Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Aux périphéries du monde carolingien : Liens dynastiques et nouvelles fidélités dans le royaume anglo-saxon

Veronica Ortenberg

Texte intégral

1Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il reste dans l’Occident latin du IXe siècle une partie qui n’appartient pas à l’empire carolingien : c’est l’Angleterre anglo-saxonne. Géographiquement périphérique, elle ne l’est certes pas sur le plan de son influence et de son rayonnement politique ou culturel. Les liens du monde anglo-saxon avec le monde carolingien sont bien connus pour le VIIIe siècle, liens que souligne l’importance de Boniface, Alcuin ou autres collaborateurs des rois carolingiens. Au début du IXe siècle des contacts politiques directs sont connus entre Charlemagne et le roi le plus puissant en Angleterre à ce moment-là, Offa de Mercie. À partir du milieu du siècle, cependant, les liens anglo-carolingiens sont souvent ignorés par les historiens, alors que c’est le moment où commencent à se nouer des alliances dynastiques non sans importance. Celles-ci se forment entre, d’une part, la famille régnante du Wessex, royaume qui devient à ce moment-là le plus important de l’Angleterre, au point qu’à partir d’Aethelstan, le roi du Wessex devient d’office roi d’Angleterre, et d’autre part, les grandes familles continentales, en particulier les Carolingiens, Robertiens et Ottoniens. Ces liens influencent-ils les rapports entre le roi d’Angleterre et les élites laïques de la société anglaise au début du Xe siècle ? C’est la question que l’on peut se poser dans le cadre de ce débat.

2Voyons d’abord les alliances dynastiques. Les grandes familles des principes de l’ancien empire carolingien étaient elles-mêmes liées entr’elles par des alliances matrimoniales nombreuses et touffues. Ainsi, par exemple, Louis IV d’Outremer, fils de Charles le Simple, est le beau-frère d’Otton I et de Hugues le Grand, en même temps que leur neveu ; il est aussi neveu en même temps que beau-père de Conrad, roi de Bourgogne. De plus il est neveu de Louis d’Aquitaine, ainsi que cousin d’Amoul comte de Flandre. Hugues le Grand, fils de Robert de Neustrie, est, lui, beau-frère de Louis IV, Otton I, Conrad de Bourgogne et Louis d’Aquitaine ; mais il est aussi l’oncle de Louis IV, le cousin d’Herbert en même temps que son beau-frère, et parent par alliance d’Arnoul. Otton I, fils d’Henri I l’Oiseleur, premier roi de Germanie, est aussi frère de Gerberge et de Hadwige, et donc beau-frère de Gilbert duc de Lorraine, puis de Louis IV, dont il est aussi l’oncle. Par ailleurs, il se trouve être en même temps double beau-frère d’Hugues le Grand et beau-frère de Conrad, Herbert et Louis.

  • 1 Vie du roi Alfred par Asser dans S. Keynes et M. Lapidge. Alfred the Great. Hamondsworth, 1983, ch (...)
  • 2 Asser, ch. 17 ; Flodoard, Histoire de l'Église de Reims éd. et trad. M. Lejeune & Académie impérial (...)
  • 3 A. Campbell éd., The Chronicle of Aethelweard, coll. Nelson Medieval Texts, London. 1962, p. 2.

3Sans être une simple gymnastique généalogique, cette démonstration a pour but de peindre un tableau, même rapide et partiel, montrant à quel point les grands de l’ancien empire carolingien sont liés entre eux par des liens familiaux. Dans cette forêt d’alliances, qui n’empêche d’ailleurs pas les membres de se quereller entre eux sans arrêt, s’intègre à partir de 856 une autre grande famille, celle des rois du Wessex, futurs rois d’Angleterre. La première alliance intervient en 856 lorsque, de retour d’un voyage à Rome, le roi Aethelwulf s’arrête à la cour de Charles le Chauve1. Après quelque temps passé comme invité de celui-ci, Aethelwulf épouse la fille de Charles, Judith, encore très jeune adolescente. De retour dans le Wessex, Aethelwulf ne survit que deux ans mais, après sa mort, sa jeune veuve épouse (de gré ou de force ?) un des fils d’AethelwuIf, Aethelbald. Ce mariage encourt bien sûr les foudres de l’Église anglo-saxonne autant que de celle franque (Flodoard refuse même d’en parler)2. Heureusement, Dieu intervient et Aethelbald, comme tous les grands pécheurs, est foudroyé et meurt dans la fleur de l’âge deux ans et demi plus tard ! Judith retourne chez son père, pour continuer à lui causer du souci en s’enfuyant avec un jeune guerrier ambitieux, Baudouin, que Charles le Chauve se vit obligé de faire, par la suite et de mauvaise grâce, comte de Flandre. Ce furent là les premiers liens, ténus certes, mais non sans importance sur le plan à la fois politique et culturel, entre les familles régnantes d’Angleterre, de Francie occidentale et de Flandre. Les liens entre les dynasties anglaise et flamande se poursuivirent à la seconde génération puisque la petite-fille d’AethelwuIf et fille du roi Alfred, Aelftryth, épousa le fils de Judith et de Baudouin, Baudouin II3. Leurs deux fils furent Arnoul, le troisième comte de Flandre, et Adelulf, comte de Boulogne, dont le nom montre clairement la filiation anglaise puisqu’il est le même que celui de son arrière-grand-père Aethelwulf de Wessex.

  • 4 P. Grierson, « Relations between England and Flanders before the Norman Conquest » dans Transactio (...)
  • 5 Anglo-Saxon Chronicle, D 924; B. Thorpe trad., Florence of Worcester: Chronicon ex chronicis, 2 vo (...)
  • 6 K. Leyser, « The Ottomans and Wessex » (1983) rééd., dans Communications and Power in Medieval Eur (...)

4Les liens dynastiques avec la Flandre restent peut-être les plus importants dans la longue durée du Xe siècle4. Mais avec le fils d’Alfred, Édouard l’Ancien (899-924) et surtout avec le fils de ce dernier, le roi Aethelstan (924-939), on voit une véritable explosion de liens familiaux en Occident5. Cette explosion est due à la fois à une politique délibérée de ces deux rois, surtout d’Aethelstan, et à la sollicitation des princes continentaux. Karl Leyser a bien démontré à quel point il y avait à ce moment-là en Europe d’admiration pour la famille régnante anglosaxonne, la plus ancienne d’Occident et par conséquent, une famille dont l’alliance pouvait procurer prestige et assise politique aux nouvelles dynasties qui montaient, notamment celles des rois saxons et des Robertiens6. La chance voulut qu’Aethelstan eût une pléthore de demi-soeurs à sa disposition, qui contribuèrent ainsi à la création d’un exceptionnel réseau d’alliances dynastiques non seulement avec les rois mais aussi avec la plupart des grands princes de l’ancien empire carolingien.

  • 7 Voir note 5.
  • 8 P. Lauer éd. Les Annales de Flodoard, Paris, 1906, a. 936 et 946 ; Richer. Histoire de France 888- (...)

5Plusieurs sources donnent des détails sur ces alliances. Sources anglaises bien sûr, notamment la Chronique anglo-saxonne, plus ou moins contemporaine des événements pour les règnes d’Édouard et d’Aethelstan, et les chroniques de celui qu’on a longtemps connu sous le nom de « Florence » de Worcester, et de Guillaume de Malmesbury au XIIe siècle7. Mais des sources continentales en parlent aussi : Flodoard à Reims, et Richer pour la France, Hroswitha de Gandersheim, Widukind et Thietmar de Meerseburg pour l’Empire et la Bourgogne, et Adhémar de Chabannes, envers lequel cependant une certaine méfiance s’impose, pour le Poitou8. Les cinq filles d’Édouard et demi-sœurs d’Aethelstan concernées sont :

  1. Eadgifu, qui épousa Charles le Simple
  2. Eadhild, qui épousa Hugues le Grand
  3. Eadgyth, qui épousa Otton I
  4. Aelfgifu, qui épousa Conrad de Bourgogne, et enfin
  5. Une cinquième sœur, probablement prénommée aussi Eadgifu, traditionnellement considérée comme l’épouse de Louis d’Aquitaine, bien qu’Adhémar en parle, sous le nom d’Adèle, comme de l’épouse du comte de Poitou Eble Manzer.
  • 9 Richer, op. cit., p. 125 et 157.

6Eadgifu et Charles eurent pour fils Louis IV, dit d’Outremer, car après la mort de son père, sa mère dut se réfugier avec lui chez Aethelstan, qui l’éleva à sa cour. En 936, Louis retrouva son trône, et finit par épouser la sœur d’Otton I, déjà veuve de Gilbert de Lorraine, Gerberge9. Il eut d’elle un fils, Lothaire, qui lui succéda, et une fille, Mathilde.

  • 10 Hroswitha, op. cit., p. 206-228 ; Widukind. op. cit., p. 88 ; Thietmar. op. cit., p. 24. qui l’appe (...)

7La mère de Louis elle-même, Eadgifu, se remaria après la mort de Charles le Simple avec Herbert de Vermandois, qui devint ainsi beau-frère d’Hugues le Grand. Ce dernier avait lui aussi épousé une des princesses anglo-saxonnes, Eadhild, mais après la mort de celle-ci, il se remaria une troisième fois avec une autre sœur d’Otton I, Hadwige. La troisième sœur, Eadgyth, connue dans les sources allemandes sous le nom d’Édith, et Otton 1 eurent un fils, Liudolf, qui mourut jeune ; après la mort d’Édith, Otton se remaria avec Adélaïde, mère du futur Otton IL II faut remarquer ici l’insistance des sources, et leur unanimité, au sujet du grand amour qu’Otton portait à Édith et à leur fils, commentaire suffisamment rare chez les contemporains pour qu’on en fasse cas lorsqu’on le trouve10. La quatrième sœur enfin, Aelfgifu, épouse de Conrad, mourut elle-aussi jeune, et Conrad se remaria avec Mathilde, fille de Louis IV.

  • 11 R. Merlet éd., La Chronique de Nantes (570 env.-1049), Paris, 1896. p. 82-83 : Richer, op. cit., p (...)
  • 12 Sur l’ambassade et les péripéties du retour de Louis et de son règne, voir Annales de Flodoard, a. (...)

8Le propos de cette longue et complexe généalogie est simple : il est de faire comprendre à quel point Aethelstan, roi d’Angleterre, était allié d’une façon plus ou moins directe à la plupart des grandes familles de princes européens : Carolingiens, Ottoniens, Robertiens, ainsi qu’au roi de Bourgogne, aux comtes de Flandre et Champagne, et aux ducs d’Aquitaine et de Normandie. Sa cour servit de refuge à la plupart des grands exilés du pouvoir : on y voit par exemple Alain Barbetorte de Bretagne, la famille d'Hélouin de Montreuil délogée par le comte de Flandre11, sans même parler d’Eadgifu avec son fils Louis. C’est à lui que vint l’ambassade envoyée par Hugues le Grand et conduite par Adelulf de Boulogne (tous deux ses parents) pour demander le retour de Louis IV au trône de France, et c’est avec lui que fut négocié dans le détail ce retour de Louis12. En effet, ce fut l’ambassadeur d’Aethelstan, l’archevêque Oda de Canterbury, qui fut envoyé pour jauger la situation, recueillir les serments des grands et faire son rapport favorable, et c’est alors seulement qu’Aethelstan laissa partir son neveu sous bonne escorte. Flodoard et Richer racontent les détails de cette ambassade, du retour de Louis, ainsi que la façon dont Aethelstan garda un œil d’aigle sur les affaires françaises. Il alla même jusqu’à préparer et envoyer une flotte le long des côtes de la Manche lorsque Louis se sentit en trop grand danger.

9Ce qu’on doit retenir de ce récit, c’est la renommée, et l’influence du roi d’Angleterre Aethelstan, dont l’appui fut recherché par les trois grandes familles du monde post-carolingien dans la première moitié du Xe siècle. Or, de manière assez intéressante, on ne voit intervenir Aethelstan qu’une seule fois dans les affaires occidentales, pour aider son neveu, qu’il a élevé (je rappelle ici qu’on ne connaît pas d’enfant à Aethelstan). Jamais il n’intervient pour négocier, aider, conseiller quelqu’un des hommes appartenant à sa parentèle, hommes pourtant constamment en lutte entr’eux pour le royaume de France ou les principautés issues de celui-ci. Pourquoi ? Je ne vois personnellement que trois réponses possibles à cette question. La première est qu’il ne fut sollicité par aucun de ces princes — difficile à croire dans le cadre de la situation politique du début du Xe siècle, et de ses propres liens dynastiques. La seconde est qu’il préféra garder une « neutralité bienveillante » et ne pas se mêler de tels conflits, puisqu’il était apparenté à tout le monde. Ou bien, troisième possibilité, il ne voyait aucun intérêt à une éventuelle intervention : il avait ses propres problèmes dans le cadre du royaume, tous ces hommes étaient des parents mais des parents trop éloignés, qu’il ne connaissait pas personnellement comme son neveu Louis, et il aurait pu disperser des forces qui lui étaient nécessaires pour le principal but de son règne : réorganiser avec vigueur le royaume d’Angleterre et le pouvoir royal dans le cadre de celui-ci. Premier exemple, peut-être, de la « splendid isolation » ?

  • 13 V. Ortenberg, The English Church and the Continent': Cultural, Spiritual and Artistic Exchanges, O (...)
  • 14 Sur ce sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, voir, le plus récemment, J. Campbell, « Obse (...)
  • 15 Sur la cour de Charles, voir J.-L. Nelson, Charles le Chauve, Paris, 1994 et, avec M. Gibson éd, C (...)
  • 16 Sur Grimbald, voir notamment P. Grierson, « Grimbald of St Bertin », dans English Historical Revie (...)
  • 17 J.-L. Nelson, « The Earliest Surviving Royal Ordo: Some Liturgical and Historical Aspects »., p. 3 (...)

10Si cette dernière put jouer un rôle dans la politique d’Aethelstan, cela ne fut certainement pas le cas pour la brillante cour qu’il réunit autour de lui. J’ai insisté ailleurs sur l’importance des liens culturels entre l’Angleterre et le monde carolingien13, importance renouvelée à partir du règne d’Alfred. On a souvent voulu voir chez Alfred une tentative délibérée d’imitation de Charlemagne14. On l’a dit au sujet de ses réformes de l’enseignement et de l’Église par des hommes venus d’en dehors du royaume tels Grimbald de Saint Bertin, le moine saxon Jean ou le Gallois Asser. On l’a vu dans son empressement à mettre par écrit les lois de ses prédécesseurs, dans la titulature royale, sans même parler de sa biographie par Asser inspirée de la Vie de Charlemagne par Eginhard. Il me semble, personnellement, que si modèle il y eut, il s’agit peut-être moins de Charlemagne, même d’un Charlemagne déjà légendaire, que d’un autre Charles, celui que connut Alfred enfant, Charles le Chauve. En dehors des parallèles que sont la lutte contre les Vikings, ou le mélange de piété, moralité et culture personnelle qu’on trouve chez les deux rois, il semble plus que probable que la cour de Charles, avec son souverain entouré de lettrés et avec l’idéologie royale qui s’y développa grâce à Hincmar, et qu’on retrouve dans la majesté des grandes Bibles de Charles, dut jouer un rôle incontestable dans l’imagination du jeune Alfred15. Les quatre années que passa Judith dans le Wessex, bien qu’elle fût encore jeune, purent aussi servir d’élément de transition, et il n’est pas indifférent que ce soit précisément à l’archevêque de Reims Foulque, abbé de Saint Bertin mais aussi successeur d’Hincmar, qu’Alfred demanda son premier grand maître étranger de la cour, Grimbald16. Mais, à nouveau, les rapports ne sont plus à sens unique. En 856 en effet, ainsi que l’a montré de manière irréfutable Janet Nelson, 1’ordo utilisé par Hincmar pour le couronnement de Judith après son mariage à Reims fut importé d’Angleterre, comme le fut d’ailleurs aussi celui utilisé peut-être pour le couronnement de Louis IV en 936, et qu’on retrouve plus tard comme ordo du couronnement du roi Edgar et de sa deuxième femme Aelfthryth en 97517.

  • 18 Sur les aspects culturels du règne d’Aethelstan, voir l’article essentiel de M. Wood, « The Making (...)
  • 19 L. Hibbard Loomis, « The Holy Relics of Charlemagne and Ring Aethelstan: the Lances of Longinus an (...)
  • 20 P. Clemoes, « The Cult of St Oswald on the Continent », dans Jarrow Lecture. 1983 et, plus récemme (...)
  • 21 P. Piper éd., Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis. Fabariensis, MGH, Libri Memoriales, (...)

11À partir du règne d’Aethelstan, on est revenu à la situation du VIIIe siècle : à nouveau la cour anglo-saxonne donne le ton sur le plan culturel18. On demanda à Aethelstan des manuscrits écrits et enluminés dans les ateliers anglais comme Canterbury, tels ceux envoyés à Otton ; le culte de saint Maurice, associé à la Lance de Longin que possédait le roi, fut apporté en Allemagne par Eadgyth qui, avec son mari, fonda la cathédrale de Magdebourg et la plaça sous le vocable du saint19. D’autres cultes ont probablement la même origine ; soit ils furent apportés en Allemagne par Eagdyth, soit, s’ils y avaient déjà trouvé une place grâce aux missionnaires anglo-saxons du VIIIe siècle, ils y prirent un essor considérable, comme celui du roi-martyr Oswald20. Aethelstan était lui-même, on le sait, un grand collectionneur de reliques, et la Sainte Lance fut un présent de Hugues dans le cadre de son ambassade à la cour d’Angleterre. Les liens culturels, religieux et idéologiques connurent un véritable apogée dans ces années 930-940, lorsqu’Aethelstan fit entrer son nom dans les Livres de Confraternité de Saint Gall et de Reichenau par ses messagers21. Or, si on connaît relativement mal l’activité des sœurs d’Aethelstan sur le Continent, même en ce qui concerne Eadgith et Eadgifu, il est plus que probable que leur influence culturelle et religieuse (circulation de livres, reliques, objets de valeur, modes), voire politique et idéologique (importance des rites du couronnement et du pouvoir royal anglo-saxon), dut se manifester à maintes reprises auprès de leurs maris et de leurs cours. En cela surtout, les liens dynastiques précédemment évoqués revêtent-ils une grande importance, plus grande encore que leur impact politique direct.

12Il nous reste maintenant à voir à quel point les contacts culturels entre l’Angleterre et le reste de l’Occident se retrouvent sur le plan politique, celui qui voit, dans le cadre de l’ancien empire carolingien, la mainmise des grands princes occidentaux sur le pouvoir royal et la création du système de relations féodovassaliques au sein des élites laïques. Autrement dit, pour revenir à la première question de ce débat, ce système se superpose-t-il aux liens politiques et sociaux traditionnels dans le monde anglo-saxon, et éventuellement prend-il leur place, en suivant le modèle carolingien ?

  • 22 Sur l’organisation sociale de la société anglo-saxonne, voir les grands ouvrages classiques, par e (...)
  • 23 S. Reynolds, Fiefs and Vassals: the Medieval Evidence Reinterpreted, Oxford, 1994; P. Stafford, Un (...)
  • 24 S. Reynolds, Fiefs..., op. cit., supra n. 23, p. 331-333.
  • 25 Asser, op. cit., p. 54-55.

13Il faut entamer cette enquête par une description, aussi brève et superficielle fût-elle, de ce système politique et social anglo-saxon, et voir quelle était la place des grands laïcs dans ce système22. Les divisions sociales avaient été à l’origine très rigides sur le plan du droit, puisque le wergeld régissait la place de chacun dans la société. Au dessus des simples hommes libres, on trouvait en effet ceux dont le wergeld était de 1200 shillings, catégorie qualifiée du nom générique de thegns. Parmi les plus riches d’entre eux, les plus influents et ceux éventuellement alliés par mariage à la famille royale, se recrutaient les ealdormen, officiers délégués par le roi pour assurer l’autorité royale dans les shires. Cette élite, héritière de fait des gesithas ou de l’ancien comitatus des rois des premières générations, voyait son rôle avant tout comme celui de représentante du roi. Thegns et ealdormen étaient les sujets du roi, non ses vassaux. Susan Reynolds et Pauline Stafford ont décrit en détail et de manière tout à fait convaincante ces phénomènes23 S. Reynolds a commencé par une analyse sémantique. Le mot hlaford (lord) utilisé pour le roi, le mot bugan (infinitif = se soumettre), et même la formule qu’on trouve faisant référence aux sujets du roi Edmund, qui lui jurent fidélité sicut homo debet esse fidelis domino suo indiquent, à son avis, en Angleterre et à la différence du Continent, la soumission personnelle à quelqu’un qui détient l’autorité, et la fidélité à cette personne, en général le roi, comme on se soumettrait à Dieu ou même, par exemple, à une armée victorieuse24. En clair, il ne s’agirait donc pas d’une adoption des liens féodovassaliques de type continental. Une preuve plus que déterminante en serait donnée par la biographie d’Alfred, dans laquelle Asser utilise, probablement sous l’influence de Grimbald, deux fois, aux chapitres 13 et 97, le mot senior dans son sens carolingien de seigneur d’un vassal : cette utilisation n’est jamais reprise en Angleterre, montrant bien l’échec du concept25.

  • 26 S. Reynolds, Fiefs, op. cit., supra n. 23, p. 333 et 336; P. Stafford, Unification..., op. cit., s (...)
  • 27 Sur les thegns de manière générale, voir, par exemple, E. Loyn, Governance, p. 162-163 ; P. Staffo (...)

14L’« aristocratie » anglo-saxonne se compose donc des thegns, dans la mesure où on garde toujours en mémoire qu’il s’agit là d’un statut social, une qualité qui leur est attribuée à cause de leur possession d’une fortune d’un minimum de cinq hides, d’armement, et d’un prestige local relatif. Cette catégorie, extrêmement difficile à cerner, posa des problèmes en ce sens au grand juriste que fut l’archevêque Wulfstan au XIe siècle, qui essaya mais sans toujours réussir, de définir ces hommes dont le statut lui paraissait bien trop flou26. Les thegns pouvaient éventuellement exercer un certain nombre de droits de juridiction locale, en fonction de leur possessions, de leur influence ou de la coutume, mais toujours dans le cadre d’un arbitrage privé portant sur des conflits de terres ou de voisinage, sorte de justice du « manor » au stade préhistorique. Leur autre responsabilité était la participation au fyrd, la levée de l’armée royale, mais ils n’étaient nullement uniques en cela, puisque tout homme libre se devait de répondre ainsi à l’appel du roi. Les thegns pouvaient tout au plus aider à l’organisation locale de la levée qui, depuis le temps du roi Alfred, inspiré en cela par la législation de Charlemagne, avait prévu un roulement avec une moitié des hommes au combat et l’autre moitié aux récoltes27.

  • 28 S. Reynolds, Fiefs, op. cit., supra n. 23, p. 333, 336, 341, 394, 330; P. Stafford, Unification, o (...)
  • 29 P. Stafford, Unification, op. cit., ibid. p. 154; F. Stenton, First Century, op. cit., supra n. 26 (...)
  • 30 E.V. Gordon et D.G. Scragg eds., The Battle of Maldon, Manchester, 1976.

15Dans cette catégorie aristocratique, on identifie facilement un noyau « supérieur », celui des ealdormen. Supérieur en effet par la fortune et le prestige, mais sans que ce soit là ce qui les rend différents. La différence est liée à un élément crucial : ils sont les représentants du roi et de son gouvernement, des officiers royaux avec des fonctions définies par ce fait — même. Ces hommes, dont on verra quelques exemples un peu plus loin, exercent la justice royale et représentent l’autorité royale sur le plan local. Ils lèvent l’impôt et les taxes pour le roi, imposent des pénalités pour la non-présentation au fyrd royal, tout cela allant au roi qui, s’il est mécontent de cette gestion ou soupçonne la traîtrise, confisque les terres et biens de l'ealdorman28. C’est ce que fit Alfred dans le cas de l'ealdorman Wulfhere. La plupart des ealdormen ont eux-mêmes une clientèle de thegns plus pauvres, attirés par le patronage d’un homme puissant, avec accès à l’oreille du roi. Ils prêtent à celui-ci un serment, non pas vassalique, mais comme marque d’appartenance à sa clientèle, et surtout un serment personnel lié à son rôle de commandant militaire, de potentat local riche, placé en haut de la hiérarchie sociale du pouvoir et de l’influence. Serment et patronage ne sont à aucun moment liés à un éventuel don de propriété foncière. L’ealdorman ne remplace pas le roi, il est la voie d’accès à celui-ci. La fidélité d’un thegn à ce personnage, comme celle des ealdormen au roi, est une fidélité personnelle, liée à une obligation tout aussi personnelle héritée du comitatus29. Dans le monde idéal que reflète l’imaginaire anglo-saxon, cette fidélité implique le compagnonnage dans la lutte armée et la défense du lord jusqu’à la mort : c’est bien là le sens du célèbre poème sur la bataille de Maldon, avec le non moins célèbre ealdorman Bryhtnoth30. Sans aller jusqu’à voir dans ce poème plus qu’une image idéalisée de ces rapports (ce qui en soi n’est pas sans importance puisque l’imaginaire et la représentation jouent un rôle clef dans la conception qu’une société se fait d’elle-même), il n’en reste pas moins que, dans la réalité historique perçue, les ealdormen jouent en effet un rôle qui est avant tout celui d’un pouvoir dans la société locale, de patronage des thegns les moins fortunés, de justice dans le cadre de la cour du shire et comme grands propriétaires terriens, mais toujours en tant que représentants du gouvernement royal.

  • 31 P. Stafford, Unification, op. cit., supra n. 23, p. 152-158.
  • 32 C. R. Hart, « Aethelstan Half-King and his Family », dans Anglo-Saxon England, no 2, 1973, p. 115- (...)
  • 33 A. Williams, « Princeps Merciorum Gentis: the family, career and connections of Aelfhere, ealdorma (...)
  • 34 Aethelweard, op. cit., p. 1-3, 32-34, 38-39 et 45-46.
  • 35 P. Stafford, Unification, op. cit., supra n. 23, p. 131-132.

16Avant de regarder plus en détail ce point fondamental, voyons quelques exemples de grands ealdormen du Xe siècle, notamment ceux dont la famille commence à se distinguer entre l’époque d’Alfred et celle d’Aethelstan31. À tout seigneur tout honneur, commençons par le plus connu, l' ealdorman Aethelstan, appelé de manière significative, « Half-King »32. Sa famille comprenait déjà des officiers royaux sous Alfred ; lui-même fut nommé ealdorman pour l’East Anglia dans les années 930, et plusieurs de ses frères furent également faits ealdormen dans les années 940. Ealhelm devint, lui, ealdorman en Mercie en 940, et ses fils Aelfhere et Aelfheah furent à leur tour nommés dans cette fonction en Mercie et l’East Wessex sous Edgar, dans le troisième quart du Xe siècle33. Aelfgar, comme Ealhelm, commença sa carrière sous Aethelstan, fut lui-aussi nommé dans les années 940, et son gendre, Bryhtnoth, lui succéda à l'ealdomanry d’Essex ; son autre fille devint l’épouse du roi Edmund. Bryhtnoth était lui-même parent d’un autre ealdorman célèbre, Aethelweard, descendant du roi Aethelred 1 et par là-même cousin de l’abbesse Mathilde d’Essen, à qui il dédia une célèbre chronique34. Des familles plus modestes, et pas forcement d’origine ouest-saxonne, dont l’apogée en tant qu'ealdormen se situe tout à la fin du siècle, comme celle de Wulfric Spott de Mercie, commencent déjà à apparaître dans les sources par leur présence à la cour comme thegns du roi dans les années 930. Un cas particulier, étudié par Pauline Stafford, montre comment le système fonctionnait dans la pratique : c’est celui de l’ealdorman Aethelwine d’East Anglia35. Sa famille était au service du roi depuis les années 930, et on le retrouve souvent en tant que participant au conseil et à la cour du roi, siégeant en jugement avec d’autres ealdormen, thegns, évêques et abbés. En même temps, il est aussi un leader dans la société locale du Cambridgeshire ; il préside les tribunaux locaux de plusieurs hundreds (subdivision administrative du shire), et il rencontre les primates d’East Anglia et du Northamptonshire, dont certains sont des thegns du roi, alors que d’autres sont ses clients directs, attirés à lui par son rang, sa richesse, mais surtout son influence et son pouvoir à la cour. En bref, Aethelwine, comme les autres ealdormen, est un pont, un lien entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux.

  • 36 J. Campbell, Anglo-Saxons, op. cit., supra n. 22, p. 160-181 et « Observations », art. cit., supra(...)
  • 37 Idem, p. 30.

17C’est là en effet la clef de la situation politique et sociale de l’Angleterre au Xe siècle, situation qui se présente à l’inverse de celle du monde franc. Déjà depuis le VIIIe siècle, selon des historiens comme James Campbell ou Patrick Wormald, et certainement à partir d’Alfred, on voit dans le royaume d’Angleterre un renforcement exceptionnel du pouvoir royal, pouvoir centralisé, efficace, gouvernant sur la base de l’unité locale du shire, sur lequel sont prélevés les impôts royaux, et dans le cadre duquel s’exerce la justice du roi, son administration et la levée de ses armées36. Ce pouvoir crée, en effet, de grandes familles aristocratiques de primores, comme celle des ealdormen évoqués auparavant, qui sont les représentants du roi dans les localités. Mais, et c’est là un élément fondamental, ces hommes ne contribuent aucunement à l’effritement du pouvoir royal, bien au contraire. En effet, ce qui crée la fortune de ces grandes familles, c’est précisément le patronage royal, l’existence d’une cour qui agit comme un aimant pour ce patronage, et dont on ne peut s’absenter car c’est la faveur du roi qui fait « monter » certaines familles et disparaître d’autres37. Le roi n'hésite pas à déplacer ses officiers, à les nommer loin de leurs terres patrimoniales, à les rappeler et à les nommer ailleurs à son gré et, s’il doute de leur fidélité, à les démettre de leur office et même à confisquer leur biens. Le processus d’unification du royaume et de renforcement du pouvoir royal est non seulement accepté, mais fortement soutenu par la grande aristocratie, qui le voit comme quelque chose dont elle peut profiter. La cour reste le foyer où se jouent des rivalités, voire des tensions, qui sont des luttes pour la faveur et l’influence de telle ou telle famille, alors que le roi, à son tour, utilise les ealdormen pour gouverner au niveau local, tout en reconnaissant et en respectant leurs propriétés, leur influence locale et leur rayonnement dans leur région. Cette nouvelle classe de grands aristocrates, créée en bonne partie par le renforcement du gouvernement royal au Xe siècle, ne fait donc pas écran entre le roi et les autres hommes libres, elle est au contraire l’alliée du pouvoir royal, à qui elle est liée par la fidélité personnelle, et souvent aussi par des liens familiaux. C’est pourquoi le système de consensus entre le roi et les grands, un peu comme le sera celui de la future gentry anglaise à partir du XVIe siècle, profite aux deux, et n’utilise pas vraiment, même aux moment plus difficiles du XIe siècle, voire après la conquête normande, les liens de type féodo-vassalique du monde franc. Aussi, plus qu’au système d’administration tel qu’il devait idéalement fonctionner à l’âge d’or de Charlemagne, le gouvernement anglo-saxon pourrait-il faire penser au modèle de la royauté franque à l’époque mérovingienne d’un Dagobert : grands fonctionnaires représentant l'autorité royale au niveau local mais gardant une autonomie relative dans leur gestion, un gouvernement laïque sans une centralisation à outrance de haut en bas, une Eglise soumise au roi qui en est le chef incontesté, et un comitatus royal à la fois guerrier et politique autour d’un souverain lié aux membres de celui-ci par des liens à la fois familiaux et de la fidélité germanique traditionnelle. Les liens féodo-vassaliques, même s’ils ne sont pas entièrement absents comme emprunts individuels édulcorés, ne furent cependant jamais autre chose que de rares accidents : ils ne se greffèrent pas de manière profonde sur la société anglo-saxonne, qui avait ses propres structures politiques et sociales de fidélité.

Conclusion

  • 38 Idem, p. 37.
  • 39 Idem, p. 145.

18Cette présentation souffre bien sûr des défauts réductionnistes inhérents à toute tentative qui veut résumer en un temps très bref un problème majeur et complexe. Dans cette rapide discussion, il m’a été impossible d’indiquer toutes les preuves, nuances et complexités d’une société anglo-saxonne en pleine mutation, et sans doute beaucoup plus malléable et influençable qu’elle n’apparaît dans ce résumé. Toujours est-il que, dans le contexte d’une historiographie continentale qui a eu trop souvent tendance à étendre à toute l’Europe du Nord l’idée d’une implantation, plus ou moins « réussie », d’une société féodo-vassalique, la recherche anglaise actuelle a démontré à quel point il serait erroné d’ignorer la particularité du monde anglais des Xe et XIe siècles, monde dans lequel on trouve un pouvoir royal omniprésent et efficace du plus haut au plus bas de l’échelle et de la vie politique et sociale. Ce renforcement du pouvoir royal pourrait s’expliquer par la tradition unificatrice de Bède, encore bien présente dans les esprits, ou bien par les besoins de la défense contre les Vikings, dont les attaques et l’installation furent si étendues que seul le roi était en mesure d’y faire face. Même entouré et aidé des grands, cela ne pouvait qu’augmenter son prestige et son pouvoir. Mais ce renforcement s’explique peut-être aussi et surtout par ce qui fait la force même de ce pouvoir royal. Celui-ci, en dehors de ses supports ecclésiastiques, est un pouvoir sur des hommes de guerre qui contrôlent, de manière assez floue, de vastes territoires aux frontières fluides et mouvantes, à l’intérieur desquels le pouvoir lui-même se mesure moins par son étendue en profondeur sur chaque aspect du quotidien, que par l’accumulation de toute une série de loyautés personnelles38. Ce pouvoir royal est donc accepté précisément parce qu’il est suffisamment flexible et laisse une certaine autonomie à ses représentants dans leur propre zone d’influence. Par conséquent, les représentants en question voient autant d’intérêt et de profit à le maintenir, que le roi lui-même. C’est sur la base de ce consensus, souvent absent en Francie occidentale, (même s’il est plus présent dans l’Empire ottonien), que le pouvoir des rois anglais se construit solidement au Xe siècle, faisant en sorte que, pour les ealdormen, l'« ealdomanry [is] the plum of royal patronage »39.

Liens dynastiques continentaux d'Aethelstan

Liens dynastiques continentaux d'Aethelstan

Notes

1 Vie du roi Alfred par Asser dans S. Keynes et M. Lapidge. Alfred the Great. Hamondsworth, 1983, ch. 13 ; F. Grat, J. Vieillard et S. Clemencet éd„ Les Annales de Si Bertin. Paris, 1964, a. 856, 858 et 862 ; The Anglo-Saxon Chronicle, trad. D. Whitelock et al. London, 1961, a. 855 (A. D, E) et 856 (C. F).

2 Asser, ch. 17 ; Flodoard, Histoire de l'Église de Reims éd. et trad. M. Lejeune & Académie impériale de Reims, 2 vol. , Reims. 1854, t II, p. 69.

3 A. Campbell éd., The Chronicle of Aethelweard, coll. Nelson Medieval Texts, London. 1962, p. 2.

4 P. Grierson, « Relations between England and Flanders before the Norman Conquest » dans Transactions of the Royal Historical Society 4 th ser., no 23, 1941. p. 71-112; et J. Campbell, « England, France. Germany and Flanders in the Reign of Ethelred II: Some comparisons and connections », dans Essays in Anglo-Saxon History. London. 1986. p. 191-208.

5 Anglo-Saxon Chronicle, D 924; B. Thorpe trad., Florence of Worcester: Chronicon ex chronicis, 2 vols. London, 1848-1849, t. I. p. 132; William of Malmesbury, De gestis regum anglorum libri quinque, éd. W. Stubbs, 2 vols. coll. Rolls Series. London, 1887-1889, t. 1. p. 149 et 137 ; et Aethelweard, p. 2 et xx. Sur ces alliances, voir l’article ancien mais toujours précieux de R. L. Poole, « The Alpine Son-in-Law of Edward the Elder », dans A.L. Poole. Studies in Chronology and History, Oxford, 1934, p. 115-122.

6 K. Leyser, « The Ottomans and Wessex » (1983) rééd., dans Communications and Power in Medieval Europe: the Carolingian and Ottonian Centuries, London, 1994, p. 78-79 et 83-86.

7 Voir note 5.

8 P. Lauer éd. Les Annales de Flodoard, Paris, 1906, a. 936 et 946 ; Richer. Histoire de France 888-995 éd. et trad. R. Latouche, t. 1 (888-954), Paris, 1967. p. 36 et 125 ; P. de Winterfeld éd., Hroswithae Opera, MGH Scriptores Rerum Germanicarum, Berlin, 1902. p. 206-228 ; G. Waitz rééd. P. Kehr. Widukindi monachi corbeiensis rerum gestarum saxonicarum libri très, MGH Scriptores Rerum Germanicarum, Hannover et Leipzig, 1904, p. 47 et 88 ; L.M. Lappenberg rev. F. Kurze éd., Thietmari Meersebugensis episcopi chronicon, MGH Scriptores Rerum Germanicarum, Hannover, 1889, p. 18-24 ; Ademar De Chabannes : Chronique, éd. J. Chavanon, Paris. 1897. p. 143 n. 3.

9 Richer, op. cit., p. 125 et 157.

10 Hroswitha, op. cit., p. 206-228 ; Widukind. op. cit., p. 88 ; Thietmar. op. cit., p. 24. qui l’appelle d'ailleurs ste Édith.

11 R. Merlet éd., La Chronique de Nantes (570 env.-1049), Paris, 1896. p. 82-83 : Richer, op. cit., p. 147.

12 Sur l’ambassade et les péripéties du retour de Louis et de son règne, voir Annales de Flodoard, a.936, 946 et 949 et Richer, op. cit., p. 124-132. 152 et 206-208. Voir aussi l’étude la plus complète sur l’affaire, P. Lauer, Le Règne de Louis IV d'Outremer, Paris, 1900, surtout p. 11-75.

13 V. Ortenberg, The English Church and the Continent': Cultural, Spiritual and Artistic Exchanges, Oxford, 1992, passim.

14 Sur ce sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, voir, le plus récemment, J. Campbell, « Observations on English Government from the Tenth to the Twelfth Century », dans Essays, op. cit., supra n. 4, p. 155-170.

15 Sur la cour de Charles, voir J.-L. Nelson, Charles le Chauve, Paris, 1994 et, avec M. Gibson éd, Charles the Bald, Court and Kingdom, coll. British Archaeological Reports, Oxford, 1981.

16 Sur Grimbald, voir notamment P. Grierson, « Grimbald of St Bertin », dans English Historical Review, no 55, 1940, p. 529-561 et J.-M. Bately, « Grimbald of St Bertin’s », dans Medium Aevum, no 35, 1966, p. 1-10.

17 J.-L. Nelson, « The Earliest Surviving Royal Ordo: Some Liturgical and Historical Aspects »., p. 341-360 et « The Second English Ordo », p. 368 dans Politics and Ritual in Early Medieval Europe, London, 1986.

18 Sur les aspects culturels du règne d’Aethelstan, voir l’article essentiel de M. Wood, « The Making of Ring Aethelstan’s Empire: an English Charlemagne? », dans P. Wormald, D. Bullough et R. Collins éd., Ideal and Reality in Frankish and Anglo-Saxon Society; Studies Presented to J.-M. Wallace Hadrill, Oxford, 1983, p. 250-272 et S. Keynes, « Ring Aethelstan’s Books », dans M. Lapidge et H. Gneuss eds., Learning and Literature in AngloSaxon England: Studies Presented to P. Clemoes on the Occasion of his Sixty-fifth Birthday, Cambridge, 1985, p. 143-201.

19 L. Hibbard Loomis, « The Holy Relics of Charlemagne and Ring Aethelstan: the Lances of Longinus and Maurice », dans Speculum, no 25, 1950, p. 440-456. Sur Magdeburg, voir D. Claude, Geschichte des Erzbistums Magdeburg bis in der 12 Jahrhundert, 2 vols., Köln-Wien, 1972,1.I, p. 17-379.

20 P. Clemoes, « The Cult of St Oswald on the Continent », dans Jarrow Lecture. 1983 et, plus récemment, D. O’Riain-Raedel, « Edith, Judith, Matilda: the Role of Royal Ladies in the Propagation of the Continental Cult », dans C. Stancuffe et E. Cambridge éd„ Oswald: Northumbrian King to European Saint, Stamford, 1995, p. 210-229.

21 P. Piper éd., Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis. Fabariensis, MGH, Libri Memoriales, Berlin, 1884, p. 136-137 et 238.

22 Sur l’organisation sociale de la société anglo-saxonne, voir les grands ouvrages classiques, par exemple F. Stenton, Anglo-Saxon England, 3e éd., Oxford, 1970 ; J. Campbell, E. John et P. Wormald éd., The Anglo-Saxons, London, 1991 ; H. Loyn, The Governance of Anglo-Saxon England 500-1087, London, 1984 ; et J. Campbell, « Early Anglo-Saxon Society according to written sources », dans Essays, op. cit., supra n. 4, p. 131-138.

23 S. Reynolds, Fiefs and Vassals: the Medieval Evidence Reinterpreted, Oxford, 1994; P. Stafford, Unification and Conquest: a Political and Social History of England in the Tenth and Eleventh Centuries, London, 1989.

24 S. Reynolds, Fiefs..., op. cit., supra n. 23, p. 331-333.

25 Asser, op. cit., p. 54-55.

26 S. Reynolds, Fiefs, op. cit., supra n. 23, p. 333 et 336; P. Stafford, Unification..., op. cit., supra n. 23, p. 152; voir aussi F. Stenton, The First Century of English Feudalism 1066-1166, 2e éd., Oxford, 1961, p. 116.

27 Sur les thegns de manière générale, voir, par exemple, E. Loyn, Governance, p. 162-163 ; P. Stafford, Unification, op. cit., supra n. 23, p. 152 ; S. Reynolds, Fiefs..., op. cit., supra n. 23, p. 333, 336-337.

28 S. Reynolds, Fiefs, op. cit., supra n. 23, p. 333, 336, 341, 394, 330; P. Stafford, Unification, op. cit., supra n. 23, 39, 155, 137.

29 P. Stafford, Unification, op. cit., ibid. p. 154; F. Stenton, First Century, op. cit., supra n. 26, p. 119 et 130-136.

30 E.V. Gordon et D.G. Scragg eds., The Battle of Maldon, Manchester, 1976.

31 P. Stafford, Unification, op. cit., supra n. 23, p. 152-158.

32 C. R. Hart, « Aethelstan Half-King and his Family », dans Anglo-Saxon England, no 2, 1973, p. 115-144.

33 A. Williams, « Princeps Merciorum Gentis: the family, career and connections of Aelfhere, ealdorman of Mercia », dans Anglo-Saxon England, no 10, 1981, p. 143-172.

34 Aethelweard, op. cit., p. 1-3, 32-34, 38-39 et 45-46.

35 P. Stafford, Unification, op. cit., supra n. 23, p. 131-132.

36 J. Campbell, Anglo-Saxons, op. cit., supra n. 22, p. 160-181 et « Observations », art. cit., supra n. 14; S. Reynolds, Fiefs, op. cit., supra n. 23, p. 330, 333 et 341; P. Stafford, Unification, op. cit., supra n. 23, p. 38-39, 137, 155-157.

37 Idem, p. 30.

38 Idem, p. 37.

39 Idem, p. 145.

Table des illustrations

Titre Liens dynastiques continentaux d'Aethelstan
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

Université François Rabelais — Tours

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search