Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Semper Fideles ?

Loyauté envers les Carolingiens comme constituant de l’identité aristocratique1

Stuart Airlie

Texte intégral

  • 1 Je remercie pour leur aide dans la préparation de cette contribution David Bates, Christelle Le Rig (...)

1Je commence par la fin. Le tableau de l’écroulement de l’autorité carolingienne peint par Réginon de Prüm est connu. L’arrivée des roitelets sur la scène politique lève le rideau sur le monde des principautés. Réginon, qui écrivait au commencement du Xe siècle, est le héraut d’un nouveau monde, un monde où l’autorité carolingienne est brisée. Mais les racines de Réginon remontent au IXe siècle, à l’époque du monopole carolingien sur la couronne. Le témoignage de Réginon nous renseigne donc sur le passé, mais aussi sur l’avenir. Rappelons-nous de la forme exacte de ce texte si célèbre (je cite la traduction de Laurent Theis) :

  • 2 Réginon De Prüm, Chronicon, a.888, éd. F. Kurze, Monumenta Germaniae Historica (ci-après MGH), SS R (...)

« Les royaumes qui ont obéi à la domination de Charles le Gros, privés d’héritier légitime, se désagrègent et... ils n’attendent pas leur seigneur naturel, et chacun d’eux se dispose de choisir un roi tiré de ses entrailles. Il en résulta des grandes guerres, non point qu’il manquât de princes francs dignes, par leur noblesse, leur courage et leur sagesse de commander à ces royaumes. Mais comme ils étaient égaux les uns aux autres par la race, les dignités et la puissance, la discorde en était augmentée, aucun ne l’emportant assez sur les autres pour qu’ils voulussent se soumettre à sa domination »2.

  • 3 Sur la force politique de l’idée du roi carolingien comme seigneur naturel, voir J.-L. Nelson, « Th (...)

2La réussite politique de la famille carolingienne saute aux yeux. Les grands, les roitelets, ne sont pas assez charismatiques pour être couronnés sans lancer un défi. Ils sont tous au même niveau ; il y a donc un manque de charisme dans le nouveau monde. Car sous l’ancien régime, comme on pourrait l’appeler, le roi carolingien apparaissait, selon l’expression de Réginon, comme le « seigneur naturel ». Expression frappante. Dans l’univers historique, tout le monde ici le sait, il n’y a rien de « naturel ». Tout est construit, y compris l’autorité royale carolingienne. Mais pour Réginon, le roi carolingien est le seigneur naturel. C’est un mythe politique, mais c’est un mythe qui a permis aux Carolingiens de dominer une aristocratie d’où ils étaient eux-mêmes sortis3.

  • 4 Eginhard, Vie de Charlemagne, c. 1, c.2, c.3, éd. L. Halphen, (Les classiques de l’histoire de Fran (...)
  • 5 « Entretien avec Michel Foucault », dans M. Foucault, Dits et écrits 1954-1988, Paris, 1994, t. III (...)

3Je veux faire ici un parallèle entre ce tableau de la fin du monopole carolingien et un autre tableau bien connu, celui de ses débuts, tel que nous le rapporte Eginhard dans sa Vita Karoli, rédigée, peut-être, dans les années vingt du IXe siècle. Le regard d’Eginhard, comme celui de Réginon, se penche sur le passé comme sur l’avenir. Il décrit la fin des Mérovingiens et l’ascension des nouveaux rois. Mais ces nouveaux rois ne sont que des grands qui sont parvenus à la dignité royale. Le texte d’Eginhard est donc un avertissement : il décrit un monde où le pouvoir royal peut être transféré à d’autres. C’est aussi le monde de Réginon4. En pleine gloire carolingienne, il est possible de concevoir un monde où la dynastie royale est limitée, où elle est vulnérable. La tâche politique essentielle pour les Carolingiens a été de convaincre l’aristocratie que leur domination était naturelle, que leur pouvoir reposait sur l’autorité. Le pouvoir a besoin de séduire. On peut dire avec Michel Foucault : « (le pouvoir) traverse, il produit des choses, il forme du savoir, il produit du discours ; il faut le considérer comme un réseau productif qui passe à travers tout le corps social beaucoup plus que comme une instance négative qui a pour fonction de réprimer »5.

  • 6 Sur l’importance de la guerre, voir T. Reuter, « Plunder and tribute in the Carolingian Empire », d (...)

4Comment le faire ? On connaît bien la réponse : le succès militaire, la distribution des honores, l’ascension de l’aristocratie impériale, la Reichsaristokratie6. La réponse est impressionnante. Mais aujourd’hui, je voudrais explorer, non pas ce monde matériel, mais un monde quasi-idéologique. Je vais examiner quelques aspects du concept de fidélité, de loyauté dans l’univers mental de l’aristocratie carolingienne, mais aussi des idées d’opposition, ou, plus exactement, d’autonomie. Le roi carolingien est-il un seigneur naturel ou non ? Ma communication se divise en deux parties : une partie « positive » sur la fidélité, etc., et une partie « négative » sur l’opposition, etc.

  • 7 Eginhard, Vita Karoli, c.18, p. 54-6; Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, c.2, éd. E. Tremp, MGH, (...)
  • 8 Eginhard, Vita Karoli, c. 13, p. 40 ; Notker, Gesta Karoli Magni Imperatoris, II, Praefatio, et II, (...)

5Commençons par examiner, à travers deux exemples, comment les Carolingiens et leurs partisans ont transformé des opposants en loyalistes. Au premier rang, la famille d’Hildegarde, épouse de Charlemagne. Au IXe siècle, l’ascendance maternelle d’Hildegarde est bien connue. Et la présence parmi ses ancêtres du dux Godefrid ne pose pas problème pour des partisans carolingiens comme Eginhard ou Thégan. Pour eux, Hildegarde était « de gente Suaborum praecipuae nobilitatis » et « nobilissimi generis Suauorum »7. La lutte entre les ancêtres de l’épouse et ceux de son mari s’est dissoute dans l’harmonie conjugale ainsi que dans l’hégémonie carolingienne, comme on peut voir en examinant la carrière du frère d’Hildegarde, Gerold. Au IXe siècle, on se souvient de lui pour ses actions militaires et dans les récits d’Eginhard et de Notker, il fait figure de héros tragique, tombé au service des Carolingiens8.

  • 9 Annales Regni Francorum, a. 785, éd. F. Kurze, MGH, Scriptores Rerum Germanicarum, Hannover, 1895, (...)
  • 10 Regni Francorum, a. 817, p. 148 ; Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, c. 22, p. 212.
  • 11 G. Althoff, Verwandte, Freunde und Getreue. Zum politischen Stellenwert der Gruppenbindungen im frü (...)

6Au IXe siècle, les luttes entre les Carolingiens et les grands d’Alémanie ne sont pas oubliées, elles sont sans doute lointaines. Mais l’alchimie carolingienne peut agir sur les opposants d’une époque beaucoup plus récente, comme on va le voir avec notre deuxième exemple. À première vue, cet exemple peut apparaître comme un exemple « négatif », mais ce n’est pas le cas. Je fais allusion à la famille de Hardrad qui a conspiré contre Charlemagne en 785-7869. L’histoire de cette conspiration en elle-même n’est pas notre affaire ici, mais nous allons y revenir ensuite dans la deuxième partie de la communication. Pour le moment, l’essentiel est d’examiner la descendance de Hardrad qui continue, semble-t-il, la tradition familiale en s’opposant aux Carolingiens. Lorsque Bernard, roi d’Italie, s’oppose à son oncle Louis le Pieux en 817, il a comme partisan un certain Reginhar. Dans les Annales Regni Francorum et la biographie de Louis écrite par Thégan, on lit que son grand-père maternel était ce même Hardrad le conspirateur10. Est-ce là la preuve de la persistance d’une hostilité familiale envers les Carolingiens, comme l’ont pensé certains érudits ?11

  • 12 La révolte de Bernard est le résultat des tensions à l’intérieur de la famille carolingienne, comme (...)
  • 13 Reginhar : L’astronome, Vita Hludowici imperatoris, c. 29, éd. E. Tremp, MGH Scriptores Rerum Germa (...)
  • 14 L’astronome, Vita Hludowici imperatoris, c. 29, p. 384.
  • 15 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, (...)

7Pas du tout. Tout d’abord, Reginhar se rebelle contre un Carolingien (Louis) en soutenant un autre (Bernard). Cette rébellion menace Louis le Pieux, mais la famille carolingienne, en tant que famille royale, n’en est pas touchée. Au niveau politique, il y a des bouleversements, bien sûr, mais ici, il ne s’agit pas d’activité anti-carolingienne12. Deuxième point : l’ascendance perfide de Reginhar n’empêche pas son ascension au service des Carolingiens. Avant qu’il n’arrive à la cour de Bernard, il était comte du palais du jeune Louis le Pieux en Aquitaine. Son père Meginhard, mari de la fille de Hardrad le conspirateur, travaille, lui aussi, pour la famille royale : il est comte de Sens13. Loin d’appartenir à un lignage anticarolingien, Reginhar peut être considéré comme un membre d’une famille qui a tiré profit en servant les Carolingiens. Et des gens du IXe siècle ont regardé Reginhar en ces termes. L’Astronome, dans sa biographie de Louis, ne souffle aucun mot du grand-père de Reginhar et ne parle que de son père, Meginhard14. Au IXe siècle, la famille de Reginhar ne s’oppose ni aux Carolingiens ni à Louis le Pieux. Le souvenir de l’ancêtre de Reginhar est présent, mais il est en sommeil et n’est activé qu’au moment où il est politiquement nécessaire de noircir quelqu’un par un tel souvenir. Il faut bien sélectionner le souvenir. Dans les descriptions des familles aristocratiques, comme l’écrit le Professeur Le Jan : « ... on opérait donc des choix qui étaient parfois politiques et conjoncturels »15.

8Conclusion paradoxale : l’histoire de Reginhar, conspirateur et petit-fils d’un conspirateur, témoigne de la puissance de l’autorité carolingienne. Après la conspiration d’Hardrad, sa famille s’insère profondément dans les structures carolingiennes.

  • 16 L’expression classique de l’hérédité des honores se trouve dans le capitulaire de Quierzy de 877, c (...)

9Pour la haute noblesse, servir la famille royale est un élément indispensable au succès et un facteur constitutif important de l’identité. Servir, c’est aussi le moyen d’appartenir à une élite privilégiée. On peut le voir très clairement en observant les combats entre familles, et les combats à l’intérieur des familles, pour obtenir les honores. Ces grands prix, donnés par le roi, permettent au « happy few » de s’élever au-dessus de leurs compagnons et, surtout, de leurs propres parents. Quelques familles possèdent une mainmise presque héréditaire sur certains honores et ont donc accès aux grandes voies de la richesse et du pouvoir, ce que les rois acceptent, jusqu’à un certain point16.

  • 17 « nequaquam in tuis progenitoribus non apparuit unquam, nec fuit, est, nec erit in ultra. Tu ergo, (...)
  • 18 O.G. Oexle, « Fama und Memoria. Legitimationen fürstlicher Herrschaft im 12. Jahrhundert ». dans.1.(...)

10Source de profit, la Königsnähe est aussi source de gloire et d’orgueil. On comprend pourquoi Dhuoda raconte à son fils Guillaume la loyauté traditionnelle de sa famille. La tâche de Guillaume est de se montrer digne de son ascendance. Si Guillaume tire prestige de ses ancêtres, ses ancêtres, pour leur part, ont tiré prestige de leur fidélité envers les Carolingiens (et Dhuoda ne dit rien du sang carolingien dans la famille de Guillaume). Elle dit (et je cite la traduction de Pierre Riché) : « chez tes aïeux (la folie d’infidélité) n’a pas existé, elle n’existe pas, elle n’existera pas à l’avenir... Toi, donc, mon fils Guillaume, issu de leur lignée, sois avec ton seigneur comme je te l’ai dit »17. En empruntant les formules du Professeur Otto Gerhard Oexle sur la noblesse allemande du douzième siècle, on peut dire que l’identité aristocratique a besoin de la mémoire, du passé, pour se légitimer mais qu’elle a aussi besoin de l’avenir, de l’attente de la continuité future18. C’est exactement l’attitude de Dhuoda : « chez tes aïeux l’infidélité n’a pas existé, elle n’existe pas, elle n’existera pas... » Dans le passé et dans l’avenir, la famille de Guillaume porte la livrée carolingienne comme carte d’identité. Les Carolingiens ont réussi à imprégner complètement les mentalités de la haute noblesse.

  • 19 Translatio S. Alexandri, éd. G. Pertz, dans MGH. SS, tome II, Hannover, 1829, p. 673-681 et voir H.(...)
  • 20 Translatio S. Alexandri, c. 4, c. 5, c. 6, p. 676-679.

11On trouve les Carolingiens au cœur même de l’identité des grands. La voix de Dhuoda n’est pas unique. À l’est de l’empire, nous trouvons la Translatio Sancti Alexandri qui raconte l’histoire de l’établissement de Wildeshausen. Rédigé par des moines de Fulda à la requête du comte Waltbret, ce texte met en équilibre les traditions de la noblesse de la famille fondatrice de Wildeshausen (la famille de Waltbret) et la proximité de cette famille avec la cour carolingienne19. Fils de Wibreht, Waltbret est envoyé à la cour du roi Lothaire 1er qui devient son nutritor. C’est grâce à la faveur royale que Waltbret est autorisé à voyager en Italie pour obtenir les reliques dont il dote Wildeshausen20. L’église de Wildeshausen est un centre, un point fort, de l’identité familiale mais elle est aussi le produit d’un réseau dont le centre est la cour royale. Chacun de ces éléments est présent dans le texte de la Translatio. Pas de cour royale, pas d'Eigenkirche.

  • 21 Miracula Sancti Germani, II, c. 1, dans Patrologia Latina, 124, cols 1247-50.
  • 22 Miracula Sancti Germani, II, c. 1, cols 1247-8 ; sur la loyauté d’Heiric et de SaintGermain envers (...)
  • 23 Sur la carrière de Conrad, voir M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens im merowingischer und karolingi (...)

12Pour les observateurs contemporains du IXe siècle la grandeur d’une famille noble repose sur ses liens étroits avec la famille royale et surtout avec la cour. Examinons une église qui n’est pas une Eigenkirche. Heiric d’Auxerre, dans les Miracula Sancti Germani, célèbre le grand projet du comte Conrad et de sa femme Adelaïde, la construction de l’église d’Auxerre. Il loue l’ascendance noble de Conrad, de sa femme et de leur fils, Hugues l’abbé. La présence welf est forte à Auxerre et le souvenir de la famille, dans le texte d’Heiric, reste vif21. Mais pour Heiric, Conrad est grand à cause de ses liens avec la cour royale. Pour Heiric, il est « princeps famosissimus collega regum et inter primates aulicos adprime inclytus » ; quand il tombe malade, des médecins se dépêchent à son chevet, et ce sont les médecins de la cour. Heiric lui-même est un fidèle carolingien bien sûr et Saint-Germain est une abbaye tournée vers le roi carolingien22. Mais son tableau s’accorde avec la réalité vécue des Welfs. C’est la générosité royale et le cumul des honores qui permettent aux membres de cette famille d’obtenir le pouvoir. Hugues l’abbé est, lui aussi, un fidèle carolingien. Sa carrière brillante est fondée sur la faveur de Charles le Chauve et de Lothaire II et, à la fin de sa carrière, il se comporte en partisan des fils de Louis le Bègue23.

  • 24 R. LE Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc, op. cit., supra n. 15, p. 49.
  • 25 Dans ses privilèges pour Saint-Maur de Glanfeuil, Charles le Chauve demande aux moines de prier pou (...)
  • 26 Urkundenbuch der Abtei Sankt Galien, vol. II, no 386, éd. H. Wartmann, St Galien, 1863-1882 ; pour (...)

13La vue d’ensemble que je présente ici est peut-être trop tranquille, trop douce. Comme le Professeur Le Jan l’a démontré, il y a des problèmes. Comme elle a dit : « En imposant aux grands monastères privés la tuitio royale, en en faisant des Reichsklöster, (les Carolingiens) perturbèrent les mécanismes qui assuraient le bon fonctionnement de la mémoire familiale. Il y eut des tensions autour des monastères... »24. Des tensions, mais aussi la coexistence. Les grands monastères aristocratiques, comme Saint-Maur de Glanfeuil ou Gandersheim, recherchent les privilèges du roi carolingien25. En Alémanie, on trouve un membre de la famille des Hunrochs qui ordonne des prières pour sa famille, mais aussi pour le roi carolingien26.

  • 27 C’est la conclusion qu’il faut tirer d’une lecture de K. Brunner, Oppositionelle Gruppen im Karolin (...)
  • 28 E. Hlawitschka, « Die Widonen im Dukat von Spoleto », dans Quellen und Forschungen aus Italienische (...)
  • 29 L’astronome, Vita Hludowici imperatoris, c. 56, p. 512-514.
  • 30 K.F. Werner, « La genèse des duchés en France et en Allemagne », dans Nascità dell’Europa ed Europa (...)

14La haute noblesse et le roi carolingien sont des frères siamois. Des conflits entre rois et nobles se produisent, mais dans l’encadrement carolingien. Les chefs des grands révoltés du IXe siècle sont les princes carolingiens eux-mêmes27. Même en Italie, loin des centres traditionnels de l’autorité carolingienne, une grande famille telle que celle des Widonides reste fidèle à ses origines franques et, selon le Professeur Hlawitschka, elle n’essaie pas de fonder un royaume ou une principauté indépendante avant la mort de Charles le Gros28. Quand les anciens ennemis de Louis le Pieux sont emportés par la maladie en 836 et 837, l’empereur est accablé de douleur. Leur mort est une tragédie pour la communauté politique franque29. Les roitelets de 888 sont issus de cette communauté et les structures politiques du nouveau monde des regna, comme Karl Ferdinand Werner l’a démontré, sont carolingiennes30. Mais je ne voudrais pas peindre un tableau politique qui soit entièrement rose. Les structures carolingiennes restent, mais pas les rois...

  • 31 Eginhard, Vita Karoli, c. 1, p. 8-10 et sur ce passage voir J.-M. Wallace-hadrill, The Long-Haired (...)
  • 32 « ... illius Karoli, qui de prosapia sancti Arnulfi pontificis Christi ortus est, sicut paterno rel (...)
  • 33 Eginhard, Vita Karoli, c. 1, c. 2, p. 8-12.
  • 34 « Cotefredus dux Alamannorum caeterique circumquaque duces noluerunt obtemperare ducibus Francorum (...)

15L’ombre carolingienne était imposante, profonde, mais il était impossible aux Carolingiens de recouvrir le discours politique du IXe siècle de leur seule autorité. Revenons au texte d’Eginhard. Sa Vita Karoli tourne les Mérovingiens en ridicule — quelle surprise... La vraie surprise est le fait que les Mérovingiens sont quand même mentionnés dans le texte31. Ni l’une ni l’autre des deux biographies royales qui font suite à Eginhard (Thégan et l’Astronome) ne font allusion aux anciens rois des Francs. De plus, Thégan insiste sur le charisme sacré des Carolingiens, descendants de saint Arnoul32. L’image donnée par Eginhard est plus historique ; parce qu’il lève le rideau sur les mystères de la politique et montre, comme je l’ai dit dans la première partie de mon exposé, que la dynastie royale est le résultat d’un processus de construction33. Le texte d’Eginhard évoque un monde sans les rois carolingiens et ce texte n’est pas un témoignage isolé. Des souvenirs comparables se trouvent dans un autre texte composé dans les années vingt du IXe siècle, mais qui n’a pas de lien avec la cour royale : le Breviarium Erchanberti. Ici on trouve des échos des traditions hostiles aux Francs et aux Carolingiens dans la description du dux Godefrid (ancêtre d’FIildegarde) qui refuse d’obéir aux nouveaux chefs des Francs lorsqu’il ne peut plus être question de servir les Mérovingiens34. Dans la Vita Karoli et le Breviarium Erchanberti, il est possible d’imaginer un monde sans rois carolingiens.

  • 35 B. Bischoff, « Eine Beschreibung der Basilika von Saint-Denis aus dem Jahre 799 », dans Kunstchroni (...)
  • 36 U. Hussong, « Studien zur Geschichte der Reichsabtei Fulda bis zur Jahrtausendwende. Zweiter teil » (...)
  • 37 M. Becher, Eid und Herrschaft, Sigmaringen, 1993, p. 78-87.

16En effet, les événements de 751 marquent un commencement et non pas une fin. Il faut travailler longtemps pour construire l’autorité de la nouvelle dynastie. On pense, par exemple, à la restauration des bâtiments de l’abbaye de Saint-Denis, foyer du charisme royal, entreprise par Pépin, mais achevée par ses fils après sa mort35. Encore une fois la conspiration de Hardrad est riche de renseignements pour nous. Pour la noblesse de Thuringe et de Franconie (comme pour les autres ?), le roi carolingien est un homme auquel il faut résister. Hardrad et ses compagnons s’opposent à Charlemagne mais ne cherchent pas à le remplacer par un autre Carolingien36. Bien sûr, cette opposition « absolue » s’éteint à la génération suivante, mais je voudrais insister sur le grand effort fait par Charlemagne pour imposer son autorité à la suite de cette conspiration : les serments de 789. Il faut travailler sans cesse pour imposer l’autorité et aussi pour la définir, comme on peut voir dans la succession des serments carolingiens37.

  • 38 Annales de Saint-Bertin, a. 867, a. 868, éd. F. Grat,.J. Vieillard et S. Clemencet, Paris, 1964, p. (...)
  • 39 J.-L. Nelson, Charles the Bald, London et New York, 1992, p. 212.
  • 40 G. Devailly insiste sur le défi lancé à l'autorité royale dans son Le Berry du Xe siècle au milieu (...)

17Pendant le siècle suivant, les problèmes demeurent. Voici trois épisodes dramatiques de l’histoire politique du IXe siècle qui, considérés comme un ensemble, peuvent éclairer les thèmes de ma communication. Tout d’abord, l’histoire de Gérard, comte de Bourges. Hincmar nous raconte l’histoire instructive, mais non pas édifiante, de la perte par Gérard de son honor, le comté de Bourges, en 867, lorsque Charles le Chauve se laisse acheter par un autre grand. Aucun procès, seulement la volonté royale et les intrigues de la cour. Mais Gérard résiste ; il tue son ennemi et, à l’abri de son château, il défie Charles le Chauve lui-même38. Rien d’extraordinaire dans tout cela ; intrigues, défi, guerre sont chose normale au Moyen Âge. La résistance de Gérard n’est pas une menace grave pour le roi39. Mais cet épisode est intéressant pour nous. Gérard résiste à Charles pendant quatre années ; il se bat pour lui-même, c’est-à-dire pour son honor (possession héréditaire ?) ; il ne se bat pas pour un prince carolingien40.

  • 41 Translatio Sanguinis Domini, dans MGH, SS, t. IV, p. 446-9 et sur le contexte historique, voir M. B (...)

18Deuxième épisode : un texte du Xe siècle, le Translatio sanguinis Domini nous raconte une histoire d’Alémanie. Grâce aux intrigues de la cour de Louis le Pieux, un grand, nommé Ruodpertus, reçoit la propriété d’un certain Adalbertus. Adalbertus, lui aussi, résiste à cet intrus. Avec le soutien de son père et du reste de sa famille, il triomphe41. Il y a des difficultés d’interprétation ici : cet épisode est peut-être lié à la révolte de Bernard d’Italie, mais ce n’est pas certain, et cet épisode est conservé dans un texte du Xe siècle, mais je voudrais insister sur les éléments suivants : le roi injuste comme ennemi, l’absence d’autres Carolingiens comme chefs légitimes de la résistance, et donc la présence de l’identité familiale comme moyen de légitimation pour la résistance contre un favori d’un roi carolingien.

  • 42 Annales de Saint-Bertin, a. 864, p. 113-114.
  • 43 Dhuoda fait mention de la naissance de Bernard dans son Manuel pour mon fils, Praefatio, p. 84 ; su (...)

19Troisième et dernier épisode. Encore une fois, c’est Hincmar qui nous le raconte. En l’an 864, après la grande assemblée de Pîtres, point culminant de la puissance et de l’autorité royales, un jeune homme noble de vingt-trois ans essaie de tuer le roi (Charles le Chauve) dans une embuscade. Qui est ce jeune homme ? C’est Bernard, fils de Bernard de Septimanie, et Hincmar nous dit de façon explicite qu’il cherche à venger son père, victime de la justice de Charles le Chauve une vingtaine d’années plus tôt. Échappant à la mort, le roi confisque les honores de Bernard (et cette fois, on peut donner raison au roi !). Mais Bernard résiste avec succès, et détient ses honores pendant les deux années qui suivent42. Voilà dans cette histoire des éléments semblables à ceux de nos autres épisodes : le roi comme ennemi, l’absence d’autres princes carolingiens, et la conscience forte de l’identité familiale. Le petit Bernard n’avait que trois ans quand son père a été tué. D’où vient cette conscience ? Peut-être de Dhuoda qui est la mère de Bernard, lui-même frère de Guillaume (lui aussi victime de la puissance royale), l’homme auquel Dhuoda avait adressé son livre sur la loyauté, la fidélité et les traditions familiales... Le texte de Dhuoda est à double tranchant43.

  • 44 Annales de Saint-Bertin, a. 872, p. 186.
  • 45 S. Airlie, « The aristocracy », op. cit., supra n. 16, p. 443-446 ; R. Le Jan, Famille et pouvoir, (...)
  • 46 Urkundenbuch der Abtei Sankt Galien, t. I, no 228; M. Borgolte, « Die Alaholfingerurkunden. Zeugnis (...)

20Il ne faut pas aller trop loin ici. De tels hommes ne sont pas reguli ; leurs drames se déroulent à l’intérieur du cadre carolingien. Bernard, par exemple, rentre dans les bonnes grâces de Charles le Chauve et tient des honores importants44. Certes, Gérard de Bourges n’était pas un Saint-Just. Mais, considérés comme un ensemble, ces épisodes ont une grande portée. La noblesse n’est pas la créature des rois ; la noblesse n’est pas hypnotisée par les rois carolingiens. Les traditions familiales et les droits à la propriété sont suffisants pour amener les nobles à défier les rois. Agir dans les structures carolingiennes ne diminue pas l’identité intrinsèque de la noblesse. La possession des honores ne transforme pas les grands en agents d’une fonction publique semblable à celle du vingtième siècle. Au contraire, la possession des honores fait partie des droits de la famille aristocratique45. Ainsi, je crois que le Professeur Michael Borgolte a eu raison d’insister sur l’existence d’une conscience de soi profonde des Alaholfïnger en Alémanie, une conscience visible dans l'intitulatio de la charte du comte Chadaloh (de l’année 817) : « ego Chadaloh divina opitulante clementia comis »46. Les traditions nobles peuvent embrasser non seulement la loyauté envers les Carolingiens mais aussi dans une certaine mesure l’autonomie. Il en résulte des tensions politiques.

  • 47 P. Geary, « Germanie Tradition and royal ideology in the ninth century: the ‘Visio Karoli Magni’« , (...)
  • 48 G. Althoff, Amicitiae und Pacta, Bündnis, Einung, Politik und Gebetsgedenken im beginnenden 10. Jah (...)

21Il est probable que ces tensions deviennent plus profondes à mesure que le IXe siècle s’avance. Au niveau politique et au niveau structurel, il y a l’ascension des « super-grands » (Boson, beau-frère de Charles le Chauve, Bernard de Gothie, etc.) et la diminution du réservoir des héritiers carolingiens dans les années soixante-dix et quatre-vingt du IXe siècle. Au niveau « idéologique », on trouve le spectre de la fin, de la disparition de la dynastie royale elle-même. Dans la Visio Karoli Magni, rédigée peut-être en 870, Charlemagne envisage la fin de sa lignée47. Dans les années soixante-dix du siècle, les noms des nobles menacent la place privilégiée des noms des rois carolingiens dans les livres de commémoration de la grande abbaye royale de Fulda48. Est-ce la voix des roitelets qui se fait entendre ?

  • 49 Sur la carrière de Boson voir R.-H. Bautier, « Aux origines du royaume de Provence : de la sédition (...)
  • 50 Recueil des actes des rois de Provence (855-928), no 16, éd. R. Poupardin, Paris, 1920. Sur l’histo (...)

22La manière avec laquelle cette voix se fait entendre est intéressante. Ici, Boson de Vienne est d’une importance capitale. Boson rompt le charme de l’exclusivité carolingienne et ouvre aussi les vannes à la concurrence dans les rangs de la haute noblesse. Après Boson, les événements de l’année 888 sont inévitables. Certes, Boson est une figure qui s’inscrit dans la tradition : sa carrière brillante vient de la faveur royale ; sa propre royauté s’exprime dans la langue carolingienne ; sa femme est carolingienne. Mais Boson lui-même n’est pas carolingien49. Une partie importante de son identité s’exprime dans une charte bien connue de juillet 879, c’est-à-dire avant son couronnement à Mantaille. La charte est imprégnée du prestige carolingien de la femme de Boson (« dilecta conjux mea Hirmingardis, proies imperialis ») mais c’est l'intitulatio de Boson lui-même qui est frappante : « Ego Boso, Dei gratia id quod sum ». Cette formule, une formule de transformation, remonte au Nouveau Testament mais révèle la position exceptionnelle de Boson qui est représenté comme « inclitus et illuster vir domnus ( !) Boso »50. La grâce divine est invoquée pour annoncer la condition spéciale de Boson : ni dux ni princeps, mais non plus fidèle aux Carolingiens. En l’espace de quelques mois, Boson devient roi.

  • 51 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., supra n. 15, p. 205.

23L’exemple de Boson révèle aussi la profondeur de la perception aristocratique des mécanismes de légitimation de la royauté carolingienne. Le fils de Boson est né après le couronnement, en 880. Boson lui donne un nom très significatif : Louis. Le sang carolingien coule dans les veines du jeune Louis, grâce à sa mère. Mais en dotant son fils de ce nom, Boson lance un défi à la famille royale parce que le nom Louis est la propriété exclusive de cette famille51. En lançant son défi, Boson démontre que l’aristocratie reconnaît ce moyen de préserver l’exclusivité carolingienne au moment même ou cette exclusivité est brisée.

  • 52 Annales de Saint-Bertin, a. 880, p. 242-243 ; Annales Vedastini, a. 880, éd. B. Simson, MGH, SS Rer (...)
  • 53 Pour le défi lancé à l’exclusivité de la royauté carolingienne, voir Notker, Gesta Karoli Magni Imp (...)
  • 54 Erchanberti breviarii regum Francorum continuatio, éd. G. Pertz, dans MGH, SS, II, Hannover, 1829, (...)

24Au niveau des événements, la royauté de Boson n’est pas grand chose (très vite, il est chassé de Vienne). Mais au niveau de l’autorité politique, elle a un éclat considérable. Les rois carolingiens font front commun contre lui52. Pour les loyalistes carolingiens, le tocsin sonne. Ici, le témoignage de Notker de Saint-Gall est important. Pour Notker, l’exclusivité de l’autorité carolingienne est mise en question, comme on peut voir avec clarté dans son texte, les Gesta Karoli, rédigé en pleine crise de cette autorité à la fin du règne de Charles le Gros53. Mais la crainte politique hante un texte écrit par Notker plus tôt, en 881, la continuatio du Breviarium Erchanberti. On trouve ici l’inquiétude au sujet de la diminution de la famille royale (manque d’héritiers légitimes) et il faut imaginer que cette inquiétude était généralement partagée par l’aristocratie. Mais il y a aussi de l’inquiétude au sujet des provocateurs, « des tyrans et voleurs » qui ont osé défier à la famille royale (« tyranni vel potius latrunculi... licet latitando caput levare praesumunt »)54. On reconnaît la menace de Boson.

  • 55 Recueil des actes d'Eudes roi de France (888-898), n. 55, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1967 et Karoli (...)
  • 56 Recueil des actes d'Eudes roi de France (888-898), n. 55 ; on trouve encore une fois le mot domnus,(...)
  • 57 Pour le contexte historique, voir T. Reuter, Germany in the early Middle Ages c. 800-1056, p. 119-1 (...)

25Les événements de 888 ne sont pas un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Comme l’histoire de Boson le prouve, la crise de légitimation carolingienne remonte à 879. J’admets volontiers qu’il est important de ne pas sous-estimer le prestige carolingien dont Charles le Gros jouit dans les années quatre-vingt, mais l’entourage de Charles le Gros est dans une certaine mesure la pépinière de l’avenir non-carolingien. Durant l’été de 887, Charles confirme pour l’abbaye de Saint-Martin de Tours la restitution de ses domaines en Italie. La charte de restitution, celle que Charles confirme, est une charte délivrée par l’abbé de Saint-Martin, Eudes, comte et futur roi, en avril 88755. Cette charte déborde de loyauté envers Charles, mais elle exprime aussi la fierté de la famille d’Eudes. Eudes restitue les domaines aux moines à charge de prières à Saint-Martin pour Charles, son seigneur, mais aussi pour lui-même et pour son père Robert (Robert le fort, abbé de Saint-Martin de Tours) : « domnus et senior noster Karolus... domnus noster Martinus... domnus et genitor noster Rotbertus »56. Le mot « domnus » est éloquent ; on le réserve aux rois et aux grands ecclésiastiques et, comme on le voit ici, aux saints ; le mot « domnus » relie Eudes au roi et au saint. Comme abbé, Eudes est un grand ecclésiastique et est donc dans une ambiance royale, une ambiance dans laquelle on trouve aussi son père Robert. Grâce à la faveur carolingienne et à son ascendance, Eudes est de haut rang. En effet, il est au bord de la royauté. Il n’est pas un traître : sa charte est confirmée par Charles ; Eudes a besoin de Charles ; il fait dire des prières pour Charles. Mais Charles est malade ; il n’y a pas beaucoup de jeunes Carolingiens. Eudes, et il n’est pas isolé, est au seuil de la royauté57.

  • 58 Sur l’importance du patronage de Charles le Gros pour la noblesse du royaume occidental, voir les r (...)
  • 59 R.-H. Bautier, « Les diplômes royaux carolingiens pour l’église de Langres et les origines des droi (...)
  • 60 Karoli III. Diplomata, no 162 ; R.-H. Bautier, « Les diplômes royaux carolingiens pour l’église de (...)
  • 61 Karoli III Diplomata, no 155 ; R.-H. Bautier, « Les diplômes royaux carolingiens pour l’église de L (...)

26La charte d’Eudes est confirmée par Charles à Kirchen. Il y a d’autres grands de l’ouest de l’empire à Kirchen ; les structures de l’empire restent robustes58. Mais dans les rangs de ces grands, on trouve un personnage fascinant. C’est Geilon, l’évêque de Langres. En 879, il est partisan de Boson ; en 881, il retourne aux Carolingiens ; pendant l’année 887, il fait partie de l’entourage de Charles le Gros ; en 888, il est partisan de Gui de Spolète. Selon le jugement de Robert-Henri Bautier, il est un « homme d’action, doué pour les initiatives politiques, d’un extraordinaire opportunisme... mais d’une personnalité moralement plus que discutable »59. Je crois que le Professeur Bautier a raison, mais je voudrais insister ici non pas sur la personnalité discutable de Geilon, mais sur le fait que son destin historique est lié à la structure de la cour royale. Charles tombe malade à la fin de 886 ; Geilon est à la cour en janvier 887 ; il voit un roi faible ; il est à la cour (Kirchen) pendant l’été de 887 et il est probable, il est presque certain, qu’il rencontre Eudes ; il peut voir le tournant que vont prendre les choses. Ancien partisan de Boson, il sait que la royauté n’est pas la propriété exclusive de la famille carolingienne60. C’est à la cour carolingienne qu’il peut rencontrer des personnages comme Eudes, et c’est à la cour carolingienne qu’on trouve Geilon en 887 avec des comtes de la Francie occidentale qui deviennent des partisans de Gui, l’année suivante61.

27C’est au cœur même de la cour carolingienne que se forment les réseaux qui vont contribuer à la dissolution de la royauté carolingienne. C’est une ironie de l’histoire, mais une ironie qui témoigne de la fermeté des structures carolingiennes ; et, en conclusion, je voudrais insister sur la puissance carolingienne, non pas sur sa faiblesse. Il fallait un pouvoir exceptionnel pour attacher une aristocratie à une dynastie royale. Pendant plus d’un siècle, il a été possible de croire que le roi carolingien était le seigneur naturel de son monde. Comme tous les seigneurs, le roi carolingien n’était pas naturel. C’était un roi dont le pouvoir avait été construit, et construit d’une façon très habile.

Notes

1 Je remercie pour leur aide dans la préparation de cette contribution David Bates, Christelle Le Riguer, Graeme Small et le professeur Régine Le Jan. Je remercie aussi l’Arts Planning Unit de l’Université de Glasgow pour son aide qui m’a permis d’écrire cet article pendant un trimestre chargé.

2 Réginon De Prüm, Chronicon, a.888, éd. F. Kurze, Monumenta Germaniae Historica (ci-après MGH), SS Rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, Hannover, 1890, p. 129 ; la traduction se trouve dans L. Theis, L’héritage des Charles (de la mort de Charlemagne aux environs de l'an mil), Nouvelle histoire de la France médiévale 2, Paris, 1990, p. 123.

3 Sur la force politique de l’idée du roi carolingien comme seigneur naturel, voir J.-L. Nelson, « The Frankish Kingdoms, 814-898 : the West », dans R. McKitterick. éd., The New Cambridge Medieval History II c. 700-c. 900, Cambridge, 1995, p. 138-139 et T. Reuter, Germany in the early middle ages c. 800-1056, London-New York, 1991, p. 121-122.

4 Eginhard, Vie de Charlemagne, c. 1, c.2, c.3, éd. L. Halphen, (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), Paris, 1938, p. 8-14.

5 « Entretien avec Michel Foucault », dans M. Foucault, Dits et écrits 1954-1988, Paris, 1994, t. III, p. 149.

6 Sur l’importance de la guerre, voir T. Reuter, « Plunder and tribute in the Carolingian Empire », dans Transactions of the Royal Historical Society, 35, 1985, p. 75-94, mais il faut noter les réserves de J.-L. Nelson, dans The Frankish World 750-900, London et Rio Grande, 1996, p. XXVII-XXIX. Sur la Reichsaristokratie et la coopération entre les rois et la noblesse, il y a une littérature abondante ; voir G. Tellenbach, Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des Grossfränkischen Adels, Freiburg im Breisgau, 1957 ; K. Schmid, Gebetsgedenken und adliges Selbstverstandnis im Mittelalter, Sigmaringen, 1983 ; K.F. Werner, « Bedeutende Adelsfamilien im Reich Karls des GroBen », dans H. Beumann éd., Karl der Grosse I : Persônlichkeit und Geschichte, Düsseldorf, 1965, p. 83-142.

7 Eginhard, Vita Karoli, c.18, p. 54-6; Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, c.2, éd. E. Tremp, MGH, Scripores Rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 64, Hannover, 1995, p. 176. Sur les conflits entre les ancêtres de Hildegarde et les Carolingiens et les vues d’Eginhard et de Thégan sur ces conflits, voir K. Leyser, « The German Aristocracy from the Ninth to the Early Twelfth Century: A Historical and Cultural Sketch », dans Past and Présent, 41, 1968, p. 61-83 et réimprimé dans K. Leyser, Medieval Germany and Its Neighbourgs 900-1250, London, 1982, p. 161-189, p. 171; M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens in merowingischer und karolingischer Zeit. Eine Prosopographie, Sigmaringen, 1986, p. 70, 120-1, 184-5, 285; E. Tremp, Studien zu den Gesta Hludowici imperatoris des Trierer Chorbischofs Thegan, MGH Schriften, 32, Hannover, 1988, p. 27.

8 Eginhard, Vita Karoli, c. 13, p. 40 ; Notker, Gesta Karoli Magni Imperatoris, II, Praefatio, et II, c.2, éd. H.F. Haefele, MGH SS Rerum Germanicarum, Berlin, 1959, p. 48 et p. 51. Sur la carrière et le renom de Gerold, voir M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens, op. cit., supra n. 7, p. 122-126 et pour sa réputation comme guerrier chrétien, voir J.-B. ROSS, « Two Neglected Paladins of Charlemagne : Erich of Friuli and Gerold of Bavaria », dans Speculum, 20, 1945, p. 225-227 et p. 232-235.

9 Annales Regni Francorum, a. 785, éd. F. Kurze, MGH, Scriptores Rerum Germanicarum, Hannover, 1895, p. 71. Voir aussi n. 36 ci-dessous.

10 Regni Francorum, a. 817, p. 148 ; Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, c. 22, p. 212.

11 G. Althoff, Verwandte, Freunde und Getreue. Zum politischen Stellenwert der Gruppenbindungen im früheren Mittelalter, Darmstadt, 1990, p. 46; K. Brunner, Oppositionelle Gruppen im Karolingerreich, Wien, 1979, p. 48-52 et p. 100-101; M. Innes et R. Mckitterick, « The writing of history », dans R. Mckitterick éd., Carolingian Culture: emulation and innovation, Cambridge, 1994, p. 205.

12 La révolte de Bernard est le résultat des tensions à l’intérieur de la famille carolingienne, comme on peut voir dans K.F. Werner, « Hludovicus Augustus : Gouverner l’empire chrétien — Idées et réalités », dans P. Godman et R. Collins éd., Charlemagne’s Heir : New Perspectives on the Reign of Louis the Pious (814-840), Oxford, 1990, p. 31-54 et J. Jarnut, « Kaiser Ludwig der Fromme », dans Studi Medievali, 30, 1989, p. 637-648.

13 Reginhar : L’astronome, Vita Hludowici imperatoris, c. 29, éd. E. Tremp, MGH Scriptores Rerum Germanicarum, Hannover, 1995, p. 382-4 ; Meginhard: L’astronome, Vita Hludowici Imperatoris, c. 7, p. 306 et K. Brunner, Oppostionelle Gruppen, op. cit., p. 79.

14 L’astronome, Vita Hludowici imperatoris, c. 29, p. 384.

15 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995, p. 46.

16 L’expression classique de l’hérédité des honores se trouve dans le capitulaire de Quierzy de 877, c. 9, éd. A. Boretius et V. Krause, MGH Capitularia II, Hannover, 1897, no 281, p. 358 et voir S. Airlie, « The aristocracy », dans R. Mckitterick éd., The New Cambridge Medieval History II, p. 443-446.

17 « nequaquam in tuis progenitoribus non apparuit unquam, nec fuit, est, nec erit in ultra. Tu ergo, fdi Wilhelme, ex illorum progenie ortus, seniori ut praedixi tuo sis », Dhuoda, Manuel pour mon fds, III. 4, éd. P. Riché, Paris, 1975, p. 150-151.

18 O.G. Oexle, « Fama und Memoria. Legitimationen fürstlicher Herrschaft im 12. Jahrhundert ». dans.1. Luckhardt et F. Niehoff éd., Heinrich der Löwe und seine Zeit: Herrschaft und Representation der Welfen 1125-1235, München, 1995, II, p. 62.

19 Translatio S. Alexandri, éd. G. Pertz, dans MGH. SS, tome II, Hannover, 1829, p. 673-681 et voir H. Löwe dans Wattenbach-levison éd., Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter, Weimar, 1990, t. VI, p. 711-714 et K. Schmid, « Die Nachfahren Widukinds », dans Deutches Archiv, 20, 1964, p. 1-47 et réimprimé dans K. Schmid, Gebetsgedenken und adliges Selbstverständnis im Mittelalter, p. 59-105.

20 Translatio S. Alexandri, c. 4, c. 5, c. 6, p. 676-679.

21 Miracula Sancti Germani, II, c. 1, dans Patrologia Latina, 124, cols 1247-50.

22 Miracula Sancti Germani, II, c. 1, cols 1247-8 ; sur la loyauté d’Heiric et de SaintGermain envers la dynastie carolingienne, voir Y. Sassier, « Les Carolingiens et Auxerre », dans D. Iogna-pratt et al.. L’école carolingienne d'Auxerre, Paris, 1991, p. 32-33 et J. Wollasch, « Das Patrimonium Beati Germani in Auxerre », dans G. Tellenbach éd., Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des grossfränkischen und frühdeutschen Adels, p. 191-2 et p. 207-208.

23 Sur la carrière de Conrad, voir M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens im merowingischer und karolingischer Zeit, p. 167 et sur celle d’Hugues, voir Y. Sassier, Hugues Capet, Paris, 1987, p. 51-52.

24 R. LE Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc, op. cit., supra n. 15, p. 49.

25 Dans ses privilèges pour Saint-Maur de Glanfeuil, Charles le Chauve demande aux moines de prier pour lui-même et son royaume et fait allusion à son père Louis le Pieux, G. TESSIER, Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, Paris, 1943-1955, t. I, no 97 et 134 ; Glanfeuil conserve la mémoire rorgonide mais aussi la mémoire carolingienne. La fondation de Gandersheim est semblable à celle de Wildeshausen ; c’est le roi carolingien qui soutient le voyage des fondateurs à Rome pour obtenir des reliques, voir H. Goetting, Das Reichsunmittelbare Kanonissenstift Gandersheim, Germania Sacra, Neue Folge 7, Berlin et New York, p. 81-83.

26 Urkundenbuch der Abtei Sankt Galien, vol. II, no 386, éd. H. Wartmann, St Galien, 1863-1882 ; pour l’identification de cet Adalhart, voir M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens im merowingischer und karolingischer Zeit, p. 181 et p. 183 ; pour le commentaire, voir M. Borgolte, « Gedenkstiftungen in St. Galler Urkunden », dans K. Schmid et J. Wollasch éd., Memoria : der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Miltelalter, München, 1984, p. 596.

27 C’est la conclusion qu’il faut tirer d’une lecture de K. Brunner, Oppositionelle Gruppen im Karolingerreich, Wien/Köln/Graz, 1979 et de K. Bund, Thronsturz und Herrscherabsetzung im Frühmittelalter, Bonn, 1979.

28 E. Hlawitschka, « Die Widonen im Dukat von Spoleto », dans Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 63, 1983, p. 20-92.

29 L’astronome, Vita Hludowici imperatoris, c. 56, p. 512-514.

30 K.F. Werner, « La genèse des duchés en France et en Allemagne », dans Nascità dell’Europa ed Europa carolingia: un equazione da verificare, Settimane di studio del centra italiano di studi sull’alto medioevo, 27, Spoleto, 1981, p. 175-207 et réimprimé dans K.F. Werner, Vom Frankenreich zur Entfaltung Deutschlands und Frankreichs, Sigmaringen, 1984, p. 278-310. Werner insiste sur les origines carolingiennes du pouvoir d’un « roitelet » tel qu’Eudes, dans K.F. Werner, « Les Robertiens » dans M. Parisse et X. Barral 1 Altet éd., Le Roi de France et son Royaume autour de l'An Mil, Paris, 1992, p. 15-24.

31 Eginhard, Vita Karoli, c. 1, p. 8-10 et sur ce passage voir J.-M. Wallace-hadrill, The Long-Haired Kings, London, 1962, p. 231-233.

32 « ... illius Karoli, qui de prosapia sancti Arnulfi pontificis Christi ortus est, sicut paterno relatu didicimus », Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, c. 1, p. 174-6 et voir le commentaire dans E. Tremp, Studien zu den Gesta Hludowici imperatoris des Trierer Chorbischofs Thegan, p. 28.

33 Eginhard, Vita Karoli, c. 1, c. 2, p. 8-12.

34 « Cotefredus dux Alamannorum caeterique circumquaque duces noluerunt obtemperare ducibus Francorum eo quod non potuerint regibus Meroveis servire sicut antea soliti erant », Erchanberti Breviarium, c. 1, dans MGH, SS, t. II, p. 328 ; sur ce texte, voir H. LÖWE dans Wattenbach-levison éd., Deutschlands Geschichtsquellen, Weimar, 1957, t. III, p. 349-350 et sur les duces du Ville siècle, voir K.F. Werner, « Les principautés périphériques dans le monde franc du VIIIe siècle », dans I problemi dell'Occidente nel secolo VIII, Settimane del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 15, Spoleto, 1968, p. 791-843 et réimp. dans K.F. Werner, Structures politiques du monde franc (VIe-XIIe siècles), London, 1979, article II et I. Wood, The Merovingian Kingdoms 450-751, London-New York, 1994, p. 285.

35 B. Bischoff, « Eine Beschreibung der Basilika von Saint-Denis aus dem Jahre 799 », dans Kunstchronik, 34, 1981, p. 100.

36 U. Hussong, « Studien zur Geschichte der Reichsabtei Fulda bis zur Jahrtausendwende. Zweiter teil », dans Archiv für Diplomatik, 32, 1986, p. 141-6 et K. Brunner, Oppositionelle Gruppen, op. cit., supra n. 27, p. 48-53.

37 M. Becher, Eid und Herrschaft, Sigmaringen, 1993, p. 78-87.

38 Annales de Saint-Bertin, a. 867, a. 868, éd. F. Grat,.J. Vieillard et S. Clemencet, Paris, 1964, p. 140-141.

39 J.-L. Nelson, Charles the Bald, London et New York, 1992, p. 212.

40 G. Devailly insiste sur le défi lancé à l'autorité royale dans son Le Berry du Xe siècle au milieu du XIIIe, Paris, 1973, p. 83.

41 Translatio Sanguinis Domini, dans MGH, SS, t. IV, p. 446-9 et sur le contexte historique, voir M. BORGOLTE, Die Grafen Alemanniens in merowingischer und karolingischer Zeit, op. cit., p. 220-224.

42 Annales de Saint-Bertin, a. 864, p. 113-114.

43 Dhuoda fait mention de la naissance de Bernard dans son Manuel pour mon fils, Praefatio, p. 84 ; sur la mort de Bernard de Septimanie, voir Annales de Saint-Bertin, a. 844, p. 45 et sur la mort de Guillaume, voir Annales de Saint-Bertin, a. 850, p. 59.

44 Annales de Saint-Bertin, a. 872, p. 186.

45 S. Airlie, « The aristocracy », op. cit., supra n. 16, p. 443-446 ; R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., supra n. 15, p. 215, p. 249-262.

46 Urkundenbuch der Abtei Sankt Galien, t. I, no 228; M. Borgolte, « Die Alaholfingerurkunden. Zeugnisse vom Selbstverstandnis einer adligen Verwandtengemeinschaft des frühen Mittelalters », dans M. Borgolte, D. Geuenich et K. Schmid éd., Subsidia Sangallensia I, St Galien, 1986, p. 316-20. Pour une critique importante mais, à mon avis, pas entièrement convaincante, voir H. Schulze, « Grundprobleme der Grafschaftenverfassung », dans Zeitschrift für Württembergische Landesgechichte, 44, 1985, p. 278-281.

47 P. Geary, « Germanie Tradition and royal ideology in the ninth century: the ‘Visio Karoli Magni’« , dans Frühmittelalterliche Studien, 21, 1987, p. 293-294; pour le commentaire sur ce texte voir aussi P. Dutton, The Politics of Dreaming in the Carolingian Empire, Lincoln-London, 1994, p. 208.

48 G. Althoff, Amicitiae und Pacta, Bündnis, Einung, Politik und Gebetsgedenken im beginnenden 10. Jahrhunderts, MGHSchriften 37, Hannover, 1992, p. 48.

49 Sur la carrière de Boson voir R.-H. Bautier, « Aux origines du royaume de Provence : de la sédition avortée de Boson à la royauté légitime de Louis », dans Provence Historique, 93-94, 1973, p. 41-68 et voir aussi S. Airlie, « After Empire — Recent work on the emergence of post-carolingian kingdoms », dans Early Medieval Europe, 2, 1993, p. 159.

50 Recueil des actes des rois de Provence (855-928), no 16, éd. R. Poupardin, Paris, 1920. Sur l’histoire et la portée de la formule « Dei gratia id quod sum », voir K. Brunner, « Der frankische Fürstentitel im neunten und zehnten Jahrhundert », dans H. Wolfram éd., Intitulatio II. Lateinische Herrscher und Fürstentitel im neunten und zehnten Jahrundert, Mitteilungen des Instituts fur Ôsterreichische Geschichtsforschung, Ergänzungsband 24, 1973, p. 205, p. 246-54 et W. Goez, « Matilda Dei gratia si quid est. Die UrkundenUnterfertigung der Burgherrin von Canossa », dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 47, 1991, p. 388-90. À la lumière de la présence de la gratia-Dei formule et du titre « domnus » dans ces documents du IXe siècle et dans ia charte d’Eudes (voir n. 56 cidessous), il faut modifier les conclusions de R. LE Jan, « Domnus, Illuster, Nobilis : les mutations du pouvoir au Xe siècle », dans M. Sot éd., Haut Moyen Âge. Culture, Éducation Société. Études offertes à Pierre Riché, Paris, 1990, p. 439-448 et R. LE Jan, Famille et pouvoir, op. cit., supra n. 15, p. 138-141.

51 R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., supra n. 15, p. 205.

52 Annales de Saint-Bertin, a. 880, p. 242-243 ; Annales Vedastini, a. 880, éd. B. Simson, MGH, SS Rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, Hannover et Leipzig, 1909, p. 47.

53 Pour le défi lancé à l’exclusivité de la royauté carolingienne, voir Notker, Gesta Karoli Magni Imperatoris, II, c. 12, p. 70-1 et 11, c. 15, p. 79-80 et H.W. Goetz, « Regnum : Zum politischen Denken der Karolingerzeit », dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung, 104, 1987, p. 152-153.

54 Erchanberti breviarii regum Francorum continuatio, éd. G. Pertz, dans MGH, SS, II, Hannover, 1829, p. 330 ; pour le contexte de ce texte et sa place dans l’oeuvre de Notker, voir H. Lôwe, dans Wattenbach-Levison éd., Deutschlands Geschichtsquellen, t. VI, Weimar, 1990, p. 754 et G. Tellenbach, « Die geistigen und politischen Grundlagen der karolingischen Thronfolge », dans Frühmittelalterliche Studien, 13, 1979, p. 213 et p. 243.

55 Recueil des actes d'Eudes roi de France (888-898), n. 55, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1967 et Karoli III. Diplomata, no 160, éd. P. Kehr, MGH Diplomata Regum Germaniae ex stirpe Karolinorum, II, Berlin, 1937.

56 Recueil des actes d'Eudes roi de France (888-898), n. 55 ; on trouve encore une fois le mot domnus, voir n. 50 ci-dessus.

57 Pour le contexte historique, voir T. Reuter, Germany in the early Middle Ages c. 800-1056, p. 119-120 et O. Guillot, « Les étapes de l’accession d’Eudes au pouvoir royal », dans Media in Francia : Recueil de mélanges offert à Karl Ferdinand Werner à l’occasion de son 65e anniversaire par ses amis et collègues français, Paris, 1989, p. 199-223.

58 Sur l’importance du patronage de Charles le Gros pour la noblesse du royaume occidental, voir les remarques intéressantes de K.F. Werner, « Gauzlin von Saint-Denis und die westfrankische Reichsteilung von Amiens (Marz 880) », dans Deutsches Archiv für die Erforschung des Mittelalters, 35, 1979, p. 455-458 et K.F. Werner, « Les Robertiens », p. 20-21 et voir aussi n. 61 ci-dessous.

59 R.-H. Bautier, « Les diplômes royaux carolingiens pour l’église de Langres et les origines des droits comtaux de l’évêque », dans Idem, Chartres, Sceaux et chancelleries : Études de Diplomatique et de sigillographie médiévales, Paris, 1990, t. Il, p. 223.

60 Karoli III. Diplomata, no 162 ; R.-H. Bautier, « Les diplômes royaux carolingiens pour l’église de Langres », art. cit., p. 221.

61 Karoli III Diplomata, no 155 ; R.-H. Bautier, « Les diplômes royaux carolingiens pour l’église de Langres », art. cit., p. 222.

Auteur

Université de Glasgow

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search