Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Les dynamiques locales d'un coup d'État

Les paris lyonnais en l'an viii

Bruno Benoit

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. Rhône, L 279. Parmi les documents, il y a, en particulier, le décret du Conseil des Anci (...)
  • 2 Arch. dép. Rhône, L 127.
  • 3 Vezin, Aux habitants du Rhône, 15 frimaire an VIII, Lyon, Périsse, 7 p. Texte cité dans P. M. Gonon(...)

1Les rares archives qui évoquent les 18 et 19 brumaire à Lyon sont de simples documents administratifs informant les autorités départementales et municipales des mesures prises à Paris et expliquant pourquoi la République est devenue consulaire. Ainsi, dans la nuit du 21 au 22 brumaire an VIII (12-13 novembre 1799), un courrier spécial prévient les membres de l'administration départementale du Rhône des événements du 18 brumaire parisien. Face aux risques qu'encourt la République, risques dénoncés par les papiers arrivés à Lyon, des ordres sont donnés localement pour consigner les troupes dans leurs quartiers et doubler les postes. Le 22 brumaire, quand ces mêmes documents sont promulgués à Lyon, « une vive sensation »1 s'empare de la population, ce qui signifie qu'un sentiment d'affolement gagne les Lyonnais à l'idée du danger d'anarchie - ne serait-ce pas un retour à 1793 ? - qui menace le pays, mais aussi leur ville. Le 24 brumaire (15 novembre), après l'application de la loi du 19 brumaire (10 novembre) établissant le Consulat, les administrateurs du département déclarent que les changements n'ont pour but que de « procurer le bonheur aux Français » et de consacrer « la souveraineté du peuple, la République une et indivisible, le système représentatif, la division des pouvoirs, la liberté, l'égalité, la sûreté et la propriété »2, bref face au complot qui menace, le Consulat, en renforçant le pouvoir exécutif, affirme son attachement au credo républicain. Enfin, le 15 frimaire an VIII (6 décembre 1799), Jean-François Vezin, représentant du peuple envoyé par le Consulat dans le département du Rhône, déclare que « c'est principalement pour éteindre les divisions intestines et pour rallier tous les Français dans une abjuration sincère de toutes les haines et de tout l’esprit de parti qu'a été conçue et exécutée la révolution du 18 brumaire »3. Cette déclaration formule clairement l'ambition première du Consulat qui est de pacifier la France après les déchirures révolutionnaires en mettant fin aux oppositions politiques, ce que les Lyonnais comprennent parfaitement et ne peuvent qu'approuver. Vezin insiste également sur l'indiscutable changement qui a eu lieu, puisque le terme « révolution » est utilisé.

  • 4 Pour bien comprendre la trame révolutionnaire sur Lyon, lire B. Benoit, L'identité politique de Lyo (...)
  • 5 Arch. dép. Rhône, 16 L, Registre des délibérations de l'administration municipale de Millery.

2Si les archives lyonnaises sont pauvres sur Brumaire, c'est que les 18 et 19 brumaire an VIII étant bien accueillis par la population qui ne manifeste aucune hostilité à ce changement d'institutions, la mémoire policière n'en a gardé aucune trace. Le coup d'Etat de Bonaparte ne serait-il pas même attendu à Lyon ? En effet, les Lyonnais espèrent beaucoup en ce général victorieux, véritable héros, qui parle d'ordre et de paix, donc de prospérité. Ils rêvent depuis 1793 et le drame de « Lyon n'est plus »4 d'un retour de leur ville au premier plan économique et politique. N'ont-ils pas anticipé sur Brumaire en recevant en héros Bonaparte le 13 octobre 1799 (21 vendémiaire an VIII), lors de son retour d'Egypte ? Ce jour-là, Bonaparte s'arrête à Lyon, y loge, s'entretient avec les élites locales et découvre un accueil formidable de la part des Lyonnais qui illuminent leur ville en son honneur et font jouer au théâtre des Célestins une pièce improvisée, intitulée Le héros de retour. Aucun document lyonnais ne nous permet de confirmer que le 19 brumaire est bien accueilli, cependant le registre des délibérations de l'administration municipale d'une petite commune proche de Lyon5 en date du 3 frimaire an VIII (24 novembre 1799), date à laquelle est connue la loi du 19 brumaire établissant le Consulat, ne peut-il pas être utilisé pour décrire l'espoir que suscite Bonaparte entre Saône et Rhône :

« [...] considérant qu'on ne saurait refuser au héros de l'Italie d'être un des plus fermes soutiens de la République, que par conséquent pour le maintien d'icelle et le bonheur de ses habitants on ne pouvait choisir un guerrier politique et courageux plus chargé de lauriers que lui [...], considérant qu'il ne peut résulter de mains si habiles que l'établissement d'un gouvernement des plus florissants dans l'intérieur et des plus redoutables à tous ses ennemis ».

  • 6 Copie de l’adresse des Lyonnais au Corps législatif en lui envoyant le montant d'une collecte faite (...)

3Si Brumaire ne suscite qu'adhésion à Lyon et alentours, il faut en chercher les raisons dans la situation catastrophique de Lyon sur les plans économique et politique en cette fin de Directoire. Un document de l'an VI6 permet d’éclairer cette situation et de mettre à jour l'état d’esprit des Lyonnais après plusieurs années de Révolution. Ce document, qui est une Adresse des Lyonnais au Corps législatif, sert de point de départ a la réflexion sur le pourquoi du pari lyonnais sur Bonaparte en l'an VIII. À cette date, ont-ils encore quelque chose à perdre et ont-ils une autre alternative pour sortir leur ville du chaos où elle se trouve ? Ecoutons leur plainte :

« Les Lyonnais, continuellement persécutés par les suppôts des factions, qui furent toujours visiblement soudoyés par le gouvernement anglais, ne peuvent mieux faire éclater leur haine et leur vengeance qu'en concourant aux frais de la descente en Angleterre [...]
Les Lyonnais sont intimement convaincus que c'est la jalousie anglaise qui a lâchement provoqué la destruction des ateliers, l'émigration des artistes, la dispersion et la ruine des négociants et la dévastation de cette cité, autrefois si florissante [...]
Elle pourrait reconquérir cette prospérité qui deviendrait fructueuse à toute la République, si le gouvernement daignait écarter ces préventions aussi funestes qu'injustes, fomentées par la calomnie et l'envie. Depuis 500 ans les Lyonnais étaient républicains, au milieu du royaume de France [...] L'heureux 9 thermidor arrive, rappelle les vrais républicains, met en fuite cette horde destructrice de barbares, nous procure l'an III, une constitution sage et digne de l'homme, laquelle doit ramener sur la France les bienfaits de l'humanité, de la paix et du bonheur.
Lyon contre-révolutionnaire ! (il n'y a que la perfidie anglaise qui puisse tenter, par ses émissaires, de persuader une telle absurdité). Lyon contrerévolutionnaire ! et Lyon n'est peuple que de marchands et d'ouvriers, ne soupirant qu'après la tranquillité, la sûreté de leur propriété, l'exécution la plus stricte des lois protectrices ; il sait que le régime républicain lui est le plus favorable, par l'expérience qu'il en a faite.
Voudrait-il le changer ce gouvernement qui lui assure sa prospérité ? Il faudrait supposer les négociants de la plus extravagante imbécillité pour trahir leurs propres intérêts, en exposant leur vie, leur fortune et leur crédit, à la commotion certaine et ruineuse des hasards d’une contre-révolution ou d'une conspiration quelconque [...]
Vive la République ».

4Ce document énumère donc les malheurs de Lyon et des Lyonnais, malheurs dont la Révolution est responsable et contre lesquels le gouvernement en place n'a rien fait. Le 18 brumaire an VIII doit effacer le 12 octobre 1793 et toutes les conséquences qui en ont découlé. De ce fait, les différentes étapes de mon travail s'appuieront sur les principales doléances énoncées par les Lyonnais dans l'Adresse de l'an VI, doléances qui réclament rapidement un changement radical de la situation dénoncée : Lyon, étant en ruine du fait d'un complot, veut retrouver sa prospérité d'antan, Lyon, ville républicaine respectueuse des lois et qui n'est pas contre-révolutionnaire, cherche à ce que le pouvoir central ne se méfie plus de lui, enfin les Lyonnais, étant attachés à la propriété et à la sûreté, ne veulent pas de retour des royalistes ou des Rouges. Ces trois réclamations lyonnaises - retour de la prospérité, fin de la défiance du pouvoir central et retour de l'ordre-, sont donc les trois paris que font les Lyonnais en soutenant Bonaparte en l'an VIII.

En pariant sur Bonaparte, les Lyonnais espèrent retrouver leur prospérité d'antan

  • 7 A. Jourdan, Napoléon. Héros, imperator, mécène, Paris, Aubier-Collection historique, 1998, 396 p.

5Le courant est passé entre les Lyonnais et Bonaparte en octobre 1799. Bonaparte, qui aime être héroïsé et adulé7, a été séduit par l'accueil chaleureux des Lyonnais qui l'ont conforté dans le bien fondé de sa décision de mettre un terme à la Révolution. De leur côté, les Lyonnais comptent sur Bonaparte pour restaurer leur ville qui est dans un triste état depuis l'année terrible que fut 1793. Leur a-t-il promis, lors des rencontres qu'il a eues à Lyon en cette soirée du 13 octobre 1799, de redonner à Lyon son lustre d'antan ? Sans se perdre en conjectures, les deux parties ont tout à gagner à s'entendre. En effet, Bonaparte a besoin, dans son grand projet de conquêtes européennes qui comprend toujours l'Angleterre accusée par les Lyonnais d'être l'âme du complot qui a ruiné leurs ateliers, de soutiens financiers que les marchands-fabricants lyonnais sont en mesure de lui apporter à condition d'avoir une économie restaurée et protégée. Pour cela, il faut rétablir la confiance entre le pouvoir central et Lyon et donner à la Fabrique lyonnaise l'occasion de reconquérir certains marchés et d'en conquérir de nouveaux. Quant aux Lyonnais, ils ne peuvent espérer renouer avec la grandeur, qu'elle soit économique ou urbaine, qu'avec le soutien du pouvoir central. L'alliance entre Lyon et Bonaparte a besoin d'un signe fort pour exister au-delà des sympathies réciproques. Or ce signe existe à Lyon. Il gît dans les décombres des démolitions des immeubles de la place Bellecour, stigmates du martyrologe de 1793 et 1794. Quand on connaît le personnage de Bonaparte, son ambition et la haute idée qu'il a de sa destinée, si hier Paris valait bien une messe, l'appui des Lyonnais vaut bien la reconstruction des façades et des immeubles de la place Bellecour !

6C'est pour cette raison que le 10 messidor an VIII (le 28 juin 1800), Bonaparte, en provenance d'Italie où il vient de remporter la victoire de Marengo, s’arrête en fin d’après-midi à Lyon, au lieu de se rendre directement à Paris pour recevoir le triomphe attendu. Selon le citoyen Davet, témoin de l’époque :

  • 8 Lettre du 11 messidor du citoyen Davet à sa femme. Citée par A. Camboulives, « Bonaparte, Premier C (...)

« Bonaparte est arrivé ici. Il ne voulait rester que pour prendre un bain et, par affection pour cette ville, il est resté et a posé la première pierre d’une des façades de Bellecour qu’il a invité à faire rebâtir...
Le préfet fit un fort beau discours et Bonaparte répondit en peu de mots. Il a montré beaucoup de déférence pour Lyon qu’il désirait voir embellir entièrement et réparer au point que toutes les braves gens se porteraient pour la paix.
Bel Cour et ses avenues contenaient un peuple immense que l’on pouvait évaluer à quatre vingt mille âmes et les bravos « Vive Bonaparte, vive le héros », les salves d’artillerie, rien ne manquait pour le faire jouir [...] »8.

7En réalité, cet arrêt n’est pas innocent comme nous le rapporte Bonaparte dans une lettre écrite à ses deux collègues Cambacérès et Lebrun :

  • 9 Cité dans J.-B. Monfalcon, Histoire monumentale de la ville de Lyon, t. III, Paris, Ed. Didot, 1866 (...)

« J’arrive à Lyon, citoyens Consuls, je ne m’y arrête que pour poser la première pierre des façades de Bellecour que l’on va rétablir. Cette seule circonstance pouvait retarder mon retour à Paris ; mais j’ai tenu à l’ambition d’accélérer le rétablissement de cette place, que j’ai vue si belle, et qui est aujourd'hui si hideuse. On m'a fait espérer que dans deux ans, elle sera entièrement réparée. J'espère qu'avant cette époque le commerce de cette ville, dont s'enorgueillit l’Europe, entière aura repris sa prospérité9 ».

  • 10 Copie de l'Adresse des Lyonnais..., op. cit., p. 1.

8Cette décision de reconstruire les façades de Bellecour ne peut avoir été que longuement mûrie et le trajet entre Marengo et Lyon n'y a sûrement pas suffi, car reconstruire Lyon, c'est tourner la page de la Révolution. L'enjeu de la reconstruction revient à déclarer, une nouvelle fois comme au soir du 19 brumaire an VIII, que la Révolution est terminée. La petite truelle en argent avec laquelle Bonaparte pose la première pierre le 29 juin 1800 est l'instrument qui doit effacer le traumatisme lyonnais de la guerre civile de 1793 et redonner à cette ville sa prospérité et son éclat, tels que Bonaparte avait pu les découvrir lors de ses premiers contacts avec Lyon en 1779, puis en tant que jeune officier en 1785. Autant en 1793 Lyon devait être détruit, autant en 1800 Lyon doit être reconstruit. Cette reconstruction s'inscrit donc dans une double volonté, d'abord sur le plan architectural de ressusciter Lyon en redonnant à cette ville une allure présentable afin que les Lyonnais soient à nouveau fiers de leur ville, ensuite sur le plan économique afin de redonner confiance à Lyon pour qu'il répande à nouveau « sur le sol de toute la France les bienfaits de son industrie laborieuse par ses relations avec l'univers entier »10. Faire disparaître les décombres qui envahissent la place Bellecour est donc une mesure de salut public pour Lyon et de propagande pour Bonaparte, puisque cette place s'appelle désormais place Bonaparte.

9Le pari lyonnais de l'an VIII s'est avéré payant pour les deux parties. Les Lyonnais renouent avec leur passé pré-révolutionnaire en effaçant la marque infamante de 1793. 1800 est ainsi une renaissance après le martyrologe révolutionnaire et Bonaparte un second Munatius Plancus, puisqu'il refonde Lyon. Pour Bonaparte, reconstruire les façades de Bellecour, c'est affirmer que sa mission est bien de réconcilier les Français, de rétablir la paix, qu'elle soit religieuse, politique ou économique et de tourner la page de la Révolution. Bref, reconstruire les façades de Bellecour est une magnifique œuvre de bonapartisation dans une ville dont la mémoire est traumatisée par la Terreur et qui aspire à tourner la page de la décennie révolutionnaire. En cela prépare-t-il déjà le retour de l'Empire ?

10Cependant, ce pari lyonnais de redonner à Lyon sa prospérité peut être apprécié à plusieurs niveaux. À court terme, il s'avère réussi, puisque moins d'un an après Brumaire, la décision de reconstruire les immeubles de Bellecour est prise. À long terme, le pari est payant, puisque l'Europe napoléonienne et le blocus vont profiter à la Fabrique lyonnaise qui retrouve sa prospérité sous l'Empire, prospérité qu'elle va conserver pendant tout le XIXe siècle. En revanche, il s'avère beaucoup moins réussi à moyen terme, puisque la reconstruction des façades de Bellecour, politiquement décidée en juin 1800 et pour laquelle un délai de deux ans a même été évoqué, ne sera pas encore totalement achevée en 1814 !

En pariant sur Bonaparte, les Lyonnais espèrent effacer la mauvaise réputation de leur ville

11Les Lyonnais souffrent de l'accusation de contre-révolution qui pèse sur leur ville. Cette accusation est formulée par les plus hautes autorités de la République. Le ministre de l'Intérieur François de Neufchâteau, dans une lettre adressée le 26 fructidor an V (12 septembre 1797) à l'administration centrale du département du Rhône, ne mâche pas ses mots :

  • 11 Arch. dép. Rhône, 1L 435.

« La fête de la Fondation de la République approche... Il est tenu de prouver enfin que la commune de Lyon n'est pas étrangère aux institutions républicaines... Vous démentirez par des faits les récits de malveillance qui se plaisent à répandre que dans la commune de Lyon, la République n'est plus qu'un mot »11.

  • 12 Arch. dép. Rhône, 1L 272. Lettre de l'administration départementale du Rhône au ministre de l’Intér (...)
  • 13 Voir supra note 6.
  • 14 Copie de l’Adresse des Lyonnais, op. cit., p. 2.

12Si selon le pouvoir central, la République n'a pas sa place à Lyon, c'est que la contre-révolution y a la sienne. Victimes d’une telle réputation, les Lyonnais ne cessent pourtant, tout au long du Directoire, d'exposer au pouvoir central qu’ils sont « des pères de famille, des négociants ou des chefs de manufactures si dignes d'encouragements et de protection »12 et que leur ville est républicaine et ce, depuis « 500 ans »13, c'est-à-dire depuis que la ville de Lyon a été rattachée au royaume de France et a été dotée de franchises municipales. Pour les Lyonnais, la République n'est pas autre chose qu’une bonne gestion de la chose publique. N'importe quel régime peut faire l'affaire, s'il est imprégné de 1'idée que dans le domaine économique, le commerce « ne peut prospérer sans une grande liberté subordonnée aux lois et ne fait que dégénérer et languir, lorsque les ressorts sont trop comprimés ou entravés »14. Lyon n'est pas une ville contre-révolutionnaire. Dans ces conditions, l'accusation de contre-révolution ne peut venir que d'une malveillance à l'égard de Lyon, malveillance qui sévit à Paris, peut-être jusque dans le gouvernement de la République.

13Le discours lyonnais n'a pourtant pas de prise sur l'opinion du Directoire exécutif qui continue à porter sur Lyon un jugement déformé. Lyon, fort de plus de 120 000 habitants avec les faubourgs, ne peut échapper, même si les partisans du roi ne sont qu'une minorité, à l'accusation de ville royaliste. Cette accusation est responsable de la disparition de l'expression la plus achevée de l'identité politique modérée lyonnaise, la municipalité centrale. Lyon cultive donc un sentiment de persécution, thème qui est facile à exposer, compte tenu du passé mémorisé et du présent visible.

  • 15 Jacques Imbert-Colomès (1729-1808). Ce Lyonnais est marchand-fabricant et premier échevin en 1789. (...)
  • 16 Arch. dép. Rhône., 1L 272. Lettre de l'Assemblée départementale du Rhône au représentant du peuple (...)
  • 17 B. Benoit, « Lyon et la République directoriale », dans La République directoriale, t. 1, Actes du (...)
  • 18 Discours prononcé à la réunion politique des républicains de Lyon par un de ses membres, Lyon, Bern (...)

14Lyon et les Lyonnais sont donc à la recherche d'un nouveau régime, surtout après fructidor an V qui voit les attaques contre Lyon - patrie de Précy, d'Imbert-Colomès15 et de Camille Jordan - se renouveler. C'est là que prend place le deuxième pari lyonnais de l'an VIII. Le régime souhaité par les Lyonnais devrait, en tournant la page de la Révolution, effacer la mauvaise réputation lyonnaise qui l'empêche de retrouver prospérité et dignité. Mais qui, à part un héros, pourrait réaliser un tel exploit ? Or, ce héros existe, il s'appelle Bonaparte. Il n'est pas étonnant qu'en décembre 1797, l'Assemblée départementale du Rhône, qui d'habitude se plaint toujours de son manque de ressource, accepte avec enthousiasme que les fonds des caisses publiques soient affectés à la solde des soldats de l'armée d'Italie « pressés par ce sentiment de vénération qu'inspirent à tout bon Français les exploits salutaires des invincibles bataillons commandés par Buonaparte »16. La même année, les Lyonnais organisent une collecte pour la descente en Angleterre dont rêvait Bonaparte. Que d'argent pour Bonaparte dans une ville qui cultive l'épargne et se plaint toujours de son manque de ressources ! L'impossible rapprochement entre Lyon et la République17 a ses origines dans les représentations que Lyon et la République directoriale se font l’une de l'autre. De ce fait, Lyon, n'ayant plus rien à attendre de la République directoriale, comparée à un « pompeux atelier de chaînes... cherchant à river de nouveaux fers aux Français »18, va parier sur Bonaparte en l'an VIII, espérant trouver auprès de celui-ci une oreille complaisante et un soutien puissant.

15Ce deuxième pari lyonnais se lit à trois niveaux. En soutenant Bonaparte qui met fin à la Révolution, Lyon tourne la page de sa mauvaise réputation liée à la Révolution, mauvaise réputation injustifiée à ses yeux et que pourtant la République directoriale continuait à entretenir. Ce pari se révèle payant, puisque le 15 ventôse an XIII (6 mars 1805) une mairie centrale est recréée à Lyon. Ensuite, en soutenant le Consulat, version personnalisée de la République, les Lyonnais évitent de se prononcer sur le fond, c'est-à-dire sur la République pour laquelle ils n'ont que peu d'affection. Les 18 et 19 brumaire, étant plus bonapartistes que républicains, ne peuvent que satisfaire la mémoire lyonnaise. Cependant, le pari lyonnais de l'an VIII n'est pas à terme un véritable bon choix, puisque la France bonapartiste devient encore plus centralisée qu'avant, ce qui rend l'ambition identitaire lyonnaise d'être « maître chez soi » de plus en plus improbable.

En pariant sur Bonaparte, les Lyonnais espèrent l'instauration d'un régime d'ordre loin des Rouges et des Blancs

  • 19 Joseph Chalier (1747-1793), originaire du Piémont, appartient au monde du négoce lyonnais. Officier (...)

16À la veille de la Révolution, Lyon, grande ville par le nombre des ateliers et par celui des hommes, est une ville « mineure » sur le plan politique, car elle n'a pas de Parlement. La Révolution vient bouleverser la situation de Lyon sur le plan politique. Après l'annonce de la chute du roi à la mi-août 1792, le camp des patriotes locaux se divise entre les partisans de Jean-Marie Roland et de Joseph Vitet, proches du libéralisme de la Gironde, et les « Chalier », partisans de l'exagéré Joseph Chalier19. Pour Chalier, Lyon est une ville réactionnaire, voire contre-révolutionnaire, qu'il faut nettoyer de tous ses riches, de tous ses « mangeurs d'hommes ». L'arme favorite des « Chalier » est la parole avec laquelle ils dénoncent, de la tribune du Club central la municipalité tenue par le modéré Nivière-Chol depuis que Vitet, élu à la Convention, a démissionné de la mairie. Le 6 février 1793, les attaques portées par les « Chalier » à l’encontre de la municipalité sont telles qu'une crise politique s’ouvre à Lyon, crise qui se termine le 9 mars par l'élection de Bertrand, un « Chalier », en tant que maire. Commencent les 80 jours du pouvoir municipal des « Chalier » pendant lesquels ils ne vont cesser de s'en prendre aux riches et de tenter de jacobiniser Lyon. Cette politique irrite la majorité de la population et ne plaît qu'à la minorité la plus démunie. Le 29 mai 1793, la majorité des sections de la ville se soulève, arrête les chefs « Chalier » et installe une municipalité provisoire. Les Lyonnais ont rejeté non la République mais Chalier, car celui-ci n'a pas tenu compte, dans sa dénonciation aveugle des ennemis de la liberté et des riches, du syncrétisme socioprofessionnel lyonnais qui, au-delà des contentieux tarifaires, crée une complémentarité économique et une communauté d'intérêts. Ce que Chalier n'a pas compris, les élites libérales, elles, l'ont bien compris et elles vont l'exploiter, puisque Denis Monnet, porte-parole des ouvriers soulevés en 1786 lors de l'émeute des deux sous, se retrouve après le 29 mai dans le camp des adversaires de Chalier du côté des Lyonnais soulevés.

  • 20 « Instructions d'Imbert-Colomès à un agent royaliste (mars 1792) », dans Revue d'Histoire de Lyon, (...)

17Le malheur pour Lyon est que son soulèvement s'inscrit à contre-courant des événements parisiens qui voient la victoire de la Montagne le 2 juin 1793. Le 12 juillet, Lyon et les Lyonnais sont déclarés en rébellion contre la Convention. La tension monte quand les Lyonnais condamnent et guillotinent Chalier le 16 juillet. De plus, si les Lyonnais savent prier, fabriquer, vendre, ils ne savent pas se battre. De ce fait, ils font appel à ceux qui savent manier les armes, c'est-à-dire aux royalistes qui n'attendent que cela pour récupérer le pouvoir et en découdre avec la République. Lyon, considéré comme un « défilé des Thermopyles »20 entre le Nord et le Sud, est pour les royalistes la ville idéale à investir pour lancer une contre-offensive royaliste. Le général Précy et de nombreux royalistes, déjà réfugies à Lyon, prennent la tête de l'armée lyonnaise, ce que la Convention ne peut accepter en pleine période de guerre extérieure et de guerre civile. Le siège de la ville commence donc le 7 août 1793 et s'achève, après bien des combats, des bombardements, des sacrifices et des morts, le 9 octobre, soit après 62 jours de résistance lyonnaise. La punition est à l'aune de cette résistance et le décret de la République du 12 octobre fait de Lyon une ville rebelle soumise à la régénération - environ 2000 fusillés et guillotinés, dont les 3/4 sont des gens du peuple-, à la démolition et à la débaptisation. Lyon s'appelle désormais « Commune-Affranchie ».

18Cette Terreur rouge qui s'abat sur Lyon a, en effet, affranchi Lyon ! Elle a donné aux modérés lyonnais, c'est-à-dire à la majorité de la population, le goût d'une gestion plus lyonnaise de leurs affaires et les a éloignés des Rouges, responsables de tous ces malheurs, mais aussi des Blancs, c'est-à-dire des royalistes dont le principal organisateur est Jacques Imbert-Colomès. Si c'est contre les Rouges que Lyon s'est soulevé, ne sont-ce pas les Blancs qui sont les principaux artisans de la rupture avec la République conventionnelle, du durcissement de la résistance lyonnaise qui a débouché sur la ruine de Lyon et sur l'exécution massive, non de royalistes puisque ceux-ci se sont enfuis le 9 octobre, mais de gens du peuple de Lyon, et enfin de la Terreur blanche animée en 1795 par les Compagnons de Jésus dont l’action a encore ensanglanté la ville.

19En l'an VIII, Lyon est un véritable microcosme sur le plan politique, car cette ville a connu un parcours révolutionnaire mouvementé et tragique. L'opinion se partage entre la minorité néo-jacobine chaliériste, porteuse de la mémoire rouge et rendue responsable des violences des années 1793 et 1794, la minorité royaliste nostalgique de l'Ancien Régime, dépositaire de la mémoire blanche et actrice de la terreur blanche thermidorienne et directoriale, et enfin la majorité modérée qui s'est affirmée lors de la Révolution en rejetant les extrêmes en politique. Cependant, face aux Rouges et aux Blancs qui sont sources de violences, le modérantisme, défendu par les élites libérales apparues depuis 1789, a du mal à se faire entendre, car la conjoncture politique est dominée par l'engagement partisan.

20C'est pour cette raison que les Lyonnais qui n'arrivent pas à se dégager de la tenaille Rouge/Blanche parient sur Bonaparte qui leur a promis, le 13 octobre, de ramener la paix politique, sociale et religieuse, bref de rétablir l'ordre. Il affirme publiquement lors de l'instauration du Consulat que telle est sa mission, promesse qu'il tient rapidement. Si dans un premier temps, ce pari débouche sur une pacification politique et religieuse appréciée par la majorité des Lyonnais, épuisés par huit ans de guerre civile et de tensions multiples, et favorable à la reprise économique, il s'avère être un échec pour l'affirmation identitaire modérée lyonnaise qui, pas plus que sous le Directoire, n'a de place dans la France consulaire et impériale.

***

  • 21 B. Benoit, La Lyonnitude. Dictionnaire historique et critique, Lyon, ELAH, 2000, 142 p.

21De ce fait, le pari lyonnais en l'an VIII consiste donc à miser sur Bonaparte, seul capable d'éviter le retour de la monarchie et de l’anarchie, donc de maintenir le cap au Centre, de favoriser la croissance économique, unique moyen pour Lyon de s'affirmer en France, et enfin, si cela est réalisable, d'avoir une administration communale centrale afin d'affirmer une certaine autonomie municipale, manière lyonnaise d'exprimer son fédéralisme. Parier sur Bonaparte en 1799 est donc une manière d'exprimer une certaine « lyonnitude »21, c'est-à-dire une certaine appartenance à un territoire, à une histoire, à une mémoire.

22Il n'est pas étonnant que du pari de brumaire an VIII naisse un lien fort entre Lyon et Bonaparte :

  • 22 Session du Conseil général du Rhône en date du 26 avril 1801, cité dans A. Bruhl et alii, Histoire (...)

« Puissant génie de Bonaparte ! C'est à toi que les Lyonnais s'adressent : les Romains fondèrent notre ville, tu fis plus : tu la tiras de dessous les décombres où l'on voulait l'engloutir. Tu l'as rendue à ses habitants : ruinés par la révolution, ils ont recouvré, il est vrai, une partie du toit qui cache leurs larmes et étouffe leurs sanglots, mais il te reste encore à faire »22.

23Si Bonaparte n'a pas tout fait ce qu'attendaient les Lyonnais, leur attachement à sa personne, même lorsque celui-ci sera devenu Napoléon, demeurera très fort, comme en témoigne l'acclamation qui salue son entrée à Lyon en mars 1815 lors des Cent-Jours. De son côté, Bonaparte sait qu'il a toujours pu compter sur les Lyonnais, d'où son cri du coeur en mars 1815 « Lyonnais, je vous aime ».

Notes

1 Arch. dép. Rhône, L 279. Parmi les documents, il y a, en particulier, le décret du Conseil des Anciens sur le transfert du Corps législatif à St-Cloud chargeant le général Bonaparte de veiller à la sûreté de la représentation nationale et la proclamation du général Bonaparte.

2 Arch. dép. Rhône, L 127.

3 Vezin, Aux habitants du Rhône, 15 frimaire an VIII, Lyon, Périsse, 7 p. Texte cité dans P. M. Gonon, Bibliographie historique de la ville de Lyon pendant la Révolution française (1787-1806), Lyon, Marie, 1844.

4 Pour bien comprendre la trame révolutionnaire sur Lyon, lire B. Benoit, L'identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905), Paris, L'Harmattan, 1999, 239 p.

5 Arch. dép. Rhône, 16 L, Registre des délibérations de l'administration municipale de Millery.

6 Copie de l’adresse des Lyonnais au Corps législatif en lui envoyant le montant d'une collecte faite pour la descente en Angleterre, Lyon, Ballanche, an VI, 4 p. Bibl. mun. de Lyon, fonds Coste.

7 A. Jourdan, Napoléon. Héros, imperator, mécène, Paris, Aubier-Collection historique, 1998, 396 p.

8 Lettre du 11 messidor du citoyen Davet à sa femme. Citée par A. Camboulives, « Bonaparte, Premier Consul à Lyon », dans Bulletin du Vieux-papier, 1974, p. 241-243.

9 Cité dans J.-B. Monfalcon, Histoire monumentale de la ville de Lyon, t. III, Paris, Ed. Didot, 1866, p. 197.

10 Copie de l'Adresse des Lyonnais..., op. cit., p. 1.

11 Arch. dép. Rhône, 1L 435.

12 Arch. dép. Rhône, 1L 272. Lettre de l'administration départementale du Rhône au ministre de l’Intérieur en date du 3e jour complémentaire an V (19 septembre 1797) concernant la loi du 19 fructidor an V contre les royalistes et autres émigrés.

13 Voir supra note 6.

14 Copie de l’Adresse des Lyonnais, op. cit., p. 2.

15 Jacques Imbert-Colomès (1729-1808). Ce Lyonnais est marchand-fabricant et premier échevin en 1789. Il n'est pas noble, mais est pourtant le principal acteur de la contrerévolution à Lyon.

16 Arch. dép. Rhône., 1L 272. Lettre de l'Assemblée départementale du Rhône au représentant du peuple Vitet en date du 13 frimaire an VI (3 décembre 1797).

17 B. Benoit, « Lyon et la République directoriale », dans La République directoriale, t. 1, Actes du colloque de Clermont-Ferrand en mai 1997, Clermont-Ferrand, Bibliothèque d'Histoire révolutionnaire, 1998, p. 261-276.

18 Discours prononcé à la réunion politique des républicains de Lyon par un de ses membres, Lyon, Bernard, 1er vendémiaire an VIII, p. 24. Bib. mun. de Lyon, fonds Coste.

19 Joseph Chalier (1747-1793), originaire du Piémont, appartient au monde du négoce lyonnais. Officier municipal en 1791, il est suspendu en janvier 1792 pour abus de pouvoir. Il se rend à Paris où il fréquente les clubs. De retour à Lyon en août 1792, il prend la tête du Club central. Ses partisans sont des exagérés de tendance hébertiste, partisans d'une République sociale et d'un pouvoir émanant directement de la rue.

20 « Instructions d'Imbert-Colomès à un agent royaliste (mars 1792) », dans Revue d'Histoire de Lyon, 1907, p. 312.

21 B. Benoit, La Lyonnitude. Dictionnaire historique et critique, Lyon, ELAH, 2000, 142 p.

22 Session du Conseil général du Rhône en date du 26 avril 1801, cité dans A. Bruhl et alii, Histoire du Lyonnais par les textes, Lyon, s. d., p. 175.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search