Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section V. 1er Juillet 1791 - 30 Septembre 1791

Correspondance du député Lepoutre. Paris, 1er juillet —3 septembre 1791

Texte intégral

Juillet 1791

1 N o155 de Paris le 2 juillet 1791

2 Ma chère Épouse,
Par votre lettre en date du 28 juin que je viens de recevoir, vous me dites que vous croiez faire usage de la décoction que je vous ay indiquée. Je crois pouvoir vous assurer que cette boisson est un grand calmant pour la chaleur du corps et les humeurs.

3 Quant à l’eau de vie de genièvre que vous me dites avoir de la crainte dans ce moment de la faire entrer dans la ville, je vous réitère de ne pas vous exposer dans aucun embarras. Si je vous ay dit dans une de mes dernières lettres, que je vous demandais d’en avoir s’il était possible, ce n’est purement que pour obliger nos amis. Eh bien je leur dirai qu’il n’est plus possible d’introduire la moindre chose en fraude dans nos frontières, attendu la grande vigilance qu’ont nos commis et la Garde Nationale.

4 J’avois bien cru, il y a quatre mois que j’aurais pu profiter de la dédicace de Saint-Pierre cette année, mais personne n’aurait pu prévoir les obstacles qui se sont succédés pour empêcher la marche de nos travaux et surtout cette dernière, par notre machine du Roy, qui ne tendoit à rien moins que de faire couler le sang du peuple français. Il me parait aujourd’hui à mes yeux comme un monstre, luy et ses intriguants. Depuis qu’il est sur le trône, il a été gaspillé au trésor au moins douze millions sur le peuple, d’après le recouvrement que des personnes bien instruites font en ce moment, ce n’est pas que la Nation soit en dette de cette somme, mais l’ancien régime, qui a toujours joui des abus, tant au gouvernement que dans les provinces était une charge au peuple tous les ans, au moins d’un milliard, quoy qu’il ne rentrait au trésor royal que environs six à sept cents millions.

5 Je suis presque assuré que l’on répand dans nos provinces que la guerre est inévitable, que le prince de CONDÉ réuni à Monsieur et du comte d’ARTOIS viendront fondre sur la France avec une armée d’environ cinq mille hommes aux costumes noirs provenant de vieilles soutanes de nos prestres réfractaires et parsemés de têtes de morts, o la belle troupe. Je vous assure que si l’Empereur voulut se mêler de cette affaire, quand bien même, il aurait deux cent mille hommes, je ne crois pas qu’il rencontrerait un seul soldat dans ses États.

6 Je suis charmé d’apprendre, ma chère Amie, que nos frères et sœurs vous ont rendu une visite ; je voudrais bien avoir la facilité de pouvoir me trouver au nombre de ceux qui se prêtent à vous distraire de vos inquiétudes.

7 Les bruits les plus communs sont que les Brabançons et les Flamands voudraient que Léopold, leur Empereur, prendroit part avec les réfugiés français qui sont dans les Etats, c’est que pour lors, ils auraient une occasion pour faire cause commune avec les Français pour se soustraire à la domination de leur souverain.

8 Vous me dites beaucoup de choses avantageuses de nos colzas et le temps qu’il fait depuis qu’ils sont sciés est tout a fait avantageux, mais je suis encore plus satisfait d’apprendre que le peuple connoit la différence qu’il y a d’un aristocrate à celuy qui n’a pour but que le bien général.

9 Quant au bled que vous avez encore à vendre, je ne peux pas prévoir que le prix de cette denrée puisse augmenter, hors qu’il n’arrivait du contretemps sur la récolte et deuxième raison qui pourrait le faire augmenter, s’il arrivait qu’on voulusse nous susciter une guerre, ce qui n’est pas à présumer, au moins quant à moy, c’est une façon de penser.

10 La conduite de notre curé de ne point accorder d’heures autres que celles qui sont d’usage pour la paroisse pour dire la messe, aux prestres réfractaires est bien sage. C’est que par ce moyen, il faut que tous leurs prosélytes se trouvent confondus avec tout le peuple, et ne croiez pas que cette conduite qu’ils ont tenue depuis quelques semaines d’aller dire la messe à Wervicq et les autres de se rendre pour l’entendre puisse se continuer. Vous voirez que cette ligue se dissoudra peu à peu et le désespoir de voir arriver cette contre-révolution les contraindra à prendre une autre résolution.

  • 1 Le 2 juillet 1791, une nouvelle de Vannes rapporte que 18 ci-devant nobles, un prêtre, 12 domestiq (...)
  • 2 Une nouvelle des Pays-Bas assure que « notre archiduchesse s’est trouvée mal en apprenant que Loui (...)

11 Je viens d’apprendre dans ce moment qu’on vient d’arrester en Bretagne un mille de ci-devant gentilshommes que l’on ne manquera pas de bien garder ; deuxième nouvelle, tous les officiers de la marine de Brest viennent de prester le serment de fidélité à la Nation et de répandre leur sang pour les intérêts de la patrie 1  ; troisième : qu’on vient d’arrester à Roye, une caisse considérable destinée pour l’Archiduchesse de Teschem à Bruxelles 2 , sçavoir sans doute fait par la Reine.

12 Je vous souhaite une parfaite santé et suis très sincèrement

13 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

14 N o156 de Paris le 7 juillet 1791

15 Ma chère Épouse,
J’ay reçu la lettre de Benjamin en même date que la votre du 2 de ce mois, par laquelle il me marque qu’ils ont souscrit, les deux frères l’engagement de se réunir au corps des volontaires et se livrer à la défense de la Nation, quand ils en seront requis ; et suivant le rapport qu’il me fait, ils sont prés de six mille dans le district de Lille et on en demande que trois mille pour le département. Si les autres districts fournissent à concurrence de celuy de Lille, il y aura un corps de réserve au moins de trente mille hommes.

16 Je crois, ma chère Amie, si j’avois été chez moy, je ne me serais pas opposé au dévouement généreux qu’ils ont fait de marquer leur civisme. Ils ont agi comme tous bons citoyens doivent le faire de se prester à la défense des propriétés de leurs concitoyens et de ceux de leur père et mère.

17 J’ay lu la lettre de Benjamin en présence de Monsieur FRICAUD, comme il est actuellement le rapporteur de toutes les adresses qu’on envoye de tous cotés de l’Empire Français, en sa qualité de secrétaire de l’Assemblée Nationale. La tenue franche et généreuse qu’a tenue la Garde Nationale de Linselles a été annoncée à l’Assemblée et il en sera fait mention au procès-verbal du 3 juillet, sçéance du soir.

18 Vous me parlez que l’aristocratie reprend à Bousbecq, par les instigations du Père Arcange COUROUBLE, qui fait sa résidence à Wervicq Flandre. Il y a un décret qui suspend les pensions de ceux qui n’ont pas leur résidence en France. Ainsy, il sera regardé du nombre des émigrants et sa pension luy sera suspendue tout le temps qu’il n’aura pas résidé en France.

19 Vous ne devez pas vous inquiéter, suivant moy, de la démarche qu’a fait notre aristocrate de greffier au département, pour obtenir une heure fixe pour la messe des réfractaires. Cet objet n’est pas du ressort du département. Cela regarde le curé comme premier marguillier.

20 J’ay appris avec plaisir que le jour de Saint-Pierre, on a illuminé les maisons. C’est une chose qui n’était point d’usage à la campagne. Mais pour déjouer le caprice de nos réfractaires, qui se sont refusés d’illuminer pour la procession, ils se sont vus obligés de faire comme les autres pour épargner les vitres de leurs croisées.

21 Vous me direz aussy que la ligue des bigots commence à se diviser d’opinion et croiance sur les saints mystères de notre sainte religion. Vous voirez, comme je vous ay marqué que cette engeance tombera dans le mépris et ils seront honteux de leur conduite.

22 J’ay appris par la lettre de Benjamin qu’il se forme un club des Amis de la Constitution à Linselles. Je vous préviens de dire à mon frère Constantin comme j’ay tout lieu de croire qui sera un des membres de cette société, de ne pas manquer d’annoncer à la municipalité le lieu de leur rassemblement et le jour qu’ils doivent s’assembler comme tout assemblement sont à la surveillance des officiers municipaux par un décret porté le 14 décembre 1 789, comme il y a une amende portée par l’article 14 de la loy de la police municipale insérée dans le journal de la séance du 3 juillet qui était lundy dernier.

  • 3 À deux reprises (7 et 9 juillet 1791) Vernier présente des rapports sur les moyens de prévenir, da (...)

23 Nous aurons aujourd’hui une séance bien bruiante ; nous devons décréter une loy contre les émigrants 3 et on saisira tous les revenus et leurs biens de ceux bien entendu qui s’armeraient contre la Patrie.

24 Vous me parlez des assignats de cent sols. Il en sera mis en circulation vers la fin de cette semaine, ou au commencement de l’autre pour cinq millions et ils seront répartis dans tous les districts du royaume, où il y aura un bureau de change sans aucune retenue.

25 Vous avez bien raison de dire, ma chère Amie, que le peuple est fixé sur l’Assemblée Nationale et que sera elle qui donnera à manger au peuple Français par la constance. Nous serons, j’espère, dans peu débarrassés de toute inquiétude, une fois que la Constitution sera complétée. Nous donnerons liberté au parjure de Roy d’aller où il voudra et même l’escorter s’il le faut pour le conduire où sa bêtise l’indiquera. Vous aurez bientôt connaissance de la conspiration qu’on avoit tramé contre la nation ; il y aura, j’espère, plusieurs têtes qui sauteront de ce coup, car chaque jour, on fait de nouvelles découvertes.

  • 4 La besace est aux Pays-Bas le symbole de la mendicité et de la gueuserie. « Être réduit à la besac (...)

26 La Garde Nationale d’Houplines vient d’arrester une somme de deux millions cinq cent mille livres en or, destinée par l’abbé de Saint-Omer pour alimenter les indigents officiers qui sont actuellement réduits à la besace 4 dans le Brabant.

27 Quant au lin en botte et le tabac, toutes ces marchandises reprendront sitôt que le calme sera rétabli. Quant au tabac, si nous sommes forcés de nous battre, il est certain qu’il augmentera, mais je ne crois pas qu’aucune puissance oserait nous attaquer.

28 Je vous souhaite une parfaite santé, bon courage et patience.

29 Attendant de vos nouvelles le plus souvent possible, je suis très sincèrement,

30 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

31 N o157 de Paris le 10 juillet 1791

32 Ma chère Épouse,
Par la lettre que je viens de recevoir en date du 5 de ce mois [n. p.], par laquelle vous me faites part d’une triste nouvelle en m’apprenant la maladie dangereuse qu’est attaqué mon frère Isidore, s’il est vrai qu’il soit attaqué par le foie, il y a beaucoup à craindre de la guérison, car ces sortes de maladies se guérissent très difficilement ; je feray la représentation de son état plusieurs bons médecins que nous avons dans notre assemblée, si je peux recevoir d’eux quelques bons avis, je vous les feray parvenir de suite.

33 Quant au sieur POLLET, dont vous croiez qu’il viendra à Paris pour réclamer son argent qu’on luy a saisi, je ne crois pas que l’on prendra part à sa réclamation et surtout si la saisie a été faite postérieure au décret qui empêche la sortie du royaume de toute espèce d’or, d’argent et même des lingots.

34 On a rendu hier un décret contre les émigrants, portant en substance que ceux qui ne seront pas rentrés dans un mois du jour de la publication, ils seront tenus de payer triple imposition et s’ils entrent sur le territoire armés, leurs biens confisqués peuvent estre partagés à la troupe qui combattra pour la défense de la Patrie.

35 Suivant votre rapport, je pourroy recevoir demain par la diligence l’eau de vie de genièvre que vous m’envoyez, s’il fait ses effets comme j’ay lieu de l’attendre, je crois que j’auray l’occasion de vous en demander un second envoi.

36 J’ay reçu une lettre, il y a trois jours de mon cousin DESURMONT par laquelle il me marque que s’il peut trouver cinq à six jours libres, il croit de venir à Paris, accompagné du sieur Philippe-Joseph DESURMONT, son parent. Je serais charmé de le voir. Il pourrait peut-estre pendant son séjour trouver un moyen de sortir les toiles qui nous restent et celles qui sont à son compte particulier.

  • 5 Depuis la fuite du roi, dans certains milieux de la capitale on discute sur la possibilité d’un go (...)

37 Nous aurons sous peu de jours une grande question à décider, qui est de savoir si le Roy sera perpétué sur le trône ou s’il sera remplacé par son fils ou bien si ce sera un gouvernement républicain. Cette dernière proposition, je ne crois pas qu’elle puisse estre accueillie en aucune manière parce que ce serait porter atteinte à beaucoup d’articles de notre Constitution 5 .

38 Il sera fait un rapport dans deux ou trois jours des articles constitutionnels d’avec ceux qui ne sont que force de loy. Quand une fois nous aurons arrangé ces deux objets, j’espère qu’avant quinze jours on ordonnera les assemblées électorales et peut-estre pourrons-nous rejoindre nos familles pour le commencement de septembre.

39 Attendant cet heureux moment et aussi de vos nouvelles relativement à la situation de la santé de mon frère Isidore qui m’intéresse beaucoup, je suis très sincèrement, ma chère Amie

40 votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

41 [...]

42 N o158 de Paris le 12 juillet 1791

43 Ma chère Épouse,
Votre lettre en date du 8 de ce mois m’apprend une triste nouvelle en m’annonçant la mort de mon frère Isidore. C’est un tribut que nous devons tous supporter, chacun à notre tour, mais je compatis beaucoup à la perte que font ses enfants. Je ne prévois pas qu’ils pourront tenir leur marché. Je ne connais personne qu’il puisse leur tenir lieu de père dans la famille, or que FORTRIEZ secondé par les tuteurs qu’on sera obligé de nommer pour veiller à leurs intérêts.

44 Je ne crois pas qu’on puisse jeter les vues sur moy pour cet objet, attendu que je ne suis pas oncle en ligne directe, mais s’il arrivoit qu’on en feroit la proposition, vous pouvez faire valoir mon absence et ma résidence sur un territoire étranger. Je ne fais cette réflexion qu’à cause que vous estes l’aînée de la famille, mais je vous préviens de me distraire de cette charge autant qu’il vous sera possible. Il y a une bonne raison, c’est que je ne connais ny coutumes, ny usage de ce territoire.

45 Vous me faites part que les officiers municipaux de Linselles, sans doute avec des commissaires sont venus pour faire estimation de notre exploitation sur le territoire de Linselles et la valeur du loier de notre corps de logis. En vérité, j’aurois été très embarrassé d’en fixer le prix. Vous avez très bien fait de suivre la déclaration des autres fermiers qu’ils se trouvent logés au moins aussy avantageusement que nous.

46 Vous me dites que la société des Amis de la Constitution doivent présenter une adresse en forme de requête à l’Assemblée Nationale, tendant à faire éloigner tous prestres réfractaires de leur résidence à bénéfice de trois à quatre lieues. La chose est très vue, mais je crains que l’Assemblée ne prononcera rien à cet égard, sinon de renvoyer les choses au dénonciateur publicq pour l’obliger à informer contre tous ceux qui pourraient par leur conduite troubler l’ordre de la société. De plus il y a un décret porté à cet égard le 10 juin dernier, qui enjoint aux accusateurs publicqs, d’informer, sous peine de forfaiture.

47 On a bien relevé les cendres de VOLTAIRE pour les transporter à Sainte-Geneviève, lieu destiné et où seront inhumes les grands hommes ; le cortège était des plus brillant, il n’y avait dans le cortège aucune pompe religieuse mais peut-estre vingt mille Gardes Nationales en formoit le cortège.

48 Les officiers municipaux, les juges des dix tribunaux, les ministres, les cent Suisses et le char de triomphe où était posée l’effigie de Voltaire sur un lit de mort était tiré par douze chevaux gris, qu’on m’a dit estre les chevaux de la Reine.

49 J’ay reçu avant-hier les sept bouteilles de genièvre que vous m’avez fait parvenir par la diligence, bien conditionnées, mais il me reviendra un peu cher par la voiture.

50 Le temps icy depuis quelques jours est à la pluye, s’il en fait du pareil chez nous et que vous eussiez encore des fouins à renfermer, cela pourroit vous causer un peu d’embarras. Je vous prie donnez-moy de vos nouvelles le plus souvent possible ; il n’y a plus que cela qui me fait plaisir dans ce moment.

51 Je vous prie de faire mes compliments à toute la famille, si vous recevez ma lettre avant votre réunion pour les funérailles de ce cher frère. Je suis très sincèrement,

52 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

53 N o159 de Paris le 16 juillet

54 Ma chère Épouse,
Par la lettre dont je viens de recevoir en date du 12 de ce mois, vous me témoignez avoir quelques inquiétudes sur le départ de nos enfants, s’il fallait combattre nos ennemis ; eh bien, ma chère Amie, vous me voirez étant de retour chez moy, me mettre du nombre avec nos enfants, il n’est cependant pas à présumer que nos enfants osent lever le pied pour venir combattre une nation qui veut estre libre.

55 Nous avons plus à craindre des ennemis du dedans que de ceux du dehors. Pour ce moment les têtes sont fort échauffées à Paris, une portion de factieux qui voudraient ôter la couronne à Louis sous le prétexte qu’il est parjure. Mais ces gens ne prévoient pas à quels dangers la Nation seroit exposée en voulant changer l’ordre du gouvernement. J’espère que le calme se rétablira aujourd’hui d’après les articles qu’on a décrétés hier, ils sont conçus en ces termes sauf réserve de la rédaction :

« Un Roi, qui quitte son poste, pour se mettre à la tête d’une armée ennemie contre la Nation est censé abdiquer le trône
2°) Lin Roy qui après avoir presté le serment se rétractera, sera déchu de la couronne.
3°) Un Roy qui aura abdiqué reviendra simple citoyen et pourra estre accusé pour les actes subséquent à son abdication. »

56 Vous trouverez inclus une petite observation que vous ferez bien de la faire circuler, je la trouve très sage et capable de calmer les esprits.

57 Vous me parlez qu’on devrait empêcher la sortie de l’argent ; vous avez du voir par les journaux, qu’il est très expressément défendu de la faire sortir du royaume aucune matière d’or ou argent, et même des lingots.

58 Quant aux locataires dont vous me parlez, il est encore temps de les faire sortir pour la Saint Rémy, moyennant de les advenir à présent, mais je ne crois pas que nous devons en agir de cette manière. La religion ne doit pas estre comprise dans les affaires politiques et commerciales et de plus ce serait leur faire tort de les faire sortir à présent. Ils ont leur petit labour peut-estre très à l’avant de fumier et de plus, je dis que nous ne devons pas faire une guerre de la façon de penser des autres, le temps corrigera leurs faiblesses.

59 Quant à Louis ODON relativement à l’enterrement d’un enfant supposé, étant représenté par le poids par des brisques, cette conduite, suivant moy, mente punition et devra estre porté par devant l’accusateur publicq.

60 Vous me parlez de la vexation qu’a fait notre aristocrate de greffier relativement aux patentes et sur cet objet vous me demandez des instructions. Je ne peux vous en donner de meilleures que de vous envoyer le tarif et par ce moyen, vous pouvez instruire ceux qui viennent vous consulter sur cet article. Vous voirez qu’on ne doit payer que six sols de Vécus, qui fait deux sols par livre du prix de son loyer.

61 On m’avait dit, il y a peu de jours que les bleds n’étaient point versés dans notre province, c’est qu’ils n’ont point vu le gros temps qu’il a fait depuis huit à dix jours.

62 Je vous prie de présenter mes respects à Monsieur notre curé et luy dire que je ne perd pas de vue sa réclamation, que les pièces qui m’a envoyées luy seront remises et qu’il n’a pas été possible de prester attention sur cet objet, quoy que très intéressant pour la tranquillité publicque.

63 Je me recommande à vos intentions et vous souhaite une parfaite santé, des compliments à Mademoiselle HONNET à votre première occasion. Je suis très sincèrement,

64 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P. F. Lepoutre

65 N o160 de Paris le 19 juillet 1791

  • 6 Le 16 juillet 1791, l’Assemblée décide de rédiger une adresse aux Français pour expliquer sa décis (...)

66 Ma chère Amie
Je suis charmé d’apprendre par votre lettre du quinze, que vous avez réuni la famille pour faire la commémoration du jour à jamais mémorable de la Fédération. Je crois de vous avoir marqué dans ma dernière que nous avons passé ce jour-là comme les jours ordinaires en nous rendant aux deux assemblées qu’ils ont eu lieu ce jour. Il y a eu 24 députés cependant qui se sont rendus au Champ de Mars 6 , où il s’est trouvé plus de cinq cent mille âmes.

67 Je vous amis marqué dans ma dernière qu’il y avait une grande agitation dans Paris, avant hier, dimanche une assemblée de brigands se sont réunis au Champ de Mars, ils étaient au moins trente mille. La Garde Nationale s’y est rendue, la cavalerie a escorté les membres de la municipalité, on a lu la loy martiale par trois reprises en les sommant de se séparer, on y a arboré le drapeau rouge. Tout a été sans effet, mais une décharge des mousquetaires et une bordée de deux coups de canons y a jeté l’alerte. Ils ont commencé à fuire comme des lapins. De toute cette bagarre, il y eut onze personnes de tuées et douze de blessées et aujourd’hui tout est calme. Et j’aime à croire qu’avant la fin de la semaine, tout Paris sera purgé de cette canaille. On vient d’arrêter deux personnes de ceux qu’ils payaient des brigands, l’un est juifs est nommé EBRAHIM, envoyé par le Roy de Prusse pour jeter le trouble dans notre Révolution. Et le deuxième, je ne me rappelle pas du nom. Il semble que plusieurs puissances font agir sourdement pour troubler l’ordre de nos opérations, parce qu’ils n’oseraient nous attaquer ouvertement et je crois pouvoir vous assurer que nous finirons nos travaux, sans qu’il arrive de grands éclats.

68 Quant à la disme, ma chère Amie, vous n’aurez aucune inquiétude. Vous renfermerez les productions de nos campagnes sans que vous soyez obligée d’advertir aucun dismeur et nos voisins ont les mêmes avantages. La dîme que nous percevions sur leurs terres n’a plus lieu. L’arrangement que nous aurons à faire sera avec le propriétaire, il nous devra faire une déduction sur notre fermage, le prix que la disme sera estimée pour la dépouille * de l’année 1791. Mais pour l’année 1 790, nous devons la payer en entier parce que nous avons jouy de toute la disme sans aucune retenue et cet arrangement se fera quand je seray de retour.

69 Vous trouverez dans ce dernier numéro des journaux un décret concernant les prestres réfractaires de l’Alsace. J’ay demandé que le décret fut rendu général pour toute la France, cette demande a été renvoyée au comité ecclésiastique. Nous aurons, j’espère, sous peu un décret de règlement à cet égard. Vous ferez voir ce journal à Monsieur notre curé et faites en sorte que ce décret soit connu du publicq ; il servira d’advertance à nos prestres réfractaires.

70 Vous trouverez inclus plusieurs imprimés que vous ferez voir à Monsieur DELAHOUSSE et quand le décret de règlement sera porté, je luy feray parvenir les imprimés qu’il m’a fait parvenir avec le décret. Pour le présent j’en ay besoin pour les présenter de nouveau au comité.

71 J’espère qu’à votre première, vous me direz que vous avez fait commencer à couper les bleds ; la récolte sera faite trop bonne heure cette année, pour que je puisse aider à glaner.

72 Présentez mes respects à Monsieur DELAHOUSSE, notre brave curé et que je l’invite à ne pas perdre courage, qu’avec encore un peu de patience nous vainquerons tous nos ennemis, fanatiques et autres.

73 Attendant la satisfaction de nous revoir, je suis très sincèrement

74 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

75 P.-S. Vous ferez remettre l’adresse des Amis de la Constitution à la société de Linselles, quoy que je crois qui leur sera envoyé un paquet de notre société parce que je l’ay fait inscrire au nombre des sociétés affiliées.

76 N o161 de Paris le 23 juillet 1 791

77 Ma chère Épouse
La visite que m’a faite le sieur LESAFFRE de Wervick m’a causé le retard d’un jour à répondre à votre lettre du 18 [n. p.], je crois qu’il viendra vous saluer à son retour. Il aura bien des choses à vous dire de l’Assemblée Nationale, il été fait un rapport ce jour là relativement à la force militaire que nous avons présentement sur nos frontières, tant en homme qu’en munitions de guerre. L’Empereur n’a dans ce moment que tout au plus trente mille hommes dans les Flandres et le Brabant, il luy en faut toujours au moins la moitié pour contenir le peuple et avec les mécontents et les troupes que pourraient fournir les petits princes d’Allemagne, l’armée ennemie ne pourrait jamais se monter à plus de quarante cinq mille hommes. Et nous aurons quatre vingt dix mille hommes sans y comprendre la Garde Nationale.

  • 7 Le 15 juin 1791, à la demande de l’Assemblée nationale, Duveyrier avait été chargé par Montmorin ( (...)

78 Monsieur DUVEYRIER 7 est de retour à Paris de la commission que le Roy l’avait chargé de porter en forme de signification les décrets de l’Assemblée Nationale au prince de CONDE, qui ont été rendus contre luy et les adérens, le 15 juin. Il a été remis prisonnier à Luxembourg vingt et un jours. Je crois qu’on demandera raison d’une pareille conduite qu’a tenu la cour de Bruxelles à cet égard.

79 Vous me parlez, ma chère Amie, que j’ay quelques peines à cause que je vous dit que je n’ay de consolation que quand je reçois de vos nouvelles. Vous ne devez pas estre surprise de cela, car si je n’avais pas votre correspondance pour m’informer de l’état de nos affaires et des productions de notre exploitation, vous devez sentir que j’aurais bien peu de satisfaction, car la vie que nous menons n’est pas bien propre à nous égayer. Et surtout dans ce moment, car il semble que les ennemis de la Constitution se réunissent de toutes les parties de l’Europe et font machiner sourdement pour faire renverser notre édifice. Mais ils n’en sortiront pas, ou bien nous périrons tous et j’ose vous assurer que nous se moquons de leurs menaces.

80 Quant au vicaire dont vous me parlez, il me parait qu’on aura pas sujet à se plaindre de sa sortie, car sa conduite fait parler les paroisses voisines. Je crois que les membres du département du Nord se rassembleront aujourd’hui ou demain, pour prendre des arrangements relativement à nos prestres réfractaires d’après la déclaration qu’en ont fait nos commissaires de leur incivisme et du trouble qu’ils font naître dans notre département. Je ne dis pas qu’on les traitera aussi durement que ceux de l’Alsace, mais au moins, nous tacherons de les faire rentrer à l’ordre.

81 Vous direz au cousin SEYNAVE que je me rendray aujourd’hui au comité des finances pour qu’il soit délivré un ordre au caissier de Lille de changer leurs assignats en petits assignats de cent sols s’il est possible. Je vous en donneray des nouvelles au premier ordinaire.

82 Vous trouverez inclus dans le paquet six assignats de cinquante livres et six assignats de 5 livres ; il faut espérer que les petits assignats qui sont envoyés dans tous les départements avec des gros sous pour les échanger sans aucune retenue donnera de la facilité aux ouvriers et au commerce.

83 Nous croyons que d’ici à quinze jours, nous pourrons présenter la charte de notre Constitution au Roy, alors nous sçaurons s’il veut estre le Roy des Français ou bien s’il veut rentrer dans la classe des simples citoyens, on luy accordera pleine liberté de faire ce qu’il luy plaira.

84 Le temps est fort bon icy depuis une dizaine de jours, j’espère que vous me direz à votre première lettre que vous avez commencé à faire couper du bled.

85 Attendant de vos nouvelles, je suis sincèrement,

86 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

87[La lettre No162 du 26 juillet 1791 n’a pas été publiée]

88 N o163 de Paris le 30 juillet 1791

89 Ma chère Amie,
Par votre lettre du 26 de ce mois, vous me faites part que le sieur WATRELOS est venu chercher le terrier de la disme ; je ne conçois pas pourquoy Monsieur LEGRAND ne luy a pas fourny celui qu’il a avec le titre de propriété de Monsieur FOREST de QUARTEV1LLE ; tout ce que je peux prévoir dans cette affaire, c’est que peut-estre Monsieur LEGRAND voudrait bien comprendre notre exploitation avec la totalité de la disme, qui formera la contenu de quatre vingt et quelques bonniers. Cette affaire ne peut pas facilement s’arranger que je ne sois de retour chez moy.

90 Quant à la veuve BONDUELLE de Roncq, que vous me dites que l’orgueilleuse ci-devant comtesse peut prendre la disme à ses locataires, vous pouvez dire à la veuve BONDUELLE que le décret du 11 mars où il est dit au premier ordinaire et qui empêche de recevoir la disme en nature.

  • 8 Nous rappelons que P.F. Lepoutre utilise à plusieurs reprises le mot dîme pour qualifier un droit (...)

91 La valeur de la disme de chaque fermage étant une fois fixé à l’amiable ou à dire d’expert, le fermier jusqu’à l’expiration de son bail, en paiera le montant chaque année au propriétaire, en argent aux mêmes époques et dans la même proportion que le prix des fermages 8 .

92 Vous lui direz de voir au greffe de la municipalité, elle y trouvera le décret qui a été envoyé par le département à toutes les municipalités.

93 [...]

94 Je crois qu’aujourd’huy, il sera porté un décret général relatif aux prestres réfractaires. Je vous avais dit dans ma précédente lettre que ce décret aurait lieu quelques jours après, mais nos travaux sont si étendus que très souvent on est obligé de prolonger les rapports.

95 Nous aurons après-demain l’assemblement de tous les décrets imprimés ; on fera le triage de tous ceux qui sont constitutionnels d’avec ceux qui ne sont que réglementaires et j’espère qu’on lèvera la suspension des assemblées électorales pour le 15 ou le 20 de ce mois. Ainsy il est à espérer que nos travaux finiront dans le courant du mois de septembre.

96 L’augmentation des bleds se fait sentir partout ; il y a eu des empêchements causés par le peuple de sa libre circulation ; il y a même des endroits qu’ils voulaient en taxer le prix à un louis d’or le sac pesant deux cent quarante livres, poids de mars * qui peut faire deux cent soixante poids de chez nous.

97 Il y a une telle pénurie d’argent à présent à Paris et surtout en fait de monnaye, que l’on est obligé de faire crédit à cause qu’on ne trouve pas moyen de changer un six francs ou un assignat de cent sols et malgré toutes les malices des agioteurs, j’espère que cela finira bientôt parce que la semaine prochaine on doit frapper de la monnaie d’argent, provenant des argenteries qui étaient superflues dans plusieurs églises des maisons religieuses.

98 Nos combats ne finiront qu’avec la fin de nos travaux.

99 Présentez mes respects à l’occasion à Monsieur DELAHOUSSE et si le décret que je désire tant depuis si longtemps se porte aujourd’huy, je vous en envoyerez un gros paquet pour le rendre le plus tôt possible public.

100 Attendant la satisfaction de nous revoir, je suis très sincèrement,

101 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

102 [...]

Août 1791

103 N o164 de Paris le 2 Aoust 1 791

104 Ma chère Amie,
Vous me faites part par votre lettre du 29 juillet [n. p.], que vous avez vendu le tabac. Je crois que cette marchandise ne sera pas susceptible d’une grande augmentation, vu la grande quantité qu’il se trouve dans le royaume. Cependant je crois que ceux qu’ils voudraient en faire commerce en détail, qu’il y aura de l’argent à gagner. Il faut pour cela faire un dépôt aux environs de Maubeuge où il va estre établi un camp, pour surveiller l’entrée de nos ennemis. Mais on ne fait pas moins les préparatifs pour les bien recevoir.

105 Quant aux bleds, vous me dites que vous en avez encore, comme je puis comprendre une centaine de razières, je ne sçaurois vous déconseiller de vendre, ce sera un objet de moins que vous aurez à surveiller et, comme vous savez que notre propriétaire n’est pas trop disposé à nous faire crédit d’après ce que nous a témoigné son revenu, c’est pourquoy je crois que vous ferez bien de vous procurer de l’argent pour pouvoir le payer à sa première réquisition. Je dis de l’argent, des assignats sont également regardés comme argent.

106 Je suis charmé d’apprendre que les blés ont bonne apparence dans notre quartier. Nous avons plusieurs départements que les blés ont versé un peu de bonne heure, ce qui fait qui ne rendront pas beaucoup de grains. Et les seigles ne rendront pas plus qu’une récolte ordinaire (deux tiers) à cause d’une gelée qu’il a fait sur la fleur.

107 Je vous avoye marqué que je croiois que le décret concernant les prestres réfractaires aurait été porté le jour que je vous ay écrit ma dernière lettre. Les grandes affaires qui occupent l’Assemblée en ce moment en a occasionné le retard mais je crois qu’il sera rendu cette semaine sans faute, d’après le rapport que nos commissionnaires ont fait à l’assemblée du trouble que les prestres causent dans les départements du Pas de Calais et du Nord.

108 Vous me dites aussy que la commune était ou devait s’assembler pour donner la démission au greffier, je crois qu’ils feront une très bonne action si luy ôtant sa commission.

109 Je crois que la ligue de nos aristocrates ont cherché les moyens pour obtenir une heure fixe pour le ci-devant curé dire la messe ; ils se sont présentés au directoire du district. Leur requête nous est parvenue et je ne doute pas qu’elle sera présentée au comité ecclésiastique. Ce sera une preuve de plus pour engager l’Assemblée Nationale d’éloigner tous ces réfractaires de leur ancienne résidence. Et je crois qu’il est grand temps qu’ils se tiennent tranquilles, s’ils veulent conserver leur.s jours, car les têtes sont extrêmement montées contre cette espèce d’hommes. On les regarde comme des gens qui n’ont ni parents ni patrie.

110 Quand les petits assignats de cent sols seront un peu plus communs, je pourrai vous en faire parvenir un peu, provenant de mon traitement pour avoir de la petite monnaye. On m’a dit qu’il coûte douze sols pour avoir de la monnaye d’un écu de six francs, cet embarras finira sous peu, tous les cours de monnaye vont estre en activité pour frapper des pièces de quinze et trente sols en argent.

111 Je ne sçais pas pourquoy vous me dites que DELATTRE vous a payé quatre sous à cause qu’il aurait eu volontiers un assignat de trois livres.

112 Je crois, ma chère Amie de faire venir Benjamin quand le temps de ses vacances sera arrivé, il pourra m’aider à l’arrangement de tous mes papiers et me servir de secrétaire. Une résidence de trois ou quatre semaines à Paris ne nuirait pas à son éducation ; je n’aime pas que vous luy en parliez encore dans ce moment parce que les circonstances pourront peut-estre me faire changer d’opinion.

113 Il me parait suivant votre rapport que j’auroy bien de la satisfaction, si je me trouvais au milieu des ouvriers, qui seront employés à faire notre récolte. J’espère que nous ne tarderons plus longtemps à nous rendre au sein de nos familles, nous aurons demain notre Constitution imprimée. Peut-estre faudrait-il encore cinq à dix jours pour en faire la révision, avant de la présenter au Roy. Aussy il faut espérer, ma Chère, si le Bon Dieu conserve nos jours que nous ne tarderons plus longtemps à nous revoir.

114 Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

115 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

116 N o165 de Paris le 6 Aoust 1 791

117 Ma chère Épouse,
J’espérais recevoir de vos nouvelles comme d’usage par le courrier de jeudy dernier, comme je n’ay rien reçu, je crains que vous soyez indisposée ou peut-estre que les grands travaux de la moisson vous en auront empêchée.

118 Cependant quoique je n’ay pas comme d’ordinaire à répondre à votre lettre, je crois devoir vous faire parvenir un extrait de notre Constitution ; la lecture en a été faite hier à l’Assemblée Nationale et la discussion des articles commencera lundy prochain et j’aime à croire que pour la fin de la même semaine, on pourra la présenter au Roy. Je suppose qui ne commettra pas une deuxième faute, car le refus de l’acceptation le priverait du trône.

  • 9 Cf. la lettre du 5 avril 1791. En raison de la fuite du roi, les élections législatives avaient ét (...)

119 Les assemblées électorales commenceront le 23 de ce mois et devront estre finies pour le cinq septembre 9 , de manière que je crois que nous serons remplacés par nos successeurs au plus tard le 20 de septembre.

  • 10 Le 17 juillet 1791, l’Assemblée avait voté le décret obligeant les ecclésiastiques non-assermentés (...)

120 Les ennemis de la Révolution font le diable, comme à l’ordinaire, mais le nombre ne pourra jamais prévaloir sur les amis de la Liberté. Ce que nous avons le plus à combattre dans ce moment, ce sont les prestres réfractaires. Il sera à souhaiter qu’ils soient tous embarqués pour les isies de Cioto ou de Caen 10 . On a présenté un projet de décret à l’Assemblée, particulièrement pour les départements du Nord et du Pas de Calais et alors un règlement général pour tout le royaume. Il y avait un article qui ordonnait aux prestres non conformistes de rentrer dans l’intérieur du royaume à la distance de trente lieues des limites de ces deux départements, et tous les religieux doivent se rendre tous à Paris, où vous croiez qu’on aurait trouvé moyen de les contenir. Aucun article n’a été décrété, on a demandé le renvoie au comité ecclésiastique et de constitution, pour estre rapporté dans le plus bref délai possible.

121 J’espère recevoir de vos nouvelles aujourd’hui aux quelles je pourray vous répondre demain ou le jour suivant. Je vous souhaite une parfaite santé, patience et bon courage. Nos travaux seront bientôt termines. Attendant de vos nouvelles et la satisfaction de vous revoir, je suis très sincèrement,

122 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

123 N o166 de Paris le 7 Aoust 1791

124 Ma chère Amie,
J’étais très inquiet comme je vous ay marqué dans ma dernière de ce que je ne recevais pas de vos nouvelles, mais heureusement, aujourd’hui, j’ay reçu votre lettre en date du 3 par la quelle j’apprends beaucoup de bonnes choses relativement à notre récolte, tant pour les lins et particulièrement les blés. C’est une preuve que le Bon Dieu n’est point aristocrate, car les deux années de Révolution sont des plus abondantes. Il semble évidemment que nous ne sommes que les agents de la providence et il y a lieu d’espérer que nous déjouerons toutes les intrigues des contre-révolutionnaires. Je vous ay envoyé hier un exemplaire de notre Constitution, je vous en joins encore un aujourd’hui que vous délivrerez pour le publicq et j’ayme à croire que les habitants de nos campagnes commenceront à jouir des bienfaits de cette Révolution, en renfermant cette abondante récolte sans aucune inquiétude de falloir advenir les dîmeurs, et ils ressentiront encore mieux ces bienfaits quand ils payeront leurs collecteurs pour les impôts de 1791.

125 Je ne suis pas trompé d’apprendre que Monsieur LEGRAND veut ses effets, cet homme n’est pas fait pour vivre dans la société ; il s’est enrichi rapidement par des employés arbitraires, et comme une grande partie de ses moyens sont en lettres de rentes, que ci-devant des sortes de propriétés ne payaient aucun impôt et qu’aujourd’hui il faudra payer comme pour tout autre propriété. Peut-estre prendra-t-il sa résidence à Tourcoing avec Madame MAPPLOT.

126 Il faut espérer, ma chère Amie, que la monnaye ne tardera pas à paroitre. Tous les cours de monnaye du royaume sont en activité ; on commencera mardy prochain à frapper des pièces de 15 s. et 30 s. à Paris et toutes les argenteries qui sont superflues dans les églises pour le service du culte divin seront converties en monnaye.

127 Le prix de l’argent commence à diminuer à Paris, il était de 30 à 25 % il y a trois jours et aujourd’hui de 14 à 10.

128 [...]

129 Ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

130 [...]

131 N o167 de Paris le 11 Aoust 1 791

132 Ma chère Épouse,
Suivant le rapport que vous me faites par votre lettre en date du 7 de ce mois, la production du tabac n’est pas des plus avantageuse, car quand il faut rendre un tiers du produit pour l’ouvrage et l’entretien et compter après cela les engrais superflus qu’il faut pour cette culture, le produit ne vaut pas celuy des blés, mais l’avantage qui en résulte, c’est que le sol se trouve amélioré pour six à sept dépouilles * suivantes, au prix qu’ils se vendent. Ce n’est pas une culture que nous pourrons continuer, mais un particulier qui fait tout par lui même, il trouve encore un certain bénéfice. S’il était possible que vous me puissiez faire parvenir encore un peu de la semence, cela ferait plaisir à un de mes amis député ; mais pour en envoyer il faudrait l’envoyer dans la cosse, en former un paquet au carré comme ceux que je vous envoye en brochure et le piquer comme cela dans une toile fine et bien mettre sous enveloppe avec du papier dessus et dessous. Étant arrangé de cette manière, il ne souffrira aucune difficulté à la poste.

133 [...]

134 Il me parait que vous estes assez d’avis que Benjamin me vienne faire compagnie jusqu’à mon retour. Et bien s’il vient, il pourra s’occuper à la vente du reste des toiles et je l’occuperay aussi au triage de mes papiers. Ne luy en coûtera rien pour sa chambre, il couchera avec moy, il est vray que sa nourriture luy coûtera au moins un écu par jour et quelquefois le double. Vous en disposerez comme vous en jugerez à propos, si vous voyez qu’il ne vous soit pas nécessaire pour la moisson ou pour d’autres services.

135 J’ay reçu le pot de beurre très bien conditionné et je crois que pour le coup que ce sera le dernier que vous m’envoirez, car j’aime à croire que nous serons rentres dans le sein de nos familles vers le 25 septembre ou au plus tard au commencement d’octobre.

136 Nos travaux dans ce moment sont de la plus haute importance et j’espère que dans une douzaine de jours, nous aurons posé la dernière pierre à ce grand édifice, qui servira de modèle à toutes les Nations et qui sera à jamais le bonheur du Peuple Français. Et je ne peux pas croire qu’aucune puissance oseroit troubler nos travaux, aucune tête couronnée n’oseroit à présent compter sur la troupe, et encore moins sur la volonté du peuple.

137 [...]

138 Vous trouverez dans les journaux quelques légers changements qui pourraient se faire, à ceux que vous trouverez dans la Constitution que je vous ay envoyée.

139 Je vous souhaite une parfaite santé et suis très sincèrement

140 ma chère Amie votre affectionné serviteur et Mary
P.-F. Lepoutre

141 N o168 de Paris le 13 Aoust 1791

  • 11 L’affaire du « marc d’argent » avait vivement troublé les députés à la Constituante car elle sembl (...)

142 Ma chère Amie,
Je vous avais marqué dans ma lettre du 6 de ce mois que j’espérais que nous aurions fini la révision de notre Constitution pour la fin de cette semaine, ma foy, aujourd’hui, je crains bien que nous n’aurons peut-estre pas fini la semaine prochaine, car nous venons de passer deux séances sans rien finir relativement au marc d’argent qui avait été déclaré en 1791 que pour estre éligible au corps législatif il aurait fallu payer l’impôt direct cette somme et avoir une propriété foncière quelconque 11 . Vous voirez dans le journal d’hier que je vous envoyrai au premier ordinaire, on a renvoyé cet article pour estre discuté à la fin de la révision de notre constitution. Je crois bien, ma chère Amie, que notre foutu drôle de Roy ne perde encore une fois la tête, car on m’a assuré qu’il avait voulu former la tentative de faire une deuxième évasion la nuit précédente ; mais nous étions prévenu par une lettre d’un curé du Pas de Calais, deux jours auparavant.

143 Les nouvelles que je reçois par votre lettre en date du 9 me font plaisir. Vous me faites part que vous avez payé nos impositions de 1 790. J’espère qu’il en est de même avec les autres collecteurs comme avec celui de Bousbecque c’est le plus urgent de notre Constitution, le recouvrement des impôts.

144 D’après ce que vous me dites du compte fait avec CASTELAIN le berger. Je crois qu’il sera assez content de ses peines qu’il a fait, il s’en trouve généreusement dédomagé. J’espère qu’à votre première, vous m’accuserez la réception du paquet dans lequel j’avais inséré pour sept cents francs en assignats, dont deux faisant ensemble 150 et le reste étaient tous de 50 livres.

145 Je ne crois pas que Monsieur CARICHON me vienne voir à Paris parce qu’il sait bien que les heures de nous trouver ne sont pas connues après neuf heures du matin, il n’y a plus de sûreté de nous trouver sinon le soir. Quant au prix du vin que je le trouve un peu cher car je crois qu’il coule au moins trente livres de voiture, de manière qu’il vous coûtera au moins vingt sols la bouteille. J’en ay payé d’aussi cher à Paris mais il était vin de Champagne et très bon, y compris les droits d’entrée en ville. Je ne crois pas que les vins diminuent jusqu’à la nouvelle vendange.

146 Je suis charmé d’apprendre que vous avez avancé la récolte s’il a fait du temps pareil chez nous comme celui qu’il a fait à Paris. Il vous aura fait plaisir, il a plu pendant trois jours de suite par intervalle en sorte que pareille pluye auront bien fait pour le germe des rappes * et des plantes. Je ne sçais si je vous ay marqué dans ma dernière que j’ay reçu une lettre du sieur LEPERCQ de Roubaix par laquelle il me fait part du trouble qui règne dans ce moment dans cette ville, occasionné pour la plus part par les prestres non conformistes. J’ay remis sa lettre au comité des recherches.

147 J’en ay reçu une hier le soir du sieur LEMESRE d’Houplines à peu prés semblable, relativement à la conduite que tient le ci-devant curé. Il a formé son église d’une grange, où il baptise, marie, et enterre, catéchise et presche une contre-révolution. Voilà la conduite des ministres d’un Dieu de paix.

148 Il me marque aussy que pour la Saint-Rémy prochaine il se trouvera sans occupation. DANSETTE d’Halluin vient de prendre en bail tous les moulins et la ferme, voilà les services que peuvent rendre les agents des aristocrates. Je crains bien qu’à la fin de notre bail que l’on ne cherche à nous faire jouer un pareil rôle.

149 Je vous souhaite une parfaite santé. Je ne puis m’expliquer comme je le voudrois, car je suis accablé de visite ce matin.

150 En attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

151 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

152 N o169 de Paris le 16 Aoust 1 791

153 Ma chère Épouse,
Il est vraye que je vous ay marqué qu’il auroit eu un bureau de change dans chaque district pour changer les gros assignats contre ceux de cinq livres ; un grand inconvénient s’est présenté, c’est que les accapareurs commençaient à chercher à se procurer tous les gros assignats de mille et de deux mille livres, ils faisaient plus, ils les achetaient même jusqu’à un et deux pour cent ; il a été convenable de déjouer leur cupidité ; il a été porté un décret qu’on envoyroit dans chaque département une portion proportionnée aux offres qu’ils devaient se payer dans chacun de ces départements pour payer les traitements tant du clergé que des autres commissionnaires publics et qu’il ne serait délivré des assignats de cinq livres que pour le tiers tout au plus dans chaque payement. Mais quant au change de monneye en gros sous, contre des assignats de cinq livres, il en sera établi partout et peut-estre même dans les bourgs et villages. Ces caisses de change seront sans aucune retenue.

154 [...]

155 Il faut espérer, ma chère amie, que les non-conformistes seront bientôt mis à l’ordre ; point plus tard qu’aujourd’hui à la séance du soir le rapport sera fait pour la deuxième fois et comme les plaintes sont de plus en plus engravantes à leurs charges, je ne crois pas que l’Assemblée Nationale soit aussi indulgente à leur égard qu’elle a été au premier rapport. Je dois vous conter un fait qu’il est arrivé dans le Beaujolois. Les curés réfractaires avaient tellement induit en erreur le peuple de la campagne, jusqu’au point de les obliger d’enterrer leurs enfants dans les bois, il s’est trouvé que des loups ont trouvé moyen de déterrer ces petits cadavres pour les manger, de manière que ces animaux voraces ont pris le goût de la chair humaine ils vont aujourd’hui dans les maisons enlever les enfants. Ils en ont déjà dévoré 17 et montent même jusqu’au second étage. Voilà les suites des avis des ministres d’un Dieu de paix.

156 Je ne croyais point qu’il aurait resté autant de bonis * du produit de notre tabac. D’après votre rapport, il en résulte que le produit nous vaut encore deux louis du cent.

157 J’espère que vous aurez approchant fini votre récolte à la réception de ma lettre, comme il ne vous restait que trois bonniers à couper le 18. Si le temps vous a été aussy favorable que celuy qu’il a fait à Paris depuis une dizaine de jours. À votre seconde lettre que je recevray, j’aime à croire que vous me marquerez que vous avez fini. Vous voirez par les journaux que toutes les contrées du royaume n’ont point l’avantage d’une récolte suffisante pour subvenir à leurs besoins et notamment les environs de Bordeaux.

158 Nos travaux sont près de finir relativement à notre Constitution, bien entendu. Nous avons certaines sçéances encore très orageuses, mais j’espère que nous surmonterons tous les obstacles et que nous finirons cette semaine.

159 Attendant la satisfaction de recevoir de vos nouvelles, je suis très sincèrement,

160 Ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

161 N o170 de Paris le 18 Aoust 1791

162 Ma chère Épouse,
Par la lettre que je viens de recevoir écrite par notre secrétaire en date du 15 de ce mois, dans laquelle j’y ay trouvé inclus une plainte et non pas un procès-verbal comme l’a pu croire notre secrétaire. J’en ay fait usage de suite, je l’ay remis à un membre du comité ecclésiastique pour luy recueillir ce qui était relatif à la mission de ce comité et je crois le remettre aujourd’huy au comité des recherches, car je suis presqu’assuré qu’il faudra prendre à partie notre commissaire du Roy car il n’est rien de moins qu’un aristocrate à chien. Il est connu pour tel depuis ce qui s’est passé à Roubaix et je crois que je pourrais après l’avoir communiqué au comité des recherches, la produire au ministre de la justice, car le sieur VIART mérite à tout égard sa démission. C’est peut-estre un des plus aristocrates qu’il y ait dans Lille.

163 Benjamin, notre secrétaire présente beaucoup d’inconvénients pour venir me joindre à Paris, à raison de ses confrères d’armes. Il craint me dit-il qu’on le croit lâche. Il pourra leur représenter le besoin que j’ay d’avoir un quelqu’un avant mon départ de Paris, tant pour le triage de mes papiers que pour la vente des toiles ; il ne m’est pas possible de faire cette besoigne si ce n’est par un quelqu’un pour m’aider, ou bien je devrais rester à Paris un certain temps après mes collègues.

164 Vous trouverez inclus six assignats de trente livres, comme je vous avais marqué dans une de mes précédentes lettres. Je suppose que ce sera le dernier envoye de ce genre que je vous feray ; s’il arrive qu’il m’en reste pour mon retour, j’en seray porteur moy-même. J’espère, ma chère Amie que vous me marquerez à votre première que vous aurez fini notre récolte, car le temps que nous avons ici est des plus favorables.

165 Attendant la satisfaction de nous réunir, je suis sincèrement

166 Ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

167 N o171 de Paris le 21 Aoust 1791

168 Ma chère Amie,

169 La lettre dont je viens de recevoir en date du 17 par laquelle vous me faites part d un désastre des plus affligeants pour notre canton. Vous me dites que nos productions ne sont pas beaucoup endommagées, c’est une consolation d’une part, mais je compatis à la perte de nos voisins, car suivant votre rapport à l’extrémité de notre exploitation, le ravage est très considérable et cela sur une largeur approchant de deux lieues.

170 Cet ouragan a commencé du côté d’Amiens en Picardie, je ne sais pas quel ravage il a causé dans cette contrée ; je ne doute pas que nos prestres réfractaires se serviront de ce prétexte pour encore un peu tromper leurs prosélytes que cet accident ne peut provenir qu’en punition de la Révolution. À Paris, ce jour-là, il a fait plus froid que les jours précédents, mais il n’a pas tombé d’eaux.

171 Vous recevrez ma lettre un jour plus tard qu’à l’ordinaire à cause que j’ay attendu de vos nouvelles pour y répondre. J’ay bien cru que le retard de votre lettre était causé par les embarras de la moisson, mais pas pour cause d’un désastre si affligeant.

172 Nous devons demain discuter les articles à joindre dans l’acte constitutionnel et j’espère que nous pourrons la présenter au Roy cette semaine.

173 Je vous ay mis dans ces derniers paquets six assignats de 60 livres. J’espère que vous m’en accuserez réception à votre première.

174 Je viens de recevoir une lettre de mon cousin DESURMONT. Il me marque qu’il a tombé des pierres de la grosseur d’une bouteille. Il me mande de m’envoyer tous les gros assignats de son portefeuille pour les changer en petits et surtout en ceux de cinq livres, quand je devrois les payer quatre à cinq pour cent.

175 S’il est possible de m’en procurer, je pourray au commencement de septembre vous en envoyer pour une centaine de francs.

176 Attendant de vos nouvelles le plus souvent possible

177 Je suis très sincèrement ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

178 N o172 de Paris le 23 Aoust 1791

179 Ma chère Épouse
[...]

180 On est pas trop certain que le Roy acceptera la Constitution, quoique beaucoup de gens disent qu’il acceptera, mais dans le cas qu’il n’accepterait pas, ce ne seroit pas une raison pour que nos prestres réfractaires reprissent leurs anciens postes, ils peuvent bien compter que ce ne sera plus. Et qui les posséderont jamais, ou bien il faudrait que notre Constitution fut renversée de fond en comble et que la Nation fut remise dans son ancienne servitude. Ce qui n’est pas possible à croire, ni à présumer.

181 Je sçais bien qu’ils préféreraient à voir couler le sang, moyennant qu’ils puissent rentrer dans leurs anciennes possessions, mais ils ne font pas attention qu’ils deviendraient les premières victimes, car ils sont reconnus pour les plus grands ennemis que nous avons dans l’État. Ils sont plus à craindre que nos ennemis du dehors, pour cause de guerre civile qu’ils pourraient occasionner, citoyens contre citoyens par leur fanatisme.

182 [...]

183 Je suis presque assuré que vous aurez fini votre moisson de blés car le temps qu’il a fait ici depuis le 17 a été des plus favorables et si nos blés rendent en grains comme année commune qui est de quatre à cinq havots au cent de gerbes, la quantité que vous venez de renfermer produira une jolie mise en blés.

184 L’intérêt qu’il y aura sur l’avoine n’est pas bien considérable, s’il n’y a que double semence cet objet n’est que de sept razières. Il arrive bien des années qu’il s’en perd autant par les pluies de trop longue durée. Je considère la perte des trèfles et des naveaux pour une des plus inquiétantes pour notre pays, peut-estre une grande partie de ces petits occupeurs seront obligés de vendre leurs vaches et autres bestiaux, car pour semer des rapes à présent, ils ne pourront produire qu’un peu de nourriture pour le mois de mars.

185 Nos travaux ont assez avancé hier, je crois qu’on pourra présenter la Constitution avec l’acte conventionnel de la Nation demain ou après-demain au plus tard. Ainsy nous sçaurons bientôt ce que pense le Roy à cet égard.

186 Je vous souhaite une parfaite santé et encore un peu de patience, nous ne serons plus longtemps à nous réunir.

187 Attendant cette satisfaction, je suis très sincèrement

188 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

189 P.-S. Vous trouverez inclus une pièce de quinze sous au nouveau coût d’aujourd’huy.

190[La lettre No173 du 27 aoust 1791 n’a pas été publiée]

191 N o174 de Paris le 28 Aoust 1791

192 Ma chère Amie,
Par votre lettre du 23 [n. p.] dont j’ay reçue avant hier, vous me marquez que vous avez reçu le paquet qui contenoit les trois cent francs en assignats de 30 livres. Je vous en feray parvenir jusqu’à la concurrence de 600 livres en assignats de cinq livres. Cela pourra vous faciliter à payer les ouvriers, mais je vous prie de ne point leur en donner de trop qu’ils soient obligés de perdre après. Je vous dit cela c’est qu’on m’a dit que dans Lille et même à Tourcoing qu’ils perdoient cinq sols par billet à cause de la rareté de la monnaye. Vous en trouverez encore dans ce paquet pour cent francs et vous en recevrez dans tous les paquets que je vous feray parvenir jusqu’au complet de la dite somme.

193 Vous me paraissez, ma chère Amie, un peu entreprise de ce que nos enfants sont de volonté à se rendre utiles à la Patrie ; comme ils sont de bonne gouverne, ce petit service leur servira d’une éducation de plus que j’espère vous contentera leur retour. J’aime à croire que leur service sera un objet d’imagination car nous croions qui ne sera jamais brûlé une amorce sur nos frontières relativement à l’entreprise que voudraient tenter nos ennemis du dehors. Ainsy vous aurez la satisfaction de voir revenir vos enfants avec la gloire de s’être présenté au moins à défendre leur libertés et votre propriété et votre personne. Comme j’espère d’estre de retour pour le 24 septembre, nous prendrons des arrangements relativement à leur condition ; le commissaire a agi sagement à leur égard. Il n’a pas voulu donner de préférence de manière qui n’auront pas à se reprocher que l’un avait plus de disposition que l’autre.

194 Vous me dites, ma chère Amie que je persiste à demander Benjamin, il faudra que je change de sentiments vu la circonstance ; je prierai le cousin DESURMONT de se rendre à Paris pour compléter la vente des toiles qui me restent.

195 Je vous prie de dire au cousin SEYNAVE d’envoyer les billets de la caisse d’escompte quand il voudra, je tacheray de luy procurer des trois livres en échange ou du moins des trente livres.

196 Je suis charmé d’apprendre que vous aurez bientôt fini votre récolte des mars * et votre batterie de colzas.

197 Je vous donneray plus d’explications à ma première relativement à notre Constitution. Attendant la satisfaction de nous embrasser

198 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

199 P.-S. Je vous marque dans ma lettre que vous auriez trouvé cent francs. J’ay trouvé à propos d’en mettre deux cents.

Septembre 1791

200 [La lettre N o175 du 2 septembre 1791 n’a pas été publiée]

201 N o176 de Paris le 3 septembre 1791

202 Ma chère Épouse,
Je vous ay envoyé hier un paquet dans lequel se trouvait inclus pour deux cents francs de petits assignats de 5 F. Vous en trouverez pour la même somme dans celuy-cy et au premier paquet je pourray vous en mettre pour cent cinquante francs le tout ensemble fera 600 F comme je vous ay marqué ; je vous prie cependant quand vous aurez reçu ce paquet de m’accuser la totalité que vous aurez reçu en cette espèce. Comme j’en envoye à plusieurs autres, c’est pour que je trouve mon compte exact à la fin.

  • 12 Les 2-3 septembre 1791, lecture de l’acte constitutionnel, discussion et adoption du texte définit (...)

203 Je vous ay marqué dans ma précédente qu’on devait faire la relate de notre Constitution hier à la sçéance du matin, il s’est élevé à la fin de la lecture un bouquant du diable de manière que la chose n’a pas été terminée ; mais j’espère que nous finirons aujourd’hui et qu’elle sera présentée lundy prochain. Au surplus, ma chère Amie, voyez les journaux de débats et décrets, vous y trouverez en grande partie toutes les opérations de l’Assemblée Nationale 12 .

204 La production de nos colzas n’est pas du tout aristocrate car ces MM. voudraient voir la misère partout, cela leur servirait de prétexte pour tromper le peuple surtout les non-conformistes.

205 Vous avez raison de dire que je n’ay jamais vu sur nos terres une pareille production de colzas que celle sur le devant de la porte, ainsy en masse, ils feront approchant quatre razières. Je serais charmé que vous me disiez combien nos blés pourront faire au cent de gerbes en sorte suivant votre connaissance c’est que beaucoup de départements du coté du midy, ils n’auront que du grain, à vivre pour trois mois, cela sera cause que le prix augmentera un peu dans nos provinces à cause qu’on sera obligé de les aider du superflu de notre nécessaire et si vous pouviez me donner bonne nouvelle que l’on puisse les aider, ce leur serait une consolation, malgré le prix qu’ils seront obligés de payer, ils trouveraient au moins le nécessaire dans le royaume.

  • 13 Les nouveaux députés siégeront à partir du 1er octobre 1791. Pour le département du Nord, ils sont (...)

206 Le sieur LEMESRE d’Houplines m’annonce par une lettre que je viens de recevoir qu’il est nommé député pour la législature prochaine 13 et j’espère que dans huit ou dix jours, je pourray le voir à Paris. Il me demande que je voulusse bien luy procurer un logement, je crois que j’engageray ma chambre pour luy, mais il sera obligé de loger ailleurs jusqu’à mon départ.

207 J’ay écrit à monsieur DHALLUIN, fermier relativement à son frère de Roubaix. Il est à ce moment à Paris qu’il cherche à obtenir un employe, je l’ay proposé à Monsieur d’ORLÉANS leur ancien propriétaire. Je n’ay pas pu réussir, je luy ay conseillé de voir Monsieur de LIMONT. Il m’a fait rapport que ce dernier était pour le moment à Halluin, c’est pourquoy j’ay écrit à son frère.

208 Je crois que je seray obligé de demander que mon cousin DESURMONT vienne à Paris, pour faire la vente des toiles. Vous m’avez bien marqué qu’il devoit venir, mais il m’avait demandé postérieurement à votre lettre si je trouvais nécessaire qu’il aurait venu. Dans ce temps je luy avais dit que j’attendais mon fils Benjamin, que secondé de CRETAL, ils auroient pu finir cet objet, mais vu les circonstances contraires que Benjamin est parti pour Douay, me dites vous pour se rendre au camps, sans doute de Maubeuge, et que je ne trouve pas à propos de faire venir Pierre-François à cause que je le trouve nécessaire pour conduire le cinquième cheval pour se former à prendre un attelage en main.

209 Je crois, ma chère Amie, que le départ de Benjamin vous aura peut-estre causé du chagrin, cependant j’espère qu’à son retour vous serez contente, car il faut aujourd’hui chercher les moyens de faire des hommes utiles à la Patrie.

210 Le sieur LELOIR de Tourcoing, mais établi à Paris, demande que vous luy fournissiez une quarantaine de livres de beurre de cette saison. Je n’ay rien promis, vous me marquerez si vous pouvez luy fournir ou non pour que je luy en donne avis de suite.

211 Attendant de vos nouvelles, je suis très sincère ment

212 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Le poutre

Notes

1 Le 2 juillet 1791, une nouvelle de Vannes rapporte que 18 ci-devant nobles, un prêtre, 12 domestiques et quelques paysans ont été arrêtés, armés de pistolets et de fusils. (Le Moniteur, 8 juillet 1791, no 189, p. 61). Dans la séance du soir, l’Assemblée est informée de l’adresse des 4.000 citoyens de Saint-Malo qui, réunis en armes sous les murs de la ville et ayant avec eux la troupe de ligne de la garnison de Saint-Servan, ont prêté le serment solennel. (A.P. vol. XXVII, p. 669).
Au sujet du serment de fidélité à la nation des officiers de la marine de Brest, Lepoutre se réfère au décret de l’Assemblée nationale (13 juin 1791) l’exigeant de tous les militaires.

2 Une nouvelle des Pays-Bas assure que « notre archiduchesse s’est trouvée mal en apprenant que Louis XVI était arrêté. D’autres disent que c’est une politesse » et « qu’au contraire elle est très empêtrée des fugitifs de France », selon Le Moniteur (9 juillet 1791, no 190, p. 70). L’archiduchesse est la sœur de Marie-Antoinette, cf. la lettre du 29 juillet 1790.

3 À deux reprises (7 et 9 juillet 1791) Vernier présente des rapports sur les moyens de prévenir, dans les temps difficiles, l’abus de la liberté qu’a chacun d’aller, venir, s’absenter comme il veut. Il fait adopter (1er août 1791) le décret qui exige des français émigrés à l’étranger après le 1er juillet 1789 de rentrer dans le mois.

4 La besace est aux Pays-Bas le symbole de la mendicité et de la gueuserie. « Être réduit à la besace », c’est donc être réduit à la mendicité.

5 Depuis la fuite du roi, dans certains milieux de la capitale on discute sur la possibilité d’un gouvernement républicain. Condorcet publie De la République ou un roi est-il nécessaire à la conservation de la liberté ? Aux Jacobins, Robespierre s’est déclaré ni monarchiste ni républicain (13 juillet 1791).
Du 13 au 15 juillet 1791, débat sur l’évasion du roi : le rapport de Muguet de Nanthou conclut à la mise en accusation de Bouillé et de ses complices dans un complot visant d’enlever le roi qui, lui-même est disculpé. Duport insiste sur la nécessité de montrer un front uni entre l’Assemblée et le roi pour terminer la Constitution et assurer la sécurité des frontières. L’abbé Grégoire se prononce contre l’inviolabilité absolue du roi ; Buzot et Pétion demandent la mise en jugement du roi qui est défendu par Barnave dans son fameux discours : « Allons-nous terminer la Révolution, allons-nous la recommencer ? ». Enfin l’Assemblée décrète que le roi sera censé avoir abdiqué s’il rétracte son serment à la Constitution ou prend la tête d’une armée contre la nation.

6 Le 16 juillet 1791, l’Assemblée décide de rédiger une adresse aux Français pour expliquer sa décision du 15. (Cf. la lettre du 10 juillet 1791). À la séance du soir, elle décrète la suspension des fonctions royales jusqu’à acceptation de la Constitution. Le 17 juillet, la Garde nationale réprime une manifestation au Champ-de-Mars où la pétition des Cordeliers réclamant la République avait été portée. Le 18 juillet, Bailly rend compte des événements de la veille qui ont conduit à proclamer la loi martiale. Il mentionne 11 ou 12 morts et 10 à 12 blessés qu’il avait fait enlever et transporter à l’hôpital. (A.P. vol. XXVIII, p. 398-400). D’autres sources constatent plusieurs dizaines de morts mais aucune n’est confirmée car les chiffres vont de 50 à 200 morts.

7 Le 15 juin 1791, à la demande de l’Assemblée nationale, Duveyrier avait été chargé par Montmorin (ministre des affaires étrangères) de notifier à Condé le décret lui enjoignant de s’éloigner des frontières. Le 21 juillet, Montmorin informe l’Assemblée que Duveyrier a été arrêté au Luxembourg pendant 22jours et relâché le 18 juillet. Le 22 juillet, son retour est annoncé. (A.P. vol. XXVIII, p. 115, 121, 484 et 509).

8 Nous rappelons que P.F. Lepoutre utilise à plusieurs reprises le mot dîme pour qualifier un droit seigneurial. Ce type de droit ayant été déclaré rachetable, le tenancier peut s’en acquitter en payant un supplément de loyer au propriétaire qui, dans le cas des Wattines, était aussi seigneur.

9 Cf. la lettre du 5 avril 1791. En raison de la fuite du roi, les élections législatives avaient été retardées depuis le mois de juin. Le 5 août 1791, l’Assemblée décrète la convocation pour le 25 août (et non le 23, comme l’écrit Lepoutre) des assemblées primaires en vue de nouvelles élections.

10 Le 17 juillet 1791, l’Assemblée avait voté le décret obligeant les ecclésiastiques non-assermentés à se retirer à 30 lieues des frontières. (A.P. vol. XXVIII, p. 394). Le 4 août 1791, on propose des mesures pour arrêter les troubles causés par des prêtres non-conformistes dans les départements : surtout dans le Nord et le Pas-de-Calais. La droite quitte la salle en accusant l’Assemblée de vouloir assassiner les prêtres. On vote le renvoi de ce projet aux comités. (A.P. vol. XXXIX, p. 181).
Par Caen, Lepoutre veut probablement dire Cayenne (Guyane française) où les condamnés sont envoyés. Par Cioto, il entend sans doute Ceuta, ville d’Afrique du Nord à 50 km à l’est de Tanger, conquise par les Portugais au XVe siècle et par les Espagnols au XVIIe. Devenue une possession française avant la Révolution, Ceuta est rendue à l’Espagne en 1815. Dans le passé, les condamnés espagnols et portugais étaient envoyés à Ceuta pour travaux forcés ; le même sort fut réservé aux condamnés français pendant la Révolution française.

11 L’affaire du « marc d’argent » avait vivement troublé les députés à la Constituante car elle semblait faire une entorse aux principes de la déclaration des droits de l’homme en rendant l’éligibilité à l’Assemblée nationale difficilement accessible. Malgré l’opposition d’orateurs importants comme Pétion, Grégoire et Mirabeau, le décret du 29 octobre 1789 confirmant ce cens avait été adopté probablement par une petite majorité. Lors de la révision de la constitution en août 1791, le projet du comité prévoit le remplacement du marc d’argent (environ 54 livres) par un impôt de 3 livres pour être éligible à l’Assemblée nationale, mais exige une contribution plus élevée (40 journées de travail : 25 à 100 livres selon les endroits) pour pouvoir être électeur du second degré. Roederer s’oppose au projet ; Robespierre propose que tout le monde puisse être électeur ; Barnave défend le projet, qui est voté le 27 août 1791.

12 Les 2-3 septembre 1791, lecture de l’acte constitutionnel, discussion et adoption du texte définitif ; le 13 septembre, Louis XVI l’accepte ; le 14 septembre, il prête serment à la constitution ; le 18 septembre, fête au Champ-de-Mars pour célébrer la nouvelle constitution ; le 19 septembre, l’Assemblée décide de cesser ses fonctions le 30 septembre.

13 Les nouveaux députés siégeront à partir du 1er octobre 1791. Pour le département du Nord, ils sont : Carpentier, Cochet, Coppens, Duhem, Emmery, Gossuin, Lacombe (officier d’artillerie élu dans deux départements, il opte pour le Tarn), Lefebvre, Lejosne, Lemesre, Prouveur et Vanhoenacker. Il y a un médecin, un professeur d’université, un juge, deux négociants, six membres des administrations.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search