Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

L’aristocratie du royaume breton

Noël-Yves Tonnerre

Texte intégral

  • 1 Notre source principale est le cartulaire de Redon publié par Aurélien de Courson dans la collecti (...)

1La péninsule armoricaine, jusque-là très marginale par rapport au monde franc, occupe, au IXe siècle, une place de choix dans la politique carolingienne. Il est donc important de voir comment la constitution d’une principauté bretonne, réunissant pour la première fois toute la péninsule, a amené une transformation du groupe aristocratique. Notre chance est ici de pouvoir nous appuyer sur une documentation qui, bien que partielle, nous offre des points de repère significatifs1.

  • 2 L’histoire politique de la Bretagne du IXe siècle a fait l’objet d’un profond renouvellement depui (...)
  • 3 En 818, Louis le Pieux dirigea personnellement l’armée franque contre la révolte de Murman. Il ren (...)
  • 4 Un passage de Réginon signalant la concession à Ingelheim du ducatus Britanniae à Nominoé permet d (...)
  • 5 Charles le Chauve espérait profiter du désarroi breton après la mort de Nominoé pour prendre sa re (...)
  • 6 Non seulement le Cotentin et l'ouest de l’Anjou seront perdus dès la première moitié du Xe siècle, (...)
  • 7 Après une quinzaine d’années dramatiques, le royaume breton revit encore quelques années avec Alai (...)

2La trame des événements est maintenant bien connue grâce à plusieurs travaux récents. On se contentera ici de rappeler les étapes qui amènent l’établissement puis l’échec du royaume breton : jusqu’en 753, la géographie politique de la péninsule juxtapose les territoires de langue celtique partagés en des pouvoirs multiples et les territoires romans des comtés de Rennes et de Nantes, parties intégrantes du royaume franc. La prise de Vannes par Pépin le Bref en 753, la constitution de la marche de Bretagne, quelques années plus tard, préparent une première unification forcée réalisée pendant le règne de Charlemagne2. Cette domination directe se révèle vite impossible. Les années 811, 818, 825 furent marquées par des soulèvements dont la répétition révèle l’incapacité des Carolingiens à briser la stratégie de résistance des Bretons3. La création en 831 d’un missaticum en faveur de Nominoé change profondément la donne entre Bretons et Francs4. Louis le Pieux, affaibli par la révolte récente de ses fils, concède à un chef breton le comté de Vannes et un large pouvoir sur la Bretagne sous la forme d’un missaticum. À priori risqué, ce pari politique se révèle dans un premier temps un succès. Nominoé reste fidèle à Louis le Pieux. Cependant, la grande crise qui suit la mort de l’empereur amène le chef breton à se révolter contre Charles le Chauve en 843. L’aspiration à la souveraineté devient alors très forte, d’autant plus forte qu’elle bénéficie de complicités à l’intérieur de l’aristocratie franque. La défaite de Charles le Chauve à Ballon en 845, la déposition des évêques favorables au pouvoir franc, la conquête de Rennes et de Nantes jalonnent la révolte victorieuse du chef breton mais celui-ci ne sera jamais reconnu comme roi. C’est la nouvelle victoire des Bretons commandés par le fils de Nominoé, Erispoé, qui amène, en 851, Charles le Chauve à donner les insignes royaux au nouveau chef breton. En même temps, le successeur de Nominoé reçoit les comtés de Rennes et de Nantes ainsi que la vicaria de Retz5. Commence alors la courte période du royaume breton marquée par une première réconciliation entre Érispoé et Salomon, puis par un long conflit sous le gouvernement de Salomon qui amène finalement en 867 une réconciliation définitive scellée à Compiègne avec la concession du Cotentin. La Bretagne a atteint alors son extension maximale puisqu’elle englobe le Cotentin et une partie de l’Anjou6. Ce sont là des conquêtes éphémères qui ne survivront pas au choc des invasions Scandinaves. Dès la mort de Salomon en 874, la Bretagne entre dans une longue crise dont elle ne sortira que quelques années plus tard sous le règne d’Alain le Grand7.

  • 8 Les travaux de F. Falchun, L. Fleuriot et B. Tanguy ont permis de mieux connaître cette Bretagne d (...)
  • 9 Sur ce point : B. Tanguy, « Toponymie et peuplement en Bretagne, Le recul de la frontière linguist (...)

3Ces événements politiques ont deux conséquences importantes. D’une part, ils modifient la géographie de la Bretagne avec des conséquences linguistiques importantes : alors que la Bretagne formait ici un ensemble homogène, limité à l’ouest de la péninsule, fortement marqué par son caractère celtique8, la Bretagne des rois bretons devient une principauté partagée en deux ensembles linguistiques : la Bretagne de langue bretonne, la future Basse-Bretagne et la Nova Britannia qui deviendra la Haute-Bretagne. Si établir une limite linguistique entre ces deux espaces est sans doute illusoire du fait de l’existence de zones où les deux langues ont été parlées, il reste néanmoins certain que l’existence d’une zone romane va favoriser à long terme les progrès de l’influence française et le recul du breton9. D’autre part, les structures carolingiennes vont pénétrer profondément en Bretagne car loin de vouloir revenir à une tradition celtique (qu’il n’est pas facile de définir), les chefs bretons ont imité le modèle carolingien. Cette mutation est spectaculaire sur le plan religieux où les Carolingiens renforcent le pouvoir épiscopal et diffusent la règle bénédictine. Elle est aussi très visible dans le langage diplomatique avec l’utilisation de formulaires francs, en particulier tourangeaux. Elle se manifeste dans l’organisation du pouvoir avec des assemblées générales, une division du territoire en comtés, l’institution des missi. En résumé, on peut parler véritablement d’une continentalisation de la Bretagne du IXe siècle, ce qui entraîne incontestablement une plus grande fragilité vis à vis de l’horizon maritime.

4Étudier la noblesse c’est donc envisager comment les élites bretonnes ont été transformées par la création d’un principat d’inspiration carolingienne, quel rôle aussi elles ont pu jouer dans les structures du nouveau pouvoir.

  • 10 Les actes du cartulaire de Redon nous ont laissé le nom de trente-quatre machtierns. Certains sont (...)
  • 11 Les terres concédées par les machtierns correspondent à des exploitations agricoles moyennes, quel (...)
  • 12 Cette famille est exceptionnelle puisque nous connaissons quatre générations depuis larnithin 1 qu (...)

5En point de départ, essayons de voir quels sont les contours de l’aristocratie bretonne au début de la période qui nous intéresse ? Les personnages les plus visibles parce qu’aussi les plus exotiques, ce sont les machtierns10. Les machtierns sont bien sûr des propriétaires fonciers, mais ils n’ont ici rien à voir avec les grandes familles de l’aristocratie franque. À en juger par les donations qu’ils font, leurs patrimoines restent modestes : il s’agit de biens dispersés s’étendant sur plusieurs communes actuelles11. Ce qui les caractérise surtout, c’est la puissance publique qu’ils possèdent dans un territoire qui correspond le plus souvent à une paroisse, d’où le nom de princeps plebis par lequel ils sont désignés dans nos actes. Il peut arriver cependant qu’un machtiern contrôle plusieurs paroisses : c’est le cas de la puissante famille issue de larnithin qui contrôle autour de la moyenne vallée de l’Oust les paroisses de Pleucadeuc, Ruffiac, Carentoir12.

  • 13 Voir ici l’article de L. Fleuriot, « Un fragment en latin de très anciennes lois bretonnes armoric (...)

6Le machtiern est d’abord le plus haut responsable de la justice au niveau de la paroisse. C’est lui qui garantit l’exécution des contrats. Comme l’a souligné L. Fleuriot, le machtiern est le chef-garant13. Il se trouve placé au-dessus des deux autres formes de garantie : le système des otages et le système des fidéijusseurs traduit à plusieurs reprises par le mot breton, dilisid. Concrètement, le machtiern est le personnage sous l’autorité duquel se fait l’exécution des ventes. Cette fonction de garantie suprême débouche évidemment sur l’activité judiciaire elle-même. Dans le cadre de sa circonscription, le machtiern préside le tribunal. L’acte CLXXX du cartulaire montre bien cette forme de l’activité machtiernale : le princeps plebis préside le jugement entouré d’hommes libres mais il ne rend pas le verdict.

  • 14 CR no CVI : cet acte précise que l’abbé de Redon perçoit les droits de tonlieu sur l'Oust à Balrit (...)
  • 15 Le mot foresta n’est pas employé uniquement pour le fisc du roi breton, on le retrouve aussi expre (...)

7À ces prérogatives juridiques bien visibles dans nos documents, s’ajoute un pouvoir fiscal. S’il n’y a aucune trace de perception directe14, le chef de la paroisse prélève un droit sur les transactions foncières et il perçoit des droits de tonlieu. Les machtierns possèdent enfin des droits sur les espaces non mis en valeur par les communautés paysannes et plus spécialement sur la foresta15.

  • 16 Ermold Le Noir, Poème sur Louis le Pieux, éd. E. Faral, Les Belles Lettres, p. 105.

8Ces machtierns exercent leurs charges héréditairement, ils peuvent l’exercer collectivement entre frères ; enfin les femmes peuvent exceptionnellement détenir cette charge ; ainsi la veuve du machtiern Iarnithin II de Ruffiac est appelée dans l’acte CCLVI du cartulaire tyranissa. Ces machtierns vivent dans des résidences fortifiées que l’on appelle lis. En décrivant la résidence du chef breton Murman, Ermold le Noir nous a laissé une description très vivante de ce que devaient être ces lis : « au milieu des forêts, entourée d’un fleuve, retranchée derrière les haies, les fossés, les marécages, la demeure princière brille de l’éclat des armes... »16. Le mot machtiern est incontestablement un mot composé où l’on trouve le tigernos gaulois qui désigne le chef et mach qui signifie garant, garantie. On le retrouve dans les autres pays celtiques : c’est à 24 reprises que nous retrouvons le mot mach dans les lois galloises, ce qui montre ici toute l’importance du système des garanties. Les machtierns se retrouvent également en Cornwall où, dans un texte un peu plus tardif, la Prophetia Merlini de Jean de Cornwall, on nous dit que le Christ est le machtiern du monde. Il faut d’ailleurs insister sur le jeu de mot constant entre Tiern et tyrannus qui apparaît déjà chez Gildas.

9Chefs locaux, les machtierns constituent l’élite de la société aristocratique, on peut parler ici d’une véritable noblesse dans la mesure où la prééminence sociale est évidente et où la transmission héréditaire est pleinement assurée avec des stratégies matrimoniales entre les différentes familles machtiernales. L’horizon de ces familles machtiernales semble cependant limité, il ne semble pas dépasser les paroisses immédiatement voisines. C’est là une différence sensible avec ce qui se passera par la suite.

  • 17 C. Duhamel-Amado, « L’alleu paysan a-t-il existé en France méridionale autour de l’an mil ? », dan (...)
  • 18 C. Lauranson-Rozaz, L’Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan), du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 19 (...)

10Les machtierns constituent l’élite de la société aristocratique et, par là, sont des personnages bien connus. L’historiographie bretonne a par contre négligé l’existence d’une aristocratie inférieure dont les travaux récents de C. Duhamel-Amado17 et C. Lauranson-Rozaz18 ont montré l’importance en Septimanie et en Auvergne. L’identification des ces alleutiers aisés présente des difficultés car il existe, au moins en Bretagne méridionale, un certain nombre de paysans qui semblent bien propriétaires de leur exploitation. Au fil des actes, il est possible cependant de retrouver cette aristocratie inférieure en utilisant trois critères :

  • une fortune foncière apparemment dispersée mais suffisante pour faire des donations. Cette fortune foncière correspond ici à plusieurs parcelles de terre. Le mot le plus fréquemment rencontré est le mot ran19. C’est l’unité agraire de la Bretagne carolingienne. Il correspond à une terre d’une trentaine d’hectares en moyenne dont seulement un dixième est cultivé chaque année. Les donations correspondent donc à un ou plusieurs ran exploités par des colons ou esclaves. Fait intéressant, il ne s’agit apparemment pas d’une structure propre au monde celtique, le ran se rapproche des manses que l’on trouve dans les formulaires d’Angers.
  • une caractéristique anthroponymique, ensuite. Les membres de l’aristocratie foncière sont souvent liés entre eux par des relations familiales. Il s’en suit que la composition des noms est à suivre attentivement car elle aboutit comme dans le monde franc à des règles précises déterminées par la volonté d’enraciner la mémoire du lignage20. Il est donc possible de retrouver par l’anthroponymie les contours de ce groupe social. C’est d’autant plus aisé que les membres de la parentèle sont souvent associés aux actes de donation et de vente et qu’il existe parfois des liens avec des familles machtiernales. Enfin, contrairement aux alleutiers paysans, ces membres de l’aristocratie inférieure sont souvent présents dans plusieurs paroisses
  • l’autorité reconnue à tel ou tel personnage dans la paroisse où il vit. À côté du machtiern, on remarque que certains individus exercent de manière continue ou occasionnelle une responsabilité dans la plou. Il y a ainsi le major qui exerce une fonction publique mais il y a aussi les scabini ou boni viri, les garants ou dilisid ou encore les seniores appelés à porter leur témoignage dans un procès21.
  • 22 Une paroisse comme Ruffiac, à l’ouest de Redon, correspond à quatre communes actuelles. L’estimati (...)

11Ces critères établis, on peut estimer qu’au sein de chaque plou cinq ou six familles larges disposent d’un prestige social suffisant pour faire partie de l’aristocratie. Tout pourcentage est bien entendu exclu, il faut cependant souligner que les paroisses que nous connaissons le mieux dans le cartulaire de Redon correspondent à une superficie moyenne de 10 000 hectares et à une population qui ne devait pas être inférieure à un millier d’habitants22.

  • 23 Arthuiu est mentionné dans plusieurs actes du cartulaire de Redon : CLXXXIII, CLXXXVI, CVI, CLXXXV (...)

12Un des personnages les mieux connus est un dénommé Arthuiu. Il est originaire de Bains et résidait dans le sud de cette paroisse, autour de Prin, aujourd’hui Sainte-Marie de Redon près de la Vilaine23. Ses parents : Menion, Driwallon et surtout Roenwocon disposaient de biens dans les environs. Lui-même possède plusieurs ran. Sa fortune explique de nombreux dons à Saint-Sauveur. Vers 850, il donne ainsi la terre de Menehi Wokamoe d’une valeur de 48 sous, c’est-à-dire plus que le double de la valeur d’un ran. Sa femme, à son tour, donne en 861 deux autres exploitations d’une valeur de 30 sous et 12 deniers. Comme d’autres hommes libres, Arthuiu assiste comme témoin à l’élaboration des actes concernant sa paroisse mais son activité dépasse ce simple niveau. On lui demande de témoigner lors d’un litige concernant les droits de péage sur la Vilaine, il prête serment pour confirmer la possession d’une terre et il est mentionné comme scabinus dans un important procès.

  • 24 Voir ici F. Falchun, Perspectives nouvelles sur l'histoire de la langue bretonne, Paris, 1981. La (...)
  • 25 Par delà la distinction traditionnelle entre Haute et Basse Bretagne, il ne faut pas négliger l’op (...)

13Les actes de Redon et le corpus hagiographique dont nous disposons pour le IXe siècle nous offrent ainsi l’image d’une société sensiblement différente de celle des territoires francs. Faut-il dire pour autant que nous ayons eu affaire, à la veille de l’intervention franque, à une société identique à celle des milieux insulaires ? La réponse est évidemment complexe24. Bien sûr, par la langue, par l’organisation du monachisme, par certaines formes d’organisation des pouvoirs, la Bretagne de la fin du VIIIe siècle était proche des terres celtiques d’Outre-Manche. Mais par delà l’importance de l’héritage gaulois mis en évidence par des recherches de F. Falchun, la tradition romaine n’a jamais été totalement occultée. Il y a surtout des différences régionales à souligner, car la Bretagne est plus diverse qu’on ne le croit25. Il est tout à fait significatif ici de retrouver dans le sud-est de l’Armorique des traces importantes de l’influence romaine, que ce soit dans les structures territoriales, à commencer par les limites de la civitas, ou encore dans la pratique juridique. Les Francs ont très bien compris cette diversité en choisissant de pénétrer dans la péninsule par le sud-est.

14Cette société bretonne jusque là marginale par rapport au monde franc va donc connaître de profonds changements au cours du IXe siècle. Trois faits majeurs doivent être mis en évidence car ils déterminent une mutation importante du groupe aristocratique.

  • 26 Il est vraisemblable que les princes bretons tentèrent de ressusciter ici le cadre des anciennes c (...)
  • 27 Sous le gouvernement de Nominoé, nous connaissons quatre missi : Dreuuallon (C.R. no CXXIV), Haldr (...)

15Tout d’abord, la Bretagne se continentalise. L’horizon maritime, s’il n’est pas absent, s’estompe quelque peu par rapport à l’époque précédente. Après avoir cherché à rester à l’écart du monde franc, la Bretagne tourne le dos à la mer pour envisager une expansion continentale. Cette orientation aura des conséquences dramatiques face aux Scandinaves, mais il est incontestable que les institutions franques vont pénétrer profondément dans la péninsule. Dès le premier tiers du IXe siècle, on voit nettement le Vannetais et le Poutrocoët devenir des comtés dirigés par des aristocrates francs pendant que la réforme bénédictine est imposée à Landévennec en 818. La révolte de Nominoé accélère encore cette évolution. L’affirmation du pouvoir du prince breton se manifeste d’abord par la création d’une solide infrastructure administrative dépendant du prince. Le comté devient dès lors la circonscription de base de l’administration princière. Sous le gouvernement de Salomon, le Poutrocoët, le Vannetais, la Cornouaille, les pays de Rennes et de Nantes ont leurs comtes26. Ils sont surveillés par des missi. Délégués extraordinaires du souverain, ils sont chargés de graves questions de contentieux. Nous connaissons dix de ces missi, cinq furent nommés par Nominoé, cinq par Salomon27. Les princes bretons généralisèrent également une institution traditionnelle de la monarchie franque : les assemblées générales. Salomon rassembla ainsi son aristocratie à quatre reprises.

  • 28 Un acte de 908 (no CCLXXIX) montre que le comte Tangui, gendre d'Alain le Grand, et son filleul Ru (...)

16La création d’une solide administration princière amena la création d’une aristocratie de service, mais cette transformation essentielle s’est faite en grande partie dans les structures sociales anciennes. Les princes bretons ne semblent pas avoir utilisé des hommes nouveaux. Quand l’origine des comtes est connue, elle révèle une origine machtiernale. Ainsi Bran est un ancien machtiern. Il est fort possible aussi que Pascuueten appartienne à la famille machtiernale d’Elven28. Si le prince breton s’efforça de déplacer ces personnages importants, il est certain que l’autorité que possédaient ces personnages créait un risque politique. Salomon fut assassiné par deux comtes : Pascuueten et Guruuant.

  • 29 CR no CXCVI. On peut penser que les expéditions franques amenèrent d’autres machtierns à se mettre (...)
  • 30 CR no CVII (839-844).
  • 31 CR no CCLVI : et commendavit Salomon Aourken tiranissa...
  • 32 CR no CXCV. Il semble que l’abbaye de Redon se soit constituée par des bienfaits une clientèle ari (...)
  • 33 CR no CCLXXIV.

17Un deuxième point est à souligner, c’est le développement de liens personnels. Comme dans tout le monde celtique, il existait déjà des clientèles aristocratiques. Le fait nouveau est que la domination carolingienne fit des liens de vassalité un élément essentiel du renforcement de son pouvoir. Des machtierns devinrent ainsi des vassaux royaux. Ainsi, les deux machtierns de Ruffiac, Portitoe et Uuorbili, se placèrent sous la fidélité de Louis le Pieux29. Nominoé fut certainement vassal de Louis le Pieux bien avant son accession au comté de Vannes, de même que tous les chefs qui reconnurent l’autorité franque. Devenu missus pour toute la Bretagne, Nominoé reprit à son compte cette institution franque. On le voit ainsi demander réparation à Riuualt pour le meurtre d'un de ses fidèles appelé Catuuoret30. Sous le règne de Salomon, ces liens de dépendance se généralisèrent. Ils furent en particulier employés pour soumettre les machtierns au pouvoir du prince. La vassalité ne fut pas d’ailleurs limitée aux hommes. La femme du machtiern lamithin, Aourken, se mit ainsi sous la dépendance du prince breton31. L’Église n’échappa pas à cette généralisation des liens de dépendance. L’abbé de Redon, Conuuoion, accorda ainsi un bénéfice à Uurbudic à condition qu’il reste le fidèle et l’ami du monastère32. À l’extrême fin du IXe siècle, l’évêque de Vannes, Bili, dispose lui aussi de tout un groupe de vassaux33. Il faut évidemment souligner ici que membres des plus grandes familles aristocratiques du regnum, les évêques et les abbés disposent de prérogatives publiques.

  • 34 Nous savons en particulier qu’il existait des alleutiers francs dans le nord du Nantais, à Lusange (...)

18Dans ce développement de la vassalité, il faut faire une place à part à la clientèle des comtes francs installés dans la péninsule. Ces comtes appartiennent à deux lignages essentiels : les Rorgonides et les Widonides. À partir d’Alet pour les premiers, de Vannes et Nantes pour les seconds, ils se sont constitués une clientèle. En territoire nantais, on connaît de riches alleutiers d’origine franque qui ont pu faire partie de la vassalité des Widonides. Il est sûr que lors de sa révolte contre Charles le Chauve en 843, Lambert a disposé de soutiens à l’intérieur du Nantais alors que le comte était Renaud34.

  • 35 L’article de J.-C. Cassard est ici essentiel, « La guerre des Bretons au haut Moyen Age », Revue h (...)
  • 36 Réginon de Prüm, Chronique, année 860, trad. J.-C. Cassard. On retrouve un autre exemple de la hard (...)
  • 37 La guerre coûte cher. Plusieurs chevaux étaient nécessaires. S’y ajoute un armement avec javelot, (...)

19Un autre élément est essentiel, c’est la transformation de l’armée. Dès le VIIe siècle, des hommes combattent à cheval mais ils sont très rares, ce sont les individus les plus riches. Jusqu’au début du IXe siècle, les guerriers bretons semblent avoir combattu essentiellement à pied avec un armement traditionnel. La guerre est d’abord défensive. Les Bretons se replient dans des forteresses naturelles entourées de fossés environnés de bois ou alors ils pratiquent les embuscades. Si les techniques de la guérilla restent encore très prisées au IXe siècle, comme le montrent les difficultés des armées franques face à Murman et surtout Guiomarch, le fait nouveau est la constitution d’une cavalerie légère qui permet à Nominoé et à ses successeurs de lancer des raids dévastateurs en territoire franc. Jean-Christophe Cassard a bien montré la surprise qu’avait provoquée chez les Francs la grande mobilité de ces Bretons avec l’utilisation d’armes de jet35. Réginon de Prüm n’hésite pas à comparer les archers hongrois à cheval et les lanciers armoricains, il met en évidence la rapidité et la souplesse d’action des combattants bretons mais aussi une tactique très habile pour surprendre l’adversaire : « Les troupes saxonnes que le roi avait soudoyées pour soutenir les attaques rapides et les retours à l’improviste de la cavalerie bretonne sont placées en première ligne. Mais, dès la première charge des Bretons et dès leur première volée de javelots, les Saxons vont se cacher derrière les autres troupes. Les Bretons, selon leur coutume et montant des chevaux dressés à ce genre de combat, courent de côté et d’autre. Tantôt ils donnent impétueusement, avec toutes leurs forces, dans la masse serrée des bataillons francs, tantôt ils font mine de fuir et les ennemis lancés à leur poursuite n’en reçoivent pas moins leurs traits en pleine poitrine »36. Il est incontestable que le développement de cette cavalerie a entraîné une professionnalisation du combat et par là même une réduction des effectifs militaires. Plusieurs actes du cartulaire laissent voir le déclassement de certains hommes de guerre incapables de disposer d’un véritable équipement37.

20Ces violences commises aux dépens d’une abbaye qui joue un rôle important dans les structures du pouvoir royal en Bretagne révèlent des tensions sociales extrêmement vives. Derrière la façade conquérante de la principauté bretonne, se met en place une réalité beaucoup plus durable : une véritable recomposition sociale. D’un côté, on voit s’affirmer une haute aristocratie liée aux honores, tout à fait semblable à la haute aristocratie carolingienne, de l’autre une aristocratie inférieure qui s’efforce de s’adapter aux nouvelles conditions politiques. L’existence d’une documentation relativement conséquente pour le IXe siècle permet de mesurer l’ampleur de ce qui fut incontestablement une crise.

  • 38 La question des ressources de la monarchie bretonne est une question clef. Les princes bretons se (...)
  • 39 L’existence d’une fiscalité directe pesant sur le ran est possible. Sur les quelques indices dont (...)
  • 40 Dans le contrat de précaire, l’ancien possesseur pouvait rester l’exploitant, le système était bea (...)
  • 41 Les ventes à réméré sont surtout nombreuses sous le règne de Salomon, signe de la détérioration de (...)

21Même si les conquêtes et l’appropriation des richesses minières ont fourni de considérables revenus aux rois bretons38, ces ressources n’ont pas suffi. Y eut-il une fiscalité directe dans le royaume breton ? La question mérite d’être posée même si les indices sont ténus39. Il est sûr par contre que les obligations militaires ont dû peser lourdement sur les hommes libres propriétaires de leurs terres. La concession de bienfaits, l’existence de précaires montrent que l’abbaye de Redon fut amenée de bon gré ou par contrainte à soutenir ces alleutiers40. Un certain nombre de familles sont sérieusement appauvries et ont eu recours à la pratique du mort-gage : plusieurs actes concernent des alleutiers contraints de vendre leurs terres selon la procédure romaine de la vente à réméré. La vente à réméré est bien une opération à crédit : le propriétaire vend la terre qu’il possède, mais il garde la possibilité de la racheter à intervalles réguliers cinq ou sept ans. À l’expiration du délai, vingt ou vingt et un ans selon les cas, la terre est perdue par le propriétaire41.

  • 42 Il n’est pas du tout sûr, comme le prétendait La Borderie, que le servage ait totalement disparu a (...)
  • 43 Les premiers actes concernant la châtellenie de La Roche-Bernard citent quelques fidèles de Bernar (...)
  • 44 Notre chance est de posséder avec la charte de Louis le Gros, de 1123, une liste de biens qui avai (...)

22Dans quelle mesure l’aristocratie inférieure a-t-elle été touchée par cette crise ? Il est difficile de le mesurer du fait des lacunes de notre documentation pour le Xe siècle et de l’existence indiscutable d’un alleu paysan42. Une étude des actes du début du Xe et du début du XIe siècle montre tout au moins la permanence d’une clientèle vassalique auprès des titulaires d'honores ou des premiers châtelains. Ils apparaissent en particulier auprès des premiers châtelains de La Roche-Bernard et de Châteaubriant43 C’est dans ce milieu qu’apparaissent les premières mentions de miles mais il ne fait guère de doute que les vassi antérieurs étaient déjà des guerriers professionnels. Leur statut social est encore modeste, sans doute correspondant à quelques exploitations paysannes comme au siècle précédent, mais ils se sont souvent enrichis au détriment des terres et des revenus d’Église. C’est particulièrement net en Nantais où le pouvoir épiscopal a perdu une grande partie de ses biens au cours du premier tiers du XIe siècle. La longue lutte entre le comte et l’évêque (très proche du comte de Rennes) a renforcé les clientèles vassaliques et dispersé le patrimoine ecclésiastique44.

  • 45 Pour une étude précise des événements retransmis par les textes : A. Chédeville, H. Guillotel, La (...)
  • 46 « Les Normands, voguant par l’océan avec une immense flotte dévastèrent toute la Bretagne ; aussi (...)

23Une telle hypothèse sur une continuité au moins partielle entre l’aristocratie inférieure du royaume breton et le milieu chevaleresque du XIe siècle implique de minimiser l’impact des invasions Scandinaves45. Si celles-ci ont ruiné certaines zones littorales et la basse vallée de la Loire, si les abbayes ont été durement touchées, l’aristocratie ne semble pas avoir abandonné longtemps la péninsule, pas plus d’une vingtaine d’années, c’est-à-dire pendant la période la plus critique entre 920 et 937, mais certains lignages comme celui du comte de Rennes, Béranger, n’ont semble-t-il jamais quitté la Bretagne. La célèbre phrase de la Chronique de Nantes sur la fuite éperdue des comtes, vicomtes et machtierns est donc à interpréter avec prudence46.

  • 47 Il est significatif de voir qu’à partir de 856, dans les actes de Ruffiac, la place du machtiem Ia (...)
  • 48 Les moyens utilisés par le roi de Bretagne Salomon sont parfois surprenants : dans l’acte, Roiantd (...)
  • 49 CR no CXVI. L’origine des vicomtes de Rennes qui allaient donner souche aux Porhoët et aux Rohan e (...)
  • 50 A. de la Borderie, Cartulaire de l’abbaye de Landévennec, p. 156-158.
  • 51 L. Maître, L'ancienne baronnie de la Roche-Bernard, p. 17.
  • 52 Cart. de Redon, no CCLXXXII.

24Cette continuité ne devient plus une hypothèse mais une certitude quand on envisage l’aristocratie supérieure. Le cas des machtierns est particulièrement significatif. Le mot machtiem a tendance à disparaître des actes à partir du règne d’Érispoé. Sur les trois paroisses bien connues de Ruffiac, Pleucadeuc et Carentoir, le mot apparaît à vingt-trois reprises avant 850, à huit reprises seulement après, et à partir de 875 les mentions de machtierns sont exceptionnelles. Cet évanouissement des familles machtiernales ne veut pas dire pourtant que les familles aient disparu. D’une part, nous connaissons certains héritiers qui n’apparaissent pas avec le titre de machtiem et qui continuent à posséder de réels pouvoirs47. D’autre part, on l’a vu, il semble que les princes bretons se soient efforcés à la fois de faire disparaître ce pouvoir local48 et en même temps d’avoir utilisé les machtierns dans leur administration. Dans certains cas, nous avons déjà vu que certains machtierns accédèrent à des fonctions comtales, certains autres devinrent vraisemblablement vicomtes. Un lien de parenté existe par exemple entre le machtiern Dilis49 mentionné au milieu du IXe siècle et le Dilis mentionné comme vicomte dans un acte d’Alain Barbetorte en faveur de Landévennec50. Si tous les machtierns ne bénéficièrent pas de ces promotions, il reste qu’ils sont placés dans la partie supérieure de l’aristocratie qui forme indiscutablement une noblesse. Certaines familles sont d’ailleurs à l’origine de puissantes châtellenies au XIe siècle. L’exemple de La Roche-Bernard est ici symptomatique. Léon Maître a voulu voir dans cette famille une origine germanique51. S’il n’est pas invraisemblable que certains fidèles des premiers châtelains des bords de la Vilaine soient Scandinaves, le nom même de Bernard est plutôt d’origine franque. Un acte du cartulaire de Redon, daté de 916, nous apporte peut-être le plus ancien témoignage sur la famille. À la fin d’un acte concernant Saint-Dolay, est mentionné un Bernard comme princeps52. C’est-à-dire comme machtiern d’une paroisse proche de la Vilaine. Il peut s’agir du machtiern de Nivillac. La possession d’une foresta renforce cette possibilité.

  • 53 Il n’y a plus de comte de Vannes à partir du début du Xe siècle. Voir ici : A. Chédeville, N.Y. To (...)
  • 54 J. Quaghebeur, Comté de Poher et terre de Cornouaille. Mémoire et pouvoirs, début IXe début XIII(...)
  • 55 CR no CCLVI : Aourken se place dans la fidélité de Salomon, c’est encore un moyen pour le roi bret (...)
  • 56 Sur les origines de Châteaubriant : C. Bouvet, « À propos des premiers seigneurs de Châteaubriant (...)
  • 57 Naissance de la Bretagne, p. 359-260.

25Les descendants des comtes des rois bretons sont également, bien sûr, à l’origine de châtellenies importantes, ainsi dans le Vannetais, des châtellenies aussi importantes qu’Elven, Rieux se rattachent à l’honor des comtes de Vannes53. La situation est identique pour les vicomtes. Si nous manquons de renseignements sur cette fonction au IXe siècle, il est probable que la fortune foncière des vicomtes de l’an mil qui vont être à l’origine des puissantes châtellenies qui s’affirment dans la deuxième moitié du XIe siècle : vicomté de Donges, vicomté de Porhoët, vicomté du Faou, était déjà constituée, en partie au moins, dès l’époque carolingienne. Pour la famille comtale de Cornouaille, Mme Quadhebeur a envisagé avec vraisemblance le lien qu’il y avait entre le comte Budic, maître de Châteaulin, premier comte connu de Cornouaille, et une puissante famille liée à l’honor du Poher au IXe siècle. Il est probable que le vicomte Dilis mentionné dans l'acte d’Alain Barbetorte en faveur de Landévennec était lié par mariage à ce lignage54. Ce dernier exemple montre que la continuité n’était pas assurée uniquement par voie masculine. La femme joue un rôle privilégié dans la Bretagne carolingienne. Certaines femmes disposant d’une fortune considérable gèrent librement leurs biens. D’autres exercent des fonctions publiques comme l’épouse de larnithin, Aourken, qui devient, à la mort de son mari, tyranissa55. Il n’est pas étonnant dans ces conditions que l’ascendance féminine ait joué un rôle de premier plan dans la formation de certaines châtellenies. Aux origines de la châtellenie de Châteaubriant, il y a un riche alleutier, fidèle du comte de Rennes, vassal de l’évêque de Nantes. Il représente une aristocratie moyenne, son père Tehellus possédait des terres dans la vallée de la Seiche, au sud-est de Rennes. En fait, comme l’a montré Hubert Guillotel, les racines du lignage maternel sont beaucoup plus illustres. La mère de Brient, Innoguent, descend de la famille prestigieuse du vicomte d’Alet. C’est ce qui explique qu’elle joue un rôle important dans les débuts de cette châtellenie56. On entrevoit également pour la châtellenie d’Hennebont des pratiques hypergamiques répétées57.

26Au cours de cette réflexion, et malgré les lacunes de notre documentation, nous nous sommes efforcés de mettre en évidence trois constatations. Tout d’abord le royaume breton, s’il a modifié en profondeur les structures du pouvoir en Armorique, et là il y a incontestablement une mutation, a utilisé souvent dans son administration l’aristocratie traditionnelle et en premier lieu celle des machtierns. Ce choix était par certains côtés contradictoire et les relations avec le pouvoir franc, la politique religieuse (avec le soutien à de puissantes abbayes comme Redon, SaintMéen ou Landévennec), la nomination à tel ou tel honor comtal, ont provoqué bien des frustrations qui expliquent l’agitation politique du royaume breton. N’oublions pas qu’Érispoé et Salomon ont été tous les deux assassinés. En second lieu, la politique des rois a favorisé le renforcement de la haute aristocratie qui agit désormais sur l’ensemble du territoire et non seulement sur un pagus. Cette haute aristocratie qui a servi la royauté bretonne va lui survivre. L’étude généalogique de certains lignages montre clairement qu’ils ont surmonté les invasions Scandinaves, et c’est bien cette aristocratie qui est à l’origine de la première vague de création de châteaux. La Bretagne présente donc ici, tout au moins pour le XIe siècle, un schéma d’évolution bien classique. Le caractère public de ces châteaux est même général à partir du moment où on admet que les machtierns disposent aussi d’une part d’autorité publique. Il nous est apparu enfin important de poser la question de l’existence d’une aristocratie inférieure composée de la tranche la plus aisée des alleutiers. Sans aucun doute, c’est un milieu mouvant et la continuité ne peut dans notre documentation qu’être une hypothèse, mais nous avons bien mis en évidence au IXe comme au début du XIe siècle, la présence autour de personnages plus puissants d’une véritable clientèle. C’est elle qui a dû fournir ces milites qui apparaissent dans notre documentation vers l’an mil.

Notes

1 Notre source principale est le cartulaire de Redon publié par Aurélien de Courson dans la collection des monuments inédits de l’histoire de France (Paris, 1863). Ce document qui contient plus de 320 actes est exceptionnel. Il faut cependant souligner qu’il ne concerne que le sud-est de la Bretagne et plus précisément le bassin inférieur de la Vilaine. Si le cartulaire de Landévennec, avec ses nombreux actes faux, est difficilement utilisable pour cette période, il existe un corpus important de Vies de saints dont des travaux récents de L. Fleuriot, B. Merdrignac, J.-C. Poulin et Flobert viennent de relancer l’étude. Les chroniques et annales franques sont également utiles.

2 L’histoire politique de la Bretagne du IXe siècle a fait l’objet d’un profond renouvellement depuis une trentaine d’années. L’interprétation romantique de l’histoire bretonne d’A. de la Borderie (dans son deuxième volume de l’histoire de Bretagne paru en 1901) a pu ainsi être largement corrigée. Parmi les ouvrages récents qui ont retracé l’histoire politique de la Bretagne on retiendra : J.-C. Cassard, Les Bretons de Nominoé, Brest, 1988 ; A. Chedeville, H. Guillotel, Histoire de la Bretagne des saints et des rois, Rennes, 1984 ; J.M.H. Smith, Province and Empire, Carolingian Britanny, Cambridge, 1993. Pour notre part, nous avons envisagé les structures économiques et sociales dans N. Y. Tonnerre, Naissance de la Bretagne, Angers, 1992.
L’expédition de 799, dirigée par le marquis Gui, fut la plus importante : les Annales de Xanten nous apprennent que Gui alla présenter à Charlemagne les armes des chefs qui s’étaient rendus à lui : « chacune de ses armes possédait le nom de son propriétaire car par elle chacun de ses chefs s’était livré avec sa terre et avec son peuple. Toute la province bretonne tomba sous le joug des Francs, ce qui ne s’était jamais vu auparavant ».

3 En 818, Louis le Pieux dirigea personnellement l’armée franque contre la révolte de Murman. Il rencontra près de Priziac, à la limite du Vannetais et de la Cornouaille, l'abbé de Landévennec, Matmonoc. En 825, Louis le Pieux lutta contre le chef breton Wiomarch, sans doute dans le nord de la péninsule. En 830, Louis le Pieux préparait une nouvelle expédition contre les Bretons quand éclata la nouvelle révolte de ses fils.

4 Un passage de Réginon signalant la concession à Ingelheim du ducatus Britanniae à Nominoé permet de situer précisément la promotion de Nominoé en mai 831, quand Louis le Pieux a effectivement dirigé une assemblée à Ingelheim.

5 Charles le Chauve espérait profiter du désarroi breton après la mort de Nominoé pour prendre sa revanche. Son échec fut donc particulièrement cinglant. Replié à Angers après sa défaite, Charles le Chauve donne à Érispoé les comtés de Rennes et de Nantes, la vicaria de Retz. La Bretagne « historique » est donc constituée. En même temps, Érispoé reçoit les insignes de la royauté. En contrepartie, le chef breton devient le vassal du roi franc. La création d’un royaume subordonné n’était pas une nouveauté, mais pour la première fois il était accordé en dehors de la famille royale. En 857, les liens se renforcèrent encore avec un projet d’alliance matrimoniale entre le jeune Louis, fils du roi de la Francia occidentalis, et la fille d’Érispoé. Quelques semaines plus tard, Érispoé était assassiné par Salomon.

6 Non seulement le Cotentin et l'ouest de l’Anjou seront perdus dès la première moitié du Xe siècle, mais le nord-ouest du Nantais autour de Craon sera pris un peu plus tard par les comtes d’Anjou.

7 Après une quinzaine d’années dramatiques, le royaume breton revit encore quelques années avec Alain le Grand (Ϯ 908) qui a repoussé les Normands. Après sa mort, en 908, la Bretagne est de nouveau la proie des Scandinaves. La victoire d’Alain Barbetorte en 937 n’est pas suivie du rétablissement du titre royal. Le comte de Nantes s’intitule duc, il ne parvient pas à soumettre toute la péninsule à son autorité. Si le Poher, le Vannetais et le Nantais sont sous son contrôle, le comté de Rennes lui échappe dans la réalité.

8 Les travaux de F. Falchun, L. Fleuriot et B. Tanguy ont permis de mieux connaître cette Bretagne du très haut Moyen Âge en mettant en évidence la permanence d’un substrat gaulois qui s’est maintenu au moins jusqu’au Ve siècle : L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1980 ; F. Falchun, Perpectives nouvelles sur l'histoire de la langue bretonne, Paris, 1981 ; B. Tanguy, Recherches autour de la limite des noms gallo-romains en-ac en Haute-Bretagne, Thèse 3e cycle dactylographiée, Brest, 1973.

9 Sur ce point : B. Tanguy, « Toponymie et peuplement en Bretagne, Le recul de la frontière linguistique du Ve au XVIe siècle », dans Archéologie et peuplement (Colloque tenu au Mans, mai 1980). Le recul de la frontière linguistique n’a certainement pas été aussi spectaculaire qu’on a pu l’écrire au siècle dernier. Ainsi, en Bretagne méridionale, la zone comprise entre l'Oust et la limite des noms en tre- était certainement une zone bilingue au IXe siècle comme le montrent certains actes du cartulaire de Redon.

10 Les actes du cartulaire de Redon nous ont laissé le nom de trente-quatre machtierns. Certains sont isolés dans le cartulaire comme cet Altfrid mentionné dans la seule paroisse de Cléguerec ou encore Rethuualart à Pluherlin, d’autres apparaissent fréquemment et on peut reconstituer leur famille, ainsi Ratuili, machtiern à Sixt. Les machtierns apparaissent également sous la forme de tyranni dans les Gesta de Redon, ils peuvent être également présents dans les Vies de saints. On les retrouve aussi en Cornwall et dans le Pays de Galles.

11 Les terres concédées par les machtierns correspondent à des exploitations agricoles moyennes, quelques dizaines d'hectares. Quand Anowareth, probablement machtiern à Guer, donne le territoire de cette paroisse quand il entre au monastère Saint-Maur de Glanfeuil en Anjou, il semble bien, contrairement à ce qu’a affirmé M. Planiol, qu’il s’agisse des droits du machtiern sur la paroisse et non de la propriété de la terre. Dans le cas contraire, on ne peut pas expliquer qu’il ait existé d’autres possesseurs de biens fonciers sur cette paroisse : M. Planiol, « La donation d’Anowareth », dans Annales de Bretagne, 1893, p. 216-237.

12 Cette famille est exceptionnelle puisque nous connaissons quatre générations depuis larnithin 1 qui meurt vers 821 et Dumwalart qui dut mourir à la fin du IXe siècle mais qui n’est jamais mentionné comme machtiern. À noter aussi l’importante famille représentée par Riwalt et ses deux fils Framwal et Deurhoiarn.

13 Voir ici l’article de L. Fleuriot, « Un fragment en latin de très anciennes lois bretonnes armoricaines du VIe siècle », dans Annales de Bretagne, t. 78, 1971, p. 601-660.

14 CR no CVI : cet acte précise que l’abbé de Redon perçoit les droits de tonlieu sur l'Oust à Balrit parce que cette prérogative a toujours appartenu au machtiern de Bains.

15 Le mot foresta n’est pas employé uniquement pour le fisc du roi breton, on le retrouve aussi expressément à propos des machtierns, ainsi dans la zone des landes de Lanvaux, autour de Pleucadeuc, ce qui permet des comparaisons intéressantes avec les rois gallois. À propos des droits sur les transactions payés aux machtierns, en 834, à Carentoir, Uinhoiarn ne se contente pas de payer une somme de treize sous à Riscant pour l'achat de la terre de Ran Commarch, il verse également dix deniers à son machtiern Ratuili qui a présidé à l’élaboration du contrat.

16 Ermold Le Noir, Poème sur Louis le Pieux, éd. E. Faral, Les Belles Lettres, p. 105.

17 C. Duhamel-Amado, « L’alleu paysan a-t-il existé en France méridionale autour de l’an mil ? », dans R. Delort, La France de l'an mil, Paris, 1990, p. 142-161.

18 C. Lauranson-Rozaz, L’Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan), du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 1987.

19 Le ran est très présent dans le bassin de l’Oust. La toponymie actuelle témoigne de l’existence de nombreux ran en Bretagne méridionale, par contre les traces de ce terme sont très rares dans le reste de la Bretagne. Il semble que le ran corresponde à une réorganisation volontaire des terroirs. Que cette structure ait eu un lien avec des obligations militaires et fiscales est tout à fait possible, sur ce point notre ouvrage Naissance de la Bretagne, op. cit., supra n. 2 p. 131. Par ailleurs, le ran, estimé à quatre muids d’ensemencement, correspond à une superficie réellement cultivée très réduite, ce qui montre F importance de l’élevage. Sur ces ran vivent des colons ou des esclaves dont le nom apparaît parfois dans notre documentation.

20 L’anthroponymie peut s’appuyer sur plus de 2000 noms. Les noms propres sont formés de deux manières, soit il s’agit d’un nom non décomposable qui se transmet de génération en génération comme dans les familles carolingiennes, ainsi les noms de Fomus, Miot ou Moeni sur la paroisse de Ruffiac. Soit il s’agit d’un nom formé de deux éléments pris dans les ascendants maternels ou paternels. Ce schéma patronymique, qui se retrouve dans l’aristocratie mérovingienne, a eu un grand succès chez les Bretons. Il est bien visible dans l’anthroponymie de la famille machtiernale de Ruffiac : à chaque génération on retrouve les éléments Iarn (Iarnithin, Iarnuuocon), Uili (Uuorbili, Ratuili) ou encore cal (Catuueten, Catloiant) mais se voit aussi dans l’aristocratie inférieure : Ricun a pour fils Iarncun (CLXXXII), UUoretic a quatre fils : Anauran, Uuorblon, Haethlon et Iudwallon (CLXVI).

21 Certains majores sont peut-être de simples intendants ruraux, d’autres par contre exercent une charge publique et prélèvent des taxes. Les scabini appelés aussi boni viri sont nombreux dans le cartulaire de Redon. À noter aussi les liens entre cette aristocratie inférieure et le clergé. Ce clergé breton a été bien étudié par Wendy Davies : W. Davies, « Priest and rural communities in the ninth century », dans Études celtiques, t. XX, 1983, p. 177-197.

22 Une paroisse comme Ruffiac, à l’ouest de Redon, correspond à quatre communes actuelles. L’estimation de la population est rendue possible par le recensement des noms mentionnés dans les actes du cartulaire : plus de 300 noms sur moins d’un siècle. Certains lignages sont représentés par 6 à 8 personnes.

23 Arthuiu est mentionné dans plusieurs actes du cartulaire de Redon : CLXXXIII, CLXXXVI, CVI, CLXXXV, XXIX. Fait très intéressant, la généalogie d’Arthuiu nous est donnée par l’acte CLXXXIV, ce qui confirme bien l’ascendance aristocratique du personnage.

24 Voir ici F. Falchun, Perspectives nouvelles sur l'histoire de la langue bretonne, Paris, 1981. La prépondérance de la documentation hagiographique dans la connaissance du très haut Moyen Âge breton a amené à exagérer le caractère brittonique du haut Moyen Age armoricain. Sur le plan du peuplement, il faut d’abord souligner après les travaux de F. Falchun, L. Fleuriot et B. Tanguy que les Bretons ne sont pas arrivés dans un pays désert. Le substrat gaulois ou gallo-romain est resté important, la population bretonne d’origine insulaire n’ayant été prépondérante que dans les zones littorales. Sur le plan des structures agraires, il est très frappant de voir qu’après la crise du IIIe siècle, crise bien visible sur le plan archéologique avec la destruction des villae gallo-romaines, il y a une remontée de l’élément indigène avec une organisation du peuplement qui rappelle par certains côtés le Second Âge du fer.

25 Par delà la distinction traditionnelle entre Haute et Basse Bretagne, il ne faut pas négliger l’opposition entre le sud et le nord du territoire bretonnant. Il y a une grande différence entre le nord de la péninsule où le cadre territorial de la civitas a éclaté en plusieurs pagi et où l’influence insulaire était certainement beaucoup plus forte et le sud où les limites de la cité des Vénètes ont résisté à l’immigration bretonne (si l’on excepte le cas de la presqu’île guérandaise). En Vannetais, les paroisses en plou sont peu nombreuses (concentrées au sud-ouest, zone incontestablement beaucoup plus brittonique) et semblent proches de ce que l’on voit en Anjou et dans le Maine. Sur le plan de la pratique juridique, on sent très bien dans les actes du cartulaire de Redon l'influence du code théodosien. Les relations que la Bretagne a entretenues avec le bassin de la Loire et surtout avec l’Aquitaine expliquent cette influence.

26 Il est vraisemblable que les princes bretons tentèrent de ressusciter ici le cadre des anciennes cités gallo-romaines, cependant nous ne savons pas s’ils y parvinrent dans le nord de la péninsule où la dislocation territoriale était bien avancée. Sous le gouvernement de Nominoé, il existe un comte de Poher, Riwallon, dont le ressort territorial correspondrait selon Hubert Guillotel à la Cornouaille et au Poher (A. Chedeville, H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, op. cit., supra n. 2, p. 232). Pendant le règne de Salomon, une notice du cartulaire de Redon du 14 septembre 868 (no CCLVIII) mentionne quatre comtes : Rivelen, frère de Salomon dont un hymne en l’honneur de saint Guénolé de Landévennec précise qu’il était comte de Cornouaille, Pascuueten qui était comte de Vannes, Bran et Moruueten dont nous ne savons rien.

27 Sous le gouvernement de Nominoé, nous connaissons quatre missi : Dreuuallon (C.R. no CXXIV), Haldric (CR no CXCII), Jouuion (CR no CLXXX), Riuuoret (CR no CVI), Litoc (CR no CXI). Sous le gouvernement de Salomon apparaissent Loiesuuoret (no LXXXVII), Litoc (no CXXXIX et CL), Hirdan (no CCXXV) et Uunic (no CCLIII).

28 Un acte de 908 (no CCLXXIX) montre que le comte Tangui, gendre d'Alain le Grand, et son filleul Rudalt, fils d’Alain, se partageaient la paroisse d’Elven. On peut penser que la famille de Pascuueten et d’Alain le Grand possédait à titre héréditaire le machtiernat sur cette vaste paroisse située à une quinzaine de kilomètres de Vannes. L’exemple de Pascuueten montre d’ailleurs que les comtes pouvaient être nommés dans les territoires où se trouvait leur patrimoine familial. Par ailleurs, comme l’a proposé Mme Quaghebeur (Comté de Poher et terre de Cornouaille. Mémoire et pouvoirs, thèse dactylographiée, 1994), Gradlon, avant de recevoir un commandement en Cornouaille, a pu être au départ machtiern à Guer.

29 CR no CXCVI. On peut penser que les expéditions franques amenèrent d’autres machtierns à se mettre sous la dépendance de l’empereur.

30 CR no CVII (839-844).

31 CR no CCLVI : et commendavit Salomon Aourken tiranissa...

32 CR no CXCV. Il semble que l’abbaye de Redon se soit constituée par des bienfaits une clientèle aristocratique.

33 CR no CCLXXIV.

34 Nous savons en particulier qu’il existait des alleutiers francs dans le nord du Nantais, à Lusanger et à Derval. Les actes CCXXV, CCXXVI, CCXXVII, CCXXXI concernent une femme franque nommée Austroberte qui eut une descendance de ses deux époux : Agenhart et Uuandefred. Ces actes ont été bien étudiés par J.M.H. Smith, Province and Empire, Carolingian Britanny, op. cit., supra n. 2, p. 38-39. D’après la Chronique de Nantes, Lambert II, écarté du comté de Nantes qu’avait tenu son père, vint porter secours aux Bretons attaqués à l’improviste par le comte Renaud en 843. Lambert devait donc disposer de soutiens dans le Nantais. Toujours d’après la Chronique de Nantes, Lambert aurait été élevé en Bretagne, sa famille devait aussi pouvoir compter sur quelques fidélités à l’intérieur du territoire breton.

35 L’article de J.-C. Cassard est ici essentiel, « La guerre des Bretons au haut Moyen Age », Revue historique, no 1, 1986, p. 3-27.

36 Réginon de Prüm, Chronique, année 860, trad. J.-C. Cassard. On retrouve un autre exemple de la hardiesse bretonne dans Ermold Le Noir, Poème sur Louis le Pieux, op. cit., p. 128-129, en particulier cette tactique qui consiste à fuir pour revenir courageusement sur l’ennemi. Cette tactique fut encore utilisée par les Bretons de l’armée du duc Guillaume lors de la bataille d’Hastings.

37 La guerre coûte cher. Plusieurs chevaux étaient nécessaires. S’y ajoute un armement avec javelot, épée. Les combattants devaient aussi disposer d’une armure. Sur plusieurs sites archéologiques, en particulier Castel Cran et Alet, des tronçons d’armes tranchantes ont été découverts mais la datation n’est pas très sûre. À plusieurs reprises, par contre, l’abbé de Redon doit faire face à un véritable chantage de la part d’hommes de guerre incapables de faire face au coût d’un armement. Sous la menace, Conuuoion donne cinq sous à Hingant pour qu’il s’achète une épée : Gesta Sanctorum rotonensium, dom Morice, Preuves, t. 1, col. 238. Risweten, pour sa part, obtient un cheval et une cuirasse d'une valeur de vingt sous. D’après ces données, on peut estimer qu’un cheval représente la valeur d’une exploitation moyenne, c’est-à-dire un ran, ce qui est confirmé par l’acte CLVII.

38 La question des ressources de la monarchie bretonne est une question clef. Les princes bretons se sont efforcés de constituer un fisc royal en s’inspirant du modèle carolingien, mais en utilisant surtout la législation romaine. Les forêts et les gisements miniers ont constitué des points forts. On le voit nettement dans le Craonnais où le prince breton possédait la résidence de Bouchamps à côté d’un gisement aurifère. La résidence princière de Locronan traitait de l’or, mais nous ne savons pas exactement qui résidait ici. Il semble aussi que certains espaces littoraux comme la zone des marais salants de Guérande ont été sous le contrôle royal.

39 L’existence d’une fiscalité directe pesant sur le ran est possible. Sur les quelques indices dont on peut disposer, Naissance de la Bretagne, op. cit., supra n. 2, p. 131-132.

40 Dans le contrat de précaire, l’ancien possesseur pouvait rester l’exploitant, le système était beaucoup plus intéressant que la vente à réméré. Nous disposons de plusieurs exemples de précaires. Ainsi dans un acte de Ruffiac, Uuetenoc donne son alleu appelé Foubleith à Saint-Sauveur : tant qu’il vivra, il tiendra l’alleu susdit, après sa mort, si un de ses enfants lui survit, il continuera à exploiter la terre en payant un cens. Plusieurs actes (CIII, CCXXX, CCXX1I) mentionnent également des bienfaits accordés par l’abbaye. Celle-ci a incontestablement joué un rôle dans l’effort de guerre du royaume breton.

41 Les ventes à réméré sont surtout nombreuses sous le règne de Salomon, signe de la détérioration des conditions de vie des alleutiers. Nous disposons d’un seul exemple dans lequel le vendeur a pu racheter sa terre : CR appendice no 22.

42 Il n’est pas du tout sûr, comme le prétendait La Borderie, que le servage ait totalement disparu au XIe siècle, par contre il y a encore des alleux paysans au XIe siècle et l’emprise seigneuriale a eu du mal à s’imposer. Un acte de 1070 relatif à la fondation du prieuré de Nort-sur-Erdre (Loire-Atlantique) nous montre douze « aloyers » donnant à Marmoutier une terre située au bord de l’Erdre : Dom Morice, Preuves, col. 443 et 452.

43 Les premiers actes concernant la châtellenie de La Roche-Bernard citent quelques fidèles de Bernard : Coquard, Normandeau, Richard. Si on y trouve des noms aux consonnances Scandinaves, les familles sont certainement là depuis au moins trois générations. À Béré, Brient, fidèle du comte de Rennes, est devenu vassal de l’évêque de Nantes Gautier, il dispose aussi d’un groupe de fidèles qui vont être possessionnés dans les territoires d’Ercé, Soudan, Juigné, Erbray et Moisdon qui avoisinent le château de Brient construit autour de 1040.

44 Notre chance est de posséder avec la charte de Louis le Gros, de 1123, une liste de biens qui avaient appartenu à l’église de Nantes au haut Moyen Âge. Sur ce texte : L. Maître, « Étude critique sur la charte de Louis VI le Gros », dans Annales de Bretagne, t. 2, 1887, p. 346-377 ; J.-P. Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1049 », dans Mémoires de la Société d’Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. LXI, 1984, p. 28-82.

45 Pour une étude précise des événements retransmis par les textes : A. Chédeville, H. Guillotel, La Bretagne des Saints et des rois, op. cit., supra n. 2, p. 374-402. Nous avons pour notre part établi un bilan des invasions en mettant en évidence les renseignements fournis par la palynologie : Naissance de la Bretagne, p. 269-283.

46 « Les Normands, voguant par l’océan avec une immense flotte dévastèrent toute la Bretagne ; aussi fuyant par crainte des Normands, les comtes, vicomtes et tous les machtierns se dispersèrent à travers toute la Francia, la Bourgogne et l’Aquitaine », Chronique de Nantes, éd. Merlet, p. 82.

47 Il est significatif de voir qu’à partir de 856, dans les actes de Ruffiac, la place du machtiem Iarnithin II devient plus discrète, la qualité de machtiem n’est plus mentionnée. Son fils Dumuualart, lui, n’est jamais mentionné comme machtiem. Peut-être est-il mort avant son père, mais il est sûr que les machtierns ont eu des descendants et cela sans doute jusqu’au XIe siècle. En 1037, dans la paroisse de Sixt, près de Redon, un personnage nommé Ratfrid fait un don à l’abbaye de Redon ; près de lui se tient Judicaël, fils de Ratuili, or ces noms sont déjà mentionnés au IXe siècle. Un Ratfrid et un Ratuili ont été machtierns au temps de Nominoé.

48 Les moyens utilisés par le roi de Bretagne Salomon sont parfois surprenants : dans l’acte, Roiantdreh, veuve du machtiem de Gillac et d’Augan et sans enfants, décide d’adopter Salomon. La procédure est curieuse mais elle traduit très bien la volonté de renforcement du pouvoir princier en accaparant pouvoirs et terres d’une famille machtiernale, CR no CIX.

49 CR no CXVI. L’origine des vicomtes de Rennes qui allaient donner souche aux Porhoët et aux Rohan est intéressante. Si d’un côté il y a un lignage indiscutablement ligérien. de l’autre il y a une riche famille aristocratique de la région de Ploërmel, sans doute machtiernale, issue d’un Uuethenoc.

50 A. de la Borderie, Cartulaire de l’abbaye de Landévennec, p. 156-158.

51 L. Maître, L'ancienne baronnie de la Roche-Bernard, p. 17.

52 Cart. de Redon, no CCLXXXII.

53 Il n’y a plus de comte de Vannes à partir du début du Xe siècle. Voir ici : A. Chédeville, N.Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, p. 140-178.

54 J. Quaghebeur, Comté de Poher et terre de Cornouaille. Mémoire et pouvoirs, début IXe début XIIIe siècle. Thèse dactylographiée soutenue en décembre 1994 devant l’Université de Paris IV, p. 175 et sq.

55 CR no CCLVI : Aourken se place dans la fidélité de Salomon, c’est encore un moyen pour le roi breton de renforcer son autorité. La femme dans la Bretagne du IXe siècle dispose librement de ses biens. Une femme nommée Cleroc remet tout son héritage à Saint-Sauveur, à savoir les trois ran Liosoc, Penpont et Uuinetmael. Roiantken, temme du machtiern Deurhoiarn, est partie prenante dans cinq chartes. Jamais elle ne mentionne son époux alors que nous savons qu’elle était mariée. Cette liberté est encore prouvée par des exemples curieux de libéralité entre époux.

56 Sur les origines de Châteaubriant : C. Bouvet, « À propos des premiers seigneurs de Châteaubriant aux XIe et XIIe siècles », dans Bull. Soc. Arch. de Nantes, 1986, t. 122, p. 77-107 ; H. Guillotel, « Châteaubriant et les châtellenies bretonnes aux XIe et XIIe siècles », dans Mémoires de la Soc. Arch. de Bretagne, 1989, p. 6-46.

57 Naissance de la Bretagne, p. 359-260.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search