Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

L’abbatiat laïque comme relais du pouvoir royal aux frontières du royaume : Le cas du nord de la Neustrie au ixe siècle

Anne-Marie Helvétius

Texte intégral

  • 1 K. Voigt, Die karolingische Klosterpolitik und der Niedergang des westfränkischen Königtums. Laiena (...)
  • 2 Sur l’origine du statut des abbayes royales, création des Pippinides, on verra surtout les différen (...)
  • 3 Sur les aspects juridiques de ces concessions, les travaux de E. Lesne, Histoire de la propriété ec (...)

1Depuis les travaux de Karl Voigt au début du siècle1, de nombreux historiens se sont intéressés à la « politique abbatiale » des Carolingiens. Grâce à eux, le processus menant à l’apparition des abbayes royales et l’utilisation de celles-ci à des fins politiques par les souverains puis par l’aristocratie sont à présent bien connus2. Comme on le sait, la concession de ces abbayes en bénéfice3 permettait au souverain de récompenser et de fidéliser certains membres de l’aristocratie, qui venaient ainsi renforcer les rangs des agents royaux, des ministeriales, et qui finirent par rendre leurs fonctions héréditaires. Mais au-delà de cette politique générale, l’étude plus approfondie des cas particuliers permet de découvrir les enjeux spécifiques que pouvaient représenter ces abbayes royales. Ainsi, par exemple, le choix d’octroyer telle abbaye à tel fidèle n’était certes pas dicté par le hasard ; mais, contrairement aux apparences, la taille et la richesse des abbayes n’étaient pas le seul critère présidant à cette attribution. Il n’est pas rare, en effet, de trouver mention d’abbayes de faible importance concédées en bénéfice à des personnages de très haut rang. Dans ce cas, il s’agit souvent d’abbayes situées aux confins du royaume, dans des régions-frontières : pour les souverains, elles avaient une grande importance stratégique, elles servaient véritablement d’assises territoriales à leur pouvoir et il fallait donc choisir leurs détenteurs avec le plus grand soin.

  • 4 L’ambiguïté de cette terminologie résulte du changement de sens du terme Neustria, qui se produit d (...)

2Pour illustrer cette « utilisation stratégique » des abbayes frontalières par les Carolingiens, j’envisagerai ici le cas d’une région-frontière en particulier, celle que j’ai appelée, un peu artificiellement, le nord de la Neustrie, entendant par là l’ancienne grande Neustrie mérovingienne4. En d’autres termes, il s’agit de la zone géographique s’étendant de part et d’autre de l’Escaut, de part et d’autre de la limite septentrionale des royaumes que l’on nommera bientôt Francie occidentale et Lotharingie. On s’abstiendra délibérément de préciser davantage, l’étude portant en l’occurrence sur une aire d’influence, donc par définition sur un territoire aux contours flous. Cette région s’avère, en effet, spécialement intéressante pour deux raisons : d’une part, elle présente une concentration d’abbayes particulièrement dense et, d’autre part, on y assiste à des troubles politiques intenses durant toute la seconde moitié du IXe siècle, puisqu’il s’agit d’une région disputée entre différents souverains. Dans ce contexte agité, il n’est guère surprenant que les souverains aient considéré les abbayes comme des appuis possibles de leur politique. Dans quelle mesure ce processus est-il perceptible, au cas par cas, d’après la documentation conservée ? Par ailleurs, ces troubles politiques qui agitent la région et opposent les rois vont inciter certains aristocrates de haut rang à tenter d’accroître leur pouvoir, dans ce que l’on pourrait qualifier de jeu de concurrence entre les souverains et les grands. A quel moment et où ces tentatives sont-elles attestées par les sources ? Telles sont les questions qui formeront la trame du présent article.

1. Les abbayes royales dans le nord de la Neustrie

  • 5 Sur ce contrôle des abbayes par les Pippinides, voir en général J. Laporte, « Les monastères francs (...)
  • 6 Sur ce processus, voir surtout, J. Semmler, « Pippin III », art. cit., supra n. 2.

3Au IXe siècle, la région envisagée abonde en communautés religieuses, qui sont pour la plupart de fondation ancienne, remontant au VIIe siècle. Le plus souvent, elles avaient été fondées par de grandes familles aristocratiques et appartenaient donc à leur patrimoine, en tant qu’abbayes privées, Eigenklöster. L’une de ces familles prit très rapidement l’ascendant sur les autres : celle des Pippinides qui, dès avant la bataille de Tertry de 687, avaient déjà assuré leur position en Neustrie par le biais du contrôle de certaines abbayes, avec l’aide, notamment, du célèbre saint Amand. De ce fait, à la veille du coup d’État de 751, les Pippinides comptaient dans leur patrimoine un grand nombre de communautés religieuses, tant en Austrasie qu’en Neustrie5, et c’est donc tout naturellement que ces abbayes, d'Eigenklöster pippinides, sont devenues en 751 des abbayes royales. Par la suite, beaucoup d’autres abbayes acquirent ce statut, soit par l’intervention du souverain lui-même, soit par la volonté des communautés ou de leurs propriétaires qui désiraient ainsi placer leur fondation sous la protection royale6.

4Avant d’envisager l’histoire spécifique de la région considérée, je voudrais apporter quelques précisions quant au contenu juridique de ce statut d’abbaye royale et de la fonction d’abbé laïque qui y est liée. Ainsi donc, au début du IXe siècle, les souverains carolingiens se retrouvent propriétaires d’un grand nombre d’abbatiae, le terme d’abbatia désignant, comme on le sait, à la fois la fonction d’abbé et le patrimoine temporel de l’abbaye. Cela leur donne le droit d’en disposer librement comme de n’importe quel autre bien fiscal, c’est-à-dire :

  • soit de jouir directement eux-mêmes des revenus de l’abbatia ;-soit d’octroyer à certains monastères le privilège royal d’élire librement leur abbé et de jouir eux-mêmes de leurs revenus par le biais de l’immunité ;

    • 7 Pour tout cela, je renvoie aux travaux de E. Lesne et F. Felten cités supra n.2 et 3, auxquels on a (...)
    • 8 Pour des exemples de ce type, voir A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit. supra n. 5. p. 200-204 et n.1 (...)

    soit encore, de céder l'abbatia entière ou seulement une partie de ces domaines à un fidèle, en toute propriété ou bien sous forme de bénéfice viager7. Dans ce cas, si l’abbaye est cédée en simple bénéfice, elle reste royale, quelle que soit la condition du bénéficiaire — il peut être laïque, moine, clerc ou évêque. En revanche, si elle est cédée en toute propriété à un évêque, elle devient une abbaye épiscopale, étant attachée non pas à la personne de l’évêque, mais bien à l’évêché. Mais il se peut aussi qu’elle soit cédée en toute propriété à un laïque8 : dans ce cas, elle devient une sorte d’abbaye « privée », mais il convient, à mon de nuancer ce terme. En fait, une telle abbaye ne peut être exactement considérée comme un véritable Eigenkloster, car elle a néanmoins été acquise par privilège royal. Par conséquent, à la différence des familles de fondateurs qui nomment les abbés de leur Eigenkloster sans porter eux-mêmes le titre abbatial, l’aristocrate ayant reçu du souverain une abbaye en toute propriété porte généralement lui-même le titre d’abbé. Tels sont les trois statuts dont peuvent disposer les abbayes au début du IXe siècle. Notons d’emblée qu’aucune des abbayes frontalières n’obtiendra le privilège royal d’élire son propre abbé à l’époque qui nous intéresse, en raison, précisément, de leur intérêt stratégique.

  • 9 Voir Fr. J. Felten, Aebte, op. cit., supra n.2, p. 144-174. Sur la ministérialité en général, voir (...)
  • 10 Concilium Vernense, ch. 6 (11 juillet 755), éd. A. Boretius, MGH, Capitularia regum Francorum, 1, H (...)
  • 11 Sur ce dernier point, voir surtout R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe -Xe sièc (...)

5Quel que soit son rang ou sa condition, l’abbé d’une abbaye royale est considéré d’office comme un agent du roi, un ministerialis, et est tenu, en tant que tel, à des obligations de caractère public9. On peut noter ici une précision intéressante : le cas s’applique également aux abbesses qui sont tenues, depuis le concile de Ver de 755, de se rendre à la cour au moins une fois par an à la convocation du souverain10. Les relations des monastères avec la cour sont donc institutionnalisées très tôt par Pépin III et les femmes se voient ainsi accéder elles aussi, de facto, au rang de ministeriales, même si ce terme ne leur est, à ma connaissance, jamais appliqué explicitement. Le fait mérite d’être souligné puisqu’il s’agit du seul moyen offert aux femmes de cette époque d’exercer des fonctions publiques, si l’on excepte la position des femmes de la famille royale. Pour accéder aux comtés, il leur faudra en effet attendre la mise en place définitive d’un nouveau mode de transmission, patrimonial, des honores, vers la fin du IXe siècle11.

  • 12 Voir par exemple F.-L. Ganshof, « Eginhard à Gand », dans Bulletin de la société d’histoire et d'ar (...)
  • 13 Pour les détails de ces événements, voir l’indispensable R. Parisot, Le royaume de Lorraine sous le (...)

6Après ces quelques précisions, revenons-en aux abbayes du nord de la Neustrie. Pour autant que les sources nous permettent d’en juger, ces communautés semblent presque toutes relever du pouvoir royal dans la première moitié du IXe siècle. Dans certains cas, elles sont même concédées en bénéfice à des personnages de haut rang — le cas le plus célèbre étant celui d’Eginhard qui apparaît comme abbé laïque de Saint-Pierre au Mont-Blandin et de Saint-Bavon à Gand12. Ensuite, la région va acquérir sa dimension de zone-frontière à partir du partage de Verdun en 843, où le cours de l’Escaut et les limites méridionales du diocèse de Cambrai déterminent les royaumes respectifs de Charles le Chauve et de Lothaire Ier. C’est dans les années qui suivent que commence, pour la région, une période de troubles politiques intenses, le tout sur un fond d’invasions normandes. En 869, Lothaire II meurt sans héritier légitime suite à la fameuse affaire de son divorce manqué. Aussitôt, Charles le Chauve prend pied dans ce qu’il convient d’appeler désormais la « Lotharingie ». La région qui nous intéresse se retrouve alors tout entière sous l’autorité de Charles par le traité de Meersen de 870. Cette nouvelle situation va durer dix ans, jusqu’au traité de Ribémont de 880 qui rétablit la frontière de 843 au profit de Louis le Jeune. Par la suite, en dépit de la réunification éphémère de l’Empire sous Charles le Gros de 884 à 887, c’est toujours cette frontière qui marquera la limite des différents royaumes. Désormais, la Lotharingie a bien une existence propre, ce qui ne l’empêchera pas de continuer à susciter les convoitises. En 911, les grands de ce royaume offrent la couronne à Charles le Simple, ce qui renoue les liens de ce royaume avec la Francie occidentale, avant qu’il ne passe définitivement, en 925, sous l’autorité des rois de Francie orientale13.

7Pour synthétiser, on retiendra donc que les deux rives de l’Escaut se retrouvent réunies sous l’autorité d’un même souverain à trois reprises durant ce demi-siècle : d’abord, de 870 à 880, sous la trilogie constituée par Charles le Chauve puis Louis le Bègue et Louis 111 ; ensuite, de 884 à 887 sous Charles le Gros ; et enfin, de 911 à 925 sous Charles le Simple. Il convient désormais d’examiner plus attentivement quelle va être l’attitude de ces différents souverains et de leurs successeurs immédiats à l’égard des abbayes royales situées de part et d’autre et à proximité de cette frontière.

2. Les abbayes et le pouvoir royal

  • 14 R. Parisot, Le royaume, op. cit., p. 341.
  • 15 Sur l’histoire du diocèse de Cambrai, voir H. Platelle, « Les origines. Le Moyen Âge », dans Les di (...)
  • 16 Voir par exemple K.-F. Werner, Les origines (avant l’an mil), Paris, 1984, p. 414 (Histoire de Fran (...)
  • 17 Sur ce point, voir surtout R. Parisot, Le royaume, op. cit., supra n. 13, p. 201-203, 218-222 et 28 (...)

8Dès avant 869, sous le règne de Lothaire II, il semble bien que Charles le Chauve ait cherché à s’attacher certains aristocrates du royaume de son neveu14. En particulier, pour la région qui nous occupe, on signalera les vives tensions qui opposeront Charles et Lothaire au sujet de la vacance du siège épiscopal de Cambrai à la mort de l’évêque Thierry en 862. Ce diocèse présente en effet la particularité de faire partie du royaume de Lothaire tout en dépendant du siège métropolitain de Reims en Francie occidentale15. En théorie, la nomination de l’évêque devait donc y résulter d’un accord entre Charles et Lothaire, en vertu du bon principe de la confraternité entre souverains telle que souhaitée à Verdun en 84316. En pratique, lorsque le cas se présente en 862, il faudra quatre années de longues palabres pour aboutir enfin à l’élection de Jean, un fidèle de Lothaire — l’un des chantres de sa chapelle royale — en 86617. Charles échoua donc, mais ce ne fut pas faute d’efforts.

  • 18 Annales Bertiniani, 866, éd. F. Grat, J. Vielliard et S. Clemencet, Annales de Saint-Berlin, Paris, (...)
  • 19 Adelelme est cité comme abbé de Saint-Bavon dans une charte de Charles le Chauve du 11 octobre 864 (...)
  • 20 Selon Ph. Grierson, « The translation of the relies of St. Amalberga to St. Peter’s of Ghent », dan (...)
  • 21 Pour tout cela, voir H. Platelle, Le temporel de l'abbaye de Saint-Amand des origines à 1340, Paris (...)

9Dans les abbayes du royaume de Lothaire, Charles le Chauve n’a certes pas le droit d’intervenir. En revanche, il semble avoir pris soin, dès avant 869, de placer des fidèles importants dans les abbayes royales longeant la frontière de ce royaume convoité. D’abord, on peut noter qu’en 866, il réserve à son usage personnel les abbatiae de Saint-Vaast d’Arras et de Saint-Quentin, qu’il préfère sans doute garder sous son contrôle direct18. À Saint-Bavon de Gand, il cède l'abbatia en bénéfice au comte de Laon Adelelme, vraisemblablement peu après l’arrivée des Normands en 85119. Quant à l’abbaye voisine de Saint-Pierre au Mont-Blandin, elle pourrait bien avoir été confiée dès avant 869 au comte de Flandre Baudouin Ier, qui reçut ainsi un honor ayant appartenu précédemment à son père20. Plus au sud, Charles le Chauve attribue l’abbaye de Saint-Amand successivement à Loup de Ferrières, puis à un certain Hildéric, inconnu par ailleurs, et ensuite, en 861, à Adalard, fils du comte de Ternois Unroch et frère d’Evrard de Frioul. On notera qu’Adalard, qui était déjà abbé de Saint-Bertin, avait perdu cette abbaye suite à la révolte de 858 contre Charles le Chauve, à laquelle il avait participé. Mais trois ans plus tard, rentré en grâces, il récupère non seulement Saint-Bertin, mais Charles lui donne de surcroît les abbatiats de Saint-Amand et de Saint-Quentin, deux abbayes toutes proches du royaume de Lothaire. Après la mort d’Adalard et l’abbatiat éphémère d’un certain Alfrid, Charles donne finalement Saint-Amand à son propre fils Carloman21. Ainsi donc, dès avant 869, le souverain s’intéresse manifestement de très près à ses abbayes frontalières.

  • 22 Voir à ce sujet J. Hyam, « Ermentrude and Richildis », dans M.T. Gibson et J.-L. Nelson éd., Charle (...)
  • 23 Acte du 4 février 870, éd. G. Tessier, Recueil, op. cit., supra n.19, 2, p. 238-240 (no 334). Voir (...)
  • 24 Pour les détails de cette problématique, voir A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 204-208 (avec (...)
  • 25 Elle n’est attestée que par une continuation des Gesta episcoporum Cameracensium rédigée vers 1180 (...)

10Étape suivante : en 869, le roi de Francie occidentale prend alors pied dans le royaume de son défunt neveu. Le traité de Meersen, un an plus tard, établit son autorité jusqu’à la Meuse. Il lui faut donc asseoir son pouvoir sur ce nouveau territoire et, dans cette perspective, le décès politiquement opportun de son épouse Ermentrude lui permet de contracter une alliance intéressante avec une grande famille lotharingienne en épousant Richilde22. Dans le même temps, il prend possession des abbayes royales de la région et n’hésite pas, le cas échéant, à y placer ses proches et ses fidèles. L’exemple le plus révélateur est sans doute celui de l’abbaye de Maroilles, située à quelques kilomètres de la frontière. Avant février 870, Charles y place comme abbé laïque l’un de ses plus fidèles conseillers, qui est aussi son camérier, le comte Enguerrand, sans doute suite à une destitution de l’abbé en place23. Par la même occasion, l’on peut supposer qu’il procéda à la transformation de cette abbaye de moines en chapitre de chanoines, renforçant ainsi son statut d’abbaye royale. Des chanoines, en effet, ne pouvaient pas revendiquer, comme les moines, le droit d’élire leur propre abbé et ne pouvaient donc pas contester aussi aisément la présence d’un bénéficiaire laïque24. L’on assiste donc ici, de la part de Charles, à une intervention particulièrement énergique. Il est possible qu’il ait agi de façon similaire à Saint-Géry de Cambrai, pour autant que l’on puisse faire confiance aux sources tardives qui témoignent de cette transformation en chapitre25.

  • 26 Outre H. Platelle, Le temporel, op. cit., supra n.22, voir aussi J. Warichez, L’abbaye de Lobbes de (...)
  • 27 Sur ces épisodes, outre R. Parisot, Le royaume, op. cit., p. 391 et 404, voir aussi J.-M. Duvosquel (...)
  • 28 Acte du 9 juillet 877, éd. G. Tessier, Recueil, op. cit., 2, p. 466-468 (no 433). Sur cet acte, voi (...)

11Plus loin en Lotharingie, le nouveau souverain donnera encore Lobbes et Saint-Arnoul de Metz à son fils Carloman, qui tenait déjà Saint-Amand et d’autres abbayes de Francie occidentale26. Carloman perdra pourtant ces bénéfices peu de temps plus tard suite à la révolte qu’il fomenta contre son père en compagnie d’autres grands. Au nombre de ces révoltés figurait peut-être aussi le comte Enguerrand, déchu peu après de ses fonctions de camérier en même temps, sans doute, que de l'abbatia de Maroilles27. Par ailleurs, Charles paraît bien avoir cédé l'abbatia de Nivelles à sa femme Richilde, comme en témoigne, à mon avis, un acte de 87728.

  • 29 H. Platelle, Le temporel, op. cit., p 59.
  • 30 Acte du 11 juillet 877, éd. G. Tessier, Recueil, op. cit., p. 475-477 (no 436). Voir aussi J. Nazet (...)
  • 31 Acte du 12 août 877, faux rédigé au XIe siècle (éd. G. Tessier, Recueil, op. cit., 2, p. 657-660, n(...)

12Enfin, on notera encore que les interventions de Charles en Lotharingie à partir de 869 ne l’empêchent pas de continuer à contrôler fermement ses abbayes frontalières de Francie occidentale. Ainsi, ayant confisqué Saint-Amand à son fils révolté Carloman en 870, il la confie aussitôt à son archichancelier Gozlin qui possède déjà Jumièges et en recevra d’autres29. Dans le même sens, des diplômes accordés quelques années plus tard attestent la présence d’abbés laïques prestigieux en plusieurs lieux, comme Hasnon que Charles a donné à sa fille Ermentrude30 et peut-être aussi Denain qu’il aurait donné à sa soeur Gisèle, veuve d’Evrard de Frioul, si l’on accorde foi au renseignement fourni par un acte faux de 87731.

  • 32 R. Parisot, Le royaume, op. cit., p. 433-439.
  • 33 J. Warichez, L'abbaye de Lobbes, op. cit., supra n.26, p. 40-42 et surtout A. Dierkens, Abbayes, op (...)
  • 34 Sur ces événements, voir surtout R. Parisot, Le royaume, op. cit., p. 418-419, n.5 et p. 489-490. S (...)
  • 35 Sur l’acte du 15 novembre 889, voir en dernier lieu A. Dierkens, Abbayes, op. cit., p. 112-113.
  • 36 J.-P. Devroey., Le polyptyque et les listes de biens de l’abbaye Saint-Pierre de Lobbes (IXe -XIe s (...)
  • 37 C’est en effet bien Malines — et non Malonne — qui est citée dans le traité de Meersen de 870. Sur (...)

13La frontière établie par le traité de Meersen en 870 est cependant éphémère : dès 879, le roi de Francie orientale Louis le Jeune prend pied en Lotharingie, répondant à l’appel, notamment, de l’archichancelier Gozlin. Louis III n’est alors pas en mesure de risquer la guerre et négocie donc la cession de ce territoire à Louis le Jeune, officialisée par le traité de Ribémont en 88032. Pour autant que les sources conservées nous permettent d’en juger, Louis le Jeune, ne mènera pas une politique abbatiale aussi énergique que celle de Charles le Chauve. Néanmoins, on lui doit une intervention intéressante : en 881 ou 882, après quelques déboires avec Hugues, le turbulent fils, toujours considéré comme un bâtard, de Lothaire II et de Waldrade, Louis lui retire l'abbatia de Lobbes qu’il venait de lui confier, pour la concéder en bénéfice à l’évêque Francon de Liège33. Or, comme Lobbes relève du diocèse de Cambrai, cette concession est loin d’être anodine et a toutes les chances de déplaire à Rothade, l’évêque de Cambrai. Pour expliquer cette intervention, peut-être convient-il de la mettre en rapport avec les circonstances de l’élection de Rothade : en effet, son prédécesseur Jean était décédé en 879, presqu’en même temps que Louis le Bègue. Or, l’archevêque Hincmar de Reims, métropolitain de Cambrai, avait profité d’une situation politique encore peu claire pour faire élire Rothade sans consulter Louis le Jeune34. Ce dernier a-t-il voulu témoigner de son autorité dans ce territoire nouvellement acquis ? Toujours est-il que Francon de Liège parviendra habilement à faire transformer ce bénéfice, quelques années plus tard, en 889, en un dominium de son église grâce à l’intervention d’Arnoul de Carinthie35. C’est ainsi que l’abbaye royale de Lobbes devint une abbaye épiscopale liégeoise. Lobbes n’est cependant pas la seule abbaye du diocèse de Cambrai à glisser ainsi dans la mouvance liégeoise : vers la même époque, Antoing et Wallers, qui étaient encore considérées comme des abbayes royales en 870, se retrouvent mentionnées comme cellae, dépendances de Lobbes, dans la liste des biens de cette abbaye établie en 88936. En d’autres termes, ces deux communautés passent elles aussi, indirectement, sous l’autorité de l’évêque voisin. Enfin, c’est également le cas de Malines, citée en 870 comme abbaye royale et mentionnée vers 912-915 comme appartenant au patrimoine liégeois depuis une époque indéterminée37. Faut-il attribuer à Louis le Jeune et situer au lendemain de la conclusion du traité de Ribémont ces différentes concessions d’abbayes cambrésiennes à Liège ? Faut-il y voir, de sa part, une tentative de protéger ces quatre abbayes, jusqu’alors royales, de l’appétit de certains grands de la région et d’affirmer ainsi sa puissance souveraine, grâce à l’appui d’un évêque ? L’hypothèse mérite en tout cas d’être émise.

14Après le règne de Louis le Jeune cependant, les sources conservées se font le reflet d’une évolution. Désormais, les abbayes royales ne servent plus exclusivement les intérêts du roi, mais également, de temps à autre, ceux des aristocrates. À partir des deux changements de royaumes successifs de 911 et de 925, les souverains paraissent peu à peu rivaliser avec certains grands pour le contrôle de ces abbayes.

3. Les abbayes et le pouvoir comtal

  • 38 Cf. supra n. 21.
  • 39 Cf. supra op. cit. n. 20.
  • 40 Sur cet épisode, voir notamment Ph. Grierson, « La maison d’Evrard de Frioul », art. cit., p. 256-2 (...)
  • 41 Voir aussi Ph. Grierson, « La maison d’Evrard de Frioul », art. cit.. p. 257-258.
  • 42 H. Platelle, L’abbaye, op. cit., p. 61-64.

15Le phénomène est bien connu : les abbayes royales, quand elles ne sont pas devenues épiscopales ou privées, ont peu à peu tendance à devenir des abbayes comtales, c’est-à-dire que ces bénéfices royaux se transforment progressivement en fiefs héréditaires attachés à l'honor comtal. La chronologie et les modalités de ce phénomène sont cependant variables. Dans la région ici considérée, ce processus de transformation semble apparaître de façon plus précoce en Flandre, puisque la transformation héréditaire des abbatiats laïques y apparaît dès la fin du IXe siècle : à Gand, le comte de Flandre Baudouin Ier obtint l’abbatiat laïque de Saint-Pierre au Mont-Blandin, une abbaye qui avait jadis été tenue par son père puis par un certain Folradus. Après sa mort, elle fut concédée à Gaucher de Laon qui la conserva jusqu’à son exécution en 892. Bauduin II la revendiqua vraisemblablement à cette date, avec succès38. À Saint-Bavon de Gand, le même Gaucher de Laon semble bien avoir succédé à son père Adelelme dans cette charge dans les années 880-890. L’influence des comtes de Laon à Gand résultait-elle d’une volonté royale de confier les abbatiats laïques à des comtes « étrangers », afin d’éviter le cumul des fonctions abbatiales et comtales par la famille des Baudouin ? Toujours est-il qu’après la mort de Gaucher en 892, Baudouin II fut en mesure de le remplacer là aussi, pour finalement transmettre ces deux abbatiats à son fils Arnoul39. Désormais, les deux abbayes gantoises seraient considérées comme rattachées à l’honor comtal de Flandre. Baudouin II n’arrêta cependant pas là ses prétentions sur les abbayes de son comté : toujours en 892, il demanda à Eudes de lui concéder Saint-Bertin, malgré l’opposition des moines et de l’archevêque de Reims, Foulques. Il n’y sera finalement reconnu officiellement comme abbé laïque qu’en 900 par Charles le Simple, après le meurtre de Foulques40. En revanche, le comte connaîtra moins de succès à Arras, où sa revendication de l’abbaye Saint-Vaast va de pair avec celle du comté d’Artois. Il put obtenir l’abbatiat en 892, mais la ville fut prise en 899 par Charles le Simple, qui donna le comté à Altmar et l’abbaye à Foulques de Reims. Après un échange, l’abbatiat revint au même comte Altmar qui transmit l’ensemble de ses honores à son fils Adelelme. Ce n’est qu’après la mort de ce dernier, en 932, qu’Arnoul Ier de Flandre obtint le comté et l’abbaye41. On constate donc que Charles le Simple est toujours bel et bien en mesure de conserver son contrôle des abbayes royales. À Saint-Amand, c’est le roi Eudes qui semble lui aussi désireux de s’assurer la maîtrise de cette autre abbaye frontalière, par une manœuvre habile : quelque temps après la mort de l’archichancelier Gozlin († 886) qui en était l’abbé, Eudes confie l’abbatiat à son propre frère Robert, le futur roi Robert Ier. À la mort de ce dernier en 923, l’abbaye passera sous l’autorité des comtes de Laon et ensuite seulement sous celle des comtes de Flandre42.

  • 43 Sur Salles, voir G. Despy, « Deux actes faux fabriqués au chapitre de Chimay : la charte de fondati (...)
  • 44 Voir A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 179-190.
  • 45 A.-M. Helvétius, ibid., p. 247-252.

16Le sort troublé de la Lotharingie, qui se retrouva successivement sous l’autorité du souverain de Francie occidentale, Charles le Simple, en 911, puis sous celle d’Henri Ier, roi de Francie orientale, en 925, allait susciter d’autres difficultés. En effet, ces changements de royaumes défavorisèrent certains détenteurs de bénéfices royaux, qui perdirent le contrôle ou se virent contraints de renoncer à des biens situés désormais dans un royaume différent du leur. C’est par exemple le cas d’un propriétaire de Francie occidentale, Erlebold, qui se retrouve bénéficiaire d’un domaine passé, après 880, sous l’autorité de la Francie orientale. C’est sans doute pour se défaire de ce domaine embarrassant qu’il décide quelques années plus tard de fonder là — à Salles, en Hainaut — une communauté religieuse qui n’aura d’ailleurs qu’une existence éphémère43. Semblablement, c’est en vain que Saint-Martin de Tours tentera de récupérer, au Xe siècle, le contrôle de l’un de ses prieurés éloignés, Saint-Saulve près de Valenciennes, définitivement séparé de la Francie occidentale depuis 92544. Dans la même logique, on peut concevoir que ces changements de royaumes aient pu décourager certains de maintenir leur autorité sur des abbayes royales devenues ainsi « étrangères ». C’est le cas de l’abbaye de Maubeuge, qui était passée sous le contrôle des comtes de Vermandois vers la fin du IXe siècle et échappa totalement à leur influence dans les années qui suivirent 92545. Ici encore, la situation finira par profiter avant tout aux détenteurs du pouvoir local qui, étant sur place, tenteront de récupérer pour eux les biens abandonnés par d’autres. En l’occurrence, les deux derniers cas cités, Saint-Saulve et Maubeuge, passeront plus tard sous l’autorité des comtes de Hainaut, mais probablement pas avant la fin du Xe siècle.

  • 46 Sur le Vermandois au Xe siècle, voir notamment K.-F. Werner, « Untersuchungen zur Frühzeit des fran (...)
  • 47 A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 213-234.
  • 48 Sur la réforme de Gérard de Brogne et d’Arnoul Ier en Flandre, voir surtout A. Dlerkens, Abbayes, o (...)

17Après 925, la région ici étudiée voit donc émerger ou se renforcer trois familles comtales : du côté de la Francie occidentale, ce sont celles des comtes de Flandre et des comtes de Vermandois ; en Lotharingie, celle des comtes de Hainaut. La manière dont ces trois familles ont peu à peu édifié la base de leur autorité est bien connue. Je me contenterai donc de rappeler que le cas des comtes de Flandre est le plus précoce et s’appuie, dès la fin du IXe siècle, sur la détention d’abbayes. J’ai évoqué plus haut la façon dont Baudouin II puis Arnoul avaient acquis les abbayes flamandes, par tous les moyens — même le meurtre d’un archevêque, dans le cas de Saint-Vaast d’Arras. Dès le Xe siècle, les comtes de Flandre s’étaient ainsi rendus maîtres de toutes les abbayes de leur comté. L’ambition des comtes de Vermandois n’était pas moindre, mais ils furent sans doute trop impliqués dans les troubles politiques de la Francie occidentale pour asseoir aussi rapidement leur pouvoir que leurs voisins flamands46. Enfin, du côté lotharingien, les comtes de Hainaut de la famille des Regnier bénéficièrent plus tard largement de l’influence de Gislebert, nommé duc de Lotharingie en 928. Poursuivant la logique du renforcement des frontières, mais cette fois à son propre profit, Gislebert n’hésita pas à fonder en Hainaut, à quelques kilomètres de la frontière de son duché, une nouvelle abbaye, SaintGhislain. Dans son chef, celle-ci devait constituer un modèle du monachisme régulier et contribuer ainsi à son prestige et à celui de ses descendants, raison pour laquelle il fit appel à Gérard de Brogne pour organiser la nouvelle fondation de son Eigenkloster47. Les comtes de Flandre s’inspireront ensuite de son exemple en réformant, grâce à l’aide du même Gérard, les abbayes flamandes48. Néanmoins, ce souci de réforme monastique n’empêcha nullement ces comtes, pas plus que les Regnier, d’y conserver le contrôle des nominations abbatiales.

  • 49 K. Voigt, Die Klosterpolitik, op. cit., supra n. I, p. VII-VIII.

18De façon générale, les abbayes royales ont certes largement servi la politique des rois de la deuxième moitié du IXe siècle. Il faut également insister sur le fait que dans des régions-frontières comme le nord de la Neustrie, même des abbayes qualifiées par les sources d' abbatiunculae, c’est-à-dire des toutes petites communautés, ont été concédées à des personnages de très haut rang, parce qu’elles constituaient des enjeux de la première importance en raison de leur situation géographique. Les souverains de l’époque en ont été plus ou moins conscients et s’en sont préoccupés de façon plus ou moins systématique selon les circonstances. Manifestement, l’un d’entre eux y fut particulièrement attentif : Charles le Chauve, qui développa une politique abbatiale élaborée et cohérente pour contrôler ses frontières. De façon générale, on le sait, il fut le premier à octroyer les abbatiae systématiquement à des comtes49, tout en veillant à leur attribuer de préférence des abbayes sises en dehors de leur comté. Sans doute était-il déjà soucieux de ne pas leur permettre d’augmenter par ce biais leur assise territoriale à l’intérieur de leur comté. Il les choisissait soigneusement, parmi ses fidèles ou ses proches, dans le but d’éviter que d’autres, moins bien intentionnés, puissent s’en emparer et mettre ainsi en danger des zones frontalières ou des territoires nouvellement acquis. Son exemple sera suivi, mais dans une moindre mesure, par d’autres souverains tels que Louis le Jeune, Eudes ou Charles le Simple.

  • 50 Pour les détails de l’histoire de ces trois abbayes, je me permets ici encore de renvoyer à mon étu (...)

19Pourtant, ces derniers devront compter avec l’influence croissante de certains aristocrates qui commençaient à percevoir ce que pouvait représenter pour eux l’acquisition d’abbayes dans leur comté. En termes d’accroissement de richesse et de prestige, bien sûr, mais surtout pour éviter, sans doute, d’avoir à subir l’influence d’autres agents royaux dans leur juridiction. Ils tenteront donc peu à peu de s’approprier ces abbatiae, mais par des moyens divers et en tenant toujours compte du droit royal exercé sur ces abbayes. Il convient d’insister sur cette diversité : même si, au terme de l’évolution, une série d’abbayes sont finalement devenues des fiefs héréditaires rattachés à l'honor comtal, les droits que le comte y exerce ne sont pas les mêmes partout. En réalité, ils varient selon l’histoire propre de chaque abbaye, selon les modalités qui président à leur intégration à l'honor comtal. Pour illustrer cette diversité et pour souligner la nécessité d’une étude au cas par cas pour tenter de mieux cerner le processus de création des principautés, examinons trois exemples précis d’abbayes comtales du Hainaut : Mons, Saint-Ghislain et Crespin, toutes trois apparaissant comme attachées à l'honor comtal aux Xe et XIe siècles. Mons était considérée comme une abbaye privée de la famille des Regnier, acquise vraisemblablement par une donation royale non pas en bénéfice, mais en toute propriété faite par Lothaire II à Regnier Ier. Puisqu’il s’agissait d’une abbaye acquise par privilège royal, les comtes y porteront toujours le titre d’abbé et jouiront directement des revenus de la mense abbatiale. Saint-Ghislain, on l’a vu, était un Eigenkloster fondé par Gislebert et passé par héritage aux Regnier. Comme il s’agit d’une fondation familiale, les comtes n’y porteront donc pas le titre abbatial mais se contenteront de nommer les abbés. Néanmoins, les moines profiteront de l’exil et de la confiscation des biens de Regnier III en 958 pour demander et obtenir du souverain le statut d’abbaye royale. Un statut que les comtes contesteront toujours, ne cessant de revendiquer, contre les moines, leur droit de nommer les abbés. Ce cas illustre donc à merveille l’idée que les abbayes royales faisaient alors l’objet d’une forme de négociation entre le roi et les grands. Quant à Crespin, elle avait été acquise par Gislebert sous forme de simple bénéfice devenu ensuite héréditaire : elle fut donc considérée comme quantité négligeable et fut systématiquement sous-inféodée à des fidèles50. Ces trois exemples d’abbayes « comtales » souligneront une fois de plus l’insuffisance et l’imprécision du vocabulaire traditionnellement utilisé pour rendre compte des nuances et des subtilités des notions juridiques du Moyen Âge.

Notes

1 K. Voigt, Die karolingische Klosterpolitik und der Niedergang des westfränkischen Königtums. Laienabte und Klosterinhaber, Stuttgart, 1917.

2 Sur l’origine du statut des abbayes royales, création des Pippinides, on verra surtout les différents travaux de Josef Semmler, en particulier, J. Semmler, « Karl der Grosse und das fränkische Mönchtum », dans W. Braunfels éd., Karl der Grosse. Lebenswerk und Nachleben, 2, Düsseldorf, 1965, p. 255-289 ; ID., « La naissance des abbayes royales au Haut Moyen Âge, 7e - 9e siècles », dans Revue du Nord, 50, 1968, p. 110-111 et ID., « Pippin III und die fränkischen Klöster », dans Francia, 3, 1975, p. 88-146, ainsi que les remarques de K.-F. Werner, « Le rôle de l’aristocratie dans la christianisation du nord-est de la Gaule », dans Revue d’histoire de l’Église de France, 62, 1976, p. 45-74, à la p. 65. Sur la naissance de l’abbatiat laïque et séculier en général, voir Fr.J. Felten, Aebte und Laienabte im Frankenreich. Studien zum Verhältnis von Staat und Kirche im früheren Mittelalter, Stuttgart, 1980.

3 Sur les aspects juridiques de ces concessions, les travaux de E. Lesne, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, 2 : La propriété ecclésiastique et les droits régaliens à l'époque carolingienne, Lille, 2 vol. , 1922-1926 et Id., « Les diverses acceptions du terme beneficium du VIIIe au XIe siècle. Contribution à l’étude des origines du bénéfice ecclésiastique », dans Revue historique de droit français et étranger, 4e série, 3, 1924, p. 5-56, restent fondamentaux.

4 L’ambiguïté de cette terminologie résulte du changement de sens du terme Neustria, qui se produit dans le courant du IXe siècle, réduisant progressivement l’ancienne grande Neustrie à un territoire beaucoup plus limité du nord-ouest de la Francie (Normandie, Maine, Anjou). Pour ce sens restreint, voir par exemple J. BOUSSARD, « Les destinées de la Neustrie du IXe au XIe siècle », dans Cahiers de civilisation médiévale, 11, 1968, p. 15-28. Pour l’acception large, voir en général éd. H. Atsma, La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850. Colloque historique international, Sigmaringen, 2 vol., 1989 (Beihefte der Francia, 16).

5 Sur ce contrôle des abbayes par les Pippinides, voir en général J. Laporte, « Les monastères francs et l’avènement des Pippinides », dans Revue Mabillon, 30, 1940, p. 1-30, et en particulier A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sombre et Meuse (VIIe -XIe siècles), Sigmaringen, 1985 (Beihefte der Francia, 14) et A.-M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques. Une politique du pouvoir en Hainaut au Moyen Age (VIIe -XIe siècle), Bruxelles, 1994 (Crédit Communal, coll. Histoire in-8°, 92).

6 Sur ce processus, voir surtout, J. Semmler, « Pippin III », art. cit., supra n. 2.

7 Pour tout cela, je renvoie aux travaux de E. Lesne et F. Felten cités supra n.2 et 3, auxquels on ajoutera E. Lesne, « Les ordonnances monastiques de Louis le Pieux et la Notitia de Servitio Monasteriorum », dans Revue d’histoire de l'Eglise de France, 6, 1920, p. 161-175,321-338, 449-488.

8 Pour des exemples de ce type, voir A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit. supra n. 5. p. 200-204 et n.19.

9 Voir Fr. J. Felten, Aebte, op. cit., supra n.2, p. 144-174. Sur la ministérialité en général, voir en dernier lieu K. Schulz, « Ministerialität — Ministerialen », dans Lexikon des Mittelalters, 6, München, 1993, col. 636-639 (avec bibliographie).

10 Concilium Vernense, ch. 6 (11 juillet 755), éd. A. Boretius, MGH, Capitularia regum Francorum, 1, Hannover, 1881, p. 34 (no 14). Voir aussi Fr. J. Felten, Aebte, op. cit., p. 105.

11 Sur ce dernier point, voir surtout R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe -Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995, p. 260-261 et 356-365.

12 Voir par exemple F.-L. Ganshof, « Eginhard à Gand », dans Bulletin de la société d’histoire et d'archéologie de Gand, 34, 1926, p. 13-33.

13 Pour les détails de ces événements, voir l’indispensable R. Parisot, Le royaume de Lorraine sous les Carolingiens (843-923), Paris, 1899. Sur le règne de Charles le Chauve, voir aussi en dernier lieu, J.-L. Nelson, Charles the Bald, London-New York, 1992.

14 R. Parisot, Le royaume, op. cit., p. 341.

15 Sur l’histoire du diocèse de Cambrai, voir H. Platelle, « Les origines. Le Moyen Âge », dans Les diocèses de Cambrai et de Lille, dir. P. Pierrard, Paris, 1978, p. 7-93 et M. Rouche, « Cambrai, du comte mérovingien à l’évêque impérial », dans Histoire de Cambrai, dir. L. Trenard, Lille, 1982, p. 11-42 (Histoire des villes du Nord/Pas-de-Calais, 2).

16 Voir par exemple K.-F. Werner, Les origines (avant l’an mil), Paris, 1984, p. 414 (Histoire de France, dir. J. Favier, 1).

17 Sur ce point, voir surtout R. Parisot, Le royaume, op. cit., supra n. 13, p. 201-203, 218-222 et 283 ; en dernier lieu, A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 202. Je ne partage pas l’opinion de M. Rouche, « Cambrai », art. cit., supra n. 15, p. 21-23, qui fait de Jean un adversaire de Lothaire II.

18 Annales Bertiniani, 866, éd. F. Grat, J. Vielliard et S. Clemencet, Annales de Saint-Berlin, Paris, 1964, p. 132. À ce sujet, voir aussi K. Voigt, Die karolingische Klosterpolitik, op. cit., supra n.l, p. 34 et Ph. Grierson, « La maison d’Evrard de Frioul et les origines du comté de Flandre », dans Revue du Nord, 24, 1938, p. 247.

19 Adelelme est cité comme abbé de Saint-Bavon dans une charte de Charles le Chauve du 11 octobre 864 (éd. M. Gysseling et A.C.F. Koch, Diplomata Belgica ante annum millesimum centesimum scripta, no 133, s.l., 1950, p. 223-225 ou G. Tessier, A. Giry et al., Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, 2, Paris, 1955, p. 115-116, no 274). Mais selon A. Verhulst, De Sint-Baafsabdij te Gent en haar grondbezit (VIIe -XIVe eeuw). Bijdrage tot de kennis van de structuur en de uitbating van het grootgrondbezit in Vlaanderen tijdens de middeleeuwen, Bruxelles, 1958, p. 34-35, Adelelme aurait déjà été abbé en 853, peut-être après que Charles le Chauve en eut privé quelqu’un d’autre. Il aurait reçu cet abbatiat peu après le pillage de l’abbaye par les Normands en 851. Voir aussi, dans le même sens, G. Berings et Chr. Lebbe, « Abbaye de Saint-Bavon », dans Monasticon belge, VII, 1, Liège, 1988, p. 30.

20 Selon Ph. Grierson, « The translation of the relies of St. Amalberga to St. Peter’s of Ghent », dans Revue bénédictine, 51, 1939, p. 304-305, Robert le Fort, futur roi de Francie occidentale, se serait vu confier l’abbatiat laïque de Saint-Pierre de Gand. L’hypothèse, acceptée et reprise par A. Verhulst, De Sint-Baafsabdij, op. cit., supra n.19, p. 35 et G. Berings et Ch. Van Simaey, « Abbaye Saint-Pierre au Mont-Blandin », dans Monasticon belge, VII, 1, Liège, 1988, p. 99, a pourtant été réfutée par N. Huyghebaert, « La translation de sainte Amelberge à Gand », dans Analecta Bollandiana, 100, 1982, p. 447 et 454. Plus récemment, les travaux menés par G. Declercq, Het « Liber traditionum » van de Gentse Sint-Pietersabdij (10de en 11 de eeuw). Een kritische bronnenstudie, Thèse de doctorat inédite, Université de Gand, 1994, amènent à une révision complète de la liste abbatiale de Saint-Pierre de Gand. Si l'on suit ses conclusions, au demeurant très convaincantes, l'abbatia aurait été confiée successivement, après Eginhard, à Audacer, père de Baudouin Ier (mentionné en 856, cf. thèse citée, p. 121 et 146), à un certain Folradus (mentionné en 863, cf. thèse citée, p. 318-319), à Baudouin Ier lui-même (mentionné en 870, mais peut-être déjà abbé en 864, mort en 879, cf. thèse citée, p. 165 et n.588, p. 318-319 et 381-382), au comte de Laon Gaucher, fils d’Adelelme, qui fut exécuté en 892 sur l’ordre du roi Eudes (mentionné en 889 et 891, cf. thèse citée, p. 116 et n.264, p. 121 et 128), enfin au comte Baudouin II de Flandre vraisemblablement à partir de 892 (cf. thèse citée, p. 57 et 401-402). Je remercie très chaleureusement Georges Declercq d’avoir bien voulu me communiquer ces précieuses informations.

21 Pour tout cela, voir H. Platelle, Le temporel de l'abbaye de Saint-Amand des origines à 1340, Paris, 1962, p. 56-58.

22 Voir à ce sujet J. Hyam, « Ermentrude and Richildis », dans M.T. Gibson et J.-L. Nelson éd., Charles the Bald : Court and Kingdom, Oxford, 1981, p. 154-168.

23 Acte du 4 février 870, éd. G. Tessier, Recueil, op. cit., supra n.19, 2, p. 238-240 (no 334). Voir J.-M. Duvosquel, « L’abbaye de Maroilles en Hainaut et la politique de sécularisation des Carolingiens », dans Anciens Pays et Assemblées d'États, 56, 1972, p. 1-12 et A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 177-178.

24 Pour les détails de cette problématique, voir A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 204-208 (avec bibliographie).

25 Elle n’est attestée que par une continuation des Gesta episcoporum Cameracensium rédigée vers 1180 par un chanoine de Saint-Géry ; selon ce témoignage tardif, la mémoire de Charles le Chauve est commémorée chaque année par cette communauté parce qu’il aurait contribué à la dédicace de leur nouvelle église et qu’il aurait institué là cent ( !) chanoines dotés de prébendes (éd. L. Bethmann, MGH SS, VII, Hannover, 1846, p. 502). L’auteur exagère sans doute, mais la tradition qu’il invoque pourrait reposer sur un fond de vérité, compte tenu de deux autres indices : d’une part, la mention de l’auteur des Gesta, en 1024-1025, relative à une nouvelle église dont la construction fut entamée par l’évêque Thierry de Cambrai en 863 mais interrompue par sa mort et terminée plus tard (Gesta episcoporum Cameracensium, ch. 49, éd. citée, p. 418). D’autre part, l’existence d’un acte pontifical de Jean VIII en date du 28 septembre 878, manifestement faux à mon avis, qui évoque l’existence d’un diplôme aujourd’hui perdu donné par Charles le Chauve au bénéfice de l'abbaye Saint-Géry (Ph. Jaffe et S. Loewenfeld, Regesta pontificum Romanorum, Leipzig, 1885-1888, no 3188 ; éd. Ch. Duvivier, Recherches sur le Hainaut ancien du VII au XIIe siècle, Bruxelles, 1865, p. 317-322 (no 17) ; extraits dans G. Tessier, Recueil, op. cit., 2, p. 508-509 (no 454), qui admet l’hypothèse du diplôme perdu). D’après le même acte pontifical, c’est au célèbre comte Boson, frère de son épouse Richilde, que Charles le Chauve aurait alors confié l'abbatia de Saint-Géry.

26 Outre H. Platelle, Le temporel, op. cit., supra n.22, voir aussi J. Warichez, L’abbaye de Lobbes depuis les origines jusqu'en 1200, Louvain-Paris, 1909, p. 39.

27 Sur ces épisodes, outre R. Parisot, Le royaume, op. cit., p. 391 et 404, voir aussi J.-M. Duvosquel, « L’abbaye de Maroilles », art. cit., supra n.23, p. 8-9, Fr. J. Felten, Aebte, op. cit., p. 51 et n.29 et J. Hyam, « Ermentrude », art. cit., supra n. 22, p. 163-164 et n.74.

28 Acte du 9 juillet 877, éd. G. Tessier, Recueil, op. cit., 2, p. 466-468 (no 433). Sur cet acte, voir notamment J.-J. Hoebanx, L’abbaye de Nivelles des origines au XIVe siècle, Bruxelles, 1952, p. 102-103 et Id., « Abbaye de Nivelles », dans Monasticon belge, IV, 1, Liège, 1964, p. 276-279, qui ne considère cependant pas la reine Richilde comme l’abbesse laïque de Nivelles, pas plus d’ailleurs que J. Hyam, « Ermentrude », art. cit., p. 162, qui voit dans cet acte une simple interventio de la reine, comparable à celles d’Ermentrude en faveur d’autres abbayes. Je ne partage pas cet avis : en réalité, l’acte est concédé par Charles non pas sur l’intervention, mais bien à la prière (ob deprecationem) de la reine (pour d’autres exemples illustrant cette distinction, cf. A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 264). En outre, il s’agit de la création d’une mense conventuelle au profit de la communauté, un acte qui requiert en tous les cas l’aval de l’abbé. Or le diplôme de Charles n’évoque l’assentiment d’aucun autre personnage que son épouse. En l’occurrence, Richilde ne peut donc agir ici qu’au titre d’abbesse laïque de Nivelles.

29 H. Platelle, Le temporel, op. cit., p 59.

30 Acte du 11 juillet 877, éd. G. Tessier, Recueil, op. cit., p. 475-477 (no 436). Voir aussi J. Nazet, « Crises et réformes dans les abbayes hainuyères du IXe au début du XIIe siècle », dans J.-M. Cauchies et J.-M. Duvosquel éd.. Recueil d'études d'histoire hainuyère offertes à Maurice A. Arnould, Mons, I, 1983, p. 479 et n.79.

31 Acte du 12 août 877, faux rédigé au XIe siècle (éd. G. Tessier, Recueil, op. cit., 2, p. 657-660, no 501). On ne peut certes pas faire confiance au contenu de cet acte, mais l’intervention de Gisèle, plausible à la date du diplôme, peut provenir d'une source perdue utilisée par le faussaire. Sur Gisèle, voir notamment Ph. Grierson, « La maison », art. cit., supra, n.18, p. 242, n.6 et 265.

32 R. Parisot, Le royaume, op. cit., p. 433-439.

33 J. Warichez, L'abbaye de Lobbes, op. cit., supra n.26, p. 40-42 et surtout A. Dierkens, Abbayes, op. cit., supra n.5, p. 110-113.

34 Sur ces événements, voir surtout R. Parisot, Le royaume, op. cit., p. 418-419, n.5 et p. 489-490. Synthèse dans A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 202-203.

35 Sur l’acte du 15 novembre 889, voir en dernier lieu A. Dierkens, Abbayes, op. cit., p. 112-113.

36 J.-P. Devroey., Le polyptyque et les listes de biens de l’abbaye Saint-Pierre de Lobbes (IXe -XIe siècles). Édition critique, Bruxelles, 1986, p. 33 et 36. Sur ces monastères, voir aussi J. Nazet, « Crises », art. cit., supra, n.30, p. 465-466 (Antoing) et 489-490 (Wallers) ; et, pour Wallers, A. Dierkens, Abbayes, op. cit., p. 100-102.

37 C’est en effet bien Malines — et non Malonne — qui est citée dans le traité de Meersen de 870. Sur ce point et sur l’acte de Charles le Simple de 912-915, voir aussi A. Dierkens, Abbayes, op. cit., p. 143 et 150-151.

38 Cf. supra n. 21.

39 Cf. supra op. cit. n. 20.

40 Sur cet épisode, voir notamment Ph. Grierson, « La maison d’Evrard de Frioul », art. cit., p. 256-257.

41 Voir aussi Ph. Grierson, « La maison d’Evrard de Frioul », art. cit.. p. 257-258.

42 H. Platelle, L’abbaye, op. cit., p. 61-64.

43 Sur Salles, voir G. Despy, « Deux actes faux fabriqués au chapitre de Chimay : la charte de fondation d’Erlebold de 887 et la bulle de Lucius III de 1 182 », dans Clio et son regard. Mélanges d’histoire, d’histoire de l’art et d'archéologie offerts à Jacques Stiennon, Liège, 1982, p. 115-121 et les remarques d’A. Dierkens, Abbayes, op. cit., p. 146.

44 Voir A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 179-190.

45 A.-M. Helvétius, ibid., p. 247-252.

46 Sur le Vermandois au Xe siècle, voir notamment K.-F. Werner, « Untersuchungen zur Frühzeit des franzôsischen Fürstentums (9.-10. Jhr.) », dans Die Welt aïs Geschichte, 18, 1958, p. 256-289 ; 19, 1959, p. 146-193 et 20, 1960, p. 87-119 ; O. Guyotjeannin, « Noyonnais et Vermandois aux Xe et XIe siècles », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 139, 1981, p. 143-189 ; R. Fossier. « Le Vermandois au Xe siècle », dans Media in Francia... Recueil de mélanges offerts à Karl Ferdinand Werner, Paris, 1989, p. 177-186 et B. Schneidmüller, « Heribert 1 » et « Heribert II », dans Lexikon des Mittelalters, 4, 1989, col. 2154.

47 A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., p. 213-234.

48 Sur la réforme de Gérard de Brogne et d’Arnoul Ier en Flandre, voir surtout A. Dlerkens, Abbayes, op. cit., p. 229-247 et en dernier lieu W. Mohr, Studien zur Klosterreform des Grafen Arnulf I. von Flandern : Tradition und Wirklichkeit in der Geschichte der Amandus-Klöster, Leuven, 1992 (Medievalia Lovaniensia, I, 22).

49 K. Voigt, Die Klosterpolitik, op. cit., supra n. I, p. VII-VIII.

50 Pour les détails de l’histoire de ces trois abbayes, je me permets ici encore de renvoyer à mon étude sur les abbayes du Hainaut : A.-M. Helvétius, Abbayes, op. cit., respectivement p. 235-246, 213-234 et 260-267.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search