Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Fidèles et aprisionnaires en réseaux dans la Gothie des ixe et xe siècles

Le mariage et l’aprision au service de la noblesse méridionale

Claudie Duhamel-Amado et Aymat Catafau

Texte intégral

  • 1 Cl. Duhamel-Amado, « Pouvoir et noblesse dans la Gothie : formation du réseau aristocratique biterr (...)

1La recherche des souches nobiliaires, à l’origine des lignages tels qu’ils se dessinent autour de 1100 dans le Midi languedocien, conduit au IXe siècle des élites carolingiennes1. Depuis le haut Moyen Âge, les familles comtales et vicomtales d’Auvergne, du Toulousain, de la Catalogne et de la Provence, d’origine franque et wisigothe, ont multiplié pour leurs rejetons les accès aux beaux patrimoines des plaines littorales et des piémonts, entre les Cévennes, les Pyrénées et la mer, « honneurs » au cœur desquels des castra s’érigèrent au XIe siècle. Or, bien avant le temps des lignages et des châteaux, l’aristocratie avait adopté le système des « réseaux », trames imbriquant politique et famille, le mariage étant déjà la clé du pouvoir. Comment décrire ces formations complexes, comment en découvrir les composantes, les unités constitutives, lorsque les sources sont lacunaires ? ce qu’elles sont malheureusement avant 1000, pour l’espace étudié. Comment dans ces conditions identifier des individus, comprendre leurs motivations, reconstruire l’édifice des relations de parenté et d’alliance ?

  • 2 Par réseau « local » nous désignerons un groupe aristocratique partageant avec les princes laïcs (c (...)
  • 3 C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle, Les Cahiers (...)
  • 4 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une so (...)
  • 5 A. Catafau, « Sicut ceteri Hispani faciunt... ». Hispani et aprisionnaires en Roussillon et Vallesp (...)

2Des solutions existent. Pour observer une petite unité (appelons-la « réseau local »2), il faut à la fois étendre le champ de l’observation — passer de l’espace d’un pagus à celui d’une région — et le creuser dans la plus longue durée possible. Ainsi parvient-on à saisir certaines des articulations qui faisaient des familles méridionales d’amples réseaux emboîtés pris eux-mêmes dans des solidarités plus larges. Une recherche nécessairement collective et pour cette raison à peine entamée... Nous commençons à entrevoir des lignes de force, des règles de fonctionnement ; chaque réseau local apparaît sous-tendu par une histoire, une mémoire, des choix, des habitudes propres et par la capacité plus ou moins grande à s’ouvrir à d’autres formations. À partir des monographies familiales qui commencent à se multiplier, on entrevoit le cheminement des élites d’une région à l’autre. Ainsi, en dressant le corpus des noms portés par les familles dominantes auvergnates du haut Moyen Âge, Christian Lauranson-Rosaz a-t-il fourni des clés pour certains noms rares portés dans le bas Languedoc (Dalmas, Rigaud, Ebrard, Eustorge, Ithier, Beliarde, Humberge, d’autres encore...) ou pour ceux qui étaient adoptés par les Guilhems de Montpellier autour de 10003 ; de même, les dossiers catalans4 ou roussillonnais5, aident-ils à mieux comprendre le processus de formation du groupe aristocratique narbonnais ou biterrois avant 1000, à y reconnaître la composante wisigothique. Des pistes sont suggérées. D’une aristocratie à l’autre des affinités se dévoilent, l’hypothèse de reconduction d’alliances entre mêmes familles géographiquement éloignées, d’une génération à l’autre — ce que nous avons appelé tout à l’heure des « habitudes » — se confirme, les noms insolites dont les porteurs se sont un jour expatriés reprennent place dans leur contexte d’origine. Question de méthode : la démonstration contient ses procédures de vérification. En effet, les indices se multipliant, des hypothèses hasardeuses, des coïncidences contestables, tombent d’elles-mêmes, comme cela se produit dans le travail généalogique où une identification (d’individu, de relation) dans tel tracé, telle lignée, retentit sur un tracé voisin, gauchit l’édifice et invite à des révisions.

  • 6 Par « moyenne » aristocratie, nous entendons les riches alleutiers dont seront issus, après 1000, l (...)

3Vaste programme. Plus modestement, nous aborderons ici la question des relations entre les élites laïques et la royauté — objet de ce colloque —, sous deux aspects apparemment distincts mais dont nous voudrions montrer qu’ils ont contribué au renforcement patrimonial de familles de la moyenne aristocratie méridionale6.

    • 7 Question traitée par Aymat Catafau.

    Premier point de vue : celui d’une institution carolingienne, l’aprision, au service du pouvoir — pouvoir des rois et pouvoir des élites7. Des textes rendent compte de la capacité de ces élites, des « autochtones », à intégrer les nouveaux venus (les Hispani) lorsque cela pouvait leur être profitable. D’abord envisagée par les souverains comme un moyen de fidéliser des hommes dans une région proche de la frontière, d’offrir un statut aux Hispani réfugiés au nord des Pyrénées, l'aprisio devint au fil des décennies un procédé parmi d’autres de l’enrichissement foncier des puissants locaux.

    • 8 Question traitée par Claudie Amado.

    Second point de vue : celui de la stratégie matrimoniale elle aussi au service du pouvoir des souverains et des élites locales8. Nous partirons de Guilhem de Gellone, ce membre illustre de la famille impériale qui fit souche dans la Gothie. La stratégie d’ancrage de Guillaume et de ses descendants réussit pleinement, avec des effets durables, c’est ce que nous essaierons de montrer à travers un dossier anthroponymique témoignant aux XIe et XIIe siècles de la célébration de l’ancêtre éponyme dans plusieurs familles castrales, mémoire sans nul doute entretenue par les moines de Saint-Guilhem-le-Désert.

1. Une institution au service de la parenté. A. Catafau

L’aprisio : une législation ancienne adaptée à une situation nouvelle

4Qu’est-ce que l'aprisio ?

5Il s’agit d’une disposition juridique particulière qui apparaît dans nos sources à l’époque carolingienne, dans les capitulaires Pro Hispani. D’après cette loi, ceux qui défrichent des terres dépendant du fisc et les cultivent pendant trente ans en ont la possession libre et peuvent y faire valoir un droit de propriété intégrale, alleutière.

6Ceci suppose que des terres du domaine public se trouvent sans propriétaire particulier et sont redevenues incultes après une longue période d’abandon. L’idée implicite qui découle de ces dispositions, somme toute assez exceptionnelles, est celle d’un défrichement pénible, difficile, et d’une mise en culture durable, comme contrepoint à une situation antérieure de friches, d’abandon. Les mots employés dans les diplômes carolingiens sont ceux d’un travail éprouvant : ruptura, ex heremo trahere.

7L’origine de l'aprisio peut être examinée du point de vue du vocabulaire employé, du droit et de sa mise en pratique.

Carte des lieux cités (A. Catafau)

  • 9 C'est ce que peut confirmer l’orthographe utilisée dans le précepte de Charles le Chauve pour l’abb (...)
  • 10 P. Bonnassie, Les cinquante mots clefs, de l’histoire médiévale, Toulouse, p. 19 et 77.
  • 11 Occurrences relevées dans les diplômes réunis par R. D’Abadal, Catalunya carollngia (ci-dessous CC) (...)
  • 12 Histoire Générale de Languedoc (ci-dessous : HGL), t. II, no 33, col. 98.
  • 13 HGL, t. II, no 95, col. 208.

8Du point de vue linguistique, le terme aprisio, qui semble découler de apprehendere, évoque l’idée d’une « prise » de terre, d’une saisie9 Pierre Bonnassie le rapproche de la presura de Léon et Castille10. Certains indices peuvent faire penser à une origine « gothique » ou « espagnole » de ce terme : les sources carolingiennes sont assez rétives à son emploi, et en usent très maladroitement : son orthographe est souvent hésitante dans les diplômes officiels (adpritione, adprisem, adprisionem, adprissionem, apprisione, aprisione, aprissione11). Bien plus, le capitulaire de Louis le Pieux, en 815, prête ce mot aux Hispani eux-mêmes (quam adprisionem vocant12) et un diplôme de Pépin d’Aquitaine évoque en 837 les donations faites par les Hispani à l’abbaye de Lagrasse en des termes aussi clairs (quicquid Spani... dederunt de hoc quod ex heremo traxerunt, quem adprisionem vocant13).

  • 14 J.-M. Salrach, El procès de feudalització, Barcelona, 1989, p. 191.
  • 15 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l''Église..., p. 111.

9Du point de vue du droit, cette disposition assez particulière semble tirer son origine de pratiques anciennes d’attribution des « biens trouvés ». Le délai trentenaire d’occupation nécessaire à l’entrée en pleine propriété est ainsi hérité des lois wisigothiques14, et, au travers d’elles, sans doute romaines15.

10Ce vieux droit est remis en vigueur, restauré, à la fin du VIIIe ou au début du IXe siècle. Des raisons d’ordre économique et politique se combinent dans ce mouvement de remise en culture des terres fiscales délaissées. Du point de vue des occupants nouveaux, on peut distinguer au moins trois groupes de bénéficiaires de ce droit d'aprisio :

  • 16 CC, t. II, p. 314. Le non-respect des droits des Hispani par les autorités locales est bien connu d (...)

11D’abord ceux pour qui il a été mis en vigueur par les diplômes carolingiens : ce sont les Hispani, ceux par exemple qui vont en délégation à Aix-la-Chapelle, en 812, pour faire confirmer par l’empereur leurs droits déjà trentenaires, sans doute mis en cause par des « autorités locales réticentes »16. Ces chrétiens ont fui l'Hispania, chassés par la reprise des hostilités avec les musulmans après l’échec de la tentative de Charlemagne contre Saragosse et son dénouement de Roncevaux en 778. L’expédition d’Abd al-Rahman dans le nord de la péninsule espagnole en 781 a pu provoquer des départs précipités de chrétiens espagnols particulièrement compromis avec les Francs. Leur établissement dans ce qui voulait être la Marca hispanica avait un but économique, politique et militaire : il s’agissait de repeupler, de mettre en valeur et d’installer durablement des hommes susceptibles de combattre, de défendre la frontière face aux musulmans.

12Puis des fidèles, de puissants Goths, d’origine septimanienne, non pas des réfugiés donc, mais des notables locaux, usent de ces circonstances exceptionnelles pour se faire attribuer des terres fiscales qui seront bien souvent à l’origine des patrimoines aristocratiques (cf. infra Sumnold et Riculf).

  • 17 On en trouve deux exemples sur le territoire accordé à Castellan, moine hispanus qui a fondé le mon (...)

13Enfin, dernier groupe, plus difficile à percevoir, des paysans vivant tout près des terres fiscales tombées en friche, poussés par la « faim de terres », se saisissent spontanément de parcelles incultes et les cultivent. Ce qui complique la situation est qu’ils vivent dans la région même où s’installent les Hispani — moines, puissants ou plus modestes laïcs — et que pour justifier leur action ils avancent le droit d’aprision, réclamant pour eux, autochtones, et pour des parcelles modestes, l’application de ces privilèges si généreusement accordés sur de grands espaces à de nouveaux venus. On voit alors ces aprisionnaires « intempestifs » en conflit avec de très puissants aprisionnaires « autorisés ». Les terres dont les uns ont reçu la propriété par diplôme impérial, ont été bien souvent effectivement défrichées par les autres, qui ne peuvent faire autrement qu’en déguerpir17.

  • 18 A. Dupont, « L’aprision et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France », dans Le Moyen Âge, (...)

14Sous la forme d’une distribution des terres publiques aux fidèles et protégé des représentants du pouvoir dans les régions nouvellement conquises ou encore mal contrôlées, l'aprisio a certes joué un rôle essentiel dans l’intégration des nouveaux venus à l’Empire et leur utilisation comme force de défense frontalière et dans la mise en culture de terres en friche, aspects souvent évoqués par les historiens18. Mais, bien au-delà, elle a assis les puissants bénéficiaires sur des domaines fonciers de premier ordre, permettant ou renforçant la constitution de groupes familiaux in fluents qui devaient prendre souche et s’affirmer comme certains des acteurs principaux de l’évolution postérieure vers les lignages aristocratiques.

Les évêques hispani dans l’Empire : parcours de quelques puissants serviteurs des Carolingiens

15Parmi les réfugiés originaires d’Espagne qui arrivent en Septimanie et s’établissent en Gaule, on compte un grand nombre de laïcs, puissants ou simples paysans, libres ou dépendants. Mais les sources, privilégiant les secteurs ecclésiastiques de la société, nous livrent de très précieux renseignements sur des clercs espagnols réfugiés ou des hispani devenus clercs dans l’Empire.

  • 19 En même temps que Castellan et qu’Atala arrivent des groupes, composés de clercs, d’esclaves, de fe (...)

16Originaires d’Espagne et arrivés à la fin du VIIIe siècle, cinq évêques et plusieurs dizaines de moines, dont certains sont devenus de grands abbés, fondateurs ou rénovateurs de monastères (Atala — fondateur de Saint-Polycarpe du Razès ; Witiza — Benoît d’Aniane ; Castellan — fondateur de Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech, entre autres) ont marqué de leur empreinte l’Église carolingienne19. Pourquoi, comment ont-ils joué un rôle important, bien qu’étant somme toute en nombre limité et dans la situation a priori défavorable de déracinés, inconnus, arrivés parfois dans le plus grand dénuement ?

  • 20 Agobard, Liber adversum dogma Felicis urgellensis ad Ludovicum Pium imperatorem, PL, t. 104, col. 2 (...)

17Ceux qui ont laissé leur nom comme personnages influents réunissaient deux qualités indispensables pour s’élever dans la hiérarchie ecclésiastique : d’une part une origine aristocratique qui leur a permis d’entrer en relation avec leurs pairs de Francie ; d’autre part, leur formation intellectuelle, leur goût de la discussion théologique qui les a insérés au cœur des grands débats agitant la chrétienté autour de l’an 800 : l’hérésie adoptianiste, la querelle de la prédestination contre Jean Scot Erigène, ou la question du Filioque entre autres20.

  • 21 Bonne étude dans A. Castes, op. cit., p. 363-371.
  • 22 C'est l'opinion de P. Riché, « Agobard, qui en bon wisigoth déteste les juifs... », dans Ecoles et (...)
  • 23 On peut relever autour de Lyon et de Narbonne, les prises de position anti-juives de Florus, de Nib (...)
  • 24 Vaine tentative, dont l’échec aurait pu influencer, selon certains auteurs, la prise de position d’ (...)

18Nourris à l’école de la pensée isidorienne, leurs références aux Pères de l’Église sont avant tout méditerranéennes. Les auteurs qu’ils compilent pour leurs argumentations sont espagnols (Fulgence), africains (saint Augustin, Jérôme), byzantins (Athanase d’Alexandrie, Proclus), italiens (Ambroise de Milan)21. Leurs prises de positions antisémites ne sont pas la moindre conséquence de leur formation wisigothique22. Elles témoignent aussi de la formation autour du clergé d’origine hispanique d’un groupe de pression aux assises régionales23. Agobard, un Hispanus devenu évêque de Lyon, n’hésite pas à tenir tête à l’empereur à propos des mesures de Louis le Pieux, jugées par lui trop favorables aux juifs de sa ville, en particulier le déplacement du jour de marché, qui se tenait jusque là le samedi24.

  • 25 Ainsi Théodulf contre les conceptions byzantines des images, participe à la rédaction des Libri car (...)
  • 26 A. Castes, Cinq évêques hispani..., op. cit., p. 73 et 311, P. Riché, « Les réfugiés wisigoths... » (...)

19Les motivations des prises de position politiques des Hispani sont aussi issues de la conception du pouvoir héritée de l’église tolédane : la fonction royale doit être pour eux le garant absolu de la restauratio imperii, de l’affermissement et de la préservation de l’Empire. C’est à ce titre qu’ils prêtent leur plume aux actions de l’empereur contre les hérésies et les dissidences centrifuges, coupables à leurs yeux de mettre en péril l’essentiel, l’unité de la chrétienté, dont l’Empire est l’image et l’empereur le gardien25. Même l’opposition d’un Agobard à Louis le Pieux est profondément motivée par la crainte de voir la faiblesse, les hésitations de l’empereur mettre en danger l’unité de l’Empire26.

  • 27 A. Castes, Cinq évêques..., op. cit., p. 100. Comme Witiza (Benoît d’Aniane), Claude fait partie de (...)

20Le règne de Louis le Pieux est d’ailleurs le révélateur des prises de positions politiques des Hispani. Leurs engagements sont souvent antagoniques, prouvant qu’il n’existe pas un « parti espagnol » dans l’Empire. Théodulf, évêque d’Orléans, se détermine en faveur de Bernard d’Italie contre l'Ordinatio Imperii, en 817, et est pour cela emprisonné et exilé, alors qu’un autre Espagnol, Claude, au même moment, profite de cette crise pour accéder au siège épiscopal de Turin, en remplacement d’un autre conjuré, l’évêque Anselme. Louis le Pieux le place à la tête de cet évêché en tant qu’homme de confiance et fidèle, personnellement attaché à lui dès 81127.

21Quel que soit leur bord, faction politique des clercs hispani montre en tout cas qu’ils se situent au plus près des cercles du pouvoir carolingien. Agobard, comme on l’a vu, est un des plus constants opposants à Louis le Pieux, et prend une part essentielle à la préparation du concile réuni à Attigny en 822 pour exiger pénitence de l’empereur après la mort de Bernard d’Italie. Cependant qu’à l’inverse, Prudence, encore un Hispanus, prend parti pour Louis et compose même un abrégé des Psaumes pour l’impératrice Judith.

  • 28 P. Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Paris, 1983, p. 124. Depuis, l’étude de l (...)
  • 29 A. Castes, Cinq évêques..., op. cit., p. 24-25 et 27.

22L’attachement de ces Hispani aux destinées de l’Empire et à la personne impériale en fait des agents privilégiés du pouvoir. En 792, Théodulf compte parmi les rédacteurs des Libri carolini qui revendiquent l’héritage impérial contre les Byzantins28, puis en 798, il est nommé missus par Charlemagne, dans les terres du Midi où il a vécu lors de son arrivée dans le royaume franc, puis à nouveau en 816, il est ambassadeur auprès du pape Pascal29. En 844-45, en compagnie de Loup de Ferrières, Prudence, devenu évêque de Troyes, est envoyé par Charles le Chauve comme missus dans les monastères de sa région. Le niveau auquel se situent les interventions des clercs d’origine espagnole et le renouvellement de la confiance que leur manifestent les empereurs montre qu’ils sont devenus des auxiliaires, parfois indispensables, du pouvoir carolingien.

23Ainsi, par leurs engagements, leurs prises de position et leur action, par les inflexions qu’ils ont pu parvenir à donner à la politique impériale, par le soutien qu’ils ont su lui apporter ou par leur contestation, voire leur rébellion, ces évêques hispani comptent parmi les personnages de premier plan des débuts de l’Empire. Leur qualité de réfugiés ne saurait suffire à expliquer toutes leurs options, pas plus qu’elle n’en fait un « lobby » aux positions homogènes, mais elle a sans nul doute eu une grande importance dans leur manière de s’insérer dans les sphères dominantes de l’Empire et dans les luttes d’influence qui s’y déroulaient.

Wimar et Rado, des fidèles hispani en quête d’appuis et de terres

  • 30 Ces documents ont été successivement édités d’après Baluze, t. 108, fol. 88 et 89, dans la Marca Hi (...)
  • 31 Voir carte.
  • 32 Ce toponyme conserve le souvenir de l’un des deux frères. En effet, Villeneuve est encore appelé un (...)

24Les deux frères Wimar et Rado nous sont connus par deux diplômes30, obtenus en 814 de Louis le Pieux et en 832 de Lothaire, qui leur ont attribué la pleine propriété de deux villae31 : d’abord le vicus Sirisidum (Céret, en Vallespir), puis Vilanova (Villeneuve-de-la-Raho32, en Roussillon).

25Plusieurs aspects de l’attribution de ces diplômes éclairent la personnalité des bénéficiaires et leur insertion dans les sphères du pouvoir carolingien, ainsi que le contexte social et politique dans lequel se trouvent le Vallespir et le Roussillon au début du IXe siècle.

26La première question qui se pose est de déterminer l’origine de ces frères et la nature de ces concessions.

27Plusieurs éléments autour du premier diplôme, obtenu par Wimar seul, pour lui et pour son frère, concourent à les identifier comme Hispani. Il y est dit d’abord que ce diplôme vient confirmer une concession que leur père avait obtenu de Charlemagne. Ceci pourrait faire remonter l’installation de la famille à la fin du VIIIe ou au début du IXe siècle. Les mots utilisés pour évoquer la prise de possession des lieux par le père sont ceux qui se rapportent couramment aux aprisions : « ab heremo in Septimania trahens, ad villam construxit » (bien que le terme aprisio ne se trouve pas dans ce document).

  • 33 HGL, t. II, no 31 et 32 lettre en faveur du monastère de Lagrasse et diplôme pour la cathédrale de (...)
  • 34 a. 812 : CC, t. II, p. 312 ; a. 815, ibid., p. 417-419. Il n’est pas impossible que le père de Wima (...)
  • 35 CC, t. II, p. 320.

28La date et les circonstances de l’attribution de ce premier diplôme montrent que Wimar est allé le chercher à Aix-la-Chapelle (ad nos veniens). Or à cette même date plusieurs Hispani et Septimaniens sont venus au palais impérial faire confirmer leurs privilèges à titre collectif et leurs biens propres à titre individuel. En effet, ce document est daté du 29 décembre 814, il a été accordé en même temps que plusieurs autres « préceptes » des derniers jours de 814 ou des premiers de 81533. Le premier janvier 815, Louis le Pieux a promulgué le document le plus important sur la question des Espagnols réfugiés dans l’Empire, son fameux capitulaire « Pro Hispani », qui reprend et étend les dispositions prises par Charlemagne dans son précepte de 81234. Le même premier jour de l’an 815, Jean de Fontjoncouse, Hispanus bien connu, a obtenu confirmation de ses droits35. Wimar fait donc partie de cette mouvance d’origine wisigothe, des fils d'Hispani installés en Septimanie, comptant parmi leurs soutiens le haut clergé local, et qui n’hésitent pas à aller à Aix pour faire pression sur l’empereur.

29Le diplôme attribuant à Wimar, pour lui et son frère, la villa de Villeneuve, pose de plus sérieux problèmes d’interprétation. Il est daté de décembre 832, à Gardino, dans les environs de Lodi, près de Milan, et son auteur n’est pas l’empereur mais Lothaire.

  • 36 CC, t. II, p. 316.

30D’Abadal avait cru pouvoir déduire du précepte de 814 et de celui de 832 que Wimar possédait un document de Charlemagne attribuant à son père ces deux villae36. Il semble inconcevable que Wimar ait eu en ses mains un tel parchemin et n’en ait pas profité, dès 814, pour faire confirmer ses droits sur Villeneuve aussi. L’explication la plus logique est que le diplôme de Charlemagne au père de Wimar et Rado ne concernait que Céret.

31Il semble en fait très peu plausible que Charlemagne ait accordé Villanova au père de Wimar et Rado, et que ceci ait été contenu dans un diplôme originel produit par Wimar devant Louis le Pieux en 814. En effet, comment expliquer alors que le précepte de 814 ne cite que le vicus de Céret et qu’il omette la modeste villa de Villeneuve ? Qu’en aurait-il coûté au souverain de confirmer à Wimar la possession de ce qui avait déjà été attribué par son père, par un seul et unique document ?

32Comment alors Wimar et Rado ont-ils pu se faire donner en toute propriété Villeneuve ? C’est dans un contexte politique troublé qu’ils obtiennent cette concession, et ce, non pas de l’empereur, mais de son fils Lothaire, à nouveau révolté contre lui en cette année 832.

33Le précepte est daté de l’Italie du nord où se trouve Lothaire, et le texte laisserait penser que Wimar est allé jusque là à nouveau pour chercher cette confirmation. En fait, Ramon D’Abadal a bien montré que son texte n’est qu’un calque de celui de 814, où seuls le nom de la villa et ses limites sont rectifiés. Rien ne prouve donc que Wimar soit allé jusqu’au palais de Gardino, la formule qui semble le signifier étant celle qui indiquait qu’il était allé à Aix-la-Chapelle, dix-huit ans auparavant.

34Durant cette période fort longue, on peut supposer que Wimar, ou peut-être son frère Rado, se sont installés dans la partie basse de la plaine du Roussillon, entre Tech et Têt, ont « aprisionné » sans autorisation un autre territoire vaste, et ont établi, non loin de l’endroit où se trouvait à l’époque antique une villa, cette Vilanova.

35Ce que nous savons ensuite du contexte politique et de l’action des Hispani dans l’affrontement entre Louis le Pieux et ses fils vient expliquer comment Wimar et Rado ont pu obtenir le diplôme de 832, avec autant de retard et en l’absence, vraisemblablement, de droits réels.

  • 37 Cf. supra le dossier sur les clercs hispani.
  • 38 Il écrit : « Agobardi chartula porrecta Lothario in synodo Compendiensi, anno 832. », Patrologie la (...)
  • 39 Agobard est forcé de constater qu’une partie des puissants de Septimanie et de Provence avait prote (...)
  • 40 A. Castes, Cinq évêques..., op. cit., p. 73.

36Lothaire, dans sa révolte contre son père, s’appuie en effet sur une partie de l’aristocratie et du clergé méridionaux. Parmi ceux-ci l’action d’un Agobard, évêque de Lyon et Hispanus37, déjà fort impliqué dans le concile d’Attigny en 822, est certainement déterminante38. Son action a pu déborder largement celle d’un conseiller jusqu’à devenir un recruteur de fidèles pour le parti de Lothaire. Ses liens avec l’aristocratie d’origine hispanique installée en Septimanie auraient alors pu jouer, et le ralliement d’une famille de potentes locaux comme les Wimar et Rado aurait été payée de la concession d’une villa nouvellement acquise par eux, sans droits ni privilèges antérieurs. Cette concession pourrait alors découler d’une intervention de palais d’Agobard pour gagner à Lothaire des partisans en Septimanie, qui lui avaient fait défaut lors de sa première révolte39 Agobard, après le retour au pouvoir de Louis, « paie sa participation à la révolte » quand, en 835, il est déposé du siège épiscopal de Lyon40.

37On ne sait ce qu’il advint des frères Wimar et Rado, on perd leur trace après ces deux documents et les deux villae ne réapparaissent qu’au bout de plusieurs décennies dans nos sources sans que nous puissions savoir si elles sont encore aux mains de descendants de Wimar et Rado.

38Dans les deux concessions accordées à Wimar en 814 et 832 pour chacune de ces villae, il apparaît clairement qu’il s’agit chaque fois d’un grand domaine foncier qui est attribué, puisque les limites de chaque villa sont celles du territoire de la paroisse en entier, pratiquement telles qu’elles ont été conservées par les communes actuelles, soit près de cinq mille hectares pour Céret, dont une grande partie en montagne, dans les Albères, et mille pour Villeneuve, dans la plaine.

  • 41 R. D’abadal, CC, t. II, p. 443.
  • 42 Ibidem, p. 326.

39La dimension de ces territoires oblige à émettre quelques hypothèses quant au processus de leur « aprision ». On peut supposer que même si ces vastes villae sont en possession du fisc, elles ne sont pas totalement désertées et que d’autres occupants subsistent, des paysans qui en cultivent certaines terres. Cette situation n’a pas dû aller sans difficultés parfois. De plus, la prise de possession et a fortiori la mise en culture de territoires aussi vastes oblige à considérer Wimar et Rado comme de puissants aristocrates qui ont dû arriver en Roussillon avec une véritable troupe d’hommes : fidèles, paysans, dépendants, peut-être aussi clercs, comme les textes le montrent bien dans le cas de Jean de Fontjoncouse41, voire même esclaves, comme ceux qu’Aznar Galindo amène avec lui en Cerdagne42.

40Ainsi, que ce soit du point de vue de leurs relations avec les autorités publiques comme de celui de leur implication dans les luttes politiques de l’époque ou des moyens mis en œuvre pour leur installation en Roussillon, Wimar et Rado, et sans doute leur père avant eux, apparaissent comme de puissants aristocrates qui s’intégrent d’emblée à la fois dans les réseaux de pouvoir et de fidélité de l’Empire, et dans le vaste mouvement de remise en valeur des terres abandonnées de Septimanie.

Goths indigènes ou réfugiés espagnols, la descendance de Sunvild : aux origines de l’aristocratie septimanienne et roussillonnaise

41En Septimanie et dans l’ancienne Marca Hispanica, l’attribution des terres abandonnées durant l’occupation musulmane et la reconquête carolingienne donnent l’occasion à certaines familles aristocratiques indigènes de renforcer leur implantation, en même temps que d’autres lignages, nouvellement venus des confins ibériques, s’intègrent aux réseaux de potentes déjà en place. La constitution de vastes patrimoines fonciers est possible grâce aux concessions de domaines selon le droit d’aprisio qui rétribue l’entrée dans la fidélité des souverains et des autorité locales. Par le jeu des alliances matrimoniales, les nouveaux arrivés se fondent ensuite, rapidement, en quelques générations, aux familles nobles en place. Un héritage culturel commun, le vieux fonds wisigothique, a favorisé la fusion entre ces immigrants et les autochtones.

  • 43 Tel qu’il a été reconstitué par P. Ponsich, « Bera Ier, comte de Barcelone et ses descendants. Le p (...)

42L’arbre généalogique de la famille de Bera43, le comte de Barcelone de 801, dont la descendance, directe ou indirecte, est apparentée aux plus influentes familles comtales et vicomtales de Catalogne et du Midi languedocien (Urgell, Barcelone, Cerdagne, Besalu, Confient, Empories, Roussillon, Rouergue), révèle des liens étroits entre la vieille souche des Guilhemides, issus de Guilhem de Gellone, duc de Toulouse et père de Bera, et une famille dont l’installation dans la Septimanie est plus récente : celle des descendants de fidèles dotés de grands domaines par le moyen de l’aprision (Sunvild et son fils Adefons).

  • 44 Sans que ce lien avec l'Hispanus Estève puisse être établi d’après des sources explicites, il sembl (...)
  • 45 M. Aurell, après R. D’Abadal, les croit sœurs, op. cit., p. 42, P. Ponsich fait de Ridlinda une niè (...)

43Le point de liaison entre ces deux souches se situe au niveau de la petite fille de Bera, Anna, l’épouse d’un nommé Estève (Stephanus), qui est probablement descendant de la branche languedocienne de la famille de l'aprisionnaire Sunvild, et, peut-être, lié à une famille vicomtale du Narbonnais44. La sœur (ou la nièce45) d’Anna, Ridlinda, épouse Radulf, petit-fils de Bellon et fils de Sunifred, le comte d’Urgell, mariage d’où sont issus les ancêtres des vicomtes de Rouergue, de Millau et de Gévaudan.

44Les fidèles Sunvild et Adefons apparaissent dans des documents de 847, 854 et 859, par lesquels Charles le Chauve accorde de nombreux biens aux descendants d’un aprisionnaire du début du siècle, sans doute installé et doté par Charlemagne ou Louis le Pieux. Toutefois, le lien généalogique de ces fidèles avec Estève, le mari d’Anna, et ses descendants, ne peut qu’être déduit de la transmission des domaines fonciers, constitués au moins en partie de biens patrimoniaux entrés dans les possessions familiales par aprision.

  • 46 CC, t. II, p. 340.
  • 47 R. D’Abadal, CC, t. Il, p. 335, 337 et 422.

45En 847, Charles le Chauve accorde à Adefons et à ses neveux Gomesind et Duran la propriété de Lézignan, Caumont et Sainte-Candille, dans le pagus narbonnais46. Il est dit qu’ils tenaient ces lieux par aprision de leurs pères et d’eux-mêmes. Ce précepte est accordé « suivant l’usage des prédécesseurs de Charles », allusion claire au droit d’aprision reconnu par Charlemagne et Louis le Pieux aux Gothi sive Hispani, et confirmé par lui-même en 84447. Cet oncle et ses neveux — il faut supposer un frère disparu, et une relation forte de solidarité dans la parentèle sont appelés par l’empereur « fideles nostros », et ce sont ces liens de fidélité qui motivent la faveur impériale, laquelle consiste à confirmer 1 acquisition des biens et à transmettre l’ensemble des droits qu’y avait le souverain aux aprisionnaires ou à leurs descendants.

  • 48 MH, no 5. Hypothèse reprise par P. Ponsich, « Le comte Bera... », art. cit., p. 67.

46Cet Adefons aurait pu être, selon Pierre de Marca et certains historiens, le même que celui qui est présent, en qualité de vicecomes, au plaid de 832 concernant les biens de l’abbaye Sainte-Marie (aux Bains d’Arles-sur-Tech)48. Comme il y était question d’aprisions que des paysans indigènes voulaient faire sur les terres attribuées au monastère, il n’est pas impossible que l’on ait fait appel à un aprisionnaire pour trancher le différend.

  • 49 HGL, t. II, no 152.
  • 50 « quod retinebat genitor eius Gomesindus et frater suus Adefunsus », ibid.
  • 51 HGL, t. II, no 161. C’était déjà l’opinion de R. D’Abadal, CC, p. 341.

47Les rapports étroits entretenus par ces petits-fils d’aprisionnaires avec le pouvoir sont encore confirmés par le nouveau précepte que reçoit Gomesind en 85949, où Charles le Chauve lui attribue de nouvelles propriétés sur recommandation du marquis Humfrid (donc comte de Barcelone en même temps que de Narbonne). Le roi concède à son fidèle la pleine propriété des biens que le père de Gomesind, qui semblait se nommer aussi Gomesind50, et son frère Adefons tenaient en bénéfice. Un Gomesind fait partie de l’entourage du comte et marquis Humfrid et des « boni homines » qui forment le plaid réuni à Narbonne en 86251. Parmi ceux qui y sont présents, on remarque parmi les juges un Adefons. Rien n’interdit de penser qu’il s’agit de l’oncle de Gomesind, dont l’âge et la fréquentation ancienne des sphères du pouvoir ont fait un notable apte à dire le droit selon la loi wisigothique, citée dans le jugement.

  • 52 CC, t.II, p. 347-349.
  • 53 Identifié avec Laroque-des-Albères, voir carte.
  • 54 M. Zimmermann, « Conscience gothique et affirmation nationale en Catalogne », dans L'Europe héritiè (...)

48En 85452, les propres enfants d’Adefons, Sumnold et Riculf, qui sont installés en Roussillon, dans le pagus d’Elne, reçoivent des biens aprisionnés par leur grand-père Sunvild et leur père Adefons en plusieurs lieux du comté, en particulier sur le rebord nord des Pyrénées, dans les Albères, à la Roca Frusindi53, mais aussi en un lieu nommé villa Moniano que l’on identifie avec la villa Gothorum appelée plus tard Mailloles. La mention de l’aprision de ces terres par leur grand-père pourrait faire remonter son installation au tout début du IXe, voire à la fin du VIIIe siècIe. Il n’est donc pas interdit de voir en Sunvild, le fondateur de la lignée, un Hispanus de la première heure, même si ses petits-fils sont dits « Goths » : le terme est assez ambivalent entre « septimaniens » et « habitants de la Gothie » qui inclut la partie de l’Espagne chrétienne dépendant de l’archevêché de Narbonne54, mais en outre cette caractérisation ethnique peut signifier une intégration à l’aristocratie septimanienne « gothe ».

  • 55 HGL, t. V, no 25.
  • 56 P. Ponsich avance que ce Stephanus, vassus dominicus, était l’oncle maternel du mari d’Anna, « Bera (...)

49Dans la descendance de cette famille prennent place Estève et Anna, la fille d’Alaric, comte d’Empuries, frère de Sunifred, comte d’Urgell-Cerdagne. Les biens pour lesquels le couple reçoit confirmation de Charles le Simple en 89955, et dont une partie peut être sans hésitation rattachée au domaine patrimonial de la descendance de Sunvild et de ses fils et petits-fils, sont sans doute ceux du mari, Estève, qui serait apparenté à un autre Estève, vassus dominicus en Narbonnais au milieu du IXe siècle56.

  • 57 MH, no 65 ; A. Catafau, « Une famille roussillonnaise du Xe siècle », dans Études Roussillonnaises,(...)

50L’utilisation des anthroponymes seuls est parfois délicate pour reconnaître les descendants de ces aprisionnaires, c’est alors la « généalogie des terres » qui permet de reconstituer celle des familles. En 899, Estève et son épouse reçoivent confirmation pour des domaines attribués un demi-siècle auparavant à Duran et Gomesind, Lézignan et Caumont, dont hérite plus tard le fils d’Anna et d’Estève, Ato. Celui-ci reste lié aux plus hautes sphères de la société laïque et ecclésiastique du Roussillon, il est en effet présent lors de la reconsécration de la cathédrale d’Elne en 914, aux côtés d’un nommé Esegudus, autre notable lié aux aprisionnaires57.

51Par leur dynamisme et leur capacité d’intégration, ces familles arrivées peu après la reconquête carolingienne dans le Roussillon et le Narbonnais, mais qui possèdent aussi des biens en Ampourdan, en Besalu, en Razès et en Fenouillèdes, ont sans aucun doute renouvelé le milieu des élites et des fidèles royaux et ont formé une des souches des familles aristocratiques du Xe siècle. À ce titre, on ne saurait sous-estimer l’importance de l’enracinement durable des Hispani et des aprisionnaires dans le phénomène de recomposition des pouvoirs et de constitution de nouveaux réseaux politiques et familiaux en Septimanie et dans la future Catalogne.

2. Le mariage, clé du pouvoir. Cl. Duhamel-Amado

  • 58 Narbonne, Elne, Carcassonne, Béziers, Agde, Maguelone, Nîmes, entraient dans la Provincia Galliae, (...)
  • 59 C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés (...)
  • 60 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde Franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, (...)

52L’étude des familles aristocratiques au temps du castrum et du lignage a été tentée à l’échelle de deux pagi mitoyens ayant relevé de l’ancienne Gothie58. Pour les comtés de Béziers et d’Agde s’offre une documentation diversifiée et parmi les nombreux cartulaires, atout précieux, deux sont laïques59. Les transcriptions comportent les listes de souscripteurs ou de témoins qui indiquent des parentés, tracent les contours d’une classe politique et laissent deviner l’existence de réseaux d’influence et d’alliances dont les centres de décision étaient extérieurs aux pagi concernés — comtés toulousain, catalans, vicomté de Narbonne... Les cartulaires des pays voisins ont donc été sollicités. Composés entre le XIe et le seuil du XIIIe siècle, tous contiennent en assez grand nombre des textes antérieurs à 1000. Les plus anciens indiquent des relations complices entre les élites carolingiennes et les grands propriétaires fonciers « locaux ». Ces percées dans la nuit documentaire témoignent de la réussite du projet carolingien visant à consolider son pouvoir en pratiquant jusqu’aux confins de l’Espagne Chrétienne une politique d’alliances matrimoniales60.

Carte du réseau Guilhemide sur les deux rives de l’Hérault (C. Amado)

Carte du réseau Guilhemide sur les deux rives de l’Hérault (C. Amado)

La parentèle gothique de Guilhem de Gellone

53Dans sa majesté légendaire et littéraire, le duc Guillaume — le Guillaume d’Orange de la Chanson de Geste, saint Guilhem de Gellone — est l’illustration la plus flagrante d’une alliance politique réussie entre Francs et Méridionaux.

  • 61 Avec Théodebert fils de Théodoric, à Dio et à Cabrières (Biterrois) et dans l'Arisitum (actuellemen (...)
  • 62 L. Levillain, « Les Nibelungen Historiques et leurs alliances de famille. I. La famille des Nibelun (...)

54De nos jours, il est encore célébré dans son « moniage » de Saint-Guilhem-le-Désert. Il avait appliqué le programme de son cousin Charlemagne en prenant femme (femmes ?) dans le Midi. Les routes qu’il avait empruntées depuis Aix-la-Chapelle passaient par la Bourgogne et par l’Auvergne, il avait mis ses pas dans ceux des Francs austrasiens qui, près de trois siècles plus tôt, étaient venus disposer des clés de la Septimanie61. Chevalier de Dieu puis moine, Guillaume avait fait souche au sud d’Autun (dont son père, Thierry, portait le titre comtal) et avait fondé dans la Gothie une abbaye, Saint-Sauveur de Gellone, qui devint une des nécropoles familiales. Dans une étude fondamentale, publiée en 1938, Léon Levillain a dessiné l’arbre de parenté se déployant autour du héros, dont le père avait épousé Aude, Fille présumée de Charles Martel62.

  • 63 Id., II. p. 47-48.
  • 64 Id., p. 52.

55À partir de l’exemple de la Bourgogne dont les « Thierry » (lignée de Guillaume) étaient les comtes, l’auteur montre clairement comment la politique d’alliances matrimoniales étendues des Carolingiens [« Ce transport des Nibelungen de Francia en Bourgogne s’insère dans la politique de colonisation franque pratiquée par les Carolingiens comme par leurs prédécesseurs pour asseoir et développer leur domination en la fondant sur une clientèle de parents et d’obligés »63] produit à terme des effets négatifs [« En s’unissant entre elles par des mariages, en essaimant aussi, les familles comtales carolingiennes ont tissé un réseau qui peu à peu a couvert tout le royaume, enserré dans ses mailles la royauté qui se débat au milieu des clans rivaux et finit par être l’enjeu de leurs compétitions »64].

  • 65 P. Ponsich, « Bera I, comte de Barcelone et ses descendants. Le problème de leur juridiction comtal (...)

56Ignorant (ou refusant d’évoquer) le mariage avec une wisigothe, l’auteur nomme deux épouses : Khunegunda et Witburge (Guibourc dans la Geste). Il revient à Pierre Ponsich d’avoir fait, il y a près de vingt ans, la démonstration d’une alliance pyrénéenne de Guillaume dont sera issu le comte Bera, fondateur de l’abbaye d’Alet65. Il avance des preuves anthroponymiques : 1. deux des enfants de Bera, Guillemundus et Rotruda (dénommée comme la fille aînée de Charlemagne), portaient des noms carolingiens. 2. Une fille du lignage, Ridlinda (troisième tiers du IXe s.), était dénommée comme la grand-mère paternelle de saint Guilhem et comme l’une de ses filles (indices auxquels nous pourrions ajouter le nom d'Adalindis porté par une autre fille de la lignée, au seuil du Xe siècle). Pierre Ponsich renforce l’hypothèse du rattachement de Bera au réseau carolingien, au clan Guilhemide, par des preuves indirectes : 1. sa présence — dit princeps Gothorum par Ermold le Noir — au siège de Barcelone (803) sous les ordres du duc Guillaume (saint Guilhem), son père présumé. 2. Le contexte politique de la rivalité entre Bera et Gaucelm, son frère présumé, dans le Razès et le Roussillon. 3. La souscription par Bera du testament de Charlemagne en 811 (Eginhard, Vita Caroli Magni).

  • 66 M. Aurell, Les noces du comte..., op. cit., p. 36. Voir aussi sa contribution dans ce même volume.

57Martin Aurell a vu dans Khunegunda la noble wisigothe choisie par Guillaume, qui serait donc la mère de Bera mais aussi de la moniale Gerberge66.

  • 67 Dans la lutte pour le pouvoir, engagée entre les fils de Louis le Pieux, les enfants de Guillaume n (...)

58La seconde fratrie, à laquelle appartenait Bernard de Septimanie, époux de Dhuoda, serait donc issue de secondes noces de Guillaume avec Witburge ; frères et sœurs furent victimes des affrontements pour le pouvoir, après y avoir plus ou moins directement participé67.

  • 68 Gellone, no 160.
  • 69 Gellone, no 249.
  • 70 M.-Th. Morlet, Les noms de personne sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, t. (...)

59Gaucelm/Gotcelmus, un autre fils de Guillaume, n’apparaît pas dans la généalogie proposée par Léon Levillain qui s’en explique dans le texte accompagnant le tableau généalogique intitulé « Les alliances des Nibelungen » : « Pour la famille de saint Guillaume, nous n’avons retenu que les noms qui ont servi à notre recherche... ». Il est mentionné dans un acte du Cartulaire de Gellone, en date du 14 décembre 80468. Il s’agit encore de lui dans un acte du même cartulaire, du 28 décembre 80769 : il est dit comte et missus de Louis le Pieux qui le charge de la délimitation d’un fisc biterrois devenu une possession de Saint-Sauveur après avoir appartenu à Guilhem. D’autres actes le montrent, le champ d’action de Gaucelm s'étendit au Roussillon, au Razès et au Nîmois. Comme le nom de « Gaucelm », porté par un fils de Guilhem, est un des hypocoristiques formés avec Gaut-, Gauz-, ou Goz-, élément rattaché « au nom du peuple gothique »70, nous pourrions peut-être voir en lui le frère utérin de Bera et de Gerberge... Si c’était le cas, la rivalité entre Gaucelm et Bera à propos du commandement dans le Razès et le Roussillon, prendrait un nouveau sens : tous deux fils d’une septimanienne, tous deux installés au commandement de terres gothiques...

  • 71 L'opinion prévaut dans un article de Léonce Auzias, consacré au personnel comtal (« Recherches d’Hi (...)
  • 72 R. D’Abadal, ib. Ière partie, Chap. III, VIII, et IIe partie, chap. I, IV, V, VI ; A. Lewis, « Féod (...)
  • 73 En 865 Charles Le Chauve détacha la Gothie de la Marche.
  • 74 R. Lafont, La Geste de Roland, 1.I : L'Épopée de la Frontière, 344 p., t. 2 : Espaces, Textes, Pouv (...)
  • 75 L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Collection de la Casa de Velázquez, Madrid, 1992.

60Le silence sur le mariage avec une wisigothe, avant que Pierre Ponsich ne s’y intéresse, peut s’expliquer. L’étude de Léon Levillain paraissait en 1937, dans un climat politique troublé où la conception « nationale » de l’affrontement entre les Francs et les autres peuples renvoyait à l’actualité, où l’hypothèse d’une réaction massivement antifranque des chefs de l’aristocratie wisigothe pouvait être difficilement discutée71. Depuis l’œuvre de Ramon D’Abadal, élaborée vingt ans plus tard, les historiens nuancent le propos, ils insistent sur la fidélité de nombreux Hispani envers les souverains carolingiens72. Tactique ou sincère, cet attachement aux Carolingiens se prolongea après que leur règne fut passé, assurant jusqu’au XIIIe siècle la force du lien entre les pays méridionaux dotés d’une forte composante « gothique » (les comtés dits « catalans » et l’ancienne Gothie73). On pourrait voir dans la commémoration de leurs hauts faits, dont témoigne le Roland occitan au XIe siècle74, un signe de reconnaissance, un comportement identitaire, de part et d’autre des Pyrénées. L’entreprise de séduction des intermédiaires germaniques, des élites franques, par les élites méridionales avait réussi : la culture romanisée avait absorbé les Wisigoths, les terres « gothiques » absorberont leurs Francs75.

Le souvenir de Guilhem de Gellone et l’anthroponymie « épique » de ses descendants

  • 76 Ou recouvrant carrément ces terres d’aumônes dont ces lointains descendants feignèrent d’oublier qu (...)
  • 77 Le dossier biterrois, agathois et montpelliérain a été étudié (C. Duhamel-Amado, réf. supra notes 1 (...)

61Le fils de Bernard de Septimanie et de Dhuoda, Bernard Plantevelue (841 - 886), comte d’Auvergne, de Toulouse et de Limoges, et son propre fils, Guilhem le Pieux (vers 870-918), duc d’Aquitaine, nous sont mieux connus que d’autres descendants de Guilhem de Gellone, individus plus obscurs installés dans l’ancien Arisitum, dans le Lodévois, dans le Substantion (comté de Melgueil) et dans les comtés de Béziers et d’Agde, sur des honneurs situés aux confronts des terres que leur ancêtre avait données à l’abbaye de Saint-Sauveur de Gellone76. L’existence de cette postérité est décelable dans le bas Languedoc féodal où le croisement des indices de filiation et de patrimoines — la généalogie des familles ne pouvant aller sans celle des terres selon l’heureuse expression d’Aymat Catafau — a permis de reconstruire l’édifice guilhemide : neuf puissantes familles castrales pour s’en tenir aux seuls comtés de Béziers et d’Agde et à leurs marges77.

  • 78 Les Guilhemides, ducs d’Aquitaine, furent évincés du titre comtal toulousain au milieu du IXe siècl (...)

62Selon l’hypothèse défendue ici, ces maîtres de lignages, les Guilhems de Montpellier en tête, cultivèrent le souvenir de Guilhem de Gellone et formèrent un bloc de résistance à l’hégémonie comtale toulousaine78. L’amitié entre Guilhem de Gellone et Benoît d’Aniane, le rôle du réformateur auprès de Louis Le Pieux comme l’importance de lettrés wisigoths aux cours carolingiennes, les loyautés « catalanes » envers les souverains carolingiens, ne seraient donc pas les seuls indices d’une rencontre réussie entre des communautés anciennes nourries de traditions romaines et wisigothiques et la jeune puissance franque, fidélités dont nous pensons qu’elles expliquent en partie l’influence des princes catalans et des souverains aragonais, trois siècles plus tard, dans un espace pourtant politiquement rattaché au Comté de Toulouse et au Royaume de France. Autre signe d’une heureuse conjonction, les maisons lignagères issues de la souche guilhemide ont entretenu longtemps la mémoire de Guilhem, d’abord par leurs liens avec l’abbaye de Saint-Sauveur de Gellone, question déjà explorée, ensuite en constituant un milieu de réception aux récits des hauts faits carolingiens, du Roland peut-être, de la Chanson de Guillaume très probablement, transmises dans la langue vernaculaire du Midi avant l’élaboration des textes du XIIe siècle en langue d’oïl.

  • 79 C. Duhamel-Amado, op. cit., supra note 59, thèse, t. II, monographie Le Pouget.

63Voici les premiers éléments d’une enquête sur les relations entre l’aristocratie du bas Languedoc et la création poétique79 :

64Ne disposant pas des précieuses chroniques familiales qui, plus au nord, nous renseignent sur les références littéraires des mesnies châtelaines, sur les sources vives de leur imaginaire, nous interrogerons d’autres corpus, les cartulaires, qui sont entre autres des recueils de noms. Ils témoignent d’une anthroponymie « épique » en usage, entre les Xe et XIIe siècles, dans les familles guilhemides localisées.

  • 80 A. Germain et A. Chabanneau, Liber instrumentorum memorialium — Cartulaire des Guillems de Montpell (...)
  • 81 26 juin 1191, L.I.M., no 525, p. 704-705, serment en provençal.

65Le Cartulaire des Guilhems80 contient, classé dans la section consacrée au Pouget, un serment prêté à Guilhem (VIII) pour le castrum, par Adalaïs, fille de Peironelle de Montferrier, épouse de Frédolon de Montdardier, et par un de leurs fils nommé Bertrand, avec promesse de le faire jurer par Frédolon et par le second des fils, Bérard ; l’acte est passé à Saint-Sauveur d’Aniane, le serment est prêté sur l’autel Sainte-Marie81. Le castrum de Montferrier est situé à cinq kilomètres au nord de Montpellier, tandis que Montdardier (Morts Desiderius, Mondesdier) appartient à l’ancien Arisitum) et à l’évêché de Nîmes, le massif de la Séranne le séparant de Saint-Guilhem-le-Désert. Depuis le mémorial du saint héros, une dizaine de kilomètres de chemins tortueux permettait d’atteindre Ganges, puis Brissac, deux centres aristocratiques reliés à la viguerie de Popian, donc au Pouget, par la haute vallée de l’Hérault ou par la vallée parallèle de la Buèges. Les noms de « Frédolon » et de « Bertrand » (du mari et du fils d’Adalaïs, originaire de Montferrier), évoquent ceux des fils d’une autre Adalaïs, dame du Pouget deux ou trois générations plus tôt.

66Deux des noms (Bérard, Mondisdier) livrés dans ce serment ont plus précisément une résonnance épique :

  • 82 11 août 1073, Cart. de Maguelone, no IX, p. 10-12. L’acte est passé dans le cloître de la demeure e (...)

67Berardus est un nom rare, en usage chez les seigneurs du castrum de Lundres (aujourd’hui Mas-de-Londres au nord de Montpellier), depuis le début du XIIe siècle au moins. Un acte du cartulaire de Maguelone mentionne un homonyme, parent lointain de Bertrand : le miles Bertrand de Montdardier, présent à Brissac en août 107382. Aves ces noms de personnes et de lieux, nous sommes dans le réseau familier des Guilhemides.

  • 83 W. M. Wiacek, Lexique des noms géographiques et ethniques dans les poésies des troubadours des XIIe(...)
  • 84 G. Gouiran, Le seigneur-troubadour d’Hautefort. L'œuvre de Bertran de Born, 2e Université de Proven (...)

68L'association du nom « Bérard » et du toponyme Mondisdier (de nos jours Montdardier) est une nouvelle surprise : le castrum de Mons Desiderius s’élevait au confront de Latude, villa que, peu après 800, Guilhem avait donnée aux moines de Gellone. Le « Mondesdier » associé au paladin « Bérard » a été identifié avec San Disdier, Saint-Didier-en-Velay situé dans la Haute Loire83, une proposition pas mieux étayée que la nôtre, mais pas plus contestable (nous savons combien le jeu d’attributions ouvre les perspectives). Bérard de Mondidier fut célébré par Jean Bodel, Bérard a été chanté par les troubadours Bertrand de Born et Peire Vidal, au XIIe siècle. Gérard Gouiran traduit ainsi le sirventès de Bertrand de Born, sans doute composé peu après juillet 1189, dans lequel le troubadour déplore « la décadence morale des temps nouveaux » et se plaint de ne pas rencontrer dans les cours qu’il fréquente des hommes de la trempe des anciens héros Ogier, Bérard et Baudoin84 :

(vers 25-32)

Bellas personas, bel arnes
Pot om pro veder e trobar
Mas no-i es Augiers lo Danes,
Berrautz ni Bauduïs no-i par.
E de pel penzenat son pro,
Razas denz et en cais greno,
Mas non ges cel que sapch’amar,
Cort tener, domneiar ni dar.

De belles personnes, de beaux vêtements,
on en peut voir et trouver en quantité,
mais Ogier le Danois n’y est pas, on n’y voit
ni Bérard ni Baudoin. Nombreux sont les gens
à la chevelure bien peignée, aux dents
polies, à la moustache aux lèvres, mais il n’y a
personne qui sache aimer, tenir une cour,
pratiquer service d’amour ni largesse.

  • 85 G. Gouiran, op. cit., p. 437 s’appuie sur A. Thomas, Poésies complètes de Bertran de Born, Toulouse (...)

69Gérard Gouiran fait remarquer que le renom de Bérard est également lié à celui d’Augier (Ogier) dans une chanson du trouvère d’Arras, Jean Bodel (Chanson des Saisnes ou Chanson des Saxons, composée dans le dernier tiers du XIIe siècle, donc contemporaine de Bertran de Born et de Peire Vidal), tandis qu’il est rapproché d’autres héros paladins, Roland et Olivier, les inséparables, dans un poème du troubadour toulousain, Peire Vidal85. Des noms épiques, Guilhem, Augier, Bertrand, Gui, appartiennent spécifiquement au groupe familial établi sur les deux rives du fleuve Hérault... Où l’on trouve aussi le couple anthroponymique Olivier/Roland, repéré en 1091, dans une fratrie de Cabrières qui comprenait un « Bertrand ». Le cas ne peut être imputé à l’effet de mode enregistré après la réception de la Chanson de Roland en langue d’oïl, au XIIe siècle, puisque ces garçons dénommés dans leur jeune âge, naquirent plus tôt, sans doute au cours de la décennie 1070. Le nom de Roland avait surgi plus tôt dans l’environnement vicomtal biterrois et agathois, peu après 900, celui de Bertrand un peu plus tôt. Quant à la faveur du nom Oliba, elle est à replacer dans un environnement aristocratique biterrois marqué par les familles comtales « catalanes ».

  • 86 R. Lafont, La Geste de Roland, t. 1, l’Épopée de la Frontière, 1991, chap. 5 : « Au rendez-vous de (...)

70De tels choix onomastiques, qui paraissent obéir à la transmission des symboles au sein d’une lignée — un « héritage immatériel » aussi précieux que les biens —, s’organisent, prennent consistance à la lecture d’un ouvrage récent dont on n’a pas encore suffisamment mesuré la nouveauté et l’importance : la subtile et complexe leçon de Robert Lafont invite à rechercher les traces d’une réception locale, dans des relais méridionaux de la première étape de la Chanson de Roland, « l’étape occitano-navarraise ». Familier du cycle de Guillaume, des Vies de saints et du Roland, il les restitue dans leur espace premier de production et de réception. Il montre par exemple comment le poème normand composé à la gloire de héros occitans et normands avant d’être récupéré au service des Capétiens, procéda d’une œuvre navarraise en langue d’oc. Il suit sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, entre Conques, Gellone et la Marche d’Espagne, l’entrelacement des récits, des chansons, et des poèmes liturgiques dansés86.

  • 87 « Mémoire héritée, mémoire inventée : Guilhem de Baux, Prince d’Orange, et la légende de Guillaume (...)

71Comment ne pas penser à la réception locale d’une première étape de la Chanson de Guillaume, d’autant plus attendue, d’autant plus réussie, qu’elle célébrait les ancêtres, les superbes aïeux Guillaume et Guibourc ? Partant de l’hypothèse du rayonnement et du prestige du héros épique dans les régions méridionales, Florian Mazel s’est pour sa part attaché à la démarche d’un lointain descendant, Guilhem de Baux (1173-1218), qui emprunta à l’ancêtre ses attributs et, du moins le voulut-il, une partie de son destin puisque, nouveau miles Christi, il pourfendit les hérétiques cathares confondus avec les « Infidèles » qu’affrontait Guillaume au temps de Charlemagne. L’auteur de cette étude l’intitule : « Mémoire héritée, mémoire inventée... »87. Héritée certes : le Prince d’Orange Guilhem était l’héritier de son oncle maternel, le troubadour Raimbaud d’Orange, et par sa mère et cet oncle il se rattachait au lignage des Guilhems de Montpellier, lignage castrai inauguré au Xe siècle par un « Gui » et des « Guillaume ». Mémoire inventée aussi, dans les images contrastées puis confondues du guerrier et du moine...

72Version méridionale de la Geste carolingienne, une culture orale et savante multiforme, en gestation depuis le temps de l’empereur et du compagnonnage des princes francs et wisigoths, semble bien avoir accompagné et nourri de ses images et de ses mythes les étapes de la formation seigneuriale, le temps du castrum et du lignage.

Conclusion

  • 88 Sur la capacité des « autochtones » biterrois, d’origine franque ou gothe, à intégrer les nouveaux (...)

73Comme les textes roussillonnais, les textes biterrois mettent en scène les plus puissants des aprisionnaires, dont tous n’étaient pas eux non plus des réfugiés, des Hispani, même si la plupart étaient des Goths installés depuis quelques générations dans la Provincia Galliae. La documentation qui en rend compte est généralement plus tardive, moins circonstanciée que la première. La famille vicomtale de Narbonne semble avoir été aux commandes du dispositif, à Sijean dans le Narbonnais, autour de Béziers et plus au nord, vers Villemagne-l’Argentière où elle contrôlait une part importante des gisements de métal88.

  • 89 Sur Riculfus, Radulfus, Stephanus, thèse à paraître (réf. supra note 59).
  • 90 Douze actes rédigés entre 950 et 1020 montrent Colombiers et Saint-Bauzile d’Esclatian, deux villae(...)

74En introduction, nous proposions d’étendre le champ d’observation d’un pagus à l’autre, afin de mieux comprendre le processus de formation d’un groupe aristocratique localisé. La méthode s’avère fructueuse. Pour ne s’en tenir qu’aux in dividus nobles ayant bénéficié de l’aprision dans les comtés d’Empúries et de Roussillon, les noms de Riculfus, Radulfus et Stephanus sont relevés autour de Béziers et dans le Bassin moyen de l’Hérault, dans la proximité vicomtale (vicomtes de Narbonne, de Béziers et de Lodève), à partir du IXe siècle. Ces homonymes sont hommes de l’aristocratie qui interviennent dans un contexte où les « coïncidences » se multiplient trop pour qu’il s’agisse d’un hasard89. Elles se concentrent dans la zone suburbaine de Béziers90 et dans le Bassin moyen de l’Hérault, dans l’espace guilhemide précisément où nous allons nous attarder encore un moment.

  • 91 Pour les références aux actes et la démonstration : C. Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems d (...)

75Au confront du Pouget où nous avons décelé un certain climat « épique » autour de 1100, une villa (dite de Teulet) portait une tour mentionnée au milieu du Xe siècle mais bâtie plus tôt, l’une des rares qui ne fussent pas vicomtales (ce que le rang social de ses maîtres laïcs, leur noblesse, expliquent aisément) ; le dossier91 en témoigne et il révèle une forte présence guilhemide et « gothique » :

  • 92 Alpaïs était-elle fille de Louis le Pieux ou de Charlemagne ? Elle était l’épouse du comte Begon, c (...)

76Nous sommes dans le second tiers du Xe siècle : une épouse, Adalendis, porte un nom guilhemide ; le nom de sa fille, Adpaix/Alpaïs, est la seule occurrence d’un nom plus que rare autrefois porté par une carolingienne, épouse du remplaçant de Guillaume au titre comtal de Toulouse, en 80692.

  • 93 Généalogie dessinée par M. Aurell, Les noces du comte..., op. cit., supra note 4, p. 560.

77Les hommes de la lignée (l’aïeul Gaucfredus, fils d'Amalricus, son neveu Waldadus) sont très probablement apparentés aux comtes de Roussillon et d’Empüries, issus de Sunyer 1er (mort en 862)93.

  • 94 R. D’Abadal, op. cit., supra note 71, p. 29-40, chap. III : « La légende et l’histoire du comte Sal (...)
  • 95 Ansemond dit « de Gellone » (homonyme d’un autre Ansemond, un goth septimanien soutien des Francs d (...)

78Saint-Amans de Teulet et le Pouget formaient avec le beau terroir de Lestang un ensemble patrimonial où l’évêque d’Agde, nommé Salomon (948-980), un goth94, possédait des alleux, ce qu’indique un échange entre l’évêque et un couple, consigné dans le cartulaire des évêques d’Agde, daté de 954 : l’homme s’appelait Bera, nom on ne peut plus gothique, occurrence exceptionnelle dans le Biterrois et sur ses marges, et la femme, Adalendis, était dénommée comme la dame de la tour (et par ailleurs la sœur de Guilhem le Pieux, un demi-siècle auparavant). Ils reçoivent de l’évêque Salomon un alleu situé au confront du Pouget contre des biens dans le Substantion ; parmi les chanoines entourant Salomon, il y avait d’autres goths95.

79Les évêchés d’Elne et de Béziers étaient séparés par près de quatre-vingt kilomètres et par la cité métropolitaine de Narbonne, autant dire qu’ils étaient proches si l’on considère l’extrême mobilité des élites aux temps carolingiens et jusqu’au cœur du Xe siècle. Dans le Roussillon comme dans le Biterrois, les élites locales comme les souverains ou leurs proches usèrent du mariage pour étendre le réseau des solidarités et amortir les tensions, et elles confisquèrent à leur profit une institution destinée à l’origine aux Hispani, toutes catégories sociales confondues.

Notes

1 Cl. Duhamel-Amado, « Pouvoir et noblesse dans la Gothie : formation du réseau aristocratique biterrois au Xe siècle », dans La Catalogne et la France méridionale autour de l'an Mil, Colloque Hugues Capet 987-1987, Barcelone, 1991, p. 160-173. Id., « Poids de l’aristocratie d'origine wisigothique et genèse de la noblesse septimanienne », dans L'Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Colloque CNRS, Paris, 1990, Collection de la Casa de Velázquez, no 35, Madrid, 1992, p. 81-99.

2 Par réseau « local » nous désignerons un groupe aristocratique partageant avec les princes laïcs (comtes, vicomtes) le contrôle d’un comté, d’une vicomté (les fonctions liées au commandement, les grands alleux). Il est certain que, selon les zones étudiées, tel réseau aristocratique débordera le champ, empiétera sur les pays voisins, comme nous l’avons observé autour d'Aniane et de Saint-Guilhem-le-Désert où les Guilhemides étendaient leur trame dans le Lodévois, le Maguelonnais et le Biterrois, et à Béziers même où, jusqu’au milieu du XIe siècle, la famille vicomtale narbonnaise entrait en concurrence avec la famille vicomtale biterroise. Mais ce sont là des particularités qu’il conviendra de réintroduire à l’issue de chaque enquête.

3 C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle, Les Cahiers de la Haute-Loire, Le Puy-en-Velay, 1987. Exemple des Guilhems, seigneurs de Montpellier, issus de la vigoureuse souche Guilhemide établie sur les deux rives du fleuve Hérault : ces riches alleutiers semblent avoir été apparentés à Gui (Wido) vicomte puis comte à Clermont autour de 1000 (C. Lauranson, op. cit., généalogie des Clermont et alliés, p. 139, et C. Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier, questions généalogiques et retour à l’historiographie », Études sur l’Hérault, 7-8, 1991-1992, p. 89-109).

4 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulouse-le-Mirail, 2 vol. , 1975-1976. M. Aurell I Cardona, « Jalons pour une enquête sur les stratégies matrimoniales des comtes catalans (IXe-XIe s.) », Symposium internacional sobre els origens de Catalunya (Segles VIII-XI), I, 1991, p. 281-364. ID., Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Publications de la Sorbonne, 1995, 623 p.

5 A. Catafau, « Sicut ceteri Hispani faciunt... ». Hispani et aprisionnaires en Roussillon et Vallespir de la fin du VIIIe siècle à la fin du Xe siècle, Université de Toulouse-le Mirail, Mémoire de Maîtrise 1991.

6 Par « moyenne » aristocratie, nous entendons les riches alleutiers dont seront issus, après 1000, les maîtres des châteaux, un niveau immédiatement inférieur à celui de la « haute » aristocratie des « princes » (les comtes et les vicomtes). L’hypothèse défendue étant que la moyenne aristocratie s’enracinait dans la plus haute.

7 Question traitée par Aymat Catafau.

8 Question traitée par Claudie Amado.

9 C'est ce que peut confirmer l’orthographe utilisée dans le précepte de Charles le Chauve pour l’abbaye d’Arles-sur-Tech, en 869 : « (cum) omnibus apprehensionibus quas ipsi monachi propriis manibus de eremi vastitate traxerunt », Marca Hispanica, no 30, col. 793. Mais Du Cange fait venir aprisio soit d’aperire, avec l'idée d’« ouvrir » la terre, les sillons, soit d’adportiones ou in portiones, qui étymologiquement nous semble discutable bien qu'un rapport existe souvent entre la portio et l'aprisio, cf. infra.

10 P. Bonnassie, Les cinquante mots clefs, de l’histoire médiévale, Toulouse, p. 19 et 77.

11 Occurrences relevées dans les diplômes réunis par R. D’Abadal, Catalunya carollngia (ci-dessous CC), t. II.

12 Histoire Générale de Languedoc (ci-dessous : HGL), t. II, no 33, col. 98.

13 HGL, t. II, no 95, col. 208.

14 J.-M. Salrach, El procès de feudalització, Barcelona, 1989, p. 191.

15 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l''Église..., p. 111.

16 CC, t. II, p. 314. Le non-respect des droits des Hispani par les autorités locales est bien connu dans le cas de Jean de Fontjoncouse, HGL, t. II, no 12, col. 59, no 34, col. 100, no 85, col. 185, no 112, col. 232. On peut citer en Roussillon l’exemple de Recemir opposé au comte de Roussillon, HGL, t. II. no 150, col. 306. Il obtient satisfaction grâce au témoignage de ses voisins, qui ont vu son grand-père s’installer : « sicut ceteri spani faciunt ». Voir A. CATAFAU, « Les Hispani et l’aprision en Roussillon et Vallespir. Indices d’une croissance, fin VIIIe-début Xe siècle », dans Frontières, no 2, Université de Perpignan, 1992, p. 7-20.

17 On en trouve deux exemples sur le territoire accordé à Castellan, moine hispanus qui a fondé le monastère « des Bains », qui deviendra Arles-sur-Tech. À la suite de plaids qui les ont opposés aux abbés successeurs de Castellan, des paysans loci illius ont dû abandonner des terres où « ils voulaient faire des aprisions », en 832 (HGL, t. II, col. 177), et parfois après les avoir cultivées depuis longtemps, comme le dit le paysan Domenicus, contraint lui aussi de déguerpir, en 875, HGL, t. II, no 187, col. 378.

18 A. Dupont, « L’aprision et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France », dans Le Moyen Âge, 1965, p. 179-213 et p. 375-399.

19 En même temps que Castellan et qu’Atala arrivent des groupes, composés de clercs, d’esclaves, de femmes et d’enfants, parmi lesquels se trouve Agobard adolescent. Sur les réfugiés dans leur ensemble, voir P. Riché, « Les réfugiés wisigoths dans le monde carolingien », dans L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique, CCV, no 35, Madrid, 1992, p. 177-183.

20 Agobard, Liber adversum dogma Felicis urgellensis ad Ludovicum Pium imperatorem, PL, t. 104, col. 29-70 ; Prudence, De predestinatione contra Erigenam, PL, t. 109, col. 1009-1366 ; Théodulf, De spiritu sancto, PL, t. 105, col. 239-276. Voir à ce sujet : A. Castes, Cinq évêques hispani dans l'empire carolingien, leur influence sur l'idéologie et la pratique épiscopale, Toulouse-Le Mirail, Thèse de troisième cycle, 1985.

21 Bonne étude dans A. Castes, op. cit., p. 363-371.

22 C'est l'opinion de P. Riché, « Agobard, qui en bon wisigoth déteste les juifs... », dans Ecoles et enseignement au Moyen Age, p. 96. Nous ne pouvons que souligner les convergences entre les écrits d’Agobard, évêque de Lyon, par exemple la célèbre Epistola... de iudaicis superstitionibus, PL, t. 104, et ceux d’autres Hispani : quelques années plus tard. Prudence, évêque de Troyes, manifeste son antisémitisme lors de la rédaction des Annales royales, PL, t. 109, col. 1407 : « Mauri Barcinoniam ludaeis protendibus capiunt. ».

23 On peut relever autour de Lyon et de Narbonne, les prises de position anti-juives de Florus, de Nibridius, de Théodard tout au long du IXe siècle.

24 Vaine tentative, dont l’échec aurait pu influencer, selon certains auteurs, la prise de position d’Agobard en faveur des fils de Louis contre l'empereur, B. Blumenkranz, Les auteurs chrétiens latins du Moyen Âge sur les juifs et le judaïsme, Paris, 1963, p. 155.

25 Ainsi Théodulf contre les conceptions byzantines des images, participe à la rédaction des Libri carolini, vers 790-791, puis compose le traité au sujet du Filioque, en 809, PL, t. 105, col. 239-276 ; et Agobard combat l’adoptianisme de Félix d’Urgell, PL, t. 104, col. 29-70. On doit souligner sur ce dernier point l'importance significative d’avoir confié la lutte contre une hérésie qui est avant tout espagnole par son origine (Elipand de Tolède et Félix d’Urgell), par sa diffusion, et sans doute aussi par ses racines (avec une nette résonance des croyances islamiques dans le thème de l’adoption), à un évêque qui est un Hispanus de la première heure, plus à même peut-être de comprendre et de convaincre les clercs espagnols.

26 A. Castes, Cinq évêques hispani..., op. cit., p. 73 et 311, P. Riché, « Les réfugiés wisigoths... », art. cit., p. 180. Agobard semble même être un des chefs de file de l’opposition du clergé à Louis, tant à Attigny (822), que lors des révoltes de Lothaire (829 et 832). On verra ci-après comment des fidèles, probablement d’autres Hispani, utilisèrent de manière opportuniste les dissensions entre l’empereur, ses fils et le haut-clergé, cf. infra dossier « Wimar et Rado ».

27 A. Castes, Cinq évêques..., op. cit., p. 100. Comme Witiza (Benoît d’Aniane), Claude fait partie des proches de Louis alors qu’il n’était encore que prince d’Aquitaine.

28 P. Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Paris, 1983, p. 124. Depuis, l’étude de la part prise par Théodulf à leur rédaction a été approfondie par A. Freman, « Theodulf of Orléans, a visigoth at Charlemagne’s court », dans L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique, CCV, no 35, Madrid, 1992, p. 185. A. Freeman insiste sur le fait qu’ils furent écrits à la demande expresse de Charlemagne : « The composition of the Libri carolini was apparently the first work done for Charlemagne by Theodulf », ibid.. p. 190.

29 A. Castes, Cinq évêques..., op. cit., p. 24-25 et 27.

30 Ces documents ont été successivement édités d’après Baluze, t. 108, fol. 88 et 89, dans la Marca Hispanica (ci-dessous MH), ap. no 7 et 8, puis HGL, t. II, no 84 et 86 (avec une date erronée rétablie par D’Abadal), et CC, t. II, p. 318 et 327.

31 Voir carte.

32 Ce toponyme conserve le souvenir de l’un des deux frères. En effet, Villeneuve est encore appelé un siècle après Villanova quae vocant Radoni condam. Mais le nom de celui qui fut peut-être le dernier héritier, ou qui avait reçu en propre cette villa, se fixe ensuite sous une forme déformée : au XIIIe siècle Rado est devenu Razo, confondu avec Ratio, et écrit en catalan Raô, Raho, voir P. Ponsich, Le Pays catalan, Pau, 1984, t. II, p. 1091.

33 HGL, t. II, no 31 et 32 lettre en faveur du monastère de Lagrasse et diplôme pour la cathédrale de Narbonne. Le second a été accordé le même jour que celui de Wimar, à l’archevêque de Narbonne Nebridius.

34 a. 812 : CC, t. II, p. 312 ; a. 815, ibid., p. 417-419. Il n’est pas impossible que le père de Wimar et Rado aient fait partie du groupe des quarante-deux Hispani venus à cette date au palais impérial, c’est l’opinion de R. D’Abadal, car Louis le Pieux affirme confirmer une précédente concession de Charlemagne, CC, t. II, p. 316. Il semble que Louis le Pieux transforme une concession de beneficium en proprietario jure.

35 CC, t. II, p. 320.

36 CC, t. II, p. 316.

37 Cf. supra le dossier sur les clercs hispani.

38 Il écrit : « Agobardi chartula porrecta Lothario in synodo Compendiensi, anno 832. », Patrologie latine de Migne (infra PL), t. CIV, col. 318-324. Composé lors du synode de Compiègne en mai 832, lors de cette seconde révolte des fils de Louis le Pieux contre leur père, c’est une ferme prise de position en faveur des fils contre l’empereur.

39 Agobard est forcé de constater qu’une partie des puissants de Septimanie et de Provence avait protesté contre ses prises de position au sujet des biens ecclésiastiques, lors du concile d'Attigny, en 822, PL, t. 104, col. 230.

40 A. Castes, Cinq évêques..., op. cit., p. 73.

41 R. D’abadal, CC, t. II, p. 443.

42 Ibidem, p. 326.

43 Tel qu’il a été reconstitué par P. Ponsich, « Bera Ier, comte de Barcelone et ses descendants. Le problème de leur juridiction comtale », dans Confient, Vallespir, et montagnes catalanes, LIe congrès de la Fédération Historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1980, p. 51-69.

44 Sans que ce lien avec l'Hispanus Estève puisse être établi d’après des sources explicites, il semble assuré pour P. Ponsich, op. cit., p. 66-67, et pour M. Aurell, Les noces du comte, Paris, 1995, p. 43.

45 M. Aurell, après R. D’Abadal, les croit sœurs, op. cit., p. 42, P. Ponsich fait de Ridlinda une nièce éloignée d’Anna, op. cit., p. 67. Si elles sont sœurs, le mariage de Ridlinda avec Radulf est une union incestueuse flagrante : en effet le père de Radult, Sunitred. est le frère d’Alaric, père d’Anna et de Ridlinda, les époux sont donc cousins germains. Mais le cas n’est pas exceptionnel dans la famille comtale barcelonaise du IXe siècle, où, comme l'a montré M. Aurell. on use des mariages consanguins pour resserrer les liens entre les branches collatérales et renforcer le pouvoir du lignage.

46 CC, t. II, p. 340.

47 R. D’Abadal, CC, t. Il, p. 335, 337 et 422.

48 MH, no 5. Hypothèse reprise par P. Ponsich, « Le comte Bera... », art. cit., p. 67.

49 HGL, t. II, no 152.

50 « quod retinebat genitor eius Gomesindus et frater suus Adefunsus », ibid.

51 HGL, t. II, no 161. C’était déjà l’opinion de R. D’Abadal, CC, p. 341.

52 CC, t.II, p. 347-349.

53 Identifié avec Laroque-des-Albères, voir carte.

54 M. Zimmermann, « Conscience gothique et affirmation nationale en Catalogne », dans L'Europe héritière de l'Espagne wisigothique, p. 59-60.

55 HGL, t. V, no 25.

56 P. Ponsich avance que ce Stephanus, vassus dominicus, était l’oncle maternel du mari d’Anna, « Bera 1er, comte de Barcelone... », art. cit., p. 57, note 10. Il est selon lui, « probablement fils d’un autre Estève, vicomte de Narbonne en 834 », ibid. Il n’est peut-être pas interdit de voir dans cette lignée d’« Estèves » les héritiers d’un Hispanus installé en Gaule dès la fin du VIIIe siècle, et reçu par Charlemagne à Aix, parmi la fameuse délégation des Hispanide 812 (Stephanus).

57 MH, no 65 ; A. Catafau, « Une famille roussillonnaise du Xe siècle », dans Études Roussillonnaises, t. XII, Perpignan, 1993, p. 91-108.

58 Narbonne, Elne, Carcassonne, Béziers, Agde, Maguelone, Nîmes, entraient dans la Provincia Galliae, nom donné par les textes wisigoths à la Septimanie, partie de la Narbonnaise Première rattachée au Royaume de Tolède des années 460 à la conquête arabe. Le mot Gothia, désignant lui aussi la partie wisigothe de la Provincia Narbonnae, apparaît à l’époque carolingienne dans les annales de Saint-Sauveur d’Aniane.

59 C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d’Agde (900-1170), thèse d’état 1995, à paraître 1998.

60 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde Franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 414 et suiv. : « Au Xe siècle, le prestige carolingien reste intact et les alliances avec la famille royale continuent à légitimer le pouvoir des plus puissants, surtout lorsque le pouvoir avait été usurpé... Pour consolider leur pouvoir, les Ottoniens conçurent un ordre européen dans lequel leur lignée s’appuyait, à l’intérieur comme à l’extérieur, sur une parenté cognatique nombreuse. Le système ottonien reposait donc d’abord sur la stratégie matrimoniale. Les mariages des chefs suivirent et soutinrent l’orientation et les dimensions de la politique ottonienne ».

61 Avec Théodebert fils de Théodoric, à Dio et à Cabrières (Biterrois) et dans l'Arisitum (actuellement Le Vigan au nord de Saint-Guilhem-le-Désert) en 532/533, cf. J.-B. Elzière, « Sud du Massif Central, églises de Rhénanie et royaume des Austrasiens à l’époque mérovingienne (VIe-VIIIe s.) », dans Mélanges Henri-Paul Eydoux, Bulletin Monumental, Société Française d'Archéologie, 1993, p. 47-72.

62 L. Levillain, « Les Nibelungen Historiques et leurs alliances de famille. I. La famille des Nibelungen. Les comtes d’Autun au IXe siècle », dans Annales du Midi, t. 49, 193.7, p. 307-408). II. « Les alliances des Nibelungen avec la famille de saint Guilhem et celle des Gérold. La question de Guillaume le Toulousain. L’origine des comtes de Rodez et de Toulouse », dans Annales du Midi, t. 50, 1938, p. 5-66. Le tracé généalogique figure dans le II, entre les pages 46 et 47.

63 Id., II. p. 47-48.

64 Id., p. 52.

65 P. Ponsich, « Bera I, comte de Barcelone et ses descendants. Le problème de leur juridiction comtale », dans Confient, Vallespir et Montagnes Catalanes, Fédération Historique Languedoc Méditerranée Roussillon, 1980, p. 51-69. L’auteur s’appuie sur un acte disparu dont le t. II de l'Histoire Générale de Languedoc nous donne la teneur (vers 813, HGL, t. II, Preuves, 23, c. 79-80), par lequel le comte Bera, « fils du comte Guilhem, récemment décédé », et son épouse Romilla, fondent l’abbaye d'Alet. L'authenticité de l’acte ayant été mise en doute (l’argument étant que l’abbaye ne pouvait être aussi ancienne parce que la liste des abbés est beaucoup plus tardive), il donne des exemples de fondations dans le Roussillon ou le Razès, pour lesquelles on est assuré de l’ancienneté et dont les listes commencent tard.

66 M. Aurell, Les noces du comte..., op. cit., p. 36. Voir aussi sa contribution dans ce même volume.

67 Dans la lutte pour le pouvoir, engagée entre les fils de Louis le Pieux, les enfants de Guillaume n’avaient pas rallié le parti de Charles le Chauve qui finit par l’emporter. Quatre d’entre eux périrent de mort violente : Herbert fut aveuglé, on noya la moniale Gerberge dans la Saône, à Chalon en 834, où son frère le comte Gaucelm fut aussi éliminé, tandis qu’un autre frère, Bernard de Septimanie, sera exécuté sur l’ordre de Charles en 844.

68 Gellone, no 160.

69 Gellone, no 249.

70 M.-Th. Morlet, Les noms de personne sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, t. I, p. 104 b et p. 107 a.

71 L'opinion prévaut dans un article de Léonce Auzias, consacré au personnel comtal (« Recherches d’Histoire carolingienne. Le personnel comtal et l'autorité royale en Septimanie méridionale (872-878) », dans Annales du Midi, no 178, p. 121-147, 1933) : l’auteur fait du comte Salomon, à la tête de la Marche d’Espagne depuis 865, un Franc combattu par les chefs « indigènes ». Ramon D’Abadal a montré qu’il s’agissait d’un Goth combattu par d’autres Goths (Els primers comtes catalans, Ed. Teide, Barcelona, 1958, Ière Partie, Chap. III intitulé « La llegenda i la història del comte Salomó d’Urgell-Cerdanya », p. 29-40).

72 R. D’Abadal, ib. Ière partie, Chap. III, VIII, et IIe partie, chap. I, IV, V, VI ; A. Lewis, « Féodalité de la France méridionale-850-1050 », dans Annales du Midi1 1964, t. 76, no 68-69, p. 247-260 ; Ph. Wolff, Histoire du Languedoc, 1967, p. 131, pour ne parler que des premiers.

73 En 865 Charles Le Chauve détacha la Gothie de la Marche.

74 R. Lafont, La Geste de Roland, 1.I : L'Épopée de la Frontière, 344 p., t. 2 : Espaces, Textes, Pouvoirs, 292 p., Paris, L’Harmattan, 1991.

75 L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Collection de la Casa de Velázquez, Madrid, 1992.

76 Ou recouvrant carrément ces terres d’aumônes dont ces lointains descendants feignèrent d’oublier qu’elles avaient été autrefois données « pour l’âme ». Dans l’espace patrimonial de Guilhem de Gellone, des riches alleutiers à l’origine des maisons castrales du bassin moyen de l’Hérault portent des noms en usage dans la famille de Guilhem, tels Teudericus (IXe), Teudo (IXe et Xe), Ildinus (Xe), Senegonda (Xe et XIe), Gaucelmus (XIe), Adalindis (Xe), Aldeberga (Xe), outre les noms d’individus situés dans la proximité des vicomtes de Lodève et des premiers Guilhems de Montpellier, formés avec des composantes guilhemides : Aida-, Teud-,-bert,-berg.

77 Le dossier biterrois, agathois et montpelliérain a été étudié (C. Duhamel-Amado, réf. supra notes 1 et 59), son équivalent auvergnat aussi (Ch. Lauranson-Rosaz, réf. supra note 3 et dans sa contribution au colloque). Sur la carte reproduite (« La rive biterroise du bassin moyen de l’Hérault... ») figurent sept des neuf maisons castrales « guilhemides » : les DeuxVierges et Montpeyroux (castra situés dans le pagus de Lodève) avec Gignac (dans le pagus de Béziers) procédaient directement de la souche vicomtale de Lodève ; les Guilhems d’Aumelas-Montpellier (le castrum d’Aumelas était Biterrois), Le Pouget, Saint-Pons-deMauchiens, Popian, Cabrières (hors marge) étaient tous biterrois ; situé dans le pagus d’Agde, Touroulle.

78 Les Guilhemides, ducs d’Aquitaine, furent évincés du titre comtal toulousain au milieu du IXe siècle, au profit d’autres Francs, puissants mais de moindre rang, qui inaugurent le lignage des Raimond, comtes de Toulouse. L. Levillain (réf. supra note 62) a identifié les premiers Raimondins (Frédelon, Foucaud), contemporains de Guilhem de Gellone et liés, eux aussi, à l’Autunois (id. II, p. 20-30) et sans doute aux Guilhemides eux-mêmes (à la génération de Guilhem de Gellone, par le mariage).

79 C. Duhamel-Amado, op. cit., supra note 59, thèse, t. II, monographie Le Pouget.

80 A. Germain et A. Chabanneau, Liber instrumentorum memorialium — Cartulaire des Guillems de Montpellier publié d'après le manuscrit original, Société Archéologique de Montpellier, 1884-1886, 849 p. Abréviation : L.I.M.

81 26 juin 1191, L.I.M., no 525, p. 704-705, serment en provençal.

82 11 août 1073, Cart. de Maguelone, no IX, p. 10-12. L’acte est passé dans le cloître de la demeure ecclésiale de Brissac, en présence d’autres chevaliers, le dominus et miles Bertrand de Monsdidier y représente le fils du comte de Rodez et à ce titre il cède (dans le cadre d’un échange) au recteur de Saint-Nazaire de Brissac des moulins, paissière et aménagements sur la rive de l’Avèze (affluent du Gardon).

83 W. M. Wiacek, Lexique des noms géographiques et ethniques dans les poésies des troubadours des XIIe et XIIIe siècles, Paris, A.G. Nizet, 1968, p. 164.

84 G. Gouiran, Le seigneur-troubadour d’Hautefort. L'œuvre de Bertran de Born, 2e Université de Provence, éd. condensée 1987, p. 429-439.

85 G. Gouiran, op. cit., p. 437 s’appuie sur A. Thomas, Poésies complètes de Bertran de Born, Toulouse, 1988, qui propose une hypothèse sur la chronologie des emprunts d’un poète à l’autre : « ... Bérard de Mondidier, l’un des paladins de Charlemagne, dont la réputation de courtoisie a laissé plus d'une trace chez les troubadours. C'est ainsi qu’on lit dans une poésie de P. Vidal, D’ardimen valh Rotlan e Olivier E de domnei Berart de Mondesdier. La réputation de domnejaire de Bérard lui vient, semble-t-il, de la chanson des Saisnes de Jean Bodel, où sont racontées ses amours avec Hélissent de Cologne ; c’est précisément du même poème que vient l’autre paladin (Augier) dont Bertran a joint le nom à celui de Berart ».

86 R. Lafont, La Geste de Roland, t. 1, l’Épopée de la Frontière, 1991, chap. 5 : « Au rendez-vous de Roncevaux ». Pour les noms Olivier/Oliba et Roland, et leur couplage, voir p. 303-312, en particulier p. 311-312 : « Olivier, produit d'un dialogue Septimanie-Navarre ou Ripoll-San Millân au temps de Sanche le Grand, s’est d'abord soumis le personnage de Roland. Il semble bien qu’à une étape du texte qui devait être occitane ou occitano-navarraise, il devait avoir sur lui l’avantage que Walther possède sur Hagen ». Sur les étapes de la Chanson, p. 265-266 : « Chaque critique du texte rolandien propose sa datation. Je ferai de même, avec plus de réserves qu’il n’est d’usage, ajoutant aux dates proposées des lieux et des occasions, et parlant d'états textuels plutôt que d’œuvres : 1er état, [texte de canczon jumelle de la Chanson de Sainte Foy : le poème du pin et du perron] : une Chanson ou des chansons sur Roland et Guillaume, autour de 1070, dans la compétition entre royaumes chrétiens, au moment où la Frontière se stabilise ; langue probable : une forme d’occitan ; lieu de condensation : la Navarre. 2e état : une Chanson écrite autour de 1115, dans l’enthousiasme de la guerre pour Saragosse, tout près de Rotrou du Perche ; langue : le normand ; lieu d’écriture : la Navarre. 3e état, [Le Roland d’Oxford] : entre 1115 et 1150 environ, probablement en l’une ou l’autre Normandie, insertion de l’épisode de Baligant ».

87 « Mémoire héritée, mémoire inventée : Guilhem de Baux, Prince d’Orange, et la légende de Guillaume d’Orange (XIIe-XIIIe siècle) », dans Faire Mémoire, Presses Universitaires de Provence, à paraître.

88 Sur la capacité des « autochtones » biterrois, d’origine franque ou gothe, à intégrer les nouveaux venus et à en absorber l’assise foncière et le prestige, et sur le rôle joué par la famille dirigeante narbonnaise au cœur même du pays de Béziers : « Poids de l’aristocratie d’origine wisigothique... », supra note 1.

89 Sur Riculfus, Radulfus, Stephanus, thèse à paraître (réf. supra note 59).

90 Douze actes rédigés entre 950 et 1020 montrent Colombiers et Saint-Bauzile d’Esclatian, deux villae du suburbium de Béziers, aux mains des familles vicomtales de Narbonne et de Lodève (C. Duhamel-Amado, « L’alleu paysan a-t-il existé en France méridionale autour de l’an Mil », dans Autour de l'an Mil, dir. R. Delort, Paris, Points, éd. du Seuil, 1990, p. 142-161.)

91 Pour les références aux actes et la démonstration : C. Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier... », op. cit., supra note 3.

92 Alpaïs était-elle fille de Louis le Pieux ou de Charlemagne ? Elle était l’épouse du comte Begon, celui-ci, identifié comme « gendre de Louis le Pieux » (notamment par P. Riche, Les Carolingiens. Une famille qui fit l’Europe, Paris, Hachette, 1983, p. 149), fut plus probablement celui de Charlemagne (F. Vianello, « Gli Unruochingi e la famiglia di Beggo conte di Parigi. », dans Bulletino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, no 91, 1984, p. 349), hypothèse soutenue par C. Carozzi, « Les Carolingiens dans l’au-delà », dans Études offertes à Pierre Riché, éd. Erasme, 1990, p. 370, n. 20).

93 Généalogie dessinée par M. Aurell, Les noces du comte..., op. cit., supra note 4, p. 560.

94 R. D’Abadal, op. cit., supra note 71, p. 29-40, chap. III : « La légende et l’histoire du comte Salomon d’Urgell-Cerdagne ». L’auteur cite plusieurs « Salomon » : l’évêque d’Elne (mentionné en 832 et 834), le juge du comte d’Empuries (842), et le juge de Salomon comte d’Urgell (862) ; enfin le juge et missus du vicomte de Narbonne (873).

95 Ansemond dit « de Gellone » (homonyme d’un autre Ansemond, un goth septimanien soutien des Francs dans la conquête du Narbonnais au VIIIe siècle), Mir (première occurrence d’un anthroponyme dominant les généalogies comtales catalanes et le corpus nobiliaire catalan), Radulfus (même remarque).

Table des illustrations

Légende Carte des lieux cités (A. Catafau)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte du réseau Guilhemide sur les deux rives de l’Hérault (C. Amado)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search