Version classiqueVersion mobile

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

L’idéologie politique dans l’historiographie carolingienne

Rosamond Mckitterick

Texte intégral

  • 1 E. Erblich, Karl der Grosse und die Wissenschaft. Wien, Österreichische National-bibliothek Austel (...)

1Je commencerai près de Lille — en termes géographiques du moins — il y a onze siècles de cela. Au monastère de Saint-Amand, durant la deuxième moitié du IXe siècle, une compilation de textes historiques fut préparée avec un dessein spécifique. Au XIIIe siècle, ce manuscrit se trouvait dans la bibliothèque de la cathédrale de Worms. Il est désormais conservé à la Bibliothèque Nationale Autrichienne à Vienne (Lat. 473). Son contenu est le suivant : le Liber Pontificalis (fols lv-85v), suivi du Liber Historiae Francorum (fols 90r-107v), des Continuations de la Chronique du Pseudo-Frégédaire (fols 108r-114) et des Annales Regni Francorum, dans leur version non révisée (D) (fols 116r-143v and 152v-169r). Il contient également un extrait de la Vita Karoli d’Éginhard (fols 144r-151). Le manuscrit s’achève sur une version tronquée de la Genealogia domus carolingiae divisée en deux sections : Genealogia sancti Arnulfi et Historia francorum epitomata et origine gentis ad ludovicum pium (fols 169v-172r)1.

  • 2 R. McKitterick, « The audience for Carolingian historiography » dans A. Scharer et G. Scheibelreit (...)
  • 3 E. Tremp, Die Überlieferung der Vita Hludowici imperatoris des Astronomus, MGH Studien und Texte 1 (...)

2Ce codex est l’une des nombreuses compilations d’histoire franque produite au IXe siècle dans l’empire carolingien2. Les recueils de textes les plus courants comprennent les Annales Regni Francorum et la Vita Karoli d’Éginhard. Mais nous trouvons aussi ces textes associés aux Continuations de Frégédaire, au Liber Historiae Francorum et aux Vies de Louis le Pieux par Thégan ou par l’Astronome3.

3Pour chacune de ces compilations, les questions suivantes se posent : qui a composé cet ouvrage ? Pourquoi la sélection qu’il contient fut-elle faite ? Pour qui ? Et dans quel but ? L’analyse du recueil de Saint-Amand, l’examen de sa place spécifique dans le stemma notoirement complexe de chacun des textes qu’il contient, nous permet d’examiner de plus près ces problèmes. Pour étudier un codex tel que Vienne 473, il est par conséquent nécessaire d’explorer les implications de la diffusion de l’historiographie carolingienne, en considérant non seulement l’impulsion politique qui a provoqué la production de chacun des textes, mais aussi leur influence et utilisation ultérieures.

  • 4 L. Duchesne éd., Le Liber Pontificalis. Texte, Introduction et commentaire, Paris, 1886, 2 vol. et (...)
  • 5 L. Duchesne, Liber Pontificalis, p. 420 (section interpolée XIV), p. 441 (addition à section IV), (...)

4Regardons donc de plus près les textes rassemblés dans le manuscrit Vienne 473. La version du Liber Pontificalis qui s’y trouve est appelée par Duchesne « texte B », et elle va jusqu’à la Vie 94, c’est-à-dire celle d’Étienne II († 772)4. Elle est étroitement apparentée aux trois copies du Liber Pontificalis faites à Laon dans la première moitié du IXe siècle : la plus ancienne d’entre elles est peut-être une copie d’un exemplaire envoyé par le pape Léon III à Charlemagne. Toutefois, la recension de Vienne est essentiellement franque. Elle incorpore en particulier dans les Vies des papes du VIIIe siècle, Grégoire III et Étienne II, des additions notables qui ont trait aux affaires franques, ou qui ajoutent une dimension franque aux affaires papales. Ainsi, dans la vie de Grégoire III, on a consigne l’appel de Grégoire à Charles Martel. Dans la vie d’Étienne II, sont insérées des références à la perfidie d’Hunald, duc d’Aquitaine, à l’ambassade envoyée au pape par Pépin, menée par le frère de dernier, Jérôme, et à l’octroi du pallium à Chrodegang de Metz5. Ainsi, l’histoire des papes du VIIIe siècle est-elle utilisée dans le codex comme complément et comme contexte historique de celle des Francs. Elle sert à renforcer l’association des Carolingiens et des Francs avec Rome et l’autorité pontificale, elle fournit une justification essentielle à la conquête franque de l’Italie.

  • 6 Liber Historiae Francorum, c. 43, éd. B. Krusch, réimpr. et rev. par A. Kusternig, sous la directi (...)
  • 7 Les manuscrits de pseudo-Frégédaire sont discutés par B. Krusch, Chronicarum quae dicuntur fredega (...)

5Ayant fourni l’arrière-plan romain et pontifical, le compilateur de Vienne 473 a ajouté ensuite des extraits relatifs aux origines troyennes des Francs, s’achevant sur l’enterrement de Dagobert à Saint-Denis, avant le récit du coup d’état de Grimoald, d’après le Liber Historiae Francorum, dans sa recension austrasienne ou « B »6. De surcroît, à l’opposé d’autres copies des Continuations de Frégédaire, celle-ci classe 5 (f)7, ne prolonge le texte que jusqu’à la mort de Charles Martel et distingue cette partie du texte en lui donnant le titre de Historia rerum gestarum Carli maioris domus.

  • 8 Eginhard, Vita Karoli, c. 18, éd. R. Rau, Quellen zur karolingischen Reichsgeschichte, Ausgewählte (...)

6Dans le manuscrit Vienne 473, par ailleurs, les Annales Regni Francorum sont divisées en deux sections. Celle qui finit en 814 porte en tête le titre Gesta Domni Karoli Magni, écrit à l’encre rouge en lettres onciales grasses. L’autre, allant de 814 à 829, celui de Gesta Hludowici. Dans un style qui rappelle celui du Liber Pontificalis, elles ajoutent à la date de 814 que, tandis que Charlemagne passait l’hiver à Aix-la-Chapelle, il mourut âgé de 71 ans, dans la 47e année de son règne, la 43e de sa domination sur l’Italie, et la 14e année de son règne impérial, le 28 janvier. Les extraits de la Vita Karoli d’Éginhard insérés entre ces deux sections incluent le passage dans lequel Charlemagne répudie la fille de Didier et épouse Hildegarde. Louis le Pieux, bien sûr, est le seul fils survivant d’Hildegarde8. Cette addition sert donc à renforcer la légitimité de la succession carolingienne. Ainsi est élaboré le thème de la généalogie qui complète notre collection : les Carolingiens y sont rangés de pères en fils, des origines dans le passé troyen et gallo-romain jusqu’à Louis le Pieux.

  • 9 Ibid., p. 193-220.
  • 10 Sedulius Scottus, Liber de rectoribus christianis, éd. S. Hellmann, Quellen und Untersuchungen zur (...)

7Les Annales Regni Francorum, spécifiquement décrites comme les actes de Charlemagne et de Louis, constituent donc le principal document historiographique de l’ouvrage. Tous les autres textes sont ordonnancés pour leur servir de complément et pour les mettre en valeur. Il est donc nécessaire d’examiner un peu plus en détail le contenu des Annales, car la puissante idéologie politique qu’il véhicule n’a pas été assez prise en compte. De fait, il s’agit d’un récit triomphal, construit avec art et hautement sélectif. C’est aussi un portrait aux nuances subtiles des souverains carolingiens, dont le succès est identifié avec celui du peuple franc. Par ailleurs, ce récit doit être envisagé dans le contexte de la remarquable production historiographique carolingienne des VIIIe-IXe siècles. L’ensemble de cette production reflète, dans son interprétation des événements contemporains, un dessein politique urgent9 : une grande partie en a été réalisée avec le dessein de justifier ou même de légitimer les actions particulières et les manifestations de puissance des souverains carolingiens, en relation avec des circonstances politiques spécifiques. Et de fait, les traités de pensée politique plus classiques, comme celui de Sedulius Scottus ou de Jonas d’Orléans sont basés sur les idées élaborées pour la justification des actions des souverains carolingiens10.

  • 11 R. Mckitterick, The Frankish Church and the Carolingian Reforms, 789-895, Royal Historical Society (...)
  • 12 R. Collins, « Deception and misrepresentation in early eight-century Frankish historiography: two (...)
  • 13 Fredegar, Continuationes, c. 33, éd. J.-M. Wallace-Hadrill, The Fourth Book of the Chronicle of Fr (...)
  • 14 R. Collins, Fredegar, op. cit., p. 113-6.

8Le trait le plus familier des textes historiques de la fin du VIIIe siècle est bien sûr le dénigrement systématique des souverains mérovingiens ainsi que les élites laïques et ecclésiastiques, de l’Église, et de la culture mérovingiennes. En matière de doctrine, d’organisation ecclésiastique, de pratique religieuse et de contrôle gouvernemental, la législation carolingienne rabaisse habilement la période mérovingienne et célèbre les réalisations des Carolingiens11. De même, les Continuations de la Chronique de Frégédaire, amplement diffusées dans le royaume carolingien dans leur version du IXe siècle, présentent du point de vue — avantageux — d’un membre et partisan de la famille, l’accroissement continu de la puissance et du territoire des maires du palais carolingiens, en particulier Charles Martel et Pépin III, aux dépens des rois mérovingiens fantoches12. Le fameux colophon de Vat. Reg. Lat 213, relatif au patronage de la composition du manuscrit par Childebrand13, indique une rupture claire dans des Continuations à la date de 751. R. Collins a suggéré que la prolongation de la Chronique jusqu’à ce point aurait été entreprise en 751 pour marquer l’avènement du nouveau Rex Francorum. La partie suivante, de 751 à 768, peut être envisagée comme une remise à jour de l’ouvrage pour honorer les successeurs de Pépin III, probablement pour Carloman tout seul plutôt que pour Pépin et lui14.

  • 15 Gesta episcoporumMettensium, éd. G. Pertz, Liber de episcopis Mettensibus, MGH SS 2, Berlin, 1829, (...)
  • 16 Ibid., p. 264 : « cuius Anschisi nomen ab Anchise patre Aeneae, qui a Troia in Italiam olim venera (...)
  • 17 W. Goffart, « Paul the Deacon’s Gesta episcoporum Mettensium and the early design of Charlemagne’s (...)

9Qui plus est, les Gesta episcoporum Mettensium commandés à Paul Diacre par l’évêque Angilram de Metz en 781, ne célèbrent pas tant les évêques d’un diocèse qu’elles ne commémorent — quoique discrètement — des événements concernant au tout premier chef l’ensemble de l’église et du royaume francs15. Paul Diacre omet simplement toute référence aux rois et à l’Église mérovingienne. Le texte, avec son « allégorie quadripartite du succès carolingien » et sa généalogie simplifiée des souverains (carolingiens), fut rédigé pour renforcer la légitimité de la succession carolingienne de père en fils, et tout spécialement celle de Charles le Jeune, fils aîné d’Hildegarde et de Charlemagne, descendant du fils d’Arnoul, Anségise. « On croit que le nom « Anségise », commente Paul Diacre, vient d’Anchise, le père d’Énée, qui, il y a bien longtemps, vint de Troie en Italie. Car, d’après la tradition antique, le peuple franc fait remonter ses origines à la race troyenne »16. Ainsi Paul relie-t-il la maison carolingienne aux Troyens. En décrivant par la suite Charlemagne comme le conquérant de l’Italie et le maître de Rome, il réunit les deux branches de la diaspora troyenne17.

  • 18 Annales Mettenses Priores, éd. B. Von Simson, MGH SRG in usum scholarum 10, Hannover, 1905.
  • 19 H. Hoffmann, Untersuchungen zur karolingischen Annalistik, Bonner Historische Forschungen 10, Bonn (...)
  • 20 P. Fouracre et R. Gerberding, Late Merovingian France. History and Hagiography640-720, Manchester, (...)
  • 21 Pour les arguments additionnels voir J.-L. Nelson, « Gender and genre in women historians of the e (...)
  • 22 P. Fouracre et R. Gerberding, Late Merovingian France, op. cit., supra n. 20, p. 346.

10Le sujet principal des Annales Mettenses Priores est aussi la succession carolingienne18. On reconnaît désormais qu’elles ont été rédigées en tant que dossier justificatif de la Diuisio regnorum de 806. Elles furent probablement composées à Chelles, sous les auspices de Gisèle, la soeur de Charlemagne. Comme les Gesta de Paul Diacre, elles traitent tout particulièrement de la succession de Charles le Jeune19. Paul Fouracre et Richard Gerberding doutent que les Annales Mettenses Priores aient été rédigées par une femme, car l’auteur critique sévèrement Plectrude : c’est donc un misogyne20. D’après moi, ceci renforce le lien entre les Annales et Gisèle à Chelles, car Plectrude était la belle-mère de Charles Martel et avait fait de son mieux pour empêcher ce dernier de rentrer en possession de l’héritage de son père. Les femmes font sûrement preuve d’au moins autant de discernement que les hommes, lorsqu’il s’agit de reconnaître les défauts des personnes de leur propre sexe !21 Certes, les Annales Mettenses Priores s’intéressent bien plus aux divisions et aux successions qu’à l’idée d’unité impériale. Mais leur thème majeur est la justification historique de l’hégémonie de la famille carolingienne, soutenue loyalement par ses fideles. Chacun des souverains carolingiens accomplit un nouvel élément du plan de Dieu pour les Francs. Celui-ci culmine dans le règne glorieux de Charlemagne, bien que, comme Paul Fouracre et Richard Gerberding l’ont montré, le langage utilisé pour décrire les premiers Pippinides soit aussi riche de connotations royales et impériales22.

  • 23 R. Mckitterick, « Constructing the past in the early middle ages: the case of the Royal Frankish a (...)

11Les Annales Regni Francorum couvrent la période 741-829. Elles ont été délibérément créées, comme je pense l’avoir montré ailleurs, à partir d’un mélange d’informations orales et écrites23. Dans les Annales Regni Francorum, les souverains mérovingiens brillent par leur absence, mais il y a une différence d’importance cruciale dans la présentation du succès carolingien : il va toujours de pair avec le triomphe des Francs. Ce sont les maires du palais carolingiens qui mènent les Francs avant 751. Les dirigeants carolingiens agissent en toute chose avec le consentement, l’appui et le conseil des Francs, c’est-à-dire, des élites laïques et ecclésiastiques. Il y a dans ce texte une remarquable insistance sur l’idée des Francs en tant que gens. L’annaliste a créé une représentation de l’identité franque bien plus globalisante que quiconque avant lui, ainsi qu’une notion de gens Francorum associée spécifiquement aux maires du palais, aux souverains carolingiens, à la légitimité de la domination carolingienne. Les Annales Regni Francorum forgent une identité franque grâce à une constante réitération et à un récit triomphal renforcé par un cadre chronologique chrétien. Le lien avec l’année de l’Incarnation, notée en premier par l’annaliste royal, associe de façon explicite l’histoire des Francs à la progression de l’histoire chrétienne. Le rythme séculier de la cour est intégré dans le cycle liturgique. Les Annales constituent une contribution majeure à la formation de la mémoire collective des peuples sous domination franque.

12Les Continuateurs des Annales Regni Francorum après 788 ajoutent adroitement à l’effet créé. Au fil des années, les ambassades se succèdent : de Sicile, de Rome et d’Huesca ; de Perse, de Jérusalem et de Dalmatie. De Venise, de Cordoue, de Byzance, de Galice ou des Asturies, l’on vient trouver les Francs et leur souverain, pour offrir des présents, proposer ou confirmer des alliances, demander la paix après des « rébellions » auxquelles les « Grands » de l’empereur ont mis rapidement bon ordre. Car bien que les ambassades viennent à la cour, ce sont les Grands qui traitent avec les peuples de la périphérie, sur le champ de bataille. Ainsi, le duc Éric du Frioul remporte une victoire sur les Avars et envoie leur trésor à Charlemagne, avant d’être tué lors d’une embuscade. La plus grande partie du trésor est distribuée aux optimales, tant ecclésiastiques que laïques, ainsi qu’aux autres fideles de Charlemagne. Le comte Gérold fut aussi tué lors d’une bataille contre les Avars. Le comte Guy « conquit » la Bretagne pour les Francs en 809. De nouveau, ce sont douze Grands francs qui dirigent les négociations de paix après la campagne d’attaques systématiques menée pour essayer de contenir les Danois de Godfrid. Les alliés des Francs, comme les Obodrites, reçoivent l’appui des élites de Charlemagne et de Louis le Pieux. On réprime les rébellions saxonnes et sorabes. Les Grands ou le fils du roi s’occupent des Nordluidi, des Wilzes, et des Bohémiens. Dans toutes les descriptions détaillées d’ambassades, les références à des questions internes sont rares, mais il est significatif que la succession et la division du royaume soient discutées à l’année 806, et que l’annaliste insiste sur la confirmation des décisions par un serment des Grands. Une fois Louis établi sur le trône, l’analyste note sans tarder que — comme nous disons en anglais : business is as usual. Toutefois, ce sont à nouveau les Grands, loyaux soutiens du roi, qui appliquent les mesures décidées. Après l’assemblée générale d’Aix-la-Chapelle, Louis envoie des missi dans tous les royaumes, pour rendre justice et soulager le peuple opprimé. En 813, l’annaliste s’adresse à son public au sujet des décisions prises lors des conciles réformateurs cette même année. Le texte de ces décisions a été distribué dans les villes, dit-il, mais on peut aussi le consulter aux archives du Palais. Les années postérieures à 823 abondent tout particulièrement en mentions d’assemblées dont les décisions ont été ensuite appliquées. À l’occasion, les Annales ont valeur d’avertissement : elles mettent en évidence les maux résultants de la faiblesse militaire ou de l’incompétence administrative.

  • 24 J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpretationen des Verhältnisses von Königtum und Ade (...)

13Ce que les Continuations de Frégédaire, les Gesta episcoporum Mettensium, les Annales Regni Francorum et les Annales Metteuses Priores ont en commun, c’est la présentation du VIIIe siècle comme un Âge d’Or durant lequel se sont développées les vertus et la puissance politique des Francs. À l’intérieur du récit triomphal nostalgique, l’accent est mis sur la législation carolingienne et sur les principes clairs de succession au trône. Le principal écrit politique de la première moitié du IXe siècle, la version révisée (E) des Annales Regni Francorum (écrite très probablement au lendemain de la première restauration de Louis le Pieux), les Vies de Louis par Thégan ou par l’Astronome, et enfin l’Historia de Nithard ont pour thèmes principaux la légitimité de la succession et la relation du souverain avec les élites. La préservation de la foi et de la fidélité en sont les sujets dominants. Cette histoire ne traite pas que des souverains francs mais plus généralement des élites dominantes. Elle explique longuement l’importance de la domination de la gens Francorum, la position des souverains carolingiens et des Francs vis-à-vis du passé chrétien, du passé antique, franc et troyen. Elle réaffirme constamment la part du clergé et des Grands dans le succès politique. Il existe peu d’autres exemples d’efforts aussi concertés des élites pour rendre leur soutien nécessaire. Cette historiographie n’est pas du tout une historiographie monarchique. Elle exprime clairement une idéologie du consensus24 et de la domination franque, dans laquelle les élites sont aussi importantes que le souverain lui-même.

  • 25 R. McKitterick, « Charles the Bald and his library: the patronage of learning », dans English Hist (...)
  • 26 Voir J.M.H. Smith, « A hagiographer at work: Hucbald and the library at Saint-Amand », dans Revue (...)
  • 27 J.-L. Nelson, Charles the Bald, London, Longman, 1992, p. 221-53.

14Le codex de Saint-Amand n’est donc pas un assemblage aléatoire de textes relatifs à l’histoire franque. Les titres et les colophons joignant les textes les uns aux autres ont été ajoutés pour faire passer ce message. Produit dans une abbaye placée sous le patronage de Charles le Chauve, sous la direction de l’abbé Gauzlin, l’archichancelier de Charles25, là où l’intérêt dans l’histoire des Francs est reflété aussi dans la Vita Rictrudis d’Hucbald de St Amand26, il renforce, par le récit des règnes des prédécesseurs illustres de ce dernier, l’importance du soutien des élites franques séculières et ecclésiastiques. Je suggérerais même qu’on peut probablement associer ce manuscrit avec le couronnement impérial de Charles le Chauve, en 875. Il constitue en effet un rappel des raisons qui ont rendu une telle élévation possible27.

15Cependant, la compilation de Saint-Amand suscite aussi des questions importantes sur la façon dont les Annales furent produites et diffusées. Nous avons tendance à considérer les Annales d’un point de vue traditionnel, hérité du XIXe siècle. D’après celui-ci, les nombreuses différentes recensions, la plupart d’entre elles provenant de manuscrits du IXe siècle, sont organisées dans un stemma à cinq branches. On les comprend comme donnant des copies plus ou moins fidèles de l’original, plutôt que comme l’utilisation délibérée du texte pour servir un nouveau dessein. Ce nouveau dessein est sûrement lié à la teneur originale du texte, mais il donne au scribe ou au compilateur licence d’altérer, et plus encore de « cheviller » ce dernier à d’autres textes dans un but précis. Les jugements passés sur les Annales ont reposé sur une conception faussée du texte original, liée aux manuscrits que nous avons conservés. Quoi que les auteurs originaux aient pu écrire, les copistes ou compilateurs ultérieurs se sont sentis libres d’altérer les phrases, de changer le temps des verbes et les adjectifs, d’insérer des mots supplémentaires ou d’en omettre d’autres. Certes, il ne s’agit là que de changements mineurs, et l’essentiel du récit reste remarquablement semblable. Cependant, toute altération est un indice plus qu’utile pour localiser un centre de production. Elle signale que le scribe ou compilateur a effectivement agi sur le texte. À la lumière de ces remarques, la version « E » est simplement le plus important remaniement des Annales, avec des révisions ajoutées à nombre d’entrées pour les années 741-817. Ces révisions insistent sur la notion de pouvoir légitime davantage encore que dans le texte des versions non révisées, et expriment de l’indignation morale vis-à-vis de toute opposition aux Carolingiens. Ainsi, il est significatif que les difficultés rencontrées par Charlemagne du fait de trahisons, du manque de coopération de ses frères, de ses fils, ou de certains des potentes, soient présentées par le réviseur dans un contexte de justification de la façon dont Charlemagne et Louis le Pieux réglèrent des diverses révoltes contre leur autorité.

16Le texte des Annales dont nous sommes dépendants est donc un texte composite : de nombreux scribes du IXe siècle ainsi que des éditeurs du XIXe siècle ont joué un rôle dans son élaboration. Il existe cependant une façon bien plus positive de prendre en compte le témoignage des manuscrits : c’est de reconnaître que le texte des Annales, tel que nous le présentent les manuscrits de la période carolingienne, reflète sa réception et témoigne de son public au IXe siècle. Ce public fut impressionné par son message et désira le voir propagé. Le message des Annales doit donc être compris non seulement comme la construction ingénieuse qu’il fut jadis, dont le texte originel nous est inaccessible, mais aussi comme une oeuvre collective, visant à la création d’une « image publique », ayant impliqué de nombreux scribes francs au cours de plusieurs décennies.

  • 28 Sur Liber historiae Francorum, pseudo-Frégédaire, Gesta episcoporum Mettensium, Annales Metteuses (...)
  • 29 Sur le contexte général voir J.-L. Nelson, « History writing at the courts of Louis the Pious and (...)
  • 30 B. Bischoff, « Die Hofbibliothek Ludwigs des Frommen », dans J.J.G. Alexander et M.T. Gibson éd., (...)
  • 31 Par exemple, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek 510 du Xe siècle.
  • 32 L. Kolàrovà, « The transmission and dissemination of Carolingian annals », thèse dactylographique (...)

17Il faut déduire l’identité des destinataires des nombreuses recensions et compilations des Annales du témoignage interne des nombreux livres d’histoire composites dont elles forment le texte de base. J’aimerais ici insister sur le fait que, quelque importantes que soient les Annales Regni Francorum, elles n’en doivent pas moins être appréhendées en relation avec l’impulsion politique spécifique qui est à l’origine de la plupart des oeuvres majeures de l’historiographie carolingienne. Jusqu’à présent chacun de ces textes a été curieusement isolé. J’entends par là que les annales, les biographies et les chronologies existent. Que nous les lisons, et que des études leur ont été consacrées en tant que textes individuels28. Toutefois, les appréhender uniquement comme des textes individuels, plutôt que comme l’effort concerté d’un groupe de membres de l’élite pour offrir à la postérité une image très spécifique de la royauté et de leur propre place dans le monde carolingien revient à les priver de leur pouvoir collectif. Je dis « groupe de membres de l’élite », car toutes les oeuvres historiographiques majeures rédigées entre 780 et 880 (les Continuations de la Chronique de Frégédaire, les Gesta episcoporum Mettensium, les Annales RegniFrancorum, les Annales Mettenses priores, la Vita Karoli d’Éginhard, les Gesta Hludowici de Thégan, la Vita Hludowici de l’Astronome, l’Historia de Nithard, les Annales Bertiniani et les Annales Fuldenses) peuvent être liées d’une façon ou d’une autre à la cour29. Ainsi, il est indubitable que des copies des Annales Regni Francorum, du moins dans leur version révisée, émanent de la cour elle-même. Ceci est clairement indiqué par un fragment de manuscrit (maintenant à Cologne) écrit au scriptorium de la cour, qui contient le texte « E » des Annales30. Le codex de Saint-Amand peut être associé avec le monastère patronné par Charles le Chauve. On a établi un lien entre d’autres codices contenant les Annales, le monastère royal de Lorsch et Gerward, autrefois présent à la cour de Louis le Pieux31. La version révisée des Annales ne semble pas avoir été incorporée dans les collections avant le milieu du IXe siècle. L. Kolárová a suggéré que la diffusion de la version « E » des Annales et la Vita Karoli d’Éginhard pourraient être dues à l’initiative de Grimoald et au patronage de Louis le Germanique32. Il est certainement frappant de voir à quel point les manuscrits des Annales et des autres textes apparentés que nous avons conservés proviennent de l’est du royaume carolingien. Combien de Francs et d’exteriores gentes les Carolingiens furent-ils capables de persuader de la justesse de leur cause ? Le changement politique et la désintégration peuvent être la conséquence d’une rupture de loyautés politiques, mais le sentiment d’un passé commun a pu être d’une grande valeur pour forger des liens entre les nombreux peuples de l’imperium carolingien. La diffusion de ces textes en dehors de la cour ne contribuait pas à la promotion des seuls intérêts du roi, mais aussi à ceux des élites qui avaient avantage à consolider le fort lien mutuel existant entre le roi et les Grands. Il faut de surcroît insister sur l’effet cumulatif et global de cette campagne des écrivains associés à la famille et à la cour carolingienne. Considérée dans son ensemble, cette historiographie est stupéfiante par sa cohérence et sa signification. Ces textes sont la voix de l’élite. Réitérées sur une longue période, les affirmations implicites et explicites de l’idéologie politique carolingienne contenues dans les écrits historiographiques des élites de la Cour sont bien plus qu’un simple récit des événements. Elles proposent une idéologie du pouvoir politique clairement exprimée et une représentation du passé tout à fait singulière. Toutes deux ont certainement eu plus large cours que celles des traités plus conventionnels sur la royauté.

  • 33 R. McKitterick, « Introduction » dans R. McKitterick éd., The New Cambridge Medieval History II: 7 (...)

18J’ai insisté ailleurs sur le fait que les sources de la période carolingienne n’ont pas été écrites, pour la plus grande partie d’entre elles, afin de nous présenter un récit interprétatif des événements33. La production historiographique, à la fois abondante et insistante, fait exception à cette règle. Les Carolingiens créèrent leur propre image de leur passé et l’offrirent à la postérité. Mais ils l’offrirent aussi à leurs contemporains, qui considéraient leur propre histoire comme une partie du processus plus vaste que constituait l’histoire des Francs, et la plaçaient dans le contexte des actions des grands et des puissants dont le succès était également porté à leur crédit.

  • 34 R. McKitterick, « Constructing the past », art. cit., supra n. 23.
  • 35 Pour les développements de l’historiographie des Francs pendant les onzième et douzième siècles vo (...)
  • 36 T.F.X. Noble, « Tradition and learning in search of ideology: the Libri carolini », dans R.E. Sull (...)
  • 37 R. McKitterick, « Audience for history », art. cit., supra n. 2, p. 100-6 et 112-3.

19Une idée peut unir un peuple et le nourrir. Le souvenir politique partagé et l’histoire inspirée des Francs comme centre du monde, présentés en particulier par les Annales Regni Francorum, et diffusés par la cour et ses plus loyaux partisans, a sans doute fait beaucoup pour renforcer la domination carolingienne. Le rappel d’expériences et le partage des images du passé sont un type de souvenirs d’une importance spéciale pour la constitution des groupes sociaux. J’ai choisi d’appeler « construction du passé » la création de récits d’événements passés faisant appel au souvenir mais où s’opère une sélection en fonctions de modalités particulières, par la suite acceptées et partagées par le groupe.34 L’historiographie a servi à renforcer le sentiment qu’avaient les Francs de leur place dans le cadre historique et de leur relation au passé35. On a beaucoup écrit sur le rôle du passé dans la conscience politique et culturelle des Francs36. Leur intérêt pour le passé impérial et chrétien est clair, d’après les manuscrits et les catalogues de bibliothèques que nous avons conservés37. Toutefois, il est vital de mettre de côté ce témoignage contemporain, car c’est dans l’image du passé que l’idéologie politique carolingienne est présentée dans toute son ardeur, étayée par la mention de détails circonstanciels et par des récits de succès. L’exégèse des événements passés était proposée comme un moyen d’indiquer les positions politiques propres au présent et de façonner le futur.

20Un certain nombre de points se dégagent de cette communication. Commencée comme l’étude d’un seul manuscrit, elle implique de fait tous les autres codices carolingiens contenant des textes historiques, puisque les compilations d’histoire franque du IXe siècle sont les recueils qui nous fournissent le plus clair témoignage de l’impact des textes et de la diffusion des idées qu’ils contiennent. Les manuscrits qui subsistent présentent presque toujours le IXe siècle comme un complément au glorieux VIIIe siècle, aux nobles origines antiques des Francs, et au triomphe carolingien. Comme nous l’avons vu plus haut, le témoignage des manuscrits du Liber Pontificalis donne une démonstration fascinante de la façon dont les Francs percevaient le VIIIe siècle, l’Âge d’Or de la domination carolingienne, où l’alliance avec Rome fut formée et le dessein de Dieu se manifesta plus clairement. Ainsi, les codices mettent en évidence le rôle d’Âge d’Or du VIIIe siècle dans la formation de l’idéologie politique des Francs du IXe siècle. Le récit du triomphe carolingien, l’insistance sur les origines romaines et troyennes, le plan de Dieu pour les Francs, son nouveau Peuple élu, la légitimité de la domination carolingienne, la succession assurée de père en fils, et l’insistance sur le rôle du souverain comme seigneur de la guerre et centre d’un vaste empire, totalement soutenu par des fideles et des potentes loyaux, était un legs riche d’inspiration que les Francs chérissaient visiblement. L’enjeu des annales était bien plus que le façonnement du passé. Même une lecture cursive en dégage un programme politique clair, centré sur le présent, sur le pouvoir, et sur la perception que les élites laïques et ecclésiastiques avaient d’elles-mêmes.

Notes

1 E. Erblich, Karl der Grosse und die Wissenschaft. Wien, Österreichische National-bibliothek Austellungskatalog, 1993, p. 38. Genealogia, éd. G. Pertz, MGH SS II, p. 308-12.

2 R. McKitterick, « The audience for Carolingian historiography » dans A. Scharer et G. Scheibelreiter éd., Historiographie im Frühmittelalter, Wien, 1994, p. 96-114 et R. Mckitterick, The Carolingians and the Written Word, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

3 E. Tremp, Die Überlieferung der Vita Hludowici imperatoris des Astronomus, MGH Studien und Texte 1, Hannover, 1991 et ID., Studien zu den Gesta Hludowici imperatoris des Trierer ChorbischofsThegan, Hannover, 1988.

4 L. Duchesne éd., Le Liber Pontificalis. Texte, Introduction et commentaire, Paris, 1886, 2 vol. et l’introduction de R. Davis, The Eighth-century Popes, Liverpool, 1992.

5 L. Duchesne, Liber Pontificalis, p. 420 (section interpolée XIV), p. 441 (addition à section IV), p. 451 (addition à section XXXVIII), p. 356 (interpolation à section LUI), voir aussi p. CCXXVII-CCXXIX.

6 Liber Historiae Francorum, c. 43, éd. B. Krusch, réimpr. et rev. par A. Kusternig, sous la direction de H. Wolfram, Quellen zur Geschichte des 7 und 8 Jahrhunderts, Ausgewahlte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters 4a, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1982, p. 364.

7 Les manuscrits de pseudo-Frégédaire sont discutés par B. Krusch, Chronicarum quae dicuntur fredegarii scholastici libri IV cum continuationibus, MGH SRG 2, Hannover, 1888, et sommaire dans A. Kusternig et H. Wolfram, Quellen zur Geschichte, op. cit., supra n. 6, p. 33-8 et R. Collins, Fredegar, Authors of the Middle Ages. Historical and religious writers of the Latin west IV, no 13. Aldershot, Ashgate Publishing, 1996, p. 129.

8 Eginhard, Vita Karoli, c. 18, éd. R. Rau, Quellen zur karolingischen Reichsgeschichte, Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters 5, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1974 et voir M. Innes et R. Mckitterick, « The writing of history » dans R. Mckitterick éd., Carolingian Culture: emulation and innovation, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 203-8.

9 Ibid., p. 193-220.

10 Sedulius Scottus, Liber de rectoribus christianis, éd. S. Hellmann, Quellen und Untersuchungen zur lateinischen Philologie 1, 1. München, 1906, p. 1-91 et Jonas D’orléans, De institutione regia, éd. J. Reviron, Les idées politico-religieuses d'un évêque du IXe siècle. Jonas d'Orléans et son De institutione regia. Paris, 1930, p. 119-94. Voir aussi H.H. Anton, Fürstenspiegel und Herrscherethos in der Karolingerzeit, Bonner Historische Forschungen 32, Bonn, 1968.

11 R. Mckitterick, The Frankish Church and the Carolingian Reforms, 789-895, Royal Historical Society, Studies in History 2. London, 1977; I. Wood, The Merovingian Kingdoms, 450-751. London, Longman, 1994 et Y. Hen, Culture and religion in merovingian Gaul, AD 481-751, Culture, Beliefs and Tradition. Medieval and early Modem Peoples 1, Leyde, Brill, 1995, p. 198-205.

12 R. Collins, « Deception and misrepresentation in early eight-century Frankish historiography: two case studies » dans J. Jarnut, U. Nonn et M. Richter, Karl Martell und seinerZeit, Beihefte der Francia 37, Sigmaringen. Jan Thorbecke Verlag, 1994, p. 227-48; voir aussi R. McKitterick, « Audience for history », p. 99-100.

13 Fredegar, Continuationes, c. 33, éd. J.-M. Wallace-Hadrill, The Fourth Book of the Chronicle of Fredegar and its Continuations, London, 1960, p. 102.

14 R. Collins, Fredegar, op. cit., p. 113-6.

15 Gesta episcoporumMettensium, éd. G. Pertz, Liber de episcopis Mettensibus, MGH SS 2, Berlin, 1829, p. 260-8.

16 Ibid., p. 264 : « cuius Anschisi nomen ab Anchise patre Aeneae, qui a Troia in Italiam olim venerat, creditur esse deductum. Nam gens Francorum, sicut a ueteribus est traditum, a Troiana prosapia trahit exordium ».

17 W. Goffart, « Paul the Deacon’s Gesta episcoporum Mettensium and the early design of Charlemagne’s succession », dans Traditio, 42, 1986, p. 59-94.

18 Annales Mettenses Priores, éd. B. Von Simson, MGH SRG in usum scholarum 10, Hannover, 1905.

19 H. Hoffmann, Untersuchungen zur karolingischen Annalistik, Bonner Historische Forschungen 10, Bonn, 1958 et I. Haselbach, Aufstieg und Herrschaft der Karolinger in der Darstellung der sogenannten Annales Mettenses Priores, Historische Studien 412, Lübeck, 1970, p. 1-208.

20 P. Fouracre et R. Gerberding, Late Merovingian France. History and Hagiography640-720, Manchester, 1996, p. 338.

21 Pour les arguments additionnels voir J.-L. Nelson, « Gender and genre in women historians of the early middle ages » dans J.-L. Nelson, The Frankish World, London, Hambledon Press, 1996, p. 183-97 et R. Mckitterick, « Women and literacy in the early middle âges », dans Books, scribes and learning in the Frankish Kingdoms, sixth to ninth centuries. Aldershot, Variorum Collected Studies, 1994, chapitre XIII.

22 P. Fouracre et R. Gerberding, Late Merovingian France, op. cit., supra n. 20, p. 346.

23 R. Mckitterick, « Constructing the past in the early middle ages: the case of the Royal Frankish annals », dans Transactions of the Royal Historical Society, sixth series 7, 1997.

24 J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpretationen des Verhältnisses von Königtum und Adel am Beispiel des Frankenreiches, Stuttgart, 1982 et J.-L. Nelson, « Legislation and consensus in the reign of Charles the Bald » dans P. Wormald éd., Ideal and reality in Frankish and Anglo-Saxon society, Oxford, Blackwell, 1983, p. 202-27.

25 R. McKitterick, « Charles the Bald and his library: the patronage of learning », dans English Historical Review 95, 1980, p. 28-47, réimpr. dans R. McKitterick, The Frankish Kings and Culture in the early middle ages, Aldershot, Variorum Collected Studies, 1995, chapitre V. Sur Gauzlin voir K.F. Werner, « Gauzlin von Saint-Denis und die westfrankische Reichsteilung von Amiens (März 880). Ein Beitrag zur Vorgeschichte von Odos Königtum » dans Deutsches Archiv für die Erforschung des Mittelalters, 35, 1979, p. 395-462.

26 Voir J.M.H. Smith, « A hagiographer at work: Hucbald and the library at Saint-Amand », dans Revue Bénédictine, 106, 1996, p. 151-71.

27 J.-L. Nelson, Charles the Bald, London, Longman, 1992, p. 221-53.

28 Sur Liber historiae Francorum, pseudo-Frégédaire, Gesta episcoporum Mettensium, Annales Metteuses priores, Annales regni Francorum et Eginhard, Thégan et l’Astronome voir n. 3, 8, 12, 17, 19, 20, 23. Sur Nithard et les Annales de St. Bertin voir J.-L. Nelson, « The Annals of St Bertin », dans M. Gibson et J.-L. Nelson éd., Charles the Bald, Court andKingdom, 2e éd. Aldershot, 1990 et EADEM, « Public Histories and private history in the work of Nithard », dans Speculum, 60, 1985, p. 251-93, Réimpr. dans J.-L. Nelson, Politics and ritual in the early middleages, London, Hambledon Press, 1986, p. 195-238. Sur Notker: H. Löwe, « Die Geschichtsschreibung der ausgehenden Karolingerzeit », dans Deutches Archiv fur die Erforschung des Mittelalters 23, 1967, p. 1-30 et H.-W. Goetz, Strukturen der spätkarolingischen Epoche im Spiegel der Vorstellungen eines zeigenössischen Mönchs. Eine Interpretation des Gesta Karoli Notkers von Sankt Galien, Bonn, 1981.

29 Sur le contexte général voir J.-L. Nelson, « History writing at the courts of Louis the Pious and Charles the Bald », dans A. Scharer et G. Scheibelreiter éd., Historiographie im frühen Mittelalter, Wien-München, Oldenburg, 1994, p. 435-42.

30 B. Bischoff, « Die Hofbibliothek Ludwigs des Frommen », dans J.J.G. Alexander et M.T. Gibson éd., Medieval learning and literature. Essays presented to Richard William Hunt, Oxford, Clarendon Press, 1976, p. 3-22 et en anglais dans la traduction de M. Gorman dans B. Bischoff, Manuscripts and Libraries in the Age of Charlemagne, Cambridge Studies in Palaeography and Codicology 1, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 76-92.

31 Par exemple, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek 510 du Xe siècle.

32 L. Kolàrovà, « The transmission and dissemination of Carolingian annals », thèse dactylographique pour la M. Phil. de la Faculté d’Histoire de l’Université de Cambridge, 1995, Cambridge, 1995.

33 R. McKitterick, « Introduction » dans R. McKitterick éd., The New Cambridge Medieval History II: 700-900, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 1-17.

34 R. McKitterick, « Constructing the past », art. cit., supra n. 23.

35 Pour les développements de l’historiographie des Francs pendant les onzième et douzième siècles voir A.G. Remensnyder, Remembering Kings past: monastic foundation legends in medieval Southern France, Ithaca, Cornell University Press, 1996; P. Geary, Memory and oblivion at the end of the first Millennium, Princeton, Princeton University Press, 1994 et K.-E. Geith, Carolus magnus. Studien zur Darstellung Karls des Grossen in der deutschen Literatur des 12. und 13. Jahrhunderts, Bibliotheca Germanica 19, Bern-München, 1977.

36 T.F.X. Noble, « Tradition and learning in search of ideology: the Libri carolini », dans R.E. Sullivan éd., « The gentle voices of teachers », Aspects of learning in the Carolingian Age, Columbus, Ohio State University Press, 1995, p. 248-9 et R. McKitterick, Carolingian Culture: emulation and innovation, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

37 R. McKitterick, « Audience for history », art. cit., supra n. 2, p. 100-6 et 112-3.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search