Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

La cour impériale de Charlemagne

Janet L. Nelson

Texte intégral

  • 1 Annales Regni Francorum, éd. F. Kurze, MGH SSRG, Hannover, 1895, s.a. 811, p. 134. Je voudrais rem (...)
  • 2 Les Annales Regni Francorum donnent tous ces détails ; voir surtout s.a. 802, 807, p. 117, 123-4, (...)
  • 3 Chron. Moissiacense, s.a. 796, éd. G.H. Pertz, MGH SS I, Hannover, 1826, p. 302 ; Agnellus, Liber (...)
  • 4 Éd. A. Boretius et V. Krause, MGH Capit. I, Hannover, 1883, no .146, p. 297-298.
  • 5 Éginhard, Translatio SS Marcellinus et Petrus, II, 1, éd. G. Waitz, MGH SS XV, I, Hannover, 1888, (...)

1Je commence par décrire une grande maison. Charlemagne, revenu de Rome au mois de juillet 801, s’installa à Aix-la-Chapelle, plus ou moins en permanence. Les années suivantes, il passa tous les hivers à Aix, sauf un. L’auteur des Annales Regni Francorum signale à l’année 811 que les grands conciles d’été se réunissent à Aix par consuetudo1. À Aix, l’empereur reçut plus fréquemment des ambassades, venues de pays plus divers qu’auparavant — de Constantinople, de Venise et de Dalmatie, de Bagdad et Jérusalem, de la Northumbrie, de Scandinavie, de Saragosse et de Cordoue, du pays des Slaves et des Avars, et bien sûr de Rome : le pape lui-même se trouvait à Aix pour fêter Noël, en 8042. Charlemagne rassembla à Aix les trésors du regnum, y compris la statue de Théodoric, statue qu’on fit apporter de Ravenne, puis réinstaller tout près du palais3. Dans les espaces publiques fourmillaient des foules de mendiants, des clients des grands, des plaideurs, des gens en quête de justice4. À Aix il y avait un marché, un hôtel de la monnaie, les mansiones des ministres et des officiers royaux, les domus de leurs serviteurs, une cour. Au centre, le palais, et le cubiculum regium5 quartier de logement personnel de Charlemagne et de ses proches. À l’origine théoriquement un vicus, Aix devint, grâce au palais, une ville, un emplacement urbain, voire impérial, un centre de pouvoir.

  • 6 Notker, Gesta Karoli I, 30, éd. H.F. Haefele, MGHSSRG, Berlin, 1962, p. 41.

2Lieu de fidélité ? Eh bien, pour la fidélité c’est autre chose... Dans les années 880, Notker fit l’éloge des très grands bâtiments que Charlemagne, à l’exemple de Salomon, avait fait construire à Aix : si les mansiones des grands étaient assez vastes et d’une grande hauteur, elles étaient construites autour du palais de telle façon que Charlemagne, homme astucieux, pouvait surveiller des fenêtres de son appartement tout ce que les grands faisaient, tous leurs va-et-vient, sans que personne ne l’aperçût. Personne ne pouvait échapper aux yeux d’un Charlemagne, tellement perspicace (peritissimus)6. Donc la fidélité ne naissait pas naturellement, il fallait la cultiver.

  • 7 F.L. Ganshof, « The use of the written word in Charlemagne’s administration », traduction anglaise (...)
  • 8 K.-F. Werner, « Missus marchio cornes », dans W. Paravicini et K.F. Werner éd., Histoire compa (...)
  • 9 MGH DD Karol. I, éd. E. Mühlbacher, Hannover, 1906, nos. 204, 216, p. 273-274, 288-289.

3La chose est donc entendue : Charlemagne devint le centre de l’empire. Voilà ce dont il s’était agi en créant une sedes, et avec elle un régime sédentarisé. À la différence du regretté Ganshof (je suis, non sans hésitation, en désaccord avec lui), je ne considère pas que les années impériales ont été des années d’affaiblissement, de désordres grandissants. Certes, le palais était comble — Ganshof imaginait une masse de documents, sans ordre, donc sans objet réel. Moi, j’ai l’impression qu’il y avait là une certaine organisation, une forme de système, une main d’œuvre spécialisée7. Éginhard, qui fréquenta la cour pendant ces mêmes années, se réfère aux amici, aux ministri festinantes. Les gens du palais, les comites, les adores, les mansionarii, les camerarii, les sous-officiers du comte de palais, durent faire preuve de nouveaux talents administratifs8. Un jugement royal de 806 montre un camerarius, Évrard ; un jugement de 812 nous fait connaître trois officiers inconnus par ailleurs, tous trois délégués du comte du palais9. Ces deux affaires font intervenir quatorze comtes régionaux : ils avaient pris la peine de venir à Aix, lieu d’accord, de règlement, de résolution des conflits.

  • 10 Natation : éGinhard, Vita Karoli, éd. O. Holder-Egger, MGH SSRG, Hannover, 1911, c. 22, p. 27 : «  (...)
  • 11 R. Samson, « Carolingian palaces and the poverty of ideology », dans M. Lowcock éd., Meaningful Ar (...)
  • 12 Dhuoda, Liber Manualis, éd. avec trad. française par P. Riché, Paris, 1975, III, 9, p. 170. Elle s (...)
  • 13 Dhuoda, Liber, III, 5, p. 156 (conseils) ; III, 9, p. 170 (les grands) ; III, 11, p. 194 (repas av (...)

4Lieu de travail, lieu des affaires, avec des hommes très occupés. Ensuite et en même temps, lieu de détente, de sociabilité. De la natation (pour les hommes), de la chasse dans le breuil, parc royal (peut-être pour les femmes aussi)10. Parfois des fêtes, des banquets — des banquets modérés, selon Eginhard, plutôt que les soûleries gargantuesques qu’imagine un archéologue de la fin du vingtième siècle11. Dans une grande maison comme celle-là (je cite Dhuoda, qui connaissait bien la vie à la cour sous le règne de Louis le Pieux), beaucoup de conversations (collationes multae)12. Donc de ce fait, processus d’apprentissage. Le jeune comilito qui se trouvait à la cour devait apprendre son métier auprès des maiores, se perfectionner, jusqu’à ce qu’il mérite d’être appelé au conseil des fidèles — même les jeunes pouvaient donner - s’ils étaient prudents, à l’exemple de Samuel et Daniel - des conseils fidèles au milieu des grands. À ce moment, le comilito connaîtrait déjà les grands : il aurait accepté leurs invitations à dîner, il aurait déjà beaucoup appris de leurs conversations13.

  • 14 Dhuoda, Liber, III, 8, p. 168.
  • 15 D. Bullough, « Albuinus deliciosus Karoli regis: Alcuin of York and the shaping of the early Carol (...)
  • 16 éGinhard, Vita Karoli, préface, p. 2.
  • 17 Sur le sens du mot conversatio comme manière de vivre en train de se perfectionner, voir H. Hoppen (...)

5Parmi les fulgentes in aula, Dhuoda distingue un groupe particulier celui des parents royaux — les parentes et proximi. Ils possédaient ensemble, semble-t-il, le regni imperium : « Deus enim eos... elegit et praelegit in regno... Que le Père tout-puissant... leur inspire même conduite et mêmes sentiments ! Qu’il leur fasse... chercher la paix, brillamment réussir... »14. Rappelons que Dhuoda connaissait bien la cour des années huit cent vingt. Est-ce que ses remarques s’appliquent aussi aux années impériales de Charlemagne ? Donald Bullough a bien noté le rôle des parentes dans l’entourage de Charlemagne, son aula renovata, pendant les premières années du règne, en particulier le rôle de son propinquus Thierry, et son oncle Bernard, fils de Charles Martel15. Les proches de Charlemagne avaient toujours eu une certaine influence, et parmi eux, les enfants. Eginhard avait de quoi se féliciter en reconnaissant le nutrimentum de Charlemagne et la perpztua amicitia postquam in aula eius conversari coepi, cum ipso ac liberis eius — entre lui et ses enfants.16. Conversari signifiait plus que vivre, établir sa demeure. Le mot impliquait toute une manière de vivre : des conversations, bien sûr, mais des conversations sérieuses, y compris politiques17. Si on cherche à saisir de l’intérieur la vie de la cour comme centre de pouvoir, il faut donc voir la place et le rôle qu’y tenaient les enfants et les parents royaux.

  • 18 J’ai fait quelques remarques comparables à propos de Louis le Pieux, « The last years of Louis the (...)
  • 19 Pour la date de naissance de Charlemagne, le 2 avril 748, j’ai bien envie d’accepter les précision (...)

6Durant les années impériales, une affaire agita ces personnes plus que toute autre : une question qui impliquait et le pouvoir et la fidélité, la question de la succession au regnum. Parce que, même s’il est anachronique de traiter ces années comme les dernières années du règne18, il faut quand même reconnaître que Charlemagne était déjà, en 801, un homme d’un certain âge : il avait en effet 53 ans19 et il ne rajeunissait pas. Les gens de la cour le savaient bien : on peut donc supposer que la santé de l’empereur était le sujet de beaucoup de conversations.

  • 20 Annales Regni Francorum, s.a. 806, p. 121 : « ... de pace constituenda et conservanda inter filios (...)
  • 21 MGH Capit. I, no . 46, c. 2, p. 131: « pleniter omnes consentire debeant ».
  • 22 W. Mohr, « Bemerkungen zur Divisio regnorum von 806 », dans Archivum latinitatis medii aevi, 24, 1 (...)
  • 23 W. Schlesinger, « Kaisertum und Reichsteilung. Zur Divisio regnorum von 806 », dans W. Schlesinger(...)

7À la fin de l’année 805, Charlemagne accueillit ses trois fils, Charles, Pépin et Louis, non à Aix mais à Thionville — endroit moins chargé. C’était la première fois depuis de longues années que la famille se trouvait réunie, au moins physiquement. Les textes du début de l’année suivante, la Divisio regnorum, le capitulaire de Nimègue, comme les Annales Regni Francorum elles-mêmes, indiquent tous des circonstances très tendues qui risquaient de mettre en cause la stabilité de l’empire. Si on insiste sur l’établissement de la paix, c’est, n’est-ce-pas, que la paix a été perturbée20. Selon les Annales, il avait fallu convoquer ce conventum cum primoribus et optimatibus Francorum. Le capitulaire de Nimègue ajoute : propter pacis concordiam ; et il fallut le poursuivre par une expédition des missi afin de recueillir en plus les serments de « tous » pour démontrer leur « accord » au projet21. De la célèbre Divisio, voici le dix-huitième chapitre : « qu’aucun de nos fils, sous aucun prétexte, ne fasse tuer... aucun de nos petits-fils (c’est à dire, le fils ou le neveu d’un tel fils), ni le mutiler, ni l’aveugler, ni le fasse tonsurer contre son gré, sans procès judiciaire... » (Ainsi, tout était en règle...) Le professeur Mohr, grand savant allemand, pensait qu’une telle stipulation était anachroniquement barbare pour le règne de Charlemagne, donc que ce chapitre devait être un faux datant du règne suivant22. Le professeur Schlesinger émit d’autres soupçons : Charlemagne aurait été pris de remords (un peu tardifs, doit-on dire) pour le sort de ses propres neveux...23.

  • 24 L’étude de P. Classen, « Karl der Große und der Thronfolge im Frankenreich », dans Festschrift für (...)
  • 25 Pour la possibilité d’un accord parmi les fils d’Edouard de Wessex, voir P. Stafford, Unification (...)

8Mais le bénéficiaire principal de la Divisio, Charles le Jeune, le primogenitus, celui qui devait acquérir, après la mort de son père, la Francie entière, n’avait pas de fils, autant qu’on sache24. On se demande si, durant les semaines d’hiver, entre la Noël 805 et la fête de la purification de la Vierge 806, les membres de la famille carolingienne firent un pacte entre eux à l’instar, peut-être, des princes anglo-saxons du siècle suivant, ou même des princes royaux asturiens contemporains de Charlemagne25. S’il est vrai que Charles le Jeune était célibataire, est-ce que ce mode de vie avait été, au moins jusque-là, le prix de son avancement ? Traits civilisés chez les Barbares ? Ou s’agit-il de quelques dispositions provisoires ? Charles le Jeune espérait-il que son père mourrait bientôt ? Pour l’instant, du moins, les fils cadets, Pépin et Louis, étaient calmés. Ils quittèrent Thionville. La paix familiale carolingienne était rétablie. C’était la dernière fois que cette famille se trouvait ainsi rassemblée.

  • 26 Annales Regni Francorum, p. 131, 132. Je veux ici corriger une erreur de ma part que j’ai répétée (...)
  • 27 Voir B.S. Eastwood, « The astronomy of Macrobius in Carolingian Europe : Dungal’s letter of 811 to (...)
  • 28 De substantia nihili, MGH Epp IV, p. 552-555. Pour la datation de ce petit ouvrage, j’accepte 804- (...)
  • 29 Éginhard, Vita Karoli, c. 33, p. 39 : dans son testament, l’empereur s’est rendu compte d'une poss (...)

9Le 6 juin 810, la fille de Charlemagne, Rotrude, qui natu maior erat, mourut ; puis le 8 juillet, ce fut le tour du fils de Charlemagne, Pépin, qui mourut dans l’Italie lointaine. Les dates exactes ont été soigneusement enregistrées dans les Annales26. La même année, le 7 juin, puis le 30 novembre, survinrent deux éclipses solaires, également précisées dans les Annales. Chez l’empereur, comment interpréter ces événements ? Et comment réagir ? On saisit un peu l’atmosphère de la cour en lisant la lettre écrite par l’irlandais Dungal en 811 pour expliquer ces phénomènes astronomiques27. Dungal s’adressait à Charlemagne, c’est vrai, mais je crois que lorsque Charlemagne lut cette lettre, son entourage impérial était présent. À voir la lettre que Fridugise, ancien élève d’Alcuin, envoya aux fideles in sacro palatio à une date indéterminée de la dernière décennie du règne de Charlemagne, les fidèles, qui souffraient, paraît-il, d’une peur existentielle, avaient « très longtemps discuté », pour savoir si le néant était ou n’était pas un être, avant d’abandonner la question comme intranchable28. La lettre de Dungal, qui expose très clairement la science astronomique de Macrobe, la scientia pour se munir de la praescientia, avait été évoquée par l’empereur lui-même mais, j’ose le dire, pas que pour lui-même. Il ne fallait pas voir les éclipses comme des présages de malheur : en flattant la science, la formation des fidèles, des palatini, on les soulageait. La cour, la même cour qui admettait les débats religieux et qui, en cette même année 811, bouillonnait sous les impulsions réformatrices de Charlemagne, lui qui, cette même année, envisageait la possibilité de se retirer du monde29, cette cour était à la fois le foyer du rationalisme carolingien permettant de diriger le personnel, et le foyer de la prévention de la crise.

  • 30 Astronome, Vita Hludovici Pii, c. 20, éd. E. Tremp, MGH SSRG, Hannover, 1995, p. 342-343. J’ai bea (...)
  • 31 Ermold, In honorem Hludovici Pii, éd. E. Faral, Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux, Paris 19 (...)

10En 811, Charles le Jeune mourut à son tour. L’Astronome, le biographe le plus révélateur, décrit la réponse de Louis le Pieux, toujours installé en Aquitaine : « il éprouva un vif espoir de tout maîtriser » — spes universitatis potiundae. Il envoya un officier, Gerric le fauconnier, à Aix : alors que Gerric attendait au palais (cum in palatio moraretur — on sait bien que les gens de cour doivent apprendre l’art d’attendre) il rencontra des Franci et des Germant, gens qui parlaient le français et le germanique, qui lui donnèrent leur avis : Louis devait venir tout de suite au palais. Mais Louis fut plus sage : il attendit jusqu’à ce que son père le fasse venir30. Les biographes de Louis racontent tous, et avec enthousiasme, le grand concile de 813, le festiva dies où Charlemagne, en présence de tous ses proceres, nostro nutrimine freti, fit de Louis son héritier31. Mais ensuite, une fois de plus, Louis quitta aussitôt la cour.

  • 32 Vita Benedicti Abbatis Anianensis, c. 30, éd. G. Waitz, MGH SS XV (i), Hannover, 1887, p. 211.
  • 33 Paschase Radbert, Vita Adalhardi, c. 32, PL 120, col. 1526.
  • 34 Astronome, Vita Hludovici, c. 21, p. 346-347.
  • 35 Paschase, Epitaphium Arsenii, I, 1, éd. E. Dümmler, Abhandlungen d. königl. preuss. Akademie zu Be (...)
  • 36 Éginhard, Vita Karoli, c. 33, p. 41.
  • 37 Bernon : Loup De Ferrières, Epistolae, éd. P. Marshall, Leipzig, 1984, Ep. 81, p. 80; Lothaire: éd (...)
  • 38 Voir P. Godman, Poetry of the Carolingian Renaissance, London, 1985, p. 8.

11Durant les années impériales, qui étaient ceux qui se trouvaient plus ou moins en permanence au palais pour offrir leur amicitia à Eginhard et aux autres ? Qui entourait l’empereur ? Qui étaient les parents royaux parmi les palatini ? Jusqu’en 804, il y eut Guillaume, cousin et familiaris de Charlemagne32. D’autres cousins y restèrent jusque dans les dernières années. Les trois fils de Bernard, l’oncle de Charlemagne, Adalard, Wala, et pour quelque temps Bernhar, étaient tous palatini. Adalard, selon son biographe Paschase Radbert, donnait à Charlemagne son familiare consilium33. Le fait qu’Adalard et Bernhar étaient moines n’empêchait pas qu’ils accomplissent des services politiques. Wala, en particulier, atteignit un locus summus apud imperatorem34. Il possédait, dit encore Paschase, éloquentia utrarumque linguarum — la langue romaine (proto-français ?) et le germanique35. Il en avait besoin à la cour. On le voit en tête des témoins du testament de l'empereur en 81136. Le groupe de parentes devait être plus large qu’on ne le voit à travers nos maigres sources. C’est par pur hasard, par exemple, qu’on entrevoit deux Carolingiens, par ailleurs tout à fait inconnus, dans deux sources du début des années 84037. Surtout, après la mort d’Alcuin en 804, on manque, sauf quelques très rares exceptions, des lettres et des poésies palatines qui mirent en lumière la vie de la cour pendant les décennies précédentes38.

  • 39 Voir généalogie dans J.-L. Nelson, « La famille... », op. cit.

12Mais grâce à Eginhard, et à quelques sources plus tardives, nous savons qu’il y avait aussi des petits parentes et aulici, enfants et petits enfants illégitimes de Charlemagne : pendant les années impériales, une partie de la domus regalis devint une sorte de crèche. Il y avait les enfants des concubines : Drogon, Hugues, Richbodon, et Ruothild et Adaltrude ; il y avait aussi les petits-fils illégitimes : Nithard, Hartnid, et Louis ; il y eut après 810 une bande de petites-filles italiennes ; en somme une douzaine d’enfants au moins se trouvaient à la maternelle palatine39. Voilà quelque chose d’inattendu chez un souverain quinquagénaire ou sexagénaire.

  • 40 Capit. de disciplinapalatii Aquisgranensis, MGH Capit. I, no 146, p. 298.
  • 41 MGH Epp. IV, no 241, p. 387. Cf. aussi Ep. 204, p. 337-339, et 309, p. 473-475. (P. Godman, Poetry (...)
  • 42 Pour la relation entre Alcuin et Gisèle, voir J.-L. Nelson, « Perceptions du pouvoir chez les hist (...)
  • 43 Alcuin s’adresse à Rotrude (ou avec Berthe, ou avec sa tante) dans Ep. 72, 195, 213, 214, 216, 228 (...)
  • 44 Je suis particulièrement reconnaissante à Stuart Airlie qui a bien voulu souligner la significatio (...)
  • 45 Éd. G. Tessier, Recueil des chartes de Charles II, 3 vol., Paris, 1945-55, III, p. 39.
  • 46 K.-F. Werner, « Bedeutende Adelsfamilien im Reich Karls des Großen », dans W. Braunfels éd., Karl (...)
  • 47 Annales Bertiniani, éd. F. Grat et al., Les Annales de Saint-Bertin, Paris, 1964, p. 77.

13Qui cherche les enfants cherche les femmes... Il y en avait pas mal à Aix. Dans les premières années du règne de Louis le Pieux, on essaya de nettoyer l’intérieur des mansiones en chassant les meretrices qui s’y cachaient40. Meretrices peut-être... Mais dans ces mansiones, qui étaient les maisons familiales aristocratiques, devaient aussi habiter les femmes et les filles des grands. De cette présence de jeunes filles nobles pendant les années impériales, on trouve trace dans une des dernières lettres d’Alcuin : il s’adresse à Gondrade, soeur de Wala, donc cousine de Charlemagne. Elle était moniale, mais elle se trouvait évidemment au palais, puisque Alcuin lui demande de faire ses excuses à Charlemagne, de détourner sa colère. Elle aussi était une personne d’une grande influence apud imperatorem. Et ailleurs : « Esta ceteris in palatio virginibus exemplar », demande Alcuin, « qu’elles soient aussi nobles dans leur conduite que dans leur naissance »41. Alcuin s’adressa aussi à une autre moniale d’un certain âge qui se trouvait évidemment au palais, à Gisèle, la soeur de Charlemagne lui-même. Abbesse de Chelles, Gisèle ne restait pas toujours dans son monastère42, pas plus que sa nièce qui était elle aussi moniale à Chelles. Selon les lettres d’Alcuin et selon les poésies palatines des années 790, Rotrude, fille aînée (née vers 775) de Charlemagne, se trouvait souvent à la cour43. Elle prit un amant, et mit au monde un fils. On lui donna le nom de Louis : fait intéressant, parce que c’était le nom du frère de la mère, nom qui impliquait un droit d’hériter44. La paternité du petit Louis n’est attestée, comme dit justement Georges Tessier, par aucun témoignage direct45. Toute une historiographie fait de Louis le fils de Rorgon, noble de souche neustrienne dont on ne sait absolument rien jusqu’en 81946. À partir de 839, Rorgon est bien attesté comme père de Gauzlin qui deviendra longtemps après le chancelier de Charles le Chauve à la place de Louis, abbé de St-Denis depuis 840/1, décédé en 867. La base unique de l’hypothèse d’une demi-fraternité entre Louis et Gauzlin est une notice des Annales Bertiniani de 858 où Gauzlin, moine de St-Denis, est dit « frater ipsius [Louis] »47. Je me demande s’il faut prendre le mot « frère » dans son acception biologique. Admettons plutôt, peut-être, que le nom de l’amant de Rotrude est inconnu. Mais je crois que l’homme était loin d’être un inconnu. La fille aînée de Charlemagne ne pouvait s’offrir — même si on croit que son père n’était pour rien dans l’affaire — à n’importe quel jeune Lothario. Non ! L’amant de Rotrude devait être un homme d’une certaine influence. Mêmes incertitudes autour de la date de naissance du petit Louis. Aux alentours de 800 ? Ou (et je le suggère comme hypothèse, sans plus) quelques années plus tard, peut-être même aussi tard que 810 ? Est-ce que Rotrude, âgée de 35 ans, mourut en couches ? Qui, en tout cas, choisit le nom du bébé ? À coup sûr, n’est-ce pas Charlemagne lui-même ? Ou pour être clair, si ce n’est pas Charlemagne qui a choisi, avouons que tout un peloton d’historiens (dont je fais partie) s’est complètement égaré, au sujet des années impériales...

  • 48 Éd. G. Tessier, Recueil, vol. III, p. 40.
  • 49 P. Godman, Poetry, p. 114-115.
  • 50 Alcuin, Ep. 93, p. 137 (lettre de Charlemagne au pape, 796).
  • 51 Alcuin, Ep. 9, p. 35 (lettre d'Alcuin à Adalhard de Corbie) : ici, parmi d’autres références aux p (...)
  • 52 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, IV, 5, éd. et trad. P. Lauer, Paris, 1926, p. 138-13 (...)
  • 53 H. Beumann, art. « Angilbert », dans Lexikon des Mittelalters, Munich-Zürich, 1980, I, col. 635 (à (...)
  • 54 S. A. Rabe, Faith, Art and Politics at Saint-Riquier. The Symbolic Vision of Angilbert, Philadelph (...)

14Le professeur Tessier a écrit une belle épitaphe pour Rotrude, qui « devait mourir... laissant une réputation de lettrée, voire de théologienne »48. Un poète contemporain laissa un portrait non moins enthousiaste de Rotrude comme mentis clarissima virgo/virgo decora satis, et moribus inclita virgo49. Le poète était Angilbert, du sobriquet Homère — qui témoigne ainsi de sa participation au inner circle de la cour. Jeune palatin, élève d’Alcuin, Angilbert devint manualis nostraefamiliaritatis auricolarius de Charlemagne50. Il devint abbé de St-Riquier : le fils est devenu père, plaisante Alcuin51. Le père-abbé devint également père de fils charnels, étant devenu l’amant de Berthe, la deuxième des filles les plus célèbres de Charlemagne52. Les historiens (et les historiennes) modernes ont trouvé ici une situation un peu problématique. Angilbert était abbé laïque, selon Beumann ; selon Lauer, Angilbert et Berthe s’étaient mariés53. Selon Susan Rabe, ce fut un mariage d’amour : elle nous rappelle que « conditions at court were quite fluid »54. En effet ! Et sérieusement. Chez Rotrude et Berthe, les affaires de cœur (si c’est le mot juste) étaient aussi les affaires de la cour, donc des affaires politiques. Si les sources strictement contemporaines, et, plus tard Éginhard également, traitent ces liaisons d’une façon si peu explicite, c’est à cause de leur extrême sensibilité : en d’autres termes, on ne passait pas sous silence les affaires sans importance, c’est l’inverse.

  • 55 Éd. E. Dümmler, MGH Poetae I, p. 366-79, où le poème est attribué à Angilbert.
  • 56 Qui en traduit, néanmoins, une bonne partie, Poetry, p. 196-207, avec un commentaire utile : p. 22 (...)
  • 57 Ici on trouve Liutgarde, femme de Charlemagne : le poète reconstruit d’une façon vraisemblable l'a (...)
  • 58 MGH Poetae 1, éd. E. Dümmler, p. 371, vers 220-223 : « ... Berta nitet, multis sociata puellis./ V (...)

15Écoutons encore une fois la voix d’un poète, l’auteur de la célèbre Épopée de Paderborn, connue sous le titre Karolus Magnus et Léo Papa55. On trouve ici quelques vers mal connus par les anglophones, parce que n’étant traduits ni par M. Godman56 ni par M. Dutton : c’est une description, pour l’essentiel assez stéréotypée (beaucoup de Virgile, beaucoup de Venance), d’un grand cortège de la cour royale qui part à la chasse. La scène se passe en 799 — mais la datation du poème, selon les avis savants récents, est des alentours de l’an 806. Voilà qu’apparaît dans ces vers un deuxième niveau contextuel et chronologique de la famille de Charlemagne57. D’abord viennent les garçons, Charles et Pépin (Louis est absent, comme d’habitude). Ils sont décrits d’un façon stylisée : Charles s’illustre par le nom de son père, Pépin par celui de son grand-père. Puis « suit la bande éclatante des jeunes filles ». Rotrude passe rapidement devant, « à la tête de la troupe... à cheval, elle s’avance calmement, elle prend la première place... » Puis vient Berthe, qui rayonne brillamment, en compagnie de maintes jeunes filles. Virile dans sa voix, mais aussi dans son esprit, avec un aspect et un visage resplendissants, elle a une bouche, un maintien, des yeux, un cœur qui reproduisent les attraits de son père »58.

  • 59 Je me permets de vous rappeler la jolie histoire folklorique de Berthe, qui, une nuit d’hiver, apr (...)

16Le poème continue avec les autres filles de Charlemagne, trois filles adultes légitimes, une illégitime. Mais c’est évidemment Rotrude et Berthe qui apparaissent comme les chefs féminins. Surtout, il n’y a rien de stéréotypé dans le portrait de Berthe, femme virile, véritable enfant de son père. C’est elle, non ses frères, qui, selon le poète, ressemble à Charlemagne, et physiquement et par caractère59.

  • 60 MGH Capit. I, no. 51, c. 13, p. 139.
  • 61 MGH Capit. 1, no. 45, c. 17, p. 129.
  • 62 Éginhard, Vita Karoli, c. 19, p. 25. Voir J.-L. Nelson, « Women at the court of Charlemagne: a cas (...)
  • 63 Éginhard, Vita Karoli, c. 33, p. 37.

17Je crois qu’on peut trouver d’autres allusions à l’influence de ces femmes pendant les années impériales. Par exemple, un capitulaire raconte que les missi trouvent aussi difficile de distringere les hommes des filles de l’empereur que les hommes des fils60. Ou dans la Divisio regnorum, Charlemagne insiste pour que ses filles aient le droit de choisir (licentia eligendi) dans quel royaume elles s’installeront après la mort de leur père ; elles devront y vivre dans l’honneur (honorifice) ; si elles veulent alors se marier et qu’elles donnent leurs consensus, il sera interdit à leurs frères de s’y opposer61. Enfin, selon Éginhard, Charlemagne ne pouvait se passer du contubernium de ses filles : c’est pour cela qu’il ne les laissa pas se marier de son vivant62. Éginhard ajoute des détails intéressants au sujet du testament que Charlemagne avait l’intention de faire mais qu’il ne fit jamais : il voulait heredes facere ses filles légitimes63.

  • 64 Commentaire très judicieux de P. Depreux, « Das Königtum Bernhards », p. 6-10.

18Durant ces années, Charlemagne se montra un vieil opiniâtre. Il est possible qu’il n’ait pas beaucoup aimé Louis ; mais il est certain qu’il n’entendait pas perdre sa liberté de père en matière de politique familiale. La promotion de son petit-fils Bernard en 812 dut être ressentie par Louis le Pieux comme une gifle vraiment injurieuse64. Pas moins peut-être que la décision du vieil empereur de faire de son petit-fils l’homonyme de Louis. Étant données ces « fluid conditions », le patriarche devait surtout user de mystification, afin de laisser tout le monde, et surtout le fils aquitain qu’il ne connaissait guère, dans un état d’incertitude. Charlemagne réussit ainsi à se maintenir au centre du pouvoir. Mais il n’était pas seul, il ne pouvait se maintenir dans toute son autorité qu’avec des collaborateurs. Il les trouva chez lui, à la cour, dans sa domus, sa maison. Je crois que la fluidité, voire la volatilité qui existait à la cour offrait un espace permettant les interventions des femmes influentes et d’un certain âge, de l’une en particulier, je veux parler de Berthe, celle qui ressemblait tellement à son père.

  • 65 L’astronome, c. 21, p. 346-347.

19Le 28 janvier 814, Charlemagne lui-même mourut. Louis se trouvait toujours en Aquitaine. Donc, selon l’Astronome, ce furent les enfants et les grands du palais (liberi et proceres palatini — je me demande si l’adjectif s’attache aussi bien aux liberi qu’aux proceres) qui s’occupèrent des funérailles du vieil empereur le jour même de sa mort. Parmi les enfants, il n’y avait que des filles adultes, et parmi elles, la principale, Berthe ; parmi les proceres, le principal : Wala. C’est l’Astronome qui s’exprime explicitement : Louis le Pieux, le nouvel empereur, avait très peur de Wala, qui avait eu une considérable influence apud Carolum imperatorem ; Louis soupçonnait Wala de préparer contre lui une sinistre tentative65. Je pense qu’il s’agissait d’une prise de pouvoir. Infidélité contre Louis, bien sûr — de la lointaine Aquitaine, Louis le Pieux avait dû longtemps regarder avec méfiance les habitants d’Aix — mais vu de la cour, aux yeux des palatini contemporains d’après 811, une telle tentative ne se présentait pas nécessairement comme une infidélité à Charlemagne.

  • 66 K.-F. Werner, « Hludowicus Augustus », p. 30, n. 100.
  • 67 Fils de Jérôme, demi-frère de Pépin. Les sources sont tardives : les Gesta abbatum sancti Bertini  (...)

20Je n’entre pas dans les détails (vous connaissez tous le récit de l’Astronome) : je souligne seulement que Louis le Pieux ne prit pas le contrôle du palais sans violence. Il fallut presque un coup d’État, une marche sur Aix. Wala avait déjà cédé le terrain, et Louis, avec une astuce malveillante, se servit de lui pour se venger de ses propres compagnons d’hier. Parmi les hommes tués, il y eut un certain Hodoinus. Ni E. Tremp ni d’autres n’ont pu l’identifier. On l’écarte en le présentant comme « amant d’une des filles de Charlemagne »,66 une espèce de gigolo. Mais il y avait probablement un autre cousin de Charlemagne qui s’appelait Oduin, lui aussi petit-fils de Charles Martel67. Je propose de voir en Hoduinus un des parents — encore un des parents — qui entouraient le vieux Charlemagne, et dont la fidélité (avec d’autres motivations moins désintéressées, sans doute) le poussa, finalement, à essayer de garder dans ses mains les leviers du pouvoir.

  • 68 L’astronome, c. 21, p. 348-349. À remarquer, la réutilisation du mot contubernium. L’Astronome con (...)
  • 69 Continuateur de Frédégaire c. 25, éd. J.-M. Wallace-Hadrill, The Fourth Book of the Chronicle of F (...)

21Et, enfin, les femmes. Selon l’Astronome, ce qui inquiétait vraiment Louis le Pieux (moverat animum), c’était illud quod a sororibus illius in contubernio exercebatur paterno : de cette large tache qui souillait la domus paterna68, Louis craignait un scandalum : non pas un quelconque scandale, mais précisément la répétition du scandalum qui s’était passé 70 ans auparavant mais qu’on se rappelait toujours bien, celui de la sœur de Pépin, Hiltrude, modèle de licentia eligendi, qui s’était mariée avec Odilon de Bavière sans le consentement de son frère69. Histoire qui risquait de se reproduire. Personne n’avait su mieux que Charlemagne que le mariage d’une fille royale était un acte politique par excellence et personne n’avait compris aussi bien que lui la politique de la crèche. Cette réserve d’enfants au palais offrait l’embarras du choix et pouvait susciter des conflits. Les femmes du palais pouvaient facilement paraître monstrueuses parce qu’elle étaient affranchies de tout ordre.

  • 70 L’astronome, C. 23, p. 350-351. Bien sûr, il fallait aussi envoyer aux monastères les concurrents (...)
  • 71 Alcuin, Poème XII, vers 6, MGH Poetae I, p. 237.
  • 72 Alcuin, Ep. 244, p. 392 (avec allusion à Isaïe 60 : 8).
  • 73 K.-F. Werner, « Hludovicus Augustus », p. 30-31 ; voir maintenant le commentaire très suggestif de(...)
  • 74 À la différence de M. Rouche, « Charlemagne, polygame et incestueux », dans L'Histoire, 4, 1984, p (...)
  • 75 Éginhard, Vita Karoli, c. 32, p. 37.

22Pour les abattre, pour nettoyer le palais, il fallait chasser ce coetus femineus qui permaximus erat70. Il fallait souiller toutes les femmes - virgines, filiae, ancillae - de la même tache, en les désignant comme meretrices. En se présentant comme un purificateur Louis s’offrait aussi comme rénovateur de tout un système de représentation fondé sur l’autorité masculine. C’était rassurant. Parce que les femmes de la cour inquiétaient les hommes. Alcuin était un peu dubitatif lorsqu’il saluait Gisèle comme verbipotens71. Quand il écrivit à un jeune homme à la cour au sujet des problèmes moraux qu’il y trouverait, des obstacles à une conversatio honesta, il lui conseilla : non veniant coronatae columbae ad fenestras tuas quae volant per cameras palatii...72. Calembour, peut-être, sur le sobriquet de Rotrude, Columba ? En tout cas, avertissement : « Women at work ! » Quelque chose d’équivoque, de dangereux, s’attachait aux colombes qui volaient à basse altitude. L’image de Berthe dans l'Epopée de Paderborn résonne, je crois, des inquiétudes comparables d’un palatinus (non sans raison voit-on comme auteur Éginhard) face à une femme qui exerçait un véritable pouvoir à la cour de son père, père auquel la fille rassemblait si visiblement voce vultuque. Le pouvoir de cette femme empiétait sur les structures d’autorité. Le fils du père devait incarner la stabilité, la continuité. Mais la fille du père ? Les valeurs dynastiques, centrées sur la succession de père en fils, s’accommodaient mal de règles patriarcales accordant au père le droit de s’appuyer sur ses filles autant que sur ses fils. Histoire de tous les jours, peut-être, dans la vie de la cour, et d’une société de cour. Histoire d’un pouvoir mal relié à l’autorité, histoire d’une fidélité fondée non sur les serments et les rituels publiques, mais sur les mystères des cubicula, des chambres intérieures. Éginhard, je crois, l’avait clairement perçu. Afin de détruire ce pouvoir féminin, il fut au moins le complice de ceux qui murmuraient contre Charlemagne l’accusation d’inceste : accusation à peine voilée dans la Vita Karoli avec l’idée d’un contubernium fdiarum in domo, mais devenue tout à fait explicite dans la Visio Wettini des années 82073. Je ne veux pas dire que Charlemagne a été incestueux74 mais qu’une telle accusation avait quelque chose de vraisemblable, que de tels ragots, au fond très misogynes, avaient une portée réelle dans la bouche et sous la plume des propagandistes du nouveau régime. Donc, rien de fortuit dans les prodiges qui, selon Éginhard, annonçèrent la mort de l’empereur, et parmi ces signa (et le moins souvent cité) le plus sinistre pour les oreilles de celles qui écoutaient au palais : Accessit creber Aquensis palatii tremor et in domibus ubi conversabatur assiduus laqueariorum crepitus75. Les grincements des poutres des plafonds devaient annoncer une fois pour toutes le dérèglement des colombes de Charlemagne.

Notes

1 Annales Regni Francorum, éd. F. Kurze, MGH SSRG, Hannover, 1895, s.a. 811, p. 134. Je voudrais remercier de tout coeur les organisateurs, et l’assistance du colloque de Lille de mars 1997, pour leurs critiques sagaces, et surtout Régine Le Jan pour m’avoir donné l’aide indispensable à l’établissement de mon texte français et, une fois encore, beaucoup de conseils avisés et son appui moral.

2 Les Annales Regni Francorum donnent tous ces détails ; voir surtout s.a. 802, 807, p. 117, 123-4, les ambassades et les dons exotiques de Bagdad, y compris l’éléphant Abboul Abas.

3 Chron. Moissiacense, s.a. 796, éd. G.H. Pertz, MGH SS I, Hannover, 1826, p. 302 ; Agnellus, Liber pontificalis ecclesiae Ravennatis, c. 94, éd. O. Holder-Egger, MGH SSRL, Hannover, 1878, p. 338 ; voir l’étude fondamentale de L. Falkenstein, « Charlemagne et Aix-la-Chapelle », dans Byzantion 61, 1991, p. 231-289 à 247-248, 250-251.

4 Éd. A. Boretius et V. Krause, MGH Capit. I, Hannover, 1883, no .146, p. 297-298.

5 Éginhard, Translatio SS Marcellinus et Petrus, II, 1, éd. G. Waitz, MGH SS XV, I, Hannover, 1888, p. 245.

6 Notker, Gesta Karoli I, 30, éd. H.F. Haefele, MGHSSRG, Berlin, 1962, p. 41.

7 F.L. Ganshof, « The use of the written word in Charlemagne’s administration », traduction anglaise par J. Sondheimer, dans F.L. Ganshof, The Carolingians and the Frankish Monarchy, London, 1971, p. 125-142, surtout 134-135; cf. J.-L. Nelson, « Literacy in Carolingian Government », dans R. McKitterick éd., The Uses of Literacy in Early Medieval Europe, Cambridge, 1990, p. 258-296 (réimpr dans J.-L. Nelson, The Frankish World. London, 1996, p. 1-36).

8 K.-F. Werner, « Missus marchio cornes », dans W. Paravicini et K.F. Werner éd., Histoire comparée de l'administration, Beiheft der Francia, 9, 1980, p. 191-239. J. Fleckenstein, « Die Struktur des Hofes Karls des Grossen im Spiegel von Hinkmars "De ordine palatii" », dans Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, 83, 1976, p. 5-22. B. Kasten, Adalhard von Corbie, Düsseldorf, 1986, p. 72-79, qui donne d’autres bonnes raisons pour placer le de Ordine Palatii « vor 814 » (p. 76). De plus, on doit remarquer que « die organisatorische Seite der wirtschaftlichen Versorgung eines reisenden Königshofes » (B. Kasten, p. 78) se référerait moins bien à la cour de Charlemagne des années postérieures à 801 qu’avant ; et en tout cas, quelques détails terminologiques se réfèrent clairement au royaume lombard. B. Kasten, p. 79, en suivant C.-R. Brühl, « Hinkmariana 1 », dans Deutsches Archiv, 29, 1964, p. 48-77, à 54, ajustement émis l’hypothèse qu’Adalard écrivit pour Bernard d’Italie. Reste à expliquer l’esquisse du rôle important de la reine dans c. 22, éd. T. Gross et R. Schieffer, MGH Fontes Iuris Germanici Antiquae, Hannover, 1980, p. 74 : est-ce qu’on doit le rapprocher du mariage de Bernard avec Cunigonde, mariage d'ailleurs voulu par Adalard lui-même, selon la Translatio sancti Viti (voir P. Depreux, « Das Königtum Berhards von Italien », dans Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 72, 1992, p. 1-25, p. 5) ? Ou est-ce qu’Adalard l’a lui-même ajoutée en revoyant son ouvrage dans les années c. 821-5, dans le contexte d’un rapprochement avec Louis et Judith (on rappelle l’intérêt de celle-là pour la nouvelle fondation de Corvey, en 823) ? Autre hypothèse : le c. 22 a été, soit écrit soit augmenté par Hincmar.

9 MGH DD Karol. I, éd. E. Mühlbacher, Hannover, 1906, nos. 204, 216, p. 273-274, 288-289.

10 Natation : éGinhard, Vita Karoli, éd. O. Holder-Egger, MGH SSRG, Hannover, 1911, c. 22, p. 27 : « ob hoc etiam Aquisgrani regiam exstruxit ibique extremis vitae annis usque ad obitum perpetim habitavit » ; breuil (brogilus) : Cap. de villis, MGH Capit. 1, no 32, c. 46, p. 87, parle en général des breuils des villae regales. À Aix, où, se demande L. Falkenstetn, p. 252, sinon dans le breuil, était logé Abboul Abas ? Voir aussi K. Hauck, « Tiergarten im Pfalzbereich », dans Deutsche Königspfalzen I, Göttingen, 1963, p. 39-42, 45-47.

11 R. Samson, « Carolingian palaces and the poverty of ideology », dans M. Lowcock éd., Meaningful Architecture, Woodbridge, 1995, p. 99-131. Cf. le commentaire plus subtile de S. Airlie, « The view from Maastricht », dans B.E. Crawford éd., Scotland in Dark Age Europe, St Andrews, 1994, p. 33-46.

12 Dhuoda, Liber Manualis, éd. avec trad. française par P. Riché, Paris, 1975, III, 9, p. 170. Elle s’était mariée, dit-elle, in Aquisgranipalatio le 29 juin 824, praefatio, p. 84, avec commentaire de Riché, p. 85, n. 2. Pace P. Riché, Introd., p. 16, Dhuoda ne fait pas mention explicite de la chapelle. Selon les Annales Regni Francorum, s.a. 824, Louis le Pieux avait annoncé son conventum pour Compiègne circiter le 24 juin, et partit tout de suite pour la Bretagne. Est-ce que l’empereur n’assista pas au mariage de Bernard et Dhuoda ? Ou faut-il penser que l’annaliste s’est trompé ? La distance d’Aix à Compiègne est d’environ 300 km.

13 Dhuoda, Liber, III, 5, p. 156 (conseils) ; III, 9, p. 170 (les grands) ; III, 11, p. 194 (repas avec honesti sacerdotes). Voir le de Ordine Palatii, c. 27, p. 00 : les capitanei ministérielles invitaient à dîner les jeunes milites dans leurs mansiones du palais.

14 Dhuoda, Liber, III, 8, p. 168.

15 D. Bullough, « Albuinus deliciosus Karoli regis: Alcuin of York and the shaping of the early Carolingian court », dans L. Fenske, W. Rösener et T. Zotz éd., Institutionen, Kultur und Gesellschaft im Mittelalter. Festschrift fur J. Fleckenstein, Sigmaringen, 1984, p. 73-92, en particulier p. 87-88. Sur Bernard, voir aussi J.-L. Nelson, « La famille de Charlemagne », dans Byzantion, 61, 1991, p. 194-212, à 198 ; et pour le fils de Bernard, Adalhard, ibid., p. 205.

16 éGinhard, Vita Karoli, préface, p. 2.

17 Sur le sens du mot conversatio comme manière de vivre en train de se perfectionner, voir H. Hoppenbrouwers, « Conversatio », dans Graecitas et latinitatis christianorum primaeva, supplem. 1, Nimègue, 1964, p. 47-95.

18 J’ai fait quelques remarques comparables à propos de Louis le Pieux, « The last years of Louis the Pious », dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne’s Heir. New Perspectives on the Reign of Louis the Pious (814-840), Oxford, 1990, p. 147-160 (repr. dans J.-L. Nelson, Frankish World, p. 37-50), et d’Alfred de Wessex, « Reconstructing a royal family: reflections on Alfred from Asser, chapter 2 », dans I. Wood et N. Lund éds., People and Places in Northern Europe, 500-1600. Studies presented to Peter H. Sawyer, Woodbridge, 1991, P-47-66. Il semble donc qu’un roi ayant des fils déjà adultes doive toujours trouver de nouvelles stratégies pour les contenir.

19 Pour la date de naissance de Charlemagne, le 2 avril 748, j’ai bien envie d’accepter les précisions de M. Becher, « Neue Überlegungen zum Geburtsdatum Karls des GroBen », dans Francia, 19, 1992, p. 37-60. L’étude de K.-F. Werner, « Das Geburtsdatum Karls des GroBen », dans Francia, 1, 1973, p. 115-137 (réimp. avec quelques développements, « La date de naissance de Charlemagne », dans Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, année 1972, Paris 1975, réimp. dans K.-F. Werner, Structures politiques du monde franc (VIe-XIIe siècles), Londres, 1979), était le travail pionnier à cet égard.

20 Annales Regni Francorum, s.a. 806, p. 121 : « ... de pace constituenda et conservanda inter filios... » ; MGHCapit. I, no . 45, pref., p. 127; n. 46, c. 2, p. 131.

21 MGH Capit. I, no . 46, c. 2, p. 131: « pleniter omnes consentire debeant ».

22 W. Mohr, « Bemerkungen zur Divisio regnorum von 806 », dans Archivum latinitatis medii aevi, 24, 1954, p. 121-157.

23 W. Schlesinger, « Kaisertum und Reichsteilung. Zur Divisio regnorum von 806 », dans W. Schlesinger éd., Beiträge zur deutschen Verfassungsgeschichte des Mittelalter, 2 vol., Göttingen 1963, I, p. 196. Cf. aussi K. Sprigade, « Zur Frage der Verfälschung von Karls des GroBens Divisio regnorum », dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung fur Rechtsgeschichte, 81, 1964, Germ. Abt., p. 305-317.

24 L’étude de P. Classen, « Karl der Große und der Thronfolge im Frankenreich », dans Festschrift für H. Heimpel, Göttingen, 1972, vol. III, p. 109-134, reste tout à fait indispensable. C’est vrai que ce qu’on sait des femmes de Pépin d’Italie ou de Bernard d’Italie ne tient qu’à un fil. Mais quand même, le manque total de renseignement sur le lieu de sépulture de Charles le Jeune soulève quelques soupçons. A-t-il été soumis à une espèce de damnatio memoriae sous le règne de Louis ?

25 Pour la possibilité d’un accord parmi les fils d’Edouard de Wessex, voir P. Stafford, Unification and Conquest. A Political and Social History of England in the Tenth and Eleventh Centuries, London, 1989, p. 42. On remarque que, selon la chronologie de M. Becher (supra, n. 19), on aurait à faire à une entente assez semblable entre Pépin et Carloman pendant l’automne 747 — mais (et c’est ma seule réserve quant à la reconstitution de M. Becher) avec Bertrade enceinte ?

26 Annales Regni Francorum, p. 131, 132. Je veux ici corriger une erreur de ma part que j’ai répétée plusieurs fois en diverses livres et articles en réutilisant mon tableau généalogique (en « Macdraw ») de la famille de Charlemagne où j’ai fait, à tort, mourir Rotrude « après 839 ». Une fois pour toutes, je m’excuse ; et je rétablis la date correcte : 810.

27 Voir B.S. Eastwood, « The astronomy of Macrobius in Carolingian Europe : Dungal’s letter of 811 to Charles the Great », dans Early Medieval Europe 3, 1994, p. 117-134 ; voir déjà la belle discussion (non citée par B.S. Eastwood) de Werner, « Hludovicus Augustus », dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne's Heir, p. 28.

28 De substantia nihili, MGH Epp IV, p. 552-555. Pour la datation de ce petit ouvrage, j’accepte 804-814, en suivant Dümmler, ibid. Voir J. Marenbon, From the Circle of Alcuin to the School of Auxerre, Cambridge, 1981, p. 62 (« 800 at the earliest »), avec reférences à n. 90. M. Colish, « Carolingian debates over Nihil and Tenebrae », dans Speculum, 59, 1984, p. 757-795, à 759, prend un terminus ante quem en avril 800. C’est vrai que Fridugise dans le De substantia se qualifie de « diacre », alors qu’il a été promu archidiacre, paraît-il, en 800 (Alcuin, Ep. 210, p. 351) ; mais il qualifie ici Charlemagne de serenissimus princeps, ce qui, à mon avis, plaide pour les années impériales. Alcuin, Ep. 251, p. 406, datée « 801-802 » par Dümmler, qualifie également Fridugise de « diacre ».

29 Éginhard, Vita Karoli, c. 33, p. 39 : dans son testament, l’empereur s’est rendu compte d'une possible voluntaria saecularium rerum carentia.

30 Astronome, Vita Hludovici Pii, c. 20, éd. E. Tremp, MGH SSRG, Hannover, 1995, p. 342-343. J’ai beaucoup appris des aperçus de S. Airlie, « Bonds of Power and Bonds of Association », dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne’s Heir, p. 191-204.

31 Ermold, In honorem Hludovici Pii, éd. E. Faral, Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux, Paris 1964, vers 652-735, p. 52-59 ; cf. Thegan, Gesta Hludowici imperatoris, c. 6, éd. E. Tremp, MGH SSRG, Hannover, 1995, p. 180-185.

32 Vita Benedicti Abbatis Anianensis, c. 30, éd. G. Waitz, MGH SS XV (i), Hannover, 1887, p. 211.

33 Paschase Radbert, Vita Adalhardi, c. 32, PL 120, col. 1526.

34 Astronome, Vita Hludovici, c. 21, p. 346-347.

35 Paschase, Epitaphium Arsenii, I, 1, éd. E. Dümmler, Abhandlungen d. königl. preuss. Akademie zu Berlin, 1900, p. 22. L. Weinrich, Wala. Graf, Mönch und Rebell, Hamburg, 1963, p. 25, pense plutôt à « lateinischen Amtssparche ».

36 Éginhard, Vita Karoli, c. 33, p. 41.

37 Bernon : Loup De Ferrières, Epistolae, éd. P. Marshall, Leipzig, 1984, Ep. 81, p. 80; Lothaire: éd. T. Schieffer, MGH DD Lotharii I, Berlin, 1966, no86, p. 210 (ici la parenté n’est pas explicite, mais je la déduis du nom lui-même).

38 Voir P. Godman, Poetry of the Carolingian Renaissance, London, 1985, p. 8.

39 Voir généalogie dans J.-L. Nelson, « La famille... », op. cit.

40 Capit. de disciplinapalatii Aquisgranensis, MGH Capit. I, no 146, p. 298.

41 MGH Epp. IV, no 241, p. 387. Cf. aussi Ep. 204, p. 337-339, et 309, p. 473-475. (P. Godman, Poetry, p. 121, n. 41, fait une petite erreur en décrivant Gondrade comme « Charlemagne’s daughter »).

42 Pour la relation entre Alcuin et Gisèle, voir J.-L. Nelson, « Perceptions du pouvoir chez les historiennes du haut moyen âge », dans M. Rouche et J. Heuclin éd., La Femme au Moyen Âge, Maubeuge, 1990, p. 75-87.

43 Alcuin s’adresse à Rotrude (ou avec Berthe, ou avec sa tante) dans Ep. 72, 195, 213, 214, 216, 228, p. 114-5, 322-323, 354-360, 371-372, et peut-être dans Ep. 32 et 279, p. 73-74, 435-436 ; Rotrude, avec sa tante, s'adresse à Alcuin dans Ep. 196, pp. 323-5 ; Alcuin fait mention de Rotrude dans Ep. 262, p. 420, et peut-être dans Ep. 244, p. 392. Pour le témoignage des poètes, voir P. Godman, Poetry, p. 114-5, 154-5 ; et supra, p. 184.

44 Je suis particulièrement reconnaissante à Stuart Airlie qui a bien voulu souligner la signification particulièrement « royale » d’un tel nom.

45 Éd. G. Tessier, Recueil des chartes de Charles II, 3 vol., Paris, 1945-55, III, p. 39.

46 K.-F. Werner, « Bedeutende Adelsfamilien im Reich Karls des Großen », dans W. Braunfels éd., Karl der Große. Lebenswerk und Nachleben, 5 vol., Düsseldorf, 1965-67, vol. I, p. 138 avec n. 8, se réfère au Cartulaire de Redon pour cette première parution de Rorgon en 819. Cf. pour la carrière postérieure de Rorgon, R. Le Jan, « Prosopographica Neustrica : les agents du roi en Neustrie de 639 à 840 », dans H. Atsma éd., La Neustrie, 2 vols., Beihefte der Francia, 16/1 et 16/2, Sigmaringen, 1989. vol. 1, p. 231-269, à n°253, p. 263.

47 Annales Bertiniani, éd. F. Grat et al., Les Annales de Saint-Bertin, Paris, 1964, p. 77.

48 Éd. G. Tessier, Recueil, vol. III, p. 40.

49 P. Godman, Poetry, p. 114-115.

50 Alcuin, Ep. 93, p. 137 (lettre de Charlemagne au pape, 796).

51 Alcuin, Ep. 9, p. 35 (lettre d'Alcuin à Adalhard de Corbie) : ici, parmi d’autres références aux patres, pas le moindre soupçon d’un statut irrégulier pour Angilbert, ni dans les autres lettres d’Alcuin.

52 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, IV, 5, éd. et trad. P. Lauer, Paris, 1926, p. 138-139.

53 H. Beumann, art. « Angilbert », dans Lexikon des Mittelalters, Munich-Zürich, 1980, I, col. 635 (à comparer, col. 534 : « nicht-sanktionierte Ehe ») ; P. Lauer, voir n. 52, supra, traduit « [Angilbertus] ex ejusdem magni regis filia nomine Berta Hartnidum fratrem meum et me Nithardum genuit » : « de la fille de ce grand roi, appelée Berte, qu’il épousa [ !], il eut Hartnid, mon frère, et moi Nithard » (voir n. 52, dessus). M. Garrison, « The emergence of Carolingian Latin literature at the court of Charlemagne », dans R. McKitterick éd„ Carolingian Culture. Emulation and Innovation, Cambridge 1994, p. 119, désigne aussi Angilbert comme « lay-abbot ». Cf. D. Bullough, « Aula renovata. The Carolingian Court before the Aachen Palace », dans D. Bullough, Carolingian Renewal, Manchester, 1991, p. 158, n. 62: « his appointment to St-Riquier (conventionally, as « lay abbot »)... », où l’adverbe suppose quelque réserve.

54 S. A. Rabe, Faith, Art and Politics at Saint-Riquier. The Symbolic Vision of Angilbert, Philadelphia, PA, 1995, p. 74. Cf. p. 73, où l’auteur suppose « a marital relationship... [which] was most likely Friedelehe, an ancient Germanic custom ». Je n’ai jamais pu trouver aucun témoignage de l’existence d’une telle « coutume ». Si elle a bien existé, je ne vois pas son rapport avec le cas de Berthe et Angilbert. S.A. Rabe, p. 175, n. 5, 180, n. 48, nomme d'une façon utile des historiens français et cléricaux du XIXe siècle qui ont démontré que « amishness with Angilbert’s marriage (sic) and children ». Des vers :
carta [c’est à dire, le poème] cito hortos percurris amoenos
cum pueris quos iam habitare solebat Homerus,
S.A. Rabe entend, p. 73, 74, Angilbert « describing his boys, i.e. his sons, playing in the garden of their home » : image délicieuse qui évoque peut-être plus la vie de banlieue américaine du XXe siècle tardif que l'Aix des années 790. Voir P. Godman, Poetry, p. 118, et son Introduction p. 10 : les « jardins » sont une métaphore pour l’école palatine, les pueri sont les élèves. (Mais qui sait ? Les maisons des grands avaient peut-être aussi leurs jardins)

55 Éd. E. Dümmler, MGH Poetae I, p. 366-79, où le poème est attribué à Angilbert.

56 Qui en traduit, néanmoins, une bonne partie, Poetry, p. 196-207, avec un commentaire utile : p. 22-4. Voir aussi D. Schaller, « Das Aachener Epos für Karl den Kaiser », dans Frühmittelalterliche Studien, 10, 1976, p. 136-68.

57 Ici on trouve Liutgarde, femme de Charlemagne : le poète reconstruit d’une façon vraisemblable l'année 799.

58 MGH Poetae 1, éd. E. Dümmler, p. 371, vers 220-223 : « ... Berta nitet, multis sociata puellis./ Voce, virili animo, habitu vultuque corusco/Os, mores, oculos imitantia pectora patris/Fert... »

59 Je me permets de vous rappeler la jolie histoire folklorique de Berthe, qui, une nuit d’hiver, après une soudaine tombée de neige, s’inquiétait à cause de son amant qui lui rendait visite dans sa chambre au palais d’Aix. Comment éviter la découverte ? Elle sut porter Angilbert sur son dos à travers la cour du palais, afin qu’une seule paire d’empreintes de pas puisse tromper les yeux paternels. (Vain espoir ! Mais Charlemagne était indulgent.) Voir R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l'empire germanique médiéval, Paris, 1950, p. 342-343. P.E. Dutton, The Politics of Dreaming in the Carolingian Empire, Lincoln NE et London, 1995, p. 13-14, suppose une toilette à l’extérieur des appartements royaux, à l’extrémité de la cour en face de la chambre de Berthe. Dans la mémoire sociale du moyen âge tardif donc, Berthe était vraiment une fille assez bien bâtie, à l’instar de son père.

60 MGH Capit. I, no. 51, c. 13, p. 139.

61 MGH Capit. 1, no. 45, c. 17, p. 129.

62 Éginhard, Vita Karoli, c. 19, p. 25. Voir J.-L. Nelson, « Women at the court of Charlemagne: a case of monstrous regiment? », dans J.-C. Parsons éd., Medieval Queenship, New York, 1993, p. 43-61 (réimp. dans J.-L. Nelson, Frankish World, p. 223-242).

63 Éginhard, Vita Karoli, c. 33, p. 37.

64 Commentaire très judicieux de P. Depreux, « Das Königtum Bernhards », p. 6-10.

65 L’astronome, c. 21, p. 346-347.

66 K.-F. Werner, « Hludowicus Augustus », p. 30, n. 100.

67 Fils de Jérôme, demi-frère de Pépin. Les sources sont tardives : les Gesta abbatum sancti Bertini ; la Vita Folquini, mais je crois que Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle), Paris, 1995, p. 454, avec les références en n. 1, a raison en les croyant valables.

68 L’astronome, c. 21, p. 348-349. À remarquer, la réutilisation du mot contubernium. L’Astronome connaissait certainement et utilisait le texte d’Éginhard.

69 Continuateur de Frédégaire c. 25, éd. J.-M. Wallace-Hadrill, The Fourth Book of the Chronicle of Fredegar with its Continuations, London, 1960, p. 98.

70 L’astronome, C. 23, p. 350-351. Bien sûr, il fallait aussi envoyer aux monastères les concurrents possibles : d’abord Wala et peut-être Louis, puis (en 817) Drogon, Hugues et Thierry, petits bâtards de Charlemagne (Nithard, Histoire, I, 2, p. 6-9).

71 Alcuin, Poème XII, vers 6, MGH Poetae I, p. 237.

72 Alcuin, Ep. 244, p. 392 (avec allusion à Isaïe 60 : 8).

73 K.-F. Werner, « Hludovicus Augustus », p. 30-31 ; voir maintenant le commentaire très suggestif de Dutton, The Politics of dreaming, p. 63-67.

74 À la différence de M. Rouche, « Charlemagne, polygame et incestueux », dans L'Histoire, 4, 1984, p. 18-24. À noter la riposte impérative de K.-F. Werner, « Hludovicus Augustus », p. 31, n. 101, pour lequel ces témoignages « nous permettent de reconstituer, au moins partiellement, l’attitude mentale... de Louis et ses amis avant 814 ». En reconnaissant la perspicacité de K.-F. Werner, j’ajouterais : en et après 814. Je voudrais insister, en revanche, sur l’efficacité de la propagande quant aux accusations de mauvaise conduite sexuelle. Les filles de l’empereur et leurs amis étaient la vraie cible ; et selon le dicton anglais : mud sticks.

75 Éginhard, Vita Karoli, c. 32, p. 37.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search