Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Le palais et les élites dans le royaume de Germanie

Thomas Zotz

Texte intégral

Pour la publication des actes du colloque, le texte de ma conférence fut traduit en français par Odile Kammerer, Mulhouse. Je voudrais lui exprimer ma grande gratitude !

  • 1 J. F. Bôhmer et E. Mühlbacher, Regesta Imperii, t. I : Die Regesten des Kaiserreichs unter den Kar (...)
  • 2 Monumenta Germaniae Historica (par suite: MGH). Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. 1: Die U (...)
  • 3 Tout récemment B. Schneidmüller, « Vertrag von Verdun », dans Lexikon des Mittelalters, t. VIII, M (...)
  • 4 Reginonis abbatis Prumensis Chronicon cum continuatione Treverensi, éd. F. Kurze, MGH Scriptores re (...)

1En mai 823 l’empereur Louis le Pieux convoqua une grande assemblée à Francfort, là où, pour prolonger son séjour pendant l’hiver — ou pour présenter les choses autrement : pour l’exercice sédentaire de sa puissance — il avait fait construire de nouveaux bâtiments, un palatium novum1. De tout son empire, le souverain fit venir bon nombre de grands, à vrai dire pas tous les universi Franciae primores, comme le notent explicitement les Annales regni Francorum, mais seulement ceux de la Francia orientalis, de Saxe, de Bavière, d’Alémanie et des limites de cette région de la Bourgogne tout comme des territoires le long du Rhin. Ce qui est en jeu ici, c’est la formation, en quelque sorte avant la lettre, du royaume oriental, dix années avant le premier exemple de la notion essentielle de Francia orientalis utilisée dans un diplôme de Louis le Germanique délivré à Francfort2 et vingt années avant le traité de Verdun de 843 qui, si l’on veut, constitue l’acte de naissance officiel de la Germanie3 ; et la capitale de ce royaume allait être Francfort, intitulée par Réginon de Prüm vers la fin du IXe siècle principalis sedes orientalis regni4.

  • 5 À l’exemple de la cour de Charlemagne : J. Fleckenstein, « Karl der Groẞe und sein Hof », dans W. (...)

2Dans l’événement de 823 précédemment cité se jouent donc trois éléments ayant trait à mon sujet : le palatium du souverain, son entourage personnel qui participe au gouvernement du royaume ; ce palatium se retrouve dans un grand nombre de palatia locaux disséminés dans tout le royaume et qui forment des centres importants de pouvoir ; le palais de Francfort était le plus important dans la partie orientale du royaume, autrement dit, en Germanie. Dans le palatium, à la cour du roi, le souverain réunissait les grands de l’Empire, les primores ou encore proceres, c’est là que se déroulaient les échanges entre les deux parties5.

  • 6 La description la plus précise nous est donnée dans l’oeuvre d’Hincmar de Reims, De ordine palatii (...)
  • 7 Otfrid a dédié son oeuvre Ludovvico orientalium regnorum regi. Cf. Otfrid von Weissenburg, Evangel (...)
  • 8 W. Störmer, « Ludwig II. der Deutsche », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, 1991 (...)
  • 9 À consulter toujours encore E. Dümmler, Geschichte des ostfrankischen Reiches, t.I - III, Leipzig, (...)
  • 10 Dans la chronique d'Ekkehard d’Aura du début du XIIe siècle, un poème, inséré à propos de l’année (...)

3Pourtant un conventus comme celui de 823 à Francfort n’était pas la seule forme de rencontre ; parallèlement à ces rencontres épisodiques à l’échelle de l’Empire, travaillait en permanence le personnel attaché à la cour du souverain, les agents laïques et ecclésiastiques qui eux aussi, à l’époque carolingienne, appartenaient à la couche sociale des primores6. Le troisième élément, enfin, l’espace politico-géographique du regnum orientale ou, pour reprendre les termes du poète Otfrid de Wissembourg, des regna orientalia dont Louis le Germanique, destinataire du Liber evangeliorum d’Otfrid, était le roi7. Au coeur de mon enquête se situe l’exercice du pouvoir de ce Louis, rex Germaniae (833-876)8, et de ses fils Carloman, Louis et Charles III9. Je me contenterai d’évoquer brièvement le temps des rois Arnulf et Louis l’Enfant, dont la mort en 911 marque, en Germanie, la fin de la lignée des reges de styrpe Karoli10.

  • 11 L’oeuvre d’Hincmar susmentionnée a été éditée récemment avec une traduction allemande : Hincmar vo (...)
  • 12 H. Mordek, « Kapitularien », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, 1991, col. 943-9 (...)
  • 13 Notkeri Balbuli Gesta Karoli magni imperatoris, éd. H. F. Haefele, MGH Scriptores, Nova Series, t. (...)

4Voici pour le cadre géographique et chronologique de mon exposé. Je voudrais à présent examiner le problème du « Palatium et les élites » sous trois aspects : premièrement ce qu’en disent les sources documentaires et littéraires. Je laisserai de côté des textes bien connus comme l’oeuvre d’Hincmar de Reims, le De Ordine palatii (de plus fabriquée à l’ouest de l’Empire)11, ou encore les capitulaires, pour les mêmes raisons12. Deuxièmement nous voulons nous occuper de ceux que Notker (le Bègue) de Saint-Gall dans ses Gesta Karoli appellent les in palatio ministrantes, c’est-à-dire ce groupe des élites qui sont étroitement et durablement liées par leurs fonctions à la cour royale13. Que peut-on connaître de leurs liens avec les autres primores de l’Empire ? Et troisièmement je vais essayer d’apprécier le rôle de la cour à travers les diplômes en analysant la relation entre le souverain et les grands et en repérant des indices d’éventuels changements en Germanie pendant le IXe siècle.

I.

  • 14 Urkundenbuch der Abtei Sanct Galien, t. I, éd. H. Wartmann, Zürich, 1863, no 221, p. 211. Cf. W. V (...)

5Quelle signification et quelle fonction pouvait avoir de façon générale le palatium pour les élites de l’Empire ? Le palatium était d’abord le lieu de rencontre entre le souverain et les grands. Ire ad palatium : cette activité des élites court comme un fil rouge dans toute la documentation. Quand, en 816, Cozpert, possessionné en Thurgau et en Brisgau, dote l’abbaye de Saint-Gall de nombreux domaines, et exige en retour un certain nombre de prestations, y est inclus l’équipement de voyage de Cozpert : chaque fois qu’il se déplace pour aller au palatium ou en Italie, l’abbaye doit lui fournir un serviteur à cheval et un cheval bien équipé14. Il s’agit, tout naturellement, dans ce contrat entre un noble et une abbaye, du voyage pour rejoindre la cour.

  • 15 Epistolae variorum no 30, dans MGH Epistolae, t. VI, Berlin, 1925, nouvelle édition 1978, p. 194 s (...)
  • 16 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit., supra note 2, D Ludwig der Jüngere no 3, Re (...)

6Alors que nous avions ici affaire à une formulation générale, nous trouvons le témoignage d’une situation bien concrète en Saxe à l’époque du roi Louis le Jeune, un des fils de Louis le Germanique : L’évêque Hildigrim de Halberstadt, également abbé de Werden, écrit une lettre, début 877, au prieur de Werden : « Vous savez que notre messager est en route avec Oddo vers le palatium pour régler nos affaires »15. Grâce au corpus documentaire on peut comprendre le contexte : le 26 janvier 877, le roi Louis prend, à Francfort, le monastère de femmes de Gandersheim sous sa protection en le confiant à ses comtes fidèles (nostri fideles comites) Brun et Otton in procerum nostrorum praesentia16. Par ici donc, (le comte) Oddo était en route ad palatium et il avait dans sa suite un messager de l’évêque de Halberstadt qui devait lui aussi présenter une requête au souverain. Un élément supplémentaire apparaît encore clairement dans l’acte : la cession de l’abbaye eut lieu in procerum nostrorum praesentia, en présence de nos grands, c’est-à-dire sous les yeux des nobles réunis à la cour.

  • 17 Cf. l’article « Curia regis », dans Lexikon des Mittelalters, t. III, München-Zürich, 1986, col. 3 (...)
  • 18 Die Traditionen des Hochstifts Freising, t. I, éd. T. Bitterauf, Quellen und Erörterungen zur baye (...)
  • 19 Cf. M. Borgolte, « Karl III und Neudingen. Zum Problem der Nachfolgeregelung Ludwigs des Deutschen (...)

7Le palatium n’était pas seulement le lieu de rencontre du souverain et des grands de l’Empire, mais il était aussi le lieu du jugement, de la sentence, de la plus haute instance en matière de conflits17. Les traditions de Freising contiennent toute une série d’exemples : à l’automne 869, une certaine religieuse (matrona Christi) Peretkund défendit la donation faite à l’église épiscopale de Freising18 contre les prétentions du comte Gunther, in palatio coram Karlmanno, fils du roi Louis le Germanique, qui alors n’était pas encore roi mais qui depuis la fin des années cinquante participait comme ses frères Louis et Charles à l’exercice du pouvoir de son père19. Même l’entourage des fils consorts était donc considéré comme le palatium !

  • 20 H. Schmitz, Pfalz und Fiskus Ingelheim, Untersuchungen und Materialien zur Verfassungs-und Landesg (...)
  • 21 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit.. supra note 2. D Ludwig der Deutsche 170. Re (...)

8Particulièrement significatif pour notre problématique apparaît le conflit entre l’archevêque Liutbert de Mayence et l’abbé Sigihard de Fulda à propos des dîmes en Thuringe ; un protocole de l’assemblée du 18 mai 876 dans la résidence d’Ingelheim (apud cortem Ingilunheim)20 affirme que cette affaire ne pouvait être définitivement tranchée sans le jugement du roi et sans le conseil de beaucoup de prudentes21. C’est la raison pour laquelle la cause est traduite par les deux parties ad palacium. Sur convocation au placitum (le plaid) du princeps, seraient venus de nombreuses régions les primores ac magnati regis, à savoir évêques, abbés et comtes, les titulaires, donc, des plus hautes charges et fonctions ecclésiastiques et laïques de l’Empire et, nettement séparés, beaucoup de nobiles idonei testes.

  • 22 Cf. l’article « Hofkapelle », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich. 1991. p. 70-74.
  • 23 « Walafridi Strabonis Libellus de exordiis et incrementis rerum ecclesiarum », dans MGH Capitulari (...)
  • 24 Au haut Moyen Âge, le mot praeses pouvait avoir le sens de comte. Le mot aulicus était synonyme de(...)

9Nous avons ainsi une image de la société au travers de cette assemblée à la cour. Les groupes sont explicitement mentionnés : d’abord les archevêques et évêques, à leur tête Liutbert de Mayence, métropolite et archikapellanus, identifié donc par sa fonction ecclésiastique et aussi par sa fonction à la cour royale22 ; puis les secundi ordinis sacrati viri, à savoir l’abbé de Fulda et ses moines. Le niveau secundi ordinis fait penser au traité des honneurs de Walahfrid Strabon dans lequel les évêques, comparés aux comtes, et les abbés, comparés aux tribuni. se situent à des niveaux différents23. Enfin le groupe des six comtes dont le premier se nomme Erluuin avec la précision aulicus preses. Quelle signification attribuer à ces termes ? pas d’autre que celle de comes palatii, comte palatin, un dignitaire laïque éminent à la cour carolingienne24. Liutbert comme Erluuin étaient alors à la tête de leur groupe, leur office à la cour leur conférant une préséance particulière dans la société de la cour comme nous allons le préciser. Par l’intercession du Christ, sous l’autorité et par le jugement du princeps et avec l’accord des évêques, abbés, comtes et le groupe des nobiles personae, les dîmes de la Thuringe furent alors attribuées à l’abbaye de Fulda, in palatio Ingilunheim, comme il est précisé à la fin du protocole. Notre enquête ne peut trouver exemple plus clair de palatium dans le palatium.

  • 25 Gesta Karoli, op. cit., supra note 14, II/6, p. 55 ss. Il s’agit de la légation qui a été envoyée (...)
  • 26 C’est le motif invoqué par Notker. Sur l’ambassade précédente cf Regesta Imperii, t. I, no 459a.

10C’est encore une description plus riche, cette fois-ci empruntée à l’époque de Charlemagne, que donne de la cour royale Notker de Saint-Gall dans ses Gesta Karoli écrites après 883 à propos de la visite de l’ambassade des Byzantins auprès de Charlemagne25. Dès leur arrivée, les membres de la délégation à la cour sont bernés par le défilé de nombreux dignitaires qui se font passer pour le souverain : le maréchal, le comte palatin qui préside le tribunal in medio procerum, le sénéchal (dapifer) et enfin le chambellan. Après cet épisode de dérision, arrangé par la cour de Charlemagne pour venger un accueil indigne des Francs à la cour byzantine26, les envoyés sont menés cette fois-ci en grande solennité auprès de l’Empereur : Charlemagne, souverain glorieux, se tient près de la fenêtre, rayonnant comme le soleil, appuyé sur Heito, évêque de Bâle, et l’abbé de Reichenau et conducteur de l'ambassade des Francs à Byzance. Heito dans la proximité du souverain la plus étroite qui se puisse imaginer ! Tout autour de Charles ses trois fils, un peu plus loin les filles avec leur mère, puis les évêques, les abbés, les ducs et l'exercitus. Le tableau du palatium que Notker nous dresse, même s’il relève de l’imaginaire, est précieux : le cercle étroit et plus large autour du souverain, composé de sa progéniture (proles) et des différents ordines, même un Heito tout proche du souverain, et à l’arrière plan mais toujours dans l’orbite royale, les dignitaires laïques qui ont tenu leur rôle devant l’ambassade byzantine en jouant le souverain.

II.

  • 27 J. Fleckenstein, Die Hofkapelle der deutschen Könige, t. I, Schriften der MGH, no 16/1, Stuttgart, (...)
  • 28 M. Gibson et J.-L. Nelson éd., Charles the Bald: court and kingdom, Oxford, 1981, J. L. Nelson, Ch (...)
  • 29 Regesta Imperii, t. 1, no 1338d.
  • 30 J. Fleckenstein, « Ordinatio imperii von 817 », dans Lexikon des Mittelalters, t. VI, München-Züri (...)
  • 31 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 167 s. H. Houben, « Gozbald », dans Lexikon des Mitte (...)
  • 32 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit., supra note 2. D Ludwig der Deutsche, no 2. (...)

11Après cet excursus à l’époque de Charlemagne qui, on le sait, pour Notker de Saint-Gall tout comme pour Hincmar de Reims, reste le modèle, évoquons, dans la longue durée, des questions et des problèmes concernant les dignitaires ecclésiastiques et laïques à la cour des rois carolingiens en Germanie ; en ce qui concerne la chapelle royale, nous disposons de l’oeuvre fondamentale de Josef Fleckenstein27 alors que les autres secteurs du palatium carolingien restent trop peu explorés, sauf la cour de Charles le Chauve28. Tournons-nous ensuite vers Louis le Germanique qui a régné de 833 à 876 : Louis avait reçu en 826 le gouvernement de la Bavière29 promis depuis l'Ordinatio imperii de 81730 et y avait installé une cour modeste, dirigée par l’abbé Gozbald de Niederalteich dans les fonctions d’archi-chapelain et chancelier31. Toutefois, les mots n'étaient pas modestes : Gozbald se fit privilégier par le rex Baioariorum comme sacri palatii nostri summus cappellanus32.

  • 33 Le mot ambasciare avait la signification particulière de communiquer l’ordre du roi pour la délivr (...)
  • 34 W. Störmer, « Ernst, oberster Graf im regnum Bayern », dans Lexikon des Mittelalters, t. III, Münc (...)
  • 35 Annales Fuldenses, éd. F. Kurze, MGH Scriptores rerum Germanicarum, [t. 7], Hannover, 1891, nouvel (...)
  • 36 W. Stormer, « Karlmann, ostfränkischer König », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Züric (...)
  • 37 Annales Fuldenses, op. cit., supra note 35, p. 55 (a. 861). Le néologisme summas semble être formé (...)
  • 38 Cf. A. Krah, Absetzungsverfahren als Spiegelbild von Königsmacht. Untersuchungen zum Kräfteverhält (...)
  • 39 G. Althoff, « Konigsherrschaft und Konfliktbewältigung im 10 und 11. Jahrhundert », dans Frühmitte (...)

12Durant cette période bavaroise qui dure jusque 833, nous faisons aussi la connaissance de deux fideles regis d’origine bavaroise, Ernst et Werner, qui officient à la cour en tant que ambasciatores33. Ernst, plus tard mentionné comme comte du Nordgau et à plusieurs reprises comme dux de l’armée bavaroise contre les Bohémiens34, passait aux yeux des contemporains pour inter amicos regis primus35. Quand le roi Louis transmit après 856 à son fils aîné Carloman l’administration de la marche de l’Est, il le maria à la fille d’Ernst ; ainsi se trouvait renforcée dans le pays la présence de Carloman36. En tant que conseiller intime, Ernst se trouve mêlé ensuite au complot de Carloman contre le roi Louis ; le summas (sic !) inter omnes optimales, comme le nomment les annales de Fulda37, perdit au procès de Ratisbonne en 861, à cause de son infidélité, tous ses publici honores38. Pourtant sa situation n’apparaît pas telle qu’il doive quitter le pays bien plus, il fut inhumé dans le cloître royal de Saint-Emmeran à Ratisbonne. Prudents égards du souverain vis-à-vis des puissantes familles nobles comme nous le voyons à l’époque ottonienne39 !

  • 40 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 168 ss.
  • 41 D. Geuenich, « Beobachtungen zu Grimald von St. Galien, Erzkapellan und Oberkanzler Ludwigs des De (...)

13Quand Louis le Germanique revendiqua en 833 le regnum in orientali Francia, il fit immédiatement un acte significatif au palatium. Il prit à son service comme chancelier Grimald, abbé de Wissembourg, ancien chapelain de l’empereur Louis le Pieux, et manifesta ainsi l’élargissement de son pouvoir40. D’autre part, Louis le Germanique a maintenu son attachement à la Bavière en établissant l'abbé-évêque Baturich de Ratisbonne dans la charge du summus cappellanus. Grimald qui, depuis 841, se trouvait à la tête de l’abbaye de Saint-Gall et aussi de celle d’Ellwangen et en 848 de la chapelle royale, resta jusqu’à sa mort en 872 un personnage politique éminent dans l’empire de Louis41.

  • 42 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit., supra note 2. D Ludwig der Deutsche, no 96, (...)
  • 43 Pour les offices de cour en général cf. W. Rösener, « Hofämter an mittelalterlichen Fürstenhôfen » (...)
  • 44 A. Krah, op. cit., supra note 38. p. 196.
  • 45 M. Mltterauer, Karolingische Markgrafen im Südosten, Archiv fur österreichische Geschichte, no 123 (...)
  • 46 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit., supra note 2. D Ludwig der Deutsche no 88.

14Examinons aussi rapidement les dignitaires laïques de Louis le Germanique : deux apparaissent dans les actes, l’écuyer Ratbodo42 et l'échanson Wippo43. Ratboto semble avoir été en étroite parenté avec le comte de la marche de l’Est du même nom, qui appartenait aux primates regis44. Le roi Louis aurait de cette façon attaché à sa cour pour l’avenir une famille noble bavaroise45. Le même scénario vaut peut-être pour l’échanson Wippo qui échangea des possessions en Bavière avec l’abbé Wippo de Metten46.

  • 47 Regesta lmperii, t. I, no 1459a.
  • 48 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 187 s. Sur les évêques de Bavière et de Souabe à part (...)
  • 49 Collectio Sangallensis Salomonis III. tempore conscripta no 5, dans MGH Formulae merowingici et ka (...)
  • 50 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 189 s.
  • 51 Son frère Chadolt a été moine à l'abbaye de Reichenau. Cf. K. Beyerle, « Von der Gründung bis zum (...)
  • 52 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 190 ss.
  • 53 B. Schneidmüller, « Karl (III.) der Dicke », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, (...)
  • 54 Liutward apparaît pour la première fois dans cette position en mars 881 à Pavie. MGH Die Urkunden (...)
  • 55 Regesta Imperii, t. I, no 1754a. G. Bührer-Thierry, « Le conseiller du roi. Les écrivains carolingi (...)
  • 56 Regesta Imperii, t. I, no 1765a. H. Keller, « Zum Sturz Karls III. », dans Deutsches Archiv zur Erf (...)

15Sous les trois fils de Louis le Germanique également, nous pouvons observer par le jeu des attributions des hautes charges, l’espace et la conception du pouvoir : Carloman, qui reçut la Bavière à la suite du partage du royaume en 86547, nomma comme archichapelain l’archevêque Theotmar de Salzbourg48, alors que Charles III en tant que rex Alemanniae, titulature que lui confère dans un formulaire Notker de Saint-Gall49, choisit d’abord comme archichapelain l’évêque Witgar d’Augsbourg50 ; peu de temps après, il fit de Liutward, issu d’une famille noble de Souabe51, son archichancelier et, un peu plus tard, son archichapelain.52 Liutward, évêque de Verceil à partir de 879/880 dans le cadre de la domination de Charles III en Italie53, devint le summus consiliarius de l’Empereur54, et sa chute en 88755 préfigure celle rapide de Charles III56.

  • 57 Erchanberti breviarii continuatio, op. cit., supra note 6, p. 329. Pour les problèmes autour de ce (...)
  • 58 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 177, 186. A. Gerlich, « Liutbert, Erzbischof von Main (...)
  • 59 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 198, 204.

16Louis le Jeune, de son côté, le troisième fils de Louis rex Germaniae, reçut de son père le regnum Francorum et Saxonum57, et y mit en fonction comme archichapelain l’archevêque Liutbert de Mayence58 ; Liutbert occupa ensuite en 887 la place de Liutward dans les dernières années du règne de Charles III. Le roi Arnulf, fils bâtard de Carloman, se sépara de Liutbert après la chute de Charles et renoua explicitement avec la politique de son père en confiant de nouveau la charge d’archichapelain à l’archevêque Theotmar de Salzbourg ; deux de ses chanceliers devinrent évêques de Ratisbonne et Passau59.

  • 60 Ibidem, p. 210.
  • 61 H. Maurer, « Salomo III., Bischof von Konstanz », dans Lexikon des Mittelalters, t. VII, München, (...)
  • 62 A. Gerlich, « Hatto I., Erzbischof von Mainz », dans Lexikon des Mittelalters, t. IV, München-Züri (...)
  • 63 MGH Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. III : Die Urkunden Arnolfs, éd. P. Kehr, Berlin, 194 (...)
  • 64 Regesta Imperii, t. 1, no 1891a.

17Louis l’Enfant, fils d’Arnulf et dernier Carolingien de Germanie (900-911), suivit la politique de son père en ce qui concerne les charges de chapelain et de chancelier, en nommant en 907 comme archichapelain l’archevêque Pilgrim de Salzbourg, le successeur de Theotmar60. On peut également citer dans son entourage deux fortes personnalités d’origine souabe, Salomon III, abbé de Saint-Gall et évêque de Constance61, chancelier à partir de 909, et Hatton, abbé dès 888 de Reichenau et Ellwangen, archevêque de Mayence à partir de 891 et plus tard encore abbé de Lorsch et Wissembourg62. Avec ce cumul des charges, Hatton surpasse encore Grimald précédemment évoqué. La proximité du roi, en l’occurence l’empereur Arnulf et son fils Louis, s’exprime dans les actes de souveraineté : par exemple en 894 dans un acte d’Arnulf pris à Ivrée dans lequel il évoque les services d’Hatton comme dilectus consiliarius noster63 ; autre exemple plus probant encore, en tenant sur les fonts baptismaux le fils d’Arnulf, né en 893, il devint compater d’Arnulf et spiritalis pater de Louis64. Hatton ne reçut pourtant aucune charge palatine ; ce qui ne l’empêcha point d’intervenir extrêmement fréquemment dans les actes de Louis l’Enfant. Je reviendrai sur ce point dans la troisième partie de cet exposé.

  • 65 Ibidem, no 1591a. Cf. P. Schubert, op. cit., supra note 42, p. 437. Die Urkunden der deutschen Kar (...)
  • 66 P. Schubert, op. cit., supra note 42, p. 437 s.
  • 67 Ibidem, p. 438.

18Quelques mots encore en ce qui concerne les dignitaires laïques de Charles III et d’Arnulf : à l’époque de Charles III, dans une lettre du pape Jean VIII, nous découvrons Adalbert, protopincerna royal, qui est peut-être identique au neveu de Liutward, Adalbert65. S’il en était ainsi, le famille de Liutward aurait été particulièrement bien représentée à la cour. Je désire encore simplement mentionner le sénéchal (dapifer) de Charles III, Waltfred, qui fit carrière en Italie comme comte de Vérone et fut après 888 au service du roi d’Italie Bérenger comme summus consiliarius66. De la cour d’Arnulf, on ne connaît que le sénéchal (dapifer) Isangrim67, lui aussi illustris cornes et ministerialis du souverain, alors que nous ne savons absolument rien des dignitaires laïques de la cour de Louis l’Enfant. Est-ce le hasard ou ya-t-il eu une évolution dans la configuration de la cour et par là dans son rôle dans la relation entre le souverain et les grands ?

III.

19Dans la troisième partie de cet exposé, je souhaiterais discuter de quelques observations faites à partir d’un examen comparatif des diplômes carolingiens germaniques. Les actes présentent, me semble-t-il, un matériau très riche (jusqu’ici non exploité) pour l’étude de la trilogie souverain-palatium-élites, parce qu’ils nous parlent des activités et des épisodes de la cour. Dans les actes de souveraineté, quel rôle joue la cour vis-à-vis des fideles tam praesentes quam futuri, c’est-à-dire de tous ceux qui sont susceptibles de les entendre ? Bien sûr, on peut étudier cette question à partir de textes normatifs comme les capitulaires ou des oeuvres didactiques comme le De ordine palatii d’Hincmar de Reims, mais alors nous restons au niveau très général et fondamental de l’auteur qui veut exprimer une représentation bien précise. En revanche, les actes de la pratique nous offrent des situations particulières et nous font connaître des réseaux spécifiques de personnages. Avant tout ils présentent l’avantage d’un matériau en séries chronologiques.

  • 68 Regesta Imperii, t. I, no 925d.
  • 69 Ibidem, no 978a. Un an plus tard, le regnum Saxoniae passa à l’empereur Lothaire. Ibidem, no 993c.
  • 70 Ibidem, no 1365k.
  • 71 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t.I, op. cit., supra note 2, D Ludwig der Deutsche, no 26.

20J’ai montré plus haut avec l’exemple du protocole de l’assemblée d’Ingelheim de 867 quelle image d’un épisode à la cour l’on pouvait tirer d’un acte. Je peux poursuivre avec un autre exemple tiré d’un acte de souveraineté : Louis le Germanique dans les années trente revendiqua non seulement la Francia orientais mais aussi la Saxe68 ; en 838, il perdit tous ses droits sur le regnum trans Rhenum à l’exception de la Bavière69. Après la mort de son père l’empereur Louis le Pieux en juin 840, Louis le Germanique manifesta clairement son titre sur la Saxe lors de son séjour à Paderbom en décembre 84070. Bien plus, dans la charte qu’il accorda à l’abbaye de Corvey à l’occasion de son séjour à Paderborn, il fit consigner dans l’acte son entrée en Saxe et le fit savoir71 : « Quand nous sommes arrivés à Paderbom, pour au nom de La Trinité gouverner notre mère l’Église universelle et aussi le status de l’Empire, que nous tenons de Dieu et paterno jure, sont venus à nous parmi tous nos fidèles (inter ceteros fideles nostros) quelques moines de Corvey et leur prieur. Amenés devant notre fidèle conseil en présence de notre majesté (coram familiaribus consiliariis nostris in praesentiam culminis nostri adducti) ils (les moines de Corvey) ont produit un acte de confirmation en faveur de leur abbaye émanant de Louis le Pieux, excellentissimus, christianissimus imperator ».

21L’exposé de l’acte de Louis le Germanique ne se contente pas de thématiser et justifier la succession du pouvoir royal — quelques mois après la mort de Louis le Pieux à Ingelheim — en évoquant sur un ton grandiloquent le divae memoriae genitor noster nobilissimus augustus, il y est aussi clairement affirmé pour la postérité que l’exercice de son pouvoir en Saxe se joue in palatio, d’un côté le vaste aéropage des ceteri fideles nostri qui, par leur présence, représentent et reconnaissent en même temps le regnum de Louis, et d’un autre côté le groupe plus restreint des familiares consiliarii qui entourent directement la majesté royale. L’image de la cour présentée par Notker se retrouve dans les actes de la pratique !

  • 72 Par exemple ibidem, no 35 : quia nos unacum Baturico venerabili episcopo summoque cappellano nostr (...)
  • 73 On peut le vérifier à l’aide de l’index, MGH Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. IV : Die Ur (...)

22La cour du souverain, le rôle et l’assentiment de son proche entourage dans la société : tous ces aspects peuvent être étudiés dans la masse des diplômes conservés. Il est par exemple tout à fait intéressant de voir si et comment se trouve évoqué l’accès au souverain et si les charges palatines des personnages présents dans les textes sont mentionnées ou non. À partir d’un questionnement de cette nature dans la longue durée on peut, je crois, obtenir des éléments pour apprécier les rapports de forces entre le souverain, la cour et les grands. Il apparaît toutefois que, dans l’exposé des actes de Louis le Germanique, une personne est identifiée par sa position à la cour en tant que summus capellanus, summus cancellarius etc.72, usage poursuivi sous Charles III mais en net recul sous Arnulf et totalement tombé en désuétude dans les actes de Louis l’Enfant : Theotmar et Pilgrim, les archichapelains de Louis l’Enfant, n’y apparaissent ici que sous la dénomination de archiepiscopi73. Que signifie cette évolution ? la montée identitaire des grands face au palatium d’un pouvoir royal s’affaiblissant ?

  • 74 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. IV, op. cit., supra note 73. D Ludwig das Kind, no 20. C (...)
  • 75 Cf. les observations semblables de J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 210 s.

23Significatif à cet égard m’apparaît un acte de Louis émis en 903 à Forchheim, qui a déjà suscité l’intérêt de la recherche pour l’arrêt d’une faide des Babenberg74. Dans cet acte, l’évêque et abbé Salomon se voit confirmés les privilèges de son abbaye per suggestionem fidelium nostrorum, primatum videlicet (« sur la requête de nos fidèles, c’est-à-dire les grands »). Suivent ensuite les noms de sept abbés et dixneuf comtes, dont l’interventus atque consultus avait joué en faveur de Salomon auprès de la clementia du roi. La situation d’un roi enfant sous la tutelle de Hatton de Mayence qui, comme nous l’avons vu, n’exerçait aucune fonction à la cour, et de Salomon de Constance et de Saint-Gall, qui ne devint chancelier qu’en 909, fait émerger au grand jour une évolution en germe depuis longtemps : fideles nostri, videlicet primates. Les grands de l’entourage du roi se voient désignés et représentés dans leur position de princes75 !

  • 76 En général au sujet du consilium, consiliarius J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpre (...)
  • 77 Cf. supra note 63.
  • 78 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. IV, op. cit., supra note 73. D Ludwig das Kind, no 39.
  • 79 Cf. supra note 55.
  • 80 D. Claude, « Bernhard, Graf von Barcelona », dans Lexikon des Mittelalters, t. I, München-Zürich, (...)

24Un autre élément se précise dans la longue durée : quand on observe la fréquence d’utilisation des termes qui désignent la communication entre le souverain et les grands, on fait une trouvaille : alors que dans les actes de Louis le Germanique la désignation d’une personne par le vocable consiliarius n’existe pas — sauf dans le diplôme de Paderborn déjà mentionné de 840 où il est question de façon générale de familiares consiliarii -, elle devient extrêmement fréquente sous Charles III grâce surtout à l’apparition maintes fois répétée, surtout en Italie, du summus consiliarius Liutward76 ; tout autre est le cas des actes d’Arnulf : une seule fois apparaît Hatton de Mayence comme dilectus consiliarius noster77, et dans les diplômes de Louis l’Enfant il n’est qu’une seule fois question en 905 de trois comtes et d’autres natu majores et consiliarii nostri78. Un groupe de conseillers : c’est tout autre chose que le conseiller unique donc influent du souverain ; Geneviève Bührer-Thierry a analysé ce problème en se fondant sur l’exemple de Liutward de Verceil79. À la cour de Louis le Pieux, le chambellan Bernhard appartient aussi à cette longue série de mauvais et diaboliques (ou réputés tels) conseillers80.

  • 81 L’évolution apparaît bien dans l’index des MGH.

25Une autre notion, promise à un long avenir, de la communication à la cour se développe en revanche à la fin du IXe siècle : l’interventus. Sous Louis le Germanique, le terme n’apparaît même pas, les documents sous Charles III en offrent quelques exemples et sous Arnulf, mais surtout sous Louis l’Enfant, l’intervention devient un concept clef81 : pas le conseil autour du souverain mais l’intervention, en tant que support du pouvoir, domine la langue des actes qui évoquent la communication à la cour. La destitution de Liutward de Verceil en juin 887 à Kirchen au nord de Bâle, épisode que l’on ne peut développer ici, m’apparaît tout à la fois refléter ce changement précédemment évoqué et en amorcer le prolongement.

***

  • 82 Cf. récemment M. Becher, op. cit., supra note 57.
  • 83 Cf. supra p. 239-240.
  • 84 J. Fried, « Der karolingische Herrschaftsverband im 9. Jahrhundert zwischen « Kirche » und « König (...)
  • 85 Dhuoda, Manuel pour mon fils, éd. P. Riché, seconde édition. Sources chrétiennes, no 225 bis, Pari (...)

26Le palatium et les élites en Germanie : j’espère avoir su montrer clairement quel rôle pivot la cour royale a joué comme centre du pouvoir et espace de communication entre le roi et les grands du regnum orientale. Le souverain a tenté d’attacher la noblesse de son empire par des fonctions ecclésiastiques et laïques à sa cour et par là même à sa personne. D’autres moyens comme les mariages avec la maison royale devaient rencontrer le même succès. Que l’on se souvienne de l’alliance du roi Louis le Jeune avec Liutgart, la soeur des Liudolfinger Brun et Otton, alliance qui assura le rapprochement plus étroit entre la Francia et la Saxonia et finalement ouvrit l’accès à la royauté de Henri Ier82. Inversement, de telles alliances matrimoniales peuvent s’être révélées négatives comme le montre l’exemple du comte bavarois Ernst83. Quand on situe le palatium dans le champ relationnel entre souverain et élites, on peut aussi remarquer comment de son côté la noblesse a joué de la cour et de sa fonction dans une alliance de pouvoir entre maison royale et Église pour reprendre la formule de Johannes Fried84. De précieux témoignages comme le manuel de Dhuoda85 nous manquent pour la partie orientale de l’Empire et nous sommes donc réduits pour cette problématique à tirer des actes d’autorité publique des indices indirects. J’ai tenté de démontrer que, au cours du IXe siècle, se sont développés d’importants changements qui font apparaître dans la communication écrite de la cour des étapes d’un processus d’émancipation se manifestant bien plus nettement dans la période suivante.

Notes

1 J. F. Bôhmer et E. Mühlbacher, Regesta Imperii, t. I : Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern 751-918, Innsbruck, 1908, nouvelle édition, 1966 (ensuite : Regesta Imperii, t. I), no 771a. E. Orth, « Frankfurt », dans Die deutschen Königspfalzen, t. I, Hessen, fasc. II, Göttingen. 1985, p. 183 ss. G. Binding, Deutsche Königspfalzen. Von Karl dem Großen bis Friedrich II. (765-1240), Darmstadt, 1996, p. 117-122.

2 Monumenta Germaniae Historica (par suite: MGH). Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. 1: Die Urkunden Ludwigs des Deutschen, Karlmanns und Ludwigs des Jüngeren, éd. P. Kehr, Berlin, 1934, nouvelle édition, 1980, D Ludwig der Deutsche, no 13 (19 octobre 833). Cf. W. Eggert, « Ostfränkisch — fränkisch — sächsisch — römisch — deutsch. Zur Benennung des rechtsrheinisch-nordalpinen Reiches bis zum Investiturstreit », dans Frühmittelalterliche Studien, no 26, 1992, p. 239-273, ici p. 244 ss.

3 Tout récemment B. Schneidmüller, « Vertrag von Verdun », dans Lexikon des Mittelalters, t. VIII, München, 1997, col. 1509-1511. Pour le royaume oriental cf. C. Brühl, Deutschland-Frankreich. Die Geburt zweier Völker, Köln-Wien, 1990 ; W. Störmer, « Ostfrankisches Reich », dans Lexikon des Mittelalters, t. VI, München-Zürich, 1993, col. 1527-1529.

4 Reginonis abbatis Prumensis Chronicon cum continuatione Treverensi, éd. F. Kurze, MGH Scriptores rerum Germanicarum, [t. I.], Hannover, 1890, nouvelle édition, Hannover, 1989, p. 111.

5 À l’exemple de la cour de Charlemagne : J. Fleckenstein, « Karl der Groẞe und sein Hof », dans W. Braunfels éd., Karl der Grosse. Lebenswerk und Nachleben, t. I: H. Beumann éd., Persönlichkeit und Geschichte, Düsseldorf, 1965, p. 24-50. De nouveau dans J. Fleckenstein, Ordnungen und formende Krafte des Mittelalters. Ausgewählte Beiträge, Göttingen, 1989, p. 28-66.

6 La description la plus précise nous est donnée dans l’oeuvre d’Hincmar de Reims, De ordine palatii, de la fin du IXe siècle. Cf. J. Fleckenstein, « Die Struktur des Hofes Karls des Groẞen im Spiegel von Hincmars De Ordine palatii », dans Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, no 83, 1976, p. 5-22. De nouveau dans J. Fleckenstein, Ordnungen, op. cit., supra note 5, p. 67-813. Cf. aussi P. Riché, La vie quotidienne dans l’empire Carolingien, Paris, 1973, p. 109 ss.

7 Otfrid a dédié son oeuvre Ludovvico orientalium regnorum regi. Cf. Otfrid von Weissenburg, Evangelienbuch. Auswahl althochdeutsch/neuhochdeutsch, éd. G. Vollmannprofe, Stuttgart, 1987, p. 8. Pour l’auteur et son oeuvre cf. U. Ernst, « Otfrid von Weissenburg », dans Lexikon des Mittelalters, t. VI, München-Zürich, 1993, col. 1557-1559.

8 W. Störmer, « Ludwig II. der Deutsche », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, 1991, col. 2172-2174. Le titre rex Germaniae est utilisé par Hincmar de Reims dans les Annales Bertiniani. Cf. J. Ehlers, « Schriftkultur, Ethnogenese und Nationsbildung in ottonischer Zeit », dans Frühmittelalterliche Studien, no 23, 1989, p. 302-317, ici p. 306. Il faut ajouter que Notker (le Bègue) de Saint-Gall, lui aussi, parle en 881/82 de Louis comme Germaniae rex, Erchanberti breviarii continuatio, dans MGH Scriptores, t. II, Hannover, 1879, nouvelle édition 1976, p. 329. Apparemment, cette qualification était courante non seulement « im westlichen Grenzgebiet des Reiches und in Frankreich » (EHLERS), mais aussi dans la Germanie elle-même.

9 À consulter toujours encore E. Dümmler, Geschichte des ostfrankischen Reiches, t.I - III, Leipzig, 1887-1888.

10 Dans la chronique d'Ekkehard d’Aura du début du XIIe siècle, un poème, inséré à propos de l’année mémorable 919, a classé les Carolingiens, MGH Scriptores, t. VI, Hannover, 1844, nouvelle édition 1980, p. 175.

11 L’oeuvre d’Hincmar susmentionnée a été éditée récemment avec une traduction allemande : Hincmar von Reims, De Ordine palatii, éd. T. Gross et R. Schieffer, MGH Fontes iuris germanici antiqui, [t. III], Hannover, 1980.

12 H. Mordek, « Kapitularien », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, 1991, col. 943-946.

13 Notkeri Balbuli Gesta Karoli magni imperatoris, éd. H. F. Haefele, MGH Scriptores, Nova Series, t. XII, Berlin, 1959, II/21, p. 92.

14 Urkundenbuch der Abtei Sanct Galien, t. I, éd. H. Wartmann, Zürich, 1863, no 221, p. 211. Cf. W. Vogler éd., Die Kultur der Abtei Sankt Galien, Zürich, 1990. Cozpert appartenait à une famille noble de grande influence. K. Schmid, « Königtum, Adel und Klöster zwischen Bodensee und Schwarzwald », dans G. Tellenbach éd., Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des grossfränkischen und frühdeutschen Adels, Forschungen zur oberrheinischen Landesgeschichte, no 4, Freiburg im Breisgau, 1957, p. 225-234, ici p. 324.

15 Epistolae variorum no 30, dans MGH Epistolae, t. VI, Berlin, 1925, nouvelle édition 1978, p. 194 s. Cf. W. Stüwer, « Die Reichsabtei Werden an der Ruhr », dans Germania sacra, Nova Series no 12, Berlin-New York, 1980, p. 92.

16 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit., supra note 2, D Ludwig der Jüngere no 3, Regesta Imperii, t. I, no 1550.

17 Cf. l’article « Curia regis », dans Lexikon des Mittelalters, t. III, München-Zürich, 1986, col. 373-386.

18 Die Traditionen des Hochstifts Freising, t. I, éd. T. Bitterauf, Quellen und Erörterungen zur bayerischen und deutschen Geschichte, Neue Serie, no 4, München, 1905, no 898, p. 702 f.....contigit piissimum Karlmannum Hludouuici regis filium ire orientales partes cum caterva non modica veniens ad Padun. Tunc ibi inquisitione facta a Peretkunda in palatio coram Karlmanno, si aliquis sibi contradicere voluisset... Cf. Regesta Imperii, t. I, no 1519c.

19 Cf. M. Borgolte, « Karl III und Neudingen. Zum Problem der Nachfolgeregelung Ludwigs des Deutschen », dans Zeitschrift fur die Geschichte des Oberrheins, no 125. 1977. p. 21-55.

20 H. Schmitz, Pfalz und Fiskus Ingelheim, Untersuchungen und Materialien zur Verfassungs-und Landesgeschichte. no 2, Marburg. 1974. G. Binding, op. cit., supra note I. p. 99-114.

21 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit.. supra note 2. D Ludwig der Deutsche 170. Regesta Imperii, t. I, no 1504.

22 Cf. l’article « Hofkapelle », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich. 1991. p. 70-74.

23 « Walafridi Strabonis Libellus de exordiis et incrementis rerum ecclesiarum », dans MGH Capitularia regum Francorum, éd. A. Boretius et V. Krause, Hannover. 1897, nouvelle édition 1984, t. II, cap. 32, p. 514-516 : Quod comites vel praefecti in saeculo. hoc episcopi ceteri in ecclesia expient... Sicut tribuni militibus praeerant, ita abbates monachis, athletis spiritalibus, praeesse noscuntur. Cf. T. Zotz, « In Amt und Würden. Zur Eigenart ‘offizieller’Positionen im früheren Mittelalter », dans Tel Aviver Jahrbuch fur deutsche Geschichte. no 22, 1993, p. 1-23, ici p. 4 s.

24 Au haut Moyen Âge, le mot praeses pouvait avoir le sens de comte. Le mot aulicus était synonyme de palatinus. Cf. J. F. Nlermeyer, Mediae Latinitatis lexicon minus, Leiden, 1984, p. 839, Mittellateinisches Wörterbuch, t. I, München, 1967, col. 1239 f. Sur l’office du comte palatin cf. I. Eberl, « Pfalzgraf », dans Lexikon des Mittelalters, t. VI, MünchenZürich, 1993, col. 2011-2013.

25 Gesta Karoli, op. cit., supra note 14, II/6, p. 55 ss. Il s’agit de la légation qui a été envoyée en 812 par l'empereur byzantin Michel vers Aix-la-Chapelle. Regesta Imperii, t. I, no 470a.

26 C’est le motif invoqué par Notker. Sur l’ambassade précédente cf Regesta Imperii, t. I, no 459a.

27 J. Fleckenstein, Die Hofkapelle der deutschen Könige, t. I, Schriften der MGH, no 16/1, Stuttgart, 1959.

28 M. Gibson et J.-L. Nelson éd., Charles the Bald: court and kingdom, Oxford, 1981, J. L. Nelson, Charles the Bald, London, 1992.

29 Regesta Imperii, t. 1, no 1338d.

30 J. Fleckenstein, « Ordinatio imperii von 817 », dans Lexikon des Mittelalters, t. VI, München-Zürich, 1993, col. 1434 s.

31 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 167 s. H. Houben, « Gozbald », dans Lexikon des Mittelalters, t. IV, München-Zürich, 1989, col. 1615 s.

32 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit., supra note 2. D Ludwig der Deutsche, no 2. Sur la notion de sacrum palatium comme cour impériale cf. T. Zotz, « Palatium publicum, nostrum, regium. Bemerkungen zur Königspfalz in der Karolingerzeit », dans F. Staab éd., Die Pfalz. Probleme einer Begriffsgeschichte vom Kaiserpalast auf dem Palatin bis zum heutigen Regierungsbezirk, Veröffentlichung der Pfälzischen Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften in Speyer, no 81, Speyer, 1990, p. 71-99, ici p. 73.

33 Le mot ambasciare avait la signification particulière de communiquer l’ordre du roi pour la délivrance d’un diplôme. H. Bresslau, Handbuch der Urkundenlehre, t. II, publié par H.-W. Klewitz, seconde édition, Berlin, 1958, p. 94 s. Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. 1, op. cit., supra note 2. D Ludwig der Deutsche no 7 : Adalramnus archiepiscopus et Arnustus et Uernarius ambasciaverunt ; domnus rex ita scribere iussit.

34 W. Störmer, « Ernst, oberster Graf im regnum Bayern », dans Lexikon des Mittelalters, t. III, München-Zürich, 1986, col. 2176 s.

35 Annales Fuldenses, éd. F. Kurze, MGH Scriptores rerum Germanicarum, [t. 7], Hannover, 1891, nouvelle édition 1993, p. 38 (a. 849).

36 W. Stormer, « Karlmann, ostfränkischer König », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, 1991, col. 996 f.

37 Annales Fuldenses, op. cit., supra note 35, p. 55 (a. 861). Le néologisme summas semble être formé par analogie avec primas.

38 Cf. A. Krah, Absetzungsverfahren als Spiegelbild von Königsmacht. Untersuchungen zum Kräfteverhältnis zwischen Königtum und Adel im Karolingerreich und seinen Nachfolgestaaten, Untersuchungen zur deutschen Staats- und Rechtsgeschichte, Neue Folge, no 26, Aalen, 1987, p. 197 ss.

39 G. Althoff, « Konigsherrschaft und Konfliktbewältigung im 10 und 11. Jahrhundert », dans Frühmittelalterliche Studien, no 23, 1989, p. 265-290. T. Zotz, « König Otto, Graf Guntram und Breisach », dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, no 137, 1989, p. 64-77.

40 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 168 ss.

41 D. Geuenich, « Beobachtungen zu Grimald von St. Galien, Erzkapellan und Oberkanzler Ludwigs des Deutschen », dans M. Borgolte et H. Spilling éd., Litterae medii aevi. Festschrift fur Johanne Autenrieth, Sigmaringen, 1988, p. 55-68. T. Zotz, « Grimald », dans Lexikon des Mittelalters, t. IV, München-Zürich, 1989, col. 1713 s.

42 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit., supra note 2. D Ludwig der Deutsche, no 96, p. 139. Cf. P. Schubert, « Die Reichshofämter und ihre Inhaber bis um die Wende des 12. Jahrhunderts », dans Mitteilungen des Instituts fur österreichische Geschichtsforschung, no 34, 1913, p. 427-501, ici p. 437.

43 Pour les offices de cour en général cf. W. Rösener, « Hofämter an mittelalterlichen Fürstenhôfen », dans Deutsches Archiv zur Erforschung des Mittelalters, no 45, 1989, p. 485-550. Id., « Hofamter », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, 1991, col. 67 s.

44 A. Krah, op. cit., supra note 38. p. 196.

45 M. Mltterauer, Karolingische Markgrafen im Südosten, Archiv fur österreichische Geschichte, no 123, Wien, 1963, p. 86 ss., 155 ss. W. Störmer, « Radbod, Prafekt der bayerischen Ostmark », dans Lexikon des Mittelalters, t. VII, München, 1995, col. 385 s.

46 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. I, op. cit., supra note 2. D Ludwig der Deutsche no 88.

47 Regesta lmperii, t. I, no 1459a.

48 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 187 s. Sur les évêques de Bavière et de Souabe à partir de 876 cf. tout récemment G. Bührer-Thierry, Évêques et pouvoir dans le royaume de Germanie. Les Églises de Bavière et de Souabe 876-973, Paris, 1997.

49 Collectio Sangallensis Salomonis III. tempore conscripta no 5, dans MGH Formulae merowingici et karolini aevi, éd. K. Zeumer, Hannover, 1886, nouvelle édition 1963, p. 399.

50 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 189 s.

51 Son frère Chadolt a été moine à l'abbaye de Reichenau. Cf. K. Beyerle, « Von der Gründung bis zum Ende des freiherrlichen Klosters (724-1427) », dans Id. éd., Die Kultur der Abtei Reichenau, t. 1, München, 1925, p. 111. Id., « Aus dem liturgischen Leben der Reichenau », Ibidem, p. 419 qualifie Liutward aussi comme moine de Reichenau ce qui n’est pas justifié. Cf. R. Rappmann et A. Zettler, Die Reichenauer Mönchsgemeinschaft und ihr Totengedenken im frühen Mittelalter, Archäologie und Geschichte. Freiburger Forschungen zum ersten Jahrtausend in Südwestdeutschland, no 5, Sigmaringen, 1998.

52 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 190 ss.

53 B. Schneidmüller, « Karl (III.) der Dicke », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, 1991, col. 968 s.

54 Liutward apparaît pour la première fois dans cette position en mars 881 à Pavie. MGH Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. II: Die Urkunden Karls III., éd. P. Kehr, Berlin, 1936/1937, nouvelle édition 1984, D Karl III, no 33.

55 Regesta Imperii, t. I, no 1754a. G. Bührer-Thierry, « Le conseiller du roi. Les écrivains carolingiens et la tradition biblique », dans Médiévales, no 12, 1987, p. 111-123.

56 Regesta Imperii, t. I, no 1765a. H. Keller, « Zum Sturz Karls III. », dans Deutsches Archiv zur Erforschung des Mittelalters, no 22, 1966, p. 333-384.

57 Erchanberti breviarii continuatio, op. cit., supra note 6, p. 329. Pour les problèmes autour de cette formulation cf. M. Becher, Rex, Dux und Gens. Untersuchungen zur Entstehung des sächsischen Herzogtums im 9. und 10. Jahrhundert, Historische Studien, no 444, Husum, 1996, p. 124 ss.

58 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 177, 186. A. Gerlich, « Liutbert, Erzbischof von Mainz », dans Lexikon des Mittelalters, t. V, München-Zürich, 1991, col. 2039 s.

59 J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 198, 204.

60 Ibidem, p. 210.

61 H. Maurer, « Salomo III., Bischof von Konstanz », dans Lexikon des Mittelalters, t. VII, München, 1995, col. 1314.

62 A. Gerlich, « Hatto I., Erzbischof von Mainz », dans Lexikon des Mittelalters, t. IV, München-Zürich, 1989, col. 1957 s.

63 MGH Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. III : Die Urkunden Arnolfs, éd. P. Kehr, Berlin, 1940, nouvelle édition 1988, no 125.

64 Regesta Imperii, t. 1, no 1891a.

65 Ibidem, no 1591a. Cf. P. Schubert, op. cit., supra note 42, p. 437. Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. II, op. cit., supra note 54, D Karl III, no 170.

66 P. Schubert, op. cit., supra note 42, p. 437 s.

67 Ibidem, p. 438.

68 Regesta Imperii, t. I, no 925d.

69 Ibidem, no 978a. Un an plus tard, le regnum Saxoniae passa à l’empereur Lothaire. Ibidem, no 993c.

70 Ibidem, no 1365k.

71 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t.I, op. cit., supra note 2, D Ludwig der Deutsche, no 26.

72 Par exemple ibidem, no 35 : quia nos unacum Baturico venerabili episcopo summoque cappellano nostro... commutationem fecimus.

73 On peut le vérifier à l’aide de l’index, MGH Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. IV : Die Urkunden Zwentibolds und Ludwigs des Kindes, éd. T. Schieffer, Berlin, 1960. 11 faut souligner que ces observations se réfèrent au corps du texte, non à l’eschatocole où les titulatures ont continué à apparaître.

74 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. IV, op. cit., supra note 73. D Ludwig das Kind, no 20. Cf. G. Althoff, « Episkopat und Adel Alemanniens im früheren Mittelalter », dans Archäologie und Geschichte des ersten Jahrtausends in Südwestdeutschland, Archäologie und Geschichte. Freiburger Forschungen zum ersten Jahrtausend in Südwestdeutschland, no 1, Sigmaringen, 1990, p. 257-273, ici p. 266 ss.

75 Cf. les observations semblables de J. Fleckenstein, op. cit., supra note 27, p. 210 s.

76 En général au sujet du consilium, consiliarius J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpretationen des Verhaltnisses von Königtum und Adel am Beispiel des Frankenreiches, Monographien zur Geschichte des Mittelalters, no 27, Stuttgart, 1982. G. Bührer-thierry, op. cit., supra note 46, p. 53 ss.

77 Cf. supra note 63.

78 Die Urkunden der deutschen Karolinger, t. IV, op. cit., supra note 73. D Ludwig das Kind, no 39.

79 Cf. supra note 55.

80 D. Claude, « Bernhard, Graf von Barcelona », dans Lexikon des Mittelalters, t. I, München-Zürich, 1980, col. 1985. E. Boshof, Ludwig der Fromme, Darmstadt, 1996, index.

81 L’évolution apparaît bien dans l’index des MGH.

82 Cf. récemment M. Becher, op. cit., supra note 57.

83 Cf. supra p. 239-240.

84 J. Fried, « Der karolingische Herrschaftsverband im 9. Jahrhundert zwischen « Kirche » und « Königshaus » », dans Historische Zeitschrift, no 235, 1982, p. 1-43.

85 Dhuoda, Manuel pour mon fils, éd. P. Riché, seconde édition. Sources chrétiennes, no 225 bis, Paris, 1991.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search