce département à deux mille. Les mesures employées jusqu’ici contre eux sont insuffisantes. Ils se réfugient dans les bois et les forêts dont ce département est couvert. C’est à eux qu’il faut attribuer la plus grande partie des délits commis depuis trois mois. Ce sont eux qui menacent chaque jour la tranquillité publique »8.

17Suite aux attentats commis par les Chouans, l’administration centrale, alors qu’elle aurait pu le faire, n’appliqua pas la loi des otages dans le département mais une vingtaine de communes, jugées complices, furent dénoncées au Tribunal civil de l’Eure et poursuivies. Parallèlement, l’administration centrale décida d’envoyer des commissaires civils dotés de pouvoirs étendus et accompagnés de forces militaires dans chaque secteur du département. Haron fut envoyé dans l’Ouest, Delafollie eut la charge du Vexin normand tandis que Payen, lieutenant, devait se rendre dans la partie sud de l'Eure.

Brumaire et ses conséquences

  • 9 Arch. dép. de l’Eure, 12 L 11.

18Thomas Lindet et l’administration centrale n’en faisaient-ils pas trop ? Quelques jours avant le 18 Brumaire, ils avaient pris un arrêté dénonçant auprès de l’autorité judiciaire divers administrateurs du canton de Conches et les suspendant de leurs fonctions. Le Ministre de la Police générale demanda alors à l’administration du département de rapporter cet arrêté car les délits reprochés aux administrateurs de Conches remontaient au 1er germinal an V (21 mars 1797). « En les faisant revivre, vous vous exposez à alimenter les haines et à réchauffer l'esprit de parti parmi vos concitoyens » écrivait Fouché9. L’action vigoureuse menée par cette administration néo-jacobine risquait de se trouver en contradiction avec la politique de juste milieu et de réconciliation voulue par les consuls. L’arrêté fut bien rapporté le 9 frimaire an VIII (30 novembre 1799) mais l’administration centrale fit part de ses craintes : l’impunité pourrait bien encourager le crime...

  • 10 Arch. nat., F1 b II - Eure 2.

19Au lendemain du 18 Brumaire, l’administration centrale exécuta loyalement les mesures décidées par les consuls, faisant notamment afficher dans les communes la proclamation au Peuple français datée du 19 brumaire ainsi que des textes des Ministres de la Police générale et de la Justice Fouché et Cambacèrès. Mais, selon une lettre adressée à Roger Ducos, quelques jours plus tard, cette administration désapprouva le coup d’Etat. En effet, le 26 brumaire an VIII (17 novembre 1799), sept membres de la Commission législative des Cinq Cents (dont Jacqueminot, Emile Gaudin, Bara, Girot-Pouzol, Thiessé) écrivaient au consul : « Nous sommes informés par des collègues de la députation de l’Eure que l’administration centrale de ce département n’approuve pas la révolution du 18 de ce mois. La correspondance reçue parle d’un rassemblement qui a eu lieu dans le local des séances de l’administration, d’un serment à la constitution de l’an III et d’une protestation contre les derniers événements. On ajoute même que l’administration municipale d’Évreux prévenue que les mécontents voulaient faire sonner le tocsin a pris des mesures pour s’y opposer [...] »10.

  • 11 Arch. nat., F1 b II - Eure 2.

20Parallèlement la plupart des députés du département (Crochon, Le Cerf, Langlois, Savary, Guilbert et Leroy) s’en prenaient aux membres de l’administration centrale choisis par le dernier ministre de l’Intérieur du Directoire Quinette. Ils écrivaient notamment : « Depuis trois mois, notre département gémit sous le sceptre de fer [...]. Armées révolutionnaires, réquisitions, fouilles nocturnes, désarmement général, arrestations arbitraires, taxe exorbitante à l’emprunt forcé ; expulsion des meilleurs républicains, des pères de défenseurs de la patrie, d’anciens pensionnaires de l’État [...] remplacés par d’anciens membres de comités révolutionnaires de la moralité la plus douteuse, sachant à peine écrire et n’ayant pas les premières notions de l’administration et des lois »11.

21Après avoir dénoncé ces administrateurs aux « principes démagogiques », les députés du département demandaient leur destitution ainsi que celle du commissaire central. Pour les remplacer, ils proposaient le retour de Lehec, Gattier et Dulong éliminés en thermidor an VII (juillet 1799) auxquels viendraient se joindre Lereffait, ancien membre de l’Assemblée constituante et Carillon, commissaire près l’administration municipale de Verneuil. Des pétitions hostiles à l’administration centrale circulaient à Verneuil et à Evreux, la qualifiant d’« anarchiste ».

  • 12 Arch. dép. de l’Eure, 12 L 1.

22Bien que contestée, l’administration centrale poursuivant sa lutte contre les « brigands royaux », dut faire face à l’occupation de Pacy-sur-Eure. En effet, les activités royalistes n’avaient pas cessé avec Brumaire et le 3 frimaire an VIII (le 24 novembre 1799), des Chouans dirigés par Hingant de Saint-Maur n’hésitèrent pas à occuper cette petite ville proche d’Evreux, y volant des fonds et des uniformes. Puis, entraînant avec eux quelques otages, ils se replièrent vers Dreux, pourchassés par des gendarmes et des gardes nationaux. Plusieurs accrochages eurent lieu entre Chouans et républicains dans la vallée d’Eure, faisant plusieurs victimes dont le commandant de la Garde nationale de Pacy, Depresle12.

  • 13 Arch. nat., F1 b II - Eure 2.

23Selon les autorités de l’Eure, cette occupation ne constituait qu’une étape et, dans une lettre à Sieyès, Haron, membre de l'administration départementale, soutenait que les Chouans avaient « le projet, conçu il y a longtemps, de s’emparer du chef-lieu du département, d’égorger les membres composant l’administration centrale actuelle et tout ce qui s’y trouve de républicains »13.

  • 14 Arch. dép. de l’Eure, 10 L 2.

24Apprenant que les Chouans occupaient Pacy, l’administration centrale se déclara en permanence et organisa une séance publique pour la prestation de serment prescrite à la loi du 25 brumaire (16 novembre 1799). Dans son discours, Lindet, commissaire du Gouvernement, centra son propos sur l’audace des « brigands royaux » et sur les complicités dont ils bénéficiaient, notamment dans la ville d’Évreux. Pour sa part, le président Morel tint des propos tout à fait conformes au discours officiel : « La Révolution du 18 Brumaire nous promet enfin le calme après de longues tempêtes [...]. Ces événements inopinés ont placé le Gouvernement dans des mains habiles et couvertes de gloire, notre garantie repose sur les gages qu’elles ont donnés à la liberté publique, ce serait une injure de douter de leurs desseins »14.

25L’administration centrale et son commissaire se retrouvèrent le 6 frimaire an VIII (27 novembre 1799) pour une cérémonie civique organisée à Évreux afin de rendre hommage aux victimes républicaines tuées dans les affrontements avec les Chouans suite à l’occupation de Pacy. Après un discours du Président Morel, on y brûla en public les proclamations royalistes d’Hingant de Saint-Maur et de Williamson.

L’administration centrale destituée

  • 15 Né à Alençon en 1768, ancien professeur au collège de cette ville, Desprez avait servi en Vendée s (...)

26Conformément à l’article 4 de la loi du 19 brumaire an VIII (10 novembre 1799), un délégué des consuls fut envoyé dans chacune des vingt-cinq divisions militaires. Il devait renforcer l’assise du nouveau régime en écartant ses adversaires déclarés. Dans la quinzième division, qui comprenait les départements de la Seine Inférieure, de la Somme et de l’Eure, le délégué, prenant le titre de « représentant du peuple », fut Guillaume Desprez, élu de l’Orne au conseil des Cinq-Cents15.

27Peu de temps après sa nomination, Desprez, fut soumis à la pression de la plupart des députés de l'Eure qui reprenaient les critiques déjà signalées à l’encontre de l’administration centrale du département. Lui étaient reprochées ses méthodes héritées de 1793, en particulier la volonté de s’appuyer sur « ces espèces de comités révolutionnaires composés de tous les hommes les plus immoraux établis dans chaque canton ». Les députés estimaient que « la cause des malheurs qui affligent le département de l'Eure est dans la composition de l’administration centrale [...] la journée du 18 brumaire n’a point encore été sentie dans notre département. Nous gémissons sous le poids de l’oppression. Chacun vous désire et vous appelle comme le restaurateur de l’ordre et de la tranquillité ».

  • 16 Arch. dép. de l’Eure, 10 L 5.

28Arrivé à Évreux le 11 frimaire an VIII (2 décembre 1799) Desprez, reçu avec les honneurs militaires, assista à la cérémonie civique de présentation du drapeau destiné au 1er bataillon auxiliaire du département et rencontra les membres de l’administration centrale sans leur faire part, semble-t-il, d’aucune critique16. Pourtant, quelques jours plus tard, le 15 frimaire an VIII (6 décembre 1799), le délégué des consuls décidait par arrêté la destitution complète des cinq membres de l’administration centrale : Morel, Haron, Vallée, Delacroix et Delafollie ainsi que du commissaire Lindet. L’Eure fut le seul des trois départements placés sous l’autorité de Desprez où l’administration centrale fut ainsi révoquée.

29Cette suspension provoqua de vives réactions dans l’opinion républicaine du département. Les intéressés réagirent les premiers auprès du ministre de l’Intérieur, lui rappelant leur bilan positif tant en ce qui concerne la lutte contre les Chouans que la constitution du 1er bataillon auxiliaire de l’Eure. Ils estimaient surtout que le délégué Desprez avait été manipulé par « une coterie d’intrigants qui n’aiment la République que pour les places qu’elle donne et les places pour l’argent qu’elles procurent ». Ils mettaient nommément en cause Vallée, ancien conventionnel, mais surtout Lecerf, député de l’Eure aux Anciens. Selon les administrateurs destitués, la décision les concernant avait été prise le 3 frimaire (24 novembre 1799) au cours d’un dîner parisien auquel participaient Lecerf et Desprez. D’ailleurs le bruit de la révocation de l’administration départementale courait à Évreux plusieurs jours avant l’arrivée du délégué des consuls.

  • 17 Arch. nat., F7 7691.

30De son côté, le commissaire Thomas Lindet réagit vigoureusement, estimant cette suspension imméritée. Le 15 frimaire (6 décembre 1799), il écrivait : « Une main invisible nous frappe, le délégué des consuls de la République que nous n’avons pas vu dans nos séances, qui ne nous a pas notifié même ses pouvoirs, suspend [...] tous les membres de l’Administration centrale ainsi que le commissaire du gouvernement. ». Dans une seconde lettre datée du lendemain, il critiquait la manière dont les membres de l'administration centrale avaient été informés de la décision de Desprez : « comme s’il s’agissait d’une expédition militaire, il charge l’adjudant commandant le département de le notifier et de le mettre à exécution »17.

31La destitution de l’administration centrale provoqua également de vives réactions parmi les républicains de l’Eure. Contrairement à la plupart des députés du département qui lui avaient manifesté leur hostilité, Dupont (de l’Eure) membre du Conseil des Cinq-Cents, soutenait l’administration du département et son commissaire Lindet.

  • 18 Arch. nat., F7 7691.

32Dès le 20 frimaire an VIII (11 décembre 1799), Dupont réagit auprès du ministre de la Police générale. Il soulignait l’action positive de l’administration centrale, reconnue récemment par plusieurs ministres l’ayant même félicitée. Comme les administrateurs destitués, Dupont dénonçait le rôle des « contre-révolutionnaires, réacteurs, caméléons politiques » ayant influencé le délégué des consuls18.

  • 19 BNF, 4-L 2c (736-738).

33Il prit d’ailleurs position dans le numéro du 22 frimaire an VIII (13 décembre 1799) du Journal des Hommes libres, déclarant : « Je suis convaincu que les consuls, trop grands pour faire servir leur autorité à des vengeances individuelles, trop justes pour frapper des hommes dévoués à la République, ne confirmeront pas la destitution d'une administration qui vient de sauver son pays des horreurs de la guerre civile, de battre les Chouans, d’envoyer un bataillon de conscrits aux frontières »19. Le député, comptant sur l’impartialité des consuls, souhaitait connaître les motifs de cet arrêté. Accompagnant sa requête de lettres de républicains indignés, le député aux Cinq-Cents renouvela sa demande aux deux ministres de l’Intérieur successifs Laplace et Lucien Bonaparte. Dupont espérait que les consuls annuleraient la décision du délégué mais ces derniers, s’apprêtant à nommer un préfet dans chaque département, ne revinrent pas sur la position du délégué, forcément provisoire.

34Pour remplacer l’administration néo-jacobine, Desprez avait nommé : Lehec, Gattier, Dulong, administrateurs destitués quelques mois plus tôt, auxquels venaient s’adjoindre Carillon ex-commissaire près du canton de Verneuil et Lereffait, ancien constituant tandis que Lecerf, élu aux Anciens, occupait le poste de commissaire du Gouvernement. Avec Lehec comme président, la nouvelle administration centrale qui rétablit Roussel dans ses fonctions de secrétaire, déclarait le 19 frimaire an VIII (10 décembre 1799) : « Le 18 Brumaire faisant évanouir le projet d’une faction désorganisatrice a fait naître les plus douces espérances... »

35Les nouveaux administrateurs dénoncèrent les « actes arbitraires » de leurs prédécesseurs, notamment certaines arrestations opérées sur ordre des commissaires civils Haron et Delafollie envoyés par l’ancienne administration centrale. Parallèlement, elle rétablit dans leurs fonctions les administrateurs destitués par l’administration centrale néo-jacobine comme ceux du Vaudreuil ainsi que différents agents municipaux. La destitution de l’administration municipale d’Évreux, demandée par l’administration départementale jacobine ne fut pas mise à exécution sur intervention du nouveau commissaire Lecerf. Parallèlement les administrateurs républicains d’opinion avancée étaient révoqués. Ainsi, les commissaires et quatre agents du canton de Bourgthetroulde furent-ils renvoyés, de même que le commissaire près du canton et celui de l’administration cantonale de Brionne.

  • 20 Arch. nat., F7 7691

36Peut-être inquiet de ces représailles, Fouché mit en garde la nouvelle administration centrale contre tout esprit de vengeance, leur rappelant que « les premiers magistrats de la République se sont prononcés contre toute réaction »20.

La mise à l’écart des néo-jacobins

37Même si la destitution de l’administration centrale néo-jacobine, décidée par le représentant des consuls, provoqua des réactions indignées parmi les républicains du département, Brumaire fut, semble-t-il, généralement accueilli avec une certaine indifférence dans l’Eure. Le souvenir des victoires de Bonaparte, l’aspiration à la sécurité et l’indifférence à l'égard du régime directorial peuvent expliquer cette acceptation tacite du coup d’État. Dans ce climat d’approbation passive. Brumaire ne suscita pas d’opposition importante parmi les néo-jacobins de l’Eure.

38Pour une opinion lassée par les changements intervenus depuis dix ans, ce coup d’État fut souvent interprété comme marquant la fin du processus révolutionnaire. Dans ces conditions, pourquoi continuer à utiliser le calendrier républicain, marquant profondément la vie quotidienne ? Et pourquoi ne pas se débarrasser complètement de ce calendrier déjà si mal appliqué ? Dans le canton de Tilly, un bruit se répandit au lendemain de Brumaire : les fêtes décadaires allaient être supprimées et l’on allait pouvoir travailler dans les champs le jour du décadi. Attribué aux « ennemis du gouvernement », cette rumeur inquiéta le commissaire du Gouvernement d’autant que, dans le même temps, les ministres du culte n'hésitaient plus à faire sonner les cloches. Les administrateurs d’Evreux eux-mêmes déclaraient le 20 nivôse an VIII (10 janvier 1800) que les institutions républicaines allaient tomber dans l’oubli et engageaient le commissaire de police à ne plus s’opposer à l'ouverture des boutiques le décadi.

39Parfois, Brumaire fut accueilli avec joie et certains administrateurs de canton applaudirent au coup d’État. Ainsi, Dagonnet, commissaire auprès de l’administration d’Écouis faisait-il part de son enthousiasme au consul Sièyes dès le 23 brumaire an VIII (14 novembre 1799). Il célébrait le nouveau gouvernement, « habile médecin », seul capable de guérir les maladies dont souffrait le pays. Pour lui, dans sa quasi-unanimité, le peuple apportait son soutien au pouvoir des consuls et l’approbation du coup d’État allait de pair avec une profonde hostilité envers l’administration centrale néo-jacobine formée de « partisans de l’affreux régime de Robespierre ». Même son de cloche parmi certains agents municipaux comme celui du Bec qui demandait la réintégration des administrateurs destitués par le Directoire « au nom de la nouvelle révolution qui vient de s’opérer ».

  • 21 Arch. nat., F7 7698.

40Pourtant, une opposition à la mise en place du Consulat se manifesta tout de même parmi les néo-jacobins. Il subsistait dans le département des noyaux républicains avancés, héritiers des anciens cercles constitutionnels. Comme ce club existant à Étrépagny, dans le Vexin normand, qui regroupait une vingtaine de membres selon un rapport du commissaire du gouvernement près du canton d’Écouis. Qualifiés d’« anarchistes », les responsables de cette société politique étaient Lemable, ancien commissaire à Étrépagny, Vaudran ex-président de l’administration de canton et Dubois, commissaire du canton de Suzay. Ce club se réunissait à Étrépagny, chez l'aubergiste Lavertu, ou dans des communes environnantes : Richeville, Suzay ou au hameau du Doux Ménil et au Prieuré situé sur Hacqueville21.

  • 22 Arch. dép. de l’Eure, 12 L 11.

41Les militants néo-jacobins du département avaient conservé des liaisons entre eux puisque le responsable du club d’Etrépagny faisait de fréquents séjours à Évreux tandis que Delafollie, administrateur du département ayant été nommé commissaire civil pour le Vexin, se rendit à plusieurs reprises à Etrépagny. Au cours de ces réunions une liste de proscription comportant quatre-vingts noms aurait été élaborée et l'on y tint des propos hostiles au Premier Consul : « Le général Bonaparte est un intrus, il faut s’opposer au changement qu’il veut introduire dans le gouvernement et il ne faut pas accepter la nouvelle constitution »22.

  • 23 Arch. dép. de l'Eure, 12 L 11.

42Justement, la consultation sur l’adoption de la constitution de l’an VIII fut l’occasion pour des administrateurs du canton de Pont-Saint-Pierre de manifester leur opposition au régime issu de Brumaire. En effet, l’administration municipale et quelques agents municipaux du canton n’avaient mis à la disposition des électeurs qu’un seul registre sur lequel ne seraient portés que les refus. Le Ministre de la Police générale, informé de cette pratique, demanda à l’administration centrale de prononcer la suspension provisoire de ces administrateurs afin que soient « ramenés à des idées plus libérales des citoyens égarés par le prestige des passions révolutionnaires »23.

43Nommé le 19 ventôse an VIII (10 mars 1800), le nouveau préfet, Masson de Saint-Amand eut la charge de mettre en place les nouvelles institutions départementales prévues par le Consulat, c’est à dire le conseil de préfecture et le conseil général.

  • 24 F. Pascal, L’économie dans la Terreur Robert Lindet (1746-1825) Paris, Éditions SPM, 1999.

44Aucun des membres de l’administration centrale néo-jacobine destituée par Desprez ne trouva un poste parmi les notables du département, qu’il s’agisse de Morel, Haron, Vallée, Delacroix, Delafollie ou du commissaire Lindet. Avec Brumaire, on assista en effet à la retraite politique de Thomas Lindet. D’ailleurs son frère Robert, ministre des finances à la fin du Directoire et absent de l’Eure depuis plusieurs années, abandonna également toute activité publique24. Ainsi, après le coup d’État, sans que des mesures répressives aient été prises, les néo-jacobins ayant désapprouvé le coup d’État disparurent de la scène politique.

45Dans les nouvelles institutions, il n’y avait plus place que pour les républicains « brumairiens » ralliés au nouveau régime. Ainsi, plusieurs membres de l’administration centrale nommée en frimaire an VIII (décembre 1799) par le délégué Desprez retrouvèrent un poste. Lehec, dernier président, et Carillon entrèrent au conseil de préfecture tandis que Lereffait était nommé au conseil général du département. Pour sa part Gattier devint sous-préfet de Bernay. Seuls Dulong et le commissaire du gouvernement Lecerf ne retrouvèrent pas de place dans les nouvelles institutions départementales. Mais ce dernier, membre du Conseil des Anciens, qui avait approuvé le coup d’État, entra au Corps législatif.

46Deux autres anciens commissaires exécutifs près de l’administration centrale qui avaient également accepté le 18 brumaire, siégèrent au Corps législatif. Il s’agissait de Crochon, ancien membre du Conseil des Cinq-Cents et de Savary qui avait été un conventionnel girondin avant de siéger lui aussi aux Cinq-Cents. Langlois, ancien président de l’administration du département, élu aux Anciens en 1799 fut lui aussi appelé au Corps législatif. Une fois les néo-jacobins éliminés, ces républicains « brumairiens » allaient pouvoir s’intégrer à ce corps de notables qui constitua le nouvel encadrement de la société et forma l’assise sociale du nouveau régime.

Notes

1 J.-L. Suissa, Le département de l’Eure sous le Consulat et l’Empire, Évreux, 1983.

2 F. Renault, Robillard, le banditisme dans l’Eure sous le Directoire, Rouen, Maîtrise, 1987.

3 D. Pingué, Jacobins et jacobinisme en Normandie orientale. Les Sociétés politiques dans l’Eure et la Seine-Inférieure (1790-1795), Rouen, thèse, 1996.

4 Bulletin de l’Eure, no 1 au no 144, Microfilm 1 Mi 31, Arch. dép. de l’Eure.

5 I. Wolloch, Jacobin Legacy, the Democratic Movement under the Directory, Princeton, Princeton University Press, 1970, p. 187-205 et p. 296-297.

6 Arch. dép. de l’Eure, 5 L1 à 5 L4.

7 Arch. nat., F1 b II - Eure 2

8 Arch. nat.. F1 c III - Eure 8.

9 Arch. dép. de l’Eure, 12 L 11.

10 Arch. nat., F1 b II - Eure 2.

11 Arch. nat., F1 b II - Eure 2.

12 Arch. dép. de l’Eure, 12 L 1.

13 Arch. nat., F1 b II - Eure 2.

14 Arch. dép. de l’Eure, 10 L 2.

15 Né à Alençon en 1768, ancien professeur au collège de cette ville, Desprez avait servi en Vendée sous la Révolution puis comme commandant au bataillon d’Angleterre.

16 Arch. dép. de l’Eure, 10 L 5.

17 Arch. nat., F7 7691.

18 Arch. nat., F7 7691.

19 BNF, 4-L 2c (736-738).

20 Arch. nat., F7 7691

21 Arch. nat., F7 7698.

22 Arch. dép. de l’Eure, 12 L 11.

23 Arch. dép. de l'Eure, 12 L 11.

24 F. Pascal, L’économie dans la Terreur Robert Lindet (1746-1825) Paris, Éditions SPM, 1999.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search