Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Les dynamiques locales d'un coup d'État

Le 18 Brumaire au Havre : l’impossible coup d’État

Éric Saunier

Texte intégral

Préambule

1La recherche que nous avons effectuée autour de la question de la place du moment brumairien dans l’évolution de la vie politique au Havre, dans le cadre d’un observatoire réduit mais stratégique, en raison de l’intensité de l'expression de la vie politique locale depuis 1789 et de la position de port de guerre tourné vers l'Angleterre occupée par cette ville, nous a en premier lieu conduit à regarder les attendus de l’historiographie... et c’est l'attention portée sur celle-ci qui, nous amenant rapidement à dresser deux constats sur lesquels nous reviendrons puis à adopter une démarche critique, a constitué la ligne directrice de nos développements et, à terme, la teneur des conclusions auxquelles nous avons abouti.

2Il ressort de celles-ci que, plus qu’un moment attendu et salué dans l’enthousiasme par les notables havrais, le 18 Brumaire fut surtout un coup d'état manqué s'inscrivant dans un mouvement historique d’ensemble marqué par des échecs répétés dans les tentatives successives de stabilisation politique et sociale menées par les détenteurs du pouvoir central entre Thermidor et la chute de l’Empire dans une ville porteuse d’une solide tradition d’autonomisation des pouvoirs locaux.

  • 1 Les références bibliographiques presque exclusives sur le sujet restent deux ouvrages généraux : A (...)
  • 2 J. Legoy, op. cit., p. 19-32.

3Sur le plan historiographique, la première caractéristique est incontestablement le fait que l’épisode brumairien, localement, est l'objet d'une vision dans laquelle, tout comme pour l’ensemble de la période impériale1, il apparaît à la fois très négligé en tant que tel et accrédité comme étant un simple moment d’ouverture ouvrant sur une période de grandes difficultés. En effet, quand de rares historiens osent timidement considérer la séquence napoléonienne, celle-ci est invariablement l’objet d’une vision très noire due au fait que les auteurs cristallisent majoritairement leurs analyses autour des problèmes économiques2 particulièrement aigus à partir de la fin de l’année 1810, dans une ville déjà touchée par la concurrence d’outre-Manche depuis la fin de l’Ancien Régime, mais privée à partir des années 1790 de l’échappatoire coloniale en raison du désastre de Saint-Domingue. Dans ce contexte, les auteurs valorisent presque naturellement les seules incidences dévastatrices liées à l’application du Blocus Continental.

4Le second trait caractérisant l’historiographie est plus banal, mais prolonge presque inévitablement le premier : en effet, le 18 Brumaire havrais est vu comme le simple entérinement d’un fait déjà accompli, comme la fin de l’attente de l’épée salvatrice nécessaire pour asseoir le pouvoir de notables locaux qui seraient restés attachés au régime napoléonien, sans une donne économique locale détériorée par les évolutions du conflit franco-anglais. De fait, il semble bien que l'unique intérêt porté à la conjoncture décrite plus avant facilite cette lecture.

5Pourtant, partant d’une démarche critique constatant les faiblesses de l’historiographie et porteuse d’une approche désirant conceptualiser véritablement l'événement avec la connaissance que nous avons des mentalités des élites locales et des rapports sociaux existants dans cette ville, l'examen de la situation, si nous acceptons tout à la fois de croiser les sources, d'abandonner l'apriorisme de la supériorité du politique considéré sous un angle réducteur et d'insérer Brumaire dans un cadre chronologique élargi au Second Directoire et à la période de mise en place des institutions napoléoniennes, nous pouvons alors proposer une toute autre vision de cet événement havrais, vision dont la compréhension exacte ramène à terme à la manière dont la Révolution a pu perturber l’ensemble des comportements culturels des acteurs locaux.

I- Le 18 Brumaire au Havre : un événement borné par une opinion insoumise

6La volonté de regarder Brumaire comme un possible moment de rupture ou de continuité avec, en filigrane, la question de l’émergence ou non d’une stabilisation politique et sociale, inscrit notre réflexion dans le cadre d’une analyse globale induisant de fait de considérer, en amont, la tentative de stabilisation directoriale et, en aval, la situation ouverte par le coup d’état vers le Consulat et le Premier Empire.

  • 3 Présentation exhaustive de ces sources dans R. Bénard, Rapports de pouvoir et contrôle politique a (...)
  • 4 Arch. comm. du Havre, fonds révolutionnaire, série I, sous-série 21 ; 216 (rapports mensuels et dé (...)
  • 5 Parmi les 46 rapports étudiés (R. Bénard, op. cit., pp. 65-73), onze d’entre eux font ouvertement (...)
  • 6 Il s’agit d’Emmanuel Guillaume Walter. Voilier, d’origine suisse, comparant aux États généraux pui (...)

7À l’amont, on connaît la tentative infructueuse mais réelle du Directoire et de ses agents en vue d’imposer un contrôle social et politique et surtout les écueils qui se dressent pour celui qui essaie de saisir la concrétisation de celle-ci en observant les situations locales. Au Havre, on n’échappe pas ainsi aux difficultés liées au fait que les sources émanent majoritairement d'un pouvoir local désireux de répondre positivement, bon gré mal gré, à la demande pressante d’assurance de la tranquillité publique émanant des agents du pouvoir. Pourtant, la soumission à l’examen de l’ensemble des sources mobilisables3 émanant des représentants des pouvoirs municipaux et des pouvoirs de police, dans une perspective comparative, montre rapidement que la parole rapportée par les premiers, et la seule qui remonte in fine vers le pouvoir central, révèle très imparfaitement la réalité d’une situation bien moins stable qu’il n’y paraît. Les rapports de police, notamment les rapports décadaires transmis aux autorités municipales sous le Second Directoire4 pour permettre au gouvernement de mieux connaître les mouvements quotidiens de l'opinion et de lui rapporter une vision plus exacte de ceux-ci, montrent en effet une réalité différente prouvant que, dans le contexte d’une cité très fortement marquée antérieurement par la jacobinisation des idées et des pratiques puis par la force de la réaction thermidorienne qui s’ensuivit, la tentative de stabilisation par un gouvernement du juste milieu fut un échec total. Ainsi, la comparaison entre les rapports mensuels transmis par la municipalité et les rapports décadaires des commissaires de police entre nivôse an VII et brumaire an IX destinés à faciliter la tâche de celle-ci, révèle, et tout particulièrement en l’an VII, l’incapacité des autorités à faire régner l’ordre malgré la relative proximité du coup d’état du 18 Fructidor. Dans un nombre non négligeable de ces rapports5, on voit ainsi émerger, à travers les références ouvertes aux séditions et insoumissions d’une opinion fortement influencée par la propagande royaliste, l’inquiétude d’un commissaire républicain6 face à des manifestations qui facilitent le jeu des conservateurs tentés par la Restauration de la monarchie. C’est d’ailleurs l'émergence de cette menace royaliste, plus que l’échec de la stabilisation à proprement parler, qui constitue le fait le plus prégnant caractérisant la situation havraise à la fin du Directoire et cela mérite que l’on s’arrête quelque peu sur celle-ci en raison des implications qu’elle semble avoir eu aux lendemains du 18 Brumaire. L’opinion anti-révolutionnaire met en effet au Havre l’existence d’une véritable stratégie de déstabilisation politique appuyée sur deux volets servant une seule et même politique, et dont on doit souligner la force et l’efficacité. Le premier pan repose, dans un contexte d’autonomisation ancienne des pouvoirs locaux au Havre, sur la maîtrise continue des équipes municipales installées depuis le 9 Thermidor jusqu’au 18 Brumaire. Si le fait est peu étonnant sous le Premier Directoire, l’analyse minutieuse de la composition et des changements intervenus au sein des équipes municipales à partir du 18 Fructidor révèle ainsi non seulement le maintien de l'hégémonie quasi-absolue du monde du grand négoce local sur la municipalité mais aussi le maintien au pouvoir des éléments politiquement les plus conservateurs.

Les officiers municipaux havrais sous le second Directoire

Noms

Prénoms

Professions

Mandats (date)

ANCEL

Daniel-Denis

Négociant

Floréal an VII-messidor an VIII

BELLANGER

Pierre-Marie

Capitaine de navire

Germinal an V-fructidor an V

DELAHAYE aîné

Jacques-Robert

Négociant

Fructidor an V-pluviose an VI

DELAMARE

Jacques-Armand

Homme de loi

Germinal an V-fructidor an V

DELONGUEMARE aîné

Jacques-Jean

Négociant

Germinal an V-pluviose an VI

DUBUC

Jean-Baptiste

Négociant

F’ructidor an V-messidor an VIII

FORTIN

Pierre-François

Négociant

Fructidor an V-floréal an VI

GLIER

Marie

Germinal an V-floréal an VII

ISABELLE

Étienne-Grégoire

Rentier

Floréal an VI-thermidor an VIII

LACORNE

Alexandre-Nicolas

Avocat

Fructidor an V-floréal an VII

LARTOIS

Louis-Henry

Négociant

Floréal an Vll-messidor an VIII

LESTOREY DE BOULONGUE

Pierre-Benjamin

Négociant

Germinal an V-fructidor an V

LETHUILLIER fils

Charles-Hervé

Commis de négoce

Germinal an V-floréal an VII

MONDEY

Jean-Baptiste

Négociant

Thermidor an VIII-messidor an Vlll

PETIT

Pierre

Négociant

Brumaire an VllI-messidor an VIII

RIALLE

Jacques-Ambroise

Négociant

Germinal an V-fructidor an V

SAVARY

Pierre-Jean

Coutelier

Ventôse an VI-floréal an VII

TIECHARD

François-Nicolas

Ventôse an Vl-floréal an VII

  • 7 Jacques Rialle, élu maire en novembre 1791 jusqu’à sa destitution en septembre 1793, est la figure (...)
  • 8 C’est le cas notamment du coutelier Pierre-Jean Savary et d’Étienne Grégoire Joseph Isabelle, rent (...)
  • 9 L’expression semble particulièrement adaptée si l’on tient compte du fait que plus du tiers des né (...)
  • 10 À l’aube de la Révolution, Le Havre compte au bas mot une confrérie de dévotion restée très active (...)
  • 11 À ce sujet, voir É. Saunier, « Réaction politique et lieux de sociabilité en l’an III : l’exemple (...)
  • 12 Ibid.

8L’échec patent de l’épuration postfructidorienne, malgré l’éviction de la figure de proue de l’anti-jacobinisme local, Jacques Rialle7, est sans doute le symptôme le plus révélateur de cette situation. En effet, l’équipe municipale sortante, fortement investie par les élites anti-révolutionnaires situées dans l'entourage de Rialle, survit fort bien à une épuration qui, au final, change peu la donne. L’analyse détaillée de la recomposition de la municipalité après fructidor révèle que les membres maintenus ont tôt fait de compléter leur équipe en puisant dans l’entourage immédiat de ce dernier, puis de maintenir un véritable système de cooptation et de rotation interne destiné à évincer avec succès quelques éléments rétifs à leur politique8. Toutefois, à côté de l’administration municipale devenue un véritable bastion des nostalgiques de l’Ancien Régime9 unis par la défense d’intérêts communs et qui, par sa duplicité, favorise la déstabilisation impulsée par les cryptoroyalistes, l’opinion anti-révolutionnaire a également su s’appuyer, dans cette ville de très forte tradition de vie associative depuis la fin de l’Ancien Régime10, sur un réseau de lieux de sociabilité, diversifiés dans les raisons sociales annoncées mais à la fois liés par leur capacité réelle à faire converger un groupe idéologiquement uni autour d’un contre-projet politique commun et bien connecté avec les équipes municipales successives11. Ce réseau informel recouvre les noyaux restés actifs rassemblés autour d’un « triptyque » agissant au grand jour jusqu’au 18 Fructidor : celui-ci est composé initialement des loges maçonniques où le débat politique s’est replié après la fermeture des sociétés populaires12 en l’an III et où le bras de fer engagé entre anciens jacobins et représentants des vieilles loges élitistes d’Ancien Régime, retournés en maçonnerie pour en découdre avec les premiers, tourne largement à l’avantage des seconds, un cabinet de lecture resurgi de ses cendres de manière éphémère mais stratégique en l'an V et surtout un Institut Philanthropique local, les deux dernières structures étant fort bien reliées avec une fraction de la maçonnerie havraise. De ce tableau, on peut donc conclure aisément que le 18 Brumaire intervient potentiellement non pas comme un événement attendu par une opinion lasse et résignée mais bien comme un moment situé dans un contexte de politisation larvée mais intense posant ainsi les jalons d'une possible résistance.

  • 13 Arch. comm. du Havre, fonds moderne, série F, sous-série 2 F : 13 F2/1 et 13 F2/2.
  • 14 Arch. comm. du Havre, fonds moderne, série K, sous-série 3 K : 3K 1. Voyages du Premier Consul au (...)
  • 15 À ce sujet, voir le mémoire de maîtrise de J. Vallin, Les conscrits havrais de la fin du Premier E (...)
  • 16 J. Vallin, op. cit., p. 56-64.

9À l’autre bout, le Consulat et la période impériale. Ici, l’analyse des choses montre, derrière d’autres apparences révélées par les rapports préfectoraux, la réalité d’un processus très précoce d’affaiblissement du contrôle social. À tel point que l’expression habituellement employée de « désenchantement de la fin de l’Empire » perd au Havre toute sa validité tant les phénomènes de sédition ou d’attiédissement du culte impérial semblent émerger dès les lendemains même du 18 Brumaire. À l’appui de cette affirmation, maints signes montrés par le corps social : nous retiendrons ici seulement deux exemples forts qui concernent les attitudes des groupes sociaux constituant au Havre, plus en théorie qu'en pratique, les masses de granite, à savoir le monde négociant et celui de l’armée. Du côté du premier, on relève avec attention les paroles échappées lors de la recomposition des organismes régissant le commerce local et qui trahissent un tiède enthousiasme13 contrastant, au même moment, avec le discours figé et obligé que les mêmes hommes en représentation prononcent à l’occasion de la venue du Premier Consul au Havre en l’an XI14. En contre jour du discours normatif et sans surprise, les opinions exprimées par ces négociants confrontés au quotidien à la remise en place d’une activité économique régulière dans le cadre d’un pays en guerre se caractérisent dès le Consulat, plus que par la dénonciation obligée d’Albion ou l’apologie de la paix, par un déficit remarquable de reconnaissance envers les mérites personnels du Premier Consul. De son côté, l’attitude des militaires, si l’on s’en tient à l’analyse des attitudes montrées face à la conscription15, particulièrement convaincante en raison de la possible mobilisation des sources au Havre, met en évidence à la fois la force mais aussi la précocité des séditions et résistances traditionnelles. Elles émergent bien sûr au grand jour à partir de 1810 mais on voit apparaître, par le biais notamment de la généralisation précoce de l’inscription maritime, une fragilisation bien plus rapide du contrôle social. Dès 1806, on remarque en effet que cette pratique, qui permet d'échapper aux affres plus contraignantes de la conscription, est suffisamment répandue pour susciter tout à la fois l’attention et la réprobation du préfet à l’encontre des Havrais. De plus, le fait que cette pratique concerne majoritairement les enfants des classes les plus élevées de la société16 répond en écho aux paroles des négociants, et cela confirme la profondeur des réticences des gens de négoce à l'encontre du régime napoléonien.

10Au final, aux deux extrémités de l'événement brumairien, on observe donc une seule et même situation marquée par la fragilité du contrôle social et cela invalide l’idée même de stabilisation impériale et consulaire dans cette ville portuaire. Dans ce contexte, nous comprenons mieux pourquoi le moment brumairien stricto sensu apparaît bien comme un coup d’état manqué, constat qui nous renvoie à terme à la question de l’évolution des mentalités politiques des élites havraises durant l’ensemble de la période révolutionnaire.

II- L’événement brumairien : autopsie et réflexions autour d’un coup d’état manqué

  • 17 Arch. comm. du Havre, fonds moderne, série D, sous-série 3D : 3D 2.

11On sera donc peu surpris, en raison de la description de l'instabilité ininterrompue bornant l’événement, de voir émerger le 18 Brumaire non pas comme la rupture stabilisatrice attendue mais bien comme un coup d’état sans véritable effet politique. Certes les apparences plaident, au Havre comme ailleurs, en faveur d’une vision montrant que l’événement fut souhaité et applaudi17 mais, rapidement, derrière les remerciements convenus des représentants des élites locales bientôt réaffirmés lors du voyage havrais du Premier Consul, l’analyse montre que les comportements observés restent les mêmes avant et bien après la mise en place du Consulat. Le nouveau régime se révèle alors incapable de placer au pouvoir de façon durable des hommes qui lui sont véritablement acquis et, s'il reste exact que Brumaire répond à très court terme à la nécessité pour le pouvoir de se prémunir sur sa gauche, ses effets politiques ne constituent pas pour l'avenir l’assurance de la mise en place d’un socle suffisamment solide pour garantir la pacification. La constitution en deux temps des équipes municipales témoigne de fait d’une très faible modification dans les rapports de force.

Les lendemains du 18 Brumaire au Havre : Les conseillers municipaux de l’an VIII à l’an XII

Noms

Professions

Date de nomination

Confirmation

ACHER Léonard-Auguste

Négociant

11 prairial an XII

BELLAN François

Orfèvre

1er Jour complémentaire an VIII

en l'an XII

BOULENGER

Commis négoce

1er Jour complémentaire an VIII

CAHIERRE Prosper

Drapier

1er Jour complémentaire an VIII

CHAUSSEE Augustin

Administrateurhospices

11 prairial an XII

CHAUSSE Florentin

Rentier

1er Jour complémentaire an VIII

COLOMBEL Jacques-R.

Négociant

11 prairial an XII

CORNET

Rentier

1er Jour complémentaire an VIII

DELAHAYE J.-Baptiste

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

en l'an XII

DELARBRE Charles

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

DELONGUEMARE Jac.

Directeur demanufacture

11 prairial an XII

DESPONDS Charles

Ancien officier demarine

11 prairial an XII

DUBOC DE LESSART G.

Quincaillier

11 prairial an XII

DUBUC Jean-Baptiste

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

DUCHEMIN Michel

Epicier

1er Jour complémentaire an VIII

DUVAL P.-Philippe

Négociant

11 prairial an XII

FAURE Pierre-Joseph

Ex-Conventionnel

11 prairial an XII

FERAY Jean-Baptiste

Négociant

11 prairial an XII

FERRY DE LA FRAYE J.

Manufacturier

1er Jour complémentaire an VIII

GENTAIES Étienne

Rentier

1er Jour complémentaire an VIII

GERMAIN Robert-J.

Négociant

11 prairial an XII

GREGOIRE André

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

LACORNE Nicolas

Avocat

1er Jour complémentaire an VIII

LAEUT François

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

LARTOIS Louis-Henry

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

en l'an XII

LEBARROIS J.-Baptiste

Banquier

1er Jour complémentaire an VIII

LECORNEY jeune

Ebéniste

1er Jour complémentaire an VIII

LEMAITRE Jean-François

Rentier

1er Jour complémentaire an VIII

en l'an XII

LEMETAY Casimir

Orfèvre

1er Jour complémentaire an VIII

LEMONNIER Etienne

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

LEPREVOST J.-Salomon

Ancien officier demarine

11 prairial an XII

LETHUILLIER fils

Rentier

1er Jour complémentaire an VIII

LONGER

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

MONDEY Jean-Baptiste

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

OPPENHEIMER Michel

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

OURSEL Jean-Louis

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

PETIT Pierre

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

PIGEON Jacques

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

REILLY Jacques

Négociant

1er Jour complémentaire an VIII

  • 18 Pour l’état d’esprit des représentants du pouvoir envers les néo-jacobins, voir Arch. comm. du Hav (...)
  • 19 Il s'agit de Daniel Ancel, actif dans les municipalités de la fin du Directoire, et de Martin Foac (...)

12À première vue, l’absence de changement sociologique et politique peut paraître normale puisque le conservatisme de l’équipe dirigeante à la fin du Directoire a de quoi plaire au pouvoir napoléonien soucieux de contrecarrer les influences néo-jacobines18 mais, dans le contexte que nous avons décrit de pouvoirs locaux très enclins à épouser les thèses les plus conservatrices, nous pourrions attendre de l'événement brumairien qu'il soit l'occasion d'un réajustement progressif dans la composition des nouvelles équipes destinées à contrôler les pouvoirs locaux. Or, il n'en est rien. Le choix fait le 20 messidor an VIII en faveur du maire Séry mais surtout de deux adjoints19 très impliqués dans le processus de développement d’une politique anti-jacobine musclée révèle plus, par les continuités qu'il implique, la supériorité de la force de la culture anti-révolutionnaire que la capacité du nouveau régime à savoir forger des instruments politiques locaux neutres et soumis.

  • 20 Ce sont Jacques-Robert Delahaye, Jean-Baptiste Dubuc, Henry Lartois, Jean-Baptiste Mondey, Pierre (...)
  • 21 Citons notamment le richissime banquier Le barrois, François Laeut, Jean-Louis Oursel, le négocian (...)
  • 22 Parmi les anciens de l'équipe municipale sous le Second Directoire, on peut citer Jacques-Jean Del (...)
  • 23 On rappellera ainsi la mission de Jacquet dont les rapports ont été analysés dans : E. Saunier,(...)

13Le choix des deux adjoints s'accompagne d'ailleurs d’une propension générale à puiser les conseillers municipaux parmi les hommes les plus violemment anti-révolutionnaires ayant exercé des mandats sous les municipalités directoriales, et cela bien au-delà de la période qui suit immédiatement le 18 Brumaire pendant laquelle la menace jacobine perdure. Ainsi, on adjoint 6 administrateurs20 choisis dans les équipes municipales actives sous le Second Directoire et dont la reconstitution des carrières montre assurément qu’ils étaient acquis à des orientations politiques proches de celles des royalistes. Et cette équipe est complétée par des hommes ayant exercé un mandat municipal durant les premières années de la Révolution et qui furent particulièrement impliqués dans la mise en place d'une politique d’endiguement du jacobinisme à partir de 1792 qui les conduisit le plus souvent dans les geôles de la Terreur21. Pour cette raison, on est en droit de poser légitimement comme une hypothèse, derrière le masque du césarisme napoléonien et la réalité du pouvoir de décision du Premier Consul, l’existence d’une prise de conscience par celui-ci des réalités locales et de la mise en place d’une stratégie adaptée à ces contingences. Le Premier Consul semble miser de fait sur l'efficacité du contrôle préfectoral pour entériner l'abandon du pouvoir qu'il est censé exercer sur la représentation locale. Le 31 janvier 1801, sont ainsi encore nommés trois conseillers22 qui étaient parmi les plus actifs dans les anciennes municipalités conservatrices. Cette idée d'une adaptation du pouvoir central est d'autant plus plausible que les agents du pouvoir ont non seulement une parfaite connaissance des rapports de force au sein de la ville mais qu’ils disposent de l'expérience de situations antérieures pouvant à la fois servir de leçon et d'objet de réflexion pour la mise place d'une attitude « pragmatique ». Le passif de Fructidor mérite ainsi d’être rappelé. En effet, à l'occasion de ce coup d'état précédent, on observe déjà l'incapacité du pouvoir central à mettre au pas les pouvoirs locaux en dépit d'une politique volontariste dont on a un écho précis par le biais des missions de police effectuées par les agents du Directoire peu avant l'événement23. Malgré l’épuration de la figure emblématique du royalisme havrais, Jacques Rialle, nous avons mis en valeur, par le biais de l'analyse de la recomposition des autorités municipales, les résultats infructueux de cette politique qui ont dû instruire les successeurs des agents directoriaux. Par le biais du maintien au pouvoir de deux à trois éléments isolés mais bien insérés dans la toile conservatrice mise en place par Rialle, les élites locales avaient ainsi été capables de reconstituer presque instantanément un « pouvoir à l'identique » jusqu'au 18 Brumaire et cet état de fait révélait déjà l’impossibilité de réaliser un coup d’état opératoire sur le plan politique quand la finalité profonde était la consolidation des acquis de la Révolution.

14L’analyse portée sur Brumaire, eu égard au contexte local dans lequel s'inscrit la période impériale, est donc sans surprise : elle confirme que l'événement constitue une simple tentative de stabilisation manquée survenue après bien d’autres et tous ces récurrents échecs nous interrogent au final surtout sur la nature des rapports sociaux existant dans cette ville comme facteur explicatif de son histoire politique. Sa connaissance peut seule éclairer le sens de l'événement brumairien qui émerge dans son développement comme un véritable paradoxe. Le tableau que nous avons dressé a en effet le mérite de mettre surtout en valeur les difficultés des élites locales à accepter la révolution bourgeoise comme élément fondateur d'un régime politique alors qu’à terme elle sera la garante de ses intérêts et cela nous interroge d'autant plus sur cette attitude.

  • 24 S. Marie, Livre et pratiques sociales en milieu portuaire au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise de (...)
  • 25 Les gens de négoce au Havre représentent près de deux tiers du recrutement des deux loges locales. (...)
  • 26 Simple commis de négoce enrichi durant la Révolution américaine, l’ascension économique de Rialle (...)
  • 27 Protégé par le marquis d'Herbouville, il devient le secrétaire de préfecture de ce dernier dans le (...)

15Essayant d’expliquer celle-ci, il nous semble bien que nous ne saurions apprécier justement la situation havraise sans renvoyer aux évolutions spectaculaires ayant touché le monde du négoce local à la fin de l'Ancien Régime : celui-ci, qui regarde de plus en plus vers le monde colonial et se lance, tardivement mais avec frénésie, dans le mirage de la traite, semble voir ses principaux acteurs prendre de plus en plus clairement conscience de leur « statut » de noblesse de substitution. L'attitude profondément originale que nous avons pu saisir à la fin du XVIIIe siècle à travers les comportements des gens de négoce au Havre face au livre24, dont la sensibilité se rapproche de manière spectaculaire de celle reconnue pour l’aristocratie, celle, tout aussi révélatrice, réfractée par le prisme de la pratique maçonnique et notamment de l’équestromanie exacerbée touchant une fraction non négligeable des initiés venus du négoce25 ou plus encore la défiance évidente de ces hommes attachés au protectionnisme envers le libéralisme économique, sont les preuves manifestes de la progression de l'adéquation qui existe entre la mentalité de ces hommes et celle de l'aristocratie d'Ancien Régime au moment même où la Révolution éclate et l’affaiblit... et cela augure mal de la capacité d'adaptation de ces hommes au nouveau cours des choses. La trajectoire politique de leur figure de proue, Jacques Rialle, résume bien cette réalité. Voici en effet un homme qui, fraîchement parvenu au sommet de la puissance et de la richesse en 178926, sera non seulement l'un des réacteurs les plus en vue au temps de la menace jacobine mais, plus encore un homme pour lequel on est frappé par l'incapacité chronique à opérer un ralliement27 durant la période napoléonienne même si beaucoup de ses amis y parviendront. Portant depuis l’épuration fructidorienne l’idéologie politique défendue par l’ancien maire réacteur, ces hommes assurent en quelque sorte la victoire posthume des nostalgiques de l’Ancien Régime puis manifestent leurs tendances profondes dans la manière dont se met en scène le 18 Brumaire et cette réalité culturelle reste selon nous la clef pour comprendre le déroulement de ce qui fut bien un impossible coup d'état.

Notes

1 Les références bibliographiques presque exclusives sur le sujet restent deux ouvrages généraux : A. Borély, Histoire de la ville du Havre. De 1789 à 1815, Le Havre, Lepelletier, 1884-1885, t. 2, p. 455-530 ; J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. 2 : Du négoce à l’industrie (1800-1914), Le Havre, Ville du Havre, 1980, p. 9-43.

2 J. Legoy, op. cit., p. 19-32.

3 Présentation exhaustive de ces sources dans R. Bénard, Rapports de pouvoir et contrôle politique au Havre du second Directoire au Consulat (1797-1800), Le Havre, maîtrise de l’Université du Havre, sous la direction d’Eric Saunier, 1999, 167 p.

4 Arch. comm. du Havre, fonds révolutionnaire, série I, sous-série 21 ; 216 (rapports mensuels et décadaires sur l’esprit public, an VII – an VIII).

5 Parmi les 46 rapports étudiés (R. Bénard, op. cit., pp. 65-73), onze d’entre eux font ouvertement référence à des troubles de l'ordre public non relayés par les rapports municipaux dressés à partir des premiers.

6 Il s’agit d’Emmanuel Guillaume Walter. Voilier, d’origine suisse, comparant aux États généraux puis électeur en août 1792, son rôle politique se développe véritablement à partir de 1793. Membre du comité de surveillance havrais entre septembre 1793 et janvier 1794, officier municipal en l’an II, membre de la Société des Amis de la Constitution puis rallié au coup d’état du 9 Thermidor, le commissaire Walter, qui pénètre la fraction de la maçonnerie acquise à l’anti-jacobinisme (il fut membre des Vrais Amis en 1796), revient à des sentiments plus républicains avec la montée de la menace crypto-royaliste à partir de cette date (voir D. Pingué, Jacobins et jacobinisme en Normandie Orientale : les sociétés politiques dans l’Eure et en Seine-Inférieure, 1790-1795, Thèse de doctorat (NR) de l’université de Rouen préparée sous la direction de Claude Mazauric, 1996, p. 1151).

7 Jacques Rialle, élu maire en novembre 1791 jusqu’à sa destitution en septembre 1793, est la figure de proue de l’antijacobinisme local avant de basculer, à l’aune de la réaction thermidorienne, vers des positions résolument conservatrices qui le rapprochent de la mouvance royaliste. Emprisonné du 26 septembre 1793 au 12 fructidor an II, élu en vendémiaire an IV au Conseil des Cinq-Cents mais déclinant ce mandat, il est l’un des animateurs de l’Institut Philanthropique local avant le 18 fructidor et retrouve parallèlement sa fonction de maire à partir du 7 germinal an V jusqu’à sa seconde destitution le 23 fructidor an V.

8 C’est le cas notamment du coutelier Pierre-Jean Savary et d’Étienne Grégoire Joseph Isabelle, rentier, nommés en floréal an VII et démissionnaires en brumaire an VIII.

9 L’expression semble particulièrement adaptée si l’on tient compte du fait que plus du tiers des négociants ayant « transité » par les fonctions municipales au Havre entre fructidor an V et prairial an XII (21 sur 59) figurent parmi les enrichis du commerce colonial entre 1785 et 1789... et les plus touchés par les incidences des troubles de Saint-Domin gue sous la Révolution (R. Bénard, op. cit., p. 49).

10 À l’aube de la Révolution, Le Havre compte au bas mot une confrérie de dévotion restée très active et ayant rassemblé plus de 400 membres au XVIIIe siècle, deux cabinets de lecture et deux loges maçonniques rassemblant plus de 200 initiés.

11 À ce sujet, voir É. Saunier, « Réaction politique et lieux de sociabilité en l’an III : l’exemple de la franc-maçonnerie havraise », dans Le Tournant de l’an III, p. 411-425.

12 Ibid.

13 Arch. comm. du Havre, fonds moderne, série F, sous-série 2 F : 13 F2/1 et 13 F2/2.

14 Arch. comm. du Havre, fonds moderne, série K, sous-série 3 K : 3K 1. Voyages du Premier Consul au Havre (brumaire an XI).

15 À ce sujet, voir le mémoire de maîtrise de J. Vallin, Les conscrits havrais de la fin du Premier Empire, mémoire de maîtrise de l’université du Havre, sous la direction d’Eric Saunier, 1999, 2 volumes.

16 J. Vallin, op. cit., p. 56-64.

17 Arch. comm. du Havre, fonds moderne, série D, sous-série 3D : 3D 2.

18 Pour l’état d’esprit des représentants du pouvoir envers les néo-jacobins, voir Arch. comm. du Havre, fonds moderne, série I. sous-série 2 1 : 21 10 (lettres de Costé à l’occasion de l’attentat de la rue Saint-Nicaise).

19 Il s'agit de Daniel Ancel, actif dans les municipalités de la fin du Directoire, et de Martin Foache.

20 Ce sont Jacques-Robert Delahaye, Jean-Baptiste Dubuc, Henry Lartois, Jean-Baptiste Mondey, Pierre Petit et Nicolas-Alexandre Lacorne.

21 Citons notamment le richissime banquier Le barrois, François Laeut, Jean-Louis Oursel, le négociant Michel Oppenheimer, André Grégoire, Jacques Ferry de la Fraye et Etienne Gentaies.

22 Parmi les anciens de l'équipe municipale sous le Second Directoire, on peut citer Jacques-Jean Delonguemare et, parmi les conservateurs actifs dans les premiers temps de la Révolution, on voit réapparaître Jean-Baptiste Féray et Guillaume Duboc Delessart.

23 On rappellera ainsi la mission de Jacquet dont les rapports ont été analysés dans : E. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie..., op. cit., Rouen, PUR, p. 323-335.

24 S. Marie, Livre et pratiques sociales en milieu portuaire au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise de l’université du Havre, octobre 2000, sous la direction d’E. Saunier.

25 Les gens de négoce au Havre représentent près de deux tiers du recrutement des deux loges locales. En outre, leur comportement face aux hauts grades révèle une sensibilité bien au-delà des normes constatées en Normandie, ce que confirment d'ailleurs les demandes pressantes de quelques éléments d'entre eux pour brûler les étapes obligées (E. Saunier, op. cit).

26 Simple commis de négoce enrichi durant la Révolution américaine, l’ascension économique de Rialle commence véritablement en 1784 lorsqu'il contracte une alliance avec Bassac et Allegre puis se lance dans la traite. Malgré une bonne résistance aux vicissitudes de la période révolutionnaire (il est parmi les 600 plus imposés du département en 1801), les 2 millions de revenus qu'il déclare en 1789 seront cependant rapidement diminués par les perturbations économiques de la période révolutionnaire.

27 Protégé par le marquis d'Herbouville, il devient le secrétaire de préfecture de ce dernier dans les Deux-Nèthes mais, rapidement compromis par son attitude favorable aux royalistes et aux réfractaires qu’il aide à faire revenir vers la France, il est définitivement révoqué le 15 Floréal an XI.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.