Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Jugement moral et propagande : Boson de Vienne vu par les élites du royaume de l’Est

Franz Staab

Texte intégral

1Aujourd’hui, la notion d’élites s’attache aux compétences intellectuelles qui sont utilisées dans les domaines économique, politique, ou même académique. Partout, on exige des compétences qui garantissent de brillants succès dans les problèmes courants et futurs d’une nation ou même du monde. Les élites d’aujourd’hui sont tournées vers l’avenir, vers le progrès scientifique et économique, plus précisément vers ce que l’on considère comme étant le progrès. Cette orientation progressiste est la préoccupation première des sociétés modernes et de tous ceux qui espèrent obtenir un des emplois réservés aux élites, dans la fonction publique ou dans le secteur privé. Seuls les arts, les religions, peut-être aussi quelques sciences humaines, peuvent conserver pour elles-mêmes — souvent avec l’intention d’en faire profiter l’humanité en général — des valeurs considérées comme traditionnelles ou même éternelles.

  • 1 Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon cum continuatione Treverensi, éd. F.Kurze, MGH SSRG, Hannov (...)
  • 2 H. Löwe, « Regino von Prüm und das historische Weltbild der Karolingerzeit », dans Rheinische Vier (...)

2Le tableau que Réginon de Prüm dresse des dernières années du IXe siècle donne des élites politiques de son temps des caractéristiques tout à fait différentes. Selon lui, après la mort de l’empereur Charles III en 888, les Francs n’ont plus obéi à leurs princes légitimes et les regna ont élu des rois tirés d’eux-mêmes. La Francia avait encore produit beaucoup de princes parfaitement capables de gouverner l’État, mais la fortuna aurait transformé l’émulation entre les nobles, d’abord orientée vers le bien commun, en discorde pernicieuse1. On observe dans ce jugement de Réginon une prudence rare chez les auteurs ecclésiastiques du Moyen Âge. Il ne cherche pas à faire porter la responsabilité de la décomposition de l’empire carolingien sur les péchés du monde ou plus spécifiquement sur ceux des laïcs. À ses yeux au contraire, la compétition entre les aristocrates a une valeur absolument positive. C’est la fortuna et elle seule qui — par un bouleversement quasi inexplicable et ironique — a rendu désastreuses les actions des représentants des nobles élites franques. Déjà Heinz Löwe, en 1952, avait remarqué que Réginon de Prüm avait introduit dans l’historiographie chrétienne, bien avant la Renaissance Italienne mais sans avoir eu de successeurs immédiats, l’ancienne déesse et le principe essentiellement païen de la fortuna, introduction remarquable et bien digne de la fin de la grande époque carolingienne2. Cependant, le jugement de Réginon de Prüm n’a pas un caractère purement païen. C’est en effet le Christ lui-même qui, dans l’évangile de saint Jean, a réfuté la méthode d’explication de l’Ancien Testament et des Pharisiens selon laquelle les malheurs d’un individu trouvaient leurs racines dans le péché de cette personne ou de ses parents. Il avait ainsi admis que des événements pouvaient avoir pour seule cause de permettre à la puissance de Dieu de se manifester (Jean 9, 2-3). Sans cette explication spéciale du Christ, certains événements paraîtraient inexplicables, au moins dans le cadre limité de la perception humaine.

3Dans sa réflexion sur la fin de Charles III, Réginon de Prüm considère que la décomposition de l’empire carolingien est en relation avec les élites franques. Cependant, les actions des aristocrates ne doivent pas pour autant être jugées mauvaises. Elles sont plutôt considérées comme une émulation dans le champ de la vertu, comme le devoir naturel des élites franques. Un représentant de ces élites, vaillamment distingué par ses guerres et bien estimé par notre historien, c’est précisément Boson de Vienne.

L’identité et la carrière de Boson de Vienne

  • 3 S. Konecny, Die Frauen des karolingischen Königshauses. Die politische Bedeutung der Ehe und die S (...)

4Parmi les grands personnages politiques du IXe siècle, Boson de Vienne est l’un des plus ambitieux. C’est pourquoi il a toujours spécialement retenu l’attention des historiens contemporains, ainsi récemment de Silvia Koneczny en 1979, de Constance B. Bouchard en 1988 et de Régine Le Jan en 19953. À une époque marquée par de grands et dramatiques changements — la mort de l’empereur et roi d’Italie Louis II en 875, celle de Louis le Germanique, roi du royaume de l’Est en 876, et celle de Charles le Chauve, roi du royaume de l’Ouest en 877 -, qui ouvrirent des perspectives toutes nouvelles pour les successions dans les monarchies franques, Boson eut la chance de faire une carrière extraordinaire.

  • 4 Annales Fuldenses sive annales regni Francorum orientalis, éd. F. Kurze, MGH SSRG, Hannover, 1891, (...)
  • 5 Cf. D. Lohrmann, Das Register Papst Johannes VIII. (872-882). Neue Studien zur Abschrift Reg. Vat. (...)
  • 6 Annales Fuldenses, op. cit., supra n. 4, p. 91-92.

5Mais d’abord se pose le problème de l’identité de ce personnage. Dans les Annales dites de Fulda, on trouve un récit d’événements romains de l’année 878 selon lequel Lambert, fils de Gui, et Adalbert, fils de Boniface, forcèrent les Romains à jurer fidélité au roi Carloman, fils de Louis le Germanique. De plus, ils mirent quelque temps le pape Jean VIII sub custodia, c’est à dire qu’ils le firent prisonnier afin d’obtenir son consentement aux desseins de Carloman qui préparait sa succession à l’empire4. Mais dès que les vassaux de Carloman eurent quitté la ville éternelle, le pape ferma l’église de Saint-Pierre et interdit tous les services religieux pour les pèlerins, pour des raisons de pure propagande et qui sont, en conséquence, racontées jusque dans les moindres détails dans les dites annales. Il quitta l’Italie pour aller dans le royaume de Charles où il séjourna presque une année entière, perdit ses chevaux et son service en argent à cause de quelques brigands près de Chalon-sur-Saône5, avant de repartir, accompagné par Boson, pour chasser Carloman du royaume d’Italie. Dans cette partie du récit, les Annales dites de Fulda nous donnent de nombreux détails dramatiques ou même scandaleux : Selon ces annales, Boson aurait empoisonné sa propre femme, il aurait ensuite enlevé et épousé la fille de l’empereur Louis d’Italie. Néanmoins — et nos annales se montrent très scandalisées par ce fait — il était le favori du pape qui l’aida à mettre la main sur l’Italie6.

  • 7 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. 1, a. 879, p. 114 : Boso, de quo paulo superius mentionem fe (...)
  • 8 M. Lugge, « G allia » und « Francia » im Mittelalter. Untersuchungen über den Zusammenhang zwische (...)
  • 9 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. 1, a. 866. p. 84-85.

6D’un autre côté, Réginon de Prüm ne note pas cet épisode qui lui a peut-être semblé trop éphémère. Mais il raconte les actions postérieures de Boson concernant le royaume de Bourgogne. Il dit à ce propos qu’il a mentionné le personnage un peu plus haut7. Quand on cherche l’endroit, on le trouve dans le récit des problèmes conjugaux de Lothaire II datant de l’année 866. Il s’agit du voyage de l’évêque Arsène, apocrisiaire du pape Nicolas Ier, qui s’occupa des affaires de Lothaire, mais aussi de celles d’Engiltrude, de Boson, comte défunt. Engiltrude s’était enfuie avec son vassal Wangier en Gaule, c’est à dire dans le discours de Réginon et dans sa perspective tréviroise, dans le royaume de Lothaire8. Arsène rapporta qu’elle fut excommuniée par le pape et il renouvela ensuite cette excommunication avec l’aide de quelques évêques francs. À Worms, Engiltrude, qui se présenta alors comme la fille du défunt Matfrid, vint devant Arsène et prêta le serment solennel de renoncer à sa liaison avec Wangier, promettant d’aller voir le pape et d’accepter les conditions de celui-ci pour une réconciliation avec l’Église. Mais, arrivée sur les bords du Danube, Engiltrude se dégagea de son serment et s’enfuit de nouveau9.

  • 10 Jean VIII indique également une mort soudaine en 878 : hec mechans, que divino gladio censente dom (...)
  • 11 R. Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), Paris, 1901, p. 77, n.1, cit (...)
  • 12 J.-G. Eckhart, Commentarii de rebus Franciae orientalis et episcopatu Wirceburgensi, t. II, Würzbu (...)
  • 13 R. Poupardin, op. cit. n. 11, p. 75-77. En effet, il fut considéré comme une source authentique. D (...)

7Il est aisément possible de combiner les deux récits des Annales dites de Fulda et de Réginon de Prüm, de façon à considérer les « deux » Boson comme un même personnage. Sa femme Engiltrude l’aurait abandonné au temps de Lothaire II. Les efforts du pape Nicolas Ier pour une réconciliation du couple ne furent point couronnés de succès. Engiltrude mourut enfin, probablement d’une mort inespérée qui dut nourrir quelques soupçons, car il était alors d’usage courant de conclure à une maladie ou à une mort soudaine due à un empoisonnement10. Boson pouvait donc épouser la fille de l’empereur Louis II et commencer une carrière toute nouvelle. Les historiens de la Provence du XVIIe siècle, comme J. Bouis (1641), Honoré Bouche (1664), et Nicolas Chorier (1671), ont accepté cette interprétation, et certainement aimé l’accent savoureux de l’affaire conjugale de Boson et d’Engiltrude11. Mais en 1729, Johann Georg Eckhart, élève de Gottfried Wilhelm Leibniz et historien éminent de la Franconie, distingua quatre personnages nommés Boson12. Enfin, ce fut au tour de René Poupardin d’avancer, en 1901, des arguments contre l’identification jadis proposée par les historiens provençaux, et il le fit avec un très grand succès, puisque tous les historiens modernes ont ensuite adopté la distinction entre au moins deux personnages nommés Boson dans les récits des annales du IXe siècle : l’un serait le mari d’Engiltrude, l’autre le futur roi de Provence13.

8Évidemment, l’hypothèse de Poupardin présente quelques avantages :

  1. Boson, grand personnage à la cour de Charles le Chauve, a plus d’allure s’il n a pas perdu sa première femme au profit d’un petit vassal, et s’il n’y a pas de rumeurs de meurtre au sujet de son épouse. C’est mieux pour Boson, pour Charles le Chauve pour la France14.
  2. L’idée que le pape Jean VIII ait pu protéger un candidat à l’empire qui avait été abandonné par sa première femme et qui était soupçonné de l’avoir empoisonnée afin d’épouser la fille héritière de l’empereur Louis II, ne s’accorde pas avec la dignité d’un pontife romain15.
  3. La mentalité bourgeoise du XIXe et de la plus grande partie du XXe siècle, c’est à dire la mentalité de l’historien moderne, ne se représente pas un roi médiéval (et idéalisé) qui aurait été abandonné par sa femme en faveur d’un vassal. Au passage : William Shakespeare n’aurait eu aucune difficulté à s’accommoder d’un roi Boson le Cocu16.
  • 17 Registrum, op. cit. n.10, nos 111 et 130. L’argumentation du pape consistait à essayer d’enlever à (...)
  • 18 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 306 n.7, ici n’employant que la lettre no 130 (cf. supra n (...)
  • 19 Cf. Oxford Latin Dictionary, éd. P. G. W. Glare, Oxford, 1968-1982, p. 378. 1207. également Thesau (...)

9Mais à l’inverse, l’hypothèse de René Poupardin ne résiste pas à deux faits : elle est fondée sur une méprise du vocabulaire de Jean VIII et elle contredit Réginon de Prüm. Dans deux lettres de 878, le pape a parlé des filles de Boson dudum comitis ou nuper comitis et de la femme de celui-ci, nommée Ingiltrudis17. À cause de ces mots, Poupardin avait conclu que Boson, son « comte d’Italie » imaginaire, devait être mort à cette époque-là18. Cependant, le contexte de ces lettres ne concerne que l’héritage d’Engiltrude qui, par conséquent, devait être décédée, et non la succession de Boson qui, au contraire, devait être encore vivant. De plus, dans la tradition latine, qui ne devait pas être étrangère au pape, les mots dudum ou nuper ne peuvent jamais signifier « décédé » comme un quondam, mais seulement « jusqu’alors », ou « pour longtemps »19. Les mots dudum et nuper, employés assez soigneusement par le pontife romain, se référaient seulement au fait que Boson avait été cornes pendant son mariage avec Engiltrude, mais qu’il était devenu, en 876, duc et missus pour l’Italie. Ainsi, il n’est pas possible de conclure de ces lettres de Jean VIII que le mari d’Engiltrude était décédé avant cette correspondance papale.

  • 20 Cf. supra n. 7.
  • 21 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. 1, ad a. 866, p. 84: Engiltrudam quoque, uxorem quondam Boso (...)
  • 22 E. Hlawitschka, « Regino von Prüm (gest. 915) », dans Rheinische Lebensbilder, t. VI, Köln, 1975, (...)
  • 23 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 305 n. 5.

10Deuxièmement, Réginon de Prüm, nous l’avons déjà dit20, identifie très clairement le mari d’Engiltrude avec le mari ultérieur d’Ermentrude, fille de l’empereur Louis II. Quand il semble parler, à l’occasion de l’année 866, d’un comte Boson défunt, cela peut s’expliquer facilement. Jusqu’ici, il n’avait pas mentionné ce personnage et il était assez simple de le caractériser comme quondam Boso comes21, car à l’époque où Réginon écrivit sa chronique à Trêves, entre 899 et 90822, Boson de Vienne, qui mourut en 887, était bien considéré, dans la mémoire du monde franc, fidèle à la maison carolingienne, comme un usurpateur de l’époque précédente, comme le défunt comte Boson, bien connu de tous. Poupardin n’a pas discuté ce renseignement fourni par Réginon. Mais d’un autre côté, il montre une grande confiance — tout à fait justifiée — dans les informations que Réginon fournit sur les affaires conjugales de Boson et d’Engiltrude23.

  • 24 Ibidem, p. 298-306, E. Hlawitschka, Franken, op. cit., supra n. 11, p. 161-162.
  • 25 R. Poupardin, op. cit. n. 11, P-303, R. Parisot, op. cit., supra n. 1, p. 135-142, 358.

11Selon Poupardin, Boson, mari d’Engiltrude, aurait été seulement un comte en Italie et un vassal de l’empereur Louis II. Il est vrai que Boson a déployé quelque activité en Italie : le 15 juin 844, il assista au couronnement de Louis II à Rome ; vers la fin de 859 ou un peu plus tard, il reçut d’un synode de Milan l’avis de l’excommunication de sa femme fugitive ; le 22 octobre 860, il apporta des lettres de Nicolas Ier transmises par Louis II à Charles le Chauve, qu’il trouva à Tusey près de Vaucouleurs ; en 871 il battit les Sarrasins dans la vallée du Volturne avec le concours d’Unruoch, marquis de Frioul, et des comtes Egifred, Arding et Remedius ; le 28 décembre 874, il était présent à un plaid à Milan, présidé par l’archevêque Ansbert de cette ville24. Mais d’un autre côté, le même Boson semble avoir été actif au nord des Alpes. Le 5 juin 860, il participa à la rencontre de Louis le Germanique, Charles le Chauve et Lothaire II à Coblence et figurait comme un des trente-trois signataires de leur traité. Ici, il ne pouvait être utilisé que comme agent, soit de Charles, soit de Lothaire II. En même temps, il réclamait sa femme fugitive25.

  • 26 R. Parisot (n. 1) p. 500-501, E. Hlawitschka, Die Anfange des Hauses HabsburgLothringen. Genealogi (...)
  • 27 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 306.
  • 28 Ibidem, p. 300-306.
  • 29 Hincmari archiepiscopi Remensis epistolae, éd. E. Perels. MGH, Epistolae 8 janvier, Berlin, 1939, (...)
  • 30 F. Staab, « Eine ungleiche Gesellschaft. Völker und soziale Schichten im Frankenreich nach schrift (...)
  • 31 F. Staab, « Spuren der Römer, austrasisches Adelserbe, kirchlicher Fernbesitz und Konzentration in (...)
  • 32 En 767-783, une Engiltruth possède deux vignes à Oggersheim, sur la rive gauche du Rhin, pas loin (...)

12Enfin, on peut tirer un argument tout différent de la descendance d’Engiltrude. Poupardin lui-même avait admis qu’Engiltrude, fille de Matfrid d’Orléans, était d’origine rhénane et qu’elle possédait un bel héritage foncier dans ces contrées26, héritage qui, plus tard, devait être disputé entre les enfants de ses deux mariages, les enfants de Boson et de Wangier27. Il y a plusieurs pontifes qui prétendaient avoir juridiction sur le cas d’Engiltrude : les évêques lorrains réunis à Savonnières près de Toul, les archevêques de Trêves, de Cologne, de Rouen, les évêques de Meaux et d'Avignon, l’archevêque de Milan et le pape, enfin, l’archevêque de Mayence, pour son héritage28. Cette confusion s’explique par les lieux de séjour et par l’emplacement des biens fonciers d’Engiltrude comme de ceux de Boson, qui étaient très dispersés. Comme on doit le déduire de l’argumentation d’Hincmar de Reims contre Gunther de Cologne sur ce cas, les prétentions de l'archevêque de Milan et du pape s’appuyaient seulement sur le fait que le mariage de Boson et d’Engiltrude avait eu lieu en Italie ; et Hincmar soutint cet argument subtil. Selon son discours, il n’importait pas de savoir où la femme était née, où elle avait été baptisée, élevée, où elle avait été pourvue de biens fonciers ; ce qui importait beaucoup plus, c’était son transfert par mariage dans la juridiction du pontife de son mari, puisque son mari devait être son chef29. Malgré cela, les réseaux familiaux des deux époux n’étaient nullement italiens, mais francs, ils étaient liés à la grande nobilité des Francs. Évidemment, Engiltrude, dont on peut, à contrecoeur, admirer la forte volonté et l’indépendance, désirait obtenir une forme de divorce, comme cela avait été jadis permis en Gaule aux femmes qui ne souhaitaient pas continuer à vivre avec leurs maris, lorsque ceux-ci avaient été transférés dans des régions lointaines et étrangères30, une forme de divorce qui était passée de mode. La situation des possessions les plus anciennes et les plus durables des Matfrid, la famille d’Engiltrude, se trouvait à Deidesheim dans le Palatinat Rhénan31. D’ailleurs, le nom d’Engiltrude était courant dans les régions rhénanes32.

  • 33 J.-L. Nelson, « The Annals of St. Bertin », dans Charles the Bald: Court and Kingdom. Papers based (...)
  • 34 Hincmari epistolae, op. cit., supra n. 22, no 135, p. 83-84.

13L’historien ne doit pas se laisser tromper par le langage canoniste et moraliste d’un Hincmar de Reims ou d’un Nicolas Ier et voir en Engiltrude une vagabonde ou une prostituée. Seulement, elle semble avoir préféré sa patrie aux contrées du midi et son retour fut réalisé grâce à son vassal Wangier. D’un autre côté, comme l’a démontré Janet Nelson, Hincmar, malgré ses tirades canonistes, était loin de n’utiliser que des arguments intègres, quand il était plongé dans un conflit d’intérêts33. Dans la stratégie de Boson — et en conséquence de ses alliés ecclésiastiques —, les relations entre les époux séparés pesaient beaucoup moins que les appétits du mari trompé sur l’héritage d’Engiltrude. Contre l’argument de Gunther de Cologne disant qu’Engiltrude était menacée de mort par son mari et par la famille de celui-ci, Hincmar insista sur la réunion du couple et suggéra qu’il fallait obtenir de Boson un serment solennel garantissant la vie de sa femme. Dans le cas d’un parjure de Boson, son évêque pourrait le punir34. Le prudent archevêque de Reims ne dit mot sur la manière dont on aurait alors ressuscité une épouse assassinée !

  • 35 Pour la distribution géographique de leurs biens, le moyen principal de comprendre leurs intérêts (...)
  • 36 Cf. F. Staab, Mittelrhein, op. cit., supra n. 26. p. 442-443.
  • 37 Séparé nettement par J. Devisse, op. cit., supra n. 29, t. III dans son index. D’ailleurs on ne po (...)

14Mais retournons à Réginon de Prüm ! Ses informations sur la famille des Matfrid et d’Engiltrude sont certainement bien meilleures que celles de René Poupardin et de ses successeurs. Ce fut Réginon qui, en 899, fut déplacé comme abbé de Prüm par les frères Gérard et Matfrid, ceux-ci étant aussi intéressés aux monastères de Saint-Maximin et d’Oeren près de Trêves35. Les deux frères étaient membres de la famille de cet autre Matfrid qui avait aidé les enfants du second mariage de sa parente Engiltrude dans leur lutte pour l’héritage de leur mère36. Boson, mari d’Engiltrude, et Boson, mari d’Ermengarde, sont bien un seul et même personnage. Je pense aussi qu’on peut ensuite l’identifier à un homme du même nom, qui possédait des fiefs dans l’archevêché d’Hincmar de Reims37.

  • 38 Sur la forme d’un mariage « par étapes », cf. R. Le Jan, op. cit., supra n. 3, p. 264-265, pour le (...)
  • 39 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 869, p. 167 : exsequente Bosone, filio Biuin (...)
  • 40 Cf. W. Schlesinger, « Zur Erhebung Karls des Kahlen zum König von Lothringen 869 in Metz », dans E (...)
  • 41 Recueil des actes de Charles II le Chauve roi de France, t. I-III, éd. G. Tessier (Chartes et dipl (...)

15Voyons enfin la carrière exceptionnelle de Boson. En 869, Hincmar de Reims et ses Annales Bertiniani disent qu’après la mort de la reine Ermentrude, décédée le 6 octobre à Saint-Denis, Charles le Chauve envoya des fidèles à Boson, fils du comte Bivin, à sa mère et à sa tante Theutberge afin d’obtenir Richilde, sœur de Boson, d’abord comme concubine, ensuite comme reine38. En lisant ces informations, on peut croire que le roi, peu affecté par la mort de sa femme et mère de ses enfants, a succombé à une passion ravageuse. Mais les annales de Saint-Bertin ne décrivent pas une affaire d’amour. Pour les noms des personnages, Hincmar omet le nom de la mère de Boson et de Richilde, c’est à dire le nom de la future belle-mère, alors qu’au contraire, il nomme la tante Theutberge, notant aussi le fait qu’elle était la veuve de Lothaire II39. En fait Charles, qui avait reçu la couronne du royaume de Lothaire II à Metz40 le 7 septembre 869, cherchait à conforter ses droits d’héritage sur la Lotharingie par un mariage avec une parente de la reine veuve et à se gagner en même temps l’appui d’une grande famille lotharingienne et de son chef. Pour le roi, ses secondes noces furent une chance que Dieu lui donna. En 875, il dira dans sa grande donation à Saint-Denis destinée à installer sept luminaires commémoratifs pour sa famille : quinta pro hac etiam conjuge nostra Richilde regina, quam nunc dispositione Dei regio thoro copulatam habemus ; le septième luminaire était réservé à Boson et à un autre vassal aimé, mais déjà décédé, nommé Gui41.

  • 42 Pour le suivant voir R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 57-84, Chaume, op. cit., supra n. 37, (...)

16En 872, Boson, nouveau beau-frère du roi42, devint chambellan de Louis le Bègue, et, résidant à Vienne, administrateur général de l’Aquitaine. En 876, Charles le Chauve, devenu empereur, le fit duc en Italie. Après ces succès, obtenus par la grâce de Charles, Boson osa prendre le risque d’un différend avec lui quand, cette même année 876, il épousa, sans l’avis de l’empereur, la fille et héritière unique de Louis II d’Italie, Ermengarde. Mais il ne réussit pas à s’établir de façon permanente dans le royaume d’Italie. Quand en 877, le plus jeune fils de Charles le Chauve tomba malade, on put observer les effets d’une réconciliation entre l’empereur et son vassal le plus puissant, puisque ce fut Boson de Vienne qui, à Quierzy, souleva le bébé mourant au-dessus des fonts baptismaux. À ce moment-là, le mariage de Boson et d’Ermengarde devait avoir enfin été accepté par Charles.

  • 43 Cf. L. Boehm, « Rechtsformen und Rechtstitel der burgundischen Königserhebungen im 9. Jahrhundert  (...)
  • 44 Registrum, op. cit., supra n. 10, p. 236-237, no 268, p. 260-261, no 299 ; cf. Chaume, op. cit., s (...)
  • 45 E. Ewig, « Kaiser Lothars Urenkel, Ludwig von Vienne, der präsumptive Nachfolger Kaiser Karls III  (...)

17Mais, la même année, pendant la dernière campagne de l’empereur en Italie, Boson, comme quelques autres nobles du royaume de l’Ouest, se montra infidèle en refusant d’aller au secours de Charles qui fut ainsi forcé de s’enfuir de Pavie et d’abandonner le royaume d’Italie. Quand l’empereur mourut le 6 octobre 877, l’ambitieux duc devint d’abord fidèle vassal de Louis le Bègue. Ensuite, après la mort de ce dernier le 10 avril 879, Boson, poussé par sa fière épouse Ermengarde, entra en lice pour la succession royale dans le sud de la Gaule et en Italie. Il devint roi de Provence le 10 octobre 87943. Cependant, il n’obtint pas l’accord des fils de Louis le Bègue qui, avec l’aide des fils de Louis le Germanique, entrèrent dans une guerre prolongée, mais inefficace, contre l’usurpateur provençal. Le pape Jean VIII essaya d’abord, mais en vain, de faire Boson empereur. Il dut finalement consentir au couronnement de Charles III, fils de Louis le Germanique, et même condamner Boson, ce qui étonna l’abbé Chaume, grand historien de la Bourgogne44. Les attaques contre le roi non-carolingien s’intensifièrent en Provence, mais il se défendit vaillament à Vienne et enfin décéda en 887. Son fils, Louis l’Aveugle, trouva quelque soutien successivement chez Charles III le Gros et Arnulf de Carinthie45. Mais après qu’il eut été aveuglé par l’empereur Bérenger Ier en 900, le cours des ambitions de Louis, jadis commencées par son père Boson en épousant la princesse Ermengarde en 876, s’arrêta.

La spécificité de Boson parmi les élites des royaumes francs

  • 46 W. Mohr, op. cit., supra n. 44, p. 150-151, 162-163, S. Konecny, op. cit., supra n. 3, p. 129.

18Nous avons réfuté l’hypothèse de René Poupardin qui avait distingué deux Boson, tous deux des nobles francs de la seconde moitié du IXe siècle. L’un aurait été un vassal de Louis II de qualité respectable, mais pas extraordinaire, l’autre un des plus puissants vassaux de Charles le Chauve, un duc très important et un roi contesté de la Provence. De plus, selon l’interprétation de Silvia Konecny, la carrière de Boson doit beaucoup au désir de Jean VIII d’avoir un empereur qui ne se serait occupé que des affaires d’Italie46.

  • 47 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 862. 863, p. 95, 101-103.
  • 48 Cf. J.-L. Nelson, op. cit., supra n. 33, p. 27.

19Quand on se tourne vers les sources de l’époque, qui ont vu les "deux" Boson comme un même personnage, on rencontre des opinions tout à fait différentes. Afin de mieux tenir compte des différentes opinions, il semble fort utile de commencer par les perspectives des Annales de Saint-Bertin et des lettres du pape Jean VIII. Dans les annales susnommées, Hincmar fait apparaître Boson en 862, à propos des troubles conjugaux de Lothaire II, pour lesquels l’affaire de Boson et d’Engiltrude offrait un cas contemporain et complémentaire. L’immoralité de Lothaire pouvait être accentuée par le fait qu’il avait offert son secours à la femme fugitive de Boson47. Dans le cas de Lothaire II, Hincmar défendait l’indissolubilité du mariage de Lothaire et de Theutberge. Il empêchait ainsi Lothaire II d’échapper à une femme sans enfants et ouvrait la possibilité pour Charles le Chauve, le roi d’Hincmar, de devenir l’héritier de Lothaire48. Après la mort de celui-ci, ce fut Hincmar qui, à une vitesse admirable, mit en scène la succession et le couronnement de Charles le Chauve à Metz. Louis le Germanique, frère aîné de Charles, pourvu d’un droit d’héritage de premier rang, dut le regagner par la force des armes. L’intention du pape Nicolas Ier de réserver l’héritage de Lothaire à son frère Louis II d’Italie, c’est à dire à la lignée du fils aîné de Louis le Débonnaire, aboutit à un échec complet.

  • 49 Annales de Saint-Berlin, op. cit., supra n. 13, ad a. 869 p. 167.
  • 50 Ibidem, ad a. 870, p. 169.
  • 51 Ibidem, ad a. 876, p. 201. Sur le sens de ces mots cf. W. Mohr, op. cit., supra n. 44, p. 145-148, (...)
  • 52 Cf. J. Devisse, op. cit., supra n. 29, t. II, p. 803-824.
  • 53 Annales de Saint-Berlin, op. cit., supra n. 13, ad a. 879 p. 239.
  • 54 Annales Vedastini, dans Annales Xantenses et Annales Vedastini, éd. B. von Simson, MGH SRG, Hannov (...)

20Après le couronnement de Metz, Hincmar montra une sorte de réserve envers Boson. Quand Charles fit ramener Richilde au mois d’octobre 869, cette sœur de Boson ne devint, selon l’annaliste Hincmar, qu’une concubina du roi49. En fait, il ne s’agissait que d’une condition provisoire puisque le mariage officiel suivit, le 22 janvier 87050. Néanmoins, le récit d’Hincmar n’est pas particulièrement favorable à Boson et à sa sœur, parce que le beau-frère du roi avait obtenu comme prix de son entremise l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune. Les étapes suivantes de la carrière de Boson, jusqu’à la campagne en Italie de 876, sont décrites par Hincmar de façon neutre. Mais Boson aurait obtenu son mariage avec Ermengarde par l’entremise de Bérenger de Frioul iniquo conludio51, ce qui veut dire, sans le consentement préalable de Charles le Chauve. Hincmar n’approuvait pas les desseins impériaux de Charles le Chauve52, mais il était suffisamment fidèle à son roi et à sa descendance pour sentir le danger qui pouvait naître d’un mariage de Boson avec la fille d’un empereur carolingien. Enfin, Hincmar blâma l’usurpation de Boson en Provence, mais il l’excusa quelque peu en indiquant que Boson avait été poussé par son épouse Ermengarde, princesse impériale et ambitieuse53. D’un autre côté, dans les Annales Bertiniani, Hincmar passa sous silence l’aveuglement de l’évêque Hincmar de Laon, son neveu et ennemi obstiné, alors que selon les Annales Vedastini, c’est Boson de Vienne qui avait aveuglé le malheureux évêque de Laon54.

  • 55 J.-L. Nelson, op. cit., supra n. 33, p. 26-27.
  • 56 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 877, p. 206.
  • 57 D. Lohrmann, op. cit.. supra n. 5. p. 256, 286 n. 198, 289, semble convaincu que ces lettres ne so (...)
  • 58 Voir plus haut p. 375.
  • 59 Voir plus haut p. 370.
  • 60 D. Lohrmann, op. cit., supra n. 5. p. 273

21La réserve d’Hincmar contre la politique impériale de Charles le Chauve semblait être fondée sur de multiples causes dont la plus importante fut probablement la crainte d’être remplacé comme principal conseiller ecclésiastique du roi par le pape lui même ou un vicaire du pape55. En raison de cela, il dénonça l’influence déplacée des légats romains que Charles avait utilisés comme ambassadeurs auprès de Louis le Germanique avant la campagne malheureuse de 877 contre le fils de ce dernier, Louis le Jeune56. D’autre part, la politique de Jean VIII envers Louis le Germanique, frère aîné de Charles le Chauve, et ses efforts en faveur de Boson, aboutirent à rejeter la règle successorale traditionnelle et fort utile qui se fondait sur le droit d’ancienneté entre tous les hommes vivants et actifs de la dynastie carolingienne, afin d’établir une légitimité séparée pour la succession de l’empire, contrôlée par le pape. Dans ses lettres concernant Boson, peut-être dictées par le pape lui même57, Jean VIII avait d’abord montré une opinion très favorable envers son candidat favori. Mais dans les lettres concernant Boson après le couronnement impérial de Charles III, l’opinion est tout à fait contraire : elles témoignent de l’opportunisme du pape et de son souci d’obtenir une bonne protection militaire en Italie58. Bien sûr, la victoire de l’année 871/72 dans la vallée du Volturne, remportée par Boson, Unruoch et ses compagnons sur les Sarrasins59, avait dû rehausser, chez le pape, sa grande estime pour Boson. En outre, Jean VIII avait une très grande confiance, même une confiance fort téméraire, en sa propre puissance ecclésiastique : il pensait pouvoir surmonter les difficultés liées d’une part au manque de légitimité et de puissance militaire de ses candidats, d’autre part aux réticences des Francs à l’égard de ses projets. Cette imprudence, qui aboutit à l’échec politique de son pontificat60, se reflète aussi dans le portrait sans nuances qu’il fait de Boson.

  • 61 Sur ce sujet voir P. R. McKeon, Hincmar of Laon and Carolingian Politics, Urbana, Chicago, London, (...)

22D’un autre côté, Hincmar de Reims et ses Annales font honneur à la position élevée de Boson, mais en même temps, ils reprochent avec subtilité la hâte du second mariage de Charles le Chauve, la générosité du roi pour son nouveau beaufrère, le mariage de Boson avec Ermengarde ou son infidélité en 877. Si l’entremise de Boson dans l’âpre lutte d’Hincmar de Reims contre son neveu61 n’est pas mentionnée, le lecteur contemporain bien informé le savait. Il pouvait tirer des récits des Annales de Saint-Bertin l’image d’un Boson actif, s’arrachant à son premier mariage, servant les intérêts de son roi et de l’évêque de Reims, mais aussi se préparant à une très haute position qui allait le conduire à rivaliser avec la dynastie carolingienne elle-même. Dans les Annales de Saint-Bertin, la perspective clairement exprimée est celle de la loyauté envers la dynastie carolingienne, mais le personnage de Boson offre toute une variété d’aspects, et pas seulement celui d’un concurrent assez gênant pour la dynastie régnante.

  • 62 Voir supra n. 53.
  • 63 Annales Vedastini, op. cit., supra n. 54, ad a. 879, p. 45.
  • 64 Cf. F. Staab, « Klassische Bildung und regionale Perspektive in den Mainzer Reichsannalen (sog. An (...)
  • 65 Annales Vedastini, op. cit., supra n. 54, ad a. 880, p. 47.
  • 66 Ibidem, ad a. 882, p. 52.

23C’est cependant cette dernière image qu’ont retenue les Annales Vedastini. Dans celles-ci, Boson apparaît comme celui qui a aveuglé le malheureux Hincmar de Laon62. En 879, il est devenu roi illégitime de Provence : per tirannidem nomen regis sibi vindicat partemque Burgundiae occupat63, le mot « tyrannis » étant l’expression traditionnelle pour le règne d’un monarque ne possédant pas la légitimité du sang royal ou même d’une bonne administration64. Les actions des rois carolingiens de l’année 880 envers Boson sont dirigées contra Bosonem tyrannum, qui mérite bien d’être excommunié par les évêques de ces mêmes rois65. En 882, de nouvelles attaques contre le « tyran » Boson sont proférées du côté italien66. Dans les Annales Vedastini, Boson n’est donc perçu que comme l’usurpateur qui a mal commencé sa carrière en aveuglant Hincmar de Laon.

  • 67 Voir plus haut p. 367.
  • 68 Annales Fuldenses, op. cit., supra n. 4, ad a. 880, p. 95.
  • 69 Ibidem, ad a. 888, p. 116.
  • 70 Ibidem, ad a. 890, p. 119.

24Les annales dites de Fulda dépeignent une image encore plus noire. Boson aurait, comme nous l’avons entendu plus haut, empoisonné sa première femme fugitive, enlevé et épousé sa seconde femme et, avec l’aide du sinistre Jean VIII, tenté l’usurpation du royaume d’Italie67. Voilà comment il aurait commencé sa mauvaise carrière et on pouvait s’attendre à ce qu’elle le conduisît à une position tyrannique. Les attaques des rois en 880 lui ôtèrent rapidement la Provence et il se trouva ainsi réduit à la ville de Vienne68. Sa position en Bourgogne est décrite comme étant celle d’un tyran, c’est-à-dire d’un roi usurpateur. Pour l’année 888, les dites Annales donnent une liste des reguli in Europa, des rois non-carolingiens, et on y lit : Hludowicus filius Buosoni et Wito films Lantberti Galliam Belgicam necnon Provinciam prout reges habere proposuerunt69. Enfin, à l’occasion d’une visite d’Ermengarde à Arnulf de Carinthie en 890, elle est caractérisée comme filia Hludowici Italici regis vidua Bosoni tyranni70. Ainsi, le point de vue des Annales dites de Fulda est le même que celui des Annales Vedastini : Boson est considéré comme un usurpateur. Cette carrière négative avait été annoncée dès le début par de détestables crimes.

  • 71 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 76 n. 1, p. 77 n. 1.
  • 72 Cf. F. Staab, « Klassische Bildung », op. cit., supra n. 64.
  • 73 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 877, p. 209.
  • 74 Ibidem, ad a. 880-881. p. 240-243, cf. H. Zettel, Das Bild der Normannen und der Normanneneinfalle (...)
  • 75 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 882, p. 245.

25L’insertion de Boson dans les Annales dites de Fulda est un bouquet de crimes culminant dans l’enlèvement d’Ermengarde. René Poupardin a bien mis le doigt sur l’hostilité de ces annales envers Boson71, mais il a tort en parlant d’un « annaliste allemand ». En ce temps-là, personne ne pouvait songer à la France ou à l’Allemagne des temps modernes. La position de notre annaliste est celle d’un loyaliste carolingien, fidèle à la cause de la branche de Louis le Germanique qui, après la mort de Lothaire Ier, était devenu le seul frère aîné de Charles le Chauve, aspirant à la position de chef de la maison carolingienne. De même, la vision négative de Charles le Chauve qui est également considéré par notre analyste comme un tyran, vient de cette même perspective. Mais celle-ci est soigneusement renforcée par la philosophie de Sénèque72. D’un autre côté, Boson ne méritait pas une telle attention. Il suffisait de le peindre sous des couleurs grisâtres. Au passage, dans ses Annales Bertiniani, Hincmar de Reims traitait de la même manière Louis le Jeune, fils de Louis le Germanique. Tandis qu’il décrit la campagne de Charles le Chauve contre Louis le Jeune en 877 comme une catastrophe que l’empereur injuste s’est infligée à lui même73, il est quand même plein de préjugés contre le jeune roi. Il semble lui reprocher de ne pas avoir rejoint le siège commun de Vienne contre Boson en 881 et la campagne ultérieure contre les Normands près de Corbie et d’Amiens, après avoir tenté en vain de gagner le royaume des fils de Louis le Bègue74. Ainsi, quand Louis mourut en 882, son commentaire final fut-il extrêmement négatif : inutiliter sibi et ecclesiae ac regno vivens, morti succubuit75.

  • 76 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. 1, ad a. 877, p. 113.
  • 77 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 74-75 n. 5 et n. 1, p. 76.
  • 78 Ibid., p. 69-70 n. 5.

26Dans la chronique de Réginon de Prüm, on observe une image plus bienveillante de Boson. Ici, Boson épouse Ermengarde parce qu’elle lui aurait été donnée par Charles le Chauve lui-même, qui aurait couronné Boson avec un diadème royal76. À maintes reprises, René Poupardin s’est heurté aux inexactitudes de Réginon et d’autres chroniqueurs : Ermengarde ne fut pas donnée à Boson par l’empereur et elle ne fut pas enlevée par Boson, le mariage ayant au contraire été réalisé par l’entremise de Bérenger de Frioul77. Boson fut couronné, mais pas comme roi, puisqu’il est appelé duc dans les diplômes de Charles le Chauve, comme dans quelques documents italiens78. De telles remarques ne servent qu’à illustrer les conceptions et les perspectives riches et variées du IXe siècle. Mais, en raison de la pédanterie de Poupardin et de son époque, il n’est pas possible de déterminer, par exemple, la portée exacte du tour que Boson joua à Charles le Chauve en épousant la princesse impériale Ermengarde, sans avoir demandé le consentement préalable de l’empereur. Pour les Annales dites de Fulda, ce fut un enlèvement, pour les Annales Bertiniani et Hincmar de Reims seulement un stratagème. Enfin, Réginon passa sous silence les phases préliminaires du mariage, mais enregistra bien la phase finale, c’est-à-dire l’acceptation ultérieure de Charles le Chauve.

  • 79 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. I, ad a. 879, p. 114.
  • 80 Ibidem, cf. W. Mohr, op. cit., supra n. 54, p. 153-155, 164.
  • 81 Ibidem, ad a. 879, p. 115. Pour l’orientation classique de Réginon cf. H. Löwe, op. cit., supra n. (...)

27Selon Réginon, la rébellion de Boson contre les fils de Louis le Bègue se fondait sur leur illégitimité présumée, un point qui, à cause des deux mariages du fils de Charles le Chauve, pouvait au moins être discuté79. La position de Réginon sur cette question est assez admirable. Quoiqu’il soit un homme érudit et expérimenté dans la loi ecclésiastique, quoiqu’il sache que le premier mariage de Louis avait été rompu par un divorce légal, il signale les conséquences négatives pour Boson qui a attaché une trop grande confiance à cette belle position canoniste : Quae res illi magis attulit continuum cladium ac periculorum dispendium, quam gloriae et dignitatis emolumentum80. D’un autre côté, les jeunes Carolingiens attaquèrent courageusement Boson qui se montra un vaillant adversaire. Réginon s’étonne de la prudence extraordinaire de Boson qui, étant attaqué par tous les rois carolingiens, ne fut jamais livré par ses amis ou ses vassaux. De plus, Réginon, utilisant la philosophie classique, put nommer les qualités qui constituaient la base de la sécurité de Boson : Fuit autem tam perspicacis ingenii... tantae moderationis, ut cum sibi faventes proscriptionibus dampnarentur bonisque omnibus privarentur, numquam insidiis suorum militum fuerit petitus neque fraude proditus, cum utrumque hostes saepe temptassent81.

28Chez Réginon de Prüm, les intérêts partisans des contemporains de Boson, qui avaient influencé ou même décomposé l’image de ce personnage, cèdent la place à un jugement plus égal qui cherche à être utile au lecteur d’une chronique générale. Pour Réginon,'Boson est un bel exemple de représentant des élites franques, pour ses grandes potentialités, pour les succès et les échecs d’une carrière extraordinaire, pour l’importance et la solidité des liens d’homme à homme, mais aussi pour les limites de la loi canonique qui a été utilisée de manière excessive et parfois cynique dans les affaires politiques du IXe siècle.

La famille de Boson de Vienne

La famille de Boson de Vienne

Les intérêts fonciers de Matfrid III dans l’espace rhénan

Les intérêts fonciers de Matfrid III dans l’espace rhénan

Notes

1 Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon cum continuatione Treverensi, éd. F.Kurze, MGH SSRG, Hannover, 1880, p. 129.

2 H. Löwe, « Regino von Prüm und das historische Weltbild der Karolingerzeit », dans Rheinische Vierteljahrsblätter, t. XVII, 1952, p. 165-166.

3 S. Konecny, Die Frauen des karolingischen Königshauses. Die politische Bedeutung der Ehe und die Stellung der Frau in der frankischen Herrscherfamilie vom 7. bis zum 10. Jahrhundert, Wien, 1976, p. 126-133; C. B. Bouchard, « The Bosonids. Or Rising to Power in the Late Carolingian Age », dans French Historical Studies, t. XV, 1988, p. 407-431; R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris 1995, p. 205, 316-317, 455 et plus souvent.

4 Annales Fuldenses sive annales regni Francorum orientalis, éd. F. Kurze, MGH SSRG, Hannover, 1891, p. 91.

5 Cf. D. Lohrmann, Das Register Papst Johannes VIII. (872-882). Neue Studien zur Abschrift Reg. Vat. I, zum verlorenen Originalregister und zum Diktat der Briefe, Tübingen, 1968, p. 258-259.

6 Annales Fuldenses, op. cit., supra n. 4, p. 91-92.

7 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. 1, a. 879, p. 114 : Boso, de quo paulo superius mentionem fecimus.

8 M. Lugge, « G allia » und « Francia » im Mittelalter. Untersuchungen über den Zusammenhang zwischen geographisch-historischer Terminologie und politischem Denken vom 6. 15. Jahrhundert, Bonn, 1960, p. 123-124, 187 n. 641.

9 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. 1, a. 866. p. 84-85.

10 Jean VIII indique également une mort soudaine en 878 : hec mechans, que divino gladio censente domino papa Nicolao predecessore nostro interiit, Registrum Johannis VIII. papae, éd. E. Caspar, MGH, Ep. t. VII, Berlin, 1912-1928, p. 103 no 111. Quelques autres soupçons d’empoissonnements : mort de Charles le Chauve, cf. R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 84, mort de Jean VIII, cf. D. Lohrmann, op. cit., supra n. 5, p. 272-273.

11 R. Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), Paris, 1901, p. 77, n.1, cite leurs ouvrages et accuse Bouis d’avoir fait « un petit roman » du premier mariage de Boson (bibliographie p. XXIX-XXX). R. Parisot, Le royaume de Lorraine sous les carolingiens (843-923), Paris, 1898, p. 83, 137 n.1, 164-167, avait distingué Boson de Vienne et Boson, mari d’Engiltrude ; cf. aussi les renseignements fournis par E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien 774-962, Freiburg im Breisgau, 1960, p. 158-162.

12 J.-G. Eckhart, Commentarii de rebus Franciae orientalis et episcopatu Wirceburgensi, t. II, Würzburg, 1729, p. 273 ; dans l’index il sépara (sub littera B) : « Boso Cornes, Bivini comitis filius - Boso Abbas Floriacensis - Boso Cornes Italiae -- Boso Comes, maritus Engeltrudis ».

13 R. Poupardin, op. cit. n. 11, p. 75-77. En effet, il fut considéré comme une source authentique. Dans l’édition des Annales de Saint-Bertin, éd. F. Grat, J. Vieillard et S. Clémencet, Paris, 1964, ad a. 862 p. 95 n.2, « Boson l’Ancien » est introduit en suivant Poupardin, et dans l’index p. 260 il est identifié comme Boso, filius Bosonis, alors que cette phrase n’est jamais attestée dans les sources pour le mari d’Engiltrude : un faux du XXe siècle !

14 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 76, constate que l’auteur des Annales dites de Fulda « est éminemment suspect, surtout lorsqu’il s’agit de Boson, l’un des conseillers de Charles le Chauve », à cause d’une hostilité manifeste. Mais, à cause de cela, l’annaliste aurait-il fusionné deux personnages bien connus de ses contemporains ? Pouvait-il espérer que l’on prêterait foi à un tel mensonge ?

15 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11. p. 77 n. 1, discute et réfute un vieil argument, selon lequel Boson n’aurait pas empoisonné sa femme, car le pape s’adresse à lui d’une manière amicale comme dilectissime fili. Mais ces mots appartenaient aux formules des lettres et à une politesse normale.

16 Ce sentiment moderne s’exprime dans la perception de la narration de Bouis, qualifiée de « roman », voir n. 11.

17 Registrum, op. cit. n.10, nos 111 et 130. L’argumentation du pape consistait à essayer d’enlever à Engiltrude, épouse adultère, son droit à disposer de ses biens. Cependant, la coutume germanique conservait à la femme adultère son droit (ordre) et son héritage, cf. Sachsenspiegel, Quedlinburger Handschrift, éd. K. A. Eckhardt, MGH Fontes iuris germanici antiqui, Hannover, 1966, I 5 § 2b, p. 18 : Wîph mach mit unkûscheit ires lîbis ir xviphlichen ère krenken ; ir recht ne virlûsit se dar mede nicht noch ir erve.

18 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 306 n.7, ici n’employant que la lettre no 130 (cf. supra n. 17).

19 Cf. Oxford Latin Dictionary, éd. P. G. W. Glare, Oxford, 1968-1982, p. 378. 1207. également Thesaurus linguae latinae, t. V, Leipzig, 1909-1924, coll. 2174-2180.

20 Cf. supra n. 7.

21 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. 1, ad a. 866, p. 84: Engiltrudam quoque, uxorem quondam Bosonis comitis.

22 E. Hlawitschka, « Regino von Prüm (gest. 915) », dans Rheinische Lebensbilder, t. VI, Köln, 1975, p. 17, 21-22.

23 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 305 n. 5.

24 Ibidem, p. 298-306, E. Hlawitschka, Franken, op. cit., supra n. 11, p. 161-162.

25 R. Poupardin, op. cit. n. 11, P-303, R. Parisot, op. cit., supra n. 1, p. 135-142, 358.

26 R. Parisot (n. 1) p. 500-501, E. Hlawitschka, Die Anfange des Hauses HabsburgLothringen. Genealogische Untersuchungen zur Geschichte Lothringens und des Reiches im 9., 10. und 11. Jarhundert, Saarebrücken, 1969, p. 154-170 ; table généalogique, p. 171.

27 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 306.

28 Ibidem, p. 300-306.

29 Hincmari archiepiscopi Remensis epistolae, éd. E. Perels. MGH, Epistolae 8 janvier, Berlin, 1939, no 135, p. 82-83 ; cf. l’interprétation de J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims 845-882, t. I-III, Genève, 1975, ici t. I, p. 431.

30 F. Staab, « Eine ungleiche Gesellschaft. Völker und soziale Schichten im Frankenreich nach schriftlichen Quellen », dans Mannheimer Geschichtsblâtter, Neue Folge, t. III 1996, p. 42.

31 F. Staab, « Spuren der Römer, austrasisches Adelserbe, kirchlicher Fernbesitz und Konzentration in Speyrer Hand. Deidesheim von der Römerzeit bis ins 13. Jahrhundert », dans Deidesheim. Beitrage zur Geschichte und Kultur einer Stadt im Weinland, éd. K. Andermann, B. Schnabel, Sigmaringen, 1995, p. 62-68 : relations avec Deidesheim mentionnées pour la première fois en 699 (Erimbert), et après 720 (Adalard) et 906 (Matfrid III).

32 En 767-783, une Engiltruth possède deux vignes à Oggersheim, sur la rive gauche du Rhin, pas loin d’Altrip (cf. infra n.35) et de Neckarau, Codex Laureshamensis, t. I-III, éd. K. Glöckner, Darmstadt, 1929-1936, ici t. II, n° 1223. Entre 780 et 806, une autre a des possessions près de la Lahn à Allendorf, Walsdort et Nauborn, ibidem t. III, no 3726 a, Urkundenbuch Des Klosters Fulda, t. I, éd. E. Stengel, Marburg 1913-1958, n° 436.

33 J.-L. Nelson, « The Annals of St. Bertin », dans Charles the Bald: Court and Kingdom. Papers based on a Colloquium held in London in April 1979, M. Gibson et J.L. Nelson éd., London, 1981, p. 27-29; cf. aussi F. J. Felten, « Liebe, Lust und Leidenschaft. Zur Neuedition von Hinkmars Denkschrift über die Scheidungsangelegenheit König Lothars II », dans Rheinische Vierteljahrsblätter, t. LX, 1996, p. 296-302.

34 Hincmari epistolae, op. cit., supra n. 22, no 135, p. 83-84.

35 Pour la distribution géographique de leurs biens, le moyen principal de comprendre leurs intérêts politiques de longue durée, cf. F. Staab, Untersuchungen zur Gesellschaft am Mittelrhein in der Karolingerzeit, Wiesbaden, 1975, p. 442-443, p. 65-70, 326-327 (SaintGoar comme dépendance de Prüm), p. 75 (Osterspai près de Spay comme dépendance d’Oeren) ; id., « Deidesheim », op. cit., supra n. 31, p. 62-69. Sur Altrip (et Neckarau) et Ockenheim, grandes dépendances de Prüm cf. id., « Speyer im Frankenreich », dans éd. W. Eger, Geschichte der Stadt Speyer, t. 1, Stuttgart, 1982, p. 189, 202, id., « Ockenheim im Früh-und Hochmittelalter », dans éd. A. Zeller, Der Jakobsberg, t. II, St. Ottilien. 1987, p. 172-175, 178-181, 190-194. Sur le complexe de Munsterappel, dépendance de SaintMaximin, cf. id., « Alsenz in frankischer Zeit », dans 1200 Jahre Alsenz, Alsenz, 1976, p. 57-59. Les larges dépendances de ces monastères royaux ici mentionnées pouvaient rentorcer les biens propres de la famille des Matfrid dans la vallée du Rhin et dans le Palatinat Rhénan. Cela expliquera le grand intérêt de cette famille pour le contrôle de ces monastères.

36 Cf. F. Staab, Mittelrhein, op. cit., supra n. 26. p. 442-443.

37 Séparé nettement par J. Devisse, op. cit., supra n. 29, t. III dans son index. D’ailleurs on ne pouvait guère nier les premières noces de Boson, car, en 878, il avait déjà une fille qu'il fiança au jeune Carloman, fils de Louis le Bègue, cf. R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 77 n. 1, 89 et n. 8. En conséquence, on dut construire des hypothèses autour d’une femme inconnue, différente d’Engiltrude, cf. surtout M. Chaume, Les origines du duché de Bourgogne, t. I, Dijon, 1925, p. 265-266, table généalogique, très fantaisiste p. 545. Cf. aussi n. 26.

38 Sur la forme d’un mariage « par étapes », cf. R. Le Jan, op. cit., supra n. 3, p. 264-265, pour le cas de Richilde, ibidem, p. 273 n. 74, 277 ; pour la comparaison avec les temps modernes cf. M. Wingen, Nichteheliche Lebensgemeinschaften. Formen, Motive, Folgen, Osnabrück, Zürich, 1984, p. 13f., 65f. Sur les deux épouses de Charles le Chauve, voir aussi J. Hyam, « Ermentrude and Richildis », dans Charles the Bald, op. cit., supra n. 33, p. 153-168.

39 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 869, p. 167 : exsequente Bosone, filio Biuini quondam comitis, hoc missaticum apud matrem et materteram suam Teutbergam, Hlotharii regis relictam, sororem ipsius Bosonis nomine Richildem mox sibi adduci fecit et in concubinam accepit.

40 Cf. W. Schlesinger, « Zur Erhebung Karls des Kahlen zum König von Lothringen 869 in Metz », dans E. Hlawitschka éd., Königswahl und Thronfolge in karolingischer Zeit, Darmstadt, 1975, p. 287-324, auparavant dans Landschaft und Geschichte. Festschrift für Franz Petri zu seinem 65. Geburtstag, Bonn, 1970, p. 454-475 ; N. Staubach, Rex Christianus. Hofkultur und Herrschaftspropaganda im Reich Karls des Kahlen, t. II, Köln / Weimar / Wien, 1993, p. 188-197.

41 Recueil des actes de Charles II le Chauve roi de France, t. I-III, éd. G. Tessier (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France), Paris, 1943-1955, ici t. II, no 379. Pour ce Gui, cf. Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, p. 122, n. 2. Au passage, la situation fragile de son royaume à cette époque apparaît dans une clause selon laquelle ces lumières devraient être transférées à la nouvelle tombe de Saint-Denis, si son corps devait être enlevé à cause des invasions normandes.

42 Pour le suivant voir R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 57-84, Chaume, op. cit., supra n. 37, p. 257-280.

43 Cf. L. Boehm, « Rechtsformen und Rechtstitel der burgundischen Königserhebungen im 9. Jahrhundert », dans Königswahl, op. cit., supra n. 40, p. 344-373, auparavant dans Historisches Jahrbuch, t. LXXX, 1961 ; R.-H. Bautier, « Aux origines du royaume de Provence. De la sédition avortée de Boson à la royauté légitime de Louis », dans Provence historique, fasc. XCIII-XCIV, 1973, p. 41-68 ; C.-L. Salch et J.-C. Porteur, « Kirche und Burg zur Zeit der Gregorianischen Reform in der östlichen Provence », dans Zeitschrift für Kirche nge s chic hte, t. XCV, 1984, p. 180-181.

44 Registrum, op. cit., supra n. 10, p. 236-237, no 268, p. 260-261, no 299 ; cf. Chaume, op. cit., supra n. 37, p. 288 : « malédictions de Jean VIII, disposé pourtant l'année précédente à lui offrir la couronne impériale ». La raison en fut sa recherche désespérée d’un empereur qui pourrait et voudrait défendre l’église romaine en Italie, voir aussi la vue différente de la candidature de Boson chez W. Mohr, « Boso von Vienne und die Nachfolgefrage nach dem Tode Karls des Kahlen und Ludwigs des Stammlers », dans Archivum latinitatis medii aevi, t. XXVI. 1956, p. 144-154 et S. Konecny, op. cit. n. 3, p. 129-131.

45 E. Ewig, « Kaiser Lothars Urenkel, Ludwig von Vienne, der präsumptive Nachfolger Kaiser Karls III », dans id., Spätantikes und frankisches Gallien, Gesammelte Schriften (1952-1973), t. 1, éd. H. Atsma, München, 1976, p. 578-585 ; auparavant dans Das erste Jahrtausend, éd. V. H. Elbern. Textband 1, Düsseldorf, 1962, p. 336-343.

46 W. Mohr, op. cit., supra n. 44, p. 150-151, 162-163, S. Konecny, op. cit., supra n. 3, p. 129.

47 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 862. 863, p. 95, 101-103.

48 Cf. J.-L. Nelson, op. cit., supra n. 33, p. 27.

49 Annales de Saint-Berlin, op. cit., supra n. 13, ad a. 869 p. 167.

50 Ibidem, ad a. 870, p. 169.

51 Ibidem, ad a. 876, p. 201. Sur le sens de ces mots cf. W. Mohr, op. cit., supra n. 44, p. 145-148, qui propose de les interpréter comme une machination contre les ambitions d’Ermengarde qui voulait devenir reine, et non contre la fidélité de Charles le Chauve. Cependant, ces deux aspects ne s’excluent pas nécessairement.

52 Cf. J. Devisse, op. cit., supra n. 29, t. II, p. 803-824.

53 Annales de Saint-Berlin, op. cit., supra n. 13, ad a. 879 p. 239.

54 Annales Vedastini, dans Annales Xantenses et Annales Vedastini, éd. B. von Simson, MGH SRG, Hannover, Leipzig, 1909, ad a. 878, p. 43 (événement antérieur à cette année).

55 J.-L. Nelson, op. cit., supra n. 33, p. 26-27.

56 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 877, p. 206.

57 D. Lohrmann, op. cit.. supra n. 5. p. 256, 286 n. 198, 289, semble convaincu que ces lettres ne sont pas dictées par Anastase le Bibliothécaire.

58 Voir plus haut p. 375.

59 Voir plus haut p. 370.

60 D. Lohrmann, op. cit., supra n. 5. p. 273

61 Sur ce sujet voir P. R. McKeon, Hincmar of Laon and Carolingian Politics, Urbana, Chicago, London, 1978, p. 64-164, H. Fuhrmann, « Falscher unter sich: zum Streit zwischen Hinkmar von Reims und Hinkmar von Laon », dans Charles the Bald, op. cit., supra n. 33, p. 237-254.

62 Voir supra n. 53.

63 Annales Vedastini, op. cit., supra n. 54, ad a. 879, p. 45.

64 Cf. F. Staab, « Klassische Bildung und regionale Perspektive in den Mainzer Reichsannalen (sog. Annales Fuldenses) als Instrumente der geographischen Darstellung, der Bewertung der Regierungstätigkeit und der Lebensverhältnisse im Frankenreich », dans Umanesimi Medievali, Florence, (à paraître).

65 Annales Vedastini, op. cit., supra n. 54, ad a. 880, p. 47.

66 Ibidem, ad a. 882, p. 52.

67 Voir plus haut p. 367.

68 Annales Fuldenses, op. cit., supra n. 4, ad a. 880, p. 95.

69 Ibidem, ad a. 888, p. 116.

70 Ibidem, ad a. 890, p. 119.

71 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 76 n. 1, p. 77 n. 1.

72 Cf. F. Staab, « Klassische Bildung », op. cit., supra n. 64.

73 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 877, p. 209.

74 Ibidem, ad a. 880-881. p. 240-243, cf. H. Zettel, Das Bild der Normannen und der Normanneneinfalle in westfränkischen, ostfrankischen und angelsächsischen Quellen des 8. bis II. Jahrhunderts, München, 1977, p. 125, 141.

75 Annales de Saint-Bertin, op. cit., supra n. 13, ad a. 882, p. 245.

76 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. 1, ad a. 877, p. 113.

77 R. Poupardin, op. cit., supra n. 11, p. 74-75 n. 5 et n. 1, p. 76.

78 Ibid., p. 69-70 n. 5.

79 Réginon, Chronicon, op. cit., supra n. I, ad a. 879, p. 114.

80 Ibidem, cf. W. Mohr, op. cit., supra n. 54, p. 153-155, 164.

81 Ibidem, ad a. 879, p. 115. Pour l’orientation classique de Réginon cf. H. Löwe, op. cit., supra n. 2, p. 154-160, E. Hlawitschka, « Regino », op. cit., supra n. 22, p. 22-25.

Table des illustrations

Titre Les Matfrid
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre La famille de Boson de Vienne
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Les intérêts fonciers de Matfrid III dans l’espace rhénan
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Université de Coblence — Landau

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540