Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Lieux de rencontre, temps de négociation : quelques observations sur les plaids généraux sous le règne de Louis le Pieux

Philippe Depreux

Texte intégral

  • 1 Cf. Hincmar, De ordine palatii, éd. T. Gross et R. Schieffer, MGH Fontes iuris Germanici antiqui, (...)
  • 2 E. Seyfarth, Frankische Reichsversammlungen unter Karl dem Grossen und Ludwig dem Frommen, Leipzig (...)

1Le théoricien du gouvernement carolingien qu’était Hincmar distinguait — comme vraisemblablement Adalhard de Corbie à la génération précédente — deux composantes de l’ordo palatii : d’une part, l’administration du Palais, et d’autre part, la tenue des assemblées1. S’il y a lieu de douter de la pertinence des observations de l’archevêque de Reims quant au rythme des plaids2, force est de noter l’importance qu’il leur conférait : la chose est évidente pour les questions d’ordre politique et législatif, qui intéressaient Hincmar au premier chef. Au détour de quelques phrases, l’archevêque évoque cependant aussi certains traits illustrant la dimension sociale de ces rencontres et les enjeux qu’elles pouvaient revêtir pour la majorité des participants. Bien sûr, c’était l’occasion de rencontrer l’empereur :

  • 3 Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. VII (35), 1. 590 sqq., p. 92 : Interim vero, quo haec in (...)

« Tandis que ces délibérations [il s’agit des conseils restreints] avaient lieu en l’absence du roi, celui-ci restant avec la foule recevait les présents, saluait les grands, s’entretenait avec ceux qu’il voyait rarement... »3.

2Assurément, Hincmar évoque là un point essentiel, de même qu’il révèle implicitement le mobile de bien des déplacements à la cour lorsqu’il écrit :

  • 4 Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. VI (33), 1. 564 sqq., p. 90 : Praefatorum autem consiliar (...)

« Quant à ces hauts conseillers dont j’ai parlé, leur premier soin, quand on les convoquait au palais, était de ne pas s’occuper des causes des particuliers quelles qu’elles fussent et quels qu’ils fussent, ni même des procès apportés au palais [...] avant d’avoir réglé avec l’aide de Dieu les affaires générales qui intéressaient l’État et le salut du roi et du royaume. Ensuite, si sur l’ordre du seigneur roi on devait réserver quelque affaire qui ne pouvait être terminée, sans qu’ils l’eussent prise en considération [...] ils procédaient à son examen »4.

  • 5 Sur ce « testament de la raison », cf. J. Devisse, Hincmar, Archevêque de Reims, 845-882, Genève, (...)

3En dépit de son intérêt, le De ordine palatii est un document qu’il faut utiliser avec précaution, car Hincmar pouvait parfois être amené à gauchir certains traits pour mieux imposer sa propre vision des choses au jeune roi Carloman5 : c’est pourquoi nous allons nous tourner en priorité vers d’autres sources pour étudier les plaids convoqués par l’empereur à la cour duquel Hincmar s’était initié à la vie politique.

  • 6 Présentation sommaire de cette assemblée dans : E. Boshof, Ludwig der Fromme, Darmstadt, Wissensch (...)
  • 7 Annales regni Francorum, éd. F. Kurze, MGH Scriptores rerum Germanicarum, t. 6, Hannover, 1895, a. (...)
  • 8 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 163 (Drogon) et p. 264 sq. (Hugues). On ignor (...)
  • 9 P. Depreux, « Das Königtum Bernhards von Italien und sein Verhältnis zum Kaisertum », dans Quellen (...)
  • 10 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 78 (Adalhard) et p. 391 (Wala).
  • 11 Annales regni Francorum, op. cit., a. 821. p. 156.
  • 12 Astronome, Vita Hludowici imperatoris, éd. E. Tremp, MGH Scriptores rerum Germanicarum, t.-64, Han (...)
  • 13 Annales regni Francorum, op. cit., a. 821, p. 156.
  • 14 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 302.
  • 15 L’unité de l’empire était voulue par l’empereur et ceux qui sanum sapiunt (Ordinatio imperii, préa (...)
  • 16 Indépendamment de l’empereur, on observe également cette tendance en matière d’architecture religi (...)
  • 17 P. Depreux, « Louis le Pieux reconsidéré ? À propos des travaux récents consacrés à "l’héritier de (...)
  • 18 Les participants au plaid de juillet 817 étaient parvenus à un consensus après trois jours de jeûn (...)
  • 19 Ordinatio imperii, op. cit., p. 271 :... ad... totius popuii christiani perpetuam pacem...
  • 20 Sur ces années, cf. J. Semmler, « Renovatio Regni Francorum. Die Herrschaft Ludwigs des Frommen im (...)
  • 21 Astronome, Vita, op. cit., c. 35, p. 406 ; Agobard, Lettre no 5, op. cit., p. 166.
  • 22 Capitula ab episcopis Attiniaci data, MGH Capitularia 1, op. cit., no 174, p. 357 sq.
  • 23 Hincmar, De divortio Lotharii regis et Theutbergae reginae, éd. L. Böhringer, MGH Concilia, t. 4, (...)
  • 24 BM2 760 (735). Sur cette affaire, cf. P. Depreux, « Le comte Matfrid d’Orléans (av. 815-836) », da (...)
  • 25 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 355 sq.
  • 26 BM2 759 (734):... Rampo, cornes, nostram adiit serenitatem... Il est fait mention de l’élection de (...)

4Ces sources sont particulièrement riches et variées à propos d’une assemblée fondamentale du règne de Louis le Pieux : le plaid d’août 822 tenu à Attigny, qui valut à l’empereur le surnom de nouveau Théodose et un regain de prestige6. C’est en effet à cette occasion qu’il « fit une confession publique et se livra à une pénitence »7 en raison de son attitude à l’égard de ses demi-frères8, de Bernard d’Italie9 et d’Adalhard et Wala10. Cette mesure avait été préparée de longue date, puisque la réconciliation avec l’abbé de Corbie remontait en réalité à l’automne précédent11. Un processus dont l’interprétation s’avère délicate était alors en cours : lors d’une assemblée convoquée en mai, l’empereur avait fait examiner le texte de l'Ordinatio imperii de 817 et l’avait fait confirmer par les grands au moyen d’un serment12. Il renouvela l’opération au plaid suivant13, réuni à Thionville en octobre 821. C’est à l’occasion de ce rassemblement que Lothaire épousa la fille du comte de Tours, Hugues14. On peut donc se demander si cette confirmation des mesures imposées en 817 par la sanior pars15 ne répondait pas à un désir de Lothaire, d’Hugues et des grands qui leur étaient proches d’obtenir des garanties au moment où le fils aîné de l’empereur allait pouvoir fonder sa propre lignée. Il est également fort probable que le retour en grâce d’Adalhard contraignit Louis à un retour aux traditions en vigueur sous Charlemagne16 ; les contingences politiques eurent donc une influence directe sur une question juridique, celle de la validation de ce qui, somme toute, était considéré comme un partage17 : Louis se trouva dans l’obligation d’agir à l’instar de son père en faisant confirmer l'Ordinatio imperii parserment18. Les nouveaux engagements pris concernant ces dispositions visant au bien du peuple chrétien19 suscitèrent vraisemblablement aussi une réflexion sur les principes de la renovatio regni Francorum qui avaient inspiré les premières années du règne de l’empereur20. L’heure du bilan avait sonné. De fait, Louis ne fut pas seul à faire son mea culpa et à chercher comment amender son gouvernement21 : les évêques prirent également des engagements en ce sens22. Mais on n’étudia pas que des questions de politique générale lors du plaid d’Attigny. Nous savons en effet que les assemblées ecclésiastique et laïque eurent l’une après l’autre à connaître des accusations portées par une certaine Northilde contre son mari23. Une commission composée de ducs et de comtes examina également une plainte présentée par l’avoué du monastère de Meung-sur-Loire24. Par ailleurs, le comte de Gérone, Rampon25, profita de son voyage à la cour pour présenter à l’empereur l’abbé du monastère de Banolas, qui lui fit alors hommage26. Cette brève évocation du plaid d’Attigny, d’une grande importance pour l’histoire des idées politiques, nous ramène aux Hommes qui participèrent à cette assemblée ou à d’autres ; c’est désormais à eux que nous allons nous intéresser.

  • 27 À ce propos, cf. les réflexions d’A. Esch, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als m (...)
  • 28 L’historien doit s’estimer particulièrement heureux s’il peut établir une liste d’une quinzaine de (...)
  • 29 Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, éd. E. Tremp, MGH Scriptores rerum Germanicarum, t. 64, Hanno (...)
  • 30 L’assemblée avait été convoquée à Metz pour le 2 février 835 ; sur cette date, cf. P. Depreux, « W (...)
  • 31 Concilium ad Theodonis villam congregatum, éd. A. Werminghoff, MGH Concilia, t. 2/2, Hannover, 190 (...)

5Le point sur l’état de la question peut se faire en deux mots. En effet, les recherches sur les assemblées des temps carolingiens portent principalement sur la date et le rythme de leur tenue, sur la manière dont elles sont désignées dans les sources et, dans le cadre d’enquêtes plus ponctuelles, sur le sujet des délibérations. En revanche, les personnes qui y prirent part font rarement l’objet d’études — pour une raison fort simple : il est extrêmement difficile de savoir qui participait aux assemblées, car notre information, livrée aux hasards de la tradition documentaire27, est très lacunaire. Bien souvent, nous ne parvenons à citer que quelques noms28. Certaines assemblées font toutefois exception, tel le conventus magnus populorum29 de février/mars 835 lors duquel Louis le Pieux fut réconcilié avec l’Église et l’archevêque de Reims, déposé30 : on connaît le nom de la quarantaine d’évêques y ayant participé. Il est vrai qu’on établit alors une liste des prélats devant lesquels Ebbon comparut31. Néanmoins, on dispose aussi de quelques rares listes assez longues permettant de reconstituer partiellement la composition d’autres plaids. Nous allons donc essayer d’analyser les souscriptions de deux actes privés jetant quelque lumière sur des assemblées convoquées par Louis le Pieux.

  • 32 Les annalistes sont laconiques à ce propos, cf. Annales regni Francorum, op. cit., a. 820, p. 154  (...)
  • 33 E. Seyfarth, Reichsversammlungen, op. cit., supra n. 2, p. 40 sq. Certes, cette assemblée n’est nu (...)
  • 34 BM2 723 (-), diplôme donné le 6 septembre.
  • 35 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 226.
  • 36 Ibid., p. 262-264.
  • 37 Ibid., p. 133 sq.
  • 38 Traditiones Wizenburgenses. Die Urkunden des Klosters Weissenburg, 661-864, éd. K. Glöckner, A. Do (...)
  • 39 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 177-182.
  • 40 Ibid., p. 288-291.
  • 41 Ibid., p. 223 sq.
  • 42 Ibid., p. 368 sq.
  • 43 Tels vraisemblablement Ruadbert et Gundhart, de même que l’évêque de Strasbourg, Adaloch — sur ce (...)
  • 44 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 210-211. On peut également citer Alédramne, c (...)
  • 45 Ibid., p. 69.
  • 46 On compte cinq personnes dont le nom est formé sur le préfixe adal-, et dix dont le nom est formé (...)
  • 47 F. Vollmer, « Die Etichonen. Ein Beitrag zur Frage der Kontinuität früher Adelsfamilien », dans G.(...)
  • 48 Il serait à mon sens spécieux d’arguer du fait que l’échange fut conclu quatre jours avant l’expéd (...)

6Alors que nous ignorons la teneur des débats de l’assemblée tenue à Quierzy-sur-Oise en 820, au début du mois de septembre32, nous pouvons citer le nom d’une trentaine de participants. S’agissait-il d’une assemblée restreinte, comme on a pu le prétendre33 ? Rien ne permet vraiment de trancher. Quant aux participants, un diplôme de Louis le Pieux34 nous permet de savoir que l’abbé de Saint-Claude et le notaire Gundulf35 se trouvaient à Quierzy. L’intérêt de ce document est toutefois négligeable au regard de l’acte d’échange de biens sis en Alsace conclu le 2 septembre entre deux personnes importantes : le comte de Tours, Hugues36, et l’évêque de Worms, Bernaire, agissant en tant qu’abbé de Wissembourg37. Cet acte est souscrit par Hugues et par 29 personnes38, dont un abbé, qui n’est autre qu’Eginhard39, et une dizaine de comtes. On relève ainsi le nom de Lambert, comte du Nantais40, de son parent, Gui, comte du Vannetais41, de Rorgon, comte de Porhoët42 ; par conséquent, nous rencontrons les principaux grands de la marche de Bretagne, dont certains, à l’intar d’autres souscripteurs de l’acte d’échange, étaient originaires du Rhin moyen et des régions alentour43. D’autres personnes élargissent le champ géographique : par exemple, le comte bavarois Gérold44. On y trouve également le connétable Adalbert45, qui agissait peut-être en tant que parent d’Hugues. On compte en effet pas moins de trois personnes du nom d’Adalbert46, commun à plusieurs membres de la famille des Etichonides47. Le doute n’est en tout cas pas permis en ce qui concerne la personne ayant souscrit l’acte immédiatement après Eginhard et l’évêque de Strasbourg, qui ouvrent la liste : elle répond au nom d’Etih. Il n’est par conséquent pas douteux que le comte Hugues demanda à des parents et des amis prestigieux de souscrire l’échange conclu avec Bernaire. Cet acte nous permet de savoir qu’on était venu à Quierzy de régions aussi diverses que des confins bretons ou bavarois. Il faut cependant se garder de reconnaître dans cette liste de souscripteurs l’énumération exhaustive des participants au plaid de la fin de l’été 820 : le nom de l’abbé de Saint-Claude, pourtant présent48, n’y figure pas.

  • 49 Codex diplomaticus Fuldensis, éd. E. Fr..1. Dronke, Cassel, 1850. no 513, p. 226. Cette notice rel (...)
  • 50 Les diplômes de Louis le Pieux permettent en outre de confirmer la présence de Louis le Germanique (...)
  • 51 Selon Prudence, Louis le Germanique avait été convoqué à Nimègue pour le mois de mai (Annales de S (...)
  • 52 J. Verdon, « Recherches sur la pêche et la pisciculture en Occident durant le haut Moyen Âge », da (...)
  • 53 Affluent de la Kinzig, qui se jette dans le Main à la hauteur de Hanau.
  • 54 On en conserve le texte : Codex diplomaticus Fuldensis, op. cit., no 117, 118 et 119. p. 69-71. A (...)
  • 55 Le grand laps de temps séparant la donation du procès rend l'identité du témoin assez improbable, (...)
  • 56 On trouve dans les deux groupes des noms dont le préfixe est egi- et ruad, et/ou dont le suffixe e (...)
  • 57 Ou plutôt : s’engager à rendre. La restitution effective eut lieu le 10 juillet 838, comme nous l’ (...)

7Grâce à un acte privé de l’abbaye de Fulda49, il est également possible de connaître le nom d’une trentaine de participants au plaid50 tenu à Nimègue à la fin du printemps51 de l’an 838. Il y est question d’un différend entre un certain Gozbold et l’abbé Raban Maur, porté « devant l’empereur Louis et ses fils, Louis et Charles, ainsi que ses principes », au sujet d’une pêcherie52 sur l’Elm53, cette pêcherie ayant été donnée à l’abbaye par trois frères, un peu plus de quarante ans auparavant. Gozbold fut confondu par la production des chartes54 et par le témoignage de dix témoins idoines, dont le nom est mentionné. À cet égard, on peut remarquer que le premier des témoins de 838 porte le nom d’un des témoins de la triple donation du 14 juillet 796 : Eggihart. S’agit-il d’un homonyme ou de la même personne ? Evidemment, rien ne permet vraiment de trancher55. Toutefois, il faut noter qu’il est possible de regrouper les quelque trente noms mentionnés dans les actes de 796 en diverses familles, du moins d’un point de vue onomastique, dont on retrouve certains représentants parmi les témoins de 838 ; on peut par conséquent supposer que le groupe des témoins de l’abbé Raban était constitué en partie de parents des témoins de la donation56. L’examen de la liste des personnes devant lesquelles Gozbold dut rendre57 cette pêcherie est encore plus instructif.

  • 58 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 58 et p. 163-167.
  • 59 Ibid., p. 339-340.
  • 60 Ibid., p. 358-360.
  • 61 Il s’agit d’un évêque particulièrement fidèle à Louis le Pieux : ibid., p. 116-118.
  • 62 Ibid., p. 69-72.
  • 63 B. Simson, Jahrbücher des fränkischen Reichs unter Ludwig dem Frommen, t. 2, Leipzig, 1876, p. 177
  • 64 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, respectivement p. 209-210 et p. 372.
  • 65 Il s’agit d’une personne particulièrement fidèle à Louis le Pieux : ibid., p. 208.
  • 66 Ibid., p. 73-74.
  • 67 BM2 932 (903).
  • 68 L’an suivant, Boppon aurait d’ailleurs à traiter avec l’abbé de Fulda, cf. BM2 989 (958) et 996 (9 (...)

8C’est l’archichapelain Drogon qui ouvre la marche : il était alors la personnalité principale à la cour58. Viennent ensuite l’archevêque de Mayence, Otgaire59, l’évêque de Vérone, Rataud, en exil à la cour de Louis le Pieux en raison de son opposition à Lothaire60, et les évêques de Saxe : Helmgaud de Verden, Gerfred de Münster, Théotgrim de Halberstadt et Badurad de Paderborn61. Ensuite, plusieurs comtes sont mentionnés : Adalbert, comte de Metz62, le comte Helphric, deux comtes du nom d’Albéric, Boppon, comte de Grabfeld63, les comtes du Palais, Gébouin et Ruadhart64, le comte Hatton, le comte Madalger, Gébaard, comte du Lahngau65 ( ?), et le comte Adalgaire, envoyé chez les Abodrites et les Wilzes vraisemblablement à l’issue de ce plaid66. Les « innombrables » vasalli dominici ne sont pas cités nommément. La présence de trois des comtes mentionnés s’avère particulièrement intéressante : celle d’Adalbert, de Gébaard et de Boppon. En effet, les régions où ils étaient en fonction ou bien, simplement, possessionnés entourent la région de Fulda et du cours de l’Elm (à l’Ouest, dans le Lahngau et à l’Est, dans le Grabfeldgau, entre le Rhôn et le Thüringer Wald ; quant à Adalbert, l’empereur lui avait offert des biens en Wormsgau et en Chunigessunteri, situé entre le Main et le Taunus67) : il s’agit par conséquent de grands des environs susceptibles de soutenir les droits de l’abbé de Fulda, ou que leur situation géographique conduisait pour le moins à entretenir des relations avec lui68.

  • 69 F. Lot, « Les jugements d’Aix et de Quierzy (28 avril et 6 septembre 838) », dans Bibliothèque de (...)
  • 70 P. LE Maître, « L’œuvre d’Aldric du Mans et sa signification (832-857) », dans Francia, t. 8, 1980 (...)
  • 71 Aldrici episcopi Cenomannici memoriale, éd. A. Werminghoff, MGH Concilia, 2 février, p. 836 sqq. U (...)
  • 72 Aldrici... memoriale, op. cit., p. 847.

9Soit dit en passant, cette notice de Fulda, dont rien ne nous autorise à mettre en doute la sincérité, est d’autant plus précieuse qu’elle permet de conforter le crédit que certains historiens prêtent à deux autres listes de participants à un tribunal royal, sur lesquelles le contexte documentaire fait en revanche planer un doute : les jugements contemporains d’Aix et de Quierzy69. Je ne veux pas entrer ici dans la querelle érudite portant sur les jugements relatifs au différend qui opposait Aldric du Mans à l’abbé de Saint-Calais, ni étudier ces documents pour évaluer s’ils peuvent nous apprendre quelque chose quant au mode de fonctionnement du tribunal royal sous Louis le Pieux ou si la présentation de la procédure est susceptible d’avoir subi quelque gauchissement70. Ce qu’il importe ici, après avoir noté que ce texte semble à certains égards se conformer à ce que nous savons par ailleurs du gouvernement de Louis le Pieux vers l’époque à laquelle le procès eut lieu71, c’est de souligner que la notice de Fulda prouve que la présence d’un roi, d’archevêques, d’évêques, de comtes, de comtes du Palais, de vassaux royaux n’est pas invraisemblable. En tout, 90 noms sont énumérés dans le texte manceau, sans compter les reliqui innumerabiles72.

  • 73 Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 838, p. 24 :... habitoque conuentu fidelium, copiosus circa (...)
  • 74 Sur les raids danois et les mesures prises par Louis le Pieux, cf. P.H. Sawyer, Kings and Vikings. (...)
  • 75 J. Haywood, Naval power, op. cit., p. 118-123.

10Quant à l’assemblée de Nimègue, il est vraisemblable que la notice de Fulda ne permette pas d’établir la liste exhaustive des participants. En effet, l’objet principal de cette assemblée était de mettre en œuvre un important dispositif militaire réparti le long des côtes73, pour faire face aux raids normands. Le choix de Nimègue s’explique par la proximité du champ d’action principal des Danois dans les années trente74 (l’une de leurs cibles était Dorestad). La menace ne se concentrait toutefois pas sur la Frise (ce qui explique la présence des évêques de Saxe) ou sur le delta rhéno-mosan : on pourrait multiplier les exemples prouvant que l’ensemble de l’empire (notamment l’ensemble des côtes de la Mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique) était concerné par les mesures de prévention du péril normand75. Par conséquent, à propos de l’assemblée de Nimègue, on peut s’étonner de l’absence apparente des grands originaires d’autres régions que de Saxe et de Francia orientalis — des grands de Neustrie en particulier.

  • 76 E. Seyfarth, Reichsversammlungen, op. cit., supra n. 2, p. 52.
  • 77 Annales Fuldenses sive Annales regni Francorum orientalis, éd. F. Kurze, MGH Scriptores rerum Germ (...)
  • 78 Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 838, p. 24.
  • 79 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 321.
  • 80 Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 838, p. 24.

11On a voulu classer cette assemblée convoquée à Nimègue vers la fin du printemps 838 parmi les assemblées restreintes76, contre le témoignage de l’auteur des Annales de Fulda, qui la désignait comme un conventus generalis, au cours duquel Louis le Pieux prit conseil de plusieurs primores Francorum77. Il est donc fort improbable que cette assemblée ne fût constituée que des personnes dont nous connaissons le nom ; en revanche, il est fort possible que la notice de Fulda présente une liste exhaustive des grands de Francia orientalis alors présents, ou du moins de ceux qui comptaient réellement à cette époque. La forte présence des grands venus des contrées orientales de l’empire s’explique assez facilement, étant donné que Louis le Pieux profita de l’assemblée de Nimègue pour confisquer à son fils homonyme ce dont ce dernier s’était emparé à la faveur de la crise politique de 833 : l’Alsace, la Saxe, la Thuringe, l’Austrasie et l’Alémanie78. La compétence de Louis le Germanique était par conséquent restreinte à son seul royaume de Bavière, ce qu’il contesta79. Une telle mesure devait bien évidemment être préparée à l’avance, et Louis le Pieux n’avait certainement pas manqué de convoquer les grands susceptibles de l’appuyer lors de la conflictatio verborum qui eut alors lieu80. Par conséquent, la présence des grands dont on connaît le nom n’étonne nullement ; ils n’étaient cependant vraisemblablement pas les seuls à participer à cette assemblée.

  • 81 À propos de ces dons, cf. Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. V (22), 1. 360, p. 72 et note 1 (...)
  • 82 C’est ce que prouve l’ordre de mobilisation de l’abbé Fulrad, en 806 : Dona vero tua quae ad placi (...)
  • 83 Loup De Ferrières, Correspondance, éd. L. Levillain, Paris, 1935, t. 2, rééd. 1964, no 72, p. 10-1 (...)
  • 84 Annales regni Francorum, op. cit., a. 821, p. 154 : Iterumque conventus mense Maio Noviomagi haben (...)
  • 85 Ibid., p. 155 :... ibique constitutam annis superioribus atque conscriptam inter filios suos regni (...)
  • 86 Ibid., p. 156.

12Il n’est toutefois pas possible d’estimer le nombre des participants, même à l’occasion des assemblées dites générales. Rien ne sert d’évoquer les « dons annuels » que devaient les grands (évêques, abbés, comtes et autres vassaux81), puisqu’on pouvait les envoyer à un autre moment qu’à l’occasion du plaid général82. Tout le monde y était-il convié ? Rien ne permet de l’affirmer. On sait en tout cas qu’une convocation était adressée aux participants83. Les sources sont rarement précises quant à la préparation de la tenue des assemblées. Notre information relative à celle convoquée à Nimègue en mai 821 est à cet égard remarquable. Nous savons en effet que c’est à l’occasion du plaid tenu à Aix en février qu’on se mit d’accord sur l’organisation d’une assemblée à Nimègue trois mois plus tard et qu’on choisit alors les comtes qui devaient y participer84. De fait, l’annaliste évoque ensuite le serment prêté par les optimates « qui pouvaient alors être présents »85. Comme nous l’avons vu plus haut, cette assemblée qui — à la différence de la suivante, tenue en octobre à Thionville86 — n’est pas désignée comme « générale », fut le théâtre d’un événement politique d’importance, puisque Louis fit alors confirmer l'Ordinatio imperii de 817 par un serment prêté par les grands. Ce que nous savons du mode de convocation au plaid de mai 821 nous conduit donc à chercher s’il est possible de trouver, à propos d’autres assemblées, des indices permettant d’affirmer que le tri alors effectué était en réalité chose relativement commune.

  • 87 Ce qui suit reprend certains points présentés dans la section relative aux assemblées du tome I (L (...)
  • 88 La présence de Hilduin est attestée en tout pour neuf plaids : Début de l’année 821 (Aix), autome (...)
  • 89 La présence de Drogon est attestée en tout pour cinq plaids : Printemps 818 (Aix), début de 831 (A (...)
  • 90 C’est ce que je crois avoir montré dans : P. Depreux, Matfrid, art. cit., supra n. 24.
  • 91 La présence de Matfrid est attestée en tout pour huit plaids : Été 817 (Aix), début de 821 (Aix), (...)
  • 92 Sa présence est attestée en tout pour six plaids : Eté 822 (Attigny), printemps 826 (Ingelheim), f (...)
  • 93 Été 816 (Aix), été 817 (Aix), été 822 (Attigny), automne 833 (Compiègne), été 838 (Quierzy).
  • 94 Chronicon Laurissense breve, éd. H. Schnorr von Carolsfeld, dans eues Archiv der Gesellschaft für (...)
  • 95 Boshof, Agobard, op. cit., supra n. 69, p. 35 sq.
  • 96 Pour 822 : témoignage explicite dans la lettre no 5, op. cit., p. 166 sq. ; pour 833 : Agobardi ca (...)
  • 97 Boshof, Agobard, op. cit., supra n. 69, p. 84 sqq. Sur les raisons m’ayant incité à ne pas compter (...)

13Il est en effet possible d’expliquer la présence de certaines personnes à certaines assemblées par les questions qu’on y aborda. Autrement dit : l’empereur convoquait des experts ad hoc selon l’ordre du jour des plaids. Cela semble évident ; il importe cependant de l’établir. Si les hasards de la documentation nous permettent occasionnellement de prouver la participation d’une personne parce qu’elle s’avérait compétente, il y a peut-être quelque probabilité qu’elle ne participât point à toutes les assemblées. Il faut toutefois se montrer prudent : l’argument pourrait être spécieux. En effet, il convient de rappeler que même la présence des personnes les plus influentes à tel ou tel moment n’est attestée que de façon très irrégulière87. Ainsi, les archichapelains Hilduin et Drogon ne sont attestés respectivement qu’à sept88 et quatre89 plaids lorsqu’ils étaient en exercice ; le comte Matfrid, qui s’avérait l’une des principales personnalités des années vingt du IXe siècle90, n’est attesté qu’à six assemblées convoquées alors qu’il était au faîte du pouvoir91. Un personnage du prestige de Wala est attesté à cinq reprises dans les années vingt92. Quant à Agobard, sa présence aux plaids est attestée à cinq occasions93. Le cas de l’archevêque de Lyon est intéressant : pendant les années de réforme ayant marqué le début du règne de Louis le Pieux, il participa au concilium magnum94 d’août 816 à Aix95, de même qu’à l’assemblée de juillet 817 à Aix et à celle d’août 822 à Attigny. Dans ces deux derniers cas, la présence d’Agobard n’est prouvée que par ses propres écrits96. On saisit par conséquent de nouveau le poids des hasards de la tradition documentaire. La correspondance d’Agobard nous permet aussi d’échapper à un leurre : ce n’est pas parce qu’un personnage de haut rang participait à une assemblée qu’il était en mesure de peser sur les débats ; l’archevêque de Lyon en fit la cuisante expérience lors de l’assemblée d’Attigny97.

  • 98 W. Kienast, Die frânkische Vasallität. Von den Hausmeistern bis zu Ludwig dem Kind und Karl dem Ei (...)
  • 99 Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. VI (29), 1. 474 sqq., p. 82-84 : In quo placito generalit (...)
  • 100 Agobard, Lettre no 4, op. cit., p. 164.
  • 101 Agobard, Lettre no 5, op. cit., p. 167 sq.
  • 102 Sur les familles aristocratiques, cf. en dernier lieu : R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le mond (...)
  • 103 Annales regni Francorum, op. cit., a. 819, p. 150 : Conventus Aquisgranipost natalem Domini habitu (...)

14On pourrait certes rallonger la liste des personnes ayant participé de façon certaine à plus de quatre plaids en citant les noms des fils de l’empereur : Lothaire, Pépin d’Aquitaine, Louis le Germanique et Charles (le Chauve), sans oublier Judith et les archichanceliers, Hélisachar et Fridugise. C’est tout. Même lorsqu’on assouplit les critères, on rencontre peu de monde. La liste des personnes dont la présence est attestée à deux plaids comprend une trentaine de noms ; une vingtaine de personnes participèrent de manière certaine à trois ou quatre plaids. Ainsi, nous pouvons faire le constat suivant : nous connaissons nommément 275 personnes de tout acabit ayant participé à au moins un plaid sous Louis le Pieux ; seulement 62 d’entre elles (soit 22 %) firent au moins deux fois acte de présence. Ces chiffres n’ont à mon sens pas grande valeur, si ce n’est qu’ils soulignent le caractère lacunaire de notre information. Rappelons qu’en dépit des carences documentaires, on a quand même pu dénombrer au moins 103 vassi dominici pour le règne de Louis le Pieux98 : avec nos 275 personnes dont la présence est attestée aux plaids, nous sommes donc assurément loin du compte. Toutefois, bien que nous ne soyons pas en état d’établir la liste exhaustive de tous les évêques, abbés, comtes et autres grands susceptibles d’avoir participé de manière plus ou moins active aux assemblées, nous avons parfois la possibilité d’avancer le nom de ceux qui menèrent les débats, car seuls les premiers d’entre les grands fréquentant les plaids conseillaient l’empereur99. Ainsi, en s’adressant à Adalhard, Wala et Hélisachar en 822 à propos du baptême des mancipia de Juifs100, Agobard se tournait vers les hommes forts du moment : nous savons en effet que l’abbé de Corbie joua un rôle de premier plan au cours du plaid d’Attigny101. Les quelques noms que nous livrent les récits relativement circonstanciés des assemblées ne représentent certes que le sommet de l’iceberg, mais précisément : si ces personnes sont nommées, c’est bien souvent parce qu’elles sont au sommet — du monde politique, s’entend. En revanche, nous ne sommes pas en état d’apprécier la qualité et la diversité des contacts liés lors des assemblées par les membres de l’aristocratie. Nous avons vu que des grands, en l’occurrence le comte Hugues et l’évêque Bernaire, pouvaient profiter de la tenue d’une assemblée pour procéder à un échange de biens. Ce n’était certainement pas le seul commerce possible. Par exemple, il est vraisemblable que nombre de mariages furent conclus à l’occasion de plaids102. Louis le Pieux avait d’ailleurs donné l’exemple au cours de l’assemblée de février 819, lorsqu’il avait fait venir plusieurs jeunes filles nobles à Aix pour rechercher la plus belle alliance103.

  • 104 H. Wolfram, Die Geburt Mitteleuropas. Geschichte Österreichs vor seiner Entstehung, 378-907, Wien/ (...)
  • 105 Annales regni Francorum, op. cit., a. 820, p. 152: Mense Ianuario conventus ibidem habitus, in quo (...)
  • 106 T. Bitterauf, Die Traditionen des Hochstifts Freising, tome I, München, 1905. no 397c, p. 338 : Pe (...)
  • 107 BM2 711 (688), diplôme en faveur de Saint-Kilian, donné le 20 janvier.
  • 108 Le nom de Borna est cité dans les Annales royales, la venue à Aix de l’évêque de Freising nous est (...)
  • 109 Codex diplomaticus Fuldensis, op. cit., no 387, p. 175. Sur ce comte, cf. P. Depreux, Prosopograph (...)
  • 110 BM2 71 1 (688).
  • 111 Annales regni Francorum, op. cit., a. 820, p. 153.
  • 112 Annales regni Francorum, op. cit., a. 825, p. 167 :... Bulgaricam legationem audivit ; erat enim d (...)
  • 113 Astronome, Vita, op. cit., c. 39, p. 424-426 : Tempore subsequenti domnus imperator conventum a po (...)
  • 114 Traditionen des Hochstifts Freising, op. cit., no 522, p. 448 : Hoc factum est in ipso domo sancte (...)
  • 115 Tel Gérold en 826, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 211.
  • 116 BM2 850 (824), diplôme donné le 22 mars.
  • 117 Annales regni Francorum, op. cit., a. 828, p. 174 : Similiter et Baldricus dux Foroiuliensis, cum (...)
  • 118 Annales regni Francorum, op. cit., a. 823, p. 160. L’annaliste signale la participation des grands (...)
  • 119 BM2 773 (748) ; cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 140-141.
  • 120 BM2 778 (753). Il n’y a pas lieu de tenir compte de la version selon laquelle l’évêque Réginaire d (...)
  • 121 Bündner Urkundenbuch, t. 1, éd. E. Meyer-Marthaler et F. Perret, Chur, 1955, no 49, p. 42 :... et (...)
  • 122 Peu après le plaid de Francfort, Hunfrid fut envoyé à Rome avec l’abbé Adalung ; à ce propos, cf. (...)
  • 123 BM2 772 (747) ; cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 220 sq.
  • 124 BM2 777 (752) ; cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 84-86.
  • 125 BM2 773 (748) ; cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 182-185.
  • 126 Annales regni Francorum, op. cit., a. 823, p. 160 sq.
  • 127 Matfrid ambasciavit pour le diplôme délivré sur la requête de Bernold, BM2 773 (748) : M. Jusselin (...)

15Revenons donc aux questions qu’il nous est possible d’étudier, c’est-à-dire principalement les aspects politiques, pour tenter d’apprécier l’adéquation entre les problèmes soulevés lors des assemblées et l’identité des participants. Nous ne nous livrerons pas à un examen exhaustif, mais simplement à l’évocation de certains cas particulièrement significatifs. En janvier 820, Louis le Pieux réunit un plaid pour définir une stratégie afin de mater la révolte de Liudewit104. La présence de grands des confins sud-orientaux de l’empire était nécessaire : de fait, le duc de Dalmatie, Borna, envoya des légats, puis vint en personne105 ; l’évêque de Freising, Hitto, qui avait explicitement été convoqué par l’empereur, se rendit également à Aix avec un groupe de Bavarois106 ; la présence de l’évêque de Wurzbourg, Vulfgaire, est également attestée107. Ce qui est particulièrement remarquable à ce propos, c’est que la présence de ces grands est attestée par trois sources indépendantes108. L’évêque de Worms, Bernaire, et le comte Ermenfrid, qui est peut-être l’un des souscripteurs d’une donation en faveur de l’abbaye de Fulda faite quelques mois plus tôt109, se trouvaient alors aussi à Aix110.Leur présence peut, de prime abord, sembler plus difficile à expliquer. Certes, ils avaient fait office de missi dans une affaire de restitution, suite à la requête de l’évêque de Wurzbourg ; mais leur participation à l’assemblée de janvier 820 prend tout son relief lorsqu’on sait qu’en réalité trois armées furent envoyées contre Liudewit : un contingent originaire « de Saxe, de Francia orientais et d’Alémanie », un contingent de Bavière et un autre venu d’Italie111. Une autre charte de Freising permet aussi de se faire une idée de la manière dont les délégations étrangères étaient conduites jusqu’à la cour. À l’occasion de l’assemblée de mai 825, Louis reçut une délégation de Bulgares venus définir la frontière entre leur royaume et l’empire franc112. L’empereur avait fait patienter cette ambassade en Bavière113. Or, il est prouvé que l’évêque Hitto partit pour Aix le 30 avril114 : l’évêque de Freising avait fort probablement pour mission d’accompagner les Bulgares et de participer aux délibérations en tant qu’expert. Nous savons par ailleurs que certains grands de Bavière étaient consultés par l’empereur concernant les affaires bulgares115. On comprend également d’autant mieux la présence de Louis le Germanique et du comte Gérold à Aix au mois de mars 828, présence attestée par un diplôme pour l’abbaye de Kremsmünster116, lorsqu’on étudie les décisions prises à l’occasion du plaid de février : le duc Baudry fut alors déposé et l’on procéda à une importante réforme administrative de la marche de Frioul117. De même, c’est à l’occasion d’un plaid tenu à Francfort en mai 823, auquel furent convoqués non pas tous les primores Franciae, mais seulement ceux de Francia orientais et des régions avoisinantes, que l’on régla les problèmes relatifs aux Wilzes et aux Abodrites118. Parmi les participants, on trouve effectivement des grands issus des régions mentionnées par l’auteur des Annales royales : Bernold, évêque de Strasbourg119 ; Réginaire, évêque de Passau120 ; l’évêque de Coire, Victorl121, peut-être accompagné du comte de sa cité, Hunfrid122 ; Gotafrid, abbé de Gregorienmünster123 ; Adalung, abbé de Lorsch124 ; Erchangaire, comte de Brisgau125. Outre la présence de Lothaire126, celle du comte Matfrid est particulièrement remarquable127 : elle prouve l’importance du rôle qu’il jouait alors dans le gouvernement de Louis le Pieux, puisque ce n’est pas au titre de comte du lointain pagus d’Orléans qu’il pouvait alors siéger dans cette assemblée.

  • 128 Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. VI (32), 1. 537 sqq., p. 88.
  • 129 C’est ainsi que j’interprète le c. 6 : Ut comités palatini omnem diligentiam adhibeant, ut clamato (...)
  • 130 Capitularia 1, no 132, p. 261 sqq. (diplôme du 1er janvier 815) et no 133, p. 263 sq. (diplôme du (...)
  • 131 BM2 567 (547) :... qualiter quidam homo fidelis noster, nomine Johannes, veniens in nostra praesen (...)
  • 132 Musée des archives départementales. Recueil de fac-simile héliographiques de documents tirés des a (...)

16Comme le bon sens le commande, Hincmar était d’avis que l’activité décisionnelle ne pouvait pas s’arrêter entre les assemblées : les conseillers du roi devaient s’informer de manière à permettre une décision rapide en cas de nécessité128. Ceci nous conduit à nous interroger sur la place effective que tenaient les plaids dans la vie du monde franc. L’étude des diplômes, à l’expédition desquels l’époque des assemblées était certes favorable, laisse penser que la cour fut fréquentée assez régulièrement au long de l’année ; un chapitre du capitulaire réglementant la vie au palais d’Aix laisse d’ailleurs entendre qu’il y avait là constamment affluence129. Le plaid était donc un moment privilégié lors duquel l’empereur pouvait rencontrer les membres de l’aristocratie et d’autres catégories de sujets, mais pas le seul. Un exemple pris dans les débuts du règne de Louis le Pieux l’illustre parfaitement : celui des Hispani venus à Aix au cours de l’hiver 814/815. Indépendamment de la convocation de tout plaid, ils vinrent demander à l’empereur sa protection130, tel l’aprisionnaire Jean, qui prêta alors l’hommage vassalique131. Plusieurs comtes de la marche d’Espagne les accompagnaient, car c’est vraisemblablement à cette occasion qu’ils siégèrent au tribunal du Palais ayant eu connaissance du différend opposant le comte Adhémar à ce même Jean132.

17Le bilan de notre analyse semble donc plutôt maigre, car les sources permettent de ne saisir que quelques bribes des questions soulevées lors des assemblées et de n’appréhender que partiellement l’enjeu de ces rencontres. On peut bien évidemment formuler quelques hypothèses, mais souvent, la plus grande prudence s’impose. Par conséquent, force est de compatir à la déconvenue d’Agobard, qui quitta bredouille l’assemblée d’août 822. L’archevêque écrivit en effet à Adalhard, Wala et Hélisachar :

  • 133 Agobard, Lettre no 4, op. cit., p. 164 : Vos ingressi estis in conspectuprincipis, ego steti ante (...)

« Vous entrâtes auprès du prince, et moi, je demeurai devant la porte ; un peu plus tard, vous fîtes en sorte que j’entrasse, mais je n’entendis rien, sauf l’autorisation de partir. Je n’entendis donc ni ce que vous dîtes au prince très clément au sujet de mon affaire, ni la manière dont il l’accueillit, ni ce qu’il répondit »133.

18Nous autres, historiens, partageons d’ordinaire son sort.

Notes

1 Cf. Hincmar, De ordine palatii, éd. T. Gross et R. Schieffer, MGH Fontes iuris Germanici antiqui, t. 3, Hannover, 1980, c. IV (12), 1. 225 sqq., p. 56 et c. VI (29). 1. 466 sqq., p. 82.

2 E. Seyfarth, Frankische Reichsversammlungen unter Karl dem Grossen und Ludwig dem Frommen, Leipzig, 1910, p. 81 et p. 85 ; H. Weber, Die Reichsversammlungen im ostfrànkischen Reich, 840-918. Eine entwicklungsgeschichtliche Untersuchung vom karolingischen Grossreich zum deutschen Reich, Würzburg, 1962. p. 108. Cf. également J.T. Rosenthal, « The Public Assembly in the Time of Louis the Pious », dans Traditio, t. 20, 1964, p. 25-40.

3 Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. VII (35), 1. 590 sqq., p. 92 : Interim vero, quo haec in regis absentia agebantur, ipse princeps reliquae multitudini in suscipiendis muneribus, salutandis proceribus, confabulando rarius visis... occupatus erat... Traduction de M. Prou (« Bibliothèque de l’École des Hautes Études », fasc. 58, Paris, 1884, p. 91).

4 Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. VI (33), 1. 564 sqq., p. 90 : Praefatorum autem consiliariorum intentio, quando adpalatium convocabantur, in hoc praecipue vigebat, ut non speciales vel singulares quascunque vel quorumcunque causas, sed nec etiam illorum, qui pro contentionibus rerum aut legum veniebant, ordinarent, quousque illa, quae generaliter ad salutem vel statum regis et regni pertinebant, Domino miserante ordinata habuissent. Et tune demum, si forte tale aliquid domno rege praecipiente reservandum erat, quod sine eorum certa consideratione determinari a comite palatii vel a ceteris, quibus congruebant, non potuisset. Traduction : op. cit., p. 85.

5 Sur ce « testament de la raison », cf. J. Devisse, Hincmar, Archevêque de Reims, 845-882, Genève, 1976, t. 2, p. 990 sqq., notamment p. 999 sq. Présentation succincte de l’état de la question et bibliographie dans : P. Depreux, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, Thorbecke, 1997, t. 1, p. 11 note 25, (coll. « Instrumenta »).

6 Présentation sommaire de cette assemblée dans : E. Boshof, Ludwig der Fromme, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1996, p. 148 sqq, (coll. « Gestalten des Mittelalters und der Renaissance »).

7 Annales regni Francorum, éd. F. Kurze, MGH Scriptores rerum Germanicarum, t. 6, Hannover, 1895, a. 822, p. 158.

8 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 163 (Drogon) et p. 264 sq. (Hugues). On ignore ce qu’il advint de Théodéric (ibid., p. 382 sq.).

9 P. Depreux, « Das Königtum Bernhards von Italien und sein Verhältnis zum Kaisertum », dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, t. 72, 1992, p. 1-25, à la p. 23 (et note 117).

10 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 78 (Adalhard) et p. 391 (Wala).

11 Annales regni Francorum, op. cit., a. 821. p. 156.

12 Astronome, Vita Hludowici imperatoris, éd. E. Tremp, MGH Scriptores rerum Germanicarum, t.-64, Hannover, 1995, c. 34, p. 400-402 : In eodem anno kalendis mai conventum imperator alterum Nouiomagi habuit, in quo partitionem regni, quam inter filios suos iamdudum fecerat, coram recitari fecit et a cunctis proceribus, qui tunc affuere, confirmari. Agobard de Lyon évoque cette mesure comme si elle s’intégrait normalement dans le cours logique des événements : Ac deinde iurare omnes iussistis, ut talem electionem et divisionem cuncti sequerentur ac servarent. Quod iuramentum nemini visum est spernendum aut superfluum, sed potius oportunum atque legitimum, eo quod ad pacem et concordiam pertinere videretur (Agobard, Lettre no 15, c. 4, éd. E. Dümmler, MGH Epistolae, t. 5, Hannover, 1898/1899, p. 225). Analyse différente chez F.-L. Ganshof, « Observations sur l’Ordinatio imperii de 817 », dans Festschrift Guido Kisch, Stuttgart, 1955, p. 15-32, à la p. 30 : l’auteur y reconnaît « une mesure de sécurité vis-à-vis des mécontents ».

13 Annales regni Francorum, op. cit., a. 821, p. 156.

14 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 302.

15 L’unité de l’empire était voulue par l’empereur et ceux qui sanum sapiunt (Ordinatio imperii, préambule, éd. A. Boretius, MGH Capitularia, t. 1, Hannover, 1883, no 136, p. 270).

16 Indépendamment de l’empereur, on observe également cette tendance en matière d’architecture religieuse (tout un symbole !), comme l’a montré W. Jacobsen, « Allgemeine Tendenzen im Kirchenbau unter Ludwig dem Frommen », dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne's Heir. New Perspectives on the Reign of Louis the Pious (814-840), Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 641-654.

17 P. Depreux, « Louis le Pieux reconsidéré ? À propos des travaux récents consacrés à "l’héritier de Charlemagne" et à son règne », dans Francia, t. 21/1, 1994, p. 181-212, à la p. 190 note 73.

18 Les participants au plaid de juillet 817 étaient parvenus à un consensus après trois jours de jeûne : Quibus rite per triduum celebratis, nutu omnipotentis Dei, ut credimus, actum est, ut et nostra et totius populi nostri in dilecti primogeniti nostri Hlutharii electione vota concurrerent. Itaque taliter divina dispensatione manifestatum placuit et nobis et omni populo nostro, more solemni imperiali diademate coronatum nobis et consortem et successorem imperii, si Dominus ita voluerit, commuai voto constitui (Ordinatio imperii, op. cit., p. 271). On trouvera plusieurs exemples de sources célébrant l’unanimité des avis en faveur de cette mesure dans J.-F. Bôhmer, Regesta imperii, tome 1 : Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern, 751-918,... neubearbeitet von E. Mühlbacher,... vollendet von J. Lechner, mit einem Geleitwort von L. Santifaller, mit einem Vorwort, Konkordanztabellen und Ergânzungen von C. Brühl und H.H. Kaminsky, Hildesheim, 1966 [abrégé :BM2], no 649 (627) a. Comment la décision, couchée par écrit, fut-elle confirmée ? En introduction à une traduction récente de l'Ordinatio imperii, on peut lire qu’elle tut « souscrite et validée par les participants » (J.-P. Brunterc’h, Le Moyen Âge/Ve-XIe siècle], s. 1. [Paris], Fayard, coll. « Archives de la France », t. 1, p. 229). Cette analyse se fonde sur l’extrait suivant du préambule : Quae capitula propter utilitatem imperii et perpetuam inter eos pacem conservandam et totius ecclesiae tutamen cum omnibus fidelibus nostris considerare placuit et considerata conscribere et conscripta propriis manibus firmare... (Ordinatio imperii, op. cit., p. 271). Certes, l’annonce de la souscription propriis manibus prouve que l’empereur ne fut pas seul à souscrire le document : l’expression est systématiquement au singulier (manu propria) dans les actes expédiés au seul nom de Louis et au pluriel dans les actes expédiés au nom de Louis et de Lothaire ; néanmoins, on peut s’interroger sur l’identité des souscripteurs. Il ne s’agissait vraisemblablement que de certaines personnes choisies à cet effet ; peut-être le texte du pacte de 817 peut-il nous livrer quelque indice : Hoc autem ut ab omnibus fidelibus sancte Dei ecclesie et nostris firmum esse credatur firmiusque per futuras generationes ac secula ventura custodiatur, proprie manus signaculo et venerabilium episcoporum atque abbatum vel eciam optimatum nostrorum sub iureiurando promissionibus et subscriptionibus pactum istud nostre confirmationis roboravimus... Ego Hludouuicus misericordia Dei imperator subscripsi. Et subscripserunt III fitlii eius et episcopi X et abbates VIII et comites XV et bibliothecarius unus et mansionarius et hostiarius unus (A. Hahn, « Das Hludowicianum. Die Urkunde Ludwigs des Frommen für die römische Kirche von 817 », dans Archiv für Diplomatik t. 21, 1975, p. 15-135, aux p. 134 sq.). Agobard, dans sa lettre no 15, c. 4 (op. cit., p. 225), fait peut-être allusion à un scellement : Ac deinde gesta scribere mandastis, scripta signare et roborare... En effet, alors que le verbe roborare s’applique généralement à la souscription, le verbe signare désigne l’apposition du sceau ; on peut se référer par exemple à deux originaux, respectivement BM519 (500) et BM552 (533). Quant à Charlemagne, il avait fait consigner sa Divisio regnorum par écrit (MGH Capitularia 1, no 45, p. 126-130) et en avait fait confirmer la teneur par un serment prêté par les grands : De hac partitione et testamentum factum et iureiurando ab optimatibus Francorum confirmatum... (Annales regni Francorum, op. cit., a. 806, p. 121). Par conséquent, la cérémonie de 821 ne prend tout son sens que si l’on souligne l’absence apparente de toute prestation de serment par les grands en 817. Cette analyse semble confirmée par le texte de la lettre d’Agobard cité supra, note 12 : il y est fait allusion à la prestation des serments (en 821, comme nous le savons par les Annales royales), mais pas à leur renouvellement. Par conséquent, il se peut que la teneur de l'Ordinatio ne constituât pas la seule « innovation radicale » (F.-L. Ganshof), mais que le mode de ratification s’écartât également des usages — somme toute, de façon temporaire.

19 Ordinatio imperii, op. cit., p. 271 :... ad... totius popuii christiani perpetuam pacem...

20 Sur ces années, cf. J. Semmler, « Renovatio Regni Francorum. Die Herrschaft Ludwigs des Frommen im Frankenreich, 814-829/830 », dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne’s Heir, op. cit., supra n. 16, p. 125-146.

21 Astronome, Vita, op. cit., c. 35, p. 406 ; Agobard, Lettre no 5, op. cit., p. 166.

22 Capitula ab episcopis Attiniaci data, MGH Capitularia 1, op. cit., no 174, p. 357 sq.

23 Hincmar, De divortio Lotharii regis et Theutbergae reginae, éd. L. Böhringer, MGH Concilia, t. 4, Supplément no 1, Hannover, 1992, p. 141 sq.

24 BM2 760 (735). Sur cette affaire, cf. P. Depreux, « Le comte Matfrid d’Orléans (av. 815-836) », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 152, 1994, p. 331-374, aux p. 348 sq. et p. 353.

25 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 355 sq.

26 BM2 759 (734):... Rampo, cornes, nostram adiit serenitatem... Il est fait mention de l’élection de Mercoralis comme abbé de Banolas, puis le texte continue :... quem in nostra praesentia adducens in manibus nostris eum commendavit. Et le comte de demander à l'empereur de prendre le monastère de Banolas sous sa tuitio. Il n’est pas dit explicitement que l’abbé fit hommage à l’empereur, mais que le comte le confia dans les mains de ce dernier : peut-être le cérémonial consista-t-il à ce que le comte plaçât effectivement les mains de l’abbé dans celles de l’empereur. Mais la présence d’une tierce personne ne change à mon sens rien à l’essentiel : finalement, c’est bien d’une commendatio (vassalique) de l’abbé à l’empereur qu’il s’agit. Bien que la date de BM2 759 (734) soit assez tardive (11 septembre), je tiens pour certaine la participation de Rampon — et par conséquent celle de Mercoralis — au plaid d’Attigny. En effet, l’annaliste, alors qu’il relate ce plaid, fait part d’événements survenus en Marche d’Espagne (Annales regni Francorum, op. cit., a. 822, p. 158). Qui, sinon le comte de Gérone, était plus à même d’informer l’empereur sur ce point ?

27 À ce propos, cf. les réflexions d’A. Esch, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches Problem des Historikers », dans Historische Zeitschrift, t. 240, 1985, p. 529-570. Sur les diplômes de Louis le Pieux, cf. P. Johanek, « Herrscherdiplom und Empfängerkreis. Die Kanzlei Ludwigs des Frommen in der Schriftlichkeit der Karolingerzeit », dans R. Schieffer éd., Schriftkultur und Reichsverwaltung unter den Karolingern. Referate des Kolloquiums der Nordrhein-Westfälischen Akademie der Wissenschaften am 17./18. Februar 1994 in Bonn, Opladen, Westdeutscher Verlag, coll. « Abhandlungen der Nordrhein-Westfàlischen Akademie der Wissenschaften », t. 97, 1996, p. 167-188.

28 L’historien doit s’estimer particulièrement heureux s’il peut établir une liste d’une quinzaine de participants ; le nombre auquel il parvient est souvent inférieur.

29 Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, éd. E. Tremp, MGH Scriptores rerum Germanicarum, t. 64, Hannover, 1995, c. 56, p. 252. Prudence parle également du conventus géneralis s de Thionville, cf. Annales de Saint-Bertin, éd. F. Grat, J. Vieillard et S. Clémencet, introduction et notes par L. Levillain, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1964, a. 835, p. 15. On comprend par conséquent difficilement comment Seyfarth, Reichsversammlungen, op. cit., p. 49-50, peut soutenir qu’il ne s’agissait que d’une assemblée restreinte.

30 L’assemblée avait été convoquée à Metz pour le 2 février 835 ; sur cette date, cf. P. Depreux, « Wann begann Kaiser Ludwig der Fromme zu regieren ? », dans Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, t. 102, 1994, p. 253-270, aux p. 268 sq. Louis fut réconcilié avec l’Église à Metz, le 28 février. Ebbon fut déposé à Thionville, le 4 mars.

31 Concilium ad Theodonis villam congregatum, éd. A. Werminghoff, MGH Concilia, t. 2/2, Hannover, 1908, no 55, p. 703.

32 Les annalistes sont laconiques à ce propos, cf. Annales regni Francorum, op. cit., a. 820, p. 154 : Imperator post peractum Carisiaci conventum autumnalemque venationem ex more completam Aquasgrani reversus est ; Annales Xantenses, éd. B. Von Simson, MGH Scriptores rerum Germanicarum, t. 12, Hannover, 1909, a. 820, p. 6 : Ludewicus imperator Carisiaco placitum habuit (c’est la seule information fournie par Gerward concernant cette année). Contrairement à ce que pensent d’aucuns (BM2 722 [699] a ; E. Tremp dans Astronome, Vita, op. cit., p. 401 note l’auteur des Annales royales ne dit pas que la paix avec Abulaz fut rompue à l’occasion du plaid de Quierzy (Annales regni Francorum, op. cit., a. 820, p. 153).

33 E. Seyfarth, Reichsversammlungen, op. cit., supra n. 2, p. 40 sq. Certes, cette assemblée n’est nulle part présentée comme « générale », alors que l’Astronome dit qu’il y eut affluence lors de l’assemblée précédente, tenue en janvier 820 au palais d’Aix, cf. Astronome, Vita, op. cit., c. 33, p. 396 : In eodem palatio, hieme superveniente, imperator coadunari populi fecit frequentiam.

34 BM2 723 (-), diplôme donné le 6 septembre.

35 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 226.

36 Ibid., p. 262-264.

37 Ibid., p. 133 sq.

38 Traditiones Wizenburgenses. Die Urkunden des Klosters Weissenburg, 661-864, éd. K. Glöckner, A. Doll, Darmstadt, 1979, no 69, p. 271.

39 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 177-182.

40 Ibid., p. 288-291.

41 Ibid., p. 223 sq.

42 Ibid., p. 368 sq.

43 Tels vraisemblablement Ruadbert et Gundhart, de même que l’évêque de Strasbourg, Adaloch — sur ce dernier, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 82-83.

44 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 210-211. On peut également citer Alédramne, comte de Troyes (ibid., p. 100-101).

45 Ibid., p. 69.

46 On compte cinq personnes dont le nom est formé sur le préfixe adal-, et dix dont le nom est formé sur le suffixe -bert.

47 F. Vollmer, « Die Etichonen. Ein Beitrag zur Frage der Kontinuität früher Adelsfamilien », dans G. Tellenbach éd., Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des grossfränkischen undfrühdeutschen Adets, Freiburg i. Br., 1957, p. 137-184, à la p. 153.

48 Il serait à mon sens spécieux d’arguer du fait que l’échange fut conclu quatre jours avant l’expédition du diplôme en faveur de Saint-Claude pour supposer que l’abbé n’était pas encore arrivé, car il fallait un certain temps pour qu’une requête fût examinée et que la décision de l’empereur fût sanctionnée par un diplôme : l’abbé fut plus probablement tenu à l’écart de l’accord entre Hugues et Bernaire.

49 Codex diplomaticus Fuldensis, éd. E. Fr..1. Dronke, Cassel, 1850. no 513, p. 226. Cette notice relate un événement datant du 14 juin 838.

50 Les diplômes de Louis le Pieux permettent en outre de confirmer la présence de Louis le Germanique et de l’archichapelain Drogon et d’affirmer que les notaires Hirminmaris et Bartholomé (sur ces notaires, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, respectivement p. 258-260 et p. 118) se trouvaient également à Nimègue : BM2 978 (947) — cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 319 et 321 ; Drogon ambasciavit pour un diplôme en faveur du monastère de Herford — cf. ibid, p. 167. En revanche, rien ne permet de savoir si l’abbesse de Herford, Tetta, ou l’abbé de Kempten, Tatton, et le comte Waning étaient personnellement présents pour recevoir, l’une, une donation de l’empereur, les autres, la confirmation d’un échange qu’ils avaient conclu. C’est par exemple Louis le Germanique qui déclara (professus est) détenir les actes d’échange confirmés par les souscriptions des boni homines. Tout laisse supposer l’absence de Tatton et de Waning.

51 Selon Prudence, Louis le Germanique avait été convoqué à Nimègue pour le mois de mai (Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 838, p. 24). La présence de l’empereur n’y est toutefois attestée que du 7 au 14 juin, cf. BM977 (946) et 978 (947).

52 J. Verdon, « Recherches sur la pêche et la pisciculture en Occident durant le haut Moyen Âge », dans Actes du 102e Congrès national des Sociétés savantes (Limoges, 1977), Archéologie et Histoire de l’art, Paris, 1979, p. 337-349.

53 Affluent de la Kinzig, qui se jette dans le Main à la hauteur de Hanau.

54 On en conserve le texte : Codex diplomaticus Fuldensis, op. cit., no 117, 118 et 119. p. 69-71. A quelques détails près, qu’on peut négliger, ces actes sont identiques. Dans l’acte no 119, le nom du père du donateur n’est pas Swidmot, mais Ruodmot ; à la place du témoin Gerbraht, on lit le nom d’Ercanbraht.

55 Le grand laps de temps séparant la donation du procès rend l'identité du témoin assez improbable, bien qu’elle ne soit pas impossible.

56 On trouve dans les deux groupes des noms dont le préfixe est egi- et ruad, et/ou dont le suffixe est-rat,-hart,-frid. Il faut toutefois se montrer fort prudent en la matière.

57 Ou plutôt : s’engager à rendre. La restitution effective eut lieu le 10 juillet 838, comme nous l’apprend la seconde partie de la notice.

58 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 58 et p. 163-167.

59 Ibid., p. 339-340.

60 Ibid., p. 358-360.

61 Il s’agit d’un évêque particulièrement fidèle à Louis le Pieux : ibid., p. 116-118.

62 Ibid., p. 69-72.

63 B. Simson, Jahrbücher des fränkischen Reichs unter Ludwig dem Frommen, t. 2, Leipzig, 1876, p. 177.

64 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, respectivement p. 209-210 et p. 372.

65 Il s’agit d’une personne particulièrement fidèle à Louis le Pieux : ibid., p. 208.

66 Ibid., p. 73-74.

67 BM2 932 (903).

68 L’an suivant, Boppon aurait d’ailleurs à traiter avec l’abbé de Fulda, cf. BM2 989 (958) et 996 (965).

69 F. Lot, « Les jugements d’Aix et de Quierzy (28 avril et 6 septembre 838) », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 82, 1921, p. 281-315, aux p. 282 sqq. et p. 298 sqq. Seul le nom d’Agobard dans la liste de septembre 838 pourrait poser problème. En effet, B. Slmson, Die Entstehung der pseudo-isidorischen Fälschungen in Le Mans, Leipzig, 1886, p. 121, a jugé impossible la présence d’Agobard à Quierzy et E. BOSHOF, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werk, Köln, Böhlau, coll. « Kölner historische Abhandlungen », t. 17, 1969, p. 294 se rangea à son avis. Il me semble cependant que la thèse de F. Lot, Jugements, art. cit., p. 299, est la plus vraisemblable, à savoir : un retour en grâce de l’archevêque de Lyon durant l’été 838. W. Goffart, The Le Mans Forgeries. A Chapter from the history of the Church in the ninth century, Harvard, coll. « Harvard historical Studies », t. 76, 1966, p. 280, a admis la thèse de F. Lot (cf. également ibid., p. 314 et p. 318, où W. Goffart déclare explicitement suivre F. Lot quant à l’authenticité des listes de participants). En revanche, W. Hartmann, Die Synoden der Karolingerzeit im Frankenreich und in Italien, Paderborn, 1989, p. 195, note 40, se prononce contre l’authenticité de cette liste.

70 P. LE Maître, « L’œuvre d’Aldric du Mans et sa signification (832-857) », dans Francia, t. 8, 1980, p. 43-64, à la p. 44, pense que c’est « durant les années 850-55 [qu’] un clerc anonyme [...] ajouta [aux Gesta Aldrici] un compte rendu plus ou moins fidèle du procès qu’Aldric avait gagné en 838 contre les moines de Saint-Calais : le Mémorial ». Ce document est donc postérieur à la nouvelle situation institutionnelle définie à Coulaines. À ce propos, cf. P. Classen, « Die Vertrage von Verdun und von Coulaines 843 als politische Grundlagen des westfränkischen Reichs », dans Historische Zeitschrift, t. 196, 1963, p. 1-35, rééd. dans : Ausgewählte Aufsätze, éd. J. Flecicenstein et alii, Sigmaringen, 1983, p. 249-277, aux p. 269 sq.; J.-L. Nelson, « The Intellectual in Politics: Context, Content and Authorship in the Capitulary of Coulaines, November 843 », dans Intellectual Life in the Middle Ages. Essays presented to Margaret Gibson, éd. L. Smith et B. Ward, London, 1992, p. 1-14.

71 Aldrici episcopi Cenomannici memoriale, éd. A. Werminghoff, MGH Concilia, 2 février, p. 836 sqq. Un passage est particulièrement intéressant : celui où l’examen des chartes est relaté (p. 843 1. 11 sqq.). En effet, Drogon y joue un rôle prépondérant ; or nous savons qu’à cette époque, précisément, Drogon était la personne vraisemblablement la plus influente à la cour, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 58.

72 Aldrici... memoriale, op. cit., p. 847.

73 Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 838, p. 24 :... habitoque conuentu fidelium, copiosus circa maritima apparatus distributus est.

74 Sur les raids danois et les mesures prises par Louis le Pieux, cf. P.H. Sawyer, Kings and Vikings. Scandinavia and Europe, AD 700-1100, London, 1982, rééd. 1989, p. 81-83; J. Haywood, Dark age naval power: a re-assessment of Frankish and Anglo-Saxon seafaring activity, London, 1991, p. 122-124.

75 J. Haywood, Naval power, op. cit., p. 118-123.

76 E. Seyfarth, Reichsversammlungen, op. cit., supra n. 2, p. 52.

77 Annales Fuldenses sive Annales regni Francorum orientalis, éd. F. Kurze, MGH Scriptores rerum Germanicarum, t. 7, Hannover, 1891, a. 838, p. 29 : Imperator vero mense Iunio Noviomagi conventu generali habito consiliis quorundam ex primoribus Francorum adquiescens pacti conscriptione Hludowico filio suo regnum orientalium Francorum, quod prius cum favore eius tenuit, interdixit.

78 Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 838, p. 24.

79 P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 321.

80 Annales de Saint-Bertin, op. cit., a. 838, p. 24.

81 À propos de ces dons, cf. Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. V (22), 1. 360, p. 72 et note 165.

82 C’est ce que prouve l’ordre de mobilisation de l’abbé Fulrad, en 806 : Dona vero tua quae ad placitum nostrum nobis presentare debes nobis medio mense Maio transmitte ad locum ubicumque tunc fuerimus (MGH Capitularia 1, no 75, p. 168). À ce propos, cf. F.-L. Ganshof, « Observations sur la date de deux documents administratifs émanant de Charlemagne », dans Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, t. 62, 1954, p. 83-91, à la p. 89.

83 Loup De Ferrières, Correspondance, éd. L. Levillain, Paris, 1935, t. 2, rééd. 1964, no 72, p. 10-12 : Sacris domini regis non sum evocatus. Propterea ad conventum non veni. Litterarum ipsarum exemplar dirigendum curavi, ut si forte mentio de me inciderit, juste me remansisse possitis ostendere. Il s’agit du plaid général convoqué par Charles le Chauve au mois de juin 849, près de Chartres, cf. F. Lot et L. Halphen, Le règne de Charles le Chauve (840-877), première partie (840-851), Paris, 1909, p. 202 sq.

84 Annales regni Francorum, op. cit., a. 821, p. 154 : Iterumque conventus mense Maio Noviomagi habendus condictus est comitesque, qui illuc venirent, deputati.

85 Ibid., p. 155 :... ibique constitutam annis superioribus atque conscriptam inter filios suos regni partitionem recensuit ac iuramentis optimatum, qui tunc adesse potuerant, confirmavit.

86 Ibid., p. 156.

87 Ce qui suit reprend certains points présentés dans la section relative aux assemblées du tome I (Le gouvernement) de ma thèse de doctorat : L'entourage et le gouvernement de l’empereur Louis le Pieux (roi des Aquitains de 781 à 814, puis empereur jusqu'en 840), Université de Paris IV, 1994 (dactylogramme), p. 149 sqq.

88 La présence de Hilduin est attestée en tout pour neuf plaids : Début de l’année 821 (Aix), autome 821 (Thionville), printemps 825 (Aix), printemps 826 (Ingelheim), automne 826 (Ingelheim), début de 828 (Aix), printemps 830 (Compiègne), automne 830 (Nimègue), fin de 837 (Aix).

89 La présence de Drogon est attestée en tout pour cinq plaids : Printemps 818 (Aix), début de 831 (Aix), début de 835 (Thionville), printemps 838 (Nimègue), été 838 (Quierzy).

90 C’est ce que je crois avoir montré dans : P. Depreux, Matfrid, art. cit., supra n. 24.

91 La présence de Matfrid est attestée en tout pour huit plaids : Été 817 (Aix), début de 821 (Aix), été 822 (Attigny), fin de 822 (Francfort), printemps 823 (Francfort), printemps 826 (Ingelheim), été 829 (Worms), printemps 830 (Compiègne).

92 Sa présence est attestée en tout pour six plaids : Eté 822 (Attigny), printemps 826 (Ingelheim), fin de 828 (Aix), printemps 830 (Compiègne), automne 830 (Nimègue), printemps 836 (Thionville).

93 Été 816 (Aix), été 817 (Aix), été 822 (Attigny), automne 833 (Compiègne), été 838 (Quierzy).

94 Chronicon Laurissense breve, éd. H. Schnorr von Carolsfeld, dans eues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, t. 36, 1911, p. 38.

95 Boshof, Agobard, op. cit., supra n. 69, p. 35 sq.

96 Pour 822 : témoignage explicite dans la lettre no 5, op. cit., p. 166 sq. ; pour 833 : Agobardi cartula de poenitentia ab imperatore acta, MGH Capitularia 2, no 198, p. 56 sq. Pour l’année 817, le témoignage est moins explicite : on se fonde seulement sur la qualité de la relation qu’Agobard fait du plaid d’Aix (lettre no 15, c. 4, op. cit., p. 224 sq.) pour supposer qu’il en fut un témoin oculaire (Boshof, Agobard, op. cit., supra n. 69, p. 38).

97 Boshof, Agobard, op. cit., supra n. 69, p. 84 sqq. Sur les raisons m’ayant incité à ne pas compter Agobard parmi les membres de l’entourage de Louis le Pieux, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., p. 406-408.

98 W. Kienast, Die frânkische Vasallität. Von den Hausmeistern bis zu Ludwig dem Kind und Karl dem Einfältigen, éd. P. Herde, Frankfurt a. M., 1990, p. 280.

99 Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. VI (29), 1. 474 sqq., p. 82-84 : In quo placito generalitas universorum maiorum, tam clericorum quam laicorum conveniebat, seniores propter cons ilium ordinandum, minores propter idem cons ilium suscipiendum...

100 Agobard, Lettre no 4, op. cit., p. 164.

101 Agobard, Lettre no 5, op. cit., p. 167 sq.

102 Sur les familles aristocratiques, cf. en dernier lieu : R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d'anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale », t. 33, 1995.

103 Annales regni Francorum, op. cit., a. 819, p. 150 : Conventus Aquisgranipost natalem Domini habitus, in quo multa de statu ecclesiarum et monasteriorum tractata atque ordinata sunt, legibus etiam capitula quaedam pernecessaria, quia deerant, conscripta atque addita sunt. Quo peracto imperator inspectis plerisque nobilium filiabus Huelpi comitis filiam nomme ludith duxit uxorem ; Astronome, Vita, op. cit., c. 32, p. 392 :... undecumque adductas procerum fdias inspitiens, ludith filiam Uuelponis nobilissimi comitis in matrimonium iunxit. Le bibliothécaire Gerward précise que Louis épousa Judith en février (Annales de Xanten, op. cit., a. 821, p. 6). Sur ce mariage, cf. S. Konecny, « Eherecht und Ehepolitik unter Ludwig dem Frommen », dans Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, t. 85, 1977, p. 1-21. à la p. 14 ; E. Ward, « Caesar’s Wife. The Career of the Empress Judith, 819-829 », dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne’s Heir, op. cit., supra n. 16, p. 205-227, à la p. 208.

104 H. Wolfram, Die Geburt Mitteleuropas. Geschichte Österreichs vor seiner Entstehung, 378-907, Wien/Berlin, 1987, p. 268 sqq.

105 Annales regni Francorum, op. cit., a. 820, p. 152: Mense Ianuario conventus ibidem habitus, in quo de Liudewiti defectione deliberatum est, ut tres exercitus simul ex tribus partibus ad devastandam eius regionem atque ipsius audaciam coercendam mitterentur. Borna quoque primo per legatos, deinde ipse veniens, quid sibi facto opus esse videretur, suggessit. Sur Borna, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 146 sq.

106 T. Bitterauf, Die Traditionen des Hochstifts Freising, tome I, München, 1905. no 397c, p. 338 : Pergenti vero pio pontifice Hittoni ad palacium iubente et vocante domino imperatore ipse iam dictus Engilpoto cum episcopo pariter perrexit ibique eodem tempore perveniebat et Keyla simulque aderat et Audulfus enarratam rei ordinem coram et audientibus placuit Audulfo et matri illius Kailane eandem confirmare traditionem. La délégation bavaroise était à Aix dès le 30 décembre 819. Sur Hitto, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 260 sq.

107 BM2 711 (688), diplôme en faveur de Saint-Kilian, donné le 20 janvier.

108 Le nom de Borna est cité dans les Annales royales, la venue à Aix de l’évêque de Freising nous est connue par un acte privé, et la présence de l’évêque de Wurzbourg est attestée par un diplôme.

109 Codex diplomaticus Fuldensis, op. cit., no 387, p. 175. Sur ce comte, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 187 sq.

110 BM2 71 1 (688).

111 Annales regni Francorum, op. cit., a. 820, p. 153.

112 Annales regni Francorum, op. cit., a. 825, p. 167 :... Bulgaricam legationem audivit ; erat enim de terminis ac finibus inter Bulgaros ac Francos constituendis. Adfuerunt in eodem conventu pene omnes Brittaniae primores... Sur les délimitations de territoires aux confins sud-orientaux de l’espace carolingien, cf. P. Johanek, « Die Raffelstetter Zollordnung und das Urkundenwesen der Karolingerzeit », dans Festschrift für Berent Schwineköper zu seinem siebzigsten Geburtstag, éd. H. Maurer et H. Patze, Sigmaringen, Thorbecke, 1982, p. 87-103, aux p. 96 sqq.

113 Astronome, Vita, op. cit., c. 39, p. 424-426 : Tempore subsequenti domnus imperator conventum a populo suo celebrari iussit tempore mai mensis Aquisgrani. Quo consistenti legatio Bulgarorum, que diu in Baioaria secundum praeceptum eius substiterat, ei adducta est audienda, cuius maxime post pacis constitutionem de terminis fuit terrarum inter Bulgaros Francosque custodiendis.

114 Traditionen des Hochstifts Freising, op. cit., no 522, p. 448 : Hoc factum est in ipso domo sancte Marie ad Frigisinga in II. kal. mai. Et in ipso die iter carpere coepimus ad Aquis palacio in Franciam anno incarnationis Domini DCCCXXV...

115 Tel Gérold en 826, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 211.

116 BM2 850 (824), diplôme donné le 22 mars.

117 Annales regni Francorum, op. cit., a. 828, p. 174 : Similiter et Baldricus dux Foroiuliensis, cum propter eius ignaviam Bulgarorum exercitus terminos habebat, privatus et marca, quam solus tenebat, inter quattuor comites divisa est. À ce propos, cf. M. Mitterauer, Karolingische Markgrafen im Südosten. Fränkische Aristokratie und bayerischer Stammesadel im österreichischen Raum, Wien, 1963, p. 85 sqq. Sur Baudry, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 119.

118 Annales regni Francorum, op. cit., a. 823, p. 160. L’annaliste signale la participation des grands de Francia orientalis, de Saxe, de Bavière et d’Alémanie —jusqu’aux confins bourguignons et rhénans.

119 BM2 773 (748) ; cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 140-141.

120 BM2 778 (753). Il n’y a pas lieu de tenir compte de la version selon laquelle l’évêque Réginaire devitans discordiam et litem Gotafredum marchionem et indices illius provinciae in presentiam nostram fecit venire, puisqu’il s’agit d’une version falsifiée, cf. F.-R. Erkens, « Ludwigs des Frommen Urkunde vom 28. Juni 823 fur Passau (BM2 778) », dans Deutsches Archiv für die Erforschung des Mittelalters, t. 42, 1986, p. 86-117.

121 Bündner Urkundenbuch, t. 1, éd. E. Meyer-Marthaler et F. Perret, Chur, 1955, no 49, p. 42 :... et cum ipso (il s’agit de Lothaire) Franchonofurt ad vestigia vestra pervenimus... Cette démarche de Victor est traditionnellement datée de 823. O.P. Clavadetscher, « Die Einführung der Grafschaftsverfassung in Ratien und die Klageschriften Bischofs Viktors III. von Chur », dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Kan. Abt., t. 39, 1953, p. 46-111, aux p. 60 sq., propose toutefois de la dater plutôt de 825.

122 Peu après le plaid de Francfort, Hunfrid fut envoyé à Rome avec l’abbé Adalung ; à ce propos, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 268.

123 BM2 772 (747) ; cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 220 sq.

124 BM2 777 (752) ; cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 84-86.

125 BM2 773 (748) ; cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 182-185.

126 Annales regni Francorum, op. cit., a. 823, p. 160 sq.

127 Matfrid ambasciavit pour le diplôme délivré sur la requête de Bernold, BM2 773 (748) : M. Jusselin, « Mentions tironiennes des diplômes carolingiens utiles à la diplomatique », dans Bulletin Philologique et Historique, 1951/1952, p. 11-29, à la p. 18 ; Matfrid semble aussi avoir présenté une requête à la place de l’évêque d’Urgel, BM2 775 (750) :... suggerens praedictus Possedonius episcopus per eundem Matfredum fidelem nostrum, ut...

128 Hincmar, De ordine palatii, op. cit., c. VI (32), 1. 537 sqq., p. 88.

129 C’est ainsi que j’interprète le c. 6 : Ut comités palatini omnem diligentiam adhibeant, ut clamatores postquam indiculum ab eis acceperint in palatio nostro non remaneant (Capitulare de disciplina palatii Aquisgranensis, MGH Capitularia 1, no 146, p. 298).

130 Capitularia 1, no 132, p. 261 sqq. (diplôme du 1er janvier 815) et no 133, p. 263 sq. (diplôme du 10 février 816).

131 BM2 567 (547) :... qualiter quidam homo fidelis noster, nomine Johannes, veniens in nostra praesentia, in manibus nostris se commendavit...

132 Musée des archives départementales. Recueil de fac-simile héliographiques de documents tirés des archives des préfectures, mairies et hospices, Paris, 1878, no 5 (enquête de Fontjoncouse), p. 11 sq. Sur la date de ce procès, cf. P. Depreux, Prosopographie, op. cit., supra n. 5, p. 401 sqq.

133 Agobard, Lettre no 4, op. cit., p. 164 : Vos ingressi estis in conspectuprincipis, ego steti ante ostium ; post paululum fecistis, ut ingrederer, sed nihil audivi, nisi absolutionem discendendi. Quid tamen vos dixeritis clementissimo principi prefata de causa, qualiterque acceperit, quidve responderit, non audivi.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540