Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1- Ordres et désordres : des expériences diverses

Désordre et retour à l’ordre autour de Brumaire : l’exemple de Félix Lepeletier de Saint-Fargeau

Laurence Ancet

Texte intégral

1L’histoire est parfois injuste avec certains personnages. Longtemps Félix Lepeletier de Saint-Fargeau n’a été connu que comme le frère du célèbre martyr de la République et pour avoir activement participé à la Conjuration des Égaux. C’est réduire à peu de chose pourtant un parcours politique plus complet. Il est peu de grands moments de la période révolutionnaire et post-révolutionnaire où il n’ait joué un rôle.

2À l’époque de Brumaire, il serait exagéré de le voir comme un personnage de premier plan. Cependant, il est un des meneurs de l’agitation démocrate, un des « coryphées des exclusifs » comme dit la police. À ce titre, son exemple permet d’évoquer un aspect de l’opposition qui se manifeste autour de Brumaire. Le plébiscite sur la Constitution de l’an VIII est orchestré de telle façon qu’il apparaît comme une manifestation éclatante en faveur du nouveau régime. Mais tous ne s’en satisfont pas, loin de là. Lepeletier est, à cette époque de Brumaire, un de ceux qui refusent le « nouvel ordre » proposé à la France. Quelles sont alors ses revendications politiques ? À quoi aspire-t-il pour les Français ?

3Un regard sur l’agitation que Lepeletier entretient autour de lui après le coup d’État permet aussi de montrer qui sont les hommes qui l’entourent, de s’interroger sur la permanence de certains liens politiques, entre anciens babouvistes par exemple.

4Enfin, l’exemple de Félix Lepeletier à l’époque de Brumaire et dans ces années du Consulat permet d’évoquer la manière dont l’appareil d’État met en place un système, policier notamment, pesant, qui finit par laisser bien peu de marge à l’opposition. Qu advient-il de Lepeletier ? Comment le Consulat tente-t-il de le faire rentrer dans le rang ?

***

  • 1 F. Lepeletier, Histoire de la Révolution et de la Restauration, vol. 3, p. 57.

5Après le coup d’État du 18 Brumaire, Félix Lepeletier réagit très vite. Il dénonce d’abord la façon dont Bonaparte vient de prendre le pouvoir. Il y voit un acte de « tyrannie », « la tyrannie dans son vrai sens grec, l’autorité usurpée sans le vœu du peuple »1.

6De plus, Lepeletier rejette la Constitution qui est alors proposée aux Français et qui, selon lui, ne correspond pas aux aspirations du moment. Dans son refus motivé de la Constitution de l’an VIII, voici ce qu’il écrit :

  • 2 E. Tambour, Etudes sur la Révolution en Seine-et-Oise, Paris, 1913.

« Le peuple français devait s’attendre à ce que l’on ne lui présenterait qu’une constitution basée sur la liberté, l’égalité, le système représentatif, et qui offrirait une garantie suffisante pour la sûreté des personnes et des propriétés ; ne reconnaissant pas tous ces caractères à la constitution présente, comme citoyen français, je la rejette »2.

  • 3 Moniteur universel du 29 messidor an VII, 17 juillet 1799.
  • 4 Moniteur universel, 9 thermidor an VII.
  • 5 Rapport de police du 30 floréal, 20 mai 1800.

7À l’époque de Brumaire, Félix Lepeletier ne fait plus partie de ceux qui agitent encore le spectre de la loi agraire ; et à la démocratie directe, il préfère désormais la démocratie représentative. Ce sont ces positions modérées qu’il défendait déjà, à la veille du coup d’Etat, au Club du Manège, avec des hommes comme Destrem ou Talot. Autour de Brumaire, ses positions sont beaucoup plus modérées qu’à l’époque de la Conjuration des Égaux, et il rejette désormais les coups de force, l’insurrection comme moyen de prendre le pouvoir ; il prône au contraire la voie légale. Enfin, il exprime avec force son attachement à la représentation nationale, bafouée par le nouveau régime. Dans un discours enflammé du 14 juillet 1799, il avait appelé à serrer les rangs autour de la représentation nationale, à faire confiance au Corps législatif et à prêter serment à la Constitution de l’an III3. Ce programme d’union, de cohésion, lui avait d’abord attiré les foudres de la tendance la plus radicale du Club du Manège, et Ricord l’avait taxé de « modérantisme »4. Après le coup d’Etat, la police amalgame un temps Lepeletier aux plus extrémistes, prétend qu’il souhaite le retour de 17935. Puis les renseignements qu’elle recueille fin juin l’amène à dresser ce constat :

  • 6 Rapport de police du 30 juin 1800

« Anarchistes : leurs derniers projets, antérieurs à la journée de Marengo, étaient de rétablir la Constitution de l’an III en cas que l’Armée d’Italie fut vaincue, comme ils l’espéraient. De là les avis donnés à quelques membres des Anciens et des Cinq-Cents de se tenir prêts à se réunir au premier signe. On donne les noms des cinq directeurs qu’ils se proposaient de nommer : Antonelle, Félix Lepeletier, Marchand, Merlin, Roger Ducos »6.

8Antonelle, mais aussi Germain et Lecointre... Ce sont toujours les mêmes hommes qui gravitent autour de Lepeletier. En fait, quand se produit le coup d’État, le réseau versaillais de ces hommes se met en branle aussitôt.

  • 7 Voir à ce sujet les travaux de B. Gainot, Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire, structu (...)

9Lepeletier réside à Versailles depuis 1794-1795, au Petit Montreuil. Il y a tissé des liens forts avec Antonelle, Germain et Lecointre. Ils y mènent une vive activité politique, notamment au sein du Cercle constitutionnel où ils militent ensemble en 17987. Après le coup d’Etat, c’est ce même réseau, déjà organisé, soudé, qui entre en action. La signature de Lecointre, rejetant la Constitution de l’an VIII, figure juste au-dessous de celle de Lepeletier. Fréquemment, de grands dîners ont lieu chez Félix, où l’on critique le gouvernement et la Constitution. Antonelle, Germain et Lecointre y accueillent un grand nombre de démocrates. Ils « méditent tous les moyens d’entraver la marche du gouvernement ». Antonelle prépare un réquisitoire contre la Constitution, dont il doit donner lecture chez Lepeletier.

  • 8 Rapport de police du 20 floréal an VIII, 10 mai 1800.

10Ensemble, ils mènent le combat de front, à Paris et à Versailles. Dans la capitale, ils font de fréquentes apparitions. Lepeletier dîne aux Champs-Élysées, fréquente les cabarets des faubourgs et surtout le café de Chrétien, autant d’endroits que la police présente comme des lieux de rassemblement des exclusifs. Les contacts et les agents que Lepeletier utilise montrent que les liens avec les anciens Babouvistes ne sont décidément pas morts. La police dit que « le nommé Beaujour, colporteur du journal de Babeuf, est l’homme dont ils se servent habituellement » pour porter les ordres et la correspondance8.

11Par ailleurs, Lepeletier parcourt tout le département de Seine-etOise ; les rassemblements des « exagérés » ont lieu tantôt à Linas, tantôt à Arpajon ou à Marcoussis, ou encore à Courbevoie ou Viroflay. Le mouvement de contestation mené par Lepeletier, mais aussi Antonelle et Germain, rayonne depuis Versailles sur tout le département

  • 9 Rapport de police du 11 prairial an VIII, 31 mai 1800.

12Enfin, Lepeletier et Antonelle ont, dans les mois qui suivent le coup d’État, de nombreux contacts avec des militaires. « Les officiers destitués, réformés, qui se trouvent à Paris continuent à tenir des propos contre le gouvernement. On assure que l’ex-général Gagny est un de ceux qui cherchent avec le plus d’adresse à leur monter la tête. Cet homme est l’ami intime d’Antonelle et de Félix Lepeletier. Il a de longues et fréquentes conférences avec eux, soit à Versailles, soit à Paris »9. En juin, Châteauneuf et Gagny dînent à Versailles avec Lepeletier, Antonelle et Germain : ils y discutent de la correspondance qu’ils entretiennent avec les « frères de l’Armée du Rhin » ; et, fin juin 1800, des tentatives de rapprochement sont faites envers Rossignol. C’est à cette même époque que l’on apprend que trois « exagérés » de Seine-et-Oise ont été envoyés en mission à Milan, auprès de l’armée d’Italie.

  • 10 Rapport de police du 30 prairial an VIII, 19 juin 1800.

13Même si Lepeletier et ses compagnons changent souvent de lieux de réunion « afin d’échapper aux regards de la police », agissent « avec mystère » et ne confient leur correspondance « qu’aux agents les plus discrets », la surveillance policière est trop forte et leur réseau est infiltré : « Antonelle et Lepeletier [...] continuent à intrigailler, mais ils sont d’une prudence et d’une réserve telles qu’on ne pourrait rien pénétrer, si l’on avait près d’eux un agent qu’ils croient des leurs »10.

14Tout est en place déjà pour faire taire cette opposition, et la soumettre à l’ordre souhaité par Bonaparte. Les jacobins, les anciens babouvistes, pour nombre d’entre eux, vivent leurs dernières heures de combat. Et l’exemple de Lepeletier montre comment la répression s’abat alors progressivement et presque méthodiquement sur eux.

  • 11 Une première sentence était tombée dès le lendemain du coup d’État ; Lepeletier avait été compris (...)

15Si au lendemain du coup d’Etat, Bonaparte ne se sentait pas encore assez assuré pour mettre à exécution les mesures de répression envisagées par Fouché dès le 20 Brumaire11 contre les Jacobins, il n’en est plus de même un an plus tard.

16Il semble que Fouché ait d’abord tenté de faire pression sur les opposants du milieu démocrate, en utilisant les menaces et l’intimidation. En effet, Lepeletier raconte dans son Histoire de la Révolution et de la Restauration que Fouché lui aurait adressé, à l’automne 1800, un premier avertissement lui indiquant qu’il ferait mieux de s’éloigner de Paris. Lepeletier relate ainsi l’événement : trois mois avant l’attentat du 3 nivôse, « l’auteur de cet ouvrage (refusa) de se soumettre à une signification d’exil de la bouche même de Fouché. Ce ministre de la police n’osa pas pousser la chose plus loin. Il lui dit : vous avez tort ».

  • 12 Arch. nat. 90AP54, dossier 5, lettre de Félix Lepeletier à Suzanne, 18 brumaire an IX (9 novembre (...)

17Tout en refusant de se soumettre, Lepeletier prend-t-il ces menaces au sérieux ? Il semble bien qu’il y ait une inflexion de son comportement à cette époque, vers l’automne 1800. D’abord, les rapports de police citant Lepeletier deviennent moins nombreux et leur contenu moins alarmiste à partir de la fin du mois de septembre, le début du mois d’octobre 1800 : s’il mène toujours une certaine forme d’opposition avec les démocrates, elle semble bien cependant se ralentir. De plus, ce qui paraît aussi indiquer que Lepeletier ressent l’injonction de Fouché comme une menace réelle, c’est son intention, vers la fin du mois d’octobre, le début du mois de novembre, de quitter Versailles, de s’installer en province, loin de Paris, à Bacqueville-en-Caux où il vient d’hériter d’une grande propriété. Il envisage visiblement ce départ comme quelque chose de définitif puisqu’il cherche à vendre sa propriété de Versailles. Il songe alors la céder à sa nièce Suzanne Lepeletier de Saint-Fargeau, la fille du martyr. Celle qui fut proclamée « première pupille de la Nation » en 1793, à la mort de son père, a maintenant 18 ans et est toujours à la tête d’une belle fortune. Félix Lepeletier lui écrit le 9 novembre 180012 pour lui faire part de son intention de se retirer en Normandie :

« La nouvelle habitation que je viens d’avoir par l’effet de nos partages, ma chère nièce, est utile et agréable. Je suis dans la résolution de vendre ma maison de Versailles, deux habitations devenant d’une trop forte dépense pour ma fortune [...] Je vous avoue que dans l’intention de m’en défaire, je vous préférerais à tout autre ». Et Lepeletier d’ajouter. « Répondez-moi je vous prie sur cet article le plus vite possible attendu qu’il entre dans mes arrangements de terminer promptement cette affaire ».

  • 13 Aulard, Paris sous le Consulat, rapport de police du 18 brumaire an IX, 9 novembre 1800, p. 796.
  • 14 Journal des hommes libres.

18Pourquoi tant de hâte ? Les menaces se précisent-elles ? Début novembre, Lepeletier s’est en effet retiré à Bacqueville, bien qu’il n’ait pas encore pu vendre sa maison de Versailles. La propriété dont il a hérité en Normandie d’un parent décédé en 1796, le marquis de Boyvin, se trouve à une quarantaine de kilomètres de Rouen : le château, récent, construit vers 1770, se situe un peu en retrait du bourg, au hameau du Tilleul. Faut-il comprendre ce départ de Lepeletier comme une fuite devant le danger, un début de soumission aux pressions exercées par la police de Fouché ? Rien n’est moins sûr à ce moment-là. Ce départ peut aussi se lire comme la volonté d’établir en province, plus à l’abri de la surveillance policière (du moins le croit-il peut-être), un camp retranché de l’opposition démocrate. En effet, Lepeletier appelle aussitôt Antonelle auprès de lui, et la police dit que « Lepeletier offre un asile aux patriotes persécutés. Il fait bâtir dans son parc de petites maisons qu’il leur destine. Ils établiront là, disent-ils, une colonie démocratique, au milieu des fers et de l’oppression »13. Ces informations ne sont pas totalement fiables : la police croit que Lepeletier et ses proches sont dans « une terre auprès de Bayeux ». Mais la possibilité d’un rassemblement d’opposants autour de Lepeletier à Bacqueville est très plausible : Lepeletier a déjà tenté cette expérience, quelques années auparavant à Versailles. Après la répression babouviste, dans le courant de l’an VII, il avait hébergé au Petit Montreuil des démocrates afin qu’ils fondent « une colonie d’hommes vertueux, ennemis du crime et de la corruption, et méditant sans cesse sur les moyens d’assurer le Bonheur commun »14.

19Le sentiment d’être plus libre à Bacqueville est illusoire. Lepeletier sous-estime-t-il la volonté de plus en plus forte du régime d’éradiquer toute forme d’opposition, de résistance, ou bien surestime-t-il la puissance de ses appuis ? Peut-être se croit-il relativement à l’abri parce qu’il peut notamment se prévaloir d’être l’ami d’un membre du Conseil d’Etat, Michel Regnault de Saint-Jean d’Angely, qui a secondé Bonaparte lors du 18 Brumaire. Regnault est né à Saint-Fargeau ; son père était bailli dans l’Yonne. Il était, comme Michel Lepeletier de Saint-Fargeau, député aux Etats généraux en 1789. Après s’être évadé des prisons de la Terreur, il s’est rallié à Bonaparte. Les liens entre Regnault et Lepeletier sont anciens et assez solides visiblement, car, sous le Consulat et sous l’Empire, Regnault ne ménage pas son aide à Lepeletier. Il intervient plus d’une fois en sa faveur. Mais ces appuis ont leur limite.

20Après l’attentat de la rue Sainte-Nicaise, Félix Lepeletier est arrêté, boulevard Montmartre, le 2 janvier 1801 (12 nivôse an IX), et conduit au Temple. Il fait partie des 130 personnes que le Consulat s’apprête à déporter. L’enquête montre que les démocrates sont étrangers à l’affaire. Les Jacobins et les babouvistes ne peuvent être convaincus d’aucun délit. Mais la mesure d’exil est tout de même proclamée contre eux.

  • 15 Rapports du 20 floréal et du 5 prairial, 10 et 25 mai 1800.
  • 16 Rapport de police du 30 prairial, 19 juin 1800.
  • 17 Arch. nat. F7 6682, lettre du 15 nivôse an IX

21Lepeletier tente de protester contre son arrestation « sans motif », contre son emprisonnement « arbitraire ». Que lui reproche-t-on cependant ? Certainement de s’être servi de sa fortune pour avoir entretenu l’agitation contre le gouvernement. L’accusation n’est pas nouvelle. N’était-ce pas déjà le principal grief retenu contre lui au procès des Égaux à Vendôme ? La police qui surveille les démocrates s’interroge d’abord, dès les premiers mois qui suivent Brumaire, sur l’origine des fonds qui circulent et que l’on dépense dans les cabarets de faubourgs15. En juin, l’origine de cet argent ne fait plus grand mystère : « Massard est revenu hier soir de Versailles avec ses compagnons de voyage. Il a rapporté un peu d’argent, qui lui a été donné par Lepeletier tant pour lui que pour d’autres affidés auxquels il doit le distribuer aujourd’hui. [...] On n’a prix aucun parti dans cette séance de Versailles ; elle s’est bornée comme toutes les autres à des déclamations contre le gouvernement, à des vœux pour un changement prochain, et à la distribution de l’argent de Lepeletier »16. En octobre toujours, un exagéré est arrêté à qui l’on reproche ses pamphlets tournés contre le gouvernement. Comme il n’a aucun moyen d’existence et qu’il dépense beaucoup pourtant, il est clair que « cet homme est payé [...] Jusqu’à présent les soupçons ont été particulièrement fixés sur Félix Lepeletier, Antonelle et quelques députés ». Comme à l’époque du procès des babouvistes à Vendôme, Félix Lepeletier nie. Dans une lettre adressée à Fouché depuis la prison du Temple où il est détenu17, il proteste que sa fortune ne lui donne pas les moyens « d’agiter », que son caractère l’empêchera toujours de jouer « le rôle de payeurs d’écrits ou d’intrigues » qui est à ses yeux « le plus vil de tous ». Les protestations de Lepeletier sont vaines. Il gardera de cette époque une haine profonde à l’égard de Fouché, un individu « sans force morale » et montrant « une souplesse merveilleuse à prendre toutes les couleurs utiles à son ambition ». Bien des années plus tard, c’est à lui, plus qu’à Bonaparte, qu’il tient rancœur des mesures de répression qui se sont abattues sur lui au début du Consulat :

  • 18 F. Lepeletier, Histoire de la Révolution et de la Restauration, vol. 4, p. 78.

« Le rétablissement de l’exil, cette peine illégale que la liberté reproche avec tant de raisons au despotisme comme l’une des plus douloureuses irritations de l’âme, ne fut-il pas son œuvre après le 18 Brumaire [...] Fouché en usait largement et disait, souvent encore avec un sourire doucereux à ses victimes : c’est pour votre bien, croyez-moi... Puis courant chez Napoléon en courtisan adroit : Vous en voilà débarrassé... il est parti et très content... »18

22Le 12 janvier 1801, vers midi, Félix Lepeletier quitte la prison du Temple. Escorté par cinq gendarmes, il prend le chemin de Saintes, d’où il doit rejoindre l’île de Ré qui sert de dépôt en attendant le départ vers les destinations plus lointaines. Dans la diligence, il voyage avec de vieilles connaissances : Hesse, Destrem et Talot. Les années d’exil commencent, un long travail de sape qui vient à bout des opposants même les plus irréductibles.

  • 19 J. M. Destrem, Les déportations du Consulat et de l’Empire, 1885.

23Au départ, le sort de Lepeletier peut paraître assez enviable. En effet, contrairement à nombre de déportés envoyés à Cayenne ou aux Seychelles, Lepeletier reste en France : c’est sur l’île de Ré qu’il purge son exil. Et son sort paraît d’autant plus enviable qu’il jouit d’un régime semble-t-il assez libéral. Le sous-préfet de La Rochelle donne d’abord pour consigne au maire de Saint-Martin-de-Ré que les prisonniers soient détenus à la citadelle et « surveillés avec soin »19. Puis il se ravise aussitôt dans une seconde lettre datant du lendemain de l’arrivée de Lepeletier : il informe le maire que le commandant d’armes chargé de surveiller les prisonniers « est invité par le préfet à les laisser jouir de la faculté de se promener dans la ville de Saint-Martin et de communiquer avec les habitants pendant le jour. L’intention du gouvernement paraît être que l’on n’ajoute à la peine qu’ils éprouvent par aucune mesure de rigueur ». Il conclut : « Vous êtes par conséquent autorisé, et je vous invite même, à leur être autant utile que vous le pourrez ». Lepeletier s’installe dans une petite maison sur la place d’armes de Saint-Martin, non loin de la mairie. Il a une domestique employée à son service. Il reçoit du courrier librement, et même des visites. Mais il est astreint, comme Hesse, Talot et Destrem à signer un registre, chaque semaine, à la mairie.

24Il ne faut pas se méprendre cependant sur le sort de Lepeletier ; il s’agit bien d’une mesure de répression, qui conduit fatalement à l’isolement et à l’affaiblissement. Lepeletier passe deux ans sur l’île de Ré, deux ans pendant lesquels il est à la merci d’un durcissement des sanctions prises contre lui ; l’ordre de déportation effective peut tomber à tout moment.

  • 20 Arch. nat. F7 6682, certificats médicaux des 21 germinal et 21 prairial an IX.

25Pendant ce temps, il semble que la santé de Lepeletier se dégrade. Le « médecin de l’hôpital militaire de Saint-Martin Isle de Ré certifie que le citoyen Félix Lepeletier mis en surveillance spéciale dans cette isle a la poitrine très délicate, que depuis son arrivée dans cette isle, il a été très malade, que souvent il y crache le sang ». Et ce médecin d’insister en mai 1801 : « les accidents deviennent plus fréquents [...] j’estime d’après son état actuel qu’il est nécessaire qu’il s’éloigne des bords de la mer où l’air trop vif et salin contribue à rendre son état plus dangereux »20. Ces demandes restent lettres mortes ; contrairement à Destrem ou à Hesse qui obtiennent de quitter l’île, Lepeletier est maintenu en surveillance.

26Et la sanction tant redoutée finit par tomber. Lepeletier apprend, au début de l’année 1803, que Bonaparte serait sur le point de mettre enfin en application le décret de déportation. Entre temps, Lepeletier a donné de nouveaux sujets d’inquiétude au gouvernement : on le soupçonne en effet d’avoir lié des contacts sur l’île de Ré avec le colonel Oudet et sa Société des Philadelphes, « instituée contre la tyrannie de Bonaparte ». Est-ce cela qui décide le gouvernement à vraiment l’exiler, loin de France cette fois-ci ? Lepeletier n’a d’autre solution que de s’évader de l’île, avec la complicité de son oncle, Randon de Lucenay.

  • 21 Arch. nat. F7 6682, rapport de fructidor an XII.

27Recherché par la police, à Paris comme à Versailles, Lepeletier tente cependant d’obtenir audience auprès de Cambacérès et de Saint-Jean-d’Angély, dans le but semble-t-il d’obtenir une mesure de clémence. Et il l’obtient apparemment : il est autorisé à se retirer à Bacqueville21. Il dépose, le 17 mars 1803, à la mairie du premier arrondissement une reconnaissance de paternité pour sa fille Félicité, qui a douze ans, et qu’il a certainement l’intention de conduire à Bacqueville, dans sa retraite, mais il ne pourra le faire qu’en 1805. Car l’exil, c’est aussi l’impossibilité de défendre ses intérêts financiers. Et pour ne pas être floué par ses frères et sœurs, qui ont profité de son éloignement en Vendée pendant deux ans, Lepeletier brave l’interdit, se rend à Paris en juin 1803 pour faire valoir ses droits dans la succession de sa mère décédée depuis peu. Mais il n’a d’ores et déjà plus aucune liberté de déplacement. Sa venue à Paris éveille aussitôt les soupçons de la police qui l’arrête et l’emprisonne de nouveau au Temple.

28Lepeletier y reste deux semaines et n’est « libéré » qu’après s’être engagé sur l’honneur à quitter Paris pour se rendre en résidence surveillée dans un département d’Italie. Il ne peut que se soumettre à cette nouvelle mesure arbitraire.

29Aussitôt reprennent les mêmes tribulations et leur lot de difficultés, à commencer par les ennuis de santé. Le voyage de Lepeletier vers l’Italie s’arrête prématurément à Genève où il reçoit des soins « pour une rétention d’urine et pissement de sang suite des grandes chaleurs et des fatigues du voyage ». Le médecin affirme que « la continuation de la route rendrait cette maladie périlleuse ». Lepeletier est donc autorisé à rester en résidence surveillée dans le département du Léman.

30Les difficultés s’accumulent avec le temps ; Lepeletier est de plus en plus isolé : Randon de Lucenay, son oncle et principal soutien familial, décède, ainsi que la personne qui surveillait ses biens. Lepeletier est dans l’impossibilité de gérer ses affaires à distance et de défendre ses intérêts face à ses frères et sœurs. Dans le courant de l’année 1804, Regnault de Saint-Jean-d’Angély et les autorités genevoises intercèdent en sa faveur : « Par l’incurie de l’un de ses frères et la mauvaise volonté de l’autre, [...] Lepeletier n’a encore rien pu toucher des revenus, ni voir opérer la liquidation d’un seul immeuble ». Cela est d’autant plus fâcheux que « les déplacements et les voyages l’ont forcé à des dépenses considérables et rendent sa situation extrêmement pénible ». En vain...

31Isolé, rejeté, fatigué, lassé, malade, Lepeletier finit par s’incliner. Cinq années de surveillance policière, de pressions, d’exil et de voyages forcés sont venus à bout de sa résistance. Le régime est arrivé à ses fins.

32Les lettres que Lepeletier adresse à Bonaparte en 1804 témoignent de sa soumission, ou du moins de sa résignation. Il écrit le 12 août 1804 :

« Sire,
[...] Comme mon frère, toutes mes affections et mes actes furent à la République.
Aujourd’hui, lorsque la France vous décerne, ainsi qu’à vos descendants, la magistrature suprême héréditaire, que les hommes les plus distingués de l’Etat par leurs talents et leur expérience en ont donné l’initiative, j’immole tous mes désirs personnels au vœu du peuple, du sénat et de l’armée.
Je donnerai l’exemple du respect pour les lois établies.
Sire, c’est dans ces sentiments qui sont sincères que je prie Votre Majesté de me rendre à la liberté.
Sire, j’ai l’honneur d’être, avec un profond respect, de Votre Majesté, le très humble et le très obéissant serviteur.
Félix Lepeletier ».

33Lepeletier doit cependant attendre encore plusieurs mois. Ce n’est qu’à l’occasion du sacre de l’Empereur, le 2 décembre 1804, qu’il obtient l’autorisation de rentrer en Normandie.

***

34Il faut attendre encore bien longtemps avant que Lepeletier retrouve une liberté réelle : pendant presque toute une année, il reste soumis à un étroit contrôle, sans liberté de déplacement, avec interdiction absolue de se rendre à Paris. Sa propriété de Versailles a été mise sous scellés.

35C’est la première fois que Lepeletier subit de telles attaques répétées : la surveillance policière, puis l’intimidation et les menaces, un premier risque de déportation, deux mesures d’exil prononcées contre lui, coup sur coup, les déportations et la mise en résidence surveillée...

36Cette répression, qui s’abat sur lui pendant près de cinq ans, conduit à l’isoler et à l’affaiblir. Lepeletier finit par se résigner, se retire à Bacqueville où il mène une vie bien différente de ce qu’on lui a connu jusque là : notable de village, établi en famille avec sa fille, il accepte la place de maire que le régime lui propose. Lepeletier est rentré dans le rang.

37Mais, si le Consulat a su faire taire l’opposition, il n’a pas éteint la flamme des derniers Jacobins, comme le montre la persistance de leurs espoirs démocratiques et républicains, et la permanence des liens très forts qui unissent toujours les derniers libéraux à l’époque de la Restauration.

Notes

1 F. Lepeletier, Histoire de la Révolution et de la Restauration, vol. 3, p. 57.

2 E. Tambour, Etudes sur la Révolution en Seine-et-Oise, Paris, 1913.

3 Moniteur universel du 29 messidor an VII, 17 juillet 1799.

4 Moniteur universel, 9 thermidor an VII.

5 Rapport de police du 30 floréal, 20 mai 1800.

6 Rapport de police du 30 juin 1800

7 Voir à ce sujet les travaux de B. Gainot, Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire, structures et pratiques politiques, 1993.

8 Rapport de police du 20 floréal an VIII, 10 mai 1800.

9 Rapport de police du 11 prairial an VIII, 31 mai 1800.

10 Rapport de police du 30 prairial an VIII, 19 juin 1800.

11 Une première sentence était tombée dès le lendemain du coup d’État ; Lepeletier avait été compris dans un des premiers arrêtés de déportation. Il devait être emprisonné, conduit à Rochefort et déporté à la Guyane avec 37 ex-jacobins au nombre desquels figuraient Aréna, Destrem et Hesse. La nouveauté du régime avait joué en leur faveur.

12 Arch. nat. 90AP54, dossier 5, lettre de Félix Lepeletier à Suzanne, 18 brumaire an IX (9 novembre 1800).

13 Aulard, Paris sous le Consulat, rapport de police du 18 brumaire an IX, 9 novembre 1800, p. 796.

14 Journal des hommes libres.

15 Rapports du 20 floréal et du 5 prairial, 10 et 25 mai 1800.

16 Rapport de police du 30 prairial, 19 juin 1800.

17 Arch. nat. F7 6682, lettre du 15 nivôse an IX

18 F. Lepeletier, Histoire de la Révolution et de la Restauration, vol. 4, p. 78.

19 J. M. Destrem, Les déportations du Consulat et de l’Empire, 1885.

20 Arch. nat. F7 6682, certificats médicaux des 21 germinal et 21 prairial an IX.

21 Arch. nat. F7 6682, rapport de fructidor an XII.

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search