Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Conclusion

Pierre Toubert

Texte intégral

1Les buts et l’ordonnance thématique de notre colloque ont fait l’objet, en introduction, d’une vigoureuse et pénétrante mise en perspective de la part de Régine Le Jan. Celui auquel revient la tâche de conclure par quelques mots se doit d’abord d’exprimer la satisfaction de tous quant à la manière dont ces attentes initiales ont été satisfaites. Je dresse ce constat de bonne fin de travaux avec une conviction à laquelle s’ajoute l’expression de toute notre gratitude envers l’équipe lilloise qui, par sa sollicitude, a fait de cette rencontre une réussite scientifique doublée d’un succès de convivialité.

2Sans chercher à récapituler ici chacune des contributions qui sont venues enrichir la thématique proposée, je voudrais livrer pour ce qu’elles valent quelques impressions d’après-colloque.

3Mon premier sentiment, peut-être trop subjectif, est que notre rencontre doit marquer une date dans le petit monde des médiévistes français : celle de leur intégration, tardive et timide jusqu’à présent, dans un grand courant historiographique dominant depuis plusieurs décennies en Allemagne et en Grande-Bretagne, celui de l’histoire de l’aristocratie carolingienne dans ses structures internes, ses stratégies identitaires et ses rapports avec un pouvoir royal lui-même étudié dans ses définitions idéologiques et dans tous ses relais institutionnels. Sans doute, doit-on compter avec la thèse de Régine Le Jan (1995) et quelques travaux importants mais plus ponctuels qui ont porté, en particulier, sur l’anthroponymie, sur les fiscs, sur la sainteté royale et aristocratique, sur l’entourage du souverain et sur quelques grands foyers monastiques. Ces exceptions faites, on ne peut que constater, malgré tout, la modestie de l’apport des historiens français, au cours de ces dernières décennies, aux problèmes centraux du IXe siècle dont l’exposé inaugural a délimité les champs de pertinence et les axes d’analyse. A l’arrière-plan de ce constat : une prédominance longtemps écrasante de la production allemande, un essor brillant de la recherche britannique, un éveil plus récent de l’école italienne.

4Il serait assez facile mais fastidieux de chercher à démêler ici les causes de cette longue désaffection qui nous oblige à remonter jusqu’à E. Lesne, L. Levillain, R. Parisot, R. Poupardin, P. Fournier et quelques autres pour trouver les maîtres sérieux en qui l’école française d’aujourd’hui peut reconnaître ses vrais devanciers. Mieux vaut constater que le regain d’intérêt pour l’histoire socio-politique du IXe siècle dont le colloque de Lille nous apporte une preuve marquante s’affirme dans des conditions historiographiques particulièrement favorables. Ceci, à deux égards au moins. En premier lieu, parce que la prise en compte de tout l’acquis de l’historiographie allemande et britannique s’accompagne d’une ouverture parallèle aux méthodes et aux questionnaires de l’anthropologie sociale. En second lieu, parce que ces nouvelles recherches ont pris pour terrain de manœuvre favori non seulement la Francie occidentale et le royaume d’Italie mais aussi leurs marges méridionales — de la Catalogne et de la Septimanie aux Abruzzes — longtemps sinon négligées du moins tenues pour largement « atypiques » en raison soit de leur excentricité soit d’une pauvreté documentaire d’ailleurs invoquée avec une insistance exagérée. Il me semble bien que c’est de la rencontre, au sens fort du terme, entre ces courants historiographiques — anciens et récents — et de ces regards croisés sur le IXe siècle carolingien que notre colloque tire une bonne part de son intérêt et de la vivacité amicale des échanges qu’il a permis.

  • 1 B. Stock, The Implications of Literacy. Written Language and Models of Interprétation in the Eleve (...)

5Seconde conclusion que je formule presque en passant : par la convergence de leurs analyses, plusieurs contributions que nous venons d’entendre ont achevé de mettre à mal les idées chères, entre autres, à F.L. Ganshof, relatives à la « décomposition » de l’empire carolingien dans les dernières années du règne de Charlemagne. Tous les constats faits ces jours-ci infirment le bien-fondé d’une telle conception. De manière plus générale, ils prolongent, au contraire, et enrichissent les conclusions des travaux récents et bien connus consacrés outre-Manche tant à « l’héritier de Charlemagne » qu’à Charles le Chauve, sa cour et son royaume. De nouvelles occasions ont ainsi été offertes à plusieurs intervenants de rappeler les fortes et constantes implications du recours à l’écrit et de la textualité dans une société dominée d’autre part par la communication orale, pour reprendre les catégories naguère prospectées avec bonheur, pour le haut Moyen Âge, par Brian Stock1. Une telle implication va pour ainsi dire de soi dans le domaine de l’histoire culturelle et de la création littéraire. Nous avons ainsi eu une brillante démonstration du sens même et des méthodes de l’historiographie carolingienne définie comme travail de légitimation, visant à la construction d’une mémoire collective et d’un passé commun : et par là même, entreprise de garantie idéologique contre les facteurs de dispersion inhérents à la structuration de l’empire en regna, seules grandes entités politiques alors discriminantes. À tous les amateurs du débat franco-français sur la mutation féodale, il a aussi été rappelé, chemin faisant, que le concept même de mutatio temporum n’était pas étranger à la vision historique des chroniqueurs du IXe siècle. L’étude des points de cristallisation du pouvoir (le palais, les assemblées, les agents locaux) a, de son côté, conduit à insister sur le rôle de la textualité et des formalisations écrites dans la gestion quotidienne de l’autorité publique. Bien mieux qu’une simple analyse quantitative ou critique des produits de chancellerie parvenus jusqu'à nous, une telle approche culturelle des dispositifs de la communication permet de mesurer les conditions de circulation et de réception des normes édictées au gré des besoins de la pratique politico-administrative. Elle permet aussi de mieux comprendre ce que Roger Caillois appelait « l’intrication des groupes solidaires » et des catégories de la distinction sociale (sphère du public et du privé, ordre laïc et ordre ecclésiastique, etc.).

6Troisième conclusion : les lieux et relais du pouvoir (palais, plaids généraux et assemblées synodales) ont naturellement fait l’objet d’une attention particulière. Leur fonction de lieux de reconnaissance sociale des élites a été éclairée par le démontage des stratégies aristocratiques déployées pour s’en assurer la maîtrise. C’est dans ces lieux de reconnaissance et, au centre du système, à la cour carolingienne elle-même que se sont constitués des réseaux familiaux que venait étayer le dispositif de distribution des honores et des patrimoines aristocratiques. C’est l’analyse de cette répartition méditée qui permet à son tour de mesurer l’extension de ces réseaux. Elle donne un contenu concret aux critères souvent mis en avant pour caractériser les élites carolingiennes : mobilité, extension géographique des aires d’influence et des bases régionales de leur puissance, logique des implantations et des agrégations des groupes en « hyperfamilles », formes et itinéraires de l’ascension sociale, etc.

7Quatrième conclusion : c’est, me semble-t-il, précisément au chapitre des structures internes des groupes aristocratiques que les grilles de lecture proposées par l’historiographie allemande, en particulier par K. Hauck, K. Schmid, K.F. Werner et G. Althoff ont révélé leur plus grande efficacité. L’attention que notre colloque a apportée aux aires périphériques de l’empire franc (anglo-saxonne, bretonne et surtout méridionales) a ainsi permis d’enrichir par toute une série de cas d’études un débat bien engagé ailleurs depuis quelques décennies. Cette extension du champ d’observation géographique a clairement permis de remettre en question les idées reçues depuis longtemps — de Joseph Calmette à André Dupont — sur les caractères prétendument atypiques des aristocraties dans les marges ou les marches de l’empire au IXe —Xe siècles. En Septimanie et dans les comtés d’outre-Pyrénées comme dans les espaces méridionaux du regnum Italiae, la structure essentielle de la famille noble demeure, comme ailleurs dans l’empire, celle d’un groupe large à ascendance bilatérale indifférenciée. L’étude du cas des comtés pyrénéens de la future Catalogne a ainsi illustré le rôle partout essentiel de l’hypergamie masculine dans une société où les possibilités d’ascension sociale reposaient largement sur l’accès à la lignée d’ancêtres d’une épouse appartenant à un groupe familial plus puissant. Partout aussi — et la chose a été clairement démontrée pour la noblesse d’Aquitaine et de Septimanie —, l’indifférenciation des ascendances faisait de chaque membre du groupe familial le détenteur — attitré ou potentiel — d’un complexe de propriétés foncières et d'honores déjà détenus par des ancêtres paternels et maternels. Partout encore, une telle structure de base des groupes aristocratiques a permis de caractériser le déclin d’un « clan familial » en termes d’inaptitude avérée de ses membres à conduire des politiques matrimoniales avantageuses et donc par son incapacité à promouvoir ses membres jusqu’aux positions dominantes (charges publiques, épiscopats, abbatiats) occupées par des aïeux. Partout enfin, le cumul des honneurs et des alleux demeure la règle et confère sa réalité palpable à la notion d’implantation régionale ou locale d’un groupe (ou de telle de ses ramifications). Ces constatations, bien entendu, n’ont pas pour objet de nous induire pour conclure à une sorte d’aplatissement des caractères originaux de l’aristocratie carolingienne à partir des cas d’étude qui nous ont été présentés. En Septimanie, par exemple, le travail d’analyse extrêmement serré et quasi microscopique auquel la documentation a été soumise a permis de prolonger jusqu’au Xe, voire XIe siècle, l’étude des destinées locales des groupes familiaux dominants et celle de leurs stratégies de quadrillage du terrain social. Des institutions dont on pouvait penser qu’elles avaient livré tous leurs secrets comme la célèbre procédure d’aprisio ont ainsi été restituées à des fonctions de contrôle par la classe dirigeante assez différentes et beaucoup plus polyvalentes qu’on ne le croyait jusque là. De même, encore, la « microhistoire » de la politique matrimoniale des aristocrates des comtés pyrénéens a apporté des pièces nouvelles et particulièrement précieuses au dossier des normes et pratiques du mariage à l’époque carolingienne sur lesquelles je vais revenir dans un instant. Qu’il s’agisse de la plus haute aristocratie, pour laquelle la quête de proximité royale — la fameuse « Königsnähe » — a joué un rôle bien connu de facteur décisif d’ascension socio-politique ou qu’il s’agisse des enracinements locaux plus modestes de la classe dirigeante, des constantes de comportement se dégagent ainsi de plusieurs communications. Au cœur de l’empire comme dans ses marges, le cumul programmé des charges publiques, des honneurs et des dignités ecclésiastiques a partout permis aux élites en place de se prémunir contre les menaces que faisait d’autre part peser sur les bases économiques de leur puissance une pratique successorale généralement fondée sur le partage des patrimoines fonciers. Le dynamisme dont certains réseaux familiaux ont su faire preuve en étendant leurs ramifications vers la périphérie (regnum Italiae, France méridionale et marche d’Espagne) a été, me semble-t-il, particulièrement bien illustré. La rapidité et le succès de ces implantations éloignées des centres vitaux de l’empire, sans doute déjà bien notée par des historiens comme K.F. Wemer, ont été confirmés par plusieurs études de cas. Au total, la vision globale de la famille aristocratique des IXe—Xe siècles comme celle d’un groupe cognatique à la fois large, très averti de ses contours et fort de son auto-compréhension — si l’on peut ainsi traduire le « Selbstverständnis » cher à K. Schmid — est sortie confortée des analyses qui nous ont été proposées. Confortée, certes, mais aussi enrichie d’importantes nuances. 11 me paraît à cet égard significatif de constater que, contrairement à ce qui se serait sans doute passé il y a dix ou quinze ans seulement dans un colloque bâti autour du même thème, notre rencontre n’a comporté aucune communication explicitement consacrée à l’analyse des libri memoriales. On peut y voir un signe soit du caractère changeant des modes historiographiques soit du fait que les études menées à bien principalement par nos collègues de Münster depuis les années 1960 ont pour ainsi dire épuisé le sujet. Ni l’une ni l’autre de ces explications ne me paraît satisfaisante. Il me semble plus exact de noter que, sans rien perdre de leur place centrale, les sources de type commémoratif que l’on vient d’évoquer sont désormais intégrées à des problématiques plus complexes faisant appel à des ressources documentaires plus variées et mieux à même de rendre compte de la structure interne et de l’idéologie des groupes dirigeants. C’est ainsi, pour ne prendre qu’un exemple particulièrement éclairant, qu’en empruntant à l’anthropologie sociale — et à l’archéologie — le concept de « catchment area », on a pu, en cours de colloque, projeter un éclairage nouveau sur le rôle et les fonctions du monachisme, dépositaire ordinaire des mémoires familiales et gestionnaire par état de la littérature nécrologique. En cristallisant autour de grands foyers monastiques comme Lorsch (ou à un niveau régional plus modeste comme Saint-Clément de Casauria) un système de relations fondé sur le don et le contre-don de prières, la pratique commémorative délimite ainsi, certes, un réseau familial dont la cohésion et l’homogénéïté demeurent d’ailleurs problématiques. Elle définit surtout un cadre fonctionnel de références et de solidarités et un espace géographique d’affirmation sociale. Dans le cas d’espèce des abbayes royales, il a été brillamment montré qu’à côté de la cour elle-même, ces grands monastères ont rempli une fonction essentielle dans le processus de reproduction politique, en tant que centres de légitimation d’un pouvoir fondé sur l’identité dynastique des Carolingiens autant que sur l’idéologie chrétienne de la royauté. Ces conclusions recoupent ainsi de manière frappante celles auxquelles étaient parvenus d’autres intervenants à propos de la production culturelle et, en particulier, du travail historiographique.

8Ma cinquième conclusion découle de ces dernières observations. Fidèles en cela à la thématique générale du colloque, l’étude des réseaux de parenté de la classe dirigeante et celle de ses stratégies identitaires, en mettant l’accent tonique sur la force et l’extension des solidarités horizontales, nous ont du même coup prémunis contre la tendance ancienne — en termes historiographiques — à accorder une place privilégiée à la vassalité comme système d’articulation fondamental à l’intérieur même des groupes dominants. Une étude attentive des formes de la communication entre le souverain et les grands a ainsi été conduite à partir surtout des diplômes carolingiens germaniques. Elle a une valeur exemplaire. Elle a permis de jeter les bases d’un lexique et d’une grammaire des relations de dépendance (ou de subordination) et des règles du jeu politico-social qui vont bien au-delà du cadre d’application de la simple vassalité. En effet, le démontage du travail de formalisation perceptible dans les préambules des actes issus de la chancellerie royale, mais aussi dans les textes normatifs comme les capitulaires, les actes des assemblées synodales et des conciles, dans les capitula episcoporum et dans des œuvres didactiques comme le De ordinepalatii d’Hincmar est propre à restituer toute sa richesse et sa complexité au champ verbal de l’idéologie du pouvoir carolingienne, de l’exercice de l’autorité et de ces « alliances de pouvoir » entre royauté et Église auxquelles il a été si justement fait plusieurs fois référence.

  • 2 H. Mordek et G. Schmitz, Neue Kapitularien und Kapitulariensammlungen, dans NA, 43, 1987, p. 361-4 (...)
  • 3 Sur toutes ces questions, voir en dernier lieu P. Toubert, « L’institution du mariage chrétien, de (...)

9Dernier point. Un tel inventaire des mots et, derrière eux, des concepts directeurs du champ sémantique du pouvoir a permis d’aboutir à des conclusions neuves et importantes, qu’il s’agisse de cette structure portante de tout l’édifice institutionnel qu’était « la trilogie souverain —palatium — élites » ou que l’on ait considéré de plus haut l’idéologie même du pouvoir. C’est sur ce dernier point que je voudrais, pour terminer, m’arrêter un moment tant il me paraît propre à relier entre elles plusieurs des communications que nous venons d’entendre. Nous avons eu, en effet, maintes occasions de constater — sans surprise excessive — le rôle essentiel joué par le mariage et par les stratégies matrimoniales dans le remodelage constant des réseaux de parenté. Le jeu social autorisé par un système fondé sur l’ascendance bilatérale indifférenciée se déployait selon le recours à des pratiques connues : hypergamie masculine, quête des greffes lignagères (« Ansippungen ») avantageuses et par là même, élargissement de l’autocompréhension que pouvaient se forger les « hyperfamilles » nobles, etc. Mais il est aussi bien apparu que la famille conjugale s’intégrait à de tels ensembles sans pour autant s’y diluer ni perdre la conscience de sa propre conjugalité. Il suffit, pour s’en persuader, de penser à des sources didactiques comme le Manuel de Dhuoda ou à des sources hagiographiques très élaborées comme les Vitae de saint Adalbald et de sainte Rictrude de Marchiennes par Hucbald de Saint-Amand. On voit s’y affirmer, comme j'ai eu l’occasion de le souligner ailleurs, un type idéal de sainteté — ou de comportement — aristocratique allié à une grande sensibilité aux valeurs de la conjugalité. Il est clair, dans tous les cas, que le développement, tout au long du IXe siècle et au-delà, par l’autorité cléricale d’une normative sacramentelle, canonique et morale du mariage chrétien et d’une idéologie concomitante de l’état conjugal s’est alors allié sans peine dans l’élite carolingienne à une conscience aiguë de solidarités de sang plus étendues. Sans m’attarder davantage ici sur ce problème capital, il me paraît nécessaire de l’évoquer pour remettre dans leur juste perspective les pénétrantes conclusions qui ont été tirées, en cours de colloque, de l’analyse fine des capitulaires et actes synodaux des dernières années de règne de Charlemagne et, en particulier, des textes assez récemment remis à jour par H. Mordek et G. Schmitz2. C’est alors, en effet, que l’idéologie de la conjugalité s’est non seulement affirmée dans son domaine propre — celui de la vie familiale — mais qu’elle a réussi à construire autour d’elle, par toute une série de transferts et d’extensions, une sorte de modèle éthico-pratique des rapports sociaux à l’extérieur même des relations familiales et dans toutes les sphères d’exercice du pouvoir royal lui-même. Il a été parfaitement montré, lors de notre rencontre, que les capitulaires et canons synodaux des années 805 — 813 par exemple, où s’est exprimé le programme de paix de Charlemagne ont été littéralement envahis par le vocabulaire de la famille et par l’idéologie sous-jacente de la concordia et de la caritas. Bien au-delà des lieux communs et de la banalité métaphorique, la valeur fondamentale que de tels commandements de paix entendent promouvoir est bien, plus encore que la fides, la caritas, c’est-à-dire cet amour équilibré et réciproque qui trouve d’abord dans le microcosme conjugal son premier terrain d’exercice3. C’est, de même, l’autre grand pilier idéologique de la conjugalité, le consensus qui est proposé dans les années 805 — 813 comme la base de toute action politique tant à l’intérieur de la famille royale que dans les rapports entre la noblesse et le pouvoir. On notera au passage que, comme il a été marqué dans notre colloque, l'apparition en Italie au cours du IXe siècle des titres de consors puis de consors regni dans la titulature des reines en lieu et place des titulatures de fonction royale en usage à l’époque lombarde s’inscrit dans ce même mouvement d’extension politique de l’idéologie de la conjugalité.

  • 4 P. Veyne, « La famille et l’amour sur le Haut-Empire romain », dans Annales ES C., 33, 1978, p. 35 (...)
  • 5 P. Veyne, art. cit., supra, p. 88 de la réimpression.

10Il me semble ainsi pour conclure que ce grand IXe siècle ait pour ainsi dire bouclé un cycle idéologique en cours depuis longtemps. Dans un travail extrêmement stimulant et bien argumenté, Paul Veyne avait en effet naguère montré de manière convaincante dans l’ensemble que, dès l’empire romain des IIe — IIIe siècles, une idéologie de la famille et de l’amour s’était constituée sur la base à la fois de l’institution matrimoniale et d’une éthique de la conjugalité4. C’est cette éthique universaliste d’origine stoïcienne, mettant en avant les valeurs d’harmonie, de réciprocité et de décence (dilectio, fides, honestas, pudicitia, concordia, etc.) qui s’est offerte, selon Veyne, à partir du IVe siècle, aux conquêtes chrétiennes, sans que la nouvelle religion ait eu à faire autre chose que « reprendre à son compte la nouvelle morale de la fin du paganisme »5. Cette idéologie de la famille et de l’amour, offerte à la christianisation se serait ainsi constituée par un travail d’intériorisation, par un repli dans la sphère du privé et de l’intimité familiale des valeurs d’autorité qui n’avaient plus leur place, dès les IIe — IIIe siècles, dans un domaine public alors envahi par les valeurs de service du prince. Notre colloque nous a permis, entre autres avancées, de mesurer à quel point, par un mouvement inverse, ce sont ces mêmes valeurs privées dont le pouvoir impérial, dès le début du IXe siècle, a voulu avec décision promouvoir l’extériorisation. Il a pour cela fait de l’idéal conjugal christianisé de la fides, de la caritas, de la concordia et du consensus le modèle élaboré d’une éthique de la vie publique et des relations entre le pouvoir suprême et une noblesse qui était, dans une ambivalence constante, à la fois son principal appui et son seul opposant potentiel.

Notes

1 B. Stock, The Implications of Literacy. Written Language and Models of Interprétation in the Eleventh and Twelfth Centuries, Princeton, 1983. Voir aussi depuis R. McKitterlck, The Carolingians and the written world, Cambridge, 1989.

2 H. Mordek et G. Schmitz, Neue Kapitularien und Kapitulariensammlungen, dans NA, 43, 1987, p. 361-439.

3 Sur toutes ces questions, voir en dernier lieu P. Toubert, « L’institution du mariage chrétien, de l’Antiquité tardive à l’an Mil », à paraître dans Morfologie sociali e culturali in Europe, Spoleto, 3-9 aprile 1997 (Settimane di studio del Centra it. di studi sull’alto medioevo, XLV, 1998, 51p.).

4 P. Veyne, « La famille et l’amour sur le Haut-Empire romain », dans Annales ES C., 33, 1978, p. 35-63, aujourd’hui réimprimé dans Id, La société romaine, Paris, 1991, P 88-130.

5 P. Veyne, art. cit., supra, p. 88 de la réimpression.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search