Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1- Ordres et désordres : des expériences diverses

Royalisme et refus : Brumaire et la politique de la droite dans le Bordeaux du Directoire

Alan Forrest

Texte intégral

  • 1 Bibl. mun. Bordeaux, ms 713 (7), P. Bernadau, Tablettes, p. 493.
  • 2 P.-J. O’Reilly, Histoire complète de Bordeaux, Paris, 1856, vol. 2, p. 323-324.

1Dans ses Tablettes, l’avocat républicain Pierre Bernadau note que dans sa ville de Bordeaux on « proclame un peu à contre-cœur le décret du 19 brumaire qui supprime le Directoire »1. On est tenté de demander où en est l’évidence, car les témoignages (ou ce qui en reste : bien des documents furent brûlés dans un incendie accidentel) suggère que le passage du Directoire au Consulat s’effectua dans le Bordelais sans beaucoup de regrets. Le régime directorial, semble-t-il, n’avait que peu de fidèles à Bordeaux, et la nouvelle du coup d'état du 18 Brumaire, si elle était largement inattendue, n’occasionna dans la ville ni troubles ni perturbations. Au contraire, elle fut reçue, par les autorités constituées comme par les élites sociales, avec un soulagement mal caché. Le département, par exemple, n’hésitait pas à ajouter sa voix aux multiples louanges déjà prodiguées sur Bonaparte – en tant que chef militaire, bien sûr, mais aussi dans le nouveau rôle de conciliateur national. Sans réserve, il offrit cette recommandation du nouvel ordre politique aux Bordelais. « Citoyens, la République, mal gouvernée pendant deux ans, était sur le penchant de sa ruine. Il fallait une révolution conçue par le génie qui crée, mûrie par la sagesse, qui en calcule les suites, et opérée par la gloire, qui commande l’admiration et entraîne les esprits »2. Même si, à chaque moment de la décennie révolutionnaire où l’on changeait de régime à Paris on sentait en province une forte tentation de flatter le nouveau venant comme mesure de simple prudence, il n’y a aucune raison en brumaire an VIII de douter de la sincérité de cette protestation. Histoire reproduite à travers une grande partie du pays : le Directoire, à gauche comme à droite, était largement méprisé par la population ou, au mieux, se voyait toléré sans enthousiasme par des gens qui le considéraient avec un mélange de désaffection et d’ennui.

2Autrement dit, on acceptait d’ensevelir sans arrière-pensée un Directoire qu’on associait avec les aspects les moins respectés de l’ordre républicain. Pour une bonne partie de la population, l’image du Directoire est déjà fade : celle d’une médiocrité affaiblissante, d’un manque d’inspiration sur le plan législatif, et d’une incapacité à régler les conflits entre les armes exécutives et législatives. On avait de plus en plus tendance à ridiculiser ouvertement la constitution de l’an III avec ses élections annuelles appréciées par personne sinon par ces militants royalistes ou néo-jacobins qui pouvaient en fabriquer les instruments de la chute du régime lui-même. Et on ressentait les ravages administratifs d’un régime qui imposait sur la population des exigeances répétées de caractère symbolique sans lui offrir un encadrement civique compensateur. Aux yeux de beaucoup de Bordelais, le Directoire fut déjà condamné à l’échec face aux défaites électorales successives et à l’essor inexorable du brigandage et du désordre social. C’était un régime voué au geste. S’il propageait l’imagerie de la république, par exemple, en insistant sur la célébration des fêtes décadaires et l’observation du calendrier républicain, ou en maintenant une attitude intransigeante sur l’importance de la laïcité dans l’école, il s’avérait incapable de gérer l’économie, de garantir la valeur de la monnaie, ou de fournir assez de pain et de viande à la grande majorité de la population. On se demandait quels étaient ses véritables réalisations, les avantages qui en revenaient à la population d’une grande ville comme Bordeaux.

  • 3 J. Tulard, Le 18 Brumaire : Comment terminer une révolution, Paris, 1999, p. 48-50.

3Il est vrai qu’il offrait ailleurs un degré de compensation pour la médiocrité sur le plan domestique - dans les victoires militaires en dehors de l’Hexagone, et surtout en Italie. Mais même une armée victorieuse devait lancer un défi à un gouvernement de plus en plus impopulaire : les manœuvres de Pichegru le 18 fructidor an V et la menace répétée d’une nouvelle révolte royaliste en fournissent la preuve. Et quand les armées cessaient de satisfaire au goût national de la victoire, comme cela arrivait vers la fin du Directoire avec les défaites de Macdonald et de Championnet et l’autorité qu’on risquait de perdre l’Italie, quel est l’effet sur l’opinion publique ? Cette vulnérabilité sur le champ de bataille, comblée par l’impuissance des directeurs devant la victoire électorale des néo-jacobins, est à l’origine de l’instabilité exceptionnelle du régime en 1799 qui, si l’on croît à sa propre version des événements, força la main à Bonaparte3. Dans ce contexte, le coup d'État fut accueilli par tous ceux qui craignaient pour le pouvoir et la prospérité du pays, par les classes possédantes, bien sûr, et tous ceux qui avaient intérêt à défendre l’ordre politique et social.

4Tous ceux, d’ailleurs, qui voulaient en finir avec le désordre et l'anarchie sans reprendre le chemin de la monarchie absolue.

  • 4 F. Crouzet, « Le commerce de Bordeaux » et « La conjoncture bordelaise », et J.-P. Poussou, « Les (...)
  • 5 Sur le rôle grandissant des familles protestantes et leur confiance sociale accrue, voir S. Pactea (...)
  • 6 F. Crouzet, « Le bilan de la faillite », dans Bordeaux au dix-huitième siècle, p. 488 ; pour une a (...)

5À Bordeaux cet intérêt était peut-être plus largement répandu que dans la plupart des communautés de province, en raison de sa position commerciale sur la côte atlantique d une part, et des effets calamiteux de la Révolution pour sa prospérité matérielle de l’autre. À vrai dire, c’est moins l’expérience du Directoire même que celle de dix années de révolution qui était à l’origine de cette désillusion. À la fin de l’Ancien Régime, le port de Bordeaux était en progrès, le commerce du vin à son apogée, la traite avec les Îles florissante : le dernier demi-siècle avant 1789 apparaissait comme un âge d’or dans les fortunes du grand négoce du sud-ouest. Et la ville de Bordeaux, en reflet de cette prospérité, connaissait une flambée démographique et culturelle sans équivalent dans son histoire : c’est la période de la construction du Grand Théâtre, de la Place de la Bourse, des grands hôtels commerciaux des Chartrons, bref d’un urbanisme confiant et réussi4. Période, également, qui vit une expansion importante dans les communautés juives et surtout protestantes à Bordeaux, qui contribuaient sensiblement à la prospérité du port5. Par contre, les années depuis la Révolution sombraient dans un déclin qui s’annonçait dramatique - années symbolisées non seulement par la défaite des Girondins dans la Convention, mais par l’échec du fédéralisme bordelais et par une expérience sanglante de terreur qui voyait plus de 300 guillotinés sur la Place Nationale. Côté économique, cette défaite semblait d’autant plus accablante que la présence bordelaise dans les Iles fut détruite et le négoce atlantique atteint par la guerre maritime avec l’Angleterre. Mais, comme le démontré François Crouzet, cette destruction avait aussi des racines dans les actions du gouvernement français, dans les exigences de la Révolution elle-même. Car si le blocus anglais contribuait au déclin de Bordeaux dans cette période, il ne l’effectuait pas tout seul. C’est le gouvernement jacobin, cherchant à nourrir les armées et les sans-culottes de Paris, qui prohiba, dès 1793, l’exportation des marchandises reconnues de première nécessité, et qui décida, le 1er juillet, de mettre sous embargo tout bâtiment de nationalité neutre. Tout comme c’est la Révolution qui encourageait la coopération des négociants en leur imposant des amendes au montant de 5500000 livres pendant les mois de la Terreur et en en guillotinant une quinzaine par ordre de la Commission Militaire6.

  • 7 F. Thésée, Négociants bordelais et colons de Saint-Domingue, Paris, 1972, p. 172-206.
  • 8 P. Gardey, Les négociants et les marchands bordelais au temps du Directoire, an III - an VIII, Uni (...)
  • 9 P. Butel, « L’armement en course à Bordeaux sous la Révolution et l’Empire », dans Revue Historiqu (...)

6Dans ce contexte il est peut-être paradoxal que le Directoire ait réussi à redresser cette image de déclin et même à encourager un modeste rétablissement dans les fortunes du port. En effet, à partir de 1795 la reprise est nette, grâce surtout à la dislocation de la Première Coalition et aux mesures prises pour favoriser la liberté du commerce maritime. Il est vrai que tout n’allait pas également bien, et surtout que l’armement pour les Antilles - pour Saint-Domingue depuis l’insurrection en 1794 de Toussaint Louverture, mais aussi pour la Martinique, saisie par les Anglais pendant la même année - fut anéanti. Quelques négociants bordelais, parmi lesquels on compte des maisons de premier ordre, se montraient incapables de diversifier leurs activités ou de réduire leur dépendance de la traite des Îles, et comme Romberg, Bapst et compagnie, firent faillite dans des conditions spectaculaires7. Mais tout n’était pas perdu. Dans l’atmosphère plus propice à l’échange libre qu’encourageait le Directoire, le commerce bordelais se rétablissait petit à petit, grâce à l’arrivée dans la rade de navires neutres, et surtout américains, entre 1795 et 1798, et à l’activité dans le port même de jeunes négociants et d’armateurs spécialisés dans l’armement en course8. Pour quelques-uns des grands noms de l'ancienne Bourse cette activité sentait un peu la piraterie, la flibusterie du bon vieux temps. Mais pour beaucoup de négociants de cette fin de siècle si calamiteuse c’était l’occasion de regagner un peu l’initiative et de saisir de riches cargaisons aux Anglais - occasion, d’ailleurs, qu’encourageait un gouvernement incapable de fournir par la marine le degré de protection auquel le négoce avait le droit de s’attendre. Dans ces circonstances, l’armement en course compensait en partie les pertes subies avec l’interruption des armements coloniaux ; il contribuait à lancer de nouvelles carrières et était à l’origine de quelques grosses fortunes. Entre 1796 et 1801, donc, Bordeaux armait 163 corsaires contre les vaisseaux britanniques9. Les très respectables Chartrons des Fieffé et des Bonnaffé se réinventaient, pour répondre au nouveau défi des affaires, comme centre d’aventuriers et de spéculateurs.

  • 10 A. Ducaunnès-Duval, « Les municipalités de Bordeaux sous le Directoire », dans Revue Historique de (...)
  • 11 Poussou, « Les conséquences démographiques de la Révolution en France et en Aquitaine », dans Révol (...)

7Mais cette nouvelle prospérité n’était que relative, et ne rappelait en aucune mesure l’âge d'or du négoce colonial qui semblait perdu pour toujours. Même en 1800, l’activité du port restait médiocre, la continuation de la guerre empêchant une vraie relance de l’économie locale. Côté économique, donc, on n’avait pas trop de raisons de féliciter le Directoire. Côté politique, les Bordelais se plaignaient avec amertume du système encombrant d’administration municipale qu’il avait imposé sur Bordeaux en 1796, qui divisait l’ancienne municipalité en trois (celles du Nord, du Sud, et du Centre, avec dans l’ancien hôtel de ville un bureau central, responsable de la police et de l’ordre public), tout en privant la ville d’une partie de son ancienne autonomie10. D’ailleurs, Bordeaux avait subi une grande perte de population, due au revers économique aussi bien qu’à la destruction de la guerre. Depuis 1790 (quand on l'estimait, pas trop scientifiquement, à 110000), la population de Bordeaux était tombée à moins de 93000 en 1797, et la récession occasionnait un taux élevé de chômage pas seulement parmi les marchands et commis-négociants qui dépendaient directement du négoce, mais pour toute une gamme de commerçants et d’artisans divers - tonneliers, cordiers, verriers, arrimeurs - dont l’activité dépendait étroitement de la prospérité du port. Ces pertes furent partagées avec les départements des alentours, pour lesquels les années de la guerre sont marquées par la stagnation et par le déclin démographique - entre 1790 et 1806, le Lot-et-Garonne perd 6,4 % de sa population, la Charente-inférieure 7,4 %, la Gironde 9,7 %, et la Dordogne 11,3 %, indices d'une certaine désindustrialisation de Bordeaux et son arrière-pays11.

  • 12 Sur le respect des fêtes décadaires et la réponse populaire au nouveau calendrier républicain, voi (...)
  • 13 dép. Gironde, 4L16, Canton de Bordeaux intra-muros, lettre de l’administration municipale du 1er a (...)

8Ce recul explique peut-être le manque de regret et d’émotion quand le Directoire fut écarté par le coup d’État militaire du 18 brumaire. On n’avait pas beaucoup à regretter, surtout dans une ville où le taux de participation dans les élections directoriales restait toujours faible et où l’enthousiasme pour les fêtes et pour le symbolisme républicain était largement inexistant. Si l’on voulait voir célébrer ces fêtes - les fêtes décadaires en particulier, qui étaient, ici comme ailleurs, celles qui inspiraient le moins de passion12 - on devait en imposer l’observation par des mesures de police ; on ne pouvait rien accomplir par simple exhortation. En frimaire an VIII, par exemple, l’administration municipale du premier arrondissement de Bordeaux admet qu’elle n’a pas les moyens nécessaires pour faire observer les fêtes par une population indifférente, et que, pour en garantir la célébration, elle aurait dû avoir recours à l’armée, à la force publique. Comme elle explique, le bureau central est « chargé de faire faire par deux commissaires la police dans les temples décadaires les jours de décadis et de fêtes nationales ». Les moyens à sa disposition ne sont pas illimités. « Pour l’exécution de cet arrêté nous avons de suite requis le chef de la colonne mobile de notre arrondissement de faire commander pour chacun de ces jours vingt citoyens en armes ; mais nous sommes fondés à craindre que la réquisition n’ait pas son effet, par la raison que les citoyens de la colonne mobile refusent tout service, alléguant qu’ils sont en réquisition permanente ; c’est un abus que nous vous dénonçons afin que vous y apportiez le remède que votre sagesse suggérera »13.

  • 14 Arch. dép. Gironde, 4L78, Canton de Bordeaux extra-muros, lettre du canton du Bouscat au commissai (...)
  • 15 Arch. dép. Gironde, 4L78, Canton de Bordeaux extra-muros, lettre du département de la Gironde au c (...)
  • 16 Arch. dép. Gironde, 4L78, Canton de Bordeaux extra-muros, questionnaire imprimé au nom de l’admini (...)

9Ils savaient bien l’énormité de la tâche qu’on essayait de leur imposer et n’avaient aucun appétit pour une loi qui avait été reçue par la population avec autant d’incrédulité. Partout dans la région on y désobéissait avec impunité. Au Bouscat, par exemple, on note en l’an VII que « la loi sur la célébration des décadi quant aux mariages » est largement ignorée, que « les époux attendent comme autrefois le mardy pour en célébrer la fête, et ne consomment le mariage qu’après avoir épousé devant le prêtre »14. Ailleurs, le rejet de la loi est même plus flagrant. À Bègles, par exemple, « plus de 400 habitants ont été vus hier décadi, dans les champs, dans les vignes, se livrant avec si peu de gêne et de retenue à leurs travaux ordinaires qu’on eût dit qu’ils n’avaient jamais entendu parler de la loi ». Le département ne peut qu’en exprimer sa désapprobation, notant que « ce scandale frappa surtout les voyageurs, qui, après avoir remarqué dans d’autres cantons les signes ordinaires qui accompagnent les fêtes publiques, c’est-à-dire le repos absolu, les danses, et la recherche dans les ajustemens, crurent, en entrant dans Bègles, n’être plus sur le sol de la République »15. S’il y avait dans le département des communes plus fidèles - comme Cenon - elles étaient peu nombreuses, et le niveau de désaffection populaire restait inquiétant pour les autorités. Le 1er fructidor an VII, le département avait même imprimé un questionnaire aux maires des communes pour rechercher des explications de « l’éloignement » montré par le peuple pour les fêtes nationales et décadaires. Celui de Bègles n’hésite pas à tenir pour responsables les prêtres et les fonctionnaires publics. Il admet franchement que « la loi du 17 thermidor an VI n’est nullement observée dans le canton » ; note que « le peuple préfère pour jour de repos les jours ci-devant fériés » ; et observe que « les prêtres exercent ces jours-là le culte catholique ». Quant aux fonctionnaires publics, ils « donnent de funestes exemples », car « ils suspendent leurs travaux les jours ci-devant fériés, et certains font travailler les décadis suivant ce qu’il m’été dit dans ma tournée »16.

  • 17 Arch. mun. Bordeaux, I10, procès-verbal de la police municipale, 2 brumaire an VIII.
  • 18 Arch. mun. Bordeaux, I10, procès-verbal de la police municipale, 10 brumaire an VIII.
  • 19 Arch. mun. Bordeaux, I10, procès-verbaux de la police municipale, 24 brumaire an VIII.

10En faisant du calendrier républicain l’acidimètre de l’esprit républicain les autorités directoriales encourageaient l’indifférence, sinon la dérision générale. C’était encore une manifestation de leur incapacité a sortir d’une politique de gestes et d'idées désuètes, pour tenter de saisir l’esprit populaire du pays. Mais si cette incapacité explique l’absence presque totale de chaleur et d’enthousiasme pour le régime, elle ne suffit pas à expliquer le ton résolument royaliste de la manifestation qui en suivit. Effectivement, le mois de brumaire an VIII est notable pour le nombre d’incidents rapportés dans les théâtres de Bordeaux, incidents de désordre et de violences, de cris et de chants jugés séditieux. Depuis Thermidor, à Bordeaux comme à Paris, le théâtre est le lieu privilégié pour la protestation de la droite anti-républicaine, et la police y attend toujours le pire. Déjà le 2 brumaire, par exemple, il y a une opération de police importante devant le Grand Théâtre, ou, « à huit heures et demie, 140 Basques ont fermé toutes les avenues dudit théâtre, à l’effet de protéger la visite des papiers des citoyens à la sortie et d’arrêter les conscrits, réquisitionnaires et gens suspects », et on y effectua l'arrestation de plusieurs habitués17. Le 10, dans un rare moment prophétique, on représenta au Théâtre de l’Union l’arrivée de Bonaparte à Paris ; sur quoi, d'après le procès-verbal de police, « on y a chanté l'hymne patriotique et joué des airs républicains »18. Et si le 18 brumaire même, tout restait calme, dans les jours qui suivaient les réactions furent vives, surtout parmi la jeunesse et la bourgeoisie bordelaises. Le 24, par exemple, au Grand Théâtre, des jeunes gens sortant de la séance du soir applaudirent Napoléon en champion de l’ordre public et crièrent à haute voix dans les rues, « À bas les terroristes, les égorgeurs du 20 thermidor, le règne des brigands est passé, vive Buonaparte ! ». Au-dedans du théâtre, ils exigèrent que l’orchestre joue les airs « Tremblez tyrans » et « La Victoire est à nous », et que les artistes chantent les mêmes airs, ce qui fut aussitôt exécuté. Au Théâtre du Lycée, l’accueil pour la nouvelle du coup d’Etat fut également ambigu. On applaudit chaque article du décret qui créa le nouveau Consulat ; on cria « à bas les Jacobins », tout en exigeant « vengeance et justice » ; et à la lecture des noms des membres du département, comme Balguerie, président, « quelques vois ont crié Non, à bas, ils ne sont plus... »19. Partout, semble-t-il, la réception était pareille, chez les jeunes gens, parmi lesquels on compte un nombre considérable de royalistes, unis par leur désir de voir disparaître le Directoire et s’identifiant de plus en plus avec l’image militaire et la promesse d’ordre social que leur apportait Napoléon.

  • 20 Arch. mun. Bordeaux, I10, procès-verbaux de la police municipale, 26-30 brumaire an VIII.

11Dans les derniers jours de brumaire, le théâtre bordelais fut transformé par l’auditoire en lieu de lutte politique, où les spectateurs jouaient un rôle principal, égal à celui des artistes. La gauche, la République, le bureau central et les trois administrations municipales de la ville furent tous mis en cause. Considérez, par exemple, cette mise en scène du 26 brumaire au Grand Théâtre, quand « des jeunes gens du parterre ont lu un imprimé que nous n’avons pu entendre », qu’ensuite une ou deux voix ont crié, « À bas la Grande Quille, à bas le Bureau Central », mais un citoyen a crié que le général s’était concerté avec un membre du bureau central pour n’envoyer que des commissaires probes à la loge de police, ce qui a terminé par ces mots : « C’est la première fois qu’il remplit les vues du Général Bonaparte ». Le 30 le même esprit de soupçon et de méfiance envers les commissaires des trois municipalités tourne à des menaces et des violences. Des jeunes gens montèrent dans la loge de police du théâtre, en disant au commissaire d’en sortir, « et sur son refus il l’avait rudement saisi par le bras, lui avait déchiré la manche de son habit et l’avait entraîné dehors ». Heureusement que les commissaires de police intervinrent ensuite pour garantir sa sûreté en le faisant sortir, discrètement, par la porte de derrière, car devant le théâtre l’atmosphère était lourde et troublante : là, disent-ils, « nous avons vu un grand rassemblement de personnes qui attendait qu’il sortait »20.

  • 21 Arch. mun. Bordeaux, I12, Police des théâtres, rapport du 16 messidor an III.
  • 22 Arch. mun. Bordeaux, I12, Police des théâtres, rapport du 12 pluviôse an III.

12Que l’esprit public se montrât dans les loges des théâtres à l’occasion de la chute du Directoire ne devrait pas surprendre, car depuis le 9 thermidor Bordeaux, comme Paris, avait été témoin de véritables guerres de théâtres entre les républicains ou néo-jacobins d'une part, et leurs rivaux à droite de l’autre - conservateurs, cléricaux, et fréquemment royalistes. Le théâtre révolutionnaire constituait un espace politisé, avec quelques productions ouvertement républicaines et toutes les pièces soumises à une censure rigoureuse. Au théâtre on entrait dans une sphère publique où il était quasiment impossible de ne pas parler politique, et où les gens de la bonne bourgeoisie avaient l’habitude de se rencontrer et de discuter entre eux. La position topographique du Grand Théâtre surtout, en plein centre, dominant les allées de Tourny entre les quais et l'Intendance, lui donnait une place symbolique dans le Bordeaux du barreau et du négoce. Et parmi les jeunes gens de la période thermidorienne et directoriale, il y en avait beaucoup qui partageaient les goûts et les ressentiments d’une bourgeoisie qui s’était sentie privée pendant la république jacobine de ses plaisirs habituels, bourgeoisie d’ailleurs de plus en plus attirée par l’ostentation et le luxe. En l’an V en particulier, le théâtre semble répondre à ces besoins et à ces préférences, leur offrant des drames politiques anti-égalitaires, comme Le Jacobin aux Enfers ou L’Intérieur des Comités Révolutionnaires. Mais pour beaucoup de jeunes gens, l'importance n'est pas le programme mais les tribunes ; on allait au théâtre pour participer à un acte de défi collectif contre les autorités républicaines. Les rapports de police de l’an III, de l’an IV et de l’an V sont bourrés de plaintes sur le niveau inacceptable de bruit et de désordre dans les théâtres, le chant de l’anthem royaliste, le Chant du Départ, le manque de respect pour le gouvernement et pour son hymne patriotique, la Marseillaise, les murmures dans les tribunes, les voies de fait contre des administrateurs du bureau central et des officiers de la Garde nationale. En messidor an III, par exemple, Jean Calas, pièce particulièrement hostile à l’opinion royaliste et catholique, fut huée par une grande section de l’auditoire et interrompue par des cris de vengeance à figer le sang, poussés contre Lacombe, Bertrand et les autres chefs des jacobins toujours en liberté21. Pour reprendre les mots d’une plainte déposée en pluviôse an III, ces gens-là n’étaient pas des amateurs du théâtre, mais plutôt « des agitateurs pour qui le trouble est un besoin, l’hymne de la liberté une torture, et le désordre une occasion de plus de témoigner leur haine contre les principes de la Révolution »22.

  • 23 P. Bécamps sous la direction de, Un Bordelais sous la Terreur : mémoires de Jean-Baptiste Brochon,(...)
  • 24 J.-S. Rollac, Exposé fidèle des faits authentiquement prouvés qui ont précédé et amené la Journée (...)
  • 25 G. Caudrillier, L’Association royaliste de l’Institut Philanthropique à Bordeaux, Paris, 1908, p. (...)

13Ils étaient d’un type bien connu aux services de l’ordre de la Gironde, hommes de la droite royaliste et cléricale qui avaient constamment montré un dédain pour la Révolution et pour la loi républicaine. Pour leurs ennemis ils étaient des nantis, des fripons, des gens sans aveu qui n’avaient aucun intérêt à sauver la chose publique et aucun sens de responsabilité collective. Mais il importe de noter qu’il y a dans Bordeaux même une forte tradition de mouvements politiques de la droite et de l’extrême-droite antirévolutionnaires qui parcourt la majeure partie de la décennie révolutionnaire. En 1790, les royalistes girondins pouvaient choisir entre le Club monarchique et la Société des amis de la Paix. Plus tard, au moment de la Terreur, Ravez et Brochon formèrent un club ouvertement royaliste pour mobiliser les jeunes désaffectionnés comme eux-mêmes, la société de la Jeunesse bordelaise ou Société de Belleville23. Si ce club ne survit pas à une persécution inévitable, le Directoire fournit aux royalistes bordelais l’opportunité de se regrouper sous des titres anodins comme la société du Gouvernement (qui organisait, entre autres choses, des soirées musicales) ou l’Institut Philanthropique. L’existence de ces sociétés, vouées à la propagation d’idées royalistes parmi la bonne société, ne créait pas par ses seuls efforts un mouvement nombreux ou populaire ; même Jean-Sébastien Rollac, publiciste royaliste à Bordeaux sous la Restauration, admet que le royalisme n’avait pas de soutien véritablement populaire avant 180324. Mais elle produisait une atmosphère de peur et de méfiance, ainsi qu’une structure dont les royalistes pouvaient se servir à tout moment. Car avec l’Institut Philanthropique ils avaient un mouvement secret bien enraciné et avec des affiliés partout dans le Midi et le Sud-ouest. Bordeaux n’était pas que le centre du mouvement en Guyenne, mais une véritable capitale régionale du royalisme, avec des associés dans la Dordogne et les deux Charentes aussi que dans les départements aquitains25.

  • 26 Arch. mun. Bordeaux, 15, Police locale, lettre du commissaire du Directoire exécutif Pierre Thomas (...)
  • 27 S. Redon, « Les journées des 19 et 20 thermidor an VII vues par le Bureau central du canton de Bor (...)
  • 28 Caudrillier, « Bordeaux sous le Directoire », dans Révolution française, 70, 1917, p. 44.
  • 29 Arch. dép. Gironde, 4L16, lettre du bureau Central du Canton de Bordeaux au ministre de la Police (...)

14En l’an VII, des bruits courent de tous les côtés. Il y a dans Bordeaux un chef de chouans, ainsi qu’un enrôleur important à la cause de la monarchie. « On introduit dans la cité des fusils qu’on renferme dans des sacs pour mieux les cacher, on se sert des portefaix pour le transport ». « Les royalistes aiguisent leur poignards et les républicains sont sans armes ». « Plusieurs jeunes gens se font faire des uniformes semblables à celui des Basques, afin, sans doute, d’exécuter à la faveur de ce travestissement, quelques coups désastreux »26. Les royalistes assemblent des compagnies d’élite, composées d’anciens militaires, de déserteurs et de proscrits, pour attaquer les républicains27. Leur organisateur militaire est Papin, ancien soldat destitué de l’Armée des Pyrénées et maintenant épicier en gros à Bordeaux, qui serait promu maréchal de camp par une Restauration reconnaissante28. Et ils le font impunément. D'après les autorités, si les royalistes constituent une véritable menace à l’ordre public, c’est parce que les tribunaux les traitent avec une indulgence criminelle en refusant de les condamner. Exaspéré, le bureau central demande au ministre de la Police générale d’intervenir et de prendre plus au sérieux ces attroupements. Il propose même d'envoyer les accusés devant un conseil de guerre29.

  • 30 Arch. dép. Gironde, 1M697, correspondance sur l’érection du monument, y compris une lettre de Comb (...)
  • 31 Arch. dép. Gironde, 1M697, Fête de la Paix, lettre du préfet de la Gironde au ministre de l’Intéri (...)

15S’il n’y a que peu de royalistes acharnés dans le Bordeaux de l’an VIII, par contre nombreux sont ceux qui désirent ardemment la paix, l’ordre social, et une stabilité institutionnelle dont le Directoire s’était avéré incapable ; des gens qui, devant la fragilité des institutions républicaines et le manque de direction stratégique de ses gouvernements, acceptent de faire cause commune avec les militants de l'Institut Philanthropique en accueillant le régime consulaire. Si donc on peut parler d’un « moment napoléonien » en brumaire an VIII, c’est dans ce sens seulement : le moment où la droite royaliste et les conservateurs sociaux arrachent la ville à l’étreinte des républicains dans le but de rétablir l’ordre et de sévir contre les « fléaux » de la criminalité et du banditisme. Il n’implique pas une grande conversion aux idées ni au culte de Bonaparte. A court terme, il est vrai, il y a des causes de célébration. En l’an IX on parle d’ériger à Bordeaux un monument aux soldats morts pour la liberté, ce qui devrait réunir par son symbolisme Révolution et Consulat30. Peu après le peuple est invité à célébrer la fête de la Paix, suivant la signature du traité de Lunéville. Comme nous le rappelle le nouveau préfet, c'est une célébration qui réjouit surtout les Bordelais. Car « partout on regarde ce traité comme le présage de la paix maritime et de la renaissance du commerce ». Il continue ainsi : « Un peuple immense servait de cortège aux autorités... La joie brillait dans tous les yeux, non plus cette joie contrainte et forcée qui se remarquait dans les cérémonies publiques lorsqu’un gouvernement variable dans ses principes n’inspirait pas une confiance générale. C’était l’expression du sentiment. Aussi s’accorde-t-on à dire que depuis le 14 juillet 1790 aucune fête à Bordeaux n’attira tant de concours et ne fit autant de plaisir »31.

  • 32 Arch. dép. Gironde, 1M330, rapport du commissaire-général de police au conseiller d’Etat, 15 messi (...)
  • 33 Arch. dép. Gironde, 1M330, Opinion publique à Bordeaux, rapport de la municipalité du Sud au préfe (...)

16Pour une fois nous devrions peut-être croire à cette protestation préfectorale ! Les Bordelais, sans aucun doute, rêvaient au jour où la paix, et surtout la paix maritime, leur permettrait de reprendre leurs commerces et leurs métiers de la mer. Mais ils étaient plutôt attachés au principe de la paix qu’au gouvernement ou à la personne de Bonaparte. Bientôt les rapports sur l’esprit public seraient de nouveau dominés par des bruits d’une reprise de la guerre ; et on reprit les plaintes sur l’état de délabrement du port, et les dénonciations des autorités municipales pour leur inaction, leur inefficacité. Quand Napoléon se fit empereur en 1804, Bordeaux se rallia à lui, mais sans enthousiasme aucun. Encore une fois c’est à la paix et au retour de la prospérité que rêvaient ses élites, et à peu de choses d'autre. Le commissaire-général de police dans la ville exprima ainsi la mentalité de la population : « Bordeaux, réduit à la nullité par la stagnation du commerce, par l’inaction de toute espèce d’industrie, soupire ardemment après le retour de la paix. L’avènement de Napoléon au trône impérial, sollicité par le vœu de ses habitants, en offrant un ordre immuable de stabilité et de tranquillité, est considéré ici comme le préliminaire de cette pacification si désirée qui, rétablissant la liberté des mers, doit rendre à cette grande ville toute sa gloire et toute sa prospérité »32. Effectivement, il est difficile d’écarter l’impression que les Bordelais jugeaient leur gouvernement par un seul critère - sa capacité de leur livrer la paix. Les autres aspects de la politique napoléonienne les laissaient indifférents. Ils n’avaient que peu d’appétit pour une guerre glorieuse mais surtout coûteuse, et la Gironde figure toujours parmi les départements français avec les taux les plus élevés d’insoumission et de désertion militaires. D’ailleurs, le Concordat avec l’église n’éveilla que peu d’intérêt dans la population : les autorités admettent que « le Concordat n’est point exécuté » dans Bordeaux, en expliquant que la population y est très diversifiée : il y a « un très grand nombre d’indifférens, quelques contradicteurs, des approbateurs en plus grande quantité »33. Quant aux royalistes, ils n’avaient aucun intérêt à approuver une religion d’état ou à offrir leur soutien à Napoléon. Le Concordat ne servirait enfin qu’à réaffirmer leur fidélité à la cause des Bourbons.

  • 34 Tudesq, « La Restauration, renaissance et déceptions », dans L. Desgraves et G. Dupeux sous la dir (...)

17La loyauté des Bordelais à la cause impériale serait toujours suspecte. Le même Bonaparte, qui apparut à un moment donné comme prometteur de paix et de stabilité, fut vite identifié à une politique d’agression et de conquête continentale qui devait apporter un blocus maritime nuisible aux fondements du grand négoce du Sud-ouest. Ce qui explique sans doute la joie apparente avec laquelle les Bordelais accueilliraient le retour des Bourbons en 1814, et la réputation de Bordeaux au XIXe siècle d’être une ville conservatrice, attachée au maintien d’un ordre social et monarchiste. Laissons le dernier mot au préfet de 1814, le comte de Tournon, qui notait l’esprit partisan de la population face à une Restauration qui se conformait à leurs idées et à leurs instincts de survie. « L’exécration de Buonaparte, écrit-il à son ami Prosper de Barante, n’est nulle part aussi vive ; elle est dans toutes les classes, et les petites filles dansent dans les rues en chantant des chansons contre lui »34. L’Empire, tout comme le Directoire, ne fut pas pleuré. À Bordeaux, semble-t-il, ce sont les royalistes qui rient les derniers.

Notes

1 Bibl. mun. Bordeaux, ms 713 (7), P. Bernadau, Tablettes, p. 493.

2 P.-J. O’Reilly, Histoire complète de Bordeaux, Paris, 1856, vol. 2, p. 323-324.

3 J. Tulard, Le 18 Brumaire : Comment terminer une révolution, Paris, 1999, p. 48-50.

4 F. Crouzet, « Le commerce de Bordeaux » et « La conjoncture bordelaise », et J.-P. Poussou, « Les structures démographiques et sociales », dans F.-G. Pariset éd., Bordeaux au dix-huitième siècle, Bordeaux, 1968, p. 221-323, 325-369.

5 Sur le rôle grandissant des familles protestantes et leur confiance sociale accrue, voir S. Pacteau de Luze, Les Protestants et Bordeaux, Bordeaux, 1999, surtout p. 90-114.

6 F. Crouzet, « Le bilan de la faillite », dans Bordeaux au dix-huitième siècle, p. 488 ; pour une appréciation de la carrière de Lacombe et l’histoire de la Terreur à Bordeaux, voir P. Bécamps, La Révolution à Bordeaux, 1789-1794 : J.-B.-M. Lacombe, Président de la Commission Militaire, Bordeaux. 1953.

7 F. Thésée, Négociants bordelais et colons de Saint-Domingue, Paris, 1972, p. 172-206.

8 P. Gardey, Les négociants et les marchands bordelais au temps du Directoire, an III - an VIII, Université de Bordeaux-III, TER, 1985, p. 17ff.

9 P. Butel, « L’armement en course à Bordeaux sous la Révolution et l’Empire », dans Revue Historique de Bordeaux, NS 15, 1966.

10 A. Ducaunnès-Duval, « Les municipalités de Bordeaux sous le Directoire », dans Revue Historique de Bordeaux et du Département de la Gironde, 1913.

11 Poussou, « Les conséquences démographiques de la Révolution en France et en Aquitaine », dans Révolutions en Aquitaine de Montesquieu à Frédéric Bastia : Actes du XLIIe Congrès d’Etudes Régionales, Bordeaux, 1990, p. 279.

12 Sur le respect des fêtes décadaires et la réponse populaire au nouveau calendrier républicain, voir la thèse de M. Shaw, Time and the French Revolution, 1789 - an XIV, University of York, D. Phil., 2000.

13 dép. Gironde, 4L16, Canton de Bordeaux intra-muros, lettre de l’administration municipale du 1er arrondissement de Bordeaux au département de la Gironde, 18 frimaire VIII.

14 Arch. dép. Gironde, 4L78, Canton de Bordeaux extra-muros, lettre du canton du Bouscat au commissaire du Directoire exécutif, 29 frimaire VII.

15 Arch. dép. Gironde, 4L78, Canton de Bordeaux extra-muros, lettre du département de la Gironde au commissaire du Directoire exécutif, 11 ventôse VII.

16 Arch. dép. Gironde, 4L78, Canton de Bordeaux extra-muros, questionnaire imprimé au nom de l’administration départementale, 1er fructidor an VII, et envoyé au citoyen Deslubet à Bègles.

17 Arch. mun. Bordeaux, I10, procès-verbal de la police municipale, 2 brumaire an VIII.

18 Arch. mun. Bordeaux, I10, procès-verbal de la police municipale, 10 brumaire an VIII.

19 Arch. mun. Bordeaux, I10, procès-verbaux de la police municipale, 24 brumaire an VIII.

20 Arch. mun. Bordeaux, I10, procès-verbaux de la police municipale, 26-30 brumaire an VIII.

21 Arch. mun. Bordeaux, I12, Police des théâtres, rapport du 16 messidor an III.

22 Arch. mun. Bordeaux, I12, Police des théâtres, rapport du 12 pluviôse an III.

23 P. Bécamps sous la direction de, Un Bordelais sous la Terreur : mémoires de Jean-Baptiste Brochon, Bordeaux, 1989, passim.

24 J.-S. Rollac, Exposé fidèle des faits authentiquement prouvés qui ont précédé et amené la Journée de Bordeaux du 12 mars 1814, Paris, 1816, p. 15-20.

25 G. Caudrillier, L’Association royaliste de l’Institut Philanthropique à Bordeaux, Paris, 1908, p. xxii.

26 Arch. mun. Bordeaux, 15, Police locale, lettre du commissaire du Directoire exécutif Pierre Thomas, 25 thermidor an VII, et pétition au bureau Central, 28 thermidor an VII.

27 S. Redon, « Les journées des 19 et 20 thermidor an VII vues par le Bureau central du canton de Bordeaux », dans Revue Historique de Bordeaux et de la Gironde, NS 34, 1990-1992, p. 65-66.

28 Caudrillier, « Bordeaux sous le Directoire », dans Révolution française, 70, 1917, p. 44.

29 Arch. dép. Gironde, 4L16, lettre du bureau Central du Canton de Bordeaux au ministre de la Police Générale, 23 fructidor an VII.

30 Arch. dép. Gironde, 1M697, correspondance sur l’érection du monument, y compris une lettre de Combes, « architecte de la Préfecture », an VIII.

31 Arch. dép. Gironde, 1M697, Fête de la Paix, lettre du préfet de la Gironde au ministre de l’Intérieur, 23 germinal an IX.

32 Arch. dép. Gironde, 1M330, rapport du commissaire-général de police au conseiller d’Etat, 15 messidor an XII.

33 Arch. dép. Gironde, 1M330, Opinion publique à Bordeaux, rapport de la municipalité du Sud au préfet, 24 frimaire an XI.

34 Tudesq, « La Restauration, renaissance et déceptions », dans L. Desgraves et G. Dupeux sous la direction de, Bordeaux au dix-neuvième siècle, Bordeaux, 1969, p. 35.

Auteur

Université d'York

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540