Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

2 - Les dynamiques locales d'un coup d'État

Les dynamiques locales d’un coup d’État

Rapport introductif

Isser Woloch

Texte intégral

1Pendant la décennie révolutionnaire, de nombreux bouleversements initiés à Paris – soit dans les rues soit au sein même de la législature – ont transformé le cours de la vie politique en France. Nous pouvons tous en établir la liste. Dans tous les cas, la réaction de l’opinion provinciale à ces événements inquiétait fortement la capitale. Seulement une fois, cependant (après l’expulsion des Girondins), les réactions de la province provoquèrent de graves problèmes aux forces qui contrôlaient Paris. Dans les autres cas, l’opinion provinciale suivit la nouvelle direction imposée par la capitale.

2En ce qui concerne Brumaire, les choses ne devaient pas être différentes. Lorsque les décrets et les proclamations de Brumaire viennent aux administrations départementales, Brumaire ne put apparaître que comme un fait accompli comprenant l'abolition du Directoire executif et le rejet de la Constitution de l’an III dont les défauts éclipsaient ainsi les vertus. Mais par quoi allait-on remplacer la République directoriale ? Là, les proclamations restaient floues : une vague promesse de dépolitisation afin d’abolir les conflits de partis et de factions, une vague promesse d’un retour à l’ordre et à la stabilité, d une république fonctionnant enfin efficacement.

3Toutefois, quiconque au lendemain de Brumaire dénonçait ou s’opposait ouvertement au fait accompli se condamnait à la marginalité politique, sort d’ailleurs envisagé pour une soixantaine des députés néojacobins du Conseil des 500 qui s’étaient opposés activement au coup d’état pendant la journée du 19 Brumaire. Sans doute la plupart des républicains provinciaux convaincus manifestèrent de la consternation ou même de l’incrédulité en apprenant la nouvelle. Toutefois, les principales allégations d’une opposition ouverte proviennent habituellement d’adversaires de longue date : un Regnard dans l’Aisne, un Savary dans l’Eure. Quoi qu’il en soit, tout ou presque restait encore à préciser : Que pouvait-on attendre de Brumaire pour sa ville, pour son département, pour ses alliés politiques et pour soi-même ?

4En fait les communications sur Lyon et Le Havre sont moins centrées sur Brumaire que sur la trajectoire Révolution-Empire. En tout cas, elles soulignent les particularités de certaines villes portuaires ou manufacturières. À l’inverse, les villes administratives locales semblent moins particulières ; le caractère principal pendant la décennie révolutionnaire d’un Laon ou d’un Évreux semble reposer sur des conflits de factions assez communs.

5Dans sa communication, Bruno Benoît réfléchit sur la perspective de son étude de l’identité politique lyonnaise dans la longue durée, et est amené à proposer la notion de « lyonnitude » afin de définir son objet d’étude. L’auteur ne précise pas si la « lyonnitude » touche à la fois les classes populaires et les élites, même si les élites locales sont le véritable sujet de sa communication, comme elles le sont dans le texte sur Le Havre. En tant que point central de la Terreur, Lyon a souffert peutêtre plus que d’autres villes françaises ; sa prospérité économique fut détruite, comme le furent ses traditions tant vantées d’autonomie municipale. Aussi grave encore, Lyon perdit son honneur en étant accusée d’être une ville contre-révolutionnaire.

6Bruno Benoît suggère que les Lyonnais avaient de bonnes raisons de parier sur Bonaparte. Et le geste symbolique du Premier Consul à son retour de Marengo, où il pose la première pierre d’une des façades de la place Bellecour – un exorcisme de la Terreur – était le genre d’acte local qui lui garantissait la bienveillance de la population. Les élites lyonnaises ont autant de raisons de détester les jacobins que les royalistes. Mais ils attendaient davantage de Brumaire qu’un simple recentrage politique : ils espéraient recréer une vie civique urbaine autonome, « être maître chez soi ». Toutefois, comme Tocqueville aurait pu le prédire, le régime centralisé napoléonien n’allait pas le permettre. En ces termes, ce ralliement à Bonaparte et au Consulat ne mena pas à grand chose.

7Comme Lyon, Le Havre possédait « un solide tradition d’autonomisation des pouvoirs locaux ». Mais la composition de ses élites était assez particulière. Eric Saunier révèle son secret à la fin de sa communication, en revenant sur la période de la fin de l’Ancien Régime lorsque les négociants se lancèrent agressivement dans la traite des esclaves, et par leurs succès, acquirent un statut social spécial, « un statut de noblesse de substitution ». Par conséquent, à la veille de la Révolution, ils formaient une sort de néo-aristocratie qui allait se montrer réfractaire à la plupart des transformations révolutionnaires. Bien sûr on trouve partout en France des individus semblables, mais dans cette ville portuaire il y a une concentration de ces types (ce qui nous renvoie aux thèses de Timothy Tackett sur l’importance de la « densité cléricale » dans la carte de l’opposition à la Constitution Civile du Clergé en 1791.)

8Au Havre, après l’interlude jacobin, ces hommes réapparurent et ils ont établi une sorte de milieu dirigeant politique permanent. Jacques Rialle est la figure de proue de ce milieu, lui qui fut un vigoureux meneur réactionnaire et qui refuse son élection au Conseil des 500 afin de pouvoir toujours participer au gouvernement municipal, duquel il fut évincé en Fructidor. La plupart de ceux qui ont connu le même sort au Havre ont réussi à revenir sur la scène politique locale et de toute façon étaient identiques à ceux qui les remplacèrent. Saunier retrace le fonctionnement d’un long système de cooptation interne d’une ville qui arriva à résister aux interventions spasmodiques de la capitale. Brumaire donna à Rialle, ce « réacteur » notoire, une nouvelle chance, mais qu’il ne put saisir en esprit de ralliement au Consulat, pour finalement être révoqué en l'an XI. Si ses confrères étaient plus malléables, ils affichèrent la même attitude qui représentait « la victoire posthume des nostalgiques de l’Ancien Régime ». Au Havre, Brumaire apparaît impossible ou, mieux encore, vain. Aucun gouvernement parisien n’est arrivé à dompter cette élite socioculturelle réfractaire, cette « opinion insoumise », d’après la formule d’Eric Saunier.

9À propos de Rialle, ainsi que des communications sur l’Eure et l’Aisne, pensons pour un instant à Fructidor, que je conçois comme fortement lié à Brumaire. Il y a quelque temps, j’ai étudié l’impact de Fructidor sur les néo-jacobins et sur leur résurrection politique à travers des journaux, des clubs, des places dans les administrations locales, et des campagnes électorales. Fructidor, dans cette perspective, permit la naissance d’une authentique république dans laquelle les modérés et les démocrates luttaient pour le pouvoir, se méfiant des royalistes. Plus récemment, sous un tout autre point de vue, j’ai considéré Fructidor encore une fois, et son impact m’apparut comme ayant déstabilisé les fragiles institutions de la République (comme avait pu l'anticiper Carnot). Le coup éjecta des douzaines de nouveaux députés conservateurs et des centaines de juges et d’élus locaux qui étaient peu enthousiastes envers la République, qui étaient certes de fervents anti-jacobins, mais qui n’étaient pas de véritables royalistes. En Fructidor, on supprima les droits politiques de ces hommes auxquels on associa les vrais royalistes subversifs, et aussi on priva rétroactivement de leurs droits électoraux des centaines de milliers de votants, portant un coup sévère à la légalité constitutionnelle.

10Au centre du gouvernement, au moins, le Consulat répara ce schisme. Ainsi, Bonaparte dirigeait une réconciliation forcée parmi les élites modérées au travers du gouffre creusé par Fructidor. Comme je le suggérerai dans un livre à paraître sur Napoléon et ses collaborateurs, si l’on considère, par exemple, le Conseil d’État une année après Brumaire, on dirait que Fructidor n’a jamais eu lieu. Assis les uns à côté des autres, on retrouve plusieurs victimes des purges ou des déportations de Fructidor (des hommes comme Benézech, Portalis, Emmery, Fleurieu) et plusieurs partisans du coup de Fructidor (Boulay de la Meurthe, Berlier, Réal, Français de Nantes). Mais le Consulat facilitait-il une telle réconciliation en province ?

11Les départements de l’Eure et de l’Aisne ont souffert de la politique de bascule du Directoire. Dans l’Eure, les néo-jacobins représentaient une force bien organisée ; dans mon ouvrage sur le mouvement démocratique de l’an VI, j’ai en effet pris l’Eure comme étude de cas, en raison de ses réseaux de cercles constitutionnels et de son journal néo-jacobin leur servant d’organe. Toutefois, les directoriaux dans l’Eure devaient l’emporter et ont envoyé au Conseil des 500 les commissaires départementaux, Crochon en l’an VI et Savary en l’an VII. Après le coup de Prairial an VII, cependant, le Directoire révoqua l’administration départementale modérée en raison de ses réponses insuffisantes face au brigandage et à la chouannerie, et la remplaça par une administration néo-jacobine ; Thomas Lindet étant nommé commissaire du Directoire.

12André Goudeau recompose en détail la manière dont les factions ont continué à s’opposer dans l’Eure immédiatement après Brumaire. L’administration départementale néo-jacobine avait ses partisans à Paris, mais beaucoup plus d'opposants. Pendant qu’ils attendaient de connaître la forme des nouvelles institutions du Consulat, les députés du département montent des intrigues de couloir sur le commissaire spécial du Consulat en mission dans l’Eure, Desprez, qui bientôt évinça l’administration en l’accusant de suivre les méthodes de 1793. Ceci, à son tour, provoqua une justification indignée de ces hommes qui avaient fait tout leur possible pour servir la République.

13On en arrive à une question intéressante. Après tout, l’Eure n’étaitil pas le type de département aspirant à une certaine dépolitisation ? Des combats de factions entre modérés et radicaux avaient fait rage pendant trois sinon huit ans à travers une série de purges et de luttes de pouvoir de plus en plus étroits. Quelques mois après Brumaire, bien sûr, lorsque la nouvelle administration préfectorale fut en place, le préfet ne nomma aucun ex-administrateur jacobin à des positions locales (conseiller de préfecture, membre du conseil général). Comme l’observe Goudeau, sans que soient prises des mesures répressives, les jacobins disparurent du devant de la scène. Mais pouvait-il en être autrement ? Les factions rivales dans l’Eure, comme dans la plupart des départements, avaient très rarement montré une quelconque inclinaison à former des coalitions locales, à vivre et à survivre. La seule différence, après Brumaire, c’est que la nouvelle balance politique deviendrait plus ou moins permanente, sans seconde chance à travers des élections ou des changements de personnel dans la capitale.

14L’Aisne était moins divisée entre Jacobins et directoriaux que l’Eure. Néanmoins, l’administration départementale était accusée de s’être plaint de Brumaire, d’avoir traîné des pieds pendant quelques jours avant d’afficher son soutien. Mais ces accusations provenaient de J.-B. Regnart, un activiste réactionnaire, écarté à la suite de Fructidor, puis de nouveau après Prairial, et qui, de toute évidence, souhaitait régler ses comptes. À la différence des administrateurs de l’Eure, cependant, leurs collègues axonais furent maintenus dans leurs postes par le commissaire spécial du Consulat. Laurent Brassart attire l’attention sur un certain clientélisme avant et après Brumaire et suggère l’influence de deux importantes figures parisiennes venant de l’Aisne, le député Jean DeBry et l’ancien ministre Quinette.

15Mais il me paraît que le vrai intérêt de la communication de Laurent Brassart ne repose pas dans son interprétation des réseaux de patronage ou de l’opportunisme courants. Beaucoup plus intéressantes sont les réactions qu’il trouve à la base, qui viennent en réponse aux mesures anti-catholiques du Directoire : sa campagne maladroite d’imposer le calendrier républicain, ses décrets interdisant de travailler les décadis, ses interdictions de faire sonner les cloches ou même d'aller célébrer la messe le dimanche. En passant Brassart qualifie cette politique de néojacobine, mais ce n’est pas le cas. Elle fut promulguée et poussée par les membres anti-jacobins du second Directoire, les architectes des épurations de Floréal an VI. Autant que je puisse en juger, l’administration départementale de l’Aisne n’est pas néo-jacobine (surtout si elle a été liée à Jean DeBry !), mais elle soutenait de manière forcenée cette politique religieuse. L’arrêté de l’administration départementale du 24 messidor an VII, sur la police des cultes, renforça, en fait, les dispositions draconiennes et même illégales.

16Comme le souligne Brassart, dans les semaines qui ont suivi Brumaire, les villages et les bourgs de l'Aisne n'ont pas adhéré a la personne de Bonaparte ou au Consulat, mais ont plutôt approuvé le décès du Directoire, en raison de sa politique religieuse. De même, les ruraux étaient hostiles au système de pouvoir local du Directoire en raison de fréquentes épurations locales et des intrusions du gouvernement central au cours des années passées. Face à Brumaire, ils accueillaient favorablement le démantèlement de ce système d’autorité locale finalement arbitraire (même s’il reste en principe démocratique), ainsi que la suspension de la politique religieuse du Directoire. Tout comme Adam Michnik dans la Pologne des années quatre-vingts, ces citoyens avaient compris qu’ils deviendraient libres en se comportant comme s’ils l’étaient déjà : en rentrant de force dans les églises, en respectant le dimanche, en faisant sonner les cloches. Regagner la liberté religieuse : voilà ce que représente Brumaire dans l’Aisne.

  • 1 Voir I. Woloch, « Republican Institutions, 1797-99 », dans C. Lucas éd., The Political Culture of (...)

17Tout ceci alarma l’administration départementale de l'Aisne. Je suppose que dans leur rapport plaintif ils se désolaient que les « institutions républicaines » s’effondraient, en utilisant ces mots comme ils avaient été utilisés par le Directoire pendant les deux dernières années - non en référence à un système électoral honnête ou aux libertés civiques, mais plutôt à la campagne pour renforcer le décadi et limiter la pratique de la religion catholique, ainsi que celle en faveur de l’instruction publique, qui malheureusement ne se traduisit pour le moment que par des pressions contre les instituteurs catholiques. Si tel est le cas, il est plus facile de comprendre pourquoi la République directoriale s’effondra si facilement1.

  • 2 J.-P. Jessenne, Pouvoir au village et Révolution : Artois, 1760-1848, Lille, 1987, p. 120 ; M. Agu (...)

18Quoi qu’il en soit, parmi les thèmes variés de ces quatre communications, la liberté religieuse se détache comme fondamentale. Comme Jean-Pierre Jessenne le note à propos de l’Artois : « La cohésion villageoise se reconstitue [après Brumaire] sur les bases de l’aspiration à l’autonomie et l’engagement religieux ». Ou, comme l’écrit Maurice Agulhon dans le même sens sur le Var : « Tout se passe donc comme si la chute du Directoire, interprétée par les notables comme une promesse d’ordre, l’avait été par les masses populaires comme l’annonce d’un retour à la vie normale »2.

Notes

1 Voir I. Woloch, « Republican Institutions, 1797-99 », dans C. Lucas éd., The Political Culture of the French Revolution, Oxford, 1988, p. 371-87 ; I. Woloch, « Réflexions sur les réactions à Brumaire dans les milieux républicaines provinciaux », dans Sur la Révolution : Approches plurielles : Mélanges Michel-Vovelle, Paris, 1997.

2 J.-P. Jessenne, Pouvoir au village et Révolution : Artois, 1760-1848, Lille, 1987, p. 120 ; M. Agulhon, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, Paris, 1970, p. 405.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search