Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Les élites des royaumes de Bourgogne (milieu ixe - milieu xe siècle)

Guido Castelnuovo

Texte intégral

  • 1 Liutprandi Antapodosis, I, 16, éd. R. Rau dans Quellen zur Geschichte der sächsischen Kaiserzeit, D (...)

1Nous sommes en 958 : le chroniqueur et futur évêque Liutprand de Crémone rédige le premier livre de son Antapodosis dans lequel il retrace les prémices du royaume d’Italie postcarolingien, enjeu d’un long conflit entre Bérenger du Frioul et Gui de Spolète. L’une des années charnières est, bien sûr, 888, quand Bérenger « prit le commandement » du royaume tandis que Guy s’apprêtait à chercher une couronne en deçà des Alpes. C’est le chapitre XVI, où l’on voit Guy refusé par les princes francs qui lui préfèrent le Robertien Eudes. Liutprand ouvre le récit par ces mots : « lorsque Guy voulut pénétrer dans la Francie appelée Romaine, il traversa les Burgundiorum régna »1. Telle est la toute première citation bourguignonne de l'Antapodosis, qui oscille entre une description géographique et une définition institutionnelle de son espace. Se révèle ainsi une région au cadre territorial assez flou - des Bourguignons et non une Bourgogne — mais au poids politique indiscutable et pluriel : des royaumes et non un royaume.

  • 2 Sur d’autres renvois bourguignons de Liutprand concernant le Xe siècle, par exemple Rodolphe, « rex (...)
  • 3 Cf. G. Sergi, « Istituzioni politiche e società nel regno di Borgogna », dans Il secolo di ferro : (...)

2Dans ce passage Liutprand a le regard tourné vers le passé, il pense au foisonnement des roitelets de 888 et non pas à la situation du milieu du Xe siècle, quand la Bourgogne avait acquis une relative stabilité, à la fois géographique et politique, sous la coupe des rois rodolphiens2. En fait, le vocabulaire du chapitre XVI va au delà de la chronologie, il est lié au statut ambigu du monde bourguignon des IXe et Xe siècles, sorte de mosaïque politico-géographique, à la fois zone charnière de l’Occident franc par l’importance de ses axes routiers pour les traversées alpines, et périphérie politique des trois grands royaumes carolingiens en voie de consolidation : l’Italie et les deux Francies3.

  • 4 Même après l’unification relative des terres bourguignonnes sous l’égide rodolphienne, la titulatur (...)

3Les « Burgundiorum regna » de Liutprand saisissent ainsi une image bien ancrée dans la mentalité des chroniqueurs, chanceliers et notaires francs d’alors : celle d’un agrégat bourguignon où coexistent diverses identités politiques et territoriales4. Réussir à en décrire les contours, c’est aussi mieux comprendre les évolutions de leurs élites. Emboîtons donc le pas à l’évêque crémonais et revenons en arrière, en commençant par suivre les aléas de ce que Bourgogne voulut dire entre le IXe et le milieu du Xe siècle.

  • 5 E. Ewig, « Die fränkischen Teilreiche im 7. Jahrhundert (613-714) » (1953), dans Id., Spatantikes u (...)
  • 6 Que l’on pense aux différentes partes Burgundiae qui s’imposent dans les sources carolingiennes : « (...)
  • 7 B. Bligny, « Le royaume de Bourgogne... », art. cit., supra n. 5, p. 254, 255 (carte), 260-262 ; vo (...)
  • 8 Dès la Divisio regnorum de 806, on assiste à un démembrement répété des espaces bourguignons, bien (...)

4Après leur relative unité mérovingienne5, les territoires bourguignons nous apparaissent dès le début du IXe siècle toujours plus morcelés6, d’où une quadruple subdivision proposée par Bernard Bligny : Bourgogne franque (dont les territoires relèvent, après Verdun, de la Francie occidentale) et Bourgogne jurane (entre le Jura, le Léman et les Alpes), Bourgogne rhodanienne (centrée sur les cités de Lyon et Vienne) et, enfin, Provence7. Dans ce jeu d’emboîtements multiples, démembrements et recompositions sont à l’ordre du jour : plutôt que d’être territorial, le critère décisif est bien politique, qui permet lors de chaque partage la circulation de terres bourguignonnes d’un royaume à l’autre, surtout entre Lothaire II, Louis II et Charles le Chauve8.

  • 9 Lyonnais et Viennois furent âprement disputés, de 928 (décès de Louis l’Aveugle) au début du règne (...)
  • 10 Cf. J.-P. Poly, La Provence et la société féodale. 879-1166, Paris, 1976 ; S. Weinberger, « Nobles (...)
  • 11 Les rapports de force internes aux agrégats bourguignons du Xe siècle continueront à se décliner au (...)

5Derrière le conservatisme d’un vocabulaire d’encadrement qui se nourrit du passé mérovingien, deux régions vont pourtant s’affirmer, dès le milieu du IXe siècle, comme autant de références privilégiées dans cet ensemble. Ce sont la Provence et la Bourgogne jurane, tandis que l’on distingue peu à peu des régions-frontières tels le Lyonnais ou le Viennois des années trente du Xe siècle9. Les raisons de cette double affirmation provençale et jurane, vite attestée par l’essor de deux royautés, sont en partie divergentes. Pour la Provence, c’est à la fois le maintien de structures socio-politiques propres et la mise en place de nouveaux réseaux aristocratiques10. Pour la Bourgogne jurane, c’est plutôt une question de centralité géopolitique, qui met en évidence son rôle de plaque-tournante entre les différents royaumes carolingiens, et favorise dans un même temps le renforcement de centres d’agrégation régionaux telle l’abbaye de Saint-Maurice11.

6Étudier les royaumes carolingiens de Bourgogne signifie tenir compte de profils territoriaux mouvants mais dynamiques, qui permettent d’eux-mêmes de nuancer l’idée d’un royaume « national » bourguignon, ainsi qu’analyser des constructions politiques tour à tour divergentes et connexes. Le moment est donc venu de passer du territoire à ses élites, en commençant par leur sommet, les nouvelles royautés bourguignonnes, ce qui m’entraînera à examiner souvent en parallèle la Bourgogne jurane des Rodolphiens et la Provence-Bourgogne des Bosonides.

  • 12 Le jugement de Thietmar de Mersebourg pour qui Rodolphe III « tout en ayant le nom et la couronne r (...)

7Ouvrir un tour d’horizon des aristocraties bourguignonnes par ceux qui en devinrent les rois peut surprendre. Rien de plus justifié, en fait. Non pas que la qualité de leur pouvoir soit négligeable, bien que la vulgate historiographique, relayant en cela les témoignages des chroniqueurs ottoniens des dernières décennies du Xe siècle, ait souvent considéré les Rodolphiens comme paradigme des faiblesses royales postcarolingiennes tandis que les Bosonides ne seraient, eux, jamais parvenus à une véritable continuité dynastique12.

8C’est le profil même de ces royautés qui les rapproche, plus qu’il ne les en éloigne, d’un plus ample humus aristocratique. De par leurs origines géopolitiques et leurs titulatures de départ, de par leurs physionomies parentales et leurs modalités d’intégration territoriale, Bosonides et Rodolphiens apparaissent véritablement comme les premiers et les plus puissants représentants des élites laïques actives pendant près d’un siècle en terre bourguignonne, du milieu du IXe au milieu du Xe siècle.

  • 13 Voir, infra, n. 21-24.
  • 14 Cette interprétation avait déjà été refusée par R. Poupardin, Le royaume de Provence..., op. cit., (...)
  • 15 Pour les Welfs-Rodolphiens : J. Fleckenstein, « Über die Herkunft der Welfen und ihre Anfàngen in S (...)
  • 16 Cf. J. Fleckenstein, « Über die Herkunft... » art. cit., supra n. 15, p. 119 s.; G. Sergi « Genesi. (...)
  • 17 À propos de la centralité politique du royaume de Charles le Chauve : J.-L. Nelson, « The Frankish (...)
  • 18 Ainsi à Lobbes en 864, Conrad le Jeune, premier Welf actif en Bourgogne jurane : Folcuini Gesta Abb (...)
  • 19 Cités par G. Tellenbach, « Excurs über die altesten Welfen im West-und Ostfrankenreich », dans lD.,(...)

9Ducs en Provence les uns, comtes et marquis en Bourgogne jurane les autres dans les années 87013, ils acquirent ensuite la dignité royale, tout en ne se réduisant pas à des lignages régionaux, voire à des rois « nationaux »14. La physionomie première des deux groupes parentaux était assez proche, elle les plaçait à l’intérieur de la plus classique des élites carolingiennes, celle d’Empire, et les écartait d’autant des terres bourguignonnes. D’origine austrasienne15, leur ascension sociale avait été longtemps liée à une Königsnähe impériale et royale16. En outre, tout en participant dans les années cinquante au déplacement d’est en ouest d’une partie des élites lotharingiennes17, ils n’avaient pas abandonné leurs attaches alémaniques ou lotharingiennes : vu de loin, un Welf bourguignon pourra être appelé « Raeticarum vel Iurensium partium dux »18, tandis que les recueils mémoriaux alémaniques de Pfäfers et de Reichenau garderont mémoire des Welfs occidentaux jusqu’à la fin du IXe siècle19. Bosonides et Welfs-Rodolphiens participent ainsi, au départ, à cette grande circulation géopolitique qui est l’une des caractéristiques premières de la haute aristocratie carolingienne.

  • 20 Sur les rapports familiaux, infra, n. 27. Le maintien d'une relative centralité royale dans le syst (...)
  • 21 Hucbert fut au départ actif dans l’entourage de Lothaire Ier. En terre bourguignonne, il commença p (...)
  • 22 L’arrivée des Welfs en Bourgogne jurane est liée à la fois aux mutations internes du pouvoir caroli (...)
  • 23 L’apparition de Boson, nouveau prétendant abbatial, fut favorisée par le morcellement politique des (...)
  • 24 Rodolphe, fils de Conrad le Jeune, s’installa du Jura aux Alpes : d’abord comte, marquis et abbé, i (...)

10À la fin du IXe siècle, leurs attaches bourguignonnes sont assez récentes, elles sont encore instables et découlent avant tout d’une faveur royale faite d’affectations administratives et de rapports familiaux20. Cela les amène d’ailleurs à développer une concurrence politique en terre jurane, comme l’attestent leurs luttes d’influence liées autant au patronage et au contrôle de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune qu’à l’administration de la province entre le Jura et les Alpes. En moins de vingt ans, entre 850 et 870 environ, abbaye et province passent du bosonide Hucbert21 au welf Conrad22, puis, du moins théoriquement, au futur roi provençal Boson23, avant que cette vertigineuse concurrence alpine ne tourne enfin à l’avantage des Welfs24.

  • 25 Sur les différents mariages welfs et bosonides cf. les tables généalogiques dans L. Boehm, « Rechts (...)
  • 26 R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 293.
  • 27 Cf. L. Boehm, « Rechtsformen... », art. cit., supra n. 25, p. 371-372 ; J. Hyam, « Ermentrude and R (...)

11Cette rapide chronologie jurane ne dessine pourtant qu’un volet, administratif, des liens welfs et bosonides avec les Carolingiens. Pour compléter le profil de ces deux groupes parentaux, il faut se tourner vers leurs stratégies matrimoniales. Encore une fois, les deux maîtres-mots sont mobilité aristocratique, et proximité royale. Chez les Welfs-Rodolphiens tout comme chez les Bosonides, les mariages n’eurent, jusqu’au Xe siècle, aucun dénominateur territorial bourguignon. Ils étaient le plus souvent homologues, ce qui permettait, par l’essor d’alliances croisées, de renforcer les attaches avec d’autres grandes parentés de la Reichsaristokratie ou même entre eux25. En fait, comme l’a écrit Régine Le Jan, l’un des véritables pivots de leurs liens matrimoniaux était royal26 Judith, Theutberge, Richilde : autant de femmes welfes et bosonides devenues reines, auxquelles il faut ajouter la carolingienne Ermengarde, mariée à un Bosonide27.

  • 28 Au delà de l’éloignement graduel des deux branches welfes, lui-même lié à la Königsnahe impériale ( (...)
  • 29 Cf. M. Borgolte, Die Grafen..., op. cit., supra n. 19, p. 167-169.

12Telle était l’importance de cette proximité carolingienne, même interrompue dans le cas de Hucbert, qu’elle pouvait l’emporter sur les liens familiaux internes aux deux parentés28. Sans doute une certaine solidarité propre aux groupes aristocratiques existait-elle encore dans les dernières décennies du IXe siècle, bien qu’elle paraisse s’affaiblir, comme pourrait l’indiquer l’abandon du nom propre Welf chez les membres de cette parenté passés à l’ouest29 ; mais, surtout, elle commençait alors à concerner les morts et la mémoire plutôt que les vivants et l’action.

  • 30 Reginonis Chronica, op. cit., a. 888, p. 280. Cf. les remarques de S. Airlie. The Aristocracy, dans(...)

13Ce bref excursus événementiel et généalogique avait un double but : insister sur le profil « d’élite impériale » des deux futures parentés royales en terre bourguignonne ; rappeler l’absence de tout ancrage territorial de départ. Vu sous cet angle, le célèbre passage de Réginon de Prüm daté de 888 mérite quelques commentaires bourguignons. « Privé d’héritier légitime — écrit le chroniqueur — [...] chaque (royaume) se dispose à choisir un roi de ses entrailles. Il en résulta de grandes guerres, non point qu’il manquât de princes francs, dignes par leur noblesse [...] de commander à ces royaumes. Mais comme ils étaient égaux les uns aux autres par la race, les dignités et la puissance, la discorde en était augmentée [...] »30.

14Rois régionaux d’une part, rois non carolingiens et de statut social équivalent de l’autre : adapté à l’espace bourguignon, ce tableau n’est que partiellement vérifié. Seule la seconde phrase de Réginon est correcte : Bosonides et Rodolphiens ont bien jusque-là un profil social analogue. En ce qui concerne les rois régionaux et noncarolingiens, il nous faudra au contraire nuancer.

  • 31 Selon Réginon, Charles le Chauve « dedit insuper eidem Bosone Provintiam, et corona in vertice capi (...)
  • 32 Provence, no 16, p. 30-31. Voir les remarques de K. Brunner, « Der frankische Fürstentitel... », ar (...)
  • 33 Couronnement à Mantaille : MGH, Capit. II, no 284, p. 365-369 ; cf. Provence, no 17, p. 32-33 (« Bo (...)
  • 34 Les Annales Vedastini, dans Quellen zur karolingischen..., op. cit., rappellent que « Boso etiam du (...)
  • 35 MGH, Capit. II, no 289, p. 376-377, cf. L. Boehm. « Rechtsformen... », art. cit., supra n. 25, p. 3 (...)

15On l’a vu, ni Boson, ni son fils Louis l’Aveugle, ni Rodolphe n’ont, en cette fin de IXe siècle, d’attaches bourguignonnes profondes. De plus, représentent-ils vraiment une rupture avec la légitimité carolingienne ? Certes oui, si l’on se réfère aux décennies précédentes. Mais ce n’est là qu’une partie du tableau. Il est important de distinguer ici Bosonides et Rodolphiens. Il est vrai que, par son élection, Boson entrait en concurrence idéologique et même militaire avec le pouvoir carolingien. Toutefois les effets les plus voyants de son couronnement étaient en quelque sorte mitigés par l’aura carolingienne qui l’avait jusqu’alors entouré. Frère d’une reine et mari d’une fille d’empereur, il s’était installé en Provence tel un dux in regno31, avant de se transformer, en prenant appui sur ses fonctions d’officier et ses liens familiaux, d’abord en « Boso, Dei gratia id quod sum » accompagné de sa « dilecta conjux mea Hirmigardi, proies imperialis »32, puis en roi burgondo-provençal33. Moulé dans la tradition de l’aristocratie impériale, c’est son devoiement par rapport au modèle carolignien traditionnel qui put en faire un traître, un tyran34. De régional, Boson n’a alors que la patrimonialisation de son pouvoir administratif et l’appui des grands des alentours. Son fils Louis poursuivit, quelques années plus tard, la même typologie : ce fut sa parenté carolingienne tout autant que sa filiation qui le désigna à la royauté, comme l’indiquent l’acte du couronnement, son mariage byzantin ou encore ses intérêts politiques qui le conduiront, empereur, en Italie35.

16Une fois couronnés, les Bosonides restent ainsi fidèles à un modèle carolingien. Leur royauté demeure conservatrice, bien plus familiale, tout en ne devenant jamais proprement dynastique, que territoriale.

  • 36 Cf. G. Castelnuovo, « Fra territorio e istituzioni... ». art. cit., supra n. 9. p. 240-243 ; sur Hu (...)
  • 37 Reginonis Chronica, op. cit., p. 214, a. 866 : « loca inacessibilia inter lurum et Alpes Penninas » (...)

17Le cas des Rodolphiens est, lui, assez différent. Tout d’abord leur parenté carolingienne est, au tournant du Xe siècle, plus lointaine ; elle n'apparaît pas comme l’une des causes directes de leur ascension royale. De plus, ils gouvernent depuis deux décennies, en tant que comtes et abbés, une région aux contours assez bien dégagés. Leurs atouts royaux diffèrent donc de ceux des Bosonides. Au lent effritement de leurs liens familiaux carolingiens, ils peuvent opposer un quadrillage régional plus poussé, une plus sûre dynastisation de leurs fonctions administratives et, enfin, un contrôle sur une région mieux définie dans sa géographie physique et politique. Du Jura aux Alpes, l’unité politique renaît de ses cendres mérovingiennes dès la nomination d’Hucbert comme duc provincial36 ; quant à l’unité physique, elle est bien mise en évidence par Réginon, surtout lors des conflits qui suivirent l’avènement royal de Rodolphe : les vallées alpines, leurs « loca tutissima » et « inaccessibilia », où les Rodolphiens côtoient même, dit-on, des bouquetins, favorisèrent leur ancrage territorial et facilitèrent le maintien de leur royauté37.

  • 38 Les Rodolphiens constituent un unicum parmi les nouvelles parentés royales de 888 : seuls, ils réus (...)
  • 39 Reginonis Chronica, op. cit., p. 280, a. 888 ; Annales Vedastini, op. cit., p. 316, a. 888 ; voir l (...)
  • 40 Directions d’expansion des Rodolphiens : entre 888 et 894. le royaume lotharingien (couronnement ro (...)
  • 41 Voir, à titulature inversée, les remarques de Karl Ferdinand Werner sur les duces regni : K.F. Wern (...)

18Il faut continuer à nuancer : malgré leurs attaches carolingiennes moindres, leurs liens territoriaux accrus et une dynastisation royale qui se maintiendra pendant tout le Xe siècle38 l’élection ne fit pas encore des Rodolphiens des rois régionaux. D’une part leur royauté devait encore trouver sa légitimité, et nous verrons tantôt les moyens mis en œuvre pour ce faire. De l’autre leur profil familial et politique n’était pas encore localisé. De Prüm à Saint-Vaast, Rodolphe était considéré tout autant comme le neveu de l’ancien homme fort de la Neustrie, Hugues l’Abbé, que le fils du duc Conrad, suivant en cela des modèles typiques de l’ancienne aristocratie d’empire39. De plus, jusque dans les années vingt du Xe siècle le rayon d’action des Rodolphiens ne se limita pas à la Bourgogne jurane : ils visèrent d’abord le royaume lotharingien, tout comme les Bosonides lorgnèrent vers ceux de Francie occidentale et d’Italie, puis l’espace alémanique, enfin la couronne italienne. Seule la conjoncture politique les empêcha de concrétiser ces velléités d’expansion40. La royauté bourguignonne des Rodolphiens fut donc un repli. Leur ancrage local fut un point d’arrivée plus que de départ : reges in ducato, ils ne l’étaient que par nécessité41.

  • 42 Sur l'élection de Boson à Mantaille, supra, n. 33 ; parmi les ecclésiastiques manquent l’évêque de (...)
  • 43 Cf. un document de 893 : SAB, Appendice, no 9, p. 218. Sur son couronnement : L. Boehm, « Rechtsfor (...)
  • 44 Annales Vedastini, op. cit., p. 316, a. 888.
  • 45 Voir la notation des Annales Bertiniani. op. cit.. a. 880 : « quique de proceribus secundum conveni (...)

19Résumons. Au début du Xe siècle, les membres des parentés aristocratiques carolingiennes devenus rois en Bourgogne ne correspondaient guère à l’image des rois issus des entrailles d’une région. Mais, tout en appartenant à la Reichsaristokratie, n’agissaient-ils pas aussi, comme le laissait supposer le passage de Réginon, en tant que représentants des aristocraties provençales et juranes ? Boson fut couronné par les grands laïcs et ecclésiastiques, du Léman à la Provence42 ; Louis fut élu « a magnatis principibus regionis huius »43 ; Rodolphe fut choisi par ceux qui « ultra lurum atque circa Alpes consistunt »44. Les modalités de ces couronnements sont autant de signes d’une régionalisation des structures politiques que les partages carolingiens avaient déjà annoncée en limitant la circulation des honores comtaux45. Mais il ne s’agit pour l’heure que d’indices partiels, comme l’attestent les choix mêmes des principes locaux : mis en condition d’élire leurs propres rois, c’est bien vers les parentés impériales des Bosonides et des Welfs qu’ils se tournèrent.

  • 46 Pour les Rodolphiens : G. Sergi, I confiai del potere..., op. cit., supra n. 40. p. 258-259 ; en Bo (...)

20Il n’en reste pas moins que, dès les années 870-890, à cette connaissance des Bosonides et des Rodolphiens, lignages aristocratiques investis d’une dignité royale nouvelle, s’ajoute une meilleure information sur les élites présentes dans leurs territoires. D’où la possibilité de s’interroger sur les rapports entre gouvernants et gouvernés dans les sociétés politiques régionales de la première moitié du Xe siècle. Nous pourrons ainsi remarquer, en étudiant d’abord les modalités du contrôle royal sur le territoire, puis la composition et les définitions des diverses aristocraties régionales et locales, l’existence d’analogies politiques et sociales entre ces deux parentés de la Reichsaristokratie devenues royales et le restant des élites actives dans les territoires bourguignons46.

  • 47 MGH. DBurg., no 5. p. 100-101, a. 895.
  • 48 MGH. DBurg.. no 8, p. 105-107, a. 901/2.
  • 49 Voici un exemple tiré du cartulaire de Cluny : « Est hoc alodum situm in pago Lugdunensi. Hunc fisc (...)
  • 50 Je crois qu'il faudrait ici distinguer deux aspects de la question. Le premier, lié du moins en par (...)
  • 51 Ce profil urbain assez bas est ultérieurement attesté par la disposition frontalière de certaines c (...)
  • 52 Anselme comte du pagus Equestre : MGH DBurg., no 22, p. 123-125, a. 926.
  • 53 Cf. G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 220-221.

21Du point de vue politique, les Rodolphiens, et dans une moindre mesure les Bosonides, commencèrent par maintenir l’infrastructure carolingienne : leur suprématie se fonda sur le contrôle d’un réseau territorial fait de fisci, de circonscriptions et d’officiers, d’évêques, d’abbés et de fidèles. En plein effort de légitimation, Rodolphe Ier insistait sur son droit à disposer de certaines prérogatives royales : le contrôle des élections épiscopales qu’il rappelait en 895 tout en concédant à l’église lausannoise le libre choix de son évêque « sicut pluriores ecclesie per Galliam ex largitate imperatorum et regum habent »47 ; ou bien la concession de terres fiscales à ses fidèles, « iuxta more regum »48. De son côté, la géographie administrative bourguignonne ne subit pas de modifications voyantes. Le réseau territorial se composait toujours de comtés, ou pagi, les deux termes ayant en Bourgogne une valeur géopolitique équivalente49. Seules deux particularités semblent peu à peu voir le jour. D’une part, dès le milieu du Xe siècle quelques nouveaux pagi et comtés ruraux semblent apparaître, en premier lieu dans la Bourgogne rhodanienne et jurane, du Forez à l’Albanais, du Chablais au Vuilly50. C’est là un indice du rôle mineur joué par les villes dans la structuration de l’espace rodolphien51. De l’autre, et c’est un aspect important des relations entre la royauté et les aristocraties régionales ainsi que du profil même de ces dernières, les liens bourguignons entre comtes et comtés sont plus lâches qu’ailleurs. Sauf dans quelques rares cas52, les comtes rodolphiens n’apparaissent pas fixés sur le territoire. Contrairement au royaume d’Italie où l’expression cornes comitatus huius est la règle, dans les terres juranes et provençales elle n’est que l’exception53, qui renvoie tout autant au sens plus géographique qu’administratif des pagi bourguignons qu’à une moindre capacité d’implantation locale de leurs officiers.

  • 54 « Comites, nobiles et ceteri fideles » : Provence, no 52, p. 96-97, voir S. Weinberger, « Nobles et (...)

22Voilà pour ce qui est de la continuité des modèles administratifs carolingiens et de leurs ajustements au cours de la première moitié du Xe siècle. Mais, en Bougogne comme ailleurs, la société politique régionale ne se définissait pas que par le biais des offices. Du point de vue royal, elle était formée « des comtes, des nobles et du reste de nos vassaux » — ainsi dans un diplôme de Louis l’Aveugle — ou, pour Rodolphe II, de « episcopi, comites et vassi dominici »54. Tournons-nous donc vers la composition de ces aristocraties de la première moitié du Xe siècle avant de terminer par l’analyse de leur propre définition.

  • 55 En insistant sur la concurrence et les contrastes politico-militaires entre les alliés des Bosonide (...)
  • 56 À Lausanne : Cartulaire du chapitre de Notre-Dame de Lausanne, éd. C. Roth, Lausanne, 1948 (MDR, 3e(...)
  • 57 Voir supra, respectivement n. 41 et 24.
  • 58 Ils sont souvent archichanceliers : Provence, p. X sp. ; T. Schieffer, « Einleitung... », art. cit. (...)
  • 59 Sur les liens précoces des Rodolphiens avec le monachisme réformé : MGH DBurg., no 9, p. 106-107, a (...)
  • 60 Voir G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 226-228. Le cas de Saint-And (...)

23Vis-à-vis des royautés bosonide ou rodolphienne, ces élites, qu’elles soient religieuses ou laïques, semblent elles aussi poursuivre un modèle d’origine carolingienne. Religieuses, elles tendent à former, jusqu’au moins aux dernières décennies du siècle, une Reichskirche, plus réussie en vérité entre le Jura et les Alpes qu’en Provence55. C’est donc un schéma somme toute assez classique qui se met en place. Les évêques agissent comme autant d’appuis régionaux et d’auxiliaires territoriaux du pouvoir royal naissant qui en contrôle la nomination56 : présents et actifs lors des couronnements de Boson et de Rodolphe57, ils se voient confier la chancellerie58 et constituent un élément fondamental de l’entourage du roi. Le monde monastique, surtout celui réformé, joue, lui, un double rôle de garant international de la nouvelle légitimité royale, par l’intermédiaire d’un réseau clunisien bien vite privilégié — de Baume à Gigny, via Cluny même59 -, et de relais local de ce même pouvoir au travers de fondations familiales et du patronage d’abbayes et de collégiales bourguignonnes, de Saint-Maurice à Saint-André-le-Bas, de Savigny à Payerne60.

  • 61 « Propinquus » est utilisé par Louis l’Aveugle exclusivement à propos de ses parents Hugues d’Arles (...)
  • 62 Voir T. Schieffer, « Einleitung... », op. cit., supra n. 2, p. 8, 10-11, 16-17 ; ex. : « Fredarius, (...)
  • 63 Si en Provence, d’Arles à Marseille, les vicomtes semblent perdre leur localisation urbaine dans le (...)

24Un modèle analogue semble inspirer l’autre interlocuteur majeur du pouvoir royal : les aristocraties laïques. Comtes et vassaux en sont les mots-clés, qui renvoient autant à une rigidité certaine du vocabulaire de la documentation publique qu’à la continuité de structures d’encadrement politique de type carolingien. Dans la Bourgogne provençale et rhodanienne surtout, divers sont les comtes « consanguinei » ou « propinqui » du roi, indice probant de l’importance d’une Konigsnahe dont seul l’un des pôles s’était entre temps modifié61. De plus, c’est toute la charpente administrative qui semble se conserver : dès le début du Xe siècle, les rois rodolphiens s’entourent de comtes du palais, signe du maintien d’un appareil de contrôle central62. Celui-ci est renforcé par la présence, déjà remarquée, d’évêques royaux et de comtes aux ancrages territoriaux limités, ainsi que par l’apparition, dans un environnement urbain presqu’exclusivement provençal et rhodanien, de vicomtes qui, de Arles à Vienne ou à Lyon, agissent comme autant de relais locaux de ce même pouvoir63.

  • 64 Bien que toujours rare, le lexique vassalique semble plus utilisé en terre jurane. par la chancelle (...)
  • 65 Voir la liste des solliciteurs et des bénéficiaires des actes de Louis l’Aveugle dans Provence, p.  (...)

25L’étude des intercesseurs des actes royaux bosonides et rodolphiens corrobore cette première impression : il s’agit avant tout de comtes, d’évêques ou d’abbés, puis de simples fidèles et de « vassi dominici »64. Ces derniers semblent constituer une aristocratie intermédiaire de puissants locaux, certes dépourvus d’offices mais toujours en contact étroit avec la royauté65.

  • 66 En Provence et en Viennois, la titulature permet d’entrevoir un palier intermédiaire, fait de grand (...)
  • 67 Il ne s’agit pas d’une nouveauté en elle même : des vassaux épiscopaux sont connus à l’époque carol (...)
  • 68 « Omnes vassi dominici maiores et minores » : MGH DBurg., no 29, p. 136-138, a. 943.
  • 69 Les sources de la pratique commencent à utiliser, dès les débuts du Xe siècle, un vocabulaire techn (...)

26À l’intérieur de cette continuité aux traits carolingiens se dégagent toutefois ajustements et renouveaux. Deux des plus importants renvoient à la hiérarchisation et à la territorialisation accrues des aristocraties. Au delà d’une importante différence liée à un profil comtal plus fragmenté en Bourgogne jurane que dans les espaces rhodaniens et provençaux66, on peut remarquer tout d’abord un certain essaimage de la vassalité : d’une part, les nouvelles sources ecclésiastiques font apparaître divers fidèles épiscopaux et comtaux67 ; de l’autre, des paliers commencent à se remarquer à l’intérieur même de la vassalité rodolphienne, tels les vassaux majeurs et mineurs d’un diplôme de 94268. Ensuite et surtout, de nouveaux critères de distinction aristocratique voient le jour, qui ne font plus seulement référence à des caractéristiques de service, administratif ou vassalique, mais aussi à des critères internes : le profil nobiliaire, le pouvoir local69.

27Dans le courant du Xe siècle, ce sont les interactions entre aristocratie et territoire qui semblent donc se renouveler le plus. Mais peut-on vraiment parler de la mise en place d’élites régionales non-royales ainsi que d’une aristocratie qui se dynastise au niveau local ?

  • 70 De Erlulfus, vicomte et missus rhodanien de Boson mais déjà présent in loco sous son prédécesseur G (...)
  • 71 Sur Richard le Justicier voir supra, n. 28. Adélaïde, soeur du premier Rodolphien, qui fut son épou (...)
  • 72 J. P. Poly, La Provence..., op. cit., supra n. 10, p. 18.
  • 73 Voir P. Duparc, Le comté de Genève, op. cit., supra n. 50, p. 80-86.

28En ce qui concerne l’origine régionale de ces élites, le bilan est, jusqu’aux années 950-960, encore mitigé. Si certains personnages apparaissent, dès la seconde moitié du IXe siècle, bien inscrits dans un cadre local, ce sont le plus souvent des membres de l’aristocratie intermédiaire, comtale ou non, dont le rayonnement reste limité du point de vue territorial70. On peut, en fait, leur opposer le maintien d’une forte circulation des élites aristocratiques. Celle-ci peut être due à la flexibilité de la géographie bourguignonne, qui amène par exemple les grands comtes de la Bourgogne franque à jouer un rôle important dans les équilibres politiques jurans et rhodaniens de la première moitié du Xe siècle71 ; mais elle peut aussi dépendre des liens préférentiels, de parenté ou de fidélité, que certains puissants entretiennent avec les nouvelles royautés bosonides ou rodolphiennes : c’est le cas du « parti bourguignon » que Jean Pierre Poly a décelé dans la Provence du début du Xe siècle72 et, peut-être, de la provenance alémanique des comtes Géroldinges actifs dans le Genevois rodolphien de la fin du siècle73.

29Des aristocraties d’origine diverse, qui s’installent par des biais différents dans des territoires encore souvent mal définis : tel semble être le profil contrasté des élites bourguignonnes de la première moitié du Xe siècle. Mais de quel genre d’installation s’agit-il ? Est-elle individuelle, ce qui indiquerait le maintien d’une typologie carolingienne qui privilégierait la mobilité d’une aristocratie royale et de service ; ou bien est-elle dynastique, ce qui ferait plutôt penser à la mise en place d’une élite territoriale en voie de seigneurialisation ?

30Il faut ici être clair. Avant la seconde moitié du siècle, il est très difficile de parler d’élites à la fois territoriales et dynastiques. Même l’élargissement du cadre des sources au travers des cartulaires épiscopaux et surtout monastiques (Cluny, Savigny, Saint-André-le-Bas) n’autorise pas de telles déductions. Certes, le rééquilibrage d’un panorama documentaire jusqu’alors de type royal et dominé par comtes et vassaux, nous aide-t-il à suivre les premiers pas d’une aristocratie intermédiaire formée de vicomtes et de puissants locaux ; mais les quelques cas d’implantation dynastique précoce ainsi mis à jour ne cessent d’être contrebalancés par autant d’exemples de mobilité aristocratique, à la fois géographique et familiale.

  • 74 Provence, p. XXXI-XXXIII (liste des bénéficiaires et des souscripteurs), et no 32, p. 59-60, a. 896 (...)
  • 75 Provence, no 57, p. 104-105, a. 920, où il reçoit « aliquid ex rebus de comitatu ipsius que pertine (...)
  • 76 Voir B. Schneidmüller, « Regnum und Ducatus. Identität und Integration in der lothringischen Geschi (...)
  • 77 Le centre territorial de la parenté devient l’épiscopat viennois, tenu d'abord par Sobon puis par T (...)

31Voici la parenté des vicomtes de Vienne. Elle débute à la fin du IXe siècle avec Berlion, vicomte de la cité au nom de Louis l’Aveugle dont il est un fidèle éminent74. Berlion eut au moins deux fils qui restèrent des possesseurs bien ancrés dans le comté : l’un Sobon, y devint même archevêque ; l’autre, Engelbert, lui aussi fidèle royal — bosonide d’abord, rodolphien ensuite-, noua des liens rapprochés avec divers établissements monastiques75. Nous sommes ici devant une parenté qui, comme il pouvait arriver en Lotharingie, semble réussir à s’implanter dans un territoire précis — Vienne et son comté — en croisant offices administratifs, carrières ecclésiastiques, proximité royale de type vassalique et puissance foncière locale76. Mais cette parenté n’a pas de profondeur généalogique durable : ses traces se dispersent à la troisième génération, au milieu du Xe siècle77.

  • 78 MGH DBurg., no 29, p. 136-138, a. 943 où Conrad appelle Charles Constantin son « consanguineus ». V (...)
  • 79 Cart. LS, no 342, p. 306-307, a. 892.
  • 80 P. Duparc, Le comté de Genève, op. cit., supra n. 50, p. 52-57 : après ce Manassès de la fin du IXe(...)

32Il y a plus. Même la plupart des comtes actifs dans les Bourgognes d'alors n’arrivent pas à doubler, si même ils la possèdent, leur puissance territoriale d’une véritable implantation dynastique. L’usurpateur d’une des donations foncières d’Engelbert à Cluny n’était autre que Charles Constantin, fils de Louis l’Aveugle et comte de Vienne : puissant dans les décennies centrales du Xe siècle, il ne laisse pourtant aucune parenté ancrée en Viennois78. De même, l’un des plus influents officiers rodolphiens de la première génération, Manassès, comte en Genevois, un comte dont le pouvoir territorial est bien attesté par la titulature — « Ego in Dei nomine Manasse cornes »79, ne semble pas, lui non plus, en mesure de dynastiser sa charge et de maintenir ainsi intacte sa suprématie locale80.

  • 81 C’est le cas de cette « Bertagia femina » de « nobile progenie » (supra, n. 69) qui déplace, au gré (...)

33Dans tous ces cas, une indiscutable territorialisation du pouvoir ne mène pas encore à sa dynastisation. Quant à la mobilité aristocratique, déjà rappelée par les nombreux comtes dépourvus d’une titulature localisée, elle se présente même auprès de propriétaires fonciers, capables de se déplacer avec facilité du Nyonnais rodolphien au Mâconnais franc81.

  • 82 Cette stabilité représente un critère de territorialisation du pouvoir qui mériterait d’être mieux (...)

34Résumons et concluons. Comme cela avait été le cas après le milieu du IXe siècle pour les Bosonides et les Welfs-Rodolphiens, le restant des élites bourguignonnes de la première moitié du Xe siècle n’est donc point encore pleinement territorialisé. La mobilité aristocratique, à laquelle nous pouvons trouver un certain correctif dans la relative stabilité des fiscs royaux82, se maintient vivante, tandis que sa territorialisation demeure plus individuelle que lignagère et dynastique. Quelques indices commencent, malgré tout, à nous orienter vers une direction nouvelle : ils se trouvent tout d’abord dans les critères mêmes de définition de ces élites.

  • 83 Contrastée, la géographie politique des inclyti et des illustrissimi renvoie bien aux différences p (...)
  • 84 À ce propos, nous pouvons encore une fois remarquer les différences entre l’espace rhodano-provença (...)
  • 85 MGH DBurg., no 49. p. 176-178, a. 983 : Richard, « miles » de l'abbaye de Saint-Maurice. Voir G. Se (...)
  • 86 Sur Girard : SAV, no 63, p. 53-54, a. 952, « quidam nobilis vir », mari de Legerdis, et « quondam n (...)

35La titulature aristocratique est l’une des premières à se modifier. Les inclyti et illustrissimi comites de type carolingien, qui affirmaient leur suprématie politique par le biais d’un double rappel à la proximité et au service royal, laissent peu à peu le devant de la scène. D’une part apparaissent des « comtes au nom de Dieu », tel ce Manassès tantôt cité qui privilégiait ainsi son pouvoir personnel par rapport aux liens royaux83 ; de l’autre une image collective des élites régionales prend définitivement son essor dans la seconde moitié du siècle : il s’agit des « proceres regni » de Bourgogne ou des « viri nobiles atque ecclesie fideles »84. Une référence commune devenue autant territoriale que royale s’accompagne ainsi d’une désignation individuelle du pouvoir qui s’éloigne graduellement du contrôle royal. Dans l’attente des premiers milites ecclésiastiques, assez tardifs dans les espaces bourguignons85 dès les années 950 se présentent, dans la documentation publique et au singulier, les premiers nobles à ne pas être aussi comtes, tel le « nobilis vir » lyonnais Girard86.

  • 87 « De fisco regali aut de potestate episcopali vel de potestate comitali sive de franchisia » : MGH (...)
  • 88 Par exemple le « fiscum Romanis cum aecclesia » que des comtes bourguignons concédèrent à Cluny en (...)

36Cette physionomie changeante des élites aristocratiques bourguignonnes, à mi-chemin entre la proximité royale et une autonomie relative fondée sur un pouvoir territorial dynastisé, trouve son pendant dans la définition même des biens fonciers assurant leur suprématie sociale et politique. À coté des fiscs royaux, des potestates épiscopales et comtales cités dans un diplôme de 960 environ87, nous trouvons les premiers cas d’alleux aristocratiques, aussi bien fiscaux que familiaux, en vérité88.

  • 89 La fin du royaume rodolphien de Bourgogne, en 1032, renforça la tendance au morcellement politique (...)

37Dans nos sources, aristocratie et seigneurie commencent alors à se rapprocher, mais pour l’heure le pouvoir royal garde ses capacités de contrôle des diverses élites aristocratiques. Dans la Bourgogne de la première moitié du Xe siècle, un modèle aristocratique et royal aux racines carolingiennes se prépare ainsi à coexister avec un modèle territorial aux caractères toujours plus dynastiques, voire seigneuriales. Cette coexistence fut assez brève, il est vrai89, mais elle contribua à renouveler le profil des sociétés politiques régionales du Xe siècle.

  • 90 Provence, no 27, p. 46-48 : Boson, « Burgundionum Ausoniorumque rex », aurait donné, en 886 environ (...)
  • 91 À part le « castrum » de Lausanne (MGH DBurg., no 6-7, p. 101-104, a. 896-899 ; Cart. LS, no 341, p (...)

38Ce sont bien ces renouveaux qu’enregistre, tout en les déformant, un faux seigneurial d’un siècle plus tard. Produit par la chancellerie épiscopale de Maurienne dans la seconde moitié du XIe siècle, il évoque une supposée concession de Boson en faveur de l’évêque alpin90. L’auteur du faux ne peut toutefois s’empêcher de définir les contours de cette donation, certes royale, selon des paramètres rénovés : l’objet de la prétendue transaction n’est autre qu’un castrum, un terme qui n’apparaît jamais, avec un sens seigneurial et politique, dans les sources rodolphiennes juranes précédant la fin du Xe siècle91.

Notes

1 Liutprandi Antapodosis, I, 16, éd. R. Rau dans Quellen zur Geschichte der sächsischen Kaiserzeit, Darmstadt, 1971 (Ausgewahlte Quellen zur deutsche Geschichte des Mittelalters — dorénavant AQDGM-, VIII) ; voir G. Gandino, Il vocabolario politico e sociale di Liutprando di Cremona, Roma, 1995 (Istituto Italiano per il Medio Evo, Nuovi Studi Storici, 27). p. 248.

2 Sur d’autres renvois bourguignons de Liutprand concernant le Xe siècle, par exemple Rodolphe, « rex Burgondiorum » : Ibid., p. 248-249, où l’on remarque en parallèle l’absence, chez l’évêque crémonais, d’une représentation royale et unitaire des terres provençales. La situation politique du royaume bourguignon au milieu du Xe siècle est retracée dans R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne (888-1038), Paris, 1907, p. 74-85 et plus récemment dans T. Schieffer, « Einleitung » à Regum Burgundiae e stirpe Rudolfina Diplomata et Acta (dorénavant MGH, DBurg.), München, 1977, p. 12-16.

3 Cf. G. Sergi, « Istituzioni politiche e società nel regno di Borgogna », dans Il secolo di ferro : mito e realtà del secolo X, Spoleto, 1991, p. 205 (Atti della XXXVIII Settimana di Studio del Centra Italiano di Studi sull’Alto Medioevo).

4 Même après l’unification relative des terres bourguignonnes sous l’égide rodolphienne, la titulature royale continua à se modifier selon les repères géopolitiques des sources : « rex Iurensium », « rex Burgondionum », « rex in Gallia », « rex Provinciarum », « rex Alamannorum vel Provincie », « rex Viennensis » : voir G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 211-213.

5 E. Ewig, « Die fränkischen Teilreiche im 7. Jahrhundert (613-714) » (1953), dans Id., Spatantikes und frankisches Gallien. Gesammelte Schriften (1952-1973), I, München, 1976, p. 172-230, part. 192-194; B. Bligny, « Le royaume de Bourgogne », dans H. Beumann éd., Karl der Grosse, Lebenswerk und Nachleben, t. I, Düsseldorf, 1965, p. 247-268.

6 Que l’on pense aux différentes partes Burgundiae qui s’imposent dans les sources carolingiennes : « illam partem » en 806 et 839 (Divisio regnorum de 806 : MGH, Capit. I, p. 140-142 ; Divisio imperii de 839, Ibid., p. 373) ; « partem aliquam » chez Thegan en 829 (Thegan, Gesta Hludowici imperatoris, éd. E. Tremp, MGH SRG, 64, Hannover, 1995, par. 35, p. 220) ; « alteram partem » à nouveau en 839 ; « partem transiurensis » selon Adon de Vienne en 863 (Ex Adonis archiepiscopi Viennensis chronicon, MGH, SS II, p. 323) ; « superiores partes » dans les Annales de Saint-Bertin en 869 (Annales Bertiniani, éd. R. RAU, dans Quellen zur karolingischen Reichsgeschichte, vol. II, Darmstadt, 1975, AQDGM, VI, p. 204) ; « superior Burgundia » à Fulda en 888 (Annales Fuldenses, dans Quellen zur karolingischen..., op. cit., vol. III p. 146).

7 B. Bligny, « Le royaume de Bourgogne... », art. cit., supra n. 5, p. 254, 255 (carte), 260-262 ; voir aussi R. Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens, 855-933 ?, Paris, 1901, p. 281-290 ; K. Brunner, « Der fränkische Fürstentitel im neunten und zehnten Jahrhundert », dans H. Wolfram éd., Intitulatio II. Lateinische Herrscher – und Fürstentitel im neunten und zehnten Jahrhundert, Wien-Köln-Graz, 1973, (MIÖG 24), p. 179-340, 246 et n. 1 avec un renvoi à la thèse d’habilitation de Karl Ferdinand Werner.

8 Dès la Divisio regnorum de 806, on assiste à un démembrement répété des espaces bourguignons, bien qu’avec des principes et des modalités à chaque fois différents, en 806 (projet), 817 (divisio imperii), 829, 831, 839 (projet), 843 (Verdun : intégration, celle-ci définitive, des pagi de la Bourgogne franque dans le royaume de Francie occidentale), 855, 859, 863, 870 (traité de Meersen), 879 (royauté burgondo-provençale de Boson), 888 (couronnement juran de Rodolphe) : détails et renvois dans B. Bligny, « Le royaume de Bourgogne... », art. cit., supra n. 5 ; cartes dans R. McKitterick, The Frankish Kingdoms under the Carolingians, 751-987, London, 1983. cartes 8-11, p. 380-383 et dans J. Nelson, Chartes le Chauve (1992), trad. fr., Paris, 1994, carte 2.

9 Lyonnais et Viennois furent âprement disputés, de 928 (décès de Louis l’Aveugle) au début du règne autonome de Conrad en 942, entre le roi de Francie Raoul de Bourgogne et les rois welfs de Bourgogne. Je ne reprendrai pas ici l'examen du corpus documentaire, qui contient aussi bien des sources narratives que d’autres de la pratique, royales et surtout monastiques. Ce dossier, de lecture difficile étant donné l’homonymie graphique entre les deux rois « Rodolfus »/« Radolfus » ainsi que l’absence de datation absolue de la majorité de ses actes, a déjà été utilisé par R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 58-61, 208-209, 236-241. 247-249 ; A. Hofmeister, Deutschland und Burgund im früheren Mittelalter, Leipzig, 1914 (éd. anst., Darmstadt, 1963), p. 40-63 ; E. Fournial, « La souveraineté du Lyonnais au Xe siècle », dans Le Moyen Âge, 62, 1956, p. 414-452, part. 423-434 ; H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt. des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, Köln, 1968, p. 104-107 ; R.H. Bautier, J. Dufour éd., Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922-36), Paris, 1978, p. CXX-CXXI ; G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 208-209, 240 ; de plus, deux élèves de Christian Lauranson-Rosaz sont en train de le mettre au point pour le Lyonnais et le Viennois. Je me limiterai à une considération méthodologique sur laquelle Fournial avait d’ailleurs déjà attiré l’attention. Pour espérer réussir à démêler les fils d’une histoire politique sans doute complexe — cf. les actes datés « Deum regnantem, regem espitantem » (Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny — dorénavant Cluny — éd. A. Bernard et A. Bruel, no 476, p. 461-462 ; voir R. Poupardin, Le royaume de Provence..., op. cit., supra n. 7, p. 225-240), il faut tenir compte d’une série d’indicateurs qui se complètent : type de source (Flodoard ou un cartulaire monastique), destinataire du document (roi ; monastère, interne ou externe aux régions concernées et contestées), lieu de la datation topique (interne/externe), lieux mentionnés par chaque acte (internes/externes), auteur de l’acte en question (notaire/chancellerie). Ces derniers aspects ressortent nettement dans une série d’actes clunisiens pour lesquels leurs éditeurs ont proposé une datation rodolphienne précoce. Il s’agit de quatre actes qui s’échelonneraient de 935 à 942 et dont les datations royales (« anno secundo regnante Radulfo rege Viennense », puis « anno III regnante Conrado (rege) » renverraient justement à Rodolphe de Bourgogne et à son fils Conrad : Cluny, no 437, p. 425-426 ; no 439, p. 427-428 ; no 523, p. 508-510 ; no 546, p. 530-531). En fait ces actes contiennent deux autres indices tout aussi importants. D’abord, ils concernent des terres sises en Viennois ; ensuite ils sont tous dus à une seule et même main : « Ego Eldebertus, jubente Barnardo, qui ista donacione (ou « isto sponcalicio ») scripsi ». Il est certes encore possible de leur donner une appartenance bourguignonne, mais on doit ajouter que, d’une part, elle ne concernerait que le Viennois, ce qui confirmerait une différence géopolitique entre la situation du Lyonnais telle qu’elle ressort des actes de Savigny (absence d’actes rodolphiens avant le milieu des années 940 : Cartulaire de l'abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, — dorénavant SAV — Paris, 1853, no 32-37, p. 33-35, no 68-70, p. 57-59, contre no 40, p. 39, no 45, p. 53, no 55, p. 49) et celle du Viennois, aussi bien dans les actes de Cluny que dans ceux de Saint-André-le-Bas (Cartulaire de l'abbaye de Saint-André-leBas de Vienne, éd. C.U. Chevalier — dorénavant SAB-, Vienne-Lyon, 1869, no 43, p. 38-39 ; no 57, p. 48 ; no 98, p. 73-74 ; no 102, p. 75-76 ; no 116, p. 83 ; no 122, p. 86) ; que de l’autre les typologies de datation renvoient souvent aux choix politiques des auteurs mêmes des actes, qui acquièrent ainsi une importance fondamentale dans ce débat. Fournial y avait pensé, en indiquant l’ensemble des actes rédigés par Edelbert : il avait remarqué que d’autres parmi ses actes n'avaient pas de datation rodolphienne ; il avait songé à identifier leur auteur avec un notaire de la chancellerie archiépiscopale de Vienne ; toutefois il avait surtout insisté sur l’identification du « Rodolfus » des deux premiers documents avec Raoul roi de Francie occidentale. Il est certes vrai que, privé des quatre actes d’Edelbert, le dossier rodolphien en Viennois se réduirait à une peau de chagrin. Mais, dans l'attente de son examen complet, il me semble que les stratégies politico-documentaires du notaire Edelbert méritent en ellesmêmes un regard attentif et que seule leur interaction avec les autres indicateurs typologiques présents dans ces mêmes sources (actes de la pratique, monastiques, clunisiens, concernant des biens sis en Viennois et se rapportant souvent aux mêmes individus) permettront, non pas de clore définitivement le débat, mais du moins de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette concurrence politique rhodanienne avant le milieu du Xe siècle. Le Jura constitue un autre exemple de région-frontière : voir G. Castelnuovo, « Fra territorio e istituzioni. La frontiera nelfarco alpino occidentale. Giura e Vaud dall’VIlI al XV secolo », dans E. Riedenauer éd., Landeshoheit. Beiträge zur Entstehung, Ausformung und Typologie eines Verfassungselements des römisch-deutschen Reiches, München, 1994, p. 236-251.

10 Cf. J.-P. Poly, La Provence et la société féodale. 879-1166, Paris, 1976 ; S. Weinberger, « Nobles et noblesse dans la Provence médiévale (ca. 850-1100) », dans Annales ESC, 36, 1981, p. 913-919.

11 Les rapports de force internes aux agrégats bourguignons du Xe siècle continueront à se décliner autour de ces deux pôles, parfois unis dans leur projection géographique comme quand Louis l’Aveugle régnait « in Burgundia seu Provincia » (R. Poupardin éd., Recueil des actes des rois de Provence — dorénavant Provence -, Paris, 1920. no 29, p. 51-54, a. 892), mais de plus en plus concurrentiels sur le plan politique, même après l’intégration institutionnelle des terres provençales dans le royaume rodolphien de Conrad ; voir G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 211-213.

12 Le jugement de Thietmar de Mersebourg pour qui Rodolphe III « tout en ayant le nom et la couronne royale, concédait les évêchés à ceux qui étaient élus par les princes » (Thietmari Merseburgensis Chronicon. éd. R. Büchner, Darmstadt, 1966, AQDG, IX) a constitué l'un des fondements les plus sûrs de l’historiographie sur le royaume de Bourgogne, de Poupardin à nos jours : voir. G. Sergi, « Genesi di un regno effimero : la Borgogna di Rodolfo I », dans Bollettino Storico Bibliografico Subalpino, 87, 1989, p. 5-44, p. 31 ; G. Castelnuovo, L'aristocrazia del Vaud fino alla conquista sabauda, inizio XI-metà XIII secolo, Torino, 1990, (Biblioteca Storica Subalpina 207), p. 26-28). Quant à Boson luimême, il était vu avec beaucoup de méfiance par les annalistes carolingiens (cf. la communication de F. Staab ci-dessus). Mais une chose est de jauger les Rodolphiens face à l’essor ottonien de la seconde moitié du Xe siècle, ou bien Boson par rapport au maintien d’une forte légitimité carolingienne dans les années 880-890 (attestée par les incertitudes de datation des actes rhodaniens : Cluny, no 23-30, p. 27-36 ; no 37, p. 44-45 ; SAV, no 2-3, p. 5-7), une autre de ravaler, voire de nier, leur impact sur l’évolution des sociétés politiques bourguignonnes et de leurs élites.

13 Voir, infra, n. 21-24.

14 Cette interprétation avait déjà été refusée par R. Poupardin, Le royaume de Provence..., op. cit., supra n. 7, p. 107-108 ; Id., Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 350, repris par R.H. Bautier, « Aux origines du royaume de Provence. De la sédition avortée de Boson à la royauté légitime de Louis », dans Provence historique, 23, 1973, p. 41-68.

15 Pour les Welfs-Rodolphiens : J. Fleckenstein, « Über die Herkunft der Welfen und ihre Anfàngen in Süddeutschland », dans G. Tellenbach éd., Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des grossfränkischen und frühdeutschen Adels, Freiburg im Breisgau, 1957, p. 71-136 ; Pour les Bosonides : C.B. Bouchard, « The Bosonids, Or Rising to Power in the Late Carolingian Age », dans French Historical Studies, 15, 1988, p. 407-431 (avec bibliographie mise à jour) et à présent les remarques de Franz Staab, ci dessus.

16 Cf. J. Fleckenstein, « Über die Herkunft... » art. cit., supra n. 15, p. 119 s.; G. Sergi « Genesi... », art. cit., supra n. 12, p. 19-20; W. Kienast, Die fränkische Vassalitat. Von den Hausmeiern bis zu Ludwig dem Kind und Karl dem Entfaltigen, Franktut am Main, 1990, p. 362; C.B. Bouchard, « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15, p. 409-412; J.-L. Nelson, Charles le Chauve, op. cit., supra n. 8, p. 255.

17 À propos de la centralité politique du royaume de Charles le Chauve : J.-L. Nelson, « The Frankish Kingdoms, 814-898 : The West », dans R. McKitterick éd., The New Cambridge Medieval History, Vol II, c. 700-c. 900, Cambridge, 1995, p. 110-141, part. 134.

18 Ainsi à Lobbes en 864, Conrad le Jeune, premier Welf actif en Bourgogne jurane : Folcuini Gesta Abbatum Lobbiensium, MGH. SS I, p. 61.

19 Cités par G. Tellenbach, « Excurs über die altesten Welfen im West-und Ostfrankenreich », dans lD., Studien..., op. cit., supra n. 15, p. 335-340, part. 339 et par M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens in merowingischer und karolingischer Zeit. Eine Prosopographie, Sigmaringen, 1986, p. 169, 227. Sur les attaches alémaniques et lotharingiennes des deux parentés, cf. pour les Rodolphiens, J. Fleckenstein, « Über die Herkunft... », art. cit., supra n. 15, p. 119 s. ; M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens, op. cit., p. 165-170 ; G. Tellenbach, « Excurs... », art. cit., supra n. 15, p. 337-339. Pour les Bosonides C.B. Bouchard, « the Bosonids... », art. cit., supra n. 15, et la communication de Franz STAAB ci-dessus.

20 Sur les rapports familiaux, infra, n. 27. Le maintien d'une relative centralité royale dans le système administratif de la seconde moitié du IXe siècle est bien mis en évidence par A. Krah, qui cite entre autres des exemples welfs et bosonides (Hucbert) : A. Krah, Absetzungsverfahren als Spiegelbild von Kônigsmacht. Untersuchungen zum Kräfteverhältnis zwischen Königstum und Adel im Karolingerreich und seinen Nachfolgestaaten, Aalen, 1987, p. 82, 167-168.

21 Hucbert fut au départ actif dans l’entourage de Lothaire Ier. En terre bourguignonne, il commença par être abbé laïque de Saint-Maurice dès la fin des années cinquante. Le mariage de sa soeur Theutberge avec Lothaire II renforça vite son ancrage juran : en 859 il était duc du territoire entre le Jura et les Alpes. Le fameux naufrage du mariage royal l’obligea ensuite à modifier son rayon d’action : Saint-Martin de Tours et Lobbes furent les nouvelles étapes de sa gestion agressive de l’office abbatial, sans toutefois que ses ambitions alpines soient oubliées. Le dossier d’Hucbert se compose avant tout d'une série de témoignages ecclésiastiques, et surtout monastiques, qui ne lui sont guère favorables : Reginonis Chronica, dans Quellen zur karolingischen..., op. cit., a. 859, 866, p. 188, 214 ; Annales Bertiniani..., op. cit., a. 864, p. 142 ; Folcuini Gesta Abbatum, op. cit., p. 60-61 ; Annales Xantenses, dans Quellen zur karolingischen..., op. cit., a. 866 p. 356 ; MGH, DKar. III, Lothaire II, n. 32, p. 437-438 ; il a été étudié par : K. Brunner, « Der fränkischen Fürstentitel... », art. cit., supra n. 7, p. 243 ; M. Zufferey, Die Abtei Saint-Maurice d’Agaune im Hochmittelalter (830I 258), Göttingen, 1988, p. 54 ; W. Kienast, Die fränkische Vassalität, op. cit., supra n. 16, p. 212 ; A. Krah, Abseztungsverfahren..., op. cit., p. 167-168 ; C. B. Bouchard. « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15, p. 417-418.

22 L’arrivée des Welfs en Bourgogne jurane est liée à la fois aux mutations internes du pouvoir carolingien et au maintien de son contrôle sur le territoire. Tout commence en 859 quand, peu après l’installation ducale d’Hucbert, la Bourgogne jurane est dévolue à l’empereur Louis II Cette même année voit le passage à l’Ouest d’une partie des Welfs dont Conrad l’Ancien. J. Fleckenstein, « Über die Herkunft... », art. cit., supra n. 15, p. 123-126 considère cette date comme celle d’une rupture interne à la tradition parentale et politique des Welfs ; dernièrement Michael Borgolte a nuancé ces propos en s’appuyant aussi bien sur de plus anciens témoignages bourguignons welfs (par exemple celui indirect mais précoce de Walafrid Strabo : M. Borgolte, Die Grafen..., op. cit., supra n. 19, p. 167-169, 228) que, surtout, sur sa prosopographie des comtes alémaniques et sur la chronique d'Ekkehard de Saint-Gall (Ekkehard IV, Casus Sancti Galli, éd. H. Haefele, Darmstadt, 1980, AQDGM, X, p. 74 : « sed Hartmuotus noster Ruodolfo Burgondiorum regi notissimus, qui et cognatus ») qui attesteraient le maintien de liens certains entre les deux branches des Welfs, celle alémanique et celle jurane. Il n’empêche que, après 859, les liens bourguignons des Welfs se renforcèrent à tel point que cinq ans plus tard, en 864, Conrad fils de Conrad prit la place d’Hucbert, après l’avoir défait et tué à Orbe, comme représentant carolingien, duc et abbé, entre le Jura et les Alpes.

23 L’apparition de Boson, nouveau prétendant abbatial, fut favorisée par le morcellement politique des terres bourguignonnes ainsi que par l’importance des voies de communication alpines dont celle du Mont Joux facilement contrôlée depuis Saint-Maurice. En 869, Charles le Chauve, qui contrôlait depuis une dizaine d’années les deux comtés de Belley et Tarentaise (siège métropolitain dont dépendait l’évêque de Sion) nomma son fidèle Boson abbé laïque de Saint-Maurice comme le rapporte Hincmar dans les Annales Bertiniani, op. cit., supra n. 21, a. 869, p. 204 ; cf. M. Zufferey, Die Abtei..., op. cit., supra n. 12, p. 58 ; G. Sergi, « Genesi... », art. cit., supra n. 15, p. 58 et J. L. Nelson, Charles le Chauve..., op. cit., supra n. 8, p. 243.

24 Rodolphe, fils de Conrad le Jeune, s’installa du Jura aux Alpes : d’abord comte, marquis et abbé, il réussit en 888 à se faire élire roi, justement à Saint-Maurice : R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne..., op. cit., supra n. 2, p. 9-13 ; L. Dupraz, « L’avènement de Rodolphe Ier et la naissance du royaume de Bourgogne Transjurane », dans Revue Suisse d'Histoire, 13, 1967, p 177-195 ; G. Sergi, « Genesi... », art. cit., supra n. 12, p. 21. Pour la carrière de Boson, entre temps dérouté vers l’Italie puis la Provence, où l’appui des grands et des évêques le conduisait à la royauté, cf. infra, n. 32-33.

25 Sur les différents mariages welfs et bosonides cf. les tables généalogiques dans L. Boehm, « Rechtsformen und Rechtstitel der Burgundischen Königserhebungen im 9. Jahrhundert. Zur Krise der karolingischen Dynastie » (HJ, 80, 1961), à présent dans E. Hlawitschka éd., Königswahl und Thronfolge in frankisch-karolingischer Zeit, Darmstadt, 1975 (Wege der Forschung, 247), p. 398 ; C. B. Bouchard, « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15, p. 409, 411, 416, 420 ; R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d'anthropologie sociale, Paris, 1995, p. 455, n. 72 et en outre p. 136, 291-294 ; W. Kienast, Die fränkische..., op. cit., supra n. 16, p. 336-337.

26 R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 293.

27 Cf. L. Boehm, « Rechtsformen... », art. cit., supra n. 25, p. 371-372 ; J. Hyam, « Ermentrude and Richildis », dans M. T. Gibson, J. L. Nelson éd„ Charles the Bald. Court and Kingdom, London, 1990, p. 154-168, part. 154-156 ; R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 316-321 ; F. Boucard, « Ermengarda », dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 43, Roma, 1993, p. 214-218, ainsi que les communications de C. La Rocca et F. Bougard ci-dessus.

28 Au delà de l’éloignement graduel des deux branches welfes, lui-même lié à la Königsnahe impériale (supra, n. 22), il s’agit surtout d'exemples bosonides ; le plus éclatant est celui de Thibaut, fils d’Hucbert, qui épousera Berthe, fille de Lothaire II et de Waldrade, la concubine qui avait précipité la disgrâce de sa propre tante Theutberge : C.B. Bouchard, « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15, p. 417-418 ; R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 289 ; nous trouvons aussi Richard dit le Justicier, comte en Bourgogne et frère du roi Boson, qui prendra en 882 le parti du carolingien Carloman, assiégera Vienne et ramènera prisonnières à Autun sa belle-sœur et sa nièce : Annales Bertiniani, op. cit., p. 284 ; C. B. Bouchard, « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15, p. 413 ; cf. aussi, sur son profil presque royal, J. Dhondt, Etudes sur la naissance des principautés territoriales en France (IXe-Xe siècles), Bruges, 1948, p. 159-163 ; K. Brunner, « Der fränkische Fürstentitel... », art. cit., supra n. 7, p. 253-7 et K. F. Werner, « Westfranken-Frankenreich unter den Spätkarolingern und frühen Kapetinger, 888-1060 » (1976), dans Id, Vom Frankenreich zur Entfaltung Deutschlands und Frankreichs, Sigmaringen, 1984, p. 225-277, part. 23 1.

29 Cf. M. Borgolte, Die Grafen..., op. cit., supra n. 19, p. 167-169.

30 Reginonis Chronica, op. cit., a. 888, p. 280. Cf. les remarques de S. Airlie. The Aristocracy, dans The New Cambridge..., op. cit., supra n. 17, p. 431-450, part. 448, et ci-dessus.

31 Selon Réginon, Charles le Chauve « dedit insuper eidem Bosone Provintiam, et corona in vertice capitis imposita eum regem appellari iussit, ut more priscorum imperatorum regibus videretur dominari » : Reginonis Chronica, op. cit., a 877, p. 253. Cf. la titulature de « cornes » et de « dux karissimus » donnée par les actes royaux à Boson (cf. Recueil des Actes de Charles le Chauve, A. Giry, M. Prou, F. Lot, G. Tessier éd., t. II. Paris, 1952, no 378. p. 342-346 ; no 422, p. 438-440). Sur la carrière occidentale, et même italienne, de Boson cf. J. Nelson, Charles le Chauve, op. cit., supra n. 8, p. 63-64 et surtout les mises au point de Franz Staab ci-dessus. À propos de la définition de dux in regno : L. Boehm, « Rechtsformen.. », art. cit., supra n. 25, p. 374-378 ; K.F. Werner, « Missus-Marchio-Comes. Entre l’administration centrale et l’administration locale de l’Empire carolingien » (1979), à présent dans Id, Vom Frankenreich..., op. cit., supra n. 28, p. 191-239, part. 217-218 ; K. Brunner, « Der frankische Fürstentitel... », art. cit., supra n. 7, p. 249 ; R. Le Jan, « Domnus, illuster, nobilis, Les mutations du pouvoir au Xe siècle », dans Culture, éducation et société. Études offertes à Pierre Riché, La Garenne-Colombes, 1990, p. 439-448.

32 Provence, no 16, p. 30-31. Voir les remarques de K. Brunner, « Der frankische Fürstentitel... », art. cit., supra n. 7, p. 205 et de Stuart Airlie, ci-dessus.

33 Couronnement à Mantaille : MGH, Capit. II, no 284, p. 365-369 ; cf. Provence, no 17, p. 32-33 (« Boso gratia Dei rex ») ainsi que les remarques de L. Boehm, « Rechtsformen... » art. cit., supra n. 25, p. 345-346, 367-377.

34 Les Annales Vedastini, dans Quellen zur karolingischen..., op. cit., rappellent que « Boso etiam dux Provinciae per tirannidem nomen regis sibi vindicat partemque Burgundiae occupat », p. 294, a. 879 ; les Annales Bertiniani, op. cit., parlent de la « Bosonis seditionem », p. 282, a. 881. Voir la communication de Franz Staab, ci-dessus.

35 MGH, Capit. II, no 289, p. 376-377, cf. L. Boehm. « Rechtsformen... », art. cit., supra n. 25, p. 386-387 ; sur son mariage byzantin : W. Ohnsorge, « Drei Deperdita der byzantinischen Kaiserkanzlei und die Frankenadressen im Zeremonienbuch des Konstantinos Porphyrogennetos » (1952), à présent dans ID., Abendland und Bysanz. Gesammelte Aufsätze zur Geschichte der byzantinisch-abendländischen Beziehungen und des Kaiserlums, Bad Homburg, 1963, p. 228-234 ; E. Hlawitschka, « Die verwandschaftlichen Verbindungen zwischen dem hochburgundischen und dem niederburgundischen Königshaus. Zugleich ein Beitrag zur Geschichte Burgunds in der 1. Halfte des 10. Janhunderts » (1976), à présent dans Id., Stirps regia, Frankfurt-Bern-New York-Paris, 1988, p. 287, ainsi qu'une étude en cours de Germana Gandino sur Berthe, épouse de Théobald ; à propos de la politique italienne de Louis : G. Fasoli, I re d'Italia (888-962). Firenze. 1949. p. 64-74.

36 Cf. G. Castelnuovo, « Fra territorio e istituzioni... ». art. cit., supra n. 9. p. 240-243 ; sur Hucbert supra, n. 21.

37 Reginonis Chronica, op. cit., p. 214, a. 866 : « loca inacessibilia inter lurum et Alpes Penninas » (sédition de Hucbert contre Lothaire et Louis) ; Ibid.. a. 880 et 894 : Rodolphe déjoue les tentatives d’Arnulf d'abord « per artissima itinera fuga dilapsus in tutissimis rupium locis salutis praesidium quaesivit » ; en effet ces « loca inaccessibilia, quae in multis solis hibicibus pervia sunt, insequentium consertas acies procul ab ingressu repellebant » (p. 280) ; ensuite en se cachant « in tutissimis locis [...] Regionem inter lurum et Montent lovis ». Cette morphologie alpine semble jouer un rôle favorable à Boson dans les Annales de Saint-Bertin, quand, attaqué par les légitimistes carolingiens, « fugam ad montana quaedam arripuit » (Annales Bertiniani, op. cit., p. 280, a. 880), indice ultérieur des analogies géopolitiques entre les deux Bourgognes et leurs royautés.

38 Les Rodolphiens constituent un unicum parmi les nouvelles parentés royales de 888 : seuls, ils réussissent à se maintenir, de père en fils, à la tête d'un royaume dynastique pendant l’ensemble du Xe siècle, et jusqu’en 1 032.

39 Reginonis Chronica, op. cit., p. 280, a. 888 ; Annales Vedastini, op. cit., p. 316, a. 888 ; voir l'intégration de Hugues dans la parenté rodolphienne telle qu'elle apparaît dans la donation que fit, en 929, Adélaïde, soeur de Rodolphe Ier, de l'abbaye familiale de Romainmôtier aux moines clunisiens : Cluny, no 379. p. 358-60 ; sur Hugues l’Abbé : K. F. Werner, « Gauzlin von Saint-Denis und die westfränkische Reichsteilung von Amiens (Marz 880). Ein Beitrag zur Vorgeschichte von Odos Königtum » (1979), maintenant dans ID., Vom Frankenreich..., op. cit., supra n. 28, p. 214.

40 Directions d’expansion des Rodolphiens : entre 888 et 894. le royaume lotharingien (couronnement royal à Toul cité dans les Annales Vedastini, supra n. 39) ; cette tentative fut contrée par la supériorité militaire d'ArnuIf et de son fils Zwentibold (Reginonis Chronica, op. cit., p. 300, a. 894 ; Annales Fuldenses, op. cit., p. 146, 158. 160. a. 894, 895), cf. E. Hlawtischka, Lotharingien und das Reich an der Schwelle der deutschen Geschichte, Stuttgart. 1968 (Schriften der MGH, 21), p. 79-95, 124-132 ; les régions alémaniques jusqu'en 919. date de la défaite de Rodolphe II face au duc Burchard de Souabe, et du conséquent mariage entre la fille de Burchard et Rodolphe : R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 29-31 ; A. Hofmeister, Deutschland und Burgund..., op. cit., supra n. 9, p. 31-34 ; l’espace italien : R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 34-54 ; en général : T. Schieffer, « Einleitung... », art. cit.. supra n. 2, p. 5-12 et G. Sergi, « Genesi... », art. cit., supra n. 12, p. 26-34. Sur les tentatives d’hégémonie suprarégionale des Bosonides, voir L. Boehm, « Rechtsformen... », art. cit., supra n. 25. p. 369, 380 ; C.B. Bouchard, « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15. p. 411 ; J.-L. Nelson, « The Frankish Kingdoms... », art. cit., supra n. 17, p. 137 ; les Bosonides tentèrent même de s’infiltrer en Bourgogne jurane : d'abord « Boso, audita morte Ludowici a Provintia egreditur totamque Burgundiam occupare nititur », comme le rapporte Réginon en 879 (Reginonis Chronica, op. cit., p. 254, analysé dans L. Boehm, « Rechtsformen... », art. cit., supra n. 25, p. 355) ; ensuite, en 937. à la mort de Rodolphe I. le bosonide Hugues d'Arles se précipita à Saint-Maurice pour épouser la veuve de Rodolphe et organiser le mariage de son propre fils Lothaire avec Adélaide. fille de Rodolphe et de Berthe (R. Poupardin. Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 67). De plus, les implications italiennes des deux parentés eurent une tonalité différente : peu de « satellites » rodolphiens en Italie, sauf les Anscarides dont parlent les Annales Fuldenses. op. cit., p. 158. a. 894. voir E. Hlawitschka, Franken, Alamannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962). Zum Verständnis der fränkischen Königsherrschaft in Italien, Freiburg im Breisgau, I960, p. 128-130; G. Sergi, I confiai del potere. Marche e signorie fra due regni medievali, Torino. 1996, p. 40-44 ; la projection italienne des Bosonides fut au contraire bien plus décidée : R. Poupardin, le royaume de Provence..., op. cit.. supra n. 7, p. 164-189. 218-225 ; E. Hlawitschka, Franken, Alamannen..., op. cit., p. 80-90 ; J. P. Poly. La Provence..., op. cit., supra n. 10. p. 31.

41 Voir, à titulature inversée, les remarques de Karl Ferdinand Werner sur les duces regni : K.F. Werner, « Missus-Marchio-Comes... », art. cit., supra n. 28. p. 217-218.

42 Sur l'élection de Boson à Mantaille, supra, n. 33 ; parmi les ecclésiastiques manquent l’évêque de Genève ainsi que de nombreux prélats méridionaux (12 sur 23) : cf. J.-P. Poly, La Provence..., op. cit., supra n. 10, p. 16.

43 Cf. un document de 893 : SAB, Appendice, no 9, p. 218. Sur son couronnement : L. Boehm, « Rechtsformen... », art. cit., supra n. 25, p. 384-387.

44 Annales Vedastini, op. cit., p. 316, a. 888.

45 Voir la notation des Annales Bertiniani. op. cit.. a. 880 : « quique de proceribus secundum convenientiam in cuius divisione honores habent, illi se commendarent ». p. 280 ; cf. R. Le Jan, Famille..., op. cit.. supra n. 25. p. 135-136.

46 Pour les Rodolphiens : G. Sergi, I confiai del potere..., op. cit., supra n. 40. p. 258-259 ; en Bourgogne provençale les membres des diverses branches bosonides interviennent, d'abord au nom de l'empereur Louis l'Aveugle puis de manière autonome, en tant que dues et comtes plutôt que comme rois : c'est le cas de lugues d'Arles, qui se définit en 920 « Ego quidem in Christi nomine. Hugo cornes et marchio » (SAB, no 124. p. 87-88), et ensuite de Charles Constantin : K. Brunner, « Herrschaftsformen... », art. cit., p. 253 ; T. Schieffer, « Einleitung... », op. cit., supra n. 2, p. 13, 17-18 ; E. Hlawitschka, « Die verwandschaftlichen Verbindungen... », art. cit., supra n. 35. p. 287.

47 MGH. DBurg., no 5. p. 100-101, a. 895.

48 MGH. DBurg.. no 8, p. 105-107, a. 901/2.

49 Voici un exemple tiré du cartulaire de Cluny : « Est hoc alodum situm in pago Lugdunensi. Hunc fiscum cum omnibus suis appenditiis et villulis his nominibus [...) cum rebus aliis que conjacent in supradicto comitatu Lugdunensi... » (Cluny, no 205. p. 193-194). Sur l’équivalence généralisée, malgré quelques cas contraires, de ces deux expressions en terre bourguignonne, dossiers et discussion dans G Sergi, « Istituzioni politiche... ». art. cit., supra n. 3, p. 221-223 et dans Id., I confiai del potere.... op. cit., supra n. 40. p. 302-305.

50 Je crois qu'il faudrait ici distinguer deux aspects de la question. Le premier, lié du moins en partie aux limites de la documentation (post) carolingienne, concerne les comtés et pagi rarement cités dans les sources précédant la fin du Xe siècle mais présents déjà au IXe du Pipinicensis comitatus du partage de 859 — ou comté de Bargen — au comté de Savoie. Dans ces quelques cas on ne peut parler de nouveautés mais plutôt d'apparitions intermittentes, qui révèlent une importance géo-administrative moindre de ces circonscriptions sans pour autant intervenir sur leur conception politico-territoriale. Le second aspect concerne des entités territoriales qui semblent acquérir dans le courant du Xe siècle une plus grande visibilité géographique, soit qu’elles n'apparaissent qu'alors en tant que pagi (« pagus Ausoniensis » — Ogo, pour lequel, en projection future, G. Castelnuovo, L’aristocrazia del Vaud..., op cit., p. 108 — ou « pagus Caputlacensis » — Chablais — dans MGH DBurg.. no 26, p. 129-130, a. 930 ; « pagus Vuislacensis » — Vuilly-, MGH. DBurg.. no 35, p. 146-149, a. 961. falsifié ; « pagus Albanensis » au début du XIe siècle : P. Duparc, Le comté de Genève, XIe-XVe siècle, Genève, 1955, p. 371), soit qu’elles donnent l’impression de modifier leur définition géographique en s’élevant d’un niveau, de Vager au pagus ou au comitatus. Certains auteurs ont relié ce changement de dénomination à une transformation des structures politicoterritoriales et ont ainsi parlé de comtés seigneuriaux : c’est le cas du Forez, cité par R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 237-241, et par E. Fournial, « La souveraineté... », art. cit., supra n. 9, p. 436-441, ainsi que du Roannais. En vérité la documentation du Xe siècle ne nous autorise pas à aller aussi loin : on remarque, il est vrai, un flottement certain de leur dénomination, mais le caractère de comtés seigneuriaux n’est pas assuré : le Roannais, cité en 902 comme répartition du comté de Lyon (l’abbaye de Saint-Martin d’Amberlé est « pertinentem de comitatu Lugdunensi, congacentem in pago Rodanensi » : Provence, no 41, p. 77-78), devient au milieu du siècle le « comitatus Radonensi » (SAV, no . 63, p. 53-54) avant de réintégrer le comté lyonnais (« in comitatu Lugdunensi, in pago Rodonensi » : SAV, no 131, p. 94-95, de 959). De même, le Forez est à nouveau défini comme ager en 969 : SAV, no 144, p. 108, cf. aussi H. Gerner, Lyon..., op. cit., supra n. 9, p. 138-141. Pour une vision générale du vocabulaire administratif des territoires rodolphiens : G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 221-223 et Id., I confini delpotere, op. cit., supra n. 40, p. 261-263.

51 Ce profil urbain assez bas est ultérieurement attesté par la disposition frontalière de certaines cités — de Besançon à Lyon ou à Vienne — et par l’importance accordée à des centres royaux extra-urbains, du palais d’Orbe aux monastères de Saint-Maurice puis de Payerne. Sur les limites du cadre urbain bourguignon : G. Sergi, I confini del potere, op. cit., supra n. 40, p. 315-327 avec indications bibliographiques.

52 Anselme comte du pagus Equestre : MGH DBurg., no 22, p. 123-125, a. 926.

53 Cf. G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 220-221.

54 « Comites, nobiles et ceteri fideles » : Provence, no 52, p. 96-97, voir S. Weinberger, « Nobles et noblesse... », art. cit., supra n. 10, p. 914 ; MGH DBurg., no 125, p. 129, voir G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 224, 228-231.

55 En insistant sur la concurrence et les contrastes politico-militaires entre les alliés des Bosonides et les représentants des grands locaux, Jean-Pierre Poly a bien montré les limites du contrôle royal sur l’élite provençale : J.-P. Poly, La Provence..., op. cit., supra n. 10, p. 23. Sur le rôle des aristocraties religieuses comme alliées du pouvoir rodolphien au moins jusqu'à Rodolphe III voir G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 224-226.

56 À Lausanne : Cartulaire du chapitre de Notre-Dame de Lausanne, éd. C. Roth, Lausanne, 1948 (MDR, 3e série III, dorénavant Cart. LS), no 17c, p. 49-50 ; cf. déjà en 885 : MGH DBurg., no 2, p. 94. À Grenoble : R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 299.

57 Voir supra, respectivement n. 41 et 24.

58 Ils sont souvent archichanceliers : Provence, p. X sp. ; T. Schieffer, « Einleitung... », art. cit., supra n. 2, p. 38-46.

59 Sur les liens précoces des Rodolphiens avec le monachisme réformé : MGH DBurg., no 9, p. 106-107, a. 903 ; no 14, p. 116, a. 888-890 ; no 27, p. 133-134, a. 943 ; no 56-57, p. 202, a. 943 ; Cluny, no 379, p. 358-360, a. 929 (donation à Cluny du monastère familial de Romainmôtier) ; voir T. Schieffer, « Einleitung... », op. cit., supra n. 2, p. 16 ; R. Walpen, Studien zur Geschichte des Wallis im Mittelalter (9. bis 15. Jahrhundert), Bern, 1983, p. 25 (carte) ; G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 227. Sur le patronage monastique réformé des Bosonides et sur Cluny en tant que fondation presque lignagère : Provence, no 28, p. 49-50, a. 890 et C. B. Bouchard, « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15, p. 424-425.

60 Voir G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 226-228. Le cas de Saint-André-le-Bas est significatif car il s’agit d’une fondation urbaine, mais son contrôle rodolphien est tardif (à partir de 962) : T. Schieffer, « Einleitung... », op. cit., supra n. 2, p. 16-18 ; cf. aussi R. Walpen, Studien..., op. cit., supra n. 59, p. 29-32. Sur l’importance des collégiales, voir H. E. Mayer, « Les faux des moines de Payerne », dans L'abbatiale de Payerne, Lausanne, 1966, p. 24-39, part. 32 (Saint-André-le-Bas jusqu’en 975, Romainmôtier probablement entre 966 et 978, Payerne peut-être à ses débuts).

61 « Propinquus » est utilisé par Louis l’Aveugle exclusivement à propos de ses parents Hugues d’Arles (dès 902 : « propinquus », dans Provence, no 40, p. 75-77 ; « propinquus neenon et karissimus », no 50, p. 92, a. 908 ; « fidelis et consanguineus », no 64, p. 115-116, a. 912-926), Boson (« illustris cornes nosterque propinquus Boso », dans Provence, no 51, p. 94-95, a. 907-10) et l'archevêque Manassès (« noster karissimus propinquus », dans Provence, no 54, p. 106-107, a. 921). Pour Conrad, les consanguinei sont Hugues le Noir (MGH DBurg., no 27, p. 133-134, a. 943) et Charles-Constantin, ce dernier bien actif dans le sillon rhodanien (MGH DBurg., no 29, p. 136-138, a. 943).

62 Voir T. Schieffer, « Einleitung... », op. cit., supra n. 2, p. 8, 10-11, 16-17 ; ex. : « Fredarius, cornes palatii, missus », MGH DBurg., no 21, p. 120, a. 902 ; Hugues, « cornes palatii » ou « cornes palatinus », no 22 et 25, p. 123-125, 129, a. 926 et probablement 927 ; Ulrich « cornes palatii », no 29, p. 136-138, a. 943.

63 Si en Provence, d’Arles à Marseille, les vicomtes semblent perdre leur localisation urbaine dans le courant du Xe siècle (J. P. Poly, La Provence..., op. cit., supra n. 10, p. 45-46), de Vienne à Lyon ils donnent plutôt l’impression de résister, voir de s’affirmer : à Vienne de 870 (Angilboton : Cluny, no . 15, p. 18-20) jusqu’à la parenté des vicomtes du Xe siècle (voir infra, n. 74-77) ; à Lyon, le vicomte Adémar : Cluny, no 656, p. 610-611, cf. H. Gerner, Lyon..., op. cit., supra n. 9, p. 136 qui ne le considère pas d’origine locale.

64 Bien que toujours rare, le lexique vassalique semble plus utilisé en terre jurane. par la chancellerie, impériale (MGH DKar., Charles le Gros, no 112, p. 178, a. 885), royale (MGH DBurg., no 29, p. 136-8, a. 943 : « omnes vassi dominici ») et par les évêques (lors des comptes-rendus de leurs élections : Cart LS, no 17e, p. 49-50, a. 892 ; MGH DBurg., no 25, p. 129, a. 927), que dans l’espace bosonide (seul exemple, celui de Bernard, « vassallus » de la reine Ermengande, Provence, no 28, p. 49-50, a. 890).

65 Voir la liste des solliciteurs et des bénéficiaires des actes de Louis l’Aveugle dans Provence, p. XXXI-XXXIII qui comprend un certain nombre de simples fidèles laïcs. Cf. aussi la confrmation royale de nombreux biens de l’église lausannoise en présence de divers fidèles royaux, pas nécessairement des comtes : MGH DBurg., no 7, p. 104-105, a. 899 ainsi que no 11, p. 109-110, a. 910 (Garnier, « fidelis noster ») ; au pluriel, les « fideles regni » apparaissent dans divers autres diplômes dont no 8, p. 105-107, a. 903.

66 En Provence et en Viennois, la titulature permet d’entrevoir un palier intermédiaire, fait de grands ducs et marquis, entre la royauté et les détenteurs des pouvoirs locaux : c’est le cas du Bosonide Hugues d'Arles, « cornes et marchio », « dux et gloriosus cornes », « inclytus dux et marchio » : SAB, no 124, p. 87-88, a. 920 : Provence, no 53, p. 97-99, a. 912 et no 64-65, p. 115-117, a. 912-926. Cette typologie rapproche 1 espace provençal de la plaine du Pô et l’éloigne d’autant de la Bourgogne jurane où ce niveau intermédiaire est représenté par une myriade de comtes non localisés : voir G. Sergi, I confini del potere, op. cit., supra n. 40, p. 266-268, 306-307, 319.

67 Il ne s’agit pas d’une nouveauté en elle même : des vassaux épiscopaux sont connus à l’époque carolingienne, tels ceux des évêques de Vienne et de Lyon dans les années 850 (MGH DKar. III, Lothaire I, no 129, p. 290-291, a. 853; Provence, no 3, p. 4-6, a. 858). Mais ce n’est qu’après 920 qu’ils refont surface, en tant que fidèles, dans les sources viennoises : SAB, Appendice, no 18, p. 227-228, a. 922 ; Appendice, no 23, p. 233-236, a. 938. Quant aux réseaux de fidélité laïque, ils ne concernent pour l’instant que des futurs ou des presque rois : le « Vodelgisus vassallus » du « fidelis et dilectus marchio » Rodolphe (MGH DKar., 11/2, Charles III, no 112, p. 178-179, a. 885) ou les « fideles » du « gloriosissimus marchio » Hugues le Noir (Cluny, no 656, p. 610-611, a. 944).

68 « Omnes vassi dominici maiores et minores » : MGH DBurg., no 29, p. 136-138, a. 943.

69 Les sources de la pratique commencent à utiliser, dès les débuts du Xe siècle, un vocabulaire techniquement nobiliaire, d’abord en tant que définition collective : il s’agit des « viri nobiles qui erant vicini » de l’église lausannoise (Cart. LS., no 50, p. 94-96, a. 906), des « comites, nobiles et ceteri fideles » d'un diplôme de Louis l’Aveugle de 912 (supra, n. 54) pour en arriver, en tant que plus petit commun dénominateur des élites laïques, aux « viri nobiles atque simul omnes ecclesia fideles » rappelés par Conrad aux environs de 960 (MGH DBurg., no 34, p. 145-146) ; cf. G. Castelnuovo, « Nobili e nobiltà nel Vaud medievale (secoli X-XV). Ordinamenti politici, assetti documentari, tipologie lessicali », dans Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, XVIII, 1992, p. 11-56, part. 30-32. Au singulier, l'utilisation de l’adjectif nobilis demeure rare dans l’espace bourguignon du Xe siècle ; elle définit alors une qualité familiale, telle celle de cette « Bertazia femina » de « nobili progenie », femme d'un vassal comtal en pourparlers avec les moines clunisiens (Cluny, no 271, p. 265-266, a. 926 ; no 359, p. 336-338, a. 928 ; cf. infra, n. 81). Sur le lexique nobiliaire (post) carolingien cf. maintenant R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 31-58, 135-144. Voir aussi infra, n. 86.

70 De Erlulfus, vicomte et missus rhodanien de Boson mais déjà présent in loco sous son prédécesseur Girard — de Roussillon — (S. Airlie, The Aristocracy, art. cit., supra n. 30, p. 448), à Rotfredus, comte rodolphien en 893 dans la région du Portois mais connu dès 869 (MGH DBurg., no 4, p. 98-99) ou à Engilbert, fils du vicomte Berlion et actif dans le Viennois des années 920-940, d'abord sous les Bosonides puis sous les Rodolphiens : infra, n. 75.

71 Sur Richard le Justicier voir supra, n. 28. Adélaïde, soeur du premier Rodolphien, qui fut son épouse et mère de Hugues, les intègre tous deux à la généalogie familiale des Rodolphiens : Cluny, no 379, p. 358-360, a. 929 ; sur les activités juranes et rhodaniennes de Hugues le Noir, cf. MGH DBurg., no 22, p. 123-125, a. 926 ; no 27, p. 133-134, a. 943 : no 57. p. 202, a. 943 ; Cluny, no 544, p. 528-529, a. 942 ; no 656, p. 610-611, a. 944. Voir aussi R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 73, 207-210 ; J. Dhondt, Études..., op. cit., supra n. 28, p. 163-165.

72 J. P. Poly, La Provence..., op. cit., supra n. 10, p. 18.

73 Voir P. Duparc, Le comté de Genève, op. cit., supra n. 50, p. 80-86.

74 Provence, p. XXXI-XXXIII (liste des bénéficiaires et des souscripteurs), et no 32, p. 59-60, a. 896 ; no 40, p. 75-77, a. 902 où il apparaît à la fois en tant que vicomte et que fidèle royal.

75 Provence, no 57, p. 104-105, a. 920, où il reçoit « aliquid ex rebus de comitatu ipsius que pertinent ad vicem comitatum », le comté en question étant celui du Viennois dirigé par Hugues d’Arles ; no 61, p. 109-111, a. 923 (fidèle de Louis l’Aveugle) ; concessions à Saint-André-le-Bas : SAB, no 139, p. 101-102, a. 927 ; no 141, p. 104-105, a. 937 env. ; donations à Cluny de biens sis en Viennois : Cluny, no 523, p. 509-510, a. 940 avec confirmation royale de Conrad (MGH DBurg., no 29, p. 136-138, a. 943) ; il est peut-être parent et en tout cas associé du vicomte Ratburnus (ils possèdent une terre un commun : Cluny, no 437, p. 425-426, a. 935) ; il est certainement marié en troisièmes noces à une Teutberge (Cluny, no 476, p. 461-42, a. 937) en qui on a reconnu la fille de Hugues d’Arles, veuve du comte Garnier de Troyes et mère de l’archevêque Théobald, successeur de Sobon. Sur Engelbert, Sobon et la famille vicomtale viennoise, voir, dans l’attente de recherches nouvelles, R. Poupardin, Le royaume de Provence..., op. cil., supra n. 7, p. 351-356, et G. De Manteyer, Les origines de la maison de Savoie en Bourgogne (910-1060), Rome, 1899, p. 430-445.

76 Voir B. Schneidmüller, « Regnum und Ducatus. Identität und Integration in der lothringischen Geschichte des 9. bis 11. Jahrhunderts », dans Rheinische Vierteljahrblatter, 51, 1987, p. 81-114, part. 99-102 et R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 418-420.

77 Le centre territorial de la parenté devient l’épiscopat viennois, tenu d'abord par Sobon puis par Thibaut. Malgré ses trois mariages, je n’ai trouvé aucune trace de fils d’Engelbert. Vu que même les enfants de sa troisième femme Teutberge (et de Garnier) ne restèrent pas, sauf Thibaut, en Viennois propre, les seuls candidats aussi bien à une parenté avec Engelbert qu’à une activité viennoise sont le vicomte Ratburnus (actif entre 927 — SAB. Appendice, no 20, p. 229-230 — et 944 : SAB, no 112, p. 80) et ses descendants, un autre Ratburnus et son fils Berlion : R. Poupardin, Le royaume de Provence..., op. cit., supra n. 7, p. 354-356 ; G. De Manteyer, Les origines..., op cit., supra n. 75, p. 436-445 ; sur les « Garnerides » comme Bosonides : C. B. Bouchard, « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15, p. 420-422.

78 MGH DBurg., no 29, p. 136-138, a. 943 où Conrad appelle Charles Constantin son « consanguineus ». Voir R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 248-250 ; C.B. Bouchard, « The Bosonids... », art. cit., supra n. 15. p. 415.

79 Cart. LS, no 342, p. 306-307, a. 892.

80 P. Duparc, Le comté de Genève, op. cit., supra n. 50, p. 52-57 : après ce Manassès de la fin du IXe siècle, il faut attendre les dernières années du siècle suivant pour découvrir un second comte Manassès dont les liens avec le premier ne sont qu’hypothétiques.

81 C’est le cas de cette « Bertagia femina » de « nobile progenie » (supra, n. 69) qui déplace, au gré d’un second mariage, son rayon d’action du comté rodolphien de Nyon à celui franc de Mâcon où elle agit en tant qu’épouse d’un vassal comtal : en janvier 926 un plaid royal dirigé par deux comtes et fidèles rodolphiens rend à Bertagia et à son fils des terres sises à Avenex dans le comté Equestre et qui provenaient de l’hérédité de feu son mari Alteus. Cinq mois plus tard, nous retrouvons une Bertagia mariée en Mâconnais à Vuarulf, vassal du comte Gislebert (Cluny, no 271, p. 265-266, a. 926 ; no 359, p. 336-338, a. 928). Les deux Bertagia sont, probablement, une seule et même personne ; au delà de l’homonymie, deux autres indices vont dans ce sens : d’une part les trois documents proviennent à l’origine d’un même corpus documentaire, clunisien (pour le premier, cf. Cluny, no 256, p. 247-249, a. 926) ; de l’autre, lors du plaid nyonnais, l'un des référants de Bertagia n’est autre que Hugues le Noir, comte et duc de Bourgogne franque.

82 Cette stabilité représente un critère de territorialisation du pouvoir qui mériterait d’être mieux analysé en terre jurane : le cas des vingt villae sises dans les pagi de Grenoble, Belley, Maurienne, Genève, Lausanne, Amous, Escuens et Lyon cédées en 866 par Lothaire II à sa « dilectissima nostra » Teutberge, est exemplaire (MGH DKar. III. Lothaire II, no 27, p. 428-429). Ces mêmes biens avaient d’abord été concédés à Hucbert, frère de Teutbege et avaient très probablement constitué l’un des fondements de sa suprématie jurane, avant que « pro eius infidelitate nostre regia dignitas sortita est » et qu’en conséquence Lothaire les donne à Teutberge (MGH DKar. III, Lothaire II, no 32, p. 437-438, a. 868). Onze ans à peine plus tard, c’est le roi Boson, parent de Teutberge, qui semble détenir une partie au moins de ces biens, dont la « cella » de Tailloires en Genevois qu’il concède aux moines de Saint-Philibert de Tournus (Provence, no 19, p. 35-37, a. 879, acte suspect). Environ un siècle après, Tailloires, Lémenc et d’autres biens savoyards et grenoblois furent d’abord offerts par Rodolphe III à sa femme Ermengarde, puis par cette dernière aux abbayes d’Ainay et de Savigny (MGH DBurg.. no 107-109, p. 267-269, a. 1016 ; no 113, 133, 137, p. 276-279, 309, 314-316, a. 1018, 1026, 1 030 env. — Tailloires — ; no 127, p. 303-304, a. 1030-1032 : Lémenc) ; enfin, dans la première moitié du XIe siècle, Tailloires et Lémenc sont en relation étroite avec un nouveau pouvoir régional, celui des Humbertiens, comtes de Maurienne-Savoie : G. SERGI, Potere e territorio lungo la strada di Francia. Da Chambéry a Torino fra X e XIII secolo, Napoli, 1981, p. 109-112. Dans tous ces cas la continuité concerne les terres fiscales et non pas leurs détenteurs. Il est frappant de noter, que pendant environ deux siècles, la possession de ces mêmes biens d’origine fiscale a continué à jouer un rôle de légitimation à la fois territoriale et politique : de Hucbert à Boson, de Rodolphe aux Humbertiens, les plus importants parmi les référants politiques régionaux en furent toujours les détenteurs, comme si le contrôle de terres royales constituait à la fois l’un des fondements de leur suprématie régionale et une source certaine de légitimité politique.

83 Contrastée, la géographie politique des inclyti et des illustrissimi renvoie bien aux différences politico-administratives entre Bourgogne jurane et rhodano-provençale déjà mises en évidence supra, n. 66. Dans l’espace juran, le seul « inclytus cornes » n’est autre que Rodolphe lui-même (MGH DBurg., no 2, p. 94-95, a. 885) ; dans le sillon rhodanien ils sont en revanche plus nombreux et renvoient au groupe des comtes, ducs et marquis de sang royal et parents des Bosonides, de Richard le Justicier (Provence, no 28. p 49-50, a. 890), à Hugues le Noir (Provence, no 37. p. 68-70, a. 900), de Hugues d'Arles (ex. : Provence, no 53, p. 96-97. a. 912) au comte Boson (ex : Provence. no 56, p 103-104, a 920). Quant à l’essor d’un pouvoir comtal à la fois plus personnel et plus ancré sur le territoire, il est attesté d’un côté par une nouvelle titulature d’origine divine (l’ex. de Manassès : cf. supra, n. 79 ; voir aussi le cas, plus relevé et, de ce point de vue, moins représentatif, d’Adélaïde, femme de Richard de Bourgogne et soeur de Rodolphe qui, en 929, s’intitule « dono Deo comitissa » : Cluny, no 379, p. 358-360, ainsi que celui de son fils Hugues le Noir, « Dei nutu cornes » : Cluny, no 544, p. 528-529, a. 942) ; d’autre part par l’essor du pendant comtal au féminin, de l’Adélaïde de 929, « comitissa, regie mater et abbatissa » à « Ayroara comitissa », femme du comte vaudois Gerland (Cart LS, no 41, p. 87-88, cf. MGH DBurg., no 16, p. 117-118), et à Teutberge « comitissa » (SAB, Appendice, no 25, p. 236-237. a. 961). Voir S. WEINBERGER, « Nobles et noblesse... », art. cit., supra n. 10, p. 914 ; R. Le Jan, « Domnus, illuster, nobilis... », art. cit., supra n. 31 p. 439-448 ; R Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 138-140, avec une liste de cas similaires relative à l’espace neustro-austrasien.

84 À ce propos, nous pouvons encore une fois remarquer les différences entre l’espace rhodano-provençal et celui juran. En parallèle avec l’évolution de la Bourgogne franque où, dès 916 agissent des « principes regni » (K. F. Werner, « La genèse des duchés en France et en Allemagne », 1981, maintenant dans Id, Vom Frankenreich..., op. cit. supra n. 28, p. 278-310, part. 301 ; cf. aussi un acte de 944 où Hugues le Noir et les autres comtes de Bourgogne franque auxquels les moines demandent conseil sont appelés « principes » : Cluny, n” 656, p. 610-611), l’utilisation collective du vocabulaire princier est précoce dans les terres bosonides (896 : « magnati principes regionis », SAB, Appendice, no 9, p. 218 ; 912 : « proceres » de Louis l’Aveugle, Provence, no 52, p. 96-97). Cet essor est bien plus tardif en Bourgogne jurane, c’est à dire dans un espace où, pendant tout le Xe siècle, s’est maintenu un pouvoir royal sur bases régionales : la première apparition de "principes" territoriaux date alors de 1001-2 (DBurg., no 91, p. 242-245), bien que déjà en 965 l’évêque d’Arles pouvait parler des « principes Arelatensium » (Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Victor de Marseille, éd M. Guérard, t. 1, Paris, 1857, no 29, p. 40-42 : « in presentia omnium virorum Arelatensium, iudicumque ac principum » ; cf. G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 235), tandis que des « viri nobiles » étaient présents dès 960 (supra, n. 69).

85 MGH DBurg., no 49. p. 176-178, a. 983 : Richard, « miles » de l'abbaye de Saint-Maurice. Voir G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 232 (à propos de l’usage plus fréquent de homo) ; G. Castelnuovo, Seigneurs et lignages dans le Pays de Vaud, Lausanne, 1994, p. 159-160 et Id., « Nobili e nobiltà... », art. cit., supra n. 69. p. 30 ; plus en général R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 149 ; sur les définitions de la militia carolingienne cf. à présent la communication de D. Barthélemy, ci-dessus.

86 Sur Girard : SAV, no 63, p. 53-54, a. 952, « quidam nobilis vir », mari de Legerdis, et « quondam nobilis vir » mari de Gimberge : SAV, no 437, p. 237-238, avant 994. Il n’est pas certain qu’il s’agisse du même personnage, ses épouses et ses enfants portant des noms différents ; en tout cas le second Girard est indirectement lié à l’élite comtale, tout comme la noble Bertagia (supra, n. 69) : un de ses fds, Arthaud, apparaît en tant que comte dans la région lyonnaise : R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne, op. cit., supra n. 2, p. 244 et H. Gerner, Lyon..., op. cit., supra n. 9, p. 139-143. Dans l’essor d’un vocabulaire de la prééminence sociale disjoint du seul service royal, la géographie rhodano-provençale et la documentation monastique locale sont encore une fois les plus précoces (cf. aussi le « vir strenuus » de Provence, no 43, p. 80-81, a. 903), tandis que la documentation royale rodolphienne ne fait jamais de référence à un quelconque nobilis au singulier. À propos du passage d’une titulature nobiliaire rare et uniquement comtale aux débuts d’un vocabulaire plus ample de la noblesse en mesure de concerner aussi de simples vassaux voir R. Le Jan, « Domnus, illuster, nobilis... », art. cit., supra n. 31, p. 915-916 et R. Le Jan, Famille..., op. cit., supra n. 25, p. 10, 34.

87 « De fisco regali aut de potestate episcopali vel de potestate comitali sive de franchisia » : MGH DBurg., no 34, p. 144-146. À ces fiscs royaux peuvent s’ajouter des exemples d’honneurs comtaux et vicomtaux : les terres rendues par le comte Arthaud au monastère de Savigny « reminiscens malorum omnium quae, tam pro acquisitione quant etiam pro defensione honoris mei, contra Dei praecepta egi » (SAV, no 437, p. 237-238, avant 994) ; les « res de comitatu [...] que pertinent ad vicem comitatum » concédées par Louis l’Aveugle, à la requête du comte Hugues d’Arles, au fidèle royal Egelbert : Provence, no 57, p. 104-105, a. 920 ; cf. aussi Cluny, no 656, p. 616-611, a. 944.

88 Par exemple le « fiscum Romanis cum aecclesia » que des comtes bourguignons concédèrent à Cluny en précisant que « est hoc alodum situm in pago Lugdunensi » (Cluny, no 205, p. 193-194, a. 917), ou bien le monastère même de Moûtier-Grandval, que Rodolphe Il avait concédé en bénéfice à son fidèle Luitfrid, mais que ce dernier peu après « non per beneficium sed per proprietatem in posteram eius progeniem divisit », avant que Conrad ne décide de le replacer sous contrôle royal (MGH DBurg., no 44, p. 163-166, a. 968). Sur la présence accrue d’alleutiers, souvent bénéficiaires de prestariae, parmi les élites régionales voir J P. Poly, La Provence..., op. cit., supra n. 10, p. 156-163 ; G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3, p. 219, 232-234.

89 La fin du royaume rodolphien de Bourgogne, en 1032, renforça la tendance au morcellement politique et territorial, à des niveaux régionaux et toujours plus souvent locaux : cf. J. P. Poly, La Provence, op. cit. supra n. 10, ; G. Sergi, Potere e territorio..., op. cit. supra n. 82 ; G. Castelnuovo, Seigneurs et lignages..., op. cit. supra n. 69 ; ID., « Lo spazio alpino medievale e il principato sabaudo : modelli, gerarchie, frontiere », dans Archivio per l'Alto Adige. Rivista di studi alpini, 88-89, 1994/95, p. 483-490. il manque encore des recherches approfondies sur les structures politico-sociales du Lyonnais et du Viennois des XIe et XIIe siècles.

90 Provence, no 27, p. 46-48 : Boson, « Burgundionum Ausoniorumque rex », aurait donné, en 886 environ, à l’évêque de Maurienne et à son église « in confinio Burgundiae positam [...], castrum in eiusdem territorium [...] positum, quod a vulgo Armariolum nuncupatur » (Hermillon). Le choix de Boson comme auteur de la donation est instructif : d’une part il met en évidence une mémoire historique certaine, le pagus de Maurienne dépendant encore, à la fin du IXe siècle, de l’espace burgondo-provençal ; de l’autre il permet aux prélats mauriennais de ne pas apparaître soumis aux Rodolphiens, toujours mieux implantés dans ces vallées alpines au cours du Xe siècle (sur l'enracinement mauriennais et savoyard de Rodolphe III, cf. R. Walpen, Studien..., op. cit., supra n. 59 p. 29-32) ; Du coup les évêques prenaient aussi leurs distances par rapport aux Humbertiens, comtes de Maurienne et héritiers, dès le milieu du XIe siècle, de l’ancienne suprématie rodolphienne au niveau régional : voir, dans un contexte plus tardif, G. Sergi, Potere e territorio..., op. cit., supra n. 82 p. 87, 250, 254.

91 À part le « castrum » de Lausanne (MGH DBurg., no 6-7, p. 101-104, a. 896-899 ; Cart. LS, no 341, p. 304-306, a. 890 et no 40, p. 85-86, a. 904, ainsi que l’attestation narrative du fisc royal d’Orbe, appelé « castrum » par Réginon : Reginonis chronica, op. cit., p. 214, a. 866), les exemples les plus précoces du corpus rodolphien concernent les terres provençales, tels les castra ou castella de Ystres, Fos-sur-Mer et Lurs, concédés par Conrad, les uns à l’abbaye de Montmajour, l’autre à l’évêque de Sisteron (MGH DBurg., no 40, p. 155-158, a. 966 ; no 42, p. 159-161, a. 967) ; suivent une série de cas drômois (MGH DBurg., no 83, p. 232-233, a. 998 ; no 93, p. 246-247, a. 1009), tandis qu’il faut attendre les débuts du XIe siècle pour les premières mentions septentrionales : MGH DBurg., no 91, p. 242-244, a. 1001/2 (« vico sancte Mariae que dicitur castello Mont » dans le comté Equestre) ; no 99, p. 254-256, a. 1011 (« Font regale castellum » et « Novum Castelllum »/Neuchâtel, sur les rives du lac de même nom) ; no 109, p. 268-269, a. 1016 (« castrum » de Saint-Cassin près de Chambéry) ; no 172, p. 351-352, a. 1026 (« castrum » de Versoix près de Nyon). L’utilisation plus précoce, dès le milieu du Xe siècle, d'un vocabulaire castrai dans le Midi Provençal est rappelée par J. P. Poly, La Provence..., op. cit., supra n. 10, p. 125-129 et G. Sergi, « Istituzioni politiche... », art. cit., supra n. 3 p. 223-224.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search