Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Le roi et les grands dans l’Aquitaine carolingienne

Christian Lauranson-Rosaz

Full text

1Question toujours actuelle que celle des rapports entre le pouvoir central et les élites régionales ; question aussi complexe puisqu’elle renvoie à celle captivante des relations entre cultures et mentalités différentes, donc au phénomène des acculturations conséquentes. À l’époque carolingienne, la question est d’autant plus aiguë : du début du IXe siècle aux environs de 920 — limites chronologiques de ce colloque — le pouvoir carolingien, apparemment continu dynastiquement, est en fait incessamment contesté, du sommet à la base.

  • 1 J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France (IXe-Xe siècle), Bruge (...)

2En Francie occidentale, la mort du troisième et dernier grand monarque carolingien, Charles le Chauve, en 877, voit la constitution des fameuses principautés territoriales,, mises en valeur par l’historien belge Jan Dhondt et présentées comme un phénomène de refus politique de l’unité impériale par les forces locales1.

  • 2 « En moins de vingt ans, dix thèses d’État sur le haut Moyen Âge ont voulu être délibérément régio (...)

3L’ensemble des recherches postérieures sur les IXe et Xe siècles — une dizaine de monographies régionales — confirme son analyse2 ; ces recherches ont en outre montré qu’en fait, les rapports de force ne se jouent pas à deux niveaux, entre des rois affaiblis et des princes désignés par eux pour gérer les provinces, mais à trois : entre les rois, les princes, et les forces locales qui participent au pouvoir par leurs propres élites, la « noblesse locale », une noblesse tantôt dévouée aux princes ou aux rois, tantôt rebelle aux uns comme aux autres.

  • 3 L. Auzias, L'Aquitaine carolingienne, Paris, 1937. Du même auteur, notons d'ores et déjà concernan (...)
  • 4 Carte jointe p. 435. L’Aquitaine carolingienne est comprise en gros entre la Loire au Nord et la G (...)

4Pour essayer de mieux définir les rapports entre la royauté carolingienne occidentale et les élites du pays dans ces années déterminantes des IXe-Xe siècles, nous prendrons l’exemple d’une partie bien spécifique du royaume, l’Aquitaine — l'Aquitaine carolingienne de Léonce Auzias3 —, soit les régions du sud de la Loire et de l’ouest du Rhône, plus précisément celles qui vont de l’Auvergne au Poitou, avec des excursions inévitables en Gothie ou ailleurs4.

5Notre exposé sera forcément chronologique ; il sera aussi évidemment thématique, en rapport avec l’objet de notre colloque : du vaste champ d’observation qu’est l’Aquitaine, nous verrons tout d’abord comment, au IXe siècle, la royauté carolingienne, maîtresse contestée d’un pays âprement reconquis, finit par céder le terrain aux princes ; ce sera notre première étape : « La royauté et les élites princières : de la reconquête aux concessions ».

6Nous scruterons ensuite volontairement de plus près la principauté territoriale guilhemide, c’est-à-dire l’Aquitaine orientale, à la fin du IXe et au début du Xe siècle, pour comprendre comment le prince est à son tour « débordé par sa base » : l’apparente collaboration des élites locales au pouvoir du prince — Guillaume le Pieux en l’occurrence — débouche en fait sur un échec de celui-ci que ne peut masquer son acculturation aux « valeurs » du Midi : « Les princes et les élites locales : de la médiation à l’acculturation ».

1. La royauté et les élites princières

De la reconquête aux concessions (768-893)

  • 5 Depuis Vercingétorix évidemment, en passant par Sidoine Apollinaire ou le duc Waïfre et Pépin. M. (...)
  • 6 E. Perroy, Le monde carolingien, Paris, 1974, p. 210. Lors des partages du VIe siècle, au lieu de (...)
  • 7 Solution toute temporaire puisque ce fils, Caribert, mourut au bout de trois ans.

7Dès les premiers temps de l’histoire de France et durant tout le haut Moyen Âge, l’Aquitaine, comme d’ailleurs tout le Midi, a une tradition de résistance au pouvoir central, qu’il soit romain, wisigothique ou franc5. Cette région, dont le peuplement, les structures économiques et sociales, la culture et les mentalités étaient très différents des pays du nord de la Loire, n’a jamais pu s’intégrer à la monarchie mérovingienne, n’en restant qu’une annexe lointaine dont les souverains se désintéressaient, faute de la soumettre6. Au VIIe siècle, Dagobert avait donné satisfaction à l’esprit d’autonomie des populations en confiant à l’un de ses fils, avec le titre de roi, un vaste commandement centré sur la cité de Toulouse et comprenant peut-être la totalité de l’Aquitaine7 ; après lui, les pays d’outre Loire se dégagèrent peu à peu de l’autorité des royaumes de Neustrie, Austrasie et Bourgogne : à la fin du huitième siècle, ils apparaissent groupés sous l’autorité d’un duc pratiquement indépendant.

  • 8 Sur tous les détails de l’indépendance puis de la conquête, cf. M. Rouche, op. cit., supra n. 5, L (...)

8En 768, après cinquante ans d’indépendance vis-à-vis du pouvoir central franc, et une guerre de reconquête de huit ans par ce même pouvoir, l’Aquitaine retombe sous le joug de l’occupant du Nord : la reprise en main du pays laisse le souvenir des plus terribles dévastations qu’il ait connues depuis les Wisigoths d’Euric et les Austrasiens de Thierry, ce qui ne facilite évidemment pas les rapports déjà tendus entre occupants et occupés8.

9De fait, bien avant les historiens modernes de l’Aquitaine, les chroniqueurs et annalistes carolingiens nous montrent que jamais la royauté du Nord n’a pu prendre de racines profondes dans les pays du sud de la Loire : l’Aquitaine est un pays difficile à gouverner pour les Francs...

L’Aquitaine carolingienne : un pays difficile à gouverner

  • 9 Pour Abbon de Saint-Germain, l’Aquitain est « mobile, inconstant, rusé, impatient du joug et belli (...)
  • 10 R.-H. Bautier, « La campagne de Charlemagne en Espagne (778), la vérité historique », dans Bull, d (...)
  • 11 Certains annalistes francs insisteront sur les cas rarissimes de résistance du Sud, tel celui du f (...)

10Les mêmes chroniqueurs — des Francs — insistent sur la perfidie des Aquitains, ces gens d’une autre race, d’une autre culture9. Lorsqu’en 778 éclate le scandale de Roncevaux, s’installe la psychose de la trahison : les Méridionaux sont soupçonnés de pactiser avec le Sarrasin pour mieux saper le pouvoir franc10 ; le Midi ne va-t-il pas devenir une seconde Espagne ?11

  • 12 Et non des Francs comme il le fait pour les vassi. Le texte de l’Astronome a mal été interprété : (...)
  • 13 M. Rouche, L’Aquitaine..., op. cit., supra n. 5, p. 58-65. E. Perroy, op. cit., supra n. 6, p. 210 (...)

11L’empereur tire les conclusions de l’affaire : conclusions militaires d’abord, diplomatiques ensuite et surtout, il comprend que la seule manière d’administrer cette province rebelle, c’est d’y recruter sur place ses agents. Dans une grande réforme administrative que nous a décrite l’Astronome, faite de limogeages et de remplacements, Charles place à la tête des circonscriptions aquitaines, à côté des vassi d’origine franque, des comtes, évêques et abbés pour la plupart indigènes : Abbon à Poitiers, Roger à Limoges, Ithier à Clermont, Bulle au Puy12. Trois ans plus tard, en 781, pour mieux contenir les poussées nationalistes de la partie méridionale de son empire, Charlemagne croit bon d’élever l’Aquitaine à la dignité de royaume, confiant la couronne de manière toute théorique à son fils cadet Louis, un enfant de trois ans, qu’on va jusqu’à vêtir du costume aquitain pour mieux l’imposer aux populations13 !

  • 14 L. Auzias, L’Aquitaine..., op. cit., supra n. 5 p. 184. E. Perroy, loc. cit.
  • 15 C. Lauranson-Rosaz, op. cit., supra n. 10, p. 46, n. 18, et p. 384.
  • 16 Sur la politique religieuse de Louis le Pieux, cf. les deux contributions de K.-F. Werner, « Hludo (...)
  • 17 Br. 339 (825). Sur ce diplôme interpolé, E. Magnou-Nortier, « Contribution à l’étude des documents (...)
  • 18 Cf. l’introduction de G. Desjardins à son édition du Cartulaire de l’abbaye de Conques en Rouergue (...)
  • 19 Comme pour Brioude, la date de fondation, traditionnelle, de 857, doit être « remontée »... Cf. l’ (...)
  • 20 Sur ces questions, cf. J. Semmler, « Réforme bénédictine et privilège impérial. Les monastères aut (...)
  • 21 Pour la Reichsaristokratie, Benoît d’Aniane était un élément de révolte locale. Sur la famille des (...)

12L’Aquitaine demeure en fait sous la coupe impériale, tout en ayant son propre palais, ses officiers, sa chancellerie, ses ateliers monétaires, ses capitales ou résidences royales : Limoges, Ebreuil, Chasseneuil. Devenu majeur, Louis sait faire preuve d’indépendance, au point de disposer lui-même des biens du fisc pour mieux s’attacher les élites du pays ; on a même parlé, à tort, de dilapidation14 : en distribuant ou reprenant les honores, n’agit-il pas en fait selon la conception romaine du beneficium ad stipendium publicum15 ? L’Église est en tout cas la principale bénéficiaire des largesses impériales, dans la suite logique de la politique de restauration monastique du conseiller gothique de Louis, Witiza alias Benoît d’Aniane16, dans une optique aussi utilitariste puisque les monastères réformés (Brioude17, Conques18, Beaulieu19) soumis à la règle unitaire de saint Benoît, sont conçus comme des points d’appui stratégiques du pouvoir avec des équipes dévouées d’administrateurs ecclésiastiques compétents issus de l’aristocratie locale20. Parmi les rares familles de la Reichsaristokratie qui approuvent cette politique, se trouvent déjà les Guilhemides, futurs maîtres du Midi21.

13L’institution d’une Aquitaine autonome répond aux nécessités de la structure sociale et du particularisme ethnique ; au-delà des rapports de force traditionnels, l’aristocratie locale est l’intermédiaire privilégié entre le pouvoir royal — fût-il « aquitanisé » — et les populations. L’aristocratie conditionne la politique carolingienne : pour éviter un nouveau Roncevaux, Charles avait redistribué les comtés méridionaux en choisissant des nobles du cru, et leur avait donné un roi ; pour lutter contre sa perte d’autorité, Louis engage une réforme ecclésiastique et une politique fiscale qui ménagent ces mêmes nobles. Dans ces conditions, il vaut mieux parler d’adaptation que de faillite du système carolingien.

Le climat de dégradation de la notion de légitimité royale

  • 22 De 833 à 869 exactement, années des règnes de Pépin Ier (833-864) et Pépin II (864-869).
  • 23 Avec la Gascogne et la Marche d'Espagne. La conjuration échoue et les biens des traîtres sont conf (...)
  • 24 L. Auzias, loc. cit., supra n. 3, p. 105 et s.
  • 25 En l’occurrence, le chef du clan guilhemide Bernard de Septimanie, marquis de Gothie, et Bernard l (...)

14Des années 830 aux années 87022, les relations entre le pouvoir central carolingien et l’Aquitaine se trouvent envenimées par les révoltes successives de Pépin, fils cadet de Louis le Pieux qui, par l'ordinatio imperii de 817, l’a fait roi de cette province23, puis surtout de son fils Pépin II qui empoisonne le règne de Charles le Chauve son oncle ; lutte confuse où alternent trêves et batailles24, où sont évidemment compromis les membres de la Reichsaristokratie cantonnés dans le Midi25, mais aussi et surtout les nobles aquitains : proclamant Pépin roi, ils ne cherchent dans sa rébellion qu’un exutoire à leurs propres revendications.

  • 26 . Annales de Saint-Bertin, a° 839.
  • 27 Loup De Ferrières, Correspondance, éd. L. Levillain, Paris 1927-1935, 2 vol. Epistola 17, t. 1, p.  (...)
  • 28 Gérard sera tué à Fontenoy en 841.

15Au cœur de la sédition, l’Auvergne ; c’est à elle que Louis le Pieux s’attaque en premier lorsqu’en 839 il entreprend de mater la révolte : il assiège Clermont puis Carlat26, repaires de pippinistes ; de Poitiers, il réorganise les commandements militaires de l’Aquitaine, plaçant à Clermont le comte Gérard. Lorsque le jeune Charles le Chauve chargé de tenir le pays est rappelé au Nord par la mort de son père, il laisse trois corps d’armées à Clermont, Limoges et Angoulême, puis, de manière désormais classique, redistribue les honores : à Clermont « la rebelle » sont installés deux missi bourguignons, le comte Aubert d’Avallon et l’évêque Modoin d’Autun27 ; à Limoges plus docile est transféré Gérard, indésirable à Clermont28.

  • 29 Adémar de Chabannes, Chronique, éd. J. Chavanon, Paris, 1897, III, 19.
  • 30 L. Auzias, op. cit., supra n. 3, p. 249. Annales de Saint-Bertin, a. 855, et Adémar, loc. cit., le (...)
  • 31 Charles est reconnu près de Clermont et à Brioude : G. Tessier, Recueil des actes de Charles II... (...)

16Ce dernier déplacement nous montre bien que Charles a dû composer avec les grands : ce sont ces grands qui mènent le jeu, se servant des luttes princières pour mieux arriver à leurs fins, selon la position de force, les victoires ou les revers de chacun, apparemment indifférents aux comtes successifs que nomme le roi pour les contrôler faute de les rallier. Après avoir soutenu la rébellion du marquis de Gothie Bernard de Septimanie, exécuté en 844, les Aquitains se rallient à Charles, venu à Limoges durant l’été 84829, mais ils retournent à Pépin, le roi reparti. Après la capture de Pépin, en 852, c’est à Louis le Germanique qu’ils s’adressent sans scrupules ; l’aventure tournant court, ils se rallient de nouveau à Charles et acclament roi d’Aquitaine à Limoges le jeune Charles l’Enfant son fils30. Les chartes du cartulaire de Brioude du milieu du IXe siècle témoignent de tous ces revirements, comme de l’embarras conséquent du comte d’Auvergne Bernard, qui lui-même tergiverse31.

  • 32 J. Dhondt, op. cit., supra n. 1, p. 19-21.
  • 33 Tessier, no 184, 187, 188, 190.
  • 34 On aurait même fait appel aux Normands pour reprendre la ville ! Annales de SaintBertin, a. 864, p (...)
  • 35 Il meurt dans ses chaînes en 866.

17De 855 à 862, les mêmes grands d’Aquitaine profitent de l’anarchie qui règne dans toute la Francia, menacée par les ambitions impériales et le fléau normand. Les chroniqueurs disent que c’est sur leur initiative que leurs collègues du Nord, intriguant eux aussi, scellent une alliance pour se garantir contre l’autorité royale32. Lorsqu’en 856, Charles convoque Vost aquitain à un plaid général pour faire connaître ses propositions et maintenir ses vassaux dans la fidélité, il est obligé de réitérer quatre fois son appel en vain33 ! En 859 enfin, les Aquitains se retrouvent curieusement du côté du roi contre son fils Charles l’Enfant, révolté avec Pépin ; ce dernier réfugié en Bretagne, on remet de l’ordre en Aquitaine : à Clermont, où un usurpateur, Étienne, avait pris la place de Bernard et installé une de ses créatures sur le siège épiscopal, on fait intervenir le pape34. La campagne militaire entreprise par Charles le Chauve en 863 se termine par la capture et la mort de Pépin35.

  • 36 L. Auzias, op. cit., supra n. 3, p. 328, et surtout J. Dhondt, op. cit., supra n. 1. p. 169-230. D (...)

18Une nouvelle reformatio structurelle s’impose, alors que par ailleurs le péril normand se fait plus menaçant ; destinée comme celles de Charlemagne et de Louis le Pieux à assurer la maîtrise du pouvoir central sur la province indomptée, elle va paradoxalement être à l’origine d’un nouveau facteur de désagrégation de ce pouvoir central : la principauté territoriale guilhemide36.

Aux origines de la principauté territoriale guilhemide

  • 37 On a déjà l’exemple de Bérenger, comte de Toulouse et d’Auvergne, sous l’administration duquel a l (...)
  • 38 Eudes agit de même au profit du comte Richard le Justicier, duc de Bourgogne de 918 à 921, qui en (...)
  • 39 Cf. E. Perroy, op. cit., p. 219, supra n. 6, et plus récemment Guillot, op. cit., supra n. 1.
  • 40 Nota : c’est aussi en 864 qu’intervient l’édit de Pitres sur la destruction des places fortes loca (...)
  • 41 Gesta consulum andegavorum, Chronique des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. L. Halphe (...)

19Pratique nouvelle que cette institution de grands commandements militaires regroupant plusieurs comtes sous l’autorité d’un duc ou d’un marquis. Tout à fait exceptionnel sous Charlemagne, le cumul de plusieurs charges comtales, généralement limitrophes, devint beaucoup plus fréquent sous Louis le Pieux, où il n’était pas rare que de très hauts personnages administrassent simultanément de trois à cinq comtés37. Après les partages de 843, le mouvement se précipita, surtout dans la Francia occidentalis, avec l’apparition de principautés territoriales en Bourgogne, en Normandie, et dans le Midi aquitain38. Il faut sans doute y voir une politique consciente de Charles le Chauve, qui généralise le système des grands commandements militaires en accumulant sur la tête de quelques hommes les titres comtaux. Pratique dangereuse que cette concentration d'honores entre les mains de quelques chefs : pour l’historiographie traditionnelle, Charles ne se serait résolu qu’en dernier recours à cet expédient, contraint par les affaires d’Aquitaine39. Posons le problème un peu différemment : Après plus de trente ans d’une lutte confuse entre factions rivales de toutes sortes et de tous niveaux, un certain équilibre politique s’est instauré. Mais la force armée des vassi regales ne suffit pas à assurer le respect de la royauté carolingienne, représentée par les princes40 : pour contrôler les populations, le pouvoir, comme ses princes, doit tenir compte d’un troisième élément, les élites indigènes, porte-paroles de ces populations. Gouverner ne consiste pas alors, comme de nos jours, à envoyer un préfet choisi unilatéralement par le pouvoir central ; pour être respecté, le représentant du pouvoir doit avoir des liens avec le pays, disposer d’une sorte de réseau de fidélités ; ils sera choisi parce que sa famille a des attaches locales41.

  • 42 Plantevelue est descendant de Thierry, comte d’Autun sous Pépin le Bref, et de l’illustre saint Gu (...)
  • 43 Dhuoda est d’origine franque pour P. Riche, introduction au Manuel..., gasconne pour R. Mussot-Gou (...)
  • 44 Supra, p. 410.
  • 45 Ph. Lauer, Le règne de Louis IV d’Outremer, Paris, 1900, p. 221, n. 4. Remarques judicieuses de J. (...)

20L’Auvergne et ses marges sont précisément confiées à un personnage dont la famille a des liens avec le Midi, Bernard Plantevelue, du fameux lignage des Guilhemides, distingué chez les Francs mais de tradition philoromane et installé en Gothie42 : Bernard est né à Uzès, du comte Bernard de Septimanie et de la célèbre Dhuoda, peut-être elle-même quelque peu septimanienne43. L’implantation des descendants de saint Guillaume de Gellone dans le Midi, leur « acculturation » romano-gothique, militent en leur faveur, malgré leur esprit frondeur44 ; Plantevelue est de plus le gendre du défunt comte d’Auvergne, province ô combien stratégique, noyau dur de l’Aquitaine insoumise. L’Auvergne, point de départ de la fortune et de la renommée des Guilhemides, restera toujours le centre de leur principauté : les ducs d’Aquitaine seront avant tout comtes d’Auvergne45.

La guerre des trois Bernards

  • 46 L’imbroglio des Bernards a été démêlé par J. Dhondt, op. cit., supra n. 1.
  • 47 À la mort d’Emenon de Poitiers, l’Aquitaine Seconde est partagée entre Vulgrin (Angoumois, Périgor (...)

21Face à Plantevelue, trois autres Bernards, dont l’homonymie a longtemps entretenu de gênantes confusions : d’une part Bernard « le Veau » en Toulousain, qui est un ennemi des Guilhemides puisque fils du comte Raimond qui avait obtenu Toulouse à la mort du père de Plantevelue, Bernard de Septimanie ; d’autre part Bernard « de Gothie », d’un autre clan rival, celui des Rorgonides46, qui, outre le Berry et la Marche d’Espagne, a reçu précisément la Septimanie et l’Autunois, deux provinces parmi les plus chères aux Guilhemides. Habile opération du roi que cette répartition de l’Aquitaine Première et de la Narbonnaise entre des princes aussi ambitieux qu’opposés : « divide ut regnes »47.

  • 48 Annales de Saint-Bertin, a. 872, p. 188 : ab hominibus Bernardi, filii Bernardi, Bernardus qui Vit (...)
  • 49 Le Toulousain sera cependant donné en 875 à Eudes, frère de... Bernard le Veau.

22Sans remettre totalement en cause la vision traditionnellement négative du règne de Charles le Chauve, jugé comme une suite de concessions rongeant son autorité — de la résistance de Pépin aux édits de Pîtres et de Quierzy — prenons nos distances et interrogeons-nous sur le sens que prend désormais l’institution royale dans les pays du Midi. Une fois supprimée la royauté belliqueuse de Pépin, la redistribution des commandements militaires par le roi était, somme toute, une opération logique et classique. Prétendre qu’il croyait en une fidélité à toute épreuve de ses princes serait sous-estimer sa clairvoyance : il y a longtemps qu’on sait à quoi s’en tenir, au Palais, sur la fidélité des Francs eux-mêmes. Face aux rivalités princières, sur l’échiquier méridional, le roi joue la carte de l’arbitrage : lorsque le Veau est tué à l’instigation de Plantevelue48, il assiste en spectateur à l’empoignade et se contente de redistribuer les « honneurs » de la victime à l’assassin : Plantevelue récupère le Toulousain et le Limousin, ce qui ne manque pas d’exciter la jalousie du troisième Bernard, celui de Gothie49.

Frotaire, Adalgaire et les autres...

  • 50 Promu archevêque de Bordeaux en 874, il est obligé par les Normands de fuir la ville deux ans plus (...)
  • 51 Après novembre 869 (Br. CXCI), et avant janvier 874 (Br. 132), dernière mention du comte-abbé Gari (...)
  • 52 Bernard de Gothie empêchait Frotaire d’atteindre le siège métropolitain. Devant la réticence des é (...)

23Le roi se sert aussi de nouvelles pièces : les dignitaires ecclésiastiques. L’archevêque Frotaire tout d’abord, de la noblesse quercinoise : grâce aux appuis de l’influent prélat Hincmar de Reims, il reçoit successivement du roi l’archevêché de Bordeaux et les abbayes Saint-Hilaire de Poitiers et Saint-Sauveur de Charroux, où il joue le rôle de contrepoids aux ambitions du comte Ramnulf de Poitiers50. Pour contrecarrer les menaces de Bernard Plantevelue, le roi le nomme ensuite abbé de Brioude, en plein cœur des domaines du Guilhemide51 ; en 874, feignant d’arbitrer les querelles qui opposent l’abbé-archevêque et le comte, Charles délivre un diplôme d’immunité à Frotaire ; deux ans plus tard, tout en gardant son titre d’abbé de Brioude, il est promu archevêque de Bourges soit premier dignitaire ecclésiastique d’Aquitaine52.

  • 53 Adalgaire est cité comme abbé de Brioude jusqu’en juillet 892. Guillaume le Pieux l’a remplacé ava (...)
  • 54 Adalgaire meurt empoisonné par un de ses moines de Flavigny : GC, IV, Instr., col. 64-65, jugement (...)
  • 55 Il s’en prend comme Plantevelue aux biens ecclésiastiques : aux biens rémois situés en Auvergne, à (...)
  • 56 C. Lauranson-Rosaz, L’Auvergne..., op. cit., supra n. 10, p. 55.
  • 57 L. Auzias, op. cit., supra n. 3, p. 396-397. La donation est assortie d’un contre-don, Boson offra (...)

24L’évêque Adalgaire ensuite, abbé de Montiérender et chancelier de Charles le Chauve53 ; chargé des négociations pour le titre impérial, il obtient l’évêché d’Autun (875) et l’abbatiat de Flavigny (876/7), dans la principauté de Bernard de Gothie54 : lorsque ce dernier, à la mort du roi, refusera de reconnaître son fils Louis le Bègue, « se comportant en roi », s’en prenant notamment aux biens ecclésiastiques55, Adalgaire et Frotaire se ligueront pour le perdre56, tandis qu’un autre allié de la royauté, Hincmar de Reims, raisonnera Plantevelue et le comte Boson, un temps séduits par une nouvelle fronde des princes. En récompense de leur compréhension et de leur aide militaire, Boson recevra le comté d’Autun et le Mâconnais, Plantevelue le Berry et surtout la Gothie, reconstituant la grande « marche de saint Guillaume »57.

  • 58 Un lectionnaire de 1 église du Puy (Liber legendarum scolaris), qui fut produit en 1428 lors d’une (...)
  • 59 Si l’on en croit le texte, le chapitre s’était partagé en deux clans, dont l’un avait élu le frère (...)
  • 60 R.-H. Bautier, Recueil des actes de Louis II le Bègue, Louis III et Carloman..., Paris, 1978, p. L (...)
  • 61 Il dut abandonner au « vicomte de Polignac » la vieille cité de Saint-Paulien d’où il transporta à (...)
  • 62 Sur l’élection à l'archevêché de l’archiprêtre Téotard, ainsi que sa Vita, cf. E. Magnou-Nortoer, (...)

25Deux autres cas, moins éclatants que ceux de Frotaire et d’Adalgaire, sont ceux des évêques Norbert et Téotard, dont les élections ont lieu au Puy en 881 et à Narbonne en 855 ; ils rendent bien compte des tensions qui existent entre la royauté et les forces locales et président au choix des dignitaires locaux : le récit légendaire et tardif de l’élection de Norbert58 le présente comme un frère du comte de Poitiers (duc d’Aquitaine), choisi de préférence au candidat du « vicomte de Polignac »59 : nous savons que Norbert était comme Adalgaire un chancelier royal, celui de Carloman « parachuté » par lui lors de son expédition dans le Midi60 ; nous savons surtout qu’après son départ, le candidat élu du roi doit composer avec les grands du diocèse61. L’archevêque de Narbonne Téotard62 est élu, lui, sans tenir compte du roi, de Plantevelue ni de l’épiscopat provincial dans le contexte des récentes rivalités « claniques » liées aux guerres princières. Comme au Puy, le choix de l’évêque est en fait dicté par les forces autochtones.

  • 63 K.-F. Werner, Structures politiques du monde franc (VIe-XIIe s.), London, 1979.
  • 64 Réginon de Prüm, Chronicon, a° 888 ; Annales Fuldenses, a° 888 : multi reguli in Europa vel regno K (...)

26Frotaire, Adalgaire, Norbert ou Téotard, membres de l’aristocratie liés aux forces locales, jouent un rôle à la mesure des places qu’ils tiennent sur la scène politique. Ce n’est pas plus la Reichsaristokratie que la royauté qui contrôle vraiment le pays... ce sont ces familles intermédiaires, à mi chemin entre la haute aristocratie et la noblesse locale ; dans cette perspective se comprend vraiment l’apparente victoire des princes territoriaux : Bernard peut prétendre être le maître du Midi, il n’est qu’un intermédiaire entre le roi et la noblesse du pays ; ce n’est pas lui qui gouverne sur le terrain, mais ces détenteurs mal connus des comtés mineurs ou ces vicomtes et vassi qui donnent l’impression d’être comtes, tel Géraud d’Aurillac, autre exemple illustre d’intermédiaire local. Les pagi qu’administrent les princes font partie d’un regnum qui n’est pas la chose d’un rex comme l’a montré Karl Ferdinand Werner63 : c’est un regroupement social, une sorte de fédération à la façon des provinces ecclésiastiques. Les efforts que le prince fait pour maîtriser les forces locales sont une preuve de leur vitalité, les échecs qu’il subit face à un Frotaire la confirmation de leur irréversible ascension. Qui est alors vraiment dominé, sinon le prince, instrument de la noblesse qui le fait agir dans son sens, se passe même de son avis comme à Narbonne ? Après les avoir choisis, les grands modèlent leurs princes64.

  • 65 L’Aquitaine... p. 427.
  • 66 A sa mort, en 886, Bernard Plantevelue est qualifié de « vertueux et fidèle » en souvenir de sa ré (...)

27Dans ces conditions, que représente la fameuse « défection des magnats », sinon l’émergence véritable des forces locales qui vont bientôt se passer de princes ? C’est en ce sens que Léonce Auzias a raison de voir en Bernard Plantevelue un promoteur de l’épanouissement de la féodalité méridionale, mais en ce sens seulement65. La rupture entre royauté et principautés territoriales ne peut être expliquée ni par l’abaissement de la royauté ni par l’infidélité des magnats, comme il le fait, suivi par Dhondt66. Ce n’est pas la Reichsaristokratie qui fait l’Auvergne des Guilhemides.

L’insolence des marquis...

  • 67 Vita Geraldi (abr. VG), PL, t. 133, col. 660.
  • 68 C’est le sens même de la formule utilisée par certaines chartes contemporaines. La charte clunisie (...)
  • 69 Exceptionnelle fut cette année 886/7 : en quelques semaines, alors que le royaume de France est so (...)

28Les années 870/880 marquent ainsi une rupture dans l’histoire carolingienne : plus que les problèmes dynastiques ou ceux dus aux Normands, qui captent d’ordinaire l’attention, ce sont les problèmes institutionnels qui les caractérisent, révélés par « l’insolence des marquis », pour reprendre l’expression de l’abbé Odon de Cluny67 : insolence de Bernard de Gothie, on vient de le voir ; insolence de Boson, qui à peine le fils de Charles le Chauve, Louis le Bègue, disparu, en 879, se fait proclamer roi en Viennois ; insolence des grands du Nord qui, en 888, « de manière déshonnête68 », élisent roi l’un des leurs, le Robertien Eudes69.

  • 70 Cf. A. Eckel, Charles le Simple, Paris, 1899, p. 10. L. Auzias, op. cit., supra n. 3, p. 432, n. 5 (...)
  • 71 Les Annales de Fulda laissent entendre que Ramnulf II aurait repris le titre de roi d’Aquitaine en (...)
  • 72 Adémar de Chabannes souligne l’amitié qui lie Guillaume et son cousin Ramnulf. L. Auzias, L'Aquita (...)
  • 73 En 892. Sur tous ces événements, cf. C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne..., op. cit., supra n. 10. Nou (...)
  • 74 En dix années d’un règne mal connu, nous est conservé le souvenir de trois expéditions en Aquitain (...)
  • 75 Arch. Dép. du Puy-de-Dôme, 3G Arm. 18, sac A, c. 1, (ap. 15.10.893 ; 16.6.897 ?), éd. G. Tessier e (...)
  • 76 F. Lot et Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles le Simple, no s XXXI (899, Aurillac), XLIV (903- (...)

29Insolence conséquente des grands d’Aquitaine où le paysage politique est doublement hostile au nouveau roi : à l’Ouest tout d’abord, avec d’une part le comte de Poitiers Ramnulf II, qui a recueilli l’héritier carolingien, le jeune Charles le Simple70 et se serait proclamé lui-même roi d’Aquitaine71 ; à l’Est ensuite, avec le comte d’Auvergne Guillaume, fils et successeur de Plantevelue, qui soutient Ramnulf72 puis son fils bâtard Ebles « Manzer »73. D’où non pas la, mais les expéditions militaires d’Eudes en Aquitaine, trois en tout, entre 889 et 893, qui le mènent à travers toute la province d’est en ouest74. L’entreprise militaire se termine en fait par de nouvelles concessions aux princes territoriaux : à partir de 893, en échange d’une reconnaissance peu encombrante du nouveau roi, ceux-ci ne seront plus inquiétés ; le Robertien, trop occupé à asseoir sa propre légitimité en Francie, n’interviendra au sud que diplomatiquement pour concéder ou confirmer leurs privilèges aux églises et abbayes qui le sollicitent : un seul de ces actes concerne l’Auvergne, le chapitre cathédral de Clermont75. Le Carolingien Charles le Simple, qui recouvre son trône en 898, fera de même, reconnaissant naturellement ceux dans les domaines desquels il a été naguère recueilli et protégé, Guillaume et Ebles Manzer ; pas une seule fois il ne franchira la frontière qu’est devenue la Loire76.

2. Le prince et les élites locales

De la médiatisation à l’acculturation (893-918)

  • 77 S’il n’y avait le risque de confusion avec le duc d’Aquitaine homonyme du XIe siècle, on pourrait (...)
  • 78 Né vers 870, Guillaume reçoit une éducation de prince, dans un contexte intellectuel qu’on a tenda (...)
  • 79 Seul le Toulousain revient à la famille raimondine. On est certain que la Gothie est à Guillaume. (...)
  • 80 En Poitou et Limousin, c’est Adémar qui menace ; à partir de 902, Ebles Manzer prenant le pouvoir, (...)
  • 81 Comme l’a dit L. Auzias (L’Aquitaine..., op. cit., supra n. 3, p. 448), « il faut renoncer, tant n (...)

30Bien qu’ignoré des manuels d’histoire, Guillaume le Pieux est l’une des plus grandes figures du premier dixième siècle77. Il est encore jeune — environ 16 ans — lorsqu’il succède à son père Bernard Plantevelue78. En échange de sa neutralité, il vient de se voir reconnaître tous les honores hérités de lui : il se trouve à la tête d’un condominium qui, en plus de l’Auvergne, centre de son ducatus, comprend le Berry, le Velay, le Gévaudan, le Mâconnais et la Gothie, si convoités79. Il apparaît comme le personnage le plus puissant de la Francia « meridionalis », plus que n’est le « roi du Nord », nominalement roi d’Aquitaine. Son autorité n’est limitée territorialement que par celles de ses deux voisins, le comte de Poitiers à l’ouest80, celui de Toulouse au sud81.

Le « roi » Guillaume

  • 82 Avant même Richard de Bourgogne.
  • 83 Br. 309: Guillelmus, cornes, marchio atque dux... regio dono, abbatiali videor fungi officio...
  • 84 Eudes est mort le 1er, 2 ou 3 janvier. R. Bautier, Rec..., p. CLVII et n. 1

31La maîtrise de sa principauté, Guillaume l’affirme par ses titres : en plus de ceux de « comte et marquis », Guillaume est « duc d’Aquitaine » : le premier de tous les princes, de sa propre initiative, il prend ce titre qui sera ensuite repris par tous les prétendants au gouvernement des provinces méridionales jusqu’à la fin du Moyen Âge82. L’affirmation par Guillaume de son pouvoir ducal a lieu dans une charte pour Saint-Julien de Brioude de mai 898, charte qui précise par ailleurs qu’il a été investi de l’abbatiat « par don royal » d’Eudes : dono regio83 ; datée de l’année où est mort ce roi84, le document feint d’ignorer son successeur Charles le Simple, ce qui permet au Guilhemide, avant toute entrevue avec le nouveau roi, de s’appuyer sur la donation de l’abbatiat par son prédécesseur pour se proclamer duc de manière légitime.

  • 85 « À lui et à ses successeurs, le roi, dans ses diplômes, ne donnera jamais ces titres nouveaux, ju (...)
  • 86 J. Mabillon, AA SS OSB, V, p. 89-90, cité par E. Fournial, « Recherches sur les comtes de Lyon aux (...)
  • 87 Cf. G. Fournier, Les origines de Brioude, n. 130 et le denier de Brioude d’1,40 gr du trésor de Re (...)

32En tant que princeps85, Guillaume jouit d’une potestas le plaçant au-dessus de la hiérarchie ordinaire des honores, exerçant théoriquement l’ensemble des droits régaliens. Il dicte son « ban », rend la justice, tient des plaids publics, tel celui de Lyon en 90186 ; il gouverne par une administration centrale, organisée autour de la chancellerie et de ses notaires, relayée par des agents locaux (vicomtes, vicaires) rémunérés par honores et dotations fiscales. Le premier dans toute la Francie occidentale, le duc d’Aquitaine s’approprie le droit régalien de battre monnaie87.

  • 88 Le mariage a lieu avant mai 898. Engelberge est citée dans l’acte de fondation de Cluny (909-910) (...)
  • 89 Le mariage est une promotion supplémentaire si Engelberge est bien la fille de Boson d’abord fianc (...)
  • 90 Adémar de Chabannes, Chronique, III, 21 : in extremis sancto Geraldo ibi tunc praesenti, parvulum f (...)

33C’est sans doute à cette époque que Guillaume, par tactique politique, convole avec Engelberge, fille de Boson, le défunt roi de Provence auto-proclamé88. Il devient ainsi à la fois le beau-frère du roi de Provence Louis l’Aveugle et le neveu du puissant duc de Bourgogne, Richard le Justicier, ancien allié de son père. Surtout, l’épouse de Guillaume le Pieux, par sa mère Ermengarde, est petite-fille de l’empereur et roi d’Italie Louis II, donc descendante directe de Charlemagne89. Il s’en est sans doute fallu de peu que Guillaume lui-même ne se proclame roi d’Aquitaine : seule l’en a probablement empêché sa fidélité envers le Carolingien Charles le Simple et le jeune Ebles Manzer, qu’il recueille sur la prière de son ami Géraud d’Aurillac90.

  • 91 Guillaume est bien comte de Lyon. Cf. cependant Clu. 205 (janv. 917), donation par Guillaume et En (...)
  • 92 Les deux églises majeures de Brioude et Cluny, par la richesse de leur fonds documentaire certes, (...)

34C’est aussi alors que Guillaume tourne son regard vers l’Est, vers le Lyonnais et le Mâconnais : on a l’impression qu’après une période de quasi totale absence dans ces « marges » durant laquelle il s’est plutôt préoccupé de consolider sa « principauté » aquitaine, auvergnate, Guillaume cherche maintenant — et réussit apparemment — à renforcer sa position lyonnaise91. Les années qui vont suivre trahissent à la fois ce changement d’orientation géographique et de stratégie politique92.

De Brioude à Cluny

35La donation en 893 par le roi Eudes à Guillaume de l’abbatiat de Brioude n’était pas une dotation d’honor normale : bienfait royal, don irrévocable, héréditaire et transmissible, c’était « une sorte de legs politique impliquant un abandon par le roi du gouvernement ordinaire du regnum d’Aquitaine » (O. Guillot), comme il le fait d’ailleurs également pour la Bourgogne, comme Charles le fera pour la Normandie.

36On sait aussi ce que la basilique Saint-Julien représente alors pour le Midi arverno-aquitain, qui gardait en mémoire son prestigieux passé gallo-romain : elle abritait les tombeaux de saint Julien et de l’empereur Avitus, près desquels Guillaume se fera enterrer, plutôt qu’à Gellone ou à Cluny.

  • 93 Une titulature que son père Bernard Plantevelue avait certes naguère « tentée » : il s’était dit g (...)

37Brioude est aussi le meilleur symbole du programme, à la fois culturel et politique, du comte d’Auvergne, marquis de Gothie, duc d’Aquitaine : preuve en est la titulature « gratia Dei » qu’il adopte peu après93 ; abbé de Saint-Julien dono regio, mais aussi et surtout duc d’Aquitaine gratia Dei, Guillaume est un personnage sacré, à l’instar des rois des Francs.

  • 94 En fait assez tôt. En 918, Guillaume, à peine inhumé, est appelé « le Grand » (Br. 318) : Guillelm (...)
  • 95 Déjà avant... sous Bernard : Blesle (850-885), Cusset (av. 886).
  • 96 À cette occasion sont cités deux hauts personnages de l’aristocratie auvergnate, Otbertus, vir nob (...)

38Sans parler de son surnom de « Pieux », attribué tardivement94, le nom même de Guillaume est un programme : n’est-ce-pas celui de son ancêtre Guillaume de Gellone ? En digne représentant de ces Guilhemides, chez qui la mémoire est plus forte que l’oubli, Guillaume fonde lui-même de nombreuses abbayes95 ; les circonstances s’y prêtent, de nombreux moines poitevins ou ligériens fuyant les Normands et cherchant refuge avec leurs reliques dans les terres plus sûres du Massif Central : le mouvement avait commencé dans les années 870 avec les moines de Saint-Philibert de Noirmoutiers dotés à Saint-Pourçain ; il se poursuit avec ceux de Saint-Maixent (898) auquel Guillaume cède le fisc d’Ebreuil... avec ceux de Saint-Martin de Tours qui obtiennent Marsat... avec ceux de Saint-Lomer de Blois qui reçoivent Moissat (911-912)96.

39Et puis, bien évidemment et surtout, il y a Cluny, abbaye bénédictine fondée en 909 en Mâconnais par Guillaume en marge de ses domaines aquitains. Inutile d’insister sur l’importance de cette fondation dont sortira bien avant la Réforme grégorienne le courant libérateur de l’Église ; fondation d’autant plus remarquable qu’elle est l’œuvre d’un laïc, inspiré par le précédent d’Aurillac, fondation qui en ce sens s’apparente à un testament, une passation de pouvoirs symbolique : Guillaume donne à Rome ; comme cent ans plus tôt la réforme de Benoît d’Aniane, Cluny est l’expression de la tradition philoromane dans laquelle les Guilhemides se sont fondus.

  • 97 Ceux de Bourgogne à Saint-Germain d’Auxerre, Saint-Martin d’Autun ou Sainte-Colombe de Sens... Gui (...)

40Le religieux est un instrument de gouvernement parmi les plus efficaces : autant que les sièges épiscopaux, contrôler les abbayes (en devenant soi-même abbé laïque ou en attribuant l’établissement à un parent ou à un proche de confiance) est indispensable pour affermir les bases du pouvoir du prince, en garantir l’homogénéité. Les dynasties princières tâchent de s’ancrer dans des abbayes qui passent ainsi dans leur patrimoine à la fois matériel et spirituel, où leurs chefs se feront enterrer : les comtes de Poitiers à Saint-Hilaire et Saint-Cyprien, ceux de Toulouse à Saint-Gilles, ceux d’Angoulême à Saint-Cybard, Guillaume le Pieux à Saint-Julien de Brioude97...

41Ne nous faisons cependant pourtant pas trop d’illusions sur la puissance de Guillaume, théâtralement mise en scène dans la charte de fondation de Cluny qui nous montre près d’une cinquantaine de fidèles approuvant de leurs signatures l’action du duc ; on connaît l’ambiguïté des fidélités, et partant la fragilité du regnum, les limites de l’autorité du prince. Le nombre de plus en plus important de fondations aristocratiques (Aurillac, Déols, Souvigny) n’est-il pas d’ailleurs révélateur du rôle déterminant que joue désormais l’aristocratie à côté ou indépendamment du prince ?

Les troubles

  • 98 Une principauté moins structurée que celles de Robert en Neustrie ou de Richard en Bourgogne
  • 99 Op. cit., p. 122.
  • 100 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale, 879-1166, Paris, 1976, p. 20-23. Cf. aussi la fuite (...)
  • 101 Pour le Velay, lacunes dans la liste abbatiale de Saint-Chaffre : U. Chevalier, Cartulaire..., int (...)
  • 102 Supra, n. 91.

42Le 11 septembre 909, Guillaume a fondé Cluny : le 13 octobre suivant meurt Géraud d’Aurillac... Il y a là tout un symbole. Les années 910 sont une nouvelle coupure, pour ne pas dire la fin d’un monde. Malgré son apparente puissance, la principauté du marquis Guillaume est sans doute insuffisamment structurée, parce qu’écartelée entre Gothie, Berry et Lyonnais98. De toutes ses marges vont surgir les premières difficultés : au nord, en Berry c’est la poussée franque qui ébauche la coupure politique du pagus décrite par Guy Devailly99 ; au sud, c’est l’influence toulousaine, déjà présente aux confins du Rouergue, qui déborde en Limousin (à Beaulieu), en Haute-Auvergne (à Aurillac, Carlat, Conques), en Gévaudan, et surtout en Gothie occidentale, jusqu’à Nîmes ; à l’est enfin, Guillaume n’est pas sûr du Lyonnais, du Velay et du Nîmois, voire de l’Uzège qui regardent vers la Provence bosonide. Car en Provence précisément, dès 912, un affrontement meurtrier oppose les clans bourguignons et ceux dits « légitimistes », et bientôt les Toulousains ; les Guilhemides ont du mal à rester neutres dans le conflit : à la suite des massacres de 916, c’est en terres guilhemides, en Mâconnais, que se réfugie la famille du jeune Mayeul, plus tard abbé du Cluny, bientôt rejointe par l’abbé Agio de Vabres, chassé de l’évêché de Narbonne. Cluny, la fondation religieuse, révèle sa dimension sinon politique du moins culturelle par le rôle qu’elle joue alors de refuge et de conservatoire : c’est auprès d’elle que se réfugient naturellement les grands de la noblesse méridionale victimes des troubles de Provence. Mais les exilés se retrouvent aussi sur les terres auvergnates : en 916, l’archevêque Libéral d’Embrun, fuyant son diocèse avec les reliques de saint Marcellin, traverse le Brivadois où vingt ans plus tard, avec une partie de ces reliques sera fondé le prieuré de Chanteuges100. On ne peut nier que la guerre civile qui secoue pendant plus de dix ans tout le sud-est de la Gaule ait eu des retentissements jusque dans les « États » du marquis Guillaume. En Gothie, les textes sont là : c’est même à Narbonne que les hostilités ont débuté. Dans les autres comtés, les sources moins explicites laissent cependant percevoir des retombées plus ou moins directes des événements, surtout dans les marges de l’Est, exposées à l’influence bourguignonne, tels le Velay101 ou le Lyonnais102.

43Seul le noyau primitif formé par l’Auvergne semble demeurer sous l’autorité incontestée du duc. Mais même là, on sent que sa principauté est en fait déjà minée par les forces locales, que touche la subversion. Une autre politique s’impose alors à Guillaume...

Géraud, Armand et les autres...

44Guillaume ne fait pas partie des forces vives du pays ; il n’en est que le prince : il est d’origine franque donc pas à proprement parler issu du terroir, et comprend que seule la fusion entre Reichsaristokratie et noblesse autochtone lui permettra de conserver sa principauté méridionale. Cette prise de conscience l’amène à une politique de « médiatisation » à l’égard de la noblesse locale, politique classique et qui devient une tradition dans le Midi ; c’est sans doute là l’aspect le plus intéressant de la « carrière » de Guillaume, celui sur lequel nous terminerons.

  • 103 Cf. G. Fournier, Le peuplement..., p. 356.

45Rien ou presque rien, dans les annales, les chroniques ou les diplômes, ne nous signale l’existence de cette noblesse locale, substrat pourtant fondamental. Son rôle était curieusement plus mis en évidence dans les sources pré-carolingiennes ; si elle apparaissait plus active à l’époque mérovingienne, sous Grégoire de Tours, ou aux temps de l’indépendance aquitaine103, ce n’est finalement pas une coïncidence. L’apparente mise au pas de la « reconquête » carolingienne n’a nullement étouffé sa vitalité, comme voudraient nous le faire croire l’indigence des sources autant que la discrétion des chroniques du Nord.

  • 104 Br. 337. Au bas de la charte de fondation de Cluny, après les signa de Guillaume, de sa femme Enge (...)

46Lorsque le pouvoir royal se délite, lorsque les grands princes eux-mêmes sont ébranlés, alors les puissants locaux, petits et grands, se montrent. La noblesse locale, ce sont ces nobiles, viri illustri, proceres, optimales, provinciales, principes, seniores qui apparaissent près du duc Guillaume et forment son entourage104 : Géraud d’Aurillac bien sûr, mais aussi Aimard, Ebbe, Vivien, Héracle, Etienne, Armand, Robert, Ithier, Claude... ancêtres des premiers grands lignages châtelains : les Bourbon, les Déols, les Brioude, les Polignac, les Clermont, les Mercœur.

  • 105 Liétaud cité vicomte en 886, Racoux comte en 898, (autre ?) Liétaud en 905.
  • 106 Sur cet Armand, cité vicecomes dans deux chartes de Brioude (Br. 277, d’août 895, et CCCCXV, d’aoû (...)
  • 107 Br. 118 (898-909), Sig. Stephani vicecomitis ; en 903, Étienne n’est pas dit vicomte (Br. 275). Il (...)
  • 108 Doit-on mettre sur le compte des troubles la disparition d’Armand comme vicomte et son remplacemen (...)

47Pour asseoir son pouvoir, sur des bases plus solides que le prestige moral qu’il s’est acquis face à la royauté, Guillaume essaie de s’attacher cette aristocratie, étroitement et par tous les moyens. Il lui a déjà donné des charges publiques, procédé classique rejoignant la politique « fiscale » des souverains carolingiens ; c’est ainsi que sont apparus les premiers vicomtes, fidèles du duc : en Mâconnais Liétaud et Racoux105, en Berry Geoffroy, en Auvergne Jean, Armand106, Étienne107, Hubert, Robert108. Il a aussi tenté de jouer la carte des alliances matrimoniales, indispensable à une fusion souhaitée entre haute aristocratie et noblesse autochtone : Géraud d’Aurillac a refusé le mariage avec sa sœur, mariage ardemment désiré par la comtesse-mère Ermengarde.

  • 109 VG, I, 34 : « Il était si hautement estimé dudit Guillaume qu’il voulut lui donner sa sœur en mari (...)

48Guillaume va maintenant tenter d’insérer les optimales dans son propre réseau de fidélité ; à commencer par les vassi regales, auxquels il demande en fait de renier leur allégeance au roi ; Odon de Cluny nous l’explique dans sa Vita Geraldi : « Guillaume, duc d’Aquitaine... une fois parvenu à une exceptionnelle puissance, tâcha d’obtenir de Géraud, pas par menaces, seulement par prières, qu’il abandonnât le service du roi pour se commender à lui. Lui ne voulut absolument pas... Guillaume ne lui en tint pas rigueur ». Géraud, homme de haute noblesse, très influent, très indépendant109, est, aussi et surtout, très intègre, parce qu’imprégné des valeurs antiques ; vassal royal, il n’est homme du comte qu’au titre de ses obligations publiques, en tant que Guillaume est représentant du roi, leur seigneur commun. D’où son refus.

  • 110 VG, I, 32. Willelmus plane dux Aquitanorum, vir bonus, et per multa laudabilis, cum tandem vehemen (...)
  • 111 Guillaume semble avoir réussi avec d’autres vassi, tels Ebbe de Déols ou Roger de Carcassonne...

49Mais Odon rajoute que Géraud commenda toutefois à Guillaume son neveu Raynaud, avec un important contingent d’hommes d’armes110. Ce qui nous montre bien les limites de la noblesse locale et nous fait sentir tout le poids de ses motivations sur le destin du pays : même exceptionnelle111, l’attitude de Géraud révèle la situation flottante d’une aristocratie partagée entre les valeurs traditionnelles et les nouveaux impératifs de la vie proto-féodale. Bientôt les vassi ne seront pas plus attachés au roi qu’à Guillaume ou qu’à n’importe quel autre senior. Le refus de la médiatisation qu’oppose Géraud à Guillaume, au-delà du légitimisme carolingien, n’est-il pas aussi l’expression du désir de se passer des grandes familles de l’aristocratie d’Empire, en n’acceptant qu’un roi tutélaire et sacré, mais lointain ? Le refus de Géraud est finalement un symbole : on ne se commende qu’au roi ou à Dieu ; Géraud devient ainsi le modèle du chevalier, le modèle de l’homme de Dieu...

  • 112 GC., II, col. 473-475 ejus obitus notatur in necrologio Brivatensi his verbio, fol. 167 — « II non (...)

50Lorsque le 6 juillet 918112 meurt Guillaume, il est à l’apogée de sa puissance et semble avoir réussi dans son entreprise de constitution d’une principauté. Son apparente victoire dévoile en fait l’émergence des forces locales qui vont bientôt se passer de lui : le prince n’était qu’un intermédiaire entre le roi et les élites de sa principauté ; les efforts qu’il a faits pour maîtriser les forces locales sont une preuve de leur vitalité, les échecs qu’il a subis la confirmation de leur irréversible ascension. Après s’être « choisis des rois, tirés de leurs entrailles », les grands les modèlent à leur idée.

  • 113 Sur le tombeau de Guillaume, cf. P.-F. Fournier, « Deux inscriptions commémoratives de Brioude et (...)
  • 114 A. Vernière, « Poésies latines composées à l’école de Brioude au Xe siècle », dans Revue d'Auvergn (...)

51Dernier clin d’œil à l’Histoire : Guillaume le Pieux, que nous préférons surnommer « le Grand », « le Débonnaire », qui a voulu se faire inhumer à Brioude, aux côtés de l’empereur Avitus113. C’était bien normal de la part de celui que ses chanoines honoraient en prince dans des poésies rimées invitant à boire à sa santé114... Ce n’était nullement fortuit de la part de celui qui se comporta plus de trente ans en roi sans en avoir jamais osé prendre le titre !

Carte de l’Aquitaine carolingienne et de l'Aquitaine guilhemide

Carte de l’Aquitaine carolingienne et de l'Aquitaine guilhemide

Notes

1 J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France (IXe-Xe siècle), Bruges, 1948. Récemment, O. Guillot, « Le dernier siècle de la Francia de l’ouest : les principautés et la prééminence robertienne », dans O. Guillot, A. Rigaudière, Y. Sassier, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, Paris, 1994, t. I Des origines à l'époque féodale, p. 152 et s., plus particulièrement p. 157-160. Plus généralement, L. Theis, « L’héritage des Charles. De la mort de Charlemagne aux environs de l’an mil », vol. 2 de la Nouvelle histoire de la France médiévale, Paris, Seuil, coll. Points-Histoire, 1990.

2 « En moins de vingt ans, dix thèses d’État sur le haut Moyen Âge ont voulu être délibérément régionales en totalité ou en partie... ». L Histoire médiévale en France, bilan et perspectives, Paris, SHMES, 1991, p. 314.

3 L. Auzias, L'Aquitaine carolingienne, Paris, 1937. Du même auteur, notons d'ores et déjà concernant notre propos : « Bernard « le Veau » et Bernard « Plantevelue » comtes de Toulouse ( ?) (863-872-885) », dans Annales du Midi, XLIVe année, 1932, p. 257-295. Id., « Les fluctuations politiques de quelques Grands d’Aquitaine au temps de Charles le Chauve (846-874) », dans ibid., p. 385-416. Id., « Le personnel comtal et l’autorité royale en Septimanie méridionale », ibid., 1933, p. 121-147. Id., « L’origine carolingienne des ducs féodaux d’Aquitaine et des rois Capétiens », dans Revue historique, 59e année, t. 173, janvier-juin 1934, p. 91-102. Id., « Quelques renseignements suggestifs sur Pépin II d’Aquitaine », dans Annales du Midi, 1937, p. 241-245.
Sur l’Aquitaine et les problèmes politiques, voir aussi E. Mabille, « Le Royaume d’Aquitaine et ses marches sous les Carolingiens », dans Histoire générale de Languedoc, tome II, Toulouse, Privat, 1875, [p. 267], ainsi que les articles de J. Calmette, tous parus aux Annales du Midi : « Les marquis de Gothie sous Charles le Chauve » (1902, p. 185-197). Id., (avec H. Patry « Les comtes d’Auvergne et les comtes de Velay sous Charles le Chauve » (1904, p. 305-310). Id., « Les comtés et les comtes de Toulouse et de Rodez sous Charles le Chauve » (1905, p. 5-26). Id., « La famille de saint Guilhem » (1906, p. 145-165). Id., « Gaucelme, marquis de Gothie sous Louis le Pieux » (1906, p. 166-171). Id., « La famille de saint Guilhem et l’ascendance de Robert le Fort » (1927-1928, p. 225-245). Id., « Un diplôme original de Frédelon », (1929-1930, p. 225-235). Voir aussi, plus récemment et de manière plus générale, R. McKitterick, The Frankish kingdoms under the Carolingians, 751-987, London, 1983.

4 Carte jointe p. 435. L’Aquitaine carolingienne est comprise en gros entre la Loire au Nord et la Garonne au Sud (parfois même les Pyrénées, quand s’y trouvait temporairement englobée la Gascogne), entre l’Océan à l’Ouest et le sillon rhodanien à l’Est. P. Wolff, « L’Aquitaine et ses marges », dans Karl der Grosse, t. I. Düsseldorf, 1965, p. 269-306, avec carte.

5 Depuis Vercingétorix évidemment, en passant par Sidoine Apollinaire ou le duc Waïfre et Pépin. M. Rouche, L'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781). Naissance d'une région. Paris, 1979.

6 E. Perroy, Le monde carolingien, Paris, 1974, p. 210. Lors des partages du VIe siècle, au lieu de former l’un des lots des héritiers du souverain défunt, l’Aquitaine était elle-même divisée arbitrairement en plusieurs tronçons, pour compléter les lots des nouveaux souverains.

7 Solution toute temporaire puisque ce fils, Caribert, mourut au bout de trois ans.

8 Sur tous les détails de l’indépendance puis de la conquête, cf. M. Rouche, op. cit., supra n. 5, La seule charte émise en Aquitaine indépendante qui nous soit parvenue est une charte de Brioude de 757 (no 25 de l'édition d’H. Doniol, Clermont-Ferrand-Paris, 1863, révisée par A.-M. et M. Baudot, Clermont-Ferrand, 1935, abr. Br. 25). Sur les dévastations franques, G. Fournier, « Les campagnes de Pépin le Bref en Auvergne et la question des fortifications rurales », dans Francia, t. 2, 1974, p. 125.

9 Pour Abbon de Saint-Germain, l’Aquitain est « mobile, inconstant, rusé, impatient du joug et belliqueux » (Le siège de Paris par les Normands, éd. Waquet, Paris, 1964, 1. II, v. 452). Richer le traite d’emporté, face au Belge intelligent ou au Celte réfléchi (Histoire de France, éd. et trad. R. Latouche, Paris, Les Belles Lettres, 1964-1967,1, 3 et 4). Les Annales de Saint-Bertin surenchérissent (éd. F. Grat, J. Vieillard et S. Clémencet, Paris, 1964). La distinction entre franc et aquitain est souvent faite. M. Rouche, op. cit., supra n. 5, p. 394-397, ou encore G. Kurth, Les nationalités en Auvergne au VIe s. La vision par les Méridionaux des gens du Nord devait être tout aussi sévère.

10 R.-H. Bautier, « La campagne de Charlemagne en Espagne (778), la vérité historique », dans Bull, de la Soc. des sciences, lettres et arts de Bayonne, no 135, 1979. M. Rouche, « Les Aquitains ont-ils trahi avant la bataille de Poitiers ? », dans Le Moyen Âge, 1968, p. 5 ; J.-P. Poly et E. Bournazel, La mutation féodale, Paris, 2e éd., 1991, p. 336. Certaines sources témoignent tout de même de la résistance méridionale aux Arabes : Cartulaire de Saint-Chaffre, éd. U. Chevalier, Paris, 1884 (abr. SCh), no VII et CCCCXXIX. Cartulaire de Brioude, éd. H. Doniol, Clermont-Paris, 1863 (abr. Br.) no 339. Liber Miraculorum Sancte Fidis, éd. A. Bouillet, Paris, 1897), III, 19. Même si l'incendie des faubourgs de Saint-Alyre et de Chantoin, à Clermont, ou la destruction des monastères de Volvic, Mozac, Thiers, Mauriac, Brageac, restent dans le domaine des hypothèses, le pays semble avoir gardé quelques traces douloureuses des razzias sarrasines : cf. la persécution de saint Chaffre, alias Théofrède (Vita Theofredi, AA. SS., t. VII, oct., c. 31) ou de saint Pardoux (Vita Pardulfi, cit. par M. Rouche, L’Aquitaine..., supra n. 5, p. 115). La confusion se fait facilement entre Sarrasin et brigand, entre païen et insoumis, Maure et marron, comme plus tard entre Normand et rebelle aquitain. Cf. C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle. La fin du monde antique ?. Le Puy-en-Velay, 1987, chapitre Ier.

11 Certains annalistes francs insisteront sur les cas rarissimes de résistance du Sud, tel celui du fondateur de l’abbaye de Conques, Dadon, qui préféra voir sa mère tuée que son cheval capturé par les Sarrasins. Ermold Le Noir, Poème sur Louis le Pieux, éd. E. Faral, Paris, 1932, v. 207 et s.

12 Et non des Francs comme il le fait pour les vassi. Le texte de l’Astronome a mal été interprété : seuls en fait sont francs les vassi qui secondent les comtes. L'astronome, Vita Hludowici imperatoris c. 3, éd. E. Tremp, MGH, Scriptores Rerum Germanicarum, Hannover, 1995, p. 290-291 : Karolus... ordinavit autem per totam Aquitaniam comitEs abbatesque necnon alios plurimos, quos vassos vulgo vocant, ex gente Francorum... praeficit... Arvernis Iterium, nec non Vallagiae Bullum... Pour l’interpolation du texte, J.-P. Poly et E. Bournazel, op. cit., supra n. 10, p. 114 et p. 318.

13 M. Rouche, L’Aquitaine..., op. cit., supra n. 5, p. 58-65. E. Perroy, op. cit., supra n. 6, p. 210-211. Louis fut couronné roi d’Aquitaine à Rome le 15 avril 781, tandis que son frère aîné Pépin recevait la couronne d’Italie. Pour le rendre populaire à ses nouveaux sujets, Charles donnait l’ordre d’habiller Louis à la mode gasconne, très différente de celle des Francs (les Gascons ou Basques portaient une chemise aux larges manches, des culottes bouffantes, un petit chapeau rond).

14 L. Auzias, L’Aquitaine..., op. cit., supra n. 5 p. 184. E. Perroy, loc. cit.

15 C. Lauranson-Rosaz, op. cit., supra n. 10, p. 46, n. 18, et p. 384.

16 Sur la politique religieuse de Louis le Pieux, cf. les deux contributions de K.-F. Werner, « Hludovicus Augustus. Gouverner l’empire chrétien. Idées et réalités », p. 54-92, et J. Semmler, « Renovatio regni Francorum. Die Herrschaft Ludwigs des Frommen im Frankreich, 814-829/30 », p. 125-146 dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne’s heir. New perspectives on the reign of Louis the Pious, Oxford, 1990. Pour la province de Narbonne, patrie de Benoît, cf. E. Magngu-Nortier, La société laïque et l'Église..., p. 90-107. Pour l’Auvergne, C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne..., op. cit., supra n. 10, p. 228.

17 Br. 339 (825). Sur ce diplôme interpolé, E. Magnou-Nortier, « Contribution à l’étude des documents falsifiés : le diplôme de Louis le Pieux pour St-Julien de Brioude (825)... », dans Cahiers de civilisation médiévale, XXIe année, no 4, Poitiers, 1978).

18 Cf. l’introduction de G. Desjardins à son édition du Cartulaire de l’abbaye de Conques en Rouergue, Paris, 1879.

19 Comme pour Brioude, la date de fondation, traditionnelle, de 857, doit être « remontée »... Cf. l’introduction de M. Deloche au Cartulaire de Beaulieu, Paris, 1859 (abr. BL), et R. Bautier, « Les diplômes carolingiens suspects de l’abbaye de Beaulieu en Limousin », dans Comité des travaux historiques..., Bull, philologique, et historique, 1955-1956, p. 375 et s.

20 Sur ces questions, cf. J. Semmler, « Réforme bénédictine et privilège impérial. Les monastères autour de saint Benoît d’Aniane », dans Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux, actes du colloque international du CERCOM, Saint-Etienne, 16 au 16 septembre 1985, Saint-Étienne, CERCOR, 1991, p. 21-32. C. Lauranson-Rosaz, « Réseaux aristocratiques et pouvoir monastique dans le Midi aquitain du IXe au XIe siècle », ibid, p. 353-372.

21 Pour la Reichsaristokratie, Benoît d’Aniane était un élément de révolte locale. Sur la famille des Guilhemides, cf n. 42.

22 De 833 à 869 exactement, années des règnes de Pépin Ier (833-864) et Pépin II (864-869).

23 Avec la Gascogne et la Marche d'Espagne. La conjuration échoue et les biens des traîtres sont confisqués, ceux de Bernard allant au comte de Toulouse Bérenger, ceux de Pépin à son dernier frère Charles le Chauve. De 819 à 825, dans les chartes de Brioude (no 339, 341, CCXCIII), Bérenger est qualifié de cornes brivatensis, sans qu’il faille pour autant en faire un comte d’Auvergne ou de Velay (le comte d’Auvergne étant Garin). La charte no 339 est un faux (cf. supra, n. 17), mais le souvenir qu’elle conserve de ce comte Bérenger n’est pas à remettre en cause. Sur le détail des événements, L. Auzias, op. cit., p. 54 et p. 77 et s. — Pépin est réhabilité à la suite de la conjuration de ses deux frères Lothaire et Louis, jaloux de Charles. C’est le fameux épisode du « Champ du Mensonge » à Colmar, qui amène la déposition de Louis le Pieux par ses fils révoltés : Lothaire est proclamé empereur, mais l’année suivante, en 834, excédés par son autoritarisme, Pépin et Louis rétablissent leur père sur le trône impérial ; mais Pépin a vu reconquis ses honneurs, l’Aquitaine le « sien ».

24 L. Auzias, loc. cit., supra n. 3, p. 105 et s.

25 En l’occurrence, le chef du clan guilhemide Bernard de Septimanie, marquis de Gothie, et Bernard le Veau, comte de Toulouse (avec Pépin Ier)

26 . Annales de Saint-Bertin, a° 839.

27 Loup De Ferrières, Correspondance, éd. L. Levillain, Paris 1927-1935, 2 vol. Epistola 17, t. 1, p. 98 : Aquitania tutela tripertito divisa est, secundum oportunitatem locorum militarium virorum multitudine distributa. Quarum uni parti, quoe apud Clarum Monte m agit, proeest Modoiunus, Augustiudunensium (sic) epis copus, et Autbertus, Avallensilum cornes, cum aliis quibusdam...

28 Gérard sera tué à Fontenoy en 841.

29 Adémar de Chabannes, Chronique, éd. J. Chavanon, Paris, 1897, III, 19.

30 L. Auzias, op. cit., supra n. 3, p. 249. Annales de Saint-Bertin, a. 855, et Adémar, loc. cit., lequel pense qu’il s’agit de Charles le Chauve, alors que c’est son fils, Charles l’Enfant. Deux anciens fidèles de Pépin II présidèrent la cérémonie : Raoul, archevêque de Bourges (cf. Cart. de Beaulieu, no VII) et son suffragant, Stodilus de Limoges, d’après la Commemoratio abbatum basilicae Sancti Martialis d’Adémar de Chabannes, éd. H. Duplesagier, Paris, 1874, p. 2. Cf. M. Aubrun, L'ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermont-Ferrand, 1981, p. 133, n. 63 : « Que de choses ont été écrites sur cette question de la « bénédiction » des ducs ! Plus tard, on précisera qu’ils viennent recevoir l’anneau de sainte Valérie ». Cf. la mise au point de J.-F. Bladé, « Le Sud-Ouest de la Gaule franque », dans Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux, 1894, p. 138-187. Il étudie en particulier le texte dit Ordo ad benedicendum duces Aquitanorum (RHF, XII, 451) en se montrant d'une sévérité excessive. Si la rédaction fort tardive est due à des clercs non désintéressés de l’église de Limoges, il n’en est pas moins vrai qu’il y a là des emprunts à des usages liturgiques anciens. Cf. J. Flach, Les origines de l'ancienne France, IV, 1917, p. 566, n. 3. M. Rouche, L’Aquitaine..., op. cit., supra n. 5, sans reprendre l’examen de ce texte, affirme, p. 381, qu’il y avait bien à Limoges une tradition de « bénédiction » des princes aquitains »... « Le sacre de Charles le Chauve à Limoges créant un précédent, allait inciter les ducs à venir eux aussi à Limoges solliciter la bénédiction de l’église limousine, qu’en contrepartie ils allaient intégralement contrôler pour plus de deux siècles ».

31 Charles est reconnu près de Clermont et à Brioude : G. Tessier, Recueil des actes de Charles II..., Paris, 1943, (désormais Tessier), no 109, 23 juif 848 in villa Puteata ; Br. 95 (849), CXIV (851 plaid de Bernard cornes et missus). En 854, Bernard s’abstient et fait signer le prévôt de Brioude dont il est abbé (Br. 199). En 852 à Conques (no 212), c’est Lothaire, empereur, qui est reconnu. Les tergiversations du comte sont plus évidentes en 858 : Br. 77, 110 et 282.

32 J. Dhondt, op. cit., supra n. 1, p. 19-21.

33 Tessier, no 184, 187, 188, 190.

34 On aurait même fait appel aux Normands pour reprendre la ville ! Annales de SaintBertin, a. 864, p. 105 : Nortmanni Aruernum ciuitatem petunt, ubi Stephanum, Hugoni filium, cum paucis suorum interfectum, impune ad suas naues redeunt. Pour l’affaire du siège épiscopal de Clermont, C. Lauranson-Rosaz, L’Auvergne..., op. cit., supra n. 10, p. 227 et 235.

35 Il meurt dans ses chaînes en 866.

36 L. Auzias, op. cit., supra n. 3, p. 328, et surtout J. Dhondt, op. cit., supra n. 1. p. 169-230. Des diplômes d’immunité accompagnent la réforme : G. Tessier ET L. Levillain, Recueils...

37 On a déjà l’exemple de Bérenger, comte de Toulouse et d’Auvergne, sous l’administration duquel a lieu la reoedificatio de Saint-Julien de Brioude : Br. 339, cité supra, n. 23.

38 Eudes agit de même au profit du comte Richard le Justicier, duc de Bourgogne de 918 à 921, qui en 895 est le premier grand de Francia de l’Ouest auquel on ait reconnu la qualité de princeps ; c’est en effet vers ce moment que ce comte reçoit du roi les deux grands abbatiats de Saint-Germain d’Auxerre et Sainte-Colombe de Sens pour prix de son appui contre le jeune Charles le Simple. Annales de Sainte-Colombe, p. 104. Même chose pour les frères de Richard, l’aîné Raoul qui devient roi en 923, puis le cadet Hugues le Noir. En Normandie, à partir du traité de Saint-Clair-sur-Epte (911), Rollon puis son fils Guillaume Longue Épée prennent le titre de princeps.

39 Cf. E. Perroy, op. cit., p. 219, supra n. 6, et plus récemment Guillot, op. cit., supra n. 1.

40 Nota : c’est aussi en 864 qu’intervient l’édit de Pitres sur la destruction des places fortes locales.

41 Gesta consulum andegavorum, Chronique des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. L. Halphen et R. Poupardin, Paris, 1913, p. 25 : (Les gouverneurs) « lorsqu’ils étaient envoyés pour quelque lourde charge prenaient l’un des habitants pour guide dans leur office... ». Voir aussi L. Levillain, « Les Nibelungen historiques et leurs alliances de famille », dans Annales du Midi, 1937, p. 337-408, et 1938, p. 5-66, II, p. 29.

42 Plantevelue est descendant de Thierry, comte d’Autun sous Pépin le Bref, et de l’illustre saint Guillaume de Gellone, marquis d’Espagne et comte de Toulouse sous Charlemagne. Le surnom de « Plantevelue » est dû à l’archevêque Hincmar de Reims (Annales Bertiniani a. 880) : Bernardo cognomento Plantopilosa. C’est le même Hincmar qui appelle Bernard « de Gothie » le fils de Bilichilde... et Bernard « le Veau » le comte de Toulouse (Ann. Bert., a. 872 : Bernardus qui Vitellus cognominabatur). Sur les Guilhemides, cf. M. Chaume, Les Origines du duché de Bourgogne, première partie, Histoire politique. Dijon, 1925, et surtout L. Levillain, « Les Nibelungen... » et infra M. Aurell. Voir le tableau généalogique ci-joint, p. 436.

43 Dhuoda est d’origine franque pour P. Riche, introduction au Manuel..., gasconne pour R. Mussot-Goulard (Les Princes de Gascogne, 768-1070, Marsolan, 1982, p. 106 et s.)... Cf. cependant tous les Dado, Dodo, Teot-... du rebord sud-oriental du Massif Central, de Conques à Uzès. Le problème ne doit-il pas, de toute façon, être posé de façon différente, culturelle plus qu’ethnique ? Dhuoda pouvait très bien appartenir à un lignage semblable aux Guilhemides, c’est-à-dire de « souche » franque mais acculturé à la Gothie, cette région à laquelle elle semble si attachée.

44 Supra, p. 410.

45 Ph. Lauer, Le règne de Louis IV d’Outremer, Paris, 1900, p. 221, n. 4. Remarques judicieuses de J. Dhondt, op. cit., supra n. 1, p. 219. La tradition rattache à la possession de l’Auvergne le titre honorifique de duc d'Aquitaine.

46 L’imbroglio des Bernards a été démêlé par J. Dhondt, op. cit., supra n. 1.

47 À la mort d’Emenon de Poitiers, l’Aquitaine Seconde est partagée entre Vulgrin (Angoumois, Périgord, Agenais) et Ramnulf (ou Rannoux) Ier (+ 866) (Poitou) puis Ramnulf II (lequel épouse la veuve de Bernard de Poitiers, le père d’Emenon !).

48 Annales de Saint-Bertin, a. 872, p. 188 : ab hominibus Bernardi, filii Bernardi, Bernardus qui Vitellus cognominabatur occisus ; et eius honores praedicto Bernardo sunt dati). L. Auzias, « Bernard le Veau... ».

49 Le Toulousain sera cependant donné en 875 à Eudes, frère de... Bernard le Veau.

50 Promu archevêque de Bordeaux en 874, il est obligé par les Normands de fuir la ville deux ans plus tard.

51 Après novembre 869 (Br. CXCI), et avant janvier 874 (Br. 132), dernière mention du comte-abbé Garin ; Plantevelue apparaît déjà en 864 à Brioude, au nom des biens de sa femme Ermengarde (Br. 176), alors que son beau-père est abbé-comte. Sur les origines aquitaines de Frotaire, cf. entre autres BL XI (887) (donation de Frotaire pour la famille de Toulouse) et X (886/7) (vente). Sur celles d’Flincmar, cf. J. DEVISSE, introduction à son ouvrage Hincmar, archevêque de Reims, Genève, 1976. Frotaire est cité comme abbé de Brioude jusqu’en septembre 888.

52 Bernard de Gothie empêchait Frotaire d’atteindre le siège métropolitain. Devant la réticence des évêques suffragants, il faut une lettre du pape Jean VIII (au concile de Troyes d’août 878) pour obtenir d’eux la reconnaissance de leur nouvel archevêque (Mansi, Concilia, XVII, A, p. 12). En tant qu’archevêque de Bourges, Frotaire s’intéresse de près à l’abbaye de Beaulieu, proche de ses terres familiales (il est sans doute issu des Castelnau) : à ce titre, il obtient renouvellement de la protection impériale accordée à son prédécesseur Raoul par Charles le Chauve : de Carloman d’abord (14 juin 882, BL VIII), d’Eudes ensuite (juin 889, BL XII et Rec. no 4). Il meurt probablement peu après.

53 Adalgaire est cité comme abbé de Brioude jusqu’en juillet 892. Guillaume le Pieux l’a remplacé avant juillet 893, alors qu’il est cité depuis fin mai comme chancelier d’Eudes. Sur le personnage, sa carrière, son action, sa mort, cf. G. Tessier et R.-H. Bautier, introduction (par ce dernier) du Recueil des actes d’Eudes roi de France (888-898), Paris, 1967, p. XXXII-XXXIII.

54 Adalgaire meurt empoisonné par un de ses moines de Flavigny : GC, IV, Instr., col. 64-65, jugement de l’assassin présumé, le diacre Gerfredus, prévôt de Flavigny.

55 Il s’en prend comme Plantevelue aux biens ecclésiastiques : aux biens rémois situés en Auvergne, à ceux des diocèses de Bourges et d’Autun, de l’abbaye de Flavigny. Hincmar de Reims charge le comte de Rodez Frédelon et l’évêque Adalgaire, de défendre ses biens en Poitou, Auvergne et Limousin. Flodoard, Hist. Rem. Eccl.,III, 20 (MGH, SS, XIII, p. 513, PL, t. 135, col. 234). Bernard « d’Auvergne », auquel Hincmar, à la mort de Pépin II, a fait confiance pour protéger les biens auvergnats de l’église de Reims, aurait trahi cette confiance. J. Devisse, op. cit., supra n. 51, p. 901.

56 C. Lauranson-Rosaz, L’Auvergne..., op. cit., supra n. 10, p. 55.

57 L. Auzias, op. cit., supra n. 3, p. 396-397. La donation est assortie d’un contre-don, Boson offrant sa fille Engelberge au jeune fils du roi, Carloman. Sur Engelberge, infra, p. 426-427, 431 n. 101.

58 Un lectionnaire de 1 église du Puy (Liber legendarum scolaris), qui fut produit en 1428 lors d’une enquête de l’évêque entre la collégiale Saint-Georges du Puy et celle de Saint-Paulien à propos de la possession des reliques de saint Georges, contenait un long récit édifiant de la translation des corps saints au Puy : A. Jacotin, Preuves de la maison de Polignac, 1898, no 1, p. 1-20, plus spécialement p. 7-9 ; ce récit est situé « vers 890 » parce qu'à cette date le compétiteur de Norbert, Vital, est connu comme l’abbé de Saint-Pierre-Latour.

59 Si l’on en croit le texte, le chapitre s’était partagé en deux clans, dont l’un avait élu le frère du vicomte de Polignac, l’abbé Vital. A la suite d'une vision, le roi désigna comme évêque Norbert qui était alors au Palais ; le clergé se rallia à lui, mais il se heurta à la famille vicomtale. Norbert alla demander aide au roi, qui vint au Puy à la tête de son armée et imposa sa volonté.

60 R.-H. Bautier, Recueil des actes de Louis II le Bègue, Louis III et Carloman..., Paris, 1978, p. LXXIII-LXXV : « Tous les diplômes de Carloman sans exception furent reconnus par le notaire Norbert, d’abord sans référence à un archichancelier (no 49, 30 novembre 880), puis comme auxiliaire de Vulfardus (nos 50-60 et 93 bis, 12 janvier-2 septembre 881), puis post obitum magistri sui, celui-ci étant mort le 6 septembre (nos 62-63, 14 juin-8 août 882), de nouveau sans référence à un archichancelier (nos 66-68, 23 janvier-6 mars 883), enfin ad vicem Gozlini (nos 71-79, 4 août 883-10 décembre 884) ». L’événement pourrait être placé à l’automne de 881, après la deuxième campagne contre Vienne, lorsque le roi, après un voyage à Narbonne, regagna par le Centre les pays de la Loire. Norbert succéda comme évêque du Puy à l’évêque Gui, qui mourut un 24 juillet, au plus tôt en 878 au cours d’un voyage à Rome. L. Duchesne, Fastes épiscopaux, t, II, p. 58. Gui vivait encore, semble-t-il, quand en août 877 l’abbé Rostaing obtint de Charles le Chauve l’annulation de l’union du monastère de Saint-Chaffre à la mense épiscopale du Puy obtenue l’année précédente (Tessier, t. II, no 405, p. 403-405, et no 462, p. 490-493).

61 Il dut abandonner au « vicomte de Polignac » la vieille cité de Saint-Paulien d’où il transporta à Monistrol (sur-Loire) les reliques de saint Marcellin et en l’église Saint-Étienne du Puy celles de saint Georges, un 22 novembre. Norbert était encore en fonction en 909.

62 Sur l’élection à l'archevêché de l’archiprêtre Téotard, ainsi que sa Vita, cf. E. Magnou-Nortoer, La société laïque... p. 327 et s. et R.-H. Bautier, « La prétendue dissidence de l’épiscopat catalan et le faux concile de Portus de 887-890 », Bull, philologique et historique, 1963, p. 477.

63 K.-F. Werner, Structures politiques du monde franc (VIe-XIIe s.), London, 1979.

64 Réginon de Prüm, Chronicon, a° 888 ; Annales Fuldenses, a° 888 : multi reguli in Europa vel regno Karoli sui patruelis excrevere.

65 L’Aquitaine... p. 427.

66 A sa mort, en 886, Bernard Plantevelue est qualifié de « vertueux et fidèle » en souvenir de sa récente et mortelle lutte contre le « tyran Boson » : rememorantes cum quanta fiducia et animi virtute et permanente fîdelitate Bernardus gloriosus cornes et marchio se opposuerit contra hostes nostros et insidiatores ac devastatores regni, contra Bosonem tyrannum et sequaces ejus, et quam prompte animo mori in bello contra supradictos infideles pro excellentiafidelitatispugnans amaverit... (RHF, t. IX, p. 349).

67 Vita Geraldi (abr. VG), PL, t. 133, col. 660.

68 C’est le sens même de la formule utilisée par certaines chartes contemporaines. La charte clunisienne de novembre 893 par laquelle Ava, soeur de Guillaume d’Auvergne, cède à son frère le domaine de Cluny est datée de la première année de la lutte des deux rois pour le règne, à savoir Eudes et Charles. Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny (abr. Clu.), éd. A. Bernard et A Bruel, tome I (802-954), Paris, 1876, no 53.

69 Exceptionnelle fut cette année 886/7 : en quelques semaines, alors que le royaume de France est sous la régence du trop germanique Charles le Gros, meurent Hugues l’Abbé, qui avait joué lui aussi un moment le rôle de régent, le comte d’Angoulême Vulgrin, Bernard Plantevelue et Boson, maîtres du Massif Central et du bassin du Rhône. Encore plus marquante l’année 888, lorsqu’au Carolingien Charles le Gros succède le Robertien Eudes : « cassure, rupture nette avec une tradition périmée, signal de la désagrégation territoriale de l’Empire et de la ruine de la dynastie » (L. Auzias, L'Aquitaine..., op. cit., supra n. 3 p. 433). Plus qu’un changement de dynastie, ce fut la « fin du mythe carolingien », au point que certains historiens en datent la fin du haut Moyen Âge.

70 Cf. A. Eckel, Charles le Simple, Paris, 1899, p. 10. L. Auzias, op. cit., supra n. 3, p. 432, n. 50, avait émis l’hypothèse que Ramnulf II ait été le protecteur du jeune Charles parce qu’il était son parâtre : il aurait en effet épousé Adda, alias Adélaide, veuve du roi Louis II le Bègue, mort en 879. Du même L. Auzias, cf. « Les origines carolingiennes des ducs féodaux d’Aquitaine et des rois capétiens », dans Revue historique, t. 173, 1934, p. 91-102.

71 Les Annales de Fulda laissent entendre que Ramnulf II aurait repris le titre de roi d’Aquitaine en 888, juste avant de mourir. Elles le citent en effet parmi les grands personnages qui usurpèrent le titre de roi à la mort de Charles le Gros : Odo filius Ruodberti usque ad Ligerim Jluvium vel Aquitanicam provinciam sibi in usum usurpavit. Deinceps Ramnulfus se regem haberi statuit. Au XIe siècle cette affirmation est reprise par Hermann Contractus dans sa Chronique : Odo filius Rudperti in Gallia usque ad Ligerim et in Aquitania ultraque in Gallia Ramnolfus regium nomen invasere, RHF, t. VIII, p. 247. Ajoutons l’indice numismatique que cite L. Auzias, n. 59 p. 436, d’après A. Richard, Histoire des comtes de Poitou, t. I. Aucun historien de la Francie occidentale ne fait la moindre allusion à cette royauté. En tous les cas, Ramnulf est nommé par les Annales de Saint-Vaast « duc de la majeure partie de l’Aquitaine ».

72 Adémar de Chabannes souligne l’amitié qui lie Guillaume et son cousin Ramnulf. L. Auzias, L'Aquitaine..., op. cit., supra n. 3, p. 435, n. 57. Sur la déférence du premier envers le second, qu’il explique par l’origine carolingienne du comte de Poitiers, raison de ses prétentions royales, L. Auzias, Les origines..., art. cit., supra n. 70, notamment p. 100. Seul, au Sud, le comte de Toulouse, nommé justement Eudes ou Odon, frère de Bernard le Veau, est un allié potentiel du roi. Sur les origines franques des comtes de Toulouse, cf. L. Auzias, op. cit. Charles le Gros, déposé en novembre 887, meurt le 13 janvier 888 (L. Auzias, L'Aquitaine..., op. cit., supra n. 3, p. 433).

73 En 892. Sur tous ces événements, cf. C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne..., op. cit., supra n. 10. Nous ne sommes pas d’accord avec l’analyse que donne Auzias de la passivité de Guillaume (L'Aquitaine..., p. 434-435). C’est sur l’initiative de Géraud d’Aurillac, qui l’avait d’abord recueilli, que le jeune Ebles Manzer est confié à Guillaume. Adémar de Chabanes, Chronique, II, 21 : Et dum regalem aulem assiduaretur, veneno nectatus, (Ramnulfus) in extremis sancto Geraldo, ibi tunc presenti, parvulum filium subductum filium Ranulfi a Pictavis Willelmo, duci Aquitanie, comiti Arvernis, credidit nutriendum cui propinquus erat.

74 En dix années d’un règne mal connu, nous est conservé le souvenir de trois expéditions en Aquitaine : c’est énorme. Étrange effort militaire au Sud, alors que les Normands assaillent la Francie. E. Favre, Eudes comte de Paris et roi de France, 882-898, Paris, 1893 ; G. Tessier et R. Bautier, Rec...

75 Arch. Dép. du Puy-de-Dôme, 3G Arm. 18, sac A, c. 1, (ap. 15.10.893 ; 16.6.897 ?), éd. G. Tessier et R. Bautier, Rec... no 49.), Diplôme du roi Eudes confirmant les lettres données par Charles le Gros, empereur, qui veut et ordonne, à la sollicitation d’Adalard, évêque d’Auvergne, que les chanoines jouissent paisiblement des biens qui leur ont été donnés dans les appartenances de Lanciac, Cussiac, Acciac, Merlini, Pomeris. Signées du chiffre d’Eudes, contresignées et scellées par Tordre de Suderius, archevêque ( ?), grand chancelier. Un autre acte du chapitre cathédral de Clermont date du règne de Charles le Simple (...et de Guillaume le Pieux) : il s’agit, en 911, d’une donation faite par Adalard, évêque d'Auvergne, à Léotard, sa vie durant seulement, de l’église de Saint-Victor avec ses appartenances, mas, moulins, terres, prés, vergers et bois, à la charge de payer tous les ans. pour le luminaire des saints Agricol et Vital, deux sols. Après la mort dudit Léotard, l’église de Saint-Victor et ses appartenances, appartiendra à l’église de N. D. et des SS. Agricol et Vital. Donation signée de plusieurs personnes, datée de la 13e année de Charles le Simple, roi de France.

76 F. Lot et Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles le Simple, no s XXXI (899, Aurillac), XLIV (903-923, Conques), CXXVI (912, Souvigny, faux), L (Beaulieu).

77 S’il n’y avait le risque de confusion avec le duc d’Aquitaine homonyme du XIe siècle, on pourrait tout aussi bien le surnommer « le Grand », comme ce fut fait dès sa mort, pour le différencier de son successeur, « le Jeune » : Willelmus ille major et sui temporis vir magnificus. Diplôme du roi Raoul confirmant l’acte de fondation de Cluny, le 9 septembre 927 (Clu. 285).

78 Né vers 870, Guillaume reçoit une éducation de prince, dans un contexte intellectuel qu’on a tendance à sous-estimer : son père Bernard Plantevelue avait pour ami le saint laïc Géraud d’Aurillac, si imprégné des valeurs antiques ; Guillaume a pour conseiller le savant Abbon, legis doctor dont le fils Odon, élevé à sa cour, sera un jour abbé de Cluny et biographe de saint Géraud. C’est tout un réseau de gens notables qui gravitent autour du duc et forment comme une cour savante du palais d’Aquitaine.

79 Seul le Toulousain revient à la famille raimondine. On est certain que la Gothie est à Guillaume. C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne..., op. cit., supra n. 3, d’après L. Auzias, L'Aquitaine..., p. 429. Voir carte jointe.

80 En Poitou et Limousin, c’est Adémar qui menace ; à partir de 902, Ebles Manzer prenant le pouvoir, le danger est écarté. A. Richard, op. cit., supra n. 72, p. 50 et s.

81 Comme l’a dit L. Auzias (L’Aquitaine..., op. cit., supra n. 3, p. 448), « il faut renoncer, tant nos sources sont indigentes pour les vingt premières années du Xe siècle, à suivre, même par bribes, l’évolution des pouvoirs de Guillaume le Pieux et les circonstances dans lesquelles il continua à gouverner l’Aquitaine. Seuls quelques actes disséminés, rarissimes, jettent sur l’extension de la puissance de fugitives lueurs, actes peu explicites et qui posent à chaque pas des énigmes, mais qui suffisent à convaincre que cette époque est le moment crucial pour la constitution du duché féodal d’Aquitaine ».

82 Avant même Richard de Bourgogne.

83 Br. 309: Guillelmus, cornes, marchio atque dux... regio dono, abbatiali videor fungi officio...

84 Eudes est mort le 1er, 2 ou 3 janvier. R. Bautier, Rec..., p. CLVII et n. 1

85 « À lui et à ses successeurs, le roi, dans ses diplômes, ne donnera jamais ces titres nouveaux, jusqu’en 987. Et cependant, comme il apparaît dès 899, quand le roi traite d’un problème touchant le regnum d’Aquitaine dans un diplôme, désormais il n’y intervient, en principe, que par l’intermédiaire de Guillaume. Il n’y a que quelques exceptions qui visent, semble-t-il, quelques rares églises. La position du roi est remarquable : il se refuse à officialiser un titre qui s’est imposé à lui (par le fait de son prédécesseur) ; mais il reconnaît que la fonction royale s’accomplit ordinairement en la personne de Guillaume, s’agissant de l’Aquitaine ». O. Guillot, op. cit., supra n. 1, p. 157.

86 J. Mabillon, AA SS OSB, V, p. 89-90, cité par E. Fournial, « Recherches sur les comtes de Lyon aux IXe et Xe siècles », dans Le Moyen Âge, t. LVIII, 1952, p. 237 et n. 77. Autres plaids : Saux. 146, Clu. 192... et ceux mentionnés dans la Vita Geraldi.

87 Cf. G. Fournier, Les origines de Brioude, n. 130 et le denier de Brioude d’1,40 gr du trésor de Rennes : J. Lafaurie, Revue de numismatique, 1965, p. 298 qui l’attribue, lui, plutôt à Guillaume II.

88 Le mariage a lieu avant mai 898. Engelberge est citée dans l’acte de fondation de Cluny (909-910) et en 914 dans le diplôme pontifical de Jean X confirmant la donation par le duc Guillaume de sa cour de Moissat aux moines de Saint-Lomer de Blois : A.-C. Chaix De Lavarene, Monumenta Pontificia Arvernioe..., Clermont-Ferrand, 1880, no V. Engelberge serait elle-même morte à Moissat en 919, et inhumée dans l’église qu’elle y avait fait construire (Notice manuscrite sur Moissat, provenant de la Biblioth. des P. Jésuites de Billom, p. 60. Contra, C. Settipani, La Préhistoire des Capétiens, Villeneuve-d’Ascq, 1993, p. 375, qui lui fait finir sa vie au monastère de Saint-Sixte de Plaisance). Peut-être est-ce une fille homonyme d'Engelberge et de Guillaume qui est mariée au Dalmas vicomte, abbé laïque de Brioude après la mort des neveux de Guillaume, alors qu’il est veuf de Bertranne (c. 922-936).

89 Le mariage est une promotion supplémentaire si Engelberge est bien la fille de Boson d’abord fiancée en bas âge à Carloman, le 11 septembre 878 à Troyes (Annales de SaintBertin, a. 878, p. 229). Cf. R. Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933). Paris, 1901, réimp. anastat. Genève, 1974, et Le royaume de Bourgogne sous les Carolingiens (888-1038). Etude sur les origines du royaume d'Arles. Paris, 1907, réimp. anastat. Genève, 1974. Carloman est mort le 6 décembre 884 (R. Bautier, Rec..., p. LIV-LVI). P. Riché, Les Carolingiens. Une famille qui fit l'Europe. Paris, 1983. C. B. Bouchard, « The Bosonids or rising to power in the late Carolingian age », dans French Historical Studies, vol. XV, no 3, printemps 1988 [p. 407-431], p. 426: « Hence, the marriage between William of Aquitaine and Angilberga marks the duke’s attempt to attach himself to a family of kings, and the foundation of Cluny, in many ways a Bosonid foundation, may be seen as an attempt by the duke to emulate these kings in the patronage of monks who might pray both for his success and for his soûl ». — En parlant d’Ermengarde, la femme de Boson, Hincmar de Reims nous dit (Annales Bertiniani, a. 879): « Elle déclarait ne vouloir pas vivre, si, fille d’empereur d’Italie et fiancée à un empereur de Grèce, elle ne faisait pas de son mari un roi ». Le 25juillet 879, la charte de Boson et d’Ermengarde pour l’abbaye de Montieramey (ils donnent les biens qu’ils avaient reçus de Charles le Chauve à Lanty-enLassois. R. Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence, p. 31, no XVI) énonce : Ego Boso, gratia Dei, idquodsum... Et dilecta conjux mea Hirmingardis, proies imperialis. Le id quod sum fait directement référence à la première épître de saint Paul aux Corinthiens [10] : gratia autem Dei, sum id quod sum.

90 Adémar de Chabannes, Chronique, III, 21 : in extremis sancto Geraldo ibi tunc praesenti, parvulum filium suum Eblum commisit tutandum. Il est curieux qu’on n’entende plus parler d’Ebles jusqu’à la disparition des Guilhemides. Le comté de Poitiers lui est restitué en 902, lorsqu’Adémar est chassé en Périgord par Guillaume. Sur la déférence de ce dernier envers Ebles, et déjà envers Ramnulf, cf. L. Auzias, L’origine carolingienne..., p. 100.

91 Guillaume est bien comte de Lyon. Cf. cependant Clu. 205 (janv. 917), donation par Guillaume et Engelberge du fisc de Romans in pago Lugdunense (Romans au nord d’Ambérieux, Ain. Cf. H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter, Köln, 1968, p. 286, carte). L’oeuvre de Guillaume sera bien fragile puisque Guillaume le Jeune ne pourra apparemment rien contre Hugues d’Arles, malgré un effort de consolidation (cf. Savigny). Recherches de Pierre Ganivet qui prépare une thèse de doctorat d’État d’histoire du droit sur le diocèse de Lyon du VIIIe au XIIe siècle.

92 Les deux églises majeures de Brioude et Cluny, par la richesse de leur fonds documentaire certes, mais aussi par leur position éminemment stratégique, seront en fait des points d’observation de la crise qui couve, avant d’en être ses centres névralgiques.

93 Une titulature que son père Bernard Plantevelue avait certes naguère « tentée » : il s’était dit gratia Dei cornes en 864 (Br. 176) et en 886 (Conq. 153), avec son épouse Ermengarde. En 881, c’est celle-ci, seule, qui se proclamait Dei gratia comitissa (Br. 131). — Guillaume prend le titre en mars 900 (Br. 317, gratia Dei cornes et abbas, Br. 118, 898-909) ; en avril 902 (Br. 241) gratia Dei cornes... rector (id. Br. CCCXI, 897-911 et Br. 121,911-918) ; en août 907 (Br. 264) et juin et novembre 909 (Br. 44 et 45) gratia Dei dux, rector ; le 11 avril 917 (Br. 324) gratia Dei cornes, Aquitanorum princeps, rector. Ebles Manzer prend aussi la titulature gratia Dei en 907. A. Richard, op. cit., supra n. 72, p. 62 et n. 1.

94 En fait assez tôt. En 918, Guillaume, à peine inhumé, est appelé « le Grand » (Br. 318) : Guillelmus (le Jeune, son successeur) gratia Dei comesuccessor Guillelmi majoris.

95 Déjà avant... sous Bernard : Blesle (850-885), Cusset (av. 886).

96 À cette occasion sont cités deux hauts personnages de l’aristocratie auvergnate, Otbertus, vir nobilis, et Castus, ambassadeurs de Guillaume le Pieux auprès du pape : Chaix de Lavarene, Mon. Pontif. Arv., op. cit. supra n. 88, (914).

97 Ceux de Bourgogne à Saint-Germain d’Auxerre, Saint-Martin d’Autun ou Sainte-Colombe de Sens... Guillaume contrôle aussi certains sanctuaires par personnes interposées : ainsi peut-être Saint-Martial de Limoges où est abbé laïque son ami le legis doctor Abbon (père d’Odon de Cluny). Le Limousin lui échappe, « tenu » par les comtes de Toulouse. La seule charte sur laquelle on s’est fondé pour affirmer la présence de Guillaume en Limousin, la charte no X du cartulaire de Beaulieu, datée de 886/7 (Deloche...), est en fait une donation par le comte Odon de Toulouse et son épouse Garsinde, signée entre autres par un Guillaume comte qui est le comte de Bordeaux parent de la comtesse et non Guillaume le Pieux.

98 Une principauté moins structurée que celles de Robert en Neustrie ou de Richard en Bourgogne

99 Op. cit., p. 122.

100 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale, 879-1166, Paris, 1976, p. 20-23. Cf. aussi la fuite nocturne et furtive de Dalmas de Beaumont de l’abbaye de St-Gilles du Gard, emportant avec lui le bras du martyr pour en gratifier le prieuré familial de Chamalières en Velay. A. Chassaing, Cartulaire de Chamalières-sur-Loire en Velay..., Paris, 1895, no 2.

101 Pour le Velay, lacunes dans la liste abbatiale de Saint-Chaffre : U. Chevalier, Cartulaire..., introd., p. XIV. Nota : le mariage de Guillaume avec Engelberge, antérieur à mai 898 (Br. 309) a dû marquer la réconciliation du duc avec le clan bosonide en même temps que la paix avec la royauté.

102 Supra, n. 91.

103 Cf. G. Fournier, Le peuplement..., p. 356.

104 Br. 337. Au bas de la charte de fondation de Cluny, après les signa de Guillaume, de sa femme Engelberge, de l'archevêque Madalbertus de Bourges, des évêques Adalard de Clermont et Atton de..., de Guillaume comte, neveu du fondateur, suivent 36 signatures de fidèles ainsi énumérés : Armannus, Wigo, Ugbertus, Stephanus, Heracl (i) us, Gotbrannus, Gauzfredus vicecomes, Teutardus, Isnardus, Urso "Graecus", Rataldus, Rainbertus, Isingerius, Rotbertus, Girbertus, Bermundus, Gerardus, Amblardus, Aimardus, Achedeus, Wido, Grimbertus, Umbertus, Arnaldus, Ainardus, Rotbertus, Bodo, Atso, Girbaldus, lsmido, Teotbertus, (autre) Teotbertus, Bernardus, Walo, Geraldus, Truannus.
Sur les grands d’Auvergne mentionnés par la documentation entre 886 et 918, C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne..., op. cit., supra n. 3, chapitre II, avec généalogies des familles. Il faudrait aussi parler de tous ces fidèles « inclassables » parce que non identifiés ou non localisés : Roger, Humbert, Guillaume vicomte.

105 Liétaud cité vicomte en 886, Racoux comte en 898, (autre ?) Liétaud en 905.

106 Sur cet Armand, cité vicecomes dans deux chartes de Brioude (Br. 277, d’août 895, et CCCCXV, d’août 898), son implantation en Auvergne, sa famille (futurs Polignac), C. Lauranson-Rosaz, Ibid.

107 Br. 118 (898-909), Sig. Stephani vicecomitis ; en 903, Étienne n’est pas dit vicomte (Br. 275). Il est présent en 910, lors de la fondation de Cluny (Clu. 112). C. Lauranson-Rosaz, ibid. Dalmas, fils d’Etienne, Robert, ancêtre des Clermont, et Hucbert n’apparaîtront qu’après le règne de Guillaume, sous celui de son neveu Guillaume le Jeune.

108 Doit-on mettre sur le compte des troubles la disparition d’Armand comme vicomte et son remplacement par Robert ? Ne faut-il y voir qu’une traditionnelle réorganisation administrative, Armand disparu, alors qu’il a des enfants ? Sur la charge vicomtale en Auvergne, C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne..., op. cit., supra n. 3, p. 332.

109 VG, I, 34 : « Il était si hautement estimé dudit Guillaume qu’il voulut lui donner sa sœur en mariage : leur mère Ermengarde le désirait vivement elle aussi, car elle portait à Géraud une sainte affection. Mais le Christ, Fils d’une Vierge, depuis longtemps lui avait inspiré un profond amour de la chasteté, et il s’y était dès sa jeunesse tellement attaché qu’il ne consentit pas à s’en laisser détourner, même dans la perspective d’une aussi glorieuse union ». Adémar de Chabannes relate aussi l’affaire (Chronique, III, 21).

110 VG, I, 32. Willelmus plane dux Aquitanorum, vir bonus, et per multa laudabilis, cum tandem vehementer invaluisset. non minis quidem, sed precibus agebat, ut Geraldus a regia militia discedens, sese eidem commendaret. Sed ille favore comitis nuper usurpato, nequaquam consensit. Nepotem tamen suum nomine Rainaldum eidem cum ingenti militum numero commendavit. Sed et isdem Willelmus nullatenus illi indignatus est. quippe non immemor, quia pater suus Bernardus ipsum adhuc adolescentem eidem domno Geraldo, amoris causa commendavit. Sur l’attitude de Géraud, C. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne..., op. cit., supra n. 3, p. 62 et p. 330. Odon lui-même a été élevé à la cour de Guillaume (Vita Odonis, I, 5).

111 Guillaume semble avoir réussi avec d’autres vassi, tels Ebbe de Déols ou Roger de Carcassonne...

112 GC., II, col. 473-475 ejus obitus notatur in necrologio Brivatensi his verbio, fol. 167 — « II nonas Julii obiit Guillelmus pius cornes Pictavensis, dux Aquitaniae », etc. Obit. Br. (HGL., II, p. 310). Cf. l'Obituarium Lugdunensis Ecclesioe, p. 56, qui donne le 28 juin 918 (soit le 2 des kalendes de juillet). Ann. Masc., 919 (en fait 918), Guillelmus famosus dux Aquitanorum efflavit et conjux ejus Ingelberga finem vivendi fecit.

113 Sur le tombeau de Guillaume, cf. P.-F. Fournier, « Deux inscriptions commémoratives de Brioude et les obituaires de St. Julien », dans Alm. Br., 1965, p. 51, et « Les plus anciens sanctuaires élevés sur le tombeau de St. Julien de Brioude », ibid., 1968, p. 18.

114 A. Vernière, « Poésies latines composées à l’école de Brioude au Xe siècle », dans Revue d'Auvergne, 1899, t. 16. p. 321, d’après E. Dümmler, « Lateinische Gedichte des neuten bis elften Jahrhunderts », dans Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, 10, Hannover, 1885, t. X, p. 331-357 (§. 12, p. 347-351). Sur l’identification du « comte » Guillaume à Guillaume le Pieux, voir A. Thomas, C. r. de l’ouvrage du même E. Dümmler, dans Revue d’Auvergne, 1886, p. 243.

List of illustrations

Title Carte de l’Aquitaine carolingienne et de l'Aquitaine guilhemide
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2586/img-1.jpg
File image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2586/img-2.jpg
File image/jpeg, 275k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.