Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section IV. 1er Décembre 1790 - 30 Juin 1791

Correspondance d’Angélique Delputte. Linselles, 4 décembre 1790 — 28 juin 1791

Texte intégral

Décembre 1790

1 De Linselles ce 4 décembre 1790

2 Monsieur et mon cher Époux,
J’ai reçu votre lettre avec les deux paires de lunettes ; dans ma première, je vous aviserai si elles conviennent ou non. Vous me dites de ne pas montrer mes lettres, soyez tranquille là-dessus, car mes frères ne les voient pas, surtout le récollet ? Je vois qu’il fréquente son curé, celui de Bousbecque et je ne me fie pas et pour ceux du village, je ne les vois pas. Hier, j’ai reçu votre lettre du 30 avec l’assignat, qui me fait bien plaisir [Nous n’avons pas trouvé de lettre datée du 30 novembre]. Je vous en expliquerai le détail dans ma première que je vous écrirai. Vous me dites que vous n’avez pas reçu de lettre de COUROUBLE, je n’en suis pas surprise ; cette lettre était pour l’arrangement de son curé. J’ai appris, il y a huit jours, que le greffier de Bousbecque devait envoyer un mandat à son curé. Peut-être a-t-il pris un autre chemin en premier ! ça concernait les heures des offices, d’après ce que j’ai compris.

  • 1 Cf. la note, lettre Lepoutre du 27 novembre précédent.

3 Ce décret que vous m’avez envoyé, touchant le serment que doivent faire les curés 1 , fait bien plaisir à nos braves citoyens ; je ne sais pas comment le curé de Bousbecque et le doyen de Roubaix avec le synode qu’ils avaient fait le jour de Saint Martin. Je suppose qu’ils devront en recommencer un autre. Je ne conçois pas que le curé d’Halluin puisse le faire d’un bon cœur, le temps nous en instruira. Jeudy, nous avons été à Roubaix avec le cousin DESURMONT, nous avons dîné chez le sieur LEPERCQ, il avait reçu ces bonnes nouvelles le jour même ; cela lui a coûté un flacon de joie. Il attendait une lettre de vous. Il m’a dit de vous prier de faire attention à cette dernière lettre qu’il vous a fait parvenir et si ce n’est qu’il a peur de vous lasser, il en aurait encore fait parvenir d’autres.

4 J’ai été hier à Lille, j’ai prié le cousin DESURMONT de vouloir me faire compagnie, puisqu’il me fait le plaisir de me changer les assignats, quand j’en ai besoin. Nous avons été chez M. HOVYN, qui vous salue. Nous avons fait l’achat de quatre pièces de toile de deux prix. Il y en a deux à 5-5-0 et deux à 6-0-0 argent de France. C’est le prix principal que je vous marque pour le gain, vous en déciderez à votre choix. Il arrive souvent quand elles sont chères, qu’elles sont bonnes. Elles seront envoyées par le courrier jeudy prochain ; elles partiront de Lille. Le cousin DESURMONT fera part dans deux jours de la lettre de facture ; s’il arrivait qu’elles ne soient pas assez fines, vous m’en donnerez avis. Les mouchoirs partiront de Lille, dimanche ou lundy, il y a une petite différence que vous verrez ; il en a vendu beaucoup dans l’intervalle.

5 Je vous prie de faire attention à ce que ces MM. de Tourcoing vous ont envoyé, touchant cette prise de tabac. Les volontaires l’ont prise à onze et douze heure de la nuit et les employés ne sont arrivés que le matin à 8 ou 9 heures. Les premiers, ils ont risqué leur vie. Cela ferait un grand tumulte chez les volontaires, si les employés avaient ce tabac.

6 Je suis pressé pour la poste, ce sera pour l’ordinaire prochain.

7 Je vous souhaite bonne santé et suis sincèrement

8 Monsieur et cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

9 De Linselles le 10 décembre 1790

10 Monsieur et mon Époux
Dans votre lettre en date du 5 que je viens de recevoir vous m’aviez marqué de ne plus vendre de bled, trois choses m’empêchent. J’ai besoin d’argent, deuxièmement, c’est tout brouillard et pluie que nous avons et au surplus, ce serait me faire critiquer du monde et surtout des pauvres. Ces grains ne peuvent pas être trop longtemps au grenier, sans qu’ils prennent un sentiment. Plus tard, quand nous serons à ceux qui sont en meules, ce sont des bleds qu’on peut garder et, pour les lins, on ne les demande plus, ou bien il faut que j’aille les proposer.

11 J’ai eu la visite du sieur DUPARCQ cette après-midi, il vous salue et il vous remercie des peines que vous avez bien voulu prendre en sa faveur. Vos nouvelles lui ont fait beaucoup de plaisir, je crois qu’il ne sera pas longtemps sans vous écrire.

12 Vous me dites que vous êtes surpris de ce changement pour la fraude au tabac ; vous n’en devez pas être surpris. La famine, pour ainsi dire, fait faire beaucoup de choses ; il n’y a aucune demande pour les tabacs du pays ; il y en a beaucoup de venus de l’étranger et il y en a encore beaucoup en dépôt sur les frontières d’Empire pour venir en France. Je suis surpris que l’on ait pas de nouvelles de ceux qu’on a pris. Ils font beaucoup de frais. Ils sont là une douzaine de volontaires de Linselles à Wervicq pour garder ce tabac, parce que la municipalité du dit-lieu n’était pas trop contente qu’on avait enlevé ces tabacs. Je vous prie de les expédier le plus tôt possible vous devez savoir le tort qu’ils font à la Nation et en même temps à notre province.

13 La nièce Angélique ODON est venue nous rendre visite ; elle nous conte bien des histoires de ces patriotes ; vous devez savoir qu’ils prennent tous la fuite. Dimanche dernier, voyant que le Lion était encore sur la porte du bureau, ils n’ont pas manqué, ils ont pris leurs fusils et ils ont tiré après et puis ils ont mis les armes de l’Empereur ; ensuite ils ont demandé à mon frère de pouvoir aller chercher le drapeau des patriotes ; mon frère leur a permis et il les a accompagnés. Sa fille nous a dit qu’elle n’avait jamais vu son père si gai que ce jour-là. Le clergé refusait de le donner, on a exigé de l’avoir ; ils ont ôté l’effigie de la Vierge et ils l’ont brûlée. Étant dans le feu, ils ont encore tiré une douzaine de coups de fusil après, de crainte qu’Elle se soit évadée ; je vous laisse à juger dans quel état était le clergé. On a cru pour un moment, qu’on aurait pas chanté la grand-messe. Mon frère Isidore n’est pas si gai ; il pense, il ne dit pas grand chose.

14 Je suppose que vous me croirez, au sujet de ma dernière lettre, que vous n’exigerez plus d’autres nouvelles. Je vous dirai encore que je n’ai pas été chez le curé depuis le jour de l’Ascension où j’ai été payer les messes que je lui avais demandées. J’attend et je veux savoir l’origine de cela. Je vous souhaite une bonne santé et je suis sincèrement

15 Monsieur et mon Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

16 De Linselles ce 17 décembre 1790

17 Monsieur et mon cher Mary,
Dans la lettre que j’ai reçue en date du 9 vous me dites que les lettres que je vous ai fait parvenir, n’ont aucun rapport. Je l’ai vu comme vous, de plus pour vous certifier que la chose est fausse, que je ne lui ai pas montré de lettre, mon frère et Catherine m’ont fait souvenir d’une chose qui m’est arrivée, il y a peut-être dix à douze mois, ça a toujours été avant le mois de may, le curé est venu chez nous, je lui ai lu un article dans la lettre, mais, vous dire ce qu’elle contenait, ni eux, ni moi ne saurions le dire ; il y avait un mot que j’avais peine à lire, il commençait à faire soir ; il a tendu la main, pour que je la lui donne, mais je l’ai retirée au lieu de la donner, je lui ai fait cet affront.

18 À Lille, on raconte tout cela différemment, on me fait encore passer pour plus imbécile, on ne parle pas du curé de Linselles, ni de l’autre non plus ; on dit que j’ai été à l’apothicaire chercher de cette semence et qu’on ne pouvait pas me comprendre, que j’ai montré ma lettre ; ça a été le cousin LAFRANCE DUMORTIER, qui l’a dit chez RENART, qu’il avait été à nouvelles de toutes ces calomnies, qui circulent. Il a dit de les avoir démenties fortement, qu’il était bien sûr que tout cela était faux ; LAFRANCE aurait plutôt jugé que c’était plutôt les deux, qui avaient quitté leur mission. Ce n’est qu’une supposition, elle n’est pas sûre, mais par jalousie, parce qu’ils ne sont plus suivis dans Lille par les bons citoyens. Ils ne fréquentent que les aristocrates ; le pire c’est qu’il y en a beaucoup dans ce moment. Ils font circuler le bruit que les prêtres fassent serment de ne plus obéir au Pape et selon ce qu’on dit, on critique vous autres trois : M. SCHEPPERS, M. CHOMBART et vous. Je n’aurais jamais cru que la calomnie aurait pu aller jusque là contre moi sans que j’en donne occasion. J’aurais été chez le curé alors que je n’avais rien à lui montrer ; il est certain qu’il me le niera.

19 J’ai reçu les deux assignats que vous m’avez envoyés, ils m’ont fait plaisir. Le collecteur de Roncq est venu recevoir, j’ai payé les tourteaux *. Il y a encore a payer Bousbecque et le maréchal, je crois que je pourrai en sortir. On a été à Lille avec douze sacqs de bled, il a été vendu 14 moins 5 gros ; on a ramené 14 cent de tourteaux à douze L. et demy.

20 Vous me dites que vous avez reçu les mouchoirs et vous me dites aussi que vous ne m’en avez demandé que 28. Je comptais que deux douzaines et demi faisait trente ; c’est pourquoi, je vous renvoye la lettre pour me justifier. Si vous aviez fait bien attention à ma lettre, je dois vous avoir marqué que les mouchoirs seraient partis de Lille le dimanche ou le lundy et les toiles le jeudy. J’attend, qu’à votre première, vous me disiez que vous les avez reçues.

  • 2 On assiste effectivement à la fin de 1790 et au début de 1791 à la multiplication des libelles qui (...)

21 Notre curé, la semaine passée, faisait courir le bruit qu’il avait une humeur à la jambe et qu’il allait trouver M. CHUFFART à Lannoy et moi, je crois plutôt qu’il allait à Lille consulter les aristocrates et ensuite à Roubaix chez son doyen. On dit qu’il ne tient plus sur terre depuis cette nouvelle qu’il leur faut prêter serment. Vous me parlez du curé de Bousbecque. Vous croyez qu’il ne le fera pas, qu’il a de bons revenus ; il n’en a pas trop, je suppose, s’il veut encore boire du vin ; il sera obligé de faire comme les autres, à ce que cousin COUROUBLE m’a dit, quand j’ai été voir la cousine, qui était en couche. On en a parlé de leur curé, vous savez la maison qu’il a bâtie ; il comptait de ruiner sa mère, c’est-à-dire de la mettre bas en lui demandant toujours de l’argent ; sa mère, voyant que c’était continuellement de l’argent, elle n’a plus voulu donner à la suite de quoi, il a été un an et demy sans la voir ; ça montre un bel exemple de ces gens-là et ensuite, vous savez l’idée qu’ils ont ; il a été trouver l’évêque de Tournay, pour pouvoir obtenir, que les curés, après luy, auraient payé pendant 50 ans. Voila, à présent, que l’évêque n’a plus rien à dire en France. Je vous laisse à juger dans quel embarras ils se trouvent. Le Bon Dieu ne laisse rien d’impuni. Il m’a montré un livre que le curé lui avait donné. C’était ces libelles, qui portaient pour titres « Adresse aux gens de la campagne », dont vous m’avez parlé sur une lettre ; je lui ai demandé s’il en avait donné quelque fois des bons de livres. Non, jamais 2 .

22 En attendant de vos nouvelles, je suis

23 Monsieur et mon Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

24 Vous ne me parlez plus de ces tabacs, on m’en demande des nouvelles.

25 De Linselles ce 19 décembre 1790

26 Monsieur et mon cher Époux
J’ai rencontré le cousin SEYNAVE ce matin ; il m’a fait part de la prise de tabac que la garde avait faite et m’a demandé en même temps de vous en faire part, pour savoir à qui ils devaient s’adresser, que ce n’était qu’une bagatelle et qu’il aurait été charmé que je vous en aurais informé. Il m’a dit alors qu’il en avait dressé un « verbal ». Je lui ai demandé s’il était signé du maire et des officiers municipaux, il m’a dit oui. J’ai dit que je ne risquais rien de vous (envoyer et que vous auriez dit votre façon de penser. La prise de Wervicq, selon ce que j’ai entendu, ils étaient de trois villages, quand ils ont fait la prise : Roncq et quelqu’un de Bousbecque et je crois que ces MM. de Roncq ont été eux-mêmes au département, croyant d’en finir de suite, mais, à ce qu’on dit, ils ont de l’ouvrage. Ils ne savent où donner de la tête en premier. Ils ont été dans le cas de revenir sans être expédiés.

  • 3 Nous rappelons qu’à cette date les Autrichiens ont écrasé la révolution belge et les Vonckistes qu (...)

27 Vous me dites qu’ils doivent devenir des soldats, pour former un cordon pour empêcher les fugitifs Brabançons ; voilà quinze jours, qu’ils sont tous entrés et vendaient leurs armes en entrant en France, parce qu’ils avaient besoin d’argent pour vivre 3 . Si vous allez faire venir des troupes, je crains que vous allez faire de la brouille, parce que tout est tranquille ; ce sont des frais sans nécessité. De plus, ils ont assez de peine à trouver du logement pour loger les employés qui viennent en force. Il y en a 7 ou 8 à Linselles. Dans les villages-frontiére il y en a encore davantage à proportion et pour ces troupes, c’est encore du logement qu’il faudra. Je vous prie de faire attention à ceci. Si j’avais un conseil à donner, je vous dirais de les mettre à Lille où l’on dit que la ville est remplie de mauvais citoyens.

28 Une chose pour laquelle j’ai besoin de votre conseil. Pierre HENNION m’a demandé si j’avais intention de vendre le lin en botte ; je lui ai demandé s’il me savait un bon marchand, il m’a dit que c’était DUCHATELLE de Roncq, qui en avait parlé la semaine dernière, si j’avais été disposée de le vendre, il serait venu voir. Je lui ai dit qu’il vienne toujours boire une potée de bière. Je vous dirai ma façon de penser et, vous, vous direz la vôtre ; je crois que je ferais mieux de vendre le lin et plutôt d’acheter du tabac des locataires ; il est certain qu’ils ne sauraient pas payer leur loyer, sans vendre leur tabac. Au sujet des prix, on n’en sait pas encore au juste, on parle de 20-22 avec le temps, on en sera informé, à mon avis, ils ne resteront pas à ce prix là. Vous me direz votre façon de penser ; ce sera encore un embarras de plus pour moi.

29 Je vous souhaite une heureuse fête de Noël et la famille également et je suis sincèrement

30 Monsieur et mon Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

31 Je vous prie de me donner des nouvelles de suite au sujet des prêtres. Je ne peux pas vous donner des nouvelles de suite parce qu’ils se défient du cousin. Il vous salue aussi ; il vous remercie aussi du soin que vous avez de lui envoyer la Feuille Villageoise.

32 De Linselles ce 22 décembre 1790

33 Monsieur et mon cher Époux
Je viens de recevoir aujourd’huy, deux paquets par le même courrier et dans les deux lettres, vous me conseillez de rester tranquille. S’il avait vu quelqu’une de mes lettres, je pourrais lui faire reproche, mais ne l’ayant pas vu il est certain qu’il me le niera. J’ai toujours entendu dire : « Plus on remue une ordure, plus elle sent mauvais ». Le premier abord m’a affectée ; je n’ai pas dormi la nuit, mais à présent, c’est fini.

34 Vous trouverez dans l’inclus, la requête faite par le cousin SEYNAVE, capitaine de la garde ; je crois que c’est encore un fait de l’aristocratie, pour affamer le pauvre monde avec leur tabac, puisqu’on ne pourrait comprendre combien il y en a sur les frontières d’Empire déposés pour entrer dans le royaume. On m’a certifié que je n’avais pas de meule de bled aussi forte que les meules de tabac, qui sont prêts à entrer dans le royaume. Vous faites bien de me dire et de réfléchir, si ces prises tourneront au profit de la Nation ou au profit des fermiers ; ces derniers ne le méritent pas. Des braves employés ; on dit qu’il leur était défendu de prendre le tabac par leurs supérieurs, c’est ceux de Roncq, qui l’ont affirmé. De plus, les Employés sont payés par le Roy et la garde ne l’est pas. Il est très nécessaire, mon cher Amy, d’encourager nos gardes nationaux, car je n’ai pas encore vu tant d’ennemis à combattre et qui se présentent à présent.

35 Nous avons toutes ces bigot tes du Gavre, induit par les prêtres ; ils font tout leur parler dans cet endroit du village. Le maire se plaint beaucoup du cousin LIBERT qui ne se prête pas.

36 Aujourd’huy, le cousin SEYNAVE m’a dit, apportant cette requête qu’il a entendu dire que l’on doit publier au prône de la messe, dimanche prochain, un mandement ou lettre de l’évêque de Tournay, mais il ne sait pas ce qu’il contient, le temps nous en instruira. Je vous en donnerai des nouvelles de suite.

  • 4 Armand-Gaston Camus (1740-1804), député du tiers état de la ville de Paris, où il avait fait son d (...)

37 Le cousin allait aux infirmes avec M. FREMAUX ; le cousin lui a demandé ce qu’il pensait du discours de M. CAMUS 4 et de ces curés, qui avaient signé. Ces curés, a-t-il dit, ces curés sont des apostats, ils sont excommuniés par les évêques de l’Assemblée. C’est beaucoup dire, à ce qu’on entend jusqu’à présent ; ils n’ont pas l’intention de prêter leur serment. Je n’ai rien entendu au sujet du curé, mais les deux vicaires l’ont dit.

38 On m’a dit que le curé de Bondues devient changeant, jusqu’au point de donner des coups de pied aux enfants dans l’église.

39 Vous ne trouverez pas la copie de la saisie faite à Wervicq ; ceux de Roncq ont dit qu’ils l’ont envoyée à l’Assemblée, je saurais volontiers si cela est vrai ou non.

40 À ce que vous me dites, nous avons le même temps qu’à Paris : du vent et de la pluie, c’est du bon temps de saison ; nous ne sommes enfermés pour les eaux que depuis samedy où j’ai fait travailler pour être enfermé ; il n’y a pas encore d’eau dans la pompe à l’écurie, à force que les terres sont sèches. Nos bleds promettent assez bien, jusqu’ici, il n’y a pas de « bétail ».

41 Vous me parlez de donner votre montre à Louis, il n’est pas nécessaire de s’en dégarnir pour un enfant, à moins que vous n’auriez le désir d’en acheter une autre. Je ne sais pas encore ce qu’il fait : quand ils seront de retour en vacances, je saurai peut-être la place qu’il a ; je sais toujours bien qu’il s’applique beaucoup ; on ne peut pas faire mieux qu’on ne sait.

42 Ces noms que je vous donne, c’est leur signature en propre ; quand elle a eu circulé en tant de mains, il a fallu en faire une autre, car elle était trop malpropre. Je vous prie de vouloir encourager nos gardes nationaux.

43 Charlotte vous fait des compliments ; elle apprend assez bien, du moins, à lire. Catherine fait assez bien son devoir.

44 Je suis sincèrement Monsieur et mon Mary,

45 votre très attachée femme
Angélique Delputte

46 Je vous prie de me donner des nouvelles de la pièce que vous m’avez envoyée ; je vous prie de me dire quelle est sa valeur.

47 Mon frère Isidore vous fait des compliments, ainsi que mon frère.

48[Lettre du 26 décembre 1790 non publiée]

Janvier 1791

49 De Linselles ce 2 e jour de l’an 1791

50 Monsieur et mon cher Mary,
Je vous écris celle-ci pour vous réitérer les souhaits de la nouvelle année. Je prie et je fais prier le Seigneur pour qu’il veuille vous conserver vos jours et vous préserver de tout malheur et les domestiques vous font les mêmes souhaits.

51 Vous m’avez dit dans une de vos lettres que les troupes qui devaient venir tout le long des frontières étaient pour nous garantir contre Léopold. Peut-être ne sont-ils pas inutiles, puisqu’on m’a dit hier qu’on attendait à Menin deux cents Hussards, qu’on préparait les lits pour autant et on m’a dit qu’il en doit arriver à Ypres quatre cents et on m’a dit qu’à Tournay, il y en a aussi. Je sais qu’il y en a aussi à Courtray ; mais dans quel but, je n’en sais rien. J’espère qu’à votre première, j’apprendrais quelque chose, touchant ces tabacs, car, je vous assure, s’il ne vient pas une défense là-dessus et si l’on ne supprime pas la fabrique à Wervicq, notre province est perdue et cela pour enrichir des Crésus qui sont remplis d’argent. Ces Messieurs de Wervicq ont la malice, à présent, de tenir des fabriques chez eux et ils se croyent en garantie. Le cousin COUVREUR de Roncq, bon national, est venu chez moi me certifier que MARTEL de Lille, après la première prise de Wervicq, faite par ceux de Linselles et Roncq, est passé par leur village, de là à Menin, pour lui aller à Wervicq ; il a logé pendant huit jours à l’hôpital du lieu et il a dit, que ce n’était que bagatelle, s’il n’y avait que cela de pris. On dit aussi que ce dit MARTEL a fait acheter toutes les os fires [ ?] de nos contours environs.

52 Les garçons demandent que vous veuillez faire parvenir deux dictionnaires des nouveaux mots, dont la Feuille Villageoise a fait mention.

53 Je crois que cette lettre de l’évêque de Toumay n’a été lue qu’à Linselles et à Bousbecque et ce premier que je vous cite a dit qu’il ne reconnaîtra pas d’autre évêque que celui de Toumay ou celui nommé par le Pape. Le temps nous instruira ; après qu’il ne vienne pas de brouille dans l’Église, c’est ce que je crains.

54 Je vous fait des compliments de vos enfants et de mon frère, ils vous demandent la Bénédiction. Je suis sincèrement

55 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

56 Cette paire de lunettes ne peut pas servir, parce qu’elles sont trop jaune pour le prix. Il serait content de s’en passer ; il ne comptait pas quelles auraient été aussi chères. Je l’avais toujours oublié ; vous pourriez prendre autre chose à la place.

57 Linselles ce 7 janvier 1791

58 Monsieur, mon cher Mary,
Il y a huit jours qu’un certain COUVREUR de Roncq m’avait prié de vous écrire, touchant Madame de RONCQ, ça m’a toujours échappé de la mémoire. Il y a aux environs de quinze jours que la dite voulait faire battre la cloche pour appeler le monde à lui donner des voix ; son dessein était de donner deux sacs de bled par semaine aux pauvres jusqu’à Pâques, moyennant qu’on aurait voulu remettre les armes de Madame. Celui qui voulait monter au clocher, c’était GHEGIR ; la municipalité était informée de cette cabale, elle en avait ôté la clef, comme a dit ce « quidam » à qui appartient cette cloche. Ils ont été obligés de tout abandonner pour un moment.

59 Mon frère a été aujourd’huy à Linselles, il a parlé au sous-brigadier de Roncq, il a dit que les armes ont été remises par les ouvriers de Lille, avant-hier. Il y a de suite trois députés de Roncq pour aller à Lille ; chemin faisant, ils ont rencontré le frère ou beau-frère de Madame, qui s’est inquiété de leur démarche et leur a dit qu’il n’était pas nécessaire d’aller plus avant, parce qu’il avait le permis dans sa poche, qu’il venait du district, ou du directoire. Ils ont poursuivi leur chemin, pour avoir des nouvelles ; on leur a dit que personne n’avait d’ordre pour ça ; peut-être en êtes-vous informé. La municipalité de Roncq a été dans le cas, il y a trois ou quatre semaines, de remettre le pain à une livre au bonier ; ils avaient peur que le pauvre monde se serait soulevé. Depuis hier elle distribue du pain aux pauvres. Il ne serait pas surprenant, qu’il en ait des villages voisins, qui donneront secours à Madame. Je crois qu’il ne ferait pas mal de lui envoyer une douzaine de cavaliers et de les faire loger dans son château pour rabattre ses ambitions. M. SELOSSE est aussi un de ses conseillers. Il y a eu aux environs de quatre semaines qu’elle avait fait assembler la municipalité à qui elle aurait promis de remettre ses armes, sous promesse de donner du pain aux pauvres. Le procureur de la commune a dit : non. Si nous voulons croire Madame, l’église ne serait ornée, qu’avec des bêtes sauvages, des lions et des ours.

60 Aujourd’huy, la garde nationale a reçu une lettre du maire de Roubaix, disant qu’il offrait ses volontaires et ses cavaliers, que, quand ils en auraient besoin pour recommencer, qu’ils n’auraient qu’à parler. Justement le capitaine y était allé à Roubaix, pour la même occasion. Quand ils y vont, ils font cela secrètement. La garde nationale n’est pas contente du procureur syndic, je crois que cette lettre lui était adressée et aujourd’hui, ils n’en sont encore informés que par voie tierce ; il ne faut pas demander si ça sent un peu de l’aristocratie.

61 Nous avons un bateau qui est arrivé, on le décharge et le deuxième doit arriver de suite. Ils ont du mauvais temps pour le décharger ; aujourd’huy, il fait une pluie des plus grandes, les eaux commencent à courir.

62 Ceux de Bousbecque se battront bien d’avoir été aussi lâches, de ne pas avoir suivi les volontaires de Linselles à Wervicq, quand ils leur ont demandé. Hier, le sergent de Bousbecque est venu me souhaiter une heureuse année, il m’a demandé si la prise de Bousbecque était comprise avec. J’ai demandé si ceux du lieu avaient écrit à Paris. Il m’a dit qu’il n’en savait rien non plus. Je lui ai dit que s’ils en avaient été informés, que ç’aurait été comme les autres, puisque la prise est aussi bonne.

63 Je vous prie de me donner des nouvelles de suite et surtout de ma dernière que je vous ai écrite, pour savoir s’ils sont libres d’établir des nouvelles fabriques, pour que leurs dépôts soient en sûreté.

64 Des grands compliments du cousin LIBERT, qui m’en a chargé hier à « L’étoile » et de mon frère et de tous vos enfants ; ils vous demandent la bénédiction. En attendant de vos nouvelles, je suis

65 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

66[Lettre du 5 janvier non publiée]

67 De Linselles ce 9 janvier 1791

68 Monsieur et mon Amy,
[...]

69 Le cousin SEYNAVE, lorsqu’il a été à Neuville, avait pris avec lui quelques Feuilles Villageoises. Ces Messieurs là se sont plaint, qu’ils étaient dans un endroit, où ils ne voyaient jamais rien. Il y en a deux qui ont demandé au cousin de vous prier de les abonner à la Feuille Villageoise. Ce sont : le sieur CATTEAU, maire du dit lieu et MERVILLE, officier municipal. Il ne savait pas où les faire adresser, je lui ai dit que vous les auriez toujours inclus dans les miens et que le cousin les ferait parvenir à Neuville. Il est vrai que les premiers paquets sont gros, mais j’aime bien rendre service aux bons citoyens.

70 Vous me demandez ma façon de penser des curés de mes environs, je ne peux rien vous dire de positif. À Halluin, Roncq, Neuville, de ces trois curés, on n’entend rien. Mais Roubaix, Tourcoing, Bousbecque, Linselles, ceux-là, on dit qu’ils ne préteront pas le serment. FREMAUX, notre vicaire, celui-là, il se pourrait qu’il ne la ferait pas ; DELCOUR, celui-là, on n’en parle pas et, moi, je crois qu’ils feront comme les prêtres patriotes ; vous savez ce qu’on dit et ce qu’ils ont fait à la fin ; beaucoup de paroles et rien d’effectué. Aujourd’huy, on a publié le décret pour leur serment, mais je ne sais pas pour quand ce sera. Je serais de l’avis de M. BARNAVE, que cela finisse bien vite.

71 Je n’ai pas encore parlé à mon frère de Rekkem, il devait partir pour Avelin et, pour nos prêtres, je les ai laissés tranquilles pour cette nouvelle année et eux aussi et ainsi, nous sommes quittes.

  • 5 Pour Père Duchesne, cf. la note, lettre de Lepoutre du 3 novembre 1790.

72 Mon frère m’a fait demander si le Père Duchesne 5 était mort, que cela l’ennuyait d’être aussi longtemps privé de ses nouvelles. Les enfants partent demain pour se rendre à leur devoir. Ils vous souhaitent une parfaite santé et demandent la bénédiction ; j’espère recevoir de suite de vos nouvelles, surtout de la demande de cet inclus. Je vous souhaite une parfaite santé et vous embrasse de cœur en attendant que nous puissions le faire effectivement

73 Je suis sincèrement votre très attachée femme
Angélique Delputte

74 De Linselles ce 14 janvier 1791

75 Monsieur et mon cher Époux,
Vous me rendez dans une inquiétude des plus grandes en me privant ainsi de vos nouvelles. Je n’ai pas reçu de lettre depuis celle en date du 5. J’ai envoyé expressément à la poste et j’’envoye encore aujourd’huy pour la deuxième fois à Lille expressément ; je ne sais pas pourquoi ce silence ! Le brigadier de Linselles a son oncle, député de la Flandre Maritime ; il m’a envoyé sa lettre et vous prie de la lui mettre en main, il n’est pas douteux que vous le connaissiez, puisque c’est le même département ; il me semble qu’ils n’ont encore aucun ordre. Le cousin SEYNAVE a reçu, hier encore, une lettre de M. de LA SERRE, disant qu’il n’a pas reçu d’ordre, pour payer ces tabacs ou peut-être que c’est d’autres qu’ils les doivent recevoir, je vous prie de nous informer. Il n’est pas douteux que ce dit DE LA SERRE ne soit contre, puisqu’on dit qu’il est touché, qu’il avait part dans les tabacs. ESLANDRE de Wervicq se vante encore qu’on devra les recevoir.

76 Vous me parlez dans votre dernière du curé d’Annoeullin. Je n’ai reçu aucune de ses nouvelles depuis votre départ, hors que RENART y avait été une fois et qu’il a dit qu’il commençait à se convertir, voilà tout ce que j’en sais. Il me semble que les curés des autres endroits ne sont pas aussi entichés que dans ce pays-cy.

  • 6 Mme Lepoutre déforme beaucoup la situation religieuse du Pas-de-Calais : il y avait bien un évêché (...)

77 Les deux neveux de DUPLOUY sont venus promener ; ils m’ont dit que les curés par là, sont fort tranquilles et ils sont tous prêts à prêter le serment. C’est dans l’évêché de Boulogne ; ils ont fait un nouvel évêque, les prêtres sont tranquilles et tout le monde est content 6 .

78 Voilà la deuxième année qu’ils plantent du tabac, cy-devant, ils n’en pouvaient pas planter. En parlant de tabac, je suppose que vous aurez reçu la graine avant que vous ne receviez ma lettre, puisque ça a été hier ou avant-hier que la botte a été mise au courrier extraordinaire. Jean Baptiste SIX a dit qu’il y en avait pour semer un cens de terre. C’est de la meilleure espèce et de la dernière année.

79 Je vous souhaite une parfaite santé ; en attendant de vos nouvelles, je suis sincèrement,

80 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

81 Le curé de Bousbecque est venu ce matin encore avec sa voiture, pour prendre nos curé et il y avait encore un autre prêtre avec, on a voulu le reconnaître pour le chanoine LEFEBVRE de Comines et ils sont partis du coté de Lille.

82 Madame BRULOIS achète la maison de DUMONT ; VERMESCH l’a demandée en location, elle a répondu qu’il fallait encore attendre quatre à cinq semaines et alors qu’elle aurait vu. Je vous fait des compliments de vos neveux et nièces CUVELLE, de votre filleul DUMONT. On m’a dit que M. MERLIN est arrivé le dix du courant à Douay mais on ignore pourquoi.

83 De Linselles le 11 janvier 1791

84 Monsieur et mon Amy,
[...]
Nos messieurs de Roncq et Linselles ont encore été faire une nouvelle saisie de tabac d’une voiture dépassant onze mille, prés de Sainte Marguerite à Comines. Ils étaient munis d’un soi-disant acquis : tabac du pays, dans des ballots ; il a été jugé par des experts tabac venant de l’étranger ; il a été conduit à Quesnoy et mis en dépôt à la maison de ville et la municipalité du dit-lieu en répond. Ils ont fait promesse qu’il n’en passerait plus une feuille. Il y avait encore deux voitures de charges à Wervicq pour suivre celle-là, mais quand ils ont appris ces nouvelles, ils les ont bien vite fait décharger. Cy-devant ceux de Wervicq n’avaient peur ni du vent ni de l’orage, mais à présent, il n’est plus possible qu’ils en puissent conduire une voiture. Ceux de Quesnoy veillent sur leur pavé ; ceux de Linselles sur le leur ; ceux de Roncq sur le grand pavé et pour Tourcoing également et ainsi les tabacs sont en prison.

85 Nous avons continuellement de la pluie et du vent ; les bleds sont bien rassis, et beaux qu’ils sont, Dieu mercy.

86 Je comptais mettre ma lettre à la poste aujourd’huy ; j’ai différé de la fermer pour vous donner des nouvelles de ce qui s’est passé à Lille à l’égard de ces gens de Wervicq. J’ai appris qu’ils vous ont informé de l’affront que ces MM. ESLANDRE ont reçu : le juge leur a commandé à trois reprises de sortir de la placé ; la garde a été dans le cas de les prendre par le bras et de les conduire à la porte... De là, ils ont été trouver M. de LA SERRE, qui leur a dit : « Vous me croyez sûrement complice dans ces tabacs » ; ils ont répondu sans ratée : « Oui » Il a répondu qu’ils ne devaient pas croire, que cela était très faux il leur a dit : « Je vous ferai voir ce dont le district n’est pas encore informé ». Il leur a dit que les volontaires étaient libres d’entrer dans toutes les fabriques et de saisir les tabacs, moyennant que ce soit des tabacs étrangers. Mais ils craignent encore que ce soit un piège que M. de LA SERRE leur voudrait tendre. Ils sont disposés à attendre vos ordres. Ils ont été mener la vie joyeuse au « Lion Noir ». Ils ont bu plusieurs fois à votre santé et ils se sont très bien divertis avec le cœur gai.

87 Le berger ne sera pas longtemps sans aller chez GAHYDE pour voir les moutons pour compléter sa bande. Les laines ne sont pas encore très demandées cette année, ceux qui ont vendu ça a été à moindre prix que l’an passé. Je ne sais pas si TIBERGHIEN les demandera cette année ; nos moutons ne consomment pas beaucoup. J’ai fait part au cousin SEYNAVE que vous n’auriez pas été longtemps sans lui faire parvenir de vos nouvelles. En attendant ce moment, je suis sincèrement

88 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

89 De Linselles ce 21 janvier 1791

90 Monsieur et cher Époux,
J’ai reçu hier deux de vos lettres une datée du 16 par la petite poste et l’autre en date du 18 par le messager. Elle m’a fait plaisir d’entendre que vous avez reçu des nouvelles de notre Saint Père. Cela fera taire un peu nos petits théologiens, qui disent que l’Assemblée n’a pas de religion ; croyez que c’est ce point là qui les guide. Non, non je ne saurai pas croire que c’est autre chose que l’ambition. Si c’était vraiment la religion qui les guidait, ne les verrait-on pas plus assidus à leur devoir, à visiter les malades, à faire l’aumône. POULLIEZ a été deux fois rebuté de son curé, cependant un homme digne de compassion ; sa femme est aveugle. Je ne m’inquiète pas de savoir si des prêtres feront leur serment ou non, parce qu’ils croyeraient que l’on douterait qu’il en manquerait ; quant à moi, j’aime mieux qu’il y en ait moins et qu’ils soient bons, qu’ils édifient leur paroisse par leurs exemples. Nous en avons deux dans notre paroisse, surtout l’un, s’ils ne prêtaient pas le serment, on serait content, c’est FREMAUX ; M. DELCOURT, depuis sa maladie, on dirait qu’il est converti, on n’entend plus parler de luy. Quant à ROUZÉ, il va au cabaret de la Ruelle ; là, il peut user de sa langue à sa mode et pour ces prêtres, ils boivent bien trop volontiers du vin pour ne pas prêter le serment. Celui de Roncq a bien dit qu’il ne l’aurait pas prêté, mais je n’arrive pas à le croire. De plus, ne doutez pas que lorsque je serai un peu mieux informée dans nos environs, je vous en donnerai avis de suite, mais on ne dit pas encore que ce sera pour dimanche dans nos environs.

91 Vous me parlez de mon frère Pierre-Joseph. Je n’ai pas eu le plaisir de le voir, depuis que je vous l’ai marqué. Il devait partir pour Avelin pour souhaiter la bonne année et j’ai appris mercredy par le carton *, qui l’a rencontré à Lille, qu’il reviendrait encore, qu’il avait été à des funérailles, celles d’une qui était mariée au Château d’Attiches, qui est morte.

92 Il pleut toujours, ce ne sont pas des chemins pour se voir.

93 Vous me parlez de votre boîte que vous avez reçue par la diligence ; elle a été mise au courrier, mais il a été malade, il n’a pas pu prendre la route et il a mis le courrier à la diligence. Je serais charmé si vous pouviez m’envoyer un assignat. On va au marché au bled, mais il y a une grande différence avec l’an passé, il faut acheter des fèves, des tourteaux, payer les pensions des enfants ! ! ! Je crois que le locataire de Mouscron est venu, mais je ne l’ai pas encore vu ! Baptiste HENNION ne m’a pas payé trois cents florins sur la dépouille 1789, mais je dois lui parler sous peu, voilà déjà le deuxième qui va échoir, je ne suis pas contente de lui ; les lins en botte, il n’en faut plus, du moins, on ne les demande pas. J’ai du payer à LEPOUTRE, notre neveu, pour ses mouchoirs et autre cent florins passant. Celui de Comines est venu recevoir ses deux années, qu’il avait bon de sa rente ; je suppose, si vous vendez les toiles, que ce sera pour recevoir de suite. La semaine passée, on a fait les mesurages, c’est toujours de l’argent ; mercredy passé, on a été avec onze sacs, crainte de recevoir des assignats, il n’a été vendu que 13 F 5 gros.

94 RENART est venu, il avait été à Annoeullin, il me semble que ce curé est encore toujours à son ordinaire. Il a dit qu’il prêtera son serment, moyennant que ce ne soit pas contre la religion, comme les autres. Il tient encore son ton de grandeur.

95 J’espère que le décret que portera l’Assemblée, tournera en faveur de nos volontaires, car si cette prise n’était pas à leur profit, ce n’est pas bien. Je suppose que vous êtes informé qu’ils ont conduit la dernière prise à Lille, hier, ils n’ont pas du recevoir, il est certain que c’est tout tabac provenant de l’étranger. Vous verrez par cet inclus, combien nos MM. de Quesnoy se sont montrés braves, sans en parler à leurs voisins, s’exposant au péril de leur vie. J’avais envoyé un domestique jusqu’au village, pour avoir des nouvelles ; on avait dit qu’il y avait des tués ; il n’est pas mal que vous en soyez informé.

96 En attendant de vos nouvelles le plus tôt que vous pourrez, je suis sincèrement

97 mon cher Époux votre très attachée Femme
Angélique Delputte

98 De Linselles le 23 janvier 1791

99 Monsieur et mon cher Amy
Vous serez par cet inclus éclairé sur ce qui se passe concernant la fraude au tabac, vérification faite que ce sont bien tabacs de l’étranger. Si nos volontaires ont dû prêter serment de fidélité à la Nation, voyant le dommage que causent ces tabacs puisqu’ils frustroient la Nation et aussi les cultivateurs. Je crois qu’on ne saura pas vendre les grandes feuilles plus chères qu’on a vendu les petites feuilles.

  • 7 Il s’agit des employés de la Ferme des taxes indirectes (cf. note, lettre de Lepoutre du 30 juille (...)

100 Il y a une grande critique dans nos environs, parce que les employés 7 n’ont pas d’ordres et que si ces tabacs ne sont pas de bonnes prises, vous les verrez devenir mauvais citoyens, c’est pourquoi je vous prie de faire attention à ceci.

101 Vous m’avez marqué dans deux de vos lettres, que les curés devaient prêter serment aujourd’hui. On n’a rien vu ni rien entendu, je ne sais pas si la municipalité a reçu des ordres ou non, qu’ils les tiennent cachés. On n’a encore rien entendu en aucune paroisse. Tout cela, donc, occasionne beaucoup de paroles parce que rien ne s’effectue.

102 Notre neveu LEPOUTRE vous souhaite une bonne année et en même temps m’a dit de vous prier de vouloir marquer s’il y aura du changement dans les droits d’entrée pour les toiles.

103 Notre berger a été avec son père hier chez DUQUESNOY à Roncq, pour voir les moutons gras ; ils en ont acheté 40 à choisir sur 60 à dix écus la pièce ; c’est à peu prés une sorte comme les nôtres, à ce qu’ils ont dit. C’est pour partir aux environs de la Chandeleur, je crois que ce sera le jeudi suivant. De nous, il compte qu’il en partira 50, je ne sais pas s’il en trouvera encore une vingtaine pour compléter la bande. Ce n’est pas qu’il en manque à Halluin, mais je suppose qu’ils voudront vendre cher. Il doit venir un marchand de laine vendredi, un certain MOTTE. Je suppose que vous êtes encore dans le dessein d’en acheter des nouveaux ; je crois que le cousin LECOMTE est disposé à vendre.

104 Les paquets que les Messieurs de Neuville devaient recevoir ont été adressés à leur destination, mais le postillon qui les a remis a exigé 24 sous, qui ont été payés avant d’ouvrir votre lettre, ceux de Neuville lui ont remis. Cela lui servira d’école pour une autre fois ; je l’ai appris par le berger, en allant chez DUQUESNOY.

105 Cet ancien militaire de Roncq est venu hier pour savoir des nouvelles ; il m’a dit qu’il était heureux qu’il ne fasse pas un rude hiver, mais ce qui le gêne le plus, c’est pour payer le loyer de sa maison à la mi-mars ; il a à faire à un Flamant de Menin, qui, s’il ne paye pas une demie année à présent, il sera mis à la porte à la mi-mars. Si vous me disiez votre façon de penser concernant le temps où il pourra recevoir sa pension, je luy donnerais de quoi payer ; je le loue un louis par an ; c’est un honnête homme.

106 On vient de me dire qu’il y a trois mille ratières de bled arrêtées au dessus de Wambrechies, à ce que l’on dit pour Dunkerque et que la municipalité du lieu avait dit que si on l’inquiétait, qu’elle pouvait faire feu sur le peuple, ce qui a été exécuté, mais par bonheur, il n’y a eu personne de blessé.

107 À ce que l’on dit, ils n’avaient pas d’expédition solide et que l’on doit faire décharger le grain ; c’est d’après notre ouvrier GALOIS que je vous en parle. Je sais que vous m’avez dit qu’on en devait fournir à des provinces plus en avant en France, qui en manquent.

108 Je vous souhaite une parfaite santé. Des compliments de vos fils et filles et attendant de vos nouvelles, je suis sincèrement

109 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

110 Il m’a été dit qu’il y a un député de l’Assemblée de venu chez le cousin DESURMONT et que CHOMBART est retourné chez lui, que sa femme est venue le chercher à Paris, qu’il est tombé malade ; je sais qu’il n’a pas signé les lettres qui sont venues, ni, non plus, M. SCHEPPERS.

111 [Lettre du 28 janvier non publiée]

112 De Linselles le 30 janvier 1791

113 Monsieur et cher Amy,
J’ai reçu hier votre lettre en date du 25, avec les deux assignats, c’est comme la providence qui venait, Jean Baptiste HENNION est venu m’apporter 290 F, donc, après lui avoir donné si longtemps crédit ; il m’a donné un assignat de 200 F, il est tout troué ; je voudrais que vous puissiez le changer pour des petits assignats ; je pourrai le mettre dans une lettre, pour vous l’envoyer, si c’est possible. Aujourd’huy, Pierre BOCHART est venu pour que je lui fasse son compte ; je lui ai demandé si tout était mesuré, il m’a dit que non, mais qu’il aurait pu aller avec LEDUC, pour en faire le mesurage, il souhaitait d’en finir ; il avait encore bon à des journées. J’ai vu sur les registres que vous lui aviez donné deux cents florins à compte, vous étiez d’accord pour un millier de briques. Je n’ai pas encore trouvé la note, combien il en a employées ; vous m’en donnerez connaissance, parce que je lui ai dit que je voulais avoir de vos nouvelles, avant de lui donner satisfaction. Il doit venir dimanche prochain ; ainsi j’espère que vous me donnerez connaissance de tout.

114 Je ne vous ai pas dit dans ma dernière que j’avais vendu les laines, car le marché n’était pas encore conclu, quand j’avais fermé ma lettre. J’ai dû laisser glisser un mouton, pour pouvoir conclure le marché ; je vend 12 F 7 patars et demy et trois en dedans ; j’ai assez d’embarras sans risquer de tenir cette marchandise. J’ai vendu aux sieurs CLARISSE et MOTTE, son gendre, un bon vieux papa. Ah ! que je voudrais bien, mon cher Amy, que tous vos ouvrages finissent bien vite, car je vous assure que je ne sais pas comment on vit à présent. Avec tous ces « dires », on a un chagrin des plus grands et je crains que cela ne finisse pas encore de sitôt.

115 Le cousin SEYNAVE a eu de bonnes nouvelles à Lille ; vous vous souviendrez de ses procès-verbaux, ils doivent comparaître le 9 février au district. M. de LA SERRE veut passer, à présent, pour bon citoyen. Il était renseigné qu’il y en avait encore en dépôt chez le fermier de la Bourgogne ; il a envoyé son garçon à la tête des employés et ils ont requis la garde nationale de Tourcoing, en passant. Je crois qu’on le menace de piller sa maison à Lille. Ils en ont saisi une soixantaine de ballots.

116 Nous essuyons bien des pluies ici, mais pas autant qu’à Paris.

117 Je vous souhaite bonne santé et j’attends un de vos décrets touchant les tabacs et suis sincèrement

118 Monsieur et mon Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

119 Des compliments de vos filles, de mon frère ; comme je vous ai dit, il a une fameuse troupe.

Février 1791

120 De Linselles ce 4 février 1791

121 Monsieur et mon cher Époux,
Je vous avais marqué dans ma dernière que le berger devait partir jeudy le 3 du courant, mais j’ignore le temps qu’il a fait à Paris. Ici dans nos provinces, nous avons eu le temps le plus triste du monde, il est tombé de la grêle en partie toute la journée. Nous essuyons du mauvais temps depuis quelques jours ; nous avons remis le jour à lundy prochain pour le marché de Sceaux. Quand nous avons envoyé dire de remettre les moutons à lundi, ils ne l’ont pas trouvé mauvais. Ils ont dit que nous avions bien fait. Le berger m’a dit qu’il était très content des moutons, qu’ils sont très bien tondus.

122 Quant au serment des ecclésiastiques, je ne sais pas encore si ce sera pour dimanche ou dans huit jours, ou s’ils le feront, oui ou non, je n’en sais rien. Le cousin SEYNAVE leur a montré ce livre, ils ont dit que tout cela a était bon, mais que la Constitution n’était pas encore finie et qu’il ne savaient pas ce qui viendrait dans la suite, c’est pour vous dire, quand cela ne vient pas dans leur tête ; vous savez comme sont les prêtres, on m’a dit que le curé de Bousbecque a demandé du temps pour lui se décider jusqu’à aujourd’huy.

123 Je suppose que vous recevrez dans peu de jours une nouvelle de nos volontaires. Ils ont été requis par M. de LA SERRE pour aller chez tous les fabriquants de Wervicq, les volontaires de Tourcoing, Roncq, Linselles ; quand ils sont arrivés, le maire du lieu a montré une autorisation du département qu’ils n’ont pas à souffrir de visite, hors que d’être requis par la municipalité de Wervicq même ; ils n’ont pas voulu aller contre les ordres du département. Ils se sont retirés, mais pas trop contents, comme vous devez juger ; ils étaient là, peut être à deux cent cinquante personnes, tant cavaliers, employés.

124 Vous m’avez dit dans une de vos lettres que j’aurais tenu note des assignats que vous m’envoyez, j’ai oublié de le faire. Si vous le savez, je vous prie de me le dire et j’en tiendrai note dans la suite.

125 Je vous souhaite une parfaite santé et patience, pour écorcher la queue qui vous reste. Des compliments de la famille. Je suis sincèrement

126 Monsieur et cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

127 J’envoye expressément ma lettre à Lille, pour voir s’il n’y a pas de vos nouvelles, je n’en ai pas reçue depuis samedy. J’ai peur qu’il y ait un décret touchant les tabacs. On ne les demande pas du tout.

128 De Linselles ce 7 février 1791

129 Monsieur et cher Mary,
J’ai reçu deux de vos lettres par le même courrier, samedy dernier ; celle du 30 janvier [n. p.] vous me demandez comment sont nos prêtres. Le curé n’a plus parlé de l’Assemblée, depuis qu’il a lu cette lettre à Noël, soi-disant de son évêque, dont je vous ai parlée. Je crois qu’il parle, mais c’est dans des maisons secrètes d’où rien ne circule en public. Je ne lui ai ni parlé ni dit bonjour depuis qu’il est venu chez nous et que vous y étiez. Mais nous avons FREMAUX, cette ase croupante [ ?] qu’il fait bien du tort dans notre paroisse, avec ses bigottes de dévotes, non pas de nos côtés, mais vers le Gavre et, comme il va visiter ses malades, il leur dit qu’ils auront du bonheur de mourir, car la religion se perdra.

130 Dimanche matin, le cousin SEYNAVE m’a dit que FREMAUX voulait lire ce libelle qu’on a dit venir des vicaires généraux. Je dis libelle puisqu’il n’était signé de personne et sans nom d’imprimerie. Le curé a dit de suite que « non, on ne l’aurait pas lu » qu’on parle assez sans donner occasion de parler davantage et, concernant leur serment, je ne sais pas s’ils ont donné leur billet de refus ou non ; mais je sais qu’après la grand-messe, le maire a été à la sacristie, a dit le cousin, mais il en était sorti et, que depuis ce temps, ils étaient très consternés. Quant à celui de Bousbecque, je ne crois pas dire de trop qu’il est toujours homicide de cœur, pour dire ce qu’il dit, du moins ses raisons donnent occasion de le croire, qu’il voudrait que vous périssiez tous et qu’il croit encore à une contre-révolution, et avec tout cela, c’est encore lui, qui voudrait commander les curés voisins et je n’en connais pas encore un, qui soit prêt de faire son serment. Peut-être dimanche serons-nous instruits de quelque chose. Il y en a qui feraient valoir qu’ils ne le feraient pas, à cause qu’on aurait plus de confiance en eux.

131 Votre lettre en date du 2 avec ce décret pour les tabacs m’a mise dans une grande affliction, car il est certain que si ce décret a lieu, il nous faudra sortir de l’endroit. Pourquoi délivrer un autre de l’esclavage, pour nous y mettre dedans à leur place ? Laissez les payer comme devant et mettez des droits sur les fabriques ; on en fait continuellement des nouvelles et de plus, ce doit être le pauvre monde, qui doit payer tous ces droits ; la prédiction des prêtres sera arrivée, si cela a lieu. Ils ont toujours prédit que ce serait allé pire qu’avant et il sera vrai aussi. Si ce décret a lieu je crains une révolte. Je ne l’ai dit à personne et le monde commence à être informé, d’après ce que j’ai entendu. Il est vrai que votre dernière lettre me remet un peu ; mais il faut un grand changement pour que ça aille bien. On serait bien malheureux de devoir payer les impôts et de ne pas pouvoir mettre les avestures * qu’on voudrait ; c’est pour vous dire que ce serait un grand malheur pour cette province ; il aurait été préférable que vous n’ayez jamais vu Paris, je n’aurai pas le chagrin que j’ai à présent.

  • 8 Les premiers mois de l’année 1791 ouvrent la grande période de vente des biens nationaux dits de p (...)

132 On m’a dit que le curé de Bousbecque a dit, qu’ils seront remplacés par des prêtres qui n’ont pas de religion ; je ne l’ai pas entendu, mais on me l’a dit. Le bruit circule à présent qu’ils ont encore deux mois de répit pour faire leur serment. Si cela est vrai, tant pis, ce sera encore davantage de paroles, mais j’ai dit que j’aurais peine à croire. Au plus vous leur donnerez du temps, au plus de force qu’ils auront. Je crois que s’ils avaient le décret de l’Assemblée, au lieu de lire les libelles, qu’ils seraient mieux instruits de la vérité. Il est vrai que l’intérêt et l’ambition règnent plus dans ces maisons là que la religion. Les libelles du curé de Bousbecque n’ont pas produit de grands fruits dans sa paroisse. Pour la vente des biens du clergé, il y a eu une pièce de sept cens à Bousbecque, une prairie tenant à nos sept cens, vous connaissez, et qui a été vendue trois mille florins 8 . Si elle avait été bonne comme nos deux cens, combien aurait-elle été vendue ? On m’a dit que le curé de Linselles a défendu à son frère d’en acheter ; mais il n’a pas l’intention de l’écouter, puisqu’il est parti de suite pour Lille, m’a-t-on dit.

133 Le berger est parti aujourd’huy avec une troupe de 126, il n’y en a que 44 des nôtres. Le berger s’était trompé de deux ; les tondeurs n’avaient pas le temps d’en faire davantage.

134 Je vous souhaite une bonne santé et j’attends de vos nouvelles, j’espère au plus tard demain. Mon frère et nos enfants vous saluent

135 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

136 De Linselles ce 8 février 1791

137 Monsieur et mon Amy
Vous avez navré mon cœur de joie aujourd’huy à l’ouverture de votre lettre, en voyant ce portrait ; je dis à Catherine : « Qui est-ce ? » Si, elle s’écrie de suite : « C’est mon Père ». Alors, je vous ai remis et nous vous avons embrassé ; je crois que vous devez l’avoir senti. Celui-ci est véritablement votre portrait ; vous n’avez plus la mine aussi sévère. Si vous en étiez muni, vous en enverriez pour vos enfants, cela leur fera grand plaisir, ce serait un souvenir. Cela me réjouit un peu le cœur. Je suppose que vous aurez bien deviné dans ma dernière, que je n’étais pas trop gaie et cela pour l’article de ces tabacs, mais vous me faites espérer dans celle-ci, que la plantation sera libre. C’est comme je vous ai dit dans ma dernière, tout le monde serait content de payer le plant à l’ordinaire et, de plus, depuis un moment d’ici, beaucoup de monde aux environs de la place se fait faire des presses pour faire des « bâtons royal ». Cela donne de l’ouvrage au pauvre monde ; mettez des droits la dessus. Ils viendront et achèteront à proportion.

138 J’ai reçu les quatre assignats de cinquante et je renvoye celui de deux cents ; ils m’ont fait plaisir. Comme cela nous sommes quittes. Quand vous pourrez encore m’en envoyer de cette sorte, pour payer les pensions des enfants ils ont meilleure sortie, je me recommande.

139 Je compte aller jeudi chez le cousin DESURMONT pour le prier de bien vouloir encore m’en changer un de trois cent francs.

140 Pour le compte de Pierre BOCHARD, j’ai parlé à LEDUC dimanche, il m’a dit comme vous me dites, que, si vous ne vous rappelez point qu’on l’a mesuré.

141 Quant aux laines, n’en doutez pas, le marchand est bon, ce n’est pas de l’éclat, mais c’est du solide, je ne sais pas si je vous l’ai marqué. Les moutons avec le berger, c’est comme l’an passé ; c’est en commun. Je suis charmé d’apprendre qu’il pourra profiter un peu. Je crois que vous serez content de voir sa troupe ; voilà deux jours qu’il est parti et il a un temps plus agréable que la semaine passée. Quand il est parti, il était content de ses moutons et, si vous attendez des bonnes nouvelles, nous en avons parlé avec le berger. Quand il partira, vous me le ferez savoir, son père ira de suite chez le maire d’Houplines, quoiqu’il n’en manque pas encore où il a acheté les autres.

142 J’ai reçu tous les procès-verbaux, j’en suis chargée. Ils doivent aller encore demain pour deux saisies à Lille. Je crois que tout se décidera et que cela se définira, qu’ils pourront recevoir.

143 Mon frère a été aujourd’huy voir un cheval, à quatre endroits du côté de Warneton et Houthem. Il n’a pas pu trouver sa sorte ; il doit partir jeudy pour en voir deux à Roubaix. Vous me parlez de vos colzas, ils sont beaux. L’espèce de mon frère Isidore ne monte pas encore, ils sont bien faits.

144 J’ai embrassé vos enfants pour vous ; je leur demande toujours de prier pour la conservation de vos jours et moi, je ne cesse de faire prier aussi. Portez-vous bien, je vous embrasse de cœur et je suis

145 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

146[Lettre du 11 février non publiée]

147 De Linselles ce 15 février 1791

148 Monsieur et mon cher Mary
Votre lettre en date du 11 que je viens de recevoir, me fait espérer que nous aurons bientôt une fin avec le serment de ces prêtres. On m’a dit que notre curé est monté en chaire dimanche dernier et il a dit qu’il y avait un point, qui l’empêchait de prêter serment et qu’il ne pouvait pas le dire et moi, je croirais que c’est le monopole qu’ils ont fait ensemble, les prêtres avec les vicaires généraux. Je ne peux pas vous dire au juste ce qu’il a dit, parce qu’il n’y avait personne de la maison, qui était à son sermon. Ils étaient à la messe à Bousbecque où on baptisait un soldat et ils avaient demandé aux volontaires de Linselles d’y assister.

149 J’ai reçu une lettre du berger, qui m’écrit d’Arras : il me mande qu’il y aura beaucoup plus de moutons flamands qu’à l’ordinaire ; il me dit que si son père sortait pour en acheter, il ne pouvait pas mettre plus que dix écus en sorte et meilleurs que ceux avec lesquels il était parti pour une commission telle que celle-là. Il vaudrait autant qu’il ne dise rien, puisqu’il est bien impossible qu’on saurait trouver des moutons, je crois, au même prix qu’il a acheté ceux avec lesquels il est parti, parce que le monde est informé qu’il y a eu de l’augmentation sur le mouton. Je n’ai pas l’intention d’en faire acheter sans avoir d’autres ordres. Je compte faire tondre les nôtres à la fin de cette semaine. Je compte de faire tuer le taureau demain ; si on peut avoir place dans la grange. Je ferai tondre les moutons pour qu’ils soyent raffermis. Hier Jacques PE RS est venu pour acheter notre taureau. Je n’étais pas à la maison, comme je vous avais dit dans ma dernière que je devais aller à Rekkem à l’obit de nos père et mère. Il a dit que nous nous serions trouvés demain à Lille et je crains que nous ne ferons rien. Il ne l’a jugé qu’en poids entre dix et onze cents et moi, je crois que ce serait plutôt entre douze et onze cents, c’est une fameuse bête, je n’en ai pas encore vu de plus fort à la maison. Mon frère a acheté un cheval, je vous en ai parlé dans ma dernière pour le prix de 1 9 louis et demi et six francs de denier à Dieu, c’est un cheval noir hongre de cinq ans. Il est plus fort de trois doigts que notre gris Libert, mais le derrière perd, il est plus bas ; il vient de chez BECQUART à Quesnoy, c’est une petite ferme, il était trop grand pour eux, je crois que nous en serons contents.

150 Le pire que je trouve dans nos prêtres, c’est qu’ils ont dit, qu’ils n’auraient pas quitté la paroisse pour cela, et, alors, quand il en viendra d’autres, je crains que ça n’ira pas bien, vous savez, les dévotes, comme elles sont, et encore, que vous donniez 500 francs au curé, je crois que ce ne sera pas un mieux.

151 Benjamin avait un jour de vacances. Il est venu, il m’a demandé de vous remettre en mémoire, le dictionnaire des nouveaux mots.

152 Je vous souhaite une bonne santé, des compliments de vos enfants ; je suis sincèrement

153 Monsieur et cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

154 De Linselles ce 17 février 1791

155 Monsieur et cher Époux,
Votre lettre que j’ai reçue en date du 11 courant m’a fait plaisir concernant la plantation libre du tabac par tout le royaume. Je ne sais pas ce qu’il y a à Lille avec ces tabacs ; nos volontaires ne savent pas recevoir et même, il circule des bruits qu’ils ne recevront pas. Tout cela renforce les mauvais citoyens ; il est toujours certain qu’ils doivent recevoir ce qui leur est dû.

156 Je vous annonce une nouvelle ; c’est que mon frère le curé d’Annoeullin a prêté son serment, dimanche dernier ; c’est Benjamin qui me l’a dit et qui le tenait de M. WALLAERT ; il avait peine à le croire, alors il a parlé au garçon du meunier de Don qui leur a dit aussi ; ce sont des nouvelles de mercredy qui ont été dites à Lille ; mais dans nos environs, je ne peux pas encore vous en signaler un qui se dispose. Quand je vous dis qu’ils se sont mis d’accord ensemble. On m’a dit que notre curé avait dit en chaire que si on voulait recevoir son sermon, il fallait commencer par promettre d’être fidèle à Dieu, alors il l’aurait fait. Moi, je lui ai dit que l’Assemblée n’exigeait pas cela ; parce qu’elle ne touchait en rien au spirituel, mais que si elle exigeait un serment de la sorte, alors, on pourrait dire que l’Assemblée touche à la religion. Je vous dit en vérité, mon cher Amy, que ça ne va pas bien et que je crains que vous n’en veniez pas à bout. Vous savez, notre curé, quand il prêche, comme il sait se faire croire. Vous devez savoir comme votre village est avec toutes ces Bigot tes. Notre greffier est avec tous ces prêtres. Jean-Baptiste LEDUC est en colère contre son beau-frère qui ne se fait pas assez craindre. Le curé de Bousbecque a prêché qu’il serait remplacé par des hérétiques. Je ne saurais croire que c’est la religion qu’ils ont à cœur, je crois que c’est l’entêtement et le reste. Je ne suis pas disposé à envoyer ces livres à cause qui croient que ses con les parle beau et que c’est un pirre [sic]. J’espère que le Bon Dieu y mettra sa grâce et que tout ira mieux que nous croyons.

157 Je vous avais dit dans ma dernière lettre que nous devions nous trouver avec le sieur PERS, pour la vente du taureau. Nous n’avons pas pu nous mettre d’accord, que sous une condition ; il ne m’en a offert que 52 livres de gros et je ne l’ai pas laissé moins que 58 et alors, il m’a dit : si vous croyez que je veux vous tromper, laissez votre taureau pour 52. S’il vous vient des marchands, faites argent et si vous le vendez davantage nous partagerons le gain à deux. J’ai dit que sous ces conditions-là, que nous étions d’accord. C’est pour le livrer le 4 mars. S’il me vient des bons marchands, je ne manquerai pas de faire argent. Pour le mettre sur le marché il faut payer douze patars à la livre de gros de droits ; tout cela porté, il fait du temps de boucher.

158 Je dois faire tondre le reste de nos moutons demain ; il vendra assez bien et j’attendrai de vos nouvelles pour faire un nouvel achat. Je désire pouvoir vous donner de meilleures nouvelles à ma première lettre.

159 Je vous souhaite une parfaite santé et suis sincèrement

160 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

161 Des compliments de vos enfants.

162 De Linselles ce 22 février 1791

163 Monsieur et mon cher Mary,
Malgré toutes nos misères, vous me donnez encore de la consolation dans la votre que j’ai reçue en date du 18 courant disant que tout va bien à Paris et que vos travaux avancent à grand pas. Je crois, selon moi, que vous devez bientôt voir la fin de la Constitution ; voilà ce qui surprend nos aristocrates, que l’Assemblée va toujours de l’avant et qu’elle ne s’inquiète de rien.

164 J’ai reçu les quatre assignats de 50 francs et, dimanche dernier, le cousin DESURMONT m’a honorée d’une visite et m’a dit avoir reçu les trois cents francs. Je suppose que vous aurez reçu une lettre du sieur LEMESRE d’Houplines, par laquelle il vous informera de l’achat qu’Antoine, le berger, a fait chez lui. Ils ont convenu pour 94 à prendre hors de 104 au prix de dix écus et demi, pour partir lundy 28 février ou jeudy trois mars. Ils étaient tondus quand il les a vus. Il m’a dit qu’ils sont d’une qualité à peu prés comme les nôtres, tant soit peu en dessous, mais aussi gras que les nôtres et les nôtres sont aussi gras que ceux qui sont partis ; ce sera une troupe de cent cinquante sept ; je crois qu’il y en aura un qui ne sera pas en état de partir. Si les prix continuent comme vous me l’avez dit, ce sera pour profiter un peu. Je n’ai pas entendu dire qu’il y en a de vendus aux environs de chez nous. Chez GAYDE, ils commencent à être gras ; à la Basse Cense, je suppose qu’ils seront trompés que je n’ai pas envoyé le berger ; il pourra les voir en allant payer les autres et chez DUQUESNOY également. Je ne suis pas trop contente du sieur PERS. Il prétent que notre taureau ne pèsera pas plus que onze cent. J’ai pesé le nôtre que nous avons tué, il pesait neuf cent et quatre vingt six et celui que j’ai vendu, au moment où je le livrerai, il pèsera douze cent ; il n’était pas fort en suif, il en avait 96 blanc et gras comme le mouton, il y a toujours deux cents livres de différence de poids.

165 Vous verrez par cet inclus du cousin SEYNAVE, comment l’aristocratie est à son comble dans nos environs ; je vous prie, de grâce, de vouloir faire attention à ceci. Les volontaires, on leur dit qu’on leur vendra jusqu’à la chemise de leur dos, parce qu’ils ont pris ces tabacs. Ils sont inspirés par de mauvais citoyens ; j’ai beau leur dire, c’est à cause que ça dure aussi longtemps. Il faut plus qu’une tête de femme pour pouvoir résister à présent ; si cela pouvait se faire, qu’on envoye une douzaine de soldats pour faire taire ces prêtres, car nous avons notre jésuite de FREMAUX, à ce que l’on dit, tous les catéchismes qu’il fait, c’est toujours là dessus qu’il critique.

166 Le curé de Neuville, en chaire, a montré du doigt la femme du maire, parce que, a-t-il dit, elle avait entraîné son garçon à faire son serment ; avec cela, il ne l’a pas encore fait, c’est le vicaire de Comines. Cependant on m’a dit qu’il y en a bien huit à dix curés, qui l’ont fait, les plus entêtés sont de nos cotés. Du côté d’Annoeullin, il y en a eu trois, qui ont fait leur serment, avec leurs vicaires.

167 RENART, notre neveu, est venu hier en revenant de Tourcoing, il a reçu votre lettre et il vous remercie ; il est d’intention d’aller rester à Seclin, il doit aller voir pour louer une maison ; c’est vous dire qu’il ne veut plus du tout rester à Lille ; c’est pour vendre son épicerie et pouvoir encore continuer son métier d’orfèvre. Il m’a demandé deux louis que je n’ai pas pu refuser.

168 Lundy, nous avons conduit du lin pour mettre à l’eau * et aujourd’hui, nous avons renfermé une meule de bled de dix mille et nous en avons encore une pareille et c’est le meilleur bled de nos dépouilles. Il y en aura dans les deux milles pesant deux cents razières. Si je n’ai pas besoin d’argent, je compte de différer de vendre. La pluie est cause que nous n’avançons pas dans nos ouvrages ; mais cette semaine-cy, le temps se remet.

169 J’attends avec impatience le retour du berger, j’espère qu’il me rapportera toutes bonnes nouvelles de vous et surtout de votre santé et de sa bonne vente. S’il a vendu lundy, ce sera pour arriver vendredy à Lille.

170 Je vous souhaite bonne santé. Des compliments de la famille. Je suis sincèrement

171 Monsieur et cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

172 De Linselles ce 29 février 1791

173 Monsieur et mon très cher Amy,
Dans votre lettre en date du 20 courant vous me dites que je recevrai une lettre aujourd’huy, pour que je sois informée du prix de la vente des moutons, cela me fera plaisir. Je ne peux différer plus longtemps de vous faire part de ce qui a été décidé hier au district de Lille, touchant l’article des tabacs. J’ai la joie au cœur en vous l’écrivant, car je vous assure que cela me gênait beaucoup. Ces Mrs de Wervicq sont condamnés aux dommages et intérêts et une amende de chacun mille livres par considération, a été réduite à cent francs pour 3 mais le quatrième paiera mille livres, comme vous verrez par l’imprimé que je vous ferai parvenir, si ce n’est pas dans celle-cy ce sera dans ma première, que je vous écrirai, car le cousin SEYNAVE m’a promis, lorsqu’il les recevra de m’en envoyer une de suite, pour que je vous la fasse parvenir. Aujourd’huy, on pèse les tabacs, qui étaient en dépôt à Lille et on prend jour pour livrer ceux qui sont en dépôt à Linselles. Je vous assure que nos volontaires sont d’une gaieté sans pareille et les mauvais citoyens sont dans le cas de se taire à présent.

174 J’avais oublié dans ma dernière de vous dire que le sieur WATTEL de Tourcoing avait donné commission au cousin DESURMONT de me dire que je vous aurais marqué dans ma lettre, qu’il devait vous prier de lui faire compagnie pour aller aux noces de son frère, qui doit épouser aux environs de Paris.

175 Antoine, le berger m’a dit que les moutons qu’il avait achetés au sieur LEMESRE d’Houplines étaient pour faire 80 à l’arrêt.

176 Le cousin SEYNAVE m’a dit aujourd’huy après grand-messe, qu’il avait entendu hier à Lille, que le doyen de Roubaix avait distribué trois à quatre cents écus au pauvre monde et qu’il y avait eu de ces gens, qui avaient été au cabaret et ils disaient : « Non, notre doyen ne s’en ira pas, nous ne le laisserons pas partir ». Il ne l’a pas dit pour une vérité, mais on lui a toujours dit. Vous voyez, mon citer Amy, combien il est nécessaire d’envoyer des armes et des soldats, pour empêcher le trouble.

177 Mon frère ODON m’a rendu visite aujourd’huy, il vous salue. Il me semble qu’il n’a pas encore tout oublié ses prêtres patriotes ; il circule encore des imprimés à présent sur les terres d’Empire, que les prêtres, qui n’étaient pas véritablement patriotes, qui n’étaient pas pour se révolter contre leur souverain, qu’ils pourraient encore être punis. C’est une vergogne m’a-t-il dit d’entendre tout ce que nous avons entendu. Il craint beaucoup de devoir payer les impositions deux fois.

178 Il a dit que le cheval que nous avons lui plaisait bien ; il croit que nous en serons contents.

179 Il me semble que je serai privé de vos nouvelles aujourd’hui. Ce sera pour demain le retour du berger ; je suppose que vous lui aurez dit le temps approximatif que vous devrez rester à Paris. Depuis deux à trois jours, on entend plus rien concernant les prêtres.

180 Je vous salue et vous souhaite une santé parfaite. Des compliments de toute votre famille. Charlotte m’a dit de vous dire qu’elle doit vous envoyer son agneau. Je suis sincèrement

181 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

182 Les Garçons comptent d’aller saluer leur oncle le curé d’Annoeullin, au Carnaval avec RENARD.

Mars 1791

183[Lettre du 1er mars 1791 non publiée]

184 De Linselles ce 4 mars 1791

185 Monsieur et mon Époux,
Par votre dernière que j’ai reçue en date du 26 février vous me dites que la troupe serait trop forte pour que le berger puisse faire sa route ; je crois qu’il n’a pas de crainte, puisqu’il a encore offert argent chez ODON pour quatorze brebis, mais il n’a pas pu se mettre d’accord. Je crois, à ce qu’on m’a dit qu’il est content de sa troupe.

186 Demain je compte envoyer les cartons à Lille pour qu’ils ramènent des tourteaux quinbuge *, trois milles que j’ai achetés à douze livres, pour engraisser le tabac ; je n’en aurais pas encore suffisamment avec cela parce que je compte en mettre six cents davantage derrière les granges, à ce que dit mon frère, que ce terrain est bon pour du tabac ; il était destiné pour de l’avoine ; mais je compte retrancher du lin, si vous l’approuvez au bas du Haut Bonnier et de mettre de l’avoine à la place. Je compte les 22 cens du loin du Petit jardin de mettre du lin et les 14 cens du Moulin. Pour engraisser les lins, j’ai acheté trois voitures de fiente de pigeons à aller chercher à Douay ; c’est au même marchand que le fermier de Longour et son beau-fils achète tous les ans. Il les fait livrer à Douay et on les paye à 23 écus la voiture et trois florins ; pour sa peine, il les laisse au prix coûtant ; voilà six ans que DUQUESNOY et LEROUX s’en servent et ne se plaignent pas, mon frère leur a parlé. Ces tabacs se vendent à présent 21, 22 florins. Je ne suis pas encore d’intention de vendre, puisque je crois qu’ils augmenteront encore car toutes ces fabriques, qu’on a faites, il faudra les nourrir.

187 La miniature, que j’ai trouvée dans le paquet n’est pas la votre, il est vrai que votre nom était dessus, mais, véritablement, c’est le portrait de VANESLANDE avec son long nez et sa sournoise mine, je ne le reconnais pas pour vous. Quant à la bière, je ne paye plus de droits, j’en prend à DUMONT dans la mesure de mes besoins.

188 Nos prêtres sont toujours comme à l’ordinaire.

189 Je vous souhaite une bonne quarantaine et une bonne santé ; des compliments de la famille, je suis sincèrement

190 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

191 De Linselles ce 8 mars 1791

192 Monsieur et mon cher Amy
Votre lettre que j’ai reçue en date du 2 courant le paquet quand je l’ai reçu était ouvert, mais la lettre n’avait pas été extraite, car elle tenait encore au cachet de l’enveloppe, comme il arrive encore ; je me suis empressée de lire la lettre pour savoir s’il n’y avait pas quelquefois des assignats. Je ne sais pas à quel dessein elle a été ouverte, si c’était pour voir s’il n’y avait pas des assignats, ou bien, comme j’ai vu par les journaux, s’il n’y avait pas de libelle, puisque vous me l’aviez marqué dans votre lettre. Ça a été la petite poste qui me l’a apportée en disant, que s’il y avait eu des assignats dans le paquet, je devais avoir recours à la grande poste. Vous m’aviez dit dans une de vos lettres, que vous deviez envoyer la Feuille Villageoise au curé d’Annoeullin ; je ne saurais pas vous le conseiller ; les garçons en sont revenus aujourd’huy ; ils m’ont dit qu’il est encore plus obstiné qu’avant et sa salope de domestique critique encore plus que luy. Il faut qu’un maître soit bien aveugle et qu’il n’ait pas de religion, pour souffrir les discours que tient la servante, car, je vous assure que la première fois qu’elle viendra à la maison, je la mettrai à la porte.

193 Antoine le berger, m’a dit dimanche, qu’il avait acheté 50 moutons chez GAHYDE. Je lui ai dit de suite, que je ne lui avais pas donné cette commission là ; il m’a dit qu’il le savait bien, mais qu’à ce prix-là, il n’avait jamais rien à perdre et que si vous n’en voulez pas, que ç’aurait été pour un autre. Je les achète à dix écus et approchant une qualité comme nôtres. Il en prend 50 hors de 69 ; j’avoue que c’est bon marché, mais quand la demande n’y est pas. Vous pourrez en faire à votre disposition. Je ne sais pas si vous approuverez ce que nous avons entrepris ; les moutons, chez le cousin LECOMTE, il en a une trentaine, qui sont trop de l’avant pour le marché. Nous avons entrepris d’en faire venir 60 pour paître le Sucrion *, avant qu’on mette le fumier, comme nous avons encore beaucoup de warrats *, si vous voulez les avoir gras, vous pourriez parler avec le berger ; comme LECOMTE n’est plus beaucoup monté en grain, il pourrait tenir les autres plus longtemps aux herbes ; il me livre un berger gratis ; je ne peux pas dédire cet homme ; il en a toujours trente à moitié gras. Je crois que le berger aura du bon temps pour sa route ; ici du moins, il fait beau.

194 J’ai embrassé tous vos enfants pour vous. Ils vous demandent la bénédiction. Je suis pressée, il est une heure. Je suis sincèrement

195 mon très cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

196 De Linselles ce 11 mars

197 Monsieur et cher Amy
Dans votre lettre du 5 courant vous me dites que si vous aviez de l’argent, vous feriez l’achat de quelque bien national.

198 [...]

199 Les portraits que j’ai reçus de vous, m’ont fait plaisir, vous me dites que je suis difficile à contenter. Est-il surprenant, vous m’envoyez des miniatures, qu’il y a plus de trente ans de différence ; je crois cependant que c’est le même homme ! Bref, mon cher Amy, ce qui me contente Le plus, c’est que vous me faites espérer que vos travaux finiront bientôt et que vous viendrez me soulager dans ma misère.

200 Il m’a été dit aujourd’huy que notre curé a reçu une lettre du district, par laquelle on le met à l’amende de ce qu’il a lu le dimanche le mandement de Carême venant des vicaires généraux, suivant ce qu’on dit dans nos environs, il n’y a que luy qui l’a lu de cette manière. On m’a dit qu’il l’a fait pour que les bigotes n’aient pas l’occasion de parler. Le district avait fait savoir que ceux qui auraient lu le mandement de cette manière auraient été mis à cinq cents francs d’amende. Mais moi, au sujet de cette lettre, j’en juge autrement, comme nos prêtres n’ont pas encore donné leur billet de refus, touchant leur serment et que le 20 courant, les électeurs doivent être assemblés pour élire un évêque et ensuite des curés, il convient de savoir combien il en manque. De plus le cousin SEYNAVE doit venir demain. J’aurai des nouvelles, s’il y a quelque chose. On m’a dit qu’il y en a qui auraient voulu avoir fait leur serment de suite. Quand il y aura du changement, je vous le marquerai de suite.

201 Si le beau temps continue la semaine prochaine, nous comptons de mener le fumier sur les deux bonniers pour mettre de fèves, je crois que la terre le permettra ; en prenant par le jardin, nous avons tous bons chemins et alors vendredy, à Douay, nous irons chercher le fumier de pigeons.

202 Monsieur JOLY et les deux garçons comptent vous rendre une visite aux vacances de Pâques, si vous leur accordez la permission.

203 Des compliments de toute la famille, je suis sincèrement

204 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

205 De Linselles ce 15 mars 1791

206 Monsieur et mon cher Époux
Par la lettre que je viens de recevoir en date du 12 mars vous me donnez meilleures nouvelles à espérer pour la vente des moutons, que m’a données le berger. Vous me dites que je ne vous marque pas pour quand les prendre ; je crois que c’était pour les prendre demain ; il aurait fallu les envoyer à l’encontre du berger. Samedy, j’ai fait appeler Antoine CASTELA1N, je lui ai dit que son achat me gênait beaucoup ; il m’a répondu que cela ne devait pas gêner, que c’était les siens et qu’il les aurait vendus sur le marché de Lille. Je lui ai demandé s’il ne risquait pas de perdre beaucoup ; il m’a répondu qu’il ne craignait pas de perdre à ce prix-là. Je lui ai fait voir la lettre de son garçon et, vous, ce que vous me marquez ; il m’a dit que si je recevais des nouvelles, que je le lui aurait fait savoir. Je compte de ne lui rien dire et, quand le berger sera de retour, il fera à sa mode.

207 Nos moutons, voilà huit jours qu’ils sont ici ; ils présentent bien, c’est un ouvrier de chez LECOMTE qui les conduit.

208 Vous aurez sûrement reçu une lettre du sieur DUPARCQ du Pont Rouge. Il m’a rendu hier une visite, il est très décomforté, on aurait pris pitié de le voir ; on m’a coupé les deux bras, m’a-t-il dit ; la consolation que j’ai c’est que j’espère que Monsieur LEPOUTRE me servira de père en ce moment ; je l’ai assuré que j’étais bien sûr que vous auriez fait tout ce qui dépendait de vous, pour pouvoir lui obtenir une place. Il m’a dit que le maire de Verlinghem lui avait dit que si une lettre de la municipalité aurait pu assister qu’il en aurait donné une ; je lui ai dit que cela n’aurait jamais fait de mal, que cela vous aurait donné plus de force ; je vous prie de le prendre en considération et son frère de même qui a six enfants.

209 Les enfants de Jacques DALLE, à la Vignette, à Linselles, que vous connaissez avait un oncle de marié avec une veuve à Comines ; elle avait des enfants, quand le dit DALLE l’a mariée, mais de son mariage, il n’en a pas eu ; sa femme est morte il y a quelques années ; luy est mort, il y a quinze jours, il avait encore un garçon de sa femme qui lui faisait compagnie. Il faut observer qu’il a donné de son vivant ce qu’ils devaient avoir de leur mère ; sa maison lui appartenait à lui seul. Il a laissé par testament à ce garçon, la jouissance de sa maison, sa vie durant avec tous ses meubles. Vous devez savoir que dans l’ancienne loy, on ne peut pas faire plus que pour trois ans et, voir s’il n’y a pas de changement dans cette loy et, comme ils doivent s’y prendre. J’espère que vous me donnerez des avis là-dessus et voir si on peut suivre cette loy à présent.

  • 9 Cette remarque renvoie à une clause des décrets organisant la vente des biens nationaux (cf. note, (...)

210 Mon frère de Rekkem est venu ; il m’a dit que pour acheter une ferme à celui qui a un bail, il ne veut pas et pour acheter des terres et devoir bâtir, ça demande trop d’argent et, par conséquent, je suppose qu’il n’en fera rien 9 . On m’a dit que les biens, du coté de La Bassée augmentent beaucoup. Il doit envoyer ses chevaux pour nous prendre les trois voitures de fumier de pigeons à la fois, pour vendredy prochain ; les deux bonniers seront remplis de fumier. Si on avait à présent quatre attelages de chevaux, on leur donnerait de l’ouvrage, comme il fait bon dessus les terres.

211 On m’a dit que ceux des prêtres qui se sont présentés au district pour pouvoir faire leur serment, on leur a dit qu’il fallait une permission de l’Assemblée. Je ne sais pas si c’est vrai ou non. Les nôtres, ils commencent à être un peu domptés à présent.

212 J’espère que le berger me rapportera de bonnes nouvelles. Je vous souhaite une bonne santé et suis sincèrement

213 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

214 De Linselles ce 18 mars 1791

215 Monsieur et mon Cher Amy,
Je ne serais pas trompé, que le berger ne puisse vous rendre encore une visite à Paris, avant les Pâques ; je ne sais pas ce que le berger a dit chez DUQUESNOY, on m’a dit qu’il a été chez des marchands et qu’ils n’ont pas voulu faire argent. Ils ont dit qu’ils les tenaient pour luy et on m’a dit que la Basse Cerise les tenaient aussi et d’autres m’ont dit qu’ils étaient vendus. Je sais que chez DANSETTE et chez le bailli de Lant, ils sont vendus. La veuve Jacques DELCOURT à Bondues m’a envoyé un express en disant que si nous avions encore l’intention d’acheter des moutons, qu’elle en avait une quarantaine de fameux, il y avait bien quatre semaines qu’ils étaient gras ; j’ai dit que si on recommençait, que le berger aurait été les voir.

216 J’attends le berger dimanche par la diligence ou à pied lundy, car il fait bon à marcher avec ce beau temps.

217 J’attends que vous me marquerez, à votre première, que les cerises vont commencer mûrir à Paris. Nos colzas sont beaux également, mais on ne voit pas encore une fleur. Nos bleds sont également beaux, Dieu merci, si ce n’est qu’une partie de nos bleds de trèfles sont un peu attaqués par les vers, mais ils ne l’ont pas troué, ils n’ont que sarquelé.

218 Nos domestiques-cartons sont partis ce matin à trois, comme je vous ai marqué dans ma dernière. Le domestique de mon frère leur tient compagnie ; avec ce beau temps, j’espère que les chevaux ne seront pas fatigués.

219 J’ai été charmé d’apprendre par votre dernière, que tout est tranquille à Paris, car, par ici, depuis trois ou quatre jours, on dit qu’il y a une grande brouille à Paris, mais on sent bien d’où cela vient, c’est encore de ceux qui voudraient une contre-révolution. Je voudrais que l’Assemblée portât un décret que les prêtres qui se refusent au serment, aient à se retirer dans leur lieu de naissance ; ce sera toujours misère pour ceux qui les remplaceront, quoiqu’il est encore temps pour eux de faire leur serment. Mon frère le curé a dit à Benjamin, avant qu’il ne le quitte, que, s’il apprenait des nouvelles, qu’il lui écrive ; son neveu lui a demandé quelles nouvelles lui aurait fait plaisir ; il a dit qu’il lui marque tout ce qu’il saurait. Des compliments de toute la famille et suis sincèrement

220 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

221 De Linselles ce 22 mars 1791

222 Monsieur et mon cher Amy,
J’ai reçu votre lettre en date du 15 courant et l’autre, hier, une heure avant l’arrivée du berger, que j’en étais inquiète. Il m’a dit qu’il avait marchandé des moutons en route et qu’il avait été surpris par la pluie, dimanche et c’est pour cela qu’il n’a pas été un jour plus tôt. Il est revenu, comptant de relever son argent au bureau de la diligence et, pas du tout, on lui a dit que son argent était arrêté à Bouvines, je ne sais pas pour quelle raison, elle a pris cette route. Le berger a dit qu’il ne doutait pas de son argent, puisqu’ils en devaient répondre. Celui-là l’a regardé un peu fort : « Vous ne feriez pas mal d’aller parler à la diligence, sitôt que vous aurez reçu ma lettre, s’il est encore temps ». Le berger doit aller demain à Lille pour en avoir des nouvelles, ou je ne sais pas s’il devra aller jusqu’à Bouvines ; tout cela m’inquiète un peu ; je sais qu’on dit que tout l’argent sort du royaume, pendant l’hiver, vous m’en avez toujours parlé.

  • 10 Jusqu’en 1792, la majorité des sociétés politiques locales qui se multiplient en France ont pris c (...)

223 Benjamin est venu il y a huit jours ; comme il va tous les mardis aux « Amis de la Constitution » 10 . Il m’a dit qu’ils ont envoyé à Halluin, pour en arrêter et que ça a été ceux de Quesnoy, qui l’ont pris, aux environs de cent louis et l’on dit que c’est DANSETTE, le fermier, qui le fait sortir du royaume. Il doit venir vous voir à Paris. Il m’a envoyé cette après-midi une lettre par un domestique pour savoir où vous étiez logé. Je lui ai donné votre adresse. Il m’a dit qu’il doit partir demain ou après-demain, mais pourquoi ? c’est ce que je n’ai pas voulu lui demander, la moindre des choses mais je peux vous dire que c’est un des plus grands aristocrates de nos environs et, que tout ce que l’Assemblée fait, il a surtout à critiquer ; vous pourriez prévenir deux ou trois de vos collègues pour lui en dire un peu. Il le mérite bien. Il se peut que c’est pour cet argent qu’on a pris, qu’il doit vous parler.

  • 11 Allusion à l’émeute douaisienne des Goulottes du 14 au 17 mars 1791 au cours de laquelle le peuple (...)

224 Vous devez être informé de la brouille qu’il y a eu à Douay jeudy dernier 11 . Je suppose que ces Messieurs du département ont eu peur pour leur peau, puisqu’ils sont tous venus à Lille et ils ont dédit les électeurs, mais hier, ils ont envoyé des lettres pour les rappeler et je sais que LECOMTE est parti ce matin vendredy. Quand notre domestique-carton y a été tout était calme. Ils ont chargé leurs voitures, ils sont revenus bien tranquillement samedy soir. Je leur ai demandé, si elle était aussi bonne que celle de l’abbaye, ils m’ont dit qu’elle n’était pas moindre. À ce qu’ils m’ont dit il ne diffère pas beaucoup de 14 muids sur les trois voitures. Ainsi ce n’est pas plus cher que celle de l’abbaye.

225 Le sieur DESRUMEAUX de Linselles est venu me prier de vous demander de vouloir écrire une lettre à son fils, que vous l’auriez plus impressionné que lui, pour qu’il vienne rester avec son père, pour l’assister à vivre, car il est en cas de nécessité ; voyant qu’il reste chez un bourgeois, il pourrait également rester au village ou du moins, il pourrait luy envoyer 70 F tous les trois mois ; ce faisant, vous lui rendriez un grand service. Il craint que son fils voudrait se déranger.

226 Nous avons eu une pluie très forte, qui a commencé dimanche après-midi jusqu’à hier matin et ensuite hier après-midi. Nous avons eu trois orages, qui sont passés ; il a fait un tempe terrible ; il est tombé de la grêle et de la neige et de la pluie. Le baromètre en deux jours de temps est tombé de haut en bas et, aujourd’huy, il est encore au beau temps. Il a fait un vent affreux. Nous avons deux ormes de tombés à d’Angrin.

227 J’ai envoyé ce matin les assignats au cousin DESURMONT ; il m’a informé par une lettre de la scène qui s’est passée dimanche dernier, je crois, à ce qu’il m’a dit que vous êtes informé de tout, qu’il est monte en chaire. Si nous avions une municipalité comme cela, il n’y aurait pas tant de parlottes dans nos villages. Nous avons notre jésuite de FREMAUX, je crois qu’il n’aura jamais tant critiqué.

228 Je vous souhaite une bonne santé, des compliments de la famille

229 très cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

230 De Linselles ce 25 de Mars 1791

231 Monsieur et cher Amy,
[...]

232 Au moment où je vous écris le domestique, qui assiste à conduire les moutons, arrive en me disant qu’il avait été relever l’argent au bureau de la diligence. Benjamin faisait compagnie au domestique qui revenait. Étant auprès de chez BOHET, ils ont rencontré cinq gardes volontaires de Tourcoing, qui revenaient d’avoir été conduire les tabacs qu’ils avaient pris, il n’y a pas longtemps à Lille. Ils étaient saouls comme des ânes ; ils ont arrêté l’argent pour la deuxième fois et l’ont conduit à Marcq. Autant on leur faisait entendre la vérité, ils n’avaient pas de raison. Ils ont fait assembler la municipalité et ont délivré un verbal ; Benjamin a renvoyé le domestique en me disant de ne pas m’inquiéter. Nous nous sommes consultes avec mon frère, d’aller ce matin de bonne heure à Tourcoing, d’aller chercher le cousin DESURMONT, pour qu’il se rende caution et de prendre un billet du maire du dit-lieu, comme quoi le cousin pourra prouver que le berger a été vendre des moutons à Paris. Cet argent, s’il ne doit pas purge [ ?], il donne bien des ruses et de l’emploi. Ce qui m’inquiète le plus, c’est que nos garçons-cy pourraient saisir. Mon frère part pour être à cinq heure à Tourcoing, pour que je puisse avoir l’argent, pour envoyer le père du berger de suite à Houplines. Dans un temps de critique, comme nous sommes, si le berger avait donné un billet et de sa main, rien ne serait arrivé, mais toutes choses auxquelles on ne pense pas. Je ne serai pas longtemps sans vous donner des nouvelles. Voilà qu’il est trois heures du matin, je vous dit bonjour et suis sincèrement

233 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

234 De Linselles ce 29 mars 1791

235 Monsieur et cher Amy,
Vous aurez sûrement reçu la lettre que Benjamin vous a écrite au sujet de l’argent que la garde nationale de Tourcoing a laissé suivre, mais il ne vous a pas marqué l’erreur qu’on a trouvée dans le compte. Au dire du berger, il y avait en argent deux mille cinq cent six francs et on a trouvé deux mille quatre cent cinquante quatre, ce qui prouve qu’il y a un abus de la part du berger dans la déclaration. C’est que pour compléter la somme, il fallait qu’on y trouve de la monnaie et il n’y en avait pas. Le berger, quand il a relevé le sacq, il était encore cacheté et Benjamin l’a vu mettre dans le bissacq, pour que le berger le reprenne pour le porter à Poissy et, étant à Marcq, ils n’ont jamais quitté l’argent de vue et il était encore dans deux bourses bien liées. Tout ce qu’il y a de certain, c’est qu’on n’a pas trouvé juste, à la déclaration que mon frère a faite. Au moment où je vous écris, je reçois votre lettre en date du 26 [n. p.]. Vous me donnez toutes bonnes nouvelles pour nos moutons, j’en suis charmée, mais il y a eu un abus au compte ; je vous avais dit 150, mais ils s’étaient trompés de dix et un qu’il a dû laisser, tellement que sa troupe ne contient que 139 et le berger en était content, quand il est parti.

  • 12 Pour des précisions sur l’élection de l’évêque du Nord, on se reportera à l’introduction (La Révol (...)

236 Vous me dites que vous craignez qu’il y aurait du brouille entre les électeurs ; c’est la petite diligence qui a porté la lettre, je lui ai demandé comment tout allait, il m’a dit que tout était bien, que c’était un de Dunkerque, qui était président ; ils ont cru qu’on l’aurait su hier au soir celui qui aurait été évêque, mais il était trop tard, ils ont levé la séance à dix heures. Nos prêtres de Linselles ont été trouver DELANNOY, du moins, FREMAUX pour lui déconseiller d’aller à Lille, pour l’élection d’un évêque. Il a répondu qu’ils ont à remplir leur fonction et, lui, il remplira la sienne. On m’a dit que l’évêque de Tournay est fait archevêque de Malines ; ils ne sauront plus que dire à présent ; on dit qu’il devient chagrin 12 . Notre maire a lu le billet dimanche dernier en suivant la grand messe. On dit que les bigots se sont enfuis hors de l’église en pleurant ; j’espère que ce sera le reste de leur venin, qu’ils auront jeté. Mon cher Amy, vous ne sauriez croire combien ces gens-là ont fait de médisances et de calomnies depuis six semaines deux mois d’ici, et je crois que c’est notre jésuite qui en est la cause. Monsieur DELCOURT, on a encore la première chose à entendre de luy ; le curé, un peu moins que l’autre. C’est une vergogne des prêtres de vouloir soutenir le vice de ces évêques. Je n’ai rien dit aux électeurs de ce que vous m’aviez marqué, car j’ai appris que le curé de Saint-Pierre avait écrit à son oncle à Roncq et, suivant ce que j’ai cru comprendre qu’il penserait bien aussi pour la place d’évêque.

237 Vous me dites que vous espérez que je vous marquerai à ma première, que nous aurons du lin de semé ; s’il n’avait pas fait ces pluies, nous en aurions eu la semaine passée. Aujourd’huy, on jette le fumier dessus les 22 cens, il ne fait pas beaucoup de soleil. On a commencé hier à mettre les fèves. Je ne sais si je vous ai parlé de notre nouveau cheval, j’en suis contente, il est bon à nourrir.

238 Dimanche prochain, j’attends le sieur LEPERCQ de Roubaix avec sa femme, je crois qu’ils doivent prendre le cousin DESURMONT en passant, suivant ce que m’ont dit nos garçons. J’ai envoyé le père du berger porter l’argent au sieur LEMESRE d’Houplines, mais il n’est pas encore de retour.

239 Je vous souhaite une parfaite santé, des compliments de toute la famille, je suis sincèrement,

240 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

241 P.-S. J’ai été charmée d’apprendre par le berger que vous vous portiez bien. Il a été ce matin à Bondues chez la veuve DELCOURT comme je vous avais dit dans ma dernière. Il en a acheté 38 à neuf écus. Il a du bon, du moindre ; il doit en mettre 6 sur le marché de Lille, demain. Le berger est revenu d’avoir été faire son choix chez GAHYDE et alors, il a été chez les cousins LAMBLIN. Il en a acheté là 68 à dix écus ; ce sera pour une troupe de cent cinquante à partir jeudy prochain le 24. Ce sera pour vendre huit jours avant le petit marché. Sa troupe sera suivant ce qu’il m’a dit, approchant comme la dernière chez DUQUESNOY, avait vendu.

Avril 1791

242 De Linselles ce 1 er Avril 1791

243 Monsieur et cher Mary,
[...]
On dit beaucoup de bonnes choses de notre évêque. Mercredy, il a célébré la messe à Saint-Pierre et il a prêché très bien, on dit qu’il a tiré les larmes de ses auditeurs, cela m’a fait plaisir. Nos vicaires partaient hier sitôt la messe finie ; on a dit qu’ils allaient à Lille. J’espère que ce ne sera pas pour leur serment, car pour notre jésuite, j’ai du chagrin de le voir. BUTIN de Lomprez a un garçon qui est vicaire à La Madeleine à Lille. Il a été rendre visite à son père en disant que son curé ne lui permettait pas de prêter son serment et qu’il espérait de pouvoir rester chez lui. Son père lui a dit : « Écoute, mon garçon, tu m’as coûté assez étant jeune à payer ton écolage. À présent je n’ai pas besoin de deux maîtres dans ma ferme ». Il s’en est allé de suite au district, a demandé pour faire son serment. On lui a dit qu’il était encore temps et qu’il eut encore différé encore un peu.

244 On m’a dit qu’il y avait 22 électeurs du district qui manquaient à l’élection de l’évêque. On dit qu’une grande partie des curés de nos régions ne prêteront pas leur serment. Cependant une grande partie font ajuster leur jardin. Je ne les connais pas avoir assez de charité pour eux faire cela pour un autre.

245 Je vous souhaite une bonne santé et suis sincèrement

246 Monsieur et mon cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

247[Lettre du 5 avril non publiée]

248 De Linselles ce 8 avril 1791

249 Monsieur et cher Amy
J’ai reçu votre lettre en date du 5 courant par laquelle vous me faites espérer l’approche du temps de nous revoir ! J’aurais bien désiré deux mois plus vite, à cause de la belle saison ; cela aurait bien fait pour que vous auriez repris les coutumes du village. Pour cette année, on est confus que le Bon Dieu nous accorde du temps à souhait. Nous avons eu une pluie assez forte dans la nuit du mardy à mercredy et depuis c’est tout beau temps. Nous finissons nos fèves aujourd’huy et nos wartrie * et nous commençons à semer le trèfle, nos bleds, on a peur de les voir, comme ils avancent, surtout les colzatiers, on peut espérer une bonne récolte ; avec cette pluie, nos bleds de trèfle reverdissent aussi.

250 Vous devez savoir pourquoi les municipalités doivent faire l’inspection des terres, combien il y a de bonniers et à quel propriétaire ils appartiennent ; il y en a qui disent que c’est pour savoir combien ont de biens les cy-devant seigneurs, pour eux payer à proportion et d’autres disent que c’est pour l’arrangement des paiements que les fermiers devront faire dans la suite et ils doivent dire quel genre de sol, s’ils sont bons ou mauvais ; j’attend votre réponse là-dessus.

251 DESRUMAUX de Linselles vient de me rendre visite, disant qu’il a reçu des nouvelles de son fils, qui doit être grand clerc à Marcq ; il l’a demandé parce que son père l’avait avancé et il m’a dit que son fils devait vous écrire, car ils ont des difficultés dans leur district : ils ne savent pas recevoir leurs pensions. Ils ont reçu la première, mais pour le deuxième paiement, ils ne savent pas recevoir.

252 Nos cartons* ont été charger les deux dernières voitures de cendres aujourd’huy à Marcq, en voila six.

  • 13 Cf. la note, lettre de Lepoutre du 11 avril 1791.

253 Il circule un bruit dans Lille et dans nos environs, que M. MIRABEAU est empoisonné et on dit que M. BARNAVE et M. MERLIN ne sont pas bien et on cite le « quidam » qui l’a fait. On m’a demandé si cela était vrai, j’ai dit que vous ne m’en avez pas parlé et pour les raisons que vous m’avez dites, que j’aurais peine à le croire et on m’a dit aussi, qu’on l’a ouvert après sa mort 13 .

254 Je vous envoye une potée de beurre, si vos garçons viennent vous voir ce sont de bons carnassiers. Je crois qu’elle sera mise dimanche à la diligence. Il sera demain chez RENART pour le faire ajuster. Le berger aura eu du beau temps pour sa vente et du courage, comme j’en dois avoir. En attendant la satisfaction de nous revoir, pour nous embrasser, je suis sincèrement

255 Monsieur et mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

256 Antoine le berger est venu cet après-midi ; il m’a dit qu’il y avait encore des moutons à vendre chez MITTENARD à Menin et à la ferme de la Volante, de fameux moutons ; le berger sera pas longtemps sans être de retour ; il pourra en faire à sa mode.

257[Lettres des 12 et 15 avril non publiées]

258 De Linselles ce 18 avril 1791

259 Monsieur et cher Amy,
J’ai été très charmé de recevoir votre lettre en date du 11 courant par laquelle vous me dites de venir vous joindre à Paris à la fin de votre mission. C’est ce que j’aurais espéré de faire, moyennant que vous m’accordiez la permission, tout au moins de faire la moitié du chemin, de venir à Paris en voiture, c’est ce que je peux faire aisément, moyennant qu’il n’y ait rien qui gène dans la maison ; de plus pour aller chercher son homme, depuis si longtemps qu’on ne s’est pas vus, rien ne doit inquiéter. Mais, mon cher Amy, il n’y a qu’une chose qui m’inquiète. J’ai appris que vous logiez au troisième étage, je crains que je ne saurais plus monter aussi haut et de coucher en bas et vous en haut, j’attendrai de vos nouvelles là-dessus.

  • 14 Cf. la note, lettre de Lepoutre du 14 mai 1791.

260 J’ai reçu avec plaisir la vraie Bulle du Pape 14 , cela fera honte à nos calomniateurs, surtout à celui de Bousbecque. Dimanche dernier, il a encore refusé l’absolution à plusieurs personnes. Il leur demandait s’ils croyaient à ce nouvel évêque. S’ils disent : oui, ils n’auront pas l’absolution.

261 Vous verrez la lettre de Monsieur LEGRAND. Je vous l’envoye pour que vous me disiez votre façon de penser, comme je dois agir. Peut-être lui écrirez vous vous même. C’est encore un travail de jaloux. Je ne peux pas en ce moment-cy ; j’ai des moutons gras à payer : 113 et quand le berger sera revenu de Paris, j’aurai les moutons du cousin LECOMTE à payer. S’il doute de perdre, je lui enverrai des marchandises. J’ai la dépouille de lin de 1 788 et le tabac que je peux luy envoyer. On ne peut jamais avoir un moment de satisfaction, sans avoir après du chagrin. Vous me direz votre façon de penser.

262 Vos garçons sont partis hier matin : le berger est allé les conduire, il doit être de retour mercredy, pour luy faire ses Pâques jeudy et partir de suite pour Paris, avec une troupe de 132, je crois. Chez GAHYDE, ils sont encore six patars de différence, que je compte lui accorder s’ils ne les accorde pas avant. Hier, j’ai reçu une lettre du fermier de Volande par laquelle il m’accorde ses moutons au prix que mon berger lui avait offert : 41 à onze écus et douze patars et 5 patars pour le berger. Chez MITTENARD, il en a acheté 40 à dix écus, sous condition de payer la moitié des droits de sortie, qui porte 4 patars un liard et un plaquet pour le droit du berger. Il y en a 32 chez VANESTE au prix de onze écus moins douze patars ; le berger m’a dit que ce sont de bons moutons et le tout pour les payer, quand ils seront en France :

263 Vous recevrez la boite avec le paquet des enfants, que je mettrai à la diligence mercredy. Les enfants doivent arriver jeudy ou vendredy, suivant le temps qu’ils mettront à faire la route.

264 Ce matin à quatre heures, nous avons eu une petite pluie, mais qui n’a pas duré. Samedy, nous avons renfermé nos dernières meules de bled de onze milles. Nous craignions le petit bétail qui ne manquait point, mais ils n’ont pas fait tort, car ils ne savent pas entrer dedans. Nos advestures sont de toute beauté, c’est un charme de les voir.

265 Charlotte vous avait écrit, mais le volume serait trop gros, pour moi la mettre dedans. Vous lui direz comme si vous l’avez reçue.

266 J’espère que notre évêque sera arrivé à bon port, comme vous me l’avez marqué. J’espère que cela mettra fin à nos misères et que la calomnie cessera. Je vous souhaite de bonnes fêtes de Pâques de toute la famille ; vous me donnerez des nouvelles de suite dés que les garçons seront arrives à Paris. Je voudrais être à la place de nos enfants. Nous aurions la satisfactions de nous voir. En attendant cet heureux moment, je suis sincèrement

267 Monsieur et mon cher Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

268 De Linselles ce 22 avril 1791

269 Monsieur et cher Époux
Dans votre lettre que j’ai reçue hier en date du 16 vous me faites encore espérer que nous pourrons nous rejoindre dans une bonne couple de mois, puisque vous me dites de nous venir assister pour la récolte. Eh bien, mon cher Amy, il y a juste hier deux ans, que vous quittiez la maison. Il est passé ce temps, ça n’a pas été sans peine ni sans inquiétudes. J’espère que les garçons seront arrivés Lier à Paris avant la pluie, car nous avons eu du mauvais temps hier le soir, qui a duré jusqu’à ce midi. Le berger aura encore du beau temps pour arriver cet après-midi à Seclin.

270 Nos moutons sont tondus. Trop gras pour le marché, il ne sera pas possible de pouvoir les soutenir pendant l’été. J’ai parlé au berger pour qu’il en prenne avec lui ; il m’a dit que ces moutons ne sont pas engraissés et qu’ils diminueront beaucoup en route ; nous avons résolu d’en prendre trente ou quarante des plus avancés et de les poursuivre avant de leur donner des tourteaux et des warast * ; il n’en manque pas et pendant trois ou quatre semaines ; alors il pourra encore faire un voyage à Paris. Vous me dites dans une de vos lettres que le mouton sera cher au mois de juin et moi, je crains que lorsque les légumes et les chaleurs seront venues, le mouton diminuera ; on le voit très souvent.

271 CLARISSE, notre marchand de laine est venu me parler. Il avait appris que j’avais des occasiom à Paris, que j’aurais accepté de prendre des assignats pour le paiement de nos laines et qu’il m’aurait donné cinq demis de gain au cent, parce que le change est à meilleur compte à Paris, qu’il n’est à Lille. J’ai été frappé de l’offre de ce bonhomme, je ne savais pas quoi répondre ; il est bien libre de me payer en assignats, puisqu’il n’en a pas été question dam le marché. Il m’a dit que les assignats et l’argent auraient été à mon risque. J’ai dit que je voulais avoir votre avis là-dessus, que j’avais encore le temps de recevoir votre réponse, pour envoyer les assignats avant que le berger ait été de retour.

272 Je viens de recevoir la lettre d’un FLAMANT ; vous me direz si je dois le payer ou non, comment je dois agir.

273 Je serais charmé de savoir si cette Bulle que vous m’avez envoyée est la vraie Bulle du Pape ; si c’est vrai, c’est un grand coup ; mais si c’est faux, c’est un affront pour moi. Il en circule à Linselles, dit-on, des bulles ou libelles qui défendent aux prêtres de faire serment, on dit qu’ils viennent du Pape. J’espère que tout cela finira après les Pâques.

274 Nos colzas, à force d’être chargés de fleurs avec ce mauvais temps, ils sont un peu ébranchés, nos avoines sont en partie semées, du moins, il ne reste plus que trois cens de terre ; nos lins sont beaux, j’espère qu’il n’y aura pas beaucoup de sarquelage, à moins que cette dernière pluie nous en donnera.

275 S’il fait le même temps à Paris qu’ici, les enfants n’ont pas beaucoup promené. J’attend de vos nouvelles de suite et des réponses à ma dernière lettre touchant LEGRAND.

276 Des compliments de mon frère et du reste de vos enfants. Je suis sincèrement

277 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

278 Linselles ce 26 avril 1791

279 Monsieur, mon cher Époux,
J’ai été charmée que nos enfants sont arrivés à bon port, à Paris. Cela m’a fait plaisir, mais il faut que je vous dise, mon cher Amy, que j’ai eu un autre chagrin. Aujourd’huiy, me disposant à faire mes Pâques, comme tout chrétien est tenu de le faire, après avoir tout dit mes affaires et luy, une remontrance, que je n’avais pas été à confesse depuis la Toussaint, que je ne luy avais pas encore parlé depuis ; il m’a demandé si j’avais l’intention de croire à cet évêque qui a été élu par les électeurs. Ce n’était pas une place pour discuter beaucoup. Je lui ai dit que cet évêque était fait comme les autres, « oui et comment ». Je lui ai dit qu’il avait été sacré par les anciens évêques ; là, je l’ai mis un peu à bout ; il m’a dit que je donnais du scandale à la paroisse entière. Là je me suis relevée, consciente de ma part que je ne faisais rien de mal ; il m’a reproché de faire circuler vos journaux de l’Assemblée. Pour couper court, il m’a dit que cet évêque était un véritable apostat. Comment ! ai-je dit, un qui a été choisi pour enseigner en théologie, que les autres n’étaient pas capables ; il m’a dit que c’était les plus grands esprits qui se perdaient. Je suis décidé d’aller trouver le curé de Saint-Étienne à Lille. Voilà que j’ai passé cinquante ans, cela ne m’est jamais arrivé. Je dois vous prier de grâce, vous connaissez M. PRIMAT (évêque assermenté) écrivez luy de vouloir remplacer par d’autres les prêtres, le plus tôt possible.

280 Je me recommande à vos prières et suis sincèrement

281 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

282 Linselles ce 29 avril 1791

283 Monsieur et cher Mary
Dans les deux lettres que j’ai reçues vous ne cessez pas de me dire qu’il faut que je vienne à Paris pour venir me chercher. Peut-être qu’en ce temps-là ma santé me le permettra mieux qu’à présent. J’ai pris une médecine avant-hier, qui m’a fait assez de bien, mais il faut que je recommence encore et ça fait tant de mauvais sang à présent. J’espère que lorsque nous aurons d’autres prêtres, cela se rétablira, car, je vous assure, mon cher, que je souffre beaucoup et cela tout par la calomnie de ces prêtres. Nous avons notre neveu vicaire à Rekkem, qui arpente le grand chemin, en calomniant l’Assemblée. Hier Louis est allé chez LEPOUTRE chercher un chapeau, il y était justement. Il a dit que le Pape écrivait continuellement des lettres pour excommunier l’Assemblée et qu’on avait soin de les ouvrir en route et qu’on les déchirait et encore beaucoup d’autres choses qu’il babille, ce/ergot. Il dit qu’il y a péché à dire du mal des prêtres. Quant à eux, il leur est permis de calomnier. Je vous dit ceci pour que vous luy écriviez une lettre bien serrée, pour le remettre à son devoir et lui demander s’il est d’accord avec le curé de Neuville, pour lui dire les calomnies qu’il dit. S’il ne buvait pas tant de genièvre, il ne donnerait pas tant de scandales au monde.

284 Je n’ai pas encore fait mes Pâques. J’ai l’intention de différer tant que nous aurons d’autres prêtres. J’ai été à bon dessein, j’ai été rebutée, ou du moins, il m’a refusé l’absolution, parce que je ne voulais pas croire en luy, que je voulais croire à cet évêque nouveau. Ils mettent eux-mêmes le schisme dans l’Église, puisqu’ils ne sont pas tous d’accord : l’un le refuse et l’autre le donne, tout pour le même objet. J’espère que cela finira bientôt. On m’a dit qu’on doit avoir d’autres prêtres la semaine prochaine.

285 Vous recevrez ma lettre un jour plus tard que la date ordinaire, parce que je n’ai pas pu finir hier.

286 Je suis charmée que nos enfants se divertissent. S’ils étaient à la maison, ils n’auraient que du chagrin. Voila deux jours qu’il pleut continuellement, nous comptions de faire sarqueler lundy ; mais avec cette pluie, nous ne pouvons pas.

287 Pour les assignats dont je vous ai parlé, c’est un malentendu de ma part. C’est le contraire, c’est pour en changer, pour en payer les autres. Cela me fait plaisir de recevoir de vos nouvelles, mais vous devez savoir que les lettres d’un enfant ne sont pas comme celles d’un homme. C’est bien une fois en passant. Attendant la satisfaction de nous revoir, des compliments à nos enfants. Je suis sincèrement

288 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

Mai 1791

289 [Lettre du 3 mai non publiée]

290 De Linselles ce 6 mai 1791

291 Monsieur et cher Époux,
Je vous envoye, cy inclus, le certificat d’un brave employé d’Halluin. Je lui ai dit que je ne croyais pas que cela était de votre ressort : il m’a beaucoup prié de vous dire que vous auriez pris son affaire en considération et le billet joint du Père Augustin il m’a fait des compliments en disant, que, quand il aurait été mieux portant, il m’aurait rendu visite ; il avait une chaleur à la tête.

292 Dans votre lettre en date du 3 mai que je viens de recevoir, vous ne me donnez pas grand espoir que le berger pourra faire grand gain sur les moutons ; cependant, j’aurais cru avec ce temps frais, que le mouton aurait été demandé à Paris ; de plus cela ne m’inquiète pas beaucoup à présent.

293 L’aristocratie qui augmente considérablement dans nos villages me gène plus. Notre jésuite, qui vaut à billet de Pâques persuade le peuple et lui dit que, quand il y aura de nouveaux prêtres, ils feront mieux de rester chez eux, que d’aller à leur messe, à cause que d’aller à leur messe, ils n’entendront pas la messe et luy, il tiendra des hosties consacrées dans sa maison, pour leur donner la communion pendant la nuit. On frémit d’entendre des raisons semblables. J’espère pouvoir vous donner de meilleures nouvelles dans huit jours. J’aspire à l’arrivée de nos enfants, j’espère qu’ils me dilateront un peu et qu’ils me donneront toutes bonnes nouvelles, surtout de votre santé. Pour la mienne, le matin, ce qui me gène le plus, c’est que j’ai de la peine à respirer et, la moindre chose que je fais, je suis tout de suite hors d’haleine. Vous me dites que nos enfants se croient nécessaires pour l’installation de notre curé ; on m’a certifié que ce seront les soldats, qui conduiront les curés dans leurs paroisses, accompagnés de leur évêque. Je désire que tout cela finisse par premier ; on m’a dit que le curé de Saint-Pierre fait de grands bruits avec ses sermons, qu’il prêche avant midi les dimanches et l’après-midi il explique les journaux de l’Assemblée et il les lit.

294 Nous n’avançons pas beaucoup dans nos sarquelages, parce qu’il fait froid et nos lins n’avancent pas beaucoup. En attendant la satisfaction de voir nos enfants, je dois envoyer le chariot à Lille mercredy, parce que j’ai besoin d’avoine pour les chevaux et nos enfants pourront en profiter.

295 En attendant le plaisir de pouvoir nous réunir, je suis sincèrement

296 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

297 Linselles ce 10 mai 1791

298 Monsieur et mon cher Mary
Dans la lettre que j’ai reçue en date du 6 courant [n. p.] au sujet de la vente des moutons, ce sera approchant quitte et nos enfants auront compagnie pour leur retour.

299 Aujourd’huy, j’ai reçu la chère vôtre en date du 6 [n. p.] par laquelle vous me dites que nos enfants seront de retour demain soir. Ça me fera plaisir, car je serai informé au juste de votre santé et les particularités qu’ils auront vues me distraieront de ce que l’on entend tous les jours de nos prêtres de bigotes. Je vous assure à présent qu’on est regardé comme des hérétiques ? Vous me direz un peu ce que tout cela signifie : ces billets de Pâques. Je vois : « Le Père Duchesne », « La Lettre Villageoise » [sic] et dans les journaux, qu’on parle de tout cela ; vous m’avez envoyé la « Bulle du Pape », je l’ai fait circuler, comme la croyant véritable, mais c’est le contraire.

300 Au moment où je vous écris, à 9 heures du soir, nos enfants arrivent de Paris. Ils m’ont surpris. Pierre-François était un peu fatigué de la route. Ils ont pris la diligence de Cambrai, sont arrivés à Lille ; ils ont été saluer M. WALLAERT. Ils ont trouvé là le nouveau curé de Linselles, qui était nommé et qui est M. DELAHOUSSE, le garçon du « Jambon » à Bondues que vous devez connaître mieux que moi ; il était vicaire à Hem, son curé a aussi prêté serment. Il m’a fait des compliments et a dit de me rendre une visite cette semaine. Avant de finir ma lettre, il faut que je voue raconte le trait qui est arrivé au curé d’Halluin. Vous avez toujours connu cet homme, pour ce qu’il est. Dimanche dernier, pendant les Vêpres et salut, il est monté dans sa voiture et son argent prés de lui, croyant d’aller le conduire à Menin. Il a pris le chemin derrière le bourg, pas habitué. Il a été arrêté par un employé. L’un dit : 50 000 de pesant ; mais qu’il y avait des louis ; d’autres disent : 15 000 F, d’autres disent : 9 000 écus. Je vous salue

301 Monsieur et mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

302 De Linselles ce 14 mai 1791

303 Monsieur et cher Époux,
J’ai différé un jour de vous écrire, parce que le berger était parti pour voir des moutons. Je croyais qu’il aurait fait marché, mais il n’a rien fait, parce qu’ils ne sont pas beaucoup augmentés, depuis qu’il les avait vus et, par suite, vous ne savez pas encore à quoi nous en sommes si ce sera pour Lille ou si on trouvera pour compléter sa bande pour Paris.

304 Je viens de recevoir votre lettre en date du 11. Vous me dit es encore de ne plus recevoir de lettres de recommandation des employés. Vous en ferez à votre mode, je ne peux pas les dédire. C’est de celuy de Quesnoy qui est venu vous saluer quand vous êtes venu à la maison. Quoique je luy ai bien dit, que vous aviez d’autres occupations. Celui qui est dans l’embarras est beaucoup à plaindre. Je vous prie de solliciter encore pour celui-cy. Mercredy, notre curé et DELCOURT ont été chez le maire pour lui demander la permission de lire un faux Bref du Pape. Il ne leur a pas permis. Ce jour-là notre maire devait sortir. Malgré sa défense, ils sont encore montés en chaire et ils l’ont lu tout au long ; ça a été DELCOURT ; il n'avait pas encore dit grand chose, je suppose qu’il avait des reproches des autres. Ils se trouvent dans l’embarras, nos calotins. L’un on lui prend son argent, comme je vous ai dit ? Il est déposé au bureau, il a du livrer caution pour son cheval et sa voiture. Celui de Bousbecque compte aller rester à Wervicq. Il est dans le cas de payer beaucoup de droits pour son vin et pour ses meubles. Le notre, je suppose qu’il restera avec sa cousine prétendue.

305 J’ai à vous demander si c’est sur votre compte que vous envoyez les journaux de l’Assemblée au Père Augustin CUVELLE. Si c’est sur votre compte, je vous prie de les envoyer à vos garçons. Dimanche, il est venu à la maison. J’ai cru le mettre à la porte. Cependant, il est resté coucher ; le lendemain je l’ai laissé partir aussitôt son lever et je ne lui ai plus dit de revenir.

306 Le berger a appris hier en allant payer ses moutons GAHYDE, que DANSETTE fermier était au repas avec le curé ; il y a quinze jours, le dit curé se plaignait de ne pas avoir prêté son serment mais vous savez comment parle DANSETTE. Vous ne seriez pas allé si loin, tout serait bientôt remis sur l’ancien pied. Aujourd’huy, depuis que son cousin CHOMBARD, le curé de Lezenne vient remplacer le curé d’Halluin, DANSETTE est converti. Il n’est plus aristocrate.

307 Encore un fait, qui est arrivé dans la nuit de jeudy à vendredy. FLIPO de la CroixBlanche a chargé de l’argent sur une voiture et a mis une pièce de vin par dessus. Arrivant à Roncq, les employés ont arrêté la voiture ; ils ont demandé où il allait conduire cet argent et ce vin. Le voiturier a dit qu’il allait aux « Trois Rois », que c’était pour M. LAMBLIN. Un des employés a fait le pointage, a demandé à la dite, si elle attendait de l’argent ; elle ne savait pas. À la fin, elle a dit : oui. Ils ont demandé combien elle en attendait. Elle a dit qu’elle avait beaucoup bon, mais qu’elle ne savait pas combien, ils en auraient apporté. Les employés lui ont demandé combien elle devait recevoir en tout ; là elle n’a plus pu que dire ; l’employé lui a dit de venir au bureau avec lui ; elle y a été et là, elle a dit qu’elle ne connaissait pas cet argent et qu’elle ne voulait être compromise en rien. On m’a dit que la masse était si considérable qu’il n’était pas possible à un homme de soulever le sacq.

308 Ma sœur Angélique de Rekkem m’a rendu visite hier. Elle m’a fait plaisir, quoique mon frère n’est jamais longtemps sans venir. Elle avait été cette semaine à Aveiin ; elle m’a dit que tout est tranquille, que leur curé a prêté son serment et qu’on ne parle de rien.

  • 15 L’expression « ils se mangent » appliquée à de jeunes plants signifient qu’ils disparaissent soit (...)

309 Nous avons fini notre sarquelage de lin ce midi. Vous me dites que vous craignez de mauvaises nouvelles de nos lins, à cause de la gelée. La gelée qu’il a fait n’a pas fait de tort ; à la vérité, il a gelé un peu plus samedy et dimanche, mais nos lins sont tenus, je ne sais par quoi, comme tous nos voisins. Je souhaite dans huit jours pouvoir vous donner de meilleures nouvelles. Nos bleds sont beaux et pour faire bien des gerbes, nos fèves, aussi. Nos vieilles trèfles, aussi fameuses, mais nos jeunes ont bien levé, mais ils se mangent un peu 15 . Les enfants et ma sœur vous font des compliments et toute la famille

310 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

311 Touchant ma santé, je suis à l’âge critique. Voilà un an que je n’ai que vu une fois et le chaud qui ne me fait pas bien.

312[Lettre du 17 mai non publiée]

313 De Linselles ce 20 mai 1791

314 Monsieur et cher Amy
Je croyais recevoir de vos nouvelles aujourd’huy, mais j’en serai privée. Ma santé ! Il faut que je vous dise, que ça ne va pas mieux, je crois que c’est l’humeur, qui me monte à (estomac et qu’elle me suffoque l’haleine. Nous avons eu du temps dur et je n’ai pas senti de mal à la cuisse d’ordinaire. M. BRULOIS n’a pas trouvé à propos une saignée. Il m’a ordonné des pilules et puis, il ordonne une espèce de lys. Je n’en ai pas encore pris ; il faut qu’il infuse deux jours dans une bouteille de vin blanc avant qu’on en puisse prendre. Le médecin n’a pas dit grand chose ; peut-être serez vous plus informé par Monsieur SCHEPPERS à qui sa femme aura écrit. Quand on est aussi éloignés l’un de l’autre et qu’on dit un peu empirer, d’un petit mal, on en fait un grand et on se saisit. Je crois que je ne suis jamais sans avoir une petite fièvre lente ; cependant, la nuit, je repose encore assez bien, hors deux nuits qui m’ont été plus dures.

315 Le berger est parti cet après-midi pour Poissy avec une troupe de 81. Il en a acheté 34 à « la Volante » à dix écus, il en a payé 33 et sept chez COUROUBLE, un peu de brebis et moutons au prix de 5 écus. Il aurait désiré en avoir trente de cette sorte au même prix à la « Volante ». Ils sont beaux aussi, ils ne valent pas moins que les nôtres ; c’est dire que sa troupe est belle.

316 Notre curé est revenu de Bergues avec ses admissions. Il a été coucher chez Monsieur WALLAERT mercredy soir et Benjamin a dit qu’il devait venir lundy, mais je n’ai encore rien entendu pour les chariots.

317 Le temps est favorable pour le bled, mais pour les lins, il fait trop froid, ils ne savent pas monter. Je désire pouvoir vous donner de meilleures nouvelles à ma première et je l’espère, en attendant des vôtres ; je suis sincèrement,

318 Monsieur et cher Mary votre très attachée femme

319 Angélique Delputte

320 De Linselles ce 24 mai 1791

321 Monsieur et cher Époux,
Par votre lettre en date du 18, vous me dites que vous me croyez avec assez de fermeté pour pouvoir surmonter tout ce que nos réfractaires disent. L’affaire qui nous a passé il y a quatre à cinq mois m’a très bien fait pour ce moment-ci ; j’ai connu alors ce dont les prêtres sont capables leur fausseté et leurs mentiries. Notre curé m’a rendu hier une visite ; il a venu prendre notre soupe un peu tard à cause qu’il avait un service ce jour là à Hem : j’en était informée par hasard. Je crois que nous aurons un bon curé : il est d’un cœur ouvert. En retournant de chez nous, il a passé par chez le maire pour lui mander compagnie à son arrivée au village et le prier d’envoyer des chariots pour ses meubles. Le maire lui a tout promis et même, je crois, que la municipalité doit accompagner la garde nationale pour l’aller chercher à Hem ; il doit venir samedy pour lui être installé dimanche avant la grand-messe. Nous connaîtrons dimanche tous les nationale de Linselles, puisque nos réfractaires ont dit que ceux qui entreront dans l’église, quand il y aura de nouveaux prêtres, commettra des sacrilèges et ainsi nous aurons bon place. Malgré tout cela, notre curé ne s’épouvante pas. Il a dit qu’il espère que dans un mois ou six semaines que ce sera tout autre chose. Il est bon homme, mais s’il entend la moindre des choses, que nos réfractaires disent, avec bon témoignage, que tout de suite il les dénoncera au district et que ça ne durera pas quinze jours sans être conduits à Lille. Tout ce qui gène à notre curé, c’est qu’il n’a pas encore de vicaire, mais Benjamin a venu et a dit que Monsieur WALLAERT, aurait venu pour dimanche pour dire la basse messe avec encore un autre prêtre de crainte que les anciens jouiraient de leurs caprices. Votre proposition pour mon frère le curé, je crois qu’il est encore trop entiché que ça n’est pas encore le moment, quoique j’ai donné la commission à Benjamin pour lui aller à Seclin.

322 Mais RENART est venu aujourd’hui, je lui en ai touché un peu, sans lui dire que vous en aviez parlé, il y a été. Dimanche passé huit jours, il était encore dans sa maison pastorale, mais comme il a dit qu’il devait aller avec ceux que vous m’avez dit et il est encore très entêté, et « qui tribouille ».

323 Ma santé va un peu mieux ; je crois que c’est absolument l’humeur qu’elle a remonté à l’estomac, et un peu le mauvais sang. Les pilules que M. BRULOIS me donne, me font purger, je m’en trouve assez bien.

324 Attendant de vos nouvelles, je suis sincèrement,

325 Monsieur et cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

326 P.-S. Je vous prie de prévenir l’Assemblée pour cet argent qui sort du royaume. Il commence à avoir du grand murmure là-dessus. Qu’ils disent qu’il est inutile de l’arrêter puisqu’on leur rend. Tout au moins on devrait les amender et leur rendre en assignats ; il faut payer 10 à 12 du cens pour le change : cela mutine beaucoup de monde. J’attends que le berger me rapporte tout argent.

327 De Linselles ce 27 mai 1791

  • 16 Les confréries, associations pieuses de laïcs ayant pour vocation de consolider les liens entre le (...)

328 Monsieur et cher Amy,
Par votre lettre que j’ai reçu hier en date du 21 vous me dites que vous avez reçu la potée de beurre, bien conditionnée ; ça me fait plaisir, mais ce qui m’afflige, que vous avez encore du doute, que ce ne sera pas votre dernière potée. Au moment que je vous écrie, j’entends la musique de Bousbecque qui vont recevoir leur curé au moulin de Bel avec la garde nationale et les deux confréries 16  ; ils étaient de trop bonne heure. Ils sont venus se rafraîchir à la maison à cinq ou six. Le cousin Louis LEPOUTRE m’a dit que le curé avait laissé le tabernacle sans hosties dans le saint ciboire, S’il les a toutes avalées ou s’il les a mises de côté, on n’en sait pas et on m’a dit qu’il n’y avait plus d’eau bénite dans l’église ; c’est la religion qu’elle veut comme ça à présent. Il y a huit jours, je craignais beaucoup pour quand leur curé aurait arrivé, à cause qu’on disait, que le village était tous aristocrates ; mais le maire a reçu une lettre de Lille, qu’on lui mandait s’il fallait une centaine de cavaliers pour conduire leur curé. Il a parti de suite pour Lille en disant qu’il n’était pas nécessaire de faire des frais, qu’il aurait fait veiller aux désordres. On entend crier : « Vive la Nation, vive le curé », avec des décharges continuellement. Leur ancien curé est parti en pleurant pour Wervicq ; je crois qu’il va faire là sa résidence ; il avait toujours promis à son vicaire de le nourrir la semaine passée, il s’a dédit, il a cru d’aller prêter bon serment à Lille, on ne l’a pas voulu recevoir.

329 À Linselles, on l’attend demain, il part dix chariots ; nos deux y vont. J’ai fait mettre notre petite voiture à la Nation. On n’a jamais vu tant d’apprêts pour la venue d’un curé, il y aura peut-être six fausses-portes, depuis le hameau du Callaux jusqu’à sa maison. Je crains quasi dimanche, une brouille et cela pour les premières messes à cause que notre curé ne pourra pas encore commander, ii doit venir deux vicaires de Lille. Quand le sieur THIERS a appris les nouvelles de ces deux vicaires, il est devenu blanc comme sa chemise. Quand notre curé sera installé, je vous en donnerai des nouvelles de suite.

330 Au moment que je vous écris, Benjamin m’apporte votre lettre de Lille en date du 24, je suis fâché que vous me dites que vous vous trouvez les matins approchant comme moy ; je vous prie, mon cher Amy de faire attention à ceci, de vous coucher les pieds un peu plus bas et les reins bien fourni et la tête plus haute, c’est ce que j’ai fait et je m’en suis bien trouvée. Benjamin avait été à Hem le jour avant, qu’il avait besoin de parler au curé. M. GERART, capitaine général des employés, reste à Hem, a dit à notre garçon qu’il vient de recevoir un envoi du ministre, par lequel il leur défend à tout employé d’arrêter l’argent qui sort du royaume, de le laisser sortir librement. Je ne crois pas que (‘Assemblée puisse être informée d’une chose pareille, ou c’est vouloir laisser périr le royaume. On lui avait dit à ce capitaine, quinze jours avant, il ne le voulait pas croire, et cependant, il est arrivé, on ne reçoit plus autre chose que des assignats, et vous parlez encore d’en faire des nouveaux, On ne comprend plus rien, je vous prie d’y faire attention, il y a un grand murmure là dessus.

331 Nous avons livré nos laines cette semaine, j’ai tout reçu en assignats. Je vous en envoye deux, pour les changer en petits, vous les pouvez donner au berger, mais je serais charmée que vous en mettiez deux ou trois dans votre paquet, si j’avais besoin de payer, pour épargner ma monnaie.

332 Ma santé, il ne va pas pire. Je finis en vous embrassant de cœur et suis sincèrement

333 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

334 Nos prêtres font comme les limaçons. Ils retirent leurs cornes.

335 De Linselles ce 3 1 May 1791

336 Monsieur et très cher Amy,
Le moment tant désiré est arrivé ; j’espère que nous allons reprendre une nouvelle vie, car je vous assure, mon cher Amy, que, depuis deux mois déjà, on était regardé comme des hérétiques devant les aristocrates, mais à présent les démocrates ont le dessus.

337 Je suppose que Benjamin vous aura donné la peinture de la réception de notre curé. Mon cousin Désiré avec son parent m’a rendu une visite dimanche après midi. Nous avons été saluer le curé ensemble et il nous a dit qu’il devait aller saluer Monsieur THIERS pour lui dire sa façon de penser ; il nous a dit que pour le curé, il était de son devoir, mais que pour les vicaires, il les ferait venir à soumission dans sa maison ; à ce que j’ai entendu, ils ont eu un peu de débat ensemble ; il a permis au curé de dire messe dans l’église, mais à condition qu’on n’aurait pas sonné la messe et il a défendu d’annoncer l’heure de la messe. Je suppose que cela ne les aurait pas plu, puisque lundy ils ont été à Bondues à quatre, les 3 prêtres et ROUZE pour dire la messe. À la sortie de l’église, ils comptaient d’aller saluer le curé ; il n’est pas encore remplacé ; il s’est attroupé une bande de garçons et de femmes ; ils ont commencé à crier « à la Lanterne, à la Lanterne ». Les prêtres avec ROUZE ont pris la fuite. Ils se sont cachés jusque dans le bled. Pour le premier jour, il ne leur est pas favorable. M. DELCOURT avait dit que les prêtres avaient toujours été les maîtres et qu’ils auraient resté les maîtres ; cependant voilà bien du déchet dans leur façon de dire. Aujourd’hui, on m’a dit que l’un a été à Wervick et l’autre à Roncq. On m’a dit que dimanche dernier à Neuville, le vicaire prêchait et disait une raison qui alléguait et qui disait qu’il le pouvait dire que c’était, d’après son curé, ROUSSEL, qui était au chœur, a dit à son vicaire qu’il avait menti. Je suppose qu’avant qui soit 15 jours d’ici qu’ils se batteront.

338 Notre greffier ne s’a pas trouvé à la réception du curé, ni pour l’installation non plus, mais le reste de la municipalité y était. Notre curé a trouvé comme à Bousbecque, quand il a cru d’exposer le Saint Sacrement qu’il n’y avait pas d’hosties dans le ciboire. On m’a dit que à Bousquet que LECOMTE, COUROUBLE, MARECAUX, BONDUELLE ne se sont pas trouvés à grand-messe, mais aux Vêpres ; ils étaient, on dit, qu’ils se laissent gainer par leurs femmes.

339 Notre curé a été trompé en bien à Linselles. Il ne comptait pas qu’il y avait autant de démocrates ; hier, à la procession et aujourd’huy il avait autant de monde que les autres années ; il y avait des femmes, qui n’avaient pas été à pareil jour depuis 10 ans. Cette année, elles y ont été pour faire plaisir à leur curé. À ce qu’on entend, il est très harmonieux. C’est le chemin pour être bien venu ; d’ici 3 à 4 semaines hormis les entêtes et les bigots, il les aura tout à lui, que j’espère.

  • 17 Angélique Lepoutre-Delputte fait ici allusion à la démarche des paroissiens qui, refusant de recon (...)

340 On vient de me dire que la fille de J.-B. DUPONT mariée avec le garçon DELANNOY DELCOUR ; sa femme est accouchée. Madame DUPONT veut que l’enfant soit porté à Bondues pour être baptisé et DELANNOY, le père, ne prétend pas 17  ; le procès n’est pas encore décidé.

341 Je ne peux pas vous dire beaucoup de chose bonne de nos lins ; si ne vient pas de la pluie, il n’y aura pas de lin cette année ; dessus les sabire, on les laboure dehors ; on n’entend pas parler nulle part qui a une belle linière. Le reste des avestures * sont bien.

342 Ma santé, Dieu merci, va mieux le matin, je ne suis plus gênée de la respiration, mais le ventre est toujours un peu plus gros qu’à l’ordinaire et les jambes.

343 M. LEPERCQ de Roubaix m’a rendu visite hier ; il vous salue ; il ne sera pas lointain sans vous écrire des nouvelles de son curé. L’aristocratie l’emporte encore dessus Linselles.

344 Des compliments de nos enfants, je suis sincèrement,

345 Monsieur et cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

Juin 1791

346 De Linselles ce 3 juin 1791
Monsieur et cher Époux,

347 Dans votre lettre que j’ai reçue en date du 29 may, vous me dites que vous seriez curieux de savoir le comportement que nos bigots auront eu à la venue de notre curé.]e vous dirai qu’ils se sont bien tenus tranquillement dans leurs maisons. On n’en a pas vu une dessus les rues, avec leurs portes et leurs fenêtres serrées. Mais à présent elles jouent encore de leurs langues. Ce matin, il m’est venu une fille de La Vinette tout pleurant : elle me dit qu’elle avait été hier a confesse au curé, qu’elle en était contente. Ce matin, Victoire ROUZE a été chez elle, en disant qu’elle était schismatique et qu’elle ne pouvait plus dire sa croyance et son acte de foi. Je crois qu’on les peut appeler perturbateurs du repos public. C’est la nièce de Fleurantine BATISSE, sa tante est morte cet hiver. Elles sont à quatre sœurs, qui restent ensemble ; elles sont à trois nationale et une aristocrate, qui est plus d’à moitié brouillée avec tous les dires de nos non-conformistes et de ses bigots, l’ai taché de la remettre le mieux que j’ai pu. Je lui ai conseillé d’aller parler à M. le curé.

348 Vous me dites qu’il a fait une pluie d’orage qui a bien duré quatre heures. Ça a été le contraire chez nous, il a fait beau toute la journée.

349 Au moment que je vous écris, je suis dans le cas d’abandonner ma lettre qu’on me vient mander pour donner le nom, du moins pour être marraine avec M. le curé. C’était l’enfant du cousin SEYNAVE du magistère, capitaine de la garde nationale, un garçon. Le premier pour le curé être parrain. On lui a fait tous les honneurs de la guerre. M. le curé a voulu lui donner un nom à la Nation qui était Louis. Ils ont tiré quelques décharges et après M. le curé les a fait entrer chez lui, les a régalés et puis nous avons donné une demy tonne. Ils avaient encore un autre enfant du Gavre à baptiser, que le curé craignait qu’on l’aurait porté à Wervickk. Le père de l’enfant ne voulait pas, mais vous connaissez l’endroit de bigots. Le curé a envoyé quatre gardes volontaires à l’encontre pour le empêcher. Ils ont trouvé l’enfant en route, mais celui qui devait être parrain disait qu’il lui fallait aller consulter l’ancien curé pour savoir s’il pouvait l’être ou non. Le père l’a déclaré a SEYNAVE. Celui-ci a dit qu’il ne s’inquiète pas, qu’il l’aurait été et y a été aussi. Celui que je vous ai parlé dans ma dernière lettre a été baptisé à Bondues. Le curé du lieu doit l’avoir baptisé la nuit. C’est assez pour désunir la famille du côté de DEWITTE à Linselles. C’est commettre un sacrilège que de mettre les pieds dans l’église qu’ont les nouveaux prêtres. Cependant le sieur THIERS a dit la messe dimanche et DELCOURT a fait ses soumissions au curé, mais notre jésuite va encore de village en village pour dire la messe.

350 On dit qu’à Bousbecque, il va beaucoup mieux. On m’a dit que les hommes n’ont pas quitté le village jeudy, mais les femmes ont encore été à Wervickk. Notre curé a été administrer hier aux trois fêtes ; chez le greffier, ils n’ont pas sorti de leur maison pour la bénédiction.

351 Je suis pressée pour la poste. J’ai milles compliments à vous la part de M. le curé, votre compère ; il m’a demandé quand vous pourriez être de retour, je lui ai dit que cela se prolongeait toujours et que vous parlez à présent du mois d’août.

352 J’attends le berger tout au plus tard mercredy. Si ma santé le permet, je crois d’aller à Lille. Les compliments de tout la famille et je suis sincèrement,

353 Monsieur et cher Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

354 De Linselles ce 7 juin 1791

355 Monsieur et cher Amy,
J’ai reçu la vôtre en date du I er courant avec les quatre assignats inclus dans le paquet. Vous m’annoncez que je dois recevoir des visites du neveu de M. SCHEPPERS et du sieur HOVYN. Cela me fait plaisir quand je reçois des nouvelles de celuy qui vous a parlé.

356 Mon frère ODON m’a rendu une visite aujourd’huy. Il m’a dit qu’il croit que les prêt res de son endroit sont de concert avec ceux de France, puisque dimanche dernier leur curé a lu une lettre, soit disant de l’évêque de Tournay France, par laquelle il permettait aux prêtres du diocèse de Tournai France de pouvoir célébrer la messe où bon leur semblait, dans les maisons ou granges, de pouvoir épouser, baptiser et enterrer, qui n’avaient qu’à bénir un coin de campagne et les enterrer là ; c’est ce que je ne saurais pas croire de l’évêque de Tournay, puisque je crois qu’il y a bien un an et demi qui n’a pas été à son diocèse, mais plutôt des vicaires généraux.

357 Au moment que je vous écris, le berger arrive en santé. Il avait reçu votre lettre à Lille. J’ai été très charmée de savoir qu’il vous a laissé en bonne santé. Nous avons compté le gain de nos moutons : nous avons compte 44 écus. Tout cela peut encore passer.

358 Je ne peux pas vous dire grand chose de nouveau à présent peut-être serais-je plus informée dans ma première que je vous écriverais, mais il serait à souhaiter que l’Assemblée portât un décret pour que les anciens prêtres devraient se retirer 4 lieu de leur demeures, pour que la paix règne. Le curé de Tourcoing n’est pas encore à sa cure, ni celui de Roncq, ni celui de Bondues. On dit que ce sera pour samedy.

359 Je suis charmée que vous me dites que vos travaux avancent, car je désire beaucoup que vous soyez de retour, je ne peux pas vous dire davantage, je dois aller demain à Lille et il est tard.

360 Des compliments de mon frère ODON et de vos enfants et suis sincèrement,

361 Monsieur et cher Amy votre très attachée femme
Angélique DELPUTTE

362 De Linselles ce 10 juin 1791

363 Monsieur et cher Amy,

364 Je vous avais parlé dans ma dernière lettre que je devais aller a Lille et cela pour consulter M. BRULOIS à cause que mes jambes ne se désenflent pas. Il m’a donné des pilules argentées pour en prendre six ou neuf par jour à proportion qui feront effet et il m’a promis que cela me tirera d’embarras.

365 Mardy, l’après-midy, il se fait un attroupement d’aristocrates au cabaret de La Bassée à ce que l’on m’a dit : ils étaient peut être deux à trois cents, ont présenté à la municipalité pour que le curé dise son heure pour que les anciens prêtres puissent dire la messe à heure réglée. M. le curé pour empêcher plus grande brouille leur a dit qui l’auraient dit à six heures. Je crains, mon cher Amy, que cela ne finira pas encore de sitôt. Cependant nous avons FREMAUX qui est parti hier après-midi, que l’on m’a dit qu’il est allé rester à Erfaux, et l’on m’a dit que DELCOURT a envoyé une voiture de meubles à Wervick ce matin. Si THIERS en faisait autant, on espérait que cela irait mieux.

366 L’enfant de DELANNOY qui a été baptisé à Bondues, le maire du lieu en a été informé, a été visité le registre, a trouvé cet enfant de Bondues, a donné une bonne gourre au curé et la fait tracé en sa présence. Le père a dû comparaître par devant la municipalité de Linselles, a prié le curé DELAHOUSSE de ne pas vouloir faire du bruit, qu’il l’aurait venu parler. Je suppose que ce sera pour l’enregistrer à Linselles. L’aristocratie ne diminue pas beaucoup à Linselles, mais il n’augmente pas non plus. C’est notre greffier le pire de tout. Je crois qu’il est la cause de beaucoup de brouilles à Bousbecque, cela va mieux, à Halluin aussi.

367 Nous attendons aujourd’hui M. PRIMAT notre évêque. J’avais différé de fermer ma lettre jusque samedy, il devais venir hier, tous les préparatifs étaient prêts. Il avait été à Roubaix et Tourcoing et il était tard pour venir à Linselles. M. le curé lui a écrit une lettre en le priant de venir aujourd’huy. Nos garçons ont porté la lettre et il a promis. Cela aura donné encore de la gaieté à nos aristocrates de ce que l’évêque n’a pas venu hier. Il a été très bien reçu dans les deux endroits que je vous cite, cependant à Roubaix, il va encore beaucoup pire qu’à Linselles.

368 DELANNOY, le juge de paix, et Jacques CUVELLE vous saluent. Ils sont venus hier par la maison. Ils étaient venus au village pour voir et ils n’ont rien vu.

369 Nous n’avons pas encore eu de la pluie quoique le baromètre descende, mais pour les lins il est trop tard. Je crains qu’on aura peine à les travailler, le soleil a été trop ardent, mais pour nous ça ne sera pas tout perte : nous vendrons l’autre à proportion.

370 Les enfants étaient venus pour faire honneur à notre évêque. Ils vous saluent et suis sincèrement,

371 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte.

372 De Linselles ce 14 juin 1791

373 Monsieur et cher Époux,
Dans votre lettre que j’ai reçue en date du 7 courant, à ce que vous me dites, vous êtes un peu désespéré pour nos lins ; à ce temps là je le croyais comme vous, mais, depuis trois à quatre jours, j’espère encore une demy dépouille. Si le dessous peut monter, nos (ins soit depuis quatre bonnes jusqu’à huit. Voilà deux jours qu’il tombe un peu de la pluie, mais ii fait très froid. Le dessus est tout en fleur, mais le dessous n’est pas aussi avancé. Si le temps serait un peu propre dans huit jours je vous pourvois donner des meilleures nouvelles. Dans les 22 cens il y a un endroit ce quatre cens de terre qui est aussi beau que celui qu’on a dépouillé l’an passé.

374 Vous me parlez de nos bigotes de Linselles. Ce n’est pas seulement elles qui font ravage dans nos villages, nous avons encore notre greffier qui n’a pas encore été à la messe des nouveaux prêtres. Dimanche, le jour de la Pentecôte, dans leur maison, il n’y avait pas de chandelles d’allumées, ni de préau vis à vis de leur maison. À la procession, chez THIERS, il n’y avait pas de chandelles.

375 On m’a dit au Gavre qui n’est que quatre maisons qui sont démocrates.

376 LIBERT, voilà bien dix semaines qui donne sa démission, à cause qu’il ne savait pas avoir de sarqueloirs, mais à présent ils commencent à être honteux de leurs actions. Ces deux jours les volontaires ont parcouru par le village. Le maire leur avait donné ordre que s’il voyait des attroupements, ou si on les aurait insulté ou parlé contre l’Assemblée, qui n’avait qu’à les prendre et les ramener en prison. Le premier jour, ils en ont pris un qui était un peu ivre, on l’a mis en prison ; le lendemain, il n’a pas voulu faire ses soumissions au maire ; il l’a fait remettre en prison et il en eut encore hier dans tous les cabarets. Tout est tranquille. J’espère qu’on en viendra à bout. Benjamin a accompagné tous les volontaires ; c’est pourquoi il ne vous a pas répondu à votre lettre, mais il est surpris comme vous n’avez pas répondu à sa lettre qu’il vous avoit écrit pour touchant ce décret. S’il en avait un nouveau touchant des tabacs, je vous prie d’en donner avis.

377 [...]

378 Votre neveux Jacques, CUVELLE m’a rendu une visite hier et m’a dit de vouloir vous prier de vous mander si le greffier de la municipalité peut servir pour greffier de juge de paix. Ils ont mémoire d’avoir vu un décret que cela ne pouvoit être. Le juge de paix d’Halluin qui est DELANNOY avait dit que si cela ne pouvait pas être que le greffier pouvoir servir pour les deux, qu’il auroit pris Jacques CUVELLE pour greffier. Je vous prie de m’en vouloir donner avis de suite.

379 Monsieur CARTON de Roncq m’a venu saluer cet après midi pour lui s’informer si c’était vrai ce que l’on avait dit à midy, qui devait se faire une contre révolution à la Saint Jean, que l’Assemblée devait périr et pour mieux vérifier, on disait que j’avais tout sauvé les meubles et mon argenterie à la Basse Cerne d’Halluin. Je lui ai dit que si ce grand malheur devait arriver, que j’en serais informée, il est faux que j’ai sauvé mes meubles, et l’Assemblée va à l’ordinaire. Cela vient d’un prêtre réfractaire. Notre évêque a été très bien reçu.

380 Des compliments de toute la famille et suis sincèrement,
Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme

381 Angélique Delputte

382[Lettre du 17 juin non publiée]

383 De Linselles ce 20 juin 1791

384 Monsieur et cher Amy,
J’ai reçu votre lettre en date du 14 courant par laquelle vous me dites de vous donner un état exact de ma santé. Pour le présent, mes jambes ne sont presque plus enflées, or que la droite, du coté du rhumatisme et elle s’a senti tout l’hiver, mais l’haleine j’ai peine à respirer surtout contre changement de temps, mais pour les pilules je ne prévois pas quelles me font grand chose. Je n’ai que purgé hier la première fois et voilà 12 jours que j’en prends et j’ai toujours augmenté depuis six jusqu’à dix par jour. Je crois que pour cette maladie que ce n’est pas le remède de purger. J’espère quand vous serez de retour cela n’engagera plus à promener, que cela se dissipera. Quand on est seule ce n’est pas là même affaire.

  • 18 Le 16 mai 1791, rapport de Thouret sur l’organisation du corps législatif et ses rapports avec le (...)

385 J’avais vu dans les décrets que vous avez décrétés que vous ne pouviez plus être réélu 18 . Je restais tranquille là dessus, mais on m’a dit le contraire que vous deviez encore rester la moitié. De droit on doit prendre ceux qui ne sont pas aussi utiles chez eux ; je vous prie de m’en donner des nouvelles.

386 Monsieur DELAHOUSSE, notre curé m’a prié de vous faire parvenir ses nouvelles instructions pastorales ; vous verrez comme nos réfractaires nourrissent les aristocrates, jusqu’à la municipalité : elle l’est aussi du moins le maire, DELANNOY DELCOURT VIENNE et le greffier, tous aristocrates. Comme toute cela est changé. Si vous ne pouvez pas porter remède par un décret, non pas assez d’éloigner les curés, mais il faut que les vicaires partent aussi avec ; ou bien, tout est perdu, je deviendrais aristocrate avec les autres. Samedy THIERS l’ancien curé, le maire DELANNOY DEL COURT ont été à Lille. On disoit que c’était pour obtenir un heure pour pouvoir dire la messe ; si c’était là leurs désirs, ils ne l’ont pas obtenu puisque venu le soir les mêmes ont été chez M. le curé encore pour la même affaire. Notre curé est trop bon, il a toujours peur qu’il n’atendrois pas la messe. Il leur a dit à 7 heures et puis une heure après pour DELCOURT, mais pour la communion, il n’en est pas question.

387 Mais pour touchant le garçon DELANNOY, il n’a pas eu de troupe. S’il en auroit eu cela en auroit très bien fait, il auroit donné l’exemple aux autres. Mais notre maire, il ne lui en faut pas de troupe. Cependant il faudra qu’il en vint pour les mettre en règle.

388 Notre vicaire est allé faire ses plaintes aujourd’huy à Lille. Je ne sais pas quelles nouvelles il apportera. Hier le matin, le dit a eu des paroles avec DELCOURT : il lui a remis de dire la messe, il ne l’a pas voulu dire dans ces conditions là. Ce matin, le maire et DELANNOY DELCOURT ont été à bonne heure chez le magistère pour avoir les clés de l’église et DELCOURT dit sa messe. Vous voyez qu’il est absolument nécessaire d’apporter remède. Notre curé se désole de voir tout cela, il a mal au cœur, tout cela fait qu’il n’a pas de gaieté.

389 Entre nous dit, je crois qu’il n’a pas encore été nulle part chez les fermiers, qui l’ont été chercher, or qu’il a venu à la maison une fois, je ne sais si c’est cela, et il n’a rien donné encore à les carton *, mais il leur a promis. Hier le vicaire a été trouver le juge de paix d’Halluin pour lui faire ses plaintes dessus trois bigots qui ont dit qu’il avoit administré un malade sans l’avoir confessé et le juge a dit qu’il étois charmé d’avoir une occasion pour les faire danser ; je ne sais pas ce qui en suivra.

390 Nous n’avons pas encore commencé à lier le colza, je crois que ce ne sera pas encore pour cette semaine. Il présente une belle meurigon *, il faut du temps propre pour la graine se nourrir : ils sont beaux. Nos lins montent un peu, j’espère qu’ils seront encore ouvrables. Ils sont frais dessus le fond et d’une belle qualité ; nos bleds fleurissent. On plante tabac à force.

391 J’ai été dimanche à Reckem, tous les enfants ont eu les paquets. Ma sœur, sa santé ne vaut entre les deux, je ne sais pas si c’est qu’elle a l’idée de vous faire parrain plus tard.

392 Vous devez savoir que dimanche c’est la dédicace de Linselles. Je vous invite à prendre patience, mais je vous offre plus qu’un autre, puisque je vous donnerais la moitié de mon lit. Je n’espère pas cela cette fois ci, mais pour celle du mois de septembre. J’ai donné commission pour du genièvre à Reckem et à Mouscron. Je choisirais le meilleur. Il n’est pas encore arrivé, peut être le sera-t-il pour vendredy à la diligence.

393 Des compliments de la famille, je suis sincèrement,

394 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

395 De Linselles ce 23 juin 1791

396 Monsieur et cher Mary,

397 J’ay reçu votre lettre en date du 18 et une que je viens de recevoir en date du 20 aujourd’huy.

398 Au moment que je commençais votre lettre avant hier j’étois gaie, mais ma joie n’a guère duré ; pendant l’après-midy on vient mander si était vrai que le Roy était parti, la première nouvelle je l’ai dédit, en disant que je venais de recevoir une lettre datée du 20 et que vous ne parliez pas de rien. Un moment après, on me dit que DUPONT avait reçu une lettre de M. de LA SERRE qui disait aux employés de bien garder les frontières et que telle chose était arrivée. Ah je vous assure, mon cher, que si on m’avait tiré du sang, on n’en aurait pas eu une goutte. Au soir, on me dit que le Roy était arrêté : cela m’a bien fait pour passer la nuit à cause que je vous comptois tous égorgés, mais il me semble que cela ne se vérifie pas. Hier j’ai été à Lille ; on m’a arrêté à les portes, on ne laissait pas entrer personne sans certificat ; après un peu de débat, la garde nationale m’a remis, en me certifiant que l’Assemblée tenait les séances à l’ordinaire et que Paris était fort tranquille. J’ai été chez Mme SCHEPPERS : j’ai vu une lettre que son mary lui avait écrite, en date du 22, qui m’a beaucoup contenté, qui marquait qui avait tenu séance toute la nuit et qu’elle l’auroi t tranquillisé, qui lui auroit marqué la vérité.

399 Je comptois de recevoir de vos nouvelles ou que vous auriez écrit à Benjamin. J’espère d’en recevoir aujourd’huy. Je n’ai pas beaucoup de nouvelles particulières à vous dire, or que le jour du Saint Sacrement nos réfractaires n’ont pas dit la messe dans la paroisse. Le curé leur a permis de la dire pendant la basse messe ou la grande messe : cela ne leur a pas plu. En disant qu’ils étoient de différente religion, THIERS est parti avec une troupe, peut être deux cents, on a dit quatre, mais c’est trop, à Wervick et hier, également, ils n’ont plus demandé la permission.

400 Hier, ils ont été assemblés pour l’assemblée ; on m’a dit que Pierre SIX, notre voisin, est le premier électeur ; je ne sais encore rien de positif ; je vous prie de me donner de vos nouvelles le plus souvent possible, quand ce ne serait que douze lignes, je serais contente. Je vous souhaite une bonne santé.

401 Le cousin DESURMONT est venu ce matin pour savoir de vos nouvelles. Il vous salue. Je suis pressée pour la poste, je vous envoie un assignat que je viens de recevoir ce matin de mes marchands de lin, que je vous prie de changer en petit.

402 Les compliments de la famille, je suis sincèrement,

403 Monsieur et cher Amy

404 votre très attachée femme
Angélique Delputte

405 Votre genièvre, vous la recevrez toujours la semaine prochaine d’un sens ou de l’autre.

406 De Linselles ce 28 juin 1791

407 Monsieur et cher Époux,
J’ai reçu hier votre lettre en date du 25 courant par laquelle vous me marquez de me faire bouillir un pot de lin avec un quartron de mille et de verser dessus des herbes, ce que je ferai. Je crois que cela ne me fera pas de mal.

408 Le genièvre que vous m’avez mandé est arrivé à la maison, mais je n’oserais pas entreprendre de le faire entrer dans Lille, à cause du brouille qui a dans l’entrée des villes, que le Ray a donné. Dans huit jours, je ferai préparer du bled pour le marché et, si on n’inquiète plus, je le conduirai avec dans Lille. Cela m’a donné un peu de courage pour la dédicace, quand j’ai appris que le Roy était arrêté. Je suppose que si ce n’avait pas été pour les assignats que vous n’auriez pas fait tant de perquisitions.

409 J’ai eu la visite des frères et sœurs de Rekkem, Mouscron et le sieur DESURMONT avec leurs familles. Nous avons bu à votre santé et à celle de la Nation. Les prêtres sont bien la cause que des familles se désunissent, il n’y a plus de dévots. Nos prêtres, voilà plus de deux jours qu’il n’y a plus de brouille pour leurs messes, le jour de la Saint Jean et dimanche, ils partent pour Wervick. Benjamin a bien reçu les journaux mais il m’a dit de vous dire que voilà deux semaines qui n’a pas reçu « La Feuille Villageoise ».

410 Nous avons scié lundy deux bonniers de colza. Je craignais de ne pas trouver du monde assez pour avoir fini au midy, à cause que je doutais qui auraient sauté, qui faisoit sec. Tous ceux de La Vinette se sont prêtés à l’envie ; il en trouvait trois qui n’étoient pas mandés ; ils ont dit qu’ils auraient venus également ; ils ont venu à deux heures et demy le matin ; ils étoient trente cinq ou trente six ; nos colzas sont forts en paille et en grain ; nous comptons de scier le reste jeudy et plus d’emoyer ceux qui sont sciés ; ils m’ont su dire que si j’avais été aristocrate qui n’auroient pas venu. Pour touchant les bleds, je suppose qu’on ne risque pas beaucoup de vendre : ils sont beaux partout ; vous me direz votre façon de penser. Je crois d’en avoir encore aux environs de 130 razières à vendre sans le bled de Maunay.

411 M. le curé m’a prié de vous dire quand vous auriez fini de ses imprimés, qui serait charmé de les revoir. Demain, après la messe, je dois lui aller dire bonjour ; c’est un homme qui est très caressant, on est confus de ses politesses.

412 Je ne savais encore dans ma dernière celui qui était fait électeur. C’est M. notre curé, Pierre SIX, Michel DELOBELLE de la Brasserie qui avait les dîmes ci devant du curé ; ils sont tous les trois bons démocrates.

413 Vos enfants vous font des compliments ; je les ai embrassés tous pour vous et nous sommes tous charmés de savoir que vous ne devez plus être réélu et ainsi, si tout cela fait avant comme vous le dites, il est à croire que vous ne serez plus aussi lointain.

414 En attendant la satisfaction de nous revoir, je suis sincèrement, Monsieur et cher Amy,

415 votre très attachée femme
Angélique Delputte

Notes

1 Cf. la note, lettre Lepoutre du 27 novembre précédent.

2 On assiste effectivement à la fin de 1790 et au début de 1791 à la multiplication des libelles qui dénoncent la Constitution civile du Clergé et appellent les villageois à rester fidèle à l’Église catholique.

3 Nous rappelons qu’à cette date les Autrichiens ont écrasé la révolution belge et les Vonckistes qui ne veulent pas se rallier à l’Empereur se réfugient en grand nombre à Paris et dans le Nord de la France.

4 Armand-Gaston Camus (1740-1804), député du tiers état de la ville de Paris, où il avait fait son droit et était reçu avocat. Expert dans le droit ecclésiastique, jurisconsulte et canoniste de tendance janséniste, il avait attiré les applaudissements du clergé lorsqu’il proposa (4 août 1789) un amendement en faveur d’une déclaration des devoirs pour équilibrer la déclaration des droits. Parmi les grands orateurs de la Constituante, il défend la Constitution civile du Clergé. En bon janséniste, il attaque les pouvoirs du pape et le 27 novembre 1790, il s’engage dans une violente polémique avec l’abbé Maury lors du débat sur le Serment auquel il est favorable. Plusieurs membres du clergé adhèrent par la suite aux principes anti-tridentins qu’il affirme ce jour.

5 Pour Père Duchesne, cf. la note, lettre de Lepoutre du 3 novembre 1790.

6 Mme Lepoutre déforme beaucoup la situation religieuse du Pas-de-Calais : il y avait bien un évêché à Boulogne, mais désormais le diocèse coïncide avec le département ayant pour chef-lieu Arras ; Pierre-Joseph Porion, curé de Saint-Nicolas-sur-les-Fossés à Arras, a effectivement été élu évêque le 26 mars 1791 ; mais il rencontre des difficultés similaires à son homologue du Nord : près de 80 % des prêtres refusent le serment, les anciens évêques d’Arras (Conzié), de Boulogne (Asseline) et Saint-Omer (Chalabre) multiplient les dénonciations contre le nouvel évêque et les déclarations encourageant fidèles et clercs à la désobéissance.

7 Il s’agit des employés de la Ferme des taxes indirectes (cf. note, lettre de Lepoutre du 30 juillet 1789).

8 Les premiers mois de l’année 1791 ouvrent la grande période de vente des biens nationaux dits de première origine, c’est-à-dire confisqués au clergé le 2 novembre 1789. Les décrets de mai 1790, qui précisent les conditions de vente de ces biens, stipulent que les fermes ne seront pas démembrées, ni les parcelles divisées ; ils prévoient par ailleurs la vente aux enchères organisée par les administrations de district. La remarque d’Angélique sur le curé de Linselles illustre la consigne souvent donnée par l’ancien clergé de boycotter les ventes ; cette consigne ne semble guère avoir été suivie d’effet même dans la région du Nord au clergé majoritairement réfractaire.

9 Cette remarque renvoie à une clause des décrets organisant la vente des biens nationaux (cf. note, lettre de Mme Lepoutre du 7 février 1791) ; cette clause interdit l’éviction des fermiers en place.

10 Jusqu’en 1792, la majorité des sociétés politiques locales qui se multiplient en France ont pris ce nom qui décalque la dénomination officielle du Club des Jacobins de Paris (Cf. Introduction et note, lettre de P.-F. Lepoutre du 23 décembre 1790). Au printemps 1791, les sociétés politiques sont surtout actives dans les villes et bourgs, chefs-lieux de département et de district, plus rarement de canton.

11 Allusion à l’émeute douaisienne des Goulottes du 14 au 17 mars 1791 au cours de laquelle le peuple exaspéré par la disette manifestèrent pour empêcher le départ de bateaux de grain, puis pendirent le négociant Nicholson et l’imprimeur, officier de la garde nationale, Derbaix, accusés de soutenir ce départ.

12 Pour des précisions sur l’élection de l’évêque du Nord, on se reportera à l’introduction (La Révolution au Nord) et à la note, lettre de M. Lepoutre du 2 avril 1791. Depuis le 16e siècle, Malines était le siège de l’archevêque considéré comme le chef de l’Église des Pays-Bas méridionaux.

13 Cf. la note, lettre de Lepoutre du 11 avril 1791.

14 Cf. la note, lettre de Lepoutre du 14 mai 1791.

15 L’expression « ils se mangent » appliquée à de jeunes plants signifient qu’ils disparaissent soit par dépérissement soit par attaques de parasites.

16 Les confréries, associations pieuses de laïcs ayant pour vocation de consolider les liens entre les fidèles et de promouvoir la foi et la vie chrétiennes, étaient nombreuses dans les provinces du Nord. Leurs motivations étaient très diverses : organisation de jeux et cérémonies traditionnels, rapprochement de confrères d’un même métier, prise en charge des funérailles, etc.

17 Angélique Lepoutre-Delputte fait ici allusion à la démarche des paroissiens qui, refusant de reconnaître les curés constitutionnels et préférant recevoir les sacrements des prêtres réfractaires, considérés comme seuls authentiques par la hiérarchie catholique, se rendent dans les localités où demeurent ces prêtres. Quand les mesures contre les réfractaires conduiront un nombre croissant d’entre eux à l’exil, des habitants du Nord iront faire baptiser leurs enfants aux Pays-Bas autrichiens.

18 Le 16 mai 1791, rapport de Thouret sur l’organisation du corps législatif et ses rapports avec le roi. Sur la proposition vivement applaudie de Robespierre et après plusieurs interventions, l’Assemblée vote le jour même la non-rééligibilité des députés constituants à la prochaine législature. (A.P. XXVI, 127).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search