Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

La reine et ses liens avec les monastères dans le royaume d’Italie

Cristina La Rocca

Texte intégral

«La piccola anima di Cunegonda, non troppo aperta agli splendori delle lettere e delle arti non poté nemmeno affmarsi e acuirsi alla corte nella politica. Quanto diversa da Angelberga ! Le somigliò solo nella pietà».
(G. Pochettino, «I Pipinidi in Italia», p. 5).

  • 1 Bern, Bürgerbibl., cod. 363, f. 99r « Consuetudinis regiae fuit, ut legitimam uxorem nor. habentes (...)
  • 2 C. Villa, La lectura Terentii, Padova, 1983, p. 60.
  • 3 Epitome chronicorum Casinensium, R.I.S., II, I, Mediolani, 1723, p. 370.
  • 4 Sur sa vie, S. Konecky, Die Frauen des karolingischen Konigshauses, Diss. Phil. Fak., Wien, 1974, (...)
  • 5 G. Pochettino, « L’imperatrice Angelberga », dans Archivio Storico Lombardo, 48, 1921, p. 40-41 ; (...)
  • 6 E. Hlawitschka, Franken, Bayern, Alemannen und Burgunder in Oberitalien (774-962). Zum Verständnis (...)
  • 7 P. Stafford, Queens, concubines and dowagers in the Early Middle Ages. The King’s wife in the Earl (...)

1Un manuscrit milanais de la seconde moitié du IXe siècle porte l’annotation de Angelberga1 en marge de certains vers de Servius évoquant la coutume royale de choisir comme héritiers les fils nés de femmes illégitimes ; on retrouve la même note en marge des vers d’Horatius disant qu’on ne doit pas faire confiance aux belles femmes2 ; enfin dans l'Epitome chronicorum Casinensium on parle avec beaucoup de détails des tentatives faites par l’impératrice pour séduire le comte Hucpaldus, qui la refusa noblement3. Ces trois exemples, destinés à dénigrer Angelberge, épouse de Louis II4, non seulement expriment la réprobation que suscitait son rôle dans les affaires politiques et militaires du royaume, mais ont été interprétés comme le reflet des nouveaux pouvoirs de la reine en Italie, et aussi comme l’expression du caractère exceptionnel d’Angelberge5. On l’a présentée comme symbole de nouveauté en même temps qu’indicé de la désagrégation du pouvoir public carolingien, dans un scénario où les possibilités du passé pouvaient s’exprimer politiquement. La spécificité d’Angelberge a également d’autres raisons : non seulement elle appartient à une famille d’officiers publics — les Supponides — qui avait développé ses pouvoirs et son patrimoine foncier en Italie du Nord6, mais elle continua à se mêler des affaires du royaume pendant son veuvage et malgré son manque de fils, deux conditions qui conduisaient normalement à la relégation politique d’une reine7.

  • 8 Par exemple, G. Pochettino, « L’imperatrice Angelberga », art. cit., supra n. 5, p. 39, la jugeait (...)

2Pour l’étude des rapports et de la configuration institutionnelle de la femme du roi en Italie, le cas d’Angelberge peut permettre d’évaluer si les nouveautés de son action politique étaient réellement l’expression d’une nouvelle importance de la reine et si les critiques du clergé du IXe siècle sur sa conduite doivent vraiment susciter l’admiration que les historiens italiens du début du siècle ont nourrie pour elle, en la considérant comme un véritable homme8.

  • 9 P. Delogu, « Il regno longobardo », dans P. Delogu, A. Guillou, G. Ortalli éd., Longobardi e bizan (...)

3On doit commencer par considérer l’évolution de l’action politique de la reine dans le royaume des Lombards. Comme on le sait, il ne s’y développa jamais de dynastie royale : le roi était choisi pour l’efficacité de son pouvoir militaire9. Il faut néanmoins observer que la continuité de la royauté lombarde a été plusieurs fois assurée par la reine, qui a été le vecteur de transmission de la royauté à son nouveau mari : pendant l’« interrègne », la reine permet d’empêcher les conflits, si son mari est accepté par une partie du populus. C’est le cas de Théodelinde qui réussit à transmettre le pouvoir royal de son premier mari Authari à son second époux Agilulf, mais aussi de sa fille Gundeperge qui transmit la royauté respectivement à Arioald (626-636) et à Rothari (636-652).

  • 10 J.-L. Nelson, « Queens as Jezabels: Brunhild and Balthild in Merovingian history », dans J.-L. Nel (...)
  • 11 La correspondance entre Grégoire le Grand et Théodelinde est publiée dans Gregorii Magni Registrum (...)

4À première vue, cette tradition peut sembler très différente de celle qui s’était établie dans le royaume mérovingien où l’épouse du roi, souvent de basse extraction, tirait exclusivement la source de honor de sa liaison sexuelle avec le roi, ce qui entraînait pour elle incertitude, faiblesse, mais aussi la « paradoxical freedom » — comme l’a définie Janet Nelson — de choisir les liens les plus efficaces pour consolider sa position10. Une telle opposition doit être nuancée en considérant que la liberté d’action de la reine mérovingienne de basse extraction était très semblable à celle de la princesse étrangère, comme Théodelinde, qui se trouvait de la même manière privée d’un quelconque soutien familial et de toute puissance foncière : pour elle aussi, la stabilité dépendait de l’efficacité de sa puissance dans le royaume de son mari. La correspondance de Théodelinde avec Grégoire le Grand nous permet de comprendre dans quelle mesure les liens personnels pouvaient se transformer en une véritable action politique11.

  • 12 Chez les Mérovingiens, on a supposé que la reine jouait un rôle dans le palatium comme administrat (...)
  • 13 Paul Diacre, Historia Langobardorum, III, 35 : après la mort d’Authari « regina vero Theudelinda q (...)
  • 14 Frédégaire, IV, 51, p. 145 : « Gundeberga regina, cum esset pulchra aspecto, benigna in cunctis et (...)

5Ce que les sources soulignent également, c’est que ces liens s’étaient aussi développés avec le peuple des Lombards, les liberi, selon des modalités que nous ne connaissons pas en détail, mais qui avaient permis à la reine d’avoir le soutien d’un réseau de fidélité qui était différent du pouvoir militaire12. Ce fut en effet avec le consentement des Lombards que Théodelinde put transmettre la royauté à son second mari Agilulf13 ; de la même façon, sa fille Gundeperge « quod omnes Langobardi eidem fidem cum sacramentis firmaverant »14 assura la continuité entre Arioald, Rothari et son fils Rodoald.

  • 15 F. E. Consolino, « La poesia epigrafica a Pavia longobarda nell’VIII secolo », dans Storia di Pavi (...)
  • 16 Respectivement, G. Panazza, Lapidi e sculture paleocristiane e pre-romaniche di Pavia, Torino, 195 (...)
  • 17 G. Panazza, « Lapidi », art. cit,. n. 77, p. 265.
  • 18 Paul Diacre, Historia Langobardorum, VI, 22 : « uxorem vero Ansprandi Theodoradam nomine rex Aripe (...)

6Les sources épigraphiques nous offrent aussi l’image d’une royauté légitimée par les femmes : pensons d’abord au roi Cunipert qui est présenté dans son éloge funèbre comme petit-fils de roi et comme fils d’une femme qui « gubernacula regni tenuit »15. La consolidation de son pouvoir à Pavie s’exprime avant tout dans les deux épigraphes dédiées aux femmes de sa famille : à sa tante Teodota et à sa fille Cuniperge16. Ragintrude, femme du roi Ildeprand (735-744), fut aussi célébrée dans son épigraphe funéraire comme la reine qui « purpureas cotiens simul et diadimata vestes deposuit »17. Dans l’Italie lombarde, le rôle politique de la reine est aussi souligné par les méthodes « royales » utilisées pour la neutraliser : Téoderade, mère du roi Liutprand, qui s’était vantée d’être devenue reine, fut défigurée par Aripert avec sa fille Aurona, en lui tranchant le nez et les oreilles18.

  • 19 CDL, III/l, n. 2, 624 ( ?) luglio 25, Pavia, p. 10-12.
  • 20 Paul Diacre, Historia Langobardorum, IV, 21.
  • 21 Gundeperge fonda l’église S. Giovanni Domnarum, Paul Diacre, Historia Langobardorum, IV, 47 ; V, 4 (...)
  • 22 Paul Diacre, Historia Langobardorum, V, 34.
  • 23 Cf. Carmen de Synodo Ticinensi, dans MGH. Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum, éd. G. W (...)

7La puissance de la reine lombarde fut liée, à partir de Théodelinde, à l’intensité de ses rapports avec les institutions monastiques, soit qu’elle ait doté de biens fonciers des monastères existants (par exemple Bobbio19), soit qu’elle ait fondé de nouvelles églises, comme celle de Saint-Jean à Monza20. La mémoire historique s’est également attachée à conserver le souvenir de l’activité pieuse des reines qui succédèrent à Théodelinde, au point d’en faire l’essentiel de toute leur œuvre : elles s’occupaient des bâtiments des églises, en particulier à Pavie, identifiant ainsi la capitale du royaume comme le lieu où leur action devait avant tout se déployer21. La reine Rodelinde fut en particulier responsable de la construction du monastère de Sainte-Marie ad Perticas, destiné à commémorer tous les Lombards qui avaient perdu leur vie loin de leur famille : la reine se présentait donc comme la gardienne de la mémoire funéraire de tout son peuple, et non pas seulement de son groupe de parenté22. Son mari Pertarit fut le fondeur du monastère féminin de Sainte-Agate al Monte à Pavie, où il envoya sa sœur Teodota et où est concentrée une grande part des inscriptions funéraires de la capitale lombarde du VIIIe siècle23.

  • 24 La présence d’une capitale est une des caractéristiques du royaume lombard : ef. C. R. Brühl, Fodr (...)
  • 25 Paul Diacre, Historia, VI, 1 ; Vita et translatio S. Savini episcopi Causini, dans MGH, Scriptores (...)

8La reine lombarde semble donc immobile : sa sphère d’activité est concentrée à Pavie, la capitale24, et, jusqu’au milieu du VIIIe siècle, aucune forme de renforcement personnel n’est mentionnée. La même tendance à concentrer son évergétisme dans la capitale est également visible dans le duché de Bénévent, où Téoderade a fondé le monastère dédié à Saint-Pierre « foras muros Beneventanae civitatis »25.

  • 26 Les diplômes des reines lombardes ont été presque tous perdus. Cf. CDL, III/l, n. 24 (749-751) ; d (...)
  • 27 Cf. H. Helbling, « Ansa », dans Dizionario Biografico degli Italiani, III, Roma 1961, p. 360-361 ; (...)
  • 28 Le monastère est fondé par le couple royal en 759, dédié au Sauveur, à St-Michel et à St-Pierre, s (...)
  • 29 S. Gasparri, « Grandi proprietari e sovrani nell’Italia longobarda dell'VIII secolo », dans Atti d (...)
  • 30 La politique foncière d’Anselperge consista soit à consolider les relations publiques de ses paren (...)
  • 31 Cette tendance se manifeste dans la production de diplômes émanant conjointement du roi Didier, de (...)
  • 32 Les filles d’Ansa et de Didier furent mariées respectivement : Liutperge avec Tassilon de Bavière, (...)
  • 33 Domna : Théodelinde (624, CDL, III/1, 2), et Ansa (766, CDL, III/l, 37 ; 769, CDL, II, 226 ; 771, (...)
  • 34 Excellentissima : Ansa (765, CDL, III/l, 36 ; 772, CDL, III/l, 41).
  • 35 Gloriosa : Ansa (770-2, CDL, III/l, 43 ; 769, CDL, II, 226). Gloriosissima : Théodelinde (624, CDL (...)
  • 36 Felicissima: Ansa (CDL, III/l, 43, 770-772).
  • 37 Praecellentissima : Ansa (759, CDL, III/1, 31 ; 760, CDL, III/l, 33 ; 761, CDL, II, 155 ; 772, CDL (...)
  • 38 Reverentissima : Ansa (771, CDL, III/l, 40).
  • 39 Gasindi de la reine : Lazarus, CDL, II, 155, a. 761 ; Alpert, CDL, II, 226, a. 769 ; Tassilo (dont (...)
  • 40 CDL, V, 766, Bénévent, p. 362 ; Chronicon Vulturnense, cit., n. 15 (742-751) : « Scauniperga glori (...)

9À partir du milieu du VIIIe siècle, il est possible de relever un changement d’attitude qui s’exprime par la tendance à consolider la légitimité royale dans les lieux d’origine de la reine, donc là où est localisée sa propre puissance foncière26. C’est surtout vrai pour le couple de parvenus que forment Didier et Ansa27 qui renforcent d’une façon systématique leur pouvoir local : avec la fondation du monastère royal du Saint-Sauveur à Brescia, richement doté avec des terres du fisc et des terres de la famille de la reine28, l’aristocratie locale a été encouragée à entretenir des relations de réciprocité, échangeant ses terres contre prières et protection royale29. Brescia devenait ainsi le centre de l’évergétisme de la reine, en renforçant son statut et celui de son aristocratie ; d’un autre côté, Ansa assurait la continuité de ses biens fonciers en leur conférant une dimension monastique, puisqu’ils étaient gérés par l’abbesse du Sauveur qui n’était autre que sa fille Anselperge30. Les fondations monastiques d’Ansa se concentrent donc sur sa propre puissance foncière et s’accompagnent du renforcement institutionnel de la reine, en proposant le couple royal comme l’unique source de légitimité pour la succession de ses enfants31. La politique matrimoniale internationale pour les filles, vivement désapprouvée par la papauté32, la promulgation des diplômes pour le Sauveur par le couple royal, où Ansa reçoit des titres qui traduisent au féminin les appellatifs royaux (domna33 ; excellentissima34 ; gloriosa et gloriosissima35 ; felicissima36 ; praecellentissima37 ; reverentissima38), la présence enfin de gasindi de la reine, d’un antepor domne reginae, d’un scafardus et d’un gastaldius nous montrent Ansa comme ayant une clientèle personnelle et des fonctionnaires qui dépendent d’elle39. Cette tendance se voit aussi à Bénévent, où la légitimité du couple ducal s’exprime par des titres identiques, pour l’homme et pour la femme, mais surtout pour la mère veuve et pour son fils : Scaniperge, mère du duc Liutprand, est appelée summus dux Langobardorum, elle exerce le pouvoir judiciaire ; son nom, enfin, est accolé à celui de son fils sur les monnaies d’or40.

  • 41 J.L. Nelson, « Reines et pouvoirs de la reine », dans A. Dierkens, R. Le Jan, S. Lebecq, J. M. San (...)
  • 42 G. Tabacco, « L’avvento dei Carolingi nel regno dei Longobardi », dans S. Gasparri, P. Cammarosano(...)
  • 43 Cf. Caroli Magni Diplomata, 81 (774 juillet 16), p. 115-117 : « Nos et coniux nostra Hildegardis r (...)
  • 44 Nobis amantissima : Ermengarde, femme de Lothaire Ier (Lotharii I Diplomata, 101 (848), 115 (851)  (...)
  • 45 Dulcissima : Ermengarde, femme de Lothaire Ier (Lotharii I Diplomata, 101 (848), 106 (849) ; divin (...)

10Quand Charlemagne reçut le titre de rex Langobardorum, la reine lombarde occupait donc une place assez différente de celle qu’occupait la reine carolingienne : comme on le sait, les femmes des Carolingiens se caractérisent par leur origine noble, donc par le background de leur parentèle, mais on a souligné l’absence d’un véritable queenship et d’une activité publique41. Bien qu’on considère normalement que la transition entre les Lombards et les Carolingiens a été douce, en soulignant le maintien en place des hommes et l’organisation du royaume42, le remplacement du roi des Lombards par Charlemagne, mais surtout par Pépin et Bernard, a entraîné la redéfinition du pouvoir de la reine. Elle se marque avant tout par l’élimination du titre même de regina et avec lui de tous les appellatifs d’excellence : le seul titre à être conservé fut le mot coniux, qui insistait sur l’importance fondamentale du lien avec le roi. Le titre de regina fut réservé à la femme de Charlemagne43, et les appellatifs de suprématie politique furent remplacés par des appellatifs d’affection qui soulignaient la qualité amoureuse de la relation avec le roi et donc la précarité de la prééminence de la reine (nobis amantissima, dilectissima, desiderabilissima44), et des appellatifs qui soulignaient les qualités personnelles de douceur et de pieuse administratrice (dulcissima, divinarum sollicita45).

  • 46 ARF, 781, p. 56 ; AMP, 781, p. 68-69 ; A. Settia, « Pavia carolingia e post carolingia », dans Sto (...)
  • 47 Caroli Magni Diplomata, n. 81 (Pavia 774, Juillet 16), p. 115-117.
  • 48 Caroli Magni Diplomata, 135 (781 ?), p. 185-186 ; Radoara religiosa femina, femme du strator Gisul (...)

11Cette rupture a son parallèle direct dans la politique à l’égard de Pavie qui perdit son statut de capitale de l’Italie. Comme l’a souligné Aldo Settia, cela se fit en ôtant aux lieux publiques et aux institutions ecclésiastiques royales leur centralité : aucun des monastères liés à la mémoire funéraire des reines lombardes de Pavie ne fut doté par Charles durant les cinq séjours qu’il y fit ; et quand Gisèle, fille de Charlemagne, fut baptisée, elle eut comme compater Thomas, archevêque de Milan, et ce fut Milan, et non Pavie, qui devint le lieu de sépulture des rois carolingiens46. Il est significatif que le seul diplôme conjoint de Charlemagne et d’Hildegarde, promulgué à Pavie immédiatement après la conquête de la ville, soit relatif au monastère du Saint-Sauveur de Brescia, mais qu’il n’eut pas pour but d’augmenter ses biens mais, au contraire, d’en confisquer une partie pour la donner à Saint-Martin de Tours47. La tradition royale du Sauveur ne fut pas continuée : en 781, l’abbesse n’est plus la fille du roi mais Radoara, probablement une femme de l’aristocratie locale48.

  • 49 Hildegarde : mariage et naissance noble : Thegan, Vita Hludowici, 1-2, p. 590-591 ; accouchements  (...)
  • 50 Einhard, Vita Karoli Magni, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 19, éd. Hol (...)
  • 51 Thegan, Vita Hludowici, 22, p. 210 : « Bernhardus filius Pippini, ex concubina natus » ; Alcuin, E (...)

12L’épouse du roi des Lombards perdit ainsi tout rôle politique. Si les annales franques ne mentionnent les activités de la reine qu’en référence au mariage (quand généralement on souligne ses nobles origines), aux accouchements, aux déplacements à la suite du roi, à la mort et au lieu de sépulture (qui est toujours différent)49, ils ne parlent jamais, même par la simple mention de son nom, de la femme du roi des Lombards. Les cinq filles de Pépin semblent n’avoir aucune identité avant d’entrer à la cour de Charlemagne, après la mort de leur père ; mais, même dans ce cas, Eginhard ne mentionne pas le nom de leur mère50. La seule information qu’on ait sur elle est relative à sa condition d’épouse illégitime, par laquelle Thégan souligne l’absurdité des ambitions de son fils Bernard à régner51.

  • 52 Réginon de Prüm, Chronicon, a. 818, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, éd. F. K (...)
  • 53 Éd. E. Benassi, Codice diplomaticoparmense, n. II, 835, juin 1915, p. 101-106.
  • 54 Les testaments du haut Moyen Age sont l’objet de l’étude diplomatique de U. Nonn, « Merowingische (...)

13À propos de Bernard, les annalistes francs, naturellement attachés à expliquer le contexte de sa mort par aveuglement, oublient même de mentionner qu’il avait une épouse et des enfants. Seul Réginon de Prüm se souvient de leurs noms, mais seulement ceux de la descendance masculine52. Le testament de Cunégonde, « relicta quondam Bemardi inclite regis », redige à Parme en 83553, est donc un témoignage précieux pour observer directement la condition d’une veuve royale et pour examiner les stratégies de survie qu’elle avait développées54 : des stratégies efficaces, nous devons le remarquer, parce qu’elles lui ont permis de différencier son destin de celui de son mari.

  • 55 Sur l’appartenance de Cunégonde à la famille des Supponides, cf. G. Pochettino, « I Pipinidi in It (...)
  • 56 J. Fischer, Königtum, op. cit., supra n. 55, p. 207; MGH, Poetae aevi karolini, II, n. V, p. 653.

14Le testament de Cunégonde est organisé comme une donation foncière de ses biens au monastère dédié à Marie et Alexandre, qui a été bâti par elle « in nostris propriis rebus » pour la rémission de l’âme de Bernard, de Cunégonde elle-même et de son fils Pépin : Cunégonde le présente donc comme un monastère qui doit conserver la mémoire dynastique de sa famille. Le patrimoine de Cunégonde est articulé, concentré dans une seule zone géographique, à savoir « in finibus Parmensis, seu Regiensis, Motinensis », c’est-à-dire l’Italie nord-orientale, mais dispersé en plusieurs comitati. Dans le patrimoine du nouveau monastère se retrouvent des biens d’origine différente : avant tout deux monastères urbains à Parme et à Reggio, qui font partie du patrimoine familial ; puis une série de curtes qui ont été achetées par Cunégonde ; enfin une partie de biens (ripae et piscationibus) qui pourraient venir du patrimoine fiscal. La partie la plus intéressante de la liste est celle qui concerne les biens achetés, parce que pour chacun d’eux sont mentionnés avec soin tous les noms de ceux qui les ont vendus à Cunégonde : que la liste des biens est donc organisée pour mettre en lumière les familles qui constituaient le groupe de soutien de Cunégonde elle-même et de son fils Pépin, auquel le nouveau monastère est destiné après la mort de Cunégonde. Le monastère est conçu comme lieu dynastique et devra passer aux « filiis filiorum » de Pépin « et eorum heredibus ac proheredibus legitimis masculini qui propinquiores inventi fuerint ». La souscription à cette charte de deux évêques, du comes de Parme Adalgisus, de trois gastaldi ex genere Franchorum, nous fait comprendre le caractère mixte des relations de Cunégonde : relations publiques mais aussi privées, parce que, comme l’a supposé Fischer, sa famille d’origine était probablement les Supponides, des fonctionnaires publiques qui s’affirment au début du IXe siècle comme comtes de Brescia, puis de Spolète et de Parme55. La stabilitas de Cunégonde était aussi garantie par son frère Podo, évêque de Plaisance, qui lui fait obtenir du pape Grégoire IV les reliques de Saint-Alexandre pour son monastère, et qui est appelé dans son éloge funéraire « summus amor regum, populi decus, arma parentum »56.

  • 57 Annales de Saint-Bertin, éd. F. Grat, J. Vieillard, S. Clemencet, Paris, 1964, p. 13 : « Factum es (...)
  • 58 Voir J. Jarnut, « Ludwig der Fromme, Lothar I. und das Regnum Italiae », dans P. Godman, R. Collin (...)
  • 59 Affó, Storia di Parma, I, p. 289.

15Les relations personnelles de Cunégonde lui ont sauvé la vie, mais elles montrent bien aussi la divergence des orientations politiques à l’intérieur d’un même groupe familial : si le fils de Cunégonde, Pépin, a soutenu Louis le Pieux et sa femme Judith, en libérant l’impératrice de l’exil de Tortone où Lothaire l’avait emprisonnée57, Cunégonde et son groupe de soutien ont évidemment été favorables à Lothaire. Le testament de Cunégonde est en effet rédigé un an après la victoire de Louis le Pieux sur son fils aîné, quand il est envoyé en Italie58. Cunégonde nous offre donc une nouvelle figure de reine par rapport à celle de la reine franque, et par rapport à celle de la reine lombarde : ayant perdu toute connotation institutionnelle, la femme du roi a des biens situés dans le royaume d’Italie, bien que sa famille soit probablement d’origine franque : si le patrimoine foncier est situé en Italie, l’origine du prestige de son groupe familial est étroitement liée à la fonction publique et donc à la fidélité au roi. D’un autre côté, la faiblesse institutionnelle de la reine la conduit à placer ses biens dans une fondation monastique privée qu’elle peut réaliser parce que les membres de sa famille se partagent entre carrières laïques et carrières ecclésiastiques. La rédaction du testament est donc un moyen de fixer par écrit l’avenir même de la famille, en identifiant dans la mémoire le nom de la reine comme celui d’une pieuse bienfaitrice : en 877, l’évêque de Parme Wigbodus n’identifie le monastère de Saint-Alexandre que par le nom de sa fondatrice59.

  • 60 Le patrimoine foncier d’Ermengarde est situé dans la Francia du Nord, où elle fonda un monastère « (...)
  • 61 Thegan, Vita Hludovici imperatoris, 28, p. 216; 55, p. 250.
  • 62 Lotharii I Diplomata, 23 (835 janvier 1924) ; 27 (835 mai 8).
  • 63 Lotharii I Diplomata, 35 (837 décembre 1915).
  • 64 Lotharii I Diplomata, 101 (848 mars 16) : « Dulcissima coniux nostra Hirmingardis deprecata est pi (...)

16Cette stratégie de consolidation locale fut reprise et renforcée par le nouveau couple royal formé par Lothaire et Ermengarde. Ermengarde, en particulier, n’ayant pas de base foncière locale60, fut le vecteur de relations avec les monastères liés aux Carolingiens, mais aussi avec ceux qui étaient de tradition lombarde. Fille du comte Hugues « qui erat timidus super omnes homines »61, Ermengarde paraît rarement dans les diplômes de son mari, mais chaque fois dans des occasions significatives. En 835, elle fait enterrer son frère Hugues dans le monastère carolingien de Saint-Ambroise, c’est-à-dire le monastère funéraire des rois d’Italie62 ; deux ans après, elle reprend la tradition lombarde d’attention royale envers Saint-Sauveur de Brescia : avant tout en envoyant Prando et Gisleramnus « eruditissimi et prudentissimi abbates » pour réorganiser la vie du monastère63 ; puis en reprenant la tradition royale d’envoyer dans le monastère une de ses filles, Gisèle, en obtenant l’usufruit de ses biens fonciers64. À ce moment-là, le monastère même est appelé « Novum », en soulignant l’accroissement impérial de son prestige, par rapport au passé récent et plus ancien.

  • 65 Lotharii I Diplomata, 101 (848 mars 16) : « dilectissime atque amantissime coniugi nostrae Hirming (...)
  • 66 C. La Rocca, L. Provero, « The dead and their gifts. The will of Eberhard, count of Friuli, and hi (...)
  • 67 L’édition du texte du Liber memorialis est encore celle qui a été publiée par A. Valentini, Codice (...)

17C’est dans le diplôme de 848 concernant le Sauveur, que, pour la première fois on utilise pour désigner l’impératrice l’expression « consors imperii » qui, comme l’a démontré Paolo Delogu, n’exprime pas un titre institutionnel, mais la volonté de définir en termes ecclésiastiques la particularité patrimoniale du consortium entre l’empereur et sa femme, en définissant aussi la légitimité des fils à leur succéder, contre les fils des autres Carolingiens65. L’attention d’Ermengarde pour le monastère du Sauveur, comme on le sait, eut comme résultat de voir affluer dans le même monastère les filles de l’aristocratie de fonction, avant tout celles qui étaient liées à la famille carolingienne : comme la fille d’Évrard de Frioul, qui, nommée Gisèle elle-même, montrait bien la tendance à imiter les comportements et le modèle royaux66. La conscience du caractère spécifiquement royal du monastère du Sauveur s’exprima aussi avec la rédaction du liber memorialis qui commence en proclamant que « in tempore domne Amelpergi humilis abbatisse, dominus imperator Lotharius tradidit filiam suam dominam Gislam secundum ordinem sancte regule »67.

  • 68 J. Jarnut, « Ludwig der Fromme, Lothar i. und das Regnum Italiae », art. cit., supra n. 58, p. 357 (...)
  • 69 Agnellus de Ravenne, Liber Pontificalis Ecclesiae Ravennatis, éd. O. Holderegger, MGH, Scriptores (...)
  • 70 Lotharii I Diplomata, 115 ; l’identification entre le monastère de Sta-Maria Regina et le xenodoch (...)

18Au même moment, le couple royal renforçait la position centrale de Pavie, en y demeurant presque constamment, ou dans ses environs, jusque 840, donc en donnant une nouvelle vigueur à la tradition centrale et publique de la capitale68. Comme nous le dit Agnellus de Ravenne, Rotrude, fille de Lothaire, fut baptisée à Pavie par l’archevêque de Ravenne69 : Pavie avait donc été choisie comme siège du pouvoir public pour les célébrations des rites de la famille royale et pour rassembler le clergé le plus éminent. Gisèle, oblate au Sauveur de Brescia, reçut aussi en don un monastère de Pavie, appellé Sainte-Marie Regina, fonda selon une tradition incertaine, par Ansa70. Les institutions monastiques de la capitale commençaient donc à être liées au Sauveur, c’est-à-dire au centre du pouvoir foncier et monastique géré par la reine et sa fille.

  • 71 B. Rosenwein, « The Family Politics of Berengar I, King of Italy (888-924) », dans Speculum, 71 (1 (...)
  • 72 Adiutrix regni : Ludovici II Diplomata, 48 (866) ; augusta : ibid., 40 (864), 45 (866), 48 (866), (...)
  • 73 Nobis amantissima : Ludovici II Diplomata 45 (866) ; 30 (860), 40 (864), 49 (869), 65 (874) ; cari (...)
  • 74 Caroli III Diplomata, 21 (880, Mars 21), p. 35-36 ; 22 (880, Mars 23), p. 37-38 ; 56 (882, Avril 1 (...)
  • 75 Caroli III Diplomata, n. 156 (887, Février 10), p. 253.
  • 76 Caroli III Diplomata, n. 166 (887 Août 11), p. 269.

19La tradition de la reine dont hérita Angelberge, était donc composée de deux modèles qu’elle développa en les réunissant. D’un coté, la tradition supponide qui lui donnait une assise foncière et des relations indépendantes de son mariage avec Louis II71 ; de l’autre le mariage royal qui lui permettait d’utiliser des moyens publiques pour ses propres activités. Les appellations publiques mais aussi privées qui lui sont appliquées dans les diplômes royaux sont le signe de cette ambivalence : Angelberge est en effet appelée adiutrix regni, augusta, clarissima, consors imperii, consors regni, imperatrix, socia imperii72, mais elle est aussi, comme dans la tradition précédente, identifiée comme amabilis, nobis amantissima, carissima, desiderabilissima, nobis dilecta, dilectissima, dulcissima, serenissima73, multipliant ainsi les possibilités de définition de son rôle. Le veuvage d’Angelberge aurait pu entraîner une très forte diminution de son prestige et de son autorité : mais elle choisit de se définir non par rapport à son nouveau statut (vidua, relicta), mais par rapport au passé, en utilisant les titres publiques qui se référaient à sa condition du vivant de Louis IL Elle fut donc nommée olim imperatrix et dignae recordationis Hludouuici excellentissimi imperatoris consobrini nostri coniugem augustam par Charles III en 880, soulignant ainsi que le pouvoir dérivant du mariage avec l’empereur n’avait pas pris fin avec la vie de l’empereur même74 Sept ans plus tard, en 887, Charles III l’appelait soit dilecta soror nostra75, soit encore quondam augusta76.

  • 77 Éd. E. Falconi, Le carte cremonesi dei secc. VIII-XII, I, Cremona, 1979, n. 20, p. 49-53.
  • 78 Éd. E. Falconi, Le carte cremonesi, op. cit, p. 49 : « In nomine Sancte et individue Trinitatis. A (...)
  • 79 Cf. H. Wolfram, « Political theory and narrative in charters », dans Viator, 26 (1995), p. 39-52.
  • 80 André De Bergame, Historia, 18, p. 229.

20Le prestige d’Angelberge était étroitement lié à cette double dimension, publique et privée, dont elle avait certainement une pleine conscience. On peut le voir très clairement dans la structure même de son testament, rédigé à Brescia en 877, deux ans après la mort de Louis II Il s’agit, en effet, d’un testament qui pourrait sembler traditionnel, et donc du même ordre que celui de Cunégonde : il s’agit avant tout de la fondation d’un monastère privé, Saint-Sixte de Plaisance, auquel sont donnés beaucoup de biens fonciers77. Mais le testament est néanmoins très différent de celui de Cunégonde, qui se caractérisait par l'understatement de son auteur et qui était structuré comme une charte privée : celui d’Angelberge a la structure d’un document public solennel, il utilise un vocabulaire public (par exemple, utilisant le verbe dispositif deliberavi), avec une intitulatio, une vraie arenga78 et une dispositio où sont mentionnés ceux qui ont publiquement attesté la légitimité de ses biens79 : l’empereur, avant tout, et les papes Adrien et Jean. Ensuite il établit le nombre des pauperes qui seront nourris à chaque anniversaire de la mort de l’empereur dont le souvenir sera célébré dans le monastère chaque jour et chaque nuit. Ayant en charge la mémoire funéraire de l’empereur, Angelberge utilise cette fonction pour renforcer sa propre position et ses liens funéraires avec le clergé et les institutions monastiques des villes les plus importantes du royaume : Milan, avant tout, où Angelberge donna des biens fonciers, des serfs et des objets précieux au monastère de Sainte-Marie Aurona, passés ensuite dans le patrimoine du monastère royal de Saint-Ambroise « pro remedium animae dive memoriae Hluduuuici quondam imperatoris augusti », où l’empereur avait été enterré selon la tradition80.

  • 81 Le renforcement des formules de minatio qui imitent les formules diplomatiques papales menaçant l’ (...)
  • 82 En 887, Angelberge avait demandé à l’empereur Charles III de lui confirmer ses biens, parce que «  (...)

21Le testament d’Angelberge se termine par une minatio, elle aussi publique, qui est adressée à ses parents, c’est-à-dire aux « omnes principes terre istius et universis quicunque fuerint de parentela mea omnesque post me venturi sunt ». Le monastère Saint-Sixte, fondé par Angelberge à Plaisance, lui est destiné, en tant que femme publique, veuve de l’empereur, mais il est en même temps destiné à commémorer sa mémoire, celle de l’empereur et celle des « parentum in commune nostrorum », c’est-à-dire de ceux dont elle pense qu’ils pourraient causer du tort81. Angelberge imperatrix augusta, consors imperii pouvait donc, grâce à la qualité de ses rapports avec les institutions publiques et ecclésiastiques, se présenter dans son testament avec un entourage de témoins directement liés à elle et à son autorité : cinq vassi, sept comites, l’archevêque de Milan, deux évêques. Mais, dans sa dimension privée, Angelberge coniux desiderabilissima et amantissima, savait que depuis son veuvage les témoins étaient désormais ses frères et ses parents82 : qu’elle devait les utiliser, les flatter mais aussi les menacer d’être jugés « ante tribunal tremendi iudicis mecum inde iudicium habeat et cum luda traditore sit eis pars in gehenna ignis eterni ».

Liste des abréviations

22 André de Bergame, Historia : Andreae Bergomatis, Historia, éd. E. Holderegger, MGH, Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum, Hannover, 1878, p. 220-230.

23 Annales q.d. Einhardi : Annales qui dicuntur Einhardi, éd. F. Kurze, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, Hannover, 1895.

24 AMP : Annales Meîtenses Priores, éd. B. De Simson, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, Hannover-Leipzig, 1905.

25 ARF : Annales regni Francorum, éd. F. Kurze, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, Hannover, 1895.

26 Astronome, Vitu Hludowici : Astronome, Vita Hludowici imperatoris, éd. G. Pertz, MGH, Scriptores, II, Hannover, 1829 ; éd. E. Tremp, MGH Scriptores in usum scholarum, Hannover, 1995.

27 Caroli III Diplomata : éd. P. Kehr, MGH, Diplomata regum Germaniae ex stirpe Karolinorum, II, Berlin, 1936-1937, Caroli Magni Diplomata : éd. E. Mühlbacher, MGH, Diplomata Karolinorum, I, Pippini, Carlomanni, Caroli Magni diplomata, Berlin, 1956.

28CDL, II: Codice Diplomatico Longobardo, II, éd. L. Schiaparelli, Roma, 1933 (Fonti per la storia d’Italia, 63).

29CDL, III/l: Codice Diplomatico Longobardo, III/1, éd. C. R. Brühl, Roma, 1973 (Fonti per la storia d’Italia, 64/1).

30CDL, V: Codice Diplomatico Longobardo, V, éd. H. Zielinski, Roma, 1986 (Fonti per la storia d’Italia, 66).

31 Lotharii I Diplomata: Lotharii I Diplomata, éd. TH. Schieffer, MGH, Diplomata Karolinorum III, Berlin, Zürich, 1966.

32 Lotharii II Diplomata: Lotharii II Diplomata, éd. TH. Schieffer, MGH, Diplomata Karolinorum III, Berlin, Zürich, 1966.

33DBI= I diplomi di Berengario I, a cura di L. Schiaparelli, Roma, 1903,(Fonti per la storia d’Italia, 91).

34 Frédégaire: Pseudo-Fredegarii scholastici Chronicarum libri IV cum continuationibus, éd. B. Krusch, MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, II, Hannover, 1888, p. 1-193.

35 Paul Diacre, Historia Langobardorum, éd. L. Bethmann, G. Waitz, MGH, Scriptores rerum Langobardicarum et ltalicarum, Hannover, 1878, p. 12-187.

36 Thegan, Vita Hludowici: Thegan, Vita Hludowici imperatoris, éd. E. Tremp, MGH Scriptores in usum scholarum, Hannover, 1995.

Notes

1 Bern, Bürgerbibl., cod. 363, f. 99r « Consuetudinis regiae fuit, ut legitimam uxorem nor. habentes aliquam licet captivam tamen pro legitima haberent, adeo ut liberi ex ipsa nati succederent » : Codex Bernensis 363 phototypicae editus, préf. H. Hagen, Lugduni Batavorum, 1897.

2 C. Villa, La lectura Terentii, Padova, 1983, p. 60.

3 Epitome chronicorum Casinensium, R.I.S., II, I, Mediolani, 1723, p. 370.

4 Sur sa vie, S. Konecky, Die Frauen des karolingischen Konigshauses, Diss. Phil. Fak., Wien, 1974, p. 118-126 ; F. Bougard, « Engelberga », dans Dizionario Biografico degli Italiani, XLII, Roma, 1993, p. 668-676, avec la bibliographie précédente.

5 G. Pochettino, « L’imperatrice Angelberga », dans Archivio Storico Lombardo, 48, 1921, p. 40-41 ; S. Pivano, « Il testamento e la famiglia dell’imperatrice Angelberga », dans Archivio Storico Lombardo, 49, 1922, p. 263-294.

6 E. Hlawitschka, Franken, Bayern, Alemannen und Burgunder in Oberitalien (774-962). Zum Verständnis der fränkischen Königsherrschaft in Italien, Freiburg im Breisgau, 1960, p. 303-308.

7 P. Stafford, Queens, concubines and dowagers in the Early Middle Ages. The King’s wife in the Early Middle Ages, Atlanta — London, 1983, p. 10-18.

8 Par exemple, G. Pochettino, « L’imperatrice Angelberga », art. cit., supra n. 5, p. 39, la jugeait « dotata di virile energia e di forte ambizione, superba e prepotente, cupida di dominio e di ricchezze, ella dominò sempre sul debole marito, ed esercitò una parte assai cospicua nella politica generale del suo tempo, sia per l’indirizzo di questa, sia per l’esecuzione delle principali imprese ».

9 P. Delogu, « Il regno longobardo », dans P. Delogu, A. Guillou, G. Ortalli éd., Longobardi e bizantini, Torino, 1980, p. 8-12, 34-36; S. Gasparri, « Il regno longobardo in Italia. Struttura e funzionamento di uno stato altomedievale », dans S. Gasparri, P. Cammarosano éd., Langobardia, Udine, 1990, p. 237-305.

10 J.-L. Nelson, « Queens as Jezabels: Brunhild and Balthild in Merovingian history », dans J.-L. Nelson, Politics and Rituals in Early Medieval Europe, London, 1986, p. 4-9.

11 La correspondance entre Grégoire le Grand et Théodelinde est publiée dans Gregorii Magni Registrum Epistolarum, éd. D. Norberg, (Corpus Christianorum, Series Latina, CXL-CXL A) IV, 4, 33, 37; V, 52; IX, 68, XIV, 12, Turnhout, 1982.

12 Chez les Mérovingiens, on a supposé que la reine jouait un rôle dans le palatium comme administratrice du trésor royal et qu’elle prenait part à la réception au palais des hôtes et des jeunes aristocrates : cf. M. J. Enright, « Lady with a mead-cup. Ritual, group cohesion and hierarchy in the Germanic warband », dans Frühmittelalterliche Studien, 22, 1988, p. 170-203.

13 Paul Diacre, Historia Langobardorum, III, 35 : après la mort d’Authari « regina vero Theudelinda quia satis placebat Langobardis, permiserunt eam in regia consistere dignitate, suadentes ei, ut sibi quem ipsa voluisset ex regno regere utiliter possit. IIIa vero consilium cum prudentibus habens, Agilulfum ducem Taurinatium et sibi virum et Langobardorum genti regem elegit ».

14 Frédégaire, IV, 51, p. 145 : « Gundeberga regina, cum esset pulchra aspecto, benigna in cunctis et piaetate plenessima christiana, aelemosinis larga, praecellenti bonitatem eius, diligebatur a cunctis » ; IV, 70, p. 156 : « Gundeberga regina, eo quod omnes Langobardi eidem fidem cum sacramentis firmaverant, Chrothacharium quidam unum ex ducibus de terreturio Brissia ad se venire precepit, eum conpellins, uxorem quam habebat relinquerit et eam matremonium acciperit. Per ipsam omnes Langobardi eum sublimavant in regno ».

15 F. E. Consolino, « La poesia epigrafica a Pavia longobarda nell’VIII secolo », dans Storia di Pavia, II. L'alto medioevo, Pavia, 1987, p. 161.

16 Respectivement, G. Panazza, Lapidi e sculture paleocristiane e pre-romaniche di Pavia, Torino, 1953, n. 58, p. 250-251 (tav. XCII), n. 75, p. 263-264 (tav. CXI) ; n. 66, p. 256-259 ; F. E. Consolino, « La poesia epigrafica », art. cit., p. 166-167.

17 G. Panazza, « Lapidi », art. cit,. n. 77, p. 265.

18 Paul Diacre, Historia Langobardorum, VI, 22 : « uxorem vero Ansprandi Theodoradam nomine rex Aripert conprehendi fecit. Quae cum se voluntate feminea reginam futuram esse iactaret, naso atque auribus abscisis, decore suae facies deturpata est. Pari etiam modo et germana Liutprandi nomine Aurona deformis effecta est ». La défiguration comme moyen d’ôter tout droit à exercer légitimement le pouvoir royal fut pratiquée par les Lombards, par exemple avec Ansfrit, Paul Diacre, Historia Langobardorum, VI, 3.

19 CDL, III/l, n. 2, 624 ( ?) luglio 25, Pavia, p. 10-12.

20 Paul Diacre, Historia Langobardorum, IV, 21.

21 Gundeperge fonda l’église S. Giovanni Domnarum, Paul Diacre, Historia Langobardorum, IV, 47 ; V, 40, et la dota de biens fonciers (DB1, 69).

22 Paul Diacre, Historia Langobardorum, V, 34.

23 Cf. Carmen de Synodo Ticinensi, dans MGH. Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum, éd. G. Waitz, Hannover, 1878, p. 190 : « monasterium fundavit ubi et Christi conlocavit famulas/suam praefecit germanam egregiam/ipsas et materno amore ut regeret ». Des 50 Inscriptions ou fragments d’inscriptions de Pavie, datables du VIIIe siècle, 14 ont été retrouvées dans ce monastère royal (G. Panazza, Lapidi e sculture, art. cit., supra n. 16, n. 67, 68, 69, 70. 71, 72, 73, 75, 79, 82, 83, 84, 85, 86).

24 La présence d’une capitale est une des caractéristiques du royaume lombard : ef. C. R. Brühl, Fodrum, Gistum, Servitium Regis, Köln/Graz, 1968, p. 366-378 ; S. Gasparri, « Il regno longobardo » art. cit., supra n. 9, p. 254-262 ; J. Nelson, « Kingship and royal government », dans R. Mc Kitterick éd., The New Cambridge Medieval History, II, Cambridge, 1995, p. 383-390 ; F. Bougard, « Palais royaux et impériaux de l’Italie carolingienne et ottonienne », dans A. Renoux éd., Palais royaux et princiers au Moyen Age, Le Mans, 1996, p. 181-194.

25 Paul Diacre, Historia, VI, 1 ; Vita et translatio S. Savini episcopi Causini, dans MGH, Scriptores rerum Langobardicarum et italicarum, éd. G. Waitz, Hannover, 1878, p. 578-580 ; Chronicon Vulturnense, éd. V. Federici, (Fonti per la storia d’Italia), 58-60, Roma, 1925.

26 Les diplômes des reines lombardes ont été presque tous perdus. Cf. CDL, III/l, n. 24 (749-751) ; donation d'Aistulf à l’église de Modène à la demande de la reine Giseltrude « gloriosissima atque praecellentissima [...] dilecta coniux nostra » ; CDL, V, VII (766, Benevento), où on parle du diplôme perdu de Scaniperge et Liutprand pour le monastère de S. Vincenzo al Volturno ; ont été aussi perdus les diplômes de la reine Ansa pour le Sauveur de Brescia (CDL, III/l, p. 274-275), de Théodelinde pour l’église de St-Jean de Monza (CDL, III/l, p. 289), de Rotari et Gundeberge pour le monastère de Bobbio et pour l’église de St-Jean Domnarum à Pavie (CDL, III/l, p. 298, 309), de Ratchis et Tassia au monastère de SS. Silvestro et Nonnoso sur le Monte Soratte (CDL, III/l, p. 302) et de Tassia et sa fille Ratruda pour la fondation du monastère de S. Maria di Piumarola (CDL, III/L p. 311).

27 Cf. H. Helbling, « Ansa », dans Dizionario Biografico degli Italiani, III, Roma 1961, p. 360-361 ; P. Delogu, « Desiderio », dans Dizionario Biografico degli Italiani, XXXIX, Roma 1991, p. 373-381.

28 Le monastère est fondé par le couple royal en 759, dédié au Sauveur, à St-Michel et à St-Pierre, sur une terre fiscale donnée à Didier par le roi Aistulf (CDL, III/l, 31) ; l’année suivante, les biens fonciers du monastère sont élargis (CDL, III/l, 33), en lui donnant les biens confisqués à Cunimund (CDL, III/l, 36, 765), les biens de la famille d’origine de la reine (CDL, III/l, 38, 766), en les augmentant chaque année jusqu’à 772 (CDL, III/l, 39 (767), 40 (771), 41 (772), 42 (772), 44 (772).

29 S. Gasparri, « Grandi proprietari e sovrani nell’Italia longobarda dell'VIII secolo », dans Atti del 6°Congresso internazionale di studi sull’alto medioevo, Spoleto, 1980, p. 429-442; S. Fonay Wemple, « S. Salvatore/S. Giulia: a case study in the Endowment and Patronage of a major female monastery in Northern Italy », dans J. Kirschner, S. Fonay Wemple éd., Women of the médiéval world, Oxford, 1985, p. 85-102.

30 La politique foncière d’Anselperge consista soit à consolider les relations publiques de ses parents, soit à proposer son monastère comme lieu de prestige et de salut pour les familles aristocratiques : cf. CDL, II, 137 (759), p. 29-30 ; 151-153 (761), p. 65-73 ; 155 (761), p. 77-84 ; 158 (761) ; 188 (765), p. 171-173 ; 212 (767), p. 231 ; 217 (768), p. 246 ; 225 (768), p. 268 ; 226 (769), p. 271 ; 228 (769), p. 277 ; 257 (771), p. 345 ; 271 (773), p. 401. Sur les biens fonciers du Sauveur, G. Pasquali, « S. Giulia di Brescia », dans A. Castagnetti, G. Pasquali, M. Luzzatti, A. Vasina éd., Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi (sec. IX-X), Roma, 1979, p. 41-94.

31 Cette tendance se manifeste dans la production de diplômes émanant conjointement du roi Didier, de la reine Ansa et de leur fils Adelchis : CDL. 111/1, 33 (760) ; 36 (765) ; 41 (772). Les intulationes de ces diplômes sont respectivement : n. 33 : « Flavius Desiderius atque Adhelchis viri excelentissimi reges atque precellentissima Ansa regina » ; n. 36 : « Flavius Desiderius et Alehis viri excellentissimi reges » ; n. 41 : « Flavius Desiderius et Adelhis piissimis regibus ».

32 Les filles d’Ansa et de Didier furent mariées respectivement : Liutperge avec Tassilon de Bavière, Adelperge avec Arechis II, duc de Bénévent, et une troisième fille, nommée Berterade uniquement par André de Bergame (Andreae Bergomatis, Historia, 3, p. 223-224) avec Charlemagne. Les protestations du pape Étienne III sont exprimées dans sa lettre adressée à Charlemagne et à son frère en 770-771 : MGH, Epistolae Merowingici et Karolini aevi, éd. E. Dümmler, I, Berlin, 1957, n. 45, p. 560-563.

33 Domna : Théodelinde (624, CDL, III/1, 2), et Ansa (766, CDL, III/l, 37 ; 769, CDL, II, 226 ; 771, CDL, II, 257 ; 772, CDL, III/l, 42 ; 772, CDL, III/l, 44).

34 Excellentissima : Ansa (765, CDL, III/l, 36 ; 772, CDL, III/l, 41).

35 Gloriosa : Ansa (770-2, CDL, III/l, 43 ; 769, CDL, II, 226). Gloriosissima : Théodelinde (624, CDL, III/l, 2) ; Gundeperge (642-3, CDL, III/l, p. 298) ; Ansa (759, CDL, III/l, 31 ; 765, CDL, III/l, 36 ; 766, CDL, III/l, 38 ; 771, CDL, III/l, 40 ; 772, CDL, III/l, 42 ; 770-2, CDL, III/l, 43).

36 Felicissima: Ansa (CDL, III/l, 43, 770-772).

37 Praecellentissima : Ansa (759, CDL, III/1, 31 ; 760, CDL, III/l, 33 ; 761, CDL, II, 155 ; 772, CDL, III/l, 42 ; 770-2, CDL, III/l, 43 ; 772, CDL, III/l, 44).

38 Reverentissima : Ansa (771, CDL, III/l, 40).

39 Gasindi de la reine : Lazarus, CDL, II, 155, a. 761 ; Alpert, CDL, II, 226, a. 769 ; Tassilo (dont le fils Gisulfe de Sebrio se définit comme filius Tassiloni gasindi Ansae, la charge de son père, désormais décédé, servant à le qualifier socialement), CDL, II, 226, a. 769 ; Manipert gasindus gloriosissime Anse (CDL, III/l, 36, a. 765). Antepor domnam régi ne: Adelper, CDL, II, 226, a. 769; Bellerifonsu (CDL, II, 257, a. 771). Scafardus domne regine : Berto, (CDL, II, 257, a. 771) ; gastaldios suos (sc. Anse) : CDL, III/l, 44, 772. Sur ces fonctionnaires, cf. S. Gasparri, « Il regno longobardo, art. cit., supra n. 9, p. 261-262.

40 CDL, V, 766, Bénévent, p. 362 ; Chronicon Vulturnense, cit., n. 15 (742-751) : « Scauniperga gloriosissima domna summus dux gentis Langobardorum » avec « Liudprand, domnus vir gloriosissimus, summus dux gentis Langobardorum ». Pour les monnaies de Liutprand et Scaniperge, cf. Corpus Nummorum Italicorum, XVIII, p. 141-143. Je remercie Alessia Rovelli pour cette référence.

41 J.L. Nelson, « Reines et pouvoirs de la reine », dans A. Dierkens, R. Le Jan, S. Lebecq, J. M. Sansterre éd., Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIe -IXe siècles), Lille, sous presse.

42 G. Tabacco, « L’avvento dei Carolingi nel regno dei Longobardi », dans S. Gasparri, P. Cammarosano éd., Langobardia, Udine, 1990, p. 375-403.

43 Cf. Caroli Magni Diplomata, 81 (774 juillet 16), p. 115-117 : « Nos et coniux nostra Hildegardis regina » ; Thegan, Vita Hludowici imperatoris, 2, éd. E. Tremp, MGH, Scriptores in usum scholarum, Hannover, 1995, p. 176-178 : « Hiltigardam beatissimam reginam » ; Astronome, Vita Hludowici imperatoris, 2, op. cit., p. 286-292 : « reliquid Hildegardam nobilissimam piissimamque reginam in villa regia cuius vocabulum est Cassinogilus, gemina gravidam proie ». Aussi ARF, 780 p. 54, 783 p. 64 ; AMP, 780 p. 68, 783 p. 70.

44 Nobis amantissima : Ermengarde, femme de Lothaire Ier (Lotharii I Diplomata, 101 (848), 115 (851) ; nobis dilecta et dilectissima : Hildegarde (Caroli Magni Diplomata, 149 (783), 155 (s.d.) ; Ermengarde, femme de Lothaire Ier : Lotharii I Diplomata, 23 (835), 27 (835), 35 (837), 90 (845), 101 (848), 102 (848), 106 (849).

45 Dulcissima : Ermengarde, femme de Lothaire Ier (Lotharii I Diplomata, 101 (848), 106 (849) ; divinarum sollicita : Ermengarde, femme de Lothaire Ier : ibid., 23 (835).

46 ARF, 781, p. 56 ; AMP, 781, p. 68-69 ; A. Settia, « Pavia carolingia e post carolingia », dans Storia di Pavia, II, Pavia, 1987, p. 74-78.

47 Caroli Magni Diplomata, n. 81 (Pavia 774, Juillet 16), p. 115-117.

48 Caroli Magni Diplomata, 135 (781 ?), p. 185-186 ; Radoara religiosa femina, femme du strator Gisulfe, est attestée à Brescia, en 759 (CDL, II, 137, p. 30-33). Sur le groupe de parenté de Radoara, cf. S. Gasparri, « Grandi proprietari e sovrani », art. cit., supra n. 29, p. 438-441.

49 Hildegarde : mariage et naissance noble : Thegan, Vita Hludowici, 1-2, p. 590-591 ; accouchements : Astronome, Vita Hludowici, 2, 3, p. 607-608 ; voyages : ARF, 780, p. 54 ; Annales q.d. Einhardi, 780, p. 57 ; AMP, 780, p. 68 ; mort : ARF, 783, p. 64 ; Annales q.d. Einhardi, 783, p. 65 ; AMP, 783, p. 70. Fastrada : mariage et naissance noble : ARF, 783, p. 66 ; Annales q.d. Einhardi, 783, p. 67 ; AMP, 783, p. 70 ; voyages : ARE, 785, p. 68 ; Annales q.d. Einhardi, 785, p. 69 ; AMP, 785, p. 72 ; ARF, 787, p. 76 ; Annales q.d. Einhardi, 787, p. 77 ; mort : ARF, 794, p. 94 ; AMP, 794, p. 80 ; Annales q.d. Einhardi, p. 95. Liutgarde : mort ARF, 800, p. 110 ; AMP, a. 800, p. 85.

50 Einhard, Vita Karoli Magni, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 19, éd. Holder-Egger, Hannover, 1911 : « Quorum Pippinus unum fïlium suum Bernardum, filias autem quinque, Adalhaidem, Atulam, Gundrardam, Berhthaidem ac Theoderadam superstites reliquit. In quibus rex pietatis suae praecipuum documentum ostendit, cum filio defuncto nepotem patri succedere et neptes inter filias suas educari fecisset ».

51 Thegan, Vita Hludowici, 22, p. 210 : « Bernhardus filius Pippini, ex concubina natus » ; Alcuin, Epistolae, dans MGH, Epistolae Karolini aevi, II, éd. E. Dümmler, Berlin, 1895, n. 119, p. 174 : « Laetare cum mulieri adolescentiae tuae ». Cf. K. F. Werner, « Hlodovicus Augustus. Gouverner l’empire chrétien. Idées et réalités », dans P. Godman, R. Collins éd., Charlemagne’s heir. New Perspectives on the Reign of Louis the Pious, Oxford, 1990, p. 23-27; P. Depreux, « Das Königtum Bernhards von Italien und sein Verhältnis zum Kaisertum », dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 72, 1992, p. 1-25.

52 Réginon de Prüm, Chronicon, a. 818, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, éd. F. Kurze, Hannover, 1890, p. 73 : « Habuit iste Bernardus fïlium nomine Pippinum, qui tres liberos genuit, Bernardum, Pippinum et Heribertum ».

53 Éd. E. Benassi, Codice diplomaticoparmense, n. II, 835, juin 1915, p. 101-106.

54 Les testaments du haut Moyen Age sont l’objet de l’étude diplomatique de U. Nonn, « Merowingische Testamente. Studien zum Fortleben einer römischen Urkundenform im Frankenreich », dans Archiv für Diplomatik, 18, 1972, p. 1-129 ; G. Spreckelmeyer, « Zur rechtlichen Funktion frühmittelalterliche Testamente », dans P. Classen éd., Recht und Schrift im Mittelalter, Sigmaringen, 1977 (Vortrage und Forschungen, XXIII), p. 91-113. Pour les caractéristiques des testaments des veuves, J.-L. Nelson, « The wary widow », dans W. Davies, P. Fouracre éd., Property and Power in the Early Middle Ages, Cambridge, 1996, p. 82-113.

55 Sur l’appartenance de Cunégonde à la famille des Supponides, cf. G. Pochettino, « I Pipinidi in Italia (sec. VIII-XII) », dans Archivio Storico Lombardo, 54, 1927, p. 1-42; J. Fischer, Königtum, Adel und Kirche im Königreich Italien (774-875), Bonn, 1965, p. 205-207. Sur le testament de Cunégonde, cf. les brèves observations de V. Fumagalli, Il regno italico, Torino, 1978, p. 117-118.

56 J. Fischer, Königtum, op. cit., supra n. 55, p. 207; MGH, Poetae aevi karolini, II, n. V, p. 653.

57 Annales de Saint-Bertin, éd. F. Grat, J. Vieillard, S. Clemencet, Paris, 1964, p. 13 : « Factum est autem cum sentirent qui fideles erant domno imperatori in Italia, Ratholdus videlicet episcopus, Bonifacius cornes, Pippinus consanguineus imperatoris, aliique quamplures quod coniugem eius quidam inimicorum morti tradere vellent, miserunt sub omni celeritate qui illam eriperent, ereptamque usque ad praesentiam domni imperatoris in Aquis incolumen perduxerunt ».

58 Voir J. Jarnut, « Ludwig der Fromme, Lothar I. und das Regnum Italiae », dans P. Godman, R. Collins éd., Charlemagne’s heir. New perspectives on the reign of Louis the Pious, Oxford, 1990, p. 352-362.

59 Affó, Storia di Parma, I, p. 289.

60 Le patrimoine foncier d’Ermengarde est situé dans la Francia du Nord, où elle fonda un monastère « in villa cuius vocabulum est Herinstein, que sita est in comitatu Helisacensi, super fluvium Hilla » (Lotharii I Diplomata, 106 (849 septembre 6).

61 Thegan, Vita Hludovici imperatoris, 28, p. 216; 55, p. 250.

62 Lotharii I Diplomata, 23 (835 janvier 1924) ; 27 (835 mai 8).

63 Lotharii I Diplomata, 35 (837 décembre 1915).

64 Lotharii I Diplomata, 101 (848 mars 16) : « Dulcissima coniux nostra Hirmingardis deprecata est pietatem nostram ut ei filiaeque nostrae Gisle confirmaremus edictum mansuetudinis nostrae monasterium constructum in honore dei et salvatoris nostri [...] infra muros Brixiae taliter ut sepe dicta coniux nostra, dum adviveret, eundem firmiter usufructuario remota cuiuslibet contrarietate ordinaret atque disponeret locum, post eius quoque discesso praefata filia nostra Gisla eundem similiter disponeret ». En 851, les biens du Sauveur de Brescia sont confirmés à Gisèle, après la mort d’Ermengarde : Lotharii I Diplomata, 115.

65 Lotharii I Diplomata, 101 (848 mars 16) : « dilectissime atque amantissime coniugi nostrae Hirmingardi voluntati obtemperare oportet, quae iugali vinculo nobis sociata est consorsque imperii nostri effecta ». Cf. P. Delogu, « "Consors regni" : un problema carolingio », dans Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medioevo e Archivio Muratoriano, 76, 1964, p. 47-98 ; F. M. Erkens, « "Sicut Esther regina". Die westfränkische Konigin als consors imperii », dans Francia, 19/1, 1993, p. 15-38.

66 C. La Rocca, L. Provero, « The dead and their gifts. The will of Eberhard, count of Friuli, and his wife Gisela, daughter of Louis the Pious », dans F. Theuws éd., Power and Rituals in the Early Middle Ages, Leiden, sous presse.

67 L’édition du texte du Liber memorialis est encore celle qui a été publiée par A. Valentini, Codice necrologico-liturgico del monastero di S. Salvatore o S. Giulia di Brescia, Brescia 1887, qui sera remplacée par Der Memorial-und Liturgiecodex von San Salvatore/Santa Giulia in Brescia, (MGH, Libri memoriales et necrologia, n.s., 4) ; il a été examiné par H. Becher, « Das kônigliche Frauenkloster San Salvatore/Santa Giulia in Brescia im Spiegel seiner Memorialüberlieferung », dans Frühmittelalterliche Studien, 17, 1983, p. 303-312 ; M. De Jong, In Samuel's Image. Child Oblation in the Early Medieval West, Leiden — New York —-Köln, 1996, p. 114-116.

68 J. Jarnut, « Ludwig der Fromme, Lothar i. und das Regnum Italiae », art. cit., supra n. 58, p. 357-362.

69 Agnellus de Ravenne, Liber Pontificalis Ecclesiae Ravennatis, éd. O. Holderegger, MGH, Scriptores rerum langobardicarum et italicarum, Hannover, 1878, 171, p. 388 : l’archevêque George (835-839) « postquam accepit regimen, omnes gazas ecclesiae cunfregit et criptas disrupit et thesauros praedecessorum pontificum extraxit, et ut filiam Lotharii de fonte levaret, magnas ope exinde expendit. Eo anno ivit Papiam ; et post omnia exenia augustali tributa, emit ex palatio eiusdem imperatoris vestimenta baptismalia quingentos aureos, ex aureo ornata, bissina alba ; et suscepit filiam praedicti augusti nomine Rotrudam, quam mihi porrexit, et manibus meis vestivi et calciamenta in pedibus decoravi auro et iacintho ornata, et postmodum missas ad augustum celebravit. Pariter Ermengarda augusta stipata puellis, induta Clara veste, aureo circumdata limbo, cunligata crines vittis, iacintinis gemmis, prosobsi velata, facies stillatas sarduisque, smaragdis, auro. Et ante introitum missarum fatebat, se exardescere siti, et bibit occulte plenam fialam vini peregrini, et post haec caelesti participavit mensae infra palatium eiusdem civitatis in monasterio sancti Michaelis ».

70 Lotharii I Diplomata, 115 ; l’identification entre le monastère de Sta-Maria Regina et le xenodochium dédié à Marie, Pierre et Paul donné par Ansa en 761 (CDL, III/I, 33), a été acceptée aussi récemment par P. Hudson, « Pavia. L’evoluzione urbanistica di una capitale altomedievale », dans Storia di Pavia, II, Pavia, 1987, p. 257, 295.

71 B. Rosenwein, « The Family Politics of Berengar I, King of Italy (888-924) », dans Speculum, 71 (1996), p. 256-257 parle d’une tradition supponide pour le titre de consors regni qui fut utilisé aussi par Bertilla, femme de Berenger Ier.

72 Adiutrix regni : Ludovici II Diplomata, 48 (866) ; augusta : ibid., 40 (864), 45 (866), 48 (866), 49 (869), 50 (870), 65 (874) ; clarissima : ibid., 45 (866), 48 (866), Lotharii II Diplomata, 29 (866) ; consors imperii : Ludovici II Diplomata, 45 (866), 50 (870), 56 (872), 60 (873), 67 (874) ; consors regni : ibid., 48 (866) ; imperatrix : Lotharii II Diplomata, 29 (866), Ludovici II Diplomata, 49 (869), 50 (870), 65 (874) ; socia imperii : 51 (870).

73 Nobis amantissima : Ludovici II Diplomata 45 (866) ; 30 (860), 40 (864), 49 (869), 65 (874) ; carissima : ibid., 40 (864) ; desiderabilissima : 50 (870) ; nobis dilecta : ibid., 34 (861), 45 (866), 46 (866), 51 (870) ; dilectissima : ibid., 42 (865), 48 (866), 50 (870), 54 (871), 60 (873), 67 (874) ; dulcissima : ibid., 49 (869) ; serenissima : ibid., 50 (870).

74 Caroli III Diplomata, 21 (880, Mars 21), p. 35-36 ; 22 (880, Mars 23), p. 37-38 ; 56 (882, Avril 17), p. 96-97.

75 Caroli III Diplomata, n. 156 (887, Février 10), p. 253.

76 Caroli III Diplomata, n. 166 (887 Août 11), p. 269.

77 Éd. E. Falconi, Le carte cremonesi dei secc. VIII-XII, I, Cremona, 1979, n. 20, p. 49-53.

78 Éd. E. Falconi, Le carte cremonesi, op. cit, p. 49 : « In nomine Sancte et individue Trinitatis. Angilberga domni Hludowici div (in) e memorie piissimi imperatoris olim coniux et imperatrix augusta, presens presentibus dixit : quanto amplius divinis nos obsequiis humiliter subicimus et largitori ac retributori bonorum de his que nobis misericorditer contulit, devote mentis donaria preparamus, tanto amplius supernum circa nos favorem conciliandi credimus et sic a repromissa perhennis vite premia concito cursu pertingere nos posse ipso auxiliante confidimus ».

79 Cf. H. Wolfram, « Political theory and narrative in charters », dans Viator, 26 (1995), p. 39-52.

80 André De Bergame, Historia, 18, p. 229.

81 Le renforcement des formules de minatio qui imitent les formules diplomatiques papales menaçant l’âme de damnation plutôt que de prévoir des amendes en argent est caractéristique de la période finale du règne de Louis II, comme l’observe justement P. Delogu, « Strutture politiche e ideologia nel regno di Ludovico II », dans Bullettino dell’lstituto Storico Italiano per il Medioevo e Archivio Muratoriano, 80, 1968, p. 186-187.

82 En 887, Angelberge avait demandé à l’empereur Charles III de lui confirmer ses biens, parce que « quidam homines illi adhuc contradicere partem ex rebus suis » : Caroli III Diplomata, n. 166 (887 Août 11), p. 269-270.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540