Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1- Ordres et désordres : des expériences diverses

Synthèse des débats

Texte intégral

1Plus que dans les premières années de la Révolution, la délimitation et la désignation des courants politiques à l’œuvre sous le Directoire paraissent difficiles et suscitent le débat. Personne ne conteste, certes, la place importante tenue dans la vie publique par les Républicains avancés, mais les mots qui permettent d’identifier leur mouvement, les relations d’héritage qu’ils entretiennent avec les Jacobins ou les sans-culottes de l’an II, ne font pas l’unanimité. La pertinence de l’appellation « néo-jacobin » est notamment mise en question par Claude Mazauric, qui rappelle son inexistence à la fin du XVIIIe siècle et l'opposition d'Alphonse Aulard à son emploi par les historiens ; la notion de « républicain démocrate », ajoute-t-il. paraît plus adéquate. Sans prétendre défendre l'expression néo-jacobin, Jean Tulard souligne qu’elle a le mérite de mettre en exergue les revendications que ce courant avait héritées de l’époque conventionnelle : la loi des otages, l’emprunt forcé voire des mesures d’urgence et de salut public. Danièle Pingué convient volontiers qu’entre la Convention et le Directoire le contexte politique a profondément changé, et que la prudence s’impose dans l’emploi des mots ; elle remarque néanmoins que l’exemple bisontin démontre clairement la permanence du personnel des clubs, de l’époque des Jacobins à celle du cercle constitutionnel.

2La définition du royalisme et de ses motivations, à l’époque directoriale, ne paraît guère plus évidente, et la multiplicité des courants qui se cachent derrière ce désignant commode est soulignée à plusieurs reprises. Mais c’est surtout autour du cas bordelais, étudié par Alan Forrest, que les débats se concentrent. Les liens entre intérêts économiques et choix politiques sont ainsi abordés par Yves Bénot qui, après avoir rappelé l’espoir d’un retour de la traite chez les armateurs de la cité, s’interroge sur l’absence d’une reconversion des activités de la ville à l’époque du Directoire ; Alan Forrest, tout en relativisant l’importance du commerce triangulaire à Bordeaux, convient volontiers de cet attachement du port à ses activités traditionnelles et y voit l’une des raisons de son relatif déclin au siècle suivant. Revenant sur la question, Guy Lemarchand se demande si l’option royaliste de la ville ne trahit pas un calcul politique, la monarchie étant assimilée à une paix porteuse de prospérité commerciale.

3La plupart des interventions, cependant, s’intéressent aux désordres dénoncés et réprimés par les autorités directoriales. Pierre Serna, faisant allusion à la communication de Stephen Clay, met en garde contre la nature policière et répressive des sources utilisées pour détecter le désordre ; dans le cas des départements méditerranéens, il s’interroge sur l’ampleur des troubles de l’époque directoriale et prétend que ceux-ci ne furent généralement pas plus importants qu’à l’époque du fédéralisme, de la Terreur ou de la Terreur blanche ; il y aurait changement de perception du problème de l’ordre public plus que développement incontrôlé des désordres. Roger Dupuy remarque que les sources policières sont essentielles et révélatrices car, en comparant les archives de la répression à des époques différentes, on peut observer l’évolution des troubles recensés ; c’est cette méthode, souligne-t-il, qui prouve, de manière évidente, l’importance du brigandage à l’époque directoriale. La réalité du phénomène est par ailleurs rappelée par Claude Mazauric qui, prenant l’exemple de la Haute-Normandie, évoque l’existence de nombreuses bandes de chauffeurs, dont certaines furent arrêtées et jugées sous le Directoire. Dans le cas du Nord-Est de la France, Gérard Gayot signale d'autres violations organisées des lois, comme ces vols de marchandises et de matières premières destinées à la revente sur un marché parallèle, établi dans les départements réunis.

4Les origines de ces désordres, ou de leur perception particulièrement aiguë par les autorités, paraissent assez difficiles à identifier et tous les intervenants soulignent leur diversité. Pierre Serna évoque l’échec du régime dans sa tentative de former des citoyens, par l’éducation ou par la participation du plus grand nombre aux élections ou à la sociabilité politique ; Claude Mazauric, par référence à Hegel, invoque, quant à lui, la récente séparation de l’État et de la société, si éloignée de l’expérience jacobine de l’an IL Les difficultés économiques et sociales du moment sont également soulignées, et plusieurs intervenants rappellent que le désordre monétaire, la question des biens nationaux ou le problème frumentaire ont leur part de responsabilité dans les troubles observés.

5Reste qu’en France de l’intérieur comme dans les départements réunis, la police, la gendarmerie et l’armée parvinrent souvent à contenir, voire à faire disparaître nombre de bandes de brigands. Pour l’espace belge, Xavier Rousseaux précise que la police, dans les villes, ainsi que la gendarmerie organisée par le général Wirion jouèrent un rôle actif dans ce sens ; les conseils de guerre eurent également un rôle essentiel. Ainsi, l’exemple de l’espace belge apporte des éléments de réponse aux questions posées par Roger Dupuy dans son rapport introductif : oui, affirme Xavier Rousseaux, le Directoire, à partir des années 1797-1798, s’est souvent montré efficace dans sa lutte contre le banditisme, notamment lorsqu’il s’agissait d’arrêter des bandes organisées de chauffeurs ; la répression de ces crimes, poursuit-il, a également permis à l'armée de s’imposer un peu plus comme une force d’appui essentielle du pouvoir. Ce concours des militaires au retour à l’ordre leur a probablement donné confiance en eux-mêmes, reprend Roger Dupuy, et les a un peu plus convaincus de l’incapacité des civils à résoudre, seuls, les problèmes d’ordre public qui se posaient si vivement au sein de la République.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search