Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Avant-propos

Acquis et perspectives

Jean-Pierre Jessenne, Jacques Bernet et Hervé Leuwers

Texte intégral

  • 1 Nous devons à cet égard faire part des excuses de plusieurs collègues associés à l'entreprise mais (...)

1Nous avons voulu ouvrir le colloque de Rouen et présenter le volume qui en est issu par une entrée en matière à trois voix, pour exprimer d'emblée l'esprit de la démarche suivie depuis que nous préparons la série de tables rondes dont ce colloque constitue l'aboutissement, après la rencontre de Valenciennes en 1997, puis celle de Lille en 1998. Cette démarche a associé, dès la conception même du projet, des partenaires issus d'Universités et de centres de recherche multiples, Lille, Rouen, Valenciennes, Bruxelles, Louvain, Paris I notamment, et nous nous réjouissons que cette synergie ait fonctionné, puisque nous avons ainsi été nombreux à nous retrouver depuis trois ans et à approfondir la réflexion, tandis qu'à l’occasion de la rencontre de Rouen, d'autres chercheurs nous ont rejoints et que la dimension internationale de nos travaux s'est renforcée1.

2Ainsi, sur le plan scientifique, nous nous efforçons de progressivement approfondir notre compréhension d'un moment d'histoire, du Directoire au Consulat, entre l'an III (1795) et l'an X (1802), qui fut longtemps délaissé ou ramené à quelques clichés sommaires : instabilité directoriale, désordre, expansionnisme extérieur, triomphe guerrier puis consécration de Bonaparte et de l'ordre consulaire. Il s’agit de contribuer à la correction et à l’enrichissement de ces appréhensions en investissant ce que l’histoire de la Révolution française apporte de dynamique à une analyse du politique, des rapports sociaux, des relations entre les peuples qui n'écarte aucune dimension de ce moment révolutionnaire — Directoire et Consulat compris - où se concentrent et s'accélèrent les transformations de la société, de l'organisation politique, des représentations. Compte tenu de la place essentielle prise par les dynamiques politiques dans ces transformations, cette démarche supposait de placer les interrogations sur l'État-Nation au coeur de nos réflexions ; en même temps, nous souhaitions une histoire des pouvoirs qui ne soit confinée ni aux théories abstraites de la souveraineté, ni au fonctionnement du gouvernement central, mais qui inclût à la fois tous les niveaux de l'État et tous les citoyens, tous les enjeux des affaires collectives, ordre public comme résultats économiques, motivations religieuses aussi bien que relations entre les peuples. C’est cette démarche que nous avons voulu résumer en prenant pour fil conducteur de nos travaux le thème du Lien social et politique dans la Grande Nation. Il ne s'agit nullement de poser là une sorte d'idéal de relations interpersonnelles toujours apaisées, mais au contraire d'affronter la complexité, le mélange toujours renouvelé de conflits et de solidarités du « vivre ensemble », notamment dans les suites d'une révolution.

  • 2 J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, éd., Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique local d (...)
  • 3 H. Leuwers, éd. avec la collaboration de J. Bernet, J.-P. Jessenne, Lille, CRHEN-O, 1999.

3Les résultats de ces réflexions ont été publiés au fil des rencontres, grâce à la coopération de tous les participants et au soutien jamais démenti du Centre de Recherche sur l'Histoire de l'Europe du Nord-Ouest qui a fédéré ces initiatives et permis une édition rapide, notamment par l'énergie de Martine Aubry. Il faut donc envisager ce troisième tome comme une suite à Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique local dans la grande nation2 et 2. L’intégration des citoyens dans la grande nation3. Nous voudrions, avant de tracer les perspectives essentielles du colloque de Rouen consacré à Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-Nation, rappeler quelques enseignements de ces deux volumes, sans omettre les difficultés apparues dans la mise en œuvre de la démarche souhaitée. Indéniablement, une attention particulière à la notion faussement simple de « grande nation » si souvent utilisée pour parler de cette période, s'impose comme un préalable à bien des analyses, pour éviter équivoques ou interprétations téléologiques de la dynamique postrévolutionnaire.

IMAGES DE LA « GRANDE NATION ». (Hervé Leuwers)

  • 4 A. Sorel, L’Europe et la Révolution française, t. VIII, Paris, Plon, éd. 1949, p. 382.
  • 5 J.-R. Suratteau, « État des questions », p. 863, dans G. Lefebvre, La France sous le Directoire. 17 (...)

4Même si l’expression « grande nation », son histoire et sa signification, ont suscité peu d’études, la plupart des historiens l'ont traditionnellement employée, comme les contemporains, dans l’évocation des rapports entre la République et l’étranger ; d Albert Sorel, pour qui « la grande nation » s’était forgée dans la recherche de la « suprématie militaire, politique, juridique, intellectuelle du continent »4, à Jean-René Suratteau, qui considérait, en 1974, que l’une des questions majeures de l’histoire directoriale était « l’impérialisme de la grande nation »5, la locution s’est rattachée à l’étude des relations internationales. Cette dimension, essentielle, a été au cœur des tables rondes de Valenciennes et de Lille, et n’est pas davantage négligée par la dernière des rencontres de ce triptyque directorial ; il n’était cependant pas dans l'intention des organisateurs d’aborder de front les questions militaires et diplomatiques, mais plutôt de mêler, dans une approche conjointe, la France et une partie de l’étranger révolutionné (Belgique, Rhénanie, Républiques batave et helvétique), l’intérieur et l’extérieur, de manière à susciter rapprochements et comparaisons.

  • 6 H. Leuwers, éd., avec la collaboration de J. Bernet et J.-P. Jessenne, Du Directoire au Consulat. 2 (...)
  • 7 J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, éd., Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique local d (...)

5La démarche a suivi deux chemins, en partie convergents, dont on peut rappeler les logiques : à Lille, c’est par l'étude du discours sur la « grande nation », par l'examen de sa réception tant en France qu’à l’étranger, que la ou les représentations de la République et de sa politique extérieure ont été approchées6 ; à Valenciennes, l’examen de la difficile mise en place d’institutions nouvelles dans l’espace français et les territoires réunis, puis la confrontation des obstacles à leur fonctionnement survenus de part et d’autre des anciennes limites de la République, ont permis de revenir sur l’originalité des résistances observées dans les pays réunis et d’aborder la question des origines du nationalisme7. Par ces démarches, il s’agissait de porter attention aux mots et à leur signification, de multiplier les angles d’approche et d’insister sur la diversité des analyses possibles de l’événement.

Évolution des relations de la République avec l'étranger et références à « grande nation »

6L’année 1795 représente incontestablement un tournant dans l’histoire des relations de la République avec l’étranger ; dans un contexte de remise en cause de l’héritage politique de 1793 et de l’an II, les victoires aux frontières, les traités de Bâle et de La Haye, la fondation de la République batave et la réunion des provinces belgiques à la France créent une situation nouvelle qui pose la question du respect d’engagements constituants comme le renoncement aux conquêtes ou le respect de la souveraineté des peuples. Pour les Thermidoriens, la fidélité de la République à ces grands principes ne fait aucun doute ; le discours des généraux, des ministres ou des députés se veut celui de la continuité ; derrière la fidélité proclamée aux valeurs fondatrices de la France régénérée se distinguent néanmoins des adaptations du discours qui donnent cohérence et légitimité aux inflexions de la politique extérieure des années 1795-1799.

  • 8 Sur cette réunion de la Belgique à la France : La Belgique française. 1792-1815, Bruxelles, Crédit (...)
  • 9 M. Bélissa, « Garran de Coulon, la conquête de la Belgique et l’élaboration d’un nouveau droit publ (...)

7Certes, des propos déjà entendus sous la Constituante et la Convention occupent le centre des discours publics. Aux yeux des Thermidoriens, la République demeure libératrice ; elle apporte la liberté aux peuples amis, et notamment aux Belges qui deviennent de « nouveaux Français » ; concrètement, les républicains célèbrent la suppression des dîmes, l’abrogation de la féodalité, la réforme de la justice et de l’administration dans les territoires « réunis »8. Cette émancipation des peuples amis est présentée comme accomplie dans le respect du droit des peuples, c’est-à-dire de leur souveraineté. À la Convention, en septembre 1795, les orateurs qui plaident en faveur de la réunion des provinces « belgiques » à la France rappellent les vœux émis par les électeurs consultés au début de Tannée 1793 ; comme l’argument ne peut être employé pour obtenir l’annexion des provinces qui n’avaient pu être consultées ou de celles qui furent cédées par les Provinces-Unies lors du traité de La Haye (27 floréal an III-16 mai 1795), ils forgent cependant un principe nouveau, parfois désigné comme les « droits du peuple vainqueur », qui permettait à un pays qui venait de subir une guerre injuste de se dédommager, éventuellement, par l’annexion d’un territoire pris à l’ennemi9. L’innovation était d’importance ; elle marquait une véritable rupture dans la conception des relations entre les peuples. Ainsi, seuls les Belges vivant dans les territoires qui s’étaient prononcés en faveur de la réunion à la France, en 1793, obtiennent dès l’automne 1795 le titre de « Français ». En théorie, ces « nouveaux Français » disposent des mêmes droits et sont soumis aux mêmes devoirs que leurs « frères » de l’intérieur ; cette égalité n’est pourtant pas immédiatement respectée puisque la République prive, pour un an, les habitants de leur droit à désigner par voie électorale leurs juges et leurs administrateurs, et qu’elle leur impose en plus des contributions exceptionnelles.

8La politique envers l’étranger a incontestablement changé ; pourtant, les victoires de l’année 1795 et la « réunion » de la « Belgique » à la France paraissent susciter un discours public qui met en avant une image de la République par laquelle elle apparaissait victorieuse, généreuse, libératrice et respectueuse du droit des peuples. Dès 1795, ces vertus républicaines se réunissent ponctuellement derrière la locution « grande nation » qui, par son imprécision même, permettait d’intégrer en une expression les différentes dimensions que les dirigeants français prétendaient donner de l'image de la république.

  • 10 Arch. dép. du Pas-de-Calais, 2 L1-1, discours du 20 juillet 1790.
  • 11 Voir notamment les communications de J.-Y. Guiomar (« Histoire et significations de la grande natio (...)

9Dès 1789, la grandeur du peuple de France est fréquemment soulignée par les hommes publics ; les Français, assurent-ils, étonnent le monde, fascinent, subjuguent et s’imposent comme des modèles ; ils forment une nation d’exception, la « première nation de l’univers » (Dubois de Fosseux)10. De 1789 à 1795, les adjectifs qualifiant la Nation sont nombreux ; on évoque sa puissance, sa force, sa générosité, sa grandeur. L’adjectif grand, fréquemment épithète de nation, semble progressivement l’emporter sur les autres ; c’est l’expression « grande nation » qui se forge et s’impose. Son histoire, dont l’intérêt à été rappelé par Jean-Yves Guio-mar, est désormais mieux connue ; plusieurs contributions, présentées à Valenciennes et Lille11, permettent de mettre en évidence une double évolution : la première concerne la nature de l’article qui la précède, qui peut être défini (la) ou indéfini (une) ; la seconde intéresse son nombre, puisqu’on l’emploie tantôt au singulier, tantôt au pluriel.

  • 12 Recueil des discours, sur la réunion de la Belgique à la France, imprimés par ordre de la Conventio (...)
  • 13 Ph. Bourdin, op. cit., p. 50.

10Sous la Convention et au début du Directoire, l’expression reste d’un usage limité ; lorsqu’elle se retrouve dans les textes, elle est généralement précédée de l’article indéfini : en septembre 1795, Eschassériaux aîné évoque la Belgique qui va se « reposer libre au sein d’une grande nation », tandis que son collègue Portiez de l’Oise avance que les Belges « se soumettraient sans murmure aux lois d’une grande nation [...] »12. Le choix de l’article n'est pas indifférent ; fréquemment, la nation française est présentée comme l’une des grandes nations de l’histoire, et parfois du moment, comme dans ce discours d’un membre de la société populaire de Billom qui, en août 1794, évoque les « deux grandes nations » françaises et américaines13. C’est cet usage qui l’emporte durant le premier Directoire, tout au moins jusqu’à l’été 1797 qui marque une rupture dans l’histoire de l’expression.

  • 14 Nous reprenons ici les analyses de J.-Y. Guiomar. Ajoutons au dossier cette phrase du sous-préfet d (...)

11Entre les mois d’août et d’octobre 1797, la locution « grande nation », désormais précédée de l’article défini « la », connaît une faveur croissante chez les hommes publics, et notamment chez Bonaparte à qui nombre de contemporains reconnaîtront la paternité de l’expression14. Le changement d’article et l’usage du seul singulier, transforment l’image que l’on veut donner de la nation ; elle devient une exception, un cas unique dans l’histoire ; l’expression « la grande nation » renvoie désormais à une réalité singulière, identifiable sans risque d’erreur ou de confusion, de la même manière que « le grand roi », « le grand hiver » ou « la grande peste » renvoient à des personnages ou à des phénomènes sans équivalent.

  • 15 J.-Y. Guiomar, « La grande nation... », op. cit., p. 17.
  • 16 Arch. nat., AF IV 1449, notamment pièces 100 (Compiègne, Oise) et 114 (Simmern, Rhinet-Moselle).
  • 17 Ibid., pièce 82 (Loire).
  • 18 Ibid., pièce 68.
  • 19 Ibid., pièce 78.

12Dès l’assassinat des plénipotentiaires français à Rastadt (9 floréal an VII-28 avril 1799), cependant, la faveur pour cette expression s’émousse ; Jean-Yves Guiomar observe néanmoins une courte renaissance de son usage en septembre et octobre 179915. Après cette date, les destinées de l’expression demeurent dans l’ombre. On peut pourtant remarquer qu’au moment de la paix d’Amiens, son usage n’a pas disparu chez les préfets et les sous-préfets qui prennent la plume pour féliciter le Premier Consul de ses succès. Dans les adresses conservées, l’expression « grande nation », précédée de l’article « la » dans la moitié des cas, ne paraît guère être réprouvée ou jugée désuète ; son usage est cependant divers et complexe : d’aucuns évoquent, comme en 1798, « la grande nation »16, voire « la plus grande des nations »17 ; mais l’article indéfini demeure présent, comme dans cette adresse des administrations de Jonzac (Charente-Inférieure) où l’auteur célèbre la fin de cette « lutte terrible [...] qui a prouvé à l’univers ce que peut une grande nation qui combat pour sa liberté »18 ; on peut également relever l’emploi du pluriel, comme dans l'adresse du préfet de Jemmapes qui se félicite que « deux grandes nations deviennent amies »19. Ces divers usages de l’expression renvoient à des images différentes de la nation et de la République, encore peu étudiées pour l’époque consulaire ; leur relevé invite à poursuivre l’histoire de l’expression « grande nation », à étudier son devenir non seulement à l’époque du Consulat mais également pendant l’Empire.

Grande nation : l'alchimie complexe d'un mot et des dynamiques collectives

13D’ores et déjà, on peut avancer que le parcours de « la grande nation » apparaît lié à l’histoire d'un homme, Bonaparte, et à celle des victoires et des défaites de la République. Certes, contrairement aux affirmations des contemporains, Bonaparte ne fut pas le premier à faire précéder l'expression de l’article « la » ; comme l'a démontré Jean-Yves Guiomar, son rôle dans le rapide succès de l’expression est néanmoins évident. Au delà de l’homme, c’est à la chronologie de l'histoire militaire que « la grande nation » paraît se rattacher ; ne peut-on remarquer, en effet, que chaque temps fort de son usage, comme chacun de ses retours, correspond à une période d’euphorie qui prolonge des succès diplomatiques ou militaires paraissant annoncer la victoire prochaine de la République ? L’essor de l’expression, à l’automne 1797, suit le traité de Campo-Formio, le retour de son usage, à l’automne 1799, accompagne les victoires remportées à Zurich (septembre) et en Hollande (octobre) ; la paix d Amiens, enfin, provoque un renouveau, il est vrai non exclusif, de son emploi dans la correspondance officielle des agents de l’État.

  • 20 J.-Y. Guiomar, « La grande nation... », op. cit., p. 22.
  • 21 B. Gainot, op. cit.

14Ces liens intimes entre une expression, d’une part, le parcours d’un homme et la chronologie des opérations militaires ou diplomatiques, d’autre part, renvoient à une double signification de l'expression. Dans la bouche de Bonaparte, « la grande nation » est, pour reprendre un mot de Jean-Yves Guiomar, un véritable « slogan », une « sublimation de la nation » mise au service d’un homme et de ses ambitions20. Mais l'expression est également d’une portée plus large ; elle n’est pas vide de sens, et si, comme l’écrit Bernard Gainot, elle est d'une certaine manière « indéterminée »21, c’est parce qu’elle ne possède pas un référent précis mais bien des référents ; depuis 1795 au moins, l’expression est associée à une image multiforme de la nation, reflet de la représentation que les hommes au pouvoir se font des vertus de la République. Pour autant, il serait réducteur d’en rester à une définition exclusivement française de l'expression ; les républicains de « Belgique » ou de Rhénanie, en effet, parlent aussi de « grande nation » et participent ainsi à la formation, à l’essor ou au repli de la locution.

  • 22 Le Moniteur universel, no 183 du 3 germinal an III (23 mars 1795), séance de la Convention du 29 ve (...)

15Car l’expression n’est pas née toute armée de l’esprit des hommes de la Convention et du Directoire, mais s’est en partie forgée dans un dialogue avec l’étranger. En 1795, notamment, des adresses issues des provinces belgiques ou des pays rhénans renvoyaient aux Français une image idéalisée de la République, parfois associée à l’expression « grande nation », qui contribuait à doter la locution d’une riche et multiple signification ; en prononçant la phrase : « [...] une grande nation libre et victorieuse, qui veut briser les chaînes des peuples esclaves, ne peut vouloir enchaîner un peuple libre depuis vingt siècles [...] »22, les représentants de la ville de Cologne invités à la barre de la Convention, en mars 1795, définissaient la nation et la République comme libre, victorieuse, libératrice et respectueuse du droit des peuples.

  • 23 Voir les communications d’A. Jourdan (Provinces-Unies et République batave) et H. Leuwers (Belgique (...)

16Cet emploi du discours de la « grande nation », que l'on rencontre également en Belgique et aux Provinces-Unies23, peut revêtir, simultanément ou non, plusieurs significations. Il pouvait être un moyen de pression destiné à mettre la République devant ses engagements et, dans ce cas, il devenait un discours convenu dont la formulation était intéressée ; chez de nombreux patriotes, il était néanmoins le reflet d’aspirations à un renouveau fiscal, administratif ou judiciaire qui, lorsqu’il fut instauré dans les territoires réunis, suscita parfois l’adhésion ; dans l’un et l’autre cas, le discours étranger sur la « grande nation » démontrait que l’idéal républicain défini par les assemblées révolutionnaires était connu, et parfois partagé.

  • 24 Voir les communications d’A. Jourdan, M. Gilli et A.-J. Czouz-Tornare, op. cit.

17Dans cette compréhension du discours français sur la « grande nation », dans cette confiance que des patriotes étrangers plaçaient dans les promesses de la République, réside probablement l'une des raisons de ces malentendus et de ces déceptions si fréquemment soulignés, pour la Rhénanie, pour les Républiques batave ou Helvétique24. À certains moments, les discours s’éloignaient par trop des engagements, ce qui incitait au mécontentement, à la protestation, voire à la révolte. Implicitement, dans les rencontres de Valenciennes et de Lille, la question de la nature de ces résistances fut posée : pouvait-on les qualifier de nationales ? Quelles furent leurs places dans la construction des nations confrontées ou soumises aux armées de la République ?

  • 25 A. Crépin, op. cit.
  • 26 J. Vercruysse, « L'opinion publique belge et le traité de Campo-Formio », dans CampoFormio. 1797 : (...)
  • 27 S. Woolf, Napoléon et la conquête de l’Europe, Paris, Flammarion, note p. 335.

18En ce domaine, l’exemple de la Belgique réunie, fréquemment évoqué, paraît éminemment révélateur et la confrontation des réactions à la politique directoriale observées dans la France de l’intérieur et dans les départements réunis incite tout observateur à la prudence. Par l'examen des réactions des habitants du Nord et du Pas-de-Calais aux réquisitions de soldats et à la conscription qui fait suite à la loi Jourdan, Annie Crépin souligne que le peu d’empressement des populations est plus le fait d’un a-patriotisme, justifié par leurs priorités économiques, que le reflet d’un quelconque anti-républicanisme ; les réactions violentes des populations de Belgique à la loi Jourdan paraissent obéir, en partie tout au moins, à la même logique25. Cette mise en garde contre la tentation d’uniquement examiner les mécontentements des populations belges en terme de refus de la réunion, se retrouve implicitement dans les études consacrées à la difficile mise en place des institutions du Directoire ; comment, en effet, ne pas remarquer que les difficultés rencontrées par les municipalités cantonales et les administrations judiciaires du Directoire sont en partie les mêmes en France et dans les départements réunis ? Ces conclusions rejoignent les analyses présentées par Jeroom Vercruysse dans une étude sur la vision du traité de Campo-Formio en Belgique, celles de Jacques Logie sur la magistrature des neuf départements réunis ou de François Antoine sur la vente des biens nationaux de la Dyle, qui, toutes, soulignent la diversité des réactions à la réunion, à sa sanction diplomatique et à ses effets administratifs ou économiques26 ; elles rappellent aussi certaines conclusions de Stuart Woolf, qui insistait sur l'idée que les nationalismes des divers peuples d’Europe, et notamment celui du peuple de Belgique, n’étaient pas issus de l’épisode révolutionnaire ou impérial27.

  • 28 X. Rousseaux, « Entre droit, État et liberté : la justice pénale dans les départements belges sous (...)
  • 29 Idée déjà formulée par G. Lemarchand, « Structures et conjonctures historiques dans la constitution (...)
  • 30 H. Dumont et alii, Belgitude et crise de l’État belge, Bruxelles, Publications des facultés univers (...)

19Si la prudence ne doit pas conduire à la négation des caractères propres des résistances observées dans les départements réunis, elle doit néanmoins inciter au rappel que certaines institutions nouvelles, notamment judiciaires, furent assez vite favorablement adoptées par les populations réunies28 ; elle conduit aussi à préciser que la formation d'une nation, consciente de sa spécificité et de son unité, ne suit pas nécessairement le chemin de la résistance, qu’une nation nouvelle ne se construit pas nécessairement en s’opposant29. C’est également par leur réunion à la France, par leur division administrative sous le vocable de « départements réunis » ou de « départements belgiques », que les anciens Pays-Bas, l’ancienne province de Liège, ainsi que quelques territoires issus des Provinces-Unies ou du duché de Bouillon, formèrent progressivement un espace unifié, doté d’une identité : la Belgique30.

20Comment douter que les questions de la guerre, de la diplomatie et des relations entre les peuples demeurent, comme au temps d’Albert Sorel ou de Raymond Guyot, comme à celui de Jacques Godechot ou de Jean-René Suratteau, au centre de toute interrogation sur l’originalité de l’expérience directoriale ? Ces relations avec l’étranger, qui sous-tendent l’évolution politique intérieure de République, sont d’une analyse complexe, qui change en fonction des choix préliminaires de l’observateur. À partir des communications présentées à Valenciennes et à Lille, il ne peut s’agir de privilégier l’un ou l’autre de ces choix, mais au contraire d’insister sur la nécessaire lecture des diverses perceptions possibles de la réalité. En ce sens, il paraît réducteur de lire les relations entre la France et les populations réunies comme l’épisode d’une domination ou d’une occupation dont nous savons, nous, historiens, qu’elle a une fin prochaine ; choisir la seule vision des vainqueurs de 1815 élude bien des approches de l’événement. Pour nombre de Français, de Belges ou de Rhénans, en effet, la « réunion » apparut d’abord comme une intégration, certes souhaitée ou subie, mais dont on pensait qu’elle pouvait être définitive ; s’en souvenir conduit à la relecture des discours des hommes au pouvoir, à l’écoute des attentes exprimées par les patriotes étrangers, à l’observation des réformes introduites dans les départements réunis ou les Républiques-soeurs, à l’étude de l’image que les Français voulaient donner d’eux-mêmes, de cette « grande nation » qu’ils prétendaient former ou de celle dans laquelle des patriotes étrangers ont un temps placé leurs espoirs. C’est la politique d’un régime - son exposé et sa réalisation - dans ce qu'elle a de contradictoire et de paradoxal, c’est sa perception en France et à l’étranger, c’est l’imaginaire politique issu de la Révolution que les tables rondes de Valenciennes et de Lille nous invitent à restituer dans leur diversité.

21La même exigence de faire place à la complexité préside à l’autre thème majeur de nos rencontres, que nous avons résumé par l’expression de « lien politique local », entendu comme l’ensemble des processus par lesquels se nouent dans la vie collective concrète, à l’échelle des villes et des villages, les engagements et les refus politiques des citoyens, par lesquels donc une communauté politique se construit ou se disloque.

RECOMPOSITIONS ET DÉCHIREMENTS DU LIEN POLITIQUE ET SOCIAL. (Jacques Bernet, Jean-Pierre Jessenne)

22Dans la nécessité où nous nous trouvions de choisir les perspectives sous lesquelles examiner cette question, immense dès lors qu’elle inclut l’extrême variété des situations, nous avons « mis l’accent sur trois dimensions » le dispositif territorial, le facteur religieux et des exemples de politique sociale.

Les engagements politiques et l’organisation territoriale sous le Directoire31

  • 31 Bilan dressé par J.-P. Jessenne.
  • 32 Voir infra « Pouvoir local, territoires et autorités », 1) Les personnels politiques et 2) « Pouvoi (...)
  • 33 Dans J. Bernet et alii, 1998, voir notamment S. Blanchi, « Le fonctionnement des municipalités cant (...)

23Nous serons brefs sur ce point dans la mesure où une des sections de ce volume revient sur la question32. En tout cas, il est indéniable que l’efficacité intégratrice du dispositif territorial et le problème de l’articulation entre les différents rouages et niveaux de l’État constituent bien un facteur crucial de l’évolution de la République. Pour autant les diverses contributions sur les institutions locales du Directoire, notamment les municipalités de canton33, montrent qu’un jugement monolithique sur leur fonctionnement n’a guère de sens. Disjonctions et efficacité se mêlent sans cesse, quoique, le plus souvent, Fructidor constitue une indéniable césure qui sauve la République « en haut », mais relance l'émiettement dans les communautés locales et rend bien incertain le lien politique à l'échelle de la Nation.

  • 34 Nous prolongeons ainsi les amples analyses du colloque de Clermont, La République directoriale, Par (...)
  • 35 Idem, P.-Y. Beaurepaire, « Le réveil des structures maçonniques locales sous le Directoire et au dé (...)

24En même temps, il apparaît évident que le Directoire, loin d'être une parenthèse politique, se situe absolument dans le prolongement du processus de politisation, né ou déployé dans la Révolution. Plusieurs communications à Valenciennes montrent ainsi comment des clivages apparus à divers moments révolutionnaires rejouent sous le Directoire en affrontements politiques clairement exprimés ou en manifestations plus diffuses, notamment de refus ou de défense plus ou moins explicites de la République34. Autre forme de l'inscription de la période dans le prolongement de l'expérience politique révolutionnaire, l'importance de la recomposition des liens concrets mais diffus, au travers desquels se scellent à la fois la confirmation de nouveaux réseaux de pouvoir et la réinstallation partielle d'hégémonies antérieures à la Révolution35. Ainsi, s'élabore tantôt l'amalgame des notables de différentes origines, en dépit des clivages politiques, tantôt la consolidation de noyaux militants qui entretiennent la flamme de l'une ou l'autre des options révolutionnaires ou contrerévolutionnaires. Correspondances et sociabilité sont deux manifestations importantes de ce processus qu'il faudrait plus largement étudier, au-delà des exemples parisiens, dans les sociétés scientifiques ou savantes, les cercles constitutionnels, etc.

  • 36 Dans H. Leuwers éd. op. cit., 1999, B. Plongeron propose une vue d'ensemble « L'Église constitution (...)

25Cet appel à prolongement nous conduit à évoquer la question religieuse, un aspect de nos rencontres dont nous avions envisagé d'emblée l'importance pour l'histoire du lien politique, mais pour lesquelles nous fumes amenés à réviser les perspectives, car - simple concours de circonstances ou signe d'un creux dans les réflexions sur le lien entre le politique et le religieux dans la Révolution ? – les propositions de communications ont été peu nombreuses tant pour la phase directoriale que pour les suites de Brumaire. Néanmoins trois contributions permettent quelques observations sur ces enjeux que ne saurait ignorer notre problématique d'ensemble36.

Les enjeux religieux37

  • 37 Bilan dressé par J. Bernet.

26Suite inévitable ou accidentelle du divorce croissant entre la Révolution et l’Église catholique autrefois dominante, le brutal épisode « déchristianisateur » de l’an II avait paru entraîner la ruine définitive d’une institution multi-séculaire d’encadrement spirituel, moral et social d’une majorité de Français. Pourtant dès l’an III, s’exprima le besoin de reconstituer le tissu socio-religieux traditionnel. Cette restauration (ou « réaction ») avant tout catholique, qui fut une des données essentielles de la période thermidorienne, imposa de larges concessions en matière de liberté du culte à un pouvoir républicain pour le moins réticent, en raison des enjeux politiques sous-jacents, réels ou supposés.

  • 38 Voir par exemple J.-R. Suratteau, « Le Directoire avait-il une politique religieuse ? », dans Annal (...)

27Héritant d’une situation précaire et incertaine, hésitant entre tolérance et répression, incapable de promouvoir une réelle laïcité de l’État, le Directoire ne sut jamais adopter une politique religieuse cohérente38. Le nouveau régime eut pourtant l’occasion, nous montre Bernard Plongeron, de mettre en œuvre le compromis souhaité par la majorité des Français, lors des complexes tractations de 1795-1797 avec la Papauté, qui aurait pu accepter la République en échange d’une authentique liberté du culte catholique, surmontant les divisions entre les « gallicans » de Grégoire et les « romains », fidèles à la hiérarchie traditionnelle.

  • 39 F. Stevens évoque cet aspect de la politique directoriale dans sa contribution citée plus haut au c (...)
  • 40 Voir S. Bianchi, « L'école primaire sous le Directoire : enjeux civiques et républicains », H. Leuw (...)

28Au contraire, suite à l’échec électoral du printemps 1797, le second Directoire post-fructidorien, faisant des catholiques les boucs-émissaires, crut nécessaire et possible d’éradiquer les croyances et les cultes traditionnels par la contrainte et la concurrence des cultes civiques républicains hérités de l’an II et fondés sur la mystique de la « grande nation ». Cette « seconde déchristianisation », moins anarchique mais plus sournoise et organisée, n'a pas seulement échoué faute de temps et de moyens, comme l’illustrent les exemples de la Picardie, qui n’avait rien de fanatique, ou des régions annexées comme la Belgique39 et la Rhénanie ; une telle politique se heurta à la résistance au moins passive de l’immense majorité des fidèles, déjà bien échaudés et désabusés. Le Directoire a d’autant plus échoué dans son projet anti-catholique qu’il ne s’est jamais véritablement donné les moyens d’une politique d’encadrement civique des citoyens, en dehors de fêtes nationales artificielles et d’un culte décadaire heurtant les traditions. Cette carence fut particulièrement patente à l’égard de la jeunesse, malgré les efforts tardifs d’un François de Neufchâteau en l’an VII : l’école primaire fut ainsi abandonnée aux communes, dépourvues de ressources, qui firent au mieux appel aux anciens maîtres d’école et ci-devant clercs paroissiaux, même en des pays largement laïcisés et républicains comme le sud de l’Ile-de-France40

29.Il revenait à Bonaparte, médiocre catholique mais bon politique, de tirer la leçon de ces échecs en négociant habilement avec le nouveau Pape Pie VII, dont il avait permis l’élection, le compromis du Concordat de 1801. Situé dans la continuité du gallicanisme étatique, cet accord donnait satisfaction à l'Église et aux catholiques, tout en renforçant les prérogatives et le contrôle de l’État, déjà affirmés dans la Constitution Civile de 1790, cependant source de discorde, faute de consensus entre les hiérarchies civile et religieuse. Renouant avec le joséphisme, participant de la réforme autoritaire de l’État, le Concordat bonapartiste apporta ainsi sa contribution à la réconciliation nationale et par conséquent à la reconstitution du lien politique, social et culturel dans la France nouvelle issue de la décennie révolutionnaire.

La dimension sociale de l'intégration dans « la grande nation »41

  • 41 Paragraphe établi par J.-P. Jessenne.
  • 42 Voir notamment, parmi les travaux de synthèse de ces auteurs : F. Demier, Histoire des politiques s (...)

30En nous inscrivant à la fois d'une part dans la tradition d'une histoire de la Révolution française qui n'ignore pas la dimension sociale des luttes politiques et de la fondation législative, d'autre part dans les perspectives qui s'attachent à ce que la formation d'une identité nationale doit aux pratiques concrètes en matière de régulation économique et sociale42, il nous semblait nécessaire d'aborder la dimension sociale de l'intégration à la République directoriale, à la fois pour les Français et pour les habitants des territoires annexés. Quoiqu'on puisse regretter que ce fut dans une proportion trop limitée, la table ronde de Lille a au moins eu le mérite d'ouvrir quelques perspectives et de confirmer la nécessité de ne pas négliger ce champ de la recherche révolutionnaire pour lequel le Directoire est riche d'expériences aux résultats souvent ambivalents.

  • 43 « Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et à Verviers, premiers centres dr (...)

31La communication de Gérard Gayot43 suggère l'adhésion d’une classe dirigeante d'entrepreneurs satisfaits, y compris en pays conquis, de voir la République élargie permettre l'agrandissement du marché et sa protection de la concurrence anglaise.

32À cette figure de simple établissement d'un cadre commun ménageant les initiatives particulières correspond bien d'ailleurs le recrutement des personnels financiers, étudié par Matthieu de Oliveira en territoires belges, où les hautes fonctions sont monopolisées par les Français tandis que les fonctions d'exécution demeurent aux mains des autochtones. Claudine Wolikow donne toute sa dimension expérimentale à cette politique fiscale du Directoire en montrant qu'elle s'essaie à mettre au point un mode d'établissement et de perception de l’impôt qui permette à l'État de sortir des « vacances fiscales » de la Révolution, tout en ménageant les collectivités en charge d'une imposition encore conçue en fonction des conceptions contributives de la Révolution. Ces tentatives se soldent donc par des tensions et des coercitions, que réglera le Consulat, en aménageant le dispositif directorial.

33Ce sont aussi diverses formes d'expériences transactionnelles qu'exposent Yannick Marec ou Luc Delporte qui montrent une évolution de l'assistance et de la protection sociale où se mêlent, selon des variantes diverses, le renoncement aux grandes institutions nationales et la consolidation de structures communales plus ou moins contrôlées par l'État.

34Par conséquent, si en ces domaines les tâtonnements et les difficultés sont indéniables, il ne saurait être question d’une parenthèse, encore faudrait-il justement apprécier les résultats en termes d'intégration nationale des diverses catégories de Français et notamment des classes populaires. Ces observations confirment le besoin, déjà observé à l'issue de la première table ronde, de développer à la fois l'histoire sociale du politique et l’étude de la politique sociale appliquée sous la république directoriale. Ceci nous renvoie à la fois au nécessaire réexamen du concept de République bourgeoise et au questionnement sur les engagements des différentes classes sociales dans la crise finale du régime et dans l'établissement du Consulat. Deux thèmes qui sont au cœur du colloque de Rouen dont il nous reste à présenter les intentions générales avant d'en proposer les communications et les débats.

BRUMAIRE DANS L’HISTOIRE DU LIEN POLITIQUE ET DE L'ÉTAT-NATION PERSPECTIVES. (Jean-Pierre Jessenne)

35Tout en demeurant fidèles à une conception décentrée et multidimensionnelle du politique, nous avons voulu mettre l'accent sur ce moment spécifique du basculement d'un régime à l'autre, type de situation toujours passionnant pour l'historien, d'autant plus quand ce moment est censé clore une révolution. Il s'agit de saisir cet accéléré où se mêlent les changements profonds, les mises en scène politiques, les falsifications des résultats du régime précédent, ce passage où se nouent les reniements d'héritage et les fidélités revendiquées. Ce moment constitue évidemment une séquence particulièrement propice à l'analyse de l'alchimie de la légitimité et des liens politiques.

36Ces préoccupations nous ont amenés à organiser les contributions et les débats autour de trois questions qui guident aussi le cheminement de ce volume d'actes en trois parties :

  1. Est-il pertinent de lire Brumaire, la fin de la république directoriale et l'installation consulaire comme la réponse apportée à une France et à des Français en attente d'un nouvel ordre ? La question conduit à examiner autant les expériences diverses de l'ordre et du désordre que les dynamiques politiques locales qui accompagnent le coup d'État, sans oublier que l'ordre politique a aussi une dimension économique et sociale.

  2. Dans quelle mesure le passage d'un régime à l'autre s'accompagne-t-il d'une recomposition politique et culturelle participant de la légitimation du nouveau pouvoir ? L'interrogation porte à la fois sur la manière dont les idéaux et les conceptions politiques issus de la Révolution se trouvent réorientés pour favoriser un nouveau type de lien politique et sur les moyens mis en œuvre pour gagner les soutiens à Bonaparte et au Consulat.

  3. L'autorité politique se reconstruit-elle sur une redéfinition du pouvoir local et de l'organisation du territoire ? Cette question renvoie à la fois à l'examen des changements et des continuités du personnel politique et à celui des méthodes de contrôle du territoire. On s'y interroge notamment sur la portée du retour à une administration communale et sur l'éventuelle persistance de formes diverses de régulation négociée avec les communautés d'habitants, en dépit de la centralisation.

37Ce thème est repris dans la séance que nous avons voulu plus particulièrement consacrer à une création spécifique du Consulat à peine établi, les préfets. Cette séance, conçue comme une rencontre entre la compréhension historique d'une fonction au rôle stratégique dans l'histoire de la République et la réflexion civique sur l'État, la nation et les collectivités territoriales, fait l'objet d'un volume séparé, le quatrième de notre série, intitulé L'institution préfectorale et les collectivités territoriales.

38Pour autant, nous n'avons pas voulu restreindre à ce thème la perspective diachronique sur le rapport entre Consulat et d'une part Révolution française, d'autre part mémoire de l'événement. Les deux tables rondes consacrées à cette expérience fondamentale du passé constituent donc la quatrième partie de ce volume et tiennent lieu de conclusion. La première est consacrée à « Brumaire dans l'image et le cinéma », la seconde s'interroge sur « Les républiques directoriale et consulaire, Bonaparte, la citoyenneté, la Grande Nation, l'Europe : legs et abandons d'héritage ? ».

39Pour terminer la présentation de ce volume, il faut ajouter que nous avons tenté de restituer la substance des débats qui ont occupé une place essentielle dans le colloque. À partir des enregistrements, des collaborateurs de ce volume ont assuré une synthèse des interventions dont ils assument la responsabilité.

  • 44 Aux collègues précédemment nommés, il faut ajouter François Antoine (Bruxelles), Bernard Bodinier ( (...)
  • 45 Jean Bart (Dijon), Jean-Paul Bertaud (Paris Sorbonne), Claude Bruneel (Louvain), Gilles Deregnaucou (...)

40Enfin nous ne saurions oublier que ce colloque et ces actes n'auraient pas existé sans l’engagement de nombreux partenaires. En premier lieu bien sûr, il faut citer les communicants qu’il faut saluer pour leur diligence à respecter les consignes. Si Jean-Pierre Jessenne a dirigé cette édition, les collaborations de Martine Aubry (Université de Lille 3), Jacques Bernet (Université de Valenciennes), Pascal Dupuy (Université de Rouen), Bernard Gainot (Université de Paris I), Christine Le Bozec (Université de Rouen), Hervé Leuwers (Université de Lille 3) ont permis la recomposition rapide du puzzle de ce volume. Nathalie Avenel (IRED) a assuré la majeure partie du secrétariat et l'aide de Lise Féron a été précieuse. Mais, la conception et l'organisation ont été l'objet d'une concertation élargie dans un comité aux réunions toujours conviviales et fructueuses44. La caution scientifique de nombreux universitaires a constitué un réel encouragement45. Mais nous tenons aussi à souligner la qualité exceptionnelle de l'appui assuré par la Préfecture de la région Haute-Normandie, par Monsieur le Préfet et par ses collaborateurs, notamment Madame Sophie Thibault et Monsieur Georges Galiana. Evidemment, des soutiens financiers étaient indispensables ; nous les avons trouvés auprès des organismes et collectivités suivants :

Préfecture de la région Haute-Normandie et du département de Seine-Maritime ; Conseil Régional de Haute-Normandie ; Conseil général de l'Eure ; Conseil Général de Seine-Maritime ; Communauté de communes de l'agglomération rouennaise ; Mairie de Rouen ; Mairie de Mont-Saint-Aignan ; Direction régionale des Affaires culturelles de Haute-Normandie ; Université de Rouen : Conseil scientifique, UFR de Lettres et sciences humaines, Groupe de Recherche Historique et Institut de Recherche et de Documentation en Sciences Sociales ; I.S.P.P. ; Université du Havre, CIRTAI ; Comité Régional d'histoire de la Révolution de Haute-Normandie ; Université de Lille 3, Centre de Recherche Historique de l'Europe du Nord-Ouest ; Université Catholique de Louvain ; Société des Études Robespierristes. L'édition a bénéficié d'un soutien particulier du Ministère des Affaires culturelles. À tous nous exprimons notre gratitude.

Notes

1 Nous devons à cet égard faire part des excuses de plusieurs collègues associés à l'entreprise mais empêchés de participer : Philippe Bourdin, Philippe Guignet, Colin Lucas, Michel Vovelle notamment.

2 J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, éd., Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique local dans la grande nation, Lille, CRHEN-O, 1999.

3 H. Leuwers, éd. avec la collaboration de J. Bernet, J.-P. Jessenne, Lille, CRHEN-O, 1999.

4 A. Sorel, L’Europe et la Révolution française, t. VIII, Paris, Plon, éd. 1949, p. 382.

5 J.-R. Suratteau, « État des questions », p. 863, dans G. Lefebvre, La France sous le Directoire. 1795-1799, Paris, 1977, Éd. Messidor-Éd. Sociales, 1984.

6 H. Leuwers, éd., avec la collaboration de J. Bernet et J.-P. Jessenne, Du Directoire au Consulat. 2. L’intégration des citoyens dans la grande nation, Lille, CRHEN-O, 2000 ; voir essentiellement la première partie : « Quelle grande nation ? », p. 9-141.

7 J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, éd., Du Directoire au Consulat. 1. Le lien politique local dans la grande nation, Lille, CRHEN-O, 1999.

8 Sur cette réunion de la Belgique à la France : La Belgique française. 1792-1815, Bruxelles, Crédit communal, 1993, note p. 75-97 (P. Lenders) ; C. Bruneel, « Des provinces belgiques et de la principauté de Liège aux départements réunis. Approche des situations politiques », dans J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, op. cit., p. 37-52.

9 M. Bélissa, « Garran de Coulon, la conquête de la Belgique et l’élaboration d’un nouveau droit public », Revue du Nord, n° 331, juillet-septembre 1999, p. 549-559 ; H. Leuwers, « Droit des peuples et droits du peuple vainqueur. Caractères et justifications de la seconde réunion de la Belgique à la France (1795) », Justice et institutions françaises en Belgique (1795-1815), Hellemmes, Ester, 1996, p. 203-218.

10 Arch. dép. du Pas-de-Calais, 2 L1-1, discours du 20 juillet 1790.

11 Voir notamment les communications de J.-Y. Guiomar (« Histoire et significations de la grande nation-août 1797-automne 1799- : problèmes d’interprétation », dans J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, éd., op. cit., p. 317-328 ; « La grande nation est-ce encore la nation ? », dans H. Leuwers, éd., avec la collaboration de J. Bernet et J.-P. Jessenne, op. cit., p. 15-25), B. Gainot, PH. Bourdin, H. Leuwers, A. Crépin, M. Gilli, A. Jourdan, A.-J. Czouz-Tornare (H. Leuwers, éd., avec la collaboration de J. Bernet et J.-P. Jessenne, op. cit.).

12 Recueil des discours, sur la réunion de la Belgique à la France, imprimés par ordre de la Convention nationale, Paris, Laran et Ant. Bailleul, an V, p. 27 et 36.

13 Ph. Bourdin, op. cit., p. 50.

14 Nous reprenons ici les analyses de J.-Y. Guiomar. Ajoutons au dossier cette phrase du sous-préfet de Compiègne (Oise), relevée dans une lettre de félicitations adressée au Premier Consul après la paix d’Amiens : « C’est vous qui le premier nous aves appelés la grande nation » (Arch. nat., AF IV 1449, pièce 100, 21 brumaire an X - 12 novembre 1801).

15 J.-Y. Guiomar, « La grande nation... », op. cit., p. 17.

16 Arch. nat., AF IV 1449, notamment pièces 100 (Compiègne, Oise) et 114 (Simmern, Rhinet-Moselle).

17 Ibid., pièce 82 (Loire).

18 Ibid., pièce 68.

19 Ibid., pièce 78.

20 J.-Y. Guiomar, « La grande nation... », op. cit., p. 22.

21 B. Gainot, op. cit.

22 Le Moniteur universel, no 183 du 3 germinal an III (23 mars 1795), séance de la Convention du 29 ventôse (19 mars 1795), p. 746.

23 Voir les communications d’A. Jourdan (Provinces-Unies et République batave) et H. Leuwers (Belgique), op. cit.

24 Voir les communications d’A. Jourdan, M. Gilli et A.-J. Czouz-Tornare, op. cit.

25 A. Crépin, op. cit.

26 J. Vercruysse, « L'opinion publique belge et le traité de Campo-Formio », dans CampoFormio. 1797 : la Belgique change de maîtres, Bruxelles, Musée royal de l'armée, 1998, p. 47-67 ; J. Logie, Les magistrats des cours et des tribunaux en Belgique. 1794-1814. Genève, Droz, 1998 ; F. Antoine, La vente des biens nationaux dans le département de la Dyle. Bruxelles, Archives générales du royaume, 1997.

27 S. Woolf, Napoléon et la conquête de l’Europe, Paris, Flammarion, note p. 335.

28 X. Rousseaux, « Entre droit, État et liberté : la justice pénale dans les départements belges sous le Directoire », dans J. Bernet, J.-P. Jessenne, H. Leuwers, éd., op. cit., p. 263-287.

29 Idée déjà formulée par G. Lemarchand, « Structures et conjonctures historiques dans la constitution des nations et des États-nations en Europe du XVIe au XIXe siècle : problématique et nouvelles approches », dans Nations, nationalismes, transitions. XVIe-XXe siècles, Paris, Éd. sociales, 1993, note p. 54-55.

30 H. Dumont et alii, Belgitude et crise de l’État belge, Bruxelles, Publications des facultés universitaires Saint-Louis, 1989, note p. 171-220 (communications de J.-M. Cauchies, C. Bruneel, F. Perin, C. Bricman, L. Vos) ; J. Stengers, « La Belgique de 1830, une nationalité de convention ? », dans Revue de l’Université de Bruxelles, 1981, n° 1-2, p. 7-7-19 : H. Leuwers et X. Rousseaux, « La mise en place des nouvelles juridictions pénales dans la Belgique réunie-1795-1796- », dans Influence du modèle judiciaire français en Europe, Hellemmes, Ester, 1999, p. 21-51.

31 Bilan dressé par J.-P. Jessenne.

32 Voir infra « Pouvoir local, territoires et autorités », 1) Les personnels politiques et 2) « Pouvoir local et contrôle du territoire ». Dans le rapport introductif, nous nous efforçons de résumer les attendus historiographiques et problématiques de la question.

33 Dans J. Bernet et alii, 1998, voir notamment S. Blanchi, « Le fonctionnement des municipalités cantonales dans le sud de l'île de France », p. 169-189 ; J. Bernet, « De l'intérêt et du bon usage des municipalités cantonales du Directoire. Un exemple picard : Attichy », p. 189-199 ; F. Stevens, « Engagement et refus politiques dans le département des Deux-Nèthes... », p. 199-215 et, pour une vue plus générale, J.-P. Jessenne, « Les comportements politiques sous le Directoire en France du Nord-Ouest : des perspectives partielles et contradictoires », p. 19-37.

34 Nous prolongeons ainsi les amples analyses du colloque de Clermont, La République directoriale, Paris et Clermont-Ferrand, Bibliothèques d'histoire révolutionnaire, 1998, 2 t., dont B. Gainot résume les principaux apports en entrée du volume I de notre série, J. Bernet et alii, op. cit., 1998, p. 11 à 18. Nous renvoyons notamment aux communications de C. Bruneel, C. Peyrard, R. Dupuy, L. Dhondt, S. Denys-blondeau ET P. Raxhon des pages 37 à 97 et 137 à 151 de ce volume.

35 Idem, P.-Y. Beaurepaire, « Le réveil des structures maçonniques locales sous le Directoire et au début du Consulat », p. 97-111 et P. Bourdin, « L'échange épistolaire Paris-Province, un moyen persistant de structuration des réseaux républicains », p. 111-137.

36 Dans H. Leuwers éd. op. cit., 1999, B. Plongeron propose une vue d'ensemble « L'Église constitutionnelle à l'épreuve du Directoire... », tandis que J. Bernet et W. Stein examinent sur ce thème, les cas picard et rhénan.

37 Bilan dressé par J. Bernet.

38 Voir par exemple J.-R. Suratteau, « Le Directoire avait-il une politique religieuse ? », dans Annales historiques de la Révolution française, 1991.

39 F. Stevens évoque cet aspect de la politique directoriale dans sa contribution citée plus haut au colloque de Valenciennes.

40 Voir S. Bianchi, « L'école primaire sous le Directoire : enjeux civiques et républicains », H. Leuwers éd., op. cit., 1999, p. 271-299.

41 Paragraphe établi par J.-P. Jessenne.

42 Voir notamment, parmi les travaux de synthèse de ces auteurs : F. Demier, Histoire des politiques sociales. Europe (XIXe-XXe s.), Paris, Le Seuil, 1996 ; G. Noiriel, Le creuset français, Histoire de l'immigration, XIXe-XXe s., Paris, 1998, Points-Seuil, 1992.

43 « Les retombées imprévues de la modernisation économique à Eupen et à Verviers, premiers centres drapiers de la France du Directoire », op. cit., 2000, p. 239-253. Perspectives confirmées par les interventions de J.-J. Heirwegh et F. Antoine qui n'ont pas été transcrites pour ce volume.

44 Aux collègues précédemment nommés, il faut ajouter François Antoine (Bruxelles), Bernard Bodinier (Rouen), Éric Saunier, et Éric Wauters (Le Havre).

45 Jean Bart (Dijon), Jean-Paul Bertaud (Paris Sorbonne), Claude Bruneel (Louvain), Gilles Deregnaucourt (Arras), Catherine Duprat (Paris Sorbonne), Roger Dupuy (Rennes), Jean-Jacques Heirwegh (Bruxelles), Guy Lemarchand (Rouen), Philippe Guignet (Lille), Colin Lucas (Oxford), Jean-Clément Martin (Nantes et Paris Sorbonne) Claude Mazauric (Rouen), Michel Vovelle (Paris Sorbonne), Isser Woloch (New-York).

Auteurs

Université de Rouen-GRHIS et CRHEN-O

Université de Valenciennes

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540