Version classiqueVersion mobile

Député-paysan et fermière de Flandre en 1789. La correspondance des Lepoutre

 | 
Edna Hindie Lemay
, 
Jean-Pierre Jessenne

Section III. 1er Mai 1790 - 30 Novembre 1790

Correspondance d’Angélique Delputte. Linselles, 7 mai 1790 — 30 novembre 1790

Texte intégral

Mai 1790

1 Linselles le 7 mai 1790

2 Monsieur et mon cher Époux,
Je suis charmée d’apprendre par votre lettre en date du 1 er mai que vous avez acheté de l’avoine et de l’orge à Douay, mais vous ne me dites pas l’endroit où il la faudra charger, j’attend que vous me le disiez à votre prochaine. J’en ai fait acheter quatre sacqs à Lille mercredy dernier ; ils l’ont payé à un écu la raziére, elle était propre ; le bled diminue beaucoup à Lille. Le plus beau a été vendu 18 F 5 gros. J’ai eu du bonheur d’avoir besoin d’argent, j’ai profité du grain cher. Il y a peut-être encore sept ou huit fermiers qui n’en ont pas vendu. On en rit à présent. Les bleds en herbe sont très prometteurs. Les colzas fleurissent encore comme il y a trois semaines et il y a bien des cosses dessus ; les fèves aussi sont belles, mais avec bien du lanchon et de l’avron * dedans ; nos lins verdissent très bien, il y a un grand changement depuis deux et trois jours d’ici. Les avoines sont belles, bien levées.

3 J’ai envoyé une voiture de paille au cousin DESURMONT et il a dit de venir promener avant qu’il soit longtemps. Il a reçu votre lettre mercredy.

4 Je viens de recevoir votre lettre datée du 4 mai. Vous me marquez que vous désirez autant que moi de vous retrouver au sein de la famille, j’ai bien soupiré de cela depuis mercredy.

5 Catherine a été à Lille : elle a appris chez ROHART que le sieur CHOMBART était venu en vacances et que dans la ville on le traitait de poltron, parce qu’il abandonnait son devoir. Ainsi nous sommes bien misérables après avoir sacrifié prés de treize mois, sans pouvoir se voir pendant huit jours et que le monde se mette à parler. Ainsi, mon cher Amy, je vous laisse décider. Mais je ne crois pas pouvoir passer l’été sans nous voir quelque part.

6 Je dois finir ma lettre, parce que le sieur LEPERCQ, procureur de Roubaix m’envoye un express, pour avoir ma lettre, dont je vous ai parlé dans ma dernière. Je l’ai embrassé pour vous.

7 En attendant de vos nouvelles et le berger, je suis sincèrement

8 Monsieur, mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

9 Des compliments de toute la famille.

10[Lettre des 9 et 11 mai non publiées]

11 De Linselles ce 15 mai 1790

12 Monsieur et mon Époux,
Je vous fait part de l’arrivée de CASTELAIN à Lille mercredy dernier. Nous avons compté l’argent des moutons qu’il devait payer sur Lille et ensuite ceux de chez GAHYDE, ceux de chez LECOMTE, il nous reste en boni, aux environs de deux couronnes, sans compter les moutons, qui resteront encore à recevoir sur sa route.

13 Le berger a été hier à Neuville chez THIERS, pour s’informer sur cette dame, qui a l’effronterie de venir vous trouver dans votre chambre. Si c’était une honnête femme, elle ne viendrait pas comme ça. Le sieur THIERS lui a dit que les revenus de la ferme ne sont pas à lui et que les deniers sont saisis ; ainsi il est à croire qu’il demande de l’argent sans avoir l’intention de le rendre et, même, si j’avais bien pensé je ne l’aurais pas laissé aller, je savais bien qu’il n’avait pas bonne réputation. C’est donner au monde occasion de parler et son bien, « fief des commis » qu’il ne peut ni vendre ni aliéner. Cela me surprend que vous hésitiez de donner de l’argent à cette dame et, moi, je vous en demande au profit de la famille et vous ne m’en envoyez pas.

14 J’ai été liquider le compte avec le cousin LECOMTE. Je lui ai payé cent-six louis et une couronne pour ses moutons et vingt livres de gros pour ses livraisons de seigle et d’orge qu’il m’a fait livrer

15 Je vous avais dit dans ma dernière que le sieur VANDERMERSCH avait la tête tranchée : selon toutes les apparences, c’est faux ; mais on dit qu’il pourrait rester encore plus d’un an en prison, parce qu’il soutient l’intérêt du Tiers État, suivant le cousin LECOMTE.

16 Je crois que nous ne pourrons pas continuer à sarqueler, car le sol est trop dur. Nos plus vieilles linières seront finies aujourd’huy.

17 Mon frère et nos enfants vous font des compliments et je suis sincèrement

18 Monsieur et mon Époux, votre très attachée femme
Angélique Delputte

19 Le maire de Linselles est malade depuis une douzaine de jours.

20 De Linselles ce 18 mai 1790

21 Monsieur et mon cher Mary,
Le berger ne m’avait pas informée que vous attendiez des réponses, touchant le sieur DUPIEZ, négociant. Il m’a dit qu’il lui avait parlé en passant et qu’ils avaient bu une bouteille ensemble et qu’il n’avait pas encore acheté. Il disait que l’avoine aurait pu valoir cinq livres et demi et à Lille, on en a de la belle à 46 un écu. J’avais compté sur la vôtre et voilà que je suis presque sans. Il a dit que lorsqu’il aurait fait son achat, il me l’aurait fait savoir de suite. Voilà huit jours et je n’ai encore rien entendu.

22 J’avais décompté, avec les ouvriers, leur battage à la razière. On avait eu les cendres de GALOIS, il me parlait de les payer à quatre patars, deux doubles. Vous me direz si vous avez coutume de les payer plus de quatre patars.

23 Nous sommes encore embarrassés à sarqueler notre première, du moins à le repasser pour la deuxième fois. Il ne me manque pas d’embarras. Ils sont là trente deux ; un, c’est peu pour être auprès, et, moi, quand je suis deux heures auprès, je suis lassée. Hier, il a fait une petite pluie, mais ça n’a pas duré.

24 M. DELPIERRE de Quesnoy est venu m’offrir de l’argent du lin. Il ne m’en a offert que 24 patars c’est toujours de mal en pire. Si je savais que vous ne pouviez pas m’envoyer d’argent, je vendrais du lin.

25 Plus tard, il me faudra acheter un cheval. Les avestures *, jusque là, sont belles, Dieu mercy. Les linières de cette année ne sont pas pour tenir jusqu’à l’année prochaine, du moins pas pour semer, elles sont trop délicates et, pour les vendre, elles ne valent qu’aux environs de quinze livres. Je n’en ai vendu que trois avots ; on n’en a pas dépouillé et personne n’en a besoin ; il y a la moitié moins de lin cette année que l’an passé ; vous me direz si je dois vendre l’autre ou non.

26 Le berger nous a dit qu’il s’est très bien amusé à Paris et surtout à voir votre Assemblée. Il m’a bien dit qu’on ne peut rien voir de plus beau. Je lui ai demandé ce que cela signifiait : d’être « mandé à la barre » ; il n’a pas su me le dire.

27 Mon frère et vos enfants vous remercient de leurs tabatières et Louis, il ne veut rien en dire. Le berger a perdu son sacq sur la diligence, on lui a volé. Vos enfants vous font des compliments et ils vous demandent la bénédiction et je suis sincèrement votre très attachée femme.

28 Monsieur et mon Amy,
Angélique Delputte

29 De Linselles ce 21 mai 1790

30 Monsieur et mon cher Amy,
Par votre lettre en date du 16 courant vous me faites espérer, que nous pourrons nous voir incognito, à la fin des sarquelages. Nous commençons à voir clair dans ces ouvrages à présent et j’espère qu’à la fin de la semaine prochaine, que les lins et les fèves seront entièrement sarquelés. Les bleds, à part un bonnier ou deux, il ne vaut pas la peine d’entrer dedans, comme m’a dit mon frère, sinon pour les chardons et encore pas dans tous les bleds. Les avoines, il faudra bien encore quinze jours avant qu’on puisse les sarqueler et l’ouvrage ne sera pas de longue durée et ainsi, cher Amy, comme je crois que nous ne serons plus longtemps sans avoir la consolation de nous rejoindre, je compte de venir avec notre voiture et tous nos enfants. Ils aspirent autant que moi d’avoir le plaisir de vous embrasser. Je pense demander au cousin DESURMONT de nous faire compagnie si vous l approuvez et, à la maison, il n’y a que mon frère qui le saura.

31 Concernant les vacances de Monsieur CHOMBART, je ne vous ai pas écrit sans avoir bien réfléchi et sans avoir versé bien des larmes ; mais alors pour huit jours de satisfaction, nous aurions eu bien des peines à endurer et depuis mon frère m’a obligé de vous le marquer, nous en parlerons plus amplement quand nous nous reverrons.

32 Quant au jardin du Gavre, vous devez savoir que j’ai loué la maison avec le demi bonnier, douze livres de gros, au mois de septembre, et, à présent c’est pour le jardin et la grange, je ne leur en ai pas parlé depuis.

33 Nos avestures * continuent bien, Dieu merci, les colzas promettent beaucoup de cosses ; ils sont encore en fleur.

34 M. WILLOT, autrefois vicaire à Linselles, il me semble qu’il est encore toujours à son ordinaire, est venu aujourd’huy, me demander à dîner. Nous étions peut-être quarante personnes à table. Je lui ai demandé, s’il voulait prendre patience avec nous, il a dit : « c’est pour ça que je viens ». Tout en parlant, je lui ai demandé s’il était aristocrate, il m’a dit : non. Il me semble qu’il fait avec les gens qu’il rencontre. Il m’a demandé si je n’avais pas de vos lettres à la maison, j’ai dit que si, mais que je ne les montrais à personne, mais qu’il pourrait voir les journaux.

35 Des compliments de mon frère et de vos enfants, en attendant la satisfaction de vous embrasser, je suis

36 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

37 Je n’ai pas encore de nouvelles au sujet de l’avoine.

38[Lettre du 25 mai non publiée]

39 De Linselles ce 29 mai 1790

40 Monsieur et mon cher Époux,
Vous m’excuserez d’être un jour de retard à vous écrire ; c’est parce que je n’avais pas reçu le paquet que le sieur WATTEL s’était chargé de rapporter ; il ne l’a remis que ce matin chez le cousin DESURMONT, son voyage a été retardé de deux jours. J’ai reçu vos deux lettres aujourd’huy, l’une par la poste et l’autre par le cousin DESURMONT fils, avec les onze billets d’assignats qui font vingt six cents livres de France ; il y en a quatre bleus et sept verts. Je compte aller chez le cousin DESURMONT demain pour le prier de bien vouloir changer mes billets pour des écus et pour lui remettre les siens.

41 J’ai reçu une lettre du sieur DUPIRE de Douay, jeudy dernier. Il me dit avoir acheté 60 razières d’orge et soixante d’avoine au prix de deux florins 15 et de deux florins 16 et l’orge de trois florins 4 et trois florins 6 patars le tout payable en argent. Il me dit que ces conditions sont telles. Je compte envoyer les deux cartons * mardy prochain avec ce que vous m’avez envoyé ; si le cousin peut changer mes billets, je ne serai pas gêné pour payer l’avoine et l’orge et tenir mes louis pour les besoins, sans vendre le lin et lui proposer notre voyage pour Douay, puisque vous me dites que vous pourriez venir jusque là, pour nous avoir la douce consolation de nous voir et les enfants de voir leur père.

42 Vous me demandez comment va ma sœur Angélique ; mon frère est venu lundy passer huit jours, il m’a dit qu’elle allait à l’ordinaire et qu’elle était mieux avec sa sangle, qu’avec son autre. Mais tant qu’elle n’aura pas accouché, je ne crois pas qu’elle ira mieux. Mon frère Isidore est venu jeudy dernier. Je lui ai demandé s’ils ne craignaient pas d’être trop faibles, il m’a dit qu’ils attendaient de l’assistance de la Prusse et des Hollandais et qu’il y en avait un de parti pour Paris. J’ai dit qu’ils n’auraient pas de secours de la France.

43 On m’a certifié hier, qu’on a envoyé une lettre à DANSETTE, le fermier, qui a un de ses garçons patriote, que si son garçon ne partait pas, on aurait mis le feu à sa ferme. Il est parti vendredi avec les autres pour aller délivrer leur général VANDERMERSCH. Vendredi, c’était continuellement des gens de Menin, qui venaient à Halluin, pour sauver leurs effets et partir de suite.

44 Vous me parlez de CHOMBART, on a dit au berger qu’il faisait le malade pour ne plus retourner. Ce sont des nouvelles de Marcq, prés de Lille.

45 Le sieur LEPERS de Roubaix est venu me rapporter ce que je lui avais prêté. Il m’a dit que vous vous portiez bien, mais rempli d’embarras et qu’il a eu beaucoup de satisfaction avec vous.

46 Je suis pressée par la poste, ce sera pour l’ordinaire prochain, mais il faut que je vous dise que ces bonnes nouvelles ont fait plaisir aux bons citoyens. Mais les aristocrates disent que le Roy n’est plus rien.

47 Nous finirons demain nos sarquelages de fèves, à cause de la pluie. Nous n’avons pas pu finir avant et nous avons bien fait de tenir pendant la sécheresse, car, à la pluie, nous aurions été mis à la porte. La première ligniére a quatre à cinq « paumes » et les autres ont deux ou trois, d’une belle venue.

48 En attendant de vos nouvelles, j’ai embrassé vos enfants pour vous. Des compliments de mon frère et de vos enfants et je reste en attendant le plaisir de vous embrasser

49 Mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

Juin 1790

50[Lettre du 1er juin non publiée]

51 De Linselles ce 5 juin 1790

52 Monsieur et mon cher Amy,
J’ai été dimanche à Tourcoing rendre visite au cousin DESURMONT comme je vous en avais fait part dans ma dernière, pour lui remettre ses billets et pour changer les miens, qu’il m’en a fait le plaisir. J’en ai laissé deux : un bleu et un vert pour le sieur le maire d’Houplines. Sur quoi le cousin a compté qu’il me revient 44 L. 19 sols avec les intérêts. Le cousin m’a changé trois billets verts. Il m’a remis 2 L. 55 pour les intérêts jusqu’au trente mai. Dans ces billets, je n’y comprend rien, mais je crois que le cousin aura fait les choses justes. De plus nous en parlerons quand nous aurons le plaisir de nous revoir. Il m’a promis de me faire compagnie avec plaisir, je suppose qu’il vous en a parlé dans sa lettre qu’il vous a écrite.

53 Les États de Lille font la guerre aux brasseurs de Tourcoing, qui veulent que les cabaretiers donnent leur bière à deux patars la canette, tandis qu’ils en ont payé les droits. Les brasseurs croyent qu’ils font cela pour engager le peuple à se soulever. Le cousin m’a dit : s’ils laissent la bière à deux patars, ils perdent au moins quinze cents écus ; il n’y a qu’à Tourcoing qu’on parle de cela.

54 Louis DALLE est venu cette après-midi me demander grâce jusqu’à la fin du mois d’août, si vous y consentiez ; mais s’il manque, alors je ne le manquerai pas. Je ne puis pas exiger davantage, ou bien, il faut vendre tout ce qu’il a dans sa maison, mais il est bien soumis, à présent.

55 Pierre SIX, notre voisin, m’a demandé que lorsque je vous écrirai, je vous parle des places de notaires. Je vous dirai que le neveu de Pierre SIX avait acheté le notariat du sieur VANDIRQUE d’Halluin ; on m’a dit qu’il n’a pas été en état de passer son examen à Lille. Le dit VANDIRQUE l’a repris et l’a loué au sieur CATTEAU de Tourcoing ; il m’a demandé de vous informer pour savoir votre façon de penser.

56 Dans ma dernière, je vous avais dit que les patriotes de Menin étaient partis pour aller délivrer leur général VANDERMERSCH ; quand ils sont arrivés à Courtray, on n’a pas voulu les laisser aller plus avant ; on a dit que leur général était libéré ; il n’y a pas d’ordre dans leurs troupes.

57 Les cartons * sont partis ce matin pour aller à Douay. Benjamin est encore en vacances, avec toute cette brouille de Lille. Je suppose que vous en êtes informé les soldats ont demandé vacances pour les étudiants des deux collèges et on m’a dit que le curé de Santes est de retour pour huit jours.

58 On m’a dit, que dimanche, à l’abbaye de Marcq, on portait sur l’épaule les soldats et les bourgeois.

59 Nous avons encore une pièce de 14 cens d’avoine à sarqueler et un peu de chardons à tirer hors des bleds.

60 Des compliments de toute la famille, en attendant le plaisir de nous rejoindre

61 Je suis, mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

62 De Linselles ce 15 juin 1790

63 Monsieur et cher Mary,

64 C’est pour vous faire part de mon retour. En passant à Lille, je me suis arrêtée chez Madame SCHEPPERS, pour lui faire vos compliments, elle n’était pas chez elle. Je n’ai parlé qu’à la domestique. Quand je suis arrivée chez nous, j’ai trouvé les deux frères, qui étaient venus pour avoir des nouvelles.

65 Monsieur LEGRAND est venu à la maison pendant mon absence, il a demandé où j’étais, ils ont dit que j’étais allé rendre une visite au curé d’Annoeullin. Il a prié mon frère de me dire que j’aie soin d’employer les pailles pour faire couvrir les bâtiments ; mon frère a dit que je vous en avais fait part et qu’à la première lettre que j’aurais reçue, vous auriez dit où je devais couvrir.

66 Mon frère lui a proposé l’élargissement de ces deux chambres derrière la maison, il m’a dit qu’il ne pouvait pas accorder cela, sans en parler à M. le Président, qu’il lui avait beaucoup coûté de bâtir à Bon dues et il a dit de me faire des compliments.

67 Hier, nous avons livrés nos laines au cousin LECOMTE et sa femme. On a bu à votre santé, d’abord à notre député ; il me semble qu’on loue très fort ceux qui sont restés sans prendre de vacances. Je dois finir ma lettre plus tôt que je ne croyais, il m’est venu une visite de ma sœur Catherine et sa belle-sœur, la fermière du Buis. Elles sont venues au repas de noces chez FRANCHOMME.

68 Nos avestures *, il fait sec en terre ; pendant la nuit, il fait froid. On a eu trois matinées qu’il gelait. Les vingt deux cens sont depuis six jusqu’à huit paumes, les deux autres jusqu’à sept paumes. Nos bleds, pour les forts, il fait du beau temps ; ils ne sont pas aussi avancés à épiller que du coté de Douay.

69 Le cousin LECOMTE m’a dit que CHOMBART ne retourne plus à Paris. Je vous prie de me faire part s’il est arrivé ou non. Il est venu prendre la salade au retour de Tourcoing, il n’était pas informé de nos démarches. Je lui ai dit parce qu’il était bien sûr, qu’il l’aurait su. Il m’a beaucoup louée, mais il n’était pas content que je ne l’ai pas averti ; il est sûr qu’il nous aurait fait compagnie.

70 On m’a dit que NOLF a été faire sa soumission à la garde volontaire.

  • 1 Mme Lepoutre semble faire allusion aux citoyens élus dans les assemblées de premier degré pour sié (...)

71 LECOMTE est électeur pour Douay ; pour Bousbecque, DELANNOY ; DELATTRE pour Linselles 1 . Tout cela s’est très bien passé.

72 Des compliments de tous nos frères et sœurs et amys et je suis sincèrement

73 Monsieur et mon cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

74[Lettre du 18 juin non publiée]

75 De Linselles le 22 juin 1790

76 Monsieur mon Amy
Vous me mettez dans l’inquiétude de ce que je ne reçois pas de vos nouvelles ; voilà trois jours que j’en attend, je crains qu’il ne vous soit arrivé quelque chose à votre retour.

77 Dimanche j’ai été chez le cousin DUMONT, pour avoir son état ; il n’était pas encore fait, je crois que j’aurai peine à l’avoir. Sa femme m’a dit qu’il n’était pas accoutumé de le faire de votre temps et son garçon non plus. Je crois qu’il n’y avait pas de gueuserie je n’aurais pas tant de peine à l’avoir. Sa bière de cabaretier que j’ai eue en premier, il me l’a fait payer deux couronnes. On a parlé de la lettre de rente, la femme m’a dit que je n’aurais rien perdu après eux. DUMONT m’a certifié qu’il n’avait pris de l’argent qu’à nous ; je n’ai pas hésité d’aller chez le greffier ; quand je suis arrivée là, c’était une autre chanson. Il m’a dit que ses biens sont tous hypothéqués depuis l’année 1761 et que le village avait fait saisir parce qu’il avait été caution pour VERMESCH ; hier, il m’a envoyé son sergent, en disant qu’ il avait encore la moitié de trois maisons sur la châtellenie avec 82 verges de terres ; que si je voulais, il aurait été visiter le bailliage et qu’il l’aurait fait passer sur la « Franchise », pour une meilleure sûreté. Quand j’ai entendu parler du bailliage et qu’il l’aurait fait passer sur la Franchise, j’ai donné celle de Jean SELOSSE, pour qu’il la fasse passer avec. On se fie quelquefois au monde et à la fin, on est trompé, je crois que vous ne trouverez pas cela mauvais. Au moment où je vous écrit, DUMONT est venu avec son état. Il me doit encore 116 L., il m’a demandé du temps jusqu’après la dédicace pour me payer. Je lui ai accordé. Nous avons parlé de tous ces articles. Il m’a dit que VERMESCH lui a dit qu’il soit tranquille qu’il ne perdra pas après lui et le greffier m’a dit que ses biens ne sont pas suffisants pour ce qu’il doit au village. Voilà vingt ans qu’on n’a pas rendu de compte.

78 Le sieur HOVYN de Menin m’a rendu visite avec sa femme dimanche dernier. Il m’a prié d’aller prendre sa soupe le jour de la Saint Jean et que les toiles sont bien blanchies. Il se plaint qu’il ne reçoit plus de journaux. Il a noté le jour où nous nous sommes trouvés ensemble.

79 Nos bleds s’entretiennent bien, c’est un charme de les voir fleurir ; nos lins, avec ce soleil ardent depuis trois jours, ils ne font plus le plomion ; nos colzas, je crois, nous attendrons jusqu’à vendredy, pour les scier, car les scier un peu vert, ils seront trop menus.

80 Je vous envoye ces deux boites de lin pour M. FRICAUT, ils pèsent neuf quart. J’ai pesé les deux boites treize livres, je crois qu’il sera bon à filer.

81 Des compliments de toute la famille ; j’espère recevoir de vos nouvelles le plue tôt possible. Je suis sincèrement

82 Monsieur mon Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

83 De Linselles le 25 juin 1790

84 Monsieur mon cher Mary,

85 J’ai été charmé d’apprendre par votre lettre datée du 19 que vous êtes arrivé à bon port à Paris, sans être fatigué de votre route ; car j’étais très inquiète. Je n’ai reçu votre lettre que mercredy, étant à Lille et vous me dites qu’avant deux mois d’ici, vous pourrez nous rendre une visite au sein de la famille, si la Constitution était alors finie ; ça nous serait une grande récréation. Je ne ferai plus de ducasses avant que vous ne soyez de retour, mais je crois que je ne serai pas pour cela, sans avoir bien du monde, surtout des jeunes gens. Nous avons été à la Saint Jean à Menin Monsieur HOVYN nous a fait beaucoup de politesses ; le cousin DESURMONT nous a fait compagnie ; nous avions pris de l’argent pour payer nos toiles ; il n’a pas voulu recevoir à présent. Les toiles étaient toutes emballées dans du papier. Le cousin en a demandé quelques numéros pour voir la qualité. Nous les avons trouvées bien blanches. La plus fine est presque aussi belle que vos fines chemises. Nous avons compté, elles nous reviennent aux environs de 70 sous jusqu’à 100, c’est trente sous de plus. Le cousin m’a dit qu’il vous avait écrit une lettre il y a deux jours, pour que vous lui auriez procuré un matelas, pour lui coucher dans votre chambre, pour la Confédération du 14 juillet. Il m’a prié de vous le remettre en mémoire avec des compliments de sa part et, quand vous lui écrirez que le matelas est prêt, il est certain qu’il partira de suite.

  • 2 Allusion probable à une maladie provoquant le dessèchement des colzas sur pied.

86 Nous avons commencé à scier le colza ce matin, le sept cens d’abord ; il y en a un peu d’épilé * et avec cela, c’étaient les plus verts. Le dix cens, mon frère a dit qu’il n’avait jamais vu un colza aussi bien conditionné et fort. Les 28 cens sont beaucoup tombés l’un dans l’autre et il ne vaut pas mal. Nos lins, si vous me permettez de les vendre, je crois que je n’aurai pas de peine d’en être quitte, si le Bon Dieu les conserve. À ce qu’on dit ce sont les plus beaux de l’endroit. LECOMTE à Bousbecque a été mieux monté que nous et une bonne paume plus long. Mais, à présent, on dit qu’il vient des setques dedans et c’est un mal quasi général cette année 2 . Nous autres, mon frère les a traversé hier, il n’a rien vu, elles sont encore fraîches. Mon frère étant à Menin hier a été voir la prairie, il y a beaucoup d’herbe et à point pour être fauchée.

87 Je serai charmé, aussitôt l’échéance de la lettre du sieur TIBERGHIEN, de me le faire parvenir, parce que je n’ai pas reçu d’argent de luy et je n’en ai bientôt plus.

88 Peut-être ne serez vous pas encore informé de ce qui s’est passé hier à Wervicq vers quatre heures de l’après-midi. La garde a arrêté un prêtre dans une voiture. On dit qu’il avait six petits bissacs pleins de louis. Il a été conduit à l’Hôtel de Ville et il est bien gardé. M. VANBARRIERE est parti pour Lille ; on dit que voilà la cinquième fois qu’il passe par cet endroit. On dit aussi, je ne sais pas si c’est vrai : Dominique ESCLANDRE voulait que la garde l’aurait laissé aller et eux ont dit que cela les regardait et pas luy. Et on dit aussi que ce prêtre, les autres fois, il s’arrêtait à la maison de ville et que ce dit ESCLANDRE et LEPOUTRE, voiturier dans la rue et on veut aussi parler du maire, qui faisait passer l’argent sur les terres d’Empire. Je vous prie de faire attention que ces personnes que je vous cite, je ne suis sure de rien, mais il est toujours certain, que l’argent est arrêté. On veut dire qu’il en passe au chemin du Dronkaad et Quesnoy aussi.

89 Je viens de recevoir votre lettre en date du 22. On fait la garde à Linselles, mais pas au Blaton, je crois que l’on fera attention

90 Je vous souhaite là bonne fête de Saint Pierre ; vos enfants vous font le même et je suis

91 Monsieur et cher Mary, votre très attachée femme
Angélique Delputte

92 De Linselles ce 29 juin 1790

93 Monsieur et mon Époux,
C’est pour répondre à la vôtre en date du 22 juin par laquelle vous me dites que vos grands travaux vous font perdre la mémoire de notre entrevue. C’est bien le contraire par ici puisque tout le monde me le fait réitérer tous les jours. Vous direz qu’un chacun participe à la joie que nous avons eue de nous rejoindre et on n’en parle qu’avec applaudissement

94 Je vous fait part que tous les frères se sont trouvés dimanche à notre dédicace avec toutes leurs familles et la cousine FAÇON aussi, on nous a porté la santé plusieurs fois ; ils se sont assez bien divertis. Je vous fait part que ma sœur Angélique de Rekkem est accouchée d’un garçon, que tout va très bien ; ça a été à cinq heures du matin ; je dois lui rendre une visite demain. Je n’ai pas pu y aller encore, parce que j’ai été embarrassée ceux de Mouscron et ceux de chez mon frère CUVELLE ont couché à la maison et le cousin DESURMONT est venu cet après-midi pour nous parler de nos toiles qui sont arrivées chez luy, pour savoir si nous les enverrons à Paris, parce que le cousin est d’avis de les envoyer, pour qu’elle soient à Paris avant son arrivée et il est temps de les envoyer, d’ici à trois jours sur un chariot de voiturier et de les vendre en commun et de retenir ce dont nous aurons besoin pour notre ménage. Je ne sais pas si vous l’approuverez ou non.

95 Je vous avais parlé dans ma dernière, qu’on avait arrêté de l’argent à Wervicq. Je vous ai cité plusieurs noms, que je crois être faux suivant ce que l’on dit aujourd’huy. Cet ESCLANDRE, c’est son frère sur les terres d’Empire, le brasseur et, au sujet du maire, on dit que c’est la servante, qui avait assisté, les autres fois, à porter l’argent au dessus du pont, à l’insu de son maître et pour savoir à qui il appartient, l’argent, on en nomme trop, pour on croire un. Peut-être le savez-vous mieux que moy ?

96 Le beurre pour Douay, que j’avais mis à la poste mercredy 23, m’est revenu samedy à midi, en disant que le régiment était parti.

97 Nous avons ici une pluie honnête depuis samedy, elle fait très bien pour nourrir nos colzas, que nous avions fini de scier samedy à midi. Nous avons un peu de dommage sur nos bleds, mais nous le regagnerons sur autre chose. Les frères nous ont dit que nous étions bien montés en lin ; il y a les plus vieilles les premières semés des 22 cens, elles changent encore en beauté de jour en jour. Elles deviennent jaunes comme de l’or.

  • 3 Sur la Garde nationale, voir notes, lettres de Mr Lepoutre des 12 mai et 5 juin 1790.

98 La garde nationale de Linselles 3 augmente de jour en jour ; il s’est trouvé 42 volontaires pour aller au district, mais on n’en a envoyé que 24 Nos enfants ne sont pas du nombre ; cela leur aurait fait plaisir pour eux de venir à Paris, mais ils ne pouvaient pas être élus, parce qu’ils sont étudiants. Ils sont partis ce matin après la messe de quatre heures qu’on a dit pour eux. Je n’ai pas encore de nouvelles, comme tout sera allé.

99 Tous les jeunes gens de Linselles s’animent. On dit, quand ils pourront avoir des armes qu’ils seront bien à 150 gardes volontaires et NOLF est débiffé du livre comme indigne de service.

100 En attendant de vos nouvelles des compliments de tous les parents que je vous cite ici et de votre filleul Fanni de Lille, qui couche ici. Elle est chez CUVELLE parce que sa mère est bientôt prête à faire profit.

101 Des compliments de tous vos enfants, ils vous demandent la bénédiction et je suis sincèrement votre très attachée femme

102 Monsieur, mon cher Époux
Angélique Delputte

Juillet 1790

103[Lettre du 3 juillet non publiée]

104 De Linselles ce 6 juillet 1790

105 Monsieur, mon cher Mary
Je n’avais pas eu le temps dans ma dernière, de vous nommer les députés pour Paris, pour le serment solennel du 14 juillet. Ce sont Jean-Baptiste DUMONT, votre filleul, qui est très charmé d’avoir l’occasion de voir son parrain, le cousin GADENNE, charron au Blaton, le fils de Pierre-Joseph LESAGE à La Bassée. Ils sont venus hier offrir leurs services ; nous avons bu un verre de vin à votre santé. J’attend aujourd’huy DUPONT de Bousbecque, qui doit aussi venir offrir ses services.

106 Samedy, nous nous sommes accordés pour nos lins, nous avons partagé en deux la différence ; je les vend à 17 écus moins douze patars et deux louis de denier à Dieu pour les enfants et je retiens la troisième part.

107 Samedy, j’ai eu un marchand pour nos lins en boite. C’était le cousin Louis LEPOUTRE, qui l’a accompagné et c’était un nommé PLOUY de Quesnoy, bon marchand, à ce que j’ai entendu. Il est bon amy avec Monsieur DUHEM, qui est à Douay. Il m’en a offert 26 patars ; j’ai dit que je vous l’aurais marqué. Je crois selon moi, préférable de différer un peu encore, pour voir si le commerce ne reprendra pas.

108 Dimanche, j’ai été à la dédicace de Mouscron ; les frères et sœurs vous font des compliments. On a bu à votre santé.

109 Je viens de recevoir un paquet d’imprimés, je comptais d’y trouver une lettre comme à l’ordinaire, je suppose que vous avez oublié de la mettre dedans. Ce serait pire, si, jamais vous aviez mis des billets de la caisse d’escompte, comme vous me l’aviez promis dans votre dernière. Si je ne reçois pas demain à Lille une lettre, je serais très inquiète.

110 Je suis repassé dimanche chez le cousin DESURMONT, pour le prier de vous faire des compliments. Il doit partir mercredy, il me semble qu’il ne vous manquera pas de visites ni d’embrassements pour ce jour-là ; ils y viennent tous d’un grand zèle. DUPONT vient de sortir de la maison, il m’a dit qu’à Bousbecque, on a fait des feux de joie et je crois qu’à Linselles, on fera aussi quelque chose. Ils doivent partir ce matin, 7 pour arriver dimanche aux environs de Paris. Ils ont loué une voiture pour se faire conduire, tous les cantons de Tourcoing. À Lille, il y a eu une grande contestation, ceux de la ville voulaient tirer tous ensemble ceux du village. On voulut suivre le décret de l’Assemblée. À la fin, ceux de la ville ont été obligés de céder par canton.

111 La garde nationale devait conduire NOLF à la maison de ville pour le présenter à la municipalité, mais je ne sais pas ce qu’ils en auront fait ?

112 Je suis bien sensible à votre invitation, je vous souhaite beaucoup de divertissement, à ce que j’entend, que tout le monde se divertira ; je tacherai de faire comme les autres.

113 Des compliments de tous vos enfants et des frères et sœurs et je suis

114 Monsieur mon Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

115 J’avais oublié de vous marquer dans ma dernière que ma sœur Angélique va très bien et qu’elle se loue très fort de sa sangle, qui lui va bien.

116 Je compte aller demain à Lille avec le-reste du bled : 9 sacqs. Il en reste encore pour manger jusque vers la Saint Eloy.

117 Je vous dit pour nouvelle, que les gardes sont chez Jean-Baptiste VENANT grande misère pour la femme et les enfants ; on dit que c’est encore pour l’affaire d’il y à trois ans et d’autres disent que c’est pour de la paille en bateau qu’il acheta l’an passé.

118 Je vous annonce aussi qu’ils sont chez votre locataire Jean-Charles LEZAY pour du lin qu’il a acheté l’an passé à M. TERRAIN. Il est venu cet après-midi. En le voyant, je pensais qu’il venait me demander de l’argent, mais pas du tout, il m’a dit qu’on devait vendre demain et que je n’eus pas douté que les gardes avaient dit que le propriétaire devait être payé le premier pour l’année courante. J’espère que vous me donnerez des nouvelles de suite.

119 De Linselles ce 9 juillet 1790

120 Monsieur et mon cher Époux
J’ai été charmée d’apprendre mercredi en arrivant à Lille, que votre lettre était à la poste avec les assignats. J’ai été obligée d’aller par moi-même pour signer le reçu, mais je n’ai rien eu à payer. Le billet de trois cents livres me sera toujours une garantie et il faut voir comment le sieur TIBERGHIEN me paiera les laines, si ce sera en assignats ou en argent ? Je luy ai envoie les 800 livres. Il est à présent à Douay et, pour le reste, mon cousin DESURMONT vous en donnera des nouvelles, car je suis sûr qu’il sera arrivé avant ma lettre.

121 Je viens de recevoir votre lettre en date du 6 courant. Vous me dites que vous êtes charmée d’apprendre que nous avons du bled versé et bien venez à présent, vous serez charmé six fois le double, puisque nous en avons de tous vents, du Nord, du bas de lise, mardy et aujourd’huy de France.

122 Nous avons une pluie depuis sept heures du matin avec du vent qui dure encore. Ce sera du même ouvrage en beaucoup de campagnes comme il y a eu autre fois au 28 Cent. Malgré tout ce que vous me dites touchant nos lins, je suis encore charmée de les avoir vendus ; ils peuvent les faire avec plus d’économie que nous. S’ils profitent, nous profiterons aussi, en faisant part avec. S’il vient du mauvais temps sur la récolte, ce sera à eux de veiller ; quant aux lins en bottes, il n’en sera pas question cela ne me gène pas.

123 Quant à nos foins de trèfle, nous en avons renfermé samedy, après avoir emmoyé les colzas, sept à huit voitures qui ont été bien prises. Le pire qu’il y a, c’est qu’il pleut sur l’écurie des vaches, ça pourrait bien se gâter. Quant à nos foins de prairies, les dix cents sont en meules ; les autres, je n’ai encore rien entendu. Nous avons encore sept cents de trèfles, en moitié fané, le prés Vienne, il est en petits monts.

124 Vous me parlez de vos enfants que vous auriez désiré voir à la Confédération, le 14 juillet. Si vous me l’aviez proposé étant à Douay, la moindre des choses ils y auraient été aussi. Mais les garçons croyaient qu’on aurait demandé la garde nationale, attendu qu’on aurait bien demandé l’autre garde et à vous dire, le lendemain de la dédicace, il pleuvait, ils n’avaient pas beaucoup dormi la nuit et, pour tout dire, s’ils avaient cru d’être désignés, ils auraient été très charmés de voir cette cérémonie et aussi de voir leur père.

125 J’ai demandé à nos garçons de venir le 14 à la maison. Ils m’ont dit qu’ils avaient parlé à la garde nationale, qui avait conduit les députés jusqu’à Lille, pour eux faire cuire un jambon et dîner sur la place de Linselles, pour participer à la joie qu’il y aura dans toute la France, ce jour-là. Je pense leur demander de venir prendre une tasse de café, après le dîner ; je ne les ai pas encore régalés depuis leur création.

126 Vous me dites que vous avez entendu dire que nos greffiers étaient devenus bons citoyens. Je suis contente de le croire, je n’entend plus parler autrement et le maire de Linselles m’a dit qu’il y a environ trois semaines, il était chez Jean-Baptiste LEDUC, il m’a fait appeler, il se plaignait très fort qu’il était toujours incommodé et qu’il n’avait pas la santé pour pouvoir vaquer à ses affaires et, moi, je lui ai dit que peut-être le greffier n’était pas meilleur patriote qu’il ne fallait. Il m’a dit qu’il en était très content à présent et qu’il était totalement changé et qu’il n’avait plus occasion de s’en plaindre et, quand je suis allé, on m’a témoigné beaucoup d’amitié, c’était après la basse messe, on m’a présenté une goutte fait déjeuner et on voulait me faire rester pour le dîner. Dimanche dernier, j’ai fait rencontre de DERVAUX, le sergent, il m’a dit qu’il avait passé la lettre de Jean SELOSSE au bailliage et celle de DUMONT pour ses deux maisons qu’il a sur la châtellenie et qu’il doit les faire passer en loi, le troisième mardy du mois, que l’ancien Magistrat est assemblé à présent pour l’arrangement de leurs comptes. S’il reste encore quelque chose après le village nous pourrons en profiter ; je crois que vous ne lui feriez pas de déplaisir en lui écrivant et en lui parlant de ces choses. Et au sujet de vos garçons, je ne peux rien vous dire à présent. Je vous souhaite beaucoup de divertissement.

127 Mon cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

128 Vos enfants seront présents de cœur pour la Confédération.

129 De Linselles ce 12 juillet 1790

130 Monsieur, mon cher Mary,
Dans votre lettre en date du 6 courant vous me parlez qu’il y a eu du trouble dans beaucoup d’endroits, à cause des dismes. De nos côtés, on n’en parle pas, tout le monde est tranquille là-dessus. On disait au Blaton, que les pauvres avaient inquiété ces MM. de Zunnebecq, mais le maire a envoyé la garde volontaire en disant que c’est l’intention de l’Assemblée de laisser dimer cette année pour la dernière fois, tout est rentré dans l’ordre. D’après ce que j’ai entendu par Catherine, qui est restée à la dédicace de Mouscron, les frères et sœurs ont fait le complot de tous venir participer à la joie qu’il y aura ce jour-là en France.

131 Nous avons ici depuis hier et aujourd’huy une pluie continuelle ; nous ne pouvons pas travailler à nos foujons ; si cela continue, nos monts de trèfle deviendront du fumier ; les prairies, les dix et les deux cens sont en meules pour les sept cens je n’ai pas eu encore de nouvelles. Quant aux lins, les marchands comptaient de faire tirer aujourd’huy, mais à cause du mauvais temps, ils diffèrent encore un jour ou deux ; ils se comportent bien, les taches rouges n’ont pas augmenté.

132 Les garçons ne doivent arriver que demain soir et à ma première, je vous en donnerai des nouvelles.

133 Les Messieurs de la garde volontaire augmentent toujours de plus en plus. Hier après-midi, ils sont venus m’inviter à leur repas, qui doit se donner sur la place ; ce n’était pas encore tout, c’était pour avoir mon frère, pour en faire leur colonel du régiment ; ils voulaient toujours avoir mon consentement. J’ai dit qu’il était plus âgé que moi et que je n’avais pas d’ordre à leur donner. Ils m’ont demandé la toile aux colzas pour pouvoir la tendre pour le repas et puis l’après-midi pour eux donner bal. Je les ai invités à prendre une tasse de café, ils l’ont acceptée à condition que nous les aurions tous suivis au bal l’après-midi, qu’ils seraient venus avec tous les instruments, ceux de la place ; les bourgeois se sont mis d’accord que tous ceux qui ne mettraient pas leur table sur la rue pour régaler les passants, on les fera passer pour des aristocrates. Ils ont été demander à Monsieur le curé de célébrer une messe solennelle. Il a répondu, en premier, qu’il avait trois messes ce jour-là et qu’il ne pouvait pas. Peu de temps après, il a envoyé dire qu’il chanterait la messe à l’heure qui leur aurait plu ; il a dit que la messe aurait duré une heure et demie.

134 La garde doit prêter serment, du moins les volontaires, à midi précise. Je crois qu’il sera suivi du Te Deum et la municipalité sera présente au serment. Si le curé n’avait pas voulu chanter la messe, le maire avait dit d’aller chercher un religieux. À Bousbecque, M. DUPONT a été demander une messe, le curé a dit de suite : « non ». M. DUPONT est parti pour Lille. On lui a dit de prendre deux témoins et quand le curé a vu ces témoins, il a accepté de chanter messe.

135 On vient de me demander s’il était vrai, ce que marque la gazette la Gazette de Gand. On en a trouvé deux à Paris, au Champ de Mars, qui étaient assis sur les escaliers. On leur a demandé ce qu’ils faisaient là, ils ont répondu qu’ils étaient envoyés du ciel, pour empêcher cet ouvrage. On les a pris et mis en prison. C’est certain d’après ce qu’on m’a dit ; la Gazette de G and l’a marqué. Moi, je juge que c’est encore un article de presse.

136 Je vous prie de faire des compliments au cousin DESURMONT et attendant de vos nouvelles le plus tôt possible, je suis sincèrement

137 Monsieur et mon Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

138 À Bousbecque, on va faire des feux de joie mercredy soir. Le monde s’anime à présent surtout à Linselles, comme des dogues, Passez-moi la comparaison, contre les aristocrates.

139 De Linselles le 15 Juillet 1790

140 Monsieur et mon cher Amy,
Je ne peux pas tenir le silence plus longtemps : ce qui s’est passé à Linselles mercredy 14 juillet, jour de la Confédération, à l’exemple de Paris. D’abord, on a improvisé un Champ de Mars sur la place ; à l’entrée, il était écrit en fleurs : « Vive la Nation ». Au milieu du dit-champ il y avait une colonne enjolivée de fleurs ; tout était en feuillages arrangés par les dames. Un chacun se faisait gloire d’y avoir assisté. La messe solennelle a été chantée à neuf heures et demie. La garde nationale y a assisté en armes, suivie d’une garde de garçons, âgés de douze ans ; ils étaient environ 25 armés d’une épée et d’un sabre de bois, avec leur drapeau de la Nation. Ils avaient demandé la permission à M. le curé d’aller à l’offrande avec les autres ; il leur avait permis.

141 À midi précise, la garde nationale a prêté le serment devant la municipalité d’être fidèles à la Constitution, de tout leur pouvoir, suivi d’une décharge, non pas de canon, mais de fusils. Ensuite le repas toujours au Champ de Mars, accompagnés de la municipalité. À une heure, la petite garde est venue me faire honneur avec leurs tambours et drapeaux et suivie d’une petit troupe de garçons de 7 à 8 ans avec un plus petit drapeau. Ils ont bu à la santé de la Nation, je leur ai donné un écu pour eux. J’oublie de vous marquer qu’ils ont bu à la santé du maire, qui représente le Roy, la Loy et la Nation et à leur auguste député, ont-ils dit. À deux heures, la garde volontaire est venue nous chercher avec tous les parents qui m’avaient honorée d’une visite curieux de voir cette fête.

142 Mon frère Isidore et Pierre-Joseph, mon frère ODON et sa femme, les cousins LAMBLIN du Bailly et de la Basse Cense.

143 Avant le café, on a bu plusieurs fois, avec les principaux de la garde, à votre santé, par des cris répétés de « Vive la Nation ». Ils ne pouvaient pas tous être dans la salle, ils étaient au moins quarante, mais je peux vous dire, que je n’ai jamais vu une pareille union, ni gaieté dans la paroisse ; les personne de 70 à 80 ans n’avaient jamais vu ça ; je crois qu’ils sont sortis tous contents de la maison. Ils nous ont conduit au Champ de Mars, toute la famille, eux devant rangés deux par deux ; ils nous ont fait faire le tour de la place pour nous arriver au Champ de Mars, étant descendus de la voiture. Ils ont tiré une décharge, le Champ de Mars était décoré aux armes du Roy et de quatre drapeaux sur lesquels on avait mis cette inscription : « Vive la Nation, la Loy, le Roy et la Confédération ». Ceux qui ont le plus contribué à cette charpente, ça a été QUILLET, l’entrepreneur de l’église, LEDUC et DERVAUX, charpentiers ; ceux qui ont fait la peinture : VAN CLARE et RAIMOTE. Il y avait une place pour danser à 50 ou 60 à son aise, si on voulait. Le bal a duré jusqu’à 11 heures du soir, il aurait duré plus longtemps mais la municipalité les a prié de finir de bonne heure, pour éviter les brouilles ; il y a eu illumination une partie de la nuit.

144 Le commandant de la garde c’est SEYNAVE, le beau-fils du clerc, qui les arrange dans le meilleur ordre possible. Mon frère et les deux garçons ont dîné au Champ de Mars ; les parents ne savaient pas assez admirer l’union et l’honneur qu’on vous faisait dans la paroisse, puisqu’un chacun criait : « Vive nos Députés » et sans oublier nos trois députés, qui sont partis en dernier. S’ils sont encore à Paris quand vous recevrez ma lettre, je vous prie de me marquer le jour de leur départ. Je souhaite que tout se soit aussi bien passé à Paris qu’il ne s’est passé à Linselles. J’espère que vous m’en donnerez des nouvelles de suite.

145 J’ai demandé ce matin à Benjamin des nouvelles dont vous m’aviez parlé il y a quinze jours, il m’a certifié qu’il n’en a souffir que de son maître et personne d’autre ne lui en a parlé, mais à présent il ne lui en parle plus ; il me semble qu’il serait bien comme les autres prêtres, attaché à l’intérêt. Il y avait longtemps qu’il rendait service, il comptait d’avoir une pension.

146 Mon cher Amy, si vous aviez été de retour dans une journée comme hier, quelle satisfaction n’aurais-je pas eue ; mais j’espère, à présent, qu’il n’y aura plus longtemps. Vous me dites dans votre lettre en date du 10 que vous rejoindrez la famille cette année, il y en a qui me disent : plus vite, d’autres plus longtemps.

147 Le cousin LAMBLIN ne pouvait assez s’émerveiller des honneurs qu’on vous faisait hier. La garde est encore venu nous conduire jusqu’à la sortie des barrières. Mon frère Isidore m’a dit, voyant les honneurs qu’on vous faisait, de payer un tonneau de bière à la garde volontaire. Je l’ai fait pour un bien. Je peux vous certifier qu’ils n’ont pas été pendant cinq minutes d’intervalles sans crier : « Vive la Nation » et tous de bon cœur.

148 J’ai embrassé vos enfants pour vous, ils demandent la bénédiction et je suis en vous embrassant de cœur.

149 mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

150 P.-S. Il n’est pas possible que je vous puisse donner le détail des personnes, qui m’ont chargée de vous faire des compliments, le jour d’hier de la part des parents et de la municipalité et de la garde nationale et beaucoup de vos amis. Je vous prie d’en faire de ma part au cousin DESURMONT.

151 J’apprendrais volontiers s’il s’habitue à Paris. Je lui souhaite bonne vente avec ses toiles. En attendant de vos nouvelles le plus tôt possible.

152 De Linselles le 20 juillet 1790

153 Monsieur et mon Époux,
J’ai eu l’honneur de recevoir deux de vos lettres une datée du 13 [n. p.] que j’ai reçue samedy et celle du 16 que j’ai reçue hier, par laquelle vous m’annoncez qu’il a plu considérablement au Champ de Mars ; cela aura réjoui les aristocrates. Chez nous, il a plu un peu l’après-midi, pendant que ces Messieurs étaient à table, jeudy, vers les cinq heures. Le bal a encore recommencé et a duré une partie de la nuit ; ils sont revenus, il faisait jour, ils ont déjeuné et ils sont partis de suite pour Lille.

154 Vendredy beaucoup d’étrangers sont venus voir ce champ et tout s’est passé dans la plus grande tranquillité possible. Nous avons ce beau-fils de magistère qui exerce sa troupe ; il est fait commandant ou capitaine et mon frère est fait colonel et les autres places se feront au scrutin, pour ne pas avoir de jalousies.

155 Les volontaires ne sont pas contents du curé, ils ont été à trois, luy demander poliment, s’ils n’auraient pas pu avoir le Te Deum, il a répondu que pour chanter ces prières-là, il fallait un ordre de l’évêque. Ils se sont retirés satisfaits, mais quand ils ont entendu qu’on le chantait dans tous les endroits, ils ont dit qu’ils l’obligeraient, quand les députés seront revenus de Paris. Il n’y a pas un curé dans nos environs, qui l’a fait de bon cœur, si ce n’est celui d’Halluin. Les cousins LAMBLIN, quand ils sont venus m’ont dit qu’on ne faisait rien dans leur village, je leur ai dit qu’ils étaient encore tous mauvais citoyens dans leur endroit. Ils m’ont répondu qu’ils n’avaient pas reçu d’ordre pour cela, j’ai dit qu’on n’en avait pas reçu non plus, mais qu’on suivait l’exemple de Paris.

156 Hier, on a chanté une messe solennelle en musique suivie du Te Deum après qu ils ont eu prêté le serment. Les plus anciens curés se convertissent les premiers, on espère que les autres se convertiront aussi.

157 Chez Jean-Baptiste VENANT, on a commencé hier à vendre un peu, on a fait stater [ ?] ; le frère de l’homme est venu et on a cessé de vendre, je crois qu’il sera encore fermier comme devant. Vous savez qu’on n’a jamais rien compris dans cette ferme et on n’y comprendra encore rien et quant à Jean-Charles TESSE, il m’a demandé de pouvoir continuer, je le lui ai accordé. Je serai donc dans le cas de faire saisir le denier de la vente, pour le loyer de la maison, mais j’ai encore le temps, parce qu’ils seront mis aux fourges [ ?]. J’en ai parlé au greffier dimanche, il m’a dit qu’il en fera son affaire et pour le beau-fils de LAMBLIN, il reste dans une de nos maisons à La Chapelle.

158 Madame LEPLAT est partie la semaine dernière pour Tourcoing, à ce que l’on dit. Elle est allée rejoindre son argent.

159 Nous renfermerons aujourd’huy nos foins, derrière les Dix Cents et nous comptons renfermer le foin de trèfle, si le temps le permet. J’en ai fait faucher six cens encore. En voila, en tout, 23 à 24 cens de foin de trèfle de faits ; il est un peu moisi des pluies. Le cueillage du lin doit finir demain, nous en avons de trois qualités ; du beau, aux environs six cens de la première semaille, c’est un lin comme un fil de laiton, tout défenné, jaune comme l’or ; mais le reste de la campagne n’a pas tant de qualité, il est plus court et pas aussi dépouillé. Les autres auront plus de gerbes, mais pas si beau.

160 Je suis charmée d’apprendre que les ballots du cousin DESURMONT sont arrivés à bon port, je vous prie de lui faire mes compliments, de même à M. POLLET et de lui dire de ma part, qu’il les fait un peu trop longues à Paris. Il me semble qu’il ne sera pas de retour pour la Saint Christophe, il ne saura pas tout dire en un jour. Nous en demanderons deux pour tout savoir et ainsi il ne profitera rien.

161 La femme de notre carton *, Séraphine a accouché aujourd’huy, d’une grosse fille. J’espère qu’à votre première, je saurai le jour précis que ces MM. seront partis de Paris, parce que ceux de Linselles doivent aller jusqu’à Pont-à-Marcq, pour les recevoir. Des compliments de mon frère et de vos enfants, ils vous demandent la bénédiction et je suis en vous embrassant de cœur

162 Monsieur et mon cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

163 Il me paraît par les journaux et les gazettes, que le duc d’ORLÉANS est à Paris.

164 De Linselles le 2... Juillet 1790

165 Monsieur et cher Époux
Dans votre lettre que je viens de recevoir en date du 16 j’ai trouvé les deux cents francs de petits assignats que vous y aviez inclus. Je vous en renvoyé un de 20 F de la caisse patriotique de Paris, que vous pourriez changer ; il vient de Jean Baptiste LEDUC, qui m’a prié de bien vouloir l’inclure dans ma lettre.

166 Vous me dites qu’il y a eu grande fête à Paris dimanche dernier et moi je vous dis que je n’ai pas encore vu une pareille feste dans un village comme à Linselles, ce jour là. Ils ont la première nuit sonné le trépas des aristocrates, il a duré cinq minutes, c’est assez pour eux et ensuite, on a sonné et batelé jusqu’à six heures, ensuite, le salut suivi du Te Deum ; la garde nationale faisait continuellement des décharges, ensuite, il y a eu illumination, toute la soirée. On se promenait pour voir où était la plus belle et les aristocrates ont fait comme les autres, craignant d’avoir leur vitres brisées. En parlant de ces gens là, je vous dirai qu’ils ont encore fait assembler hier la municipalité et aujourd’huy, pour pouvoir célébrer la messe, sans se dédire de ce qu’ils ont dit. Je sais que le curé et le maire ont dit qu’ils tiendront ferme et qu’ils ne céderont pas. Si l’Assemblée portait un décret pour épurer tous ces réfractaires, ils éviteraient quelque fois de répandre du sang dans les lieux saints. Je vous assure que les démocrates et les aristocrates deviennent entêtés l’un contre l’autre et je n’ai jamais tant appréhendé qu’à présent.

167 Il me semble que vous remettez encore votre retour à l’ordinaire ; je suppose que la Saint Rémy viendra à la Toussaint.

168 Je crois pour le bien qu’il conviendrait que la garde nationale soit avertie de votre arrivée, parce qu’il y aurait badinage des villages voisins s’ils ne faisaient pas honneur à leur député.

169 Nous voiturons le fumier pour planter le colza, nous croyons commencer jeudy prochain Des compliments de nos enfants, ils vous demandent la bénédiction et je suis sincèrement

170 Monsieur et mon cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

171 De Linselles ce 23 juillet 1790

  • 4 Ce paragraphe illustre un usage très courant dans les campagnes consistant à désigner des parcelle (...)

172 Monsieur mon cher Mary
Je comptais recevoir de vos nouvelles aujourd’huy, mais il me semble que j’en serais privée. Nous avons l’agrément d’avoir du plus beau temps, cette semaine que la dernière. Nous renfermons aujourd’huy, les derniers foins des prairies ; cette année, il ne vaut que comme ça. Je ne suis pas contente surtout des dix cens 4  ; je crois que s’il avait voulu, que cela serait allé mieux, et le reste du foin de trèfle est mis en meule ? Nos lins sont de toute beauté ; ils sèchent blanc comme un damas, surtout les vingt deux cens ; c’est dommage qu’ils n’aient pas une bonne paume plus long. Le cens est presqu’entièrement lié ; les dix cens la couleur est belle aussi mais les 14 ne valent pas autant pour la qualité et pour le nombre des gerbes ; à ma vue, le premier cens, un bon 80. le reste des 22 cens à 70 les dix cens, un bon 90 et les 14 cens, 93.

173 Au moment que je vous écris, je viens de recevoir votre lettre en date du 20 courant. J’ai été charmée de la recevoir parce qu’elle me donnait des nouvelles. Mon frère de Rekkem, qui vous fait des compliments a emporté avec luy l’imprimé qui traitait de Bruxelles. Il m’avait demandé de vous prier, s’il était vrai le bruit, qui circulait dans leur province, que la France laissait passer sur son territoire, les Autrichiens, pour surprendre les Brabançons. Je lui ai dit que je ne le pensais pas encore, que la France ne se mêlait pas de ça et de plus les journaux n'en ont jamais fait mention.

174 À ce que vous me marquez, nous verrons nos députés dimanche. Il en est venus hier aux nouvelles pour savoir quand ils auraient été de retour. Les Messieurs de la garde volontaire iront toujours jusqu’au Pont de Marcq. Et le 14 juillet, on n’entendait rien d’autre, comme à Paris : « ça ira, ça ira » mais quand nos députés seront de retour, nos garçons en ont envoye une autre :

175 « Tremblez, Aristocrates, la lanterne, il sera »

176 « Si la corde vous tate, l’on vous y remettra »

177 « Et oui, da, l’État ira bien mieux, après tout cela »

178 Le chirurgien-major est venu, il m’a dit qu’il y en a encore cinq ou six qui ont souscrit depuis la fête du 14 à Halluin. Je crois qu’il y en a un qui périra à cause d’un coup de fusil au bras, qu’une femme a tiré. Il n’y avait pas d’ordre dans leurs tirs. A Roncq, on doit faire la fête dimanche : messe solennelle, on doit régaler les pauvres sur le cimetière ; on dit que c’est Madame de Roncq. Nos bleds, il n’y a pas d’augmentation ; ils sont tous à plat et ils restent comme ça, ils ne se relèvent pas à la fourche ; il y aura peut-être dix jours avant qu’on commence à piéter * ; il me faudra toujours deux ouvriers de plus que l’an passé

179 Des compliments de mon frère et de vos enfants

180 Monsieur mon Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

181 Si mon cousin DESURMONT est encore à Pans je vous prie de lui faire de grands compliments. Hier, j’avais envoyé une cuvelle de beurre ; ses cousins et cousines étaient inquiets qu’ils ne recevaient pas de ses nouvelles, ils ont dit de venir demain ; je pourrai leur en faire part et vous lui direz qu’il ne se gène pas pour la Saint Christophe, que le désiré n’est pas perdu.

182 Je suis en attendant de vos nouvelles le plus tôt possible.

183 De Linselles ce 28 juillet 1790

184 Monsieur et mon Époux

185 J’ai reçu hier la visite de la garde volontaire de ces MM. de Linselles, qui ont été à Paris et vos compliments. Ils m’ont témoigné qu’ils ont eu beaucoup de divertissements et ils m’ont dit qu’ils n'ont jamais vu tant de gaieté et d’union, qu’à Paris, ils étaient comme tous frères. Ils ont été les recevoir au Pont de Marcq dimanche à midi ; mais en revenant, NOLF était là. Il s’est présenté avec une bouteille de vin et quelques desserts sur une assiette ; ils ont dit qu’ils ne recevaient pas de présents des aristocrates et ils ont passé leur chemin. Arrivant au village, ils ont été de suite à l’église pour entendre le Te Deum. Forcés, je dis forcés, puisque 1e maire a du envoyer son sergent pour savoir s’ils le refusaient ; ils ont dit qu’ils l’auraient chanté. Il n’y a qu’à Linselles et à Bousbecque qu’il fallait aller à la force pour le faire chanter. De plus, s’ils le chantent bien quand ils arrivent au village pour un prêtre curé, à plus forte raison, doivent-ils le chanter pour un royaume entier. Vous diriez : à présent, que c’est comme une religion toute différente, il y a des curés qui se présentent pour le chanter et d’autres le refusent. Notre curé avait donné dimanche à Magister, pour eux boire, une demi-tonne de bière ; hier, ils ont reporté l’argent, je ne sais pas ce qu’il aura dit.

186 À Roncq, dimanche, Madame avait dit, si on ne le tirait pas, qu’elle aurait donné six sacs de bled pour les pauvres, le maire a ordonné de faire tirer et on a tiré.

187 Les garçons à Lille, m’ont priée de vous demander quatre sabres, pare qu’ils m’ont dit qu’on en avait autant pour neuf francs à Paris, qu’on avait à Lille pour dix huit francs, Si le cousin DESURMONT était encore à Paris, vous pourriez le prier de s’en charger ; on les mettrait à la diligence à l’adresse de RENARD. Sa femme a accouché samedy dernier d’un garçon ; après qu’il a été porté à l’église, il est allé au paradis ; je n’en sais pas davantage pour le présent. Je crois que ça va bien avec la mère.

188 Hier, le sieur GOEMANE de Comines, le garçon, qui vous a vu à Paris est venu me saluer et faire vos compliments. Ils se louent tous très fort de leur voyage.

189 Lundy, mon frère a été avec CORNILLE pour voir un cheval. Ils en ont offert 23 louis et demi, d’un cheval de cinq ans auprès, il ne leur a pas été accordé. Mon frère Isidore devait leur faire compagnie, mais il n’a pas pu, parce qu’il souffrait un peu d’une jambe, d’une humeur. Il a envoyé son beau-frère FORTRIE à sa place. Hier, mon frère Isidore est venu en disant qu’il ne connaissait pas mieux et que c’était un bon cheval. Quand mon frère était parti, le carton * FLAMENT est venu me dire que le roux de la veuve LIBERT avait saigné sur la compagne deux fois peut-être, plein son chapeau de sang tout cela m’a très profondément désolée. J’ai dit que j’en aurais acheté un de moindre prix ; tout cela m’a causé beaucoup d’embarras.

190 Je suis pressée par la poste ; des compliments à tous ceux dont je vous ai parlé de vos enfants. Je suis sincèrement

191 Monsieur mon Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

192 Si le cousin DESURMONT est encore à Paris vous lui ferez mes compliments et je serai charmée qu’il revienne avec de l’argent, je n’ai encore rien reçu des laines.

193 De Linselles le 30 juillet 1790

194 Monsieur, mon cher Amy,
J’ai eu la satisfaction de recevoir deux de vos lettres l’une du 25 que j’ai reçue mercredy soir et l’autre datée du 27 que j’ai reçus hier. Dans la dernière, vous me dites que votre législature pourra bien finir vers la Toussaint ; si c’était vrai ce serait grand délassement pour moi. Vous m’en avez déjà tant fait de ces promesse que j’ai peine à vous croire. À présent, ça va très bien avec mon frère, mais c’est que je n’ai pas la même confiance à un frère que je pourrais avoir à un homme. À présent ce qui me gène le plus, sont ces chevaux. Avant-hier, j’ai fait venir MARLIERE de Senfort pour avoir sa façon de penser concernant nos chevaux et aussi pour savoir s’il connaissait ce cheval pour lequel mon frère avait offert 23 louis et demy, prés de sa maison. Il m’a dit puisque je l’obligeais à dire la vérité, qu’il l’avait traité étant plus jeune et qu’il lui avait appliqué plusieurs santonine [ ?] à la jambe, d’une glissade, étant poulain. CORNILLE et mon frère ne s’en étaient pas aperçus. Je lui ai demandé ce qu’étaient ces glandes ; il m’a dit que dans le passé, son écurie n’était pas saine et qu’il avait douté que c’était la même affaire. Il m’a dit que COUROUBLE l’avait obligé de me dire ce qu’il savait, pour que je ne sois plus trompée et concernant nos chevaux, il m’ a dit de mettre le roux Libert séparé des autres ; ils sont bons et qu’il m’aurait donné quelque chose pour préserver les autres et que pour ceux qui sont atteints, il conseille très fort de les laisser tranquilles, c’est-à-dire, de ne pas donner de remèdes. Il m’a dit de ne pas mettre tant d’argent pour un cheval, qu’il vaut mieux en avoir deux qu’un, qu’il en savait un à Wervicq de huit à neuf ans, c’est un qui a eu des épavins ; il a des grosses jambes. C’est que je pourrais l’avoir pour dix ou douze louis et qu’il est très en mesure de faire l’ouvrage et je crois suivre son conseil. Mon frère doit aller demain avec CORNILLE. Je suppose que vous ne sauriez pas mieux conseiller pour le profit, quand vous serez de retour, vous verrez.

195 Pour le présent, il faut que le travail se fasse.

196 Vous ne m’avez pas compris dans ma lettre en date du 20 ou c’est que je ne me suis pas bien expliquée moi-même. C’est à Halluin le 19, qu’on a chanté la messe en musique.

197 Nous avons fini de lier les lins mercredy, juste pour la pluie. Ils m’ont demande, trois ouvriers, de pouvoir finir le jour même. Hier matin, nous avons eu un orage, il a plu une partie de la journée. Cet avant-midi, il a encore fait du bon temps pour nourrir nos bleds. Nous ne pouvons commencer à picter * que lundy ; nos bleds sont difficiles à prendre cette année ; ce qui est droit mûrit, ce qui est tombé reste encore vert et par conséquent, nous serons dans le cas, suivant mon frère, de prendre le droit, à de certaines campagnes et de laisser en arrière ce qui est tombé. Malgré cela, j’espère qu’ils feront bien du grain. On fait toujours attention aux premiers grains. On dit les colzas à quatre raziéres, mais fort bon marché ; on dit depuis douze livres jusqu'à quatorze. Je vous prie de faire attention aux prix, après l’août, quand nous aurons le temps de battre pour vendre de suite, ou de différer. Je ne vous ai pas encore parlé du tabac, il est toujours en oubli, mais je puis vous dire qu’il est beau ; au premier, sur la plantation, il y a eu des vers, comme tout le monde en a été servi, ceux qui avaient du tabac ; il est d’un aille tendre jaune ; il est en partie tout quatre comme on dit dans nos pays. Pierre SIX en a auprès, il n’a pas de comparaison. les entrepreneurs en sont contents.

198 Le sieur TIBERGHIEN ne m’a pas encore payé les laines. J’y ai envoyé le berger cette semaine, en disant que j’étais surprise qu’ils étaient si longtemps sans venir, il a promis de venir dimanche, mais je ne sais pas s’il aura de l’argent ou si ce sera tout en billets, aprés lui avoir donné tant de temps de crédit. Je n’ai pas encore reçu la visite de mon cousin DESURMONT, mais je crois que c’est le mauvais temps qui en est la cause, je l’attend demain. Catherine y a été lundy, les cousins sont venus la chercher.

199 Vous me dites que si vous vendiez au détail, que vous auriez plus de débit, sauf l’embarras que vous pourriez avoir, pour les coupons, dans un ménage, on peut toujours s’en servir avec quatre ou cinq coupons, je peux faire une chemise.

200 Vos garçons se plaignent que vous les avez oubliés pour leurs boutons que vous aviez promis.

201 Je compte d’aller mercredy à Lille. J’irai saluer M. SCHEPPERS. Mme DURIEZ, je ne sais pas où elle reste. Je serai obligée d’acheter trois habits à la Nation. Tout le monde en fait à Linselles. Vous recevrez votre potée de beurre, avant ma lettre. Elle est partie aujourd’huy à Lille par la diligence

202 Des compliments de M. DUPONT, de mon frère, de vos enfants, je les ai embrassés pour vous. Je suis sincèrement

203 Monsieur mon Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

Août 1790

204 De Linselles le 3 août 1790

205 Monsieur et mon Mary,
J’ai reçu votre lettre en date du 29 par laquelle vous me marquez des nouvelles très alarmantes, pour les Brabançons et même pour nous, avec tous ces princes réfugiés. Je viens de recevoir votre lettre en date du 31, elle me rassure un peu. Je suis dans le cas de dire tout en raccourci, parce qu’il est passé neuf heures ; le soir quand je commençais ma lettre, le greffier est venu pour mesurer les lins ; votre nièce CUVELLE est venue me demander trois ou quatre sacs de bled à prêter, pour en manger jusqu’à la moisson terminée, j’ai dit qu’elle en aurait eu.

206 Le cousin DESURMONT m’a rendu visite dimanche, il m’a fait beaucoup de plaisir ; il m’a priée que lorsque j’aurais eu des nouvelles, je le luy aurais fait savoir. Mais je comprends par votre lettre que vous lui avez écrit.

207 Le sieur TIBERGHIEN m’a envoyé samedy trois billets de 200 francs, ce qui fait 600 et puis 18 louis, ce qui fait à peu près le complet de la somme ; il m’a priée que lors que j’aurais l’occasion d’aller à Tourcoing de venir dire bonjour pour tout liquider.

208 Mon frère a hier acheté ce cheval, dont je vous avais parlé dans ma dernière lettre, il n’est pas si mal que je vous l’avais dépeint ; il n’a que les jarrets un peu gonflés et il a de l’ardeur tout plein. Il a sept ans accomplis, il sera propre à mettre avec notre gris Margot. Le prix est de onze louis demy et une couronne. Il est de la taille de cette grise dont je vous parle et MARLIERE me fait espérer qu’il ira bien avec les autres, avec ce qu’il donnera, cela pourra les garantir.

209 Nous avons commencé hier à picter * le bled d’œillette *, mon frère m’a dit qu’il est trompé en bien, qu’il croit qu’il fera toujours ses trois cents, il n’est pas encore lié, parce qu’il tombe encore un peu vert et nous avons encore de la pluie, il ne sèche pas beaucoup, nous aurons du plus et du moindre. Le bled du Planchonnier et ses deux bonniers, que le bétail a donné dessus. Le reste, il ne serait pas surprenant qu’il y en aurait, qui feraient trois cents et demy et même quatre cents au cens et quant au grain, ce qui est droit est meilleur que ce qui est tombé ; mais comme je vous dit : ce qui est tombé, l’épi n’est pas relevé, c’est toujours une marque de grain. On dit que les seigles rendent beaucoup de grains. Nos avoines ne sont pas hautes, mais il y a apparence de grain, les fleurs sont d’une belle qualité.

210 Ils commencent à picter à cinq, mais plus tard, je serai dans le cas de mettre du renfort.

211 Le beau-fils du cousin Magistaire [ ?] est venu ce soir, pour nous demander si nous allions à Lille demain, pour lui acheter des armes ; je lui ai dit que vous m’aviez écrit que Lille était obligé de vous livrer tout ce dont vous aviez besoin. Il y a un billet de la municipalité, s’ils ne trouvent pas de sabres à leur goût à Lille.

212 Je pourrai à la première vous prier d’en vouloir acheter pour eux aussi.

213 Des compliments de tous ceux dont je vous parle et de vos enfants. Je suis sincèrement

214 mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

215 Voilà douze heures, je vous dis « bonjour ».

216 De Linselles ce 6 août 1790

217 Monsieur et mon cher Époux,
Je viens de recevoir votre lettre du 4 courant. Je crois vous avoir marqué dans une de mes lettres que j’avais remis au Sieur TIBERGHIEN les huit cents assignats et que je ne m’étais réservé que les sept francs qu’il y avait en sus.

218 Je suppose que vous aurez bien compris la lettre que le cousin SEYNAVE, gendre du magistaire de Linselles. Ils ont parcouru la ville de Lille mercredy pour se procurer des fusils, ils ont été renvoyés de Ponce à Pilate et à la fin on leur a dit qu’il fallait présenter une requête au département. Vous m’aviez marqué dans votre lettre, qu’ils n’avaient qu’à se présenter à Lille au district ; mon frère lui avait fait compagnie ; voilà trois ou quatre fois qu’ils se présentent pour des armes et qu’on leur refuse. J’avais été saluer M. SCHEPPERS, son fils était là, je lui en ai parlé, il m’a dit qu’il fallait parler à M. MALUS. Je leur en ai fait part ; ils m’ont dit qu’ils y avaient été aussi. Beaucoup se mettent en uniforme pour le 15 et ils ne peuvent pas obtenir des armes, cela fera de la brouille dans leur compagnie. Ils disent qu’ils ne serviront pas sans armes et les enfants attendent les quatre sabres pour le quinze, la procession du Roy.

219 J’ai été mercredy chez Melle MOMET ; elle m’a fait part qu’elle vous avait écrit une lettre pour un sabre pour son neveu. J’ai acheté pour l’uniforme des trois habillements deux montures, chaque en basin blanc, ce qui fait six vestes, six culottes, deux paires de guêtres pour les garçons, ce qui fait quatre paires ; le colonel, ce sont des bottes qu’il lui faut et des épaulettes qui coûteront deux louis, il me semble qu’on n’est pas colonel avec rien. J’ai porté à Lille plus de trois cents cinquante francs, il n’y aura pas assez pour payer la façon de leurs habits et ensuite les épaulettes. Je crois qu’ils pourront les mettre au collège, car la petite jeunesse à Lille, des enfants de douze ans se mettent tous en uni/orme et, à Linselles il y en aura plus de vingt pour le quinze du mois. De plus, ils ne grandiront pas toujours et, pour la largeur, il les a mis dedans, pour qu’on puisse les élargir. Pierre-François, quand j’ai parlé de le remettre au collège, après la Saint Rémy, c’est des pleurs. Il dit qu’il n’a pas de goût pour l’étude qu’il est content d’aller sur un comptoir. Je crois que si je lui donais le cinquième cheval à conduire, qu’il le conduirait mieux que sa plume.

220 On m’a dit hier à Halluin, qu’il est arrivé quatorze personnes, comme des espèces de brigands, qui ont déserté, il y a plus longtemps des Patriotres, en disant qu’ils auraient du loger trois cents hommes de troupe. Le maire leur a répondu, qu’ils auraient logé les premiers, cette nuit, au corps de garde et puis, qu’on les aurait conduit demain à Lille et on les a conduit de garde en garde.

221 Déclaration des bleds ; faites attention : où il y a moins de gerbes, il y a plus de grains ; au bonnier Loir, place d’œillettes, 4 096 gerbes. Aux deux bonniers, du côté des campagnes Ronse, place de Planchonnière, qui a eu bien du fumier, 3 948 gerbes et, à présent, on lie au bonnier de la Baille ; on en a lié à Haut Bonnier, mais ce sera pour la première, nous couvrons les cahots.

222 Des compliments de mon frère et de vos enfants et je suis sincèrement

223 Monsieur et mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

224 Concernant ces toiles vous pouvez faire de ma part comme si c’était pour vous.

225 Je n’en ai pas parlé au cousin DESURMONT.

226 De Linselles ce 10 août 1790

227 Monsieur, mon cher Mary
Mademoiselle Monet m’a fait savoir aujourd’huy que les quatre sabres que vous avez bien voulu m’envoyer sont arrivés, il ne reste plus à avoir que des fusils.

  • 5 Cette remarque pose le problème très général de l’assistance aux pauvres qui n’étaient pas reconnu (...)

228 La semaine passée, il m’est venu un homme me demander, si j’aurais bien voulu vous écrire pour implorer votre secours, pour lui pouvoir être assisté par le secours à la pauvreté de Roncq 5 . Cet homme est du Hainaut autrichien. Il a employé tous ses jours, jusqu’ici à rendre service à la France ; de plus il a servi le Roy pendant dix ans ; il m’a montré son conge’, qui est en règle, il s’est présenté à sa paroisse, pour lui avoir du sercours ; ils le refusent parce qu’il a toujours rendu service en France, il peut être âgé de 70 à 80 ans. Il est avec sa femme ; pendant l’été, il est encore en mesure d’aller mendier son pain ; mais l’hiver, il est dans le cas de mourir de faim, s’il n’a plus de secours ; je vous prie de prendre en considération ; il m’a dit qu’il y a un homme à Tourcoing, qui a été dans le même cas que lui et à présent ceux de Tourcoing l’assistent. Vous me marquerez ce qu’il lui faudra faire, pour lui pouvoir obtenir.

229 Nous avons des brigands qui rôdent aux environs de chez nous, du moins des villages voisins ; on les nomme, ce sont ces tonro [sic] et on dit aussi les avocats qui vont avec. Jusqu’ici, ils n’ont pas encore fait grand fracas. On entend parler qu’on a volé tantôt d’un côté de l’argent, à d’autre côté des nipes, on a été faire la visite chez eux, pour voir si on n’aurait pas trouvé des habillements et on a rien trouvé. Aujourd’huy, les picteurs * les ont vu courir au grand galop, ils sont entrés dans un de nos bleds, ils ont pris un paquet dessous leurs bras et ils se sont enfuis. Ils étaient trop éloignés pour voir qui ils étaient.

230 Nos lins ont tous été renfermés la semaine passée, il y en a environ 37 à 38 cents gerbes, je ne peux pas vous dire au juste. J’avais dit au marchand que s’il voulait les prendre, le tout, pour 46 cents, qu’on n’aurait pas mesuré, mais je n’avais pas fait attention que les 22 cents étaient aggrandis de ce hameau d’arbres ; ils ne l’ont pas voulu. Le greffier l’a mesuré. Il en a trouvé dans les trois campagnes 44 cents et 40 verges ; je suppose que je dois déduire, parce que les moutons sont entrés une fois dedans ; ils m’en paieront 37 cents et 25 verges. Je ne donne pas de pied au lin : mais le greffier a mesuré jusqu’au dernier peu. Nous avons du beau temps pour notre moisson. Cette semaine, la dernière, nous n’avons pas eu beaucoup de pluie, mais nous n’avions pas de soleil ; nos bleds commencent à murir. Le bonnier à la Baille fait 4 878 gerbes ; les 14 cens, au bout du grand jardin font 4 555 gerbes ; le haut bonnier fait 4 183 gerbes, bon grain. Ils sont à présent au 22 cents loin du petit jardin. Je ne compte pas renfermer beaucoup cette semaine.

231 Je vous souhaite bonne santé ; des compliments de mon frère et de vos enfants. En attendant de vos nouvelles le plus tôt possible, je suis sincèrement

232 Monsieur mon Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

233 De Linselles ce 13 août 1790

234 Monsieur et mon cher Amy,
J’ai reçu votre lettre en date du 4 août 1790 et une que je reçois aujourd’huy du 10 courant. Par celle du 4, vous me marquez que je vous ai dit de mettre cette grise jument avec ce nouveau que nous avons acheté. C’est vraiment cette grise que nous avons vue à Douai et que MARLIERE me garantit ; en y mettant deux ceinturons à la poitrine, il espère que cela n’aura pas de mauvaise suite et je puis vous dire que je suis très contente du cheval que mon frère a acheté, du moins il me contente jusque là, hors qu’il est un peu trop vif au labour.

235 Vous me dites que les Brabançons seront dans le cas de se soumettre à Léopold, je crois que c’est ce que nos parents, en partie, voudraient voir. S’ils le voient venir, ils iront souhaiter la beinvenue et courront l’embrasser.

236 Vous aurez surement reçu des nouvelles de mon cousin DESURMONT, puisque le cousin, son fils est venu lundy et qu’il m’a dit que son père vous avait écrit une lettre. Je suis charmé que vous me dites que vous n’en avez plus que quatre à vendre, vous serez débarassé de cet emploi, car je crois bien que cela est un peu à charge et surtout le matin, qu’on ne peut pas promener pour prendre l’air. Vous me parlez qu’il pourra y avoir une douzaine d’écus de profit à la pièce, ce sera toujours pour nous avoir du vin ; il faut que je vous dise que nous sommes à la dernière demi-pièce du vin de CARIGNON. Le vôtre c’est du vin de maître, on ne peut pas le toucher. C’est que j’aurais peine de m’en passer, surtout dans ce moment-cy.

237 Aujourd’huy, il m’est venu deux maréchaussées de Lille, pour savoir si on ne parlait pas d’eux à l’Assemblée.

238 Nous avons commencé aujourd’huy à faire une moie * ; nous l’avions remise d’hier, pour quelle soit tant plus purifiée ; c’était la première que nous renfermions ; cet après-midi, il a fait un orage, qui nous a obligé de tout abandonner et de la couvrir avec la toile ; la pluie n’a pas duré longtemps. Demain j’espère, s’il fait beau, nous pourrons recommencer. Les baromètres nous ont trompés.

239 Nous avons lié les 22 Cens du bout du petit jardin, fait en gerbes, 5 83 1 ; au bonnier Vienne 4918, fameux bled d’avoinière en paille et en grain. Nous étions à lier les 14 cens au bas du Haut Bon nier, la pluie est venue, qui n’a pas achevé. Les picteurs * sont aux deux bonniers, après nous avos le 19 cens du Moulin, le bonnier, devant la porte et les deux bonniers derrière les Granges ; il sera toujours jeudy pour avoir fini de pic ter. Il y a des fermiers qui ont fini toute leur moisson et, nous autres on n’a pas encore picté un bled, pour dire, tout à fait mur.

240 Le cousin SEYNAVE est venu me dire qu’il avait reçu une de vos lettres. J’ai été charmé de le savoir, cela m’inquiétait, que vous ne m’en parliez pas. Justement je devais aller à Lille livrer du beurre, à la place de mercredy, pour la fille de M. SCHEPPERS, on pourra ramener les fusils, le cousin me fera compagnie.

241 Et concernant ce marché que vous me dites, nous en parlerons à la première, mais si cela arrivait, ce serait à ne jamais plus voir ses parents.

242 Je vous souhaite bonne santé. Des compliments de mon frère et de vos enfants et je suis, cher Amy en vous embrassant de cœur

243 Monsieur et mon Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

244 De Linselles ce 20 août 1790

245 Monsieur et mon cher Amy,
J’ai reçu votre lettre en date du 16 mercredy [n. p.], par laquelle j’ai appris que je devais me rendre à Lille pour relever le paquet d’assignats. Je me suis rendu hier à la poste pour signer le reçu sur son registre et j’ai trouvé les deux mille livres, comme nous me l’avez marqué, puis un assignat de deux cent livres pour le sieur DUBOIS que j’ai remis au sieur RENART, pour le remettre au dit avec les dix francs dix et je lui ai déduit trois sous et je lui ai dit de retirer votre obligation. J’ai reçu hier votre lettre datée du 15 courant. Je suis charme d’apprendre que cet homme pourra être assisté de la paroisse de Roncq, car il est digne de compassion.

246 J’ai été charmée de recevoir vos assignats, parce que je devais toujours changer des louis ; si je pouvais trouver occasion d’en charger deux pour les besoins du ménage, cela ferait mon compte. Je me demande si je pourrai payer M. de FOREST avec des assignats, quoique je n’ai encore rien entendu. Je lui porterai pour dix à douze cents florins. Pierre-François a été chez le cousin DESURMONT cette semaine. Il lui a dit qu’il avait reçu une de vos lettres et qu’il viendrait dans huitaine de jours pour m’apporter des assignats. Peut-être pourra-t-il m’en charger, l’argent devient fort rare par ici.

247 Nous avançons toujours un peu à la fois dans la moisson. Ce matin, nous comptions de faire une troisième moye *, mais une petite pluie nous a embarassé. Nous avons enfermé à midi dans les tas, qui sont tous bien remplis. Il y a longtemps que la dîme n’a pas si bien fait que cette année c’est marque d’une dépouille complète partout. Demain, si le temps le permet, nous pourrons finir en faisant une moye * de sept milles. Ce sera passant 28 000 en moye. Nous avons achever hier de lier, mais il s’en trouve encore 6 à 700 gerbes qui tiennent beaucoup de naturage, je ne sais pas si nous pourrons les renfermer samedy. Nous pourrons boire à votre santé. Je suis très contente que cela soit fini. Au bonnier devant la porte, il y a 3 957. Les deux bonniers derrière les granges, il y a 1 390. Je crois vous avoir marqué toute notre dépouille.

248 Plus avant, dans ma lettre, je vous avais parlé de M. FOREST. Je viens de recevoir une lettre de M. LEGRAND, qui me mande que M. le Président doit venir à la fin du mois pour recevoir ses comptes et que je dois y aller mercredy prochain pour payer toute l’année 1 789. S’il est content de recevoir des billets d’assignats, je peux lui en porter, mais pour de l’argent je n’en ai pas. Je différerai d’y aller jusqu’à ce que j’aie reçu de vos nouvelles. Nous avons fait du bon ouvrage dans notre moisson.

249 Des compliments de mon frère et de vos enfants ; ils vous demandent la bénédiction. Je suis sincèrement

250 Monsieur et mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

251 Mon frère le curé vous fait de grands compliments. Il est parti cet après-midi pour Lille et Benjamin lui tient compagnie. Il m’avait demandé quand il était venu pendant l’hiver, que je lui achète une pièce de fine toile. Je l’avais oublié ; il m’a remis 50 écus pour moi la payer.

252 De Linselles ce 24 août 1790

  • 6 Au sujet du duc d’Orléans, rentré, de Londres depuis le 11 juillet (cf. note 3 ci-dessus), sans do (...)

253 Monsieur mon cher Époux,
Je suis surprise d’apprendre par votre lettre datée du 17 que vous me parliez du duc d’ORLÉANS. Le bruit circulait dans nos environs, qu’il devait venir avec une armée, jointe avec le comte d’ARTOIS. D’autres disaient qu’il avait la tranchée ; vous ne pouvez pas vous imaginer combien de libelles circulent à présent 6 .

254 Je comptais d’aller à Lille demain pour payer M. LEGRAND ; j’ai compté mes assignats, en y joignant une cinquantaine de florins, j’en avais assez pour finir l’année 1789, comme il le demande dans sa lettre. En réalité, s’il le demande en argent, je ne sais pas quand j’en aurais. Mais vous devez faire attention que si Monsieur LEMESRE d’Houplines venait, je ne pourrais lui faire honneur. Le sieur LAMBIN de Comines a envoyé pour avoir les deux cents livres de France, pour cette religieuse ; je lui ai délivré un assignat de deux cents francs, mais je ne sais si j’étais en droit de retenir les intérêts, il est vrai que j’en devais répondre. J’ai dit au porteur que si les intérêts m’étaient dus, qu’il me les aurait remis, il était muni d’une quittance.

255 Les volontaires de Linselles demandent deux sabres, un de 16 à 17 F et un de 12 et mon frère une épée. Il en avait une avant, il comptait la faire ajuster, on lui demande douze francs pour la remettre en ordre. Il les aurait volontiers pour la dédicace le 8 septembre et les garçons demandent les boutons que vous leur avez promis étant à Douay. Je suppose que nous sommes tous en oubli, moi pour mes gants et votre fille aussi.

256 J’avais oublié de vous dire que j’avais fait ôter le foin de dessus l’écurie des vaches et j’en ai fait faire une moye *, car il aurait péri par la pluie et de plus, ils auraient été remplis de poussière et de cailloux.

257 MOULIN, notre locataire de Mouscron est venu dimanche, il m’a dit que ses arbres périssaient, surtout les ormes. Leur écorce tombe et la moye de bois ne pourra pas rester l’hiver ; il craint qu’on en volera ; si vous ne croyez pas venir de sitôt, il faudrait donner des ordres.

258 J’ai reçu hier votre lettre en date du 21 par laquelle vous me dites que le sieur GOEMANE vous demande les journaux ; je n’en suis pas surprise à cause des libelles qui circulent.

259 Nous avons fini notre moisson samedy, comme je vous l’avais fait prévoir. Nous avons aujourd’huy 28 milles en meules de bled et puis, il nous en faudra encore une d’avoine et de fèves et puis une de fèves. L’avoine est liée, il y en a au 22 cens de terre 1 462 gerbes. La Wartrie * est pictée. Elle est belle et forte. Ils sont à présent à picter les fèves, il y aura beaucoup de grains ; ils ont fort avancé depuis huit jours.

260 Des compliments de vos enfants et de mon frère et de votre neveu CUVE LLE, qui vient cet après-midi avec RENARD. Je suis sincèrement

261 Monnsieur et mon Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

  • 7 Les baux de ferme incluaient le plus souvent des clauses prévoyant l’entretien des bâtiments en pr (...)

262 Je vous inclue cy-joint la lettre de LEGRAND. Vous verrez comme il demande une justification du couvrage ; j’ai fait signer hier par le couvreur qu’on avait employé 2 256 gros gluis * pendant les deux bails et puis il en reste pour celui-cy encore 1 200 7  ; j’ai marqué tout ce que vous aviez laissé en arrière ; j’attendrai de vos nouvelles avant d’y aller ; ce sera pour mercredy en huit. Je vous prie de remettre la lettre que je vous envoye ; peut-être j’en aurai besoin pour la lui faire voir ; portez vous bien.

263 Je vous prie de me donner de vos nouvelles sitôt que vous aurez reçu ma lettre

264 (Lettre de M. LEGRAND à Mme LEPOUTRE-DELPUTTE)

265 Lille le 16 août 1790

266 Madame LEPOUTTRE
Monsieur le président de FOREST me mande qu’il arrivera ici à la fin de ce mois pour entendre mon compte. Je vous en préviens pour que mercredy prochain ; il faut me venir payer l’année de loyer de la dépouille 1789.

267 Vous savez que je me suis aperçu de la négligence de (entretien des couvertures de paille, que depuis nombre d’années, il n’en a pas été employées. Dans les baux, il est conditionné de mettre sur les couvertures, le nombre de six cents gluyes de 15 à 16 paumes de grosseur pendant la durée d’un bail, de sorte qu’il faut me justifier que si, au bail qui est expiré à la Saint Rémy 1786, les six cents gluyes ont été employées et combien il en faudra employer actuellement pour remettre les couvertures en e’tat, pour éviter le dépérissement et les dommages dans la charpente.

268 J’ai l’honneur d’être très………….

269 LEGRAND

270 De Linselles ce 27 août 1790

271 Monsieur et mon cher Époux
Je viens de recevoir ce matin votre lettre en date du 23 courant par laquelle vous me dites que M. LEGRAND est obligé de recevoir les assignats. Je suis encore dans le doute, vous devez savoir que le contenu du bail dit : « en argent sonnant, ni par billet, ni autres effets » et ainsi, je crois que c’est une grâce qu’il nous fait, s’il les reçoit. Je compte y aller mercredy prochain, je ne puis y aller que ce jour-là de la semaine, parce que je crois que les autres jours, il est à Tournay. Vous me dites qu’on a remis à la portière de votre hôtel sept cent francs, 15 livres, un sou en argent ; moi, je crois que c’est une restitution que l’on vous a fait ; vous en aviez parlé, quand nous étions à Douay, qu’on vous avait volé des assignats, des chemises et autres. Si c’était une restitution qu’on vous faisait, je ne le refuserais point.

272 Au moment où je vous écrit, on vient m’avertir que je dois fournir les trois cents florins que j’ai déclarés pour don patriotique, parce que j’ai déclaré que je voulais tout faire en un payement. Il me semble que « quand on compte sans son hôte, on compte deux fois ».

273 Vous croyez que nous n’avons pas eu de débat avec mon frère le curé d’Annoeullin ; si, si, il me dit que la religion va se perdre. J’ai dit : « Non, il n’y aura plus tant de scandales donnés à la religion. Ceux qui ont beaucoup d’enfants ne sauront pas où les établir ». J’ai dit à mon frère : « Il vaut mieux faire de bons pères de famille que d’en faire des mauvaix prêtres ». Il m’a dit : « On aurait pu les faire contribuer sans tout abolir et on avait offert pour payer les dettes de l’État, quatre cent millions ». J’ai dit : « Mon frère, ce n’est pas assez pour détruire le vice ; un arbre qui ne porte pas de bons fruits, ce n’est pas assez de couper les branches, il faut couper les racines. » Il m’a dit : « Dans dix ans, il n’y aura plus de prêtres ». «  Si, si » ai-je dit à mon frère, « ce sera alors que nous en aurons des bons, ils ne verront plus le mauvais exemple de leurs supérieurs » ; et à la fin, on ne pouvait plus toujours parler, parce que on se mettait en colère et de plus on voit que c’est l’intérêt, qui les guide. Il me semble que vous avez de rudes combats, prenez garde au malheur dans votre Assemblée.

  • 8 Le prince de Condé était parti avec le comte d’Artois et d’autres dans la première vague d’émigrat (...)

274 Vous me parlez de la guerre, croyez-vous qu’il y aurait apparence, car j’ai vu dans la Gazette, ce qu’ils disent du prince de CONDÉ 8 .

275 Nos mars * seront tous liés cette semaine ; nos fèves ont beaucoup de grains. J’ai embrassé vos enfants pour vous, ils vous demandent la bénédiction et je suis sincèrement

276 Mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

277 Vous aviez promis, étant à Douay que, si vous deviez passer l’hiver à Paris, que vous auriez pris une vacance ; le temps ne sera jamais plus propre qu’à présent. Peut-être que ce fiacre de Douay doit revennir au mois de septembre, comme il avait été alors. Je vous invite à notre dédicace. Nous aurions la consolation de nous voir.

278 Ça va assez bien à présent avec nos chevaux, Dieu merci ; Isidore DELANNOY conduit le 5 e, mon frère en est content.

279 Mon frère CUVELLE et l’abbé, qui sont venus hier, vous font des compliments. Vous vous souviendrez de ses arbres.

280 De Linselles ce 31 août 1790

281 Monsieur et mon cher Mary,
Je viens de recevoir votre lettre en date du 28 ; elle me satisfait, puisque vous me dites, que si vous ne craignez pas de vous compromettre par devant vos commettants, vous viendriez au sein de votre famille. À vous parler franchement, mon cher Amy, je crois que l’on ne parlerait plus autant qu’il y a cinq ou six mois, car beaucoup considèrent que cela doit être douloureux pour vous, père de famille, d’être aussi longtemps absent de sa famille. De plus, on ne sait pas quand cela finira et, par conséquent, j’espère de vous posséder d’ici à une huitaine de jours, pour participer à notre dédicace, comme Je vous en ai parlé dans ma dernière.

282 Nous allons commencer demain à battre colzat, je suis fort gênée pour la vente ; je sais que les huiles de colzat augmentent un peu. Le prix des bons colzats est de 15 francs. On m’a certifié hier, que ceux qui vendent pour payer avec des assignats vendront trente et quarante patars de plus à la razière, mais aussi, on m’a dit que le change des assignats fait perdre 8 à 9 du cent, à présent à Lille.

283 J’avais prié LEDUC de venir voir sur l’écurie des vaches, la réfection qu’il y avait à faire, il est venu dimanche ; il m’a dit que l’ouvrage des tuiles, qui restait du côté de la cour pouvait encore durer cinq à six ans et qu’il aurait des vieilles tuiles, qu’il les aurait livrées à bon compte, pour réfectionner de l’autre côté et que le tout aurait dépéri ensemble, que l’on aurait constaté, ce que l’on aurait fait.

284 J’ai été Lundy chez le cousin LECOMTE, il avait envoyé prier deux fois. Mon frère a été chez le cousin COUROUBLE, on a bu à votre santé ; NEFFLE de Linselles y était aussi, on l’a badiné joliment ; LIENART de Neuville, qui est marié à Lille y était aussi ; il a dit qu’il avait fait attacher une douzaine de crampons aux sommiers de sa maison, pour y pendre les aristocrates.

285 Vous m’avez demandé des réponses. J’ai laissé de fermer ma lettre pour vous en donner : je reviens de chez Monsieur LEGRAND, un peu en colère ; il refuse mes assignats et il m’a dit qu’il fallait qu’il écrive à M. de FOREST pour savoir s’il pouvait les recevoir ; il m’a dit qu’il voulait recevoir tout votre traitement en argent sonnant et qu’il voulait dire que vous gagnez dessus pour le change. Il dit contre sa secours [ ?]. Voyez c’est tout nouveau. J’ai dit : « Pour parler, il faut dire juste, si vous aviez bien observé, il y en a pour neuf cents francs de billets de caisse d’escompte et aussi ce ne sont pas tous nos baux ; de plus, je crois que vous pouvez certifier qu’il n’a pas encore reçu autre que tout billets, hors que, depuis le dix du mois passé, il fallait avoir bon quatre mois pour en recevoir un ».

286 Donc, il m’a parlé des pailles. Je lui ai montré la vérification signée du couvreur, parce qu’il y avait huit jours qu’il était vérifié. Je lui ai dit que c’était peut-être une jalousie parce que vous étiez à Paris et qu’il l’avait eu plus belle pour s’opposer de plus ; j’ai des peines assez, pour qu’il m’en fasse davantage. Il m’a répondu que je n’avais qu’à commander mes domestiques et que voilà tout ce que j’avais à faire. Je crois pour vous dire toute la vérité qu’il m’a parlé comme un véritable aristocrate. Je finis, je suis pressée par la poste.

287 Des compliments de tous vos enfants et de RENARD et sa femme ; je sais qu’ils vous ont écrit pour se recommander très fort à vos bonnes attentions, pour que vous puissiez leur obtenir, pour qu’ils puissent gagner leur pain.

288 Monsieur et mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

Septembre 1790

289[Lettre du 11 septembre non publiée]

290 De Linselles le 17 septembre 1790

291 Monsieur, mon cher Amy,
Dans votre lettre que j’ai reçue en date du 11 vous me dites que je pourrais parler au sieur LEZAIRE de Roncq, pour ce militaire ; vous devez savoir que ce n’est plus lui qui est maire de Roncq, depuis l’élection qu’on a faite à Lille il est dénommé dans le district et on dit qu’ils ne peuvent pas servir à deux côtés. C’est le sieur GADENNE, brasseur, qui est fait maire à sa place, vous savez la vie qu’il menait avant votre départ et ce n’est pas mieux à présent. À Tourcoing, on a du en faire un autre aussi, à Houplines également.

292 Mon cher Amy, je vous prie de me dire la vérité du bruit qui circule concernant l’Assemblée. Les ennemis du bien public disent que tous les députés sortent un peu à la fois, que vous ne voyez pas lieu d’en sortir et qu’il y a une grande brouille dans votre Assemblée.

293 Le berger a été à Lille mercredy, il a rencontré BONTE, marchand de moutons et deux autres avec luy, qu’il ne connaît pas. Il lui a demandé s’il avait des nouvelles ; il leur a répondu que quand il en a, c’est que la dame le dit et qu’il y avait plus de quinze jours qu’elle n’avait rien dit.

294 J’avais invité à dîner hier SEYNAVE, le beau-fils du magistaire, pour faire le décompte de la pension des enfants. Il m’a dit hier, qu’en entrant dans la sacristie, on lui a fait le même compliment, il en saurait volontiers la vérité.

295 À ce que vous me dites, vous ne seriez plus inquiété de vos 415 francs, mais qu’il faut être Tourquennois pour faire une action comme celle-là.

296 Nous faisons beaucoup d’ouvrage cette semaine ; nous avons tout renfermé nos Mars *. Les fèves sont belles. Deux warrats * de cette année feront bien cinq de l’an passé. Nous avons fini de battre colza aujourd’huy.

297 Le cousin DESTOMBE est venu, il ne m’en a offert que quinze, je ne lui ai pas laissé moins que quinze et demy ; il m’a demandé du temps jusqu’à demain à neuf heures, je le luy ai accordé, c’est pour être payée tout de suite ; il ne peut me donner que des assignats ; je crois que si je luy avais laissé du temps pour le paiement jusqu’à la Chandeleur, il m’en aurait bien donné seize.

298 Nous avons battu les deux cents du Moulin aujourd’huy, il y a là un fameux colza beau et bon ; il fera toujours ses trois razières et demy passés. J’espère que je ne serai pas longtemps sans recevoir de vos nouvelles, avec tous ces bruits, je suis inquiète. Je vous souhaite une bonne santé.

299 Des compliments de tous

300 Mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

301 P.-S. Ce pauvre militaire est encore venu aujourd’huy pour avoir des nouvelles. Il est digne de compassion ; il se recommande à vous. Le Pauvrieux dit qu’il a assez de pauvres de sa paroisse ! J’ai embrassé vos enfants pour vous ; ils vous demandent la bénédiction.

302 De Linselles ce 21 septembre 1790

303 Monsieur et mon Cher Époux,
Dans votre lettre que j’ai reçue en date du 15 [n. p.] vous me faites espérer d’avoir le bonheur de vous posséder chez nous ; ce sera un moment de consolation, mais c’est une marque que la Constitution ne finira pas encore de sitôt. Je ne serais pas surprise que Monsieur FOREST aurait dit à Monsieur LEGRAND de recevoir les assignats, puisqu’il ne m’a pas lu la lettre qu’il lui avait écrite et l’an passé, il me la donnait à lire. Je n’ai pas reçu de nouvelles depuis ce jour-là et je ne compte plus d’y aller. Je n’ai plus assez d’assignats pour le payer. Je différerai jusqu’à votre retour. Le cousin DESURMONT a eu la bonté de m’en changer deux pour les besoins du ménage. J’ai envoyé hier chercher deux voitures de charbon d’ouil à Warcoin [ ?] ; la mesure est plus forte qu’à Tournay, mais il est plus cher.

304 Nous commençons à voiturer le fumier pour planter le colza ; nos plantes n’avancent pas beaucoup comme tous les autres, il faudra encore au moins huit jours avant qu’on puisse planter.

305 Ce DELBART de Marcq, dont je vous avais parlé dans mon avant-dernière est de retour à la maison, un jour après qu’il était venu chercher votre adresse. C’est un garçon qui était resté en pension chez M. PETIT avec nos enfants.

306 Vous me dites que vous avez écrit au cousin DESURMONT que vous avez vendu deux pièces de toile. Je voudrais que vous lui disiez qu’elles sont toutes vendues et que vous m’envoyez de l’argent, car depuis ces deux mois avec ces billets, on est toujours au dernier écu. Il est vrai que j’ai encore une vingtaine de louis, mais on ne sait pas ce qui peut survenir.

307 Vous me dites de bien examiner les opinions, le pour et le contre ; je vois de grandes misères à présent et si jamais cela serait que vous décrétiez encore pour deux milliards d’assignats, ce serait la dernière des misères.

308 Je n’ai pas vendu le colza, je compte aller demain à Lille livrer un saloir de beurre à la fille de Madame SCHEPPERS, peut-être pourrai-je rencontrer un marchand, à ce que je m’aperçois qu’il n’augmente pas.

309 J’ai entendu dire que M. POLE ET demande le secours du cousin DESURMONT, pour qu’il obtienne son pardon envers vous.

310 En attendant le plaisir de vous embrasser, je suis sincèrement

311 mon cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

312 Des compliments de mon frère et de vos enfants, ils vous demandent la bénédiction. Mon père, Charlotte m’a dit de vous dire que son agneau est prêt à manger

313[Lettre du 24 septembre 1790 non publiée]

Novembre 1790

314 De Linselles ce 3 novembre 1790

  • 9 Sur le curé Nolf et l’élection de l’évêque du Nord, voir introduction et notes infra, en particuli (...)

315 Monsieur, mon Amy
Je viens de recevoir la chère votre en date du 31 aujourd’hui, par laquelle j’apprend que vous êtes arrivé à Paris en bonne santé, j’en suis charmée, je craignais que le vent de bise vous aurait un peu rafraîchi, car il se faisait bien sentir dans nos endroits. Je ne suis pas surprise que vous vous soyez bien amusé chez Madame SCHEPPERS, car, moi, quand j’y vais, je n’en sais plus sortir. Dans quinze jours, je crois que j’aurai l’honneur de la votre. À mon retour, j’ai rencontré DEBONNET-DELCOURT au Pont de Marcq, il a profité de notre voiture. Il m’a fait part qu’il croit que le sieur NOLF, curé de Saint-Pierre, pourrait bien être évêque, du moins, il aura toujours beaucoup de voix 9 Il m’a dit aussi que M. DELPIERRE de Bondues lui avait dit que la Noblesse n’était pas contente de ce qu’on avait aboli tous leurs titres et que ça ne finirait pas comme ça. Moi, je luy ai dit que vous m’aviez dit que c’était eux qui avaient demandé d’en être dépouillés ; il en a été fort surpris.

316 La maladie ne va plus aussi rapidement que la semaine passée ; à la fin de la semaine, on en a bien administré sept à huit, entre autres M. DEL COURT. On croit qu’il est de retour. BAILLY, DROUART, notre boucher, on n’en compte plus rien ; le pire, c’est qu il est devenu troublé de suite et qu’il n’est pas confessé.

317 On aurait dit que tout le monde était informé de votre départ, depuis que vous êtes parti ; c’est comme une maison déserte, il ne vient plus personne.

318 Je ne sais pas si c’est vrai, on m’a dit ce matin qu’il y a un bureau de change à Lille pour changer les assignats, si cela était vrai, ce serai une bonne chose. Nous avançons à la remise, toujours un peu à la fois.

319 Pierre-François est parti hier pour Roubaix. Je n’ai rien de particulier à vous dire pour le présent il me semble que votre arrivée a pour ainsi dire tout calmé.

320 Je vous prie de faire des compliments à Mme SCHEPPERS et des compliments de mon frère et de vos filles. Attendant de vos nouvelles et des assignats je suis sincèrement

321 Monsieur et mon ami votre très attachée femme
Angélique Delputte

322 De Linselles le 8 novembre 1790

323 Monsieur et mon cher Époux
Le sieur CRETAL vient de sortir cet après-midi. Il m’a rendu visite avec sa femme, il est arrivé dimanche comme vous me l’aviez marqué. Il m’a remis ma lettre avec les six assignats tel que vous les lui aviez mis en main, j’aurai soin de les remettre à ceux à qui ils appartiennent, le sieur BENY. J’ai occasion de lui faire savoir demain. Au cousin DESURMONT, je les remettrais mercredy, car il a fait savoir que c’était l’obit de sa cousine ; je lui ai dit que je les avais reçus.

324 Par votre lettre en date du 3 courant je suis charmée d’apprendre que vous êtes prêt à faire marché pour vos toiles. J’espère que le cousin ne s’y opposera pas, attendu que c’est pour recevoir comptant ; vous serez en même temps débarrassée de votre boutique.

325 Vous me demandez, mon cher Amy, l’effet qu’a produit votre présence dans le pays, je crois que vous avez apporté le calme, puisqu’on entend plus rien depuis que vous êtes parti. J’ai eu hier la première visite de mon frère de Rekkem qui vous salue et de CRETAL. On dit à Roncq que c’est vous qui avez fait détruire les armes de Madame et je crois que le sieur SELOSSE tiendra à Madame, attendu qu’il a encore dit la messe hier au château ; j’aurai peut-être des nouvelles mercredy par le cousin DESURMONT.

326 À Linselles, on ne parle que des malades à présent, le boucher, qui est mort, la sœur du bailly, et encore deux autres, mais ceux-là ce n’est pas de la maladie. Nous en avons cinq ou six, qui vont mieux.

327 Vous me dites que vous croyez qu’on vous retiendra votre absence ; je ne trouve pas la chose injuste, puisque vous n’avez pas travaillé pendant ce temps.

  • 10 Sur les événements de Nancy, cf. note, lettre de Lepoutre du 31 août 1790.

328 Je ne regrette pas les vingt louis, puisque j’en suis contente et plus tranquille, depuis que je suis informée de la vérité. Jeudy, on va célébrer un obit solennel, pour les frères d’arme morts à Nancy 10 . Je crois qu’ils tiendront à leur jour, qui est la Saint Martin et le curé a parlé du mot de « Liberté », dont on ne doit pas en mal user et, lundy prochain, on doit faire deux nouveaux officiers municipaux.

329 Nous avançons toujours dans la remise ; aujourd’huy, nous aurons un bonnier de trèfle de remis ; nous avons un temps très favorable, hormis qu’il fait un peu trop sec.

330 Des compliments de mon frère et de Catherine, voilà tous les enfants que j’ai dans la maison et je suis en bonne santé je vous en souhaite autant

331 Monsieur et mon cher Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

332 De Linselles ce 12 novembre 1790

333 Monsieur et mon cher Mary,
[...]
Hier, j’ai reçu une lettre du sieur CARRICHON, marchand de vin, par laquelle il me donne avis, qu’il m’envoye deux demi-pièces, une de blanc et une de rouge, qu’il dit, suivant ma demande ! c’est très faux au même prix, je crois que j’aurais pu en demander une demi-pièce, si vous étiez content quand il vous a parlé à Paris ; il le fait payer dix francs de plus à la demi-pièce, que l’an passé à ce qu’il me marque, qu’il doit arriver mercredy prochain à Lille, vous n’auriez pas le temps de me répondre à celle-cy. Je donnerai commission à RENART de vouloir goûter la demi-pièce de rouge, s’il est bon, il la prendra, je lui laisserai de l’argent pour payer la voiture. Le blanc, je ne le prendrai pas, attendu que l’an passé, il était un peu capiteux et c’est justement ce que vous n’aimez pas ; si vous ne le trouvez pas bien dans sa condition, vous le ferez savoir de suite chez RENART parce que je ne lui ai rien demandé surtout dans ces conditions-là.

334 Les deux frères de Wervicq sont venus hier quand j’étais prête à partir pour aller chez le cousin LECOMTE, qui nous avait invités, mais qui ne faisait pas ducasse. Le Père NICAISE était : carême pour lui. Nous avons trouvé à propos de dîner à la maison et puis, nous avons été prendre du café. Le cousin n’était pas content de ce que nous n’avions pas agi plus familièrement. J’ai demandé à mon frère Isidore, s’il n’avait rien entendu de vous, il m’a dit que non, hors que le monde, avec tout ce qu’on avait dit, était surpris que vous étiez retourné et, à présent, on ne parle plus de rien ; tout est calme. À Tourcoing, on était bien informé de la vérité.

335 Nous avançons toujours dans la remise, mais s’il venait une bonne pluie elle ferait du bien, parce qu’il fait trop sec. CRETAL est venu avec sa femme pour faire la nouvelle constituon [sic] je ne sais pas qui de vous deux aura mieux réussi. Il doit partir lundy.

336 La maladie s’apaise un peu, on n’entend plus parler de nouveaux malades Dieu mercy, pour un moment.

337 Je vous souhaite une parfaite santé. Des compliments de tous ceux dont je vous ai parlé. Je suis sincèrement

338 Monsieur mon Mary votre très attachée femme
Angélique Delputte

339 De Linselles ce 16 novembre 1790

340 Monsieur et mon cher Époux
Par votre lettre en date du 8 courant que j’ai reçue samedy dernier, vous me demandez des mouchoirs pareils à ceux que vous avez eus. J’ai été dimanche à Rekkem pour en faire le choix, je n’ai rien pu trouver à mon goût. LEPOUTRE m’a dit qu’il aurait été à Courtray et qu’il aurait regardé s’il pouvait trouver quelque chose à son goût ; il m’en a rapporté cinq de différentes couleurs. Je les mettrai chez RENART, pour qu’il les mette au courrier extraordinaire ; je vous marquerai les prix et je les numéroterai et s’ils les trouvent à leurs goûts, vous n’aurez qu’à me renvoyer les numéros, je saurai quelle sorte ils demandent d avoir. LEPOUTRE m a dit qu’il en a fait venir de Gand, il pourra voir s’il s’en trouve de plus beaux ; nous en renverrons à la place, quand ils seront arrivés, mais, pour les couleurs que vous avez eues, il ne s’en trouve plus.

341 Je vous prie, à votre lettre de vouloir inclure deux paires de lunettes pareilles à celles que vous m’avez données, étant à Douay. C’est pour le sieur DUPLOUY et sa femme. Nous finissons notre remise aujourd’hui, je n’ai pas acheté d’autre cheval, nous avons fait avec les quatre. Dimanche, mon frère a donné le nom au premier enfant qui est venu de la garde volontaire ; on lui a fait les honneurs de la guerre. Le curé, quand il a su qu’on devait faire honneur, il a voulu le baptiser lui-même, je crois qu’il se convertira. La cousine COUROUBLE est accouchée d’un garçon.

  • 11 La loi municipale du 14 décembre 1789 prévoit le renouvellement des officiers municipaux et des no (...)

342 Dans les villages aux environs, on a fait des officiers municipaux, deux par chaque paroisse 11  : À Linselles, c’est DELANNOY-DELCOURT et VIENNE, marchands de fils qui demeure dessus le trie, fameux National, dit-on. DUMONT, le cousin doit, à la mi-mars aller rester à L’Étoile, parce que sa maison doit être vendue et la maison du cousin VERMESCH aussi, je n’en sais pas davantage pour le présent.

343 Je suppose que vous êtes informé : les Patriotes seront bientôt dépatriotés. J’espère que je ne serais plus longtemps sans recevoir de vos nouvelles ; je suis un peu inquiète, on dit qu’il y a encore de la brouille à Paris.

344 En attendant, je suis sincèrement

345 Monsieur et mon Époux votre très attachée femme
Angélique Delputte

346 De Linselles ce 19 novembre 1790

  • 12 Sur la question du tabac qui revient souvent dans cette période de la correspondance, voir notes, (...)

347 Monsieur et mon cher Amy,
Dans votre lettre en date du 13 vous me saignez le cœur en apprenant que vous doute ? encore de la plantation du tabac libre par tout le royaume ; combien de pains n’allez vous pas ôter à ces pauvres gens ? Combien de bras n’allez vous pas jeter sur la rue ? Combien de fainéants n’allez vous pas faire, si c’est une liberté par tout le royaume ! Pourquoi notre peuple doit il être dans l’esclavage ? J’espère que le Bon Dieu y mettra sa grâce et que vous pourrez obtenir quelque chose, car ce serait le dernier des malheurs pour cette province, si cela avait lieu 12.

348 Je vous fait part qu’Antoine BROUX, marchand de lin à Bousbecque est venu me prier de vous demander, si vous croyez qu’il y aurait des droits sur les lins, droits d’entrée ; en tant qu’ami, voudriez vous m’en faire part à votre première, pour qu’il puisse prendre ses précautions. Je sais qu’il n’y en a pas à présent, mais comme vous m’aviez dit qu’il y aurait encore eu du changement !

349 C’est partout la misère, mercredy soir le garçon de BENY du Blaton, qui est marié à Halluin, étant sur le chariot du meunier, assis sur sa balle de café, la balle a glissé et lui avec, la roue lui a traversée sur la tête et les cervelles ont sauté, auprès des Trois Rois, il n’a plus remué après. C’est une triste nouvelle à porter à sa famille et surtout à sa femme qui est enceinte. La même nuit, on a volé à l’église de Rekkem, du moins tout ce qu’il y avait dans la sacristie ; on n’a pas touché au tabernacle, mais le lendemain, on a du emprunter un calice pour lui dire la messe ; je n’ai pas encore de détails positifs sur tout ce qu’il y a de pris.

350 Cet inclus que vous trouverez vient du sieur DU PARC que vous avez vu une fois à Leers étant chez le cousin FAVIER et vous devez l’avoir vu avec votre neveu LEPOUTRE. Je n’ai pas eu le temps de le mettre dans ma lettre, il n’est venu que cet après-midi ; il doit voue envoyer un placet et à ce monsieur dont ii vous parle, je vous prie de le prendre en considération ; c’est un garçon de mérite et bien arrangé. En écrivant au maire d’Houplines, vous pourriez quelque chose ; j’espère toute chose tournera vers le bien.

351 Je vous salue et suis avec la même volonté que vous me dites

352 Monsieur et mon Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

353[Lettre du 22 novembre non publiée]

354 De Linselles ce 26 novembre 1790

  • 13 À cette date, l’intensification de la lutte contre l’importation illicite de tabac et la confiscat (...)

355 Monsieur et mon Amy
Je ne vous ai pas écrit, pour touchant ce qui s’est passé cette semaine dans nos environs ; je sais que le cousin COUROUBLE est venu me demander votre adresse, pour lui inclure une lettre pour lui-même et ensuite une représentation du canton ou du district, pour abolir, s’il se peut, toutes ces franchises au tabac. De plus vous êtes informé de la prise que nos Messieurs de la Garde volontaire joints avec les employés et encore des Messieurs de la municipalité de Tourcoing et de Neuville, ont été enlever une masse considérable de tabac à la ferme de la Bourgogne et chez DUCOULOMBIER, mais on entend tant de voix, que je ne sais rien de positif 13 . Il y en a qui disent 800 000, d’autres 100 000 et d’autres 50 000. On dit que ceux qui en ont fait l’achat, c’est pour eux être mis « bas du cou » et on a voulu me les nommer, ce ne sont pas des gens qui nous touchent. On m’a dit qu’on en a pris à Bousbecque aussi, depuis ; si c’est vrai, vous en serez informé. De nos cotés, les volontaires vont côtoyer les frontières de tous les villages voisins, tout du long de la Lys. On m’a dit à Roncq, qu’il y a des hommes âges de soixante ans, qui prennent les armes et qui vont avec les autres. Avec tous ces fraudages, il y a un homme de Linselles de péri dans la rivière, dimanche le soir allant sur ces petites barques pour frauder, la barque s’est enfoncée dans l’eau, six en sont sortis et le septième y est resté, c’est le garçon DUFOSSE, cordonnier, marié avec la servante de DUPLOUY avec trois petits enfants, on l’a trouvé mardy, auprès de Villembras.

  • 14 Cf. la lettre de Lepoutre du 18 septembre précédent au sujet des « brigands » à Versailles et la n (...)

356 On dit encore que tout se corrompt dans Paris ; M. BAILLY, M. de LA FAYETTE, prenez garde de trahison, quelquefois d’être surpris 14 .

357 M. JOLY de Roubaix, le maître de Pierre-François, nous a rendu visite hier. Il témoigne d’être un homme fort doux, il espère que notre garçon apprendra bien.

358 Aujourd’hui, nous avons de la pluie, c’est du bon temps pour la saison j’espère qu’à votre première et deuxième, vous m’apprendrez du nouveau, sur tout ce qui s’est passé. Des compliments de toute la famille ; je suis sincèrement de volonté

359 Monsieur, mon cher Amy votre très attachée femme
Angélique Delputte

360 Le cousin SEYNAVE, capitaine, s’est recommandé, dimanche pour des armes. Il m’a dit que beaucoup d’étrangers vont à présent tous armés et ceux qui sont pour la police, à plus forte raison, doivent-ils l’être. Je vous prie de faire attention et je vous prie, si faire se peut, de faire attention à ces barrières, pour ne point lasser le monde. Je sais que vous avez beaucoup d’occupations en ce moment-icy. On vient encore de me dire qu’on en a encore déchargé six voitures sur la place à Bousbecque, mais on dit qu’elles viennent de Wervicq, je ne sais pas s’il est bien pris ou non. On m a dit qu’ils ont été chez Jean-Baptiste SIX, qu’ils ont été voir, si le magasin augmentait ; je le suppose comme ça. Ils promènent des bandes de trente à quarante.

361 Je fais prier Dieu, pour qu’il vous conserve la vie et la santé.

362 De Linselles ce 29 novembre 1790

363 Monsieur et mon cher Amy,
Vos deux lettres que j’ai reçues aujourd’hui m’ont bien fait plaisir. Vous ne devez pas mal juger de la petite poste. Ce n’est pas là où elle se néglige, puisqu’elle me rapporte cette semaine une lettre de Poissy, touchant les marchés et elle prépare encore mieux d’en rapporter des vôtres, puis qu’elle s’en trouve mieux. Cette lettre de Thomas LEMAIRE me dit que le mouton ne vaut que neuf à dix. Il marque qu’il en envoye 4 000 et qu’il en a eu 400 de renvoyés. Je suis charmé que vous me dites que vous prendrez cette prise de tabac très fort en considération ; vous recevrez encore dans quelques jours d’autres nouvelles d’une autre prise encore à Wervicq. Hier, à six heures du matin, on a battu la caisse à Linselles, pour appeler tous les volontaires, pour aller chercher les tabacs en dépôt, parce qu’ils n’étaient pas en sûreté, ni ceux qui le gardaient non plus, comme je vous ai marqué dans ma dernière et pour faire encore une mauvaise saisie, ils ont demandé ces Messieurs de Roubaix avec la cavalerie, Tourcoing et Roncq, de quatre endroits, pour surprendre ceux de Wervicq. 13 cavaliers sont entres les premiers dans la rue avec les sabres nus à la main et les volontaires de même. Benjamin les a accompagnés, il m’a dit qu’il n’y avait rien de plus beau à voir. Il y avait toujours un cavalier, qui roulait jusqu’au pont, pour voir s’il n’en venait pas pour les surprendre ; il y en a eu un de la rue, qui est sorti avec son fusil, mais il est rentré de suite. Ils ont été à la maison du maire pour l’accompagner, pour eux aller faire la visite à deux ou trois maisons, tellement qu’ils en ont saisi aux environs de 50 à 60 milles ; ils n’étaient pas encore pesés. De là, ils étaient informés que le maire du lieu en tenait dans sa maison, ils ont voulu y entrer, il ne leur a pas permis. Ils ont eu beaucoup de débats et dedans ce vieux château, prés du pont. Peut-être le connaissez-vous mieux que moi, on dit qu’il y en a là une très grande quantité. On jugeait que ce serait bien au maire de Wervicq, du moins qu’il recevait le dépôt. Ne pouvant pas obtenir l’entrée, le maire de Roncq faisait compagnie, a demandé un billet de refus, qui lui a été donné et le maire de Roncq a reçu de grandes sottises du maire de Wervicq, jusqu’à le traiter de voleur ; il ne serait pas surprenant qu’il soit appelé à la barre quand vous serez informé de tout. Il y avait quarante quatre chariots, mais il n’en est revenu que quarante chargés. J’ai demandé à mon domestique s’ils étaient fort chargés, il m’a dit que sa voiture était aussi forte que quinze sacs de bled ; je serais charmée je savoir par vous ; s’il est nécessaire, pour eux faire visite, d’avoir un de la municipalité, voilà qu’ils l’ont refusé, vous nous direz votre avis la dessus. On dit qu’ils cherchent le fermier ESLANDRE, qu’il y en a là beaucoup ; ça a été DUCOLOMBIER de Tourcoing, qui a été la cause qu’ils n’ont pas poursuivi leur visite et, à présent, on le traite de poltron. Le reste sera pour la prochaine fois.

364 J’ai envoyé les enfants à Tourcoing pour prier le cousin DESURMONT de vouloir changer un assignat ; ils m’ont rapporté votre montre avec des compliments et il m’a dit qu’il avait été très satisfait de sa route et, quand il fera meilleur, ils viendront en visite avec le cousin DESURMONT, il ne sera pas longtemps.

365 Hier, c’était encore de la pluie et aujourd’huy, il commence à geler. Je vous souhaite une sain te et heureuse année et vous verrez dans l’inclus comme vos enfants la souhaitent et mon frère également. Pierre-François n’est pas encore de retour de ses vacances, ce sera pour la première. Je ne lui ai pas permis de revenir avant la nouvelle année. Charlotte fait plus de progrès à la lecture qu’à l’écriture. Je suis fâché pour que vous souffriez tant de vos rhumatismes. Je vous souhaite une meilleure santé

366 Monsieur et cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

367 Le nom de ce militaire est : Juste DEMENEY.

368 De Linselles ce 30 novembre 1790

369 Monsieur et cher Amy,
Par votre lettre en date du 23 vous me marquez de vous envoyer encore quatre pièces de toile de la plus fine qualité. Je crois que M. HOVYN n’a plus beaucoup de fines toiles à Menin, elles doivent être en partie toutes à Lille. Demain, je dois envoyer le chariot avec une dizaine de sacs de grain, j’enverrai Catherine et Benjamin jusqu’à son patelin pour savoir s’il en a de la sorte que vous demande ou, au défaut de Lille, si je dois m’adresser à Menin ; je sais qu’il doit avoir un magasin considérable à Lille ; quand j’en saurai plus, j’irai moi-même en faire le choix. Et pour les mouchoirs, Catherine a été hier chez les neveux LEPOUTRE et il a dit qu’il les aurait envoyés samedy, parce qu’il devait aller les chercher à Courtray. Je suppose qu’ils viendront à Paris la semaine prochaine avec les toiles.

370 Nos Messieurs de garde nationale et des villages voisins font la fouille dans les maisons pour les tabacs. Samedy et dimanche, ils ont visité à Linselles, ils étaient informés que CUVELIER en avait en dépôt et, comme il en avait un peu trop parlé ; il avait dit qu’il aurait mis le tabac au prix qu’il aurait voulu, m’a-t-on dit ; je crois que son garçon est prêt à le dire. Ils n’en ont pas encore trouvé à lui. Hier, ils ont été à Wervicq, ils en ont pris une grande quantité dans cinq à six maisons, à l’entrée de la rue ; on parle bien de 80 000 qu’ils ont pris. Aujourd’huy, ils sont partis, peut-être cent cinquante, tant soldats, qu’employés, volontaires, citoyens. Les maires de Roncq et Linselles, Wervicq leur font compagnie parce qu’on avait dit que les fraudeurs révoltés, pour veiller au désordre. Ils ne vont que là, où ils croyent qu’il y a un dépôt. S’ils entrent chez les fabriquants, c’est pour peser ce qu’ils ont. Hier, les prises qu’ils ont faites, ils les ont mises en dépôt chez LESAGE, il y en avait beaucoup ; ils l’ont gardé toute la nuit ; les fraudeurs comptaient de les aller insulter. Le maire de Wervicq leur a dit qu’ils n’auraient pas été bons marchands et qu’ils n’avaient qu’à se tenir tranquilles et qu’il les connaissait tous très bien. C’est par les ordres du département que les maires ont reçus vendredi soir, qu’on transporte à présent tous ces tabacs en feuilles. On n’en demande plus du fabriqué, parce qu’il y a trop de gueuseries dans leurs carottes et bâton royal. On dit à Rekkem au Purgatoire, qu’ il y en avait aussi une grande quantité. Quand ils ont entendu qu’on avait été à la ferme de la Bourgogne, ils ont tout transporté dessus les terres d’Empire, ils en ont fait une meule ; il a fallu six cens de fourrage pour la couvrir. Je ne serai pas informé aujourd’huy des nouvelles de Wervicq, ce sera pour la première.

371 Beaucoup sont inquiets de savoir comment l’Assemblée jugera à qui appartiendra cette prise de tabac, à savoir si ce sera tout pour eux ou non. On enregistrera leurs noms, de ceux qui, ont été.

372 J’espérais recevoir de vos nouvelles aujourd’huy, pour être informé de votre santé. Je ne croyais pas que l’affaire de BENY vous aurait tant influé. Je ne l’aurais pas dit aussi vite la peine à cause que vous étiez plus familiers avec.

373 Des compliments du cousin SEYNAVE, capitaine de la garde volontaire. Il vous prie de bien vouloir l’abonner à la Feuille Villageoise et de l’insérer dans le paquet que vous m’envoyez.

374 En attendant la satisfaction de recevoir de vos nouvelles, je suis sincèrement,

375 Monsieur et très cher Amy, votre très attachée femme
Angélique Delputte

376 Des compliments de vos enfants. Benjamin a eu deux jours de congé ; il est venu me souhaiter la fête de Saint Éloy, il vous la souhaite aussi.

Notes

1 Mme Lepoutre semble faire allusion aux citoyens élus dans les assemblées de premier degré pour siéger comme électeurs dans les assemblées de deuxième degré qui éliront, le plus souvent en juillet 1790, les administrations de district et de département.

2 Allusion probable à une maladie provoquant le dessèchement des colzas sur pied.

3 Sur la Garde nationale, voir notes, lettres de Mr Lepoutre des 12 mai et 5 juin 1790.

4 Ce paragraphe illustre un usage très courant dans les campagnes consistant à désigner des parcelles par leur superficie ; cette désignation devenait ainsi souvent celle du lieu-dit ; l’unité de superficie étant ici le cent (voir tableau des unités de mesure en annexe), il faut lire ce paragraphe en faisant la différence entre désignation des parcelles et rendement en nombre de gerbes.

5 Cette remarque pose le problème très général de l’assistance aux pauvres qui n’étaient pas reconnus comme habitants du village ; ils se voyaient refuser toute assistance par les Pauvretés ou organismes communautaires d’assistance qui craignaient évidemment de devoir prendre en charge des « étrangers » alors que la charge pour subvenir à l’assistance des pauvres résidents était déjà très lourde.

6 Au sujet du duc d’Orléans, rentré, de Londres depuis le 11 juillet (cf. note 3 ci-dessus), sans doute que beaucoup de rumeurs circulaient en attendant que Chabroud présente, le1er octobre, le rapport concernant l’information ouverte par le Châtelet sur les journées d’octobre 1789. Le lendemain, l’Assemblée vota que Mirabeau et le duc n’étaient pas responsables de ces journées.

7 Les baux de ferme incluaient le plus souvent des clauses prévoyant l’entretien des bâtiments en précisant la quantité de matériaux, ici la paille des toits, à utiliser.

8 Le prince de Condé était parti avec le comte d’Artois et d’autres dans la première vague d’émigration, la nuit du 17 au 18 juillet 1789. Il organisa l’armée des émigrés à Worms en Allemagne.

9 Sur le curé Nolf et l’élection de l’évêque du Nord, voir introduction et notes infra, en particulier dans la lettre de Mr Lepoutre du 2 avril 1791.

10 Sur les événements de Nancy, cf. note, lettre de Lepoutre du 31 août 1790.

11 La loi municipale du 14 décembre 1789 prévoit le renouvellement des officiers municipaux et des notables par moitié chaque année. Les sortants sont tirés au sort pour ce premier renouvellement.

12 Sur la question du tabac qui revient souvent dans cette période de la correspondance, voir notes, lettres de Mr Lepoutre du 9 août 1789 et du 3 avril 1790. L’adoption de la libre culture du tabac suscitant des oppositions à l’Assemblée, Angélique Lepoutre-Delputte craint que les paysans du Ferrain ne puissent plus pratiquer cette culture bien adaptée à la petite exploitation.

13 À cette date, l’intensification de la lutte contre l’importation illicite de tabac et la confiscation des stocks cachés dans les fermes frontalières doivent sans doute beaucoup au fait que les autorités municipales et les gardes nationaux agissent en fonction des usages d’Ancien Régime selon lesquels les profits des saisies étaient partagés entre les habitants qui avaient pris part à la répression et l’administration des impôts indirects (Cf]. Clinquart, op. cit., 1995, p. 183-208). La question de cette répartition du fruit des saisies revient à plusieurs reprises dans les lettres qui suivent car les candidats au partage sont évidemment très nombreux.

14 Cf. la lettre de Lepoutre du 18 septembre précédent au sujet des « brigands » à Versailles et la note, qui expliquent les rumeurs concernant Bailly (maire de Paris) et La Fayette (commandant de la garde nationale).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search