Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Les relations de fidélité dans le royaume d’Italie au ixe siècle

Stefano Gasparri
Traduction de Cécile Caby

Texte intégral

  • 1 C. Azzara et S. Gasparri éd., Le leggi dei Longobardi, Milano, 1992, Roth. c. 225.
  • 2 C. Azzara et S. Gasparri éd., Le leggi dei Longobardi, op. cil., Liut. 62 ; Les gasindi attirent ég (...)

1L’existence de liens de clientèle et de fidélité dans l’Italie lombarde, avant la conquête franque et l’introduction de la vassalité, ne fait aucun doute. Le rapport de clientèle le plus connu est celui du gasindiatus, dont on trouve les premiers témoignages dès l’édit de Rotari1. Mais en fait, bien que la législation du VIIIe siècle accorde une place de choix au personnage du gasindius regis, en attribuant à ce fidèle du roi un guidrigild plus élevé que celui des autres hommes libres2, les personnes portant ce titre apparaissent assez rarement dans la documentation. En outre, nous n’avons aucune preuve de la diffusion effective de ce type de rapport de clientèle chez les personnes privées.

  • 3 Sur les rapports de clientèle créés par les donations de terres publiques, voir S. Gasparri, « Il d (...)

2La manière la plus fréquente de lier des rapports de dépendance et de fidélité, à l’époque lombarde, est sans doute la donation de terre du fisc. Les bénéficiaires en étaient en premier lieu les fonctionnaires publics — gastaldi e sculdasci-, aux côtés desquels on trouve d’autres personnes qui devaient faire partie de la cour ou en être très proches : ainsi le strator Gisulf, lombard, ou le médecin Gadoaldus, toscan, tous deux du milieu du VIIIe siècle environ. Tous étaient en général définis dans les chartes par le prédicat honorifique de vir magnificus, le même que celui que portaient les gasindi du roi3.

  • 4 On peut rappeler, par exemple, — outre les cas présentés dans la contribution sur Spolète citée à l (...)

3L’usage politique des clientèles lombardes est attesté : les fidèles du roi étaient présents dans diverses parties du royaume, soit qu’ils y aient été établis, soit qu’ils y aient simplement été envoyés4. Mais, à la différence de ce qui se produisait avec les vassaux du royaume franc, la présence de noyaux clientélaires ne semble pas avoir été d’un grand poids dans la structure la plus importante du royaume lombard, à savoir l’armée. En effet, bien qu’il n’y ait aucun doute possible sur la présence des fidèles du roi dans les rangs de l’armée, la connotation déterminante de cette dernière résulta toujours de la mobilisation des hommes libres, indépendamment de l’existence de fidélités particulières.

  • 5 G. Tabacco, « Il regno italico nei secoli IX-XI », dans Ordinamenti militari in Occidente nell’alto (...)
  • 6 La citation entre guillemets est à nouveau tirée de Tabacco, alors que pour le commentaire qui suit (...)

4C’est précisément à partir de l’examen des structures militaires que l’on peut commencer une analyse du développement des rapports de fidélité et de clientèle dans l’Italie carolingienne, avec une précaution préalable toutefois. Comme l’a relevé Giovanni Tabacco avec une extrême justesse, l’historiographie du XIXe siècle interprétait le problème dans la perspective d’une enquête sur la façon dont « alla tradizione guerriera del popolo longobardo si sostituissero — in armonia con il processo comune a tutte le popolazioni germaniche riunite nell’impero carolingio - le aristocrazie feudali »5. Mais il s’agissait d’une « simplification arbitraire », dans la mesure où la société lombarde avait déjà dégagé en son sein, au cours du VIIe et surtout du VIIIe siècle, une élite d’hommes libres qui se distinguaient par l’accomplissement intégral des obligations publiques : obligations militaires, judiciaires, ou service du roi en général. Cette élite, toutefois, était formée non pas de groupes de fidèles royaux particuliers, mais d’une vaste classe de propriétaires fonciers qui tiraient de la richesse terrienne leur capacité à s’armer et à répondre à l’appel du roi. Cette classe, qui incorporait des groupes de marchands — numériquement plus réduits -, produisait en son sommet une chevalerie lourde dotée d’un armement complet. À la nouveauté représentée par la tradition franque de la vassalité ne s’opposait donc pas l’archaïque structure tribale d’un peuple-armée, caractéristique des origines germaniques, mais une tradition de service public fondée sur la richesse foncière ou marchande6.

  • 7 Éd. L. Schiaparelli, Codice Diplomatico Longobardo, Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo (...)
  • 8 C. Manaresi, I placiti del « Regnum Italiae », Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, col (...)
  • 9 S. Gasparri, « Strutture militari », art. cit., supra n. 6, p. 696-967.

5La difficulté à imposer la nouvelle structure militaire fondée sur les liens de fidélité vassalique est attestée par certains cas exemplaires, comme celui du monastère de Saint-Barthélémy de Pistoia fondé par le médecin Gaidoaldus nommé plus haut7. En mars 812, un plaid présidé par Adalard de Corbie décrétait que l’abbé de Saint-Barthélémy, Ildipertus, n’était pas tenu de « ire in hoste » ni d’accomplir les autres services publics. De telles tâches qui, au cours des années précédentes, avaient pesé sur un Bavarois, Nebelung, qui avait tenu le monastère « in beneficio », maintenant que le monastère avait été restitué à l’abbé, devaient en effet être accomplies non par ce dernier, mais par les héritiers de Gaidoaldus, conformément à ce qu’il avait institué dans son testament : « heredes reliquid qui hostem faciunt », affirme avec certitude Idilpertus auquel le plaid présidé par Adalard donne raison8. L’épisode nous montre comment un bénéfice militaire qui avait été créé en faveur d’un vassal (le bavarois Nebelung) était démantelé, une fois passée la première phase d’urgence liée à l’occupation du pays, laissant alors resurgir la structure lombarde traditionnelle. Ce sont en effet les héritiers de Gaidoaldus qui doivent se rendre à l’armée, qui, sur la base du testament de leur ancêtre, sont tenus d’accomplir les obligations publiques y compris pour les terres données à Saint-Barthélémy, et qui, enfin, sont encore solidement installés dans leur rôle de propriétaires9.

  • 10 Karoli Magni Diplomata, dans MGH, Diplomata Karolinorum, I, no 112 (année 776).
  • 11 S. Gasparri, « Strutture militari », art. cit., supra n. 6, p. 696-697.

6La question en suspens est de savoir si nous nous trouvons face à un épisode isolé, ou si, au contraire, ce dernier est le signe que l’implantation de tels bénéfices, et donc des clientèles vassaliques, fut un phénomène relativement superficiel et peu enraciné. Un an avant le plaid de Pistoia, en 811, dans une région différente du royaume, le Frioul, un autre bénéfice militaire qui avait été confié à deux fideles de Charlemagne, un père et son fils, et par la suite à un vassal royal, est supprimé à partir du moment où les terres sont données au patriarcat d’Aquilée10. Dans ce cas, le dessein initial visant à exercer un contrôle militaire précis à travers l’installation d’une clientèle vassalique est absolument évident : nous sommes en effet dans une région qui s’était rebellée en 776, et le bénéfice avait alors été prélevé sur la propriété d’un rebelle, Waldandus, tombé au cours d’une bataille contre les Francs. Celui-ci avait d’ailleurs été en son temps le bénéficiaire de donations royales et ducales : les terres sur lesquelles Charles établissait un de ses vassaux étaient donc d’anciennes terres publiques lombardes, propriétés d’un fidèle de ces souverains et des ducs frioulans. La nouvelle clientèle franque s’était donc superposée à la clientèle précédente lombarde, en s’y substituant. Mais là aussi, trente-cinq ans plus tard, la clientèle vassalique disparaît11.

  • 12 Éd. K. Werner, Ludovici II Diplomata, Roma, « Fonti per la storia dell'Italia medievale », no 42, p (...)
  • 13 Éd. C. Cipolla, Codice Diplomatico di Bobbio, Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, coll (...)
  • 14 M. Nobili, « Vassali su terra monastica fra re e « principi » : il caso di Bobbio (seconda metà del (...)

7Un témoignage contradictoire avec ceux que nous venons de citer ressort en revanche de l’examen de la documentation du monastère Saint-Colomban de Bobbio. Un diplôme de Louis II, en 865, affirme clairement que, « pro sumraa rei publicae necessitate pacisque tranquillitate », on avait procédé à une divisio des biens du monastère, dont une partie seulement était restée entre les mains des moines12. Quant à l’utilisation de l’autre partie, la dénommée « charte de l’abbé Wala », des années 833-835, elle nous révèle que dans le patrimoine de Bobbio existaient des « curtes que ad stipendium pertinent », ce qui démontre que la partie qui n’était pas réservée à l’usage des moines avait été utilisée pour créer des bénéfices assignés à des vassaux13. Ajoutons enfin que la datation de la charte de Wala permet de faire remonter la divisio au règne de Louis le Pieux14.

8L’immense patrimoine du monastère de Bobbio avait donc été divisé pour créer la base foncière sur laquelle installer une clientèle vassalique publique à des fins militaires. S’agissant d’un grand monastère directement contrôlé par le souverain, comme les autres principaux monastères italiens, il n’y a rien d’étonnant à ce que dans ce cas la clientèle se soit montrée stable. Les deux exemples précédents, en revanche, démontrent les limites sociales de l’expansion du modèle vassalo-bénéficiaire.

  • 15 Karoli Magni et Pippini filii Capitularia Italica, dans MGH, Capitularia, éd. A. Boretius et V. Kra (...)
  • 16 Capitularia Italica, op. cit., no 162 (année 825) et 218 (année 866). Sur ces deux textes, voir G. (...)
  • 17 Les vassaux qui accomplissent leur service au palais sont dits austaldi ; les vassaux mobilisés son (...)
  • 18 Capitularia Italica, op. cit., no 99, c. 9, no 102, c. 10 (tous deux datables des années 806-810) ; (...)

9Cette dernière constatation ressort aussi de l’examen des capitulaires italiens concernant la mobilisation de l’armée, qui obéissent encore à un principe selon lequel la mobilisation concernait les libres qui « iuxta qualitatem proprietatis exercitare debeant », c’est-à-dire les libres-propriétaires sur la base de leur richesse15. Et ceci est pleinement confirmé par les deux capitulaires de mobilisation les plus complets, celui de Lothaire en 825 et celui de Louis II en 866 : dans les deux documents, la présence des vassaux dans les rangs de l’armée était largement contrebalancée par celle des hommes libres normaux, mobilisés sur la base de leur richesse foncière ou monétaire16. Il faut ajouter, en outre, que d’après le capitulaire de Lothaire, les vassaux étaient divisés en différents groupes : exception faite des vassaux des évêques et abbés (de ceux des comtes, il n’est dit mot, peut-être parce qu’il était évident qu’ils étaient mobilisés), le groupe des vassaux royaux est formé à la fois de ceux qui accomplissent le service au palais, de ceux qui résident dans leurs propriétés et de ceux qui — dit Lothaire — « jouissent de nos bénéfices et résident [en dehors du palais] ». Il est intéressant de noter que, parmi les fidèles du souverain, seuls ces derniers sont mobilisés, alors que les vassaux « propriétaires » et ceux « domestiques » sont exemptés17. La fonction militaire n’est très étroitement liée qu’au vassal installé sur un bénéfice, qui fait donc figure d’un authentique « salaire » lié à l’accomplissement de taches de nature publique. Du reste, dans les capitulaires italiens — qui ne s’intéressent qu’aux vassaux du souverain et à ceux des comtes — la nature des vassaux est en général celle de véritables fonctionnaires publics : en effet, sont fréquemment évoqués leur « charge » ou leurs « offices »18.

  • 19 Cela ressort clairement de l’examen des plaids édités par Cesare Manaresi (cf. supra, note 8).

10Cela dit, malgré la présence des vassaux dans les capitulaires italiens de mobilisation militaire, le poids des hommes libres propriétaires apparaît prépondérant, ce qui autorise à conclure que, durant toute l’époque carolingienne, en dépit de ses difficultés croissantes, cette classe d’hommes libres, en rapport direct avec le pouvoir public, et que les sources appellent arimans ou exercitales, résista au développement des clientèles vassaliques dans le domaine militaire. Du reste, dans le domaine judiciaire également, le rôle des hommes libres — même s’ils étaient progressivement qualifiés dans un sens technique (juges, notaires, échevins) — demeura important durant tout le IXe siècle, aux côtés des vassaux qui se faisaient peu à peu toujours plus nombreux19.

  • 20 V. Fumagalli, « Le modificazioni politico-istituzionali in Italia sotto la dominazione carolingia » (...)
  • 21 C’est la thèse soutenue par P.M. Conti, « Devotio » e « viri devoti » in Italia da Diocleziano ai C (...)

11La thèse de la survivance sociale des arimans se distingue de la position de Vito Fumagalli qui estime pouvoir dater la crise de ce groupe de propriétaires libres autour du milieu du IXe siècle, lorsque ceux-ci — simultanément à la pleine diffusion de la vassalité — auraient été absorbés dans les rangs de la seigneurie foncière en progressive expansion. Fumagalli arrivait à cette conclusion à partir de l’examen de certains ensembles importants de chartes (du monastère Saint-Sauveur du Mont Amiata, de Plaisance et de Vérone). En les parcourant, il voyait se raréfier progressivement, jusqu’à disparaître, une série d’appellatifs qui étaient typiques de cette classe sociale de libres lombards en rapport direct avec le pouvoir public — ceux, précisément, d’ariman, et ensuite de exercitalis, vir devotus, vir honestus — tandis que se diffusaient les institutions franques20. Mais nous sommes là dans un domaine extrêmement délicat : d’une part, en effet, les appellatifs comme ariman et exercitalis avaient toujours été d’usage très rare, y compris dans la documentation d’époque lombarde - époque pour laquelle nous n’avons aucune raison de douter de la vitalité de ce groupe - ; d’autre part, en ce qui concerne le vir devolus, nous sommes bien loin d’êtres sûrs que ce terme exprimait un rapport de devotio envers le roi, c’est-à-dire de fidélité (publique, et non privée), tel qu’il puisse définir l'exercitalis21. Vir honestus, enfin, devait certainement signifier, pour qui portait ce titre, une bonne condition économique et sociale, sans que la disparition de ce titre signifiât pour autant que les personnes aisées aient disparu. Elles étaient seulement désignées d’autres façons : par exemple échevin, groupe dans lequel les Lombards de bonne condition économique prirent place en peu de temps. La disparition des vieux appellatifs d’époque lombarde correspondait probablement surtout à un changement des usages notariaux. Bien entendu, ce fait s’est aussi accompagné de la pénétration des institutions franques qui, dans de nombreux cas toutefois - comme pour l’échevinage -, ne bouleversèrent en rien l’organisation sociale lombarde mais lui fournirent de nouveaux moyens pour exprimer sa suprématie sociale.

  • 22 Éd. W. Kurze, Codex Diplomaticus Amiatinus, Tübingen, 1974,1, no 67 (année 809).
  • 23 S. Gasparri, « Strutture militari », art. cit., supra n. 6, p. 701-704.

12Il ne s’agit en aucun cas de nier ici que les décennies centrales du IXe siècle aient connu une progression des pouvoirs seigneuriaux et la crise d’une partie du groupe des hommes libres en arme. Nous souhaitons surtout souligner qu’il ne s’agit que du début d’un processus lent. Nous en connaissons un témoignage intéressant dans un document d’emphytéose du monastère du Mont Amiata, daté de 809, dans lequel nous trouvons deux frères dépendants du monastère, mobilisés pour le service de l’armée royale à la suite de l’abbé « cum caballu et vestitu », c’est-à-dire comme des chevaliers lourdement armés22. Nous sommes en face de personnages d’un bon niveau économico-social, dont la famille avait lié depuis une génération des rapports de subordination vis-à-vis du monastère en lui cédant ses propriétés : ainsi, tandis que les ancêtres des deux frères étaient allés à l’armée comme de libres propriétaires, ces derniers y allaient en tant que fidèles de l’abbé23. Une fidélité, la leur, qui était différente de la fidélité vassalique et qui relevait plutôt de la sphère de la subordination seigneuriale.

  • 24 D’une utilité relative se révèle la liste dressée par A.L. Trombetti Budriesi, « Prime ricerche sul (...)
  • 25 Cf. par exemple M. Cortesi, Le pergamene degli archivi di Bergamo (a. 740-1000), Bergamo, 1988, no (...)

13Pour mesurer avec plus de précision la portée du défi auquel fut soumise la société lombarde, il faudrait pouvoir quantifier le phénomène de la vassalité, opération qui se heurte aux carences documentaires qui caractérisent une partie au moins du IXe siècle24. Mais au-delà de la rareté relative de la documentation, il faut également tenir compte de ce que la qualification de vassal n’était pas toujours employée dans les chartes : dans le cas d’un vassal missus du roi, par exemple, la qualification la plus importante, et celle qui est toujours mentionnée, est celle de missus et non de vassus qui pouvait éventuellement être omis. La même remarque peut être faite à propos d’un vassal qui serait également judex25. Face à cette situation documentaire, il est utile comme préliminaire de recourir à nouveau aux capitulaires italiens.

  • 26 Capitularia Italica, op. cit., no 90, c. 11 (année 781).
  • 27 Capitularia Italica, op. cit., no 94, c. 5.

14Les capitulaires italiens publiés dans les années quatre-vingts du VIIIe siècle nous renvoient l’image d’une société ébranlée par la conquête franque et traversée par de fortes tensions. Les liens vassaliques s’insèrent dans ce contexte : ainsi, l’interdiction de recevoir comme vassal un Lombard sans savoir auparavant « d’où il provenait et comment il était né » indique la volonté de contrôler les déracinés qui cherchaient fortune dans d’autres parties du royaume26. Le désordre gagnait aussi les groupes d’immigrés : en 787 on interdit qu’un homme qui a abandonné son seigneur puisse être reçu comme vassal, « ici en Italie » (et par conséquent c’est un transalpin), sans une autorisation explicite de son précédent seigneur27.

  • 28 Capitularia Italica, op. cit., no 91, c. 7 (année 782 ca.).
  • 29 Une des dernières attestations des gasindi se trouve dans C. Manaresi, / placiti del « Regnum Itali (...)
  • 30 Capitularia Italica, op. cit., no 202, c. 8 (année 832) et no 217, c. 4 (année 865).

15Même la plaie de la mauvaise justice, qui accompagne toute l’histoire du regnum, apparaît liée dans les capitulaires au développement des clientèles. Les comtes lombards, dit-on, négligent de rendre la justice parce qu’ils se consacrent aux faveurs à accorder non seulement à leurs parents mais surtout à leurs gasindi28. On voit donc resurgir le gasindiatus, institution clientélaire traditionnelle qui survit aux côtés des nouvelles fidélités vassaliques. Mais dès lors que, par la suite, les attestations du gasindiatus dans les sources se font toujours plus rares, il faut croire que ce dernier fut progressivement absorbé par le rapport vassalique, rapport socialement plus prestigieux parce que lié aux nouveaux dominateurs29. L’équivalence progressive entre vassus et gasindius est démontrée par deux normes successives de Lothaire et Louis II qui, à environ trente ans de distance, indiquent d’abord par le terme de vassal puis de gasindius la même catégorie de personnes, les titulaires de bénéfices publics, à propos desquels les missi dominici doivent mener une enquête30. Or il est significatif de cette fluidité du langage que la définition de gasindius apparaisse dans le capitulaire le plus récent, celui de 865.

  • 31 Capitularia Italica, op. cit., no 94, c. 13.
  • 32 Sur ces usages, voir les amples développements dans S. Gasparri, « 11 ducato longobardo di Spoleto  (...)

16Au delà de l’indiscutable présence — déjà mise en évidence — des vassaux des souverains, des comtes, des évêques et des abbés (tous en quelque sorte identifiables à des vassaux publics et membres de la militia regni), les vassaux sont rarement présents dans les capitulaires. En tant qu’éléments de la structure sociale, après les premières années chaotiques durant lesquelles se fit sentir la nécessité d’établir des règles sures de recrutement clientélaire, ils n’attirent plus l’attention du législateur. Nous ne pouvons donc pas déduire des textes de loi une présence diffuse des vassaux dans la société ; nous pouvons toutefois en tirer deux autres informations importantes. La première est la présence persistante de réseaux de fidélité différents de ceux de la vassalité (mis à part le gasindiatus en cours d’assimilation à la vassalité). Le capitulaire de Pavie de 787 établit en effet que les libres lombards, pour peu qu’ils accomplissent régulièrement leurs devoirs envers le comte, « aient l’autorisation de se recommander où ils veulent [...] comme ils le faisaient du temps des Lombards »31 : il s’agit d’un renvoi explicite à des usages clientélaires répandus en Italie avant 77432.

  • 33 Voir A. Castagnetti, Minoranze etniche dominanti e rapporti vassallaticobeneficiari. Alamanni e Fra (...)

17La seconde information est que les Lombards participaient depuis le début aux rapports de vassalité : la loi citée plus haut, datant de 781, et concernant une enquête à mener sur le compte d’un Lombard qui était devenu vassal, est très claire. Elle soulève pourtant un problème. En effet, Andrea Castagnetti affirme que les rapports vassalo-bénéficiaires sont restés, pendant longtemps, caractéristiques des immigrés transalpins. Leur diffusion auprès des Lombards, en revanche, aurait été faible. En tous cas, pendant presque toute la période carolingienne, serait restée en vigueur, entre immigrés transalpins et indigènes, une sorte de discrimination ethnique en vertu de laquelle chacun nouait des rapports de vassalité exclusivement au sein de son propre groupe. Les vassaux d’origine transalpine liés à des personnages de condition élevée (comtes, le souverain en personne) se trouvaient au sommet de la société et leur servitium était conçu, en substance, comme un service public33.

  • 34 Cf. supra, note 26.
  • 35 Sur Audo, A. Castagnetti, Minoranze etniche dominanti, op. cit., supra n. 33, p. 54-57 ; sur les au (...)

18De ce dernier point de vue, on peut accepter les conclusions de Castagnetti, fondées sur une documentation provenant de la Vénétie et surtout de Vérone, et consolidée par un examen partiel de la documentation milanaise et des zones limitrophes : l’examen des capitulaires va dans le même sens. Il n'en va pas de même pour ce qui est de la thèse de la lenteur de la diffusion de la vassalité parmi les Lombards, qui n’apparaît pas justifiée à la lumière de la loi de 781 déjà citée34. En outre, lorsque, en 849, nous rencontrons deux vassaux d’un munetarius de Pavie, ou que nous trouvons en train de porter témoignage les vassaux d’un archiprêtre, ou même — dès 829 — d’un diacre comme l’est le futur évêque de Vérone, le Lombard Audo, nous pouvons conclure à une présence assez diffuse des institutions vassaliques, y compris chez les Lombards35.

  • 36 Éd. V. Fainelli, Codice Diplomatico Veronese, Venezia, t. I, 1940, no 181 (année 846).
  • 37 A. Castagnetti, « Immigranti nordici, potere politico e rapporti con la società longobarda », art. (...)
  • 38 G. Sergi, « I rapporti vassallatico-beneficiari », art. cit., supra n. 35, p. 145.

19De même, il semble discutable de soutenir une séparation ethnique totale entre transalpins et Lombards et, par conséquent, une infériorité de la condition des vassaux lombards. Castagnetti parle même de simple « vassalité domestique », citant l’exemple des vassaux établis en 846 sur les terres d’un grand propriétaire de la région de Vérone, Engelbert d’Erbè36. Mais nous connaissons des évêques de nationalité lombarde qui eurent des clientèles vassaliques comprenant aussi des transalpins : c’est le cas — bien que tardif — du Milanais Anspertus et celui d’autres évêques et abbés37. Et même si, dans ces cas, la position du senior, en tant que recteur d’un diocèse ou d’un monastère, peut avoir joué un rôle important, il n’en demeure pas moins qu’une personne de nationalité lombarde non seulement pouvait être placée au sommet de la hiérarchie du royaume, mais aussi se constituer des clientèles interethniques. Même si ces dernières furent longtemps des exceptions, elles existaient donc : il est impossible de savoir depuis quand, même si on peut juger plausible l’observation de Giuseppe Sergi, fondée sur l’analyse de la documentation milanaise, dont il déduit que « le modèle vassalo-bénéficiaire [...] surmonte précocement les barrières ethniques, lorsque celles-ci ne constituent pas un discriminant social »38 ; le problème était précisément social et non ethnique et, dans cette perspective, il est évident que le fait pour les immigrés d’occuper des postes de pouvoir pouvait favoriser la formation d’une clientèle de haut niveau social exclusivement formée de transalpins, surtout pendant les premières décennies d’authentique occupation militaire.

  • 39 E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962), Freiburg im Brei (...)

20Mais pour en arriver à une ouverture aux indigènes, il ne fut pas nécessaire d’attendre l’époque de Louis II, pour laquelle on admet en général un large recours aux éléments indigènes dans le gouvernement du pays et de l’armée, à tous les niveaux de fonctions publiques. Du reste, il y eut des comtes de nationalité lombarde dès les premiers temps : or, si la discrimination ethnique ne valait même pas pour la charge politique du niveau le plus haut et le plus prestigieux, il est difficile de croire qu’elle ait pu être en vigueur au niveau des fidélités vassaliques39.

  • 40 A. Castagnetti, Minoranze etniche, op. cit., supra n. 33, p. 28-30.

21.Résoudre le problème ethnique en relation avec la vassalité s’avère difficile en raison du fait que, pour l’époque carolingienne, les indications de nationalité sont plutôt rares et totalement irrégulières. La pratique juridique liée à l’usage de déclarer la nationalité des acteurs et d’une partie des témoins (en général trois) ne se fixe en effet qu’au Xe siècle, au delà de la période ici prise en compte40. C’est pourquoi — en l’absence de mise en pratique des usages juridiques transalpins — de nombreuses identifications de personnages comme » transalpins » peuvent être en fait totalement imaginaires. Les clientèles interethniques furent peut-être plus nombreuses que ce que l’on croit et, probablement, elles avaient dans la plupart des cas un senior transalpin.

  • 41 H.M. Schwarzmaier, Lucca und das Reich bis zum Ende des 11. Jahrhunderts, Tübingen, 1972, en part. (...)

22Quelques rapides réflexions sur la documentation de l’Italie centrale permettront de nuancer davantage ce tableau. En partant de la documentation de Lucques, d’une richesse exceptionnelle, Hans Martin Schwarzmaier a soutenu que, dans cette ville, la structure de la société était restée presque totalement lombarde, au moins pendant tout le règne de Pépin, période pendant laquelle les immigrés transalpins étaient pratiquement absents41.

  • 42 C. Manaresi, /placiti del « Regnum Italiae », op. cit., no 16 (année 803) ; Memorie e documentiper (...)
  • 43 Cf. par exemple, les listes rédigées pour le IXe siècle par A.-L. Trombetti Budriesi, « Prime ricer (...)

23Le seul facteur de nouveauté est la présence de vassaux royaux qui sont attestés assez tôt. Chasés sur la terre fiscale reçue en bénéfice, souvent dotés de la charge de gastaldus ou du titre d’échevin, actifs dans l’administration du patrimoine public, les vassi domni regis appartenaient à Lucques à une couche socialement dominante, placée immédiatement en dessous du petit groupe des familiers du comte ou du duc de la ville. Parmi eux, dès les premières temps, nous rencontrons des personnages qui sont certainement lombards, comme cet Arochis vassus domni regis mentionné plusieurs fois à Lucques entre 803 et 837, et qui est vassal impérial à partir de 81342. Ce qui vaut pour Lucques peut être étendu à toute la Toscane : à Pise et Pistoia, nous connaissons également de nombreux vassaux, actifs dans les premières années du IXe siècle, mais sur l’origine desquels on ne peut rien dire de sûr, même si une partie d’entre eux au moins devait être d’origine lombarde43.

  • 44 A. Castagnetti, M. Luzzati, G. Pasquali et A. Vasina, Inventari altomedievali di terre, coloni e re (...)

24Les vassi dominici lucquois se montrent également actifs dans la protection du patrimoine ecclésiastique : ils sont présents à l’ordination des prêtres des églises locales ou aux actes d’échange de biens des églises. À leurs côtés, on trouve les vassaux épiscopaux ; un inventaire de la fin du siècle, le « breve de feora », mettra en évidence la densité de la présence vassalique sur les terres de l’évêché lucquois44.

  • 45 Memorie e documenti per servire all’istoria del ducato di Lucca, Lucca, t. 1V/2, 1818-1841, no 344 (...)
  • 46 H.M. Schwarzmaier, Lucca und das Reich, op. cit., en particulier p. 180-181.
  • 47 C. Manaresi, I placiti del « Regnum Italiae », op. cit., no 44 (année 840) ; pour Saint-Barthélémy, (...)

25L’insertion lente et progressive des transalpins dans la société lombarde est illustrée par l’histoire du Franc Adugrim, attesté à Lucques à partir de 807. Cet « Adugrim homo francisco vasso domni regi, qui modo beneficium abere videtur finibus Lucense » mène une intense activité d’acquisition de biens fonciers, au point de prendre place en peu de temps dans le groupe local des propriétaires fonciers45. En général, toutefois, la présence des immigrés transalpins à Lucques ne devient digne d’intérêt qu’à partir des décennies 810 et 820 ; à la longue, ils finissent par former un groupe réduit dont l’implantation, concentrée dans des zones compactes, avait pour but de contrôler le territoire, par exemple les principales voies de communication46. De ce point de vue, et dans un périmètre plus ample, bien qu’encore dans le cadre toscan, on peut rappeler l’histoire, déjà mentionnée, du bavarois Nebelung et du monastère Saint-Barthélémy de Pistoia ; elle trouve un pendant évident dans le cas — nous sommes de nouveau à Lucques - de Giselmarius, vassal impérial, « qui ecclesie sancti Silvestri [...] preesse videbatur » : Giselmarius aussi était donc un vassal rémunéré par un bénéfice constitué d’une fondation ecclésiastique47.

  • 48 Éd. W. Kurze, Codex Diplomaticus Amiatinus, op. cit., I, no 75 et 118 (années 816 et 838).
  • 49 Tout ceci ressort clairement de l’analyse des documents de Farfa édités par I. Giorgi et U. Balzani (...)
  • 50 D.A. Bullough, « » Léo qui apud Hlotarii magni loci habebatur » et le gouvernement du « Regnum Ital (...)
  • 51 E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, op. cit., supra n. 39, p. 219-220, considère au contraire que L (...)

26La forte empreinte lombarde de la Toscane, révélée par les chartes lucquoises, est confirmée par la documentation de Saint-Sauveur du Mont Amiata concernant la Toscane méridionale, qui ne fournit que de rares exemples de transalpins et presque aucun de vassal : après la mention, en 816, d’un Inghipert, vassal pour un temps de l’abbé de Saint-Sauveur, il faut attendre 838 pour rencontrer un Occini vassus domini imperatoris48. C’est une image encore plus nettement conservatrice, dans le sens lombard, que la documentation fait ressortir du duché de Spolète, en particulier pour les zones (la Sabine avant tout) qui apparaissent dans les chartes du monastère de Farfa : la trace des institutions vassaliques y est pratiquement inexistante, à l’exception des familiers du comte franc et des vassaux présents aux plaids présidés par les missi royaux ou impériaux. Ces derniers viennent d’ailleurs pour la plupart de l'extérieur49. Parmi eux, arrêtons-nous sur une présence importante, celle de Léon, dit vassal royal lors d’un plaid de Spolète en 801 et fréquemment attesté au cours des décennies successives, alors qu’il reçoit les qualifications d’abord de vassal impérial, puis de comte (peut-être de Milan). Léon est bien connu grâce à un célèbre article de Donald Bullough qui l’identifie comme le Léon « qui [...] apud Hlotarium loci magni habebatur » mentionné par le biographe anonyme de Louis le Pieux, le dénommé Astronome50. Or, Léon, qui joua un rôle de premier plan — non seulement pendant le gouvernement de Lothaire mais aussi avant — dans toutes les phases politiques les plus délicates pour le royaume, était très probablement un indigène, un Lombard51.

  • 52 Voir supra n. 39.

27La carrière de Léon — qui n’est pas unique, qu’il suffise de nommer le comte lombard Aion52 — est une preuve supplémentaire de l’impossibilité de nier la présence des Lombards à des charges élevées, mais aussi aux niveaux supérieurs des clientèles vassaliques. L’analyse de l’évolution institutionnelle du regnum doit donc être nuancée, en enrichissant la problématique ethnique — sur laquelle a tant insisté Castagnetti — d’une analyse sociale, et en tenant compte, en outre, des variations régionales du phénomène.

  • 53 A. Castagnetti, Minoranze etniche dominanti, op. cit., supra n. 33.
  • 54 G. Sergi, « I rapporti vassallatico-beneficiari », op. cit., supra n. 35.
  • 55 Sur Plaisance, voir V. Fumagalli, « Le modificazioni politico-istituzionali in Italia sotto la domi (...)
  • 56 S. Gasparri, « Il ducato longobardo di Spoleto », art. cit., supra n. 3, p. 108-109 et I. Giorgi et (...)

28Résumons pour conclure. C’est un tableau plus conforme aux analyses traditionnelles que proposent apparemment les vastes régions de l’Italie du Nord : le nord-est (Vérone), en particulier, fournit une image de clientèles vassaliques constituées de groupes compacts de transalpins53. Dans la région milanaise, toutefois, la documentation est déjà moins nette, même si elle continue à signaler, pour la première moitié du IXe siècle au moins, une prépondérance numérique des vassaux transalpins54. Les données documentaires sont pratiquement inexistantes — à quelques exceptions près - pour le nord-ouest, tandis que l’Émilie (Plaisance) est déjà une zone de transition vers l’Italie centrale : en effet, la présence des immigrés transalpins y est rarement attestée. Dans de nombreuses parties de l’Italie centrale (Lucques), les Lombards semblent former la majorité des vassaux, tandis qu’ailleurs (Spolète) la présence des immigrés est très rare55. Enfin, si l’on peut accepter l’hypothèse de la prépondérance des clientèles ethniquement séparées dans la première moitié du IXe siècle — partiellement seulement : que l’on se souvienne du témoignage du capitulaire de 781 concernant très clairement un transalpin qui voulait devenir senior d’un Lombard - il semble en revanche impossible de soutenir sans nuances que les vassi indigènes seraient tous de condition sociale inférieure. Une bonne part de la couche des gasindi royaux de la fin de l’époque lombarde devait du reste passer dans le groupe des vassaux — comme le gasindius et fauconnier Paul de Spolète, un fidelis de Charlemagne connu dans les dernières années du VIIIe siècle56 -, contribuant ainsi à accroître la présence des Lombards parmi les vassaux et, en général, parmi les fidèles des souverains carolingiens.

  • 57 S. Gasparri, « I gruppi dominanti nell’Italia longobarda e carolingia », dans Mélanges de l'Ecole f (...)

29En somme, bien qu’il soit évident que les rapports de vassalité aient concerné aussi les Lombards, on n’en conserve pas moins l’impression que de tels rapports n’ont pas bouleversé l’organisation sociale traditionnelle, ou plutôt qu’ils n’eurent jamais, pour une grande partie de la période carolingienne et en Italie centrale, en particulier, une diffusion capillaire. Bien qu’on ne puisse espérer une réponse plus claire que d’un recensement complet, de type prosopographique, des vassaux57, on peut donc soutenir dès maintenant l’hypothèse que la crise du groupe des libres armés fut provoquée par l’expansion de la seigneurie foncière plus que par l’ascension d’une aristocratie vassalique.

Notes

1 C. Azzara et S. Gasparri éd., Le leggi dei Longobardi, Milano, 1992, Roth. c. 225.

2 C. Azzara et S. Gasparri éd., Le leggi dei Longobardi, op. cil., Liut. 62 ; Les gasindi attirent également l’intérêt de Ratchis, c. 10-11-14.

3 Sur les rapports de clientèle créés par les donations de terres publiques, voir S. Gasparri, « Il ducato longobardo di Spoleto. Società, istituzioni, poteri », dans Atti dei IX Congresso internazionale di studi sull’alto medioevo, Spoleto, t.I, 1983, p. 77-122. Sur le groupe des propriétaires portant le titre de viri magnifici, S. Gasparri, « Grandi proprietari e sovrani nell’Italia longobarda deH’VIII secolo », dans Atti del VI Congresso internazionale di studi sull'alto medioevo, Spoleto, t. II, 1978, p. 429-442.

4 On peut rappeler, par exemple, — outre les cas présentés dans la contribution sur Spolète citée à la note précédente - les missi envoyés par Liutprand en Toscane dans les premières décennies du VIIIe siècle, pour mettre fin aux controverses entre les sièges épiscopaux de Sienne et Arezzo : L. Schiaparelli, Codice Diplomatico Longobardo, Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, coll. « Fonti per la Storia d'Italia », no 62, 1929, t. 1, no 4-17-19-20 et C.R. Brühl, Codice Diplomatico Longobardo, Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, coll. « Fonti per la Storia d'Italia », no 64, 1973, t. III, no 12-13.

5 G. Tabacco, « Il regno italico nei secoli IX-XI », dans Ordinamenti militari in Occidente nell’alto medioevo, Settimane no 15, Spoleto, 1978, p. 763-764.

6 La citation entre guillemets est à nouveau tirée de Tabacco, alors que pour le commentaire qui suit on se reportera à S. Gasparri, « Strutture militari e legami di dipendenza in Italia in età longobarda e carolingia », dans Rivista Storica Italiana, no 98, 1986, p. 664-726.

7 Éd. L. Schiaparelli, Codice Diplomatico Longobardo, Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, coll. « Fonti per la Storia d’italia », no 63, 1933, t. II, no 203 (année 767).

8 C. Manaresi, I placiti del « Regnum Italiae », Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, coll. « Fonti per la Storia d’italia », no 92, 1955,t.I ; no 25 (année 812).

9 S. Gasparri, « Strutture militari », art. cit., supra n. 6, p. 696-967.

10 Karoli Magni Diplomata, dans MGH, Diplomata Karolinorum, I, no 112 (année 776).

11 S. Gasparri, « Strutture militari », art. cit., supra n. 6, p. 696-697.

12 Éd. K. Werner, Ludovici II Diplomata, Roma, « Fonti per la storia dell'Italia medievale », no 42, p. 152, 1994.

13 Éd. C. Cipolla, Codice Diplomatico di Bobbio, Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, coll. « Fonti per la Storia d’Italia », no 54, 1918, t. III, no 36, p. 136-141.

14 M. Nobili, « Vassali su terra monastica fra re e « principi » : il caso di Bobbio (seconda metà del sec. X — inizi del sec. XI) », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherches, Rome, Collection de l’École française de Rome, no 44, 1980, p. 300-301.

15 Karoli Magni et Pippini filii Capitularia Italica, dans MGH, Capitularia, éd. A. Boretius et V. Krause, Hannover, 1891, no 99 (années 806-810).

16 Capitularia Italica, op. cit., no 162 (année 825) et 218 (année 866). Sur ces deux textes, voir G. Tabacco, « Il regno italico », art. cit., supra n. 5, p. 771-773 (auquel on doit, entre autres, l’explication sur le silence du texte concernant les vassaux comtaux), et S. Gasparri, « Strutture militari », art. cit., supra n. 6, p. 707-708 et 716-717.

17 Les vassaux qui accomplissent leur service au palais sont dits austaldi ; les vassaux mobilisés sont ceux qui « beneficia nostra habent et foris manent » (Capitularia Italica, op. cit., no 162, c. 1).

18 Capitularia Italica, op. cit., no 99, c. 9, no 102, c. 10 (tous deux datables des années 806-810) ; dans le capitulaire no 159 (année 823 ?), en outre, on parle de « charge » à propos de ceux qui se sont recommandés à Lothaire, avec une référence aux membres d’un groupe dont font certainement partie les vassaux.

19 Cela ressort clairement de l’examen des plaids édités par Cesare Manaresi (cf. supra, note 8).

20 V. Fumagalli, « Le modificazioni politico-istituzionali in Italia sotto la dominazione carolingia », dans Nascita dell’Europa ed Europa carolingia : un'equazione da verificare, Settimane no 27, Spoleto, 1981, p. 293-317.

21 C’est la thèse soutenue par P.M. Conti, « Devotio » e « viri devoti » in Italia da Diocleziano ai Carolingi, Padova, 1971.

22 Éd. W. Kurze, Codex Diplomaticus Amiatinus, Tübingen, 1974,1, no 67 (année 809).

23 S. Gasparri, « Strutture militari », art. cit., supra n. 6, p. 701-704.

24 D’une utilité relative se révèle la liste dressée par A.L. Trombetti Budriesi, « Prime ricerche sul vocabolario feudale italiano », dans Atti dell'Accademia delle Scienze dell’Istituto di Bologna, Classe di Scienze morali, Rendiconti, no 62, 1974. p. 6-23, dans la mesure où elle apparaît - même après un examen partiel - largement lacunaire.

25 Cf. par exemple M. Cortesi, Le pergamene degli archivi di Bergamo (a. 740-1000), Bergamo, 1988, no 15 (année 847).

26 Capitularia Italica, op. cit., no 90, c. 11 (année 781).

27 Capitularia Italica, op. cit., no 94, c. 5.

28 Capitularia Italica, op. cit., no 91, c. 7 (année 782 ca.).

29 Une des dernières attestations des gasindi se trouve dans C. Manaresi, / placiti del « Regnum Italiae », art. cit., t. I, no 119 (année 910) : à Crémone, Berengarius siège en justice « cum suis gasindiis et iudicibus ceterisque suis fidelibus », parmi lesquels sont explicitement mentionnés des vassaux royaux, des juges, des notaires, des membres de la chancellerie, des ecclésiastiques et des vassaux de l’évêque de Crémone. Egalement partisan de la thèse de la confluence des gasindi dans les rangs des vassaux, P.-S. Leicht, « Il feudo in Italia in età carolingia », dans 1 problemi della civiltà carolingia, Settimane no 1, Spoleto, 1954, p. 86-87.

30 Capitularia Italica, op. cit., no 202, c. 8 (année 832) et no 217, c. 4 (année 865).

31 Capitularia Italica, op. cit., no 94, c. 13.

32 Sur ces usages, voir les amples développements dans S. Gasparri, « 11 ducato longobardo di Spoleto », art. cit., supra, n. 3.

33 Voir A. Castagnetti, Minoranze etniche dominanti e rapporti vassallaticobeneficiari. Alamanni e Franchi a Verona e nel Veneto in età carolingia e postcarolingia, Vérona, 1990, et ID., « Immigrati nordici, potere politico e rapporti con la società longobarda », dans S. De Rachewiltz et J. Riedmann éd., Kommunikation und Mobilität im Mittelalter. Begegnungen zwischen dem Süden und der Mitte Europas (11.-14. Jahrhundert), Sigmaringen, 1995, p. 27-60.

34 Cf. supra, note 26.

35 Sur Audo, A. Castagnetti, Minoranze etniche dominanti, op. cit., supra n. 33, p. 54-57 ; sur les autres exemples de la zone lombarde, G. Sergi, « I rapporti vassallatico-beneficiari », dans Atti del X Congresso internazionale di studi sull'alto medioevo, Spoleto. 1986, p. 137-163.

36 Éd. V. Fainelli, Codice Diplomatico Veronese, Venezia, t. I, 1940, no 181 (année 846).

37 A. Castagnetti, « Immigranti nordici, potere politico e rapporti con la società longobarda », art. cit., supra n. 33, p. 46 et 49.

38 G. Sergi, « I rapporti vassallatico-beneficiari », art. cit., supra n. 35, p. 145.

39 E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962), Freiburg im Breisgau. 1960, p. 113-114, qui mentionne le comte Aion, Lombard du duché du Frioul, attesté pour la dernière fois en 816.

40 A. Castagnetti, Minoranze etniche, op. cit., supra n. 33, p. 28-30.

41 H.M. Schwarzmaier, Lucca und das Reich bis zum Ende des 11. Jahrhunderts, Tübingen, 1972, en part. p. 166-186.

42 C. Manaresi, /placiti del « Regnum Italiae », op. cit., no 16 (année 803) ; Memorie e documentiper servire all’istoria del ducato di Lucca, Lucca, 1818-1841, t. IV/2, app. no 14 (année 813), V/2, no 341 (année 807), no 385 (année 813), V/3, no 5 (année 804), etc.

43 Cf. par exemple, les listes rédigées pour le IXe siècle par A.-L. Trombetti Budriesi, « Prime ricerche sul vocabolario feudale italiano », art. cit., supra n. 24.

44 A. Castagnetti, M. Luzzati, G. Pasquali et A. Vasina, Inventari altomedievali di terre, coloni e redditi, Roma, Istituto Italiano per il Medioevo, coll. « Fonti per la Storia d’Italia », no 104, 1979, p. 225-246 (environ années 890-900).

45 Memorie e documenti per servire all’istoria del ducato di Lucca, Lucca, t. 1V/2, 1818-1841, no 344 (année 807).

46 H.M. Schwarzmaier, Lucca und das Reich, op. cit., en particulier p. 180-181.

47 C. Manaresi, I placiti del « Regnum Italiae », op. cit., no 44 (année 840) ; pour Saint-Barthélémy, voir supra n. 8.

48 Éd. W. Kurze, Codex Diplomaticus Amiatinus, op. cit., I, no 75 et 118 (années 816 et 838).

49 Tout ceci ressort clairement de l’analyse des documents de Farfa édités par I. Giorgi et U. Balzani, Il Regesto di Farfa di Gregorio da Catino, Roma, Biblioteca della Società Romana di Storia Patria, 1879-1883, t. I-III (pour les plaids, on peut bien sûr également consulter C. Manaresi, Iplaciti del « Regnum Italiae », op. cit., supra n. 8).

50 D.A. Bullough, « » Léo qui apud Hlotarii magni loci habebatur » et le gouvernement du « Regnum Italiae » à l’époque carolingienne », dans Le Moyen Age, 67, 1961, p. 221-245.

51 E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, op. cit., supra n. 39, p. 219-220, considère au contraire que Léon était franc, dès lors qu’un de ses fils, Sigerat, apparaît comme parent de l’évêque de Côme, Almeric, de nationalité franque. Mais puisque ce dernier est dit (dans une donation de 865, citée par Hlawitschka) être avunculus de Sigerat, il pouvait s’agir d’un frère de sa mère : de telle sorte, Léon pourrait donc, sur la base des développements de Bullough, être considéré comme un indigène (qui aurait épousé une femme franque).

52 Voir supra n. 39.

53 A. Castagnetti, Minoranze etniche dominanti, op. cit., supra n. 33.

54 G. Sergi, « I rapporti vassallatico-beneficiari », op. cit., supra n. 35.

55 Sur Plaisance, voir V. Fumagalli, « Le modificazioni politico-istituzionali in Italia sotto la dominazione carolingia », art. cit., p. 304-311 ; sur le Piémont, voir en revanche E. Bordone, « Un’attiva minoranza etnica nell’alto medioevo : gli Alamanni del comitato di Asti », dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, no 54, 1974, p. 1-55. Sur Spoleto, voir supra, note 49.

56 S. Gasparri, « Il ducato longobardo di Spoleto », art. cit., supra n. 3, p. 108-109 et I. Giorgi et U. Balzani, Il Regesto di Farfa di Gregorio da Catino, op. cit., t. II, 135 (année 781).

57 S. Gasparri, « I gruppi dominanti nell’Italia longobarda e carolingia », dans Mélanges de l'Ecole française de Rome, Moyen Age, no 100, 1988, p. 43-44.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search