Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Pouvoir et parenté des comtes de la marche hispanique (801-911)

Martin Aurell

Texte intégral

  • 1 M. Zimmermann, « Aux origines de la Catalogne : géographie politique et affirmation nationale », d (...)

1Conquis à la fin du VIIIe siècle, les comtés des Pyrénées apparaissent comme une position avancée de l’Empire carolingien en terre musulmane. Au sud de cette chaîne, ils sont un glacis protecteur arrêtant les armées de l’émirat de Cordoue, mais aussi une tête de pont pour les attaques que les Francs et les Wisigoths mènent contre lui. Cet espace de transition est avant tout une marche militaire. Dans les années 820-850, les annales septentrionales le désignent, d’ailleurs, sous le nom de marca hispanica, non pas pour indiquer un quelconque conglomérat de comtés sous l’autorité d’un seul marquis, mais pour insister sur son rôle frontalier entre la chrétienté et ses marges islamiques (Figure 1)1.

  • 2 Pour notre exposé, nous employons principalement deux ouvrages remarquables qui sont tombés, y com (...)

2Au milieu du IXe siècle, parmi les terres occupées jadis par Charlemagne, seul l’espace situé à l’est des Pyrénées, dans le prolongement géographique de la Septimanie, demeure sous l’autorité de l’empereur, puis du roi de la Francie occidentale. Les comtes qui le régissent ne choisissent donc pas la voie des ancêtres des rois indépendants de Pampelune ou d’Aragon qui rejettent, à l’ouest, toute forme d’allégeance à la royauté franque. Aussi mitigé soit-il, leur loyalisme semble, au contraire, inhérent à la structure politique, institutionnelle et idéologique de la principauté, née au XIIe siècle autour de Barcelone, qu’on commencera alors à appeler « Catalogne ». Employer toutefois ce dernier terme et ses dérivés pour le IXe siècle, comme l’ont fait la plupart des historiens catalans, est anachronique. Cela présuppose une conception téléologique de l’histoire, excusable certes dans le contexte d’affirmation nationale qui caractérise la Catalogne depuis le XIXe siècle, mais qu’il convient désormais de bannir2.

  • 3 Sur le plan méthodologique, ces pages sont largement tributaires de l’ouvrage de R. LeJan, Famille (...)
  • 4 Cf. A. de Fluvià, « La qüestió de l’ascendència del comte Guifre I el Pelós », dans Revista de Cat (...)

3Au IXe siècle, les pays (pagi) de la marche sont gouvernés par des membres de la haute aristocratie franque ou wisigothique, nommés par le roi, qui les contrôle d’une façon plus ou moins étroite en fonction des aléas de son propre pouvoir. Les plus importants de ces personnages, ceux qui s'intègrent davantage dans le tissu social de la région, appartiennent à deux grands complexes familiaux ou cousinages (Sippen)3, que nous présenterons successivement. Il s’agit, d’une part, des Guilhemides, descendants de saint Guilhem de Gellone (Ϯ 812), duc de Toulouse, et, d’autre part, des parents de Sunifred Ier (Ϯ848), comte de Barcelone, appelés ici Bellonides, du nom de Bellon (Ϯ812), comte de Carcassonne, vraisemblablement son père4. Les premiers tiennent le haut du pavé jusqu’au années 840, où ils sont remplacés par les seconds à la tête des comtés de la marche.

4Au jour le jour, les choix politiques des uns et des autres répondent assurément au pragmatisme : ils sont déterminés par des stratégies familiales dont le but premier est d’augmenter leur influence, leur clientèle ou leur patrimoine. Ils ne paraissent pas moins conditionnés, à long terme, par deux partis, obéissant à des attaches idéologiques ou à des origines ethniques que les études de Ramon d’Abadal ont bien mises en valeur. En simplifiant à l’extrême, on pourrait opposer les « Francs », qui participent personnellement à la vie politique de la cour royale, qui cherchent à obtenir des terres et des charges dans le nord de l’empire et qui préconisent la lutte à outrance contre l’islam, aux « Goths », profondément enracinés en Septimanie et dans la marche, partisans plutôt de la coexistence pacifique avec les musulmans et fidèles au détenteur légitime de la dignité royale. Les luttes et les alliances des élites aristocratiques, membres de l’une ou de l’autre faction, expliquent le devenir politique de ces régions lointaines, traversées par des forces centripètes ou centrifuges qui les approchent ou qui les écartent de la royauté carolingienne.

Les Guilhemides (801-844) : du gothicisme à la francophilie

5L’entente entre les Francs austrasiens et une partie de l’aristocratie gothique date du règne de Pépin le Bref. Les Wisigoths refoulés dans le Midi par l’invasion arabo-berbère se rapprochent alors du nouveau roi. Deux raisons semblent expliquer cet abandon de l’hostilité atavique des membres de la population hispano-gothique à l’encontre des Francs : d’une part, le bon accueil que ces derniers leur réservent, les indemnisant des terres que les musulmans leur ont arrachées par des apprisions, et, d’autre part, l’éviction des Mérovingiens, famille traditionnellement hostile à Tolède, par les Pippinides. En 752, les juges goths de Septimanie se donnent ainsi à Pépin le Bref qui prend, avec leur aide, Narbonne et son arrière-pays aux Arabes. La collusion entre les nouveaux rois francs et les Wisigoths transparaît, par exemple, dans les liens des Pippinides avec la famille de Witiza, dont le père est nommé comte de Maguelonne ; Witiza devient Benoît d’Aniane, qui entreprend, auprès de Charlemagne et de Louis le Pieux, la réforme du monachisme occidental.

  • 5 Pour ces événements, cf. J. M. Salrach, El procès..., op. cit., supra n. 2,1.I, p. 5-20, et, en pa (...)

6Après la Septimanie, les terres pyrénéennes et subpyrénéennes tombent, grâce encore à l’étroite collaboration entre les Hispani et les cadres militaires francs : en 767, le Roussillon est conquis ; en 785, Gérone se donne aux troupes de Charlemagne, avec les pagi de Besalù, Vallespir, Peralada et Empùries. La conquête de Barcelone, dont les habitants semblent être en bons termes avec la garnison musulmane, est bien plus difficile : la cité se rend à Pâques 801, après un long siège d’une année5. Cette ville sera, des siècles durant, la plus méridionale de la marche, tandis qu’échouent les tentatives d’établir la domination impériale jusqu’à l’Ebre.

Les descendants de Khunegunda : entente avec les autochtones et les musulmans

7Le gouvernement de Barcelone échoit, tout naturellement, à Bera Ier, fils de Guilhem de Gellone, duc de Toulouse, qui en a organisé le siège avec le roi Louis d’Aquitaine (Figure 2). À la direction du comté de Barcelone, Bera Ier ajoute celui de Rasès-Conflent à partir de 806 et celui de Gérone en 812. Gaucelme, déjà comte de Roussillon et Vallespir, son demi-frère, reçoit à l’époque Empùries. Cette politique de concentration territoriale, par laquelle un seul personnage reçoit plusieurs comtés, s’explique aisément dans un contexte frontalier : l’empereur veut renforcer les autorités locales, qui doivent prendre des décisions rapides face à une attaque musulmane et coordonner la riposte à l’émirat de forces militaires dispersées dans un vaste conglomérat de pagi.

  • 6 « Bera Ier, comte de Barcelone, et ses descendants. Le problème de la juridiction comtale », Confl (...)
  • 7 J. M. Salrach, El procès..., op. cit., supra n. 2, t. I, p. 41. Pour les développements qui suiven (...)

8Les études de Pierre Ponsich ont bien cerné le milieu familial de Bera Ier. Il s’agit du fils aîné de Khunegunda, une Wisigothique, première épouse de Guilhem6. Ermold le Noir, dans son poème à la gloire de Louis le Pieux, insiste sur ces origines ethniques, le présentant comme un Goth. Bera Ier est, en effet, profondément attaché à ses racines, comme il ressort du nom de Guilhemund qu’il donne a son fils, forme gothique par le suffixe « - und » de Guilhem, l’anthroponyme du saint fondateur du cousinage. Il se manifeste aussi dans sa politique à l’égard de l’islam, teinte de ce même esprit de collaboration qui avait permis aux arabo-berbères, appelés par des factions aristocratiques révoltés contre le roi des Goths, d’envahir la péninsule. Pour Josep M. Salrach, « Bera Ier a vite fait de devenir le porte-parole d’un parti qui prône la formalisation de relations pacifiques avec al-Andalus comme meilleur moyen de coexister »7. Cette recherche d’un pacte de non-agression se retrouve dans la démarche qu’il effectue auprès de l’empereur à Aix-la-Chapelle en 811 : l’année suivante, Charlemagne passe une trêve de trois ans avec l’émir de Cordoue.

  • 8 Sur l’action des Banu Qasi en haut Aragon, cf. C. Laliena, P. Sénac, Musulmans et chrétiens dans l (...)

9Bera mène-t-il plus loin sa fidélité au gothicisme politique et entre-t-il dans la dissidence ? Nous savons qu’en 817, le programme d’unification à outrance, que Louis le Pieux vient de proclamer dans l'Ordinatio imperii, pousse le comte de Pampelune et d’Aragon vers l’irrédentisme. Aidé par les Banu Qasi, maîtres muwallads (hispano-gothiques convertis à l’islam) de la haute vallée de l’Ebre, Inigo Arista, seigneur de Pampelune, expulse les représentants de l’empereur et place à la tête de l’Aragon l’un de ses fidèles au détriment du comte nommé par les Carolingiens8. Ces événements, qui se déroulent à l’ouest de ses comtés, influencent peut-être Bera, pris de velléités insurrectionnelles. Quoi qu’il en soit, en 820, le comte de Barcelone est accusé par le parti francophile d’avoir voulu préserver l’autonomie de la marche et de se rapprocher des musulmans ; il est rappelé à Aix, où il est battu au cours d’un duel judiciaire qu’il engage à cheval et au javelot à la façon des Goths. Il est exilé à Rouen où il meurt en 844.

10Resté à Barcelone, son fils Guilhemund s’engage bien plus ouvertement dans le gothicisme politique. En 826, il participe à la révolte des garnisons autochtones de la région de Vic contre les Francs. Il compte sur l’appui de ‘Aysun, fils de Sulayman al-Arabi, jadis wali de Barcelone, qui obtient l’aide des armées de Cordoue. Même si Barcelone et Gérone résistent aux troupes du général Abu Marwan, Vic et son arrière-pays échappent à la domination chrétienne. L’apport des guerriers envoyés par Aix, sous la conduite d’Hugues de Tours et de Matfrid d’Orléans, permet de refouler les Arabes. Les Francs doivent en partie leur succès au soutien qu’ils rencontrent sur place de la part de Bernard de Septimanie, un autre des fils de Guilhem de Gellone, sur lequel nous reviendrons longuement.

  • 9 R. d’arrabal, Elsprimers comtes..., op. cit., supra n. 2, p. 229.
  • 10 Ce rôle de la femme dans les choix idéologiques des siens ne va pas sans rappeler qu’elle est souv (...)

11Leur victoire met fin à la collaboration d’une partie de l’aristocratie autochtone avec l’émirat. C’est à ce titre que Ramon d’Abadal la présente comme la « liquidation définitive du gothicisme politique9 », qu’incarnaient Bera Ier et son fils Guilhemund, descendants de Khunegunda, l’épouse wisigothique de saint Guilhem. Par sa mère, ces Goths sont apparentés aux plus grandes familles locales. La matrilinéarité rend en grande partie compte de leurs options politiques indigénistes face à l’uniformisation préconisée par Louis le Pieux et son entourage10.

Les fils de Witburge : combat de l’islam et sécessionisme

  • 11 Cf. G. Bührer-Thierry, « La reine adultère », dans Cahiers de Civilisation Médiévale, 1992, p. 299 (...)

12Né du second mariage de Guilhem avec la Franque Witburge, Bernard de Septimanie est le demi-frère de Bera Ier, dont il ne partage assurément pas les choix idéologiques. En 826, Louis le Pieux, qui l’a porté sur les fonts baptismaux, le met à la tête des comtés de Barcelone et de Gérone pour qu’il mate la révolte de Guilhemund et de ‘Aysun. Parvenu à ses fins, il accroît l’estime à son égard de l’empereur qui en fait, selon Nithard, « le duc de Septimanie ». Avec son frère Gaucelme, comte de Roussillon, il attribue les comtés et vicomtés de la marche à des Francs de souche. Il est ensuite appelé à Aix où, proche de la reine Judith, il devient chambrier du roi et précepteur de Charles le Chauve11. La révolte des trois fils de Louis le Pieux, au cours de laquelle son frère Héribert est aveuglé, l’oblige à repartir vers le sud.

13Il aura cependant vite fait d’abandonner sa fidélité envers l’empereur. En 833, il passe dans le camp de Pépin Ier d’Aquitaine, dont il attise l’insurrection : son frère Gaucelme et sa demi-sœur Gerberge sont exécutés à Chalon-sur-Saône, où ils l'ont soutenu. Un arrangement met toutefois fin à ce nouveau conflit. En 835, au cours de l’assemblée de Crémieux, Louis le Pieux remet Bernard à la tête d’une grande partie de la marche de Septimanie. À cette occasion, un bon lot de comtés pyrénéens est, par ailleurs, attribué aux Bellonides, qui entrent ainsi en force sur la scène politique : Sunifred Ier, Oliba Ier, Sunyer et Alaric, frères ou cousins, voient alors récompensée leur fidélité au comte Bérenger de Toulouse (Ϯ835), ennemi déclaré de Bernard de Septimanie lors de sa récente révolte contre l’empereur. Ce cousinage, qui doit encore partager le gouvernement de l’espace pyrénéen avec le fils de saint Guilhem, est promis à un brillant avenir.

  • 12 L. Malbos, « La capture de Bernard de Septimanie », dans Le Moyen Age 1970, p. 5-13.

14C’est de façon maladroite que Bernard dirige désormais la Septimanie et la marche hispanique. Il galvanise contre sa personne le mécontentement de l’aristocratie gothique. En 838, à l’assemblée de Quierzy, il est ouvertement contesté ; l’empereur doit envoyer des missi dans les régions pyrénéennes pour rétablir dans leurs droits les aristocrates lésés par le duc. Au cours des années suivantes, tandis que les héritiers de Louis le Pieux s’entredéchirent, Bernard mène avec versatilité une politique personnelle, dont le but est de détacher à son profit un bon nombre de comtés de leur domination. C’est entre les terres de ses ancêtres en Bourgogne et la cour du roi d’Aquitaine à Toulouse qu’il met sur pied ses projets sécessionnistes. Ayant joué la carte de Pépin II, il est dépossédé du comté de Toulouse par Charles le Chauve en 842 et décapité en 84412.

15Son fils Guilhem, destinataire du célèbre manuel que rédige pour lui sa mère Dhuoda, poursuit son combat auprès du roi d’Aquitaine. En 848, il s’empare des comtés d’Empùries et de Barcelone, au détriment des Bellonides Sunifred Ier et Sunyer Ier, tués sans doute dans ce combat. En dépit de son alliance passagère avec Abd al-Rahman II (Ϯ852) et Sanche Sanchez de Gascogne, il ne tient pas longtemps face à Aleran de Troyes, fidèle de Charles le Chauve. Il est son tour exécuté en 850. La trace de Bernard, de Guilhem et des leurs s’efface de la péninsule. Les Bellonides reprennent leur héritage.

16Comme pour l’autre branche des Guilhemides, celle de Bera Ier et de Guilhemund, les choix idéologiques de Bernard de Septimanie et de son fils ont été conditionnés par l’éducation et par les amis et clients qu’ils ont reçus de leur mère. La Franque Witburge pousse ses enfants au devant de la scène politique de l'empire ; Bernard, personnage influent de la cour, devient le chambrier de Louis le Pieux et de Judith, puis le conseiller de Charles le Chauve, dont il était jadis le précepteur. Il passe ensuite dans le camp de Pépin d’Aquitaine, pensant se constituer une vaste principauté territoriale dans le Midi. Ses frères et enfants s’engagent dans cette aventure incertaine, où ils perdent, au bout du compte, tout. Hostile au gothicisme de son demi-frère, Bernard est à bien des égards l’héritier politique de sa mère. La matrilinéarité est de mise dans l’aristocratie du IXe siècle, où la parenté suit un schéma bilatéral d’après lequel les cognats valent autant que les agnats.

Les Bellonides : du légitimisme à l’hérédité des charges

  • 13 R. d’Abadal, « La Catalogne sous l’empire de Louis le Pieux », dans Études roussillonnaises, 1957, (...)
  • 14 R. d’Abadal, Els diplomes carolingis a Catalunya, Barcelona, 1952, t. II, p. 332-334 (25 I 843).

17En 834, Bérenger de Toulouse obtient la destitution de Gali Asnar, comte d’Urgell et de Cerdagne, qui, support du parti impérial de Lothaire, a naguère usurpé les comtés de Pallars et Ribagorça. La fidélité du comte de Toulouse envers Louis le Pieux et Charles le Chauve est sans faille. Il appartient, en effet, au parti « légitimiste », proche de Judith et de Charles le Chauve qu’il voudrait voir devenir roi de la Francie occidentale, face aux « unitaristes », partisans de l’application de l'Ordinatio imperii en faveur du seul empereur Lothaire qui tente de conserver intégralement l’héritage de Louis le Pieux, et face aux « régionalistes », amis de Pépin d’Aquitaine, favorables à un démembrement important de l’empire carolingien. Bérenger protège alors l’un de ses fidèles, Sunifred Ier, frère probable du comte Oliba Ier de Carcassonne (Ϯ837), issu d’une famille de l’aristocratie gothique pyrénéenne, en délicatesse avec Bernard de Septimanie13. Il demande à Louis le Pieux, qui vient de retrouver sa place au sommet de l’empire, de mettre son homme à la tête des comtés de Gali Asnar, démis de ses fonctions. Sunifred Ier devient ainsi comte d’Urgell et de Cerdagne. Il fait preuve ensuite de loyauté à l’égard de Charles le Chauve qui le récompense, neuf ans plus tard, avec plusieurs villae pyrénéennes par un précepte daté de Saint-Vaast d’Arras14.

Montée d’une famille autochtone

18Dans les années 840, d’autres ennemis anciens de Bernard de Septimanie, les petits-enfants de Khunegunda, membres de sa belle-famille, reviennent sur la scène politique. Argila, fils de Bera Ier, est nommé par le roi comte de Confient et Rasés ; son fils Bera II devient comte de Confient. Cette branche des descendants de saint Guilhem, qu'on aurait pu croire politiquement anéantie depuis l’insurrection de Guilhemund et de ‘Aysun, ressuscite de la sorte.

  • 15 Ibid., t. II. p. 335-337 (19 V 844).

19Mais ce sont surtout les Bellonides qui se taillent la part du lion dans la liquidation de l’héritage de Bernard de Septimanie. Le prestige de Sunifred Ier sort, en effet, grandi des derniers événements. L’été 841/842, il arrête, en Cerdagne, l’armée émirale menée par le général Musa ibn Musa. Pour prix de son succès et de son loyalisme, il reçoit, en mai 844, la quasi-totalité des comtés de Bernard, récemment décapité. Il porte désormais le titre de marquis15, qu’il faut interpréter dans son acception militaire de défenseur de frontière. Son gouvernement est toutefois de courte durée : il meurt en 848, alors que son frère Sunyer Ier, comte d’Empùries-Roussillon, perd sa charge, tout comme Bera II, comte de Rasès-Conflent. Fort vraisemblablement, ils sont exclus de leur fonction au cours de la révolte de Guilhem, fils de Bernard de Septimanie, qui met provisoirement la main sur leurs honneurs.

20Une fois l’insurrection de Guilhem matée, Charles le Chauve confie les comtés méridionaux à des Francs de son entourage, membres du premier cercle de l’aristocratie impériale. Odalric (852-857), puis Unifred, son demi-frère (857-864), se succèdent dans leur gouvernement. Mais tentés par le « régionalisme », ils le trahissent à tour de rôle, s’unissant à Pépin II d’Aquitaine. Un dernier personnage, Bernard de Gothie occupe ces pays jusqu’en 878 : ce membre du grand cousinage franc des Rorgonides, fortement implantés en Poitou, est trop souvent absent des terres pyrénéennes, auxquelles il préfère les intrigues fomentées par Boson (Ϯ887), beau-frère de Charles le Chauve, ou par Bernard Plantevelue (Ϯ886), autre fils de Bernard de Septimanie, qui deviendront respectivement un jour roi de Provence et duc d’Aquitaine.

21À la suite de cette expérience malheureuse, le roi de Francie occidentale comprend que ses intérêts convergent avec ceux des familles locales de Septimanie et de la marche. Il connaît leur « légitimisme », bien moins ambigu que celui de la haute aristocratie franque, toujours prête à pactiser avec le plus offrant et à se révolter contre la royauté. Il est prêt à donner aux Bellonides un second souffle politique. Il fait d’autant plus confiance aux enfants de Sunifred Ier que leur cousin Oliba II, comte de Carcassonne, à la loyauté inébranlable, joue un rôle important dans son entourage. Déjà en 870, à l’assemblée d’Attigny, le roi cède à Guifred Ier et à Miron Ier, fils de Sunifred Ier, les comtés d’Urgell et Cerdagne. Son intuition sur l’attitude ambiguë de la grande aristocratie septentrionale et sur la loyauté des autochtones s’avère exacte. À partir de 876, en effet, Bernard de Gothie prend les armes contre l’archevêque Frotaire de Bordeaux, puis contre Charles le Chauve lui-même en proie à une révolte généralisée. Le roi meurt l’année suivante en Maurienne, alors qu’il revient en toute hâte d’Italie pour combattre ses détracteurs.

22Son fils Louis le Bègue (877-879), allié provisoire de Bernard Plantevelue, parvient à écraser Bernard de Gothie dont les biens sont distribués au concile de Troyes (878) : les frères Guifred Ier et Miron Ier, qui ont combattu le comte déchu, sont alors mis à la tête de Barcelone, de Gérone, de Vie et du Roussillon. Ils confient à leur frère Radulf le comté de Besalù et Gérone à Dela, leur beau-frère. Les assemblées d’Attigny et de Troyes portent ainsi au sommet de la marche Guifred Ier et les siens, récompensés pour leur légitimisme à toute épreuve.

  • 16 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d’une (...)

23Après une longue éclipse, qui datait de 848, année de la mort de Sunifred Ier, cette parentèle occupe encore le devant de la scène politique. Son retour en force intervient au bon moment, à savoir celui où l’hérédité commence à s’instaurer dans certains comtés. C’est la grande chance des enfants de Sunifred Ier qui s’approprient collectivement les attributions d’une charge dont ils ne peuvent, théoriquement, jouir qu’à titre viager. Les nouveaux comtes concentrent, en outre, leurs efforts dans la reprise des pagi de Vic, Bages et Berguedà, désertés à la suite des razzias musulmanes depuis la révolte de Guilhemund. Ils encouragent donc le mouvement migratoire qui, depuis les Pyrénées à forte concentration démographique, repeuple ces plaines du sud16.

  • 17 Anno quod obiit Karolus imperator, [Christo] regnante, rege expectante, Histoire générale du Langu (...)
  • 18 R.-H. Bautier, « La prétendue dissidence de l’épiscopat catalan et le faux concile de Portus de 88 (...)

24Leur légitimisme, leur attachement à la famille qui descend directement de Charlemagne, est tel qu’ils distendent provisoirement leurs liens avec la royauté alors que le comte Eudes, un Rupertien, est élu à la mort de Charles le Gros (Ϯ888). Au lendemain de son intronisation, ils datent, en effet, leurs documents, non plus d’après les années du roi de France comme par le passé, mais d’après « l’année que mourut l’empereur Charles, sous le règne du Christ, en l’expectative d’un roi17 ». Toutefois, la situation s’arrange progressivement comme le prouve aussi bien la mention de « l’empereur Eudes » dans la datation des documents à partir de 890, que le voyage qu’entreprend le comte Sunyer II d’Empùries, cousin de Guifred Ier, pour manifester son allégeance au nouveau roi à la cour d’Orléans en juin 88918. La fidélité des Bellonides au roi de Francie occidentale, en l’occurrence étranger à la famille des Pippinides, retrouve ses accents d’antan.

25Les temps sont néanmoins à l’hérédité des charges comtales et à l’émergence des principautés territoriales. À la mort de Charles le Gros, Louis l’Aveugle, Arnulf ou Bérenger prennent respectivement la Provence, la Germanie et l’Italie. Les Bellonides, qui comptent accaparer désormais les comtés de la marche au profit de leurs héritiers, n’agissent pas autrement. En 897, les parents de Guifred Ier, mortellement blessé dans un combat contre Lubb, seigneur musulman de Lérida, entérinent cette situation de fait en conservant ses charges dans leur cousinage. Depuis le XVIe siècle, les historiens catalans insistent beaucoup sur cette décision, qu’ils tiennent parfois pour une rupture irréversible à l’égard de la royauté carolingienne, pour une proclamation ouverte de l’indépendance « nationale ».

  • 19 R. d’Abadal, « Un gran comte de Barcelona preterit : Guifré Borrell (897-911) », dans Cuadernos de (...)
  • 20 L. Halphen, Charlemagne et l'empire carolingien, Paris, 1968, p. 420 : M. Bloch, La société féodal (...)

26Une telle vision des choses est — l’on s’en doute — inexacte. En juin 899, deux années à peine après la mort de Guifred Ier, dont il est le fils aîné, Guifred II Borrell se rend à Tours-sur-Marne pour prêter serment à Charles le Simple (898-922), récemment intronisé19. Sa succession aux comtés de son père s’inscrit certes dans une logique ancienne de privatisation et de patrimonialisation ; elle est derechef rendue possible par l’extension des réseaux de clientèle des Bellonides qui distribuent parmi les guerriers hispano-gothiques la plaine de Vic récemment conquise. Mais elle ne rompt pas de façon radicale les ponts avec la royauté. Elle se comprend plutôt dans la logique du capitulaire de Quierzy (877), par lequel Charles le Chauve permet, sous son étroit contrôle et à titre provisoire, l’hérédité des charges pour les enfants de quelques comtes particulièrement fidèles20. Le légitimisme sans faille des Bellonides explique, en partie, leur succès : trop souvent absents du Midi, les Carolingiens savent qu’ils peuvent déposer leur confiance dans cette famille. Ils la favorisent au-dessus des autres.

Hypergamie et endogamie21

  • 21 Ce chapitre reprend essentiellement M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (...)

27Les stratégies matrimoniales rendent également compte de l’ascension des Bellonides, nobles de second rang de l’aristocratie gothique, parvenus en quelques décennies au sommet de la hiérarchie des pouvoirs. Leur succès s’explique par une politique matrimoniale orientée à établir des liens durables avec les descendants de Guilhem de Toulouse et de Khunegunda (Figure 3). Le fils de Bellon, Alaric, comte d’Empúries-Peralada en 842, épouse Rotruda, fille de Bera Ier et sœur de Guilhemund, le responsable de la révolte gothiciste de 826. De cette union naît une fille, Ridlinda, qui est encore donnée à un Bellonide : elle est mariée à son propre cousin germain Radulf (878-920), fils de Sunifred Ier et neveu d’Alaric. Dans la terminologie de l’anthropologie structurale, il s’agit ici d’un mariage entre cousins parallèles ; le bouclage consanguin intervient dès la première génération, au second degré du comput germanique. Cette pratique, incestueuse au regard du droit civil et ecclésiastique, soude étroitement les deux familles.

28Dans un monde où les « donneurs de femmes » sont supérieurs aux « preneurs », les enfants et les petits-enfants de Bellon réalisent, avec le mariage de Rotruda et d’Alaric, une bonne opération. Au cours des années 840, la branche aînée des Guilhemides retrouve, en effet, une place privilégiée dans l’échiquier politique de la Septimanie : Argila, second fils de Bera Ier, devient comte de Confient, charge qu’il transmet à son fils Bera IL Alors qu’ils retrouvent la grâce du roi, les descendants de Khunegunda continuent de jouir d’un prestige considérable auprès des nobles goths dont ils ont défendu les options politiques par les armes.

29Par contraste avec leur prestigieux ancêtre, Bellon n’était, autour de 800, que le modeste détenteur de quelques alleux dans le Confient d’où il était probablement issu. Cet autochtone, aux origines discrètes, favorisé probablement par saint Guilhem, alors duc de Toulouse, et ses enfants font preuve d’une fidélité constante à l’égard des rois francs auxquels ils doivent tout. En revanche, Bera Ier et les siens, en connivence avec les cadres islamiques, ont mené une politique plus hispaniste que franque. À la suite de ces mariages, la fidélité aux Carolingiens incarnée par Bellon et l’attachement à la tradition wisigothique de Bera Ier se trouvent inextricablement mêlés. C’est dire tout l’intérêt politique que les Bellonides peuvent tirer de cette alliance.

  • 22 J.-M. Salrach, « El Comte Guifré de Besalù i la revolta de 957. Contribuciô a l’estudi de la Noble (...)

30Il en va de même avec le mariage qui unit Anna, fille d’Alaric et Rotruda, à Esteve, juge issu d’une famille vicomtale d’origine gothique, enracinée dans le pays de Narbonne et en Roussillon où ses ancêtres figurent parmi les plus grands apprisionnaires d’origine gothique22 : ce couple jouit de la faveur royale comme le prouve la confirmation que Charles le Simple leur accorde, en 899, de la pleine propriété de tous leurs nombreux alleux éparpillés en Septimanie et dans la marche. Ces stratégies matrimoniales apportent aux Bellonides les terres et les réseaux de clientèle des grands de la région.

  • 23 R. d’Abadal, Els primers comtes..., op. cit., supra n. 2, p. 49 ; J.-M. Salrach, El procés..., op. (...)

31À la fin du IXe siècle, ce groupe parental élabore une autre politique, non pas tant matrimoniale que patrimoniale. Il importe de l’analyser pour revenir ensuite aux mariages, auxquels elle est étroitement liée. Il s’agit du « cogouvernement », par lequel le comte officiel, nommé à titre personnel par les instances supérieures, associe son frère à sa charge (Figure 4). Ce changement, anodin en apparence, revêt une signification particulière : c’est un pas capital vers le transfert du pouvoir délégué par la royauté dans le patrimoine du comte, un jalon décisif dans l’appropriation privée du ban, la possibilité de juger et de punir les hommes, de leur imposer des corvées et de lever des troupes23. Il coïncide avec le consortium, l’habitude de certains comtes d’associer leur épouse à leurs diplômes, en particulier s’ils concernent les établissements religieux. Pour ces officiers, délégués de l’empereur ou du roi, tout pouvoir, aussi régalien soit-il dans ses racines, est affaire de cousinage.

32C’est avant 842 qu’Alaric, le mari de Rotruda, reçoit une portion du ban et des honneurs que son frère Sunyer Ier a eus de Louis le Pieux ; Sunyer Ier est alors comte de Roussillon, Vallespir, Empùries et Peralada : il cède à son frère Alaric ces deux derniers territoires. Un semblable duumvirat se retrouve entre deux autres fils de Bellon, Guiscafred et Oliba Ier qui, à la même époque, deviennent, à tour de rôle, comtes de Carcassonne. À la génération suivante, les enfants de Sunifred Ier récupèrent la plupart des comtés de la marche : à la lecture de leurs actes, où ils agissent souvent ensemble, l’aîné Guifred Ier, comte de Barcelone, d’Urgell-Cerdagne et de Gérone-Vic, apparaît comme le chef d’un frérèche qui dirige ensemble les comtés du sud des Pyrénées. Il s’associe tout particulièrement ses frères. En effet, Radulf, le mari de Ridlinda, l’aide dans le gouvernement du comté de Besalú, tandis que Miron Ier, comte de Roussillon-Conflent, le seconde dans la direction de la Cerdagne. Leurs cousins germains Sunyer II et Dela dirigent ensemble le comté d’Empúries.

  • 24 R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 3, p. 221.

33À la fin du IXe siècle, la succession ne se déroule d’ailleurs pas toujours d’après les règles de la filiation, mais elle privilégie les collatéraux qui exercent une longue tutelle auprès de leurs neveux. En 897, à la mort de Guifred Ier, c’est son frère Radulf qui conserve le comté de Besalú Une année auparavant, le Roussillon semble avoir été dévolu à Sunyer II à la mort du comte Miron Ier, son cousin germain. C’est de façon solidaire, cohérente et concertée que les petits-fils de Bellon administrent les territoires que Charles le Chauve leur a confiés. Cette façon d’agir ne surprend guère dans le cadre du cousinage, tel que les médiévistes l’ont décrit partout ailleurs en Occident. Dans ce sens, Régine Le Jan a bien mis l’accent sur quelques traits essentiels à ce système de parenté, lorsqu’elle mentionne « l’importance de l’unité de filiation, du groupe des proches parents et la force de la parenté fraternelle » ou la « cohésion du groupe des germains qui constituait l’élément moteur de la parentèle »24.

34Or, ce cogouvernement fraternel est loin d’être indifférent aux stratégies matrimoniales. Une étude des mariages des petits-enfants de Bellon corrobore cette union familiale et cette coopération à outrance ! À la fin du IXe siècle, la consanguinité est reine dans le système d’alliance qui s’instaure au sein de cette famille. Les premiers comtes héréditaires de la marche sont alors des adeptes du mariage endogame (Figure 5).

  • 25 Sur l’importance de l’endogamie dans la Sippe, cf. R. Le Jan, Ibid, p. 311 et 387, où il est quest (...)

35Guifred Ier épouse ainsi Guinedilda qui est, probablement, sa cousine issue de germain ; seuls trois degrés du comput germanique séparent ces conjoints. Sa sœur Quixilona se marie, d’ailleurs, avec son cousin germain le comte Dela d’Empúries. L’inceste est aussi éhonté à la génération suivante. Le mariage de trois garçons de Guifred 1er paraît se réaliser avec des proches consanguins : l’aîné Guifred II Borrell épouse une Garsenda de la famille comtale d’Empúries, probablement cousine germaine de Guifred Ier ; Sunyer Ier, comte de Barcelone en association avec son aîné, se marie avec Riquilda, à propos de laquelle nous savons uniquement que son nom est très usité dans la parentèle de Bellon, ce qui laisse soupçonner encore l’endogamie ; ce même Sunyer Ier donne la main de sa fille Adelaida à son propre frère, Sunifred II (897-948), mariage entre oncle et nièce, en deçà des deux articulations de la computation germanique. Cette dernière alliance est bien connue des ethnologues : il s’agit du mariage oblique où l’oncle-tuteur épouse sa pupille, récupérant de la sorte l’héritage de son frère. À la même époque, Bencion, fils du comte d’Empùries, épouse Godlana de Roussillon, sa cousine au troisième degré, fille de Miron Ier. Dans cet agglomérat de cousins alliés — qui englobe les comtes, leurs femmes et leurs enfants — « cogouvernement » et « comariage » vont de pair25.

  • 26 Au cours de notre colloque, Pierre Toubert a fait aimablement remarquer combien ces pratiques matr (...)
  • 27 P. Toubert, « La théorie du mariage chez les moralistes carolingiens », dans Il matrimonio nella s (...)

36Ces mariages ont été contractés en dépit des normes canoniques et de la Loi des Wisigoths qui considèrent incestueuse toute union à l’intérieur du cercle des sept degrés de parenté du comput germanique26. À la fin du IXe siècle, le modèle ecclésiastique est loin d’être respecté dans les familles comtales de la marche. Sur ce point, le cas du quatrième des garçons de Guifred Ier est plus que significatif. Miron II (897-927), comte de Cerdagne et de Besalú, se marie certes avec Ava, la fille du lévite Fidel, un magnat de l’aristocratie locale ; il n’entretient pas moins une concubine en la personne de Virgília, sa cousine germaine, qui lui donne un fils bâtard, Guiscafred, faisant l’objet des donations de son testament au même titre que ses filles légitimes : il reçoit tous les biens que son père détient dans le comté de Barcelone et des terres dans le comté de Cerdagne, mais il semble écarté de la charge comtale réservée aux fils que Miron II a eus d’Ava. Or, Virgilia est l’héritière des droits que son père Dela détient dans le comté d’Empúries ; la bigamie permet à Miron II aussi bien de transmettre les biens de son oncle Dela à ses descendants que de s’allier avec les grands hispano-goths. Le succès de ces stratégies prime sur le respect de la morale matrimoniale de l’Église dont la diffusion avait pourtant fait des progrès considérables sous le pontificat de Nicolas Ier (858-867)27.

37Le système matrimonial que pratiquent les premières générations des comtes héréditaires de la marche hispanique répond à trois catégories : endogamie, isogamie et proximité. Le mariage endogamique méprise, de façon ouverte, les interdits de l’Église et de Receswinth, voire de Justinien : il se pratique jusqu’au troisième et même au second degré du comput germanique. Les hauts dignitaires du clergé bénissent d’autant plus volontiers ces unions incestueuses qu’ils comprennent leur fonction. Ils savent que ces alliances consanguines sauvegardent la solidarité entre les comtes, leurs cousins, et empêchent des intrus de venir ravir, outre des femmes, des pans entiers du patrimoine familial. En matière matrimoniale, ces évêques nicolaïtes — qui, comme Radulf d’Urgell (Ϯ943), fils de Guifred Ier, vivent publiquement en concubinage — n’en sont pas à une transgression près. Le mariage de ces princes est, également, isogamique, car il se pratique entre des comtes et des filles de comtes, dans une famille où le frérèche et le cousinage permettent à chacun de cogouverner les anciens pagi des Carolingiens en compagnie de ses parents. Enfin, la proximité caractérise ces mariages pratiqués à l'intérieur d’un espace qui s’étend presque exclusivement des Pyrénées au Llobregat. Le rétrécissement politique, qui s’explique par l’absentéisme royal dans ses terres, n’est pas étranger à cette époque dorée de la consanguinité matrimoniale. Rien de tel que l’endogamie pour favoriser la cohésion entre des branches issues d’une souche commune !

  • 28 Dhuoda, Manuel pour mon fils, P. Riché, B. de Vregille, C. Mondésert éd., Paris, 1975.
  • 29 A.W. Lewis, Le sang royal. La famille capétienne et l'État, France, Xe-XIVe siècle, Paris, 1986.

38Parvenus à la fin de cet exposé, force est d’insister sur l’importance du cousinage dans le succès des Guilhemides et des Bellonides. Ce système de parenté ne leur est pas spécifique ; il est, bien au contraire, un modèle structurant toute l’aristocratie carolingienne. Il frappe, d’abord, par son cognatisme, déterminant dans la double ramification des Guilhemides : radicalement opposées, le gothicisme de Bera Ier et la francophilie de Bernard de Septimanie répondent à un apprentissage politique qui vient en partie de leur mère. Khunegunda et Witburge, tout comme Dhuoda, bru de cette dernière, ne se privent pas de transmettre la memoria de leurs aïeux à leurs enfants28. Elles leur apportent, en outre, les réseaux d’amis et de clients de la parentèle dont elles sont issues. Toujours dans le cadre du cousinage, la place du frérèche est, ensuite, notable. Le cogouvernement associe, sur un plan d’égalité, frères et cousins dans les mêmes charges comtales qu’ils gèrent en indivis. Une représentation horizontale de la famille l’emporte sur la verticalité qu’impose la primogéniture stricte au lendemain de l’an mil. Au IXe siècle encore, la conscience dynastique semble étrangère aux mentalités nobiliaires. Même la famille royale paraît, en effet, incapable de vivre la parenté dans le respect de l’aîné en tant qu’héritier privilégié : les partages à géométrie variable et l’occupation provisoire du trône par les Rupertiens montrent que le lignage ne s’imposera guère avant le XIe siècle29. Enfin, le cousinage se caractérise par sa forte endogamie, moyen efficace pour les Bellonides d’éviter la dispersion de leurs charges, de leurs honneurs et de leurs domaines.

  • 30 Les expressions entre guillemets sont de R. d’Abadal, Els primers..., op. cit., supra n. 2, p. 49.

39La patrimonialisation des offices qui s’opère dans la Sippe est-elle pourtant incompatible avec le respect du roi ? Produit-elle une émancipation irrédentiste du « comte-fonctionnaire », brusquement devenu « comte-propriétaire » et attaché par dessus tout à son indépendance30 ? Concevoir de la sorte les relations entre les élites comtales et la royauté est faire fi du légitimisme inhérent aux pratiques politiques des Bellonides. L’attachement gothiciste à l’empereur lointain devient même la clef de la réussite de ce cousinage. Un pacte s’établit, en effet, entre Sunifred Ier et Charles le Chauve, trop confiant en cette famille de l’aristocratie moyenne, étrangère aux agissements sécessionnistes des magnats impériaux. En contrepartie, ces Goths pyrénéens, alliés par mariage aux descendants de saint Guilhem et Khunegunda, rapprochent les nobles autochtones de la royauté carolingienne. Leur loyalisme est sans faille jusqu’au XIIe siècle. À cette époque, la dynastie barcelonaise, engagée dans l’expansion occitane, heurte de front les intérêts de la monarchie française. En attendant cette période d’hostilité, les descendants de Bellon font preuve de leur allégeance aux rois de France dans leurs serments de fidélité et dans leurs pratiques diplomatiques.

Fig. 1 : Les comtés catalans

Fig. 1 : Les comtés catalans

Figure 2 : La famille de saint Guilhem

Figure 2 : La famille de saint Guilhem

SOURCES : Amado, "Poids…", n. 13 ; Salrach, El procés de formació…, T. I, p 40, d'après une étude inédite de P. Ponsich ; Calmette, De Bernardo… pp. 13-24

Figure 3 : Les familles de Bera et de Bellon

Figure 3 : Les familles de Bera et de Bellon

SOURCES : Abadal, Els diplômes..., pp. 372-378 ; Salrach, El procès de formació...,T. I. p. 107 (Alaric frère de Sunyer) et T. II. pp. 6-11 ; Ponsich, "Bera Ier...", fait de Ridlinda la nièce et non pas la sœur d'Anna.

Figure 4 : Le partage du pouvoir comtal dans la Marche (850-950)

Figure 4 : Le partage du pouvoir comtal dans la Marche (850-950)

Figure 5 : Les mariages rapprochés des comtes de la Marche

Figure 5 : Les mariages rapprochés des comtes de la Marche

Notes

1 M. Zimmermann, « Aux origines de la Catalogne : géographie politique et affirmation nationale », dans Le Moyen Âge, 1983, p. 5-40.

2 Pour notre exposé, nous employons principalement deux ouvrages remarquables qui sont tombés, y compris dans leur titre, dans ce travers, et pas seulement pour éviter les lourdes périphrases qu’aurait impliquées l’éviction du substantif Catalogne ou de l’adjectif catalan. Il s’agit de R. d’Abadal, ElS primers comtes catalans, Barcelona, 1958, et de J. M. Salrach, El procés de formació nacional de Catalunya (segles VIII-IX), Barcelona, 1978. Leur choix est facile à comprendre. D’une part, R. d’Abadal (1888-1970) s’engage dans le catalanisme à partir de 1907, combat qu’il poursuit corps et âme dans l’opposition monarchiste à Franco après la guerre civile espagnole. D’autre part, l’ouvrage de J. M. Salrach paraît deux années après la mort du dictateur centraliste et une année avant la proclamation du statut d’autonomie de la Catalogne dans un contexte logique d’engagement nationaliste de la part des intellectuels barcelonais.

3 Sur le plan méthodologique, ces pages sont largement tributaires de l’ouvrage de R. LeJan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d'anthropologie sociale. Paris, 1995, qui définit un cadre conceptuel solide pour la réflexion sur la parenté dans l’aristocratie au cours de notre période.

4 Cf. A. de Fluvià, « La qüestió de l’ascendència del comte Guifre I el Pelós », dans Revista de Catalunya. no 28, 1989, p. 83-87, critiquant la filiation de Sunifred 1er avec le goth Borrell, comte d’Urgell-Cerdagne puis de Vic (789-812), suggérée dans P. Ponsich, « El problema de l’ascendència de Guifré el Pelós », dans Revista de Catalunya. no 23, 1988, p. 35-44 et, en langue française, « Le problème des origines de la maison de BarceloneAragon », dans Études roussillonnaises, 1993, p. 71-90. Dans ce débat, il est intéressant de remarquer que Ramon d’Abadal avait adopté la filiation bellonide qu il soutenait encore dans son ouvrage posthume Els temps i el regiment del comte Guifred el Pilós. Sabadell, 1989, p. 41 — après une longue maturation : en 1948, il pensait, en effet, que Borrell d’Ausona était le père de Sunifred, L’abat Oliba. bisbe de Vic. i la seva època. Barcelona. 1948, p. 24.

5 Pour ces événements, cf. J. M. Salrach, El procès..., op. cit., supra n. 2,1.I, p. 5-20, et, en particulier, pour la prise de Barcelone, p. 21-24.

6 « Bera Ier, comte de Barcelone, et ses descendants. Le problème de la juridiction comtale », Conflent, Vallespir et montagnes catalanes. Actes du LI congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1980, p. 51-69.

7 J. M. Salrach, El procès..., op. cit., supra n. 2, t. I, p. 41. Pour les développements qui suivent, se rapporter à cet ouvrage.

8 Sur l’action des Banu Qasi en haut Aragon, cf. C. Laliena, P. Sénac, Musulmans et chrétiens dans le Haut Moyen Âge : aux origines de la conquête aragonaise, Paris, 1991, p. 23-28.

9 R. d’arrabal, Elsprimers comtes..., op. cit., supra n. 2, p. 229.

10 Ce rôle de la femme dans les choix idéologiques des siens ne va pas sans rappeler qu’elle est souvent la détentrice de la mémoire familiale, cf. P.J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 88-117.

11 Cf. G. Bührer-Thierry, « La reine adultère », dans Cahiers de Civilisation Médiévale, 1992, p. 299-312.

12 L. Malbos, « La capture de Bernard de Septimanie », dans Le Moyen Age 1970, p. 5-13.

13 R. d’Abadal, « La Catalogne sous l’empire de Louis le Pieux », dans Études roussillonnaises, 1957, p. 71-72.

14 R. d’Abadal, Els diplomes carolingis a Catalunya, Barcelona, 1952, t. II, p. 332-334 (25 I 843).

15 Ibid., t. II. p. 335-337 (19 V 844).

16 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d’une société, Toulouse, 1975-1976.

17 Anno quod obiit Karolus imperator, [Christo] regnante, rege expectante, Histoire générale du Languedoc, C. Devic, J. Vaissette éd., Toulouse, 1875, t. II, no 200. Cf. la consécration de l’église du monastère de Banyoles : anno secundo quo mortuus Karolus imperator, regnante domino nostro Jesu Christo, nobis autem expectante rege ab ipso largitore, de P. Marca, Marca hispanica sive limes hispanicus, Paris, 1688, no 49.

18 R.-H. Bautier, « La prétendue dissidence de l’épiscopat catalan et le faux concile de Portus de 887-890 », dans Bulletin philologique et historique, 1961, p. 477-498.

19 R. d’Abadal, « Un gran comte de Barcelona preterit : Guifré Borrell (897-911) », dans Cuadernos de arqueologia e historia de la ciudad de Barcelona, 1964, p. 83-130.

20 L. Halphen, Charlemagne et l'empire carolingien, Paris, 1968, p. 420 : M. Bloch, La société féodale, Paris, 1968, p. 276-278.

21 Ce chapitre reprend essentiellement M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne, Paris, 1995, p. 39-51, qu'il faut corriger ou compléter à l'aide de notre article encore inédit, « Du nouveau sur les comtesses catalanes (IXe-XIIe siècle) », dans Annales du Midi.

22 J.-M. Salrach, « El Comte Guifré de Besalù i la revolta de 957. Contribuciô a l’estudi de la Noblesa Catalana al segle X », dans II Assemblea d'estudis sobre el comtat de Besalù, Olot, 1973, p. 9.

23 R. d’Abadal, Els primers comtes..., op. cit., supra n. 2, p. 49 ; J.-M. Salrach, El procés..., op. cit., supra n. 2, t. II, p. 150-154.

24 R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 3, p. 221.

25 Sur l’importance de l’endogamie dans la Sippe, cf. R. Le Jan, Ibid, p. 311 et 387, où il est question de « renchaînements » ou de « multiples alliances endogamiques, renouvelées et croisées », qui permettent à ces familles de ne « s’ancrer dans la durée qu’en renouvelant les alliances avec les cellules affines et en resserrant les liens de consanguinité par des pratiques endogamiques ».

26 Au cours de notre colloque, Pierre Toubert a fait aimablement remarquer combien ces pratiques matrimoniales incestueuses étaient aux antipodes de l’idéal de mariage que l’Église réussit alors à faire accepter ailleurs dans l’empire. Régine Le Jan, aussi surprise dans un premier temps, attribue ces pratiques à la tradition romaine de nos régions, où traditionnellement le droit est bien plus laxiste en matière de consanguinité que les lois germaniques, en particulier franques, insistant fortement sur l’exogamie. Nous ne connaissons cependant pas avec précision le statut des femmes des comtes de la Marche. Sont-elles des épouses légitimes ou des simples concubines ? Leur mariage a-t-il reçu la bénédiction nuptiale ?

27 P. Toubert, « La théorie du mariage chez les moralistes carolingiens », dans Il matrimonio nella società altomedievale, Spoleto, 1977, t. I, p. 233-282. Pour une période plus haute, cf., dans la même collection, M. Rouche, « Des mariages païens au mariage chrétien », dans Segni e riti nella Chiesa altomedievale occidentale, Spoleto, 1987, p. 835-880.

28 Dhuoda, Manuel pour mon fils, P. Riché, B. de Vregille, C. Mondésert éd., Paris, 1975.

29 A.W. Lewis, Le sang royal. La famille capétienne et l'État, France, Xe-XIVe siècle, Paris, 1986.

30 Les expressions entre guillemets sont de R. d’Abadal, Els primers..., op. cit., supra n. 2, p. 49.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les comtés catalans
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Figure 2 : La famille de saint Guilhem
Légende SOURCES : Amado, "Poids…", n. 13 ; Salrach, El procés de formació…, T. I, p 40, d'après une étude inédite de P. Ponsich ; Calmette, De Bernardo… pp. 13-24
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 3 : Les familles de Bera et de Bellon
Légende SOURCES : Abadal, Els diplômes..., pp. 372-378 ; Salrach, El procès de formació...,T. I. p. 107 (Alaric frère de Sunyer) et T. II. pp. 6-11 ; Ponsich, "Bera Ier...", fait de Ridlinda la nièce et non pas la sœur d'Anna.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2591/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Figure 4 : Le partage du pouvoir comtal dans la Marche (850-950)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2591/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Figure 5 : Les mariages rapprochés des comtes de la Marche
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2591/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search