Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

1- Ordres et désordres : des expériences diverses

Des désordres directoriaux à l’ordre consulaire

Rapport Introductif

Roger Dupuy

Texte intégral

1Les cinq communications et contribution de ce début de colloque rendent compte d’une partie du contexte politique globale et relativement connu dans lequel Sieyès et Bonaparte vont réaliser leur coup d’état. Deux concernent plus spécialement l’étendue du brigandage qui sévit aux deux extrémités de la République, d’une part dans un vaste ensemble, à cheval sur le territoire français et les départements belges jusqu'aux confins de la Hollande et de la rive gauche du Rhin, de l’autre dans les départements de l’ancienne Provence et dans le comté de Nice récemment annexé. Les trois autres communications expriment plutôt les réactions des milieux politisés face à un coup d’état dont on ne sait pas, dans l’immédiat, quelles transformations politiques il prétend imposer. Donc, d’une part, une plongée dans la réalité quotidienne de l’anarchie supposée du Directoire, de l’autre une approche des attentes de l’opinion à la mesure du crédit accordé aux instigateurs du coup de force et de leur capacité à modifier effectivement une situation qui reste catastrophique aux yeux d’une large partie de l’opinion politisée.

2Ce qui frappe dans les deux communications, nourries et précises, qui nous parlent du brigandage et de sa répression, c’est la similitude des constats effectués par les autorités en fonction d’une chronologie que rythment les contingences de la guerre, la politique répressive du Directoire et la hardiesse des chefs de bandes locaux. Le vocabulaire utilisé par les autorités est identique, variant selon les orientations successives du pouvoir plutôt que selon l’évolution effective de la situation locale. On s’aperçoit qu’il s’agit d’un discours éminemment politique obéissant à deux logiques parallèles, celle du pouvoir soulignant l'efficacité des mesures directoriales et celles des autorités locales augmentant les périls courus et les menaces à venir pour obtenir des moyens répressifs et justifier leur incapacité à juguler une situation qui leur échappe. Dans le Nord, les bandes sont extrêmement mobiles, étendant leur activité sur plusieurs départements chevauchant anciennes et nouvelles frontières et pouvant passer outre-Rhin, en cas de nécessité. Dans le sud-est de la République, le relief permet aux bandes d’échapper aux gendarmes, d’autant plus facilement que leurs effectifs s’accroissent et incitent les forces de répression à la prudence. Une partie de ces brigands, surtout en Provence, se disent royalistes et s’en prennent aux notables patriotes. En Belgique, la révolte paysanne de 1797 modifie brutalement le climat : une répression terrible y met fin, puisque Xavier Rousseau estime que 76 % des insurgés furent tués au combat, soit 5638 sur environ 7 400 rebelles. L’intervention massive de l’armée semble avoir ralenti le brigandage classique également frappé par la justice militaire qui condamne à mort tout homme pris les armes à la main. La répression militaire est prolongée par la loi d’exception du 18 janvier 1798 (29 nivôse an VI), reconduite jusqu’en janvier 1800, et qui continue de confier aux juges militaires tout homme commettant des agressions en compagnie d’un complice ou plus ! En fait les grandes bandes furent progressivement anéanties entre 1798 et 1803, notamment celle du fameux Schinderhannes qui s’attaquait tout particulièrement aux juifs de part et d’autre du Rhin, avec la complicité tacite des populations catholiques et protestantes qui bénéficiaient souvent d’une partie du butin.

3Même scénario ou presque dans les départements de la 8e région militaire. Les préfets du Consulat attribuaient la persistance du brigandage aux lenteurs et à la pusillanimité des juges civils, à la modération scandaleuse des peines édictées, au silence complice ou apeuré des populations. La loi du 26 nivôse an VI permit de prononcer, en trois ans, 32 condamnations à mort pour brigandage alors que jusque là on n’avait condamné, en tout et pour tout, que six individus dont quatre à la peine maximale de 24 ans de fer. Après le coup d’état de Fructidor, on appliqua avec plus de sévérité la loi qui avait instauré la responsabilité collective des communes sur le territoire desquelles seraient commis des attaques à main armée. Mais la mobilité des bandits empêcha l’armée de tirer tout le parti espéré de cette loi et le Consulat en vint à confier au général Férino une mission dans les Hautes et Basses Alpes ainsi que dans la Drôme et qui n’était pas sans rappeler celles confiées par la Convention aux représentants du peuple expédiés dans les départements ou aux armées. Une commission militaire l’accompagna pour y déférer instantanément tout suspect de brigandage ainsi que tous les fonctionnaires accusés de collusion avec les brigands ou de négligence dans l’obligation de les dénoncer et de les poursuivre. Malgré l’activité du général et le zèle des préfets concernés, malgré la mise à mort de plus de 60 brigands en quelques mois, l’arrestation de plus de 250 suspects, Bonaparte s’irrita du maintien des troubles dans la 8e région militaire, sur les arrières de l’armée d’Italie, alors que le destin du régime et de la République se jouait à nouveau en Lombardie.

4Pour en finir, il décida la création, dans chacun des départements concernés, de deux corps d’éclaireurs à cheval, de trois compagnies de 60 hommes chacun, soit 360 soldats et gendarmes mêlés, dûment sélectionnés, chargés de poursuivre, sans trêve, de jour comme de nuit, les bandits et leurs complices. En huit mois, la plupart des bandes furent disloquées et une bonne moitié de leurs membres traduite devant la commission militaire extraordinaire créée à cet effet. Ils furent passés par les armes ainsi qu'un bon nombre de leurs receleurs attitrés. Mais les résultats obtenus furent remis en cause quand on remplaça la Commission par des tribunaux spéciaux où des juges civils siégèrent au côté des militaires. Ces tribunaux s’enlisèrent dans les procédures suscitées par les vieilles vengeances héritées de la période terroriste et le brigandage reparut, encouragé par l’indulgence suspecte des magistrats. De sorte qu il fallut revenir, en messidor an X, à une commission militaire extraordinaire avec, comme conséquence immédiate, une diminution spectaculaire des actes de banditisme mais sans parvenir à leur totale disparition.

5Que ce soit le Directoire qui ait amorcé, comme dans les départements belges, une répression efficace ou qu’il faille attendre le Consulat pour que les efforts entrepris aboutissent, ne nous paraît pas être la conclusion majeure de la confrontation de ces deux exposés. Ce qui semble évident, c’est que l’armée seule soit capable de restaurer l’ordre. Autrement dit, le brigandage, avec l’arbitrage des conflits politiques et naturellement la guerre étrangère, contribua à faire considérer l’armée comme le recours inévitable, seul capable d’assurer la survie de la Nation. Les civils ont du mal à dépasser leurs engagements politiques passionnels alourdis par un climat de vendettas familiales qui fait passer l'honneur du clan avant un quelconque intérêt général que personne ne saurait incarner. Le cas des Tribunaux spéciaux du midi provençal est révélateur à ce propos. Ajoutons que la frontière entre illégalisme politique et criminalité de droit commun semble difficile à tracer et que cette ambiguïté joue dans les deux sens. Tous les hors la loi sont des brigands affirment les autorités mais du coup tous les brigands peuvent se faire passer pour des royalistes et contribuent ainsi à rendre peu crédible l’implantation définitive de la république et à entretenir l’espoir d’une restauration monarchiste, d’autant plus que dans l’Ouest, certains chefs chouans ne se sont jamais sentis plus forts qu’en 1800 ! Le brigandage diffus et permanent apparaît donc comme de possibles métastases des rebellions organisées en Languedoc et dans l’Ouest et prend donc, qu’on le veuille ou non, une indéniable coloration politique.

6C’est ce que confirment, par un autre biais les trois autres communications de cette première séance concernant, plus spécialement, l’accueil réservé au coup d’état par certains secteurs de l’opinion publique.

7Alan Forrest analyse l’accueil de Bordeaux, port dont le commerce a particulièrement souffert de la guerre faite par l’Angleterre et où se manifeste, depuis Thermidor, un fort courant royaliste qu’une jeunesse dorée confirme bruyamment, le soir, au théâtre où l’on impose aux musiciens de jouer des airs exprimant la nostalgie de la monarchie et où l’on conspue la Marseillaise et les jacobins locaux. Le 24 brumaire, cette même jeunesse applaudit Bonaparte et se réjouit de voir proclamée la fin du règne des « brigands », ce sont les ex - « terroristes » et leurs héritiers supposés que l'on désigne ainsi. Mais on ne célèbre pas éperdument ce général qui a un passé jacobin connu. On attend Marengo et surtout la célébration de la paix de Lunéville pour applaudir le nouveau maître dont on espère qu’il va ressusciter une prospérité perdue. Si le peuple se réjouit largement à cette occasion, l’assentiment du grand négoce reste conditionnel et le retournement de la conjoncture militaire après 1811 vérifie les craintes latentes et permet de comprendre le ralliement au duc d’Angoulême, en 1814.

8Dans la Franche-Comté de Daniel Pingué, c’est le camp opposé qui est le plus remuant et cela depuis Fructidor, surtout dans le département du Jura où la présence d’une forte résistance à la Révolution, entretenue par un clergé réfractaire qui peut se réfugier facilement au-delà de la frontière nourrit, par contrecoup, un républicanisme militant, surtout dans les villes. Patriotisme « exagéré » qu’incarne une personnalité comme celle de Pierre Joseph Briot, député influent aux Cinq-Cents et siégeant parmi les admirateurs de l’ancienne Montagne. Au lendemain du 18 brumaire, Briot est poursuivi, tandis que dans le Jura, un autre nostalgique de la Montagne, Pierre Alexandre Lémare, organise la résistance au coup d'état, veut marcher sur Paris et détruit symboliquement un portrait de Bonaparte. Il est destitué et condamné à dix ans de fer par contumace. Mais la majorité des notables des trois départements (Jura, Doubs, Haute-Saône) déclare faire confiance au nouveau régime pour créer les conditions du sursaut républicain, c’est-à-dire une constitution vraiment républicaine, des institutions garantissant la protection des citoyens, une paix glorieuse assurant la prospérité. Daniel Pingué parle de résignation, c’est dire, là encore, que l’on attend pour juger. Autrement dit, comme à Bordeaux, mais pour des raisons contraires, les élites patriotes n’adhèrent au nouveau régime que sous réserve d’inventaire ultérieur, après que les nouveaux consuls auront fait leurs preuves.

9C’est également l'attitude de Félix Lepeletier de Saint-Fargeau, frère du premier martyr de la Révolution, compromis dans la conjuration des Égaux et toujours considéré, en 1799, comme un des « Coryphées des exclusifs ». Laurence Ancet en fait plutôt un démocrate modéré rallié désormais au système représentatif et décidé à rétablir la Constitution de l’an III. Après la publication de nombreuses protestations solennelles, le Peletier, depuis son domaine de Versailles, s’active à regrouper militants et sympathisants, à travers la Seine-et-Oise mais aussi dans Paris, essentiellement des ouvriers et des militaires, en particulier des officiers destitués dont un ex-général. Visiblement on espère un échec militaire en Italie et l’on prépare le rétablissement d’un Directoire rénové, penchant nettement à gauche.

10De tout cela, il résulte, pour l’historien, un sentiment mêlé : Bonaparte, au lendemain immédiat de son coup d'état continue de jouir d'un prestige indéniable, surtout dans les couches populaires, mais les élites politisées ne semblent pas prêtes à abandonner leurs convictions pour soutenir un nouveau type de régime dont on ne sait trop ce qu'il va être. Pour la gauche prononcée et militante, on craint la tyrannie proconsulaire annoncée depuis longtemps déjà, à l’occasion des coups de force ratés de Lafayette et de Dumouriez. Les Royalistes y voient une étape du retour inéluctable vers la Monarchie légitime. Quant aux Brumairiens décidés, ils sont peu nombreux et divisés, l’éviction de Sieyès n’arrange rien. D'où la nécessité pour Bonaparte de gagner du temps, tout en renforçant son image par le rétablissement définitif de l'ordre à l'intérieur et la confirmation de son invincibilité militaire contre les coalisés. Marengo consolide son pouvoir, mais c’est Hohenlinden qui achève l'Autriche. Autrement dit l’armée reste le recours suprême, reste à savoir si Bonaparte peut prétendre seul à parler en son nom. Brumaire a été un coup de dés heureux, mais l’opinion politisée reste sceptique et l'on peut se demander si l’éviction de Sieyès renforce ou fragilise Bonaparte. Paradoxalement la continuation de la guerre extérieure lui a permis de gagner ce temps dont il a besoin tout en neutralisant politiquement une armée qui est encore loin de se considérer comme destinée à n’être qu’un ensemble de légions prétoriennes.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search