Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section IV. 1er Décembre 1790 - 30 Juin 1791

Correspondance du député. Lepoutre Paris, 1er décembre 1790 — 30 juin 1791

Texte intégral

Décembre 1791

1 N o 88 de Paris le 2 décembre 1790

2 Ma chère Amie,
Je vous avois marqué dans ma dernière lettre que vous ne deviez avoir aucune inquiétude relativement à la demande que je vous avois fait, qui étoit de sçavoir ce qu’il circuloit dans le publicq.

3 Je vous ay dit que je ne doutais pas à pouvoir découvrir le fait, dont je voulois m’instruire, cependant je ne peux y parvenir sans avoir recours à l’origine.

4 Vous vous rappelez d’avoir reçu une lettre, dont elle contenoit dans un des articles, que les aristocrates, ou ennemis du bien publicq n’auroient pas manqué de semer encore la cizanie parmi les braves habitants des campagnes et chercher les moyens à pouvoir les tromper ; je crois que c’est approchant les termes dont je me suis servi.

5 Allons au fait, vous avez, dit-on, ce que j’ay peine à croire, porté cette lettre au curé pour luy demanderr explication de la contenue de cet article et que vous luy avez laissé cette lettre parce qu’il n’avoit pas le temps dans ce moment de vous l’expliquer, de manière qu’il a profité de votre confiance pour luy en tirer un extrait qu’il a fait circuler parmi les confrères.

6 Il est nécessaire que vous me fassiez revenir cette lettre en question de suite que vous aurez reçu celle-ci et me faire récit exacte et me dire franchement, si vous avez été consulter notre curé avec cette lettre pour qu’il vous donne explication des termes y contenus, dont vous ne compreniez pas et me dire s’il est absolument vrai que vous luy avez confié comme on le dit. J’ay besoin que vous me donniez une parfaite connoissance de tous ces faits pour ma gouverne ; mais défiez-vous de ne rien me déguiser car la chose pourvoit engraver cette petite histoire. Après votre réponse que j’attends incessamment, je pourroy vous donner de plus amples explications. Je suis

7 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

8 P.-S. Gardez-vous surtout que le curé n’en soit du tout informé avant que je ne sois parfaitement instruit. J’espère d’apprendre par votre première que le billet de trois cent francs vous sera parvenu. Je ne sçais pas pourquoy je ne reçois plus de nouvelles de mon cousin DESURMONT et surtout concernant ses toiles.

9 N o 88 (sic) de Paris le 5 décembre 1 790

  • 1 Lepoutre a vendu des toiles à des députés des « assemblées créées illégalement par les colons de S (...)

10 Ma chère Épouse,
J’apprends par votre lettre en date du 30 novembre que vous ne tarderez pas à me faire parvenir les quatre pièces de toiles avec les mouchoirs que je vous ay demandés. Je seroys charmé qu’il n’y auroit point de retard, pour les toiles particulièrement, parce que je crains que ces députés de Saint Domingue ne soyent bientôt dans le cas de partir pour les colonies. Ce ne sont pas des députés à l’Assemblée Nationale, mais des députés de l’Assemblée coloniale du Cap François, qui sont venus présenter leurs pétitions à l’Assemblée Nationale 1 .

11 J’aime à croire que le sieur DUPARCQ du Pont Rouge ne sera pas longtemps à vous rendre une visite. Je luy ay écrit il y a quelques jours qu’il pouvoit rester tranquille, qu’il n’auroit pas de changement de poste pour le présent.

12 Vous me parlez encore de nouvelles captures que font chaque jour nos gardes volontaires. Il est très certain que tout change dans l’ordre des choses ; car cy-devant un chacun auroit protégé les fraudeurs et aujourd’huy, tout le monde se preste à les arrester.

13 Quant au bénéfice dont vous me parlez, je crois qu’ils auront droit de partager avec les commis, à la portion que l’on est accoutumé d’accorder en pareil cas.

14 J’ay un abonnement pour mon cousin SEYNAVE de La Feuille Villageoise ; je le fais parvenir à votre adresse que vous aurez soin de luy envoyer. Vous y trouverez aussy inclus quel ques feuilles du Père Duchesne, avec le rapport du sieur VOIDEL, qui contient le décret qui ordonne au clergé qui sont en fonction de prester serment par devant la municipalité de leur paroisse respective. Je voudrois bien voir comment les curés de nos environs feront pour faire ce passage, surtout celuy de Bousbecque ; je ne serois pas trompé qu’il abandonne sa cure, puisqu’il peut vivre de son bien.

15 Je vous avais marqué dans une de mes lettres, que vous auriez vendu du lin plutôt que de vendre du bled ; mais j’ay réfléchi depuis, vu la grande quantité que vous avez à battre et que le temps à présent trop humide pour tenir du grain en magasin surtout de ceux qu’ils battent à présent. Je ne doute pas que vous n’aurez fait les mêmes réflexions.

  • 2 Couvreur : cf. la lettre du 30 juillet 1789.

16 Un des héritiers de Melle GUAY est actuellement à Paris avec le sieur COUVREUR avocat 2 , qui connoit parfaitement toutes leurs affaires concernant les prétentions qu’ils ont en Amérique. J’ay trouvé un habitant de la colonie qu’il connoit leurs plantations et que je crois qu’il voudra bien se charger de leur faire rendre compte de tout ce qui leur est du dans ce pays là.

17 Attendant de recevoir de vos nouvelles, je suis très sincèrement

18 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

19 N o 89 de Paris le 9 décembre 1 790

20 Ma chère Épouse,
Par votre lettre en date du 4, vous me dites que je dois estre tranquille au sujet de mes lettres, que vous estes bien éloignée de les faire voir à qui que ce soit, cependant, vous aurez appris par mon avant-dernière, que vous n’avez pas toujours eu la même discrétion ; puisque je vous demande une lettre que vous avez montrée à votre curé, de laquelle il en a extrait une copie pour s’en divertir avec ses confrères aristocrates, il en a remis une copie au curé d’Ascq et aujourd’huy elle circule au publicq. J’attends que vous ne tarderez à me l’envoyer, cette lettre que je vous ay demandée ; elle contenoit en substance, au moins dans une phrase que les ennemis n’auroient pas manqué de semer la cisanie ou un terme approchant pareil. Je vous ay demandé de m’avouer franchement si vous avez été chez le curé, luy demander explication de certains mots que vous ne pouviez pas comprendre. J’ay besoin de sçavoir tout cela pour ma gouverne.

21 Le décret concernant le serment des évêques et des curés, je crois qu’il n’est pas encore sanctionné, du moins s’il l’est, il ne nous est pas encore remis. Vous trouverez cy-inclus l’insulte qu’ont voulu faire des abbés à l’autel de la Patrie, au Champ de Mars.

22 Suivant votre rapport, les quatre pièces de toile, que je vous ay demandées ne tarderont pas d’arriver, puisque j’ay reçu la facture que mon cousin DESURMONT m’a fait parvenir avec votre lettre ; je ne crois pas devoir augmenter le prix que vous me dites de les avoir achetées tel qu’il est contenu dans la facture, attendu qu’il y a six pour cent d’escompte quand on paye comptant ; mais je pourrais bien luy demander les frais de voiture et les droits d’entrée à Paris, qui se monte à deux patars de l’aulne.

23 Le sieur LEPERCQ de Roubaix sera, j’espère satisfait de la réponse que je luy ay envoyée à la lettre qu’il m’avoit fait parvenir.

24 Quant à la prise de tabac par la Garde Nationale de Tourcoing, dont vous me parlez, j’ay remis les pièces relatives à cet objet au comité des finances ; je crois qu’ils pourront avoir le droit de saisie, qui doit estre le tiers, mais cela n’est point encore tout à fait certain, car huit jours avant l’arrivée des pièces à Paris, je sçavois que le procès-verbal des employés étoit déjà entre les mains du sieur DONAZAN, cy-devant fermier général de la Flandre. Le dit DONAZAN est celuy que j’ay parlé pour le sieur DUPARCQ, pour que son poste luy fut continué.

25 Vous me parlez que l’assignat que je vous ay envoyé vous a fait beaucoup de plaisir et que vous me donnerez l’explication à votre première, ce n’est pas que vous estes toujours gênée d’argent pour subvenir à payer vos gens, si cela est, il vous faut trancher un grand coup, vendez les lins en bottes pour vous mettre à votre aise. Vous estes peut-estre dans le cas de fournir à vos entrepreneurs de tabac, leurs tiers qu’ils ont dans la portion de tabac qu’ils ont travaillée. Il est juste que vous leur donniez ou du moins il faut leur donner de l’argent à compte pour les aider à vivre jusqu’à ce que vous ayez vendu.

26 Je pourvois bien encore vous envoyer un billet de trois cents francs, provenant de mon traitement, car le peu que j’ay à recevoir provenant de la vente des toiles est en partie dû au cousin DESURMONT.

27 Je vous ay envoyé une pièce de monnaie frappée avec la matière des cloches que l’on pourra mettre en fabrique, du moins celles qui seront inutiles, on pourvoit en faire au moins pour cinquante millions de cette matière, sans rien toucher aux cloches nécessaires.

28 J’attends de vos nouvelles de suite et suis très sincèrement

29 ma chère Épouse, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

30 P.-S. Je crois que vous ferez fort bien de vous rendre chez le curé, pour luy demander la copie de cette lettre qu’il a donné au curé d’Ascq, s’il vous fait difficulté de vous la donner, vous pourrez luy dire de ma part que je trouveray bien le moyen de l’y forcer et qu’il doit s’attendre que j’invoqueray la loi pour le punir d’un pareil attentat. Il connoitra jusqu’à où va la violation du secret des lettres, entre l’homme et la femme. Je demande la même qu’il a donnée, parce que je crois qu’on peut avoir augmenté le contenu depuis qu’il l’a fait circuler. Vous voirez combien on peut avoir de confiance à des calotins de son espèce et je pourray vous confirmer du fait au besoin.

31 N o 90 de Paris le 14 décembre 1790

32 Ma chère Amie,
[...]

33 Je crois vous avoir marqué qu’il doit venir des troupes pour former un cordon le long de nos frontières pour empêcher que les fugitifs brabançons qui sont obligés de se réfugier en France soient armés en entrant dans le royaume, pour éviter qu’ils portassent le trouble dans leur passage surtout aux habitants des campagnes. On a porté hier un décret, que vous trouverez dans le journal n o 541. Vous le trouverez précédé d’un décret porté contre la municipalité de Douay, qui improuve la conduite qu’ils ont tenu dans leurs délibérations.

34 Vous me parlez de ce qui s’est passé à Mouscron, eh bien, comment le petit faquin d’abbé DELECLUSE se tirera-t-il d’embarras et comment aussy, a-t-il souffert qu’on a brûlé ainsy le drapeau patriote qu’ils avoient fait serment de défendre jusqu’à la dernière goutte de leur sang ; je crois que cette leçon les fera rentrer à leurs devoirs ; ils ne s’aviseront plus l’année prochaine d’arborer le drapeau de la Liberté.

35 [...]

36 On attend que le décret concernant le serment du clergé sera bientôt mis en exécution, tous les bons patriotes attendent ce moment avec impatience.

37 Quant à la lettre dont je vous ay parlé déjà plusieurs fois, je crois qu’il faut mépriser toutes ces sortes de choses et vous voire ? : qu’il n’y a que des gens sans sentiments qui peuvent raisonner de cette manière ; je vous en joint ici un extrait et quand vous l’aurez lu, je vous engage à la brûler pour en perdre de suite le souvenir.

38 J’espère qu’à votre première vous me marquerez d’avoir reçu des assignats pour cinq cents livres que j’ay enfermé dans le paquet de journaux que je vous ay envoyé en date du 13 de ce mois.

39 Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

40 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

41 N o 91 de Paris le 18 décembre 1790

42 Ma chère Épouse,
Je crois pour notre tranquillité que nous ne devons pas nous inquiéter des mauvais propos qu’on répand dans le publicq sur notre compte. J’en ay été le premier affecté, mais je reviens de cette faiblesse puisque je m’aperçois que nous ne serons pas plus ménagés que les autres, vu qu’une grande partie des députés se trouve dans le même cas que moy. Je ne vous dis pas pour cela qu’il n’y a pas de réel de la part du curé de Linselles, mais ce qu’il y a de certain, c’est que tous ces J.-F. n’osent pas mettre leur nom à la suite de leurs écrits. Aujourd’huy ils tachent de rendre ridicules en particulier les membres de l’Assemblée Nationale, parce que collectivement, ils commissent bien qu’ils ne peuvent plus réussir. Je suis fâché de vous avoir fait parvenir cette copie, puisque je m’aperçois que les premières demandes que je vous ai faites sur cet objet ne vous ont déjà que trop affectée. Tout ce que vous pourriez faire à cet égard, après une première demande faite au curé sur cette affaire, qui pourra peut-estre vous nier le fait. Je vous conseille de ne plus vous inquiéter et d’attendre paisiblement jusqu’à mon retour, il sera encore toujours en temps pour me justifier et si au préalable, je peux me procurer quelque chose de certain, je vous l’enverray.

43 Relativement au tabac dont vous me parlez, les Gardes Nationales, qui auront fait des saisies, ils auront les avantages qu’avoient les commis en pareil cas. Je dois écrire aujourd’huy au ministre des fermes du Roy pour luy notifier les faits et luy demander qu’il donne des ordres pour qu’il soit fait droit aux Gardes Nationales, des saisies qu’ils viennent d’estre faites dans nos frontières, tant à Tourcoing qu’à Wervicq. Je n’en parle que d’après le rapport que m’en a fait Monsieur de VILLERS hier le soir ; je crois cependant qu’il faut encore différer quelques jours de faire part aux Gardes Nationales du droit qu’ils auront sur les saisies, parce que je regarde ce faible partage comme insuffisant, vu l’état actuel des choses. Au surplus, c’est que j’aime à sçavoir si ces captures tourneront au profit de la Nation ou au profit des cy-devant fermiers généraux. Je ne peux pas vous en donner une parfaite idée aujourd’huy, ce sera pour la première.

  • 3 À Perpignan, des troubles éclatent le 6 décembre 1790 (donc, longtemps après l’implication du vico (...)

44 On vient de dévoiler les contre-révolutionnaires en deux endroits différents, l’un à Perpignan où on en a saisi et mis en prison, le nombre de quatre-vingt et l’autre fait est arrivé à Lyon 3 . Ils avoient trompé le peuple en leur faisant croire que le Roy fuyoit de Paris escorté de Monsieur de LA FAYETTE et de la Garde Nationale parisienne et que le comte d’ARTOIS venoit à sa rencontre avec au moins cinq mille Français, mécontents de la Révolution. De manière qu’on en a saisi trois des principaux auteurs et mis en prison, qui seront sous peu de jours ramenés à Paris. Aujourd’huy le peuple lyonnais connoit qu’on l’a induit en erreur, ils sont forcenés contre les aristocrates.

45 Je sçais que dans nos provinces que le clergé cherche à se coaliser pour se refuser au serment qu’ils devront bientôt prester. J’aime à croire qu’ils auront assez réfléchi depuis que le décret est prononcé pour ne point s’y refuser, attendu que leurs intérêts s’y trouvent attaché. Je crois qu’ils auront assez de force pour abandonner le voile de la religion qui se sont toujours servi jusqu’à ce jour. Je vous souhaite une parfaite santé et j’attend de vos nouvelles le plus souvent possible.

46 Je suis parfaitement, ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

47 N o 92 de Paris le 20 décembre 1790

48 Ma chère Épouse,
Le retard que vous mettez à m’écrire me cause de l’inquiétude et je crains que vous ne soyez incommodée, d’après ce que vous me marquez dans votre petit billet par lequel vous me dites que vous attendez de mes nouvelles de suite à cause que vous ne pouvez plus vivre en santé.

49 Je vous avois marqué dans ma dernière lettre que les avantages qui étoient accordés aux employés de la ferme, concernant la prise du tabac en fraude, que la Garde Nationale de Tourcoing aurait profité du même droit, je ne peux pas vous dire à quelle taxe il sera fixé ce profit, mais comme on veut encourager les Gardes Nationales à se pres ter pour empêcher la fraude, je ne serois pas trompe qu’il leur fut alloué quatre sols par chaque livre de tabac. Ainsy la prise de Tourcoing pourroit se monter à dix mille francs et quelques cents de livres et il en sera usé de même, je crois, à l’égard de la prise faite à Wervick et s’il est vray qu’il y en a cent cinquante mille livres, cet objet pourroit se monter à vingt cinq ou trente mille francs. Il n’y a encore rien de décidé définitivement ; j’ay été encore hier chez le sieur COCHEREAU, premier commis de la ferme ; il faut attendre la décision du Ministre des finances, dont j’attends des nouvelles peutestre aujourd’huy. À cet égard vous pouvez toujours leur faire espérer une récompense, mais vous ne direz pas la somme que je vous propose, parce qu’il n’y a encore rien de certain.

  • 4 Le 18 décembre 1790 (soir) : le rapport de Voidel sur la conspiration de Lyon (A.P. vol. XXI, p. 5 (...)

50 Vous trouverez dans les journaux que je vous envoye un décret qu’il a été rendu samedy à la sçéance du soir, qu’il portera, j’espère, un des grands coups à l’aristocratie 4 . Il est approchant en substance conforme à celuy rendu pour le clergé ; ainsy il y a lieu de croire que tous nos fugitifs français qui ne cessent de fomenter une contre-révolution sur nos frontières, se trouveront forcés d’abandonner leurs exécrables projets.

51 Il fait depuis trois jours un temps extraordinaire en neige et pluie et ce matin il est un peu gelé. Je crois que tous les temps qui se sont passés jusqu’à présent ont été tout à fait favorables pour notre province.

52 Tachez de vous bien porter car nous avons encore besoin un moment en cette vie pour produire notre petite famille. J’attends de vos nouvelles incessamment et suis très sincèrement ma chère Épouse, votre affectionné Mary

53 P.-F Lepoutre

54 N o 93 de Paris le 22 décembre 1790

55 Ma chère Épouse,
Je crois que nous ne devons plus nous inquiéter de toutes les faussetés que l’on répand dans le publicq ; celui qui veut nous faire dire ce que nous n’avons pas dit et nous faire faire ce que nous n’avons pas fait auroit du prendre son début sur un motif un peu moins grossier, car personne, pour le peu de sentiment qu’il puisse avoir, ne sauroit croire de pareilles absurdités ; ainsy faites comme moy, quittez toute inquiétude sur cet objet et je crois que ma réputation en fait de cultivateur me met à couvert de pareilles inculpations. En vérité ma chère Amie, je me trouve embarrassé de répondre aux lettres que vous me faites parvenir depuis trois ou quatre semaines et je suis presque assuré que vous estes dans le même cas que moy ; ainsy quittons toutes ces inquiétudes, je vous le répète et à tout bien considérer il n’y auroit pas à fouetter un chat.

56 Je vous ay parlé dans ma dernière lettre, que j’avois la volonté de remettre ma montre au sieur DESURMONT pour vous en disposer en faveur du petit Louis, pour l’encourager dans ses études ; eh bien je vous annonce aujourd’huy que je luy ay donnée et je l’ay prié de vous la faire tenir ; mais je ne serois pas trompé qu’il vous l’apportasse luy-même, cela luy sera une occasion de vous rendre une visite, mais il ne sera pas de retour à Tourcoing avant le 26 du mois, vous recevrez encore cette lettre avant son arrivée.

57 Vous me parlez du serment que devront prester les évêques et curés, que ce serment trouble un peu les curés des postes de nos environs, je n’en suis nullement trompé, ma chère Amie. Ils voyent bien qu’ils vont perdre toute leur autorité civile et je crains bien que leur obstination ne leur cause des chagrins plus tard.

58 [...]

59 Je vous souhaite une parfaite santé et je désire que vous me fassiez parvenir de vos nouvelles le plus souvent possible.

60 Je suis très sincèrement

61 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

62 N o 94 de Paris le 23 décembre 1790

63 Ma chère Épouse,
[...]

64 Vous me faites la proposition, ma chère Amie, de vendre le lin en bottes, et que vous le remplaciez par l’achat de tabac des locataires ; je ne suis pas du tout au contraire de vos précautions. Vous craignez de ne pas recevoir les rendages avant qu’ils n’eussent vendu leurs tabacs, eh bien, à faire comme vous le proposez, vous ferez en sûreté, mais vous aurez une surveillance de plus à faire et encore il vous faudra avoir un homme qui vous pourrez mettre votre confiance pour les gouverner. Je ne prévois pas cependant que le prix puisse devenir bien haut attendu que les provisions de la ferme sont suffisantes pour deux ans ; malgré cela il pourvoit encore valoir quarante florins, sans qu’on puisse dire dans les provinces où la vente étoit exclusive que ce soit cher, car le tabac à fumer se vend encore quarante huit sous la livre à la ferme de Paris.

  • 5 Cf. la lettre du 18 décembre 1790.

65 Vous estes assurément instruite de ce qui s’est passé à Lyon 5 , la contre-révolution qu’on y a voulu tenter ; le projet n’étoit pas illusoire puisque l’on y retient trois cents chevaux des contre-révolutionnaires ; leur but étoit d’y conduire le Roy ; si cela aurait eu lieu, peut-estre que les troupes autrichiennes auraient fait cause commune avec nos révolutionnaires.

66 Vous trouverez cy-inclus le tableau des anciennes impositions qui pesoient sur le peuple ; vous verrez par le tableau de 1791 que le peuple sera soulagé de plus de deux cents millions, sans y comprendre le soulagement qu’il recevra des abus supprimés qui régnoient dans les provinces, que le peuple n’étoit pas moins obligé de supporter, sans diminuer en rien la somme du trésor royal. Je ne seroy pas fâché que vous le donniez au cousin SEYNAVE, pour qu’il en instruise ie publicq. J’aime à croire que dans cinq à six ans, que trois cent millions suffiront pour les besoins de l’Empire français ; alors les cultivateurs pourront estre déchargés de deux tiers des impositions qu’ils payoient précédemment.

67 Je vous souhaite que vous ne soyez pas fatiguée de votre rhumatisme comme je le suis par le mien depuis trois ou quatre semaines, j’espère que la gelée pourra corriger un peu son influence. Je suis très sincèrement

68 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Le poutre

  • 6 Le club des Amis de la Constitution de Lille paraît sur la liste du 7 mars 1791 des sociétés affil (...)

69 P.-S. J’espère que le club des Amis de la Constitution de Lille 6 dont le sieur DUHEM est membre, mettront bientôt le calme dans notre ville et dans nos campagnes, j’ay appris qu’ils sont au moins au nombre de cinq cents ; je crois que ce sera bien assez pour faire taire nos calomniateurs aristocrates. Le décret concernant la rentrée des Français fugitifs est sanctionné, il y a lieu de croire que le décret pourra faire un bon effet.

70 Il y a un des fils de Monsieur SCHEPPERS à Paris. J’espère le voir demain comme je nous ay marqué dans ma dernière. Je ne serais pas trompé que vous auriez la visite du sieur DESURMONT mardy prochain.

71 N o 95 de Paris le 26 décembre 1 790

72 Ma chère Épouse,
Il me parait par notre dernière lettre que la petite poste n’est pas trop exacte à vous faire parvenir les paquets que je vous envoye. J’ay remarqué qu’il nous arrive assez souvent de recevoir deux lettres à la fois. Je suis charmé d’apprendre par notre dernière que vous faites peu de cas des mauvais propos qui circulent aujourd’huy dans le publicq ; nous devons nous attendre que nous ne serons pas plus épargnés que les autres, il faut de nécessité que l’aristocratie expirante jette son dernier venin et le reste de ses mauvaises humeurs.

  • 7 La veille, 25 décembre 1790, Boisgelin a conseillé à Louis XVI de signer le décret du 27 novembre (...)

73 Vous voirez sous peu comment se conduiront nos aristocrates calotins. Le décret qui les oblige à prester leur serment nient d’estre accepté par le Roy, avant même le retour du courrier de la cour de Rome 7 . Je vous avois marqué dans une de mes lettres que j’attendois que leur serment auroit servi pour souhaiter une heureuse année à leurs paroissiens ; au moins je ne me seray pas trompé de beaucoup, car je crois qu’il y aura tout au plus une douzaine de jours de retard.

74 Les requêtes que j’ay reçues avant hier, tant de Linselles que celle de Roncq tendant à obtenir un décret de l’Assemblée Nationale relativement au tabac qu’on ne cesse à introduire dans le royaume par nos provinces, m’ont fait beaucoup de plaisir, particulièrement celle de Linselles qu’elle déclare positivement que les employés sont pour ainsi dire sans commission pour l’arrestation des tabacs venant de l’étranger. Cela confirme mes soupçons que j’avois, qu’une pareille quantité de tabac ne pouvoit pas estre au compte d’un particulier. J’ay convoqué aujourd’huy mes collègues, pour les instruire des faits. Nous sommes tous d’accord et nous croions que les ci-devant fermiers généraux sont parties intéressées dans ces tabacs, raison pourquoy les employés sont pour ainsi dire sans commissions.

75 Il sera fait, demain je crois, une représentation à l’Assemblée générale relative à cet objet, dont toutes les prises et saisies faites seront comprises, tant celle de Tourcoing que celles de Roncq et de Linselles et, s’il vous vient quelqu’un à information relativement à cette affaire, vous pouvez leur dire que nous prenons en très grande considération leurs intérêts et qu’en mon particulier, je les invite à continuer leur zèle à veiller aux intérêts de la Nation et qu’ils peuvent espérer que leur temps qu’ils y auront employé ne sera pas sans récompense.

  • 8 Cf. la lettre du 7 juillet 1789, sur l’évêque de Tournai.

76 Vous me faites part que l’évêque de Tournay 8 devoit envoyer un mandement à tous les curés qu’ils étoient de son ci-devant diocèse pour estre lu au prône le jour d’hier. S’il a encore l’estime qu’il avoit ci-devant pour les Français, j’aime à croire qu’il invitera tous les curés à se conformer aux décrets de l’Assemblée Nationale, mais comme le fanatisme a été la marotte de la Révolution Brabançonne, il pourroit estre qu’il pensasse autrement aujourd’huy.

77 Je viens de recevoir aujourd’huy toutes les pièces qui intéressent la succession que prétendent les héritiers de Mademoiselle GUAY en Amérique qui m’ont envoyées par le sieur COUVREUR, avocat à Lille, chargé de la poursuite de cette succession. J’ay eu l’occasion de les remettre de suite au sieur de la BARTE de Sainte Foy, celuy à qui ils ont confié leurs intérêts et qui doit retourner sous peu au sein de sa famille en Amérique.

78 Je vous ay prié de me faire parvenir, de suite ma lettre reçue, le nom de cet ancien militaire de Roncq. Je vous en ay donné la raison dans ma dernière. Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

79 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Le poutre

80 P.-S. J’avois omis de vous faire le souhait de la nouvelle année très heureuse. Je fais les mêmes souhaits à tous mes enfants et frères et sœurs, nièces et neveux et généralement à tous mes amis et particulièrement aux domestiques et ouvriers et que j’engage à prendre encore un peu de patience, qu’un meilleur temps n’est pas bien éloigné et que l’Assemblée Nationale ne manquera pas de chercher le moyen d’améliorer leur sort. Il y a déjà quinze millions qui seront répartis dans tous les départements et employés à procurer de l’ouvrage à chacun. Ce n’est pas cela seulement qu’ils doivent attendre des bienfaits de la Nation ; il doit se faire un rapport sous peu de jours, sitôt qu’il sera imprimé, je vous en envoyerai quelques exemplaires que vous pourrez distribuer pour en instruire la classe indigente. Ils connoitront pour lors combien ils devront bénir le Seigneur de cette nouvelle constitution. Ce que vous pouvez leur dire à cette nouvelle année.

81 N o 96 de Paris le 31 décembre 1790

82 Ma chère Amie,
Je ne doute pas que le sieur DESURMONT se sera fait un plaisir de vous rendre visite et en même temps vous remettre la montre qu’il a bien voulu se charger. Mais me faites part que votre intention n’est pas de la luy donner à cause de Catherine sa sœur, que vous luy avez refusé une croix de diamants comme étant encore trop jeune. J’approuve très fort votre conduite à cet égard car il faut éviter toute espèce de jalousie entre des enfants. Si j’étois connoisseur, je pourrais luy acheter une à Paris, je vous assure dans ce moment, elles sont à fort bon compte ; les dames de Paris n’en font plus d’usage depuis la Révolution et une grande partie les ont donné comme don patriotique et il se pourroit bien que le trésorier des dons patriotiques en a encore en dépôt dans ce moment, je pourroy m’en informer.

83 Suivant votre rapport, nos moutons seront peut-estre encore tout le mois de janvier sans être perfectionnés, car il faut toujours au moins trois semaines de nourritures en fèves battues pour qu’ils soient en état de supporter la route. Je voiray au premier moment de loisir le sieur MORSALINE, pour m’informer du prix du marché.

84 J’ay reçu hier une lettre de la municipalité de Tourcoing relativement à la saisie que la Garde Nationale a faite, ils se plaignent de la lenteur de la décision de cet objet ; ils ont raison je me plains comme eux ; j’ay encore été hier chez Monsieur COCHEREAU pour relever les pièces et procès-verbaux ; il m’a dit que le tout était encore chez le contrôleur des finances mais qu’il y aurait une décision aujourd’huy ou demain. Ainsy sitôt que j’en seroy informé, je vous donneroy avis de suite et si la Garde Nationale de Linselles se trouve trop faible pour arrêter les fraudes qu’ils passent continuellement, comme vous me le dites, ils doivent requérir les Gardes Nationales du voisinage et les employés et si ces derniers se refuseraient à remplir exactement leur devoir ils n’ont qu’à dresser un procès-verbal de leur refus et le faire parvenir de suite à l’Assemblée Nationale et dites leur de ne pas se relâcher à remplir leur devoir, car je crois qu’ils en seront grandement récompensés.

85 Vous me faites part que le curé a lu une lettre au prône, venant de l’évêque de Toumay. Si le procureur de la commune ne s’y est pas opposé, il n’a pas rempli son devoir et également les officiers municipaux. Ils doivent sçavoir qu’il est expressément défendu de recevoir aucune administration des ecclésiastiques étrangers au royaume. S’il vous étoit possible, je voudrois que vous me fassiez parvenir un exemplaire de ce mandement ou lettre.

86 Quant à l’achat d’un nouveau cheval, je ne sçaurois pas vous conseiller d’acheter à fort grand prix. Vous voiez que notre écurie ne s’entretient point fort bien depuis trois ans ; ainsy acheter un cheval d’un prix moyen et vendez de suite celuy que vous dites qui aurait de la peine à faire son service pour les mars *.

87 Je vous ay parlé que je craignois que les tourteaux * n’auroient point été empêchés de sortir cette année. C’est que LEMESRE m’a fait part que les districts du département n’avoient pas encore répondu à la pétition qui a été faite à cet égard. Il se pourrait bien que depuis son départ de Douay, que le directoire aura reçu les délibérations des districts et qu’il pourra porter un arrêté qui empêchera l’exportation à l’étranger.

88 Si on n’a pas encore traité définitivement l’article du tabac, c’est que cet objet sera compris dans le tarif des droits d’entrée pour les marchandises étrangères. Et quant à la culture je ne crois pas qu’il soit possible de ne pas la permettre par tout le royaume, car le peuple n’est plus disposé à recevoir des lois arbitraires.

89 Je vous prie de m’envoyer de la semence de tabac ; quand je l’auray distribuée à mes amis, j’auray des partisans de plus pour en décréter la libre culture.

90 Je vous souhaite une parfaite santé et une année très heureuse, je fais le même souhait à tous nos enfants et à tous nos frères et sœurs. Je vous prie de me servir d’organe pour leur souhaiter à ma place.

91 Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement, ma chère Amie

92 votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Janvier 1791

93 N o 97 de Paris le 3 janvier 1791

94 Madame et chère Épouse,
Je ne vous ay pas écrit à cause que j’ay été obligé d’employer une partie de la matinée à écrire à la municipalité de Tourcoing, pour leur communiquer que la saisie de tabac faite par la Garde Nationale du dit lieu étoient décidée, de même que la saisie faite par la Garde Nationale de Roncq et de Linselles et leur ay fait part que nous avions écrit à la municipalité de Linselles, comme étant plus voisine du grand dépôt qui se trouvoit à Wervick, en priant la municipalité du dit Linselles de leur communiquer copie de notre lettre, de même qu’à la municipalité de Roncq. J’aime à croire que tous les gardes nationaux de notre canton, auront lieu d’estre content du bénéfice qui leur est accordé, si le procès-verbal de la Garde Nationale de Linselles ce dernier portant quatre vingt deux mille et le premier cent quatre mille, sans y compter la petite saisie faite à Linselles. Ils recevront de ces deux saisies 37200-00. Voilà, je crois, de quoy à se fournir des armes et munitions, pour se défendre contre l’ennemi.

95 Et vous me faites part encore par votre dernière, qu’en allant charger les voitures du tabac de contrebande, qu’ils gardoient en dépôt, ils en ont encore saisi 60 mille, ce sera encore pour eux un objet de deux mille francs. Vous voirez ma chère Amie que tout le monde voudra se mettre dans la Garde Nationale, pour participer au bénéfice.

96 J’auray beaucoup à vous recommander de dire à mon frère Constantin, qu’il fasse part à son régiment de ne pas outrepasser ses pouvoirs et que la loy à cet égard est la même que peuvent avoir les employés, attendu qu’il n’en a pas encore d’autre de décrétées.

97 Je suis persuadé que la lettre que nous avons écrite à la municipalité de Linselles fera grand bruit dans le canton et surtout encore dans notre paroisse à cause qu’ils auront plus grande somme, attendu qu’ils étoient en plus grand nombre au moment de la saisie ; je serois curieux de sçavoir ce qu’ils feront d’un si grand butin, j’attends que vous m’en donniez des nouvelles à votre première.

98 Relativement au prix des moutons, je pourray vous en donner des nouvelles définitivement à ma première lettre ; je dois prendre le dîner mardy prochain avec Monsieur MORSALINE, à mon hôtel ordinaire à Paris, le sieur DUPAYE, commissaire des marchés est venu m’inviter de sa part, vendredi dernier ; je sçais que la marchandise n’est pas bien chère à présent. J’ay reçu avec satisfaction toutes les lettres que m’ont écrit tous mes enfants, j’ay reçu celle de Pierre-François la première jointe à celle de mon cousin Pierre-Joseph DESURMONT, nos collègues de pension.

99 Je vous prie de les embrasser tous pour moy et que je les invite tous à faire ce qui dépend d’eux à pouvoir profiter du peu de temps qu’il leur reste pour leur éducation.

100 Vous voirez par les journaux des débats et décrets, qu’il est accordé une prolongation aux communautés, pour rectifier leur désignation jusqu’au premier de mars prochain. La commune de Douay vient de réaliser sa commission qui est de huit millions ; la commune de Lille a fait beaucoup d’estimation, mais ils ne sont pas encore au point où ils doivent arriver. La commission de la commune de Lille est de dix huit millions ; vous voyez par les journaux que tous ces biens se vendent approchant le double de leurs estimations et avec cela c’est encore un quart moins que leur valeur. Je voudrois, ma chère Amie, dans ce moment avoir la valeur de notre petit domaine en assignats. Je crois que nous pourrions doubler approchant notre propriété et ce qu’il y a de plus fâcheux que nous n’avons rien dans notre voisinage qui soit à ma portée pour pouvoir réunir à notre exploitation ; mais comme mon frère de Reckem qui se plaint assez souvent de la conduite de son propriétaire à son égard, je crois que si j’étois à sa place, je commencerais par vendre mon patrimoine sur terre d’Empire et me procurer un bon marché sur terre de France. Il pourrait fort facilement se procurer un marché plus considérable que celuy qu’il occupe, avec le bien qu’il a à son propre, attendu la facilité qu’on a de douze ans pour compléter le payement.

  • 9 Jean-Baptiste Joseph Gobel (1727-1794), sacré évêque de Lydda in partibus (coadjuteur du prince-év (...)

101 Hier l’évêque de Lydda a presté son serment purement et simplement suivant le décret de l’Assemblée Nationale et accepté par le Roy et l’évêque de Clermont est monté à la tribune après luy et a voulu motiver une autre formule que celle prescrite par le décret de l’Assemblée 9  ; on l’a empêché de prononcer son discours comme étant attentatoire aux lois déjà décrétées ; je ne doute pas que cela pourra causer quelques rumeurs parmi le clergé et surtout encore dans notre province, vu le peu davantage qu’ils ont à la nouvelle constitution, il faudra cependant qu’ils y viennent ou abandonnent leurs postes, ils n’ont point d’autres moyens à prendre.

102 J’ay encore quatre pièces de toiles que vous m’avez fait parvenir dernièrement chez moy, je ne trouve pas à propos de les envoyer sans quelles me soient payées. Ce Monsieur DELABARRE pour qui elles sont destinées est venu trois fois depuis que je les ay reçues ; il me dit chaque fois qui les prendra, mais jusqu’à présent il ne m’a pas encore présenté à les payer ; je fais comme le Suisse : pas d’argent, pas de marchandises.

103 Je vous souhaite une parfaite santé et bon courage encore pour trois mois ou environs. Attendant cet heureux moment, je suis de tout mon cœur

104 ma chère Amie votre affectionné Mary,
P.-F. Lepoutre

105 N o 98 de Paris le 5 janvier 1791

106 Ma chère Épouse,
Je suis très assuré que vous estes bien informée des avantages que la Garde Nationale retirera des saisies faites des tabacs, sitôt la réception de notre lettre. L’aime à croire qu’ils auront de suite redoublé leur courage et peut-estre auront-ils encore formé de nouvelles saisies ; mais je vous prie que nos enfants ne se trouvent pas dans les saisies or que par une expresse nécessité ; vous sentez que cela seroit ridicule de les voir faire pour ainsy dire les fonctions de commis ; il faut éviter d’en parler en publicq parce que cela pourrait dégoûter les autres de faire leur devoir.

107 Quant aux hussards que vous me dites qu’ils viennent à Menin au nombre de quatre cents, je ne crois pas que cela puisse alarmer nos frontières. Le ne seray pas cependant sans en faire rapport au comité diplomatique parce que Monsieur DUPORTAL, ministre de la guerre, nous avoit certifié que l’Empereur n’auroit pas fait avancer ses troupes plus près des frontières que de deux lieues.

108 Le jour fatal vient de se passer hier, avec beaucoup de troubles relativement au serment des évêques de notre Assemblée. Ils ont voulu y joindre quelques restrictions relativement à la formule, ce que l’on a pas voulu accepter ; vous voirez par les journaux des débats et décrets, ce qui a été décrété à cet égard.

109 J’ay dîné hier avec Monsieur MORSALINE de Poissy ; le prix du bon mouton est à dix sous et le bœuf va bien à onze. Je suppose que vous n’envoyerez pas CASTELAIN avant la Chandeleur ; vous pourrez envoyer pour ce temps la moitié du troupeau et l’autre moitié pour les carnevailles qui est le 9 de mars ; au reste je ne peux pas vous dire positivement, que vous ne m’envoyerez que deux voyages. La vente pourra nous déterminer à en faire davantage.

110 J’envoyray par le courrier extraordinaire les deux dictionnaires des nouveaux mots que demandent nos enfants, il est très utile pour eux de sçavoir parfaitement la langue française, car aujourd’huy les talents sont préférés à l’argent.

111 Le sieur RENART, notre neveu, vient de m’écrire une lettre pour me souhaiter une bonne année et en même temps, il me marque l’état de misère où il se trouve de ne plus pouvoir soutenir son métier dans la ville et que son intention seroit de s’établir au village pour y vendre des épiceries et pour sçavoir s’il ne pourrait point encore travailler à son métier moyennant une permission de l’Assemblée Nationale ; c’est une chose qu’il n’est pas possible d’obtenir, parce qu’elle regarde la discipline des départements. Je n’ay aucun avis à luy donner en ce moment.

112 Je reviens encore à la charge du clergé ; je crois qu’il sera porté un décret pour que la nomination se fasse par tout le royaume par le même temps, pour remplacer ceux qui se refuseront à prester leur serment ; je ne serois pas trompé que le curé d’Annœullin ne soit du nombre des refusants car on en parle comme un des plus entiches aristocrate du quartier. Un autre moment me donnera plus de loisir de m’expliquer sur tous ces objets et tachez de me donne de vos nouvelles de suite relativement à la façon de penser des curés de nos environs.

113 Je vous souhaite une parfaite santé et suis très sincèrement

114 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

115 N o 99 de Paris le 11 janvier 1791

116 Ma chère Épouse,
[...]

117 Je suis flatté des bonnes intentions de mon frère Pierre-Joseph DELPUTTE. Je vous prie de luy en témoigner ma reconnaissance à la première occasion et vous luy direz que j’ay bonne envie de voir augmenter sa famille d’un enfant pour le temps que je seroy de retour. Mais quant à ce que son propriétaire luy a dit relativement aux craintes que nous devrions avoir des puissances voisines, c’est ce qui nous inquiète le moins et de plus son propriétaire est un pétrifié aristocrate.

118 Je réponds à présent à votre lettre en date du 7 que je reçois en ce moment. Vous me parlez que la ci-devant dame de Roncq voulait faire battre les cloches pour attrouper le peuple. Quel droit a cette citoyenne de commander plus qu’un autre dans cette paroisse en plus qu’aucun autre individu. Je crains bien que nos magistrats ne se glissent encore à une condescendance déplacée à l’égard de cette espèce d’être. Mais quant aux armoiries c’est que MM. de Roncq ont été au dessus des décrets de l’Assemblée. J’en suis fâché, je crains qu’ils disent que j’en ay été la cause. Cependant je leur ay dit de suivre l’esprit du décret à cet égard.

119 Le nom de cet ancien militaire J.-B. DEMANEY est enregistré aux pensions mais il n’y a encore rien de statué pour le prix qui pourra avoir. Le nombre des pensionnaires est si considérable qu’il pourra bien estre qu’il n’aura encore rien de sitôt.

  • 10 Lepoutre se trompe dans ses chiffres, ou bien il n’a pas compris que la formule proposée par Bonal (...)

120 Le serment que doivent prester les évêques, curés et autres fonctionnaires ecclésiastiques, causera un peu de changement dans toutes ces charges, car je ne doute pas que l’ambition d’un certain nombre d’évêques se refuseront à se soumettre à leurs devoirs. Nous avons cependant plus de deux tiers du clergé de notre assemblée qui ont presté leur serment et adhéré à la Constitution civile du clergé, et dimanche dernier il y a eu vingt sept ou vingt huit curés de Paris qu’ils ont fait leur serment en face de la municipalité et de leurs paroissiens. Et de huit curés qui sont députés de notre département, il y en a sept qui ont fait leur serment 10 .

  • 11 Le soir du 8 janvier 1791, Dumouchel, recteur de l’Université de Paris s’adresse à l’Assemblée pou (...)

121 Vous recevrez dans peu de jours des adresses d’adhésions des curés de campagne, qu’ils nous arrivent chaque jour. L’Université de Paris 11 a envoyé une députation samedy dernier à la sçéance du soir pour annoncer à l’Assemblée Nationale son entière adhésion aux décrets de l’Assemblée et notamment à la constitution civile du clergé et de soutenir de tout leur pouvoir la constitution décrétée par l’Assemblée, acceptée ou sanctionnée par le Roy.

122 [...]

123 Je vous souhaite une parfaite santé. Vous recevrez celle-ci deux jours plus tard que d ordinaire et cela à cause du retard des vôtres. Je suis très sincèrement, ma chère Épouse

124 votre affectionné Mary
P.-F. Le poutre

125[La lettre No 100 du 13 janvier 1791 n’a pas été publiée]

126 N o 101 de Paris le 16 janvier 1791

127 Ma chère Épouse,
je ne vous envoye par ce courrier que les deux feuilles comme d’ordinaire. Je n’ay pas pu trouver le temps de me rendre chez le sieur DESANNE, rédacteur de la dite feuille, mais pour demain les paquets seront mis à la poste. Je les adresseray au sieur FRANCHOMME, comme je vous ay marqué ; cela vous donnera moins d’embarras ; et ces Messieurs auront occasion d’envoyer un domestique chaque dimanche pour la relever.

128 Je vous avoye promis de vous faire parvenir plusieurs adresses d’adhésions des braves curés de campagne, mais notre imprimeur ne peut suffire pour nous fournir tout ce que nous lui ordonnons d’imprimer.

129 Aujourd’huy, les curés de Paris qui n’avoyent point encore fait leur serment doivent le faire. Ceux qui s’y refuseront seront de suite dépourvus de toute fonction. Ceux de notre province qui sont disposés d’adhérer à la Constitution civile du Clergé pourront le faire aujourd’huy aussi, mais ils peuvent différer encore jusqu’à dimanche prochain. Je serois curieux de sçavoir si les abbés ROUZE s’y conformeront ; vous connaissez comme moy combien leur père et mère sont antipatriotes, mais il pourra arriver qu’étant parfaitement instruits qu’il n’y a rien de contraire à la religion, cela pourra les détacher de la cabale et se joindre à ceux qu’ils remplissent exactement leur devoir. J’attends de vos nouvelles sur cet article aussi tôt que vous pourrez.

130 Il s’élève une difficulté relativement à la saisie du tabac. J’ay reçu hier le soir une lettre de Monsieur COCHEREAU lequel me mande que les fermiers généraux voudraient que l’Assemblée Nationale portasse un décret par lequel il soit statué la conduite qu’ils doivent tenir à l’égard des tabacs de contrebande qui seront saisis entrant dans le royaume. Comme l’Assemblée Nationale a laissé subsister jusqu’à présent dans toute leur force les règlements relatifs au tabac et notamment la déclaration du Roy du 4 may 1749, qui impose un droit de 30 sols par livre de tabac étranger à toutes les entrées du royaume et ordonne que les tabacs introduits en fraude de ce droit demeurent confisqués au profit de l’adjudicataire.

131 Mais je sçais aussi que l’usage etoit que quand les employés de la ferme faisoient des saisies, on faisoit vingt quatre portions, il en avait quatre au profit du Roy et alors dix portions au saisissant. J’ay été hier chez Monsieur DONAZAN, ancien fermier général de la Flandre, C c’est luy qui m’a instruit de cette gouverne.

132 Nous devions écrire aujourd’huy aux Gardes Nationales de Linselles, Tourcoing et Roncq ; peut-être serons nous obligés d’attendre encore quelques jours, à cause qu’il faudra, comme je crois, attendre une décision de l’Assemblée Nationale.

133 Je vous fait part qu’il tombe de la pluie à Paris tous les jours depuis les roys et je suppose que c’est de même chez nous.

134 Je suis très sincèrement ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

135 P.-S. Je crois que je sortiray toutes les toiles par commission sous peu de jours ou je pourray les vendre au sieur CRETAL, domestique de Monsieur SCHEPPERS et à trois de ses compagnons dont deux sont d’Halluin, un nommé LIBERT et l’autre DAVERUE et DANSETTE, fils du maréchal.

136 N o 102 de Paris le 18 janvier 1791

137 Ma chère Amie,
[...]

  • 12 Le cardinal François-Joachim de Bernis (1715-1794), archevêque d’Albi, représentant de la France à (...)

138 Le cardinal BERNIS 12 vient d’envoyer une lettre à Monsieur de MONTMORIN, ministre des affaires étrangères, par la quelle il luy dit que le Pape avoit assemblé ses cardinaux, relativement à la Constitution civile du Clergé de France. Les cardinaux ne se sont pas trouve de l’avis du saint Père. Alors, il a fait assembler les théologiens, ces derniers luy ont dit que l’Assemblée Nationale de France n’avoit en rien outrepassé ses pouvoirs et qu’elle n’avoit en rien touché au dogme de notre sainte religion. Cela rassure les consciences timorées et fera taire nos fanatiques intéressés.

139 Dimanche prochain ce sera le jour que nos curés devront se conformer au décret de l’Assemblée Nationale et accepté par le Roy relativement à leur serment. Si les habitants de Paris font comme ceux de chez nous, ils ne souffriront pas que les curés montent en chaire s’ils se refusent au serment.

140 J’ay mis aujourd’huy à la poste la collection des Feuilles Villageoises pour les sieurs DEWATTE du Cateau, je les ay adressées au sieur FRANCHOMME, comme je vous en ay fait part.

  • 13 Camille Desmoulins (1760 - exécuté 1794), rédacteur des Révolutions de France et de Brabant (1789- (...)

141 Vous trouverez la Révolution de Brabant, ouvrage de Camille DESMOULIN. Vous voirez comme il arrange nos aristocrates calotins 13 .

  • 14 Le député de Douai était avocat mais il était issu d’une famille de grand fermier et il est effect (...)

142 Monsieur MERLIN est de retour. Il est venu à Douay pour faire l’acquisition de la ferme de sa mère pour luy ou pour sa famille. C’est nn marché de quatre charrues au village d’Arleu14

143 Je suis fâché de n’estre point chez nous en ce moment, je crois que je trouveray moyen de nous procurer un marché comme les autres, car on dit qui se vendent à très bon marché. C’est pourquoy je conseille à mon frère de Redcem de se donner la peine de veiller à son profit qui est d’acheter un marché sans s’arrêter aux dires scrupuleux des prêtres.

144 Je vous souhaite une parfaite santé et suis très sincèrement

145 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

146 N o 103 de Paris le 21 janvier 1791

147 Ma chère Épouse,
Je crois qu’il y a du dérangement pour ce moment dans la poste aux lettres, je n’ay pas reçu de vos nouvelles depuis le 14 du courant et ordinairement, j’en reçois tous les trois jours au plus tard.

148 Vous trouverez cy-inclus plusieurs brochures ou projets qu’ils vous amuseront et surtout celle qui porte pour titre « La légitimité du serment civique », ouvrage d’un professeur en théologie qu’il a enseigné et professé pendant plus de trente ans. Vous y remarquerez qu’il n’y a que du caprice de la part du clergé en ce qui se refuse à prester le serment. Aujourd’huy le curé de Saint Roch qui est ma paroisse, demande dit-on, de se présenter à la barre de l’Assemblée Nationale, pour obtenir à pouvoir prester son serment avec tout son clergé. Je ne crois pas qui luy sera accordé et cela parce qu’il avoit marqué trop d’obstination et de plus l’Assemblée ne croit plus se mollir sur aucun de ses décrets.

149 Je vous avois marqué dans ma dernière que si le curé de Linselles se refuseroit au serment qu’il auroit été bien fait qu’on l’eut empêché de monter en chaire, comme ont fait les habitants de Paris à tous ceux qui s’y sont refusé et cela c’est qui ne font pas autre chose que de mettre l’alarme dans les consciences timorées.

150 Il a paru un faux bref du Pape dans plusieurs départements. Je ne doute pas qu’il aura parvenu jusqu’à chez nous. Il a été décrété que le Roy sera prié de donner des ordres, pour en poursuivre l’auteur.

151 Je suis très sincèrement, ma chère Épouse votre affectionné Mary

152 P.-F. Lepoutre

153[La lettre No 104 du 22 janvier 1791 n’a pas été publiée]

154 N o 105 de Paris le 25 janvier 1791

155 Ma chère Épouse,
La lettre dont j’ay reçu hier le soir en date du 21 courant, ne me marque pas encore la réception de la lettre que nous avons fait parvenir aux officiers municipaux pour estre communiquée aux Gardes Nationales de Linselles pour leur gouverne, relativement aux saisies de tabac qu’ils pourraient faire.

  • 15 Les droits sur l’Alsace avaient été cédés à la France lors du traité de Westphalie (1648), mais la (...)

156 Les ennemis de la liberté cherchent encore à mettre trouble dans nos affaires politiques, mais cela sera comme à l’ordinaire une vaine tentative pour eux. Ils croient qu’au moyen de se réunir aux petits princes d’Allemagne qu’ils ont des possessions dans l’Alsace 15 et qui se croient lésés par la suppression des droits féodaux, pouvoir former une armée suffisante pour tenter une entreprise sur nos frontières par cette province et cela à cause qu’ils espèrent trouver ce peuple très disposés à leur donner main, à raison que les habitants des campagnes sont très disposés pour la culture du tabac et que jusqu’à présent on les a toujours persuadés qu’ils auroient été privés de cette culture, mais tout contraire il sera porté sous peu de jours un décret qui permettra cette culture libre par tout le royaume, ainsy premier point de contentement pour cette province et pour la notre.

157 Et quant aux troupes qui se trouvent actuellement dans le Brabant, elles se montent diton à quatre vingt mille, eh bien, pour faire face à cette armée, nous aurons sur pied avant la fin de février une armée de troupes de ligne de deux cent cinquante mille hommes, sans y comprendre rien de notre Garde Nationale ; donc on pourra former une armée de volontaires de quatre à cinq cent mille hommes, qui seront toujours prêts à défendre nos foyers à la première réquisition. Cette précaution prudente pourra en imposer à nos ennemis du dehors comme on a fait à l’égard des Anglais, en décrétant l’armement de quarante vaisseaux de ligne.

158 Un autre objet qui leur fait encore espérer de pouvoir porter du trouble, c’est le refus que font un grand nombre des évêques de France à prester le serment civique et comme il pourra arriver qu’un certain nombre de curés ne manqueront pas de porter du côté des évêques et par ce moyen attirer à eux une partie du peuple, sous le voile qu’on veut porter atteinte à notre Sainte Religion.

159 Je crois que ce deuxième objet tournera à leur désavantage, comme le premier ; on commencera par faire nommer dans chaque département des évêques par les électeurs pour remplacer ceux qui se seront refusés à prester leur serment, cet article ne va pas souffrir grande difficulté parce qu’un grand nombre d’entre eux n’étoient pas trop voulus par leurs diocésains et vous voyerez qu’il se fera de même à l’égard des curés, ainsi j’espère que nous parviendrons au but tant désiré pour lequel il y a si longtemps que nous travaillons, qui est de rétablir l’ordre dans ce vaste empire et en rendre le peuple heureux.

160 Vous me parlez, ma chère Amie, qu’il fait beaucoup de pluie dans notre province ; il en a fait ici une telle abondance, que la Seine a débordé dans plusieurs quartiers de Paris, jusqu’au point qu’il y avait plusieurs rues qui se trouvaient couvertes d’eaux ; mon baromètre a descendu au point de 1 768 qui est un degré au dessous de la grande tempête.

161 Je vous envoye deux assignats portant ensemble cinq cent livres. J’en ay remis au sieur WATTEL de Tourcoing pour mon cousin DESURMONT, pour quatre cent livres, provenant des ventes faites des toiles à son particulier. Ce que je vous fait parvenir est de mon traitement. Je me trouve quelquefois avec fort peu d’argent et surtout en ce moment. En vous faisant parvenir de temps à autres quelque petite somme, je tacheray toujours de me tirer d’embarras, mais je voudrois que vous teniez note de tout ce que je vous envoye parce que je devroy vous faire compte des toiles que vous avez en commun avec mon cousin DESURMONT, de manière que de la quantité de vingt deux pièces que vous aviez, il n’y a que sept de vendues, ainsy il y a encore quinze pièces en commun. Je vous avois parlé que CRETAL auroit pu prendre le marché avec des compagnons, la chose n’a pas réussi.

162 La conduite que tient la municipalité de Wervick est tout à fait irrégulière, parce qu’ils doivent sçavoir ce qui est statué par l’ordonnance de 1 749, par l’arrêt du Conseil à l’égard du tabac reconnu estre de contrebande introduit en France. Je crains bien que ces saisies produisent une inimitié irréconciliable entre les paroisses de Wervicq et celles voisines et il ne faut que deux ou trois sujets comme il s’en trouve pour mettre le trouble dans cette communauté. La lettre du cousin SEYNAVE, que vous m’avez envoyée, m’occasionnera encore quelques démarches. Je me concerteray avec mes collègues sur ce sujet.

163 Nous venons d’envoyer une réclamation au commissaire du Roy de hâter autant qu’il est en son pouvoir la vente des biens du Clergé. Je crois que c’est le meilleur moyen de porter le calme dans notre province, quand il y aura pour une vingtaine de millions de biens nationaux de vendu, pour lors, ils se mettront dans l’idée que ces biens peuvent se vendre.

164 Je vous prie de faire mes compliments, par mon frère Constantin à ces Messieurs de la Garde Nationale, que je les invite à faire bien leur devoir et à ne pas manquer de fermeté et à ne pas outrepasser leurs pouvoirs.

165 Je vous souhaite une parfaite santé et je vous prie de ne pas m’oublier dans vos intentions.

166 Je suis très sincèrement votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

167 P.-S. Je crois me rendre mardy prochain à Sceaux pour voir le marche, peut-estre qu’à votre première, vous me marquerez le temps que CASTELAIN pourra se mettre en route et avec quelle quantité il partira.

168 N o 106 de Paris le 27 janvier 1791

169 Ma chère Épouse,
[...]

170 On dit en terme de chez nous qu’il n’y a rien de plus difficile à écorcher que la queue, eh bien il en est de même de nos opérations. L’obligation du serment de la part des fonctionnaires ecclésiastiques fait beaucoup de bruit mais cela finira d’ici à quinze jours ou trois semaines. Monsieur LEMESRE d’Houplines me marque qu’il y en aura plus de la moitié qui se refuseront, mais je crois quand ils auront vu un imprimé qui se trouve chez le sieur DANIEL, beau-fils de M. SCHEPPERS, que cet écrit leur ouvrira les yeux. J’ay prié Monsieur SCHEPPERS de faire sçavoir à son beau-fils d’en envoyer dans toutes les paroisses de notre district, par les facteurs de la petite poste. Ce Monsieur l’abbé PAUPELAIGNE est suffisant luy seul pour ramener tous les esprits de Tourcoing et de Roubaix et cependant c’est un de ceux qui perd le plus de la Révolution. Et je ne serais pas trompé que le peuple de son département ne porte ses vues sur luy, si l’évêque de ce département se refuse au serment.

171 J’espère que vous aurez reçu ma précédente lettre dans laquelle j’avois inséré deux assignats, un de deux cents livres et un de trois cent. Je pourray peut-estre vendre un peu plus facilement les toiles vu la grande augmentation qu’il y a sur les droits d’entrée.

172 Je vous souhaite une parfaite santé et j’espère le moment de voir finir nos travaux ; l’article du tabac doit se décréter demain ou après-demain.

173 Attendant vos nouvelles, je suis sincèrement

174 ma chère Épouse, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

175[La lettre No 107 du 30 janvier 1791 n’a pas été publiée]

Février 1791

176 N o 108 de Paris le 1 février 1791

177 [...]

  • 16 Les taux d’assermentés au cours de l’année 1791 sont : Côte d’Or, 62 % ; Marne, 69 % et Haute-Marn (...)
  • 17 En Août 1790, le Club des Monarchiens ou Club des Amis de la Constitution monarchique, est fondé p (...)

178 Je vous envoye plusieurs journaux imprimés qui serviront à rassurer les consciences troublées ; je ne peux pas concevoir que des gens éclairés peuvent se refuser d’adhérer à une chose qui ne regarde que purement le civil. Dans la province de la cy-devant Bourgoigne, il n’y aura que cinq à six qui se refusent à prester le serment exigé, il en est de même dans la Champagne et dans la majeure partie du royaume 16 . Ceux qui se refusent, je crois qu’ils espèrent encore une contre-révolution ; il n’est pas douteux qu’ils étoient instruits de la sourde menée que le club des Amis de la monarchie 17 ont cru de faire éclore, mais je crois que la providence surveille pour nous, car ils n’ont pas pu jusqu’à présent réussir dans aucune entreprise.

179 Lisez Camille DESMOULIN, vous voirez comme tout le monde est surveillant à observer ces antropophages, mais lisez avec attention.

180 Je vous renvoye les procès-verbaux des Gardes Nationaux, comme vous me l’avez demandé, mais je crois qu’ils ne leur seront plus nécessaires ; ils ont reçu sans doute, une dernière lettre que nous avons séparée aux officiers municipaux de Linselles, accompagnée d’une lettre de Monsieur DELZAN, qu’il leur annonce les ordres qu’il a donné à Monsieur de LA SERRE, moyennant que les tabacs soient déclarés légalement saisis.

  • 18 Cf. la lettre du 3 avril 1790 sur la ferme du tabac. Mirabeau n’était pas en faveur de la suppress (...)

181 On doit décider définitivement l’article du tabac vendredy prochain. Vous aurez remarqué le projet de décret qu’a présenté Monsieur de MIRABEAU 18 , qu’il ne vaut rien du tout pour notre province, malgré l’indemnité qu’on projette d’accorder. Une indemnité de cette espèce ne peut pas se borner à dix francs de l’arpent de décharge à ceux qui étoient d’usage à faire cette culture ; quant à mon particulier et aux occupeurs de notre contenu d’exploitation, il n’y auroit point d’intérêts que cette culture soit supprimée, mais pour les petits occupeurs de trois à six bonniers, cela leur causeroit un tort considérable.

182 Voilà huit mois que cet article a été proposé et a toujours été ajourné. Le droit établi pour l’entrée des toiles étrangères est porté, comme vous avez vu à 70 livres le quintal ; aujourd’huy on réclame fortement sur cette erreur. Nous avons fait tout ce qui nous a été possible pour que ces droits ne fassent pas au dessus de trente livres, tel que le comité l’avoit proposé. L’intérêt du royaume n’a pas été assez considéré dans ce décret.

183 En vous parlant de l’article des toiles, ma foy, je suis disposé à les mettre en commission, je vois que la commande n’augmente pas et au surplus il faut convenir que mon magasin ne parait pas à ceux qui passent sur la rue.

184 Il y a lieu d’espérer que nous n’aurons pas un rude hiver cette année ; nous voilà au commencement de février et nous n’avons pour ainsy dire pas encore eu de gelées, je me figure voir les colzas quelques fois et il me semble qu’ils ont un bourgeon d’un demi pied, car ils n’ont pour ainsy dire pas souffert de retard de croissance, depuis leur plantation.

185 Je désire que vous profitiez de la belle saison qui va reparoitre pour nous deux car je ne crois pas que je pourray en profiter que très peu cette fois.

186 Je vous souhaite une pareille santé et je désire de plus fréquentes nouvelles s’il vous est possible, en attendant je suis très sincèrement

187 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

188 P.-S. J’ay beaucoup d’assignats à envoyer à Tourcoing, tant au cousin DESURMONT qu’aux deux DESURMONT, ses cousins. Je voudrois pouvoir leur envoyer des assignats de cinquante francs, mais j’ay de la peine à pouvoir trouver à changer pour de gros assignats. Si ce seroit des billets de la caisse d’escompte, on a aucune difficulté ; il ne faut pas qu’ils soient endosses de promesses d’assignats, il faut qu’ils soient véritables billets de la caisse.

189 N o 109 de Paris le 3 février 1791

190 Ma chère Épouse,
Je vous ay marqué dans ma lettre d’hier que vous auriez trouvé inclus dans le paquet les procès-verbaux que Messieurs de la Garde Nationale avoient eu la confiance de me faire parvenir. Comme j’avois remis deux de ces procès-verbaux à Monsieur d’ELBHECQ et il a manqué par oubli de me les remettre hier pour les insérer dans mon paquet. Je m’empresse de vous les envoyer aujourd’huy pour que le retard ne cause aucun préjudice à nos chers frères d’armes.

191 Je vous prie, ma chère Amie, quand vous aurez lu à votre apaisement les deux imprimés que je vous ay envoyés de les faire passer à quelqu'un que vous aurez confiance, pour que ces ouvrages soient lus dans les assemblées et même en publicq, pour que le peuple soit instruit de la vérité des principes de l’Assemblée Nationale. Je ne doute pas qu'il y aura beaucoup d'amateurs de voir cet ouvrage. Eh bien, donnez m’en avis ; je vous en feray parvenir pour vous en distribuer aux paroissiens voisins, dut-il m’en coûter un louis. Je désire que le peuple soit relevé de l’ignorance que le Clergé le plonge en leur prêchant sans discontinuer que nous avons porté atteinte à notre sainte religion.

  • 19 Il s’agit du massacre des Protestants sous Charles IX dans la nuit du 24 août 1572. Sans doute ord (...)

192 J’ay appris hier que les curés de notre district se sont coalisés et ont signé de ne pas se soumettre aux lois de l’État et ont remis cet acte de refus à l’évêque de Toumay. Leur conduite, si cela est vray, ne tend rien moins qu’à une guerre civile de leur part et il pourra se faire qu’ils auront assez de lâcheté pour abandonner le troupeau qui leur a été confié et cela pour un motif d’ambition et d’intérêt et ils ne craignent de dire que c’est la religion qui les empêche de se soumettre aux lois. Je vous assure qu’ils cherchent à faire couler du sang, mais qu’ils ne se trompent point, car ce sera le leur qu’on fera couler le premier ; on se rappelle encore la Saint Barthélémy 19 qui voudraient peut-estre renouveler.

193 Tachez de me comprendre, je suis ce matin à peu près comme le père DUCHESNE bougrement en colère.

194 Je vous souhaite une parfaite santé et beaucoup de fermeté pour parer aux coups que nos prêtres veulent nous porter. Je suis très sincèrement

195 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Le poutre

196 P.-S. Je viens d’apprendre dans ce moment que nous croyons gagner notre cause relativement à la plantation du tabac et j’apprends aussy que le doyen de Templeuve en Peuvelle annonce hautement qu’il ne prestera pas le serment civique que la loy exige des ecclésiastiques fonctionnaires publicqs. Mais le peuple de ce canton n’est pas disposé à estre dupe de sa protestation. Je crois que dimanche prochain, je me trouveray forcé de n’envoyer que le dernier procès-verbal à cause que Monsieur d’ELBHECQ n’est pas encore arrivé à l’Assemblée.

197 Vous préviendrez ces Messieurs que je manqueray pas de les renvoyer sitôt qu’ils me seront remis.

198 N o 110 de Paris le 6 février 1791

199 Ma chère Épouse,
[...]

200 J’attends avec impatience de voir arriver Pierre CASTELAIN suivant le rapport que vous me faites, il aura une troupe de moutons de la première qualité ; eh bien j’espère que nous profiterons un peu sur cette première troupe si le prix du mouton ne diminue pas. J’aurois été charmé que son dernier achat aurait été fait chez le sieur LEMESRE d’Houplines, mais je sçais que vous avez reçu ma lettre trop tard. J’ay marqué au sieur LEMESRE que s’il tient encore ses moutons un bon trois semaines, que je pourrois pour lors en prendre soixante à quatre vingt moyennant à convenir du prix, je pourroy en temps vous donner des nouvelles et vous pourriez y envoyer Antoine CASTELAIN pour en faire l’achat.

201 Vous trouverez les procès-verbaux des Messieurs de la Garde Nationale de Linselles et celuy dressé par le brigadier de Roncq, je crois vous l’avoir envoyé dans le paquet précédent.

202 Vous aurez assurément reçu les deux imprimés relativement au Clergé. Je vous prie de les faire circuler pour instruire le peuple ; il n’y a pour ainsi dire que le clergé de notre département qui se montre réfractaire aux lois, ils croient encore à une contre-révolution pour reprendre leurs anciennes routines. Je viens d’apprendre que le curé d’Annoeullin est un des plus entichés du quartier dans son opinion ; j’en suis fâché, mais il fera ce qu’il pourra. Quant à moy, je n’y vois qu’un pur caprice et ambition de leur part.

203 Je vous donne avis que nous aurons, je crois, la plantation libre du tabac et que nous pourrons se passer de cet impôt. Cet objet est encore ajourné jusqu’à ce que le comité’ des finances eut fait son rapport sur tous les besoins de l’État ; alors le comité des impositions pourra voir si il pourra prononcer l’abolition en entier de la ferme du tabac ; il est à croire que cette denrée augmentera sitôt que le décret sera porté.

204 Je vous souhaite une parfaite santé et je vous prie d’embrasser mes enfants pour moy. Je me recommande toujours à leurs intentions de même qu’à la votre. Je suis sincèrement

205 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Le poutre

206 N o 111 de Paris le 7 février 1791

207 Ma chère Amie,
Le retard que vous avez mis à faire partir les moutons nous sera avantageux, j’espère, le baromètre est monté près du beau temps et il est très certain que quand des moutons sont pris de mauvais temps les premiers jours de leur route cela leur cause plus de tort que sur la fin. Et quant à moy j’auray moins de démarches à faire pour me rendre à Sceaux, vu qu’il n’y a que deux petites lieues de Paris au lieu qu’il y en a six jusqu’à Poissy. Et suivant votre rapport de la bonne qualité de la troupe de moutons que vous faites partir, on peut croire de profiter au moins huit francs par couple, si la marchandise ne diminue pas de prix.

208 Il me paraît d’après ce que vous me dites que les curés et vicaires de nos environs commencent un peu à chanceler relativement au serment qu’ils doivent prester, je suis bien charmé que l’imprimé qui a pour titre : « Réfutation des déclarations épiscopales » a paru chez nous un moment avant le temps fixé du serment et je ne doute pas que le cousin SEYNAVE se sera fait un devoir de faire connoitre aux habitants de Linselles, que si nos fonctionnaires ecclésiastiques se refusent à prester leur serment, ils n’auront plus pour motif à dire que l’on a porté atteinte à la religion. Et s’ils disent pour prétexte que la Constitution n’est pas encore achevée, ils doivent sçavoir que leur serment ne porte que sur la constitution actuelle du clergé et non sur ce qu’il pourroit s’opérer à l’advenir. Au reste, je crois que nous avons au moins autant de religion que ceux qui nous prêchent la morale. Je désire cependant ma chère Amie, que le nombre des refusants ne soit pas grand, car ce pourroit faire croire aux esprits faibles que ce qu’a fait l’Assemblée Nationale va nous conduire à l’hérésie.

209 La nomination des curés de Paris vient de se terminer hier, il y en avoit encore trois à remplacer et cela se fait sans aucun trouble. Nos travaux avancent assez bien dans ce moment. Nous avons comme président Monsieur de MIRABEAU, comme vous avez pu remarquer par les journaux et je crois qu’on auroit de la peine à trouver dans toute la Flandre un pareil génie politique. C’est le fléau des aristocrates et j’aime à croire malgré tout ce qu’on a pu dire de luy jusqu’à ce jour qu’il sera nommé encore plus d’une fois à la place de Président.

210 Vous recevrez sous peu de jours, le rapport fait par le comité des finances, vous y remarquerez combien le peuple doit estre content de la Révolution. Nous aurons pour l’année 1791 cent soixante quinze millions de moins à payer que les années précédentes, sans y comprendre ce que payeront les privilégiés à la décharge des taillables ordinaires.

211 Relativement aux assignats, j’ay fait comme vous, ma chère, je n’en ay pas tenu mémoire. Mais quant à la vente de toiles que j’ay fait pour mon cousin DESURMONT, j’ay tout marqué de même que l’agent que je luy ay fait parvenir. Je crois que je n’auray point d’embarras à luy rendre compte.

212 La garde volontaire de nos environs aura porté la terreur dans Wervicq, quand ils se sont rendus pour faire visite. Je ne suis pas fâché de ce qu’ils ne sont pas entrés dans les domiciles. Nous aurons demain ou après-demain un décret définitif sur l’objet du tabac et je crois qu’ils enchériront à cause qu’ils pourront circuler par tout le royaume comme d’autres marchandises. Vous en serez une des premières instruites sitôt que le décret sera porté. Je le feray parvenir de suite.

213 J’espère l’arrivée de Pierre CASTELAIN, sa conversation me désennuiera, pour un moment. Il aura sans doute bien des choses à me dire, surtout de l’état et situation de votre santé et j’espère qui m’en donnera de bonnes nouvelles.

214 Attendant ce moment, je suis très sincèrement

215 ma chère Amie, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

216 N o 112 de Paris le 11 février 1791

217 Ma chère Épouse,
Votre lettre en date du 7 courant me fait croire que les curés de notre canton n’ont pas presté serment. Je suis fâché mais je ne peux pas concevoir comment des gens instruits se laissent induire en erreur par les avis d’une troupe de contre-révolutionnaires, qui sont de grands vicaires. Je voudrois bien sçavoir comment l’évêque de Tournay va donner à vivre à tous ces vicaires de notre district, qui vont se trouver sans place d’icy quelques jours, qu’ils se sont laissé tromper par luy ou son conseil. Quant aux curés ce n’est pas l’embarras, ils auront encore cinq cents francs de démission, mais quant aux vicaires, ils n’ont rien statué sur leur sort. Je ne crois pas que Monsieur l’évêque de Toumay soit bien à même de leur procurer de quoy vivre.

218 Ils font circuler, me dites-vous, qu’ils ont encore deux mois pour se déterminer. Ils cherchent encore à tromper le peuple, car leur temps doit estre fini dimanche dernier, il est accordé huit jours après la publication du décret, vous devez avoir observé cela dans les journaux des décrets. Je doute pas que le petit curé de Bousbecque croit encore à une contre-révolution et c’est, je pense, ce qu’il désire de voir couler le sang, cela ne leur seroit pas aussi alarmant que de perdre une portion de leurs bénéfices.

219 Vous paroissez, ma chère Amie, avoir de l’inquiétude sur l’objet du tabac, cependant je vous avois marqué dans une de mes lettres, que nous ne devions plus appréhender sur cet article que le fait n’étoit pas encore décrété, mais je croyois la plantation libre par tout le royaume. Vous me dites aussi qu’il pourroit valoir mieux que je n’eus jamais vu Paris ; mais vous ne me donnez pas le motif pourquoy, si c’est par rapport au tabac, ce n’est rien, parce que le calme sera bientôt rétabli sur cet objet, mais au contraire si c’est sur la religion qu’on voulusse inculper l’Assemblée Nationale, en voulant faire croire qu’on a porté atteinte au dogme du culte divin, une pareille erreur pounoit bien durer dans les esprits faibles à cause qu’ils verront le peuple nommer leurs évêques et leurs curés, ce qui s’est pratiqué peut-estre pendant dix siècles, mais que le despotisme du Clergé avoit envahi ce droit et aucune puissance n’a jamais pu jusqu’à ce jour rétablir l’ordre et corriger les abus qui s’étoient glissés dans l’ordre du Clergé de France. Ce qu’il y a encore de bien singulier à observer, il n’y avoit pas un curé cy-devant qui ne portoit plainte contre son évêque et aujourd’huy, qu’on vient d’améliorer leur sort ils prennent le parti de leurs oppresseurs.

220 Vous trouverez dans la Feuille Villageoise une lettre d’un curé qui répond à son neveu, à raison de l’invitation que ce dernier luy faisoit de prester son serment. Je la regarde pouvoir estre du curé d’Annoeullin, le Père Augustin CUVELLE.

221 Je vous engage de ne point vous alarmer sur le sort des curés ni des autres prestres, d’icy à trois semaines vous voirez le calme se rétablir que le ci-devant archevêque de Cambrai aura presté son serment ou refusé, vous voirez de suite assembler les électeurs, pour nommer un évêque si ce dernier refuse il sera procédé de suite à la nomination des curés.

222 La lettre que j’ay trouvé inclus dans la votre venant du cousin SEYNAVE est des plus alarmante, au sujet des habitants de Wervicq, je vous avois marqué que je craignois une désunion entre ces habitants et les paroisses voisines et mes doutes me paraissent se confirmer ; vous direz au cousin SEYNAVE que je ne peux pas répondre aujourd’huy à sa lettre, qu’il faut avant se concerter avec mes collègues pour nous prendre des arrangements à cet égard.

223 Je viens de recevoir encore une lettre de change de Monsieur DESURMONT sur le marché de la somme de six cents livres à recevoir dans peu de jours. Je luy ay mis avant-hier pour cinq cents livres de petits assignats dans le paquet de son cousin DESURMONT, de manière qu’il aura reçu, y compris 700 livres de son frère, la somme de 3 500 livres qui est le parfait de tout et que j’avois reçu pour luy.

224 Je vous souhaite une parfaite santé et suis très sincèrement

225 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

226 N o 113 de Paris le 14 février 1791

227 Ma chère Épouse,
J’ay trouvé inclus dans votre lettre du 11 courant [n. p.] deux assignats valeur ensemble 300 livres ; je pourray vous envoyer de petits assignats de cinquante francs en échange, dans le paquet que je vous feray parvenir.

228 Je suis charmé d’apprendre que Pierre CASTELAIN aura une occasion pour reconduire ses clients ; pour lors il pourra rester à Paris pour attendre le jour du départ de la diligence, qui sera le mercredi après son marché ; mais vous me dites qu’il a été obligé d’en laisser trois sur Lille, s’il n’a pas d’autre défaut que celuy d’être trop gras, ce n’est point un mal et s’il n’a pas de plus mauvais temps dans notre province qu’il ne fait à Paris depuis huit jours, sa route ne sera pas mauvaise.

229 Suivant le rapport que vous me faites que tout va bien avec nos chevaux, il me paroit que vous estes d’intention d’acheter de préférence un jeune cheval. Il est toujours certain que le jeune est préféré pour autant que vous n’apercevrez qu’il n’y a plus rien à craindre pour notre écurie. Ainsy je n’attends que vous m’annoncerez à votre première que vous aurez acheté celuy que mon frère a vu dernier.

230 Je me hâte de vous écrire de suite pour vous faire parvenir le décret relativement aux tabacs ; je crois que nos habitants des campagnes seront bien satisfaits, la fabrique étant rendue libre par tout le royaume et la régie nationale assujettie au même droit de vingt cinq livres du quintal du tabac importé dans le royaume, venant de l’Amérique, de manière que le commerce aura les mêmes avantages que la régie, ainsy je crois pouvoir vous annoncer que les tabacs augmenteront suivant mon opinion et je vous conseille de recommencer votre marché avec vos entrepreneurs, vous pourrez vous concerter avec mon frère Constantin, si vous continuerez d’en mettre sur une terre ou bien sur une autre.

  • 20 En février 1791, le Morbihan est en effervescence car les habitants prennent le parti du clergé ré (...)

231 Le comité a fait un rapport hier, que vous trouverez les décrets dans le journal, relativement à trois évêques dans le département du Morbihan 20 et vous trouverez aussy la dénonciation de l’évêque d’Ypres et dans le journal que vous recevrez au premier ordinaire, vous trouverez l’adresse que fait un district, composé de quatre vingt paroisses où il y a 70 curés qui ont preste le serment civique.

232 Les évêques, m’a dit un député aujourd’huy, ont preste serment ensemble de ne pas se désunir ; ils n’ont pas de scrupules de faire de pareils serments qui ne tend qu’à brouiller les consciences et se déclarer réfractaires aux lois par les écrits incendiaires de leurs lettres pastorales qu’ils ont communiquées dans l’étendue de leur diocèse et chercher par tous moyens de se coaliser les curés. Mais toutes ces intrigues ne leur serviront qu’à donner un plus d’employe aux électeurs et à eux d’en supporter le chagrin.

233 Camille DESMOULINS dans sa Révolution de France et du Brabant vous instruira sur bien des choses, que je me retiens de vous parler.

234 J’attends de vos nouvelles sur la conduite des curés de nos environs, je suis presque assuré qu’il faudra en partie les remplacer.

235 Je suis très sincèrement

236 ma chère Épouse votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

237 P.-S. Je n’ay pas trouvé le temps de pouvoir parler à Monsieur MORSALINE pour m’informer du prix des moutons ; mais je crois que vous pouvez toujours envoyer Antoine berger chez le sieur LEMESRE et s’il y a lieu de faire marché de les acheter pour le terme que les nôtres seront en état de partir.

238[La lettre No 114 du 14 février 1791 n’a pas été publiée]

239 N o 115 de Paris le 18 février 1791

240 Ma chère Épouse,
[...]

241 J’ay appris par la dernière lettre de mon cousin DESURMONT que les curés de notre décanat s’étoient refusés au serment et une grande partie des vicaires. Je crois, ma chère Amie qu’ils auront à se repentir. Les motifs qui les induit à ce refus, c’est qu’ils espèrent encore toujours à une contre révolution, mais ils seront bien trompés dans leur attente et le nombre des récalcitrants sera bien peu nombreux ; aujourd’hui il y en a beaucoup qui se repentissent bien et même jusqu’aux évêques.

  • 21 La question fiscale est au cœur de la Révolution : les revendications contre les privilèges fiscau (...)

242 Vous trouverez dans les journaux des décrets bien consolants ; il n’y aura plus de droits sur les bières et vins pour un particulier qui le renfermera chez luy pour la consommation et cela à commencer au premier avril. Vous aurez sans doute examiné le projet de décret pour l’établissement des patentes. Tout est décrété et il y a lieu d’espérer que les droits d’entrée des villes seront supprimes, de manière que l’on pourra entrer librement dans une ville comme on entrait ci-devant dans un village. On ne sera plus fouillé ny verderoncés par une horde de commis établis aux entrées des villes 21 .

243 J’espère que Pierre CASTELAIN n’aura pas à se repentir de sa route, car le temps qui fait à Paris depuis huit jours est tout à fait favorable. Je vous avois marqué dans ma dernière d’envoyer Antoine Berger chez le sieur LEMESRE pour acheter une portion de ses moutons pour la seconde troupe. Le sieur DUPAYE commissaire des marchés de Sceaux et Poissy est venu chez moy mardi le soir. Il m’a fait part que le mouton avoit été vendu à l’advenant de dix et onze sous. Aussi il y a lieu d’espérer qu’il n’y aura pas de perte pour notre première troupe.

244 Je vous souhaite une parfaite santé et bon courage. Nos travaux vont bien à présent et il y a lieu d’espérer que le peuple français sera un peuple heureux et libre. Je suis sincèrement

245 ma chère Amie votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

246 [...]

247 N o 116 de Paris le 20 février 1791

248 Ma chère Amie,
J’apprends par votre lettre que le curé de Linselles devra quitter sa paroisse ou du moins sa cure, vous me dites qu'il a annoncé au peuple qu’il y avait un point qu’il l’empêchait de prester serment, qu'il ne pouvoit pas le dire. Je vous assure que dans bien des paroisses on l’auroit interrompu pour lui faire déclarer ce point d’empêchement et même il aurait été prudent de l’exiger, parce que le peuple s’imagine que c’est une vérité, tandis que je suis sûre qu’il ne pouvoit présenter aucun motif d’empêchement.

  • 22 Cf. la note supra.

249 Je vais vous conter un fait qu’il est arrivé dans la basse Bretagne, évêché de Vannes 22 . Un curé de ce diocèse ayant parcouru les campagnes, pour se former un attroupement de manière qu’il avoit réussi à se former un rassemblement de dix sept à dix huit cents paysans, peut-estre de ce nombre, il n’y en avoit pas cinquante qui sçavent lire. À cinq heures du matin a célébré la messe et à l’issue de cette messe, il leur a fait baiser un crucifix en leur disant : « Allez à la ville de Vannes, assignez et molestez tous ceux que vous pourrez et il n’y a de péché pour vous ». Je ne crois pas devoir m’étendre sur de pareils détails, car cela me fait frémir. Ils voudraient, je crois renouveler la saint Barthélémy.

250 Je suis charmé d’apprendre que vous avez acheté un cheval, vous serez tranquille pour vos travaux de la remise de mars * et vous me dites qu’il pourra seconder la force du cheval que j’ay acheté à LIBERT.

251 Je ne sçais pas comment tournera le marché de Sceaux demain, mais je ne serois pas trompé que les moutons diminuassent un peu. Mais d’après les nouvelles que je vous ay fait parvenir du dernier marché, il y a encore à espérer d’y faire son compte.

252 J’ay envie de me rendre aujourd’huy à Sceaux pour y coucher ; j’auray la consolation de recevoir de vos nouvelles certaines par Pierre CASTELAIN et vous ne devrez l’attendre que vendredi prochain parce qu’il ne pourra partir de Paris que mercredy.

  • 23 Il s’agit peut-être d’un dictionnaire qui aurait été annoncé dans le Journal de la Langue Français (...)

253 Vous me parlez du dictionnaire des nouveaux mots 23 que Benjamin vous dit de me demander ; il ne sera formé qu’à la fin de nos travaux qui sera la fin de la Constitution.

254 On a décrété hier la suppression des droits d’entrée dans les villes, à commencement au premier may. Ainsy à l’avenir, nous pourrons entrer dans Lille comme dans un village, nous ne serons plus assujettis à la recherche des commis.

255 Vous pourrez peut-estre encore recevoir une de mes lettres avant l’arrivée de Pierre CASTELAIN par laquelle je vous marqueray le prix de la vente de nos moutons.

256 Je désire que le seigneur vous conserve en santé et attendant la consolation de nous revoir, je suis très sincèrement

257 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

258 N o 117 de Paris le 23 février 1 791

259 Ma chère Amie,
Je vous donne avis que Pierre CASTELAIN ne pourra arriver chez vous que samedy le soir ou le dimanche vers midy, il n’a pas pu profiter de la diligence à cause que toutes les places étoient prises. Nous y avons déposé l’argent montant à la somme de trois mille six cent livres, qui pourra relever à son arrivée à Lille. Et il s’est chargé du reste du montant de la somme dans son ceinturon ; je l’ay conduit ce matin après avoir été à la diligence jusqu’à la porte Saint-Martin.

260 La vente n’a pas été aussy avantageuse que je l’auroy espéré : son lot a été vendu 73 livres, ALEXANDRE 31 livres et WILOQUET 31 livres de manière que si ALEXANDRE nous a fait tort d’estre au même marché, au moins de cinq à six francs par couple. CASTELAIN vous remettra deux billets d’assignats de cinquante francs que j’ay changé pour me faire de l’argent et je luy ay remis un peu de rubans de coiffure pour Catherine, qui pourrait servir également de ceinture.

261 J’ay appris avec beaucoup de plaisir par votre dernière lettre en date du 17, que mon frère curé d’Annoeullin avoit preste serment, mais je me suis trompé que celuy d’Halluin ne l’a pas presté de même que celuy de Roncq. Au reste pour autant qu’ils ne cherchent pas à troubler l’ordre publicq, ils sont libres de leurs opinions.

262 Vous avez bien fait de faire tondre les moutons, ils n’en seront que mieux pour faire leur route et, si vous en avez d’achat, Pierre CASTELAIN pourra reprendre sa route mercredy prochain, pour le premier marché de Carême à Sceaux.

  • 24 Mode de contention des bovins dangereux.

263 Le taureau que vous me dites d’avoir vendu au sieur PERS, s’il est du poids que vous me déclarez, serait vendu au moins vingt cinq louis au marché de Sceaux ou Poissy mais il faudrait qu’il soit billonné 24 .Vous avez toujours bien fait de le vendre, car il est bien rare que l’on puisse retrouver sa nourriture quand on s’obstine avec les bouchers. Je ne vous donne pas beaucoup de détails parce que CASTELAIN arrivera peut-estre en même temps que ma lettre.

264 Je vous souhaite une parfaite santé et suis sincèrement

265 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

266 N o 118 de Paris le 26 février 1791

267 Ma chère Amie,

268 J’apprends par votre lettre en date du 22 que vous avez quatre vingt 14 moutons d’achat chez Monsieur LEMESRE, je crains que la troupe soit trop forte, car pour conduire cent et une soixantaine de moutons gras, il faut beaucoup de soins et d’intelligence ; mais heureusement que CASTELAIN est en mesure de se tirer d’affaire avec honneur. Ainsy de jeudi prochain à quinze jours, je me rendrai à Sceaux pour y rejoindre Pierre CASTELAIN ; je trouve que l’achat est un peu cher, mais vous me dites qu’ils sont bien gras, c’est beaucoup.

269 Vous vous plaignez du sieur Jacques P ERS qui n’a pas fait valoir à votre volonté le taureau que vous luy avez vendu, vous devez sçavoir que chacun cherche son profit autant qu’il luy est possible, à cet égard, il nous ressemble. Nous achetons au meilleur marché que nous pouvons, nos montons.

270 L’objet qui regarde nos volontaires concernant la prise de tabac qu’ils ont fait à Wervicq est longtemps à se terminer. Il n’y a cependant qu’une chose à faire, c’est de prouver que les tabacs étoient des tabacs de contrebande et réclamer l’ancienne loi à cet égard. Monsieur de LA SERRE doit pour ainsi dire juger seul cette cause.

  • 25 Lepoutre se réfère aux troubles entre catholiques et protestants à Nîmes et à Montauban en 1790 (c (...)

271 Et relativement aux curés et vicaires qui se permettent de prescher et catéchismer contre les décrets de l’Assemblée Nationale, on doit se plaindre aux procureurs des communes de ce qu’ils négligent de remplir leur commission, qu’ils ont acceptée après serment preste de poursuivre tous les réfractaires aux lois. Je regarde pour tels tous ceux qui par leurs prédications ou catéchismes violent la loy et qui ne tend à rien de moins que d’allumer une guerre civile, telle qu’il a arrivé à Nîmes, Montauban et dans le Morbihan, tout est arrivé sous le voile de la religion 25 Je ne seray pas trompé que dans peu il vienne un ordre du procureur général du département, qui ordonnera à tous les procureurs de communes, de requérir contre tout curé ou vicaire qui se permettent pareils abus et il leur sera enjoint de les dénoncer au dénonciateur publicq, par exemple celuy de Neuville a commis un fait, s’il est vray comme on le dit, pour estre interdit de ses fonctions.

272 Vous me dites qu’il faut avoir plus qu’une tête de femme pour résister en ce moment et vous me dites aussy qu’il pourra falloir qu’on envoye des soldats pour ce dernier cas ; il dépend de la volonté des officiers municipaux. C’est à eux à en demander au directoire, s’ils jugent nécessaire pour soutenir la tranquillité dans la paroisse. Je vous invite à prescher aux bons patriotes d’avoir de la fermeté ; car tous ces cafards n’ont d’autre but qu’à faire couler du sang et moyennant de se tenir ferme, ils ne pourront jamais réussir dans leurs projets.

273 Vous avez lu les journaux qu’au premier avril prochain, il n’y aura plus de droits à payer pour l’enclos des boissons, tant sur le vin que sur la bière et eau-de-vie, il n’y aura plus qu’une patente à payer par ceux qui voudront débiter qui coûtera trois sols par livres du prix de leur location. Ainsy on pourra boire la bière à deux sols la canette et il en sera de même en proportion pour le vin.

274 Depuis le départ de Pierre CASTELAIN, il ne fait que tomber de la pluie. Je suis fâché qu’il n’a pas pu profiter de la diligence ; il est certain qu’il aura été bien fatigué quand il sera arrivé chez vous.

275 Lisez avec attention La Feuille Villageoise. Vous y trouverez de quoy à vous désennuyer. Je vous souhaite une parfaite santé, attendant des nouvelles du retour de CASTELAIN, je suis très sincèrement

276 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Mars 1791

277 N o 119 de Paris le 2 mars 1791

278 Ma chère Épouse,
J’ay été bien satisfait d’apprendre par votre lettre du 24 février, que la cause relativement aux tabacs saisis par la Garde Nationale de Linselles est décidée totalement en leur faveur. La lettre que j’ay reçue du cousin SEYNAVE me donnoit encore quelques inquiétudes, mais cependant je luy ay répondu que j’avois bonne opinion de cette cause, que moyennant de prouver que les tabacs étoient de contrebande, que c’étoit bien assez. Il m’a demandé aussy qui leur soit encore fourny des fusils ; je lui ay marqué qu’il n’étoit pas possible en ce moment, attendu que le département du Nord étoit celuy après Paris qu’il en avoit le plus et pour parer à cet inconvénient, je luy ay conseillé quand ils recevront les bonis, provenant de saisies de tabacs, de prendre une somme suffisante pour acheter des fusils pour armer toute la compagnie des volontaires.

279 Les amendes portées par le jugement. Vous ne me dites pas à quel profit ils vont contourner, si ce sera au profit des Gardes Nationales ou bien au profit du régisseur de la ferme ; si c’est pour les Gardes Nationales, ils pourront acheter des fusils.

280 Le sieur WATTEL de Tourcoing m’a fait l’amitié de passer chez moy pour me prier de luy faire compagnie au mariage de son frère. Je n’ay pas pu accepter la demande à cause des grands travaux que nous avons en ce moment.

281 Vous me dites qu’Antoine CASTELAIN vous a déclaré que les moutons du sieur LEMESRE d’Houplines pèseront quatre vingt livres. Si c’est au poids de chez nous, je les trouve extrêmement chers ; mais si c’est au poids de Paris, ce sera pour avoir les frais de route de bonis. Ainsy donc Pierre CASTELAIN se mettra en route aujourd’huy pour se trouver demain en quinze jours au marché de Sceaux.

  • 26 Le 2 février 1791, élection de neuf évêques constitutionnels, dont l’abbé Grégoire. Le 24 février (...)

282 Vous parlez aussi qu’il serait nécessaire d’avoir de la troupe de ligne pour fortifier nos gardes volontaires, cet objet regarde MM. les officiers municipaux et le conseil de la commune. Ils n’ont qu’à se présenter au directoire du district et y porter leur pétition ; mais je crois, ma chère Amie, que ce serait mettre trop d’importance, car il n’y aura jamais qu’un petit nombre de dévotes à remettre à l’ordre ; ainsy je ne vois pas qu’il soit bien nécessaire de redoubler la garde pour de pareils sujets. Chaque jour on nous annonce l’élection de nouveaux évêques ; il en a déjà cinq de nouveaux sacrés à Paris et on en doit encore sacrer dimanche prochain cinq ou six 26 La plupart de ceux qu’on a sacré à Paris sont des curés députés à notre Assemblée. Peut-estre que la semaine prochaine les électeurs de notre département s’assembleront pour l’élection d’un évêque à la place de celuy de Cambray et d’après cela ils se rendront chacun dans leur district pour concourir aux élections des curés, pour remplacer ceux qui se sont refusés au serment.

283 Il paroitra sous peu de jours des imprimés aristocratiques ; il en est sortis hier et avant-hier par la poste, une quantité considérable, destinés pour le département du Nord et celuy du Pas-de-Calais. Je vous prie d’en advertir le publicq.

  • 27 Les « Chevaliers du poignard » voulaient aider le roi à s’enfuir ; le 28 février, pendant que La F (...)

284 Hier on a arrêté aux appartements du Roy un chevalier à croix de Saint-Louis, muni d’un poignard et de deux pistolets à deux coups et pendant la nuit, on a désarmé au moins quatre cents dans les galeries du château 27 Il y en a une trentaine de conduits en prison et on compte huit à neuf cents pistolets qu’on leur a démontés. La rage de l’aristocratie espérante est à son comble ; mais ils ont beau faire, la providence veille pour nous ; toutes leurs entreprises tournent à leur confusion, on a toujours eu l’avantage jusqu’à présent de dévoiler toutes leurs intrigues. Il a été porté un décret hier relativement au sacre des évêques que vous trouverez inséré dans le journal du jour. Un curé a demandé la parole pour faire un amendement (il faut remarquer que ce curé est un de ceux qui ont refusé le serment). Il a dit comme amendement qu’on devoit joindre au décret qu’on auroit pu sacrer les évêques dans les synagogues et dans les temples protestants. Son nom et son amendement sera inséré dans le procès-verbal du jour et il sera dit que c’est un curé du côté droit qui a fait cet amendement. Vous voirez à quel point ils sont attachés à leur religion, ils veulent la tourner en ridicule ; j’aurois bien voulu qu’on l’eut envoyé aux prisons de l’Abbaye pour huit jours.

285 Vous me parlez du mécontentement que les Brabançons ont de s’être laissés tromper par leurs prestres et, moy, je crois qu’avant le mois de décembre, ils les auront arrangés à l’instar de ceux de France et qu’ils s’empareront de leurs biens pour payer les dettes de la nation. Je voudrois bien sçavoir à présent ce que dit le petit gredin d’abbé DELECLUSE.

286 Vous direz à Charlotte si elle m’envoye son agneau, je luy achèteray des beaux rubans comme ceux de sa sœur Catherine et une belle éventille pour l’été prochain.

287 Comme je suis très content de ce que mon frère le curé d’Annoeullin a presté son serment, je vas luy envoyer la Feuille Villageoise. Je sçais qu’il y a trois curés de son canton qu’ils l’ont demandée, pour instruire leurs paroissiens et les enfants dans les écoles. Je le feray adresser chez RENART pour luy estre remis tous les samedis.

288 Je vous invite à surmonter les petites invectives de nos bigotes et de vous montrer avec fermeté. Je vous souhaite une parfaite santé et bon courage

289 Je suis très sincèrement, ma chère Amie votre affectionné Mary,
P.-F. Lepoutre

290 N o 120 de Paris le 5 mars 1 791

291 Ma chère Épouse,
[...]

292 Vous me marquez que mon frère de Reckem est d’intention d’acheter un marché, mais qu’il craint une contre-révolution. Je sçais bien qu’on cherche à alarmer le peuple dans nos environs par de pareils propos ; c’est la marotte de nos Aristocrates. Quant à moy je ne peux pas croire que cela soit possible, quoy que nous ne sommes pas encore sans avoir beaucoup d’ennemis ; mais j’ose espérer qu’ils ne pourraient nous faire la guerre que par leurs libelles ; vous sentez, ma chère Amie, que je ne puis vous donner des notions certaines sur cet objet et cependant, si j’avois de l’argent, je n’hésiterois point d’en acheter malgré ce que peuvent dire les ennemis du bien publicq.

293 [...]

294 Relativement à l’achat des moutons, je vous conseille d’en faire acheter. Il faut voir le marché prochain de Sceaux, comme il se comportera au rapport du prix. Vous aurez encore toujours assez de temps pour que la troupe soit preste pour le retour de Pierre CASTELAIN. La troupe qu’il a ce voyage est considérable. S’il avoit du mauvais temps, cela lui donneroit de l’inquiétude, mais j’espère le beau temps à cause que le baromètre est très beau.

295 Vous ne me parlez pas du prix des tabacs depuis que la fabrication est déclarée libre par tout le royaume de même que la plantation ; j’auroy cru qu’en ayant la circulation libre, il auroit augmenté de prix chez nous.

296 Vous ne me parlez pas non plus quel effet a produit le décret qui supprime les droits sur les boissons, à commencer au premier avril prochain. Je crois bien que les habitants de la cy-devant franchise n’en font point de cas parce qu’ils n’y voient aucun changement à leur égard, mais pour ceux qui étoient soumis au droit de quatre florins à la rondelle, je crois que cela doit leur faire une sensation.

297 Je pourray, l’ordinaire prochain vous faire parvenir le détail exact de tout ce qui s’est passé, tant au château de Vincennes, qu’aux appartements du Roy, dans le courant de cette semaine. Le détail est un peu long ; je vous feray parvenir un imprimé qui vous instruira de tous ces faits. Vous y voirer comme la cy-devant noblesse doit estre bien humiliée.

298 Je vous souhaite une parfaite santé et suis très sincèrement

299 ma chère Amie votre affectionné
Mary P.-F. Lepoutre

300 [...]

301 N o 121 de Paris le 8 mars 1 791

302 Ma chère Amie,
Vous me faites plaisir de me dire par votre lettre en date du 4 mars que Pierre CASTELAIN se trouve content de la troupe de moutons avec laquelle il est en route et que la qualité ne l’a pas effrayé. Je vous donne avis que le petit marché de Poissy a été tout à fait favorable aux vendeurs ; le sieur DUPAYE, commissaire des marchés est venu chez moy pour m’en faire le rapport et suivant son opinion le premier marche qui sera jeudy prochain à Sceaux sera encore favorable, mais le suivant pourrait flétrir un peu, ainsi le temps nous confirmera.

303 Vous me dites, ma chère Amie, que vous estes dans l’intention d’augmenter la culture du tabac de six cents de terre et de diminuer cette portion sur les lins. Vous sçavez que je ne peux pas commander étant à une grande distance de mon exploitation et sçavez aussy que je vous ay cédé plein droit de régie ; il n’y a qu’une chose à vous observer, c’est de sçavoir si dans le temps de la récolte de cette culture, vous pourrez trouver suffisamment de place pour le faire sécher, vous me direz que nous en avons fait entretenir vingt cents de terre une année, aussy mon observation devient contrariée par ce fait ; je suis bien de votre avis que la terre des 14 cents n’est pas tout à fait avantageuse pour la culture des lins à cause que le sol est trop sec et je n’ay pas mémoire d’avoir du beau lin sur cette terre depuis l’année 80. Vous aurez peut-estre un troisième entrepreneur, car croyez-vous que les DELANNOY et VANDAMME puissent subvenir pour le tout.

304 Vous me faites plaisir de me dire que vous avez acheté trois voitures de fiente de pigeons, je ne trouve pas que ce soit cher moyennant que les voitures sont passablement chargées ; l’avantage qui en résulte, c’est qu’avec cette fumure, il reste après la dépouille * des lins de quoy en avoir encore une dépouille *. Relativement aux tabacs, l’augmentation ne se fait pas aussy rapidement que je l’auray pensé, mais j’aime à croire qu’ils augmenteront au prix de 30 Fl. Ce n’est pas que je vous conseille d’en différer la vente parce que c’est une denrée qui freint au poids considérablement.

305 Il me paroit, ma chère, que ma copie est difficile à reconnoitre, je veux dire mon portrait, car en voilà trois que je vous envoye et vous n’avez point encore reconnu l’original, cependant je vous ay encore inclus une demi-douzaine ; si ceux-ci ne vous plaisent pas mieux que les premiers, il vous faudra réclamer l’original qui se trouve très disposé de profiter du moment de son retour.

306 Attendant ce moment heureux, je suis très sincèrement

307 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

308 [...]

309 N o 122 de Paris le 12 mars 1791

310 Ma chère Épouse,
Vous me marquez par votre lettre en date du 8 mars, que nos enfants ont trouvé leur oncle le curé d’Annoeullin, plus obstiné que jamais dans sa mauvaise opinion. Je ne peux plus concevoir le caractère de cette espèce d’homme ; vous m’avez marqué qu’il avait preste son serment et il ose aujourd’huy pour ainsy dire se déclarer réfractaire aux lois et à son serment ; eh bien, il ne tardera pas à se faire mettre en prison, comme il arrivera peut-estre à plusieurs autres. Ainsy, je suis charmé de ne point avoir fait d’abonnement pour la Feuille Villageoise car il n’auroit pas pu la digérer. Je ne suis pas trompé, ma chère Amie que vous trouvez quelquefois des paquets décachetés ; il y a aujourd’huy beaucoup à craindre de confier des effets par la poste aux lettres. Mais il y a encore autant à craindre nos ennemis les aristocrates, car je les crois capables de faire intercepter les lettres pour tacher de découvrir quelque chose qu’ils pourraient tourner à leur avantage. Le sieur DUPAYE m’a fait l’amitié de me rendre une visite hier, il m’a fait part que le mouton avoit été vendu à l’avenant de onze sols la livre. Il m’a dit que des moutons au poids de 75 livres ont été vendus 78 livres le couple ; ainsy on peut espérer que le premier marché sera encore bon.

311 [...]

312 Vous voirez dans les journaux que dans peu de temps, les évêques seront remplacés et la convocation des électeurs de notre département sera pour le 30 de ce mois. Peut-estre quand nous aurons un évêque, que les curés seront revenus de leur erreur et qu’ils se résoudront à prester leur serment.

  • 28 Du 8 au 16 mars 1791, l’Assemblée est informée de la santé du roi par des bulletins quotidiens. (A (...)

313 Depuis quinze jours il s’est passé plusieurs scènes, tant à Paris au château des Tuileries qu’à Vincennes, mais pour le présent, le calme est parfaitement rétabli. Nous avons été un peu alarmé de la maladie du Roy ; mais à présent on espère qu’il n’y aura pas de mauvaise suite ; le bulletin d’hier nous a annoncé que la fièvre était approchant finie 28 .

  • 29 Terme patoisant désignant probablement un tombereau à deux roues plus léger et facile à tracter qu (...)

314 Le temps continue au beau. J’espère que vous pourrez bientôt faire charrier les fumiers. Si vous aviez des grands banneaux 29 , vous pourriez en faire mener quelques jours plus tôt qu’avec des chariots.

315 Je vous souhaite une parfaite santé pour pouvoir supporter les travaux qui vont commencer et suis très sincèrement

316 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

317 N o 123 de Paris le 15 mars 1791

318 Ma chère Amie,
[...]

319 Je suis bien content que le curé de Linselles ait reçu une signification du procureur syndicq du district. Je désire bien qu’il fut obligé de payer l’amende, quand bien même elle serait de six cents francs, suivant qu’on m’a dit dans le principe que cette somme étoit porté à ce taux contre ceux qui auroient contrevenu à l’ordonnance.

320 Au moment que je vous écriray cette lettre, Pierre CASTELAIN m’est venu saluer pour me faire part qu’il avoit vendu sa troupe en route qu’il doit les conduire du Bourget à Vincennes et là, il recevra le montant de son marché. Il a vendu 75 livres la couple, sous condition de soixante louis en argent et le reste en assignats, mais qu’il ne peuvent pas estre de plus de valeur que trois cents francs, les plus hauts.

321 S’il me faut les changer pour des assignats de cinquante et soixante francs, cela me donnera un peu d’embarras, je ne sçais pas comment le sieur LEMESRE trouvera cet arrangement. Il m’a écrit en conséquence pour me dire qu’il n’avait pas fait de conditions dans son marché, mais qu’il me prioit de ne point le payer en billets ; heureusement que je n’ay point répondu à sa lettre, parce que j’aurois pu lu ? marquer qu’il aurait tout reçu en argent attendu que la caisse paye toujours en numéraire.

322 Je dois me rendre cette après-midi à Vincennes pour rejoindre CASTELAIN pour arranger le compte et il viendra coucher à mon hôtel à Paris, ce soir, moyennant que son marché ne trouve point d’obstacles. Vous voirez par cette nouvelle quelle conduite vous devrez conduire pour le marché suivant.

323 Quant à nos enfants qu’ils se proposent de me venir voir à Paris au temps de leurs vacances de Pasques, je serois très satisfait de les voir, mais leur voyage leur coûtera au moins cent cinquante écus y compris ce que je devrais débourser pour les traiter chez moy. Au surplus, j’auray encore le temps de vous donner de mes nouvelles avant que le temps de leur départ soit arrivé. Je ne doute pas que vous estes embarrassée de faire charrier les fumiers, vu le beau temps qu’il fait ; voilà quinze jours qu’il n’a pas fait de pluye à Paris.

324 Je vous souhaite une parfaite santé et du courage pour supporter vos travaux. Je suis très sincèrement

325 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

326[La lettre No 124 du 18 mars 1791 n’a pas été publiée]

327 N o 125 de Paris le 19 mars 1 791

328 Ma chère Amie
Je vous ay donné avis hier de la vente des moutons au dernier marché de Sceaux, la grande quantité de marchandises qui s’y est trouvé a fait que le prix n’a point été favorable aux vendeurs ; mais cependant il n’y a pas eu de renvoie. Si la quantité de moutons flamands n’eut point été aussy nombreuse ils auraient été vendus très chers, car la provision manquoit dans Paris.

329 [...]

330 Je viens de recevoir une lettre de Pierre-François, notre garçon, par laquelle il me demande la permission de faire le voyage de Paris accompagné de Monsieur JOLY, son maître de pension et de son frère Benjamin et cela dans la quinzaine de Pasque. Il me fait part qu’ils sont disposés de faire la route à pied et à petites journées. Je suis disposé à leur accorder la permission. Ils n’auront peut-estre de longtemps une meilleure occasion de voir Paris. Moyennant de faire la route de pieds comme il le propose, les frais ne seront pas aussy considérables. Je crois de luy envoyer ma permission dans un paquet que j’enverray au sieur LEPERCQ la semaine prochaine.

331 Il me parait que mon frère de Reckem n’est plus trop disposé à se procurer un établissement des biens nationaux dans le territoire français. Peut-estre a-t-il envie de s’en procurer sur terre d’Empire, car j’aime à croire que les Brabançons vont agir à l’égard de leurs moines et leur clergé de la même manière qu’on vient de faire en France.

332 [...]

333 Ma chère Amie, vous pourrez annoncer publiquement que par la réclamation que font les fonctionnaires ecclésiastiques, de pouvoir revenir de leur erreur, l’Assemblée Nationale vient de porter un décret qui accorde à tous ceux qui ne sont point encore remplacés de pouvoir le prester et continuer leur fonction. Vous le trouverez dans le journal que je vous envoye.

334 Je vous souhaite une parfaite santé et je souhaite que le beau temps continue encore quelques jours pour faciliter les travaux des campagnes et suis sincèrement,

335 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

336 [...]

337 N o 126 de Paris le 22 mars 1 791

338 Ma chère Amie,
[...]

339 Je vous préviens, ma chère Amie, de ne pas croire à toutes les fausses alarmes que les ennemis de la Révolution ne cessent de faire circuler dans le publicq. Ils ont tenté de toutes manières ; ils déchaineroient l’enfer s’ils avoient le pouvoir et encore ne réusssiroient-ils pas. Vous trouverez dans le paquet le modèle des poignards que ces foutus gredins ont été obligés de se dépouiller au château des Tuileries dans la soirée du 28 février. Depuis cette époque, ils ont acquis le titre noble de « Chevaliers du poignard ».

  • 30 Pierre-Louis-Joseph Renaut (1740-1807), curé de Preux-au-Bois, est député du clergé du Quesnoy (Ha (...)

340 Quant à ce qui regarde les fonctionnaires ecclésiastiques réfractaires à la loy du serment, sous peu de jours, il y aura une cotte pénale qui les fera rentrer dans l’ordre. Et j’aime à croire que quand nous aurons un évêque élu par le peuple qu un grand nombre de nos mécontents se trouveront flattés de pouvoir prester leur serment. Je désire que les suffrages pour notre nouveau évêque soient en faveur du sieur RENAUT 30 curé du district d Avesnes, député de l’Assemblée Nationale. C’est un sujet qu’il possède tous les caractères pour remplir dignement un pareil poste et je le connois capable de pouvoir concilier tous les esprits. S'il etoit encore temps quand vous recevrez ma lettre, je vous prie d’en faire part à nos électeurs de Linselles. Vous pouvez leur dire que je mange presque tous les jours avec luy et mon cher collègue Monsieur SCHEPPERS et ce dernier est bien de mon avis car je crois qu’il a témoigné le même désir chez luy.

341 Quant au voiage que nos enfants se proposent de faire de venir me voir à Paris, vous pouvez leur dire que j’y consens et j’y consens d'autant plus volontiers, c'est qu'ils seront accompagnés de Monsieur JOLY. Je ne crois pas de leur écrire à ce sujet, ce sera bien assez que vous leur accordiez la permission de ma part.

342 Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement

343 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

344[Les lettres no 127 et no 128 des 22 et 26 mars 1791 n’ont pas été publiées]

345 N o 129 de Paris le 29 mars 1 791

346 Ma chère Amie,
Vous avez bien raison de dire que l’argent donne de l’embarras à l’homme et surtout celuy provenant de la vente de moutons de la dernière troupe ; mais j’espère que vos inquiétudes auront fini du même jour que vous m’avez écrit. Et j’aime à croire que vous aurez reçu le sacq cacheté comme je Pavois remy à la messagerie de Paris.

347 Vous me parlez de la vente du tabac, je ne suis pas trop informé sur cet objet. Tout ce que je peux vous dire qu’on nous a fait rapport, qu’il en avoit au moins pour deux ans dans les dépôts de la Nation. Mais vous aurez du remarquer dans les journaux que le prix de la vente étoit fixé à douze sols la livre en feuilles ; mais il faut observer que ce ne sont pas des tabacs auraient pu valoir 30 florins, je ne vous ay pas donné aucune certitude sur ce fait, et ainsy, vous pouvez disposer de la vente comme vous le jugez à propos.

348 Relativement à l’arrestation de votre argent par la Garde Nationale de Tourcoing, vous avez le droit de faire payer les frais du retard ; et cela ne serait pas mal pour leur faire connoitre leur inconduite. Dans d’autre occasion ils s’en souviendront.

  • 31 Jacques-Guillaume Thouret (1746 exécuté 1794), député du tiers état de la ville de Rouen, avocat c (...)

349 Je vous envoye le tarif général des droits qui seront perçus à toutes les entrées et sorties du royaume et au premier ordinaire, je vous envoyerez les discours de Monsieur THOURET 31 sur le devoir et obligation du Roy en cas qu’il sortirait du royaume.

350 Il s’est passé hier vers le soir un fait approchant semblable à celuy qui s’est passé au château des Tuileries le 28 février. Les aristocrates se sont assemblés bien au nombre de six cent et ils étoient tous munis de cocardes blanches. Le peuple s’est attroupé aux environs de l’hôtel et voulait leur faire violence ; on a fait venir la Garde Nationale et tous nos beaux chevaliers du poignard se sont trouvés obligés de remettre leur cocarde blanche qu’on a brûlés de suite et ils ont reçu pour récompense bravement des coups de crosse de fusil et coups de bâton. Il sera beau d’entendre parler le père DUCHESNE de cette affaire.

351 Je serais charmé que vous me mettiez un peu de la graine de salade, de celle qu’on nomme la petite princesse qu’on sème ordinairement dans des bignons.

352 CASTELAIN n’aura pas eu du fort beau temps pour le commencement de sa route, mais depuis huit jours il fait un temps superbe pour la saison.

353 Je n’ay pas répondu à la lettre de Pierre-François, il ne vous manque pas d’occasions pour leur faire part de mon consentement de me venir voir à Paris. J’espère d’apprendre demain ou jeudi que nous aurons un nouveau évêque et nos électeurs travailleront de suite au remplacement des curés.

354 Je vous souhaite une parfaite santé et me recommande à vos intentions

355 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

356 P.-S. L’affaire de M. DUPARCQ n’est pas encore terminée. J’attends des nouvelles du contrôleur général aujourd’huy ou demain, mais je n’ose pas me flatter quelles seront comme je le désire. Il m’a encore écrit avant-hier. J’ay reçu sa lettre au moment que je sortais de chez le contrôleur général, nommé M. de LA SERRE.

357[La lettre no 130 du 30 mars 1791 n’a pas été publiée]

Avril 1791

358 N o 131 de Paris le 2 avril 1791

359 Ma chère Épouse,
[...]

360 Hier, le sieur DUPAYE, commissaire des marches de Sceaux et Poissy, m’a fait l’amitié de passer par chez moy pour me rendre compte comme les moutons flamands avoient été rendus. Il y en avoit un quart de plus que le marché précédent ; les prix ont été depuis 72 livres jusqu’au prix de 77 suivant leur qualité, ainsy c’est à dix sols la livre. Et j’ay appris que le boucher qu’il a acheté sa troupe précédemment en a encore acheté au Bourget mardy dernier au moins quatre cents moutons. Je désire qu’ils puissent se convenir cette fois cy comme la fois dernière, vendre ainsy sans frais, il y a au moins deux francs de différence de boni au rapport des frais de marché.

  • 32 Claude Primat (1746-1816), oratorien, curé de Saint-Jacques à Douai depuis 1786, membre de la soci (...)

361 Mercredi dernier un courrier extraordinaire a apporté l’adresse de nos électeurs qui annonçait l’élection faite du sieur PRIMAT, oratorien, curé de Saint Jacques à Douay 32  ; on luy dit avoir toutes les qualités capables à pouvoir concilier tous les esprits. Ainsy il faut espérer qu’on purgera sous peu ceux qui ne cessent de porter le trouble tant dans l’ordre publicq que dans les consciences. Je suis très surpris de ce qu’on tolère si longtemps le sieur FREMAUX, car tous ceux qui cherchent à troubler l’ordre de la société méritent punition.

  • 33 Jean-Baptiste-Pierre Saurine (1733-1813) : vicaire de la cathédrale Sainte-Marie d’Oléron, il est (...)

362 Je vous envoye cy-inclus le discours de Monsieur THOURET et la lettre pastorale de Monsieur SAURINE 33 , évêque du département des Landes. Cette lettre mérite d’estre lue pu bliquement pour instruire le peuple et le détromper des fausses persuasions qu’on ne cesse de l’alimenter.

363 Je voudrois bien, ma chère Amie estre dans la paroisse dans ce moment. Je vous assure que je prendrais en tâche de faire lecture de tout ce qui peut réfuter nos calomniateurs. N’y auroit-il pas d’homme assez charitable pour assembler le peuple et luy faire la lecture de cette lettre pastorale et même par plusieurs reprises, puisque les ministres d’un Dieu de paix font tout le contraire de ce qui leur est enjoint par notre Seigneur Jésus-Christ, qui leur commande que de prêcher la paix. Eh bien, il y a moyen de leur montrer qu’ils ne remplissent pas le devoir de leur ministère.

364 J’ay été dans le cas d’interrompre l’écriture de ma lettre pour la visite des cousins DANS El T E et Franc LAMBLIN qu’ils m’ont fait l’amitié de me venir voir ce matin. Et ils doivent repasser cet après-midi pour que je les conduise à la sçéance du soir et ils doivent repartir demain pour la Flandre.

365 Je vous prie de m’envoyer une pincée de semences de tabac à votre premier ordinaire. Vous pourriez le coudre dans un petit morceau de fin linge et l’envelopper dans votre lettre.

366 Je voudrois que vous me fassiez parvenir une petite potée de beurre pour l’arrivée de nos enfants, car je crains que je serois au bout de ma provision à leur arrivée. J’espère le moment de les voir, mais il me serait bien plus flatteur si ce fut vous que je devrois attendre. Mais avant de pouvoir avoir cet avantage, il nous faut avoir encore quelques mois de patience.

367 Attendant cette satisfaction, je suis très sincèrement

368 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

369 N o 132 de Paris le 5 avril 1 791

370 Ma chère Épouse,
Par votre lettre en date du 1er avril, vous me faites part que vous avez trouvé une occasion de vous défaire d’une portion d’assignats au sieur Eloy MASSE, pour un acompte sur les wagages *, qu’il nous a livrés, depuis trois ans sans faire de compte définitif. Nous pourrons arranger tous ces comptes arriérés à mon retour.

371 Vous me parlez encore de ce vieux soldat qu’on refuse encore de l’assister comme pauvre du lieu, j’en suis fâché et la municipalité de Roncq doit avoir un peu d’égard pour un homme qui a sacrifié tous ses services dans le royaume depuis l’âge de vingt cinq à trente ans, tant à l’état en qualité de militaire qu’au publicq en qualité de travailleur. Au surplus je pourray voir le comité des pensions de la classe que ceux qui ont rendu un pareil service peuvent espérer une récompense. Je vous ay marqué dans le temps qu’il étoit enregistré mais tous ceux qui sont enregistres n’auront pas tous des pensions.

372 Et relativement au tarif dont vous me parlez, il aura son exécution sitôt qu’il sera envoyé officiellement et il doit avoir son effet au 1er avril. Ainsi je ne crois pas que LEPOUTRE, notre neveu, puisse introduire en France ses rollées sans en payer les droits ou, sinon, par la fraude, ce qui ne sera pas bien facile à faire à l’avenir.

373 Vous me parlez aussy de l’obstination de nos prestres réfractaires, j’espère, comme vous, que la chose finira bientôt. Nous attendons que l’évêque ne tardera pas à venir à Paris pour se faire sacrer et estre installé canoniquement, mais pour un malheur on aura peut-estre pas le temps de remplacer tous les curés réfractaires avant la quinzaine de Pâques.

374 Vous voirez par les journaux la perte que vient de faire l’Empire français, en perdant le sieur MIRABEAU l’aîné, nous luy avons rendu hier les honneurs funéraires, en corps d’Assemblée ; tout Paris pleura cette perte et toute la France en fera autant. On peut dire sans crainte d’estre démenti que nous perdons le plus grand publiciste de l’Europe.

  • 34 Le 4 avril 1791, l’Assemblée nationale décide de transformer le nouvel édifice de Sainte-Geneviève (...)

375 Nous sommes sortis en corps de notre salle d’Assemblée à quatre heure après-midy, pour nous rendre à la maison mortuaire, escortés de la Garde Nationale de Paris. Il y avait à la sortie de la maison mortuaire plus de six mille personnes au convoye et plus de six cent mille âmes qui bordoient les allées du boulevard et les rues. Le corps a été porté à l’église Saint Eustache, sa paroisse, après avoir reçu tous les appareils usités en pareil cas, et après l’oraison funèbre, le convoi a repris sa marche pour transporter son corps à l’église Sainte Geneviève 34 , où il sera inhume, lieu destiné à tous les grands hommes de l’Empire français. Il étoit minuit quand tout a fini ; vous ne tarderez pas à recevoir des imprimés qui vous donneront un exact détail de toutes les cérémonies.

376 Je suis charmé d’apprendre que votre remise des mars * s’avance, car je crains que nous aurons un temps à la pluie de ce premier quartier et je suis trompé qu’il a attendu jusqu’aujourd’huy de pleuvoir.

377 Il paraît d’après le rapport de CASTELAIN qu’il y aura beaucoup de moutons flamands au premier marché qui sera jeudy prochain, mais si les moutons se vendent comme le dernier marché, il sera content de sa vente. Je crois me rendre à Sceaux jeudy dans la matinée. Je trouve que j’auray encore assez de temps pour voir la marchandise avant que l’on commence le marché.

  • 35 Le décret du 3 avril 1791 rappelle les articles 4 et 8 du décret du 22 décembre 1789 : chaque muni (...)

378 Vous voirez, ma chère Amie, par le décret de la sçéance de dimanche le matin qui ordonne de mettre à exécution les articles quatre et huit du 23 décembre 1 790 qui ont pour objet de rassembler les communes, pour former une liste en deux colonnes des citoyens actifs et des citoyens éligibles pour que tout soit préparé à faire la convocation des assemblées primaires, vers la fin de ce mois. Pour concourir à l’élection des nouveaux députés, qui pourront nous remplacer vers la fin de juin 35 . Aujourd’huy, nous voyons un peu près le temps qu’il faut encore pour finir nos travaux.

379 Ainsy je vous invite à avoir patience encore quelques mois. J’espère si Dieu me conserve la vie que nous aurons bientôt la satisfaction de nous réunir. Attendant cet heureux moment, je suis sincèrement, ma chère Amie votre affectionné Mary,

380 P.-F. Lepoutre

381 [...]

382 N o 133 de Paris le 9 avril 1 791

383 Ma chère Amie,
J’apprends avec satisfaction que vous recevez des visites de vos parents et amis de temps à autre ; c’est une consolation quand on peut conférer avec confiance de ses affaires. Vous recevrez, je crois la visite des sieurs DANSETTE et LAMBLIN, du moins, ils me l’ont promis de vous venir voir sitôt leur retour. Vous me dites que ce premier est suspecté de faire passer de l’argent sur l’étranger, je ne le crois pas ; mais il a eu une portion d’argent arrêté provenant de la vente de ses houilles et qu’on vouloit luy confisquer. La somme n’étoit point bien conséquente, il n’y avoit que cent louis ; il n’en a point moins pour cela été trouver Monsieur de LA SERRE, contrôleur général, lequel luy a donné une expédition pour faire la levée de son argent, tenu en dépôt.

384 Le paquet que MM. de Roncq vous ont parlé, m est bien parvenu. Je l’ay remis de suite au comité des rapports pour qu'il présentasse à l Assemblée Nationale un décret pour supprimer le rétablissement des armoiries de Mme cy-devant Comtesse de Roncq. Mais vu les grandes affaires que le comité a à traiter, chaque jour fait que ce décret a souffert du retard. Ce n’est pas que je n’ay pas assez sollicité, car je crois y avoir été au moins deux fois et je m’y rendrai encore au jourd’huy Et si ces MM. viennent à nouvelles, vous leur direz que j’attends un décret sous peu de jours, ou bien que le comité leur écrivera pour les instruire de leur gouverne à ce sujet.

385 La classe que Messieurs de Roncq ont placé mon occupation dans la partie moyenne est sans reproche de ma part, je trouve qu’ils travaillent avec justice.

386 Le berger sera de retour avant que vous ne receviez ma lettre. Je crois que vous serez contente de la vente, il y aura au moins six à sept cent francs de bénéfice. C’est dommage qu’il ne pourra pas venir pour les grands marchés de Pasques et suivant que vous me dites, le mouton commence à diminuer dans nos environs.

387 Quant à l’argent, je crois qu’il n’y aura aucune difficulté, ce voiage le berger le prendra à son passage par Lille. Vous le voirez rentrer chez vous monté sur un superbe cheval anglais, que peut-estre trouverez-vous à propos de le mettre en pâture pour le raccommoder ; le prix est approchant celuy d’un veau. Si vous ne le tenez pas, je luy conseille de le mettre dans une pâture de Flandre une couple de mois, il gagnera encore une bonne journée après.

388 Vous me parlez de la vente du tabac et vous me dites que mon cousin DESURMONT croit qu'ils se vendront plus cher. Je le crois mais je n’ay pas l’idée qu’ils augmenteront avant le mois de septembre et jusqu’à ce temps, il sera bien diminué de poids.

389 Je suis charmé que vous avez toute satisfaction de vous promener dans les labours et vous voiez partout une abondance sur les terres ; car à proportion de ce que j’ay vu jeudy dernier en me rendant à Sceaux, je me figure nos terres beaucoup au dessus de celles que j’ay vues à cause de la meilleure culture. J’attends que je recevray du beurre avant l’arrivée de nos enfants, car sans cela je ne pourray pas facilement les nourrir à la façon flamande. Attendant la satisfaction de les voir, je suis très sincèrement

390 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Le poutre

391 N o 134 de Paris le 11 avril 1791

392 Ma chère Amie,
Je crois qu’il ne me faudra pas une saison aussi flatteuse que celle que nous possédons en ce moment pour me rhahituer dans mon foyer. A la vérité ce seroit un objet d’autant plus agréable que de voir nos campagnes se munir d’une récolte complète en apparence. Je ne jouis de cette faveur que par imagination, car notre vie est totalement concentrée dans la capitale ; sinon le matin, quelquefois je prends le grand air sur le boulevard avant de me rendre à l’Assemblée et c’est ce qui me fortifie un peu le tempérament.

393 Je suis charmé d’apprendre, ma chère Amie, que vous avez approchant finies les semailles de mars *, vous n’avez plus que les avoignes à faire semer. Ainsy il y a lieu d’espérer que tout sera remis en saison.

394 Vous me paroissez inquiète de sçavoir pourquoy on fait l’inspection des terres. Vous devez sçavoir que c’est pour sçavoir le revenu net de chaque propriétaire et sur quoy il devra payer un sixième pour l’impôt financier foncier. Et quant aux cultivateurs, il leur sera fait droit des rentes que les fonds qu’ils occupent peuvent estre chargés. Vous connaissez qu’il y en a de très hautes et d’autres qu’elles sont très basses, par ainsy, il sera déduit sur les fonds qu’il sont chargés de hautes rentes, pour les mettre au niveau des basses rentes. Vous voyez pour lors, qu’on cherche une égalité dans les impositions. [...]

  • 36 Mirabeau mort par empoisonnement. La rumeur a couru car on ne savait pas qu il était malade depuis (...)

395 Ce que l’on fait circuler relativement à l’empoisonnement de Monsieur de MIRABEAU est faux. Son corps a été ouvert, on a rien trouve qui prouvât qu’il fut empoisonné. Monsieur MERLIN est rétabli et BARNAVE n’a pas été malade 36 .

396 J’ay été au sacre de notre évêque, dimanche dernier, qui s’a fait dans l’église de Saint Roch ma paroisse. Ils étaient au nombre de six à sacrer et nous devons, les députés de notre département luy donner un dîner jeudy. Et je crois qu’il se rendra à son évêché dimanche prochain. Il se trouvera à la porte ouvrante à Cambray. Il n’y aura que la municipalité et la Garde Nationale qui seront prévenues de son arrivée, et cela pour éviter le trouble qu il pourrait arriver.

397 Monsieur NOLF, curé de Saint-Pierre est à Lille dans ce moment, il est parti sans prévenir aucun de ses collègues. Peut-estre n’aura-t-il pas voulu se trouver à Paris au moment du sacre de l’évêque, son concurrent.

398 J’aspire l’arrivée de nos enfants, il me semble que je jouirai d’une consolation de les voir auprès de moy. Et j’espère bien qu’à la fin de notre mission, si cela arrive dans une saison que les ouvrages ne soient pas trop gênants, que vous viendrez me chercher avec votre petit chariot. Vous pourrez passer quelques jours à Paris et puis après, nous partirions avec ma pacque-outil à petite journée.

399 Attendant cette douce consolation, je suis très sincèrement

400 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P. F. Lepoutre

401 N o 135 de Paris le 16 avril 1791

402 Ma chère Amie,
Par votre lettre que je viens de recevoir en date du 12 avril [n. p.], vous me dites que le berger n’étoit arrivé qu’une heure avant ma lettre environ. Je croyois qu’il auroit arrivé au moins un jour avant et suivant votre rapport, s’il peut faire marché chez MITTENART et à Gelwe, il pourra encore estre au marché de Sceaux pour le lundy de la Pasques close, cela seroit une occasion de retour pour nos enfants, ils auraient compagnie. Je voudrais bien qu’il vienne parce que je crois qu’il y aura de l’argent à gagner. Car pour le moment il y a dans Paris plus de cent mille habitants de plus qu’il n’y avoit il y a trois mois et ce sera bien autre chose quand l’entrée des droits sera supprimée ; pour lors il sera aussy bon marché à vivre dans la capitale qu’à la campagne.

403 Je suis bien assuré qu’on ne peut rien voir de plus flatteur pour les cultivateurs que de voir les campagnes. Eh bien, ma chère Amie, vous pouvez comparer la reprise du commerce dans la capitale, égale à la beauté de nos champs. Le sieur DURIEZ orfèvre m’a fait l’amitié de venir me faire ses adieux avant son retour pour Lille, m’a dit qu’il a vendu son pacque-outil qu’il avoit pris pour vendre à Paris, trente pour cent plus qu’il n’attendoit et il m’a avoué qu’il retournait avec cinquante louis plus que son attente et il en est de même dans toutes les parties de la France.

404 Quant au linge, il faudra que nos enfants se renouvellent pendant qu’ils seront à Paris, j’auray soin qu’il ne leur en manque pas. Je tacheray de leur faire voir ce qui a de curieux dans Paris et ses environs.

405 J’ay écrit hier au sieur DUPARCQ du Pont Rouge qui sera assuré de recevoir son appointement, jusqu’au premier juillet et qu’il y a lieu de croire qu’il ne sera pas le reste de l’année sans avoir une commission. Il recevra une indemnité de cent écus par an jusqu’au temps qu’il soit placé. Je crois que cette nouvelle le tranquillisera et peut-estre vous rendra-t-il une visite pour témoigner sa satisfaction

406 Je voudrais qu’on fasse un obit solennel à Linselles à l’intention de Monsieur de MIRABEAU ; mon frère Constantin pourrait en faire proposition à nos braves frères d’armes de la Garde Nationale, cela déconcerterait nos réfractaires et nos aristocrates, car ils sont si domptés dans la capitale qu’ils n’osent plus se présenter en publicq.

407 Notre évêque est venu à l’hôtel de la Réunion pour me rendre une visite ; j’étais justement sorti pour me rendre à l’Assemblée. Il doit officier demain pontificalement dans la cathédrale à Cambray, il n’y entrera que le même jour au matin.

408 Mon cousin DESURMONT m’a écrit en même date que vous ; il me marque que les ouvriers ont tous de 1’employe et que la gayté règne parmi cette classe de pauvres gens. Le pain et le beurre est à bon marché et la bière. Il me dit que c’est une satisfaction de les entendre répéter sam cesse : « Vive la Nation, vive l’Assemblée Nationale ».

409 Les ouvriers de Paris ont voulu rendre les honneurs funèbres à Monsieur de MIRABEAU ; ils se sont cotisés pour faire un somme pour payer le service et cela dans différents quartiers de la ville, se sont fait escorter par la troupe de ligne et la musique du régiment. Deux de chaque Assemblée étoient habillés de noir et portaient la couronne civique et les curés aussy zélés patriotes que ces pauvres gens n’ont rien voulu recevoir pour l’office.

410 Nos travaux avancent à grands pas vers le but tant désiré, en dépit des aristocrates et j’espère que cette année, je pourray partager vos employes pour la récolte des bleds.

411 J’espère de voir nos enfants jeudy ou vendredy et espérant de vous voir à votre tour à la fin de nos travaux. Attendant cet heureux jour,

412 Je suis très sincèrement ma chère Amie votre très affectionné Mary
P. F. Lepoutre

413 N o 136 de Paris, le 20 avril 1791

414 Ma chère Amie,
[…]

  • 37 Le 18 avril 1791, le roi est empêché d’aller célébrer Pâques à Saint-Cloud ; le 19 avril, il se re (...)

415 Le Roy est venu hier à notre Assemblée nous annoncer qu’il aurait soutenu de tout son pouvoir la nouvelle Constitution sanctionnée ou acceptée par luy et notamment la Constitution civile du Clergé ; il a donné la démission au grand aumônier de France 37 . Vous voirez par un imprimé un détail exact de tout ce qu’il s’est passé avant-hier à l’égard du Roy et le peuple de Paris et vous aurez son discours qu’il a prononcé à l’Assemblée et la réponse du Président, au prochain ordinaire ; son discours sera envoyé dans tous les départements.

416 Les enfants de Monsieur SCHEPPERS sont arrivés avant-hier. Ils pourront se réunir à ces Messieurs pour leurs promenades. Mais je crois de leur faire compagnie dans le voyage de Marly à Versailles et nous reviendrons par Saint Cloud où le Roy fait son séjour quand il sort de Paris.

417 Nos travaux s’avancent toujours à grands pas vers la fin et j’espère que nous pourrons nous revoir au mois de juillet. Nos ennemis commencent un peu à se reconnoitre, quoiqu’il nous arrive cependant encore de temps en temps des scéances bien chaudes et bruiantes, celle de samedy matin a tenu jusqu’à quatre heure après-midy et hier, nous avons repris la discussion sur le même objet, les esprits s’étant calmés et nos opérations ont bien avancé.

  • 38 « Mirabeau-Tonneau », frère cadet du grand orateur, s’appelle André-Boniface-Louis de Riqueti, vic (...)

418 J’espère que la présence du Roy et son discours aura fait un grand effet sur les contre-révolutionnaires. On parle encore toujours que des troupes autrichiennes s’attroupent au delà du Rhin et que MIRABEAU TONNEAU 38 est à la tête d’une bande de factieux, mais son armée ne monte pas à plus de huit à neuf cents hommes. Ils ne sont pas payés ni habillés, faute d’argent. Ainsy vous pourrez prévoir combien une armée de cette espèce est à craindre par deux millions d’hommes bien armés, sans y comprendre deux cent cinquante mille hommes de troupes de ligne y compris l’armée auxiliaire.

419 J’aime à croire qu’à votre première, vous me direz que vous commencerez à sarqueler vos linnières, car le temps est on ne peut pas plus favorable.

420 Je vous souhaite une parfaite santé et patience jusqu’au retour de nos enfants, qui auront, j’espère, de quoi à vous entretenir pour plusieurs.

421 Attendant la satisfaction de les voir, je suis très sincèrement, ma chère Amie,
P.-F. Lepoutre

Mai 1791

422 N o 137 de Paris le 3 May 1791

423 Ma chère Amie
J’apprends par votre lettre du 29 avril que votre santé se trouve altérée et vous attribuez la cause aux calotins calomniateurs et perturbateurs car je crois qu’on peut leur attribuer ces termes. Et vous me dites que le petit cagot de vicaire de Reckem veut aussy estre pour quelque chose dans cette affaire et qu’il arpente quelquefois les chemins, pris de boisson. Il faudrait quand il se trouve dans une pareille équipée et tenant de pareils propos, que les habitants le conduisissent par devant le procureur de la commune du lieu, pour luy faire l’affront qu’il mérite.

424 Il faut espérer, ma chère Amie, que sous peu vous aurez des curés et vicaires qui rétabliront l’ordre et le calme. Les électeurs doivent se réunir dimanche prochain pour commencer l’élection.

  • 39 Malgré le fait qu’elle n’éclate qu’au printemps 1791 et plus précisément avec le vote du 4 mai, l’ (...)

425 Nous avons tenu une assemblée hier depuis neuf heures du matin jusqu’à neuf heures du soir. L’objet de la discussion est la réunion de la ville d’Avignon et du comté Venaissin aux domaines de France, aujourd’huy possédé par le Pape, acheté à titre d’engagement dans le siècle 1300 et la scéance a été levée sans décision. Mais aujourd’hui, la décision se fera et je crois qu’il sera décidé en faveur de la France. Et il est presque assuré qu’il faudra faire l’appel nominal à cause que les partisans du Pape ne voudront pas estre content sans passer par ce double employe 39 .

426 Vous me parlez de n’avoir pas fait vos Pâques à cause du caprice de notre curé. Je ne crois pas, ma chère Amie, que cela puisse alarmer votre conscience, et vous avez raison d’attendre le remplacement des nouveaux curés et vicaires Et il ne faut pas douter qu’ils vous donneront d’autres principes de religion que leurs prédécesseurs.

427 Nos enfants se promènent avec le sieur CRETAL dans tous les endroits les plus remarquables des environs de Paris. Ils auront bien des choses à vous entretenir à leur retour, car ils n’ont laissé aucun endroit en arrière.

428 J’ay reçu une lettre de CASTELAIN, qui me prie de me rendre à Poissy demain. Il craint qu’il faudra perdre sur les moutons à cause que la viande est diminuée d’un sol la livre, depuis la suppression des droits d’entrée des villes. Il me marque cependant qu’il a de la bonne marchandise. Nos enfants ont été hier à Vincennes pour voir le donjon et, en même temps, je leur ay donné la commission de voir DIDIER, boucher, à qui CASTELAIN avait vendu à son précédent voiage. Je crois qu’il était allé à une foire à vingt lieues de Paris où se trouve, dit-on, grande quantité de moutons.

429 J’auray des nouvelles positives à vous donner vendredy prochain, comment le marche aura passé. Et je suppose que nos enfants prendront la route pour leur retour samedy prochain avec le berger, moyennant que la vente de ses moutons ; et ils pourront venir vous embrasser mercredy soir.

430 Je désire d’apprendre par votre première la situation de votre santé, j’espère que vous serez mieux portante qu’à cette dernière.

431 J’ay écrit au sieur de FOREST ; peut-estre me donnera-t-il de ses nouvelles relativement à notre fermage, car j’aime à croire que Monsieur LEGRAND joue son rôle à l’insu de Monsieur de FOREST.

432 Attendant de vos nouvelles le plus tôt possible. Je suis très sincèrement

433 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

434 P. S.-Nos enfants vous font des compliments de même qu’à leur oncle Constantin et à leurs frères et sœurs. Ils croient estre nécessaires pour l’installation des nouveaux curés, car il pourrait bien se faire qu’on soit obligé de présenter la force armée pour intimider nos bégueules de bigotes.

435[La lettre no 138 du 6 may 1791 n’a pas été publiée]

436 N o 139 de Paris le 11 May 1791

437 Ma chère Amie,
Dans la lettre que je viens de recevoir en date du 6 de ce mois, j’ay trouvé inclus une espèce de requête du sieur DANVIN cy-devant employé pour les états. Je voudrais que de pareilles recommandations ne me soient pas envoyées ; il y a un décret qui porte qu’aucun député ne devra plus solliciter aucune faveur ni place pour qui que ce soit. Cependant je feray par un motif de charité ce que je pourray à cet égard, sans que je puisse promettre de pouvoir réussir.

438 Au moment que je vous écrit, vous avez déjà jouy du retour de nos enfants, ou du moins vous en jouissez aujourd’hui. Le gain sur la vente de nos montons n’est pas considérable ; il n’est guère que 3 livres-10-0 par tête pour ceux qu’ils ont été vendus au marché et relativement aux frais de retour il convient de supporter deux tiers à cause de nos enfants.

439 Je compatis, ma chère Amie, à l’espèce de combat que vous avez à soutenir contre nos cagots de calotins, il faut espérer que vous remporterez bientôt la victoire. Je sçais que la majeure partie des habitante de Linselles sont de cette ligue, mais vous aurez remarqué dans les derniers journaux que je vous ay envoyés sans lettre comme on leur accorde la pleine liberté d’exercer notre sainte religion sans aucune inquiétude, sous la restriction cependant que là où ils voudront former leur oratoire, ils seront obligés de mettre une inscription contenant ces mots : « Temple de la secte des non-conformistes ». Nos enfants ne pourront pas vous donner beaucoup de détails sur ces décrets, ils n’ont été rendus que samedy dernier jour de leur départ.

440 Il m’est bien fâcheux d’apprendre que le procureur de la commune n’a pas le courage de même que les officiers municipaux de faire un réquisitoire et de dénoncer au dénonciateur publicq du district. Je vous assure que dans les trois quart du royaume on aurait pas manqué de les saisir et de les conduire par devant les tribunaux attendu le trouble qu’ils portent à l’ordre social.

441 Je crains, ma chère Amie que vous me donnerez de fâcheuses nouvelles relativement à nos lins. Vous me parlez bien qu’on avance pas au sarquelage à cause du froid mais vous ne me parlez pas de la gelée qu’il a fait la nuit du six au sept. Par icy la vigne est beaucoup endommagée surtout dans les bas-fonds et le vin est augmenté de douze francs à la pièce depuis trois jours. Cependant j’espère que le dommage ne sera pas aussi considérable qu’on a cru pour un moment. Dimanche dernier, j’avais sorti des barrières pour voir le dégât qu’avoit causé cette gelée, ce que j’avais vu était fort endommagé. Mais hier, j’ay pris une autre barrière, j’ay eu la consolation de voir que l’accident n’était point général. Et quant aux autres productions de la terre, je crois qu’il y a le double des années communes ; je vous assure que les bleds suivant que je les ay vus périront d’abondance et il est de même de toutes les autres avestures *.

442 J’espère que vous me donnerez de meilleures nouvelles à votre première de la situation de votre santé. Je désire d’estre avec vous dans ce moment pour vous distraire des mauvais propos que tiennent nos réfractaires calotins. Ils font comme tous les autres fonctionnaires à la veille de la démission. Ils redoublent leurs efforts pour causer autant de mal qu’ils peuvent, mais sous peu de jours vous les voirez bien humiliés. J’attends de vos nouvelles le plus tôt possible pour sçavoir le résultat du choix de nos curés.

443 Je vous souhaite une meilleure santé et suis très sincèrement

444 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

445 N o 140 de Paris le 14 May 1 791

446 [...]

  • 40 Le 20 mars 1791, arrivée à Paris du bref pontifical, Quod aliquantum, condamnant la Constitution c (...)

447 Vous me demandez ce que signifient tant de brefs du Pape 40 . Je ne peux vous dire d’autres raisons que je crois qu’il s’en fabrique chaque jour de nouveaux, suivant le caprice de nos évêques réfractaires, et tous ces brefs ne doivent pas alarmer votre conscience.

448 Ce qu’il est arrivé au curé d’Halluin est un trait pour rire par exemple, le publicq con noitra jusqu’à quel point il portoit son avarice et je crois que son voisin le curé de Roncq s’il avoit tout son avoir en argent, en auroit peut-estre le double de celuy d’Halluin.

449 Je craignois, ma chère Amie, que vous m’auriez annoncé de tristes nouvelles relativement à nos lins et cela à cause de la gelée qu’il a fait la nuit du départ de nos enfants, qui étoit le 7 de ce mois, il est à croire qu’elle n’a pas porté préjudice dans nos environs, comme elle a fait dans plusieurs provinces sur les vignes. Mais la saison n’est pas fort avancée, on espère que la vigne pourra repousser de nouveau bois qui pourra encore donner du raisin, avec beaucoup moins de qualité cependant, à cause qu’il aura de la peine à murir.

450 [...]

  • 41 Edmond Burke avait sorti sa violente condamnation de la Révolution française au mois de novembre p (...)

451 Je vous envoye le rapport fait par Monsieur TALLEYRAND, ci-devant évêque d’Autun, aujourd’huy membre du directoire de Paris, fait au nom du comité de constitution pour le département de Paris et je vous envoye aussy les Droits de l’Homme en réponse à l’attaque de Monsieur BURKE sur la Révolution Française faite par Monsieur PAINE, tous deux Anglais 41  ; ce dernier, je vous prie de ne le donner qu’à des personnes qui ne seront pas dans le cas de le gâter, parce que j’en fais grand cas.

452 Il a fait ici de la pluie depuis deux jours assez fort et le temps est tellement adouci, qu’il semble que c’est le commencement d’une nouvelle saison. Il est assuré, s’il en a fait autant chez nous et qu’il fasse aussy doux qu’ici, les bleds viendront trop fort comme tout le reste des productions de la terre.

453 J’attends de vos nouvelles le plutôt possible, je suis très sincèrement

454 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

455 N o 141 de Paris le 18 May 1791

456 Ma chère Épouse,
Par votre lettre en date du 14, vous me faites part que vous n’avez pas encore des moutons d’achat pour compléter la bande avec ceux que nous avons en gras. Le dernier marché a été un peu mieux que le marché du 7 ; BRAME de Lorgies en a vendu à 76, beaucoup moindre en qualité que ceux de CASTELAIN et suivant le rapport que m’a fait le sieur du pays, le mouton a été vendu onze sols la bonne qualité.

457 La requête que vous avez inclus dans votre lettre du sieur CORDEL me causera encore quelques démarches. Vous devez, ma chère Amie, leur dire que la liste de tous les employés de notre département est en connaissance de l’Assemblée Nationale, et que ceux qu’ils ont mérité pension, ils l’auront ou ils seront replacés dans un employe quelconque. Aussy je vous prie de ne plus vous charger d’autre recommandation.

458 Vous me faites part que le cy-devant curé s’est permis de faire lire un bref du Pape, malgré la défense qu’en avait fait le maire de la paroisse. Je trouve dans les officiers municipaux peu de fermeté. S’ils connaissaient les loys du royaume, ils sauraient qu’aucun acte ou bref de la Cour de Rome ne peut estre rendu publicq, sans la permission du gouvernement ; et enregistré dans les cours supérieures qui est aujourd’hui l’Assemblée Nationale.

459 Quant aux journaux que je procurais au Père Augustin, c’est bien à mes frais que je les envoiot. Mais d’après le rapport que vous me faites de son insolence, il en sera privé dés aujourd’hui ; je les ay mis à l’adresse de Benjamin et je les continueray.

460 Vous me parlez que le curé d’Halluin voudrait avoir preste son serment ; je le crois bien parce que, aujourd’hui, ils sont confirmés que les décrets de l’Assemblée Nationale ne se font pas pour en badiner.

461 Je suis charmé d’apprendre la conduite que vous avez tenue à l’égard du cy devant curé. Je reçois de temps en temps des nouvelles de Lille qu’ils m’en parlent avec applaudissement. Mais on me marque aussy que l’on craint l’installation du nouveau curé, à cause du fanatisme qu’il règne dans cette paroisse ; mais j’espère que la Garde Nationale leur imposera silence.

462 Vous me faites plaisir de m’apprendre que ma sœur de Reckem vous a rendu visite qu’elle vous a fait part que du coté d’Avelin que tout était tranquille. Et ma chère Amie, il est partout de même où les curés ont presté serment.

463 On vient de me faire part que je devrais écrire à mon frère ci-devant curé d’Annoeullin, pour qu’il prestesse son serment que le directoire l’admetteroit encore dans une cure à son choix. Je ne suis pas disposé à faire cette démarche, crainte qu’elle ne soit infructueuse ; il vaudrait mieux que ce soit un autre que moy qui luy fasse cette représentation. Je voudrais que ce fut le cousin FAVIER d’Avelin, je ne connais personne pour luy faire entendre raison mieux que luy, ou bien le sieur WALLAERT s’il voudrait s’en donner la peine. On m’a dit que le curé d’Allennes, la belle-mère du sieur CHOMBART, mon collègue, le sieur FRIT et son frère doivent prendre une maison à Annoeullin pour vivre ensemble ; je ne crois pas que cet arrangement puisse estre de longue durée.

464 Quant à votre état de santé, il faut espérer que la révolution vous sera aussy avantageuse que la Révolution Française. Je vous connois assez de fermeté pour supporter ce qu’il arrive à toute femme venue à votre âge et même plus tôt ; ainsy quand nous se réunirons, nous pourrons dire que nous avons surmonté deux révolutions.

465 Attendant l’heureux moment de nous revoir, je suis très sincèrement

466 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

  • 42 Cf. la lettre de Mme Lepoutre du 22 décembre 1790. En juin 1791, Camus publie ses Observations sur (...)

467 P-S.- Vous verrez les observations faites sur deux brefs du Pape par le sieur CAMUS 42 Lisez le avec intérêt et faites le circuler pour estre rendu publicqs par gens instruits.

468 N o 142 de Paris le 21 May 1791

469 Ma chère Épouse,

470 Vous me faites part par votre lettre du 17 [n. p.], que Benjamin à son retour à Lille a rempli son devoir qui était de saluer Madame SCHEPPERS et de luy présenter mes civilités.

471 Mon cher collègue m’en a fait part il y a quelques jours et m’a dit que son épouse avait été bien satisfaite de cette visite, attendu qu’elle recevoit des nouvelles certaines de la santé de son mary.

472 J’ay reçu depuis votre dernière une liste des curés que nos électeurs avaient choisis pour remplacer ceux qui s’étaient refusés au serment et dans cette liste j’y ay trouvé le sieur FRANISETY, nommé pour remplacer mon frère cy-devant curé d’Annoeullin.]e vous avoue, ma chère Amie, que ce remplacement m’a touché et cela d’avoir un frère qui se refuse d’exécuter la loy de l’État.

473 Vous me dites que notre neveu Auguste CUVELIER a pris sa route par chez luy pour retourner à Douay et qu’il était dans une espèce de désolation. Eh bien, il tachera de se consoler avec ses confrères réfractaires et sous peu je crains qu’ils seront méprisés par ceux mêmes qu’ils ont fait leurs prosélytes.

474 Quant à l’objet de ce qu’il nous doit, je ne crois pas qu’il y eut à craindre, parce que j’ay hypothéqué sur le bien qu’il a en propriété qui vaut plus que la somme qu’il me doit, ainsy vous pouvez vous tranquilliser de ce côté-là.

475 Le Père Augustin sentira de suite son tort parce qu’il ne recevra plus de journaux ni aucune nouvelle de ma part, mais je veux à mon retour avoir une conversation avec luy pour le faire souvenir de ses anciennes sottises.

476 Quant à l’argent qu’on arrête de temps à autre qui se transporte pour l’étranger, il faudrait remettre en échange des assignats pour la même valeur et le faire rentrer dans le commerce de l’intérieur. Comme il s’est fabriqué dans plusieurs quartiers du royaume et je crois qu’on pourra tenir cette conduite sans que ceux qui sont agents de cet infâme commerce puissent s’en plaindre. Nous sommes dans ce moment dans la plus grande pénurie d’argent qu’on a peut-estre jamais vu de semblable jusqu’au point que l’argent a été vendu à quinze pour cent d’échange. Malgré cette grande rareté apparente, j’espère que d’icy à huit jours on pourra se moquer de nos agioteurs, par le moyen des petits assignats qu’on va mettre en émission de la valeur de cent sols et une grande quantité de cuivre pour en faciliter le change à bureau ouvert sans aucune retenue, de manière qu’on forcera les écus à sortir des coffres-forts.

477 Si le temps est aussi beau chez nous qu’à Paris, j’attend qu’à votre première, vous direz que les lins sont montés de deux paumes et j’espère aussy que vous me marquerez que notre nouveau curé prendra bientôt possession de sa cure, car je crois qu’il est bien nécessaire pour rétablir l’ordre dans la cervelle de nos bigotines du Gavre.

478 Je vous invite au courage, ma chère, jusqu’à ce que nos travaux soient termines. Nous aurons bientôt organisé le corps législatif qui doit nous remplacer et dans peu on convoquera les assemblées primaires pour élire de nouveaux députés.

479 Attendant la consolation de nous revoir, je suis très sincèrement

480 ma chère Épouse votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

481 [...] N o 143 de Paris le 24 May 1791

482 Ma chère Épouse,
Par la lettre que je viens de recevoir en date du 20 de ce mois, vous me faites un tableau de la situation de votre santé, qui me fait beaucoup de peine de n’être point présent pour pouvoir vous soulager de tout ce qu’il pourrait dépendre de moy. Vous me permettrez de vous dire, ma chère Amie, que nos tempéraments continuent d’estre approchant conformes quoyque séparés et éloignés de deux degrés. Je vous diray que tous les jours au matin, je me trouve approchant dans le même embarras que vous ; il me faut au moins une demy-heure pour que la respiration me soit libre et que les humeurs reprennent leur circulation. Et je crois que tout tempérament doit passer par une crise plus tôt ou plus tard, mais je remarque que nous allons de pair jusqu’à présent.

483 Je crois que Monsieur BRULOIS a bien fait de ne pas vous soigner et cela à cause que vous aviez les jambes enflées. C’est qu’une saignée vous aurait augmenté cette enflure plutôt que de vous la diminuer. Vous avez besoin, ma chère compagne de prendre des bons aliments et de voir dissiper autant que vous le pouvez par la promenade soit dans les champs ou au jardin potager, suivant que vos forces vous le permettent. Et ce que je vous prie, c’est de ne pas vous affecter, parce que d’un petit mal on le fait dégénérer en grand.

484 Monsieur SCHEPPERS, mon cher collègue, m’a fait part hier des nouvelles qu’il avait reçues de Madame son épouse. D’après les rapports que Monsieur BRULOIS luy avait fait de votre situation, qu’il n’y avait rien à craindre et que votre état n’aurait point eu de suite mauvaise. Ce que je désire de tout mon cœur, mais je vous prie de me donner de vos nouvelles le plus souvent possible.

485 Vous me dites que le berger est en route avec une troupe seulement de 81. C’est dommage qu’il n’a pas pu en trouver davantage au prix que vous me marquez. S’ils sont gras, il y a lieu d’espérer de profiter un bon sous, car au dernier marché de Poissy, le mouton de la première qualité a été vendu à onze sols.

486 J’ay reçu une lettre de Benjamin qui me marque que Monsieur DELAHOUSSE, notre nouveau curé luy a promis de vous rendre visite, il dit de plus que le patriotisme se propage chaque jour dans la ville de Lille. Mais il me dit aussy que la pénurie de l’argent est extrême. Monsieur S TA de qui j’ay reçu une lettre hier, me dit de même et il me marque que l’argent est à présent à 10 et 11 pour cent à Lille et moy je vous dit qu’il a été à Paris certains jours jusque quinze et dix-huit.

487 Suivant le rapport que m’a fait Benjamin, dimanche prochain on doit installer le curé, j’en suis bien aise, j’aime à croire que ce brave homme pourra sous peu calmer le trouble qu’il règne à présent au rapport des consciences timorées. Et vous verrez qu’avant deux mois, le peuple se tournera contre les anciens ecclésiastiques voyant que l’éducation religieuse de différentes maisons dans une qui leur sera destinée, causera encore un peu de bruit, mais je crois qu’il ne sera pas de longue durée. On a porté décret hier et vous l’aurez l’ordinaire prochain. Je crois que tous ces religieux de différentes maisons réunis auront de la peine à s’accorder. Vous voirez qu’une grande partie en sortira pour vivre en son particulier.

488 J’espère que vous me donnerez des bonnes nouvelles à votre première relativement à votre santé, il n’y a que cela qui m’intéresse le plus. Et j’attends la fin de nos travaux pour avoir la satisfaction de nous revoir.

489 Je vous prie d’embrasser nos enfants pour moy et suis très sincèrement

490 ma chère Épouse, votre très affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

491 N o 144 de Paris le 29 May 1791

492 Ma chère Amie,
Je suis bien satisfait de votre lettre dont je viens de recevoir en date du 27 de ce mois, par laquelle vous me faites part, que votre santé se rétablit et j’aime à croire que l’arrivée de notre nouveau curé constitutionnel vous procurera un parfait rétablissement, soit par quelques visites que j’espère qu’il ne négligera de vous faire et plus encore par le baume de la paix qu’il ne cessera de prescher à ses ouailles.

493 Au moment que je vous écrit, peut-estre jouissez-vous de la douce satisfaction d’entendre ce brave curé vous annoncer la parole de la Paix, qui nous est prescrite par l’Evangile et prononcée par notre Divin Rédempteur.

494 Je suis presque assuré, ma chère Amie, que vous aurez envoyé vos deux chariots pour aider à conduire ses meubles et peut-estre aurez-vous envoyé le petit pour le conduire plus commodément. Le temps qu’il a fait à Paris hier m’a un peu inquiété, s’il en a fait de semblable chez nous, la Garde Nationale aura été bien mouillée, car il a fait à Paris une pluye d’orage, qui a duré au moins quatre heures.

495 Je suis curieux de sçavoir quelle conduite aura tenue la petite armée de bigotes pour soutenir les intérêts de nos réfractaires, il me parait les voir s’attrouper au coin des rues par petits pelotons, présenter chacune à leur tour leur pétition aristocratique sous le voile de la religion. J’aime à croire qu'aujourd’hui dimanche, d’après le rapport que vous me faites, il y aura la moitié des habitants qui n’entendront pas la messe par crainte de commettre un sacrilège. Eh bien pourriez-vous croire que dans une grande partie du royaume ils se sont servis de pareils stratagèmes pour induire le peuple en erreur ; mais dans la capitale, ils n’ont pas cru qu’une pareille conduite aurait pu leur réussir.

496 Je voudrois bien que Monsieur DELAHOUSSE, notre curé, trouvasse occasion de pouvoir dénoncer quelques unes de nos turbuleuses. Il nous a été fait hier un rapport par le comité des recherches relativement aux ecclésiastiques déjà en prison, il y en a moins trente à quarante, et les comités des rapports et des recherches sont autorisés de faire le triage des délits qu’ils peuvent avoir commis pour indiquer à l’assemblée par devant quel tribunal il, seront tenus de comparaître. Ce n’est pas que l’Assemblée Nationale met beaucoup d’importance parce que l’on est sûr que tout le tort retombera sur eux.

497 Nous connaissons très bien que l’on exporte le numéraire du royaume et c’est un fait que l’on ne peut pas empêcher, il est de l’argent comme de toute autre marchandise. Dans une douzaine de jours, vous voirez que le calme se rétablira sur cet objet, nous aurons de petits assignats de cinq livres et une portion de gros sous suffisante pour en faire le change au pair et dans chaque district, il y aura un de ces bureaux de change, de manière que ceux qu’ils auront des assignats, peu n’importe quelle valeur, ils pourront les échanger contre des assignats de cinq livres et des gros sous sans aucune retenue.

498 Monsieur HOVYN de Menin me fera l’amitié aujourd’hui de prendre le dîner chez moy et il doit rester encore quelques jours à Paris. Il m’a dit que son départ de Menin a été trop précipité sans quoi il vous aurait rendu une visite pour vous annoncer son départ et vous offrir ses services et j’aime à croire qu’à son retour, il ne manquera pas de vous venir saluer.

499 J’ay donné l’ordre à Benjamin de me faire parvenir par la diligence une demi-douzaine de cervelas, je luy ay dit de les prendre chez Jacques PERS et d’y joindre quatre à cinq livres de bon tabac emballé séparément.

500 J’espère, ma chère Amie, que nos travaux finiront dans le courant du mois d’aoust au plus tard et attendant la douce consolation de nous réunir,

501 Je suis très sincèrement, ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

502 P.-S. Quand vous aurez l’occasion, je vous prie de présenter mes respects à Monsieur DELAHOUSSE, notre curé et que je le prie de réintégrer ma maison de ses droits, ci-devant proscrits par son prédécesseur.

Juin 1791

503 N o 145 de Paris le 1 er juin 1791

504 Ma chère Épouse,
J’espère recevoir aujourd’hui une de vos lettres, par laquelle vous me marquerez la réception de notre nouveau curé ; je voudrais bien participer à pareille fête.

505 Vous m’apprenez par votre dernière que les habitants de Bousbecque étaient en marche pour aller au devant de leur nouveau curé ; je n’oseray pas annoncer au publicq la conduite qu’a tenu leur ancien, suivant le rapport que vous m’en faites par votre dernière lettre. ; il a laissé, me dites-vous la paroisse sans une hostie consacrée dans le saint ciboire. Voilà donc les ministres d’un Dieu de Paix.

506 On m’a fait part d’une conduite point moins convenable faite par le cy-devant curé de la paroisse Sainte-Catherine à Lille. L’on m’a dit qu’il avait transporté tous les vases sacrés chez luy, ce qui pourrait estre regardé comme un vol sacrilège, si tout ce que l’on dit est vray. Je crains bien, mon Amie, que la justice sera obligée d’en poursuivre certains jusqu’au dernier ressort et je crois qu’il faudra parvenir là pour abattre leur fureur.

507 Vous me dites que l’on a offert au Maire de Bousbecque d’envoyer une centaine de cavaliers pour maintenir l’ordre pour la réception de leur nouveau curé, c’est bien une marque que l’on n’a pas confiance de sa conduite. S’il avait montré de la fermeté, il ne serait pas question de lui faire de pareilles offres.

508 Quant à la circulation de l’argent et à sa sortie il n’est pas possible que l’on puisse y mettre obstacle et la raison est que l’on doit payer nos dettes. La Nation doit, à supposer, aux Anglois, Hollandois ou Allemands. Il est très juste de les payer en écus. Mais avant un an, vous voirez le même argent rentrer par la concurrence que notre commerce aura sur nos voisins.

509 [...]

510 Je suis très sincèrement, ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

511[La lettre No 146 du 4 juin 1791 n’a pas été publiée]

512 N o 147 de Paris le 7 juin 1791

513 Ma chère Amie
Suivant ce que vous marquez par votre lettre en date du 3 de ce mois, la petite gendarmerie bigotine n’a pas trouvé à propos de faire ses efforts pour empêcher l’entrée de notre curé comme elle se l’avoit promis ; c’est une troupe que leur force ne consiste que dans leur langue et c’est une arme qu’elle n’est plus écoutée en ce moment.

514 Vous me dites que Victoire ROUZE veut estre pour quelque chose aussy dans l’histoire, qu’elle se rend, me dites vous, dans les maisons pour y troubler le repos des consciences. Si elle continuerait cette conduite, il faut la dénoncer à la municipalité, car ces Messieurs sont établis pour maintenir l’ordre de la société ; il mérite une punition. S’il arrive que l’on vienne vous faire de pareilles plaintes, dites leur de se pouvoir devant la municipalité.

515 J’ay appris, ma chère Amie, que vous avez eu la satisfaction d’assister à donner le nom, aux fonds de baptême, à l’enfant premier-né du brave patriote le cousin SEYNAVE et baptisé par un curé constitutionnel. Je ne suis pas surpris d’apprendre que la femme de DUPONT a gagné sa cause pour faire baptiser l’enfant de sa fille, comme vous me dites à Bondues, cette femme est d’un caractère à ne pouvoir luy faire entendre raison. C’est un trait de caprice et non d’une personne instruite. Je plains les personnes qui sont d’une pareille ignorance.

516 Le fanatisme s’est montré approchant partout pour un moment et cela à l’instigation des prêtres réfractaires Aujourd’hui le peuple qui connoit qu’on cherchoit à l’égarer, se montre des plus disposés à les repousser. Je viens d’apprendre cependant qu’on a insulté notre évêque à Bailleul. Le procès-verbal a été lu hier le soir à notre Assemblée et l’affaire est renvoyée au comité des recherches pour qu’il en soit fait rapport dans le plus bref délai.

517 À Boulogne-sur-mer, département du Pas de Calais, le jour de l’installation d’un curé, une effigie de la Vierge posée au dessus du tabernacle à la maître-autel au moment que le prestre qui avait officié, prit la remontrance pour donner la bénédiction, cette effigie a commencé à tourner la tête en signe d’improbation. Le peuple commença à crier au miracle, un grand trouble s’est manifesté dans l’église. Le prestre croyant que ce trouble provenait de ce que l’on voulait l’assassiner est tombé évanoui sur l’autel. Quelques personnes moins crédules ont voulu voir la chose de plus prés se sont glissés derrière l’autel, là y ont trouvé un prestre réfractaire, qui par le moyen d’un cordon et des ressorts avait trouvé le secret de faire mouvoir la tète de l’effigie. Le faiseur de miracle a été conduit de suite en prison, après avoir demandé pardon au peuple et aujourd’hui, on instruit son procès.

518 Je crois, mon Amie, si le temps est aussy chaud chez nous qu’à Paris, il n’y a plus à espérer de la production des lins, car le temps qu’il fait ici quatre jours suffiraient pour les griller.

519 Nous aurons sous peu des assignats de cinq livres en remplacement de ceux de mille et deux mille, il sera formé un bureau de change dans tous les districts où on pourra échanger de toutes espèces d’assignats, sans aucune retenue et on pourra prendre des gros sous autant qu’on en voudra ; cecy facilitera le commerce pour le payement des ouvriers.

520 Je vous ay dit dans ma dernière que j’avais pour neuf mille francs d’assignats, tant à CUVELIER qu’à DERVAUX de Tourcoing, je crains que je seray obligé de les leur renvoyer à cause qu’on a grand peine à se procurer à présent de petits assignats en échange au trésor national.

521 Je vous prie à la première occasion de présenter mes respects à Monsieur DELAHOUSSE, notre curé et luy dire beaucoup de bonnes choses de ma part.

522 Attendant de vos nouvelles le plus tôt possible et surtout de la conduite que tient notre petite gendarmerie bigotine, je suis très sincèrement,

523 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

524 N o 148 de Paris le 11 juin 1791

525 Ma chère Amie,
Par votre lettre en date du 7 de ce mois, vous me parlez que le curé de Mouscron a lu une lettre venant de l’évêque de Tournay, par laquelle il permet aux prestres non conformistes de dire la messe dans des maisons, granges ou autre lieux. De plus de pouvoir baptiser, épouser et enterrer, et de former et bénir des cimetières. Si ces pouvoirs que Monsieur l’évêque de Tournay leur accorde doivent s’exécuter sur le territoire français, c’est une absurdité de la part de l’évêque de Toumay. Si c’est pour s’établir sur terre d’Empire, c’est aux Flamands à sçavoir s’ils les recevront ; ils ont cependant d’après l’esprit du décret, le droit de s’assembler, de dire la messe et chanter les offices divins, mais sous une condition de mettre une inscription sur le frontispice du lieu « Secte des non conformistes » et obligés de laisser les portes ouvertes à tout le monde pendant qu’ils seront assemblée et seront sous la surveillance de la municipalité. Comme vous avez pu observer par les décrets insérés dans les journaux du 7 may, je crois.

526 On vient d’arrester un religieux de Saint-Vaast d’Arras au village de Lesquin, lequel avait dans sa voiture deux cents mille francs tant en or qu’en argent ; il prenait les chemins de travers, pour mieux échapper. Son dessein était de se rendre sur terre d’Empire. La Garde Nationale du lieu l’a conduit au district de Lille ; peut-estre que cette affaire sera renvoyée à l’Assemblée Nationale.

527 Monsieur PRIMAT, notre évêque, a baptisé l’enfant d’une des filles de Monsieur SCHEPPERS, dimanche dernier. Et l’on m’a dit que 24 prestres non conformistes viennent de prester leurs serment, ainsy, il n’y aura peut-estre que ceux qu’ils ont signé l’acte de ne pas le prester qui resteront en but du mépris par leur caprice.

528 Vous me parlez qu’il faudrait que l’Assemblée Nationale portasse un décret pour que les anciens curés fussent obligés de se retirer à quatre lieux de leur cy-devant cure. Il n’est pas possible parce que ce serait porter atteinte à la liberté.

529 [...]

530 Je vous souhaite une bonne feste de Pentecôte et attendant de vos nouvelles, je suis sincèrement

531 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Le poutre

532 [...]

533 N o 149 de Paris le 14 juin 1791

534 Ma chère Épouse
Je viens de recevoir votre lettre en date du 10, par laquelle vous me faites part que Monsieur BRULOIS vous a donné des pilules argentées pour faire dissiper l’enflure qui vous reste aux jambes, étant la suite de votre indisposition, d’après ce que Monsieur SCHEPPERS m’a dit de la science de ce Monsieur surtout pour des cas comme le votre. Vous pouvez y avoir une entière confiance car c’est l’homme le plus instruit qu’il y a dans Lille pour pareille incommodité.

535 Vous me dites, ma chère Amie, qu’il s’est formée une troupe de la gendarmerie bigotine et qu’ils ont présenté une pétition à la municipalité pour qu’il soit accordé au ci-devant curé une heure fixe pour dire sa messe et qu’on lui a accordé l’heure ; c’est un grand mal de luy avoir accordé ; ceci ne peut que dégénérer en troubles. Les officiers municipaux manquent de fermeté et s’exposent beaucoup de souffrir une pareille tolérance et surtout si on luy accorde la permission d’administrer la communion ; peut-estre arrivera-t-il un décret qui obligera tous les ci-devant cures de quitter leurs anciennes paroisses, vu le trouble qu’ils pourraient susciter, je crois que leur opiniâtreté n’a d’autre but que d’attendre une contre-révolution. Ils seront bien trompés, les magots. Vous voirez dans le journal de samedy quel arrangement on a pris à cet égard et la précaution prise en même temps pour s’assurer de l’armée. Vous pouvez dire avec certitude que si il faut se battre, cent mille parisiens sont prêts à voler au secours de leurs frères d’armes sur les frontières, on prend les précautions pour se tenir sur la défensive sans cependant avoir aucune crainte, mais s’il arrivait la moindre chose vous êtes assurée que les premières victimes seraient les prestres réfractaires et les nobles, je veux dire les ci-devant nobles.

536 On m’a marqué que le sieur DELANNOY fils avait reçu un détachement de 8 cavaliers pour qu’il les eut nourris en récompense de ce qu’il avait fait baptiser son enfant dans une paroisse voisine sans nécessité. Mais il me semble que cette nouvelle est controuvée, puisque vous ne me dites rien sinon qu’il a été obligé de faire enregistrer son enfant sur le registre de la paroisse. Vous voie ? à quelle bêtise ces gens s’exposent ; il pourroit arriver à l’avenir qu’on aurait besoin de l’extrait de baptême de cet enfant, on ne croiroit pas de chercher ailleurs que dans la paroisse où il est né. Voilà cependant un grand inconvénient qu’il pourroit fort bien arriver.

537 Je viens d’apprendre par une lettre du sieur LEMESRE d’Houplines que leur ci-devant curé ne cherche rien de moins que de se faire foutre en prison. Il loge actuellement chez le nommé DESMAZURES, un gredin de cy-devant noble, Il y a deux ans ce curé se serait cru déshonoré d’entrer chez luy et aujourd’huy il y prend son logement et y construit une chapelle dans sa grange pour y attirer ceux qu’il induit en erreur.

538 Vous me dites que notre évêque devait venir à Linselles vendredy dernier mais que son arrivée n’a pas eu lieu. Je suis charmé qu’il vienne à Linselles. J’espère qu’il donnera un peu plus de fermeté aux officiers municipaux par ses bons avis.

539 Je vous ay marqué dans ma dernière lettre que si vous aviez pu trouver un moyen, sans vous exposer à aucune disgrâce de me faire parvenir quelques flacons de bonnes eau-de-vie de genièvre aujourd’hui, je vous prie de donner la commission à quelqu’un qui voulusse bien l’entreprendre de le faire entrer dans Lille ; pour lors, je crois qu’il n’y a plus aucun danger, attendu qu’on ne fait plus aucune visite aux portes des villes.

540 Je vous diray, depuis que j’ay parlé au sieur FRICAUD et quelques autres de sa compagnie de la faculté du genièvre en leur disant que cette eau de vie était le remède qu’on ordonnait pour l’hydropisie, aujourd’hui, ils me sollicitent avec beaucoup d’instance d’en faire venir.

541 Je n’ay pas encore réussi à pouvoir changer les gros assignats pour en avoir de petits, tant pour le sieur DERVAUX que pour le sieur CUVELIER de Linselles ; je feray demain une dernière tentative, si je ne réussy pas, je me verray obligé de leur envoyer tels qu’ils m’ont été remis.

542 Je vous souhaite une parfaite santé et j’espère qu’à votre première, vous me marquerez de vos bonnes nouvelles de votre situation,

543 Attendant ce, je suis très sincèrement,

544 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

545 N o 150 de Paris le 18 juin 1791

546 Ma chère Épouse,
Il me semble que votre lettre en date du 14 d’après les rapports que vous me faites qu’il y a encore lieu d’espérer d’avoir un peu de lin et surtout d’après la pluye qu’il vient de faire depuis quatre à cinq jours. Et dans ce moment le temps commence à adoucir, peut-estre à votre première que vous me direz que nos lins sont augmentes d’une moitié en valeur.

547 Vous me parlez de notre greffier qu’il se montre un des plus obstinés. Je n’en suis pas trompé attendu qu’il s’était refusé de faire compagnie au corps municipal à la réception de notre nouveau curé. C’est une famille qu’ils ont longtemps vécus en petits despotes. Ils ne seront pas de sitôt corrigés de leur ancien préjugé.

548 Je trouve singulier que LEPERS du Gavre s’est trouvé forcé de quitter sa place d’officier municipal pour pouvoir avoir des sarqueleuses. Vous voirez jusqu’à quel point notre ex-jésuite a porté le fanatisme.

549 J’apprends avec plaisir que notre maire montre de la fermeté, il n’y a que ce seul moyen qui puisse rétablir l’ordre et vous voirez qu’il y en aura qu’ils se feront poursuivre par les tribunaux, tel que le curé d’Houplines par exemple et le notaire de Frelinghien qu’il a osé ce dernier, former un acte de protestation contre l’établissement du nouveau curé. Cette affaire passera assurément par devant les tribunaux et je crois que le sieur BLANQUART, notaire, sera interdit de son office, à ce qu’il a formé un acte attentatoire aux lois de l’État.

550 [...]

551 Vous me parlez, ma chère Amie, qu’on débite chez nous qu’il y a apparence de contre-révolution pour la Saint Jean. Cette contre-révolution est dans le crâne de nos fanatiques réfractaires, quelle aura bien de la peine de sortir de leur cervelle pour éclater au grand jour. Si vous voiez qu’on tient les villes des frontières sur le pied de guerre, il ne faut pas pour cela vous alarmer ; nous ne craignons pas le ci-devant prince de CONDÉ, ni tous ses adhérents à tête de mort.

552 Les habitants des campagnes de l’Alsace jusqu’à présent, on les avait toujours trompés par des fausses explications des décrets de l’Assemblée. Les corps administratifs des députés du Haut et Bas-Rhin font imprimer en Allemand nos décrets. Ce peuple à présent connaît qu’on le trompait. Ils veulent partir à troupes armées pour se rendre à Worms, pour y attaquer le prince de CONDÉ et prétendent rapporter sa tête au bout d’une pique en France.

553 Les Anglais font la plus grande préparation qui n’a pas été encore faite en Angleterre pour célébrer la feste de la Fédération du 14 juillet qui a été faite en France l’an passé. Vous voiez que l‘Angleterre veut participer au bonheur de notre liberté. Ainsy, mon Amie, tranquillisez-vous et ne vous inquiétez pas des fausses alarmes qui peuvent se répandre dans le publicq.

554 Attendant la consolation de nous revoir, je suis entièrement

555 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

556 N o 151 de Paris le 20 juin 1791

557 Ma chère Amie,
[...]

558 S’il est vray que le curé de Saint-Amand a fait son serment civique, je vous assure que notre petite gendarmerie bigotine se trouvera renversée malgré la prêche que fera notre ex-jésuite de FREMAUX, mais au surplus, vous trouverez dans le journal de dimanche deux articles décrétés par l’Assemblée Nationale qui leur causera du rabat-joie, car l’accusateur publicq est obligé d’informer contre tous ceux des fonctionnaires ecclésiastiques qui s’arrogeraient de vouloir continuer leurs fonctions étant remplacés, seront poursuivis comme perturbateurs. Ainsy vous voirez que l’empire des aristocrates calotins va s’anéantir de suite et que le vray dogme de la religion s’étendra au plus grand jour.

559 Je voudrais, ma chère Amie que la Garde Nationale eut tombé sur le club du prédicant FREMAUX, cela aurait pris place dans les annales de notre Révolution.

560 Vous avez observé dans ma dernière que je n’étais pas satisfait de ce qu’on avait accordé heure fixe pour la messe du cy-devant curé ; aujourd’hui il parait que cette heure accordée peut-estre pour le besoin du moment n’aura pas lieu et c’est très bien fait, car je crois que cela aurait absolument engendré du trouble.

561 Vous voirez dans le journal qu’on a décrété pour six cent millions de fabrication de nouveaux assignats ; il faut observer qu’il n’y en aura jamais plus que pour douze cents millions mis en circulation, comme il y en aura cette semaine pour soixante dix millions de brûlés de cette fabrication, il en sera mis une pareille quantité en remplacement pour le besoin de l’État pour payer nos dettes et par ce moyen diminuer les intérêts que la Nation est obligée de payer tous les ans.

  • 43 Le 18 juin 1791 (soir), l’Assemblée nationale entend un rapport sur la procédure criminelle du tri (...)

562 Vous voirez aussy que nous avons eu une sçéance samedy soir qui nous a tenu jusque prés de minuit, et cela à cause d’un rapport fait à la charge du cardinal de LA ROCHEFOUCAULD 43  ; malheureusement le décret n’a pas été porté, comme les bons patriotes l’auroient désiré, qui étoient de déclarer sujet à accusation mais nous y avons suppléé le jour suivant.

563 Je crois que vous pouvez hardiment assurer que nos ennemis sont vaincus je les compare aux chiens à l’attache qu’ils jappent et ne peuvent mordre.

564 Le sieur GOEMANE de Comines m’a écrit la semaine dernière pour me remercier de l’envoye de journaux de débats et décrets que je lui envoyais comme à vous depuis le mois d’aoust de 1’année passée et cela pour raison, me dit-il que sa vue ne luy permettait plus de les pouvoir lire à cause de son caractère. Mais moy, j’ay jugé autrement, je crois plutôt qu’il craint de trouver dans les journaux un décret qui serait porté contre son beau-frère, le curé d’Houplines, car sa conduite est très répréhensible.

565 L’ordinaire prochain, je pourray vous donner des nouvelles de la plus haute importance. Dans ce moment il n’y a encore rien de confirmé, mais avant la fin du jour, nous en aurons une parfaite connaissance.

566 Je vous souhaite une parfaite santé et suis en attendant le moment de vous revoir.

567 ma chère Amie votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

568 [...]

569 N o 152 de Paris le 23 juin 1791

570 Ma Chère Amie
Je vous avoye marqué dans ma dernière que je vous aurais instruite d’un fait de la plus haute importance. Le fait était l’évasion du Roy et de toute sa famille. Comme on pouvait encore douter de la vérité du fait quand je vous ay écrit ma dernière lettre, c’est pourquoy je n’ay pas trouvé à propos de vous le marquer.

571 Aujourd’huy, j’ay à vous faire part que notre imbécile de Roy a été arresté à Bareille (sic pour Varennes en Argonne) quatre lieues prés des frontières et il sera ramené dans la capitale pour dimanche prochain par la Garde Nationale des environs et celle de Paris qui forme un gros détachement pour aller à sa rencontre.

572 Je vous donneray demain un plus grand détail de tout ce qui s’est passé à cet égard. Je suis très sincèrement.

573 P. F. Lepoutre

574 N o 153 de Paris le 25 juin 1791

575 Ma chère Épouse
Je viens de recevoir votre lettre en date du 20 de ce mois, par laquelle vous me faites part de la situation de votre santé. Dans une de vos précédentes vous m’aviez dit que la respiration vous était libre mais que vous aviez les jambes enflées, aujourd’hui votre respiration se trouve encore embarrassée.

576 Je vous conseille, ma chère Amie, de vous faire une infusion de cerfeuil et de chicorée, vous ferez bouillir un pot d’eau, vous y mettrez un carteron de miel blanc et vous verserez cette décoction sur les herbes nommées. Et faites usage de cette boisson quelques jours et puis vous prendrez une médecine.

577 Je vous avais marqué dans ma lettre du 20 qu’il était arrivé un fait de la plus haute importance et que je vous en aurait donné explication à ma première. Je vous ay marqué dernièrement l’évasion du Roy et de sa famille et son arrestation à Varennes, petite ville du département de la Moselle.

578 Eh bien, ma chère, deux gardes nationaux de cette petite ville ont arresté la voiture malgré la résistance que voulurent porter les postillons. Les gardes nationaux ont sommé les postillons d’arrester ou autrement qu’ils auraient tiré au travers de la voiture et puis ils ont conduit les voyageurs chez le procureur syndicque et les ont obligés de descendre, ce qu’ils ont fait sans résistance et ont demandé du rafraîchissement, ce qui leur a été procuré de suite.

  • 44 Mangin, citoyen de Varennes affirme, à la barre de l’Assemblée nationale, qu’il avait reconnu le r (...)

579 Le sieur NOGIN 44 fils d’un de nos députés se trouvant présent à reconnu estre le Roy, la Reine, le Dauphin, Dame Royale et Dame Élisabeth, sœur du Roy. De suite l’alarme s’est répandu dans cette ville et sitôt on a réclamé les habitants des campagnes de venir fortifier la Garde Nationale, de manière qu’en moins de trois quart d’heure, le Roy s’est trouvé entouré de plus de quatre mille personnes. Et les habitants de cette petite ville attendant le secours du dehors, pour crainte que le Roy ne leur échappe se sont mis de suite à former une muraille tout autour de la maison où il était arresté, avec des pierres du décombrement d’une église. Vous trouverez le détail dans le journal.

580 Nous attendons son retour à Paris pour le 26 ou le 27 escorté de cinquante mille gardes nationaux et entouré de chariots que les habitants des campagnes envoyent pour soulager ces braves dans leur marche. Et ce convoye est dirigé de manière que le Roy se trouve comme dans un fort, s’il arrivait qu’on voulusse l’enlever, il se trouverait comme dans une citadelle.

  • 45 Cf. la lettre de Mme Lepoutre du 20 juin 1791.

581 Vous ne devez rien croire de notre réélection. Il y a un décret très formel à cet égard, qui empêche de réélire les députés actuels pour la prochaine législature 45 Mais je crois, ma chère Amie, que la bêtise que vient de faire le Roy peut nous causer un retard au moins de deux mois. Je peux vous assurer que nous faisons plus d’opérations dans un jour que nous n’aurions pu faire ci-devant dans une semaine. Cette affaire a limé les dents des enragés aristocrates. Nous tenons sçéance jour et nuit depuis mardy soir et cela continuera jusqu’à la rentrée du déserteur ; ainsy je crois que nous aurons encore deux nuits à passer en Assemblée.

582 Je ne peux répondre à la lettre dont Monsieur notre curé, m’a honoré à cause du peu de temps que nous avons dans ce moment. Ce sera pour demain ou le jour suivant, si vous le voyez entre temps. Vous pourrez luy dire que je feray usage des imprimés qu’il m’a fait parvenir.

583 Mais je vous avoue que je ne suis pas peu trompé de la conduite que tiennent les membres de notre municipalité, eux que leur commission est de veiller à la tranquillité publicq et de porter leur vue sur tout ce qui la pourrait troubler, se montrent aujourd’hui à la tête des factieux fanatiques.

584 Il y aura une chose à faire, c’est d’assembler les braves citoyens et de présenter une pétition au corps des officiers municipaux assemblés et requérir contre le ci-devant curé relativement au trouble que sa conduite peut causer dans ce moment, et si le corps des officiers municipaux se refuse à faire droit aux plaignants, ils pourraient dénoncer le refus au dénonciateur publicq et par ce moyen, on les ferait marcher et exécuter les loys.

585 Les nouvelles que vous me donnez concernant les productions de la terre sont assez flatteuses et il y a lieu d’espérer que la récolte sera bien complète cette année en toutes sortes de productions, hors, chez nous, l’objet des lins. Je vous souhaite une parfaite santé, il faut que je me rende à Assemblée dans ce moment. On vient de me dire que le Roy est à Meaux, dix lieues de Paris il parroit se faire qu’il arrivera aujourd’hui.

586 Attendant de vos nouvelles, je suis très sincèrement,

587 ma chère Amie, votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

588 N o 154 de Paris le 28 juin 1791

589 Ma chère Amie,
Par votre lettre en date du 23 dont je viens de recevoir, vous me témoignez avoir encore quelques inquiétudes ; mais cependant aujourd’hui, j’aime à croire que vous estes totalement rassurée.

590 La rentrée du Roy à Paris a eu lieu samedy vers les sept heures du soir, il était escorté au moins de trente mille gardes nationaux et à une lieue au dehors de Paris, sur la route par où il devait rentrer, il y avait au moins six cent mille âmes de tout sexe et de tous âges, qui bordait les chemins et tous étaient dans la plus grande sécurité, le calme était la loy que le peuple avoit imposée et tous étaient d’une contenance ferme et fière, tous le chapeau sur la tête, sans que personne proférasse le moindre mot, ce qui n’est pas ordinaire au peuple parisien. Il semble, ma chère Amie, que la volonté du Français n’est qu’une, par les adresses qui sont parvenues à l’Assemblée Nationale dont on a tenu hier le soir une assemblée extraordinaire pour en faire la lecture. Partout le peuple s’est assemblé apprenant la fuite du Roy et partout ce peuple a émis son vœux de vivre libre ou mourir au combat pour soutenir la liberté. Et je ne crois pas qu’aucune puissance du dehors oserait entreprendre d’attaquer une nation aussy franche et qui veut vivre libre. Il parait que notre Constitution sera sanctionnée de fait par le vœu général de la Nation et l’on pourra se passer de l’acceptation du Roy, parce qu’il a perdu la confiance du peuple.

591 Les préparations qui se font sur nos frontières ne sont autre chose que pour se trouver sur la défensive au cas que nos ennemis voulussent tenter quelques entreprises sur notre territoire, ce qu’il n’est pas à présumer. Nous sçavons cependant qu’il y a dans le Brabant environ quarante à cinquante mille Autrichiens qui pourraient se réunir aux mécontents qui se sont réfugiés à Bruxelles et les autres villes, qui pourraient faire en tout une armée de soixante à septante mille hommes. Cette poignée de monde pourrait-elle faire face à deux millions de Français qui se trouveront prêts à combattre, quand ils seront requis. Et j’ose vous assurer que les habitants de Paris seuls pourraient écraser cette petite armée.

592 Je ne crois pas devoir vous donner de détails sur nos opérations. Vous voirez dans les journaux comme l’Assemblée Nationale s’est comportée depuis l’évasion du Roy. Nous avons tenu sçéance jour et nuit depuis mardy 21 jusqu’à dimanche cinq heures de l’après-midy, alors on a levé la sçéance.

593 Vous me parlez que notre cy-devant curé continue sa menée ordinaire en persuadant que ceux qui ne sont point de son parti sont hérétiques, moy je crois que cette hérésie va tomber par le fait de l’arrestation du Roy. Il y avoit assurément parmi nos réfractaires une espérance de contre-révolution et je ne doute pas qu’ils n’étaient tous instruits de l’évasion prochaine parce qu’autrement ils n’auraient pas montré autant d’opiniâtreté.

594 J’ay fait les démarches pour que le décret, qui ordonne au dénonciateur publicq de poursuivre tout fonctionnaire ecclésiastique, qui est remplacé, s’aviserait de vouloir continuer ses fonctions, soit mis en exécution et je crois qu’il ne tardera pas à être envoyé officiellement.

595 Je vous prie de présenter mes respects à Monsieur DELAHOUSSE, notre curé et de luy dire que les grands embarras m’ont empêché de répondre à la lettre dont il m’a honoré, et comme j’aime à parer à toutes ses inquiétudes s’il était possible de faire parler un décret pour faire sortir tous les prestres réfractaires du lieu de leur ci-devant paroisse, à cause du trouble qu’ils y causent. Ce projet est très fort en agitation pour le moment, mais je ne puis pas assurer qu’il pourra avoir lieu.

596 Vous trouverez, ma chère Amie, ci-inclus six assignats de 50 livres en échange de celuy de trois cents que vous m’avez envoyé et, dans le courant de cette semaine, il sortira des assignats de 5 livres qui seront répartis dans tous les districts du royaume, pour servir de change aux assignats, sans aucune retenue.

597 Je vous souhaite une parfaite santé et patience jusqu’au moment de nous revoir. Je suis très sincèrement

598 votre affectionné Mary
P.-F. Lepoutre

Notes

1 Lepoutre a vendu des toiles à des députés des « assemblées créées illégalement par les colons de Saint-Domingue dès l’été l789 » et qui avaient été légalisées par l’Instruction du 28 mars 1790. Ces députés sont venus à Paris pour soutenir les intérêts des colons. Cf. la lettre du 10 mars 1790.

2 Couvreur : cf. la lettre du 30 juillet 1789.

3 À Perpignan, des troubles éclatent le 6 décembre 1790 (donc, longtemps après l’implication du vicomte de Mirabeau dans les troubles du printemps précédent, cf. la note, lettre du 20 avril 1791). Le 21 décembre : sans donner le chiffre de 80 prisonniers, le rapport de Muguet de Nanthou raconte les événements, constate que la municipalité avait perdu la confiance publique et demande que les prisonniers ne soient relâchés que lorsqu’ils pourraient être efficacement protégés contre la fureur du peuple. Le décret sur l’affaire de Perpignan est adopté. (A.P. vol. XXI, p. 620-21).
Depuis 1789, Lyon a été le théâtre de plusieurs émeutes, notamment liées à la crise des soieries (25.000 assistés, débutl790). Dans cette ville, proche de Turin où est réfugié le comte d’Artois, des clubs se créent en septembre 1790 « pour s’opposer aux sociétés bourgeoises, celle des Amis de la Révolution, la première fondée, qui n’admettait que les citoyens actifs et celle des Amis de la Constitution affiliée aux Jacobins de Paris, exigeant une cotisation élevée. Les clubs sectionnaires prirent le nom de « Sociétés populaires des Amis de la Constitution ». (J.-R. Suratteau, « Lyon », DHRF, Paris, 1989). Encouragée par les émigrés de Turin, une insurrection contre la Révolution avait été fixée pour le 10 décembre 1790, mais n’avait pas eu lieu (cf. la lettre du 23 déc. 1790).

4 Le 18 décembre 1790 (soir) : le rapport de Voidel sur la conspiration de Lyon (A.P. vol. XXI, p. 551-556) est suivi par une discussion et l’adoption du décret dont l’article 5 stipule que tous les français, fonctionnaires publics ou recevant des pensions, traitements ou autres émoluments de l’État, qui ne sont pas présents et résidents dans le royaume (sauf ceux retenus ailleurs par une mission du roi) et qui n’auront pas prêté le serment civique dans le délai d’un mois, seront déchus de leurs fonctions et privés de ces ressources.

5 Cf. la lettre du 18 décembre 1790.

6 Le club des Amis de la Constitution de Lille paraît sur la liste du 7 mars 1791 des sociétés affiliées aux Jacobins de Paris (A. Aulard, Op.cit., vol. I, p. lvxxi). Cf. la lettre du 7 juillet 1791 : son fils l’a renseigné sur la formation à Linselles d’un club des Amis de la Constitution.

7 La veille, 25 décembre 1790, Boisgelin a conseillé à Louis XVI de signer le décret du 27 novembre sur le serment des ecclésiastiques : il le fait le lendemain. Le bref pontifical condamnant la Constitution civile du Clergé n’arrivera que le 10 mars suivant.

8 Cf. la lettre du 7 juillet 1789, sur l’évêque de Tournai.

9 Jean-Baptiste Joseph Gobel (1727-1794), sacré évêque de Lydda in partibus (coadjuteur du prince-évêque de Bâle), est député du clergé de Belfort (Alsace). Il prête serment (2 janvier 1791) et sera le premier évêque constitutionnel de Paris (15 marsl791). À la Convention nationale (7 novembre 1793) il renoncera solennellement à ses fonctions épiscopales. En 1794, accusé de malversations personnelles et de collusions politiques, il sera arrêté, jugé et condamné à mort.
Bonal (cf. la lettre du 18 avril 1790, et la lettre du 27 novembre 1790) plaide la cause de la religion catholique, « religion de la France depuis des siècles ». Le 2 janvier 1791, il prête le serment en « exceptant formellement les objets qui dépendent essentiellement de l’autorité spirituelle ». (A.P. vol. XXI, p. 765). Lorsqu’il est demandé de prêter le serment simple sans la formule ajoutée, il déclare qu’il ne croît pas « pouvoir en conscience prêter le serment exigé ». Son nom paraît sur quatre listes de droite et après la Constituante il émigre à Bruxelles.

10 Lepoutre se trompe dans ses chiffres, ou bien il n’a pas compris que la formule proposée par Bonal n’est pas acceptée par l’Assemblée nationale, jusqu’au 4 janvier 1791, sur un total de 331 membres du clergé, 107 députés prêtent le serment simple prescrit (dont 6 députés du département du Nord) et 146 députés prêtent le serment selon la formule que Bonal avait fait imprimer et diffuser (cf. la note précédente). (Cf. la liste à la Bibliothèque Nationale, 8°Ld4/3169, publiée à Paris en 1791 et A.P. vol. XXI, p. 677-752 et vol. XXII, p. 1-18)
Au milieu de l’année 1791, 57 ecclésiastiques (48 % d’un total de 119) de Paris-ville avaient prêté serment ; dans le département du Nord, seulement 190 (15 % d’un total de 1247). Cf. T. Tackett, La Révolution, l’Église, la France, trad. fr. Paris, Cerf, 1986, p. 343, appendice II « Statistiques d’assermentés par département et par district (1791-92) ».

11 Le soir du 8 janvier 1791, Dumouchel, recteur de l’Université de Paris s’adresse à l’Assemblée pour présenter le serment de tous les membres de l’Université. (A.P. vol. XXII, p. 92)

12 Le cardinal François-Joachim de Bernis (1715-1794), archevêque d’Albi, représentant de la France à Rome, refuse de jurer purement et simplement. Il est le cousin de François Pierre de Bernis (1752-1823), vicaire général d’Albi, évêque in partibus de Damas qui, député du clergé du Languedoc, partira à Rome en 1792 rejoindre son aîné.

13 Camille Desmoulins (1760 - exécuté 1794), rédacteur des Révolutions de France et de Brabant (1789-1791), a rencontré Robespierre au collège Louis-le-Grand ; il le soutient dans son journal patriote dès son apparition. (Cf. J.-C. Bonnet, « Les rôles du journaliste selon Camille Desmoulins », dans P. Rétat, La Révolution du Journal, 1789-1794, Paris, CNRS, 1989, p. 179-185).

14 Le député de Douai était avocat mais il était issu d’une famille de grand fermier et il est effectivement un grand acheteur de biens nationaux, notamment à Arleux-en-Gohelle, berceau de la famille. En deux ans, de 1790 à 92, il acquiert près de 140 ha. La notion de marché désigne ici une grande exploitation, ferme et terres, vendue d’un seul bloc. Ce sont là les biens dits de première origine, c’est-à-dire provenant du clergé qui donnent lieu aux ventes des superficies les plus importantes entre la fin 1790 et le début de 1792. Notons que Merlin de Douai fera beaucoup mieux sous l’Empire : 600 ha achetés. (H. Leuwers, Un juriste en politique, Merlin de Douai, Artois Presses Université, 1996, p. 321)

15 Les droits sur l’Alsace avaient été cédés à la France lors du traité de Westphalie (1648), mais la domination française fut mesurée pour gagner le cœur des habitants de la province : la liberté de culte et le privilège des bourgeois, des seigneurs, des villes furent respectés et de nombreuses exemptions d’impôts sont accordées. En 1680, la noblesse qui relevait immédiatement de l’Empire reconnut la souveraineté du roi de France.
Le 14 décembre 1790, l’Assemblée nationale est informée de la protestation de Léopold II contre les atteintes portées aux droits des princes allemands possessionnés en Alsace. Le 12 janvier 1791, les troupes autrichiennes occupent Liège et rétablissent le prince-évêque. Le 28 janvier, après un débat sur la sûreté intérieure et extérieure du royaume, l’Assemblée décide de renforcer les régiments aux frontières. (Cf. la lettre du 29 juillet 1790.).

16 Les taux d’assermentés au cours de l’année 1791 sont : Côte d’Or, 62 % ; Marne, 69 % et Haute-Marne, 61 %. Pour « la majeure partie du Royaume », les pourcentages d’assermentés sont les suivants : 52 % du clergé paroissial, 55 % du clergé enseignant dans les collèges, 7 % des professeurs de séminaires, 22 % des professeurs de l’université et 42 % des aumôniers. (T. Tackett, op. cit., annexe II et p. 56).
Dans le Nord, les taux d’assermentés vont de 40 % dans le district d’Avesnes à 15 % dans les districts de Lille et Cambrai. Dans le département, 1057 ecclésiastiques surl247 sont contre la Constitution civile du Clergé dès février 1791.

17 En Août 1790, le Club des Monarchiens ou Club des Amis de la Constitution monarchique, est fondé par Clermont-Tonnerre et Malouet ; il publie 27 numéros d’un journal entre décembre 1790 et juin 1791. Dans le public, le mot « monarchien » apparaît dans un sens péjoratif à partir de la fin 1790 et début 1791, surtout lors de la tentative de distribuer gratuitement du pain aux indigents de Paris. Barnave attaque le Club dans un discours du 25 janvier 1791 et l’offensive anti-monarchienne dure jusqu’au printemps, la fermeture du Club étant ordonnée par le maire de Paris le 28 mars 1791. (R. Griffiths, Le Centre perdu, Malouet et les « monarchiens » dans la Révolution française, Grenoble, PU, 1988, ch. IV, « L’Ébauche d’une politique du juste milieu, Le Club des Impartiaux et le Club monarchique », p. 81-104).

18 Cf. la lettre du 3 avril 1790 sur la ferme du tabac. Mirabeau n’était pas en faveur de la suppression du monopole en raison des revenus qu’il faisait entrer dans les caisses gouvernementales. Le 29 janvier, dans un discours probablement préparé par Lavoisier, il avait parlé en faveur du maintien du monopole en l’étendant aux provinces frontières, qui seraient indemnisées pour la perte de leurs privilèges. Son discours suscite la rage des représentants du commerce du tabac venus à Paris expressément pour combattre le monopole.

19 Il s’agit du massacre des Protestants sous Charles IX dans la nuit du 24 août 1572. Sans doute ordonné à l’instigation de Catherine de Médicis et des Guise, mais selon un partage des responsabilités mal établi, le massacre ranime la guerre civile. On remarquera ici la dureté des accusations portées par P.F. Lepoutre contre le clergé réfractaire.

20 En février 1791, le Morbihan est en effervescence car les habitants prennent le parti du clergé réfractaire dont le pourcentage est élevé en Bretagne : 65 à 90 % en Ile-et-Vilaine, 80 % en Loire-Inférieure, 85 % dans le Morbihan, 70 % dans les Côtes-du-Nord, 65 % dans le Finistère (cf. R. Dupuy, « Bretagne », DHRF, Paris, 1989). Le 13 février, près de Vannes des patriotes de Lorient et un détachement de l’armée dispersent plusieurs milliers de paysans venus secourir leur évêque, Amelot, qui avait refusé le serment et fut suivi par son clergé. Le 14 février, à l’Assemblée nationale présidée par Mirabeau, le rapporteur se réfère à trois évêques (de Léon, Tréguier et Vannes) qui excitaient les troubles. (A.P. vol. XXIII, p. 178-180).

21 La question fiscale est au cœur de la Révolution : les revendications contre les privilèges fiscaux étaient une des revendications les plus virulentes dans les cahiers de doléances ; dès le 17 juin 1789, l’Assemblée nationale avait proclamé le principe du consentement de l’impôt et l’abolition des privilèges fiscaux constitue un des acquis essentiels de 1789. Mais la crise financière n’était pas résolue par les divers expédients mis en œuvre depuis l’été 89 ; il fallait bien rétablir un système fiscal, malgré certains espoirs populaires de disparition de l’impôt. La mise au point de ce système est achevée dans les premiers mois de 1791. Il écarte les impôts indirects considérés comme des entraves au commerce, d’où la remarque de P.F. Lepoutre sur la suppression des droits d’entrée et des commis. Trois impôts directs sont créés. La contribution foncière doit être payée par tous les propriétaires de terre sur la base de nouvelles matrices foncières communales (Nos auteurs l’évoquent à plusieurs reprises dans la suite de la correspondance). La contribution personnelle et mobilière taxe divers signes extérieurs de richesse. La patente est payée par les commerçants et artisans ; elle est établie sur la base de la valeur locative des maisons, boutiques et ateliers.

22 Cf. la note supra.

23 Il s’agit peut-être d’un dictionnaire qui aurait été annoncé dans le Journal de la Langue Française de Fr.-U. Domergue et qui devait faire partie de l’Encyclopédie Méthodique de Panckoucke. En janvier 1791, Domergue écrit : « Nous expliquerons d’une manière claire tout ce qui nous paraîtra n’être pas à la portée de tous dans les débats à l’Assemblée, en définissant les mots nouveaux dont les idées nouvelles ont rendu l’adoption nécessaire, enfin en rendant intelligible pour tout le monde la langue de la liberté ». (dans J. Guilhaumou, La Langue politique et la Révolution française, Paris, 1989, p. 72).

24 Mode de contention des bovins dangereux.

25 Lepoutre se réfère aux troubles entre catholiques et protestants à Nîmes et à Montauban en 1790 (cf. la lettre du 27 juillet 1790) et entre réfractaires et assermentés en Bretagne depuis le début de l’année (cf. la lettre du 14 février 1791).

26 Le 2 février 1791, élection de neuf évêques constitutionnels, dont l’abbé Grégoire. Le 24 février à Paris, Talleyrand (cf. la lettre du 17 juillet 1789) sacre les premiers évêques constitutionnels élus, Expilly et Marolles. Pour Gobel, cf. la lettre du 3 janvier 1791.

27 Les « Chevaliers du poignard » voulaient aider le roi à s’enfuir ; le 28 février, pendant que La Fayette et la garde nationale étaient attirés à Vincennes, ils entrèrent dans les Tuileries. La foule les en chassa et ils furent arrêtés. Ils sont libérés le 13 mars suivant.

28 Du 8 au 16 mars 1791, l’Assemblée est informée de la santé du roi par des bulletins quotidiens. (A.P. vol. XXIII, p. 735, 741 et vol. XXIV, p. 128).

29 Terme patoisant désignant probablement un tombereau à deux roues plus léger et facile à tracter que les chariots à quatre roues.

30 Pierre-Louis-Joseph Renaut (1740-1807), curé de Preux-au-Bois, est député du clergé du Quesnoy (Hainaut). Le 28 décembre 1790, il prête serment, est élu curé de Saint-Sépulcre de Cambrai et son nom figure sur la liste de gauche à l’Assemblée nationale. Fin 1793, il est sur une liste de curés ayant déposé leurs lettres de prêtrise.

31 Jacques-Guillaume Thouret (1746 exécuté 1794), député du tiers état de la ville de Rouen, avocat célèbre au parlement de Normandie, procureur-syndic de l’Assemblée provinciale de Haute Normandie à Rouen en 1787, est un des très grands orateurs de la Constituante. Il a collaboré avec Sieyès à la division départementale du royaume (cf. la note, lettre du 10 sept 1789) et a joué un rôle important dans la refonte radicale du système judiciaire. Au sujet du « devoir et obligation du Roy en cas qu’il sortirait du Royaume », Thouret est intervenu les 26 et 28 mars 1791 en déclarant : « Il faut déraciner l’erreur selon laquelle l’autorité royale est une émanation de Dieu... Le peuple doit savoir que c’est de lui-même qu’émane l’autorité déléguée au roi ».

32 Claude Primat (1746-1816), oratorien, curé de Saint-Jacques à Douai depuis 1786, membre de la société patriotique de sa commune et défenseur de la Constitution civile du Clergé. En Avril 1791, il est élu évêque du Nord de préférence à Nolf, curé de Saint-Pierre à Lille, jugé moins modéré que lui. En juin 1791, l’évêque de Salm-Salm revient de Vienne à Tournai et lance sa fameuse lettre condamnant Primat et les schismatiques. Fin 1793, Primat abdique et reprend ses fonctions précédentes (1796-1801). (J. Birot, Claude Marie François Primat (1746-1816), évêque constitutionnel de Cambrai, puis de Lyon, archevêque concordataire de Toulouse, Lyon, 1909).

33 Jean-Baptiste-Pierre Saurine (1733-1813) : vicaire de la cathédrale Sainte-Marie d’Oléron, il est renvoyé car soupçonné d’être janséniste et gallican ; en 1785, il est franc-maçon à « La Nouvelle Harmonie » à Toulon ; en 1789, il est élu député du clergé de la Souveraineté de Béarn aux États généraux. Après avoir prêté le serment à la fin de 1790, il est élu évêque des Landes en février 1791. Membre des Jacobins, il est élu à la Convention nationale ; il proteste contre l’exclusion des Girondins. Réélu au Conseil des Cinq-Cents, il devient évêque des BassesPyrénées en 1798 puis il est nommé évêque de Strasbourg en 1802.

34 Le 4 avril 1791, l’Assemblée nationale décide de transformer le nouvel édifice de Sainte-Geneviève en Panthéon, destiné à recevoir les cendres des grands hommes depuis « l’époque de notre liberté » et d’y déposer les restes de Mirabeau. Le soir, l’Assemblée assiste aux funérailles, accompagnant le corps à Saint-Eustache, la paroisse de Mirabeau où Cérutti prononce 1’éloge funèbre. Le convoi repart pour Sainte-Geneviève ; il y arrive à 11h 30 et le corps est déposé dans le caveau conformément au décret du même jour. (A.P. vol. XXIV, p. 537)

35 Le décret du 3 avril 1791 rappelle les articles 4 et 8 du décret du 22 décembre 1789 : chaque municipalité doit, un mois avant les élections, afficher les listes des citoyens actifs et des citoyens éligibles. (A.P. vol. XXIV, p. 525).

36 Mirabeau mort par empoisonnement. La rumeur a couru car on ne savait pas qu il était malade depuis longtemps. Son médecin Cabanis n’a constaté aucune indication d’empoisonnement lors de l’autopsie (cf. son Journal de la maladie et de la mort de Mirabeau, Paris, 1791, 66 p.). Cabanis est la source de G. Chaussinand-Nogaret, Mirabeau, Paris, Seuil, 1982, p. 321, qui écrit : « À l’ouverture de l’Assemblée il avait été atteint d’un ictère (jaunisse) ; il ne s’en était jamais tout à fait remis et les séquelles, jointes aux ophtalmies et aux fièvres, le prostraient parfois, provoquaient des états de langueur, de mélancolie, qui 1’emportaient sur la vigueur d’une constitution qui avait fait de toute sa vie, depuis les faiblesses éprouvées dans ses prisons, une énergique protestation contre les forces de la mort. Il avait des accès de fébrilité qui étonnaient chez un homme qui semblait être une force de la nature ».

37 Le 18 avril 1791, le roi est empêché d’aller célébrer Pâques à Saint-Cloud ; le 19 avril, il se rend à l’Assemblée nationale pour se plaindre qu’il n’est pas libre. Le Grand Aumônier de France est, depuis 1786, Louis-Joseph de Montmorency-Laval (1724-1808), évêque d’Orléans en 1753, de Metz en 1760 ; après sa démission il émigre en Allemagne et meurt à Altona.

38 « Mirabeau-Tonneau », frère cadet du grand orateur, s’appelle André-Boniface-Louis de Riqueti, vicomte de Mirabeau (1754-1792). Une carrière militaire l’avait entraîné dans la guerre d’Amérique où il s’est distingué à la bataille de Yorktown. Il parle souvent à l’Assemblée nationale, mais se démarque de son frère par une opposition féroce à la Révolution. Début 1790, il intervient régulièrement sur les troubles qui éclatent dans différentes régions. En juin 1790, la municipalité de Perpignan l’accuse, comme colonel du régiment de Touraine, d’avoir volé les cravates des enseignes du régiment. Après l’envoi d’une lettre d’explication à l’Assemblée nationale, il se présente pour dénoncer les calomnies dont il est victime. En août 1790, de l’étranger il envoie une lettre expliquant son départ et il démissionne. Émigré à Aix-la-Chapelle, Bruxelles, Coblence et Fribourg, il crée la Légion Mirabeau dont il s’occupe jusqu’à sa mort.

39 Malgré le fait qu’elle n’éclate qu’au printemps 1791 et plus précisément avec le vote du 4 mai, l’affaire d’Avignon (territoire sous l’autorité papale depuis quatre siècles) a traîné tout au long de l’Assemblée constituante. Dès 1789 le parti réformiste d’Avignon cherche à revenir sous la souveraineté française pour profiter des temps nouveaux. Le 21 novembre 1789, Bouche d’Aix renouvelle sa motion pour la restitution de l’État d’Avignon et du Comtat Venaissin. Le 12 juin 1790, à la suite des émeutes une partie des habitants votent leur union avec la France. Le 17 juillet, l’Assemblée nationale nomme un comité de six membres. La question est délicate vu la protestation du Pape et parce qu’elle implique une entorse au droit international. Le 30 avril 1791, les interventions se succèdent pour et contre le rattachement. Après deux votes à main levée non-concluants, un vote nominal a lieu le 4 mai qui révèle une défaite de ceux qui sont en faveur de la réunion ; lors d’un second vote, le 24 mai, leur nombre augmente, mais pas assez pour gagner. Enfin, le 14 septembre 1791, l’Assemblée décrète la réunion.

40 Le 20 mars 1791, arrivée à Paris du bref pontifical, Quod aliquantum, condamnant la Constitution civile du Clergé ; en avril, un nouveau bref pontifical confirme la condamnation et prévoit des sanctions contre les jureurs ; le 2 mai, Montmorin se voit notifié que Pie VI ne recevra pas le nouvel ambassadeur français parce qu’il a prêté serment ; le 3 mai, le pape est brûlé en effigie au Palais-Royal suite à la publication des brefs pontificaux dont les vrais et les faux ont dû circuler en quantité.

41 Edmond Burke avait sorti sa violente condamnation de la Révolution française au mois de novembre précédent. Thomas Paine (auteur de Sens commun, 1776, la brochure qui avait encouragé les Américains à s’insurger contre les Anglais) répond à Burke avec la publication à Londres des Droits del’Homme (mars 1791), défendant la Révolution. À Paris en juillet 1791, Paine s’associe avec les « républicains » de l’heure et en septembre 1792, il sera élu à la Convention nationale et siégera avec les Girondins.

42 Cf. la lettre de Mme Lepoutre du 22 décembre 1790. En juin 1791, Camus publie ses Observations sur les deux brefs du pape des 10 mars et 13 avril 1791, rappelant qu’il avait commencé sa carrière en jurant de défendre les libertés de l’Église gallicane contre la Cour de Rome.

43 Le 18 juin 1791 (soir), l’Assemblée nationale entend un rapport sur la procédure criminelle du tribunal de Saint-Germain-en-Laye contre le cardinal Dominique de La Rochefoucauld (1712-1800), archevêque de Rouen, député du clergé pour la ville de Rouen. Il avait signé des lettres envoyées aux curés pour dénoncer les décisions de l’Assemblée nationale. Ayant avoué l’acte, son inculpation était demandée par le tribunal. Il émigre en 1792.

44 Mangin, citoyen de Varennes affirme, à la barre de l’Assemblée nationale, qu’il avait reconnu le roi et la reine, et qu’il était responsable de leur arrestation ayant réuni 12.000 hommes pour les garder. Robespierre demande qu’on lui décerne une couronne civique. (A.P. vol. XXVII, p. 446-450)

45 Cf. la lettre de Mme Lepoutre du 20 juin 1791.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search