Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section V. 1er Juillet 1791 - 30 Septembre 1791

Correspondance d’Angélique Delputte. Linselles, 2 juillet 1791 — 25 septembre 1791

Texte intégral

Juillet 1791

1 De Linselles ce 2 juillet 1791

2 Monsieur cher Amy,
J’avois différé un jour de vous écrire à cause que j’attendois une de vos lettres avec des assignats pour vous faire part que je les ai reçus hier le soir. Benjamin m’avait promis de vous écrire, sitôt son arrivée à Lille. Je suppose qui vous aura marqué qui ont signe tous les deux pour être dans les troupes auxiliaires. J’avais de la peine à y consentir, en me voyant sans votre secours ici seule, du moins sans homme ; je voulais qui auroit mandé votre avis ; ils m’ont dit qu’ils n’avoient pas le temps, que l’affaire était trop pressée ; qui étoient bien certains que cela vous auroit fait plaisir et que cela auroit engagé les autres à signer. En effet, ils ont été aux environs d’une quarantaine ; ils m’ont dit aussi au plus de monde ils avoient engagé au moins de périls ils avoient. À Bousbecque, on m’a dit qui n’en a pas un. L’aristocratie augmente dans ce village ; il a là le carme de chez COUROUBLE qui est venu rester à Wervick, qui attise le feu de la discorde ; il devrait être privé de sa pension puisque il ne revive pas dessus France.

3 On m’a dit aujourd’huy que notre greffier est allé à Douay pour pouvoir obtenir une heure pour les réfractaires pouvoir dire la messe à heure réglée. M. le curé leur a permis de le dire pendant la basse messe et une deuxième pendant la grand messe, mais je crois à présent qui ne leur accorderait plus, à cause qu’ils ont dit qui n’étoient pas de la même religion ; il faudra qu’ils se dédiraient de ce qui ont dit. Le jour de Saint Pierre après la basse messe, et tant à l’étoile, je vois revenir le chariot de butin avec THIERS, ceux de chez DERVAUX, ceux de chez VENANT ma sœur MARECAUX et plusieurs autres, la mère de DELOOS ; ils sont différents dans leurs religions : l’un admet la présence réelle et l’autre ne l’admet pas, d’autres le baptême est bon et d’autres il ne l’est pas ; Il serait à souhaiter que tout cela/mirait, mais je crains que cela durera encore. Cependant, le jour de Saint Pierre, on a fait la procession et chanté le Te Deum ; il y a eu beaucoup de monde et le soir il a eu illumination ; les aristocrates, peur d’avoir leurs vitres cassées, ils avoient des chandelles partout. M. le curé m’a fait l’amitié de venir prendre notre soupe jeudy au hasard du pot avec le cousin SENAF ; il serait charmé que vous pourriez porter remède et il attend de vos nouvelles ; il vous salue. Il a fait un sermon aux Vêpres qui a fait pleurer le monde, m’a-t-on dit, c’est dommage qui n’a pas la locance de notre ancien curé pour prêcher, on ne se fait pas.

4 Vous me dites, mon cher Amy, dans une de vos lettres que nos avestures * sont belles, or que nous autres nos lins ; nous ne sommes pas les seuls, puisque nous sommes dans le mois de juillet ; je peux vous certifier que je n’ai pas encore entendu parlé qui a un lin de vendu ; il en a qui les ont rabourré dessus : ceux là ils auront encore moins. Le plus beau que j’ai vu cette année, c’est à mon frère de Reckem : il en a un bonnié dessus un bas fond. C’est le plus beau que je n’ai pas vu. Cependant, je crois qui seront bons dans leur qualité, ils se teintent frais, mais ils ne sont pas vendables dessus terre, à cause de la petite dépouille. On ne demande plus de tabac et on ne demande plus de lin, on ne parle que de l’Assemblée. Je crois que c’est l’article qui donne du pain à manger. Le monde sera charmé de voir les petits assignats, à cause... mais vous m’aviez parlé de la petite monnaie qui devait venir avec. À présent vous ne m’en parlez plus ; cependant cela aurais fait plaisir aux marchands de filés.

5 Nous avons eu un peu de pluie ; cela a bien fait pour grossir nos colzas ; nous en avons deux bonniers d’enmoyés et l’autre pour lundi.

6 Je vous souhaite une parfaite santé. Des compliments de vos enfants,

7 Monsieur et cher Amy, je suis sincèrement votre très attachée femme
Angélique Delputte

8[Lettre du 5 juillet non publiée]

9 De Linselles le 8 juillet 1791

10 Monsieur et cher Époux,
J’ai reçu votre lettre en date du 2 de ce mois. Je vous avois parlé dans ma dernière lettre de la maladie de mon frère Isidore ; je ne peux pas vous donner aucune espérance en mieux ; je lui ai rendu hier une visite ; quand j’en ai sorti, je l’ai trouvé beaucoup diminue, il n’avait pas lâché un petit verre d’urine depuis le soir avant. Il faut vouloir ce que le Bon Dieu veut, mais ses enfants perdront beaucoup.

11 J’ai eu la visite de ces Messieurs de Linselles, qui ont venu faire l’expection des terres ; je les ai déclarées comme celles de Roncq ; ils m’ont demandé mon estimation pour le corps de logis : là je ne savois que dire, je leur ai dit qu’il fallait que j’aurois eu du conseil de vous. Alors ils m’ont dit qui en avait qui avoient déclaré des fermes à 48 florins, d’autres à 50 les plus grands, et je leur ait dit à 50 florins.

12 Pierre SIX, notre voisin, m’a dit que les Amis de la Constitution avoient présenté à l’Assemblée pour faire écarter les prêtres réfractaires de deux à trois lieux, comme vous l’aviez trouvé bon, de leurs endroits où ils restent ; je vous prie d’appuyer très fort cette proposition puisqu’il est très nécessaire que je crois pour la tranquillité publique.

13 On vient de me dire que mon frère est parti de ce monde ; je n’en suis pas surprise, puisque quand je l’ai quitter, il avait peine à ravoir ses flammes ; cependant il avoit encore pleine connaissance. Je vous le recommande dans vos prières et suis sincèrement,

14 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

15 De Linselles le 12 juillet 1791

16 Monsieur et cher Mary,
J’ai reçu votre lettre en date du 7 de ce mois, par laquelle vous approuvez la conduite de vos garçons qu’ils ont souscrit pour combattre contre l’ennemi ; moi je l’approuve aussi, mais quand le moment sera venu qu’il leur faudra partir, je ne sais pas comme il sera plu à Dieu qui n’arrive pas. Le meilleur moyen est de ne pas laisser sortir l’argent du royaume et par ainsy ils ne sauront pas payés. J’ai été instruit de POLLET que je vous ai parlé dans ma dernière lettre ; j’aurois voulu en savoir plus autant quand il a venu chez nous. On dit que c’est le premier pour faire en aller l’argent du Royaume et avec tout cela son argent lui à encore été remis.

17 Vous croyez que mon frère est du Club des Amis de la Constitution, pas du tout. Cela se fait chez FRANCHOMME ; vous devez connaître mon frère, il ne m’en a pas parlé et moi je n’avais bien garde de lui en parler. Avec la mort de mon frère, je n’ai pas eu le temps de vous consulter pour nos enfants pour le deuil. Samedy, j’ai été à Lille, je leur ai acheté chacun veste et culotte, des boutons noirs dessus leur habit pour eux être à demy deuil. Je suppose que vous n’auriez pas fait autre, si vous auriez été à la maison.

18 Je vous demanderais si vous est tenu à vos locataires, le vieil d’Halluin, il est aristocrate ; il n’a pas encore été à l’église depuis que les nouveaux prêtres y sont ; il est vrai que les autres font comme lui, mais je crois qu’il est le principal. Je crois que s’il iroit, que les autres suivront ; vous me direz que c’est la liberté, mais je ne voudrois pas louer ma maison à ceux qui ne fréquentent pas leur paroisse pour assister aux offices divins qui s’y font. Pour de l’ouvrage, il n’y a plus que Jean-Philippe qui est à la maison, il est souvent malade. Il a Jean-Rouge, de l’autre côté, un véritable praillon aussi, qui mérite notre mise à la porte comme tous gens qui ne fréquentent pas leur église et ils diront encore que l’on est hérétiques. Vous me direz s’il est encore temps à présent pour les avertir pour la Saint Rémy et comme je m’y dois prendre.

  • 1 Mme Lepoutre interroge son mari sur la patente, contribution instituée par la loi des 2-17 mars 17 (...)

19 L’on vient de me dire que Louis ODON d’Halluin a un petit enfant de mort ; on a porté le cercueil à la cimetière d’Halluin ; il a été enterré, on a eu des soupçons ils l’ont retiré ; on a trouvé des briques à la place de l’enfant ; on lui a délivré un procès. Mais vous me direz ce que c’est de ces lettres patentes 1  : il a là ce Lillois qui nous faisoit notre tabac que vous devez connaître qui dit qui devra payer dix écus par an pour le petit commerce qui fait ; il a peine de gagner autant ; je crois qui a là de l’aristocratie ; je vous prie de me donner un peu de connaissance pour que je puisse un peu parler ; on dit que, aussi petit commerçant de lin que ce soit, il devra payer dix écus ; je crois qu’on doit payer à proportion du commerce que l’on fait. Notre greffier délivre des lettres, il faisoit payer six patars, à présent on lui fait rendre.

20 Nous avons beaucoup de pluie depuis trois à quatre jours. Nos foins de prairie les dix cens sont en meulle, les autres à petits monts ; ceux de trèfle sont renfermés ; nos bleds sont bien abattus, les fèves aussi ; nos lins, il y en a un peu de tombé mais l’autre n’a pas d’hauteur pour lui tomber.

21 Je vous souhaite une parfaite santé, compliments de toute la famille et de Melle MONET elle aspire comme moy de vous revoir. Je suis sincèrement,

22 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

23 De Linselles le 15 juillet 1791

24 Monsieur et cher Amy,
Dans votre lettre que j’ai reçue en date du 10 courant par laquelle vous me faites espérer que nous pourrions se rejoindre dans le commencement de septembre, cela me fait toujours un grand soulagement, puisqu’il m’avait été dit à Lille que vous n’auriez pas été de retour cette année et suivant votre dire que nous pourrons se revoir avant.

25 Nous avons fait la fête de la Fédération du 14 juillet, je ne sais pas si vous en avez fait autant à Paris. Je n’avais pas été chez mon frère ODON depuis que nous avions été ensemble au mois d’octobre. Mercredy dernier, j’ai ramené ma sœur et sa fille Angélique et mon frère a venu avec son chariot aujourd’huy pour les venir chercher. Mon frère de Reckem n’a pu pas venir, à cause qui est embarrassé à faire tirer son lin et de plus il est un peu de l’embarras ; il est fait tuteur des enfants de mon frère Isidore avec Mortie ; à ce qu’on m’a dit ils ont mis l’ainé des garçons du dit Mortie pour faire compagnie et régir les labours ; ils ont une maîtresse servante que je crois une fille pour pouvoir faire avec, et l’on dit que c’est mieux lui que son père à cause qui est plus arrangé dans ses affaires.

26 À ce que j’ai entendu des enfants du cousin DESURMONT, le cousin est délibéré d’aller à Paris avec la compagnie qui vous a nommé mais ce ne sera après la Saint Christophe.

27 Suivant le dire des prêtres réfractaires d’ici à deux mois ils seront remis à leur place ordinaire ; à quoi je n’en crois rien ; on m’a dit dans la ville d’Ypres, il y a environ de dix sept cents hommes de troupe et à Courtray quinze cents. À Menin il n’a rien grand chose ; mon frère ODON en rit de toutes ces menaces.

28 Mon cher Amy, je saurais volontiers de vous comme on va faire avec les dîmes, comme on va arranger tout ceci ; j’espère que vous m’en donnerez détail.

29 Aujourd’huy, nous renfermons la prairie des dix cens, mais je crois que ce sera la dernière année qui y travailleront, à cause qui ne font pas comme si ce serait pour eux.

30 Les enfants ont venu faire la Fédération à Linselles ; ils se sont très bien divertis ; ils sont à présent à 62 volontaires.

31 Des compliments des frères et soeurs et de vos enfants, je suis sincèrement,

32 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

33[Lettre des 18 et 19 juillet non publiées]

34 De Linselles le 22 juillet 1791

  • 2 Cf. la note, lettre de Lepoutre du 19 juillet 1791.

35 Monsieur et cher Époux,
Par la lettre que j’ai reçue en date du 16 courant, vous me témoignez que vous prendriez les armes pour aller combattre avec vos enfants et me laisseriez seule dans la ferme ; eh bien, mon cher, soyez toujours de retour de Paris et nous en reparlerons. Vous me dites que vous craignez plus les ennemis qui sont dans la capitale que ceux du dehors, qu’il y avoit des têtes échauffées dans Paris. Mercredy on me disoit qu’il y avait douze mille hommes de tués au Champ de Mars 2 , tous aristocrates et d’autres disoient comme vous me le marquez dans votre lettre, que je viens de recevoir en date du 19 de ce mois, qu’elle m’a fait beaucoup de plaisir elle nous a servi de dessert ; il tombait bien que le paquet était gros. Notre neveu Renaud étoit venu avec le fils du greffier de Seclin, avec des bonnes nouvelles ; nous avons bu un flacon de plus à votre santé.

36 Le jardinier de M. le curé a venu chercher des plantes porions *. Je lui ai délivré de vos papiers, à cause que je sais que vos nouvelles lui font plaisir ; je suis charmée que vous me dites que tout est tranquille et que et que le calme est rétabli ; j’espère que vos travaux finiront plus vite ; vous me dites que vous croyez que je vous dirais que nous commençons à couper les bleds, nous ne sommes pas encore là ; je ne crois pas que ce sera avant le mois que nous commencerons ; il fait du bon temps pour la meurigon * des bleds ; demain nos lins seront tout dire, nous en avons de toute qualité, du beau pour l’année, du passable et du court : plus de moindres que de beaux. Je compte que dessus les 22 cens qu’il y aura aux environs quatorze à quinze cents gerbes. Il témoigne qu’il sera bon, il est doux pour le pied.

37 Je vous avois dit dans ma dernière que notre greffier devait comparaître par devant le juge de paix ; il avoit en partie toutes les signatures de Messieurs de la municipalité, au réserve de celle du maire ; comme ils auroient témoigné qui n’avoient rien entendu, et la partie contraire ils n etoient que deux, qui étaient mon frère et le magoire [ ?] LEPERS, le greffier a été condamné à douze francs pour les pauvres et payer tous les frais : je suppose que ca sera un dur morceau pour lui digérer.

38 Nos prêtres réfractaires ne peuvent pas encore obtenir de messe à heure : le maire n’a pas voulu signer leurs mandats.

39 Je ne manquerais pas de présenter vos respects à M. DELAHOUSSE et lui faire le récit de ce que vous m’avez dit ; cela lui fera plaisir car il commence à s’ennuyer comme il vont à présent. J’ai eu la visite de M. le vicaire de Bousquet aujourd’huy ; il m’a dit vous avoir rendu visite à Paris avec un certain DESMON de Linselles, qui vous salue de même que RENART et toute la famille.

40 Si je ne peux pas vous posséder pour la moisson, j’espère de vous posséder pour la remise, je suis sincèrement,

41 Monsieur et cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

42 De Linselles le 26 juillet 1791

43 Monsieur et Cher Amy,
J’ai eu la visite aujourd’huy du sieur WATRELOS, notaire, résidant à LILLE, accompagné d’un autre que je ne connais pas, pour apprécier la dîme que nous relevions, or de nos terres. J’ai cherché après le charcerelle, je lui ai laissé entre les mains ; il m’a dit que dans une quinzaine, si on allait à Lille, de aller le chercher. Il m’a demandé les avestures * qu’on dimait ; je les ai déclaré ; alors il a mandé combien que nous renfermions de la dîme que nous relevions. Là, j’ai été embarrassée, je ne savais pas si je devais dire peu ou beaucoup. A la fin, j’ai dit que je n’en avois jamais fait l’estimation ; peut-être que vous l’aviez fait vous, que les années ne sont pas égales, il y a du plus et du moins.

44 Le garçon de la veuve BONDUELLE de Roncqq m’est venu parler cet après-midy pour savoir les raisons pour touchant la dîme ; sa ferme appartient à Madame de RONCQ. Voire si c’est elle qui a le droit de dimer puisqu’elle a envoyé son sergeant en disant qui ne pouvait pas renfermer son lin, sans qui l’auroit avertie pour elle l’envoyer dimer ; y ci-devant, c’était ces Messieurs de Saint Pierre qui relevoient la dîme de leurs terres. Elle a dit qu’elle avait deux ou trois fermiers au dessus de Lille et qu’elle aurait dimé partout. Je vous prie de me donner explications là dessus pour que j’informe le dit BONDUELLE de la vérité.

45 Dimanche, j’ai été chez le cousin DESURMONT pour me dilater, à cause que c’est un bon patriote. Aujourd’huy, j’ai renvoyé Pierre François. Le cousin l’a chargé de me dire que je vous fasse part ; vous devez avoir reçu des assignats du sieur DERVAUX LOUAGE, les derniers que vous lui avez envoyés, vous lui aviez marqué qui devoit partager avec le cousin ; quand il a été pour en avoir, il lui a dit qu’ils étaient tous engagés et ainsi le cousin s’en a passé. À ce que j’entends, il seroit bien connu pour un agioteur ; il va dessus les terres d’empiere chercher des assignats de mille francs ; je vous dit ceci pour que vous s’en défiez, vous pourrez être jugé complice ; je vous prie de les renvoyer tels que vous les aviez reçus et tel que POLLET, il est connu à Tourcoing pour un fraudeur d’argent. Si quelques fois il vous écrivait pour des protections, c’est pourquoi je vous en fait part.

46 Le lin des 14 cens du Moulin est plus beau que je ne pensois, il en a aux environs de quatre à cinq cents de terre ; si il avait une bonnie plus de longueur ce seroit tout ce qu’on pourrait désirer ; le plus brave est depuis six jusqu’à huit et le moindre est quatre, cinq, six.

47 Nos réfractaires sont encore toujours à l’ordinaire ; ils courent encore à Wervicq. Dimanche, j’ai été faire part de votre lettre à Monsieur le curé, cela lui a fait plaisir ; il était moitié malade, cela l’a raccommodé un peu, il souffre beaucoup dans ces moments ci.

48 Attendant de vos nouvelles ; compliments de vos enfants : ils vous demandent la bénédiction, suis sincèrement,

49 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

50 Mercredy dernier, le bled a valu 17 livres, je compte d’en avoir demain 12 sacs pour décharger un peu le grenier.

51[Lettre du 29 juillet non publiée]

Août 1791

52 De Linselles le 3 août 1791

53 Monsieur et cher Amy,
Par votre lettre du 30 juillet que vous me dites que vous ne pouvez pas comprendre ; vous ne devez pas croire qui comprendront notre exploitation avec, puisque m’ont dit qui n’avoient pas besoin de savoir les pièces de terre que nous relevié la dîme hors de notre occupation et que de notre marché, que cela ne les regarde pas, que c’était l’affaire de M. de QUARTEVILLE et qu’à votre retour vous l’ajusterez ensemble. Voilà comme je l’ai compris.

54 Benjamin me dit que M. LEGRAND vend ses meubles un peu à la fois, je ne sais ce qui a l’envie de faire.

55 Je suis charmée que vous me dites que le décret, relatif aux prêtres aura lieu samedy, cela fera plaisir à notre curé et aux démocrates. Notre greffier se refuse au paiement, qui a été taxé par le juge de paix ; je suppose qu’il a l’idée de s’attirer de plus grands frais.

56 Vous me dites qui a une grande pénurie d’argent, du moins pour la monnaie à Paris ; je crains, mon cher Amy, que d’ici à peu de temps je serai dans le même embarras pour pouvoir payer mes ouvriers, hors que j’ai reçu l’argent des moutons à Paris, sans quoi je serai dans l’embarras.

57 Le tabac que je dois livrer vendredy, ce sera tout assignat que je recevrais ; les marchands de lin m’ont dit qui m’en doivent apporter et qui ne savent pas recevoir d’argent. Je n’ai pas encore reçu mon tirs [ ?] de 1789. On vient de me dire que le change des assignats est tombé de la moitié à Lille, à cause des petits et de la monnaie, il étoit à 19 et 15. Je suppose qu’il est venir à septembre.

58 RENART, notre neveu, m’envoie une lettre par sa servante avec des bijoux en diamant pour 180 florins, pour que je leur voudrois faire le plaisir de leur prêter 150 francs. À les entendre, je ferois une grande œuvre de charité. Ils ont promis des croix d’or pour dimanche et si je ne les assiste pas, ils tomberont dans l’affront ; tout ce qui a, ils me demandent 50 francs en argent, je ne peux le donner, je leur envoie 150 francs en assignats ; ils tacheront de se débarrasser le mieux qu’ils pourront.

59 Samedy, nous avons lié les 1 400 de lin ; il y a eu aux environs de douze cens gerbes par grosse ; il a deux cens de terre à 4 et 5 bonniers, la moitié à six et à sept beaux peu de lin ; je vous le laissera à votre choix pour le mois de mars. Je vois que l’avance n’est pas grande de vendre ou non, je n’ai encore rien reçu de l’an passé.

60 Hier, nous avons lié les 14 cens auprès du pavé ; il a eu 4 1 76 gerbes ; j’espère, mon cher Amy, que ce sera le moindre de nos dépouilles. La place de rape perdait beaucoup. Aujourd’huy, nous avons lié le bonnier des 28 cens, ils ont eu entre dix sept et dix huit voitures, je vous donnerais le total à ma première. Fameux bled, il va bien qui a su être relevé par beau temps et grande apparence de beaucoup de grains. Il prend une belle meurigon jusqu’à là si le beau temps continue. Je ne crois pas que le bled augmentera. Ne soyez pas inquiété du paiement de nos servelats. J’ai encore bon la moitié du taureau que je lui ai livré au mois de mars ; il m’avait dit en moitié assignats. L’assignat est reçu mais l’argent ne sait pas venu.

61 Je vous envoirais votre potée de beurre la semaine prochaine. J’aspire recevoir de vos nouvelles, j’espère que elles seront bonnes, que vos travaux finiront. Je suis sincèrement,

62 Monsieur et cher Amy votre très attaché femme
Angélique Delputte

63 De Linselles le 7 août 1791

64 Monsieur et cher Époux,
Je viens de recevoir votre lettre vers ce soir en date du 2 du courant, que j’étois très inquiète puisqu’y avoit presque huit jours que je n’avais pas reçu de vos nouvelles. Je ne sais où les a arrêtées, je sais bien que ça n’a pas été chez la veuve DUCROQUET, puisque hier elle n’était pas.

65 Nous ne sommes pas bien riches en tabac ; nous avons eu en prix 5 114 ; j’ai reçu deux assignats de cinq cens, un de deux cens et un de soixante, qui fait douze cens et soixante francs. Je vous en inclue deux de deux cens francs et pour ceux de cinq cens vous me direz votre avis. Si je les tiendrais pour changer aux bureaux du district. Pour les entrepreneurs, ils aimeraient mieux de la monnaie ; ils ont eu dessus leur tabac. VANDAMME en bled : près de cens florins et DELANNOY, cens et cinquante florins. Ce n’est pas que je suis plus inquiète de ce que je dois faire des assignats ; j’ai payé cette semaine plus que la valeur du tabac, je vous en donnerez le détail à ma première.

66 Hier, j’ai acheté un cheval, un cinquième, nous n’en avons pas de si grand, ni si fort dans notre écurie, pour le prix de onze louis moins six francs, âgé de dix ans ; tout le défaut qu’on nous a dit qui a, et que nous avons pu voir ce qui a la corne de la tête, comme nous en avons eu encore un qui a tombé mort dessus les dix cens. Ça a été PLOYANT de Ombreckis qui me l’a fait avoir, notre marchand de fumier de pigeon. J’ai idée de mettre Pierre-François pour le conduire et le mettre un peu au fait. Je ne l’ai pas laissé retourner à Roubaix depuis la Dédicace, à cause qui avoit beaucoup de temps perdu pendant l’été, tant des ducasses, des fédérations et des vacances. Et pendant l’hiver j’espère que vous serez de retour. Benjamin, je crois que vous ne lui auriez pas fait grand tort dans ses études si vous l’aviez mandé il y a six semaines ; ses maîtres sont aristocrates, il n’a plus de patience d’être au collège.

67 Je crois que vous recevrez votre beurre avant que vous receviez ma lettre, il a été mis à la diligence aujourd’huy.

68 Voilà la note des gerbes au juste que nous avons liées :

69 Au 28 cens, il se trouve 9 654 gerbes,

70 les 10 cens du Moulin 3 146

71 les 7 cens des vingt de colza 2 326

72 À les 12 cens de la Baille, il a un petit moitié placé en pomme de terre, il a 1 824 fameux grand et bonne gerbe, mais j’ai observé où il y a plus gerbe, il aura moins de grain. Nos planchons et nos rapes sont semés, mais il n’a encore rien de levé, il faudra de la pluie.

  • 3 Il faut probablement comprendre Quesnoy-sur-Deule.

73 La garde nationale de Quinnois 3 vient d’arrêter un bateau de tabac au dit lieu, venant de l’étranger ; ils ont la malice de couper les manottes * en deux ou trois et ils les emballent dans des sacs et ensuite ils vont aux bureaux pour les cacheter et puis ils partent comme tabac du pays ; et voilà la guisserie de ces gens qui veulent affamer le pays.

74 Le cousin SEYNAVE vous salue et m’a dit de vous prier encore pour vouloir changer ses billets de la caisse d’escompte. Vous lui feriez un grand plaisir ; ceux là sont plus faciles à changer que les assignats.

75 Le curé vous fait mille compliments et m’a dit de vous prier de vouloir lui changer un assignat de deux francs pour ce que vous pouvez. Des compliments de vos enfants et de toute la famille, je suis sincèrement,

76 Monsieur et cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

77 De Linselles le 9 août 1791

78 Monsieur et très cher Époux,
J’ai la satisfaction de recevoir votre lettre en date du 6 hier, par laquelle vous me dites que vous devez présenter vers la fin de cette semaine la Constitution au Roy ; j aime à croire qui préférera mieux d’être Roy que d’être dans la classe de citoyen, il serait dans le cas de valoir monter la garde.

79 Je suis charmée que vous me dites que vous devez être remplacé pour le vingt de septembre et ainsi j’espère de vous posséder à la Saint Rémy.

80 Je vous ai dit dans ma dernière que je vous aurois donné explication de ce que j’ai payé pendant la semaine passée ; j’ai payé au berger dessus le gain de nos moutons 300 francs en argent. À RENART argent prêté en assignats 150 francs. Payés pour deux années de taille au sieur LAMBIN 1789/1790 la somme 391 livres parisis ; payé pour un cheval onze louis moins six francs ; payés au sieur CARICHON pour une demy pièce de vin 68 francs. Il m’a dit qu’il vous aurait venu saluer à Paris. Il me semble que les vins sont encore chers cette année ; chez Jean DESURMONT, il le fait à 20 patars la bouteille. À CARICHON, je n’en ai voulu avoir qu’une demy pièce ; il m’a dit qu’il en aurait envoyé deux et si ne convenait pas qu’il l’aurait repris ; à ce prix-là, je ne risque rien. L’an passé il en avoit envoyé trois à Lille et j’ai pris le meilleur des trois, il ne revint pas à 16 patars la bouteille.

81 Si le beau temps continue comme il fait à présent, c’est un agrément pour faire les moissons, on coupe, on lie, et on renferme tout à son aise ; nous avons renfermé ces deux jours et demain encore ; nous avons renfermé les 28 cens. Je suis charmée qui est à sec, car si avait venu des temps défectueux, je ne sais pas comme nous en serions sortis, et les 14 cens Cataux et les dix cens du Moulin : ces trois campagnes sont renfermées. Nous avons lié les 22 cens de Planchonnière : il aura 6 000 gerbes, il reste aux environs de trois voitures à porter ; il y aura du grain là. Les 10 cens du Rouissoir, il y a 2 423 gerbes, gros gerbes et bon grain. Malgré les brouillards qui fait les matins, nos bleds ne pressent pas : il faut toujours qui soient coupés d’un jour avant qu’on puisse lier pour faire des bons ouvrages.

82 Nos enfant de Lille sont venus aujourd’huy en vacances. Ils vous font tous les compliments ; ils vous demandent la bénédiction et je suis sincèrement,

83 Monsieur et cher Époux, votre très attachée femme.
Angélique Delputte

84[Lettre des 12 et 16 août non publiées]

85 De Linselles ce 17 août 1791

86 Monsieur et cher Mary,
Nous avons été samedy dernier à Lille, que j’avais besoin du sucrion*, deux sacs pour semer pour les moutons, comme vous faisiez assez souvent ; le cousin SEYNAVE était avec moi, Benjamin lui a fait compagnie. Ils ont dit qui venaient pour pouvoir obtenir des armes ; ils ont demandé d’où ils étaient, ils ont dit de Linselles ; à ce mot, ils ont délivré une copie de la lettre de M. le baron ELBHECQ ; ils ont été à l’arsenal, on leur en a délivré 15 fusils ; il règne dans leur compagnie le meilleur ordre possible, les fusils sont enfermés ; ils font l’exercice tous les jours pour ceux qui peuvent y aller. Nous avons ramené le drapeau que M. le curé a béni avant la grand-messe dimanche. On a fait la procession du Roy aux Vêpres : il y avait une vingtaine d’uniformes, c’était quelque chose de beau à voir.

87 Nous avons fait toujours un peu à la fois à la moisson. Samedy, nous avons achevé la moie * de vendredy, il y a onze mille dedans. Dimanche, nous n’avons pas travaillé, lundy, nous avons lié et renfermé toute la journée. Aujourd’huy, ce matin, nous comptions de faire une moie, mais quand le fond a été fait, il a commencé à pleuvoir un peu. À midy, nous avons renfermé dans les granges. Nous avons du bonheur que le temps n’est pas plus défectueux, car je crois que nous n’en sortirions pas ; ce n’est pas faute de monde, mais c’est à force de gerbes. Hier on a renfermé les 14 cens au bout du jardin grand ; on a ramené 15 voitures comme des voitures de 4 cens et aujourd’huy une bonnier que nous renfermons, ils ramènent deux cens et demy ; ce sont des voitures grosses. Quatre gerbes c’est la charge d’un homme au bonnier des deux bonniers : Il y a 4 413 que nous renfermons aujourd’huy. Les 14 cens en bas du Haut Bonnier 3517, les 14 cens bon grain du Moulin 3 709. À midy, il nous restoit encore deux bonniers à piqueter *. Nous avons nos avoines qui nous faut piqueter cette semaine aussi et notre wartrie *, nos fèves ne nous gênent pas encore. Pour preuve de ce que je vous ai dit, il vient de rentrer une voiture de 280 gerbes. Si ç’avait l’ancienne porte, elle n’auroit pas rentré. Voilà le temps venu pour faire couvrir dessus l’écurie des vaches. Je suppose que vous ferez mettre des nouvelles pannes et remplacer les vieilles tuiles et vous me marquerez quel des deux ouvriers, celui de Roncq ou celui de Linselles.

88 Mon frère, le curé d’Annoeullin est arrivé hier le soir, il n’avait pas venu depuis la fin de janvier, il m’a prié de vous faire des compliments. Je lui ai mandé s’il avoit répondu à votre dernière lettre, il était un peu embarrassé de cette demande, il m’a dit qu’il n’avait pas eu le temps. Il m’a dit que l’Assemblée n’avait pas de mots, qu’on avait décrété que les curés, les moindres auraient été de 12 cents livres, et à présent on dit 5 cents. Moi, je lui ai répondu, et mon frère aussi, que nous ne l’avions pas vu et que j’aurais eu peine à le croire ; vous m’en direz la vérité. Je crois qu’il est comme le curé de Linselles, qui a de la peine à digérer son aristocratie. Il ne nous a pas parlé encore de la route de Douay ; cependant que je sais qu’il a appris et qui n’en a pas été content que nous ne l’avons pas mandé pour nous faire compagnie.

89 Je vous salue, vos enfants vous font des compliments et mon frère. Ils vous demandent la bénédiction et je suis sincèrement,

90 Monsieur mon Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

91 La garde nationale demande encore des sabres, mais je dirai à ma première combien que ce sera et le prix qui faudra mettre.

92 De Linselles le 19 août 1791

93 Monsieur et cher Mary,
J’ai reçu hier votre lettre en date du 13 courant que vous me dites que vous craignez que la Constitution ne sera pas tout révisée cette semaine ; tant pis, c’est une marque que cela terminera encore plus lointain. Cependant j’ai besoin de vous dans la maison, c’est un grand embarras pour une femme quand il faut conduire les deux articles.

94 Vous me dites que le berger doit être satisfait avec les 300 francs ; il doit encore recevoir plus que trois cens et, à l’attendre, c’est nous autres qui lui doit obligation. Il devient si grand maître, avant hier, j’ai cru de lui donner son compte ; pour parler à un domestique, c’est ce que je n’ai jamais su faire ; je lui ai bien dit que s’il ne me croirait pas embarrassée à cause que vous n’êtes pas à la maison, qui ne dirait pas tout ce qui dit. À la fin pour finir il m’a dit qui aurait resté le temps que vous n’êtes pas de retour.

95 Je crains bien, mon cher Amy, que le Roy n’acceptera pas la Constitution : ce sera encore un plus grand mal et une prolongation.

  • 4 Depuis la fuite à Varennes, Louis XVI avait perdu toute crédibilité auprès de l’opinion publique, (...)

96 Je crois bien que nos réfractaires en étoient informés de cette deuxième fuite du Roy 4 , à cause qui disoient que dans une dizaine de jours qui auraient été remis à leurs anciens postes. Si ce décret, que vous me dites, aurait lieu, ils seront bien trompés les margots.

97 C’est dans votre lettre en date du 16 que je viens de recevoir, que je réponds. Je suis charmée d’apprendre que vous m’envoierez pour une centaine de francs en petits assignats ; cela me fera bien pour payer les ouvriers d’août * et VANDAMME pour son tabac il me ferois peine si devrait perdre ; comme ils ne doivent gros somme, DELANNOY, lui, j’ai bon. Je ne suis pas trompée que vous me dites que le sieur LEMESRE d’Houplines doit quitter son marché et son moulin, j’ai cru plus de dix fois vous le marquer et quand je vous écrivais, je l’oubliais toujours.

98 Je ne serai pas surprise que notre aristocrate de greffier n’en serait pas un peu la cause ; un bon citoyen souffre pour un vilain aristocrate, qui a bien fait tort au royaume à faire sortir l’argent, tel que DANSETTE.

99 Nous comptons de finir notre moisson demain ; il nous reste aux environs de quatre mille à renfermer. Le total de notre dépouille porte 60 655 à la note que mon frère a tenue. Il a passé 25 000 en moie *.

100 Je vous ai marqué dans ma dernière des tristes nouvelles, à cause de cet ouragan qui nous a passé mardy vers le soir. Nous, le plus grand intérêt que nous avons, c’est à l’avoine des 14 cens, où que nous pensions mettre du lin, il a double semaille d’épillé *, et dans celle du bonnier à la Baille, il n’y a rien ; il fait peine pour ce pauvre monde que vous devez savoir que leur tabac était tout leur vaillans. Beaucoup d’endroits que les fermiers n’ont plus de fèves, ni avoine, ni colza, à cause que les moies sont tout culbutées du vent et alors battu des pierres ; il y en a sept depuis Bondues jusqu’à Lille. On m’a dit qu’à Annoeullin il a quatre moulins que le vent a mis bas. Je crois qui doit avoir du monde de tué ; ils étaient à renfermer, les chevaux se sont épouvantés ; je ne sais rien de positif, on m’a dit qui en a tombé des pierres passant un pied de longueur, et de la grosseur d’un pied. On m’a certifié qui a eu des maisons que le toit a foncé, le grenier a forcé, ils ont dû se sauver dans leur cave.

101 J’espère que l’Assemblée aura soir, on les déportera pour dédemniser ces malheureux. Suivant qu’on attend à présent, il a commencé à Arras, pour cela vous en serez plus informé que moi, jusqu’à Courtrai aux environs de cinq heures, une heure et demy de large.

102 Je vous souhaite bonne santé. Des compliments de votre famille je suis sincèrement,

103 Monsieur et très cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

104[Lettre du 23 août non publiée]

105 De Linselles le 26 août 1791

106 Monsieur et cher Amy,
J’avais oublié de vous marquer dans ma dernière que je devais envoyer seize cens francs à M. LEGRAND. Benjamin y a été mercredy. Il n’a trouvé à la maison que la concierge ; il a demandé pour parler à LEGRAND, elle lui a répondu qu’elle ne savait pas où il était, qu’elle n’avait pas entendu de ses nouvelles depuis quatre semaines, quelle croyait qui était malade ; elle l’a prié d’aller chez WATERLOT. Benjamin a dit qui n’avait pas d’ordre pour aller chez WATERLO, qui aurait plutôt été à Douay. Ce mot l’a effrayée un peu, je ne sais pas pourquoi et sa soeur est morte il y a bien trois à quatre mois. Vous me direz votre façon de penser. Pour aller à Douay, il faudroit porter le tout. Pour cela, je ne peux pas à présent, les marchands de lin n’ont pas encore venu, mais dans une quinzaine je pourrais leur parler, et un peu de colza que je pourrois recevoir.

107 Nous avons battu deux bonniers de colza hier et avant hier. Aujourd’huy, nous débarrassons les herbes, le terrain et les pailles, lions le reste de la wartrie *. Nous avons du colza qui a toutes ses qualités, il est beau, bon il est censé à cause qu’il a du corps, il clieut parce qu’il est bien sec. Je ne sais pas si vous approverez le marché que j’ai fait avec le cousin DESTOMBE. Les colzas ont plus d’apparence à augmenter que de diminuer puisqu’ils sont repris de dix patards à la razière depuis huit jours d’ici ; nous le sommes convenus à faire le prix au my septembre, à prendre le prix le plus beau qui sera vendu à ce temps là, pour moitié aux environs en argent comme je voudrais et l’autre moitié en assignats, mais celui qui me paiera en assignats, il m’en donnera vingt cinq patards de plus à la razière que celui en argent. À présent si je l’aurois laissé à quinze, moitié argent et l’autre assignats, il me l’auroit donné. Tout ce que je me repens de ne pas l’avoir tenu à cinq patards à la razière plus que le plus haut prix, il me l’auroit donné également. C’est un fameux colza ; la quantité qui fera, je ne le sais pas encore au juste, je compte derrière la grange de la vieille espèce treize avot, au bonnier devant la porte, je ne le ferais pas pour quatorze. L’an passé il étoit bien sec qu’on croyait il a encore diminué en grenier. Le pureux est venu ; demain, si est tout passé, je le livrerais par ainsi, je ne serai pas gênée des greniers. Demain, si le temps le permet, nous batterons les 14 cens au bout du grand jardin.

  • 5 Les assemblées primaires se sont réunies en juin 1791 pour élire les électeurs chargés de voter po (...)

108 Nos électeurs sont partis mercredy et Benjamin compte de partir pour être le premier de septembre à Douay, mais ne savent pas encore où sera leur résidence 5 .

109 J’ai payé les impositions de 1790 à Roncq : il portait cents trente quatre francs.

110 J’espère qu’à votre première vous me direz que le Roy a accepté la constitution : ce sera un bien pour le royaume.

111 Des compliments de vos enfants, ils vous demandent la bénédiction, je suis sincèrement,

112 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

113[Lettre du 29 août non publiée]

Septembre 1791

114 De Linselles le 3 septembre 1791

115 Je viens de recevoir aujourd’hui votre lettre datée du 28 août, avec les deux cens francs de petits assignats. Vous me dites de ne pas leur en donner de trop, je le sais, puisqu’ils devraient perdre après ; il m’a arrivé à moi-même. Je suis charmée que vous persistez de me dire que ce sera pour le 25 courant que nous aurons la consolation de nous rejoindre.

116 J’ai eu la visite hier de mon cousin DESURMONT, il m’a dit que quand vous le manderez de venir à Paris, qui partira de suite.

117 Nos colzas sont tous purés ; il s’en trouve 178 razières un avot demy ; nos 14 cens ont fait dessus le pied de 4 razières. On m’a dit aujourd’hui qui valent 15 F pour argent et 17 pour assignat ; on en charge un bateau à Wervick. A cause de cela je crois qui ne diminueront pas. Si vous êtes informé des prix par la Gazette de Lille, vous savez nos conditions, je vous prie de me le marquer. Nos fèves sont tout piquetées *. Nos avoines sont renfermées. Pierre-François commence à être à fait du métier de carton *.

118 J’ai appris avec grand contentement que le sieur maire d’Houplines vous doit remplacer, je suppose que vous en serez informé peut-être avant moi.

119 J’ai reçu des compliments de notre curé aujourd’huy par M. CORDONNIER d’Haubourdin, ci devant capucin, qui fait les fonctions de curé : fameux prédicateur. J’ai reçu hier la visite hier du cousin père capucin à Merville ; il a logé à la maison, bon démocrate. Si nous avions tout prêtres comme lui, on ne voiroit pas tant de misères qu’on ne voit. Le curé conformiste lui a mis un confessionnal dans l’église pour lui entendre les confessions, et il m’a dit que si était dix ans plus jeune qui prêterait son serment, mais il me dit voilà que j’ai 70 ans, je ne peux plus prêcher à cause qu’on ne m’entend plus, je n’ai plus de dents. Il m’a dit s’il peut réellement quand vous serez de retour il vous viendra saluer. Il vous fait des compliments.

120 Vous trouverez dans cette inclue la lettre de sieur WATRELOS que j’ai reçu mercredy dernier, vous me direz votre façon de penser, si j’envoierai ou si vous irez à votre retour. Ce pauvre homme de Roncq l’a encore mandé si vous ne pouvez rien obtenir pour lui. Je vous prie de ne pas perdre son congé, si vous ne pouvez rien obtenir.

121 Des compliments de nos enfants. Ils vous demandent la bénédiction. Je suis sincèrement, en attendant le plaisir de vous posséder,

122 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme.
Angélique Delputte

123 De Linselles le 6 septembre 1791

124 Monsieur et cher Époux,
Je viens de recevoir vos deux lettres, l’une datée du 2 et l’autre du 3 courant. J’y ai trouvé inclus dans les deux quatre cens francs d’assignats de 5 et une devant qui avait deux cens. Par ainsi, j’en ai reçu 600 en trois lettres de suite.

125 Le cousin SEYNAVE m’a dit qui vous remercie de votre bonne offre, il les a dû changer avant que ces Mrs ont parti pour Douay.

126 Vous me demandez combien nos bleds pourraient faire au cens de gerbe, c’est une chose que je ne peux pas vous dire encore au juste, puisque ils n’ont presque pas battu depuis qui ont battu l’épicage et le glenage ; quand ils avoient le temps, on avait besoin d’avoine et lier les fèves. Aujourd’huy, nous avons renfermé la wartrie *, mais tout ce que je vous pourrois dire des bleds, les colzatiers et le bled de trèfle, la paille est trop moue pour avoir beaucoup de grain. Cependant, le dire de nos ancestres : quand les premiers grains sont bons, le reste suit. Mais cette année il faudroit que je la voirois pour le croire. Je vous en conterai des nouvelles plus certaines dans huit jours. Si le bonnier que nous batterons, feroit une razière, il me tromperait en bien, je le regarde comme le moindre de notre recette : c’est le bonnier des 25 cens bleu de semence.

127 Je suppose que vous avez reçu des nouvelles de Benjamin, qui vous aura marqué que son commissaire l’a fait président pour faire l’action et puis qui a été fait capitaine au premier tour de scrutin. Je trouve que son commissaire n’a pas fait aussi bien qu’à Tourcoing. Il est encore trop jeune pour l’élever aussi haut en grade ; je crois qui sauroit recommandé pour la monoie pour ses épaulettes, mais j’ai envoyé Pierre-François aujourd’huy avec des petits assignats pour 45 francs et pour savoir le lieu de sa résidence. Si a une bonne conduite, cela lui servira d’une bonne école.

128 Vous me parlez du beurre pour le sieur LELOIR. À moins que vous lui auriez beaucoup d’obligations, je n’aime pas, à cause que c’est trop d’embarras pour le faire emballer et le conduire à Lille. Je vous, prie de m’en exempter.

129 Je suis chargée de vous faire des compliments de M. le curé de Bondues, il a venu au hasard du pot pour prendre notre soupe à midy ; il est déservant de Linselles pendant que notre curé est à Douay ; c’est le garçon de Nicolas DEMAZIERS, maître de pension à Lille. Nous attendons notre curé demain.

130 Je ne vous invite pas à notre Dédicace, à cause que j’aime mieux vous posséder quinze jours après pour de bon. En attendant ce moment si lointain désiré, je suis sincèrement,

131 Monsieur et cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

132 Le village de Linselles s’orgueillie d’avoir deux députés de suite et un capitaine.

133 Les aristocrates n’osent pas parler touchant des pierres qui a tombé, à cause que les démocrates leur sortent le nez de suite.

134[Lettre du 10 septembre non publiée]

135 De Linselles le 12 septembre 1 791

136 Monsieur et cher Époux,
J’ai reçu votre lettre en date du 5 et aujourd’huy je reçois celle en date du 7 [lettres non conservées] de ce mois, par laquelle je reçois de bonnes nouvelles. Suivant votre dire et les nouvelles de Lille, que le Roy a signé la constitution, et ainsi, mon cher Amy, que nous ne serons plus lointain sans nous revoir.

137 Le cousin DESURMONT prend la diligence demain ; je suppose qui arrivera au moment que vous recevrez ma lettre ; vous verrez par le petit bulletin que vous m’avez envoyé cens cinquante francs, que vous s’avez mépris, à place de les envoyer au cousin DESURMONT. Vous me dites dans votre lettre que vous voudriez être de retour pour pouvoir se joindre avec les bons patriotes ; il a longtemps que le maire vous désire ; hier, la municipalité a encore été assemblée pour les aristocrates avoir une messe. Le plus beau de tout, il a eu deux de la municipalité qui ont signé pour ou contre, qui sont DELANNOY-DELCOURT et DELFORTRIE. On va présenter les deux pièces au département. Cependant il doit venir une ordonnance du département que les réfractaires doivent s’éloigner de six lieux de leurs demeures. Voilà huit jours que M. le curé me l’a envoyée de Douay et on ne l’a pas encore vu dans aucun village. Mon cousin vous fera le détail des visites que j’ai eues à la dédicace, mais je vous en citerais un M. BAILLON de Lille, avec son épouse, la fille de M. SEPPREZ, et un de ses fils ; ils m’ont rendu une visite l’après-midy. Ils avaient dîné chez un marchand de filés à Linselles. Je dirai le reste à ma première.

138 Compliments de vos enfants et de toute la famille, je suis, en vous attendant,

139 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

140 Vous verrez ma lettre un peu déchirée à cause que j’avais oublié de mettre cette inclue dedans

141 De Linselles le 19 septembre 1791

142 Monsieur et cher Amy,
J’ai reçu votre lettre en date du 11 hier [lettre non conservée]. J’étois informée le matin que le Roy avait signé la Constitution ; nos électeurs étoient à Lille ; il y en a eu qui a parti à porte ouvrante pour apporter les nouvelles ; je vous assure, mon cher Amy, que les larmes m’ont sauté des yeux de joie en apprenant cette nouvelle. C’est un grand coup de massue pour les aristocrates. Dans la vôtre en date du 14 [lettre non conservée] que je viens de recevoir avec cet imprimé, m’assure qu’il a signé.

143 Vos ordres, que vous me donnez pour les domestiques, avoient été fait du jour avant. Tous les villages dans nos environs étoient informés du vendredy, on a fait des feux de joie. A Linselles, ce ne sera que demain, à cause que M. le curé n etoit pas au village, il étoit à Lille. Je crois que demain on chantera le Te Deum et qui aura illumination le soir. Pierre SIX, notre voisin, m’a dit que les électeurs voisins vous vouloient avoir au district, et surtout ceux de Guinnon, mais Linselles [ ?] fortement, en disant qu’ils avoient besoin de vous pour en faire leur maire. Dans huit jours on va remplacer le reste des curés.

144 On m’a dit cet après-midy qui a un marchand nommé Louis POLET VERNIER, aux environs du Hem dans la rivière dessus Bousbecque ou Halluin, on ne sait pas comment il avait sa montre d’or et encore un peu de monnaie dans ses poches.

145 Je vous avais dit dans une de mes dernières lettres que si le premier bled qu’on auroit battu auroit sa razière, que j’aurois été contente ; je suis trompée agréablement, il fait sa ratière trois caraux. Le temps que nous avons à présent est de plus agréable pour nettoyer les terres. Nous comptons à la fin de cette semaine de commencer à planter colza.

146 Je vous envoie un assignat de trois cents francs pour le convertir en petit de 5 F, ce sera pour vous le rapporter par vous même. J’en ai encore d’autres, si vous serez aisé de les changer, je vous les enverrais. J’espère qu’à votre première que vous me direz approchant le jour que nous devrons partir pour nous rejoindre.

147 Attendant cet heureux jour, je suis sincèrement, Monsieur et cher Amy, des grands compliments au cousin DESURMONT.

148 Votre très attachée femme
Angélique Delputte

149 De Linselles le 25 septembre 1791

150 Monsieur et cher Amy,
J’avance ma lettre de deux jours pour vous écrire à cause que DELANNOY, notre entrepreneur de tabac, m’a mandé si je n’aurois pas voulu lui faire le plaisir de vous prier de vouloir changer cents quarante francs pour des petits de 5 F. C’est pourquoi je m’empresse de vous les faire parvenir avant le 29.

151 Je vous avois dit dam une de mes dernières lettres que les démocrates et les aristocrates venaient de plus en plus entêtés, mais il me semble que c’est comme des chiens à l’attache. Ils savent aboyer, mais ils ne savent pas mordre.

152 On m’avait dit que les réfractaires auroient dit la messe aujourd’huy. Le capitaine avoit prévenu la garde nationale, si entendoient battre la générale, de venir de suite ; il y a encore beaucoup de bons citoyens qu’ils étoient venus à la première messe, plus à bonne heure armée, mais on n’a rien vu. Ils ont tous parti à Wervicq à l’ordinaire.

153 Dans les villages voisins, ils en ont fait autant.

154 Vous aurez la visite du sieur CREPELLE, il est parti aujourd’hui pour Paris ; il a offert ses services à mon frère, vous en ferez à votre mode, mais je crois que ce seroit faire affront à les citoyens, s’ils ne savaient pas votre arrivée. Moi, j’espère que vous m’en ferez part pour que je viens tout au moins à Lille.

155 Nos électeurs sont partis ce matin pour faire le reste des curés qui ne sont pas encore remplacés.

156 Je vous souhaite une parfaite santé. Des compliments de la famille, en attendant la satisfaction de vous embrasser, je suis très sincèrement,

157 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

Notes

1 Mme Lepoutre interroge son mari sur la patente, contribution instituée par la loi des 2-17 mars 1791. Cet impôt sur l’activité artisanale et commerciale est en fait calculé sur la valeur locative de l’habitation occupée par les professionnels.

2 Cf. la note, lettre de Lepoutre du 19 juillet 1791.

3 Il faut probablement comprendre Quesnoy-sur-Deule.

4 Depuis la fuite à Varennes, Louis XVI avait perdu toute crédibilité auprès de l’opinion publique, surtout à Paris qui avait réclamé sa déchéance. Pendant l’été, les départs en émigration se poursuivaient et le 21 août 1791 la statue de Louis XVI à Caen avait été renversée. Il est très possible que des rumeurs circulaient sur une deuxième fuite : Louis XVI a hésité beaucoup avant d’accepter la constitution le 13 septembre 1791.

5 Les assemblées primaires se sont réunies en juin 1791 pour élire les électeurs chargés de voter pour le choix des députés à l’Assemblée législative. La fuite du roi et ses suites ont différé au mois d’août la réunion des assemblées départementales qui doivent procéder à ce vote.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search