Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1- Ordres et désordres : des expériences diverses

Les « néo-jacobins » francs-comtois et le 18 Brumaire

Danièle Pingué

Texte intégral

  • 1 B. Gainot, Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire, structures et pratiques politiques, Un (...)

1Ceux que leurs contemporains appelaient les « anarchistes » et que les historiens désignent couramment, à la suite de Georges Lefebvre, sous le terme de « néo-jacobins », sont souvent présentés comme une poignée d’exaltés, nostalgiques de l’an II, ultra-minoritaires. Nous savons aujourd’hui, en particulier grâce aux travaux de Bernard Gainot1, qu’il existait au contraire à la fin du Directoire un mouvement « néo-jacobin » dynamique, structuré à l’échelle nationale, s’appuyant sur un large réseau d’élus, sur des sociétés politiques, sur des organes de presse, et dont les militants recherchaient des solutions susceptibles de stabiliser la Révolution en conciliant ordre et liberté. Il était intéressant de regarder quel fut le comportement, autour de Brumaire, des hommes engagés dans ce mouvement. La Franche-Comté, où ils étaient alors très présents, a constitué un bon terrain d’études.

  • 2 L’histoire de la Révolution dans cette région, comme dans l'ensemble du « Grand Est », est restée (...)
  • 3 Cf. J.-L. Mayaud, « Logique économique et logique politique pendant la Révolution : la « Petite Ve (...)

2Sans former à proprement parler une zone de résistance à la Révolution, cette province en présentait certains traits2. Certes, la période pré-révolutionnaire, marquée à la fois par une forte réaction nobiliaire et par de violents troubles agraires, avait vu naître un sentiment anti-nobiliaire et anti-seigneurial très puissant qui allait rester ancré dans les consciences paysannes et bourgeoises. Cependant, dès 1790-1791, la Franche-Comté, ancien bastion de la Contre-Réforme, opposa à la Constitution civile du clergé une résistance inconditionnelle, favorisée par la proximité de la Suisse : l’Église réfractaire, reconstituée de l’autre côté de la frontière, put poursuivre, grâce à des allées et venues clandestines, son action pastorale dans les paroisses ; à la fin de l’été 1793, l’insurrection paysanne catholique de la « Petite Vendée » sur les plateaux du Doubs, bien qu’éphémère et circonscrite à quelques cantons, effraya les corps constitués et fut durement réprimée3. Sous la Convention thermidorienne et le Directoire, à cette résistance religieuse s’ajouta une opposition royaliste très active : on assista au retour en force des émigrés ; un réseau royaliste se constitua de part et d’autre de la frontière ; dans les villes, les « jeunes gens » multipliaient les provocations ; à Besançon, une société de Philadelphes, animée par le jeune Charles Nodier, n’hésitait pas à afficher ses opinions royalistes ; la Terreur blanche fit des victimes dans le Jura.

  • 4 Cf. J. Boutier, PH. Boutry, S. Bonin, Atlas de la Révolution française, fasc. 6 : Les sociétés pol (...)
  • 5 Ainsi, à Besançon, en l'an II, la société des Amis de la Liberté et de l’Égalité, forte de plus de (...)
  • 6 Par exemple, le contraste est frappant avec la Seine-Inférieure où les Jacobins les plus en vue en (...)
  • 7 Plusieurs documents l’attestent : cf. Cl.-I. Brelot, op. cit., p. 166.

3Toutefois la sensibilité anti-révolutionnaire de la Franche-Comté ne doit pas être surestimée. À l’exception du bref épisode de la « petite Vendée », les opposants n’eurent jamais recours aux armes. D’autre part, la région abrita un réseau jacobin de densité moyenne4, mais néanmoins dynamique5, qui présenta, à partir de l'an III, une réelle originalité. En effet, stimulés peut-être par un environnement difficile, les jacobins franc-comtois résistèrent plutôt mieux que d’autres à la chute du gouvernement révolutionnaire6. Sauf exception, les hommes de l’an II ne furent écartés des affaires publiques que durant une courte période, du printemps à l’automne 1795. Quant aux clubs, s’ils déclinèrent rapidement comme partout ailleurs à partir de l’hiver 1794-1795, celui de Besançon, bien que très anémié, ne cessa jamais totalement de fonctionner, entre l’interdiction officielle des sociétés politiques du 5 fructidor an III (22 août 1795) et sa réapparition au grand jour sous le nom de « cercle constitutionnel » le 24 vendémiaire an VI (15 octobre 1797)7.

  • 8 Fils d’un paysan mainmortable des environs de Saint-Claude devenu professeur de rhétorique puis pr (...)
  • 9 Selon le recensement effectué par Bernard Gainot et publié dans J. Boutier, PH. Boutry, S. Bonin, (...)
  • 10 B. Gainot, op. cit. ; sur ce personnage, voir également : M. Dayet, Un révolutionnaire franc-comto (...)

4Au total, en Franche-Comté, les cadres et militants de l’an II furent largement présents dans la vie politique régionale tout au long de la période du Directoire. À la fin de l’été 1799, ils se trouvaient à la tête de toutes les administrations régionales et locales ; dans le Jura, l'administration centrale s’était même donné pour président l’un des plus radicaux d’entre eux : Pierre-Alexandre Lémare8. Des associations de « républicains » fonctionnaient à Besançon, Dole et dans plusieurs communes de moindre importance9. À Besançon, le jour de la réouverture du cercle constitutionnel, le 3 thermidor (21 juillet), Claude Dormoy, rédacteur en l’an II du journal jacobin La Vedette, avait lancé une nouvelle feuille ; La Trompette ou journal du département du Doubs, « rédigé par une société de républicains », qui allait vivre un an, jusqu’à son interdiction le 29 messidor an VIII (18 juillet 1800). Enfin, les « néo-jacobins » franc-comtois pouvaient s’appuyer sur leurs représentants au Corps législatif qui formaient une petite équipe très dynamique autour du Pierre Joseph Briot, ancien leader du club bisontin en l’an II ; élu au Conseil des Cinq-Cents en germinal an VI, celui-ci était devenu l’un des principaux « meneurs néo-jacobins du Corps Législatif » et l'un des principaux théoriciens du mouvement10 ; alors que son rayonnement dépassait largement le cadre de la Franche-Comté, il continuait d’entretenir une active correspondance avec ses amis du Doubs et du Jura, en particulier avec Claude Dormoy et Pierre-Alexandre Lémare, qui étaient ainsi en relations régulières avec la capitale.

5À la veille de Brumaire, les « néo-jacobins » occupaient donc en Franche-Comté une position dominante au sein du camp républicain. Quel regard portaient-ils sur les difficultés du Directoire et qu’envisageaient-ils pour y remédier ?

6Nous avons recherché des réponses à ces questions à travers deux types de sources produites au cours des derniers mois précédant Brumaire : d’une part, les rapports des administrateurs et des commissaires du Directoire exécutif des trois départements franc-comtois et de quelques municipalités de cantons, de messidor an VII à brumaire an VIII ; d’autre part, différents discours ou articles émanant des principaux porte-parole « néo-jacobins » de la région.

  • 11 Arch. dép. du Jura, 1 L 343 : correspondance de Lémare, rapports du 15 et du 19 fructidor an VII.
  • 12 Arch. dép. de la Haute-Saône, 9 Ll : comptes décadaires du commissaire du pouvoir exécutif dans le (...)
  • 13 Arch. dép. du Doubs, L 241 : comptes décadaires des administrations cantonales : Sancey, thermidor (...)
  • 14 La Trompette, no 25, 17 vendémiaire an VIII.
  • 15 Arch. dép. du Doubs, L 241 : Vaucluse, fructidor an VII.

7En ce qui concerne l’analyse de l’état de l’opinion, les documents dont on dispose sont naturellement subjectifs et doivent être exploités avec prudence. Cependant, au-delà de différences liées à la personnalité de leur auteur et au cadre géographique concerné, tous font apparaître une même vision négative de « l’esprit public ». Les maux les plus fréquemment indiqués sont le « fanatisme » de la population, dénoncé partout sans exception (sonneries de cloches, non respect des décadis, menées des prêtres réfractaires, en particulier en Haute-Saône), les résistances à la conscription (avec la formation de bandes de déserteurs, comme à Vaucluse, dans le Doubs), et enfin l’agitation royaliste, particulièrement intense dans le département du Jura, sur laquelle Pierre-Alexandre Lémare attire l’attention du gouvernement dès son entrée en fonction en fructidor an VII : « Le Jura, écrit-il, est de tous les départements de l’Est celui où la terreur royale a fait le plus de victimes ; la réaction s’est continuée jusqu'au 30 prairial [...] : on pillait, on assassinait, on égorgeait les républicains, et l’on osait dire au gouvernement que le Jura était tranquille. Le 30 prairial a lui pour ce gouvernement, il est régénéré, mais la calomnie distille encore son venin [...]. Dans ce département si tranquille, on y coupait avant notre arrivée les arbres de la liberté, on y sonnait les cloches, on y placardait publiquement les écrits royaux »11. Tous ces faits sont interprétés essentiellement comme des manifestations d’hostilité pure et simple envers la République, que menace un rapport de forces jugé de plus en plus défavorable : en Haute-Saône, « le peu de républicains courageux et énergiques ne peuvent être que les témoins passifs de cette périlleuse position »12 ; à Sancey, dans le Doubs, est évoqué « le petit nombre de patriotes qui se trouvent dans ce canton »13. Seules quelques voix laissent entendre que certains mécontentements sont légitimes : le rédacteur de La Trompette exprime la lassitude générale face aux réquisitions, aux levées de conscrits, aux soucis d’ordre militaire : « Notre département, déplore-t-il, est épuisé ; nos concitoyens feront certainement les plus généreux efforts ; mais il est un terme à tout »14. Le commissaire auprès du canton de Vaucluse, dans le Doubs, est le seul à indiquer, en fructidor an VII, que « l’esprit public demande vivement la paix »15.

  • 16 Arch. dép. du Doubs, L 243 : comptes décadaires de l’administration centrale du département : comp (...)
  • 17 Ibid., rapport du 15 fructidor an VII.
  • 18 Arch. dép. du Doubs, L 241 : Sancey, thermidor an VII et Vaucluse, thermidor an VII. Il s’agit d'u (...)

8Aussi, les administrateurs et les commissaires du gouvernement préconisent-ils un nouveau sursaut républicain : dans le département du Doubs, « un bon nombre de républicains, fermes et énergiques, sont décidés à s’opposer à toutes les trames des ennemis de la Liberté, à s’ensevelir sous les ruines de la République ou à la sauver »16. Les mesures envisagées sont essentiellement répressives : les autorités trop laxistes qui sont encore en place doivent être destituées d'urgence, il s’agit, en Haute-Saône, de plusieurs « autorités secondaires », dans le Jura, de la municipalité de Lons-Le-Saunier, du jury de l’emprunt forcé, qui « soit faiblesse, soit malveillance, depuis neuf jours qu'il s’est assemblé, n'a encore établi aucune taxe »17, du jury de révision qui accorde trop facilement des congés aux conscrits ; il convient également de sévir contre les « traîtres et les dilapideras », dont l’impunité décourage les patriotes et « affaiblit leur enthousiasme pour le nouveau régime »18 et de poursuivre avec toujours plus d’acharnement les prêtres réfractaires et les déserteurs, en multipliant notamment les visites domiciliaires.

  • 19 La Trompette, no 11, 6 fructidor an VII.
  • 20 Ibid., n= 7, 23 thermidor an VII.
  • 21 Corps Législatif, Conseil des Cinq Cents, Opinion de Briot (du Doubs) sur la situation intérieure (...)

9Cependant, au-delà de ces propositions relevant d’un réflexe de salut public, apparaît une autre aspiration : celle d’une réconciliation de tous les républicains puis de tous les Français. Alors qu’il semble qu’il ait existé à Besançon au printemps de l’an VIII deux sociétés républicaines concurrentes, le cercle constitutionnel rouvert au cours de l'été affirme sa vocation d’accueillir des « républicains de toutes nuances », y compris « tout homme qui a servi la chose publique, qui y est encore attaché et qui, dans le cours de la Révolution, a eu des faiblesses ou des erreurs »19. Claude Dormoy, dans les colonnes de La Trompette, tient le même langage : « Effacez en vous toutes nuances, écrit-il, qui tendraient à faire croire qu’on doit distinguer des sectes et des bannières parmi les républicains mêmes et pensez par-dessus tout que comme la nature n’a pas doué les hommes de la même force, de la même santé, elle ne leur a également pas donné la même énergie, le même courage, la même fermeté. Sachez gré à qui vous suit, quoiqu’un peu loin ; à coup sûr, il n’est pas votre ennemi. Celui-là ne l’est pas non plus qui, aigri par des vexations, suite nécessaire d’une révolution, semble s’éloigner de vous, mais sans se rattacher au parti opposé ; au premier danger, il combattra à vos côtés ; c’est un ami »20. À la Tribune du Conseil des Cinq-Cents, Briot élargit ce désir de réconciliation à l’ensemble des Français : « Je voudrais même, dit-il, qu’on effaçât les mots d’aristocrate, de jacobin, de terroriste, de chouan et d’autres de cette espèce et qu’on adressât à tous les Français les vérités qui doivent enfin pénétrer dans tous les cœurs et former l’opinion »21.

10Pour résumer, au début de l’an VIII, les « néo-jacobins » de Franche-Comté, très sensibles aux troubles politiques qui sévissaient dans leur région, exprimaient un désir de retour à l’ordre et de réconciliation des Français, mais dans le cadre d’une sévère application des lois existantes et du raffermissement des institutions républicaines. Compte tenu de ces aspirations, comment allaient-ils réagir face au coup d’Etat du 18 Brumaire ?

  • 22 Lettre de Briot à Dormoy, conservée à la Bibliothèque municipale de Besançon et citée dans M. Daye (...)

11Les premiers « néo-jacobins » concernés par cet événement furent naturellement les députés et une nouvelle fois, la figure de Briot apparut au premier plan. Il fut parmi les opposants les plus déterminés lors de la séance du 19 brumaire au Conseil des Cinq-Cents. Le lendemain, il pouvait lire son nom et celui de son collègue Quirot sur la liste de proscription frappant 62 députés et quelques jours plus tard, les deux Francs-Comtois figuraient sur la liste des députés condamnés à la résidence forcée dans une île de Charente-Inférieure. Quirot se laissa arrêter mais Briot se cacha dans une retraite sûre d’où, pendant un mois, il nargua la police et réussit à correspondre avec ses amis à Besançon. Dans une lettre à Dormoy, datée du 2 frimaire, il affirmait sa fidélité à ses idées : « Je suis toujours le même, écrivait-il ; [...] Vainqueur au 30 prairial, vaincu et proscrit le 19 brumaire, je n’ai changé ni de visage, ni de principes, ni de sentiments » ; il se défendait toutefois de vouloir prendre la tête d’une insurrection : « Si tu parles de Quirot ou de moi, ajoutait-il, ne mets rien qui puisse faire croire que nous écrivons dans nos départements pour les soulever. Nous voulons laisser le peuple se prononcer de lui-même et sans que nous agissions sur lui ni directement, ni indirectement »22.

  • 23 La Trompette, 26 brumaire an VIII.
  • 24 Ibid., 9 frimaire an VIII.

12En Franche-Comté, les décrets des 18 et 19 brumaire parvinrent par courrier spécial à Vesoul le 21 brumaire, à Lons-le-Saunier le 22, à Besançon le 23 à deux heures du matin. Dans son numéro du 23 brumaire, La Trompette inséra un bref article de dix lignes ajouté au dernier moment annonçant la suppression du Directoire et la nomination de trois consuls. Son numéro suivant fit une large place au récit de l'événement, mais s'abstint de tout commentaire, à l’exception d’une discrète allusion à Briot et Quérot : l’article se termine ainsi : « Le décret du 18 et la loi du 19 sont connus ; nous nous abstiendrons par conséquent d’en parler ; nous dirons seulement que l’un et l’autre ont été promulgués et affichés dans notre commune et dans le ressort du département, conformément au vœu de la loi. Nous avons vu avec douleur dans la liste des représentants destitués deux noms chers à leurs amis et à leurs concitoyens »23. Toutefois, dans les semaines qui suivirent, le journal, tout en dénonçant avec vigueur la répression frappant certains députés jacobins, sembla opter pour un soutien critique au nouveau régime : dans le numéro du 9 frimaire, on pouvait lire : « Que les consuls de la République permettent à des hommes qui sont leurs admirateurs et les amis de leur gouvernement une observation franche et loyale. [...] Nous le disons aux consuls avec ce langage libre et franc qu’ils sont si dignes d’entendre : leur arrêté de déportation a vivement affecté tous les amis de la liberté, tous les partisans de l’événement du 19 brumaire ; nous le croyons contraire à ses propres principes et à ses véritables intentions »24.

  • 25 Arch. dép. du Jura : 1 L 86, registre de délibérations de l’administration du département, séance (...)
  • 26 Arch. dép. du Doubs : L 204 : police générale.

13Pour leur part, à l’exception de Pierre-Alexandre Lémare, les responsables des administrations départementales accueillirent dans un premier temps le coup d’État sans réticences apparentes. Au contraire, de nombreux documents montrent qu’ils virent - ou voulurent voir - avant tout dans cet événement une mesure de salut public. Le texte qui exprime le mieux cette interprétation largement partagée est d’ailleurs la Proclamation de l’Administration centrale du département du Jura aux administrés de son ressort du 28 brumaire an VIII ; elle fut élaborée et votée en l’absence de Lémare (qui, à cette date avait déjà quitté Lons), mais par cinq administrateurs dont trois au moins étaient des « néo-jacobins » confirmés. Pour les auteurs de ce document, les espoirs de la Constitution de l’an III - qui étaient de mettre fin à la Révolution, de promouvoir l’égalité (par un « appui à l’infortune ») et d’apporter la prospérité à la Nation - avaient été déçus ; les causes en étaient le déchaînement des passions, l’ambition, la corruption, l’immoralité : « la France, trahie au dehors, bouleversée en dedans, allait succomber à son épuisement [...] ; la dernière révolution l’a sauvée de ses propres fureurs » ; la loi du 19 brumaire était un « acte de salut public », « un gage de repos » ; elle représentait « la nouvelle aurore de paix et de liberté » ; de cette loi, les auteurs de la proclamation attendaient « une constitution républicaine », « des institutions protectrices », « les avantages de la liberté publique et particulière », « le commerce et l’industrie encouragés », une meilleure administration », « des lois plus sages », « une paix glorieuse longtemps attendue »25. Partant de la même analyse du coup d’Etat, Bourgeon, suppléant du commissaire du gouvernement près du département du Doubs, demanda à ses collègues près des administrations du canton, de redoubler d’efforts dans leur lutte contre les ennemis de la Révolution : « Pénétrez-vous, citoyens, proclamait-il dans sa circulaire du 4 frimaire an VIII, de la pensée du Gouvernement, qui ne veut aucune réaction, qui médite dans sa profonde sagesse les moyens d’assurer pour jamais la liberté, l’égalité et la République. Vous ne pouvez mieux le seconder qu’en exigeant impérieusement l’exécution des lois. [...] Les méchants rentreront dans la tanière du crime et les vrais citoyens reconnaîtront que la révolution du 18 Brumaire doit leur offrir une garantie de plus par la rigueur des mesures que vous saurez déployer dans ces circonstances difficiles »26. Ces déclarations peuvent évidemment être interprétées de deux manières : ou bien leurs auteurs croyaient sincèrement ce qu’ils disaient ; ou bien, ils espéraient, par de telles déclarations, faire évoluer le nouveau régime dans le sens qu’ils souhaitaient.

  • 27 À ce propos, il est édifiant de constater qu’à la veille de Brumaire, un portrait du futur Premier (...)
  • 28 Arch. dép. du Jura : 1 L 86, registre de délibérations de l’administration du département, séance (...)
  • 29 Ibid., séance du 1er ventôse an VIII.
  • 30 A. Sommier, Histoire de la Révolution dans le Jura, Paris, Librairie Dumoulin, 1846, p. 448 et 455
  • 31 De A. Vandal, L'avènement de Bonaparte, Paris, Plon, 1911 à Th. Lentz, Le 18 Brumaire, les coups d (...)
  • 32 Cf. M. Roche et M. Vernus, op. cit. : réfugié en Suisse, puis revenu à Paris après avoir fait cass (...)

14Toujours est-il que les responsables des départements du Doubs et de la Haute-Saône firent immédiatement publier et afficher les textes officiels dès qu'ils les eurent reçus, avec toute la pompe exigée. La seule manifestation de résistance vint du Jura et plus précisément de la personne de Pierre-Alexandre Lémare. Dès la réception de la nouvelle, le 22 brumaire, il fit voter par l’administration centrale un arrêté par lequel « voulant montrer l’attitude qui convient dans les circonstances, assurer la tranquillité publique », elle se mettait en permanence « jusqu’à nouvel ordre » et ordonnait un large déploiement de service d’ordre dans la ville de Lons. Dans la foulée, fut votée la destitution de la municipalité du chef-lieu, jugée trop modérée. Selon les documents qui allaient constituer son acte d’accusation, pour obtenir ces votes, Lémare fit pression sur ses collègues « en s’environnant de plusieurs individus turbulents et séditieux qui prirent part à la délibération et en plaçant des pistolets sur le bureau ». D’après les mêmes sources, la nuit venue, il détruisit le portrait de Bonaparte exposé près de la salle du Conseil en le jetant au feu27. Puis, il rédigea « un arrêté provoquant l’insurrection et la révolte, le vol des caisses publiques, le licenciement des armées, le meurtre des représentants du peuple »28. Ce projet d’arrêté tendant « à faire insurger le département et à faire massacrer les représentants du peuple », fut saisi chez lui ultérieurement et conservé dans les archives de l’administration centrale comme pièce à conviction sous la cote 58429. Nous ne l'avons malheureusement pas retrouvé mais l'historien républicain Antoine Sommier, dans son Histoire de la Révolution dans le Jura, publiée sous la Monarchie de Juillet, y fait allusion en ces termes : « Au 18 Brumaire, Lémare proclama Bonaparte traître à la Patrie et devait commander la force armée du département destinée à marcher sur lui. [...] Dernier effort du principe révolutionnaire que le Jura seul, peut-être, entre tous les départements, osa tenter ; dernière protestation des derniers jacobins du Jura contre la tyrannie naissante »30. Contrairement à un mythe largement répandu31, cet arrêté, toutefois, allait rester lettre morte. Dès le lendemain 23 brumaire, Lémare partit pour Dole, où il venait d’être nommé commissaire auprès du bataillon auxiliaire du Jura, sans avoir semble-t-il, tenté de l’expédier. Le 7 frimaire, il était destitué, ainsi que ses deux collègues de l’administration centrale Gindre et Margueron, pourtant signataires de la proclamation du 28 brumaire dont nous avons fait état plus haut. Mis en jugement pour sa conduite, il fut condamné par contumace à dix ans de fers par le Tribunal criminel du Jura32.

15Telles furent les réactions à chaud des « néo-jacobins » francs-comtois les plus en vue, face au 18 Brumaire. La suite des événements allait amener plusieurs d’entre eux à réviser leur position.

16Le 19 frimaire (10 décembre 1799), le citoyen Chaillot, délégué des Consuls dans les départements formant la VIe division militaire, arrivait dans la région et deux jours plus tard, entreprenait une sévère épuration des administrateurs, commençant par ceux de la Haute-Saône, avant de poursuivre son œuvre dans le Doubs.

  • 33 La Trompette, n° 27, 29 frimaire an VIII.

17Claude Dormoy, dans La Trompette, protesta d’une manière feutrée contre ces limogeages. Dans le numéro du 29 frimaire, il souhaitait voir les nouveaux promus concourir « à la prospérité et à l’affermissement de la République » ; mais, ajoutait-il, « nous devons à leurs prédécesseurs l’hommage qu’un cœur libre ou une plume indépendante se font gloire d’offrir au malheur, à la probité et au civisme. Nous le disons donc avec franchise, les remplacés emportent en général dans leur retraite l’estime des républicains et les regrets de leurs amis »33

  • 34 P. Levret, « Le 18 Brumaire à Vesoul », dans Pays Comtois, 1934, n° 54.

18Pour leur part, les trois administrateurs destitués de Vesoul tentèrent de faire de l’obstruction. Selon le nouveau commissaire du gouvernement, l’ex-conventionnel de la Plaine Claude Vigneron, ils tinrent des conciliabules avec d’autres « ennemis déclarés de la Révolution du 18 brumaire », mais comme leur audience était limitée, il ne crut pas nécessaire de sévir34

  • 35 J. Girardot, op. cit., t. I, p. 225.

19Pourtant, pour mener à bien l’œuvre qu’il avait entreprise, Bonaparte avait besoin d’hommes compétents et dont les sentiments anti-royalistes ne faisaient aucun doute. Aussi, chercha-t-il à susciter le ralliement d’anciens jacobins. Certains refusèrent, comme l’ancien député de Haute-Saône au Conseil des Anciens Claude Gourdan qui, nommé juge au tribunal civil de Vesoul, le 17 juin 1800, refusa et mourut quatre ans plus tard, de chagrin, dit-on, d’avoir vu disparaître les institutions républicaines35. L’attitude de Briot fut plus ambiguë. Après avoir été radié, parmi les derniers semble-t-il, de la liste de proscription, il passa à Paris l’hiver et le printemps 1799-1800, fréquentant des amis qui, tout comme lui, n'avaient peut-être pas encore perdu l’espoir de pouvoir sauver la République. Puis il sollicita et obtint le poste de secrétaire général de la Préfecture du Doubs, qui lui fut accordé par un arrêté du 15 floréal an VIII. Un an plus tard, à la suite de ses démêlés, avec le préfet Marson, il était nommé Commissaire du gouvernement dans l’île d'Elbe.

  • 36 La Trompette, no 47, 29 frimaire an VIII.
  • 37 La Trompette, n 48, 3 nivôse an VIII.

20Son ami Claude Dormoy s’était lui aussi plus ou moins résigné à accepter le nouveau régime, comme le laissait entendre, le 29 frimaire, sa réaction à la lecture du projet de constitution : « [...] Nous nous plaisons à croire, écrivait-il, que nos concitoyens s’empresseront à souscrire ce pacte social dont le refus amènerait en France les dissensions, la guerre civile et la dissolution de la République. Il vaut mieux avoir un Gouvernement imparfait que de n’en avoir pas du tout »36. Cependant, le 3 nivôse, son commentaire sur le plébiscite constitutionnel laissait percer ses inquiétudes : « La nouvelle constitution occupe tous les esprits [...]. Des citoyens l’ont acceptée par attachement à la Patrie et pour accélérer la paix du dehors ; d’autres l’ont refusée pour des motifs que nous ignorons et enfin le plus grand nombre ne l’ont ni acceptée ni refusée. [...] Un gouvernement libre ne peut en même temps faire et exécuter les lois [...]. Le trop de gouvernement a perdu et perdra encore plusieurs empires [...]. On peut dire par exemple que le peuple est las de la Révolution ; [...] mais on ne prouvera pas pour cela que le peuple français est dégoûté de la liberté. [...] Les Français ambitionnent la paix intérieure, mais ce n’est point cette paix monarchienne qui ressemble à celle des tombeaux. Ce qu’ils désirent, c’est cette tranquillité qui établit le bonheur de tous et qui a pour garanties un gouvernement sage, juste et ferme. Sans doute ils rencontreront la réalité de leurs désirs dans le nouvel ordre des choses qui va s’établir »37. Il n’en appela pas moins, finalement, au ralliement au nouveau régime, en utilisant toujours sur les mêmes arguments : « [...] Rallions-nous, concluait-il le 9 nivôse, autour du gouvernement qui nous promet paix au dehors et tranquillité au dedans ». Le 19 frimaire, la mention « Rédigé par une société de Républicains » avait disparu de son journal. Cela n’empêcha pas le préfet Marson d’en interdire la publication moins d’un an plus tard.

21Face au 18 Brumaire, les « néo-jacobins » francs-comtois les plus connus offrirent donc toute une palette de réactions, allant du ralliement apparent (dont il faudrait pouvoir mesurer le degré de sincérité) à la résistance ouverte en passant par l’opposition silencieuse.

22Au-delà de ces quelques exemples, portant sur des hommes qui avaient tenu le devant de la scène, il serait intéressant de connaître le comportement de l’ensemble des représentants de cette mouvance politique face à la mise en place du Consulat. Bien implantés à la fin du Directoire dans cette région fortement marquée par l'opposition religieuse et royaliste, ils avaient d’abord cru, dans leur grande majorité, que le 18 Brumaire allait satisfaire leur demande d’une régénération de la République. Passées leurs premières réactions « à chaud », quel fut dans leurs rangs le véritable degré de ralliement ou de résistance silencieuse ou non au nouveau régime ? Un travail de fourmi dans les archives devrait permettre de répondre à ces questions.

Notes

1 B. Gainot, Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire, structures et pratiques politiques, Université de Paris I, thèse de doctorat sous dir. Michel Vovelle, 1993.

2 L’histoire de la Révolution dans cette région, comme dans l'ensemble du « Grand Est », est restée relativement à l’écart du vaste renouvellement des recherches au cours des dernières décennies. À ce jour, il existe un seul ouvrage de synthèse : J.-L. Mayaud, La Franche-Comté au XIXe siècle, Wettolsheim, Éd. Mars et Mercure, 1979, p. 5-84. La bonne étude de J. Girardot, La Révolution dans le département de la Haute-Saône, Vesoul, 1974, se limite au cadre départemental.

3 Cf. J.-L. Mayaud, « Logique économique et logique politique pendant la Révolution : la « Petite Vendée » des plateaux du Doubs », dans La Révolution dans la montagne jurassienne, actes du Colloque de la Chaux-de-Fonds, mai 1989, p. 91-101.

4 Cf. J. Boutier, PH. Boutry, S. Bonin, Atlas de la Révolution française, fasc. 6 : Les sociétés politiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992.

5 Ainsi, à Besançon, en l'an II, la société des Amis de la Liberté et de l’Égalité, forte de plus de 350 adhérents, était alors épaulée par un club de femmes, un club de jeunes citoyens, un journal - La Vedette - et une société dramatique, ce qui était loin d’être le cas dans toutes les villes françaises (Cl.-I. Brelot, Besançon révolutionnaire, Paris, Les Belles Lettres, 1966).

6 Par exemple, le contraste est frappant avec la Seine-Inférieure où les Jacobins les plus en vue en l’an II furent exclus des grandes sociétés populaires (Rouen, Le Havre, Elbeuf...) dans les jours qui suivirent Thermidor, puis destitués de leurs fonctions administratives au plus tard au printemps 1795 et ne réapparurent dans la vie politique, dans les meilleurs des cas, que lors du « sursaut jacobin » national du printemps et de l’été 1799 (cf. notre thèse : Jacobins et jacobinisme en Normandie orientale, Université de Rouen, sous la dir. de Claude Mazauric, 1996 ; à paraître aux Éditions du CTHS).

7 Plusieurs documents l’attestent : cf. Cl.-I. Brelot, op. cit., p. 166.

8 Fils d’un paysan mainmortable des environs de Saint-Claude devenu professeur de rhétorique puis prêtre constitutionnel, Lémare avait été le principal artisan de la Terreur dans le département ; emprisonné à ce titre en l’an III, puis amnistié, il fut appelé à exercer à nouveau des fonctions administratives dès pluviôse an IV (février 1796) ; sur ce personnage attachant, cf. M. Roche, M. Vernus, P. Romanet, « Lémard, Grandvallier et sans-culotte », dans Les Amis du vieux Saint-Claude, n° spécial : « Le Haut-Jura et la Révolution », Saint-Claude, 1989.

9 Selon le recensement effectué par Bernard Gainot et publié dans J. Boutier, PH. Boutry, S. Bonin, Atlas de la Révolution française, op. cit.

10 B. Gainot, op. cit. ; sur ce personnage, voir également : M. Dayet, Un révolutionnaire franc-comtois, Pierre-Joseph Briot, 2 vol. , Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1970-1979 et J.-R. Suratteau, article « Briot » dans Dictionnaire historique de la Révolution française sous dir. A. Soboul puis J.-R. Suratteau, Paris, PUF, 1989.

11 Arch. dép. du Jura, 1 L 343 : correspondance de Lémare, rapports du 15 et du 19 fructidor an VII.

12 Arch. dép. de la Haute-Saône, 9 Ll : comptes décadaires du commissaire du pouvoir exécutif dans le département : compte de messidor an VII.

13 Arch. dép. du Doubs, L 241 : comptes décadaires des administrations cantonales : Sancey, thermidor an VII.

14 La Trompette, no 25, 17 vendémiaire an VIII.

15 Arch. dép. du Doubs, L 241 : Vaucluse, fructidor an VII.

16 Arch. dép. du Doubs, L 243 : comptes décadaires de l’administration centrale du département : compte de thermidor an VII.

17 Ibid., rapport du 15 fructidor an VII.

18 Arch. dép. du Doubs, L 241 : Sancey, thermidor an VII et Vaucluse, thermidor an VII. Il s’agit d'une allusion directe à la proposition faite par les « néo-jacobins » du corps législatif de faire juger par la Haute-Cour les directeurs écartés en prairial. La procédure fut engagée entre le 27 messidor et le 2 fructidor an VII ; le rejet de l’acte d’accusation par le Conseil des Cinq Cents le 2 fructidor entraîna une grande déception.

19 La Trompette, no 11, 6 fructidor an VII.

20 Ibid., n= 7, 23 thermidor an VII.

21 Corps Législatif, Conseil des Cinq Cents, Opinion de Briot (du Doubs) sur la situation intérieure et extérieure de la République, Séance du 12 fructidor an VII, Paris, Imp. Nat. ; cité dans M. Dayet, op. cit., vol. 2, p. 25.

22 Lettre de Briot à Dormoy, conservée à la Bibliothèque municipale de Besançon et citée dans M. Dayet, op. cit., vol. I, p. 125-126.

23 La Trompette, 26 brumaire an VIII.

24 Ibid., 9 frimaire an VIII.

25 Arch. dép. du Jura : 1 L 86, registre de délibérations de l’administration du département, séance du 28 brumaire an VIII.

26 Arch. dép. du Doubs : L 204 : police générale.

27 À ce propos, il est édifiant de constater qu’à la veille de Brumaire, un portrait du futur Premier Consul ornait déjà des locaux officiels, ce qui en dit long sur la construction précoce et orchestrée de toutes pièces du mythe napoléonien.

28 Arch. dép. du Jura : 1 L 86, registre de délibérations de l’administration du département, séance du 22 frimaire an VIII.

29 Ibid., séance du 1er ventôse an VIII.

30 A. Sommier, Histoire de la Révolution dans le Jura, Paris, Librairie Dumoulin, 1846, p. 448 et 455.

31 De A. Vandal, L'avènement de Bonaparte, Paris, Plon, 1911 à Th. Lentz, Le 18 Brumaire, les coups d’État de Napoléon Bonaparte, Paris, Éd. Jean Picollec, 1997.

32 Cf. M. Roche et M. Vernus, op. cit. : réfugié en Suisse, puis revenu à Paris après avoir fait casser son jugement, Lémare ne cessa jamais de manifester son hostilité à Napoléon Bonaparte ; il fut en particulier impliqué dans la première conspiration du général Mallet - un autre Franc-comtois - en 1808.

33 La Trompette, n° 27, 29 frimaire an VIII.

34 P. Levret, « Le 18 Brumaire à Vesoul », dans Pays Comtois, 1934, n° 54.

35 J. Girardot, op. cit., t. I, p. 225.

36 La Trompette, no 47, 29 frimaire an VIII.

37 La Trompette, n 48, 3 nivôse an VIII.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search