Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920)

 | 
Régine Le Jan

Introduction

Régine Le Jan

Texte intégral

1À l’heure où se construit l’Europe du XXIe siècle, il est bon de se pencher sur les expériences du passé. Aujourd'hui, l’économie a montré ses limites et l’on redécouvre les vertus unificatrices de la culture et la puissance des idéologies. L’expérience carolingienne, longtemps considérée comme inadaptée aux réalités de son époque et immanquablement vouée à l’échec, présente maintenant un caractère très moderne. Car s’il y a eu une Europe carolingienne, comme nous le pensons tous ici, elle est née de la volonté politique et des liens personnels tissés à travers tout l’empire, au moins autant que de la conquête ou du redémarrage de la croissance démographique et économique. Malgré l’insuffisance des moyens dont disposaient ses dirigeants, malgré les forces centrifuges et les particularismes ethniques, malgré les dysfonctionnements du système politique, malgré les invasions, l’Europe carolingienne a existé, et son rayonnement a dépassé les limites de l’ensemble politique fondé par ses dirigeants. Ce qui nous intéresse donc aujourd’hui, c’est de voir comment les autorités centrales ont réussi, au moins un moment, à faire adhérer les élites à leur projet, comment les uns et les autres ont joué des solidarités multiformes au gré de leurs intérêts, comment le consensus s’est finalement rompu, c’est le va et vient constant des relations de pouvoir entre le centre et la périphérie, entre les centres et leur périphérie, entre le haut et le bas de la pyramide aristocratique, entre les élites laïques et les élites ecclésiastiques.

  • 1 R. McKitterick, The Frankish Kingdoms under the Carolingians, 751-987, London, 1983, p. 200-227. J (...)
  • 2 J. Lowden, « The Royal/Imperial Book and the Image or Self-Image of the Medieval Ruler », dans Kin (...)
  • 3 E. Sears, « Louis the Pious as Miles Christi. The Dedicatory Image in Hrabanus Maurus’s de laudibu (...)
  • 4 Codex Aureus de Saint-Emmeran, Ratisbonne, école de Charles le Chauve, 870, Munich, Bayerische Sta (...)
  • 5 Voir aussi la représentation de Charles le Chauve dans la Bible de Vivien, Ms latin 1, fols 423 r (...)
  • 6 J. Semmler, « Renovatio Regni Francorum », art. cit. supra n. 2, p. 125-146
  • 7 J. Devisse, Hincmar archevêque de Reims 845-882, t. II, Genève, 1976, p. 671-723.
  • 8 J. Le Goff, « Le Roi dans l’Occident médiéval », dans Kings and Kingship, op. cit., supra n.2, p. 
  • 9 O. Guillot, « Une ordinatio méconnue. Le capitulaire de 823-825 », dans Charlemagne's heir, op. ci (...)
  • 10 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-IXe siècle). Essai d’anthropologie sociale (...)
  • 11 Voir à ce sujet, Janet L. Nelson, « Kingship and Empire », dans The Cambridge History of Medieval (...)
  • 12 Voir à ce sujet R. Le Jan, Famille et pouvoir..., op. cit., supra n. 10, p. 99-121.
  • 13 R. Le Jan, « The conferring of weapons and Frankish rituals of power: continuity and change in the (...)

2Le premier volet de notre enquête porte donc sur les aspects idéologiques du pouvoir et sur la place des élites dans la construction carolingienne du pouvoir. Le système carolingien reposait en effet d’abord sur un projet idéologique unificateur qui impliquait le concours des élites, laïques et ecclésiastiques, leur adhésion au programme impérial : Il s’agissait de rassembler tous les peuples chrétiens occidentaux en un même ensemble politique, l’imperium christianum, sous l’autorité de l’empereur, tout en mettant en ordre la société pour réaliser la Cité de Dieu1. Dans la représentation du monde qui était celle des dirigeants du IXe siècle, le roi était au centre ; autour de lui et directement liés à lui, le palais et la cour ; ensuite le royaume et au-delà le monde extérieur2. Dans le De laudibus sanctae crucis de l’archevêque Raban Maur, Louis le Pieux est représenté en miles christi3 et sur l’une des scènes du codex aureus de Ratisbonne, Charles le Chauve est assis sur un trône, sous un baldaquin4. Il porte la couronne, les vêtements royaux, tandis que deux guerriers casqués, situés à sa hauteur, portent la lance, le bouclier et l’épée, les armes qui servent au Christ à vaincre ses ennemis5. Le ministère royal, tel qu’il fut défini dans les cercles qui entouraient Louis le Pieux6, ou encore par l’archevêque de Reims Hincmar7, donnait au roi la plénitude de la potestas, entendue comme une cascade de droits et de devoirs à mettre en œuvre pour réaliser la mise en ordre de la société chrétienne : Le roi était l’image de Dieu8. Mais on considérait aussi, et le roi le premier, que tous devaient participer à ce ministerium, chacun selon son ordo, laïque ou ecclésiastique, et chacun selon sa place dans la hiérarchie sociale9. La noblesse, entendue au sens large du terme, fut donc invitée à se soumettre aux devoirs qu’impliquait son état. Dans une société où les fondements du pouvoir et des relations sociales étaient à la fois publiques et privées10 — ce qui ne signifie nullement que l’on ignorait ce qu’était l’autorité publique11 —, la noblesse avait toujours eu vocation à exercer le pouvoir, sur ses domaines et au service du roi12. On lui assigna désormais pour mission de servir par les armes l’ordre divin, d’œuvrer à la réalisation de l’imperium christianum13.

  • 14 D.N. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, t. 6, p. 106.

3Le problème central du pouvoir carolingien tourne donc autour de la fidélité des élites, si bien que nous nous interrogerons sur le développement des liens de fidélité dans l’Europe carolingienne. Nous ne serons évidemment ni les premiers ni les derniers à le faire. À la fin du siècle dernier, Fustel de Coulanges avançait déjà l’idée qu’en Francie, aux VIIe et VIIIe siècles, le succès des Pippinides avait tenu à ce qu’ils avaient réussi à grouper toute la « fidélité » dans leurs mains, une fidélité faite d’obligations diverses et nombreuses auxquelles tous les sujets étaient tenus de se soumettre14.

  • 15 F.L. Ganshof, « Charlemagne et les institutions de la monarchie franque » dans Karl der Grosse, éd (...)
  • 16 O. Guillot, « Les origines de la France (de la fin du Ve siècle à la fin du Xe siècle) » dans Pouv (...)
  • 17 Sur ce débat, voir récemment S. Reynolds, Fiefs and vassals. The Medieval Evidence Reinterpreted, (...)
  • 18 L’idée même que la vassalité ait pu recouvrit l’essentiel des relations sociales à partir de l’épo (...)
  • 19 E. Magnou-Nortier, Foi et fidélité : recherches sur les liens personnels chez les Francs du VIIe a (...)
  • 20 R. Le Jan, Famille et pouvoir..., op. cit., G. Althoff, Verwandte, Freunde..., op. cit.
  • 21 Sur l’importance de la fides dans l'idéologie du mariage développée par les clercs carolingiens, P (...)
  • 22 S. Reynolds, Fiefs and Vassals, op. cit., supra n. 17, p. 19-20, 30-46, 88-89.
  • 23 Sur le serment M. Becher, Eid und Herrschaft. Untersuchungen zum Herrscherethos Karls des Großen, (...)
  • 24 R. Le Jan, « The conferring of weapons... », art. cit, supra n. 13.
  • 25 Thegan, Gesta Hludowici imperatoris, c.6, éd. E. Tremp, MGH Sriptores Rerum Germanicarum, Hannover (...)
  • 26 Sur l’importance de la parenté spirituelle, voir surtout A. Angenendt, Kaiserherrschaft und Taufen (...)

4On s’est depuis longuement intéressé au développement des liens de vassalité, à leur intégration dans le système de gouvernement sous Charlemagne15, à l’utilisation des bénéfices à des fins publiques dès Charles Martel16. On a cherché à montrer comment la vassalité avait fini par créer un écran entre le roi et les simples hommes libres, précipitant ces derniers dans la sujétion, à la faveur des partages et des invasions, aboutissant finalement aux Xe et XIe siècles à la féodalité. Nous ne chercherons pas ici à savoir si le système carolingien était déjà « féodal »17. Mais nos travaux devraient permettre de multiplier les approches. Il me semble en effet que pour comprendre les relations entre la royauté carolingienne et les élites, entre les élites et le reste de la population, il faut dépasser le cadre réducteur du développement des liens de vassalité qui ne sont finalement qu’un des aspects d’un système de relations beaucoup plus large qui puise à de multiples sources, en particulier dans les régions périphériques où les traditions précarolingiennes sont restées vivantes18. Le système relationnel sur lequel les Carolingiens ont cherché à ordonner le pouvoir et la société s’articule autour de la fides et de la fidelitas19, une fidélité réciproque qui ne se résout pas au lien de vassalité mais qui imprègne aussi les relations de parenté, fondamentales à l’époque carolingienne20, et plus généralement tous les types de relations sociales et politiques21. La fides est une relation qui utilise toutes les formes de liens, charnels, mais aussi artificiels, et plus spécialement spirituels. Parce que fondées sur des valeurs religieuses, ses obligations morales sont absolues, même si son contenu politique est mal défini. Les simples hommes libres, avant même d’être contraints de se choisir un seigneur et de s’engager ainsi dans les liens de vassalité, étaient des fideles de l’empereur parce qu’ils étaient ses sujets22 et qu’ils lui devaient ainsi fidélité. C’est à ce titre qu’ils lui prêtèrent serment à partir de 78923 Ce n’est donc pas un hasard si l’autorité royale a été fréquemment comparée à celle du père sur sa famille24. Lorsque Charlemagne s’adressa à son fils Louis qu’il venait de couronner à Aix la Chapelle en 813, il lui recommanda d’aimer le peuple comme ses fils, d’être un père pour ses sujets, un pater pauperum25. L’harmonie sociale se réalisait donc d’abord au sein de la famille, avant de s’étendre à toute la société, entendue comme un ensemble de filii, charnels et spirituels. Voilà pourquoi les élites ecclésiastiques ont défendu le primat de la parenté spirituelle26, source de caritas, pourquoi elle fut systématiquement utilisée comme relais du pouvoir à travers la fidélité. C’est là sans doute la clé qui permet d’expliquer les fondements idéologiques du système carolingien. Au IXe siècle, la fidélité a été intégrée dans le système de représentation de la société, elle est devenue le pivot autour duquel s’ordonnèrent toutes les formes de relations de pouvoir devant assurer l’ordre du monde. Dans la hiérarchie des protections qui soutenait la construction carolingienne du pouvoir, l’empereur, gouvernant l’empire chrétien, était donc le père suprême, garant de l’ordre et de la paix, et toute la société devait s’ordonner autour de la fidélité hiérarchique qui remontait jusqu’à lui, puisque tous les hommes libres ont finalement été invités à se choisir un seigneur, un père artificiel, substitut de Dieu, le père suprême, et de son représentant, l’empereur.

  • 27 Sur tout ceci, R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., supra n. 10, p. 31-158.
  • 28 J.-L. Nelson, « Kingship and royal government » dans The new Cambridge medieval History II c. 700- (...)
  • 29 J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpretationen des Verhältnisses von Königtum und Ade (...)

5Un tel ordonnancement n’allait pas sans ambiguïté. La noblesse tout entière se définissait par la naissance et par l’aptitude au commandement, mais le groupe des nobles s’enfonçait profondément dans le corps social des libres, regroupant tous ceux qui échappaient aux pressions des puissants, parce qu’ils étaient nés nobles, parce qu’ils étaient soutenus par une parentèle puissante, parce qu’ils avaient les moyens de se défendre et d’exercer leur autorité. L’éclat de la noblesse était donc changeant : la qualité noble se fondait dans le passé, mais elle s’estimait dans le présent, elle était affaire de reconnaissance sociale27. Or l’accession des Carolingiens au pouvoir a entraîné la promotion de l’aristocratie qui s’est enrichie aux VIIIe et IXe siècles en participant aux profits de la guerre et en gérant plus efficacement ses domaines28. La haute aristocratie des proceres, souvent d’origine franque, a particulièrement profité de l’arrivée au pouvoir des Carolingiens. Étroitement liée à eux, elle a été plus directement que par le passé associée à l’exercice du pouvoir royal par le biais du consilium29. La hiérarchisation de l’aristocratie s’en est trouvée renforcée, et plus spécialement sans doute encore dans les régions périphériques de l’empire franc. La montée de l’aristocratie signifie-t-elle affaiblissement du pouvoir royal ? La question mérite d’être posée. Il nous faut donc aussi scruter la marge de manœuvre du roi face aux plus nobles, aux grands, sa capacité de choisir librement ses conseillers laïques et ecclésiastiques, de s’appuyer sur les uns plus que sur les autres.

  • 30 W. Rosener, art. « Hof », dans Lexicon desMittelalters, t. V, Munchen-Zurich. 1991, p. 66-67. T. Z (...)
  • 31 De ordine palatii, éd. T. Gross et R. Schieffer, MGH Fontes Iuris Germanici Antiquae, Hannover, 19 (...)
  • 32 Sur l’importance des cadeaux dans les relations de pouvoir, voir J. Hannig, « Ars donandi. Zur Öko (...)
  • 33 Notker, Gesta Karoli Magni Imperatoris, II, 21, éd. H. Haefele, MGH Scriptores Rerum Germanicarum (...)

6Dans cette perspective, l’étude du palais et celle de la cour sont essentielles car le palais constituait le lieu géométrique où s’entrecroisaient toutes les hiérarchies, celles de la naissance et celles du pouvoir, celles de l’ordre laïque et celles de l’ordre ecclésiastique, sous l’autorité suprême du roi. La cour royale rassemblait autour du roi sa familia, entendue au sens large comme formée par sa famille et tous ses socii, ses ministri, ses conseillers30. La paix du royaume passait d’abord par la concordia au sein de la famille royale et dans le palais31 et il revenait au roi et à la reine de faire régner l’harmonie dans le palais, de veiller à ce que chacun occupât la place qui lui était due, reçût les cadeaux auxquels il avait droit32. Dans les GestaKaroli, Notker relate comment Louis le Pieux récompensait les serviteurs du palais, utilisant le rituel du don pour conforter les liens de pouvoir qu’induisait le service palatial : « Là il répartit les dons entre tous les ministri du palais et les serviteurs de la cour royale, à chacun selon son rang, ordonnant de donner aux plus nobles des baudriers, des armes, des vêtements précieux tirés du trésor royal ; aux moins élevés devaient être donnés des manteaux frisons de toutes les couleurs ; enfin aux gardiens de chevaux, aux boulangers et aux cuisiniers des vêtements de lin et de laine avec des épées courtes, selon leurs besoins »33. Le rituel reproduisait la représentation de la société ordonnée, au sens carolingien du terme : une société hiérarchique dominée par le roi, vicaire de Dieu sur terre, dispensateur suprême des richesses et des pouvoirs. Il était celui qui donnait aux ministri et aux serviteurs du palais les objets symboliques de leurs ministeria.

  • 34 Folcuin, Gesta abbatumSithiensium, éd. O. Holder-Egger, MGH SS.III, p. 625. Richer, Histoire de Fr (...)
  • 35 Bernard Plantevelue, comte d’Auvergne, avait franchi le pas dès les années 860, cf. infra, C. Laur (...)

7Le récit de Notker est tout entier imprégné du respect des hiérarchies sociales et de l'idée qu’il revenait aux plus nobles d’exercer les plus hautes charges civiles, que les plus nobles étaient les plus puissants et vice versa. Les grands laïques, parés des insignes de la militia saecularis, devaient aider le roi dans sa mission protectrice, tandis que les moins puissants devaient servir à leur manière, sous la protection des grands. Une telle conception des relations de pouvoir associait étroitement les élites au ministère royal, mais elle reposait aussi sur l’idée que le roi ne pouvait choisir ses conseillers en dehors du milieu de la haute aristocratie. Au terme de la période étudiée, l’histoire de Charles le Simple et d’Haganon pose en raccourci le problème de la marge de manœuvre du roi face aux élites. On sait qu’au début des années 920, les grands de Francie occidentale reprochèrent violemment au roi Charles le Simple d’avoir choisi comme consiliarius Haganon, un mediocris d’origine lotharingienne, un homme dont les grands ne connaissaient pas les ancêtres mais que le roi avait élevé au rang de potens. Charles le Simple refusa d’entendre raison, mécontentant profondément le comte Robert (futur roi Robert Ier) et les grands du royaume. Le scandale dégénéra en révolte lorsque le roi osa ôter à sa tante Rothilde, fille du roi Charles le Chauve et belle-mère d’Hugues le Grand, son abbaye de Chelles pour la donner à Haganon34. En réalité, Charles le Simple cherchait sans doute, fort maladroitement il est vrai, à desserrer l’étau dans lequel il se trouvait enfermé en Francie en s’appuyant sur des aristocrates lotharingiens et en particulier sur Haganon, un parent de son épouse Frérone. Il affirmait ainsi son droit de choisir librement ses conseillers, y compris ses conseillers laïques, d’élever au rang de potens un simple homme libre, en réalité un simple noble, de disposer comme il l’entendait d’une abbaye royale, puisque Chelles était l’une des plus anciennes abbayes royales féminines du royaume. Il y avait sous-jacente l’idée que le pouvoir délégué par le roi permettait l’ascension sociale, que les élites, y compris les élites laïques, n’existaient que par rapport au roi, qu’un comte ne tenait son office que de la grâce du roi. Mais il y avait quelque chose de dérisoire à prétendre à la plénitude du pouvoir alors que certains des principes affirmaient déjà être comtes par la grâce de Dieu35. Il y avait surtout une rupture des équilibres traditionnels sur lesquels se fondait depuis un siècle l’ordre carolingien, puisque les pesanteurs sociologiques et idéologiques étaient telles que les membres de la haute aristocratie, proches de la cour et de la famille royale, avaient toujours eu le quasi-monopole des plus hautes fonctions civiles et qu’ils avaient ainsi toujours mesuré leur fidélité au roi.

  • 36 Thegan, Gesta Hludowicis, c. 44, p. 232. Là-dessus, S. Airlie, « Bonds of Power and Bonds of Assoc (...)
  • 37 S. Airlie, « Bonds of Power... », art. cit., supra n. 36, p. 200.
  • 38 Lettre des évêques à Louis le Germanique, 858, éd. A. Boretius et V. Krause, MGH Capitularia regum(...)
  • 39 Annales Fuldenses, a. 887, éd. F. Kurze, MGH Scriptores Rerum Germanicarum, Hannover, 1891, p. 105 (...)

8Ils aspiraient aussi à avoir le monopole des hautes fonctions ecclésiastiques. Quand Thégan reproche à Louis le Pieux d’avoir élevé à l’épiscopat des hommes issus des classes inférieures, et parmi eux l’archevêque de Reims Ebbon36, il exprime l’idée communément admise et véhiculée par les auteurs de vitae que la noblesse prédispose à la sainteté. Cependant, malgré le caractère globalement aristocratique du recrutement des élites ecclésiastiques, l’ascension sociale était possible par le biais des fonctions ecclésiastiques37 car, comme le souligna l’archevêque de Reims Hincmar lui-même, les évêques avaient pour parents les apôtres38, ce qui plaçait la parenté spirituelle au dessus de toute autre forme de parenté. On a depuis longtemps mis en lumière la place éminente des évêques dans le système de gouvernement. Cela tient non seulement à la part qu’ils ont prise dans l’élaboration du programme carolingien, mais aussi aux réalités politiques du temps. Les rois se sont souvent appuyés sur eux pour faire contrepoids aux grands laïques, les choisissant parfois en dehors du milieu aristocratique. À la fin du IXe siècle, les grands dénoncent le choix de l’évêque de Verceil Liutwart, un homme ex infimo genere, comme conseiller de Charles le Gros39.

  • 40 En particulier Hincmar. Voir à ce sujet J. Devisse, Hincmar de Reims, op. cit., supra n. 7.
  • 41 B. Rosenwein, To be the neighbour of Saint. Peter: The Social meaning of Cluny’s Property, 909-104 (...)
  • 42 A. Angenendt, Das Frühmittelalter, 2e éd., Stuttgart-Berlin-Köln, 1995, p. 368-369.
  • 43 K. Schmid, Gebetsdenken und adeliges Selbstverständnis im Mittelalter. Ausgewählte Beiträge. Festa (...)
  • 44 K. Schmid, « Religiöses und Sippengebundenes Gemeinschaftsbewusstsein in frühmittelalterlichen Ged (...)

9Dans la seconde moitié du siècle, les évêques carolingiens ont eu tendance à rejeter la responsabilité des difficultés sur les grands laïques, opposant ainsi nettement clercs et laïcs40. L’unité se refaisait autour des monastères. Tout un pan de la recherche récente s’oriente actuellement vers les réseaux monastiques dont on commence à bien saisir l’importance en termes de pouvoir41. Nous allons nous y intéresser. On sait comment les Carolingiens ont utilisé les biens monastiques et l’abbatiat des monastères royaux à des fins politiques42 et comment ils ont intégré la prière des moines dans la mise en œuvre de l’imperium christianum43. De leur côté, les élites, ecclésiastiques et laïques, n’ont cessé de tisser des liens avec le monde monastique, par le biais des entrées dans les livres de confraternité44 et des donations aux monastères, y compris et peut-être surtout aux monastères royaux. Les réseaux monastiques qui associaient les moines, le roi et les laïcs ont sans doute été l’un des fondements de l’unité carolingienne, en même temps que des relais essentiels entre le centre et la périphérie.

  • 45 K. F. Werner, « Missus-Marchio-Comes : Entre l'administration centrale et l’administration locale (...)
  • 46 G. Tellenbach, Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des gro ßfränkischen Adels, Freiburg im Brei (...)
  • 47 K.F. Werner, « Bedeutende Adelsfamilien im Reich Karls des Großen », dans éd. W. Braunfelds, Karl (...)
  • 48 Sur les groupements, voir G. Althoff, Verwandte..., op. cit., supra n. 18. Sur l’importance des so (...)

10Entre le roi et les élites, les liens de pouvoirs fonctionnaient en effet dans les deux sens, du centre vers la périphérie, de la périphérie vers le centre. Dans le va et vient constant des relations de pouvoir, les élites apportaient leurs propres réseaux, leurs propres forces, leurs propres richesses. Le système carolingien reposait donc sur la capacité des rois à contrôler toute la hiérarchie des élites, du palais jusqu’au fond des regna45. Depuis les travaux de Gerd Tellenbach46 et de Karl Ferdinand Werner47, on sait combien la mobilité des grands et l’installation des Francs dans les régions périphériques de l’empire, en Italie, en Aquitaine, en Bavière, en Saxe ou dans la marche d’Espagne ont été des facteurs essentiels dans la prise de contrôle de ces régions. Les élites, d’abord rassemblées autour du roi, ont permis que l’identité carolingienne, née dans le creuset palatial, s’enracinât dans les provinces par le biais de la fidélité. Dans le même temps, ou presque, elles ont participé au développement de puissantes forces régionales qui formaient le contrepoids nécessaire au pouvoir central renforcé. Le contrôle des regna passait en effet par la constitution ou la récupération de réseaux de pouvoir locaux, fondés sur la parenté, la fidélité, la fraternité avec les moines et les intérêts locaux communs. Il est clair que pour comprendre le fonctionnement interne de la société carolingienne, pour analyser les formes de résistances, les conflits et les révoltes qui, périodiquement, ont compromis la paix du royaume, c’est-à-dire l’ordre royal, il faut analyser plus profondément qu’on ne l’a fait jusqu’à présent l’interaction des solidarités locales, largement fondées sur des liens horizontaux48, et la pression des forces hiérarchiques. Les grands n’ont jamais cessé de jouer leur propre jeu, mais à partir du troisième quart du IXe siècle, ils ont mesuré davantage encore leur fidélité au roi, organisant à leur profit les forces régionales qui s’étaient développées. C’est donc au cœur des regna que s’est joué le sort de l’empire carolingien. C’est donc par-là que nous terminerons, en comparant les différents modèles régionaux, pour tenter de dégager la diversité et le poids des traditions locales, pour évaluer au cas par cas la montée des particularismes face à la dynamique unitaire. Quoi qu’il en soit, du palais aux regna, nous ne devrions pas cesser de nous intéresser à l’interaction du culturel et de politique.

Notes

1 R. McKitterick, The Frankish Kingdoms under the Carolingians, 751-987, London, 1983, p. 200-227. J. Semmler, « Renovatio Regni Francorum. Die Herrschaft Ludwigs des Frommen im Frankenreich 814-829/30 », dans Charlemagne’s Heir. New perspectives on the reign of Louis the Pious (814-840), éd. P. Godman et R. Collins., Oxford 1990, p. 144-146.

2 J. Lowden, « The Royal/Imperial Book and the Image or Self-Image of the Medieval Ruler », dans Kings and Kingship in Medieval Europe, éd. Anne J. Duggan, London, 1993 (King’s College London Medieval Studies X), p. 216.

3 E. Sears, « Louis the Pious as Miles Christi. The Dedicatory Image in Hrabanus Maurus’s de laudibus sanctae crucis », dans Charlemagne’s Heir, op. cit., supra n. 2, p. 605-628.

4 Codex Aureus de Saint-Emmeran, Ratisbonne, école de Charles le Chauve, 870, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 14000, fol. 5v, reproduit par F. Mütherich et J.E. Gaehde, Karolingische Buchmahlerei, München, 1976/1979, p. 37.

5 Voir aussi la représentation de Charles le Chauve dans la Bible de Vivien, Ms latin 1, fols 423 r et là-dessus J. Lowdon, « The Royal/Imperial Book », art. cit., supra n. 3, p. 216-219.

6 J. Semmler, « Renovatio Regni Francorum », art. cit. supra n. 2, p. 125-146

7 J. Devisse, Hincmar archevêque de Reims 845-882, t. II, Genève, 1976, p. 671-723.

8 J. Le Goff, « Le Roi dans l’Occident médiéval », dans Kings and Kingship, op. cit., supra n.2, p. 3

9 O. Guillot, « Une ordinatio méconnue. Le capitulaire de 823-825 », dans Charlemagne's heir, op. cit., supra n. 1, p. 461-482.

10 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-IXe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris 1995, p. 99-122.

11 Voir à ce sujet, Janet L. Nelson, « Kingship and Empire », dans The Cambridge History of Medieval Political Thought, éd. B. Smalley, Oxford, 1995, p. 224.

12 Voir à ce sujet R. Le Jan, Famille et pouvoir..., op. cit., supra n. 10, p. 99-121.

13 R. Le Jan, « The conferring of weapons and Frankish rituals of power: continuity and change in the Carolingian period », dans Power and Rituals in the Early Middle Ages, éd. F. Theuws, Leiden, sous presse.

14 D.N. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, t. 6, p. 106.

15 F.L. Ganshof, « Charlemagne et les institutions de la monarchie franque » dans Karl der Grosse, éd. W. Braunfels, Düsseldorf 1965, t. 1, p. 349-393. L. Halphen, Charlemagne et l’Empire carolingien, Paris 1947.

16 O. Guillot, « Les origines de la France (de la fin du Ve siècle à la fin du Xe siècle) » dans Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, éd. O. Guillot, A. Rigaudière, Y. Sassier, Paris 1994, t. l, p. 98.

17 Sur ce débat, voir récemment S. Reynolds, Fiefs and vassals. The Medieval Evidence Reinterpreted, Oxford 1994, T. Bisson, « The feudal Revolution », dans Past and Present, 142, 1994, p. 6-42. S.D. White et D. Barthélemy, « The « feudal revolution », dans Past and Present, 152, 1996, p. 196-223.

18 L’idée même que la vassalité ait pu recouvrit l’essentiel des relations sociales à partir de l’époque carolingienne a été vivement contestée par S. Reynolds, Fiefs and Vassals, op. cit., supra n. 17, p. 17-47. Ce que les historiens associent généralement au concept de vassalité s’inscrit dans un contexte social beaucoup plus large et fait intervenir d’autres types de liens. Sur l’importance des autres types de lien, y compris dans la société post-carolingienne, voir G. Althoff, Verwandte, Freunde und Getreue. Zum politischen Stellenwert der Gruppenbildungen im Früheren Mittelalter, Darmstadt, 1990, ID., Amicitiae und Pacte. Bündnis, Einung, Politik und Gebetsdenken im beginnenden 10. Jahrhundert, Hannover, 1992. R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., supra n. 10, p. 77-98.

19 E. Magnou-Nortier, Foi et fidélité : recherches sur les liens personnels chez les Francs du VIIe au XIe siècle, Toulouse, 1976, p. 12.

20 R. Le Jan, Famille et pouvoir..., op. cit., G. Althoff, Verwandte, Freunde..., op. cit.

21 Sur l’importance de la fides dans l'idéologie du mariage développée par les clercs carolingiens, P. Toubert, « La théorie du mariage chez les moralistes carolingiens », dans Il matrimonio nella società altomedievale, Spoleto, 1977 (Settimane di studio del centro italiano di studi sull'alto medioevo, 24), p. 233-282.

22 S. Reynolds, Fiefs and Vassals, op. cit., supra n. 17, p. 19-20, 30-46, 88-89.

23 Sur le serment M. Becher, Eid und Herrschaft. Untersuchungen zum Herrscherethos Karls des Großen, Sigmaringen, 1993 (Vorträge und Forschunge 39).

24 R. Le Jan, « The conferring of weapons... », art. cit, supra n. 13.

25 Thegan, Gesta Hludowici imperatoris, c.6, éd. E. Tremp, MGH Sriptores Rerum Germanicarum, Hannover, 1995, p. 182.

26 Sur l’importance de la parenté spirituelle, voir surtout A. Angenendt, Kaiserherrschaft und Taufenpolitik. Kaiser, Könige und Päpste als geistliche Patrone in der abendlichen Missionsgeschichte, Berlin, 1984. J. Lynch, Godparents and Kinship in Early Medieval Europe, Princeton, 1986 et A. Guéreau-Jalabert, « Spiritus et caritas. Le baptême dans la société médiévale », dans F. Héritier-Augé et E. Copet-Rougier éd., La parenté spirituelle, Paris 1994, p. 133-203.

27 Sur tout ceci, R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., supra n. 10, p. 31-158.

28 J.-L. Nelson, « Kingship and royal government » dans The new Cambridge medieval History II c. 700-c. 900, éd. R. McKitterick, Cambridge, 1995, p. 395.

29 J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpretationen des Verhältnisses von Königtum und Adel am Beispiel des Frankenreichs, Stuttgart, 1982 (Monographien des Mittelalters, 27).

30 W. Rosener, art. « Hof », dans Lexicon desMittelalters, t. V, Munchen-Zurich. 1991, p. 66-67. T. Zotz, « Carolingian Tradition and Ottonian-Salian Innovation: comparative observations on palatine policy in the Empire », dans Kings and Kingship, op. cit.. supra n. 3. spécialement p. 73-83.

31 De ordine palatii, éd. T. Gross et R. Schieffer, MGH Fontes Iuris Germanici Antiquae, Hannover, 1980.

32 Sur l’importance des cadeaux dans les relations de pouvoir, voir J. Hannig, « Ars donandi. Zur Ökonomie des Schenkens im früheren Mittelalter », dans Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 12, 1986/3, p. 149-159.

33 Notker, Gesta Karoli Magni Imperatoris, II, 21, éd. H. Haefele, MGH Scriptores Rerum Germanicarum NS 12, Berlin, 1959, p. 424.

34 Folcuin, Gesta abbatumSithiensium, éd. O. Holder-Egger, MGH SS.III, p. 625. Richer, Histoire de France, I, 15, éd. et trad. R. Latouche, Paris, 1930, p. 38

35 Bernard Plantevelue, comte d’Auvergne, avait franchi le pas dès les années 860, cf. infra, C. Lauranson-Rosaz, p. 428, n. 93. Boson de Provence l’avait fait avant même son couronnement, cf. infra, S. Airlie, p. 140 et n. 50. Au nord de la Loire, c’est dans la première moitié du Xe siècle que les grands adoptent la titualture en gratia Dei, cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir, op. cit., supra n 10, p. 138-141.

36 Thegan, Gesta Hludowicis, c. 44, p. 232. Là-dessus, S. Airlie, « Bonds of Power and Bonds of Association in the Court Circle of Louis the Pious », dans Charlemagne’s heir, op. cit., supra n. 1, p. 200-203.

37 S. Airlie, « Bonds of Power... », art. cit., supra n. 36, p. 200.

38 Lettre des évêques à Louis le Germanique, 858, éd. A. Boretius et V. Krause, MGH Capitularia regum Francorum, t. 2, no 297, p. 440-1.

39 Annales Fuldenses, a. 887, éd. F. Kurze, MGH Scriptores Rerum Germanicarum, Hannover, 1891, p. 105-106. Cf. S. Airlie, « Bonds of Power... », art. cit., supra n. 36, p. 202.

40 En particulier Hincmar. Voir à ce sujet J. Devisse, Hincmar de Reims, op. cit., supra n. 7.

41 B. Rosenwein, To be the neighbour of Saint. Peter: The Social meaning of Cluny’s Property, 909-1049, Ithaca 1989; M. Mclaughin, Consorting with Saints: Prayer for the Dead in Early Medieval France, Ithaca, 1994.

42 A. Angenendt, Das Frühmittelalter, 2e éd., Stuttgart-Berlin-Köln, 1995, p. 368-369.

43 K. Schmid, Gebetsdenken und adeliges Selbstverständnis im Mittelalter. Ausgewählte Beiträge. Festagbe zu seinem sechsigsten Geburtstag, Sigmaringen, 1983. G. Althoff, Amicitiae und Pacta. Bündnis, Einung, Politik und Gebetsdenken im beginnenden 10. Jahrhundert, Hannover, 1992.

44 K. Schmid, « Religiöses und Sippengebundenes Gemeinschaftsbewusstsein in frühmittelalterlichen Gedenkbucheinträgen », rééd. Gebetsdenken, op. cit., supra n. 43, p 532-597 O. G. Oexle, « Memoria und Memorialüberlieferung im früheren Mittelalter », dans Frühmittelalterliche Studien 10, 1976, p. 70-95 ; G. Althoff, Adel und Königsfamilien im Spiegel ihrer Memorialüberlieferung. Studien zum Totengedanken der Billungen und Ottonen, München, 1984.

45 K. F. Werner, « Missus-Marchio-Comes : Entre l'administration centrale et l’administration locale de l’Empire carolingien », dans éd. W. Paravicini et K. F. Werner, Histoire comparée de l'administration, IVe-XVIIIe siècles, München, 1980, réimp. dans K. F. Werner, Vom Frankenreich zur Entfaltung Deutschlands und Frankenreichs, Sigmaringen, 1984, p. 108-156. Id., « La genèse des duchés en France et en Allemagne », dans Nascità dell Europa ed Europa carolingia : un equazione da verifacare, Spoleto, 1981, p. 175-207 (Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, 27), réimp. dans K.F. Werner, Vom Frankenreich..., op. cit., supra n. 18, p. 278-310.

46 G. Tellenbach, Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des gro ßfränkischen Adels, Freiburg im Breisgau, 1957. Id., Franken, Alemananen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962). Zum Verständnis der frankischen Königsherrschaft in Italien, Freiburg im Breisgau, 1960 (Forschungen zur oberrheinsichen Landesgeschichte, 8).

47 K.F. Werner, « Bedeutende Adelsfamilien im Reich Karls des Großen », dans éd. W. Braunfelds, Karl der Große, Düsseldorf, 1965, t. 1, p. 88-142

48 Sur les groupements, voir G. Althoff, Verwandte..., op. cit., supra n. 18. Sur l’importance des solidarités horizontales, nées en particulier de la Schwurfreundschaft, voir les travaux d’O.G. Oexle, en particulier « Friede durch Verschwörung », dans éd. J. Fried, Trager und Instrumenterien des Friedens im hohen und späten Mittelalter, Sigmaringen, 1996, p. 115-150.

Auteur

Université Charles-de-Gaulle - Lille 3 (CRHEN-O)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540